Les Fils de l'Église en temps de crise - par le Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)

Aller en bas

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Empty Les Fils de l'Église en temps de crise - par le Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)

Message  Monique Dim 18 Aoû 2019, 12:14 pm

https://messe.forumactif.org/t8704-sons-of-the-church-in-a-time-of-crisis-by-the-reverend-fr-roger-thomas-calmel-o-p#151542


Les Fils de l'Église en temps de crise

par le Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P.



(Prologue à l'Apologie pour l'Église Éternelle)


Les prélats qui occupent les postes les plus importants de l'Église, trompés par la grande chimère de leur propre désir de trouver des moyens faciles et infaillibles pour réaliser une fois pour toutes l'unité religieuse de l'humanité, travaillent à inventer une Église sans frontières dans laquelle tous les hommes, dispensés sans condition de renoncer au monde et à Satan, seront bientôt unis dans les liens d'amour fraternel. Les dogmes, les rites, la hiérarchie, la discipline, si l'on insiste, seraient tous repris de la première Église, mais tout serait dépourvu des garanties voulues par le Seigneur et spécifiées par la Tradition.  De ce fait même, tout serait dépouillé de la vitalité catholique, c'est-à-dire de la grâce et de la sainteté.  Les adeptes des croyances les plus diverses, et même ceux qui refusent d'en avoir, entreraient comme égaux, mais ils entreraient sur un pied d'égalité dans une église factice. Tel est l'effort actuel du prestigieux Maître du mensonge et de l'illusion.  Voyez le chef-d'œuvre, d'inspiration maçonnique, auquel il confie ses serviteurs — prêtres infidèles promus comme théologiens éminents, évêques inconscients ou déloyaux, sinon apostats déguisés, rapidement élevés aux plus hautes distinctions et investis des plus hautes prélatures. Ils passent leur vie et perdent leur âme à construire une Église post-conciliaire sous l'étoile de Satan.

—  Les dogmes, affectés par le relativisme à cause de la nouvelle pratique pastorale qui refuse de condamner l'hérésie, ne proposent plus d'objet précis surnaturel.  Par conséquent, pour les accepter, à supposer même que la notion signifie encore quelque chose dans ce cas, ni le consentement intellectuel ni la pureté du cœur ne sont requis.

—  Les sacrements sont mis à la portée de ceux qui ne croient pas ; presque rien n'empêche même les incroyants et les indignes de s'en approcher, jusqu'à ce que les nouveaux rites ecclésiastiques, par leur instabilité et leur fluidité, s'éloignent du signe sacramentel efficace en soi, fixé divinement par le Sauveur une fois pour toutes, "jusqu'à sa venue".

Quant à la hiérarchie, elle se dissout insensiblement dans le peuple de Dieu, dont elle tend à devenir une émanation démocratique, élue au suffrage universel pour une fonction provisoire.

Grâce à ces innovations sans précédent, leurs instigateurs se félicitent d'avoir abattu les barrières qui empêchaient d'entrer dans l'Église ceux qui, hier encore, dans la récente période anté-conciliaire, rejetaient les dogmes de l'Église, rejetaient les sacrements et défiaient la hiérarchie. Sans aucun doute, comme ils étaient compris avant le Concile, les dogmes, les sacrements, le gouvernement, une conversion intérieure nécessaire, donnèrent à l'Église l'aspect d'une ville fortifiée Jérusalem qui doit être construit comme une ville, (Ps. 121, 3) — aux portes bien gardées et aux remparts imprenables. Personne n'était autorisé à franchir le seuil sacré s'il ne s'était pas converti.

A SUIVRE...

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Z13Révérend P. Roger-Thomas Calmel, priez pour nous !

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Getimage.cfm?dt=201812&pr=0009820&img=140_Pontefice_IV__45_x_23_x16_stampaLes Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Pontefice

Montini, fils de p*** maudit, montre ton vrai visage, sale bête, fils de Satan, hérétique répugnant, apostat infernal, prédateur homosexuel, corrupteur des esprits, destructeur des âmes... sois anathème pour tous les siècles, monstre maléfique!!!


Dernière édition par Monique le Mar 17 Sep 2019, 12:34 pm, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Empty Re: Les Fils de l'Église en temps de crise - par le Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)

Message  Monique Lun 19 Aoû 2019, 12:12 pm

Mais désormais, les choses ont changé sous nos yeux : doctrines, liturgie, vie intérieure ont été soumises à un traitement de dissolution si violent, universel et perfectionné qu'elles n'admettent plus la distinction entre catholiques et non-catholiques.  Puisque oui et non, le défini et le définitif sont tenus pour dépassés, on se demande ce qui empêcherait les religions non chrétiennes elles-mêmes de faire partie de la nouvelle Église universelle, continuellement mise à jour par les interprétations œcuméniques.

On s'interroge à ce sujet, du moins si l'on accepte le point de vue que tant d'anciens Pères conciliaires, contournés par Vatican II, ont permis de leur imposer : forger un système jusque-là inconnu et un nouvel appareil pour gagner le monde sans être exposés à l'échec, ni à la souffrance, ni à la persécution, à commencer par relativiser le surnaturel. Mais ça ne veut rien dire, car :

- D'une part, Jésus-Christ a dit : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître ; s'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre (Jean 15:20).

- D'autre part, le surnaturel n'est ni informe ni modifiable ; il est ferme et précis ; il présente un aspect déterminé ; il a une configuration accomplie et définitive ; depuis l'Incarnation du Verbe, depuis la Rédemption par la Croix et l'envoi du Saint-Esprit, le seul surnaturel qui existe est chrétien et catholique. Elle n'a pas de réalité, sauf en Jésus-Christ, la Vierge Marie et l’Église du Christ. C'est pourquoi, si l'on garde dans son âme le point de vue de l'Évangile de Jésus-Christ et des vingt premiers Conseils, on voit bien ce qui brise la chimère de l'unité œcuménique : le devoir de plier le genou devant le Fils d'homme, auteur et distributeur souverain du Salut mais seulement dans cette même Église qu'il établit.

A SUIVRE...

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  P%C3%A8re-Roger-Thomas-Calmel
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Empty Re: Les Fils de l'Église en temps de crise - par le Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)

Message  Monique Mar 17 Sep 2019, 12:53 pm

Trop de dignitaires ecclésiastiques se sont abandonnés à la perversion mentale moderniste ; ils ont atteint le point où ils ne trouvent plus monstrueuse l'habitude d'affirmer des contradictions dans la même déclaration parce qu'ils jugent l'intellect incapable de connaître la vérité.  Ils supposent plutôt qu'il [c'est-à-dire, la vérité] existe quelque part, bien que là où on ne sait pas, une sorte de nouména religieux [Éditeur : (dans la philosophie kantienne) une chose telle qu'elle est en soi, aussi distincte d'une chose que les sens peuvent connaître par des attributs phénoménaux...] au-delà de la portée sur laquelle le mental fabrique des systèmes ingénieux, infiniment variables au cours de l'évolution de notre espèce, mais toujours impotent pour atteindre ce qui est. Une chose compte : que ces systèmes [supposés], idéologies, théologies, soient mis au service du développement de l'humanité. Ils seront appréciés pour leur pouvoir de stimuler une grande ascension vers la liberté et le progrès.

Celui qui consent à une telle mentalité déformée s'abstient de condamner les hérétiques ou les hérésies et ne se considère lié par aucun dogme. Il contemple avec détachement et bienveillance les thèses les plus opposées, en s'appliquant à faire ressortir en chacun les éléments qui peuvent préparer un avenir meilleur et qui sont plus ou moins liés à un esprit dit évangélique, l’Évangile étant interprété comme le levain d'un avenir idéal, mais non comme une règle définitive fidèlement gardée par une Tradition divinement assistée. Lorsque des prélats dont les esprits ont ainsi été dénaturés occupent des postes de commandement dans l'Église, c'est une cause de détresse indescriptible pour tous les fidèles.

Si ces jours n'avaient pas été raccourcis, personne ne devrait être sauvé, mais pour le bien des élus, ces jours seront abrégés" (Mt 24:22).


* * * * *

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Empty Re: Les Fils de l'Église en temps de crise - par le Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)

Message  Monique Jeu 19 Sep 2019, 9:25 am

Certains jeunes prêtres, dès leurs premiers jours dans le clergé, poussés par des motifs apparemment nobles d'aspirer ardemment à atteindre les plus hauts rangs de l'Église, ont offert au diable une proie facile. Le diable les a pris en charge pour les faire réussir, mais il leur a fait payer un lourd tribut. Autrefois, au Moyen Âge ou dans l'Église primitive, celui qui ambitionnait le cardinalat, ou plus haut, devait souvent devenir complice, au moins par son silence, des péchés et des tergiversations des princes chrétiens. Aujourd'hui, les princes chrétiens n'existent plus ; en tout cas, ils sont devenus inutiles. Le pouvoir est passé aux sociétés secrètes, maçonniques ou communistes. C'est là que se trouvent la plupart du temps les horribles maîtres des temps modernes. Aujourd'hui donc, un prêtre qui chérit l'ambition d'avancer dans l'Église à ses plus hautes fonctions doit traiter avec ces princes.  Il doit devenir leur complice. Pourrait-il atteindre son but s'il n'acceptait pas de s'impliquer, peut-être seulement par degrés, mais véritablement, dans une perversion radicale de l'esprit ? Car s'il refusait de se laisser progressivement conquérir par les ténèbres spirituelles, il resterait incapable, malgré tous ses efforts, de devenir un allié utile des forces occultes. Faire ce qu'il peut, il resterait un adversaire. Mais il doit être un auxiliaire ; ce n'est pour aucune autre raison que le César moderne l'a élevé à une position de commandement.

Il arrive qu'un homme ou une femme, en proie à la passion, ouvre avec une détermination terrifiante la porte sacrée de leur liberté à l'esprit de luxure. Le diable devient leur maître. Il est pour ainsi dire investi du pouvoir de les précipiter dans la fosse ; il a l'occasion de paralyser presque totalement la volonté de ses victimes. Le démon de l'orgueil est plus redoutable que celui des désirs charnels. Combien puissant sera donc son emprise sur le prêtre qui, avide de pouvoir en spiritualibus [en choses spirituelles], s'est confié, ne serait-ce qu'indirectement, pour être plus sûr de gagner son ambition, à ces redoutables organisations occultes de notre temps où le diable règne en maître. Dans quelles contorsions mentales le diable n'incitera-t-il pas le prêtre ambitieux ?  S'il ne parvient pas à se ressaisir à temps, sa raison sera invinciblement falsifiée par le prince de ce monde.


* * * * *


Si le sort de l'Église était cent fois pire, cent fois plus cruel, c'est encore le Seigneur qui est à jamais Maître et Roi.  C'est à Lui que toute puissance a été donnée ; c'est devant Lui que tout genou doit fléchir au ciel, sur la terre et sous la terre, y compris ceux de cet enfer, pour le moment indolore, qui est la secte moderniste. Sa nocivité ne peut s'étendre au-delà des limites strictes fixées par le Seigneur, et le Seigneur ne lui accorde qu'un certain pouvoir d'obscurcir, de falsifier et de scandaliser de mille manières, seulement pour le bien des élus et pour augmenter la splendeur gracieuse de Son Église. Nous ne devons pas avoir peur, mais plutôt persévérer avec confiance dans l'Église de toujours, l'Église éternelle, l'Église de tous les temps.


(Prologue à l'Apologie pour l'Église Éternelle)

L'Apologie du Père Calmel a paru pour la première fois dans la revue Itinéraires, n° 151, mars 1971, pp. 104-111.

Les Fils de l'Église en temps de crise - par le  Révérend Père Roger-Thomas Calmel, O.P. (anglais/françcais)  Fr_calmel2_150x175
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum