MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Lun 11 Mar 2019, 4:40 pm

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

par Epiphanius

Publications du « Courrier de Rome » 2005 Nouvelle édition revue et mise à jour

*Nota de Javier

Me dispongo a compartir aquí un libro verdaderamente impresionante y único. Ciertamente, es único para mí, puesto que una parte importante de mi conversión se la debo a este libro, mediante el cual Dios quiso abrirme los ojos cuando yo todavía estaba en las garras de la odiosa secta conciliar. Os ruego, pues, me permitáis brevemente explicar el papel que esta obra jugó en mi vida y cuán agradecido le estoy al Buen Dios por haber puesto este libro en mis manos en un momento crucial de mi existencia.

Transcurría el verano de 1999, meses de julio y agosto, y yo estaba preso en unos de los peores y más poderosos movimientos "carismáticos" que la secta conciliar posee para nutrirse de nuevos adeptos y falso clero, además de considerables recursos económicos. En este peligroso y herético grupo "carismático" se hacían constantes "escrutinios", para ver qué miembros se sentían llamados a la vocación sacerdotal o religiosa. Yo llevaba ya algún tiempo sintiendo esta llamada, que yo pensaba era al sacerdocio, y por eso mis superiores en aquel grupo sectario me iban a enviar a Italia para tomar parte en una reunión masiva de "adeptos" y de "obispos" conciliares, todos bajo la insidiosa y tiránica supervisión del líder-gurú de aquel movimiento de proporciones gigantescas, el cual se iba a encargar personalmente de enviar a seminarios conciliares repartidos por todo el mundo a todos los que sentíamos el deseo de entregarnos por completo a Cristo como sacerdotes. Ese viaje a Italia estaba programado para mediados de septiembre.

Durante finales de julio y todo el mes de agosto de aquel año, frecuenté la residencia de verano de unos amigos franceses que pertenecían a la FSSPX, y cuando les hablé acerca de mis intenciones, ellos quedaron lógicamente espantados y muy preocupados por mí. El padre de familia tenía la sana costumbre de traer unos cuantos libros religiosos y apologéticos para leer durante la estancia estival, y uno de esos libros era este "MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE". Por aquel entonces, yo no tenía ni la más remota idea de la gravísima crisis que sacudía a la Iglesia, ni podía siquiera sospechar que lo que yo cándidamente pensaba era la Iglesia Católica, no era sino una secta infernal surgida tras el nefasto Vaticano 2. El buen Monsieur me recomendó que empezara a leer este voluminoso libro, cosa que hice inmediatamente. Aunque mi nivel de francés no era demasiado bueno todavía, el Espíritu Santo me ayudó a entender lo esencial del libro, y en mi interior surgió una enorme inquietud e incluso miedo al ir descubriendo cuántas conspiraciones y cuántos asaltos habían ocurrido a lo largo de la historia, la mayoría fomentados por la oscura y diabólica secta de la Masonería, con el fin principal de infiltrarse en la Iglesia y destruirla desde dentro. Y por supuesto, cuando leí el impresionante y esclarecedor capítulo dedicado al Vaticano 2 y a sus heréticas enseñanzas, no pude menos que paralizarme y llenarme de un temor inmenso.

El mes de agosto llegó a su fin y mis amigos franceses tuvieron que volver a su país. Pero yo seguía en la secta vaticana y en aquel grupo "carismático". Había leído mucha, muchísima información totalmente insólita para mí en apenas 5 semanas, y necesitaba tiempo para procesar todo aquello, pues se oponía radicalmente a lo poco que yo sabía por aquel entonces. En este estado, viajé a Italia a mediados de septiembre para participar en aquel fastuoso evento en el cual se iba a decidir el destino de cientos de pobres e ingenuos jóvenes como yo, jóvenes que ardíamos en deseos de servir a Cristo y a su Iglesia en una vida consagrada. Recuerdo que éramos casi unos 2.000 candidatos a ser enviados a los diferentes seminarios que la secta poseía por todo el mundo. Tras varias entrevistas de "discernimiento" con "sacerdotes" y "obispos", llegó el momento de que el jefe supremo de aquella poderosa organización pentecostal nos fuera asignando a todos a los diversos seminarios. El primer nombre que dijo fue el mío (!) -yo estaba absolutamente perplejo- y me iban a enviar a un seminario en África central, en un país de habla inglesa, idioma que yo dominaba bien dado que lo había estudiado desde que era pequeño. Tras la fanfarria de las guitarras y la "concelebración" de la repugnante "cena montiniana", nos fuimos dispersando y yo me volví a España con mis "hermanos" de secta.

Mi viaje a África estaba programado para principios de enero del año 2.000 y, lo confieso, yo parecía totalmente ciego y dispuesto a embarcarme en aquella aventura que muy probablemente resultaría nociva y letal para mi alma si Dios lo hubiera permitido. Entonces, a principios del mes de diciembre, Dios intervino de una manera que sólo Él sabe hacerlo, y me envió una misteriosa enfermedad estomacal que me mantuvo casi 3 semanas en el hospital, 2 de ellas en ayuno riguroso. Durante ese tiempo de convalecencia, pude recordar todo lo que había leído en aquel libro de mis amigos franceses, el terrible complot contra la Iglesia, la perniciosa influencia de la Masonería en todos los ámbitos de la sociedad, la apostasía y la herejía campando a sus anchas a partir del odioso Vaticano 2... y tomé la decisión más acertada de mi vida. Le prometí a Dios que jamás volvería a aquella secta y que estudiaría mejor todo lo relacionado con la Tradición y el Magisterio de la Iglesia. Salí del hospital sin que los médicos supieran a ciencia cierta qué era lo que me había causado aquel "virus" estomacal -hoy puedo afirmar que el Buen Dios me envió aquella enfermedad para que yo reflexionara bien antes de cometer un error imperdonable, así que ¡bendita enfermedad!-. Pero yo ya estaba completamente curado, y lo más importante, ya sabía lo que debía hacer con respecto a aquel siniestro grupo carismático. Cuando los "catequistas" del grupo me llamaron por teléfono, me negué a hablar con ellos y les amenacé con llamar a la policía si seguían molestándome. Nunca más volvieron a meterse en mi vida.

Me emociono cuando recuerdo aquel periodo de mi vida. Si Dios no me hubiera enviado aquella enfermedad "misteriosa", si Él no hubiera puesto este libro en mis manos unos meses antes, ¿qué habría sido de mi alma?...

BENDITA SEA LA SANTÍSIMA TRINIDAD POR LOS SIGLOS DE LOS SIGLOS !!!

GLORIA AL PADRE, AL HIJO, Y AL ESPÍRITU SANTO !!!

VIVA CRISTO REY y VIVA MARÍA REINA !!!


MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  417LmkiVXAL._SY344_BO1,204,203,200_MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Biblio-antimanconnique-maconnerie-et-sectes-secretes
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Mar 12 Mar 2019, 10:30 am

Lettre-préface, de la première édition de Henry Coston

Cher Epiphanius,

Je suis très sensible à la marque de confiance que vous me témoignez en me
demandant mon avis sur le très important travail que vous venez d’achever.

J’ai toujours attaché beaucoup d’importance au côté caché des choses, ce qui
semble être, également, votre préoccupation essentielle. Trop de nos
contemporains croient encore que ce qui se passe sur le devant de la scène
suffit à les informer pleinement. Cette erreur est entretenue,
volontairement ou non, par les media qui les étourdissent littéralement de
nouvelles sans importance et ne parlent jamais de ce qui se passe dans les
cercles secrets, là où les décisions sont prises.

Disraeli, qui fut un grand homme d’État britannique, disait que « le monde
est gouverné par de tout autres personnages que ne se l’imaginent ceux
dont l’oeil ne plonge pas derrière les coulisses ».


L’expérience nous a montré que les apparences sont souvent trompeuses et
qu’il faut déchiffrer les mystères qui entourent les actes de certains groupes
et de certains hommes, si l’on veut découvrir leurs desseins et déjouer leurs
manigances.

Votre livre est tout entier consacré à la découverte de cette vérité cachée, et
je vous félicite d’avoir mené à bien une tâche que trop peu de Français, de
nos jours, semblent vouloir entreprendre. Où sont les successeurs, les
disciples de Mgr Jouin, de l’abbé Duperron, de Léon de Poncins, capables de
conduire la colossale enquête que vous avez menée à bien?

Dans cette seconde moitié du siècle qui s’achève, Bernard Faÿ, Jacques
Bordiot, Yann Moncomble, Jacques Ploncard d’Assac et moi-même avons
pris la relève de ces grands chrétiens, de ces grands Français, dont l’oeuvre
immense ne devait pas être interrompue. Ils ont, par leurs écrits, atteint un
public, sans doute plus divers, mais aussi moins engagé.

Ceux qui lisaient les maîtres de la Contre-Révolution, dans les années 1900-
1930, étaient principalement des catholiques, éduqués, formés par des
adversaires déterminés de cette « Démocratie chrétienne » héritée de Marc
Sangnier et du Sillon, dont les successeurs aujourd’hui pactisent
ouvertement avec la Maçonnerie.

Cette homogénéité a disparu, de nos jours : nous trouvons des « anti-maçons
»
aussi bien dans les cercles traditionalistes - ce sont les plus nombreux - que
dans les milieux éloignés de la foi chrétienne. Le désir d’être plus sûrement
apprécié par eux aurait pu vous conduire, sinon à modifier votre étude sur le
fond, du moins à lui donner une présentation différente, que certains
auraient pu juger plus accessible à ce public oublieux des traditions de notre
peuple.

Vous ne l’avez pas fait, et je crois que vous avez eu raison. On ne gagne rien
à vouloir biaiser: la vérité s’accommode mal des concessions et des
renoncements. Solidement campé face à l’ennemi que vous démasquez,
prenant appui sur le mur de vos convictions, vous avez présenté le problème
tel que l’ont fait, avant vous, les Baruel, les Gougenot du Moussiaux et les
Delassus, les Mgr Jouin et les Copin-Albancelli, les Claudio Jannet et N.
Deschamps. L’évocation de ces deux derniers chercheurs me fait penser à
leur remarquable ouvrage. La lecture de votre volumineux manuscrit m’a
rappelé leur oeuvre immense. Quel document extraordinaire que ces
Sociétés Secrètes et la Société, achevé au début de la Troisième République,
malgré la mort de son auteur principal, le Père Deschamps, que le Saint-
Siège n’avait cessé d’encourager : leurs trois énormes volumes ont connu
une demi-douzaine d’éditions ! Je vous souhaite, cher Epiphanius, un succès
plus grand encore : vous le méritez.

Rien d’aussi complet n’avait été publié depuis la disparition de nos vieux
maîtres. Vous êtes le premier à nous donner une leçon de cette qualité, une
oeuvre de cette envergure. Soyez-en remercié, d’autant qu’en rajeunissant le
sujet vous l’avez admirablement développé: les loges des maçons et des
martinistes, les réseaux des Carbonari, les arrière-loges consacrées au culte
de Satan, ne sont plus seuls à organiser la conquête des esprits et des coeurs,
à détourner de leurs devoirs les hommes d’Etat et, trop souvent, les hommes
d’Église. La Synarchie, la Trilatérale, le Bilderberg, le C.F.R. américain, le
Siècle français et tant d’autres sociétés excessivement discrètes ont été
découvertes, et vous nous les montrez poursuivant le travail de sape de notre
société occidentale entrepris, dès avant le XVIIIe siècle, par les Rose-Croix et
les Illuminés.

Ce qui remplira d’admiration le lecteur, c’est la manière dont vous avez mis
au jour le complot permanent de cette multitude de cénacles occultes qui
s’acharnent à détruire vingt siècles de civilisation.

Peut-être ne serez-vous pas toujours très bien compris des esprits dits libres
- le plus souvent superficiels ou dévoyés - mais vous aurez apporté une
nouvelle pierre à l’édifice que construisent des chercheurs respectueux de la
Tradition et animés d’une foi ardente. Ne vous en inquiétez pas, cher
Epiphanius; l’abondante, l’exceptionnelle documentation réunie dans ces
pages, va permettre à nos amis d’affronter victorieusement l’offensive
générale lancée contre l’Occident par les forces secrètes de la Révolution.
Votre livre sera une arme qui aidera les nôtres à triompher d’elle.

Pour les combattants que nous sommes, vous et moi, n’est-ce pas
l’essentiel ?

HENRY COSTON, 8 juillet 1998

NB – Henry Coston (1910-2001), est indiscutablement l’un des plus grands
chercheurs européens du XXe siècle qui ait étudié le phénomène
mondialiste. Il est l’auteur de trentre ouvrages précieux que l’on peut se
procurer après de sa propre maison d’édition (BP 92-18, 75862 Paris Cedex,
18).

À SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Mer 13 Mar 2019, 9:19 am

AVERTISSEMENT

Dans la lecture des pages qui vont suivre, que le lecteur garde bien présent à
l’esprit qu’il n’est pas d’idée plus étrangère au catholicisme que celle de
racisme. Voici ce que dit saint Paul :

« Il n’y a plus ni Juif ni Grec ; il n'y a plus ni esclave ni homme libre ; il n’y a plus ni
homme ni femme : car tous vous ne formez qu'une personne en Jésus-Christ. Et si vous
êtes au Christ, vous êtes donc « descendance » d’Abraham, héritiers selon la promesse.
» (Gai. 3, 28-29)


Il est cependant indéniable que la révolution s’est servie, et qu’elle se sert
ponctuellement d’une façon particulière, de certains peuples ou de groupes
politiques, de la même façon qu’il est indéniable que la maçonnerie a son
siège depuis plus de deux siècles en Angleterre; que la France, avec
Napoléon, a exporté la révolution dans toute l’Europe, en semant des loges
dans les territoires occupés; qu’en Italie, le Piémont a joué un rôle
fondamental dans la destruction de l’ordre ancien. Sans parler du rôle très
important de l’Humanisme italien au début de la révolution
anthropocentrique, on ne peut contester que ce même Humanisme plonge
ses racines dans le judaïsme talmudique, ou encore que les centrales
mondialistes actuelles ont presque toutes leur siège aux États-Unis.

Ces éléments ne peuvent être passés sous silence par quiconque veut
sérieusement écrire l’Histoire ou écrire sur l’Histoire.

À SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Mer 13 Mar 2019, 9:28 am

PREFACE

« Il y a deux histoires: l’histoire officielle, mensongère, qui nous est
enseignée, l’histoire " ad usum delphini ", et l’histoire secrète, où se trouvent
les vraies causes des événements, une histoire honteuse.
»


Honoré de Balzac - martiniste (« Les illusions perdues », éd. Club, 1981, p. 711)


Soutenir aujourd’hui dans un monde rationaliste, dominé par la technique
et totalement indifférent, pour ne pas dire ouvertement hostile à la religion,
que notre époque marque la conclusion de la plus grande guerre de religion
de l’histoire, guerre dont les combattants affichent d’un côté un élan et une
ardeur renouvelés et de l’autre une volonté et une détermination toujours
réduites, peut sembler non seulement un immense paradoxe, mais encore
une affirmation gratuite. Les medias n’en parlent pas, et préfèrent déverser
sur chacun de nous un torrent impétueux d’informations de tout type,
propre à former cette « opinion publique » dont la maçonnerie vante la
paternité 1. Fixer, donc, l’attention sur une sorte de main occulte qui, dans
l’histoire moderne, guide, oriente et établit le destin des peuples, en le
dirigeant vers des formes d’esclavage universel, sinon d’élimination
physique, en les masquant sous couvert de progrès, semble vraiment le fruit
d’une imagination plutôt ardente, voire même le produit d’esprits inquiets
et fourvoyés, chez lesquels le besoin de réponses et de certitudes se
concrétise et prend la forme d’une reconstruction sur mesure de l’Histoire.

Il est pourtant difficile de nier l’existence d’une action séculaire qui, après
avoir vidé les esprits de la philosophie scolastique, les a agressés avec des
doses, d’abord homéopathiques, de doctrines gnostiques. L’introduction du
doute comme méthode sous la couverture du scientisme, le mépris de la
raison droite poussé jusqu’au refus du réel, le reniement des autorités
naturelles, le principe « nulla potestas nisi a Deo » remplacé par un pouvoir qui
tire sa légitimation d’en bas, un pouvoir infernal : c’est là une façon
essentiellement luciférienne de procéder, fondée sur le mensonge et le
recours répété au compromis, visant ainsi sciemment à obtenir un
fléchissement des positions attaquées.

Tenter une explication du monde actuel en se limitant à recourir au
déterminisme des lois physiques, ou aux principes économiques ou
sociologiques, c’est une vision superficielle des choses qui ne peut satisfaire
ceux qui recherchent selon la vérité : il faut se tourner dans une autre
direction, pousser les recherches bien plus en profondeur en partant de la
réalité de l’homme : un être libre d’adhérer au Bien ou au Mal et pour cela
même être en mesure de s’organiser pour les pratiquer l’un ou l’autre. La
Loi parfaite de l’Évangile a soutenu l’homme depuis de longs siècles,
éclairant son chemin et le soutenant dans cette espérance d’éternité qu’il
concrétisa en édifiant la grande civilisation chrétienne - la cité terrestre
élevée le plus possible à l’image de celle de Dieu.


À SUIVRE...


Notes

[←1]
Ernesto Nys, « Massoneria e société modema » (= « Maçonnerie et société
moderne »)
, éd. Bastogi, 1988, p. 91. Nys, avocat expert en droit international,
expose succinctement dans cet ouvrage le rôle de l'influence maçonnique sur la
société moderne.

Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Jeu 14 Mar 2019, 3:25 pm

Ainsi nous ne pouvons pas renoncer, par symétrie, à tenter de découvrir une
rupture, une blessure dans l’histoire de l’homme, qui a permis au mal de
s’organiser avec un dépôt doctrinal, un plan de domination de l’homme sur
l’homme, une hiérarchie occulte qui veille à sa réalisation et à la fidèle
transmission de ce dépôt, un parcours à accomplir pour asservir l’humanité
à la potestas tenebrarum, en un mot une vraie CONTRE-ÉGLISE tendant à
s’approprier toute valeur religieuse et politique.

Les caractères de cette Contre-Église sont ceux de la Haute Loge et de la
Haute Finance: Haute Loge où domine le mage à travers l’ésotérisme et la
magie, qui planifie, dirige, corrige le tir si les résultats ne correspondent pas
à ceux escomptés; Haute Finance qui, concentrant de nos jours dans ses
mains le contrôle des richesses de la planète, les oriente vers les buts de
domination mondiale poursuivis par la Haute Loge.

Les prodromes de la rupture se manifestent clairement dans la Réforme, en
développant les objectifs d’attaque dans les deux directions de l’Empire et
de la Papauté. Et il ne pouvait pas en aller autrement: l’affirmation du libre
examen exclut de par sa nature l’existence d’une Vérité objective, le
protestant se donnant autant de vérités qu’il y a d’interprétations
individuelles ; or, si chacun peut s’enorgueillir d’une vérité qui lui est
propre, l’unique erreur est de soutenir qu’il existe une vérité unique. Il
s’ensuit l’introduction d’un relativisme personnel sur ce qui est Bien et
Juste. Il en résulte l’invalidation du principe d’autorité par l’orgueil de qui
estime posséder sa propre vérité et entend la faire valoir. Les hiérarchies
naturelles devaient donc être balayées, en tant qu’obstacle à l’affirmation du
propre moi, de sa vérité. On réservera la plus grande haine et la plus grande
aversion à l’Église catholique, maîtresse dans le domaine spirituel et guide
dans le temporel, dépositaire en son chef visible, le Pape, du message du
Divin Maître qui nie toute autre voie de salut en dehors de Lui, traitant de
voleurs et de brigands ceux qui s’étaient jusqu’alors annoncés en son nom 2.

Ainsi, la Contre-Église ne pouvait que s’enraciner et croître dans un terrain
protestant. Nous tenterons donc de caractériser le parcours de la gnose qui,
ressuscitée à la Renaissance, incarnée par les alchimistes et les Rose-Croix
du XVIIe siècle, s’articule à travers les loges martinistes, les Illuminés de
Bavière, le mouvement Synarchique, arrivant, à travers notre siècle
tourmenté, jusqu’aux grandes assises mondialistes de l’O.N.U. et de
l’U.N.E.S.C.O. et, dans le domaine religieux, à ce dramatique et terrible
événement que fut, pour la catholicité, le Concile Vatican II, suivi par le
premier acte de la constitution du pendant religieux de l’O.N.U., avec la
Journée de Prière de toutes les religions à Assise 3.

Aujourd’hui, au seuil du Gouvernement Mondial politique et économique,
l’ennemi à abattre est encore l’Église catholique, unique voie de salut pour
l’humanité. C’est ici qu’aura lieu la lutte finale, ici que les forces du mal
concentreront tous leurs efforts, en applaudissant depuis le pupitre des
mass-media à toute initiative engagée dans leur direction et en condamnant
aussi bruyamment toute tentative de retour dans le giron de la Tradition
catholique, de l’enseignement dogmatique de toujours. Aujourd’hui la crise
qui secoue l’Église est macroscopique, inégalable, et son rôle de dépositaire
unique de la Vérité est mis en discussion dans des assemblées
démocratiques par les hommes d’Église eux-mêmes au nom d’un
oecuménisme élargi à toutes les fausses religions, à toutes les erreurs. Ces
hommes d’Église ont à coeur, plus que le salut des âmes, des attentes
utopiques dans les domaines de la philanthropie et de la société, et pendant
ce temps, la catholicité est envahie par un pacifisme et une neutralité
intellectuelle qu’elle n’a jamais connus dans sa longue histoire.

L’hypothèse d’une dégénération spontanée ne tient pas : les appels de Paul
VI qui dénonçait les fumées de Satan qui ont pénétré dans le temple saint 4
rappellent à la mémoire les sinistres propos des arrière-loges qui, par la
bouche d’un de leurs représentants très influents, Albert Pike, 33° degré du
Rite Écossais Ancien et Accepté américain, auteur de « Morals and Dogma »
considéré jusqu’à nos jours comme la pierre angulaire de la doctrine
maçonnique, qui déclarait au XIXe siècle déjà :

« Quand Louis XVI fut exécuté, la moitié du travail était faite et donc, à
partir de ce moment l’Armée du Temple devait diriger tous ses efforts
contre la Papauté. »
5

À SUIVRE...


Notes

[←2]
Jn 10.8.

[←3]
Le professeur allemand Johannes Dôrmann a réalisé une étude précieuse et
approfondie, dans une série de livres dont le titre est : « La Théologie de Jean
Paul II et l'Esprit dAssise »
, Albano Laziale, éd. Ichtys.

[←4]
Allocution aux élèves du Séminaire Pontifical Lombard, du 7 décembre 1968, in
« Insegnamenti », vol. VI, p. 1188. Le Pape Paul VI parla à cette occasion d'«
autodémolition de l'Église ».


[←5]
Albert Pike, « Morals, Dogma and Clausen's Commentaries » (= « Morale,
Dogme et Commentaires des Clauses »)
, Foggia, éd. Bastogi, 1984, Vol. VI, «
Commento al XXX Grado, Cavalière, gran’eletto Kadosh »,( = « Commentaire au
30° degré, Chevalier, grand élu Kadosh »)
, p. 156.


MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Albert-Pike-watch-and-think
Albert Pike (1809-1891), 33° degré) Grand Commandeur du Rite Écossais Ancien et
Accepté pour la Juridiction méridionale des États-Unis.
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Ven 15 Mar 2019, 5:37 pm

PREMIERE PARTIE
MYSTERIUM INIQUITATIS

CHAPITRE I
EXISTE-T-IL DES SOMMETS SUBVERSIFS OCCULTES ?

Nous nous référons avec Pierre Virion - l’une des plus grandes autorités
catholiques dans le domaine du mondialisme - à l’un des chercheurs les plus
autorisés et les mieux préparés du phénomène maçonnique, Mgr Ernest
Jouin (1844 -1932), avec lequel Virion collabora pendant des années à la
rédaction de la célèbre et fort bien documentée « Revue Internationale des
Sociétés Secrètes »
, fondée à Paris en 1912 :

« Je n’admets pas, pour ma part, l’action directe du démon dans le gouvernement
maçonnique : mais je comprends que l’étude des initiations incline l’esprit vers cette
solution mystique, à laquelle les hauts faits de la Maçonnerie moderne apportent une
apparente confirmation. J’oppose simplement à cette solution l’ordre providentiel
d’après lequel tout, en ce monde, relève d’un pouvoir humain ; et, de même que le
Christ, chef invisible de l’Église catholique, est représenté visiblement ici-bas par le
Pape, de même j’estime que Satan, chef invisible de l’armée du mal, ne commande à
ses soldats que par des hommes, ses suppôts, ses âmes damnées, toujours libres
cependant de se soustraire à ses ordres et à ses inspirations 6.

Quant à ce pouvoir, plus ou moins occulte, de la Maçonnerie et des Sociétés Secrètes
qui poursuivent le même but, il existe pour la simple raison qu’il n’y a point de
corps sans tête, point de société sans gouvernement, point d’armée sans général,
point de peuple sans pouvoir public.
L’axiome romain : "toile unum est turba : adde
unum est populus", a ici sa pleine justification : sans pouvoir directeur, la Maçonnerie
serait une foule, plus ou moins égarée par quelques idées subversives, mais qui se
désagrégerait d’elle-même au lieu d’être la maîtresse du monde. » 7


Cette citation, tout en répondant à des critères de bonne logique, pourrait
pourtant paraître plutôt partiale à certains ; voici donc les déclarations
d’autres protagonistes autorisés, certainement non suspects
d’antimaçonnisme :

1844 - Benjamin Disraeli, connu encore sous le nom de Sir Beaconsfield, fils
de juifs de Ferrare, qui s'établit en Angleterre où il devint ministre,
mentionné comme maçon par Eugène Lennhoff dans son « Dictionnaire
Maçonnique français »
, écrivait dans l'un de ses romans politiques,
composés dans les années 1840:

« Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne l’imaginent ceux dont
l’oeil ne parvient pas derrière les coulisses. »
8

Et dans un discours qu'il tint à Aylesbury le 20 novembre 1876 :

« Les gouvernements de ce siècle ne sont pas en relation seulement avec les
gouvernements, les empereurs, les rois et ministres, mais aussi avec les sociétés
secrètes, éléments dont on doit tenir compte et qui au dernier moment peuvent annuler
n'importe quel accord, qui possèdent des agents partout - agents sans scrupule qui
poussent au crime, et qui sont capables, s'il le faut, de provoquer un massacre. 9 »


À SUIVRE...


Notes

[←6]
Saint Thomas enseigne « La concorde des démons, dérivant de l’obéissance des
uns vers les autres, ne dérive pas de l’amour mutuel, mais de leur commune
méchanceté par laquelle ils haïssent les hommes et ils se rebellent contre la
justice de Dieu. En effet, il est caractéristique pour les hommes impies de
s'assembler êt de se soumettre à ceux qu'ils voient dotés d'une puissance
supérieure, pour faire éclater leur propre méchanceté » (S. Th., I, 109, Il llæ).


[←7]
Pierre Virion : « Bientôt un Gouvernement Mondial ? », Saint-Cenéré, éd.Téqui,
1967, pp. 217-18.

[←8]
Coningsby, Paris, 1884, pp. 183-184.

[←9]
Y. Moncomble, « L'irrésistible Expansion du Mondialisme », Paris, éd. Yann
Moncomble, 1981, p. 212.


MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Benjamin_disraeli_by_h_lenthall-e1470316695896Benjamin DlSRAELI
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Sam 16 Mar 2019, 7:31 am

1906 - Walther Rathenau, homme politique israélite, ministre de la
Reconstruction, et, à partir du 31 janvier 1922, ministre des Affaires
étrangères de la République de Weimar jusqu'au 24 juin de la même année,
jour de son assassinat, survenu quelques semaines seulement près sa
tentative de dégager l'Allemagne de l'étroite coalition anglo-francoaméricaine
du traité de Versailles. Grand capitaliste, à la tête de plus de cent
sociétés, étroitement lié à la Haute Finance de Wall Street :

« Trois cents hommes, dont chacun connaît tous les autres, gouvernent les destins du
continent européen et choisissent leurs successeurs dans leur entourage. »
10

1920 - Winston Churchill 11, dans un article intitulé « ZIONISM versus
BOLSHEVISM. A Struggle for the Soul of the Jewish People » (Du Sionisme au
Bolchévisme. Un combat pour l’Âme du Peuple Juif)
, publié page 5 de
l’hebdomadaire « Illustrated Sunday Herald » du 8 février 1920, décrivait les
différents aspects de l’hébraïsme d’alors, dans lequel il définissait une
composante « nationale » (= les assimilés) bonne et loyale et une
internationale décidément méchante, et notait à propos de cette dernière :

« Depuis l’époque de Spartacus-Weisshaupt jusqu'à Karl Marx, Trotski
(Russie), Belà Kuhn (Hongrie), Rosa Luxembourg (Allemagne) et Emma
Goldmann (U.S.A.) 12, ce complot mondial pour la destruction de la
civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base de l'arrêt du
progrès, de l'animosité envieuse, et de l'impossible égalité, s'est
puissamment développé. Il a joué un rôle - comme l'a montré très
efficacement une écrivain moderne, Mrs Webster - clairement
reconnaissable dans la tragédie de la Révolution Française. Il a été la cause
première de tous les mouvements subversifs du XIXe siècle ; et maintenant,
enfin, ce groupe de personnalités extraordinaires du monde souterrain des
grandes villes d'Europe et d'Amérique a empoigné par les cheveux le peuple
russe et il est pratiquement devenu le dominateur incontesté de cet énorme
empire. »


1930 - « Aux carrefours-clés de l'Histoire, un Kahal mystérieux pousse
l'homme "inspiré'', parfois choisi longtemps d'avance, à devenir l'instrument
du "Grand OEuvre". Il peut alors bouleverser un État, renverser le cours des
choses, braver les oppositions, tromper le peuple par des retournements
spectaculaires et dramatiques, à l'étonnement des foules qui ignorent la
préparation de ses voies par d'autres mains et des appuis occultes qui le font
durer jusqu'au jour marqué de sa chute, une fois sa mission remplie, ou
lorsque ses prétentions dépassent la mesure qui lui a été comptée. »


(Kadmi Cohen, « L'Abomination américaine », Paris, Éd. Flammarion, 1930) 13.

1935 - Sir Stanley Baldwin, ministre anglais, constatait :

« Les États, colonnes de la couronne d'Angleterre, ne sont plus arbitres de
leur destin. Des puissances qui nous échappent font jouer dans mon pays
comme ailleurs des intérêts particuliers et un idéalisme aberrant. »
14

1941 - James Bumham, juif, membre de la haute maçonnerie réservée aux
seuls juifs du B'naï B'rith et de la Pilgrims' Society 15, se référant aux cadres
dirigeants, déclarait :

« Les dirigeants nominaux : présidents, rois, congressistes, députés,
généraux, ne sont pas les véritables dirigeants. »
16

Et, en pleine guerre, dans son livre « The Managerial Revolution » 17, traitant de
l'existence d'une conspiration qui manipulait le nazisme tout autant que les
autres idéologies ou Etats, il ajoutait :

« La guerre, les guerres futures sont en réalité un épisode de la Révolution »
18.

1946 - Charles Riandey, Grand Commandeur Souverain du Conseil Suprême
(des 33° degrés du Rite Écossais Ancien Accepté, NdR.) de France, annonçait :

« [...] la nécessité d'une organisation totalitaire du monde, de laquelle sera
exclue toute notion de primauté d'une nation, subsiste néanmoins. Elle se
réalisera inéluctablement à son heure, heure qui n'est pas encore arrivée et
que personne n'a intérêt à vouloir anticiper, car l'on ne cueille les fruits que
lors qu'ils sont mûrs [...].»


« Ce passage (du particulier au collectif) [...] ne sera définitivement accompli
que lorsque le monde entier aura reconnu l'autorité 19 d'un agent unique,
régulateur et coordinateur universel.

Par quel moyen cet agent s'imposera-t-il ? Probablement par la guerre, une
troisième et - espérons-le - ultime convulsion mondiale, parce que
l'humanité est condamnée, comme tout ce qui est vivant, à enfanter dans la
douleur et dans le sang.
»
20

À SUIVRE...


Notes

[←10]« Wiener Freie Presse », 24 décembre 1912.

[←11]
La carrière politique de Churchill reçut l'appui de la maçonnerie comme le
prouve la revue officielle de la maçonnerie britannique The Freemason du 25
mai 1929, Londres, p. 1919. Churchill était devenu Maître du R.S.A.A. en 1902

[←12]
Révolutionnaire lithuanienne (1869-1940), une des figures majeures de
l'histoire de l'anarchisme, éditrice de « Mother Earth » (= « Mère Terre »,
thème cher aux campagnes écologistes de nos jours), un journal anarchiste
influent et pionnier des méthodes pour le contrôle des naissances.

[←13]
P. Virion, op. cit.. p. 211.

[←14]
Y Moncomble, op. cit., ibidem.

[←15]
V. Appendice 2 ; Lord Bumham s'appelait en réalité Levy-Lawson (cf.
« Les Professionnels de l'Anti-racisme », Paris, éd. Yann
Moncomble, 1987, p. 255).

[←16]
P. Virion, op. cit., p. 83.

[←17] J. Bumham, « The Managerial Revolution », New York, éd.The John Day
Company, 1941

[←18] Cf. Pierre Faillant de Villemarest, « La Lettre d'information », n°10/1987.

[←19]
Les caractères gras sont du rédacteur: en effet, l'Autorité, est une chose bien
différente du Pouvoir, comme nous le verrons plus loin.

[←20]
Revue maçonnique « Le Temple », pp. 50-51 ; cité par R Virion, « Bientôt un
gouvernement »..., cit., p. 225.


MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Image355 Walther Rathenau
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Dim 17 Mar 2019, 5:52 am

1950 - James Paul Warburg (1896-1969), homme éminent de la Haute Finance
cosmopolite juive, administrateur de la banque Kuhn & Loeb, grande
financiatrice de la révolution russe, membre du C.F.R. (l'Institut américain
pour les Affaires Internationales, véritable « gouvernement de l'ombre » des
États-Unis), et du groupe mondialiste Bilderberg (sorte de super-parlement
étendu aux deux rives de l'Atlantique), s'adressant au Sénat américain le 17
février 1953 déclarait :

« Nous aurons un gouvernement mondial, que cela nous plaise ou non. La
seule question est de savoir s'il sera créé par conquête ou par consensus. »
21

1953 - Jean-Antoine Borgese (mari d'Élisabeth Mann, fille de Thomas Mann),
professeur à l'université de Chicago et secrétaire général du Comité pour
l'élaboration d'une Constitution Mondiale, publie en 1953 : « Foundations of
the World Republic » (Fondements de la République Mondiale)
. On peut y
lire :

« Le GOUVERNEMENT MONDIAL 22 est inévitable. Il verra le jour, sous
l'une de ces deux formes : soit comme Empire mondial, avec esclavage de
masse imposé par les vainqueurs d'une Troisième Guerre mondiale, soit
sous la forme d'une République Fédérale Mondiale, instaurée par une
intégration graduelle dans les Nations Unies.
» 23

1968 - Harold Wilson, homme politique anglais, membre du puissant
R.I.I.A., l'Institut Britannique des Affaires Internationales, et de la Fabian
Society, cercle supérieur de la zone du Pouvoir et centre mondial de
rayonnement du socialisme depuis 1884 :

« Les conservateurs donnent l'illusion de gouverner, alors que les véritables
décisions sont prises en dehors du Parlement, par les Clore, les Lazard et les
Warburg... » (financiers juifs, N.d.R.)
24

1975 - Saul H. Mendlowitz, directeur du « Projet de Modèle pour un Ordre
Mondial »
et membre du « Council on Foreign Relations » (C.F.R.) (Conseil
des Relations Extérieures)
, le « Politburo » du capitalisme dont le siège est à
New York :

« La question de savoir s'il y aura ou non un gouvernement mondial d'ici l'an
2000 ne se pose plus. À mon avis les questions que nous devons (par contre)
nous poser sont : Comment ceci se passera-t-il ? Par un cataclysme, un
mouvement, un projet plus ou moins rationnel et ce gouvernement sera-t-il
à caractère totalitaire, bénévolement élitiste ou participatif. »
25

1981 - Thierry de Montbrial, membre de la Commission Trilatérale, président
de ri.F.R.I., Institut Français pour les Relations Internationales, et membre
du Club maçonnique Le Siècle :

« À un moment donné le contenu et le style de la politique internationale
sont influencés par ce que pense et dit un nombre relativement petit
d'experts. Et cela dans le monde entier.

Il s'agit d'une simple constatation qui n'est dictée par aucune doctrine
élitiste. Pour donner un exemple, aux U.S.A. une centaine de personnes joue
un rôle prépondérant au sein des Instituts de Recherche et dans les Cercles
journalistiques et l'influence de ces personnes est considérable. »


[...]

« A Moscou les Instituts d'Études Internationales, qui sont nos homologues
et nos interlocuteurs, participent à l'élaboration de la politique soviétique. »

26

1985 - Louis Pauwels, maçon, occultiste disciple du mage Gurdijeff, ancien
directeur de revues ésotériques et du « Figaro Magazine », qui aimait
proclamer sa conversion au christianisme :

« Il y a un complot mondial de forces antichrétiennes qui visent à affaiblir
(et si possible à dissoudre dans un humanisme de belles paroles, mais
impuissant) la foi des catholiques, à diviser l'Église, à arriver à un schisme. »

27

1995 - James Garrison :

« Nous allons finir avec un gouvernement mondial. C'est inévitable [...].

Il y aura des conflits, des coercitions et des consensus. Tout ceci fait partie
de ce qui sera nécessaire pour donner naissance à la première civilisation
globale. »
28

À SUIVRE...


Notes

[←21]
« We shall have World Government, whether or not you like It - by Conquest or
by Consent ».

[←22]
En majuscules dans I'original.

[←23] William F. Jasper, « Global Tyranny... Step by Step », Appleton (Wisconsin), 6d.
Western Islands, 1992, p. 88

[←24] Cité par Y. Moncomble, « La Trilaterale et les secrets du mondialisme », Paris,
6d. Yann Moncomble, 1980, 235.

[←25] Cf. W. F. Jasper, « Global Tyranny... », cit., p. 83.

[←26]
Le Figaro, 16-1-1981

[←27] V. Messori, « Inchiesta sul Cristianesimo » (= « Enquête sur le Christianisme »),
SEI Editrice; 1987, pp. 151-52.

[←28]
Président de la Fondation Gorbatchev USA, cité dans le « Daily Record », Dunn,
NC, 17-10-1995, p. 4.
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Mar 19 Mar 2019, 8:48 am

CHAPITRE II
LA GNOSE


« La gnose - dit I.III Fr Albert Pike - est l'essence et la moelle de la
Maçonnerie. »
29

« La Maçonnerie est la gnose ; (les maçons sont) les vrais gnostiques qui
continuent leur tradition millénaire. »
30

« Alexandrian », pseudonyme probable d'un haut initié, écrit dans son
«Histoire de la philosophie occulte 31 » en citant un des plus grands
représentants modernes de la pensée gnostique, Henri-Charles Puech :

« Avoir la Gnose (= Connaissance) signifie savoir ce que nous sommes, d'où nous
venons et où nous allons, ce qui peut nous sauver, quelle est notre naissance et quelle
est notre renaissance. »


Et à la série de questions telles que : « Pourquoi y a-t-il sur la terre tant de
religions, au lieu d'une foi unique ? Laquelle choisir et sur la base de quel
critère faut-il la préférer aux autres ? Comment établir qui a tort ou raison,
entre le païen, le juif ou le chrétien, entre celui qui est sûr de la
métempsychose et celui qui attend le Jugement Universel ? ».
Et il fait suivre
de considérations qui méritent la plus grande attention :

« Une réponse trop rapide à ces questions dramatiques et problématiques
transforme l'individu en un athée, qui refuse globalement toutes les
religions justement à cause de leurs divergences, ou en fanatique qui se
renferme rigidement dans sa propre foi, évitant d'analyser les autres, de
crainte que cette confrontation ne l'ébranle. Le gnostique, au contraire,
utilise la Gnose comme un filtre à travers lequel il passe au crible et analyse
les religions et les philosophies, afin d'extraire le meilleur de chacune. Il
élabore ainsi une religion intellectuelle, basée sur une culture rigoureuse, au
lieu d'une religion révélée qui justifie ses propres postulats invraisemblables
et absurdes en recourant à des visions, des extases, des hallucinations
auditives. »
32

À SUIVRE...


Notes

[←29] R. Guénon, « Études sur la Maçonnerie et le Compagnonage », Carmagnola,
Arktos-Oggero éd., 1991, Vol. Il, p. 163.

[←30]
Ello Sciubba, membre du Conseil Suprême du 33° degré du Rite Écossais
Antique Accepté italien, dans : Commentaires sur. « Moráis and Dogma de A.
Pike », cit., Vol. V, pp. 133-134.

[←31]
Milan, éd. Mondadori, 1984.

[←32]
Ibidem, p. 46.

Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Sam 23 Mar 2019, 1:22 pm

GNOSE ET DOCTRINE GNOSTIQUE

« La gnose est née dans le milieu judéo-chrétien, se nourrissant d'une pensée
spécifiquement juive empruntée à tout un bagage littéraire de l'Ancien
Testament, même si son vocabulaire provient du grec et de formules
pseudo-philosophiques de l'Egypte et de l'Iran. »
33

Affirmation, en vérité, relativement récente, car fondée sur la découverte à
Nag Hammadi, en Égypte, dans les années cinquante, d'une bibliothèque
gnostique en langue copte. Avant ces découvertes il était, par contre, courant
de définir la Gnose comme le résultat d'un mélange syncrétiste de pensées
religieuses plus anciennes que le christianisme, empruntées de l'Inde,
d'Égypte, de Perse et de la Grèce.

La Gnose développa presque au lendemain de la mort de Jésus, un
enseignement original, particulier, toujours destiné à une secte restreinte
d'initiés, visant à découvrir dans l'enseignement de Jésus des vérités plus
profondes que les simples vérités évangéliques, à la portée de tout un
chacun. Il fallait donc distinguer, selon eux, entre un enseignement
exotérique « ad usum populi » et un enseignement ésotérique, secret, réservé
par Jésus et par les apôtres à un cercle très restreint d'initiés supérieurs. Ceci
serait, - selon les gnostiques - le motif, le ressort secret de l'expansion
explosive du christianisme et il fallait ramener à ce motif les réponses à des
problèmes fondamentaux de l'existence comme celui du Mal.

Le Mal, déclaraient-ils sentencieusement, ne vient pas de l'homme, mais du
monde divin
, d'un Dieu méchant, le Dieu des judéo-chrétiens (les prophètes
n'annonçaient-ils pas, en fait, que des malheurs ?), un Dieu inférieur,
ignorant, qui de la matière éternelle incréée aurait tiré le monde tel que
nous le connaissons, par une oeuvre, donc, non pas de création, mais
d'organisation, de transformation de la matière, d'où l'appellation de
Démiurge qui lui est attribuée (= artisan). Il aurait emprisonné dans cette
matière l'homme, qui était alors un être pur et spirituel, pour jouir ensuite
des souffrances dans lesquelles l'homme se débattait dans sa tentative de se
libérer de la matière qui le dégradait, en le ramenant à un être inférieur à
Dieu.

Les gnostiques, au contraire, dans leur théologie déformée et arbitraire,
postulaient l’existence d’un Dieu bon, inaccessible et indifférent aux
choses humaines
(mais alors où serait sa bonté?), qui pénètre et enveloppe
tout, qu’ils appellent çà et là « l’Étranger », « l’Abîme original », « le Plérome
» (= plénitude), « le Grand Tout ». Il se développerait en dehors de lui par «
émanation » créant une multiplicité d’êtres
- parmi lesquels les Anges et le
Démiurge - appelés selon les époques « Éons », « Syzygies », « Archontes », ou
dans la cabale juive, « Sephiroths ».

L’expansion de ce Dieu-Tout serait éternellement en cours, d’où le concept
du monde, de l'univers « en devenir ». Le monde, essence même du Dieu
bon, serait donc divin en tant qu'engendré et non créé à partir de rien. Le
processus d’expansion, à cause de l'intervention maladroite et indésirable
du Démiurge, aurait subi un ralentissement, faisant ainsi obstacle à
l'évolution vers la réunion des esprits gnostiques avec le Dieu-Tout lui-même.
D'où le concept de chute originelle, accomplie cependant non pas par
Adam, mais par le Dieu des chrétiens, Jahvé.


* En gras dans l'original

À SUIVRE


Notes

[←33]
Etienne Couvert, « De la Gnose à l'OEcuménisme », Vouillé, éd. de Chiré, 1983,
p. 9. Nous ferons souvent référence à ce texte fondamental et aux autres
oeuvres de Couvert pour traiter du gnosticisme.

Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Lun 01 Avr 2019, 9:55 am

Si le Mal, donc, ne provient pas de l'homme, celui-ci ne peut pas en être
responsable : inutile alors est l'ascèse chrétienne qui ne donne pas de
garanties de salut éternel, inutile toute lutte contre les tentations et les
faiblesses, inutile tout effort de perfectionnement ; le salut, la libération
vers laquelle il faut tendre est plutôt celle de la matière dans laquelle
l'ignoble Démiurge - le Dieu des chrétiens - a emprisonné l'homme
, afin
d'accéder à nouveau à cet état d'étincelle divine primordiale, émanation du
Dieu bon 34.

Le « chemin » pour y accéder passe, selon les gnostiques, par l'enseignement
ésotérique du Christ, le plus grand des « Grands Initiés », qui procure le
salut à travers la Gnose (= connaissance). Le moyen est la magie, qui conduit
l'homme au « réveil », à son état primordial divin, au contact avec les entités
spirituelles supérieures.

Inutile de faire observer que les vérités du Credo sont ici ouvertement niées,
la Passion et la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ réduites à des
symboles sans fondement, puisque l'homme n'a plus besoin d'être racheté
puisqu'il n'est pas pécheur, et qu'il est au contraire victime du despotisme du
Démiurge. Selon ces gens-là, le Christ-Lucifer (= Porteur de lumière)
gnostique n'a point indiqué une voie de rédemption à parcourir dans le
labeur et l'espérance, mais a plutôt dévoilé à ceux qui l'ignoraient que
l'homme, depuis toujours, est Dieu, et que l'ennemi qui l'empêche, par la
superstition et l'ignorance religieuse, d'accéder à cet état, est Jahvé, le Dieu
des Chrétiens.

On postule que le mal se loge dans la matière, donc que le corps humain lui-même
est mauvais
et en même temps on pose le problème du rapport avec «
l'étincelle divine »
, émanation du Dieu-Tout, qui est bon. D'où la nécessité de
distinguer la partie bonne, selon cette doctrine, de l'homme.

Les gnostiques distinguent donc chez l'homme trois parties : la partie
chamelle, mauvaise ou, selon le langage gnostique, « soma », une partie
psychologique siège des passions ou « psyché », et la partie qui s'identifie
avec l'étincelle divine, ou « pneuma ». Les rapports entre le « soma », la «
psyché »
et le « pneuma » s'articulent comme suit : la « psyché » est la force
mauvaise qui soutient la matière, alors que le « pneuma », étant
consubstantiel au Dieu- plérome, reste indifférent et impassible aux affaires
du corps. L'homme, dans son essence, n'est donc pas responsable de ses
actes, qui sont au contraire à imputer aux forces de cette « psyché »
matérielle dont, sans le vouloir, il s'est trouvé doté.

En substance nous trouvons là tout le protestantisme de Luther : les oeuvres
sont inutiles à l'homme, incapable, de par sa nature, d'actes bons; le salut
peut être atteint seulement à travers la foi, une foi qui s'entend initiatique.
La pensée gnostique devance même la psychanalyse moderne, qui entend
libérer l'homme du problème du Bien et du Mal, en renvoyant à un
inconscient mal défini situé dans la psyché, la responsabilité des actions
intrinsèquement mauvaises accomplies par le « MOI ». Pour les
psychanalystes l'inconscient, ou ES, dont l'individu est par conséquent la
victime innocente, serait au contraire le siège de pulsions instinctives
auxquelles il est bon, selon eux, que l'homme donne libre cours afin de ne
pas se créer de pernicieux « complexes » de culpabilité. De là, l'accès au
péché à travers la libération sexuelle, la drogue et toutes autres perversions
bien connues 35.

*En gras dans l'original

À SUIVRE...


Notes

[←34] Ce qui frappe dans ces doctrines, exprimées le plus souvent en termes obscurs
et mystérieux, c'est le manque de logique et de lien entre les divers passages.
Par exemple situer la création en dehors dur;« Dieu bon »,- alors qu’elle devrait
Lui appartenir puisqu’elle en fait partie et en même temps considérer la
matière, Chaos, Ténèbres, Vide, comme dressée contre Lui, c'est limiter le
concept même de Dieu, le restreindre précisément dans Ses attributs
spécifiques de pur Être. De même qu’en affirmant que la matière est infinie,
donc qu'elle est identifiable à Dieu lui-même (panthéisme = Dieu partout), on
ne dit pas comment cette création, qui fait partie du Plérome, du Grand-Tout
comme Dieu-bon, et donc bonne en soi, peut en même temps incorporer le
mal.

[←35] Ce qui est surprenant dans les systèmes gnostiques c’est qu'ils sont
exclusivement basés sur les manifestations de l’inconscient et que leurs
enseignements moraux ne reculent pas devant les aspects les moins clairs de la
vie (entre parenthèses cet inconscient est la psyché des gnostiques siège des
passions qui agitent le corps). Je ne crois pas aller trop loin en déclarant que
l’homme moderne, contrairement à son frère du XIXe siècle, se tourne vers la
psyché avec de grands espoirs et sans se référer à aucune croyance
traditionnelle, mais plutôt dans le sens d'une expérience religioso-gnostique »
(C.G. Jung, « Problème de l'âme moderne, » éd. Buchet-Chastel, 1987, 466 p. ;
cf. également « Critique de la psychanalyse », Sacra Fraternitas Aurigarum in
Urbe, 1991).

«On ne pouvait mieux dire - commente Couvert - la Gnose a fait à travers la
psychanalyse une entrée en force dans un monde déchristianisé [...] en effet la
Gnose se heurtait à des incohérences, des contradictions difficiles à résoudre.
La psychanalyse se rit de ces difficultés. Par exemple le problème du Mal. Les
gnostiques ne savaient pas comment concilier le Bien et le Mal dans la Divinité.
Il n'y a pas de différence entre le Bien et le Mal, disent les psychanalystes. En
Dieu le Mal est la perfection du Bien, l'accomplissement de la Divinité. Satan
lui-même fait partie intégrante de Dieu. C'est cet être divin qui a enseigné aux
hommes qu'ils étaient maîtres d'eux-mêmes, capables de discerner le Bien et le
Mal. Les gnostiques affirment que notre esprit (pneuma), étincelle divine, doit
rester indifférent, impassible face aux agitations et pulsions de la psyché. Les
psychanalystes affirment au contraire que l'homme doit donner libre cours à
ces pulsions, parce que les mouvements de la psyché sont eux de purs
symboles de la Perfection divine. Ce qui, autrefois, était réservé à quelques
initiés au cours d'une cérémonie sacrée, sera aujourd'hui couramment pratiqué
par chacun. La pratique de l'ascèse chez les Gnostiques, les Parfaits, les Purs, les
Cathares, était - naguère - non pas un moyen pour parvenir à la divinité, mais le
signe qu'elle avait déjà été atteinte, que l'homme avait réalisé l'Unité parfaite
avec Dieu ; la pratique du vice chez les gnostiques modernes sera donc le signe
que l'Homme a dépassé les catégories du Bien et du Mal, qu'il est finalement
parvenu à la totale maîtrise de soi, capable donc de se fixer à lui-même sa loi,
de prendre son plaisir sans devoir en rendre compte à quiconque : la liberté
totale sans aucune responsabilité. Comme subversion de tout l'ordre naturel
et divin on ne pouvait rien trouver de mieux... » (Étienne Couvert, op. cit., pp.
42-43).

Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Sam 06 Avr 2019, 2:14 pm

L'aversion pour le monde matériel a suscité chez les gnostiques deux
attitudes qui ne sont antinomiques qu'en apparence : l'abstention de tout
rapport sexuel et le libertinage orgiaque le plus effréné.


Les deux comportements étaient, en fait, la même expression de haine et de
mépris du corps, que ce soit en lui refusant toute sexualité, ou en le traînant
dans tous les excès destructeurs qu'il exigeait.

La règle générale gnostique fut donc, à toute époque, le refus de la
procréation, puisque le Démiurge n'avait exhorté les hommes à croître et à
se multiplier que dans le but de perpétuer la haine et le malheur sur cette
terre. D'où la continence forcée, l'abolition du mariage, l'usage des
contraceptifs, l'avortement, la stérilisation, la sodomie, la pédophilie, jusqu'à
l'orgie rituelle qui représentait en substance collectivement le refus de la vie.
Attitudes qui, dans la pensée gnostique, tendent à interrompre la
continuation de l'espèce humaine, vue comme une aventure pénible, en
libérant au contraire, à travers la mort, le « pneuma », l'âme, l'essence divine
prisonnière du corps. On s'explique ainsi les vraies motivations des suicides
des Cathares, des infanticides des Anabaptistes et, peut-être, de tant de
guerres et de révolutions modernes dont les mobiles rapportés dans les
livres d'histoire sont, au bas mot, irréalistes.

Et combien est actuelle la pensée gnostique des premiers siècles après Jésus-
Christ !


L'homme moderne est, en fait, initié à la gnose sans qu'il s'en rende compte.

L'aspect le plus préoccupant, toutefois, de l'irrépressible expansion de la
gnose dans la société moderne, découle de la diffusion, effectuée avec une
habileté qui n'est en fait que de la perfidie, d’un état d'esprit opportun,
favorable à l'affirmation et à la glorification du Mal, de la destruction, de la
perversion, de l'irrationnel en tant que tel, et hostile à toute forme de Bien,
d'action constructive, de vertu, de rationalité, de bon sens.


En s'appuyant sur le conformisme, sur l'esprit d’émulation et sur l'instinct
grégaire des hommes (et des jeunes en particulier), ceux-ci sont conduits à
se conformer à cet état d'esprit avec des comportements dictés par l’instinct,
autodestructifs et affectés.


Le tout advient sans que l'homme en soit conscient, sans qu’il s’en rende
compte, même s'il ressent presque toujours un certain malaise dont il ne
réussit toutefois pas à définir et à reconnaître la nature et les causes, et qui
engendre de manière croissante crises, dépression et folie suicidaire et
homicide.


Un rôle utile de dépistage est ici joué par la psychanalyse et par la
psychothérapie, qui, en tant qu'antidotes contre ces malaises suggèrent
pourtant de nouvelles doses des mêmes comportements qui ont déjà causé
lesdits malaises.


Pour créer cet état d'esprit, les acteurs de ces disciplines s’appuient sur des
techniques éprouvées de manipulation de la conscience, en se servant des
personnages qui opèrent dans les sphères de l’actualité, apparaissant et
disparaissant, chacun d’eux interprétant le rôle qui lui a été assigné.


Les vedettes du spectacle, de la musique rock, de la télé, du sport, de la
politique, du monde scientifique et littéraire, se succèdent continuellement
sous les feux de la rampe, pour interpréter tel ou tel rôle de cette comédie
tragique, dont ils sont les instruments conscients ou inconscients.


Les effets effroyables de l’immersion totale et constante, pendant ces années,
du public dans un milieu artificiel orienté vers la diffusion de modes banals,
amoraux, pervers et négatifs, ne sont désormais plus remarqué analysés que
par cette infime minorité qui, bannissant télévision, chu concerts rock,
discothèques, etc., perçoivent le déclin moral et intellectuel progressif de
ceux qui les entourent.


Du caractère totalisant de cette immersion de masse de la société coule aussi
l’incapacité pour l’homme commun de réaliser ou de se souvenir de
modèles de comportement beaucoup plus vertueux, qui jusqu’à une date
récente, existaient presque partout et ont été détruits. Modèles qui
assureraient une vie sereine et paisible, dont il ne reste qu’un vague et
nostalgique souvenir, qui réaffleure cependant avec force dans les rares
pauses de sa vie agitée et artificielle.


On peut donc, sans craindre de démenti, affirmer qu'il convient de ramener
le début de cette authentique tragédie au moment de l'initiation de l'homme
moderne à la pensée gnostique
, pensée dont, dans cet ouvrage, nous
tenterons de tracer l'histoire, le développement et la diffusion.

***

À SUIVRE


*Nota: Todos los subrayados, las negritas y el resaltado en color añadidos por mí, excepto el primer párrafo en negrita, el cual ya estaba así en el original.

Me gustaría felicitar a Epiphanius por su brillante análisis de la devastadora situación actual; en efecto, vivimos inmersos en una sociedad totalmente corrompida y hundida en la miseria espiritual y moral más degradante. Nunca antes en la historia de la humanidad el orbe estaba en una situación tan dramática y tan alejada de Dios. Es, sin duda, una prueba más de que nos hayamos en los Últimos Tiempos, un mundo apóstata y descreído, esclavo del materialismo y la sensualidad más descarnados y vacíos, un mundo "digno" del impío Anticristo, si se me permite la expresión. Luchemos hasta el fin, mis queridos hermanos de TE DEUM y todos aquellos verdaderos fieles católicos que nos leen, luchemos y perseveremos por entrar en la senda estrecha de la salvación, porque los plazos se están acortando y muy pronto veremos abatirse sobre nosotros la más cruenta persecución jamás desatada. ¡VIVA CRISTO REY!
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Jeu 18 Avr 2019, 12:11 pm

Il convient de rappeler que le gnostique est, par définition, antinomiste (du
grec antï = contre, nômos = loi). Qu'est donc, en fait la loi dans une société
saine, sinon une règle, un moyen pour discipliner les comportements de ses
membres et les tourner vers le Bien, en frappant ses transgresseurs de façon
à empêcher le mal ?

Et puisque le Bien Suprême est Dieu, la loi devra se conjuguer avec Sa loi, de
façon à conduire les hommes à connaître et à aimer le Bien sur cette terre
afin d'acquérir les mérites indispensables pour accéder à la récompense
étemelle. Il n'en est pas ainsi pour le gnostique. Il sait qu’il est Dieu, parce
qu'il a réussi à libérer le « pneuma » de l'enveloppe de matière mauvaise qui
l'entourait. Il est convaincu de posséder déjà tous les attributs de Dieu et de
ne devoir se soumettre à personne, étant désormais partie du Grand-Tout
dans lequel il se perd et se confond 36.

La déclaration d'un sataniste de Bologne est, à ce propos, éloquente. Selon le
quotidien italien La Stampa, cet individu aime à se proclamer fils de Satan et
il initie de nouveaux adeptes en leur traçant sur le front, par trois fois, le
chiffre « 6 » avec son sang 37, Il se définit comme « quelqu’un qui croit dans
le principe philosophique du satanisme, à savoir que la divinité réside à
l'intérieur de l'homme et de la femme, et non pas dans une entité abstraite».


Le vrai gnostique en réalité est alors celui qui totalement fait sien l'écho du « non
serviam »
, le cri de Lucifer qui, répercuté chez les anges et les hommes,
fut entendu aussi par Notre-Seigneur quand, venu sur terre, il raconta Lui-même
la parabole : « Un homme de grande naissance s'en alla dans un pays
lointain pour être investi de la royauté et revenir ensuite [...]. Mais ses citoyens le
haïssaient, et ils lui envoyèrent des ambassadeurs pour dire : « Nous ne voulons pas
qu'il vienne régner sur nous.»
(Le 19, 12-14) »


Le gnostique perpétue l'esprit de révolte qui anima l'antique tentateur
quand il murmurait à Adam et à Ève : « Eritis sicut Dei », si seulement vous
mangez du fruit de l'Arbre de la Connaissance (= Gnose). Il nous suffira de
noter que les adeptes eux-mêmes des sectes gnostiques des Ophites ou
Naassènes (ophis en grec et naas en hébreu signifient serpent) admettaient :

« Nous vénérons le serpent parce que Dieu l'a placé à l'origine de la Gnose
pour l'humanité : Lui-même a enseigné à l'homme et à la femme la
connaissance complète des hauts mystères. »
38

Ainsi, conclut Couvert, tout est clair. Toute élucubration ostentatoirement
«savante » est en réalité destinée à détourner les chrétiens de l'adoration du
vrai Dieu et à les porter vers l'adoration du Serpent, but suprême de la
secte 39,...

À SUIVRE...

* En gras dans l'original


Notes

[←36] Carl Gustav Jung, psychologue, mort en 1961, chef d'école de la psychanalyse et
chercheur en ésotérisme, affilié au Rite Écossais Rectifié, qui, à la question : «
Mais croyez-vous en Dieu ? » répondait ; « [.„] je n'ai plus besoin de croire.
Maintenant, je sais »; (cf. il Giornale, 8 décembre 1986). .31 «La Stampa » 30
novembre 1995.

[←37]«La Stampa » 30 novembre 1995.

[←38] Étienne Couvert, op. cit, p. 21.

[←39] Ibidem.

Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE  Empty Re: MAÇONNERIE ET SECTES SECRÈTES : LE CÔTÉ CACHÉ DE L’HISTOIRE

Message  Javier le Jeu 25 Avr 2019, 7:36 am

LA GNOSE, CONTRE-ÉGLISE DU MONDE DE L’ANTIQUITÉ


Le chef d'école de la Gnose, qui naquit dans le milieu judéo-chrétien, dont
parlent les Actes des Apôtres, fut sans aucun doute Simon le Magicien, de
Samarie, créateur d'une théologie initiatique, d'une école clandestine qui se
perpétua pendant plus de trois siècles. Sa théologie tirait son origine de
l'Écriture Sainte de la Synagogue, des premiers textes de l'Église naissante et
des propositions philosophiques de Platon et de Philon. C'était une
construction intellectuelle qui s'intégrait à la magie et à la contemplation
mystique, qui -évidemment - n'avait rien à voir avec celle inspirée par Dieu.
Pierre, en fait, n'hésita pas à le dénoncer publiquement :

« Il n'y a pour toi aucune place dans ce choses car ton coeur n'est pas pur devant
Dieu. »
(Act. 8, 21)

Dans la doctrine de Simon sont déjà présentes quelques notions gnostiques
essentielles : le Principe universel, l'émanation comme voie d'apparition des
êtres, le Démiurge organisateur de la matière éternelle, l'homme qui cherche
à se débarrasser de sa nature viciée, la contemplation mystique en tant que
source de science.

Après la mort de Simon, ce fut Ménandre qui s'imposa parmi ses partisans
les plus actifs en Samarie qui insista surtout auprès de ses disciples sur le
rôle de la magie.

A leur tour, deux de ses élèves, Saturnin et Basilide, élargirent les horizons
de la gnose jusqu'à Antioche et Alexandrie. Saturnin soutenait l'opposition
entre le Dieu des juifs Jahvé et le Christ, dont le mérite était, selon lui, d'avoir
apporté à l'humanité l’étincelle divine niée par Jahvé.

Basilide fut, par contre, l'artisan d'une construction intellectuelle très
compliquée, articulée en trois mondes superposés, où seul le monde
intermédiaire comptait 365 cycles, à leur tour peuplés d'éons (c'est ainsi que
s'appelaient les émanations du Dieu suprême), du Dieu-Tout. Père du
docétisme, élément doctrinal parmi les plus constants de la gnose, selon
lequel Jésus-Christ ne se serait pas vraiment incarné, Basilide soutint une
rédemption « sui generis », dans laquelle un « Savant », appelé « Évangile »,
descendait de l'Être initial de ciel en ciel jusqu'au monde sublunaire de
l'humanité, lui portant la connaissance de sa divinité.

Cette gnose « égyptienne » ou d'Alexandrie produisit un rejeton
singulièrement robuste : Carpocrate. Ce fut Carpocrate qui introduisit dans
la gnose la métempsychose (= passage d'un corps à un autre) de Pythagore.
Pour Carpocrate, Jésus, fils charnel de Marie et de Joseph, se rappelant sa vie
antérieure, se serait mis à la tête de l'humanité pour lutter contre le Dieu
méchant des chrétiens qui avait voulu un homme soumis et ignorant ; se
rebeller contre ce Dieu, en violant sa loi, était donc un devoir et les
carpocratiens se distinguèrent par la violence de leurs débauches.

À SUIVRE...

*En gras dans l'original
Javier
Javier

Nombre de messages : 2986
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum