L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Ven 11 Déc 2009, 5:39 pm

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3

IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:

.



IIA-IIæ QUESTION 3.

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.


Il y a maintenant des considérations à faire sur cet acte extérieur de la foi qui consiste à la confesser.

Deux questions se posent à ce sujet :

1. La confession de la foi est-elle un acte de la foi?

2. La confession de la foi est-elle nécessaire au salut? [70]



Note explicative :


[70] Qu. 3, prol. — Confesser sa foi, c'est l'affirmer extérieurement. Cela se fait principalement par paroles, la parole étant l'expression même et en quelque sorte le produit de la pensée. Mais cela peut se faire aussi par gestes : prendre certaines attitudes, revêtir certains habits, porter quelques insignes, c'est aussi une façon de confesser sa foi. Cette façon n'est pas exclue de la présente question. Mais c'est surtout l'autre qui est en vue. Et les deux conclusions tirent toute leur force de ce que précisément, quand on a de si grandes vérités dans l'esprit, on est porté à les exprimer. D'abord, en parler c'est y penser, c'est continuer l'acte de la foi : la parole fait prendre corps à la pensée, elle lui offre un débouché, elle lui prête un secours; répéter verbalement son Credo c'est s'en pénétrer mentalement.


De plus, cette foi est une si grande chose en soi, l'honneur de Dieu et l'utilité du prochain s'y trouvent tellement engagés, qu'jl est des circonstances où on ne peut pas, si l'on croit, ne pas parler : confesser la foi peut devenir dans certains cas une véritable nécessité pour le salut. Tel est le sens de ces deux articles. L'application en pourra être délicate, mais les principes sont limpides.

.



A suivre…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty Re: L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Sam 12 Déc 2009, 7:54 pm

.
.
L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3


IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:


.


QUESTION 3.

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.


ARTICLE 1. La confession est-elle un acte de la foi?


DIFFICULTÉS : 1. La confession, l'aveu, n'est pas, semble-t-il, un acte de la foi. Le même acte ne se rattache pas à diverses vertus. Or la confession se rattache à la pénitence : elle en est même une partie. Elle n'est donc pas un acte de la foi.


2. Ce qui retient l'homme de confesser sa foi, c'est de temps en temps la crainte ou encore quelque honte : aussi l'Apôtre demande-t-il qu'on prie pour lui afin que lui soit donnée « cette assurance à publier le mystère de l'Evangile ». Mais le fait de ne pas s'éloigner du bien pour un motif de honte ou de crainte relève de la force : c'est elle qui modère nos audaces et nos craintes. Il semble donc que la confession soit un acte, non pas de la foi, mais plutôt de la force ou de la constance.


3. Si quelqu'un est induit par la ferveur de sa foi à confesser extérieurement sa foi, il est induit aussi à faire d'autres bonnes œuvres extérieures : « La foi est opérante par la charité », dit l'Apôtre. Mais on ne range pas ces autres œuvres extérieures parmi les actes de la foi. Il n'y a donc pas plus de raison de le faire pour la confession.


.

À suivre…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty Re: L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Dim 13 Déc 2009, 5:13 pm

.
.
L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3




IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:



.

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

ARTICLE 1. La confession est-elle un acte de la foi? (suite)


CEPENDANT, à la seconde épître aux Thessaloniciens, sur ce mot « et l'œuvre de la foi dans sa puissance », la Glose dit : « c'est la confession qui est proprement l'œuvre de la foi ».



CONCLUSION : Les actes extérieurs sont proprement des actes de la vertu aux fins de laquelle ils se réfèrent suivant leurs espèces : ainsi jeûner se réfère suivant son espèce à cette fin de l'abstinence qui consiste à dompter la chair, et à cause de cela c'est un acte de la vertu d'abstinence. Or suivant son espèce la confession des choses de la foi est ordonnée comme à une fin à ce qui est de la foi, selon le mot de l'Apôtre : « C'est parce que nous possédons le même esprit de foi que nous croyons, et c'est aussi pour cela que nous parlons ». La parole extérieure a en effet pour but de signifier ce que l'on conçoit dans son cœur . Par conséquent, si la conception intérieure des choses de la foi est proprement un acte de la vertu de foi, il en est de même de la confession extérieure.

.

À suivre…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty Re: L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Dim 13 Déc 2009, 5:15 pm

.
.
L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3





IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:


.

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

ARTICLE 1. La confession est-elle un acte de la foi? (suite)


SOLUTIONS : 1. Il y a trois sortes de confessions qui sont louées dans les Ecritures. L'une est la confession des choses de la foi, et celle-là est un acte propre de la vertu de foi, étant rapportée, comme nous venons de le dire, au but même de la foi. Une autre confession est celle de l'action de grâces ou de la louange, et celle-là est un acte du culte de latrie : elle tend à rendre extérieurement honneur à Dieu, ce qui est le but du culte de latrie. La troisième est la confession des péchés, et celle-ci est ordonnée à l'effacement du péché, effacement qui est le but de la pénitence.


2. Ce qui écarte l'obstacle n'est pas cause par soi mais par accident, comme le fait voir le Philosophe. Dès lors, la force, qui écarte cet obstacle à la confession de la foi qu'est la crainte ou la honte, n'est pas proprement et par soi cause de la confession; elle l'est comme par accident.


3. La foi intérieure, par l'intermédiaire de la charité, cause extérieurement toute l'activité des vertus par l'intermédiaire de ces autres vertus : c'est commandé par la foi, non pas exécuté par elle. Tandis que la confession est un pur produit de la foi : c'en est comme l'acte propre, sans l'intermédiaire d'aucune autre vertu.

.


À suivre…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty Re: L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Mer 16 Déc 2009, 5:11 pm

.
.
L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3




IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:




.

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

ARTICLE 2.

La confession de la foi est-elle nécessaire au salut?


DIFFICULTES : 1. Ce par quoi l'on atteint la fin de la vertu paraît suffire au salut, mais la fin propre de la foi c'est d'unir l'esprit de l'homme à la vérité de Dieu, ce qui peut se faire même sans confession extérieure. La confession de la foi n'est donc pas nécessaire au salut.


2. Par la confession extérieure de la foi l'homme fait connaître sa foi à un autre homme. Mais ceci n'est une nécessité que pour ceux qui ont à instruire les autres dans la foi. Il semble donc que les petits ne soient pas tenus de confesser la foi.


3. Du reste, ce qui peut tourner au scandale ou au trouble d'autrui n'est pas nécessaire au salut : « Soyez, dit l'Apôtre, sans scandale pour les Juifs et les Gentils, ni pour l'Eglise de Dieu ». Mais il y a des cas où la confession de la foi ne fait que jeter le trouble parmi les infidèles. Elle n'est donc pas nécessaire au salut.


.

À suivre…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty Re: L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Jeu 17 Déc 2009, 7:24 pm

.
.
L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3



IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:


.

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.



ARTICLE 2.

La confession de la foi est-elle nécessaire au salut? (suite]


CEPENDANT l'Apôtre l'affirme : « La foi qu'on a au cœur mène à la justice, et la confession qu'on a aux lèvres mène au salut ».


CONCLUSION : Ce qui est nécessaire au salut tombe sous les préceptes de la loi divine. La confession de la foi, étant quelque chose de positif, ne peut tomber que sous un précepte positif. De là vient qu'elle se range parmi les choses nécessaires au salut de la même façon dont elle peut tomber sous un précepte positif de la loi divine. Or les préceptes positifs, nous l'avons dit, n'obligent pas à tout instant, encore qu'ils obligent tout le temps : ils obligent à l'endroit et au moment voulu, et suivant les autres circonstances voulues dans lesquelles doit se limiter un acte humain pour pouvoir être un acte de vertu.


Ainsi donc confesser la foi n'est pas de nécessité de salut à tout moment ni en tout lieu ; mais il y a des endroits et des moments où c'est nécessaire : c'est quand par omission de cette confession on soustrairait à Dieu l'honneur qui lui est dû, ou bien au prochain l'utilité qu'on lui doit procurer. Par exemple, si quelqu'un, alors qu'on l'interroge sur la foi, se taisait, et qu'on pût croire par là ou qu'il n'a pas la foi ou que cette foi n'est pas vraie, ou que d'autres par son silence pussent être détournés de la foi. Dans ces sortes de cas la confession de la foi est de nécessité de salut. [71]



note explicative :




[71] Qu. 3, art. 2, concl. — Le devoir de confesser sa foi n'est pas seulement une question de précepte, c'est une question de nécessité pour le salut. Nous verrons plus loin (qu. 16) dans quelle mesure les actes de la foi sont ou peuvent être commandés par des préceptes. Ici l'auteur dit plus, il dit que l'acte de confesser la foi est commandé par une nécessité plus profonde, inhérente à l'ordre même du salut et de la charité.


Il fait seulement allusion au précepte pour montrer que cette nécessité s'impose à nous à la manière des préceptes positifs, c'est-à-dire non pas à tout instant, mais toujours le cas échéant. Car il peut y avoir et il y a des circonstances dans lesquelles ne pas professer sa foi ce serait la renier, et par là même s'éloigner de ce que l'on doit à l'honneur de Dieu et aussi à l'utilité du prochain si l'on veut demeurer avec eux dans les liens de la charité.

.


A suivre…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Empty Re: L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

Message  ROBERT. le Lun 21 Déc 2009, 6:28 pm

.
L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI. Tableaumagaudft8cw3




IIa-IIæ, qu. 3, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, et notes explicatives a écrit:


L'ACTE EXTÉRIEUR DE LA FOI.

ARTICLE 2.


La confession de la foi est-elle nécessaire au salut? (suite)


SOLUTIONS : 1. La fin de la foi, comme celle des autres vertus, doit être rapportée à cette fin de la charité qui est d'aimer Dieu et le prochain. Et c'est pourquoi, quand l'honneur de Dieu le demande ou l'utilité du prochain, on ne doit pas se contenter de s'unir soi-même à la vérité divine par sa foi, mais on doit confesser cette foi au dehors.


2. En cas de nécessité, là où la foi est en péril, n'importe qui est tenu de divulguer aux autres sa foi, soit pour instruire ou affermir les autres fidèles, soit pour réprimer l'impertinence des infidèles. Mais en d'autres temps, instruire les gens dans la foi n'est pas l'affaire de tous les fidèles. [72]


3. Si le trouble chez les infidèles sort d'une profession de foi proclamée sans aucune utilité ni pour la foi ni pour les fidèles, dans ce cas-là, il n'est pas louable de confesser la foi publiquement. D'où la parole du Seigneur : « Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, et ne répandez pas vos perles devant les pourceaux, de peur que retournés contre vous ils ne vous déchirent ». Mais, si on espère pour la foi quelque utilité, ou s'il y a nécessité, alors méprisant le tumulte des infidèles, on doit publiquement confesser la foi. De là cette réponse du Seigneur, alors que les disciples lui avaient dit les Pharisiens scandalisés d'un mot entendu de lui : « Laissez-les », sous-entendu : se troubler, « ce sont des aveugles et des conducteurs d'aveugles ».






note explicative :

[72] Qu. 3, art. 2, sol. 2. — Cette distinction entre le temps normal et le temps de crise est importante pour mesurer la nécessité où l'on est de confesser sa foi par paroles ou au moins par gestes. En temps normal, les majores sont tenus plus que d'autres : un père de famille à son foyer ne peut pas cacher sa foi; ni non plus un prêtre dans sa paroisse; un prince dans ses Etats, si laïque que puisse être son rôle, n'a pas le droit de dissimuler entièrement sa foi. En période critique, soit de persécution, soit d'opposition doctrinale, le devoir de confesser la foi peut s'étendre jusqu'aux minores ; cependant, dit Cajetan, «autre chose est de professer une foi étrangère, autre chose de cacher sa propre foi : le premier n'est jamais permis, le second peut l’être» lorsqu’il n’y a justement pas l’urgente nécessité qu’évoque ici le texte.


FIN


PROCHAIN FIL : La vertu de Foi…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34642
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum