LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Dim 04 Oct 2020, 11:02 am

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Anges10


Introduction


*



À NOTRE-DAME DES ANGES



*


Grande Reine du paradis, Souveraine des bienheureux esprits qui jouissent d'un repos éternel et d'une félicité incompréhensible, prosterné à vos pieds, le lieu de tout secours, où les plus grands pécheurs trouvent leur refuge, les plus persécutés leur asile, les plus affligés leur consolation, les plus faibles leur appui, les plus abandonnés une puissante protection ; pieds sacrés, où l'infidèle rencontre la foi, l'hérétique la soumission à la sainte Église catholique, le pécheur sa conversion, le tiède la ferveur, l'aveugle la clarté, et l'impuissant la vertu et la force, le juste la véritable sainteté ; pieds glorieux, où les âmes les plus éminentes puisent les plus belles lumières du paradis, apprennent les plus pures maximes de Jésus-Christ, Dieu, votre Fils, s'instruisent des plus solides vérités de la religion, sont embrasées des plus vives flammes du pur amour et se trouvent revêtues d'une justice consommée ; aimables pieds, où je veux vivre et mourir comme aux pieds de ma bonne et fidèle maîtresse ; prosterné, dis-je, à vos pieds, ô ma puissante protectrice ! Je vous offre et vous y donne, je vous y dédie et consacre ce petit ouvrage, tout dédié et consacré en l'honneur de tous les neuf chœurs des anges, vos fidèles sujets, et les illustres princes de votre divine cour. Comme vous êtes leur aimable princesse, leur auguste impératrice et glorieuse dame, c'est avec justice que je dédie à vos grandeurs ce qui regarde leurs intérêts et ce qui touche leur gloire. Et puis, ma sainte dame, vous savez que je n'ai rien qui ne soit à vous ; c'est une vérité qu'il m'est doux de répéter et de publier hautement en toutes sortes d'occasions, tenant à un honneur incomparable la qualité de votre serviteur, que je veux conserver inviolablement, et que je préfère de toute l'étendue de mon cœur à tout ce qu'il y a de plus grand et de plus glorieux sur la terre. Bénissez, ô la toute sainte, ce petit ouvrage de vos plus saintes bénédictions, y étant intéressée comme à une chose qui vous appartient et qui est toute à vous. Obtenez une onction de grâces pour ceux qui le liront ; faites, en vertu de Jésus, votre fils bien-aimé, qu'il serve à établir et accroître la dévotion à tous les chœurs des anges ; pour l'honneur et la gloire de Dieu seul, notre principe et notre unique fin en toutes choses. Dieu seul, Dieu seul, Dieu seul.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Lun 05 Oct 2020, 8:02 am

À MON BON ANGE GARDIEN

***


Mon seigneur et fidèle guide de ma vie, quand je pense à ce que vous êtes, à ce que je suis, à mes ingratitudes, à vos incroyables bontés, mon esprit se trouve comme dans un abîme : je ne sais que devenir et je ne puis que dire. Vous êtes une belle intelligence de la bienheureuse éternité, un pur esprit, un esprit tout de lumière et de clarté, un esprit du pur amour, un grand prince de l'empyrée et l'un des grands rois du paradis ; et je ne suis que poussière et que cendre, qu'un chétif morceau de boue, qu'un misérable aveugle, qu'un très grand pécheur et le dernier de tous les pécheurs. Je reconnais en votre sainte présence, et je le veux dire devant tous les hommes et le donner au public, que je me vois non-seulement mériter la dernière place de la terre, mais la dernière place de l'enfer ; je me vois au-dessous de tous les démons et me reconnais pour la dernière créature de tout le monde.


Cependant vous voulez bien aimer une telle créature, vous voulez bien vous appliquer avec soin à tout ce qui la regarde, vous voulez bien l'assister dans tous ses besoins intérieurs et extérieurs, vous voulez bien la défendre contre tout ce qui lui est opposé, vous voulez bien la soutenir contre la puissance de l'enfer ; vous voulez bien, le conçoive qui pourra, l'accompagner inséparablement, lui tenir compagnie sans la quitter, et vous prenez plaisir à l'accabler de vos bienfaits, nonobstant tous ses mépris, toutes ses infidélités et toutes ses ingratitudes. Après l'amour de Jésus et Marie, qui a jamais ouï parler d'un tel amour ? Il faut bien dire que c'est l'amour incomparable en sa constance, en sa fidélité ; que c'est l'amour le plus désintéressé qui fut jamais ; l'amour le plus doux, le plus patient et le plus charitable ; l'amour le plus miséricordieux, le plus libéral, le plus fort et le plus généreux.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mar 06 Oct 2020, 8:54 am

Grand prince, pourquoi m'aimez-vous de la sorte ? Pourquoi n'y a-t-il pas un seul moment de ma vie qui ne soit marqué de quelqu'un de vos bienfaits ? Ô mon âme ! Il t'est bien doux de penser à ces coups de miséricorde qu'a faits pour toi ce cher prince de ta vie ! Il t'est bien doux de te souvenir comme il t'a délivré de l'enfer, des grâces qu'il t'a obtenues, des secours indicibles qu'il t'a donnés en toutes sortes de choses, des soins amoureux qu'il a pris de tout ce qui regarde le temporel et le spirituel. Mon seigneur, que vous rendrai-je pour tous ces biens ? Ah ! Je vois bien qu'il m'est impossible de dignement reconnaître vos excessives faveurs. Quand je vous remercierais autant de fois que je respire, ce ne serait pas grand chose ! Ô mon âme, que devenir donc ici ? Entrons dans les puissances du Seigneur, et prenons dans le cœur sacré de Jésus et de Marie une digne reconnaissance de tant de bontés. Quand nous aurions tout pensé et tout dit, ce ne serait pas assez ; quand nous aurions donné notre vie pour un prince si obligeant, nous ne pourrions pas lui satisfaire, ayant été remplis de toutes sortes de biens par sa faveur et délivrés de toutes sortes de maux.


Mais, aimable prince, les paroles donc me manquant et les forces, je veux vous parler par le précieux cœur de l'adorable Jésus et de sa très digne Mère. Hélas ! Je sais bien que je ne puis pas entendre les paroles ineffables de ces divins chœurs, mais au moins tout ce qu'ils vous diront à mon sujet, c'est tout ce que je veux vous dire. Tous les remercîments qu'ils vous feront, ce sont les actions de grâces que je veux vous rendre et que je ne puis. Qu'à jamais ils soient la juste récompense de vos services et la belle reconnaissance de tous vos amours. Après cela, mon cœur prend une résolution inviolable de vous aimer de la bonne manière. Mon seigneur, donnez, s'il vous plaît, votre bénédiction à ces bons désirs et à la sincère volonté qu'il a de vous honorer par toutes les actions de sa vie en Dieu seul et pour Dieu seul, voulant vivre votre serviteur, et le serviteur de tous les neuf chœurs des anges, le reste de mes jours. Notre sainte Dame sera bien aise que son serviteur soit aussi le vôtre, soit aussi serviteur de tous les autres princes du ciel vos semblables, et que toute sa vie soit une vie qui vous honore tous avec elle, dans tous ses instants et jusqu'au dernier moment de la mort, et dans toute l'éternité, et que tous mes jours soient comme autant de fêtes de tout le paradis.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mer 07 Oct 2020, 8:51 am

Présentez, cher gouverneur de mon cœur, cette résolution que vous savez qu'il y a longtemps que j'ai prise, avec ce petit ouvrage, à toutes les trois hiérarchies, à tous les neuf chœurs angéliques, aux aimables séraphins, aux savants chérubins, aux glorieux trônes, aux puissantes dominations, aux divines vertus, aux puissances redoutables, aux sacrées principautés, aux saints archanges, aux charitables anges ; et dites-leur là-dessus ce que vous savez bien dire à votre mode angélique et ce que je ne pourrais pas. L'offrande d'une chétive vie comme la mienne et de ce petit ouvrage est bien indigne de leur mérite ; mais suppléez à mes misères et à mes défauts. Venant de votre main, d'une main angélique, elle ne pourra qu'être bien reçue des anges. Dites-leur encore que mon cœur a bien d'autres désirs de les honorer et aimer, et qu'il voudrait tenir tous les cœurs des hommes pour les donner à tous les chœurs des anges, pour être ensuite donnés sans réserve au cœur tout aimable de Jésus et Marie, où il n'y a et il n'y a jamais eu que Dieu seul. C'est ce Dieu seul, ô le plus fidèle, le plus constant et le plus aimable de mes amis, que je désire par tous ces désirs ; mais, mon seigneur, encore une fois, pour un si digne sujet, votre sainte bénédiction pour tous les jours de ma vie et au moment redoutable de ma mort. Ainsi soit-il, ainsi soit-il. Dieu seul, Dieu seul, Dieu seul : la fin de toutes les dévotions à la très sainte Vierge, aux anges et aux saints ; et que je désire honorer incessamment dans tous les honneurs que je leur rends.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Jeu 08 Oct 2020, 8:25 am

EXHORTATION À L'AMOUR ET À LA DÉVOTION DES SAINTS ANGES

***



La science du sage, dit le Saint-Esprit, en l'Ecclésiastique (XXI, 16), est semblable dans son abondance à l'inondation des eaux, car il est vrai que comme nous voyons les terres et les campagnes toutes couvertes et ensevelies par le débordement des fleuves ou des mers, de même l'esprit du Chrétien, divinement éclairé par la lumière de la foi, en laquelle se rencontre la science du sage, et sans laquelle il n'y a point de véritable sagesse, se trouve quelquefois environné de tant de clarté, qu'il faut nécessairement qu'il s'y perde, et à raison de leur multitude, et à raison de leur grandeur.

Cette vérité parait d'une manière merveilleuse en la connaissance que le christianisme nous donne des saints anges ; et c'est en en ce sujet qu'il faut dire que la science de l'amour et de ces esprits admirables est une sacrée et divine inondation. Pour peu que l'on y pense comme il faut, une infinité de raisons qui viennent en foule se présenter à l'esprit, l'accablent sous leur force et leur multitude : à dire le vrai, c'est comme un abime où l'on se perd amoureusement. L'on découvre tant de motifs et tant de raisons pour aimer ces esprits tout d'amour, et tous ces motifs sont si touchants, toutes ces raisons si pressantes, que l'on ne sait ni où l'on en est. On veut les dire, parce que le zèle de leur dévotion en presse, et on ne peut les déclarer. C'est le propre des grandes choses de ne pouvoir être exprimées. Ces lumières causent, en l'âme qui aime, une espèce de martyre : c'est une chose étrange que son amour multipliant ses lumières, et ses lumières augmentant son amour ; à force de la faire aimer, elle se trouve en quelque manière dans l'impuissance d'aimer, parce que l'amour portant l'âme à faire connaitre le sujet aimable de ses affections, la grande connaissance qu'elle en a, lui ôte le pouvoir de faire voir combien il est aimable. Elle est ravie de savoir que les motifs qui peuvent engager saintement les cœurs à aimer les bons anges, sont inexplicables ; et c'est une pensée qui donne à son esprit une satisfaction bien douce : car c'est beaucoup dire de ces sublimes intelligences, lorsqu'on dit qu'on ne peut jamais assez dignement déclarer leurs mérites. Mais après tout, l'amour est un feu que l'on ne peut cacher ; il faut tôt ou tard qu'il paraisse ; s'il en coûte pour parler de la dévotion aux saints anges, il en coûterait beaucoup plus encore pour n'en rien dire.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Ven 09 Oct 2020, 8:20 am

Il faut donc le dire en un mot : tous les motifs possibles, toutes les raisons imaginables nous pressent d'aimer ces esprits d'amour, et de telle manière que je soutiens qu'il faut, ou n'avoir plus d'esprit pour raisonner, ni de cœur pour aimer ; ou qu'il faut demeurer d'accord qu'il n'y a rien de plus juste que la dévotion aux saints anges, et qu'on les doit aimer à quelque prix que ce soit. Aussi l'ai-je toujours dit : pour moi, je ne crains point de ne pas aimer les saints anges (l'on suppose toujours le secours de la grâce), car c'est ce qui me semble impossible ; mais j'ai peur de ne les pas aimer assez. Dieu y oblige de son côté, et la créature du sien ; en peu de paroles c'est tout dire. Si vous regardez Dieu, il faut aimer les anges : si vous regardez la créature, si vous vous regardez vous-même, il les faut aimer. Le pur amour l'ordonne, l'amour intéressé l'exige, Dieu seul le veut, la très sacrée Vierge, et tous les saints le désirent ; notre plaisir, notre propre satisfaction, notre propre intérêt le demandent.


Si vous êtes à Dieu seul, il faut être aux saints anges ; si votre amour est mêlé de vos intérêts, il vous oblige d'avoir de la dévotion pour eux. À la vérité les cœurs des hommes se portent à l'amour par des voies bien différentes. Il y en a, mais bien peu, de si divinement généreux que, ne regardant en quelque sorte plus rien de ce qui les touche, ni intérêt temporel, ni intérêt spirituel, ni paradis, ni enfer, ni temps, ni l'éternité, ni leur salut, ni leur gloire, dans un entier oubli d'eux-mêmes, ne regardent que Dieu seul, et Dieu seul est leur unique tout, en toutes choses. Dieu seul est pour eux tout ce qui les fait agir ; c'est lui seul qu'ils veulent en la vie, en la mort, après leur mort. Il y en a qui regardent Dieu et qui l'aiment ; mais la vue et l'amour de Dieu sont mêlés de la vue de leurs intérêts. Il y a des cœurs qui se prennent par la beauté ; il y en a qui se laissent aller à l'honneur ; il y en a que le bien gagne. Vous en verrez que la grandeur touche, qui sont émus par des excellences et des personnes extraordinaires ; il s'en rencontre qu'un amour constant, des services fidèles, des obligations très particulières emportent. Ainsi les hommes qui ont des cœurs, et des cœurs qui aiment, se laissent aller à l'amour en des manières qui sont bien différentes : comme ils n'ont pas les mêmes inclinations, ils ne se portent pas à aimer les mêmes choses. Celui qui aime le bien ne se mettra pas tant en peine de l'honneur, parce que souvent les choses les plus honorables ne sont pas les plus utiles : et celui qui aime l'honneur méprisera l'argent ; il n'y sera pas attaché comme l'avare ; il faut qu'il fasse de la dépense pour arriver où la gloire le fait aspirer. Mais s'il se rencontrait des choses qui donnassent des richesses, de l'honneur et du plaisir, assurément elles seraient grandement et généralement aimées.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Sam 10 Oct 2020, 8:44 am

C'est ici, ô hommes, que je vous appelle à l'amour et à la dévotion des saints anges. Toutes sortes de biens se rencontrent dans leur amour. Si vous aimez Dieu, il faut aimer les anges ; si vous aimez les rares perfections que Dieu a mises dans les créatures, il faut aimer les anges ; si vous vous aimez vous-mêmes, il les faut aimer ; si les choses temporelles vous touchent, ils y rendent des services incroyables. Si vous vous laissez aller au plaisir, à la gloire et au bien, ces bienheureux esprits vous en procureront en cette vie, pourvu que la gloire de leur Maitre s'y rencontre ou le bien de votre âme : mais il est toujours certain qu'ils vous obtiendront pour l'éternité des plaisirs qui surpassent toutes les pensées des hommes, aussi bien que des honneurs et des trésors inestimables. Si vous voulez être soutenus par quelques personnes puissantes, il n'y a rien de plus puissant dans l'être créé que la nature angélique. Si vous désirez d'être considérés des grands, ah ! ce sont les grands de l'empyrée, les princes et les rois de la glorieuse éternité. Mais, ce qui est bien doux, c'est qu'ils font part à leurs amis de leurs couronnes : ils les associent à leurs empires ; et être bien l'ami des anges, c'est aller d'un pas sûr à la royauté, et l'on peut bien s'assurer de porter quelque jour le sceptre et un diadème d'une gloire immortelle. Ah ! Qu'ils font bien le contraire de ces grands de la terre, qui n'ont rien tant à cœur que de régner seuls : tous les plus forts désirs de ces princes de l'amour, sont d'avoir des compagnons de leur empire. Si votre cœur se laisse prendre à la beauté, ce sont les beaux par excellence ; mais leurs beautés ne sont pas de ces beautés de la terre, qui ne sont qu'à fleur de peau, et qu'une maladie efficace ; leur beauté est inaltérable, et demeure toujours en même état. Mais comme l'affaire du salut est de la dernière conséquence, c'est en cette grande et unique affaire que l'on en reçoit des secours non pareils.


Au reste, ce sont des amis incomparables dans leurs mérites, dans leur amour, dans leur constance. Pour leurs mérites, leurs perfections et leur excellence, il n'y a point de plume qui puisse les décrire, ni de bouche, quelque éloquente qu'elle soit, qui les puisse déclarer. Leur amour pour les hommes est tout à fait prodigieux ; car il renferme toutes sortes d'amours. Leur constance est incroyable, puisqu'ils ne se lassent jamais de nous aimer, quelques sujets que nous leur donnions de s'irriter contre nous. Ils veillent infatigablement sur tout ce qui nous regarde. Ils nous servent de forteresses contre la puissance des démons. Ils sont notre protection et notre défense contre tous nos autres ennemis. Ils sont tous à tous les hommes, pour toutes sortes de services, quelque vils et abjects qu'ils puissent être. En peu de paroles voilà de grandes vérités.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Dim 11 Oct 2020, 9:39 am

Après tout, si vous êtes du nombre de ces pures âmes qui agissent par les mouvements de l'esprit de Jésus-Christ et qui ne voient que Dieu seul, il faut comme, nous l'avons déjà dit, aimer les anges, et où nos inclinations pourront-elles nous porter avec plus de justice et de sainteté qu'à ces objets des plus douces complaisances d'un Dieu ? S'il est vrai que les inclinations d'un Dieu doivent faire toutes nos inclinations, il faut exceller dans l'amour des anges, qui sont les grands chefs-d'œuvre de l'amour d'un Dieu. Souvent, à la vérité, nous nous trompons dans les objets de nos amitiés : mais en aimant ce que Dieu aime, et comme Dieu veut que nous l'aimions, il n'y peut avoir de tromperie ; de quelque côté donc que nous nous tournions, il faut avoir de la dévotion pour les saints anges.

Il faut ici que le cœur de l'homme cesse d'être cœur, ou bien il faut qu'il aime les anges : car où ira-t-il pour se défendre de l'amour angélique ? S'il monte au ciel, il y trouvera ces ravissantes beautés de la sainte éternité ; mais ce sont des beautés conquérantes à qui il faut se rendre, ou ne plus aimer. S'il parcourt toute la terre, et qu'il aille jusqu'aux extrémités du monde, tons les éléments, les feux, les airs, les eaux, la terre et tout ce qui s'y rencontre, prêchent hautement l'amour de ces rois de l'amour. Le soleil dans ses mouvements continuels qui lui sont donnés par un ange, annonce tous les jours d'un bout du monde à l'autre cet amour ; et ce bel astre, avec ses rayons de lumière, marque évidemment cette vérité à toutes les créatures d'ici-bas. L'aurore qui précède le lever du soleil publie dès le point du jour les soins charitables de ces astres spirituels du matin du monde, et les plus sombres nuits n'ont pas assez de ténèbres pour en cacher les bontés. Les lumières de ces astres divins n'ont point de couchant ; ces sentinelles posées sur les murs de la mystique Jérusalem veillent également la nuit aussi bien que le jour. Si nous descendons jusqu'au centre de la terre, nous y verrons dans les feux du purgatoire éclater les amours de ces esprits charitables, avec plus d'ardeur que les flammes qui y purifient les âmes. Les pays les plus abandonnés en reçoivent des assistances. Ces soleils de l'empyrée se lèvent sur les pécheurs, aussi bien que sur les justes. Il n'y a point d'infidèle, point de barbare, point de créature raisonnable, pour chétive et malheureuse qu'elle soit, qui n'ait des anges à sa garde. On les trouve dans les plus viles cabanes des dernières créatures de la terre, de même que dans les palais des princes ; tout esprit en ressent les secours ; toute la nature en est aidée ; enfin, il est très vrai que leur amour triomphe de tous côtés.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Lun 12 Oct 2020, 8:23 am

Quel moyen donc de résister à tant d'attraits, à de si doux et de si puissants motifs ? Ô enfants des hommes, jusqu'à quand votre cœur sera-t-il appesanti ? (Psal. IV, 3) Jusqu'à quand aimerez-vous toute autre chose que ce qu'il faut aimer ? Mais nous n'avons ici qu'à répandre des larmes sur la dureté et l'aveuglement des hommes : toutes ces vérités sont certaines, et l'on voit assez que par tous les motifs imaginables l'on doit aimer les saints anges ; cependant leur dévotion est bien rare, et s'ils sont des esprits très aimants, ils sont bien peu aimés. Il est vrai que la dévotion des anges gardiens, qui ordinairement sont du dernier chœur, commence à devenir plus commune : mais l'on trouve peu de personnes appliquées à la dévotion de tous les autres chœurs de ces célestes hiérarchies. Peu de gens s'occupent de l'amour des séraphins, des chérubins, des trônes, des dominations, des vertus, des puissances, des principautés, des archanges.


Je sais bien que ce défaut arrive du peu d'intérieur de la plupart des âmes. Elles sont toutes plongées dans la chair, et elles sont peu touchées que par les choses sensibles : il y en a peu qui par leur dégagement des choses matérielles, et le détachement parfait, donnent lieu à ces pures élévations de la grâce, qui nous font converser en esprit dans le ciel, pendant que nos corps vivent ici-bas sur la terre ; et qui en nous découvrant le monde spirituel, nous occupent de ce qui s'y passe, parce que nous considérons les anges gardiens comme étant auprès de nous (et c'est bien fait, on ne les peut même assez considérer), parce qu'on les regarde comme attentifs à nous procurer du bien et à nous délivrer du mal, l'on en est un peu plus touché ; car après tout, ce que l'on fait pour les anges gardiens, n'est presque rien, si l'on médite avec soin les obligations incroyables que nous leur avons. Mais pourquoi ne pas faire amitié avec les séraphins, et tous les autres anges ? Plus ils sont élevés, plus leur pouvoir est grand aussi bien que leur amour ; et ce qui est plus pressant, c'est qu'il y a plus de Dieu en eux, qui est le grand motif des âmes qui aiment purement. Mon Dieu ! Si les rois de la terre voulaient bien vous recevoir, vous qui lisez ces pages, en leur amitié particulière, et vous mettre du nombre de leurs plus chers favoris, je vous demande ce que vous feriez ? Sondez un peu votre cœur sur cette pensée, mais que ce soit de la bonne manière ; et ensuite considérez qu'il ne tient qu'à vous de faire de belles et éternelles amitiés avec un nombre innombrable de rois du ciel ; il ne tient qu'à vous d'être de la grande faveur auprès d'eux. Si vous voulez même (je vous conjure de penser plus d'une fois à cette vérité), il ne tiendra qu'à vous, à la faveur de leur crédit, d'être rois comme eux dans le séjour fortuné de l'empyrée.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mar 13 Oct 2020, 7:08 am

Je vous avoue que je voudrais tout faire, avec le secours de la grâce, pour pouvoir un peu réveiller les esprits des hommes, et les tirer de l'aveuglement où ils sont, au sujet de la dévotion à tous les chœurs des anges. C'est ce qui m'a obligé à donner ce petit ouvrage en leur honneur. Il y a longtemps que j'en suis pressé, non-seulement par des personnes de vertu, à qui je dois beaucoup déférer, mais bien plus par les mouvements intérieurs que j'en porte. Il y a plus de quatorze ou quinze ans que j'en suis tellement pressé, et avec tant de marques, que Dieu tout bon demande de moi ce petit travail, que je croirais commettre une grande infidélité d'y résister. Après nos petits livres de Dieu seul. - De l'amour de Jésus au très saint Sacrement, - De la dévotion à l'admirable Mère de Dieu, il est juste que nous écrivions De l'amour et de la dévotion aux neuf chœurs des saints anges. L'on me dira peut-être que le nombre des livres qui traitent de la piété est grand, mais un grand saint de nos jours, le glorieux François de Sales, a répondu il y a longtemps à cette objection. Hélas ! Le monde ne se plaint pas de ce que l'on parle presque toujours de la terre : car si vous y prenez garde, presque tout l'entretien des compagnies n'est que des choses sensibles. La terre, les hommes, les plaisirs et les biens de ce monde sont presque toute l'occupation des esprits et des cœurs, et ensuite toute la matière de leurs discours et de leurs écrits.


Considérez un peu sérieusement combien il y en a peu dans une ville qui s'entretiennent de Dieu, et des chères voies qui conduisent à sa bienheureuse possession, comme de la pauvreté, de la chasteté, de la mortification et du renoncement à soi-même ; combien de lettres écrit-on tous les jours dans toutes les parties du monde ; et n'est-il pas vrai que presque toutes ces lettres ne regardent que les affaires de la terre ? Ce sont des lettres pour des procès, pour des rentes, pour des fermes, pour de l'argent, pour s'établir en ce monde, pour se soutenir parmi les créatures, pour en avoir l'amitié et l'estime, pour en détourner les mépris et l'éloignement, pour l'honneur et la gloire de ce chétif monde : qui se plaint cependant de toutes ces lettres ? Mais, ô aveuglement et endurcissement épouvantable des créatures ! Ténèbres et duretés qui demandent des larmes de sang ! L'on crie que l'on donne trop d'écrits pour l'amour, l'honneur et l'intérêt de Dieu : ah ! Monde, que ton procédé en toutes choses est abominable ! Je ne veux jamais avoir que des horreurs pour toi, et toutes les aversions imaginables. Je ne me mets donc guère en peine de ce que tu penses et de ce que tu peux penser ou dire ; Dieu seul, Dieu seul. Dieu seul, et il me suffit. Ton estime, ô monde, et ton amitié, aussi bien que tous tes discours, ne méritent pas même que l'on y pense un seul moment, si ce n'est pour les détester ! Si l'on nous dit que dans nos petits discours tout ce qu'il y a de nous est fort méprisable, nous en demeurons d'accord : nous pensons et disons la même chose ; niais c'est ce qui nous fait attendre des grandes bénédictions du ciel ; moins de la créature, et plus de Dieu : mon néant me soutient, et je sais que c'est de rien que Dieu a tiré ses plus grands ouvrages.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mer 14 Oct 2020, 10:31 am

Me confiant donc uniquement en Jésus seul, et en la protection de sa très sacrée Mère, et aux puissants et charitables secours des saints anges, je consacre ce petit ouvrage à la gloire de ces bienheureux esprits. J'aurais eu envie d'aller de ville en ville, de village en village, publiant les bontés des anges, et les motifs qui nous engagent à les aimer. J'aurais eu envie d'en parler à tous les hommes, s'il avait été en mon pouvoir, et de crier partout et dans les places publiques, et en toutes sortes de lieux : à l'amour et à la dévotion des anges ! Mais au moins, puisque cela ne m'est pas possible, je fais imprimer ces feuilles afin qu'elles suppléent à ma voix, et soient portées où je ne puis me faire entendre, afin que ne pouvant pas grand' chose, et pour parler plus véritablement, ne pouvant rien du tout, au moins je fasse ce que je pourrai faire en la vertu de la grâce, pour donner aux cœurs des hommes de l'amour pour les chœurs angéliques.


Autrefois le divin Chrysostome, considérant la misère du monde, témoignait souhaiter que ces paroles de l'Ecclésiaste (I, 2) : Vanité des vanités, et toutes choses ne sont que vanité, qui en marquent puissamment le néant, fussent écrites en gros caractères dans les places publiques, sur les portes des villes et des maisons, et en toutes sortes de lieux. Et moi je voudrais que ces paroles du grand saint Léon Pape : Confirmate amicitias cum sanctis angelis, faites des amitiés avec les saints anges, parussent en toutes les avenues des villes et villages, en toutes nos églises, dans toutes les chambres et cabinets ; que partout il y eût des personnes dont le grand soin fût de les dire et redire ; que tous les prédicateurs ne fissent jamais aucun sermon sans les publier fortement, et qu'elles fussent toujours insinuées dans les entretiens particuliers.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Ven 16 Oct 2020, 8:37 am

Qu'on fasse tout ce que l'on pourra, Jamais nous ne nous acquitterons dignement de nos devoirs envers ces aimables esprits. De là vient que les saints Pères n'oublient rien pour nous porter à les honorer et aimer. Tantôt ils nous pressent de les aimer saintement, de faire de belles amitiés avec eux, de nous rendre leur conversation familière ; tantôt ils nous exhortent à leur rendre nos respects, et à les honorer autant que nous le pourrons. Quelquefois ils nous disent que nous ne nous oubliions pas de leur présence, que nous soyons soigneux de les regarder, de penser à eux, de les entretenir ; et d'autres fois, que nous ayons toutes les reconnaissances possibles pour leurs bontés, et que le souvenir ne s'en efface jamais de nos mémoires. Enfin ils disent tout, et font tout pour nous animer à une dévotion si juste.


Le céleste saint Denis, qui en a écrit si amoureusement, prend plaisir à prendre la qualité de Philange, c'est-à-dire, de l'ami des anges. Cet homme de Dieu, contemporain des apôtres, et disciple du grand Apôtre, tout plein de l'esprit apostolique, et tout plein de l'amour des anges, les apôtres du ciel, et les coadjuteurs des hommes apostoliques de la terre, pour nous marquer, et à toute la postérité, son zèle pour ces admirables intelligences, prend publiquement la qualité de leur ami, et la met dans ses écrits, afin que tout le monde le sache.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Sam 17 Oct 2020, 8:45 am

Qu'un chacun porte son envie où il voudra : mais pour moi, s'il y a au monde qualité qui doive être désirée à mon goût, c'est celle de philange, d'ami des anges. Ô qualité préférable à celle de monarque et de souverain ! Ô qualité plus précieuse que l'or, la topaze et toutes les pierreries de l'univers ! Y a-t-il quelque chose qu'on ne doive faire et souffrir pour posséder une qualité si glorieuse ? Ô aimables esprits ! Ma plus grande ambition sera toujours d'avoir le très grand honneur de votre sainte amitié. Je vous aime et vous veux aimer ; mais faites que je vous aime davantage. Je n'ai rien qui me soit plus considérable que mon cœur ; je vous le donne, et le mets entre vos mains, pour en être les gouverneurs, pour le donner au pur amour ; afin qu'il aime avec vous, et qu'il n'aime que ce que vous aimez et comme vous aimez, Dieu seul. Je n'ai rien de plus précieux que ma vie ; je la consacre à votre gloire, et je m'estimerais trop heureux de la perdre pour votre honneur en l'honneur de Dieu : au moins tous les moments en sont dédiés à Dieu pour votre gloire : sans cesse je désire vous louer à la vie, à la mort, après la mort. Je n'ai rien de plus étendu que mes désirs. Ah ! ils sont tous à vous, et il me prendrait envie que toute la terre résonnât de vos louanges, que partout il y eût des temples, et dans tous les temples des autels qui vous fussent consacrés ; partout des congrégations, des processions fondées, des sermons, des prédicateurs gagés, des plumes employées à votre service ; que partout vos images parussent ; partout il y eût des solennités établies, des offices composés en votre honneur ; qu'il y eût de saintes unions de personnes qui fissent profession de vous faire connaître, de faire remarquer votre aimable présence, de vous faire saluer, et qui n'eussent d'autres plus grands soins que de parler de vous, et de dire à tout le monde qu'il faut vous aimer, et aimer Dieu seul en vous, qui est le grand tout, qui doit être uniquement considéré en toutes choses.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Dim 18 Oct 2020, 7:45 am

Mais puisque ces choses surpassent mon pouvoir, je ferai au moins tout ce que je pourrai. Au moins, dirai-je par ces feuilles que vous êtes les tout aimables, les très aimants ; et hélas ! bien peu aimés. Je crierai à tous ceux qui les liront : À l'amour et à la dévotion des anges ! Ô hommes ! Aimez les anges ; ce sont les amis fidèles par excellence, des avocats, des protecteurs très puissants, des maîtres très sages, des pères, des frères tout remplis d'amour pour nous. Ils sont les patrons, les protecteurs, les avocats de toutes sortes de personnes, d'états et de conditions. Aimez les anges, hommes apostoliques ; ce sont les divins missionnaires du paradis. Aimez les anges, prédicateurs, docteurs ; ce sont les savants de la science du ciel et de la belle éloquence de l'éternité. Aimez les anges, vous qui êtes les prêtres dit Seigneur ; c'est par leurs mains que le sacrifice est offert à la majesté de Dieu. Aimez les anges, vous qui êtes retirés dans les cloîtres, ou qui vivez dans la solitude ; ces esprits admirables sont toujours retirés en Dieu et n'en perdent jamais la vue. Aimez les anges, vous qui paraissez en public, qui vivez parmi le monde ; ces pures intelligences y demeurent avec vous. Aimez les anges, personnes mariées ; l'exemple du saint archange Raphaël, qui conduisait Tobie, fait voir d'une manière admirable les soins qu'ils prennent de votre état. Aimez les anges, veuves et orphelins ; ce sont les nonpareils dans les charitables secours qu'ils rendent aux personnes qui en ont quelque besoin. Aimez les anges, ô vierges, ô vierges, encore une fois, aimez avec ferveur les anges ; ce sont les grands amis de la virginité ; ils en sont même les admirateurs, voyant dans des vaisseaux fragiles un trésor si précieux, et des créatures faibles vivre en la terre comme ils vivent au ciel. Aimez les anges, personnes justes ; ce sont les guides de la sainteté. Aimez les anges, pécheurs ; ils sont pour vous un asile assuré. Aimez les anges, personnes affligées, pauvres, misérables ; ils sont la consolation et le refuge de tous les malheureux. Aimez les anges, riches, puissants, grands du monde ; ce sont ces divines clartés qui vous feront voir que tout ce qui passe est méprisable, et qu'il ne faut soupirer qu'après la bienheureuse éternité. Mais aimez, ô hommes, les séraphins ; ce sont les princes du pur amour. Aimez les chérubins, ce sont les grands docteurs de la science des saints. Aimez les trônes, ce sont les patrons du véritable repos de l`âme, et de la tranquille paix du cœur. Aimez les dominations ; ils vous apprendront à devenir les maîtres de vous-mêmes et de toutes choses, vous élevant au-dessus de tout l'être créé par une union intime au Créateur. Aimez les vertus, ce sont les maîtres des voies de la sainte perfection. Aimez les puissances, ils sont vos défenseurs contre la malice, la rage et le pouvoir des démons. Aimez les principautés, ce sont eux qui prennent des soins si grands du bien des monarchies, des États, et de ceux qui gouvernent. Aimez les archanges, ce sont les zélateurs du bien commun, et l'on en reçoit mille et mille bénédictions dans les provinces, dans les villes, dans les villages et dans toutes sortes de pays. Aimez, enfin, les anges du dernier chœur, ce sont des astres dont nous ressentons plus souvent les célestes influences, étant plus proches de nous, et veillant sur le bien de tous les hommes en particulier avec un amour et des soins inexplicables. N'ayons plus que des amours du feu pour ces pures flammes de l'empyrée, et ne cessons jamais d'aimer ceux qui ne se lassent jamais de nous bien faire et de nous combler de toutes sortes de grâces.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Lun 19 Oct 2020, 8:32 am

Mais, ô mon Dieu, bénissez tous les dévots de vos saints anges, tous ceux qui, en lisant ces pages, prendront de véritables résolutions de se consacrer à leur dévotion. Bénissez-les de la bénédiction des justes, les faisant marcher par les voies droites qui conduisent à vous, et les tirant des voies obliques des pécheurs. Bénissez-les de la bénédiction d'Abraham, leur donnant l'esprit de sacrifice, de victime et d'hostie. Bénissez-les de la bénédiction d'Isaac, les mettant dans l'obéissance et l'assujettissement à toutes vos divines volontés. Bénissez-les de la bénédiction de Jacob, leur découvrant les mystères de la sainte religion, Bénissez-les de la bénédiction des élus, leur faisant entendre ces douces paroles : Venez, les bien-aimés de mon Père, posséder le royaume qui vous est préparé dès le commencement du monde. (Matth. XXV, 34) Bénissez-les de la bénédiction de ces célestes esprits, les mettant dans leur compagnie, et les faisant jouir de leur bonheur. Grande et auguste reine du paradis, bénissez-les de votre charitable protection, afin qu'étant tous unis dans les mêmes desseins du seul intérêt de Dieu seul, Dieu seul vive et règne dans tous nos cœurs, dans les siècles des siècles.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mar 20 Oct 2020, 8:46 am

PREMIER TRAITÉ


***



PREMIER MOTIF

Les perfections admirables de ces sublimes intelligences


***


Les excellences des anges sont comme un océan sans fond, et d'une étendue presque immense. Nous l'avons déjà dit, c'est un abîme où il faut que l'esprit se perde. Les âmes éclairées connaissent bien que ce qu'elles en disent est bien éloigné de ce qu'elles en pensent, et ce qu'elles en pensent de ce qu'ils sont ; car il est vrai que leurs grandeurs surpassent toutes les pensées des hommes, aussi bien que leurs paroles.

La nature angélique est un monde tout entier de perfections ; et lorsqu'on y ajoute l'état de la grâce et de la gloire, elle est tout à fait admirable. C'est une chose bien assurée, que la nature de l'homme, quelque parfaite qu'elle soit, est au-dessous des anges, puisque la divine parole nous l'apprend ; mais un grave théologien a enseigné, ce qui à la vérité n'est pas l'opinion commune, que le dernier des anges, dans l'état de la gloire, est au-dessus du plus grand des saints ; et c'est dans ce sens qu'il expliquait les paroles de l'Écriture, qui disent que celui qui est le dernier dans le royaume des cieux est plus grand que Jean-Baptiste.

Mais outre l'incomparable Mère de Dieu, qui, sans aucun doute, est élevée au-dessus du chœur des anges, il exceptait le glorieux saint Joseph, à raison qu'il a été dans un autre ordre que le reste des saints, par la part extraordinaire qu'il a eue à l'union hypostatique, ayant possédé la qualité d'époux de la Mère de Dieu, celle de père putatif de ce Dieu-Homme, et en quelque manière la qualité de sauveur du Sauveur.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mer 21 Oct 2020, 8:30 am

Au moins est-il très vrai que les anges sont des substances spirituelles, incorruptibles de leur nature, parfaitement dégagées de la matière et entièrement libres de toutes ces misères qui nous environnent de toutes parts. Ce sont des esprits tout de clarté : ils connaissent toute la nature ; et ce qu'il y a eu de plus caché aux plus grands esprits qui aient jamais été leur est parfaitement connu, et ils connaissent les choses sans aucune difficulté, et des choses innombrables en même temps, et en un moment, sans aucun doute ni obscurité. Ils ne se servent pas de discours comme les hommes, et ne comprennent pas ce qu'ils savent, comme nous, en raisonnant d'une chose à l'autre ; à la première vue qu'ils en ont, ils l'entendent : c'est pourquoi on les appelle par excellence des intelligences. L'Écriture leur donne un vêtement éclatant et de feu, pour nous marquer leurs lumières ; elle leur donne dans l'Apocalypse un habit semblable à celui des anciens pontifes, pour nous faire savoir que les plus saints mystères de la religion leur sont révélés ; enfin elle nous les représente couverts de nues, pour nous apprendre que leurs lumières sont trop brillantes pour pouvoir être supportées par nos esprits ; on ne les peut considérer que voilées ; les vues des hommes ne sont pas assez fortes pour les envisager. Les plus savants hommes du monde ne sont que des enfants, comparés à ces pures intelligences.


Leur puissance est aussi incroyable. Un seul ange pourrait défaire des millions d'hommes mis en bataille, et tous les hommes du monde ensemble ; il pourrait faire des changements merveilleux aux éléments, aux villes, aux provinces et aux royaumes. Les anges peuvent faire souffler les vents, tomber la pluie, gronder les tonnerres, exciter des tempêtes, des tremblements de terre, arrêter les fleuves, donner l'abondance ou la famine, guérir de toutes sortes de maladies ou en donner d'incurables, former des corps, et quantité d'autres merveilles dont les hommes ignorent les causes, et tout cela presque en un moment. On les peint avec des ailes pour marquer leur vitesse qui surpasse celle des cieux et des vents ; en un instant, ils passent d'un bout du monde à l'autre bout, étant ainsi partout, comme parle Tertullien.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Jeu 22 Oct 2020, 9:47 am

Mais leurs beautés sont tout à fait ravissantes ; les plus charmantes de la terre ne sont que de vilaines laideurs, comparées à ces beautés célestes. Les anges ne sont que beauté, et le moindre de tous est plus beau que toutes les beautés du monde mises ensemble. Ici l'esprit se perd dans la pensée d'une infinité de beautés qui se rencontrent parmi ces chœurs angéliques ; car si tous les anges sont différents en espèce, et par conséquent de différente beauté, et que le plus petit en ait plus que toutes les autres créatures de la terre ; que, d'autre part, leur nombre soit comme infini, ne pouvant être compté des hommes, mais de Dieu seul ; ô mon Dieu, que de beautés en la sainte Sion ! Mais jusqu'où doit arriver celle des premiers esprits de cette glorieuse cité ?

On rapporte ordinairement sur ce sujet le sentiment de saint Anselme, qui, pour nous donner quelque idée de ces vérités par quelque chose qui tombe sous les sens, dit que, si Dieu mettait un ange à la place du soleil, et qu'il l'environnât d'autant de soleils qu'il y a d'étoiles, et qu'il permît à cet esprit bienheureux de faire écouler dans un corps emprunté quelque rayon de ses lumières, il éclipserait toutes les clartés de ces soleils et les rendrait invisibles à nos yeux. Un savant homme a estimé que le soleil même, qui éclaire cet univers, n'a point d'autre lumière que celle qu'il reçoit de l'ange qui le meut et le tourne ; car, disait-il, quoique l'ange n'informe pas cet astre et ne lui soit qu'une forme assistante, il peut bien lui communiquer toutes ses clartés, comme le sang du corps humain, dans l'opinion de ceux qui pensent qu'il ne soit pas animé, ne laisse pas de recevoir de l'âme un certain éclat, qu'il perd lorsqu'elle est séparée du corps.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Ven 23 Oct 2020, 8:11 am

Enfin tout est charmant dans ces aimables esprits. Un ange paraît à saint François, et, pour le récréer, touche un instrument de musique ; il ne le toucha qu'une fois, mais il le fit si mélodieusement que ce saint assurait qu'il eût fallu mourir de douceur s'il eût redoublé. Cet oiseau miraculeux, dont le chant occupa autrefois si agréablement un religieux serviteur de Dieu, dans une solitude, qu'il y passa plusieurs siècles sans aucun ennui, avec un tel plaisir qu'il croyait n'y avoir été qu'un quart d'heure, Dieu l'y conservant miraculeusement, c'était sans doute un ange qui se servait de la figure d'un oiseau. Le P. Corneille de la Pierre témoigne qu'ayant voulu examiner la vérité de ce miracle il s'était transporté tout exprès sur les lieux où l'on disait qu'il était arrivé, et au monastère dont était le susdit religieux, et qu'après avoir examiné le tout avec soin il en avait trouvé des témoignages très assurés.


C'est aussi une raison pour laquelle les anges ont été créés dans le ciel empyrée : il était bien raisonnable que de si nobles et si parfaites créatures prissent leur origine dans un ciel, le séjour de la félicité et de tout bonheur. Toutes ces pierres précieuses, qui furent autrefois montrées au prophète Ézéchiel, nous figuraient les différentes perfections des anges. Les saints Pères se surpassent eux-mêmes lorsqu'il est question de leur donner des titres et des éloges. L'on peut dire, en un mot, que ce sont de belles et pures glaces qui représentent la Divinité ; ils en sont les miroirs éclatants et les plus vives images : aussi leurs excellences sont sans imperfection. Hélas ! Ce n'est pas comme le peu de perfection que l'on voit ici-bas sur la terre, et qui ne s'y trouve que dans un mélange pitoyable de défauts et de misères. La noblesse des anges est sans bassesse ; leur science, sans ignorance ; leurs lumières, sans ténèbres ; leur puissance, sans faiblesse ; leur beauté, sans le moindre petit défaut ; leur amour, sans mélange ; leur volonté, sans inconstance ; leur paix, sans trouble ; leur action, sans relâche ; leur opération continuelle, sans aucun travail ; leurs desseins, sans peine ; leur bonheur, sans crainte ; leur félicité, achevée de tout point et sans le moindre mal.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Sam 24 Oct 2020, 9:31 am

Il est rapporté, dans le livre des Juges (XIII, 18), que Manué demandant le nom à un ange qui lui apparaissait, il répondit que son nom était Admirable. Au chapitre XVI de la Genèse (V, 13), Agar appela, dit l'Écriture, le nom du Seigneur qui lui parlait : Vous êtes le Dieu qui m'avez vue. Or c'était un ange qui lui parlait pour lors ; mais on leur donne cette qualité, parce qu'ils représentent Dieu d'une manière admirable.

De là vient qu'en la même Genèse, au chapitre XXXII, v. 30, Jacob dit qu'il a vu le Seigneur face à face, à raison de l'ange qui lui avait apparu. Après toutes ces perfections, les hommes pourront-ils bien se dispenser de 1'amour qui est dû aux anges, ces hommes qui sont si portés à aimer ce qui est beau, ce qui est noble, ce qui est parfait ? Cette vérité mérite bien d'être considérée à loisir, pour la gloire de Dieu, l'auteur de toutes ces excellences et de toutes ces perfections.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Dim 25 Oct 2020, 6:32 am

DEUXIÈME MOTIF

Les bontés incomparables de ces esprits d'amour


***


Rien ne blesse tant un bon cœur que de se voir aimé, dit le saint évêque de Genève en son livre De l'amour divin. Mais lorsque l'on est aimé par une personne très considérable, cela relève beaucoup les motifs de l'amour. Si cela est, ou il faut aimer les anges, ou il faut renoncer à l'amour. Nous venons de dire que leur puissance, leurs lumières, leurs beautés sont incomparables ; ajoutez à cela qu'ils sont de grands princes, et des rois même, qui règnent dans un empire qui n'a point de fin, avec le souverain Roi de l'éternité ; considérez encore que ces aimables princes du beau paradis ne nous aiment pas seulement, mais qu'ils nous aiment de toutes sortes d'amours, et jusqu'à un tel point, qu'il semble qu'ils aient résolu d'emporter le prix de l'amour.


En vérité, vous diriez qu'ils sont les amants passionnés des hommes. Ils nous aiment donc, ces grands de l'empyrée, d'un amour de père ; étant toujours en souci de notre avancement, dans la recherche de nos intérêts, dans le désir de nous procurer du bien ; ne cessant de nous en faire, regardant tout ce qui nous touche comme leurs propres intérêts ; prenant des soins inénarrables pour nous rendre considérables dans les grands honneurs de la glorieuse éternité, et n'oubliant rien pour nous assurer l'héritage de la gloire, qui nous a été acquis par les miséricordes de l'adorable Jésus. Ils nous aiment d'un amour de mère ; car il est écrit qu'ils nous porteront en leurs mains. Comme une bonne mère qui tient son enfant en son sein, ils nous portent entre leurs bras ; ils ont soin de nos corps, de nos âmes ; ils ont toujours les yeux collés sur nous, et nous caressent avec toutes les tendresses qu'un saint amour peut inspirer. Ils nous aiment d'un amour de frère, car ils nous considèrent comme leurs cadets ; mais ce qui est bien merveilleux et bien rare, et plus digne du ciel que de la terre, non-seulement ils ne sont pas fâchés de nous voir égaux en gloire, mais nos gardiens sont ravis, et font ce qu'ils peuvent pour nous voir plus glorieux dans le paradis qu'ils ne le sont eux-mêmes.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Lun 26 Oct 2020, 9:43 am

Ils nous aiment de l'amour d'un amant passionné, pensant sans cesse à nous, étant toujours dans la recherche de notre amitié ; ne nous quittant de vue ni les jours ni les nuits ; quittant même le beau séjour du ciel, pour demeurer continuellement avec nous sur la terre, et nous voulant et procurant plus de bien qu'à eux-mêmes. Ils nous aiment de l'amour d'un vigilant pasteur ; car n'est-ce pas de ces bienheureux esprits que l'on peut dire que ceux qui gardent Israël ne dorment et ne sommeillent jamais ?


Ils nous aiment de l'amour d'un charitable médecin, puisqu'ils pansent nos plaies, guérissent nos maladies, et nous donnent la santé avec une douceur nonpareille. Ils nous aiment de l'amour d'un avocat et d'un procureur, s'appliquant à toutes nos affaires et du ciel et de la terre, et particulièrement à la grande affaire de l'éternité, avec des bontés inexplicables. Ils nous aiment de l'amour d'un fidèle guide, nous conduisant avec des amours prodigieux dans les fâcheuses routes de cette vie, nous délivrant des précipices qui nous environnent de tous côtés. Ils nous aiment de l'amour d'un bon maître, nous tenant sous leur protection, et nous faisant obtenir des récompenses excessives pour le peu de services que nous leur rendons. Ils nous aiment de l'amour d'un savant et soigneux docteur, nous apprenant la science des saints et la haute doctrine de Jésus-Christ. Ils nous aiment de l'amour d'un bon roi, nous défendant de nos ennemis, nous faisant vivre dans la paix et nous tenant dans toute la sûreté possible ; et, pour le dire en un mot, ils nous aiment autant qu'ils peuvent nous aimer.


Ô mon Dieu ! Que voilà donc nos cœurs pressés de se voir aimés de tous ces amours par des créatures si nobles, si belles, si puissantes, si parfaites, par ces grands rois du paradis. Mais quand ont-ils commencé à nous aimer ? Au même temps que nous avons commencé d'être. Combien leur amitié a-t-elle duré ? Toujours, sans en excepter un seul instant de notre vie. Durera-t-elle encore longtemps ? Jusqu'au dernier soupir de la vie ; et si nous voulons, après la mort à jamais, à jamais, autant que Dieu sera Dieu, pour toute la longue et interminable éternité. Nous aiment-ils en toutes choses ? En toutes choses généralement qui regardent notre véritable bien. N'y a-t-il point quelque exception ? Il n'y en a point du tout. Que font-ils pour cela ? Ils font tout ce qu'ils peuvent faire ; il n'y a point d'emplois vils et abjects qu'ils ne prennent quand il s'agit de nous servir. En quels lieux procurent-ils notre bien ? En toutes sortes de lieux, de pays et de terres, partout où nous allons, dans le ciel même et sous la terre, au milieu des feux et des flammes du purgatoire. Ne se rebutent-ils point de nos ingratitudes ? Ils demeurent immuablement dans notre service sans s'en rebuter, sans s'en lasser jamais, quelques sujets que nous puissions leur donner du contraire.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mar 27 Oct 2020, 6:53 am

Il est donc vrai que les saints anges sont nos plus anciens amis, que leur amour est le plus constant, le plus fidèle qui se puisse voir, le plus doux, le plus patient, le plus universel. Tout y est grand, tout y est charmant, tout y est admirable ; disons encore tout y est désintéressé. Car que reçoivent-ils des hommes ? Des ingratitudes inconcevables, des mépris offensants, des injures intolérables. Les infidèles ne les connaissent pas ; les hérétiques les connaissent, sans leur rendre les respects qui leur sont dus ; la plupart des gens de la campagne les ignorent, aussi bien que les infidèles. Souvent ceux qui en sont les mieux instruits, sont plus méconnaissant. Ceux qui passent pour les aimer, pensent quelquefois à eux, les honorent en de certaines rencontres ; et voilà où l'amour des hommes va, pour des esprits qui pensent sans cesse à eux, et qui sont toujours auprès d'eux.

Ces vérités méditées sérieusement de temps en temps, jetteront l'âme dans un étonnement d'où elle aura de la peine à revenir, et pour l'excès de l'amour des anges envers les hommes, et pour l'excès des ingratitudes, des froideurs des hommes envers les anges. Enfin, disons encore : Mais d'où vient, célestes esprits, que vous aimez ces hommes, et pourquoi voulez-vous qu'ils vous aiment ? C'est ici qu'il faut que tout esprit s'arrête : le comprenne qui pourra ; mais j'avoue que l'amour des anges est incompréhensible. Ici il me prendrait envie d'aller criant par toute sa terre, à l'ingratitude, à l'insensibilité du cœur humain. Non, il faut le dire, c'est en ce sujet que l'ingratitude paraît dans toute la noirceur, et la dureté du cœur de l'homme dans son dernier excès.

Ô hommes, ô hommes, revenez donc de ce malheureux état ; rendez-vous une bonne fois sensibles à tous ces attraits de l'amour. Aimez les anges, aimez le Dieu des anges ; car c'est en lui seul que tout ce qui est aimable doit être aimé.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Mer 28 Oct 2020, 6:32 am

TROISIÈME MOTIF

Tous les saints anges sont au service des hommes


***


J'avoue qu'en continuant d'écrire touchant l'amour des anges, mon cœur se sent insensiblement de plus en plus touché ; et s'ils sont des feux et des flammes de feu, comme nous l'apprenons de l'Écriture, je ne suis pas surpris si mon cœur se sent liquéfié, pour parler avec le Psalmiste (XXI, 15), comme une cire qui fond devant le feu. Ô aimables esprits ! Souffrez ici ces élans d'amour à ma pauvre âme. Ou faites que je meure, ou faites que je vous aime tout à mon aise. Faites que j'aime avec vous du pur amour Jésus, le roi de l'amour, et Marie, la reine du saint amour. Ou il faut cesser de vivre, ou il ne faut plus vivre que de la pureté de cet amour.


Mais que ces motifs, que nous ne faisons que parcourir, sont capables de nous y engager ! Nous avons dit que les anges aiment les hommes de toutes sortes d'amour, et qu'ils les aiment avec une fidélité inviolable et une patience inouïe ; mais combien y a-t-il de ces aimables princes à leur service ? Quelques-uns, peut-être, de leurs troupes célestes. Écoutons le divin Paul qui nous répond, que tous sont envoyés pour notre salut. (Hebr. I, 14) Tous les anges, enseigne saint Augustin, sont à notre garde, puisque et eux et nous, nous ne faisons qu'une même cité de Dieu, dont une partie que composent les hommes, qui est encore dans la voie, est assistée de l'autre partie, qui sont les anges, qui vivent dans la bienheureuse possession de la fin. Quand l'on parle des anges qui veillent au salut des hommes, dit l'éloquent saint Jean Chrysostome, il ne faut pas seulement entendre les anges des derniers chœurs, mais ceux même des plus élevés et des premiers.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS  DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon  Empty Re: LA DÉVOTION DES NEUF CHOEURS DES SAINTS ANGES - M. Henri-Marie Bourdon

Message  Monique le Jeu 29 Oct 2020, 8:51 am

L'on demande, à la vérité, si les anges des premiers chœurs descendent ici-bas pour y assister les hommes ? Il y a quelques docteurs qui ne le pensent pas. Mais il leur est difficile d'expliquer les témoignages de l'Écriture qui font voir le contraire. Saint Raphaël, qui servit de guide au jeune Tobie, assure qu'il est l'un des sept princes qui se tiennent devant le Seigneur. Ce sont des chérubins qui apparaissent au prophète Ézéchiel ; c'est un séraphin qui purifie les lèvres d'Isaïe ; nous lisons même dans la Genèse (III, 24), que Dieu a commis un chérubin à la garde du paradis terrestre. Ainsi il est visible que les anges, même des premiers chœurs, sont envoyés ici-bas pour la conduite des hommes. Les histoires des saints nous enseignent cette même vérité. C'est un séraphin qui imprima les plaies de notre bon Sauveur au corps de saint François ; ce fut encore un séraphin qui blessa si amoureusement le cœur de la séraphique sainte Thérèse. Mais enfin ce n'est pas là le point essentiel ; il suffit que ce soit une vérité indubitable que tous, sans réserve, prennent soin de nous, soit d'une manière, soit d'une autre : tous les neuf chœurs des anges sont au service des hommes.


Or le nombre de tous ces anges est si excessif, que le saint homme Job déclare qu'il est innombrable. Il y a des savants qui tiennent qu'il surpasse le nombre de tous les astres du ciel, de tous les oiseaux de l'air, de toutes les gouttes d'eau, de tous les brins d'herbes, de tous les atomes, enfin, de toutes les créatures visibles. Saint Grégoire de Nice dit qu'il y en a une infinité de millions, c'est-à-dire, qu'à l'égard des hommes, leur multitude est comme infinie, et n'est connue que de Dieu seul : c'est lui seul, dit le grand saint Denis, qui en sait le nombre.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 9987
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum