L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Roger Boivin le Mar 07 Sep 2010, 1:29 pm

L'anulation de mariage chez les conciliabuliaire, les modernistes, est-ce ni plus ni moins qu'un divorce déguisé, qu'on a affublé tout simplement d'un autre terme ? ..pour jeter de la poudre aux yeux.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10701
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Mar 07 Sep 2010, 1:58 pm

C'est un peu ça.

Les intrus ont mulitplié les causes de déclaration de nullité , ce qui fait que le nombre a explosé.

Si vous me le permettez, ( je viens juste d'arriver) je vais vous revenir sur ce point.

Je vais faire des recherches




avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Roger Boivin le Mar 07 Sep 2010, 2:04 pm

gabrielle a écrit:C'est un peu ça.

Les intrus ont mulitplié les causes de déclaration de nullité , ce qui fait que le nombre a explosé.

Si vous me le permettez, ( je viens juste d'arriver) je vais vous revenir sur ce point.

Je vais faire des recherches



..et bien étoffées !

Merci.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10701
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Sam 11 Sep 2010, 11:02 am

Can 1118. Le mariage valide ratum et consumatum ne peut être dissous par aucune puissance humaine ni pour aucune cause, sauf la mort.

C'est un début Laughing
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Via Crucis le Sam 11 Sep 2010, 4:56 pm

Gabrielle a cité :

Can 1118. Le mariage valide ratum et consumatum ne peut être dissous par aucune puissance humaine ni pour aucune cause, sauf la mort.

Que veut dire le mot "ratum" ?

Merci !Very Happy
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  ROBERT. le Sam 11 Sep 2010, 7:18 pm

Via Crucis a écrit:Gabrielle a cité :

Can 1118. Le mariage valide ratum et consumatum ne peut être dissous par aucune puissance humaine ni pour aucune cause, sauf la mort.

Que veut dire le mot "ratum" ?

Merci !Very Happy


A première vue: ratum et consumatum = ratifié(célébré) et consommé.


Dernière édition par ROBERT. le Sam 11 Sep 2010, 7:21 pm, édité 1 fois (Raison : ajout de (célébré))
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32037
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Roger Boivin le Sam 11 Sep 2010, 7:18 pm

Via Crucis a écrit:Gabrielle a cité :

Can 1118. Le mariage valide ratum et consumatum ne peut être dissous par aucune puissance humaine ni pour aucune cause, sauf la mort.

Que veut dire le mot "ratum" ?

Merci !Very Happy

En fait c'est, entre guillemets, "ratum et consummatum".
Mais évidemment je ne sais pas ce que ca veut dire.

Dans un livre de L. Mullier, S.Sp. Docteur en Théologie, Professeur de Morale,
SOMMEde THÉOLOGIE MORALE sous forme de code, avec tout ce qui faut d'approbation, 1936 ; ce can. 1118 , a une variante dans les mots :

Le mariage valide " ratum et consummatum " ne peut être dissous par aucun pouvoir humain et pour aucune autre cause que la mort (d'un des conjoint). (Can. 1118.)
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10701
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Roger Boivin le Sam 11 Sep 2010, 7:37 pm

De ce même livre p. 449, n° 1214-1215, voici :


V° Partie. -- La Dissolution du Mariage.
Chapitre I . -- La dissolution du Mariage entre fidèles.

suit le ( Can. 1118, cité plus haut )

Art. I. -- La rupture du lien conjugale.
1. -
2. -
3. - Le Saint-Siège ne peut dispenser validement que pour une raison grave , vu qu'il dispense au nom de Dieu, en vertu d'un pouvoir ministériel ; mais il suffit qu'il y ait une cause grave d'ordre du bien privé, telle que la nullité probable du mariage, l'impossibilité morale pour les conjoints de cohabiter, la crainte de l'adultère, le mariage civil déjà conclu de l'un des conjoints avec une tierce personne, une maladie contagieuse, etc... (Les italiques sont du livre.)


Donc, le Saint-Siège.

( Est-ce lui seul qui a le pouvoir d'accorder une rupture de lien conjugale ? )
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10701
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Arthur le Sam 11 Sep 2010, 9:41 pm

À propos d'un mariage valide et non consommé entre deux baptisés ou entre un baptisé et un infidèle :

Si, pour une juste cause__ abandon incompatibilité d'humeur, impuissance douteuse, etc, les époux, ou même l'un des deux seulement malgré l'opposition de l'autre, en faisaient la demande, le Souverain Pontife, seul, possède le pouvoir de rompre ce lien.

Catéchisme cathoique du mariage (P.Barbara)

Arthur

Nombre de messages : 1510
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  ROBERT. le Sam 11 Sep 2010, 10:04 pm

Arthur a écrit:À propos d'un mariage valide et non consommé entre deux baptisés ou entre un baptisé et un infidèle :

Si, pour une juste cause__ abandon incompatibilité d'humeur, impuissance douteuse, etc, les époux, ou même l'un des deux seulement malgré l'opposition de l'autre, en faisaient la demande, le Souverain Pontife, seul, possède le pouvoir de rompre ce lien.

Catéchisme cathoique du mariage (P.Barbara)

Serait-ce le Canon 1119 ?
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32037
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 2:24 am

roger a écrit: De ce même livre p. 449, n° 1214-1215, voici :


V° Partie. -- La Dissolution du Mariage.
Chapitre I . -- La dissolution du Mariage entre fidèles.

suit le ( Can. 1118, cité plus haut )

Art. I. -- La rupture du lien conjugale.
1. -
2. -
3. - Le Saint-Siège ne peut dispenser validement que pour une raison grave , vu qu'il dispense au nom de Dieu, en vertu d'un pouvoir ministériel ; mais il suffit qu'il y ait une cause grave d'ordre du bien privé, telle que la nullité probable du mariage, l'impossibilité morale pour les conjoints de cohabiter, la crainte de l'adultère, le mariage civil déjà conclu de l'un des conjoints avec une tierce personne, une maladie contagieuse, etc... (Les italiques sont du livre.)


Donc, le Saint-Siège.

( Est-ce lui seul qui a le pouvoir d'accorder une rupture de lien conjugale ? )


Il me semble, cher Roger que vous avez eu un problème d'interprétation.
Il est dit en effet :
Le Saint-Siège ne peut dispenser validement que pour une raison grave :
Or, dispenser du lien conjugal n'est pas rompre. Les raisons donné ici comme "l'impossibilité morale pour les conjoints de cohabiter", "la crainte de l'adultère" ne sont en aucune manière des raisons de nullité du mariage.


Dernière édition par Gérard le Dim 12 Sep 2010, 3:59 am, édité 1 fois
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 3:04 am

ROBERT. a écrit:
Arthur a écrit:À propos d'un mariage valide et non consommé entre deux baptisés ou entre un baptisé et un infidèle :

Si, pour une juste cause__ abandon incompatibilité d'humeur, impuissance douteuse, etc, les époux, ou même l'un des deux seulement malgré l'opposition de l'autre, en faisaient la demande, le Souverain Pontife, seul, possède le pouvoir de rompre ce lien.

Catéchisme catholique du mariage (P.Barbara)

Serait-ce le Canon 1119 ?

Arrêtez de vous référer à Barbara qui a passé sa vie à dire n'importe quoi. Et ce n'est pas l'approbation de Marcel qui a fondé l'église conciliaire par ses hérésies qui fait de cette poubelle un livre de référence !

Si vous regardez en face ce que vient de dire Barbara, cela veut dire que le pape peut légitimer TOUS les divorces. Car, je regrette mais la cause de TOUS les divorces, c'est "l'incompatibilité d'humeur"
Dans cette affaire, il ne faut pas oublier que le pape lui-même ne peut pas rompre le lien du mariage....mais seulement constater qu'un mariage a été nul.
Une exception toutefois. C'est le cas où les époux n'ont pas consommé "consumatum" le mariage, c'est à dire accompli l'acte conjugal.
Mais faut pas rêver, c'est l'exception de l'exception car, à part Saint Jospeh et la Sainte Vierge et les très rares saints qui y ont été appelés, les mariés consomment leur mariage...et ceux qui ne veulent pas consommer un mariage...ne se marient pas !

Sur un autre sujet, déjà vu sur Te Deum et très important pour notre instruction car il nous concerne :
Tous ceux qui ont été baptisés dans l'Eglise catholique ou qui y ont été convertis ensuite doivent nécessairement pour que leur mariage soit valide faire un mariage selon une forme canonique de l'Eglise ...sous peine de nullité.

Ce qui fait que ceux qui sont nés et baptisés dans la fraternité et qui se marient sont mariés validement n'ayant pas été baptisés dans l'EGlise mais dans la secte lefèbvro-conciliaire...
De même ceux qui ont été baptisés dans l'église conciliaire et qui se marient civilement, ce mariage (curieusement) fait office de sacrement, car aucun baptisé ne peut prétendre au mariage lien naturel des païens.
Par contre, ceux qui comme moi ou comme certains de mes enfants qui sont nés dans l'Eglise catholique ou qui y sont venus par la suite à cette église ne peuvent prétendre à un mariage valide que s'il est fait selon la forme canonique de l'Eglise, c'est à dire soit par mandat de l'Eglise catholique (ce qui est impossible aujourd'hui) soit selon le Canon 1098 en l'absence de prêtre mandaté par l'Eglise... ce qui fait aussi que beaucoup d'entre nous sont des enfants naturels nés hors mariage.

Cependant, ceux qui ne sont pas mariés peuvent toujours se mariés et le mariage légitime les enfants...même ceux qui sont nés avant selon le terme employé par l'Eglise "légitimé par mariage subséquent"

Je pense que CMI nous apportera, à nouveau, son aide précieuse dans ce domaine difficile !

Mon mariage de 1972 était donc invalide, ce pourquoi j'ai du me marié en 1999 et ce qui est le plus triste, c'est que 4 de mes enfants qui sont retournés à la Fraternité ont eu dans cette secte un mariage invalide et vivent actuellement en concubinage
Mon témoignage fait hurler un grand nombre de personnes mais je me fous de leurs hurlements ! Ce que je veux, ce sont des arguments d'Eglise, des arguments du Droit Canon qui régit AVEC AUTORITE toutes ces choses et dont les hurleurs ou singes-hurleurs se foutent éperdument.

Pour ma part, je suis resté longtemps à refuser cette éventualité de l'invalidité de mon mariage pour le motif suivant:
Nous avions mon épouse et moi-même l'intention indiscutable de nous marier devant l'Eglise catholique, donc nous étions bien mariés validement.
Cet argument est faux !
Pourquoi ?
Tout simplement parce que les désirs ne font pas la réalité. Or, bien que nous désirions nous mariés devant la vraie Eglise catholique, ce n'était pas l'Eglise catholique devant laquelle nous nous sommes mariés.
Or, l'EGlise dans ces Canons exige que ceux qui ont été baptisés dans l'EGlise catholique se marient devant cette Eglise et ceci OBJECTIVEMENT...le désir ne pouvant faire la réalité !
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010, 3:31 am

Heureusement, Gérard, qu'il existe (reconnu par le catéchisme) le baptême de désir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 3:56 am

Arnaud de corbières a écrit:Heureusement, Gérard, qu'il existe (reconnu par le catéchisme) le baptême de désir.

Est-ce que je conteste le baptême de désir reconnu par le catéchisme ?

Et parce qu'existe le baptême de désir cela fait exister :

la confirmation de désir
le sacerdoce de désir
et le mariage de désir ?
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010, 4:49 am

Il est simplement inexact d'affirmer catégoriquement que le désir ne fait pas la réalité.
Concernant le mariage rappelons le, la présence du prêtre n'est pas indispensable. Ce sont les époux qui scellent le mariage en voulant s'unir catholiquement. De même des personnes qui se marient devant un abbé conciliaire sont belle et bien mariés devant Dieu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Invité le Dim 12 Sep 2010, 4:50 am

Cependant il est vrai qu'il ne suffit pas de désirer la confirmation par exemple pour recevoir le sacrement la grâce et les effets.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 5:45 am

Arnaud de corbières a écrit:Il est simplement inexact d'affirmer catégoriquement que le désir ne fait pas la réalité.
Concernant le mariage rappelons le, la présence du prêtre n'est pas indispensable. Ce sont les époux qui scellent le mariage en voulant s'unir catholiquement. De même des personnes qui se marient devant un abbé conciliaire sont belle et bien mariés devant Dieu.

Pour que vous ne restiez pas dans cette erreur, cher Arnaud, je vous donne ici, le décret Tametsi qui a mis fin à la validité des mariages sans prêtres dument mandaté par l'Eglise :


Décret Tametsi, Concile de Trente en l’année 1563

Canon 1813
Cap. 1 [motif et teneur de la loi ] On ne doit pas douter que les mariages clandestins, qui sont faits avec le libre consentement des contractants, sont des mariages valides et véritables, tant que l’Eglise ne les a pas rendus invalides : aussi est-ce à bon droit que doivent être condamnés, comme le saint concile les condamne par anathème, ceux qui nient que ces mariages sont véritables et valides et affirment faussement que les mariages contractés par les fils de famille, sans le consentement des parents, sont invalides et que les parents peuvent les faire valides ou invalides. La Sainte Eglise néanmoins, pour de très juste raisons, a toujours eu ces mariages en horreur et les a défendus.

Canon 1814

Mais le Saint Synode s’aperçoit que ces défenses ne servent plus à rien en raison de la désobéissance des hommes ; il pèse la gravité des péchés venant de ces mariages clandestins, particulièrement pour ceux qui demeurent dans l’état de damnation lorsque, après avoir abandonné la première épouse avec laquelle ils avaient contracté mariage, ils contractent publiquement un mariage avec une autre et vivent avec elle en un perpétuel adultère ; l’Eglise qui ne porte pas de jugement sur les choses secrètes, ne peut apporter remède à ce mal qu’en recourant à un remèdes plus efficace. C’est pourquoi, mettant ses pas dans les pas du Saint Concile du Latran [IV] tenu sous Innocent III [voir * 817], le Concile ordonne ce qui suit. A l’avenir, avant que soit contracté le mariage, trois fois, trois jour de fête consécutifs, le curé des parties contractantes annoncera publiquement dans l’église, pendant la célébration de la messe, entre qui le mariage doit être contracté. Ces annonces faites, si ne s’y oppose aucun empêchement légitime, on procédera à la célébration du mariage devant l’Eglise, après avoir interrogé l’homme et la femme ; une fois bien compris qu’il y a consentement mutuel de leur part, le curé dira : « Je vous uni par le mariage, au Nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit », ou bien il se servira d’une autre formule, conformément au rite reçu de chaque province..

Par conséquent, un mariage clandestin de personnes baptisées dans l'EGlise ou ayant appartenues à l'Eglise catholique est INVALIDE ce n'est ni à moi ni à vous de décider du contraire.
S'il y a une forme canonique qui permet un mariage sans prêtre, ce mariage n'est pas valide parce qu'il n'y a pas de prêtre mais parce que ce mariage a été fait selon la forme canonique prévue par l'Eglise canon 1098

avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 6:03 am

Arnaud de corbières a écrit: De même des personnes qui se marient devant un abbé conciliaire sont belle et bien mariés devant Dieu.

Oui, si elles n'ont pas été baptisées dans l'Eglise catholique ou appartenues à cette Eglise
Non, elles ne sont pas mariées si elles ont été baptisées dans l'Eglise ou qu'elles lui ont appartenu un jour
Par conséquent, ni l'église conciliaire, ni la Frate ne peut mariés des personnes validement si ces personnes ont été baptisées dans l'Eglise catholique ou qu'elles ont appartenues un jour à cette église.
D'ailleurs, les personnes que l'église conciliaire ou la Frate pourraient mariées validement sont déjà mariées à leur mariage civil qu'elles ont faites avant...
En effet, si je ne me trompe pas les hérétiques baptisés hors de l'Eglise, leur mariage civil leur fait office de sacrement (bien que j'ai du mal à comprendre que cela se puisse ainsi !)!
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 6:29 am

Arnaud de corbières a écrit:Cependant il est vrai qu'il ne suffit pas de désirer la confirmation par exemple pour recevoir le sacrement la grâce et les effets.

Il en est un peu aussi de même pour le baptême bien qu'on puisse avoir les effets du bapteme par le baptême de désir.

En effet, tout catéchumène désire le baptême et ne reçoit rien de ce sacrement tant qu'il n'a pas été baptisé.
Le baptême de désir n'étant qu'une exception où la personne désire le baptême et que Dieu dans sa miséricorde lui en donne l'effet parce qu'étant à l'article de la mort, cette personne ne peut le recevoir réellement.

Il faut aussi préciser qu'il n'y a aucun sacrement que l'on peut recevoir par désir. Nous n'en recevons que les effets puisque la définition du sacrement c'est
"Un signe sensible qui nous donne ou augmente en nous la Grâce sanctifiante".
Or, par le désir nous ne reçevons pas ce signe sensible...mais cependant les effets et tous les effets !
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Dim 12 Sep 2010, 8:34 am

Via Crucis a écrit:Gabrielle a cité :

Can 1118. Le mariage valide ratum et consumatum ne peut être dissous par aucune puissance humaine ni pour aucune cause, sauf la mort.

Que veut dire le mot "ratum" ?

Merci !Very Happy

ratum et consumatum = sacramentel et consommé
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Dim 12 Sep 2010, 10:04 am

Le baptême de désir, enlève le péché originel, mais n'imprime pas le caractère.

avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  Gérard le Dim 12 Sep 2010, 10:14 am

gabrielle a écrit:Le baptême de désir, enlève le péché originel, mais n'imprime pas le caractère.


Merci, chère Gabrielle, de bien vouloir donner l'argument d'autorité de ce que vous venez d'affirmer.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Dim 12 Sep 2010, 10:18 am

Gérard a écrit:Si vous regardez en face ce que vient de dire Barbara, cela veut dire que le pape peut légitimer TOUS les divorces. Car, je regrette mais la cause de TOUS les divorces, c'est "l'incompatibilité d'humeur"

Dans cette affaire, il ne faut pas oublier que le pape lui-même ne peut pas rompre le lien du mariage....mais seulement constater qu'un mariage a été nul.

Une exception toutefois. C'est le cas où les époux n'ont pas consommé "consumatum" le mariage, c'est à dire accompli l'acte conjugal.

En effet, la déclaration en nullité de mariage serait tout à fait absurde pour "incompatibilité de caractère" .

Autant dire que le mariage n'est indissoluble.

Je crois, que cette raison est l'une de la secte et non celle de l'Église Catholique.

Voici, un texte qui confirme ce Gérard disait, que l'Église peut dispenser de la vie commune sans déclarer de nullité, car de fait on n'annule pas un mariage, on ne fait que constater et déclarer qu'il n'y a pas eu mariage.


Si quelqu'un dit que l'Église se trompe quand, pour des mutiples raisons, elle décide que les époux peuvent vivre séparés, sans vie conjugale ou sans vie en commun, pour un temps déterminé ou non déterminé, qu'il soit anathème ( Dumeige, La foi catholique, page 499)
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Dim 12 Sep 2010, 10:18 am

Gérard a écrit:
gabrielle a écrit:Le baptême de désir, enlève le péché originel, mais n'imprime pas le caractère.


Merci, chère Gabrielle, de bien vouloir donner l'argument d'autorité de ce que vous venez d'affirmer.

J'arrive
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'anulation de mariage chez les conciliabuliaires.

Message  gabrielle le Dim 12 Sep 2010, 10:36 am

Voilà mon ami.

Le baptême sacramentel peut être remplacé

En cas de nécessité, le baptême d'eau peut être remplacé par le baptême de désir et le baptême de sang. Sententia fidei proxima.

a) Le baptême de désir (baptismus flaminis sive Spiritus Sancti) Le baptême de désir est le désir formel ou implicite, joint à la contrition parfaite, du baptême sacramentel (votum baptismi).

Le concile de Trente enseigne que le passage de l'état de péché originel à l'état de grâce n'est pas possible « sans le bain de régénération ou son désir » (sine lavacro regenerationis aut ejus voto) (D 796;
cfr D 847, 388,413)-

D'après l'enseignement de la sainte Écriture, la charité parfaite possède une vertu justifiante. Luc, vu, 47 ; « Ses nombreux péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a montré beaucoup d'amour. » Jean, xiv, 21 : « Celui qui m'aime sera aimé de mon Père, et moi aussi je l'aimerai et je me manifesterai à lui. » Luc, xxm, 43 : « Aujourd'hui même tu seras avec moi dans le paradis. »

Les principaux témoins de la Tradition sont ici saint Ambroise et saint Augustin. Saint Ambroise dit, dans l'oraison funèbre de l'empereur Valen-tinien II, mort sans baptême : Ne possédait-il donc pas la grâce qu'il a désirée ? La grâce qu'il a demandée ?... Son pieux désir l'a lavé » (De obitu Valent., v, 53). Saint Augustin déclare : « Je trouve que non seulement le martyre pour le nom du Christ peut remplacer le baptême manquant, mais aussi la foi et la conversion du cœur (fidem conversionemque cordis), si le manque de temps ne permet pas de célébrer le baptême » (De bapt., iv, 22, 29). Dans la scolastique primitive, saint Bernard (Ep. 77 c. 2, n. 6-9), Hugues de Saint-Victor (De sacr., H, 6, 7) et la Somme des Sentences (v, 5) affirment la possibilité du baptême de désir contre Pierre Abélard (cfr S. Th., m, 68, 2).

Le baptême de désir agit ex opere operantis. Il confère la grâce de la justification à laquelle est attachée la remise du péché originel, de tous les péchés graves personnels et de la peine éternelle due au péché. Les péchés véniels et les peines temporelles dues au péché sont remis suivant le degré des dispositions subjectives. Le baptême de désir n'imprime pas le caractère baptismal.

Il en est de même pour le baptême de sang.

Réf: Précis de théologie dogmatique, Louis Ott, imprimatur 1954., pages 497-498
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17744
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum