VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Mar 16 Nov 2021, 8:00 am

Celui qui ne connaîtrait par les Livres sacrés la touchante histoire de Tobie, et par l'hagiographie chrétienne sa fréquente répétition dans la vie des saints canonisés, serait tenté peut-être d'accuser d'invraisemblance les détails merveilleux que je vais rapporter. Mais le Seigneur prodigue chaque jour à ses enfants des biens autrement précieux, sans que personne s'avise de lui dire : Pourquoi vous montrez-vous si bon ?

D'ailleurs la jeune fille était admirablement préparée aux faveurs de son Ange par les vertus les mieux appropriées : innocence, pureté, candeur, simplicité d'enfant, et, par dessus tout, foi très vive qui lui laissait voir comme découvert les plus hauts mystères de l'éternité. L'esprit céleste découvrait sans nul doute dans son heureuse protégée quelque ressemblance avec la nature angélique, qui lui permettait, sans trop s'abaisser, d'entretenir avec elle un commerce familier.

Le plus frappant dans ce suave commerce était la présence sensible et presque continuelle de l'Ange. Gemma le voyait de ses yeux corporels, le touchait de ses mains, comme une personne vivante, liait conversation avec lui comme avec un ami. « Jésus, m'écrivait-elle, ne s'est pas fait voir depuis six jours mais il ne m'a pas laissée tout à fait seule ; l'Ange gardien se tient toujours visible près de moi. »

Avec quelle effusion elle rendait grâces à Dieu dc ce bienfait, et témoignait à l'esprit tutélaire sa reconnaissance : « Si quelquefois je suis mauvaise, cher Ange, lui disait-elle, ne te fâche pas ; je veux te montrer ma gratitude. - Oui, répondait le céleste gardien, je serai ton guide et ton compagnon inséparable. » Et il ajoutait pour la blesser d'un trait d'amour : « Ne sais-tu pas qui t'a confiée à ma garde ? c'est le miséricordieux Jésus. » À ces mots, la sainte enfant, ne contenant plus les sentiments de son âme, perdait les sens et entrait en extase en compagnie de son Ange. Ce qui se passait alors, elle-même l'exprime par ces simples mots : « Tous deux nous restions avec Jésus. Oh ! que n'étiez-vous avec nous père. »Et rester avec Jésus, c'était se plonger, cœur et esprit, dans l'océan immense de la divinité, pour y apprendre et contempler d'ineffables mystères.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Mer 17 Nov 2021, 7:48 am

Le plus souvent, Gemma et l'Ange priaient ensemble ou louaient le Très-Haut. Les esprits célestes, d'après un saint docteur, se plaisent à assister les âmes eu prière ; et l'archange Raphaël apprit au vieux Tobie que dans le temps de ses oraisons lui-même les offrait secrètement au Seigneur.

Quel cher objet de complaisance devait être pour son Ange l'admirable jeune fille, dont le cœur, comme la lampe du sanctuaire, veillait toujours devant son Dieu avec une vivacité de foi extraordinaire. Il aimait à lui apparaître, tantôt agenouillé ses côtés, tantôt élevé de terre, les ailes éployées et les mains étendues sur elle, ou jointes dans l'attitude de la prière. Ensemble ils récitaient alternativement les oraisons vocales et les psaumes ; et lorsqu'ils en venaient aux oraisons jaculatoires, c'était, suivant les propres paroles de Gemma, « à qui s'écrierait avec le plus d'âme : Vive Jésus ! Béni soit Jésus ! et autres affectueuses aspirations ; et Jésus s'en montrait si content ! »

Aux heures de méditation, le saint Ange versait dans son esprit de très hautes lumières, imprimait à son cœur de suaves et fortes impulsions ; et comme la Passion du Sauveur formait presque toujours le thème de ce pieux exercice, il lui en dévoilait les profonds mystères. « Regarde, disait-il, combien Jésus a souffert pour l'homme ; considère une à une ces plaies ; l'amour les a toutes ouvertes. Qu'il est affreux le péché dont l'expiation a coûté tant de douleur et tant d'amour ! » De telles pensées, comme autant de flèches ardentes, allaient percer en l'embrasant le cœur de la jeune fille.

Ayant assisté plusieurs fois personnellement aux prières et aux méditations de Gemma et de son Ange, j'ai pu me convaincre, par mes seules observations extérieures, de la réalité de tous les détails qu'elle me donnait ensuite dans ses comptes de conscience.

Toutes les fois, ai-je également remarqué, qu'elle levait les yeux sur l'Ange pour l'écouter ou lui parler, même en dehors de la prière, elle perdait l'usage des sens ; on pouvait alors la secouer, la piquer, la brûler, sans réveiller sa sensibilité. Mais dès qu'elle avait détourné ses regards de l'Ange ou cessé le colloque, ses relations avec notre monde reprenaient. Ce phénomène se renouvelait infailliblement à chacune de ses communications avec l'esprit bienheureux, si rapprochées fussent-elles. J'ai tenu à le noter ici - bien que je me réserve de parler dans la suite tout au long des extases de la servante de Dieu - pour fournir déjà la preuve que son commerce intime avec son céleste gardien était très réel et nullement le jeu de l'hallucination.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Jeu 18 Nov 2021, 8:00 am

Toujours et partout, au milieu des occupations, en chemin, à table même, l'Ange se tenait à la disposition de Gemma et Gemma à celle de l'Ange. Aucun signe extérieur ne venait révéler leurs saints entretiens, sauf l'immobilité absolue de la voyante et l'éclat surhumain de son regard. Il suffisait de la toucher pour se persuader, à son insensibilité, qu'elle était bien ravie hors des sens et en relation avec l'au-delà.

Ces colloques respiraient souvent la plus grande simplicité, et la familiarité de l'Ange n'avait d'égale que celle de l'archange Raphaël à l'égard du jeune Tobie.

« Dis-moi, mon Ange, interrogeait la jeune fille, qu'avait ce matin mon confesseur pour être si sévère et refuser de m'entendre ? - Et le père, répondra-t-il de Rome, et en quel temps, à la lettre pressante où je lui demande une ligne de conduite sur tel point ? - Dis-moi, cher Ange, ce pécheur auquel je m'intéresse, quand Jésus me le convertira-t-il ? - Que dois-je répondre à telle personne qui me demande conseil ? Et de moi, que vous semble ? Jésus en est-il content ? Comment pourrai-je lui plaire ? » etc., de L'Ange, s'accommodant avec une charmante condescendance à cette ingénuité quelque peu importune répondait à tout ; et l'événement ne tardait pas à démontrer l'origine surnaturelle des réponses.

Je remplirais un volume de ces diverses communications mais peut-être m'en faudrait-il un second pour défendre leur réalité, tellement elles sont souvent extraordinaires et difficilement acceptables aux yeux du rationalisme contemporain.

On peut dire, d'une manière générale, que l'Ange gardien tenait auprès de Gemma la place de Jésus. Elle lui exposait ses besoins et ceux des autres, le voulait sans cesse près d'elle dans ses craintes et surtout dans ses luttes contre l'éternel ennemi ; lui confiait divers messages pour Dieu, pour la divine Mère, pour ses saints avocats ; lui remettait même des lettres fermées et cachetées pour tel ou tel de ces derniers, avec prière de rapporter en son temps la réponse ; et la merveille est que ces lettres étaient réellement enlevées liar un être invisible. Après avoir pris toutes les précautions pour m'assurer de l'intervention d'une cause surnaturelle dans leur disparition, j'ai dû rester dans la conviction qu'en ce point, comme en bien d'autres non moins prodigieux, le ciel aimait à jouer, pour ainsi dire, avec une enfant dont la simplicité lui était si chère.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Ven 19 Nov 2021, 7:26 am

Souvent elle chargeait l'obligeant Gardien d'une commission particulière près d'une personne de ce monde ; et quel était son étonnement lorsqu'elle ne voyait venir aucune réponse ! « Pourtant, écrivait-elle, il y a tant de jours, je vous l'ai mandé dire par l'Ange ; comment n'en avez-vous rien fait ? Au moins pouviez-vous me faire savoir par lui que vous n'entendiez pas vous occuper de cette affaire. En tout cas, ne vous fâchez pas ; j'insiste de nouveau par cette lettre ; il s'agit d'une chose très sérieuse. »

Ainsi donc le messager céleste se trouvait constamment tenu en haleine par cette jeune vierge d'une ineffable candeur. Il se prêtait d'ailleurs volontiers à tous ses désirs, accourait, même sans être invoqué, au moindre danger, au moindre besoin, refrénait l'audace du démon toujours prêt à maltraiter sa protégée, parfois même l'enlevait de vive force à ses mains brutales.

Voici quelques traits de cette assistance de tous les instants :

Encore à la maison paternelle, Gemma venait de prendre place à la table familiale, lorsqu'une des personnes présentes, par une habitude trop répandue de nos jours, se permit un blasphème contre l'adorable nom de Dieu. La pieuse enfant ne l'avait pas plus tôt entendu qu'elle s'évanouissait de douleur et tombait de sa chaise ; mais avant qu'elle eût pu heurter de la tête contre terre, l'Ange la prenant par le bras la soutint et d'une douce parole murmurée à son cœur lui fit reprendre immédiatement les sens.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Sam 20 Nov 2021, 8:02 am

Une autre fois, perdue dans la contemplation, elle se trouvait encore à l'église à une heure tardive. L'Ange l'avertit et au retour l'accompagna sous une forme visible jusqu'au seuil de la maison.

Un jour, le démon l'avait si cruellement battue au moment de la prière du soir, qu'elle se vit dans l'impuissance de faire un mouvement. L'Ange lui offrit son secours, l'aida à se mettre au lit et fit bonne garde à son chevet.

Dans plusieurs circonstances où sa vie pouvait courir un danger, l'Ange la prévint, lui indiquant les précautions à prendre. Sans son intervention, plus d'une fois, elle eût été victime de quelque malheur, tant elle se souciait peu de sa personne. Aussi l'entendit-elle un jour lui dire d'un ton d'aimable reproche « Pauvre petite, tu es bien imparfaite ; je dois continuellement te veiller ; quelle patience il me faut avec toi ! »

La mission des Anges gardiens regarde avant tout les intérêts spirituels des âmes. Instruments de sanctification, ils doivent, dans les desseins providentiels, nous conduire dans les voies difficiles de la vertu. L'Ange de Gemma ne manquait pas une occasion de la reprendre, de la conseiller, de l'instruire même par des enseignements sacrés d'une admirable sagesse, dont la jeune fille a consigné des extraits dans ses comptes-rendus de conscience. Une fois, de peur qu'il ne s'en perdît une syllabe, l'Ange lui en fit écrire quelques-uns sous sa dictée. Par son ordre Gemma s'installa au bureau, prit la plume et le papier, tandis que lui, debout à son côté comme un maître près de son élève, commençait :

« Souviens-toi que celui qui aime véritablement Jésus parle peu et supporte tout. Je te commande, de la part de Jésus, de ne jamais dire ton avis, si on ne te le demande ; de ne soutenir jamais ton sentiment, mais de rentrer dans le silence. Lorsque tu commets quelque faute, accuse-toi aussitôt sans te laisser prévenir par d'autres. Obéissance ponctuelle et sans réplique à ton confesseur et à ses mandataires ; sincérité avec lui et avec les autres. N'oublie pas de veiller sur tes regards, te rappelant que l'œil mortifié contemplera les beautés du ciel. »

Le saint ange savait user de rigueur envers son disciple ; il ne lui passait aucune imperfection et l'en corrigeait sans pitié, an point qu'elle me disait « Il est un peu dur, mon ange ; mais j'en suis bien aise. Ces jours derniers, il m'a grondée jusqu'à trois et quatre fois par jour. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Dim 21 Nov 2021, 8:26 am

« Le vigilant gardien parut même, un temps, sortir des justes limites qu'on en juge « Hier, m'écrivait Gemma, pendant le repas, j'ai levé les yeux et j'ai vu l'ange me lancer des regards sévères. Plus tard, comme j'allais me reposer, je le regardai encore ; mais je baissai vite la vue ; mon Dieu, qu'il était courrouce ! » Tu n'as pas honte, me disait-il, de commettre des manquements en ma présence ? » Certains de ses regards étaient terrifiants. Je ne faisais que pleurer. N'y tenant plus, je suppliai mon Dieu et ma céleste Mère de me le tirer de devant. De temps en temps il me répétait « J'ai honte de toi. » - Je priais pour que personne ne le vît en cet état ; car ceux qui l'auraient aperçu n'auraient jamais plus voulu s'approcher de moi. J'ai souffert une journée entière ; impossible de me recueillir un seul moment ; je n'avais pas le courage de lui adresser la parole, tant son air persistant de sévérité me glaçait. J'aurais voulu lui demander pardon ; mais quand il est ainsi irrité, il n'y a pas danger de l'obtenir. Hier soir, je n'ai pu réussir à m'endormir. Enfin, vers les deux heures du matin, je lai vu s'approcher ; il a posé la main sur mon front, en disant : Dors, mauvaise, - et je ne l'ai plus vu.

On ne saurait exprimer les fruits retirés de ce magistère angélique par la sainte enfant, toujours affamée de vertu et de perfection. Attentive aux moindres paroles de l'ange. elle accomplissait même de grand cœur, pour réussir à lui plaire les pénitences qu'elle en recevait assez fréquemment. « Il me répugnait beaucoup, me dit-elle un jour, de faire connaître à mon confesseur certaines choses, comme l'ange me l'avait ordonné par pénitence ; j'ai obéi cependant et, de bon matin, me faisant violence, j'ai couru le lui dire Après cette victoire sur moi-même, l'Ange très content, est redevenu gracieux. »

Gemma chérissait ce gardien si dévoué au bien de son âme ; elle en avait constamment le nom sur les lèvres comme dans le cœur. « Cher ange, disait-elle, combien je vous aime ! -Eh pourquoi ? demandait celui-ci. - Parce que vous m'enseignez à être bonne, à me tenir dans l'humilité et à plaire a Jésus. »

Une vive affection dans une âme simple et ingénue engendre facilement une familiarité qui peut sembler excessive. À écouter les entretiens de Gemma avec son cher ange, à l'entendre parfois discuter vivement pour lui faire partager sa façon de voir, on l'eût pu croire en rapport tout au plus avec un égal. Quelque peu étonné moi-même dès le début, je la désapprouvai formellement et la traitai d'orgueilleuse poussant la familiarité jusqu'à tutoyer un pur esprit au lieu de trembler devant lui. Pour l'éprouver, je lui défendis de franchir certaines limites. La jeune fille baissa la tête et répondit en toute humilité : « Vous n'avez que trop raison, père ; je me corrigerai. Dorénavant je dirai toujours vous à l'ange et quand il me sera donné de le revoir, je lui témoignerai une grande révérence et me tiendrai à cent pas derrière lui. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Lun 22 Nov 2021, 6:15 am

À la première visite du céleste gardien, elle l'avertit de cette nouvelle ligne de conduite : « Patience, cher ange ; le père n’est pas content il me faut changer de gamine » ; et elle se garda bien de l'outrepasser tant qu'elle fut maintenue. Par la force de l'habitude il lui arrivait souvent de s'embrouiller et de confondre le tu et le vous, mais elle se reprenait, même en extase.

Quelquefois le saint ange n'apparaissait pas seul ; il amenait avec lui d'autres esprits célestes pour tenir joyeuse compagnie à leur angélique petite sœur. Dès que je l'appris, j'affectai un grand mécontentement, et j'écrivis à Gemma, toujours pour mettre sa vertu à l'épreuve, qu'il était temps d'en finir. Elle répondit : « Vraiment, père, je n'y comprends rien. Les autres, lorsqu'ils sont en prière voient leur ange. Si moi aussi je le vois, vous criez et vous vous inquiétez. Mais hier, jour de leur fêtes, je les ai tous congédiés. Le mien n'a pas voulu partir, ni l'autre dont je vous ai parlé ; qu'y puis-je ? Ne vous fâchez pas une autre fois ; je serai sage et obéissante. »

La familiarité de Gemma à l'égard de son ange était simple, spontanée et pleine d'humilité, comme en témoignent les deux apparitions suivantes, prises presque au hasard entre mille, et racontées par la jeune fille elle-même :

« J'étais au lit, très souffrante. lorsque je me sentis subitement envahie par un profond recueillement. Je joignis les mains, et de toute la force de mon faible cœur je fis l'acte de contrition avec une vive douleur de mes innombrables péchés. Tandis que mon esprit se laissait absorber par le souvenir de mes offenses, j'apercus l'ange tout près de mon lit. Je rougis de me trouver en sa presence. Lui au contraire, avec une amabilité pleine de charme me dit : Jésus te porte une grande affection ; aime-le beaucoup. - Puis il ajouta : Aimes-tu la Mère de Jésus ? Envoie-lui souvent ton salut elle est très heureuse de le recevoir et ne manque pas de vous le rendre, à vous autres. Si elle ne le fait point toujours sensiblement, c'est pour éprouver votre fidélité. Il me bénit et disparut. »

Autre vision :

« Tandis que je faisais mes prières du soir, l'ange gardien s'est approché de moi ; me frappant sur l'épaule, il m'a dit : Gemma, comment apportes-tu tant de dégoût à la prière ? - Ce n'est pas du dégoût, ai -je répondu ; voilà deux jours que je ne suis pas bien. - il a repris : Fais ton devoir avec application, et Jésus t'en aimera davantage. - Je le priai d'aller demander à Jésus la permission de passer la nuit près de moi. Il disparut aussitôt, et, la permission obtenue, revint à mes côtés. Oh ! qu'il s'est montré bon ! Comme il était sur le point de partir, je lui demandai de rester encore. Je ne puis, me répondit-il, il convient que je m'en aille. - Eh bien, allez, lui ai-je dit ; saluez Jésus pour moi. - Me jetant un dernier regard, il a ajouté : Je ne veux plus que tu lies conversation avec les créatures quand tu voudras parler, parle à Jésus et à ton Ange. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Mar 23 Nov 2021, 7:28 am


Tel est, à peu près, le genre des autres apparitions. La jeune vierge devait être bien chère à Dieu, pour recevoir l'honneur d'être ainsi visitée, assistée et dirigée dans les voies de la sainteté par les esprits angéliques.


Ne l'envions pas ; car nous aussi nous avons reçu du même Père céleste un ange pour nous garder ; et si, comme Gemma, nous étions très purs, très humbles, simples de cœur, pleins de foi et de saints désirs de perfection, nous en serions entourés d'autant de sollicitude et d'autant d'amour.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Mer 24 Nov 2021, 8:01 am

CHAPITRE XVIII



DON D'ORAISON.



********



En rapprochant l'âme de Dieu, l'oraison la rend capable d'une vie spirituelle intense et l'achemine vers la per fection chrétienne. Elle a divers degrés, qui se confondent avec une union de plus en plus intime avec le souverain Bien. Les premiers appartiennent à la méditation ordinaire où l'on approfondit les vérités éternelles en vue d'exciter dans la volonté des sentiments et des résolutions salutaires ; ils ne sortent point du domaine de la vie ascétique.

La plupart des âmes s'arrètent là, et ne passent jamais outre. Quelques-unes, plus favorisées du ciel, sont introduites dans les voies de la contemplation infuse qui est le propre de la vie mystique.

La contemplation infuse est une ascension sublime de l'âme vers Dieu, accompagnée d'un regard de l'intelligence, simple, affectueux et ravi sur les choses célestes, et pleine d'une suavité ineffable.

Dans la méditation ordinaire, pour arriver à goûter la douceur des vérités éternelles il faut travailler et souvent peiner de ses trois puissances : la mémoire, l'intelligence et la volonté ; dans la contemplation infuse, plus de réflexion, rigoureusement parlant, ni de raisonnement, ni d'applications ; l'esprit est transporté, suspendu, abreuvé de jouissance devant les merveilles de l'éternité, entrevues dans une lumière extraordinaire. En un mot, et toutes proportions gardées, le mystique voit d'ici-bas dans la lumière de la grâce les réalités divines, comme le bienheureux les voit au ciel dans la lumière de la gloire.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Jeu 25 Nov 2021, 8:31 am

Après ces notions sommaires, indispensables pour me faire comprendre dans une matière si peu connue de la plupart des chrétiens, nous allons admirer en Gemma son esprit d'oraison en général, et suivre les progrès de son âme dans les voies de la méditation et de la contemplation.

Nous l'avons vue, toute petite, tourmenter sa mère et ses maîtresses pour en apprendre à mieux prier. À peine avait-elle pu comprendre le prix de ce saint exercice qu'elle fuyait pour s'y livrer la compagnie de sa famille, et restait seule de longues heures dans sa chambrette, en conversation avec Dieu, ou occupée à un travail recueilli.

Son horreur de tout ce qui enchante, en les distrayant, les esprits et les cours vulgaires, son détachement absolu de tout le créé, sa rigoureuse garde des sens, sa délicatesse de conscience, portée jusqu'au scrupule, la mortification continuelle de ses appétits et l'active pratique des plus belles vertus n'avaient qu'un but : lui frayer les voies à un intime commerce avec Dieu. Or, un tel succès vint couronner ses premiers efforts, qu'elle fut bientôt à même de tenir continuellement son regard fixé sur Dieu, comme l'aigle sur le soleil, sans fatigue aucune.

Si la fin de l'oraison consiste à se tenir devant Dieu, uni à lui dans la foi, il faut avouer que dès le début, Gemma en avait reçu le don à un degré très élevé.

Elle n'avait nul besoin comme nous, pour s'absorber en Dieu, de se mettre en prière et de recueillir avec effort les puissances de son âme ; le Seigneur restait présent à sa pensée en tout temps et en tout lieu, sans que rien pût l'en distraire. Ceci apparaîtra vraiment extraordinaire si l'on songe que la pieuse enfant, tout en détestant de se mêler d'affaires étrangères, apportait une telle exactitude à tous ses devoirs, qu'on pouvait lui confier n'importe quel travail, dans la certitude de le voir exécuter à la perfection.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Ven 26 Nov 2021, 7:55 am

Une fois seulement, elle s'accusa d'inattention à la présence divine. Le fait était bien insolite, car elle y vit un grand malheur dont elle s'empressa de me donner connaissance en ces termes :

« Ces jours derniers j'ai commis un gros manquement ; c'est beaucoup que Dieu ne m'ait pas foudroyée. Ômiséricordieux Jésus ! Monsieur Laurent m'avait chargé de faire un compte. Je m'y appliquai un peu trop peut-être, et je sortis de la présence de Dieu ; mais ce fut à peine l'espace d'une minute, et je rentrai bien vite en moi-même. Je sollicitai le pardon de Dieu, qui me l'accorda aussitôt. »

La seule vue de l'admirable jeune fille donnait l'impression saisissante de sa continuelle union avec Dieu. La majesté de son visage, la gravité de son maintien, sa sobriété de paroles, la virginale modestie dont s'enveloppait toute sa personne, et ce sourire suave et spontané qui fleurissait ses lèvres, disaient éloquemment à tous que Gemma vivait de la pensée de son Dieu et n'était que de corps en ce monde.

Son application continue aux choses célestes, devenue toute naturelle, ne produisait jamais la moindre lassitude, au contraire, elle devait s'imposer pour l'interrompre une énorme violence, comme en témoignent les faits suivants dont je puis garantir la parfaite authenticité puisqu'ils se sont produits sous mes yeux.

Je me trouvais dans la famille Giannini. Pendant le dîner, m'apercevant que la chère enfant, placée en face de moi, ne sortait point de son profond recueillement, je lui fis remarquer, en ma qualité de père spirituel, que ce n'était ni le moment ni le lieu de faire oraison. Aussitôt on put voir son visage se couvrir de pâleur, et tout son être dans une sorte de frémissement ; elle continua cependant de manger, sans tenir compte de la souffrance morale révélée par ses traits.

Au sortir de table, je vis ses vêtements détrempés et dégouttants de sueur. comme si elle se fut plongée tonte habillée dans un bain. « Et qu'est cela ? lui demandai-je. souverainement étonné. - Vous le savez bien père, me répondit-elle avec une incomparable candeur ; ne m'avez-vous pas enlevé Jésus durant le repas ? et puis-je rester sans penser à Lui ? » Je détournai la conversation et d’un certain air de mépris l'envoyai changer d'habits.

Quelques heures après, je réitérai mon ordre et l'étrange phénomène se reproduisit je le renouvelai pour la troisième fois, et toujours avec le même résultat. Je n'insistai plus, dans la crainte que le cœur de la sainte enfant ne vînt à se rompre sous l'effort extraordinaire dépensé pour m'obéir, et tant je souffrais moi-même de la voir dans une telle torture. Mais, comment cet ange se trouvait-il encore sur la terre ?


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Sam 27 Nov 2021, 7:40 am

Cette union perpétuelle avec Dieu ne consistait pas seulement dans ce recueillement plus ou moins senti qu'éprouvent toutes les âmes chrétiennes lorsqu'elles se rappellent pieusement la présence divine ; c'était un exercice de haute oraison, plein de douceur et de spontanéité. Gemma parlait à son Dieu, l'écoutait, prenait en lui ses délices, et, passant avec une admirable aisance des pensées les plus abstraites aux sentiments ordinaires, lui proposait ses doutes, en implorait des faveurs pour telle et telle âme, le remerçiait de celles déjà reçues.

Tel était son esprit de recueillement et l'occupation des vingt-quatre heures de sa journée. Je dis des vingt-quatre heures, car son sommeil, très court et fait de reprises, n'interrompait pas, ou à peine, son oraison. À chaque réveil elle en reprenait le fil et arrivait ainsi jusqu'au matin.

C'était à la fois une édification et un charme d'assister à son réveil définitif. Elle se signait dévotement avec le crucifix qui ne quittait pas ses mains durant le sommeil, le baisait avec amour, et vous envoyait un sourire empreint d'une grâce céleste.

Après avoir ainsi sanctifié la nuit ; comme si elle l'eût passée tout entière à l'église, elle se levait sans fatigue ni lourdeur de tête.

On l'entendit un jour dire dans une extase, en faisant allusion à cette oraison de nuit « Voyez, ô Jésus, même la nuit, quelles heures, quelles heures... ! Je dors, mais, ô Jésus, mon cœur ne dort pas ; il veille sans cesse, toujours uni à vous. » On comprendra que cet ange dût faire peu d'usage des formules de prières vocales. Elle récitait le rosaire en famille, de temps en temps la couronne de la Passion et celle de Notre-Dame des Sept Douleurs, pour se guider dans la méditation des mystères douloureux, et c'est tout. « Je ne gagne pas, me disait-elle, à lire des prières dans les livres. Mon âme n'y trouve pas de nourriture et se fatigue. Aussi je prie de moi-même, comme je peux. » Elle improvisait en effet ses prières sous l'inspiration de la grâce et selon ses besoins. On me saura gré d'en transcrire quelques-unes, fidèlement recueillies sur ses lèvres dans des moments extatiques. Peut-être ne les trouvera-t-on pas inférieures aux soliloques de saint Augustin.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain - Page 6 Empty Re: VIE DE GEMMA GALGANI - La Séraphique Vierge de Lucques - R. P. Germain

Message  Monique Hier à 8:18 am

« Louange à l'amour passionné de Jésus, qui dans sa pitié pour ma misère m'offre tous les moyens de parvenir à son amour ! Vous êtes, ô Jésus, un trésor qu'un temps je n'ai pas connu ; mais aujourd'hui, Jésus, je vous connais : vous êtes tout mien, surtout votre Cœur. Oui, il est à moi votre Cœur, parce que vous me l'avez donné bien des fois. Mais votre Cœur est plein de lumière, et le mien plein de ténèbres. Quand donc passerai-je de mes ténèbres à la lumière sans ombre de mon Jésus ?... »

« Comment pourrais-je vous louer, mon Dieu ? Lorsque vous m'avez créée, vous l'avez fait sans moi ; sans moi aussi vous avez toute la louange que vous méritez. Qu'elles vous louent donc toutes les œuvres que vous avez faites selon la grandeur de votre majesté. Mon esprit a un commencement et des bornes ; mais la louange que Dieu possède, sera toujours sans bornes : et quand nous vous louons, ô Seigneur, ce n'est pas nous, c'est vous qui vous louez en vous-même. »

Une autre fois, Gemma priait ainsi pour elle-même :

« Jésus, je viens à vos pieds vous demander une grâce. Si vous n'étiez pas tout-puissant, je ne vous la demanderais pas. Oh ! comment pouvez-vous délaisser mon âme si brûlante de désirs ? Mépriseriez-vous les désirs que vous-même allumez dans les cœurs ? Cette grâce, je la veux, et vous me la donnerez, n'est-ce pas ? Ô Jésus, ayez pitié de moi qui tant de fois vous ai prié pour les autres ; ayez pitié d'une pécheresse qui vous a coûté la vie. Pardonnez-moi, mon Dieu ; je suis orpheline ; je n'ai plus de père, je n'ai plus de mère ; ayez pitié des orphelins ; je suis un fruit de votre Passion. »

Je possède assez de ces tendres colloques pour en remplir un volume.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum