Une courte histoire : Le SECRET du FRANC-MAÇON.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une courte histoire : Le SECRET du FRANC-MAÇON.

Message  Roger Boivin le Mer 03 Oct 2012, 3:10 pm



Le SECRET du FRANC-MAÇON.



J'ai été appelé il y a peu de jours, racontait un vénérable religieux Passionniste, pour administrer un mourant à Brooklyn, aux États-Unis.
C'était un Allemand que j'avais eu occasion de rencontrer plusieurs fois. Sa fille unique, excellente catholique, me prévint que son père était un franc-maçon.

Après avoir entendu sa confession, je lui demandai s'il n'avait pas appartenu à quelque société :

- « Oui, mon Père, je suis franc-maçon, mais, vous le savez, en Amérique, cela n'est pas un mal. »

- » C'est une erreur : la Franc- Maçonnerie est condamnée partout où elle existe. Il faut donc rétracter tout ce que vous avez pu promettre, et me livrer vos insignes. »

Le malade fit bien quelques difficultés, mais il avait gardé la foi et il signa la rétractation que je rédigeai ; puis il me fallut faire de nouvelles instances pour obtenir son écharpe, son équerre et sa truelle d'argent, son tablier de peau et son rituel enfermés dans une armoire près de son lit. Je dus lui expliquer la nécessité de se dépouiller de tous ces objets s'il voulait faire preuve d'un repentir sincère et d'un retour efficace à l'Église. Je sortis en emportant ces insignes et tout heureux d'arracher une âme au démon. La jeune fille m'attendait dans le vestibule :

- « Eh bien, dit-elle, mon père vous a tout remis, tout, n'est-ce pas ? Il a fait la paix avec Dieu ? »

- » Voyez plutôt, ma fille. »

Et je lui montrai les objets que j'avais dans la main.

Elle les prend l'un après l'autre, et puis d'un air triste elle dit :

- « Non, tout n'est pas là ; il n'a pas eu de peine à vous remettre tous ces insignes. Il lui en a couté davantage pour ce livre, qui est particulier à son grade ; mais il y a encore autre chose. »

- » Quoi donc ? »

- « Un écrit dont j'ignore le contenu ; mon père m'a recommandé de le porter tout cacheté après sa mort au chef de la loge. Ce doit être quelque secret important. »

Je retourne près du malade et je lui dis :

- » Mon pauvre ami, pourquoi me trompez-vous ? Vous allez paraître devant le tribunal de Dieu ; croyez-vous échapper à sa justice ? Vous avez encore quelque chose à me livrer. »

Le malade parut consterné ; je remarquai la pâleur de son visage et le trouble de ses yeux, puis il dit avec un certain embarras:

- « Mais vous avez tout emporté, je n'ai plus rien à vous livrer. »

- » Non, il y a un écrit comme en font tous les francs-maçons. »

- » C'est une erreur, mon père, je n'ai plus rien. »

Je redoublai d'instances ; tout était inutile, le démon allait triompher. J'employai tous les moyens efficaces en telle occasion. Je n'obtins rien : le malade niait ou ne répondait pas.

Alors sa fille ouvre la porte et se jette au pied du lit :

- « Oh! mon père, de grâce, sauvez votre âme ! Votre fille serait trop malheureuse. Vous dites que vous m'aimez, prouvez-le maintenant. »

Le malade ne s'attendait pas à cette secousse : les embrassements et les larmes de sa fille l'émeu- vent ; elle lui dit les paroles les plus tendres, lui parle du Ciel qu'il perd, et le malade veut répondre :

- « Tu sais que je n'ai rien de caché. »

Sa fille, prenant alors la parole d'un ton inspiré :

- « Ne mentez pas, mon père ! Vous avez toujours été franc ; que je ne rougisse pas de votre nom ! Donnez au Père le papier que vous m'avez recommandé de porter au vénérable de la loge. »

A ces paroles le malade pousse un cri ; puis, faisant un effort, il dit en soupirant :

- « Non, ma fille, tu ne rougiras pas de ton père. Tiens, prends cette clef à mon cou, ouvre le tiroir et donne au Père le papier qu'il renferme. »

Puis il tomba affaissé.

Sa fille, prompte comme l'éclair, avait exécuté ses ordres, et me remettait un pli cacheté en disant :

- « Victoire ! mon père est sauvé, il a vomi le poison. »

Cette scène m'avait profondément touché. Le courage de cette fille me rappelait une chrétienne des premiers siècles.

Le malade vécut encore quelques heures, et ses dernières paroles furent un acte de contrition en même temps que de foi et d'espérance.

J'ouvris en présence de sa fille le pli cacheté. C'était un serment signé avec du sang. J'avais entendu parler de ce genre d'écrit en usage chez les chefs de la Franc-Maçonnerie ; mais, quand je parcourus ce papier, je n'en pus croire mes yeux. C'était un serment de guerre sans fin, sans merci, contre l'Église, la papauté et les rois, avec les plus exécrables malédictions s'il violait sa parole. Ce papier, je l'ai remis entre les mains de l'archevêque, afin qu'il puisse apprécier aussi bien que moi la malice infernale de la Franc-Maçonnerie.

L'APOSTOLAT DES ENFANTS CHRÉTIENS EN EXEMPLES - par J. M. A. Missionnaire apostolique - 1891 - p. 84 :

http://www.archive.org/stream/lapostolatdesenf00jmaj#page/84/mode/2up
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10767
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une courte histoire : Le SECRET du FRANC-MAÇON.

Message  ROBERT. le Mer 03 Oct 2012, 4:22 pm

...C'était un serment de guerre sans fin, sans merci, contre l'Église, la papauté et les rois, avec les plus exécrables malédictions s'il violait sa parole.

Le démon veut entraîner l’homme dans sa bataille, perdue d’avance,

contre l’Église de Notre-Seigneur Jésus-Christ; le diable essaie de persuader l’homme

que celui-ci peut vaincre Jésus-Christ. L’homme oublie trop souvent que Lucifer est le Père du mensonge…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une courte histoire : Le SECRET du FRANC-MAÇON.

Message  gabrielle le Jeu 04 Oct 2012, 7:14 am

Excellent récit.

Merci Roger.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17768
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une courte histoire : Le SECRET du FRANC-MAÇON.

Message  Louis le Jeu 04 Oct 2012, 9:35 am

Merci Roger.


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11313
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une courte histoire : Le SECRET du FRANC-MAÇON.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Oct 2012, 10:51 am

.
Encore merci Roger. Embarassed
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32443
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum