PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Sandrine le Ven 4 Mai - 14:04

Catherine a écrit:
Diane a écrit:
[....] qu'Arnaud se permet, lui, en tant qu'homme de rejeter .

Voyons chère Diane! Very Happy Homme....Homme!!!

Comment as-tu pu oublier la majuscule? Laughing

C'est primordial ! Laughing
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 4208
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Sandrine le Ven 4 Mai - 15:54

Ah nostalgie ...

Dimanche 9 Janvier, l'an passé ... Sad
Arnaud de corbières a écrit:
roger a écrit:Courage Arnaud !

Au revoir plutôt
http://messe.forumactif.org/t2845-n-esperez-pas-des-reponses#55320

Un an déjà où Arnaud tirait sa révérence et il est encore là parmi nous cheers

C'est-y pas mignon ça ! Very Happy

avatar
Sandrine

Nombre de messages : 4208
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Roger Boivin le Sam 5 Mai - 3:08

.

FÉMINISME ET CHRISTIANISME - A.-D. Sertillanges, Professeur de Philosophie Morale à l'Institut catholique de Paris - NIHIL OBSTAT R. Boulanger - IMPRIMATUR Parisiis, die 24 aprilis 1908. G. Lefebvre vic. gen. - deuxième édition 1913 :

http://www.archive.org/stream/feminismeetchris00sertuoft#page/n5/mode/2up

.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10576
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Invité le Sam 5 Mai - 11:01

Homme et Femme ont donc la même Mission, les même devoirs, la même place ? Ils sont donc égaux, strictement égaux ?
C'est sans conteste ce que vous affirmez ici même.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Sandrine le Sam 5 Mai - 11:18

Arnaud de corbières a écrit:Homme et Femme ont donc la même Mission, les même devoirs, la même place ? Ils sont donc égaux, strictement égaux ?
Quel rapport y a-t-il avec le fait de professer sa Foi ?
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 4208
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  gabrielle le Sam 5 Mai - 11:50

Arnaud de corbières a écrit:Homme et Femme ont donc la même Mission, les même devoirs, la même place ? Ils sont donc égaux, strictement égaux ?
C'est sans conteste ce que vous affirmez ici même.

Qui a dit cela?

En faisant un ptit tour de vos messages, ce qu'on remarque, c'est qu'à chaque fois que vous êtes coincé sur la doctrine, vous vous rabattez derrière votre paravent préféré: les femmes. Certes, cela est digne d'un Homme.

Au fait, la référence pour le danger de mort spirituelle, l'avez-vous trouvée?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Eric le Sam 5 Mai - 12:01

gabrielle a écrit:En faisant un ptit tour de vos messages, ce qu'on remarque, c'est qu'à chaque fois vous êtes coincé sur la doctrine *, (....)

*.... C'est-à-dire : TOUT LE TEMPS !
avatar
Eric

Nombre de messages : 3054
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  gabrielle le Sam 5 Mai - 12:10

Eric a écrit:
gabrielle a écrit:En faisant un ptit tour de vos messages, ce qu'on remarque, c'est qu'à chaque fois vous êtes coincé sur la doctrine *, (....)

*.... C'est-à-dire : TOUT LE TEMPS !

Oui, le terme est plus juste. Wink
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Sandrine le Sam 5 Mai - 12:13

Même un
Edouard Marie Laugier a écrit :
(...)
Quand à "Arnaud de Corbières" je constate qu'il manque et de patience et d'argument et qu'il ferait bien d'aller prendre l'air dans ses corbières et devant de bons livre pour avoir plus de répondant.
http://messe.forumactif.org/t3505-edouard-marie-laugier-n-est-pas-des-corbieres#68775
le confirme, c'est pour dire !!!! Shocked Laughing
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 4208
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Eric le Sam 5 Mai - 12:56

Sandrine a écrit:Même un
Edouard Marie Laugier a écrit :
(...)
Quand à "Arnaud de Corbières" je constate qu'il manque et de patience et d'argument et qu'il ferait bien d'aller prendre l'air dans ses corbières et devant de bons livre pour avoir plus de répondant.
http://messe.forumactif.org/t3505-edouard-marie-laugier-n-est-pas-des-corbieres#68775
le confirme, c'est pour dire !!!! Shocked Laughing
Attendez voir !
J'ouvre un nouveau fil .... ça va être TRÈS DRÔLE ! Laughing
avatar
Eric

Nombre de messages : 3054
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Invité le Sam 5 Mai - 13:02

gabrielle a écrit:
Arnaud de corbières a écrit:Homme et Femme ont donc la même Mission, les même devoirs, la même place ? Ils sont donc égaux, strictement égaux ?
C'est sans conteste ce que vous affirmez ici même.

Qui a dit cela?

En faisant un ptit tour de vos messages, ce qu'on remarque, c'est qu'à chaque fois que vous êtes coincé sur la doctrine, vous vous rabattez derrière votre paravent préféré: les femmes. Certes, cela est digne d'un Homme.

Au fait, la référence pour le danger de mort spirituelle, l'avez-vous trouvée?

Pour le moment la mauvaise doctrine c'est lorsqu'on prétend que la Mission des femmes est la même que celle des Hommes au nom de la guerre actuelle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Eric le Sam 5 Mai - 13:11

Eric a écrit:
Sandrine a écrit:Même un
Edouard Marie Laugier a écrit :
(...)
Quand à "Arnaud de Corbières" je constate qu'il manque et de patience et d'argument et qu'il ferait bien d'aller prendre l'air dans ses corbières et devant de bons livre pour avoir plus de répondant.
http://messe.forumactif.org/t3505-edouard-marie-laugier-n-est-pas-des-corbieres#68775
le confirme, c'est pour dire !!!! Shocked Laughing
Attendez voir !
J'ouvre un nouveau fil .... ça va être TRÈS DRÔLE ! Laughing
Voici le lien :
http://messe.forumactif.org/t4251-des-nouvelles-fraiches-d-eml
avatar
Eric

Nombre de messages : 3054
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  gabrielle le Sam 5 Mai - 13:31

Arnaud de corbières a écrit:
gabrielle a écrit:
Arnaud de corbières a écrit:Homme et Femme ont donc la même Mission, les même devoirs, la même place ? Ils sont donc égaux, strictement égaux ?
C'est sans conteste ce que vous affirmez ici même.

Qui a dit cela?

En faisant un ptit tour de vos messages, ce qu'on remarque, c'est qu'à chaque fois que vous êtes coincé sur la doctrine, vous vous rabattez derrière votre paravent préféré: les femmes. Certes, cela est digne d'un Homme.

Au fait, la référence pour le danger de mort spirituelle, l'avez-vous trouvée?

Pour le moment la mauvaise doctrine c'est lorsqu'on prétend que la Mission des femmes est la même que celle des Hommes au nom de la guerre actuelle.

Faites attention, vous entrez en contradiction avec Mgr de Ségur et le Pape Pie XII et le CJC...

Et VOTRE doctrine sur le danger de mort spirituelle, elle vient de qui?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Invité le Sam 5 Mai - 14:09

Vous voulez qu'on parle de Mgr Segur:

LES DAMES


Que les dames veuillent bien s'occuper de leur intérieur, de leur famille et de leurs bonnes
oeuvres, de leurs aimables et modestes travaux, et qu'elles ne fassent plus d'invasion dans le
champ de la théologie ni du droit canonique.

Ce champ n'est pas plus fait pour elles que le champ de bataille. A moins d'être des Jeanne
d'Arc, les darnes ne se battent point. L'austère théologie, le rude et positif droit canonique ne
leur convient pas plus que l'épée ou le mousquet. Rien de ridicule comme une femme-homme
: rien d'insupportable comme une femme théologienne. Quarante-neuf fois sur cinquante,
elle parle de ce qu'elle ignore ; elle ne comprend pas le premier mot de ce qu'elle dit ; elle
répète, comme une pie, ce qu'on lui a dit, et uniquement parce qu'on le lui a dit. Or, c'est
encore ici l'expérience qui montre aux dames que les plus beaux parleurs ne sont pas toujours
les plus sûrs docteurs. En matière de foi et de conscience, il faut tant se défier de
l'engouement, de la passion et du parti pris !

Mgr de Cambrai, que j'ai souvent cité dans ce petit écrit, complimentait ses pieuses
diocésaines de ne s'être pas laissé prendre, comme tant d'autres, aux piéges de ces discussions.
«Les conseils de Fénelon, écrivait-il de Rome, sont compris et observés dans nos familles les
plus distinguées et les plus instruites. On ne trouve point parmi elles de ces femmes «qui se
mêlent de décider sur la religion, quoiqu'elles n'en soient pas capables» ; - qui sont plus
éblouies qu'éclairées parce «qu'elles savent, et qui se passionnent pour un parti contre un autre
dans les disputes qui les surpassent». - Nos pieuses dames «sentent combien cette liberté est
indécente et pernicieuse». Elles ne «raisonnent point sur la théologie, au grand péril de leur
foi ; elles ne disputent point contre l'Eglise». Leur vie sérieuse et toujours chrétiennement
occupée se partage entre les devoirs de leur état et les oeuvres que la charité leur demande».
II est parfaitement permis aux femmes de s'occuper de religion et de doctrine ; elles le doivent
même ; car, pour la femme comme pour l'homme, la religion est la grande affaire de la vie ;
mais elles doivent s'en occuper en femmes, en chrétiennes douces et modestes, profondément
soumises à l'Eglise, et obéissantes en cela comme en tout.

Du temps du jansénisme, c'est principalement au moyen des grandes dames que la secte s'est
propagée ; les salons de Paris et, en Province, les grands châteaux abondaient en
théologiennes, qui citaient des textes, commentaient saint Augustin, se moquaient du Pape et
de Rome. Dans la querelle de l’infaillibilité, nous avons eu une reproduction de cette
campagne, et nous avons vu avec stupéfaction des centaines et des centaines de dames
pieuses, discuter sur le Pape Honorius, sur les fausses décrétales, sur l'unanimité morale,
etc., etc. ; nous les avons vues préférer un Evêque, un prêtre, un journal à l'autorité du Chef de
l'Eglise et d'un Concile oecuménique.

Evidemment les dames, même les plus grandes, même les meilleures, ne sont pas nées
pour la philosophie ni pour la théologie.

Une bonne petite histoire à ce sujet.
Une dame, fort bien mise, se présente un jour au couvent des Pères Capucins de ***. Elle
demande le Père un tel, dont la réputation de bonté était arrivée jusqu'à elle.

- «Mon Père, lui dit-elle, il m'arrive une chose assez singulière. Figurez-vous que mon
confesseur refuse de me donner l'absolution, uniquement parce que je ne veux pas croire à
l'infaillibilité du Pape. Je ne peux pas y croire, c'est plus fort que moi».
Le Capucin, avec un air de bonhomie, répond aussitôt :
- «Comment ! votre confesseur vous refuse l'absolution pour cela ? Eh bien, moi, je vous la
donnerai.
- Vous allez me la donner? Oh! mon Père, que vous me faites donc plaisir !
- Oui, je veux vous la donner sans aucune difficulté.
- Mais alors, pourquoi mon confesseur me la refuse-t-il ?
- Eh ! c'est qu'il vous prend pour une autre.
- Comment, pour une autre ? il me connaît depuis longtemps.
- Et moi, je vous dis qu'il vous prend pour une autre ; il vous prend pour une personne
instruite.
- Pour une personne instruite ! Que voulez-vous dire par là ? Je ne suis pas une ignorante.
- Je ne dis pas cela ; mais vous ne savez pas ce que c'est que l'infaillibilité du Pape. Ces
questions-là, voyez-vous, ne sont pas du domaine de tout le monde; et les trois quarts des
dames qui font la controverse aujourd'hui sur le dos du Pape n'y entendent rien».
Et profitant de l'espèce de surprise qu'avait causée à cette dame une réponse si peu attendue, il
lui expliqua doucement et très simplement l'état de la question. Pour la première fois, la bonne
dame y vit clair.
- Comment ! dit-elle, ce n'est que cela, l'infaillibilité ? Mais alors j'y crois bien volontiers.
- Vous voyez bien, repartit finement le Capucin, que vous pouvez parfaitement recevoir
l'absolution».

Les pauvres femmes surtout, qui n'ont pas grâce d'état sur le terrain de la théologie et du droit
canonique, ont été séduites par les sophismes. Le grand art des tenants de l'opposition
consistait, en effet, à embrouiller les questions les plus claires. C'est ce que disait le Saint-Père
lui-même, il n'y a pas longtemps :

«Il importe avant tout de repousser les tentatives de ceux qui cherchent à fausser l'idée de
l'infaillibilité. Quelques-uns voudraient m'entendre expliquer et éclaircir la définition
conciliaire. Je ne le ferai pas. Elle est claire par elle-même, et n'a besoin ni de commentaire ni
d'explications. Il suffit de lire le décret avec un esprit sincère ; son vrai sens se présente
facilement et tout naturellement» (Réponse à la députation de l'Académie de la Religion
catholique de Rome, juillet 1871).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  gabrielle le Sam 5 Mai - 14:40

Lucie a écrit:Voici ce que disait Mgr de Ségur à son époque. Il est vrai qu'à son époque, il y avait des Evêques et des prêtres, et des laïcs en grand nombre. Ce qu'il disait était donc vrai à son époque. On n'avait pas besoin des femmes.

Que les dames veuillent bien s'occuper de leur intérieur, de leur famille et de leurs bonnes œuvres, de leurs aimables et modestes travaux, et qu'elles ne fassent plus d'invasion dans le champ de la théologie ni du droit canonique.

Mais il ajoute également :


II est parfaitement permis aux femmes de s'occuper de religion et de doctrine ; elles le doivent même ; car, pour la femme comme pour l'homme, la religion est la grande affaire de la vie ; mais elles doivent s'en occuper en femmes, en chrétiennes douces et modestes, profondément soumises à l'Eglise, et obéissantes en cela comme en tout.

Mais notre époque est telle, les fidèles si peu nombreux, que la nécessité oblige les femmes même, après les laïcs, à suivre les prescriptions de Léon XIII.

SAPIENTIAE CHRISTIANAE, Léon XIII :

18 - Mais, en cette même matière qui regarde la foi chrétienne, il est d'autres devoirs, dont le fidèle et religieux accomplissement, nécessaire en tous les temps aux intérêts du salut, l'est plus particulièrement encore de nos jours.

19 - Dans ce déluge universel d'opinions, c'est la mission de l'Eglise de protéger la vérité et d'arracher l'erreur des âmes, et cette mission, elle la doit remplir saintement et toujours, car à sa garde ont été confiés l'honneur de Dieu et le salut des hommes. Mais, quand les circonstances en font une nécessité, ce ne sont pas seulement les prélats qui doivent veiller à l'intégrité de la foi, mais, comme le dit saint Thomas: " Chacun (Lucie : et chacune) est tenu de manifester publiquement sa foi, soit pour instruire et encourager les autres fidèles, soit pour repousser les attaques des adversaires ".

20 - Reculer devant l'ennemi et garder le silence, lorsque de toutes parts s'élèvent de telles clameurs contre la vérité, c'est le fait d'un homme sans caractère, ou qui doute de la vérité de sa croyance. Dans les deux cas, une telle conduite est honteuse et elle fait injure à Dieu; elle est incompatible avec le salut de chacun et avec le salut de tous; elle n'est avantageuse qu'aux seuls ennemis de la foi; car rien n'enhardit autant l'audace des méchants que la faiblesse des bons.

Bien entendu, les femmes n'enseigneront pas car cela est interdit à tout laïc, mais elles entrent en lice au même titre que les laïcs hommes, qui ne font pas partie non plus de l'Eglise enseignante, et n'ont donc eux aussi qu'une autorité officieuse :

Père Toulemont : Mais une chose très digne de remarque, c'est que les révélations privées les plus nombreuses et celles qui justifient le mieux ce nom ont été plus fréquemment accordées à des femmes qu'à des hommes. En quoi il ne faudrait point voir une dérogation à la parole de saint Paul qui défend aux femmes d'enseigner dans l'Église ; car cette défense confirmée et expliquée par la tradition tout entière ne doit s'entendre que d'un enseignement public et revêtu d'un caractère d'autorité officielle. Quant à l'enseignement privé officieux, la divine Providence, bien loin d'en exclure les femmes, semble au contraire le leur avoir confié d'une manière spéciale. N'est-ce pas des lèvres vénérées de nos mères que nous avons tous reçu les premiers germes de la foi ? N'est-ce pas le zèle de quelques pieuses princesses, parfois de simples esclaves chrétiennes, qui a servi d'instruments à la conversion de plusieurs peuples entiers ? Les révélations privées, nous l'avons déjà fait remarquer, n'appartiennent nullement au ministère doctrinal de l'Église. Rien donc ne s'oppose à ce que des femmes soient admises à la participation de ces grâces extraordinaires. Plusieurs théologiens même ont expliqué par des raisons de convenance comment un tel privilège pouvait leur être communiqué d'une manière plus abondante et comme de préférence.

Personne ici n'entends déroger à quoique ce soit des prérogatives de l'Eglise enseignante.

Les pauvres femmes surtout, qui n'ont pas grâce d'état sur le terrain de la théologie et du droit canonique, ont été séduites par les sophismes.

Mais aujourd'hui, elles ont grâce de nécessité. Pourquoi ? Parce que, dit Mgr de Ségur :



II est parfaitement permis aux femmes de s'occuper de religion et de doctrine ; elles le doivent même ; car, pour la femme comme pour l'homme, la religion est la grande affaire de la vie ; mais elles doivent s'en occuper en femmes, en chrétiennes douces et modestes, profondément soumises à l'Eglise, et obéissantes en cela comme en tout.

La femme doit aujourd'hui s'occuper de religion et de doctrine.
La doctrine comprend également de connaître ses pasteurs légitimes, ce qui n'est pas évident à notre époque. Les femmes vont-elles donc se laisser tromper sous prétexte qu'elles ne peuvent pas étudier ? Notre foi étant en danger, nous nous devons, en tant que chrétiens (ou chrétiennes) de réagir. Mais sans pasteurs, comment ferons-nous, pauvres femmes ? Dieu nous donne donc, exceptionnellement, le droit et la grâce de nous occuper de Droit Canon, et ce, uniquement pour ce qui nous est nécessaire.

La conservation de la Foi prime avant tout.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  gabrielle le Sam 5 Mai - 14:46

Lucie a écrit:
DISCOURS AUX MEMBRES DE L'UNION DES LIGUES FÉMININES CATHOLIQUES
(14 avril 1939) 1

Ce jour, le Souverain Pontife reçut en audience les 700 participants au Congrès international qui s'est ouvert à Rome le 11 avril et réunit les deux sections de l'Union internationale des Ligues féminines d'Action catholique. A près avoir écouté les adresses d'hommage de Mme Steenberghe, présidente de l'Union, et de Mlle de Hemptinne, présidente de la section des jeunes, le Saint-Père rappela à l'assemblée la mission providentielle de l'Action catholique à l'heure actuelle.

1 D'après le texte français de Discorsi e Radiomessaggi, t. I, p. 43. Les sous-titres sont de la Documentation Catholique, t. XL, col. 619.

C'est avec un vif sentiment de joie et d'espérance que Nous vous recevons aujourd'hui, dames et jeunes filles déléguées par l'Union internationale des Ligues féminines catholiques à son 10e Congrès. Avec joie, car vous représentez ici des millions d'âmes, généreuses comme les vôtres, prêtant comme vous à l'apostolat hiérarchique de l'Eglise, à travers le monde, un concours docile et dévoué. Avec espoir, car votre visite elle-même, et la pensée que vous avez eue de tenir ce congrès près du Siège apostolique, sont pour Nous, de votre part, les gages d'un travail toujours plus éclairé et plus actif.

Thème du congrès indiqué par Pie XI : formation et préparation de la femme catholique à l'apostolat.

Vous êtes venues à Rome pour prier et pour étudier ensemble un beau et ample programme, condensé en quelques mots, qui restent pour vous les novissima verba de Notre prédécesseur Pie XI, de vénérée mémoire : formation et préparation de la femme catholique, dans ses divers champs d'apostolat, pour la restauration chrétienne de la société contemporaine.

La formation, la préparation à l'apostolat ? Ecoutez saint Paul vous en révéler les bases mêmes, en vous proposant l'exemple de Jésus-Christ : « La grâce de Dieu Notre-Seigneur s'est manifestée... Elle nous enseigne... à vivre dans le siècle présent avec tempérance, justice et piété... Ne vous conformez pas au siècle présent, mais transformez-vous par le renouvellement de l'esprit» (Tt 2,11-13 Rm 12,2).

C'est bien là le programme d'une formation spirituelle parfaite : car l'apostolat le plus efficace, irremplaçable, est celui d'une vie sainte et pieuse, agissant par l'exemple et par la prière. Voilà pourquoi, entre les formes diverses de votre activité, cet apostolat de l'exemple occupe la première place. Voilà aussi pourquoi vous venez avant tout prier et demander le secours de la grâce sur ce tombeau du Prince des apôtres, qui semble être ici-bas une source abondante de secours surnaturels et le point de départ de tout apostolat fécond.

En vous y voyant aujourd'hui, Notre pensée se reporte vers ces nobles et ardentes chrétiennes qui, dès l'origine de l'Eglise, ont collaboré avec les apôtres et les pasteurs d'âmes à la diffusion de l'Evangile, méritant d'être louées par la hiérarchie d'alors et d'avoir «leurs noms», disait saint Paul, «inscrits au livre de vie» (Ph 4,3). C'est de ces femmes et jeunes filles que les affiliées de vos Ligues continuent les glorieuses traditions. Aussi, vos travaux font votre éloge et Nous révèlent combien vastes déjà sont vos « champs d'apostolat », que vous voulez encore élargir.

Apostolat social : conquête du milieu par le milieu.

Il fut un temps — peut-être — où l'activité apostolique de la femme pouvait se limiter à sauvegarder et entretenir la vie chrétienne du foyer. Il n'en va pas ainsi de nos jours, où toute la vie familiale subit nécessairement et immédiatement l'influence du milieu social dans lequel elle se développe.
De cette ambiance sociale dépendra, pour une large part, la température spirituelle de la famille, donc sa vie morale et religieuse. Voilà pourquoi la femme catholique d'aujourd'hui prend conscience de ses devoirs sociaux. C'est à mieux comprendre ces devoirs, par une étude en commun, que travaillent vos Congrès ; c'est à les mieux remplir toujours que s'applique l'effort de vos Ligues. Ainsi s'expliquent les formes, si admirablement variées, de cet effort.

Toutes pareilles, en effet, dans leur principe, parce qu'elles concernent toujours la défense nécessaire des droits de Dieu et des âmes, vos oeuvres d'apostolat sont multiples et diverses dans leur exercice, parce que vous les adaptez à la diversité des pays et des temps.

Car l'apôtre, pour être écouté, doit parler, non pas à des représentants de quelque humanité abstraite qui serait de tous les pays, de tous les temps et de toutes les conditions, mais à tel ou tel groupe de ses semblables, à tel âge, dans tel pays, à tel échelon de la hiérarchie sociale. C'est là une des règles d'or tracée par le Pontife à jamais regretté, qui fut un grand promoteur de l'Action catholique et qui en reste maintenant l'invisible inspirateur.

Tout cela, vous le savez. Et vous savez aussi que l'Action catholique étant une collaboration à l'apostolat hiérarchique, ses membres doivent être soumis à la hiérarchie ecclésiastique à laquelle appartient de droit la mission apostolique, ainsi que son organisation dans le monde entier : Euntes, docete omnes gentes (Mt 28,19). C'est précisément pour cela que vous venez, comme vous le disiez tout à l'heure, en apportant ici vos informations, qui sont riches et consolantes, recevoir des directives, qui seront surtout encourageantes.

II
La collaboration féminine pour ramener à Dieu le monde qui le méconnaît par le retour à Dieu et à l'Evangile.

Dans toutes les grandes oeuvres humaines, comme dans l'oeuvre humano-divine de la Rédemption, Dieu a fait de la femme l'associée et l'auxiliaire de l'homme. Mais cette collaboration féminine dans la diffusion et la défense du royaume de Dieu Nous semble plus opportune aujourd'hui que jamais.


En effet, le mal dont souffre l'humanité est l'oubli, la méconnaissance, parfois même la négation absolue des réalités invisibles, des plus nobles valeurs morales et de tout idéal surnaturel. En ce siècle de mécanisme, la personne humaine n'est souvent qu'un instrument perfectionné de travail ou — hélas ! — de combat. La jouissance matérielle et immédiate attise et borne tout ensemble l'ambition des foules.

Notre société humaine menace de n'en être bientôt plus une, tant ses éléments constitutifs se désagrègent, sous nos yeux, dans l’égoïsme matérialiste, ou se dressent les uns contre les autres. Ce qu'il reste de véritable vie sociale tend à n'être plus régi que par le jeu des intérêts individuels et la compétition des appétits collectifs.

Il est vrai, les tentatives ne manquent pas pour refaire, dans cette dispersion des personnalités humaines, quelque unité. Mais les plans propagés pécheront toujours par la base s'ils partent du même principe que le mal auquel ils voudraient remédier. On ne guérira pas la blessure, on ne bridera pas la déchirure profonde de notre humanité individualiste et matérialiste par un système, quel qu'il soit, s'il reste lui-même matérialiste dans ses principes et mécanique dans ses applications.

Pour panser cette plaie, il n'est qu'un baume efficace : le retour de l'esprit et du coeur humain à la connaissance et à l'amour de Dieu, le Père commun, et de celui qu'il a envoyé pour sauver le monde, Jésus-Christ. Or, pour verser l'onction de ce baume sur les chairs vives d'une humanité meurtrie par tant de chocs, les mains des femmes semblent providentiellement préparées, rendues plus douces par la sensibilité plus affinée, par la tendresse plus délicate du coeur.

La mission sociale des dames et jeunes filles catholiques.

A vous donc, dames et jeunes filles catholiques, de vous pencher vers la grande blessée ; guidées et aidées par Dieu, relevez-la, encouragez-la ; refaites de cette multitude grégaire une société organique, dans la paisible hiérarchie des fonctions et des charges, dans le respect des devoirs et des droits, dans l'harmonieuse coordination des familles stables et fécondes. Que par vous la multiplicité des groupes ethniques retrouve l'unité de la filiation divine et de la fraternité humaine. Que le communisme recule et disparaisse devant la communauté des hommes ; que leur communauté s'achève dans la communion chrétienne.


Alors seulement se réalisera cette unité dans l'ordre, unitas ordinis, dont parle saint Thomas, et qui doit être l'idéal de vos âmes, le but suprême de vos efforts. Mais alors aussi, en travaillant pour le bien universel, chacune de vous travaillera pour le salut de sa patrie et pour le bonheur de sa famille, précisément parce que l'ordre est un : il ne peut régner dans les âmes, dans les nations, dans l'humanité tout entière, que si chaque chose est à sa place ; si Dieu, par conséquent, occupe partout la seule place qui lui convienne : la première. Et alors enfin, dans la stabilité de l'ordre, descendra sur la terre cette paix qu'appellent le désir angoissé des peuples et, douloureux entre tous, le sanglot désespéré des mères.

Voilà votre mission ; elle est très haute ; elle veut de l'élan, de la persévérance ; il y faudra parfois de l'héroïsme. Mais elle est assurée de la victoire parce que l'esprit finit toujours par vaincre la matière, et le droit par triompher sur les ruines accumulées par la violence. L'histoire le montre et Dieu nous l'a promis : la mesure de notre victoire est celle de notre foi : Haec est victoria, quae vincit mundum, fides nostra (1Jn 5,4).


Les deux sections de l'Union, fleurs et fruits du même arbre.

Est-il besoin d'ajouter que, pour faire régner l'ordre et la paix autour d'elles, vos Ligues doivent d'abord les sauvegarder en elles-mêmes ? A cet égard, il Nous plaît singulièrement de voir, dans votre Union internationale, se juxtaposer harmonieusement, à la section des dames, celle des jeunes filles. Ce sont comme les fleurs et les fruits, qui parfois ornent ensemble certains arbres privilégiés. A côté des ouvrières déjà chargées de mérites et riches d'expérience se rangent joyeusement les apprenties qui aspirent à se dévouer et pour cela demandent « préparation et formation », recevant les conseils de leurs devancières, moins comme des leçons imposées que comme des trésors offerts. Chacune des deux sections a ses méthodes et ses pratiques ; car là encore une adaptation de chacune à son milieu est nécessaire. Mais sous ces différences extérieures brûle dans les âmes — pour lesquelles il n'y a pas d'âge — la même flamme intérieure d'un zèle purement surnaturel.

Aussi par l'intercession de la très douce Vierge Marie, dont vous avez eu la délicate attention de Nous offrir les images telles qu'elles sont vénérées dans chacun de vos chers pays, Nous appelons la protection toujours plus efficace de Dieu sur les évêques qui vous envoient, sur vous-mêmes, sur toutes les affiliées de vos Ligues — que vous représentez — sur leurs familles et les vôtres, sur vos travaux et les leurs, et Nous vous accordons de tout coeur, comme gage des faveurs divines, la Bénédiction apostolique.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Invité le Sam 5 Mai - 14:47

Ce qui empêche une femme de s'occuper de théologie c'est la faiblesse de sa nature, son incapacité à raisonner sans passion ni sentimentalisme.

pas de raison que cela change aujourd'hui.

Le rôle de la femme c'est de témoigner de sa Foi par sa vie de femme chrétienne, selon son état, demoiselle, épouse, mère, et d'enseigner ses enfants quand elle en a. Pas de se prendre pour un orateur sur un forum religieux.

Le principe du forum étant déjà "border line" pour un homme, pour une femme, c'est au delà du raisonnable.



Evidemment les dames, même les plus grandes, même les meilleures, ne sont pas nées
pour la philosophie ni pour la théologie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  gabrielle le Sam 5 Mai - 14:54

II est parfaitement permis aux femmes de s'occuper de religion et de doctrine ; elles le doivent même ; car, pour la femme comme pour l'homme, la religion est la grande affaire de la vie ; mais elles doivent s'en occuper en femmes, en chrétiennes douces et modestes, profondément soumises à l'Eglise, et obéissantes en cela comme en tout.
Mgr de Ségur..

Vous sentez-vous soumis à l'Église, avec vos théories du GM et du danger de mort spirituelle, comme l'a démontré Sandrine sur Doctrine?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Eric le Sam 5 Mai - 14:55

Arnaud de corbières a écrit:Ce qui empêche une femme de s'occuper de théologie c'est la faiblesse de sa nature, son incapacité à raisonner sans passion ni sentimentalisme.

pas de raison que cela change aujourd'hui.
Hé !
Vous faites une différence entre théologie positive (ou casuistique) et théologie spéculative ?
avatar
Eric

Nombre de messages : 3054
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  Invité le Sam 5 Mai - 15:01

gabrielle a écrit:
II est parfaitement permis aux femmes de s'occuper de religion et de doctrine ; elles le doivent même ; car, pour la femme comme pour l'homme, la religion est la grande affaire de la vie ; mais elles doivent s'en occuper en femmes, en chrétiennes douces et modestes, profondément soumises à l'Eglise, et obéissantes en cela comme en tout.
Mgr de Ségur..

Vous sentez-vous soumis à l'Église, avec vos théories du GM et du danger de mort spirituelle, comme l'a démontré Sandrine sur Doctrine?
J'ai répondu sur la mort spirituelle, inutile d'insister en faisant "comme si" je n'avais rien dit.

Quand au Grand Monarque, et au Grand Pape, d'autres avant moi ont essayé de vous le faire comprendre, ils étaient autrement plus qualifiés.
On en reparlera sur le moment, quand le GRAND MONARQUE et le GRAND PAPE seront là et que leur Autorité ne pourra plus être discutée.

Certains n'auront pas la même assurance et le même mépris lorsqu'ils seront en face d'eux .


Cet imbécile d'EML, qui a été ressorti du placard par "Eric", il n'a qu'à venir ici s'il se croit si malin.

Moi j'abdique, on ne parle pas aux sourds.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: PRIEZ pour le Curé Schoonbroodt

Message  ROBERT. le Sam 5 Mai - 16:11

Arnaud de corbières a écrit:Ce qui empêche une femme de s'occuper de théologie c'est la faiblesse de sa nature, son incapacité à raisonner sans passion ni sentimentalisme. (...)

Pour être objectif Arnaud, la faiblesse, la passion et le

sentimentalisme ne sont pas l'apanage exclusif du sexe opposé !!

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31861
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum