Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 2:43 pm


Dans une lettre collective du 11 février 1936, les évêques du Mexique dressent le bilan actuel de l'église :

- La Constitution du Mexique ne reconnaît pas la personnalité morale de l'Église;

- Elle ne reconnaît pas la hiérarchie ecclésiastique;

- Le nombre des prêtres dépends du bon vouloir des législateurs de chaque État; officiellement, cent quatre-vingt-dix-sept prêtres sont autorisés à exercer le saint ministère pour seize millions de catholiques dispersés sur un territoire de deux millions de kilomètres carrés;

- Tous les séminaires sont fermés;

- Tous les biens d'Église et des associations religieuses ont été déclarés propriété de la Nation;

- Au simple soupson qu'une maison ou qu'un terrain appartient à l'Église ou sert à l'exercice du culte, l'État peut s'en emparer;

- L'Église ne peut plus diriger ni entretenir d'écoles;

- L'enseignement socialiste, radicalement athée, est le seul autorisé;

- Tous les Ordres ou Congrégations religieuses sont proscrits;

- L'Église ne peut plus avoir d'hôpitaux, ni d'asiles, ni d'orphélinats;

- Les prêtres et les religieux ne peuvent plus paraître en public revêtus de l'habit ecclésiastique, ni même porter un simple insigne qui rappelle la religion;

- Toute cérémonie religieuse est prohibée en dehors des quelques églises qui restent ouvertes aux fidèles;

- Ces églises sont biens d'État et peuvent être fermées à volonté, données à d'autres dénominations religieuses ou converties en maison profanes;

- Tous les cimetières sont sécularisés;

- L'instruction publique est antireligieuse et obligatoire;

- Dans six États, toutes les églises ont été fermées;

- Dans l'État de Tabasco, toutes les églises ont été détruites;

- Dans les États de Colima, Campeche, Tabasco, les prêtres sont tenus, d'après la loi, à se marier pour exercer le saint ministère;

- Les catholiques, qui, d'après les recensements officiels, forment 97% de la population, ne peuvent pas élire de représentants, ni voter des lois, ni manifester librement leurs opinions, ni se réunir pacifiquement pour prendre part aux affaires publiques : le simple fait de paraître catholique est un délit.

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Numari14





Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:14 pm, édité 3 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 2:50 pm



Cette liste qui vient d'être dressée, n'y reconnaissez-vous pas le portrait tout craché de notre société actuelle, théâtre et cible de tout ce que je ne saurais qualifier de déchristianisation; et des plus hypocrite, subversive qui soit, et dont depuis tant d'années nous sommes victimes, nous catholiques ! ? ( Note de Roger )

.


Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:15 pm, édité 5 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 2:50 pm

. Merci Monique.

.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 3:17 pm


« Quel moyen nous reste-t-il ? ajoutent les évêques. Humainement parlant, aucun. Tout a été employé sans résultat. Nos peines sont grandes en vérité. Nous avons la responsabilité du troupeau que le Seigneur nous a confié, nous aimons notre patrie et nous voyons de nos yeux se dérouler une tragédie sans pouvoir en arrêter le cours... Priez pour nous, priez pour nos petits enfants, pour nos jeunes filles en péril, pour nos jeunes gens inexpérimentés, pour nos héroïques mères de famille, pour nos hommes désorientés, pour nos viellards qui tremblent pour l'avenir des leurs; priez pour nos prêtres sacrifiés... »

Les catholiques ne resteront pas indifférents aux angoisses de l'épiscopat mexicain. Ses émouvantes déclarations rappellent les paroles du prophète pleurant sur les ruines de Jérusalem :

Sion est dans le deuil...
Ses prêtres gémissent...
ses oppresseurs ont le dessus, ses ennemis prospèrent...
L'oppresseur a étendu la main sur tous ses trésors,
Car elle a vu les nations entrer dans son sanctuaire...
Seriez-vous insensibles, vous tous qui passez par le chemin ?
Regardez et voyez s'il y a une douleur comme la douleur qui m'accable !
Mes vierges et mes jeunes hommes sont tombés par l'épée;
Les petits enfants demandent du pain, et personne ne leur en donne.
L'ennemi n'a eu ni respect pour les prêtres, ni pitié pour les viellards.

( Jérémie, Lament., passim. )



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:16 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 3:34 pm


L'épopée sanglante


Le Mexique serait-il perdu pour l'Église ?

Non, pas encore.

Le courage et la bonne humeur des catholiques mexicains résistent depuis vingt ans; ils ne sont pas lassés. Chaque nouvelle attaque les a trouvés prêts à se défendre. L'heure est très grave; mais elle n'est pas désespérée.

L'attaque brutale fut un échec. Calles a renouvelé l'expérience de Néron. Il s'est aperçu que le sang des chrétiens est une semence. La grande persécution sanglante, de 1926 à 1929, n'a fait que susciter l'héroïsme des prêtres, des jeunes gens et des mères.

En veut-on des exemples ?

Devant les soldats qui vont le tuer, l'abbé Batis dit aux jeunes gens qui l'accompagnent au martyre : « Mourons pour la cause de Dieu. Qu'importe si nous partons; d'autres après nous verront le triomphe. Dieu ne meurt pas ... Vive le Christ-Roi ! » Il tombe criblé de balles. ses trois compagnons meurent avec lui en criant : « Vive le Christ-Roi ! »



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:42 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 4:00 pm


Un dimanche de mars 1926, dans le territoire de Nayarit, le député Moreno fait irruption dans une église. Le curé célébrait la messe, entouré de ses paysans. Il s'empresse de consommer les saintes espèces, et au pied de l'autel il tombe sous les balles.

Le 14 avril 1927, les troupes de Calles entrent à Tototlan, mettent la main sur le vicaire, l'abbé Reyes, le clouent au portique de l'église : « Où est le curé Vizcarra ? » lui demande-t-on. L'abbé répond qu'il ne peut trahir son supérieur. « Vous me faites souffrir en haine du Christ, ajoute-t-il ; j'accepte ces tourments pour son amour. » Les soldats lui enfoncent leurs sabres et leurs baïllonnettes dans la chair. Enfin, les soldats l'arrosent d'essence et y mettent le feu.

L'abbé Robles est en prison. « O mon Roi, je n'ai ni sceptre ni couronne à te présenter, écrit-il. Jadis je t'offrais mon troupeau. Mais de cette prison sacrée, en union mystique avec mes fils, voici que je te donne tout ce que j'ai : mon coeur. » Sur le point de mourir, il bénit la corde avec laquelle on va le pendre, trace le signe de la croix sur les soldats, il leur pardonne et leur promet de prier pour eux. « Que mon sang retombe sur mon peuple, ajoute-t-il, en gage de bénédiction et de pardon. »

Pour un peso et demi, une femme livre le Curé Sedano. Du camion qui l'emporte au lieu du supplice, il crie à ses paroissiens : « Venez, venez voir comment meurent les chrétiens ! » Entouré de fidèles comme dans la chaire de son église, il leur fait ses dernières recommandations : « Mes frères, ce n'est pas la mort qui m'inquiète ... Mon seul délit c'est d'être prêtre, c'est d'être du nombre de ceux qui, en cette vie, sont chargés de conduire les âmes au Christ ... Je ne vous demande qu'une chose : c'est de confesser Jésus-Christ toujours, en tout, à tout instant ... courage, mes frères; luttez jusqu'à la fin; nous nous reverrons au ciel ... »



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:44 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  ROBERT. le Dim 02 Aoû 2009, 4:38 pm

Roger a écrit:Dans une lettre collective du 11 février 1936, les évêques du Mexique dressent le bilan actuel de l'église :

- La Constitution du Mexique ne reconnaît pas la personnalité morale de l'Église;

- Elle ne reconnaît pas la hiérarchie ecclésiastique;

- Le nombre des prêtres dépends du bon vouloir des législateurs de chaque État; officiellement, cent quatre-vingt-dix-sept prêtres sont autorisés à exercer le saint ministère pour seize millions de catholiques dispersés sur un territoire de deux millions de kilomètres carrés;

- Tous les séminaires sont fermés;

- Tous les biens d'Église et des associations religieuses ont été déclarés propriété de la Nation;

- Au simple soupson qu'une maison ou qu'un terrain appartient à l'Église ou sert à l'exercice du culte, l'État peut s'en emparer;

- L'Église ne peut plus diriger ni entretenir d'écoles;

- L'enseignement socialiste, radicalement athée, est le seul autorisé;

- Tous les Ordres ou Congrégations religieuses sont proscrits;

- L'Église ne peut plus avoir d'hôpitaux, ni d'asiles, ni d'orphélinats;

- Les prêtres et les religieux ne peuvent plus paraître en public revêtus de l'habit ecclésiastique, ni même porter un simple insigne qui rappelle la religion;

- Toute cérémonie religieuse est prohibée en dehors des quelques églises qui restent ouvertes aux fidèles;

- Ces églises sont biens d'État et peuvent être fermées à volonté, données à d'autres dénominations religieuses ou converties en maison profanes;

- Tous les cimetières sont sécularisés;

- L'instruction publique est antireligieuse et obligatoire;

- Dans six États, toutes les églises ont été fermées;

- Dans l'État de Tabasco, toutes les églises ont été détruites;

- Dans les États de Colima, Campeche, Tabasco, les prêtres sont tenus, d'après la loi, à se marier pour exercer le saint ministère;

- Les catholiques, qui, d'après les recensements officiels, forment 97% de la population, ne peuvent pas élire de représentants, ni voter des lois, ni manifester librement leurs opinions, ni se réunir pacifiquement pour prendre part aux affaires publiques : le simple fait de paraître catholique est un délit.

Roger a écrit:.

Cette liste qui vient d'être dressée, n'y reconnaissez-vous pas le portrait tout craché de notre société actuelle, théâtre et cible de tout ce que je ne saurais qualifier de déchristianisation; et des plus hypocrite, subversible qui soit, et dont depuis tant d'années on est victimes, nous catholiques ! ? ( Note de Roger ).

.

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 956204 D'accord Roger.... on change les noms mexicains pour des noms connus et on se retrouve dans la même situation ici... en plus

hypocrite... affraid


Merci Roger pour votre narration de cette belle histoire du Mexique catholique...


.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 5:54 pm

Bienvenue Robert ! je continue.


Dernière édition par Roger le Mar 01 Sep 2009, 9:14 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 6:12 pm


Dans une maison privée, l'abbé Francesco Vera est à l'autel, revêtu des ornements sacerdotaux. Les soldats de Calles entrent, le saisissent, et le poussent au lieu du supplice. Devant les fusils pointés sur lui, il joint les mains, lève les yeux au ciel, en disant : Introibo ad altare Dei ... et il tombe.

L'abbé Cristobal Magallanes meurt en disant : « Je suis innocent. Que mon sang scelle l'union des catholiques mexicains ! » L'abbé Augustin Caloca, son vicaire, lui succède au lieu du martyre. « Nous vivons pour Dieu, s'écrit-il. Pour Lui nous mourons ! »

Les soldats demandent au Père Franciscain Junipère, arrêté en même temps que le Frère Humilde : « Combien avez-vous dit de messes ?
- Monsieur se le figurera aisément. Je suis prêtre depuis quarante-cinq ans ... J'en ai dit beaucoup.
- Mais, depuis qu'il est défendu d'en dire ?
- Monsieur, j'en ai dit autant que j'ai pu. »
Criblé de balles, le cadavre du Père reste debout. Un soldat, intrigué d'un fait qui lui semble extraordinaire, le tire par les cheveux et le traine sur la voie ferrée.
- Les larmes trahissent la véritable idendité du Frère Humilde, qui, grâce à ses vêtements laïcs, n'avait pas été reconnu. Les soldats l'abattent sans autre forme de procès.

L'abbé Sola est fait prisonnier parce qu'on trouve sur lui une photographie qui le représente donnant la première communion à sa soeur. Broyé par les coups, il gît à terre, mais il a encore la force de laisser un message pour sa mère : « Informez-la de ma mort, mais dites-lui que son fils est martyr.» Son âme s'envole au ciel avec une dernière prière : « Mon Jésus, miséricorde ! ... C'est pour votre cause, ô Jésus, que je meurs ! »

Ainsi moururent plus de cent prêtres mexicains.



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:45 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 7:53 pm


L'héroïsme des fidèles ne le cède en rien à celui des prêtres. En voici quelques exemples.

Le 11 août 1927, un billet de faire-part circule dans la ville de Léon :

Viva Cristo Rey !

« Monsieur Florentino Alvarez, né à Léon ( Guanajuato ), est mort en confessant Jésus-Christ, à l'âge de trente-sept ans, le 10 août. Sa Mère, son épouse, ses parents et amis vous communiquent avec joie cette nouvelle, afin que vous priiez pour le triomphe de la religion au Mexique, par l'intercession de l'âme de Florentino. »

Florentino Alvarez était président de l'Association de la jeunesse catholique à Léon. Ses boureaux le meurtrissent de coups. « Vive le Christ-Roi ! s'écrit-il au milieu des tourments. - Qui est-ce qui vit ? demandent les brutes en ricanant. - Le Christ-Roi vit en moi, et moi je vis en Lui. »

Une décharge de fusil l'abat.

Le père de Miguel et Humberto Pro dit à sa fille, en contemplant le visage de ses deux fils martyrs : « Ma fille, il n'y a pas de raison de pleurer ! » Puis, debout près du cercueil de Miguel qu'on vient de déposer au caveau, en présence de vingt mille personnes, il clôt la cérémonie triomphale en disant : Te Deum laudamus !

Georges et Raymond vargas viennent de mourir sous les yeux de leur jeune frère Florentino. L'enfant apporte la nouvelle à la maison; sa mère l'accueille avec ces mots : « Et toi ? Tu n'as donc pas pu, comme tes frères, atteindre la couronne ! Deviens encore meilleur pour la mériter! »



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:46 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 8:23 pm


Une vieille maman s'approche d'un monceau de cadavres; elle y reconnaît son fils, José Valencia Gallardo : « Mon Dieu ! soupire-t-elle, que je suis indigne d'être la mère d'un martyr ! » Elle s'agenouille et baise les pieds de son enfant.

Joaquin Silva dit à sa mère, avant de la quitter pour aller à la mort : « Vois, maman, il vaut mieux que nous mourions avant le triomphe, parce que, après, l'argent et les honneurs pourraient nous perdre ...» Sur la route du martyre il encourage son compagnon, Manuel Melgarejo : « N'aie pas peur, lui dit-il. Nous allons mourir pour Jésus-Christ, et bientôt nous entrerons dans son royaume. » En marchant, il récite son chapelet :

« Jetez-moi ça ! lui dit un soldat.

- Tant que je vivrai, répond Joachim Silva, personne ne pourra me l'enlever. »

Un passant lui demande : « Vous allez à l'échafaud ?

- Non, répond-il, nous allons au Calvaire. »

La nouvelle perce comme un glaive le coeur de sa mère; mais son âme chrétienne se ressaisit bientôt : « J'ai dit à Notre-Seigneur, écrit-elle à sa soeur, qu'il peut me prendre non seulement Joaquinito, mais Ignacio et mes six fils. Ils lui appartiennent. »

Salvador Vargas a vingt ans. Il est secrétaire de la Congrégatio de la Sainte Vierge. Il meurt en s'écriant : « Pour Dieu et pour sa gloire ! » Sa mère réclame le corps du martyr. Elle essuie un refus. « Ils n'ont pas voulu me rendre le corps de mon enfant, disait-elle. N'importe, puisque ce matin j'ai remis son âme au Coeur de Jésus ! »



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:46 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 8:53 pm


José Valencia  Gallardo accompagne à la mort dix jeunes gens. Parmi eux se trouve un enfant de treize ans, Augustin Rios, qui, devant le supplice qui l,attend, commence à pleurer. Gallardo le console; il lui dit que ses peines seront bientôt changées en joie. Un soldat s'approche de lui et lui coupe la langue; mais les lèvres, baignées de sang, sourient encore.

Manuel Bonilla est en prison. Il profite des derniers moments pour faire ses adieux :


FRÈRE AIMÉ,

...Dieu accepte mon sang et je le donne avec joie. Forge ton coeur à la flamme des sacrements. C'est aujourd'hui le Vendredi Saint. Aujourd'hui, ils m'ont fait prisonnier. Prie pour moi.


CHÈRE PETITE MAMAN,

Je te dis adieu pour la dernière fois. Je sais que ton coeur va souffrir... Ma douce maman, je ne te verrai plus... Prie  pour ton pauvre petit; il meurt en pensant à toi... Que dirai-je ? simplement, que je t'aime. Ne pleure pas, madrecita ; prie, accepte. Offre le sacrifice de tes larmes pour tant de nos frères qui sont aveugles...



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:48 pm, édité 2 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 9:43 pm


Son dernier mot est pour sa fiancée :

SENORITA MARIA  DE LA  LUZE GARCIA,

Luz aimée. je t'écris cette lettre aux derniers moments de ma vie, Mon sang sera répandu pour confesser la foi en Celui qui est le Créateur de toutes choses. Que mon souvenir ne s'efface pas de ta mémoire, mon aimée... Nous avions espéré être heureux un jour; Dieu nous sépare, mais c'est pour un temps. Si tu conserves mon amour en cette vie, dans l'autre nous serons éternellement unis.

Adieu, pour toujours, ma Luz. Je souffre. Je souffre, parce que je crois que tu souffres. Mais rassure-toi : la mort ne m'épouvante pas.

On m'a fait prisonnier et, tout à l'heure, on me fusillera. Il faudrait un miracle pour me sauver.

Et maintenant, mon dernier adieu, Lucha bien-aimée. Résigne-toi, puisque telle est la volonté de Dieu. Salue pour moi tes parents et tes soeurs. Et toi, Luchita, reçois le souvenir d'un coeur qui t'aime pour l'éternité.


Ton Juan



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:49 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 10:38 pm


Anacleto Gonzalez Florès, l'un des plus célèbres membres de l'Association de la Jeunesse catholique, aime mieux mourir que de révéler la retraite de son Évêque. Flagellé, les pieds percés par un poignard, le corps strié de coups de rasoir, il lance ce défi à ses boureaux ; « J'ai travaillé pour la cause du Christ et pour l'Église. Vous me tuerez, mais sachez que la Cause ne mourra pas avec moi. Je pars, mais avec la certitude que du ciel je verrai le triomphe de la religion dans ma patrie. »

Cette liste sanglante pourrait se prolonger.

Calles s'aperçut enfin qu'il s'était trompé de méthode : du sang répandu germait l'héroïsme au centuple. Il changea de tactique; il s'attaqua à la vie spirituelle des Mexicains en détruisant l'organisation hiérarchique de l'Église. C'est la deuxième phase de la persécution.  1



1. N'est-ce pas ce qu'on a réussi depuis plus de quarante ans à faire partout universellement ..en s'emparant du lieu où est le Saint-Siège ? ( note de Roger )


Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:52 pm, édité 3 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Dim 02 Aoû 2009, 11:22 pm


Les brebis seront dispersées


Frappez le pasteur, et les brebis seront dispersées. » (Marc, XIV, 27.)

Calles a cru un moment séparer le Mexique de Rome en constituant une Église nationale. Sur quatre mille prêtres, il en trouva quatre ou cinq qui, comblés de faveurs, eurent la faiblesse de céder à son rêve. Mais la manoeuvre échoua misérablement. Le chef même de l'Église nouvelle, le patriarche Pérez, abjura son erreur et mourut repentant.

Il fallut mettre hors la loi ces prêtres insensibles aux avances de Calles. Ils ne veulent pas pactiser avec le gouvernement ? le gouvernement va ruiner leur influence. Pour eux, plus d'écoles, plus de séminaires, ni d'hôpitaux, ni même d'institutions charitables. Ils n'auront plus droit de vote, plus droit de propriété. Le nombre des prêtres pouvant exercer le ministère sera déterminé par les gouverneurs d'États.

En peu de temps, quatorze États sur vingt-huit n'en admettront aucun et dans la plupart des autres, un seul prêtre est autorisé pour cent mille habitants.

Quatre-vingt dix pour cent des églises du Mexique sont privées de leurs prêtres.

« Prenez garde, disait un jour l'ambassadeur d'un pays catholique à un banquet que donnait Portes Gil. Prenez garde : vous déchaînez les bas instincts de la foule. Un jour viendra où vous ne pourrez plus contenir leur colère. Vous faites un jeu dangereux en voulant supprimer la religion de votre pays !

- La religion, répliqua Portes Gil, ce n'est pas à elle que nous en voulons. Nous en voulons au clergé trop riche et trop envahissant. Ce sont les prêtres qui font obstacle au progrès et au bonheur du peuple mexicain.»

Les francs-maçons qui gouvernent à Mexico savent bien que tant qu'il y aura des prêtres, la partie ne sera pas gagnée.



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:53 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Lun 03 Aoû 2009, 9:40 am


La nouvelle persécution a sans doute ébranlé l'organisation de l'Église mexicaine. Mais la vie catholique reste intense.

Nous connaissons les noms de plus de cent prêtres massacrés par les ordres de Calles; nous savons que dix fois plus ont été jetés en prison, spoliés et réduits à la misère. On les a souvent déportés; ils rentraient par une autre frontière. Déguisés en paysans, en ouvriers, deux mille prêtres restent encore au milieu de leur troupeau. Peu de persécutions ont fait surgir autant d'héroïsme sacerdotal.

Pie XI, dans son encyclique Acerba animi de 1932, cite les prêtres mexicains à l'ordre du jour :

« Ce fut pour Nous, dit-il, un vif réconfort, de voir la noble conduite des membres du clergé distribuant les sacrements au péril de leur vie ...»

Les séminaires sont fermés, mais les évêques réussissent quand même à grouper d'héroïques enfants qui savent ce qui les attend. Les noviciats établis à la frontière n'ont jamais été si remplis. A Rome, au Collège Pio Latino, soixante-dix-huit séminaristes se préparent à leur difficile apostolat. Un séminaire national se construit à San Antonio, Texas. Une fois ordonnés, les nouveaux prêtres réussissent toujours à passer la frontière.

La plupart des églises du Mexique sont sans prêtres; beaucoup d'entre elles sont fermées. Mais les chrétiens connaissent l'atmosphère des Catacombes. Chaque famille aisée possède, au Mexique, un petit oratoire où très souvent le Saint Sacrement est caché. On le dissimule dans les armoires, dans des boîtes de radio, et jusque dans les berceaux. Une fois j'ai vu les Saintes Espèces enveloppées de linge blanc et déposées dans un cendrier, au fond d'une chambre décorée à la moderne. Notre-Seigneur y reposait sous un énorme bouquet de fleurs. Un matin je reviens pour dire la messe en cachette; l'autel s'improvise sur une table. autour de moi, tout près de l'autel, vingt personnes se pressent, agenouillées. Silence absolu; pas même de clochette pour annoncer la descente du Christ sur l'autel. En distribuant la communion à ces chrétiens intrépides, qui bravent la loi, s'exposent à se faire confisquer leur maison, à être jetés en prison, je me sentais bien petit à côté d'eux. Le bon Dieu peut-il abandonner un tel peuple ?



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:55 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Lun 03 Aoû 2009, 2:41 pm


La nuit de Noël fut particulièrement impressionnante. A onze heures et demie, on vient me chercher. La porte se referme vite derrière moi. Une trentaine de personnes sont agenouillées dans le salon; au centre, dans un fauteuil, la grand'mère prie. Deux enfants de choeur en soutane rouge; des fleurs sur l'autel. Je célèbre les trois messes, à la lueur des cierges, comme jadis les prêtres de Rome dans les Catacombes. En cette nuit de Noël, les églises du Mexique sont vides, mais des milliers de maisons refont au petit Jésus le sanctuaire de Bethléem, malgré Hérode qui « cherchait l'Enfant pour le faire mourir ».

Quand il y a disette de prêtres, on peut être témoin de gestes plus émouvants encore. La maîtresse de maison reçoit d'un prêtre de passage le Saint Sacrement qu'elle cache chez elle. A l'heure dite, la famille se réunit; les cierges s'allument. Dans une atmosphère embaumée de fleurs et de prières, chacun s'approche à son tour de la table de famille, transformée en Sainte Table, où reposent les Hosties consacrées, et d'une main tremblante de respect se communie soi-même. Depuis le 23 décembre 1927, jour où le Saint-Père accorda ce privilège, le Christ circule ainsi par tout le Mexique.



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:55 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  ROBERT. le Lun 03 Aoû 2009, 6:52 pm

Roger a écrit:Une vieille maman s'approche d'un monceau de cadavres; elle y reconnaît son fils, José Valencia Gallardo : « Mon Dieu ! soupire-t-elle, que je suis indigne d'être la mère d'un martyr ! » Elle s'agenouille et baise les pieds de son enfant.

Joaquin Silva dit à sa mère, avant de la quitter pour aller à la mort : « Vois, maman, il vaut mieux que nous mourions avant le triomphe, parce que, après, l'argent et les honneurs pourraient nous perdre ...» Sur la route du martyre il encourage son compagnon, Manuel Melgarejo : « N'aie pas peur, lui dit-il. Nous allons mourir pour Jésus-Christ, et bientôt nous entrerons dans son royaume. » En marchant, il récite son chapelet :

« Jetez-moi ça ! lui dit un soldat.

- Tant que je vivrai, répond Joachim Silva, personne ne pourra me l'enlever. »

Un passant lui demande : « Vous allez à l'échafaud ?

- Non, répond-il, nous allons au Calvaire. »

La nouvelle perce comme un glaive le coeur de sa mère; mais son âme chrétienne se ressaisit bientôt : « J'ai dit à Notre-Seigneur, écrit-elle à sa soeur, qu'il peut me prendre non seulement Joaquinito, mais Ignacio et mes six fils. Ils lui appartiennent. »

Salvador Vargas a vingt ans. Il est secrétaire de la Congrégatio de la Sainte Vierge. Il meurt en s'écriant : « Pour Dieu et pour sa gloire ! » Sa mère réclame le corps du martyr. Elle essuie un refus. « Ils n'ont pas voulu me rendre le corps de mon enfant, disait-elle. N'importe, puisque ce matin j'ai remis son âme au Coeur de Jésus ! »

Je viens de lire vos premiers posts sur l'épopée sanglante du Mexique... Demandons à Notre-Seigneur de verser une goutte du sang

de ces martyrs pour continuer notre combat avec courage, patience et persévérance... Je ne manquerai pas la suite de cette

glorieuse histoire des martyrs du Mexique...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Lun 03 Aoû 2009, 7:36 pm


En beaucoup d'endroits, il est impossible de trouver un prêtre. Un dimanche matin, deux étudiants me conduisent dans une église de la banlieue de Mexico, à San Angel. En entrant, je fais la génuflexion.

« Le Saint Sacrement n'y est pas, me dit mon compagnon.
- Et le curé, que fait-il ?
- Il n'y en a pas.
- Et les fidèles alors ?
- Ils reviennent quand même à l'église pour y prier. Tenez, voyez-les arriver. »

Des hommes, des femmes du peuple, des enfants pauvrement vêtus s'approchent. Mon compagnon, qui connaît ses brebis, leur dit que je suis prêtre. Ils s'avancent et à tour de rôle me baisent la main en fléchissant le genou.

C'est l'heure du cathéchisme. Avant d'ouvrir ses cours, le jeune étudiant de la ville, devenu simple cathéchiste, conduit son monde devant un tableau de la vierge de Guadeloupe. Il faut avoir vu les Mexicains à genoux devant leur Madone ! Ce n'est pas Calles qui les empêchera de l'aimer.

Les malheureux fidèles peuvent toujours se rendre dans les églises restées ouvertes. Un laïc se charge d'organiser les cérémonies; il lit les prières de la messe du jour; on chante des cantiques 1  . Plusieurs restent là des heures à supplier le ciel d'avoir pitié de leur patrie.

A Mexico même, la basilique de Notre-Dame de Guadeloupe ne désemplit pas. Le peuple s'y rend de cinquante kilomètres à la ronde. Aux jours de fête, des milliers de fidèles s'y entassent. Là, les catholiques sont maîtres. Le gouvernement se garde bien d'y envoyer ses gendarmes. En 1936, le premier de l'an, j'ai vu la foule, - cinquante mille personnes peut-être, - se presser autour de l'église trop petite pour l'accueillir toute. Le 12 décembre, fête de Notre-Dame de Guadeloupe, c'est tout Mexico qui s'y transporte. Le P. Pro a décrit une cérémonie semblable :

« Le pèlerinage à la Basilique, dit-il, commença à quatre heures du matin et se termina à sept heures et demie du soir. Une suite ininterrompue de gens - quatre-vingt-dix ou quatre-vingt-quinze pour cent des habitants de Mexico - défilèrent devant l'image bénie de Notre-Dame de la Guadeloupe... Des milliers et des milliers de personnes nu-pieds, d'autres parcourant à genoux l'avenue de Peralvillo, tous disant le rosaire et chantant... J'ai vu arriver Mgr Moray del Rio, à quatre heure de l'après-midi, comme un pèlerin quelconque, et j'ai entendu les vivats et les applaudissements qui retentirent au dedans et au dehors de la basilique... Mais oui ! Tout Mexico est catholique ! Notre-Dame de la Guadeloupe est vraiment la Reine des Mexicains ! »


1. Nous, ici en 2009, et ce depuis plusieurs années, on en est réduit à ça, l'église en moins; nos églises actuelles étant occupées par un culte impie et sacrilège, et donc ayant toutes été profannées. ( Note et gros caractère, sont de Roger ).


Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:57 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Lun 03 Aoû 2009, 9:21 pm


De telles démonstrations de foi font rugir les francs-maçons qui n'y peuvent rien. Le gouvernement a souvent essayé d'empêcher cette piété spontanée de la foule. Des bombes même ont fracassé le maître-autel de la basilique. Le grand Christ de bronze tomba par terre, tordu par l'explosion. Relevé par les mains pieuses des amis de la Vierge, il repose, - symbole et modèle de ce peuple persécuté, - sur un coussin richement orné recouvert d'un globe de cristal.

Depuis lors, le temple est gardé par des volontaires, dévots de la Vierge.

En janvier 1935, des gendarmes veulent arrêter deux prêtres qui entrent dans la petite église de la Luz, en face de la basilique. En un instant des centaines de personnes sont là pour les défendre. On veut les effrayer : « La police va venir ! crient les gendarmes. - Qu'elle vienne ! répond le peuple. Nous l'attendons. » Les gendarmes sont d'avis qu'il vaut mieux battre honorablement en retraite... « Si les gendarmes, ajoute le journal qui rapporte le fait, se comportaient toujours aussi gentiment, il n'y aurait jamais de sang versé ! »

Dix jours plus tard, le gouvernement veut essayer sa force. La police arrive près de la basilique pour y saisir l'abbé mitré, Don Feliciano Cortés. Des milliers de fidèles accourent. Quatre autocars remplis de pompiers s'approchent. L'eau inonde les défenseurs qui ripostent en lançant des pierres. La police décharge les révolvers sur la foule. Tout allait à son avantage, quand arrive au pas de course une troupe d'indiens, avertis du danger que les Rouges faisaient courir à leur basilique. Le chef de police devine que ses hommes vont se faire écharper; il leur ordonne de se retirer. Leur départ déchaîna l'enthousiasme de la foule victorieuse qui criait : « Vive le Christ- Roi ! Vive Notre-Dame de Guadeloupe ! »



Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:58 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Roger Boivin le Lun 03 Aoû 2009, 10:46 pm


Les enfants n'ont plus de pain


Il n'y a rien à faire avec ce peuple fanatique, dut se dire Calles. En 1932, après huit ans de persécution violente, il avouait son échec. Vaincu sur le champ des martyrs, battu dans les sanctuaires clandestins et dans les coeurs des fidèles mexicains, il transporta la lutte sur un autre terrain. C'est la troisième phase de la persécution.

Il est étonnant qu'il ait pensé si tard à s'emparer de la jeunesse. Calles avait espéré en finir plus tôt par une attaque brutale; la foi robuste des Mexicains lui infligea une défaite. La conquête du pays par la jeune génération sera plus longue, mais infaillible. Calles mûrit son plan. Dans un fameux discours du mois de juillet 1934 à Guadalajara, il annonce son nouveau programme :

« La révolution a triomphé, dit-il. A tout prix, elle guidera les destinées du pays. Pourtant son oeuvre n'est pas achevée. Ses éternels ennemis restent à l'affût, cherchant à ruiner ses efforts. De toute nécessité, nous devons entrer dans une nouvelle phase, que j'appellerai la période psychologique de la révolution. Il faut entrer dans les consciences des enfants et des jeunes gens pour en prendre posseission; car l'enfance et la jeunesse doivent appartenir à la révolution... Il est absolument nécessaire que nous chassions l'ennemi de ses tranchées. L'ennemi, ce sont les réactionnaires; leur tranchée, c'est l'école. Ce serait de notre part un grave et lâche abandon de notre devoir si nous n'arrachions pas notre jeunesse aux griffes des cléricaux, aux griffes des conservateurs... Malheureusement, dans beaucoup d'États de la république, et même dans la capitale, les écoles sont sous le contrôle des éléments cléricaux et réactionnaires.

« Nous ne pouvons pas abandonner à des mains ennemies l'avenir du pays, l'avenir de la révolution. Les cléricaux s'écrient : L'enfant, le jeune homme appartient à sa famille ! Doctrine égoïste. L'enfant et la jeunesse appartiennent à la communauté, à la collectivité, et c'est à la révolution qu'incombe l'impérieux devoir de porter l'attaque sur ce terrain, de nous emparer des consciences en déracinant tous les préjugés pour façonner une nouvelle âme nationale. » 1




1. N'est-ce pas ce qu'on a fait au Québec  ? Avec de la planification, de l'orchestration, des rouages et de la sournoiserie des plus rafinés, n'est-ce pas ce qu'on a réussi à faire partout, partout ? Qu'on s'ouvre les yeux, bon sens !! ( Roger )


Dernière édition par roger le Mar 06 Jan 2015, 12:59 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12016
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  Diane le Mar 04 Aoû 2009, 1:04 pm

Roger a écrit:.

.« Nous ne pouvons pas abandonner à des mains ennemies l'avenir du pays, l'avenir de la révolution. Les cléricaux s'écrient : L'enfant, le jeune homme appartient à sa famille ! Doctrine égoïste. L'enfant et la jeunesse appartiennent à la communauté, à la collectivité, et c'est à la révolution qu'incombe l'impérieux devoir de porter l'attaque sur ce terrain, de nous emparer des consciences en déracinant tous les préjugés pour façonner une nouvelle âme nationale. »[/b] 1

1 . N'est-ce pas ce qu'on a fait au Québec ? Avec de la planification, de l'orchestration, des rouages et de la sournoiserie des plus rafinés, n'est-ce pas ce qu'on a réussi à faire partout, partout ? Qu'on s'ouvre les yeux, bon sens !! ( Roger )


Oui, en plein dans le mille cher ami, il est plus que temps que le monde s'ouvre grand les yeux! Shocked
Diane
Diane

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  gabrielle le Mar 04 Aoû 2009, 1:17 pm

Vous avez bien raison Roger. nous avons assisté à la plus grande révolution de tous les temps, sa particuliarité est qu'elle ne fut pas sanglante.

Étant universelle, les révolutionnaires ne pouvaient pas procéder à un massacre comme ce fut le cas au Mexique, ils auraient mis la terre à feu et à sang..

Alors, ils ont usé de fourberie et par le biais des gouvernements et des archevêché, ils ont entrepris le plus grand génocide spitituel de l'humanité.

Et personne ne voit. Sad
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18317
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  ROBERT. le Mar 04 Aoû 2009, 1:29 pm

Roger a écrit: . Un laïc se charge d'organiser les cérémonies; il lit les prières de la messe du jour; on chante des cantiques ¹

¹ Nous, ici en 2009, et ce depuis plusieurs années, on en est réduit à ça, l'église en moins; nos églises actuelles étant occupées par un culte impie et sacrilège, et donc ayant toutes été profannées. ( Note et gros caractère, sont de Roger ).

En plein dedans cher ami. Sad Les laicards, comme disent nos amis français, le font depuis presque 50 ans... Crying or Very sad ... Souvenez-vous de Daniel qui

disait qu'un jour, il n'y aurait plus ni autel, ni prêtre, ni holocauste.... Je reviens pour la référence et pour d'autres commentaires face à la

situation actuelle. study
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

maria de la luz camacgo - Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique ) - Page 2 Empty Re: Maria de la Luz Camacho, martyre , 1907-1934 ( Mexique )

Message  ROBERT. le Mar 04 Aoû 2009, 5:31 pm

ROBERT. a écrit:
Roger a écrit: . Un laïc se charge d'organiser les cérémonies; il lit les prières de la messe du jour; on chante des cantiques ¹

¹ Nous, ici en 2009, et ce depuis plusieurs années, on en est réduit à ça, l'église en moins; nos églises actuelles étant occupées par un culte impie et sacrilège, et donc ayant toutes été profannées. ( Note et gros caractère, sont de Roger ).

En plein dedans cher ami. Sad Les laicards, comme disent nos amis français, le font depuis presque 50 ans... Crying or Very sad ... Souvenez-vous de Daniel qui

disait qu'un jour, il n'y aurait plus ni autel, ni prêtre, ni holocauste.... Je reviens pour la référence et pour d'autres commentaires face à la

situation actuelle. study


Voici la référence en question:


ET IL N’EST EN CE TEMPS-CI PARMI NOUS NI PRINCE, NI CHEF, NI PROPHÈTE, NI HOLOCAUSTE, NI SACRIFICE, NI OBLATION, NI

ENCENS, NI LIEU POUR OFFRIR DES PRÉMICES DEVANT VOUS.


( Dan.III, 38 ) Glaire
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum