AVEC DIEU TOUJOURS

5 participants

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mar 23 Juin 2009, 9:47 pm



La conclusion s'impose, Au lieu de remettre en question la présence universelle de Dieu, ces paroles de Jésus : « Nous viendrons en lui », quand on les entend bien, ne font qu'affirmer davantage cette divine présence en rappelant que, dans l'âme juste, elle se dédouble en quelque sorte, que dis-je ? elle se centuple plutôt pour la mieux enrichir.

Et si, reprenant notre question initiale « Où est Dieu pour nous ? », nous l'examinons à la lumière des considérations qui précèdent, nous y trouverons une confirmation de ce que nous avons déjà dit, à savoir que Dieu est « pour nous » là où nous sommes, puisqu'il y est non seulement comme auteur de la vie de la nature, mais comme animateur de cette vie bien plus précieuse qu'est la vie de la grâce.

Il est là où nous sommes, et c'est là que nous devons nous habituer à l'aimer, à lui parler, à lui communiquer familièrement nos impressions, nos craintes, nos désirs.

Parlons-lui souvent, en toute simplicité et sans plus de façon que si nous monologuions avec nous-mêmes, car l'ami qui s'incline sur le  coeur de son ami ne lui est pas aussi intime - tant s'en faut - que Dieu ne l'est à chacun de nous, puisque, comme nous allons le voir, Il participe activement à tous les actes de notre vie tant corporelle que spirituelle.

Il ne convient vraiment pas que nous perdions de vue des vérités si consolantes, si fécondes pour le bien de notre âme.


Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:13 pm, édité 2 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 11:49 am



B. - NATURE DE CETTE PRÉSENCE


Dicite « Pater noster... » : Vous direz « Notre Père... » ( Matth., VI, 9 ).
Sine me nihil potestis facere : sans moi vous ne pouvez rien ( Jo., XV, 5 )



CHAPITRE IV


QU'EST-CE QUE DIEU - POUR NOUS ?



Raison d'être de ce « pour nous ».


A la question « Qu'est-ce que Dieu ? » le cathéchisme répond : « Dieu est un pur esprit, infiniment parfait, créateur, maître et modérateur du ciel et de la terre, et source de tout bien. »

cette réponse déborde de toute part la question qui nous occupe. elle nous dit ce qu'est Dieu en lui-même, ce qu'il est pour la terre, ce qu'il est pour l'univers, ce qu'il est dans l'ordre physique et moral pour toute créature.

Elle ne dit pas assez, ou du moins pas assez clairement, ce qu'il m'importe de savoir avant tout : ce qu'est Dieu en moi et pour moi, quels sont ses « sentiments » à mon égard, ceux qu'il exige en retour de ma part.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:16 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 12:10 pm




Dieu n'est pas pour nous un étranger


Qu'est-ce donc Dieu pour moi ?

Affirmons tout d'abord, et énergiquement, qu'il n'est pas un étranger; pas plus que je ne suis moi-même un étranger pour moi. Et cela est vrai même si l'âme ne possède pas la grâce sanctifiante, à plus forte raison si elle la possède.

je dirais volontiers, sans vouloir en aucune façon donner dans le panthéisme, qu'il n'est pas même un autre, tant son activité en nous est intime, continue, nécessaire, consciente.

Par son action créatrice, Dieu est pour nous bien moins étranger qu'un père dans sa propre famille, moins étranger qu'un ami dans les bras de son ami, moins étranger que ne l'est à nous-mêmes notre propre âme, notre propre intelligence, notre propre volonté, nos sentiments les plus intimes.

Démontrer cette vérité sera le but des chapitres qui vont suivre.

Dans ces petits entretiens, nous méditerons d'abord le titre de père que Jésus met sur nos lèvres pour parler à Dieu et tirerons de là les conséquences que ce titre comporte; puis nous verrons que Dieu est, pour nous, infiniment plus qu'un père et que nulle union humaine n'est comparable à celle qui nous attache à Lui.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:17 pm, édité 2 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 12:12 pm



CHAPITRE V


DIEU EST NOTRE PÈRE


Pater vester coelestis ( Matth., VI, 1, 4, 6, 8, 9, 14, 15, 18, 26, 32, etc. ).



Un enfant bien à plaindre.

Un enfant de noble race avait été arraché, dès l'âge le plus tendre, aux bras de sa mère éplorée, qui en mourrut de chagrin. Il fut élevé par des maîtres étrangers, qui avaient pris à tâche de lui cacher son origine. Il vécut au milieu d'eux, pauvre et misérable, jusqu'à ce qu'il fût en âge de travailler. Alors on l'engagea au service de son propre père, qu'il ne connaissait point et qu'on ne lui fit point connaître. Père et enfant vécurent ainsi côte à côte pendant bien longtemps; l'adolescent servait son père inconnu avec l'indifférence d'un mercenaire, et il souffrait cruellement d'être privé de l'amour et des caresses que trouvaient les autres enfants au sein de leur famille. Ce ne fût que bien plus tard, au moment où il allait mourir des suites d'un accident, que la reconnaissance s'opéra et que le jeune homme put saluer du doux nom de père celui qu'il avait servit comme un étranger.

Qui ne prendrait en pitié le sort de ce fils infortuné, au coeur aimant et blessé, qui, vivant aux côtés de son père, est à la source du bonheur, mais n'y peut tremper ses lèvres par suite d'une fatale ignorence ?

Etre orphelin dans la maison de son père !




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:18 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 4:27 pm



Cet enfant c'est nous.


Ce pauvre enfant, c'est nous.

Nous sommes au service de notre Père; jamais nous ne quittons sa présence ; souvent nous lui adressons la parole, nous exécutons ses ordres; mais, infortunés que nous sommes, nous le prenons pour un étranger, nous le servons comme un maître indifférent à notre égard, nous le craignons peut-être comme un despote, et nous le traitons le plus souvent comme un hôte importun, dont on ne s'occupe que quand on ne peut guère s'en dispenser !

O déplorable erreur ! Dieu, un étranger pour nous ? Mais c'est un blasphème contre la foi et contre la raison.

Nul être au monde ne nous est moins étranger que lui.

Nous sommes entre ses mains comme le petit enfant aveugle aux bras de sa mère. Il ne la voit pas, il ne se rend pas compte de sa présence ; et pourtant, elle est tout pour lui.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:19 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 6:32 pm

.

Ce nom de père doit être pris au sérieux.


Oui, Dieu est notre Père. Celui qui l'a solennellement affirmé s'y connaissait, et il était incapable de nous induire en erreur : c'est le Fils de Dieu lui-même, notre Sauveur Jésus.

Dieu est notre Père : notre père selon la nature, notre père selon la grâce.

Selon la nature, nous avons, il est vrai, un père mortel qui nous a donné le jour ; mais son action, bien qu'indispensable d'après l'ordre établi par la Providence, a été toute transitoire. Elle a marqué le début de notre existence; puis ce sont les lois de la nature qui ont fait le reste, sans que notre père ait eu besoin d'y veiller, sinon peut-être, occasionnellement, pour écarter quelque obstacle : service qu'un autre eût pu rendre à sa place.

De Dieu aussi on peut dire qu'il nous a donné le jour, et cela dans un sens bien réel, plus vrai. C'est Lui, en effet, qui a donné à notre père lui-même et l'existence et les aptitudes qui nous ont amené à la vie. cette nature, dont les parents sont les serviteurs, et qui a, depuis notre premier instant jusqu'au moment actuel, développé, continué, complété, perfectionné de façon ineffable l'oeuvre initiale, elle est simplement l'oeuvre incessante du Créateur, de sorte que le véritable, le seul auteur de nos jours, au sens plein et vrai, c'est Dieu.

Nous sommes donc en toute vérité ses enfants selon la nature, de telle sorte que même s'il ne nous avait jamais élevés à l'état surnaturel, il suffirait à l'homme d'être doué de raison pour proclamer, comme l'ont fait d'ailleurs certains païens, que Dieu est le Père de tous les êtres et que nous sommes, à un titre suréminent, ses enfants selon la nature.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:20 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 7:44 pm



Mais il est une autre filiation, bien plus éminente, nous l'avons déjà vu, que Dieu, dans sa bonté, a voulu nous accorder.

Filiation non plus naturelle, cette fois, mais de libre choix, d'adoption et d'essence supérieure à la nature.

Cette filiation, c'est sa grâce qui la confère. Le baptême en constitue l'acte initial et générateur, et l'état de grâce qui en résulte fait de nous les enfants de Dieu, non plus seulement comme ses créatures, mais comme participant à la vie même de Dieu : divinae consortes naturae, dit saint Pierre ( II, I, 4 ); nous devenons dès lors les héritiers de son bonheur et de sa gloire, si autem filii, et haeredes, écrit de son côté saint Paul : en tant que fils, nous sommes ses héritiers ( Rom., VIII, 17 ).

Nous disons que la filiation surnaturelle est plus éminente que l'autre. Selon l'ordre naturel, en effet, nous sommes enfants de Dieu en vertu de notre absolue dépendance à son égard et, en réalité, au même titre que les autres créatures sorties de ses mains divines, bien qu'il ait usé à notre égard d'une libéralité toute spéciale en nous donnant l'intelligence et la volonté, qui nous confèrent une ressemblance plus complète avec lui.

Dans l'ordre surnaturel, au contraire, nous ne sommes plus seulement des créatures de choix, mais, comme nous venons de le dire, les enfants même de Dieu : ut filii Dei nominemur et simus ( I Jo., III, I ).

Etre les enfants de Dieu, à la fois par nature et par grâce, quel sujet de légitime fierté et de joyeux entrain ! Ne trouvez-vous pas ?

Malheureusement notre conduite à cet égard prouve bien que nous ne prenons guère au sérieux l'affirmation du divin Maître.

Trop souvent ce nom de Père, appliqué à Dieu, ne semble être, aux yeux des chrétiens même les plus pieux, qu'une appellation plus ou moins poétique, dépouillée de son sens réel et profond, une pieuse exagération, destinée à modérer la peur de Dieu, une épithète sentimentale qui fait belle figure dans une formule de prière. Ils y voient une sorte de flatterie adressée à Dieu, plutôt que l'expression d'une vérité à vivre.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:21 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 9:31 pm



Origine des idées contraires.


D'où vient cette erreur ?

Peut-être de la tendance qu'a toute autorité ici-bas à faire de Dieu son auxiliaire dans le gouvernement des hommes. La tendance à substituer au Dieu-Père  le Dieu-gendarme se retrouve partout. Le langage de la maman qui, pour avoir raison de bébé, lui dit à propos d'un rien : « Prends garde ! Dieu va te mettre en enfer », ce langage ne diffère pas essentiellement de celui de Mahomet quand il voue à la géhenne tous ceux qui ne croient pas au Coran.

Seule, l'autorité suprême et infaillible est à l'abri des excès où peut mener cette tendance. Mais les docteurs subalternes n'y échappent pas toujours.

De fait, à force d'insister, en vue d'éloigner les chrétiens de tout mal, sur la perspective des châtiments qui attendent les coupables, n'a-t-on pas souvent dépassé le but et habitué les âmes à voir en Dieu non plus le Père qu'avait montré Jésus, mais uniquement le juge redoutable qui nous attend au terme de la vie ?




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:22 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 9:54 pm



Le jansénisme n'est pas mort.


Et cette vie, s'est-on assez évertué à la montrer, coûte que coûte, coupable et criminelle ? Si l'on en croit certains orateurs en mal d'effets puissant sur leurs auditoires, les âmes même les plus ferventes sont perpétuellement exposées à froisser de mille manières le Témoin divin de toutes nos actions, témoin irritable et chatouilleux qui, d'après eux, ne laisse rien passer à ses pauvres créatures, et qui, plus exigeant que le plus accariâtre des maîtres d'ici-bas, est toujours à l'affût du moindre écart pour en réclamer un compte inexorable ?

N'est-il pas écrit - toujours d'après eux, car cela ne se trouve écrit nulle part dans les Saints Livres - que « le juste tombe au moins sept fois par jour » ?

Oh ! le jansénisme n'est pas mort, surtout ce jansénisme antérieur à Jansénius et qui est un état d'âme plus qu'une doctrine.

Nous savons qu'il avait ses représentants dès le temps des apôtres et jusqu'au fond des catacombes.

C'est lui qui, inconsciemment et partout, tend à rendre plus dure la doctrine du divin Maître, et je n'hésite pas à dire qu'il a saboté - qu'on me passe ce terme - la notion de Dieu-Père, et qu'il est peut-être un des plus puissants auxiliaires de la déchristianisation des foules.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:24 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 10:00 pm



Justice n'est pas synonyme de sévérité.


La justice est un attribut de Dieu au même titre que la sagesse et la bonté. C'est pourquoi le péché, qui méprise la filiation divine et fait préférer la créature au Créateur, doit être réparé ou châtié. Dans sa bonté paternelle, l'Homme-Dieu en a pris sur Lui la réparation, ne demandant de notre part que le repentir et, quand elle est possible, une légère pénitence qui s'appelle la confession. Pouvait-il y avoir justice plus paternelle ?

Oui, quoique Père, Dieu est juste, juste infiniment. Disons mieux : il est parfaitement juste. Or, parfaite justice n'est nullement synonyme d'extrême sévérité. Au contraire : qui dit sévérité dit tendance à dépasser les limites de la justice, à la violer pour satisfaire un penchant personnel. A tout prendre, la sévérité c'est l'inclination à ne pas tenir compte des circonstances atténuantes, tandis que la justice vraie en tient un compte scrupuleux.

Dieu est juste : il rendra à chacun selon ses oeuvres; il ne permettra pas que l'iniquité reste triomphante, il ne refusera à personne les compensations que réclame l'équité.

Mais sa justice sera celle d'un père.

Or, ce qui distingue un père, ce n'est pas la rigueur, c'est la bonté, l'amour, l'indulgence, le désir sincère et efficace de rendre heureux ses enfants.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:25 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Mer 24 Juin 2009, 11:05 pm



Le triomphe de la bonté divine est assuré.

Aussi, soyons assurés que l'amour trouvera au jour du jugement de beaux triomphes, triomphes inattendus pour les rigoristes, mais pressentis par les enfants de Dieu.

Car l'oeuvre d'un père n'est point une oeuvre de douleur.

Et quand ce père est tout-puissant et qu'il s'appelle Dieu - le bon Dieu -, cette oeuvre ne saurait être une oeuvre avortée, vouée au malheur, une oeuvre de mort où la souffrance éternelle l'emporte sur la joie, car quelles que soient les ruses de son ennemi, comme cet ennemi ne peut rien sans sa permission, la victoire la plus éclatante est assurée au Père.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:26 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Diane + R.I.P Jeu 25 Juin 2009, 9:42 am

Roger a écrit:.

Le triomphe de la bonté divine est assuré.


Aussi, soyons assurés que l'amour trouvera au jour du jugement de beaux triomphes, triomphes inattendus pour les rigoristes, mais pressentis par les enfants de Dieu.


Comme le disait si bien Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus «c'est l'Amour seul qui compte» ! flower
Diane + R.I.P
Diane + R.I.P

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 10:09 am


CHAPITRE VI


PREMIERE CONSÉQUENCE PRATIQUE : TRAITER DIEU COMME UN PÈRE



Diliges Dominum Deum tuum ex toto corde tuo : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur ( Matth., XXII, 37 )


Quel sentiment un père veut-il voir dominer en son enfant ?


Nous disions tantôt que la plupart des fidèles ne semblent pas prendre au sérieux l'affirmation du Christ appelant Dieu notre Père.

Leurs actes, en effet, sont trop souvent en contradiction avec la croyance à la paternité divine; leur attitude devant Dieu, leurs sentiments à son endroit sont l'attitude et les sentiments non d'un enfant à l'égard de son père, mais plutôt d'un esclave devant son maître ou d'un accusé devant son juge.

Quels sont les sentiments qu'un père veut trouver dans le coeur de son enfant ? Quel est celui qu'il y veut voir dominer tous les autres ?




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:27 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 2:38 pm



La crainte ?


Est-ce la crainte ?

Non, certes. La crainte peut bien être utile à l'enfant à certaines heures mauvaises de sa vie, et alors le père trouve en elle une ressource pour assurer le bonheur de son fils ou pour l'éloigner du malheur. Mais la crainte n'est qu'un remède adapté à des circonstances exceptionnelles, elle reste le signe distinctif de l'esclave.

Quel père ne serait attristé de voir son fils habituellement timide et craintif en sa présence ? de savoir que son souvenir le fait trembler ? de constater que l'enfant n'ose pas même lever les yeux franchement vers lui de peur d'y découvrir de la colère ou des reproches ?

Cette attitude serait intolérable aux yeux d'un père de la terre, comment admettre qu'elle puisse être agréable à notre Père du ciel ?

Sans doute, la crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse; mais elle n'en est que le commencement, c'est-à-dire le premier pas dans la voie de la perfection, et Dieu ne veut point que le chrétien s'arrête à ce premier pas. S'il proclame « heureux l'homme qui craint le Seigneur », il s'explique aussitôt sur le sens de ces paroles en ajoutant : « et qui se complaît - volet nimis - dans l'observation de sa loi ».

D'ailleurs, si par impossible Dieu ne nous demandait que de vivre dans une crainte perpétuelle à son égard, nous serions bien tentés, pour notre part, de considérer comme une sorte de mystification ce titre de père qu'il revendique; car, en le prenant, il l'aurait dépouillé de son sens le plus noble et le plus consolant, celui que manifestement Jésus y attachait. Ce nom de père serait un contre-sens.

Dieu se serait plutôt fait appeler le Redoutable.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:28 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 7:24 pm




Le respect


Il s'agit de savoir non pas si un fils doit respecter son père, - ce que nul ne met en doute, - mais bien si le respect est le sentiment qu'un père observe avec le plus de joie dans le coeur de son enfant.

Nous répondons catégoriquement non. Sans doute, tout père désire inspirer du respect à son fils.
Mais si le respect domine tous les autres sentiments, si l'enfant s'en trouve plutôt mal à l'aise devant son père, s'il estime celui-ci trop grand pour être sensible à son amour et à ses caresses, le respect devient une entrave à la vie du coeur, et il cesse de plaire à un père digne de ce nom.

Quelle apparence que Dieu, le plus parfait de tous les pères, - lui qui est amour et charité : Deus caritas est - n'exige de ses enfants que ces froids hommages que l'on rend à des grandeurs altières et insensibles ?

Non; si Dieu ne voulait nous inspirer que le respect, il n'eût pas pris le nom de Père; il se fût contenté de celui de Très-Haut ou de Tout-Puissant.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:29 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 7:34 pm



L'obéissance ?


Est-ce l'obéissance, la fidélité à la loi ?

Sans doute, c'est généralement à la perfection de son obéissance que l'on reconnait un bon fils; toutefois, l'obéissance seule, même l'obéissance unie à la crainte et au respect, ne suffit pas encore à contenter le coeur d'un père.

Quelque ponctuelle que soit la soumission d'un enfant à la volonté paternelle, quelque soignée que soit l'exécution des moindres ordres reçus, si l'enfant s'y porte avec un coeur indifférent et froid, par crainte ou par calcul, il agit en serviteur, non en enfant, et son père souffrira de ces dispositions imparfaites qui laisseront comme un vide dans son coeur.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:30 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 7:50 pm



L'amour ? Oui.


Que manque-t-il donc à l'enfant simplement respectueux et obéissant pour que son père mette en lui ses complaisances et y touve sa joie ?

Il lui manque l'amour filial. L'amour, voilà bien le caractère propre et distinctif de l'enfant : Diliges Dominum Deum.

Et qui dit amour filial dit ces trois choses : tendresse, confiance, familiarité. Tant que ces dispositions sont absentes du coeur de son enfant, le père ne connaît qu'imparfaitement les joies de la paternité.

Quand, au contraire, il les y trouve largement épanouies, il est au comble de ses voeux, et il se sent profondément heureux de pouvoir verser à son tour, sur cet enfant qui le mérite, tous les trésors de son amour paternel.

Un père veut être aimé. Il ne tient guère à être craint, car il sait que la crainte est non seulement pénible, mais inutile là où règne l'amour vrai; ou plutôt il sait qu'un amour tendre et fort engendre de lui-même une noble crainte : celle de déplaire à l'être aimé.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:31 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 8:54 pm



Dieu est vraiment un père pour l'homme.


Dieu est notre Père, et cela - nous ne saurions trop le répéter - non pas seulement de nom, mais en vérité par ses dispositions à notre égard et par celles qu'il exige de notre part.

Ces dispositions se résument d'un mot : l'amour.

Et ce mot n'est pas de nous; il est de saint paul : « Plenitudo legis dilectio : toute la loi de Dieu se ramène à l'amour » ( Rom., XIII, 10 ) .

Il est de saint Jean aussi ; « Deus charitas est, et qui manet in charitate in Deo manet : Dieu est amour, et celui qui aime demeure en Dieu » ( I Jo., IV, 16 ).

Il est du Christ lui-même, et le langage de Jésus me paraît saisissant. Il parle de Madeleine : la malheureuse a mené une vie de misère morale et de scandales retentissants. Mais, un jour, elle a rencontré le divin Maître et s'est attachée à lui. Les pharisiens la considèrent avec mépris. mais Jésus prend sa défense, et voici ses paroles : « Beaucoup de péchés lui sont remis parce qu'elle a beaucoup aimé. »

Voilà bien le coeur d'un père.

Cette conduite ne dut pas paraître bien orthodoxe aux yeux de ceux qui en furent témoins. Elle est paternelle et divine : c'est l'essentiel.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:32 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 9:21 pm



Conclusions.


Il est temps de tirer nos conclusions.

Dieu est notre Père; donc il nous aime et désire être aimé de nous : Diliges Dominum Deum tuum. Aimons-le de tout notre coeur : non seulement en paroles et en sentiments, mais en fuyant avec horreur ce qui lui déplaît et en accomplissant fidèlement sa sainte volonté.

Il est notre Père; donc il veut sincèrement notre bonheur. Ayons confiance en lui.

Il est notre Père; donc il se plaît en notre compagnie. Traitons-le avec une affecueuse familiarité.

Il est notre Père; donc il a pour nous des trésors d'indulgence que les théories du rigorisme ne doivent pas nous faire perdre de vue.

Il est notre Père; donc il a pitié de nos faiblesses et, au lieu de pencher vers la rigueur, il est porté à nous accorder le bénéfice de toutes les circonstances atténuantes.

Il est notre Père; donc il ne punit qu'autant que l'exige la strite justice; jamais au-delà.

Il est notre Père; donc nous l'outrageons en le supposant pointilleux, susceptible, impitoyable.

Il est notre Père; donc il s'intéresse à ce que nous faisons pour lui être agréable ; nos efforts et notre amour le touchent.

Il est notre Père; donc il aime à nous voir travailler de notre mieux sous son regard.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:33 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Jeu 25 Juin 2009, 9:48 pm



Il est mon Père, à moi; donc il est prêt à me secourir à chaque fois que je l'invoque, et s'il paraît ne pas m'entendre, c'est qu'il a, pour agir de la sorte, de fort bonnes raisons que je comprendrai un jour et que j'approuverai alors pleinement.

Il est mon Père ; donc je puis, après mes fautes, lui parler en toute simplicité pour lui dire mes regrets et mes désirs, et il ne convient en aucune façon d'attendre l'heure de la confession pour lui adresser mes excuses et lui demander pardon. La confession sera ma pénitence, mais l'enfant qui, après une faute, sait d'avance la pénitence qu'il doit accomplir n'attend pas, pour se réconcilier avec son père, jusqu'au jour fixé pour l'accomplissement de cette pénitence. - Oh ! que la conduite des chrétiens est souvent étrange sous ce rapport !

Il est mon Père ; je puis lui parler en toute confiance et sans cérémonie ; à toute heure et en tout lieu ; et j'aurais grand tort de ne lui adresser que des formules de prières apprises de mémoire, au lieu de laisser parler mon propre coeur, fût-ce même dans le patois le plus vulgaire, pourvu que mon langage traduise mieux les sentiments et les désirs de mon âme.

Nous pourrions ainsi continuer à tirer, le plus légitimement du monde, de l'affirmation du divin Maître une foule de conséquences pratiques et consolantes ; nous préférons laisser à nos lecteurs le soin de le faire d'une façon qui s'harmonise avec leurs besoins, leurs sentiments, leurs disposition personnelles.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:34 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Ven 26 Juin 2009, 7:41 pm



CHAPITRE VII


DEUXIÈME CONSÉQUENCE DE CETTE RUINE :
TRAITER LES HOMMES EN FRÈRES





Omnes enim vos frates estis : Vous êtes tous frères ( Matth., XXIII, 8 ) - Diliges proximum tuum sicut telpsum :Tu aimeras ton prochain comme toi-même ( Matth., XXII, 39 ).


La fraternité humaine.


Mais du fait de la paternité divine ne découlent pas seulement pour nous des devoirs d'amour et de confiance filiale envers Dieu lui-même.

Chacun de nous n'est pas un isolé dans la grande famille divine. Si je suis l'enfant de Dieu, ceux qui m'entourent le sont aussi. Par là même ils sont mes frères : mes frères en Dieu créateur, mes frères en Jésus rédempteur.

Notre Père commun ne peut être indifférent au sort d'aucun de nous, et si un enfant est, par sa faute, une cause de trouble ou de souffrance pour la famille ou pour quelqu'un de ses membres, le Père qui nous chérit tous ne saurait se trouver satisfait d'hommages rendus à lui-même, à moins que le coupable ne répare le mal fait à son frère.

Bien plus, un bon père voit dans son enfant comme un autre lui-même ; il jouit de ses joies, il souffre de ses chagrins, il triomphe de ses succès.

Ne nous étonnons donc pas d'entendre notre divin Maître nous dire : « Tout ce que vous faites au plus petit d'entre mes frères, c'est à moi que vous le faites » ( Matth., XXV, 40 ).

Rappelez-vous de la plainte, étrange à première vue, de Jésus à Saul sur le chemin de Damas : « Saul, Saul ! pourquoi me persécutes-tu ? - Qui êtes-vous, Seigneur ? répond l'interpellé. - Je suis, insiste la voix du Maître, Jésus que tu persécutes. »

Il ne dit pas : « Je suis celui dont tu persécutes les disciples. » Non : ce qu'on fait à ses disciples, c'est à Lui qu'on le fait : « Je suis celui que tu persécutes. » C'est doublement vrai quand on s'attaque à des chrétiens, car, en eux, c'est à la fois le Père qui est offensé dans la personne de ses enfants et le Chef du corps mystique qui souffre dans ses membres.




Dernière édition par Roger Boivin le Jeu 22 Oct 2015, 8:36 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Ven 26 Juin 2009, 8:06 pm

Rappelez-vous aussi le tableau si suggestif que Jésus fit un jour du jugement dernier. A droite, les élus; à gauche, les réprouvés; le Maître indique le motif de leur séparation et du sort si différent qui les attend. Ce motif, quel est-il ? C'est que les uns l'ont aimé et secouru, les autres non.

Mais comment aimer et servir ? car des millions et des milliards d'entre eux n'ont même jamais entendu prononcer le nom de Dieu ni celui de son Fils fait homme. N'importe : ils ont aimé leurs frères souffrants, et Dieu les récompense tout comme s'il avait été personnellement l'objet de leur amour et de leurs attentions délicates : « J'avais faim, j'avais soif, j'étais nu, malade, etc...»

De là deux conclusions grosses de conséquences pratiques : la première, déjà déduite ailleurs, c'est que Dieu m'aime vraiment comme son enfant, puisqu'il considère comme fait à lui-même le bien ou le mal qu'on me fait.

La seconde, c,est que je puis trouver Dieu non seulement dans mon coeur et mon esprit, mais mieux encore peut-être dans le prochain, en qui je puis et dois voir une personnification de Jésus, j'allais dire : une autre incarnation de Dieu, un substitut de Dieu.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Ven 26 Juin 2009, 8:15 pm

.

Conséquences pratiques.


Les conséquences qui découlent de là sont à la fois graves et consolantes.

La première, c'est que, dans une certaine mesure, je tiens entre mes mains non seulement le bonheur de mon prochain, que je puis augmenter par mes bons offices, mais encore le bonheur de notre Père du ciel qui considère comme fait à lui-même ce que je fais pour les autres; non pas que le bonheur de Dieu dépende de moi, mais Dieu entend me récompenser comme si c'était à lui que j'eusse procuré du bonheur.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Ven 26 Juin 2009, 8:47 pm

.

La charité contrepoids à nos misères.


Une seconde conséquence, c'est que, malgré la difficulté que j'éprouve à me recueillir, malgré mes aridités dans la prière, malgré ma froideur à l'égard de Dieu, dont peut-être la présence m'échappe sans cesse, j'ai le droit de garder intacte ma confiance en lui et de compter sur son amour paternel, pouvu que je m'applique à rendre service au prochain et à répandre du bonheur autour de moi.

Il en est du recueillement et de l'esprit de prière comme des autres facultés humaines; très développés chez les uns, ces dons le sont fort peu chez d'autres; et la grâce, en surnaturalisant les actes, ne modifie point, en général, les facultés dont ils émanent. A chacun d'orienter vers Dieu les dons qu'il en a reçus.

Si vous sentez profondément la présence divine en vous, honorez là le Père qui réclame votre amour. Priez, adorez, contemplez, sans toutefois négliger le moindre de vos devoirs.

Si, au contraire, vous n'éprouvez d'attrait que pour l'action, travaillez, mais de façon à vous rendre utile, à rendre heureux les autres; et vous aurez prié à votre façon, vous aurez contribué à la gloire de Dieu, vous aurez réjoui le coeur de votre Père céleste en servant ses enfants, vous aurez consolé Jésus en apportant du bonheur à ses disciples.

Par action, j'entends ici non seulement le travail matériel ou intellectuel, mais tout acte, parole, démarche, signe de bienveillance - fût-ce un simple sourire - capable de dissiper un chagrin, d'augmenter la joie, de réveiller l'espérance dans l'âme de vos frères.

Ce sont là comme autant de caresses prodiguées à notre Père du ciel, et qui lui sont réellement agréables.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

AVEC DIEU TOUJOURS - Page 2 Empty Re: AVEC DIEU TOUJOURS

Message  Roger Boivin Ven 26 Juin 2009, 9:03 pm

.


La charité source de joie et de force.



Troisième conséquence : Quelle ressource pour un pauvre que de pouvoir se dire : « Dieu usera envers moi de la mesure dont je me serai servi à l'égard d'autrui : si je suis doux, patient, condescendant, serviable envers lui, Dieu se montrera, à son tour, envers moi, doux, bienveillant, indulgent ( Matth., VII, 2 ). »

N'est-ce pas là, en effet, ce que signifie le prince des Apôtres quand il écrit : « Charitas operit multidunem peccatorum : la charité couvre la multitude des péchés ( Petr., IV, 8 ). » ?
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum