Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Jeu 04 Fév 2021, 5:49 am

Bonjour à tous,

Ce qui suit sera tiré du livre suivant:

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Vie_de11

Dès publication, sur TE DEUM, nous insérerons des liens pour faciliter la lecture.

Bonne lecture.

Bien à vous.



HENRI-MARIE BOUDON,

DOCTEUR EN THÉOLOGIE ET GRAND-ARCHIDIACRE D'ÉVREUX.

* Sa naissance. * Cérémonie de son baptême.* On le porte à Notre-Dame de Liesse. * Jeune encore, il s'occupe à instruire ses compagnons. * Interrompu dans ses études, il vient à Paris, où il tombe malade. * A vingt ans, il fait le vœu de pauvreté : il demande à entrer dans l'Ordre des Minimes. * Voyant qu'il ne peut être admis dans ce saint Ordre, il continue ses études en théologie.
* Un prélat, l'ayant entendu parler en public, lui conseille de prendre l'état ecclésiastique. * L'évêque de Québec le fait son grand-archidiacre. * Il fait un second voyage à Paris. * Voulant se disposer au sacerdoce, il se retire à la Chartreuse de Gaillon. * Il sort de ce lieu pour recevoir la prêtrise.* Comment il remplissait ses fonctions d'archidiacre. * Il établit un séminaire. * Ses missions. * Il donne commencement au fameux séminaire des Missions étrangères. * Ses prédications et sa science. * On le fait grand-vicaire. * Sa vigilance à faire exécuter les lois lui suscite des persécutions. * M. de Maupas le prive de ses fonctions ecclésiastiques. * Conduite de M. Boudon dans cette circonstance. * On l'accuse de la conduite d'une fille travestie en garçon : son innocence est reconnue. * Ses maladies. * Livres composés par lui. * Ses dévotions. * Ses pieux sentiments.* Fin de sa vie.


Dernière édition par Louis le Sam 06 Mar 2021, 6:22 am, édité 30 fois

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Jeu 04 Fév 2021, 5:50 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Sa naissance.

Le Vénérable Prêtre dont nous ayons dessein de parler ici est assez connu par sa piété, ses écrits et son zèle pour le salut des âmes, pour lui donner place dans ce recueil dans le rang des personnes illustres, et singulièrement recommandâmes pour leurs vertus extraordinaires; nous ne donnerons néanmoins ici qu'un abrégé de plusieurs mémoires fort amples et très-fidèles qui nous ont été communiqués sur ce sujet.

Ce Serviteur de Dieu a pris naissance en la petite ville de La Fère, en Picardie, au diocèse de Laon. le 14e jour de janvier de l'année 1624, jour dédié au très-adorable nom de Jésus, que le jeune Boudon portait toujours gravé dans son cœur. Il eut pour père Jean Boudon, écuyer, lieutenant dans la citadelle de La Fère, et pour mère Antoinette Jourdée, qui était alliée aux personnes les plus distinguées de la robe du parlement de Paris, où elle a pris naissance. Elle fut l'espace de quinze ans sans avoir d'enfants ; et, après ce temps de stérilité, une femme inconnue l'ayant assurée qu'elle serait bientôt mère , l'événement vérifia cette prédiction ; elle eut deux garçons : l'un qui mourut après avoir été baptisé, et l'autre est celui dont nous écrivons la vie, et qui reçut le baptême sans délai, le jour même qu'il vint au monde; ce qu'il regardait depuis comme une grande grâce de Dieu qui l'avait si tôt retiré de la servitude du démon et de la tache du péché originel.

Les cérémonies de son baptême…


Dernière édition par Louis le Lun 08 Fév 2021, 6:49 am, édité 1 fois (Raison : Titre.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Ven 05 Fév 2021, 6:59 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Cérémonie de son baptême.

Les cérémonies de son baptême ne se firent que le 18 mai suivant, dans l'église de Saint-Montain, sa paroisse. Il eut pour marraine la princesse Henriette-Marie de Bourbon, fille du roi Henri-le-Grand et sœur du roi Louis XIII et depuis mère du roi d'Angleterre, Jacques II. Il arriva, par une rencontre assez particulière, que trois grandes reines se trouvèrent présentes aux cérémonies du baptême de l'enfant dont nous parlons, savoir : la reine de France, la reine-mère, et Henriette de Bourbon, qui fut depuis reine d'Angleterre. Son parrain fut Charles Le Normant, chevalier, sieur de Beaumont, gouverneur de la ville et de la citadelle de La Fère, et premier maître d'hôtel de Sa Majesté très-chrétienne.

Il fut nommé Henri sur les fonts de baptême, et les mémoires de sa vie disent que ce fut à la Confirmation qu'il prit le nom de Marie, par une dévotion singulière que tout le monde sait qu'il a toujours eue pour la très-sainte Vierge.

Peu de temps après son baptême…


Dernière édition par Louis le Lun 08 Fév 2021, 6:50 am, édité 1 fois (Raison : Titre.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Sam 06 Fév 2021, 7:17 am


HENRI-MARIE BOUDON.

On le porte à Notre-Dame de Liesse.

Peu de temps après son baptême, ses parents le firent porter à Notre-Dame-de-Liesse, pour le mettre sous la protection de cette puissante Avocate, qui semble lui avoir communiqué, dès ce temps-là, une inclination particulière pour la pureté qu'il cultiva avec très-grand soin pendant toute sa vie; il en donna des marques dès sa plus tendre enfance, ne pouvant souffrir qu'aucune personne du sexe l'approchât et le touchât, à l'exception de sa mère, qui, reconnaissant quelque chose de grand dans son enfant, voulut le nourrir de son propre lait.

A l'âge de trois ans il perdit son père; et sa pieuse mère quittant la petite ville de La Fère pour aller demeurer à Rouen, on fut obligé de transporter le petit Boudon, au milieu des dangers et des périls, à cause des soldats qui ravageaient le pays. Un nombre de voleurs qui étaient masqués attaquèrent dans une forêt les personnes qui accompagnaient l'enfant, mais, la vigoureuse résistance qu'on leur opposa, les dissipa en un moment sans avoir offensé aucune personne : ce que l'on a attribué à une protection particulière de la divine Providence sur le jeune Boudon.

On a remarqué que, dès ses plus tendres années, il avait coutume d'être éveillé de très-bon matin, et que l'hiver il se faisait apporter de la lumière pour se perfectionner dans la lecture et réciter des prières et de petits cantiques à la louange de Dieu et de la très-sainte Vierge, sa bonne patronne, avec laquelle il s'entretenait d'une manière très-familière et très-affective.

N'étant encore âgé que de huit ans…


Dernière édition par Louis le Lun 08 Fév 2021, 6:51 am, édité 1 fois (Raison : Titre.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Dim 07 Fév 2021, 5:46 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Jeune encore, il s'occupe à instruire ses compagnons.

N'étant encore âgé que de huit ans, il commençait à gagner des âmes à Dieu, reprenant et enseignant ses petits compagnons, et faisant des catéchismes aux enfants des pauvres paysans; il leur apprenait à se bien confesser et à éviter les occasions du péché. Ayant à peu près dix ans, il fit la lecture d'un sermon de saint Jean l'Évangéliste, dans lequel il fut si touché des éloges qu'on attribuait à la virginité, qu'après une mûre et suffisante délibération, il se retira dans un lieu solitaire où il fit, de tout son cœur, le vœu de demeurer chaste et vierge pendant tout le cours de sa vie, sous la protection spéciale qu'il attendait de la Sainte Vierge et de saint Jean l'Évangéliste.

On l'appliqua à l'étude de la langue latine; mais, y prenant alors peu de goût, il la quitta jusqu'à ce que, sa raison s'étant fortifiée, et son esprit étant devenu plus solide, il s'y adonna de nouveau; et, pour y bien réussir, il mit son rudiment aux pieds de la très-sainte Vierge, déclarant qu'il ne voulait étudier que pour la plus grande gloire de Dieu, pour l'amour de Jésus-Christ et pour l'honneur de sa très-sainte Mère. Sa piété et sa douceur lui attirèrent l'estime et la bienveillance singulière de son maître, qui le préférait à ses autres compagnons, lesquels, en étant jaloux, lui causèrent de grands chagrins, en l'accusant de plusieurs fautes dont il n'était point coupable. On remarque que, dès l'âge de douze ans, il allait faire de petites exhortations dans des monastères de religieuses, qui l'écoutaient, avec satisfaction et profitaient de ce qu'il leur disait pour les animer à la vertu.

Le sage écolier devint en quelque façon le maître de ses compagnons, tant parce qu'il les surpassait dans les sciences, que parce qu'il faisait de plus grandes avances qu'eux dans la vertu; aussi le reconnaissaient-ils pour leur guide et leur directeur dans leurs démarches. Il leur faisait des exhortations dans lesquelles il leur apprenait à faire l'oraison et à garder le silence, à pratiquer la charité envers les pauvres, à être modestes dans leurs actions et dans leurs discours.

Il avait soin de les mener à de petites promenades, pour les mieux gagner à Dieu, en leur ménageant de telles récréations. Il savait leur faire joindre alternativement des prières et des cantiques à Dieu, à leurs divertissements. Ils formaient ensemble de petits déserts, où ils pratiquaient, autant qu'ils pouvaient, les actions des plus célèbres anachorètes. Le jeune Boudon leur inspirait surtout une grande estime pour la divinité et un profond respect pour Jésus-Christ au saint Sacrement de l'autel. Il serait difficile de vouloir donner ici le détail des saintes pratiques de piété qu'il inventait tous les jours pour entretenir ses compagnons dans l'étude de la vertu, pendant tout le temps qu'il demeura dans la ville de Rouen.

Dieu, qui voulait éprouver son jeune Serviteur…


Dernière édition par Louis le Lun 08 Fév 2021, 6:52 am, édité 1 fois (Raison : Titre.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Lun 08 Fév 2021, 6:55 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Interrompu dans ses études, il vient à Paris, où il tombe malade.

Dieu, qui voulait éprouver son jeune Serviteur, et le faire venir en la plus célèbre ville du royaume, permit qu'il tombât malade. Il interrompit pour cela ses études pour un temps, et il vint enfin à Paris par un ordre de la Providence. Il n'y fut pas plus tôt arrivé, que, suivant toujours son attrait, qui était de communiquer aux autres ses lumières et de les porter à la perfection, il s'associa avec une petite troupe de jeunes garçons, qui poursuivaient comme lui leurs études. Il leur donna une règle de vie qu'ils observaient avec grande exactitude; ils vivaient comme des religieux, observant la pauvreté, les heures de silence, récitant des prières réglées, et se retirant du reste du monde pour ne point participer aux dérèglements et à la corruption ordinaire qui se trouve dans le commerce du siècle.

M. Boudon a déclaré depuis, à un de ses amis, que ceux qui composaient cette petite compagnie pratiquaient avec facilité les actions de mortification les plus rudes et les plus héroïques qui aient été dans l'Église. Les grandes fatigues qu'il soutint dans les offices de chanté qu'il rendit aux pauvres, jointes à l'austérité de la vie qu'il menait, firent retomber ce fervent Serviteur de Dieu dans une rude maladie, qui l'obligea à se faire porter à l'hôpital de la Charité, et ce fut là qu'il donna de nouvelles preuves de son insigne vertu, par sa patience, sa confiance en Dieu et son parfait abandon aux soins de la divine Providence, qu'il regardait comme sa bonne Mère, qui ne lui avait jamais manqué. Il disait qu'il tombait dans la disette quand il voulait réserver ou amasser quelque chose pour vivre ; et que, au contraire, quand il donnait aux pauvres ce qu'il avait de réserve, Dieu ne manquait jamais de le pourvoir de tout.

La pauvreté avait de si grands attraits pour lui, que, sans être dans la nécessité, il se faisait quelquefois un plaisir de demander l'aumône en public; un jour qu’il pratiquait cet acte d'humiliation dans l'église de Notre-Dame de Paris, il arriva qu'une dame de qualité le rebuta avec mépris et indignation: ce qui lui donna une joie incroyable, à cause de l'amour de l'abjection dont Dieu l'avait favorisé.

C'est dans ce même esprit que, allant un jour à la campagne, il fut à la porte d'un château demander à parler à la dame qui en était maîtresse, et qu'il savait être sa parente; et le valet ayant dit que celui qui la demandait paraissait être dans le besoin, quoiqu'il se dit d'ailleurs son parent, elle répondit qu'on le renvoyât, et qu'elle ne connaissait point e gueux pour ses parents ; ce qui consola extrêmement M. Boudon, remportant ce refus comme une aumône très-précieuse qu'il recevait de la part de Dieu, qui lui ménageait par là les moyens d'imiter Jésus-Christ, pauvre, rebuté et méprisé dans le temps même où il venait exercer sa plus grande charité envers les hommes.

L'excès de son amour pour la vertu évangélique de la pauvreté…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Mar 09 Fév 2021, 6:22 am

HENRI-MARIE BOUDON.

A vingt ans, il fait le vœu de pauvreté : il demande à entrer dans l'Ordre des Minimes.

L'excès de son amour pour la vertu évangélique de la pauvreté lui en fît faire le vœu à l'âge de vingt ans : et, n'étant pas content de cet acte héroïque, il alla plusieurs fois demander à être admis dans l'Ordre de Saint-François-d'Assise, où il croyait pouvoir mieux s'exercer dans les pratiques de cette haute vertu ; mais Dieu, qui le destinait à d'autres emplois, ne permit pas qu'il réussît dans son dessein : les supérieurs de l'Ordre ne croyant pas qu'étant aussi délicat qu'il paraissait, il pût soutenir les austérités de leur institut.

Voyant donc qu'il ne pouvait pas être admis en ce saint Ordre…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Mer 10 Fév 2021, 6:13 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Voyant qu'il ne peut être admis dans ce saint Ordre, il continue ses études en théologie.

Voyant donc qu'il ne pouvait pas être admis en ce saint Ordre, il se retira dans son cabinet, où il versa une grande abondance de larmes; et, quelque temps après, se soumettant aux ordres de la Providence, il calma son esprit; il continua ses études de théologie, il prit les degrés de maître-ès-arts et de bachelier ; et, enfin, après avoir soutenu tous ses actes avec applaudissement, il fut reçu docteur, qualité qu'il prit pour être en état de mieux servir Dieu, l'Eglise et le prochain.

Comme il s'adonnait beaucoup plus à la science des Saints…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Jeu 11 Fév 2021, 6:38 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Un prélat, l'ayant entendu parler en public, lui conseille de prendre l'état ecclésiastique.

Comme il s'adonnait beaucoup plus à la science des Saints qu'à l'étude ordinaire qui occupe les savants, il reçut aussi de Dieu un talent particulier de parler aisément des matières spirituelles et des états surnaturels, d'une manière si insinuante et si convaincante, qu'un prélat, l'ayant entendu parler en public sur ces sujets, lui conseilla de prendre l'état ecclésiastique pour ne pas enfouir les talents dont Dieu l'avait favorisé, et pour pouvoir rendre service dans l'Église aux personnes qui auraient besoin de son ministère.

M. Boudon ne pensait qu'avec frayeur et tremblement à la dignité du sacerdoce, et il ne pouvait se persuader qu'il dût entrer dans les Ordres sacrés, et ce ne fut qu'après un long temps et de longues exhortations, que de grands hommes lui firent sur cet article, qu'il se rendit à ce qu'on lui conseillait; il eut donc l'avantage de recevoir la tonsure des mains du nonce du Pape, dans la chapelle de la Congrégation de Notre-Dame, de l'église du Noviciat des Jésuites de Paris : ce qui arriva le 4 novembre 1653.

Ce fut à peu près dans ce temps-là…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Ven 12 Fév 2021, 6:36 am


HENRI-MARIE BOUDON.

L'évêque de Québec le fait son grand-archidiacre.

Ce fut à peu près dans ce temps-là que Mgr de Laval, évêque de Québec, connaissant ses rares talents, le prit en grande amitié et lui donna même son grand-archidiaconé d'Évreux, comme à celui qu'il crut pouvoir mieux remplir les fonctions de cette place. M. Boudon, qui avait un extrême éloignement pour toutes les dignités et les qualités d'éclat, résista longtemps, ne pouvant se résoudre à accepter cet emploi, dont il craignait de ne pas assez bien s'acquitter; mais enfin il suivit le conseil de ses amis, et se rendit aux désirs de l'évêque de Québec.

Il fut donc à Évreux, toujours dans l'état d'un homme fort simple et assez pauvrement vêtu, sans se prévaloir de la dignité qu'il portait avec lui, et sans grands discours qui pussent indiquer quelque chose de sa rare capacité ; aussi arriva-t-il qu'il fut d'abord assez mal reçu de ceux qui ne jugeaient que des apparences extérieures; mais il n'eut pas plus tôt pris possession de son bénéfice, et reçu les Ordres sacrés, qu'il fit bientôt paraître qu'il était très-capable de son emploi, et qu'il était animé de l'esprit qui était nécessaire pour s'en bien acquitter.

Il commença à faire éclater ce zèle, dont il accompagna ses actions pendant toute sa vie, et, ne pouvant supporter les dérèglements qui régnaient alors dans la ville d'Évreux, il monta en chaire pour en faire voir les mauvaises suites et les châtiments qui étaient préparés à ceux qui les causaient; et, joignant ses discours familiers et la conversation à ses prédications, il gagna tellement les esprits et les cœurs des plus libertins, que l'on vit en peu de temps un changement très-notable dans toute la ville.

M. Boudon, ayant ainsi jeté les premiers fondements de la réforme qui lui avait paru si nécessaire, et qu'il prétendait conduire à sa fin…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Sam 13 Fév 2021, 6:15 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Il fait un second voyage à Paris.

M. Boudon, ayant ainsi jeté les premiers fondements de la réforme qui lui avait paru si nécessaire, et qu'il prétendait conduire à sa fin, jugea à propos de faire un voyage à Paris, pour mettre ordre à quelques affaires qu'il y avait; mais encore plus spécialement pour y revoir les grands serviteurs de Dieu qu'il y avait connus, et, entre autres, M.Bourdoise, premier prêtre de la Communauté et séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, que Dieu avait suscité depuis plus de quarante ans, pour travailler avec plusieurs autres grands hommes au rétablissement et à la perfection de la discipline ecclésiastique. C'est de cette bonne source que M. Boudon remporta plusieurs excellents conseils, dont il profita pour s'acquitter des fonctions de sa nouvelle charge.

Enfin, le temps étant venu auquel il fallut se disposer au sacerdoce…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Mar 16 Fév 2021, 10:35 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Voulant se disposer au sacerdoce, il se retire à la Chartreuse de Gaillon.

Enfin, le temps étant venu auquel il fallut se disposer au sacerdoce, comme tout le monde le désirait, il crut, pour s'y mieux préparer, devoir chercher une retraite pour y consulter Dieu seul, et demander à loisir, dans le silence, le véritable esprit si nécessaire à un prêtre de Jésus-Christ ; il choisit pour cet effet la Chartreuse de Gaillon, où il demeura, non pas quarante jours, comme il l'avait projeté, mais pendant l'espace de près de cinq mois: car, y étant entré le 11 août, il n'en sortit que le 1er janvier de l'année suivante (1655).

Il serait difficile d'expliquer quelle fut la vie et les actions héroïques de vertu que pratiqua ce pieux solitaire dans cette sainte maison ; car, outre qu'il assistait à tous les offices jour et nuit, et à tous les autres exercices de piété qui sont de coutume, il s'y entretenait dans une oraison continuelle et dans les délices de la contemplation, suivant en cela son attrait sans aucun empêchement et sans en être diverti par aucune autre affaire ; et c'est aussi dans le temps de cette précieuse retraite qu'il a su faire de si abondantes provisions pour se soutenir dans les fonctions ecclésiastiques qui l'appelaient au dehors, pour secourir les pécheurs et les autres personnes de piété dont il devait avoir soin.

Etant donc ainsi plein de ferveur et tout rempli des lumières du Saint-Esprit, il sortit de la Chartreuse pour retourner à Évreux…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Mer 17 Fév 2021, 6:50 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Il sort de ce lieu pour recevoir la prêtrise.

Etant donc ainsi plein de ferveur et tout rempli des lumières du Saint-Esprit, il sortit de la Chartreuse pour retourner à Évreux, où, quelque temps après, il fut ordonné prêtre dans l'église cathédrale par les mains de MgrBoutaut, qui en était alors évêque. Il dit sa première messe avec une dévotion et un esprit de recueillement qui charmaient tous les assistants; et ce qui est plus admirable, c'est que, bien loin qu'il se ralentit dans la suite de cette grande ferveur qu'il fit paraître en disant cette première messe, sa piété, au contraire, s'est toujours augmentée en continuant à offrir ce divin sacrifice, ayant aussi eu toute sa vie une singulière dévotion envers le très-saint Sacrement de l'autel, comme on peut le voir par ce qu'il en dit dans ses écrits et ce qu'il a fait pour en augmenter le culte et la vénération.

M. Boudon, étant nouvellement fortifié par la réception du caractère sacerdotal, ne différa pas longtemps à se mettre en chemin pour aller faire sa visite, reconnaître l'état de toutes les paroisses du diocèse, et s'informer bien exactement de la vie et des maux des curés et des autres ecclésiastiques qui devaient contribuer à entretenir un bon ordre dans les églises et donner aux peuples l'édification et les instructions convenables en chaque lieu.

La première chose qu'il fit fut de protester devant Dieu qu'il ne voulait rien entreprendre que pour sa pure gloire…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Jeu 18 Fév 2021, 5:43 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Comment il remplissait ses fonctions d'archidiacre.

La première chose qu'il fit fut de protester devant Dieu qu'il ne voulait rien entreprendre que pour sa pure gloire, et qu'il ne voulait avoir d'autres vues ni d autres motifs que d'introduire le bel ordre qui devait régner dans le gouvernement des églises, suivant les lois et les ordonnances établies et reçues dans le diocèse.

Ce fut dans cet esprit que ce sage archidiacre, dont le zèle fut toujours accompagné de science, se fit un devoir d'étudier attentivement les meilleurs auteurs qui avaient traité des matières ecclésiastiques, comme des bénéfices, de la discipline de l'Église, du devoir des pasteurs, de l'administration des Sacrements et de leur réception; de l'éducation des enfants qui étaient en âge de raison, et des autres semblables matières qui avaient rapport au salut des fidèles et à la gloire de l'Église.

Pour mieux réussir dans ce dessein, il consulta encore les personnes qui avaient le plus d'expérience en ces fonctions; il avait souvent des conférences avec eux; il faisait des voyages dans les autres diocèses, pour trouver et consulter ces grands maîtres dont il apprenait ce qu'ils faisaient et ce qu'ils croyaient plus expédient et plus efficace pour maintenir les sujets dans leur devoir.

Avec tous ces secours, qu'il accompagnait d'ailleurs d'une oraison continuelle, il travailla si heureusement, qu'en peu d'années il fit changer de face à tout le diocèse d'Évreux. Il faisait rendre un compte très-exact aux marguilliers des paroisses, touchant les deniers dont ils étaient comptables, et, avec les sommes qu'il faisait revenir, jointes aux aumônes qu'il faisait faire par les riches, il faisait aussitôt rétablir tout ce qui manquait dans les paroisses, tant par rapport aux vases sacrés, qui n étaient point de matière convenable, que par rapport aux ornements et aux bâtiments qui étaient en ruine. Son zèle était si ardent, pour ce qui regardait la gloire des temples, qu'il n'omettait rien pour trouver les vrais moyens e mettre ordre à ce qui manquait, et il fournissait souvent lui-même de son argent pour suppléer à ce qui n'était pas suffisant.

Les visites de ce saint Prêtre étaient toujours d'une utilité d'autant plus grande, que rien n'échappait à sa vigilance; il s'informait de tout pour remédier à tout. Il eut un soin singulier d'abolir un grand nombre de superstitions qui s'étaient glissées  parmi le petit peuple; on sait dans le pays avec  quelle fermeté il s'opposa à certaines coutumes profanes que l'on avait introduites, en allumant des feux au temps de la fête de saint Jean, non pour honorer le mérite du saint, mais pour avoir lieu d'y faire naître des assemblées dans lesquelles il se commettait une infinité de dérèglements, par des danses, des festins, des chansons dissolues et d'autres semblables démonstrations de joie qui ne tendaient qu'à la volupté et au libertinage.

Notre vigilant archidiacre allait toujours à la source du mal pour y remédier…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Ven 19 Fév 2021, 6:44 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Comment il remplissait ses fonctions d'archidiacre.

SUITE

Notre vigilant archidiacre allait toujours à la source du mal pour y remédier, il visitait souvent les familles pour parler aux pères et aux mères, et les exhorter à veiller sur leurs enfants et à les envoyer dans les écoles établies pour être instruits. Il examinait aussi avec grande attention la capacité et les mœurs des maîtres et des maîtresses de ces écoles publiques, et faisait changer ceux qui ne s'acquittaient pas assez exactement de leur devoir.

Il faisait fermer les cimetières qui étaient profanés par les animaux et par les danses qui s'y faisaient; il voulait aussi qu'il y eût quelque espèce de décoration et de distinction à l'endroit des fonts baptismaux. Il donnait des règlements pour les processions; et, pour éviter les abus profanes dont on les accompagne assez souvent dans les villages et autres petits lieux, il prescrivait le temps des offices, des messes, des catéchismes et des prédications, afin que tout le monde y pût participer plus commodément. Il avait soin de faire observer les cérémonies ecclésiastiques, les sages coutumes et les règlements des Synodes et des ordonnances épiscopales.

Il veillait aussi sur le chant, sur le luminaire, sur les livres d'églises, sur l'ornement des autels et des nappes qui les couvrent, et généralement sur tout ce qui concernait le culte de Dieu; mais l'objet principal de ses soins étaient les ecclésiastiques qui conduisaient les peuples et qui administraient les Sacrements; il faisait une exacte perquisition de leur science et de leurs mœurs; il les voyait faire leurs fonctions pour être témoin oculaire de ce qu'ils faisaient : ce qui lui donnait lieu d'ajouter ou retrancher ce qui manquait à la décence des Sacrements qu'ils administraient. Il leur faisait des exhortations pathétiques et pleines de charité pour les animer à faire glorifier Dieu et à procurer le salut des peuples qui étaient confiés à leurs soins; il leur faisait avoir les livres qui leur étaient nécessaires; il engageait les curés a tenir des registres de ceux qui ne faisaient point leurs Pâques, et des autres grands pécheurs scandaleux et publics, pour prendre contre eux, quoiqu'en leur faveur, les moyens efficaces pour les faire rentrer dans leur devoir, et ne pas corrompre parleur libertinage le reste du troupeau; il n'usait néanmoins de ces moyens puissants que dans l'extrême nécessité, de peur, disait-il, de contribuer à faire faire des conversions contraintes et des confessions sacrilèges qui ne mettent ordre à rien.

C'est pour cela que la douceur et la patience ont toujours paru dans toute la conduite de cet homme apostolique, et qu'il n'a usé de la force et du glaive des censures que lors qu'il n'a pu s'en exempter sans se rendre coupable.

Enfin, comme M. Boudon ne voyait point de moyens plus efficaces pour faire fleurir la discipline ecclésiastique et pour donner de bons prêtres et de bons pasteurs au diocèse d'Évreux, qu'en…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Sam 20 Fév 2021, 5:55 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Il établit un séminaire.

Enfin, comme M. Boudon ne voyait point de moyens plus efficaces pour faire fleurir la discipline ecclésiastique et pour donner de bons prêtres et de bons pasteurs au diocèse d'Évreux , qu'en établissant un séminaire comme il y en avait dans les autres villes bien réglées, il employa tous ses soins et tout son crédit pour cet effet auprès de M. de Maupas qui en connaissait aussi la nécessité; l'érection du séminaire s'est faite heureusement, et si notre pieux Archidiacre n'en a pas été le fondateur par la contribution des sommes nécessaires à cet effet, il a au moins édifié cette nouvelle maison par ses bons exemples, et l'a soutenue par ses avis, ses sages conseils, ses exhortations, ses conférences et les autres secours spirituels qu'il était capable de donner.

Comme ce séminaire était le premier objet de son cœur, il lui a aussi laissé ce qu'il avait de plus précieux, je veux dire tous ses livres, ses écrits et quelques autres effets considérables dont il pouvait disposer; aussi cette maison le reconnaît-elle, après M. de Maupas, pour le premier de ses bienfaiteurs; et c'est là aussi que le cœur de ce vénérable Prêtre se conserve en dépôt dans une chapelle de Saint-François-de-Sales qui est dans l'église.

Je ne dois pas omettre ici de dire que si M. Boudon avait un si grand zèle et une si grande exactitude à pourvoir à tous les besoins du diocèse, et à en détruire tous les dérèglements et les vices, cette grande vigilance lui a aussi attiré un grand nombre d'ennemis qui ne pouvaient supporter un homme qui voyait trop clair sur leur mauvaise conduite, et qui cherchait les moyens efficaces d'en arrêter le cours; mais ce saint Prêtre, n'ayant que Dieu en vue et le salut de son prochain, ne fut jamais effrayé, ni arrêté dans les persécutions qu'on lui livra, sachant bien que c'était ordinairement le sort des supérieurs et des apôtres, de devenir un objet d'indignation pour les impies, quand on veut s'opposer à leur impiété et les faire rentrer dans le bon chemin.

Comme le zèle et la charité de notre saint Prêtre n'avait point de bornes…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Dim 21 Fév 2021, 5:41 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Ses missions.

Comme le zèle et la charité de notre saint Prêtre n'avait point de bornes, il ne se contentait pas de travailler au salut des âmes dans le seul diocèse d'Évreux; mais, quand il y avait achevé sa visite, il se préparait, par une nouvelle retraite qui lui servait de repos, pour aller dans d'autres provinces inspirer de l'estime pour la vertu et faire connaître de plus en plus combien il est doux et utile d'avoir de l'amour pour son Dieu.

Il allait de bourgade en bourgade et de ville en ville pour y annoncer les vérités de l'Évangile: on l'a vu dans le Limousin, dans la Bretagne, dans la Bourgogne, dans le Poitou, dans le Périgord et dans le Maine. Il a été pendant une année dans la Hollande, et une autre année dans la Lorraine.

Les Pays-Bas, la Bavière, l’Allemagne, jusqu'au lieu de la naissance de Luther, ont aussi ressenti les effets du divin amour dont son cœur était embrasé. En un mot, une partie de l'Europe a eu le bonheur d'être éclairée par les lumières de ce pieux Évangéliste: Dieu, disait-il, ne m'ayant point appelé aux missions des peuples idolâtres, à cause de mes péchés, je résolus de faire en Europe ce que je ne pouvais aller faire en Orient.

Il ne faut pas s'étonner si le vénérable Prêtre dont nous parlons se portait avec tant d'ardeur aux nobles exercices des grands hommes apostoliques…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Lun 22 Fév 2021, 5:19 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Il donne commencement au fameux séminaire des Missions étrangères.

Il ne faut pas s'étonner si le vénérable Prêtre dont nous parlons se portait avec tant d'ardeur aux nobles exercices des grands hommes apostoliques, qui, oubliant leurs intérêts propres et leur patrie, ne pensent qu'au salut des autres; c'est que ce pieux Serviteur de Jésus-Christ, dès son plus bas âge, a été favorisé de Dieu d'une sainte inclination pour procurer à son prochain les moyens de se retirer du vice et de travailler à sa perfection; car, sans répéter ici ce que nous avons déjà dit des pieuses adresses dont il se servait étant jeune écolier pour entretenir ses compagnons dans la pratique de la vertu, on sait d'ailleurs qu'étant plus avancé en âge, quoiqu'il ne fût pas encore prêtre, il fut un des premiers qui se trouva associé avec ces célèbres serviteurs de Jésus-Christ qui ont donné commencement au fameux séminaire des Missions étrangères. Il s'en explique lui-même dans ses écrits : Nous étions, dit-il jusqu'à dix-huit jeunes gens logés ensemble dans un même corps-de-logis, les uns étudiant en droit, les autres en philosophie ou en théologie, et les autres s'occupant à d'autres exercices, mais tous très-bien unis sous la conduite du R. P. Bagot, jésuite.

On peut voir encore ce qu'il dit à ce sujet dans le chapitre 1er du livre II, qui a pour titre : Le Chrétien inconnu :Dieu, dit-il, a voulu donner quelque part à la publication de son Évangile à de jeunes personnes qui demeuraient ensemble il y a environ cinquante ans. On peut dire, poursuit-il, que ces jeunes gens ont été une petite source qui est devenue un grand fleuve par le nombre des évêques et vicaires apostoliques que l'on a choisis parmi eux pour l'Orient et pour l'Occident, et qui ont été envoyés aux deux extrémités de la terre; c'est de ce nombre que l'on a tiré des évêques pour Siam, pour la Chine et pour le Canada, afin d'en être les premiers Pères; et c'est ce qui a donné l'origine au séminaire des Missions étrangères que l'on voit dans Paris, qui est la bonne odeur de Jésus-Christ, et qui répand partout la doctrine évangélique.

Ceux qui commencèrent ce célèbre séminaire, outre M. Boudon, furent M. Demeurs, qui eut dans la suite, après le R. P. Bagot, la conduite de cette maison; l'abbé Palu, qui fut depuis évêque d'Héliopolis, après avoir été un missionnaire très-zélé dans les Indes; M. de Montigny, ensuite évêque de la Chine; M. Laval, évêque de Québec; M. Poitevin, qui fut curé de Saint-Josse, à Paris; M. Fermanel, qui a été un saint prêtre; MM. Bazas, Gusel, Basile, et plusieurs autres dont le mérite a été assez connu, et dont les noms sont écrits dans le Livre de Vie.

On avait dès-lors tant d'estime pour M. Boudon, qu'après le décès du R. P. Bagot, qui avait conduit jusqu'alors avec tant de sagesse le bel ouvrage dont nous parlons, on jeta d'abord les yeux sur lui, quoiqu'il ne fut pas encore prêtre, pour être le supérieur  des autres ; mais il marqua tant de répugnance pour l'honneur qu'on voulait lui faire, alléguant sur toutes choses qu'il n'était pas convenable qu'un simple laïc fût à la tête de plusieurs ecclésiastiques d'un si grand mérite, que le sort tomba heureusement sur M. Demeurs, personnage plein de zèle et de cœur pour la gloire de Dieu, docteur de la maison de Navarre; mais je reviens à la suite de mon discours :

M. Boudon était si dépouillé de toute propre volonté…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Mar 23 Fév 2021, 6:10 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Ses prédications et sa science.

M. Boudon était si dépouillé de toute propre volonté, qu'il ne s'arrêtait jamais avec trop d'attache à aucun dessein, ni à aucun voyage qu'il voulût absolument exécuter; mais, sans avoir de vue ni de projets trop éloignés, il écoutait chaque jour la voix de son Dieu, et tâchait de la suivre, se laissant conduire par l'instinct divin. S'expliquant lui-même sur cet article, il dit que souvent, sortant de sa maison, il ne savait pas distinctement où il allait, étant seulement inspiré de sortir de chez lui, et qu'au premier endroit où il se trouvait il apprenait quel était le lieu où il devait aller, il s'y rendait alors aussitôt. Il a assuré qu'en agissant de la sorte, il trouvait, dans les lieux où il allait, un grand nombre de personnes qui étaient dans des besoins spirituels extraordinaires et qui attendaient de Dieu des secours qu'elles ne trouvaient point dans le pays. En effet, il s'appliquait spécialement à secourir ces âmes, qui étaient d'autant plus chéries de Dieu qu'elles participaient aux souffrances de J.-C.

Il est à propos de remarquer que ce n'était pas seulement le petit peuple qui était instruit par M. Boudon dans ses missions; mais les seigneurs même des villes et les prélats ecclésiastiques voulaient aussi participer au bonheur de l'entendre et de jouir de sa conversation. Ils le logeaient souvent chez eux, et conféraient avec lui sur les affaires les plus importantes de leurs diocèses et sur les moyens les plus sûrs de se sauver, en s'acquittant avec fidélité de leur devoir. Sa manière de parler et de prêcher était si pathétique et si pleine d'onction, quoique simple et sans étude d'éloquence humaine, qu'il persuadait tous ceux à qui il parlait. Il tirait quelquefois les larmes des yeux de ses auditeurs, jusqu'à un tel point qu'il était obligé de cesser son discours pour un temps, joignant lui-même ses soupirs et ses larmes, qu'il ne pouvait contenir, à celles de son auditoire. On disait quelquefois hautement dans les assemblées que jamais on n'avait ouï parler des vérités évangéliques de la manière que ce Prédicateur en parlait.

L'estime que les provinces par où il passait conservaient pour sa personne, était si grande que tout le monde s'empressait à lui offrir des sommes pour le conduire en ses longs voyages; ce qui lui a fait dire que s'il eût aimé l'argent, il fût devenu bien riche, mais que Dieu lui avait fait la grâce de n'avoir jamais eu d'attachement pour les biens créés; ce qui faisait qu'il ne prenait de ces sommes qu'on lui présentait, que ce qui lui était nécessaire pour le jour présent, rendant le reste, ou le distribuant aux pauvres qu'il connaissait dans le pays; et il a déclaré à ses amis que toutes les fois qu'il en a agi de la sorte il a reconnu et expérimenté que Dieu, par une Providence spéciale, a toujours pourvu et même abondamment a tous ses besoins. C'est pour cela que notre pieux Missionnaire ne se lasse point de publier dans tous ses livres, ses écrits et ses exhortations, les libéralités de son Dieu dans les soins qu'il prend de ceux qui se confient en lui et qui s'abandonnent entièrement à sa divine Providence.

Quoique M. Boudon fût toujours très-occupé…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Mer 24 Fév 2021, 6:13 am


HENRI-MARIE BOUDON.

On le fait grand-vicaire.

Quoique M. Boudon fût toujours très-occupé, soit dans les visites du diocèse dont il était grand-archidiacre, soit dans ses missions, ou par l'assiduité qu'il avait à entendre les pénitents dans le tribunal de la confession, il ne laissait pas néanmoins de trouver assez de temps pour l'étude de la sainte Ecriture, pour lire les auteurs les plus profonds qui traitaient ou de théologie, ou du droit-canon, ou des matières ecclésiastiques; car ceux qui l'ont bien connu, qui l'ont consulté, ou qui ont même voulu sonder la profondeur de sa capacité, en le faisant parler sur les questions les plus difficiles, ont été obligés d'avouer que ce docteur n'ignorait rien, quoiqu'il cachât ses talents sous le voile de l'humilité, du silence et aussi de la modestie qui parut toujours dans sa conduite et dans ses discours. Il avait une mémoire très-heureuse qui lui rendait présentes toutes les matières qu'il avait digérées dans la lecture; et comme il avait d'ailleurs l'esprit net et aisé, il s'expliquait facilement sur toutes les questions qu'on lui proposait.

Les sermons ou les exhortations ne lui coûtaient rien, prêchant autant de fois qu'on l'en priait, et toujours sur des sujets différents. Quand il était à Paris, où ses amis l'obligeaient de venir, chacun s'empressait à le retenir pour avoir de lui quelque discours de piété avant qu'il s'en retournât. Il fit ses premières prédications en la ville d'Évreux, dans la grande église de Saint-Pierre, et prit pendant un assez long temps ces paroles du Prophète, pour texte de ses discours : Multa flagella peccatoris : — Le pécheur est exposé à de grandes peines. Il prêcha dès-lors avec tant de force, d'onction, de foi apostolique et de charité pour les pécheurs, que l'église se trouva trop petite pour contenir la multitude des auditeurs qui voulaient y entrer; en sorte que ceux qui restaient hors des portes se trouvaient dédommagés de pouvoir seulement entendre quelques paroles sorties de la bouche de ce zélé prédicateur, pour en profiter. Il avait grand soin d'accommoder ses discours et les matières dont il traitait, à la capacité de ceux à qui il parlait; en sorte que les personnes avancées en âge, les enfants, les pauvres gens, les ignorants, avaient également envie de l’entendre, et s’en faisaient même un plaisir.

Il ne faut pas s'étonner si Monseigneur Henri de Maupas, qui succéda à M. Boutaut dans le siège épiscopal du diocèse d'Évreux, fît choix de M. Boudon pour…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Jeu 25 Fév 2021, 5:28 am


HENRI-MARIE BOUDON.

On le fait grand-vicaire.

SUITE

Il ne faut pas s'étonner si Monseigneur Henri de Maupas, qui succéda à M. Boutaut dans le siège épiscopal du diocèse d'Évreux, fît choix de M. Boudon pour joindre en sa personne l'office de premier grand-vicaire à celui de grand-archidiacre qu'il possédait déjà; c'est qu'il avait reconnu en lui un zèle accompagné de science et un désintéressement qui n'avait point d'égal: il le regardait comme un homme plein de Dieu, dont les conseils et les lumières étaient très-purs, parce qu'en effet il les puisait plus dans l'oraison que dans les livres.

Ce prélat, voulant conférer avec ce vigilant archidiacre des affaires les plus importantes de son diocèse, ne voulut pas qu'il eût d'autre table que la sienne. Il prenait ses conseils pour des oracles, et il lui ordonna de dresser des Statuts pour le bon règlement de son diocèse, Statuts qu'il approuva par son autorité épiscopale, dans un Synode, le 8 novembre 1660. Les personnes les plus éclairées conviennent que ces Statuts sont si judicieusement établis, qu'ils peuvent servir de modèle aux autres prélats pour faire de très-sages ordonnances dans les autres diocèses.

L'évêque d'Évreux était alors si parfaitement convaincu du mérite singulier de son grand-archidiacre, que, s'étant mis à genoux devant une image de la Sainte Vierge, il fit un vœu, par lequel il promit de lui obéir, et, étant obligé de s'absenter de son diocèse pour aller travailler à Rome, à la grande affaire de la canonisation de saint François de Sales, il crut ne pouvoir pas laisser un homme plus capable que ce saint Prêtre pour tenir sa place.

Il le fît donc dépositaire de la plénitude de son autorité pendant tout le temps du long voyage qu'il allait entreprendre, et lui donna un ample pouvoir de conférer tous les bénéfices qui viendraient à vaquer, aux sujets qu'il jugerait les plus dignes de les remplir.

Ce sage Prélat déclara publiquement là-dessus ses intentions aux principaux de son clergé et aux premiers de la ville d'Évreux ; mais cette autorité et cette préférence qu'il donna à M. Boudon par-dessus plusieurs autres qui en devinrent jaloux, parce qu'ils s'en croyaient plus dignes que lui, fut l'occasion d'une persécution des plus grandes que l'on puisse imaginer contre ce vénérable Prêtre. L'histoire en serait trop longue; je dois me contenter d'en dire quelque chose en abrégé : …

Notre pieux Archidiacre se voyant, contre son gré…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Ven 26 Fév 2021, 6:50 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Sa vigilance à faire exécuter les lois lui suscite des persécutions.

L'histoire en serait trop longue; je dois me contenter d'en dire quelque chose en abrégé :

Notre pieux Archidiacre se voyant, contre son gré, et seulement pour obéir à son prélat, se voyant, dis-je, revêtu de la qualité de premier grand-vicaire du diocèse, voulut aussi s'acquitter dignement de la charge qu'on lui avait imposée; mais sa vigilance et son exactitude à réprimer les vices et à reconnaître ceux qui méprisaient les lois et les ordonnances établies, excita contre lui une guerre surprenante.

Ses ennemis, profitant de l'absence du sage prélat, qui l'estimait et l'honorait trop à leur gré, semèrent partout des calomnies atroces contre lui; il n'y avait point de crimes dont ils ne voulussent qu'il fût noirci ; ils le firent passer pour un hypocrite, pour un faux dévot, pour un ambitieux, pour un ivrogne, l'accusant même d'avoir eu quelque mauvais commerce avec des personnes du sexe: on n'omit rien pour insinuer ces calomnies et des faux bruits dans l'esprit de tout le monde, non-seulement dans la ville et le diocèse d'Évreux, mais encore dans les autres villes où l'on savait que ce grand-archidiacre était connu, comme à Rouen, à Paris et dans les autres endroits où sa réputation et sa vertu lui avaient fait des amis.

On se servit, pour allumer et soutenir cette persécution, des plus noirs mensonges, de faux témoins, de lettres anonymes, de libelles diffamatoires imprimés, de la prédication même dont on abusa, subornant des prédicateurs auxquels on persuada qu'ils devaient publier en chaire ce qui était exprimé dans les libelles.

Tous ces moyens, et plusieurs autres aussi condamnables et aussi injustes, dont on usa pendant l'espace de plusieurs années, ne purent pas être privés du succès qu'en attendaient les ennemis jurés de M. Boudon, c'est-à-dire de la perte de sa réputation dans l'esprit de tout le monde, excepté d'un petit nombre qui connaissait trop l'innocence et le fonds de la vertu de ce digne serviteur de Jésus-Christ, pour se laisser surprendre par le bruit et les intrigues de tant de personnes malheureusement prévenues, mal informées et mal intentionnées, pour être entrées trop facilement dans l'esprit de ceux qui avaient entrepris cette guerre par les motifs que nous avons dits: ceux donc qui voyaient le juste opprimé et l'innocent accablé, sans qu'il voulût jamais rendre injure pour injure, souffrant tout avec une patience sans pareille, attendaient que le temps fût venu auquel la vérité triompherait enfin du mensonge: mais ce ne fut pas si tôt; car l'orage grondait encore lorsque Mgr de Maupas, revenant de Rome…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Sam 27 Fév 2021, 6:57 am


HENRI-MARIE BOUDON.

M. de Maupas le prive de ses fonctions ecclésiastiques.

…car l'orage grondait encore lorsque Mgr de Maupas, revenant de Rome, rentra dans son siège épiscopal. Les ennemis du vicaire-général, qu'il avait laissé pour gouverner le diocèse, ne manquèrent pas de faire tous leurs efforts pour le faire entrer dans la scène qu'ils avaient commencée pendant son absence et pour surprendre la religion de ce sage prélat, ami d'ailleurs de la vérité et du bon ordre.

Ils continuèrent à faire remuer tant de ressorts et à produire tant de faux mémoires contre celui qu'ils voulaient opprimer, que ce prudent évêque, après avoir convoqué quelque assemblée pour trouver les moyens de rendre la paix à son église et faire cesser la guerre qu'il trouvait allumée contre son grand-vicaire et coutre un homme en qui il n'avait jamais reconnu que de la vertu et de la sagesse, acquiesçant néanmoins à tant de dépositions sur lesquelles il se voyait contraint de juger, se résolut enfin, suivant l'avis de son conseil, à priver M. Boudon de ses fonctions ecclésiastiques, à lui retirer ses pouvoirs, lui ôtant la qualité de grand-vicaire et lui faisant défense de prêcher et de confesser dans son diocèse.

On poussa la chose si loin, que l'on voulut persuader à Mgr de Maupas qu'il devait l'obliger à quitter son bénéfice et lui défendre d'exercer les fonctions de grand-archidiacre, et faire en sorte qu'il s'éloignât du diocèse.

On vient de voir jusqu'à quel point la jalousie et la calomnie portèrent les ennemis de M. Boudon à vouloir le perdre entièrement; mais il faudrait pouvoir exprimer maintenant quelle fut sa conduite et ses sentiments dans le cours de cette terrible persécution, qui ne dura pas moins de huit années…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Dim 28 Fév 2021, 6:22 am


HENRI-MARIE BOUDON.

Conduite de M. Boudon dans cette circonstance.

On vient de voir jusqu'à quel point la jalousie et la calomnie portèrent les ennemis de M. Boudon à vouloir le perdre entièrement; mais il faudrait pouvoir exprimer maintenant quelle fut sa conduite et ses sentiments dans le cours de cette terrible persécution, qui ne dura pas moins de huit années; je dirai en peu de mots, qu'ayant toujours eu en vue Jésus-Christ, le plus innocent des hommes. persécuté, accusé, abandonné; méprisé, privé de toute sa gloire et de tous ses droits, jusqu'à subir la mort, et la mort de la croix pour obéir à son Père oui le permettait ainsi, notre vénérable Archidiacre, dis-je, ne quittant point de vue ce grand modèle, soutint toujours avec une douceur et une patience invincibles, qui donnaient de l'admiration à ceux qui le connaissaient bien, toutes les calomnies, les mépris, les affronts, les insultes, les privations de ses offices et toutes les autres peines qu’on lui fit, sans jamais en avoir eu de ressentiment contre personne, ni avoir voulu tirer aucune vengeance, ni s'être voulu justifier sur des faits évidemment faux qui offensaient sa réputation; et, pour ce qui regarde son évêque, il n'a jamais cessé de l'estimer et de l'honorer, l'excusant dans toutes les occasions, disant qu'il ne faisait que ce que son conseil lui avait suggéré, qu'il croyait ne pouvoir pas en agir autrement; en un mot, M. Boudon, plein de l'esprit du Christianisme, pratiqua à la lettre, dans tout le temps de sa disgrâce, ce beau conseil du Fils de Dieu :

« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous persécutent et vous calomnient, afin que vous soyiez les enfants de votre Père, qui est dans les cieux, qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants, et qui fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. »

C'est sur ces principes que M. Boudon conservait la paix dans son âme et la charité envers tous ceux qui Je poursuivaient; il prenait la chose de plus haut : bien loin de se plaindre de ceux qui l'avaient perdu de réputation dans l'esprit même de ses meilleurs amis, il dit au contraire une fois à un de ses plus intimes, qu'il serait à propos que tout le monde, au milieu des rues, lui jetât de la boue et l'accablât de pierres, et qu'il méritait bien ce traitement : on laisse à penser au lecteur de quel fonds partaient ces sentiments.

Je ne dois pas omettre de dire ici deux mots d'une fille très-vertueuse et très-chaste qui…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux. Empty Re: Henri-Marie Boudon, Grand-Archidiacre d'Évreux.

Message  Louis Lun 01 Mar 2021, 6:52 am


HENRI-MARIE BOUDON.

On l'accuse de la conduite d'une fille travestie en garçon : son innocence est reconnue.

Je ne dois pas omettre de dire ici deux mots d'une fille très-vertueuse et très-chaste qui, s'étant trouvée plusieurs fois dans de grands dangers de perdre sa pudicité, et ne croyant pas pouvoir l'éviter, autrement qu'en déguisant son sexe, se revêtit dans cette pensée d'un habit de garçon, après en avoir demandé la permission à un confesseur, qui ne la dissuada pas de son dessein, à cause des raisons particulières qu'elle lui exposa.

Elle vécut ainsi déguisée dans Évreux, avec grande édification, cultivant les sacrements, servant même des messes à l'église et faisant grand nombre d'autres œuvres semblables de piété. Quoiqu'il en soit, cette fille devint malade et mourut dans le temps que M. Boudon était allé à Paris pour ses affaires.

On reconnut, dans les derniers devoirs qu'on rendait à ce prétendu garçon, que c'était une fille; le bruit s'en répandit par la ville; on fit de grandes réflexions sur cet accident; on rechercha tous ceux avec qui elle avait eu des conversations, et comme M. Boudon l'avait ouïe en confession et lui avait parlé plusieurs fois sur des matières de piété sur lesquelles elle le consultait, qu'elle suivait les conseils qu'il lui donnait sans jamais reconnaître ni penser que ce fût une fille, et qu'elle lui avait même servi la messe, comme elle faisait à d'autres; les ennemis, dis je, de notre pieux Archidiacre, ne manquèrent pas de l'accuser alors de tous les crimes que de mauvais soupçons peuvent mettre en la pensée.

On le fit auteur du conseil que la fille avait pris, et on publiait que c'était pour mieux cacher sa conduite criminelle, quoiqu'il n'en eût jamais rien su ; on le noircit plus que jamais auprès de son évêque; on prétendit confirmer toutes les accusations précédentes par cette dernière imposture.

Le public même a cru longtemps que la chose était comme les calomniateurs le publiaient, mais la vérité fut enfin reconnue; voici comment le premier confesseur de la défunte, voyant tant de péchés qui se commettaient à l'occasion de l'aventure de cette fille, crut qu'il devait donner quelque explication sur le fait; et comme il était devenu paralytique des deux mains, il demanda très-instamment à Dieu la grâce de pouvoir justifier par écrit l'innocence de la fille et celle de M. Boudon, et il pria la divine Bonté de lui rendre pour cet effet usage de ses mains paralytiques, au moins pour quelque temps; sa prière fut exaucée, et ayant été guéri de la main droite, il découvrit qu'il n'y avait que lui seul qui avait été dépositaire du secret de la fille qui s'était travestie en garçon. Il expliqua toutes les raisons et les motifs de sa propre conduite à l'égard de cette vertueuse servante de Dieu. Il justifia M. Boudon sur tous les chefs d'accusation qu'on avait inventés contre lui, sachant que ce digne prêtre n'avait jamais eu ni servante, ni valet à son service.

Mgr de Maupas fut encore d'autant plus persuadé de l'innocence de M. Boudon, qu'il découvrit la fourberie d'une fille visionnaire qui passait pour grande dévote et pour avoir des révélations, laquelle avait voulu soutenir que l'Archidiacre était criminel et qu'il devait se défaire  de son bénéfice.

Le sage prélat, reconnaissant tous les jours de plus en plus la vérité et la probité de notre vénérable Prêtre, se sentit obligé à lever l'interdit qu'il avait prononcé contre lui; il le rétablit donc dans toutes les fonctions de son ministère; il lui ordonna de remonter en chaire pour y annoncer la parole de Dieu, comme il faisait autrefois; il alla même l'entendre, et témoigna en être parfaitement content; il lui donna toutes les marques d'une sincère amitié, jusqu'à lui ordonner de n'avoir point d'autre table que la sienne.

C'est ainsi que Dieu, qui a ses temps pour humilier et pour relever le mérite de ses plus grands amis, ouvrit enfin les yeux de ceux à qui il les avait fermés pendant un temps pour des desseins qui lui étaient connus. Ceux qui ont succédé à Mgr de Maupas, dans le diocèse d'Évreux, ont aussi toujours eu de l'estime et de la bienveillance pour notre vénérable Archidiacre, et l'ont toujours protégé contre les ennemis de son innocence et de sa vertu.

Si M. Boudon a été mis dans le creuset de la tribulation au sujet de sa renommée…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14485
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum