" Les historiens, les grands coupables. " - (Louis veuillot)

Aller en bas

" Les historiens, les grands coupables. " - (Louis veuillot)

Message  Roger Boivin le Dim 19 Nov 2017, 6:01 pm


X. PRINCIPAUX ENNEMIS DE LA LA RELIGION.


[..]

637. — Quels sont aujourd'hui nos ennemis ? Ce sont ces prétendus savants, ces docteurs de mensonge, qui sans cesse désolent les âmes en répandant sur la jeunesse les Ilots de leur impiété. Qu'on nous désigne un péril qu'ils ne fassent pas courir à la foi, une injure qu'ils lui aient épargnée, un piège lâche qu'ils rougissent de lui tendre. On nous dit qu'ils sont dans l'ignorance : nous le souhaitons pour eux ; mais cette ignorance nous paraît fort douteuse ; et si elle est réelle, de quel droit outragent-ils ce qu'ils ne connaissent pas, ce que nous adorons ?

On nous conseille la prudence, la charité devant de pareils hommes ; de ne pas faire du bruit, de ne pas troubler les leçons de ces pauvres impies, assez malheureux de ne pas croire ; de ne point les irriter surtout parce qu'ils pourraient devenir plus méchants, et rompre toute relation avec ceux qui leur tendent la main pour les ramener. Nous voulons bien que les blasphémateurs sauvent leur âme, il importe beaucoup qu'ils se sauvent, mais il n'importe pas moins qu'ils cessent de nous perdre : leur âme n'en vaut pas deux, et encore moins en vaut-elle cent ou mille. Puisse Dieu les convertir demain ! notre affaire est de leur échapper aujourd'hui. (5, p. 76.)

638. — Quels que soient les griefs de la société contre les philosophes et contre les poètes, les grands coupables, à son égard, ce sont les historiens. C'est par eux surtout que la justice et la vérité ont été trahies, et que d'honnêtes et fortes intelligences sont entrées dans les voies de l'erreur. Pour les philosophes et pour les poètes, il y a des excuses : les uns sont sujets à rêver, l'intérêt domine les autres. Mais les historiens sont des esprits graves. La fonction de l'histoire est tout à la fois une magistrature et un enseignement. Il juge les hommes, et il proclame la leçon des faits. C'est lui surtout qui peut montrer à la société les conséquences pratiques des principes qui la dominent, développer à ses yeux les résultats si différents de la vérité et de l'erreur, et lui faire connaître toute doctrine, comme on connaît l'arbre à ses fruits. Il doit d'autant plus craindre de se tromper que le public, supposant sa bonne foi, l'écoute avec confiance, comme un témoin bien informé, et qui dépose loyalement. Nos historiens modernes ont souvent méconnu ces devoirs. Au lieu de tirer de l'expérience une opinion consciencieuse, ils ont plié l'expérience elle-même à leur opinion préconçue et formulée d'avance. (10, p. 144.)

639. — Les historiens les plus renommés de notre temps, on les voit s'ingénier, se fatiguer, tordre les textes et souvent les corrompre, pour l'unique avantage de lancer contre l'Église une accusation méchante, quelquefois même tout simplement une épigramme. Avec le même art qui leur sert à faire des vertus aux révoltés de toutes les époques, ils font des vices et des crimes aux hommes de bien de tous les temps ; ils s'appliquent de préférence à décrier ceux que la voix de l'Eglise a placés sur les autels pour leurs services envers les peuples et leurs mérites envers Dieu. Le caractère général de leurs histoires est la guerre au vrai et au bien, une guerre quelquefois brutale, quelquefois subtile, toujours implacable. (10, p. 152.)

640. — Pour opposer une digue à ce flot de mauvaises histoires, dont la déplorable abondance trouble et gâte presque infailliblement les esprits qui résistent encore aux autres poisons littéraires, les catholiques ont deux moyens. Le premier, c'est de refaire les histoires systématiquement et partout hostiles à la vérité ; le second, c'est de vérifier à fond les autres. On ne peut rendre à l'Église et au bon sens public un plus utile service. Ce travail obligerait assez promptement les plus sérieux auteurs du mal, non-seulement à prendre moins leurs aises, mais encore à se corriger eux-mêmes. (10, p. 159.)



PENSÉES DE M. LOUIS VEUILLOT - 1868 : https://archive.org/stream/pensesdemlouis00veui#page/290/mode/2up
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum