« Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Roger Boivin le Ven 27 Nov 2015, 8:14 am


Un policier spécialisé a confié à l'AFP que, pendant un interrogatoire, un apprenti-jihadiste lui avait déclaré: "Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad".



Voici le texte complet :


"Moi, le Coran, je m'en tape": les jeunes djihadistes dirigés par une soif de violence, pas par l'islam


Qui sont ces jeunes qui deviennent djihadistes et se radicalisent en quelques mois voire quelques semaines? Selon Peter Harling, ce n'est pas l'islam qui est leur point commun, mais bien leur soif de violence.

Ils invoquent Allah à chaque phrase mais pour les jihadistes d'un genre nouveau, comme ceux qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre, l'islam est un prétexte permettant surtout de canaliser une révolte intime et une soif de violence, estiment des experts.

"Leur culture musulmane est sommaire, voire quasiment nulle"

Convertis de fraîche date, maîtrisant mal ou pas du tout l'arabe, jonglant avec des concepts qu'ils comprennent à peine ou dont ils tordent le sens, ils ont trouvé dans l'organisation Etat islamique (EI) une structure souple et pragmatique au sein de laquelle peut s'épanouir leur désir de radicalisation, ajoutent-ils. "Leur culture musulmane est sommaire, voire quasiment nulle", confie à l'AFP Peter Harling, du groupe de réflexion International crisis Group (ICG). "En fait ceux qui ont la culture musulmane la plus solide sont les moins susceptibles de se ranger du côté de l'EI".


"Une ultraviolence qui évoque le film de Stanley Kubrick Orange mécanique par son sadisme"

Dans une tribune intitulée "Tuer les autres, se tuer soi-même", il estime que "l'aspect le plus troublant des massacres commis à Paris est qu'ils ressortent d'une violence intime". L'EI "a offert un espace concret où une violence pornographique pouvait s'exprimer, se chercher, se désinhiber et monter en puissance. Ce n'est pas un hasard si les convertis européens en ont été les principaux agents. Dépourvus d'expérience militaire, de formation religieuse et généralement de compétence linguistique, ils ont défini leur valeur ajoutée dans une ultraviolence qui évoque le film de Stanley Kubrick Orange mécanique par son sadisme, mis en scène avec les talents instinctifs de communicants formés à l'ère de Facebook", poursuit Peter Harling.


"Ils veulent exprimer leur désir d'être antisocial"

Directeur de l'Observatoire du religieux, professeur à l'IEP d'Aix, Raphaël Liogier a étudié les profils de dizaines de jihadistes ou aspirants-jihadistes français. "Aucun de ceux qui sont intervenus sur le sol français, de Mohamed Merah jusqu'à ceux du 13 novembre, sont passés par une formation théologique de fond ou par une intensification progressive de la pratique religieuse", dit-il à l'AFP. "Ce sont des gens qui sont dans un rapport à la violence, parce que l'islam est actuellement synonyme de violence antisociale. Ils veulent exprimer leur désir d'être antisocial". "Ils prennent des postures de fondamentalistes, mais ce ne sont que des postures", dit-il. "Ils passent seulement dans les mosquées, prient moins que les autres. Ils cultivent un style que j'appellerais néo-afghan, à la recherche d'une espèce de romantisme néo-guerrier".


"Dans les années 80, ils seraient devenus punks ou entrés dans des mouvements d'extrême-gauche ou d'extrême droite"

"Comme ils sont d'origine maghrébine et qu'on leur dit qu'ils sont potentiellement musulmans et que l'islam a une image négative, ça devient désirable pour eux. Dans les années 80, ils seraient devenus punks ou entrés dans des mouvements d'extrême-gauche ou d'extrême droite", ajoute Raphaël Liogier. "Ils sautent directement dans le jihad, parce qu'ils ont pour point commun la délinquance, des problèmes dans leur enfance et le désir d'être des caïds".


"Le jihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste"

Un policier spécialisé a confié à l'AFP que, pendant un interrogatoire, un apprenti-jihadiste lui avait déclaré: "Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad". Cette thèse de l'instrumentalisation de l'islam par des jeunes jusqu'au-boutistes en quête d'un idéal violent est également défendue par le politologue spécialiste de l'islam Olivier Roy, qui dans une tribune intitulée "Le jihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste", explique que "Daech puise dans un réservoir de jeunes Français radicalisés qui, quoi qu'il arrive au Moyen-Orient, sont déjà entrés en dissidence et cherchent une cause, un label, un grand récit pour y apposer la signature sanglante de leur révolte personnelle".


"Il ne s'agit pas de la radicalisation de l'islam mais de l'islamisation de la radicalité"

"Le problème essentiel pour la France n'est donc pas le califat du désert syrien, qui s'évaporera tôt ou tard comme un vieux mirage devenu cauchemar. Le problème, c'est la révolte de ces jeunes", ajoute-t-il. "Il ne s'agit pas de la radicalisation de l'islam mais de l'islamisation de la radicalité". Les chefs du groupe État islamique, parmi lesquels figurent des anciens des services secrets irakiens de l'ère Saddam Hussein, ont compris comment canaliser et utiliser cette violence. "C'est un mouvement très flexible, qui peut récupérer tout un tas de dynamiques", ajoute Peter Harling. "Il se passe d'un soubassement idéologique solide et parvient à représenter beaucoup de choses très différentes pour beaucoup de gens très différents".



http://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/moi-le-coran-je-men-tape-les-jeunes-djihadistes-dirig%C3%A9s-par-une-soif-de-violence-pas-par-lislam/ar-AAfIIeq?li=AAanjZr&ocid=mailsignout

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10547
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Roger Boivin le Ven 27 Nov 2015, 8:20 am


Donc en soi-même l'Islamisme, ou Mahométisme, ne porte pas à la violence !! (?)
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10547
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  gabrielle le Ven 27 Nov 2015, 8:22 am

C'est possible pour certains, mais, je crois que c'est une manière de faire passer en douce que la religion du Livre , n'est pas de soi agressive.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17714
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Roger Boivin le Ven 27 Nov 2015, 8:38 am



LA VIOLENCE DE L'ISLAM - Par Nahed Mahmoud Metwalli ; traduit de l'arabe par Samara Morsy.

Ed. de Paris, 2006 - 14 x 22,5 - 116 p. Nahed Mahmoud Metwalli est égyptienne, ancienne directrice adjointe d'un grand établissement scolaire du Caire. Elle a vécu 45 ans dans l'islam.Convertie au christianisme, elle a été menacée d'internement par les cheihks de l'Université d'Al-Azhar au Caire. Réfugiée en Europe, elle a échappé à plusieurs tentatives d'enlèvement. Dans La violence de l'islam, Nahed Mamoud Metwalli dénonce les nombreuses formes de violence que prend l'islam. Elle témoigne : "Personne ne peut comprendre l'islam, s'il n'a pas vécu dans l'islam. La foi chrétienne m'a apporté une paix et une joie incroyables, inconnues dans l'islam. Le Coran exalte la violence, l'Evangile l'amour, même des ennemis". Traduit de l'arabe par Samara Morsy. La couverture est détachée et les pages volantes (elles n'ont pas été collées). Bon état.



http://www.chire.fr/A-179927-la-violence-de-l-islam.aspx

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10547
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Roger Boivin le Ven 27 Nov 2015, 8:49 am


Une opinion :


Minona

@andréas

"...qu'est-ce qu'ils ont des si méphistophéliques les non musulmans pour les haïr de cette façon..."

Voici d'où vient la haine musulmane envers les non-musulmans:

Dans le Coran, l'un des pires péché (voire LE pire) est l'incroyance. Les mécréants, surtout ceux qui ont entendu Muhammad prêcher mais qui refusent de se convertir, sont donc considérés comme les pires pécheurs et sont dépeints en des termes très négatifs sur près de 1300 versets: perdants, pervers, criminels, négateurs, menteurs, réprouvés, etc.

Comme tout gourou de secte basant son enseignement sur la peur, Muhammad s'est assuré (officiellement par la sainte bouche d'Allah) que son public comprenne bien que l'enfer était destiné en priorité aux incroyants. C'est pourquoi la quasi-totalité des versets portant sur l'enfer y condamnent spécifiquement ceux qui ne croient pas en Allah ou lui "associent" d'autres divinités (polythéistes), n'obéissent pas à Muhammad et nient qu'il soit un prophète, doutent de la vie après la mort, etc. Rarement une mauvaise action est-elle mentionnée.

Enfin, le Coran reprend tout les génocides orchestrés par le dieu de l'Ancien-Testament (comme le déluge) pour punir les humains de leurs péchés mais, dans la version coranique, ces gens sont tuées pour ne pas avoir voulu écouter les prophètes ayant précédé Muhammad (Noé, Moïse, Loth, etc).

Personne ne me fera jamais croire que la haine envers les non-musulmans est une dérive de l'islam. Elle est au contraire la conséquence directe de la lecture du Coran (et je n'ai même pas parlé des hadiths). Ce livre est lu à des enfants, qui doivent parfois même le mémoriser par cœur.

J'invite les lecteurs à cliquer sur le second lien du document auquel on peut accéder en cliquant sur "Minona". Il s'agit d'une liste de versets méprisants ou haineux envers les diverses catégories de non-musulmans.



http://www.journaldemontreal.com/2014/02/25/le-totalitarisme-religieux-frappe-encore--et-nous-nous-taisons

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10547
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Benjamin le Ven 27 Nov 2015, 9:18 am

Roger Boivin a écrit:

LA VIOLENCE DE L'ISLAM - Par Nahed Mahmoud Metwalli ; traduit de l'arabe par Samara Morsy.

Ed. de Paris, 2006 - 14 x 22,5 - 116 p. Nahed Mahmoud Metwalli est égyptienne, ancienne directrice adjointe d'un grand établissement scolaire du Caire. Elle a vécu 45 ans dans l'islam.Convertie au christianisme, elle a été menacée d'internement par les cheihks de l'Université d'Al-Azhar au Caire. Réfugiée en Europe, elle a échappé à plusieurs tentatives d'enlèvement. Dans La violence de l'islam, Nahed Mamoud Metwalli dénonce les nombreuses formes de violence que prend l'islam. Elle témoigne : "Personne ne peut comprendre l'islam, s'il n'a pas vécu dans l'islam. La foi chrétienne m'a apporté une paix et une joie incroyables, inconnues dans l'islam. Le Coran exalte la violence, l'Evangile l'amour, même des ennemis". Traduit de l'arabe par Samara Morsy. La couverture est détachée et les pages volantes (elles n'ont pas été collées). Bon état.
http://www.chire.fr/A-179927-la-violence-de-l-islam.aspx



"Al-Azhar", c'est-à-dire, les types avec qui l'institut conciliaire de Paris veut collaborer, qui proposent leurs services "dans l'intérêt de la laïcité", et qui sont présentés comme "non-extrémistes" ? ...  :

Benjamin a écrit:
L’ICP et Al Azhar se rapprochent autour de la littérature


Si le projet aboutit, des échanges destinés aux étudiants des deux universités pourraient être mis en place, ainsi que des journées d’études.


[photo]
Bibliothèque universitaire de Fels de l'Institut [conciliaire] de Paris, France. 5 mai 2009.


– Quel est le projet ?

« La littérature, nouveau territoire de collaboration entre l’Université al-Azhar du Caire et l’Institut [Conciliaire] de Paris ». Dans un communiqué publié mardi 23 juin 2015, l’ICP annonce « un projet de collaboration » entre sa faculté des lettres et celle de l’université Al Azhar. L’institution dit souhaiter que le dialogue, porté notamment depuis sa création en 1967 par l’Institut des sciences et de théologie des "religions" (ISTR), « se redéploie » également dans le domaine des études profanes et « s’ouvre plus largement à l’interculturalité ».

Le projet est porté par Anne Banny, doyenne de la faculté des lettres de l’ICP, et Oussama Nabil, chef du département francophone à l’université Al Azhar, tous deux spécialistes de littérature francophone. « La littérature est à la fois un espace de création et de subversion de certaines représentations, et donc un moyen important d’interroger la culture », justifie Anne Banny.

Le partenariat pourrait donner lieu à des échanges d’étudiants (co-tutelles de thèses), des séminaires doctoraux et des journées d’études « dont la première se tiendra à la fin 2015 ». « Il est probable, une fois que le travail ensemble sera effectif, que le partenariat grossisse mais pour le moment la discussion en est restée à la fac de lettres », assure sa doyenne. Côté égyptien, le projet doit encore être validé par un comité ad-hoc chargé de ces conventions entre universités et par le président d’Al Azhar, précise Oussama Nabil.


- Quel est le contexte  ?

Contrairement à ce qui a pu être avancé, ce partenariat n’a rien à voir avec ce qui est souvent présenté - de manière restrictive - comme la « formation des imams à la Catho », en réalité le DU interculturalité, laïcité et religions, créé en 2008 et destiné à former à la laïcité, au droit et à l’histoire des responsables religieux.

Le projet n’est pas davantage lié aux propos du premier ministre, qui a appelé lundi 22 juin à « faire de la France le ’Harvard de l’islam’ » lors d’un forum organisé à l’Assemblée nationale sur le thème « République et islam ». De fait, les pouvoirs publics et certains universitaires sont à la recherche d’un lieu susceptible d’accueillir des études islamiques - y compris théologiques - de haut niveau, seules susceptibles de permettre aux musulmans de « prendre la distance critique nécessaire », selon l’historien Rachid Benzine. L’université publique refusant de l’accueillir, ne reste que l’université de Strasbourg, en terre concordataire, ou les universités privées. « Nous n’avons pas du tout été approchés de ce côté-là », affirme la porte-parole de l’ICP.

En visite en France cette semaine au nom du Conseil des sages musulmans, créé en juillet 2014 à Abu Dhabi (Emirats arabes unis) par Ahmed al Tayeb, le grand imam d’Al Azhar, et le cheikh Abdullah bin Bayyah, Oussama Nabil est venu faire part de leurs offres de services. « Le grand imam d’Al Azhar a déjà donné son accord pour envoyer en France des professeurs susceptibles d’enseigner de manière neutre et scientifique toutes les écoles doctrinales de l’islam », rappelle Oussama Nabil, membre de ce récent Conseil des sages et également - nommé lors de sa création il y a trois mois - à la tête de l’Observatoire des extrémismes religieux d’Al Azhar. « Ce serait dans l’intérêt des imams français et dans l’intérêt de la laïcité. Mais il attend une demande officielle en ce sens. »


( source : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/L-ICP-et-Al-Azhar-se-rapprochent-autour-de-la-litterature-2015-06-25-1327923 )

Sleep

( source : http://messe.forumactif.org/t4595p210-l-union-des-conciliaires-et-des-mahometans#118145 )



... Et qui, un peu plus loin dans le même fil, en bas de cet article, nous disent qu'ils préparent une conférence islamo-"chrétienne" pour "contrer le discours extrémiste" ? ... :

Benjamin a écrit:
À Rome, le Forum [conciliaro]-musulman condamne « la violence contre des personnes innocentes »


Les 24 délégués présents ont « unanimement condamné les actes de terrorisme, d’oppression, la violence contre des personnes innocentes (…) et la profanation de lieux sacrés ».


Leur rassemblement se tenait « dans une période de fortes tensions et de conflits dans le monde ». Dans leur déclaration finale publiée jeudi 13 novembre, les 24 délégués du Forum [conciliaro]-musulman réunis à Rome ont « unanimement condamné les actes de terrorisme, d’oppression, la violence contre des personnes innocentes, la persécution, la profanation de lieux sacrés, et la destruction du patrimoine culturel ». « Il n’est jamais acceptable d’utiliser la religion pour justifier de tels actes ou de mêler ces actes avec la religion », écrivent-ils dans ce texte publié sur le site du Vatican.

Lancé en 2007 à la suite de la lettre adressée aux responsables "chrétiens" par 138 intellectuels musulmans qui réagissaient au discours [de l'antipape] Benoît XVI à Ratisbonne, le Forum [conciliaro]-musulman tenait à Rome son troisième "séminaire" du 11 au 13 novembre sur le thème « Travaillons ensemble au service des autres ».


Éducation, dialogue, violence


Trois sujets ont été abordés par les deux délégations internationales, l’une musulmane présidée, comme les fois précédentes, par le prince Ghazi bin Muhammad de Jordanie, l’autre [conciliaire], présidée par le "cardinal" Jean-Louis Tauran, préfet du Conseil "pontifical" pour le "dialogue interreligieux" : l’éducation des jeunes, la mise en œuvre du "dialogue interreligieux" et les moyens de contrer la violence.

« Les délégués ont reconnu de nombreux exemples à travers le monde de la collaboration entre [conciliaires] et musulmans actif dans l’éducation, les efforts de bienfaisance et de secours », indique le texte, qui précise qu’exposés et discussions se sont déroulés « dans une atmosphère cordiale et fraternelle ».


Respect de l’autre



Concernant l’éducation des jeunes « que ce soit dans la famille, l’école, l’université, l’église ou la mosquée », les participants ont souligné qu’elle « est de la plus haute importance pour promouvoir une identité bien équilibrée qui favorise le respect des autres ». « À cette fin, les programmes et les manuels scolaires doivent présenter une image objective et respectueuse de l’autre », indique leur déclaration finale.

Enfin, les participants ont affirmé « l’importance de la culture du "dialogue interreligieux" pour approfondir la compréhension mutuelle, (…) surmonter les préjugés, les distorsions, les soupçons, et généralisations inappropriées, tout de qui endommagent les relations pacifiques que nous recherchons tous ».

Ce dialogue « devrait conduire à l’action, en particulier chez les jeunes ». Les 24 délégués du Forum [conciliaro]-musulman ont encouragé "chrétiens" et les musulmans à « multiplier les opportunités de rencontre et de coopération sur des projets communs pour le bien commun ».


Au service de la société


[L'antipape] François, qui les a reçus en audience, les a encouragés « à persévérer sur la voie du dialogue islamo-"chrétien", et a noté avec satisfaction leur engagement commun au service désintéressé et désintéressé de la société ».

Signe de la mobilisation d’une partie de la communauté musulmane pour condamner et réfuter la violence commise en Syrie ou en Irak par l’État islamique ou au Nigeria par Boko Haram, d’autres rencontres "interreligieuses" sont prévues ces prochaines semaines. Les 18 et 19 novembre, à Vienne (Autriche), le KAICIID (Centre international du roi Abdullah Bin Abdulaziz pour le "dialogue interreligieux" et "interculturel"), proche de l’Arabie saoudite, doit organiser avec des invités « de haut niveau » venus du Moyen-Orient, une conférence sur le thème : Les responsables "religieux" contre la violence commise au nom de la "religion".

De son côté, Ahmed al Tayeb, le grand imam d’Al-Azhar, principale institution de l’islam sunnite basée au Caire (Égypte), prépare pour début décembre, une conférence islamo-"chrétienne" pour « contrer le discours extrémiste ».


( source : http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/A-Rome-le-Forum-catholico-musulman-condamne-la-violence-contre-des-personnes-innocentes-2014-11-13-1263663 )

( source : http://messe.forumactif.org/t4595p90-l-union-des-conciliaires-et-des-mahometans#111351 )



... Et auxquels Bergoglio envoie un message d'estime, de respect et d'affection, dans un article où l'on nous dit que ce sont des "modérés" ? ... :

Benjamin a écrit:
Egypte : lettre [de l'antipape] François au grand imam de Al-Azhar


L'estime et le respect pour l'islam et pour les musulmans


Rome, 19 septembre 2013  (Zenit.org)  | 321 clics


[L'antipape] François exprime son estime et son respect pour l’islam et les musulmans, plaidant pour la « compréhension entre "chrétiens" et musulmans dans le monde afin de construire la paix et la justice ».


[L'antipape] a en effet adressé un message à Ahmed al-Tayyeb, depuis 2010 grand imam de l’université musulmane Al-Azhar, la principale institution de l’islam sunnite, au Caire.

Le message lui a été remis, mardi 17 septembre, par le "nonce apostolique" en Égypte, "Mgr" Jean-Paul Gobel, accompagné d’une copie du message adressé par [l'antipape] François aux musulmans à l’occasion de la fin du ramadan. Des gestes qui marquent une reprise du dialogue après des mois d'incompréhensions.

Un communiqué de l'université indique que le message [de l'antipape] exprime estime et respect « pour l’islam et les musulmans » ainsi que le souhait d’un engagement en faveur de la « compréhension entre "chrétiens" et musulmans dans le monde afin de construire la paix et la justice », rapporte l'agence vaticane Fides,

Le dialogue entre le "Saint-Siège" et Al-Azhar s’était interrompu après l’attentat contre la cathédrale copte d’Alexandrie, le 1er janvier 2011 : "Benoît XVI" avait souligné la nécessité de protéger les "chrétiens" en Égypte et au Moyen-Orient, dans une déclaration que l’institution égyptienne avait considérée comme une interférence occidentale indue.

Pour le P. Hani Bakhoum, secrétaire du "patriarcat" d’Alexandrie des coptes "catholiques", « la lettre [de l'antipape] François à l’imam al-Tayyeb constitue une manière d’exprimer les sentiments profonds d’estime et d’affection que [la secte], le "Saint-Siège" et [l'antipape] ont vis-à-vis de tous les musulmans et en particulier d’Al-Azhar, qui est l’institution la plus représentative de l’islam sunnite modéré. Cette lettre aidera sûrement avec le temps à mettre de côté toute incompréhension et à reprendre également le dialogue bilatéral avec le "Saint-Siège" ».


( source : http://www.zenit.org/fr/articles/egypte-lettre-du-pape-francois-au-grand-imam-de-al-azhar )


( source : http://messe.forumactif.org/t4595p30-l-union-des-conciliaires-et-des-mahometans#99162 )

Mais les "modérés" et les "non-extrémistes" menaceraient donc d'internement les "convertis au Christianisme" ? Qu'est-ce que ça doit être alors avec les "non-modérés" et les "extrémistes" !  Rolling Eyes
avatar
Benjamin

Nombre de messages : 5965
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  ROBERT. le Ven 27 Nov 2015, 10:28 am

Roger Boivin a écrit:
Donc en soi-même l'Islamisme, ou Mahométisme, ne porte pas à la violence !! (?)

gabrielle a écrit:C'est possible pour certains, mais, je crois que c'est une manière de faire passer en douce que la religion du Livre , n'est pas de soi agressive.

[ ]
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31711
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  ROBERT. le Ven 27 Nov 2015, 10:39 am

Benjamin a écrit: ...Mais les "modérés" et les "non-extrémistes" menaceraient donc d'internement les "convertis au Christianisme" ? Qu'est-ce que ça doit être alors avec les "non-modérés" et les "extrémistes" !  Rolling Eyes

Effectivement.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31711
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Louis le Ven 27 Nov 2015, 12:59 pm

gabrielle a écrit:C'est possible pour certains, mais, je crois que c'est une manière de faire passer en douce que la religion du Livre , n'est pas de soi agressive.

D'accord avec vous.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10655
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Moi, le Coran, je m'en tape. Ce qui m'intéresse, c'est le jihad. » (un apprenti-jihadiste)

Message  Roger Boivin le Ven 27 Nov 2015, 1:18 pm

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10547
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum