Un nouveau pas de la secte.

+2
Benjamin
gabrielle
6 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Un nouveau pas de la secte.

Message  gabrielle Mer 05 Mar 2014, 12:02 pm

Journal La Croix a écrit:

En exclusivité, le quotidien italien « Il Foglio » a publié samedi l’intégralité de cette intervention magistrale où le théologien allemand invite l’Église à un « changement de paradigme ».

Ce long exposé de deux heures, présenté à la demande du pape devant les cardinaux réunis en consistoire extraordinaire sur la famille, devait rester secret, jusqu’à sa publication par les éditions Queriniana. Seuls quelques extraits avaient filtré. Toutefois, samedi, le quotidien italien Il Foglio a publié dans son intégralité, en exclusivité, le discours magistral du cardinal Walter Kasper, dont la moitié est consacrée à l’épineuse question des divorcés remariés dans l’Église.

En préambule, le théologien allemand, très apprécié du pape qui lui avait demandé ce rapport introductif, précise vouloir « seulement poser des questions » : « Donner une réponse sera la tâche du Synode, en accord avec le pape ».

Reconnaissant l’ampleur des divorces, mais aussi « l’abîme qui s’est créé entre la doctrine de l’Église sur le mariage et la famille et les convictions vécues de nombreux chrétiens », il appelle l’Église à se garder d’une « image romantique irréaliste » du mariage. « L’Église n’est pas seule à être – comme l’a dit le pape François – un hôpital de campagne ; la famille elle aussi est un hôpital de campagne avec beaucoup de blessures à soigner et de larmes à essuyer ». Sa conviction : « Dieu peut écrire droit aussi avec des lignes courbes ».
Ajuster l’Évangile aux « signes des temps »


Fort de ce constat, le théologien invite l’Église catholique à un véritable « changement de paradigme » : « Nous devons, comme l’a fait le bon samaritain, considérer la situation aussi sous l’angle de celui qui souffre et demande de l’aide ».

Pour autant, il ne s’agit pas d’atténuer l’exigence évangélique : « L’indissolubilité d’un mariage sacramentel (…) fait partie de la tradition de foi contraignante de l’Église qui ne peut pas être abandonnée ou dissoute en faisant appel à une compréhension superficielle de la miséricorde à bas prix ». Comment, alors, articuler fidélité à la tradition et miséricorde à l’égard de ceux qui souffrent ?

Le cardinal Kasper rappelle que « l’Église des premiers siècles a, elle aussi, été confrontée à ces conceptions et des modèles de mariage et de famille très différents de ceux que Jésus avait prêchés ». Face à ces questions, les Églises locales avaient mis en place un droit coutumier ouvrant la voie à un chemin de pénitence pour les chrétiens vivant en secondes noces.( !!!!!) Pour le cardinal, il ne s’agit pas de calquer purement et simplement ces solutions passées au profit d’une « adaptation libérale », mais d’ajuster l’Évangile aux « signes des temps ».

Cinq conditions

Ce qui conduit le cardinal Kasper à développer cinq conditions permettant d’envisager un accès à la communion pour un divorcé remarié : « s’il se repent de son échec ; s’il a clarifié les obligations correspondant à son premier mariage, s’il est définitivement exclu qu’il revienne en arrière ; s’il ne peut pas renoncer, sans ajouter d’autres fautes, aux engagements qu’il a pris dans le cadre de son nouveau mariage civil ; si toutefois il s’efforce de vivre au mieux de ses possibilités son second mariage à partir de la foi et d’élever ses enfants dans la foi ; et enfin s’il a le désir des sacrements en tant que source de force dans sa situation. »

Cette voie, envisagée comme une « conversion », ne sera pas toutefois « une solution générale », pour « la grande masse », mais « la voie étroite », pour ceux qui sont « sincèrement intéressés par les sacrements ».

Le cardinal réfléchit également à une deuxième voie, plus classique, proposée aux divorcés remariés : la reconnaissance de nullité de mariage. Faisant valoir qu’on ne peut cantonner cette question hautement spirituelle et pastorale au champ juridique, il évoque l’idée que l’évêque puisse confier cette tâche à un prêtre possédant une expérience spirituelle et pastorale.

« La doctrine de l’Église n’est pas une eau stagnante »

Dans cette intervention qui n’a pas fait l’unanimité parmi les cardinaux, l’ancien président du conseil pontifical pour l’unité des chrétiens met en œuvre, de manière originale, la méthode herméneutique déployée par les pères du concile Vatican II pour les questions, à l’époque très épineuses, de l’œcuménisme ou de la liberté de religion.

Partant de ce paradoxe – ce qui doit donner de la lumière et de la force aux familles est devenu un poids, un « code juridique » –, il revisite la tradition des premiers siècles du christianisme pour « revenir à la source d’où a jailli la doctrine. » « La doctrine de l’Église n’est pas une eau stagnante, argumente-t-il, mais au contraire un torrent qui coule de la source de l’Évangile ».

De quoi annoncer un mini Vatican II sur la famille ? Le pape François, au lendemain de cette intervention, avait en tout cas salué cette « pensée sereine de la théologie ». Vendredi encore, dans son homélie à Sainte-Marthe, il invitait les pasteurs à se méfier de la casuistique et à ne pas condamner ceux qui font l’expérience de l’échec de leur couple.
Céline Hoyeau
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  gabrielle Mer 05 Mar 2014, 12:10 pm

Bergoglio ou l'impie sans limite

" Nous devons aussi ici être attentif au fait que l'amour ne manque pas ! Nous parlons trop du Christ comme célibataire : le Christ a épousé l'Eglise ! Et nous ne pouvons pas comprendre le Christ sans l'Eglise, et sans l'Église, nous ne pouvons pas comprendre le Christ. C'est le grand chef-d'œuvre de la Création. Que le Seigneur nous donne la grâce de comprendre cela et aussi la grâce de ne jamais tomber dans les attitudes casuistique des pharisiens, les docteurs de la Loi ". http://rorate-caeli.blogspot.com/2014/0 ... -2014.html

Les bas fonds du mépris et du blasphème.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Benjamin Mer 05 Mar 2014, 12:37 pm

Journal La Croix a écrit:Cette voie, envisagée comme une « conversion », ne sera pas toutefois « une solution générale », pour « la grande masse », mais « la voie étroite », pour ceux qui sont « sincèrement intéressés par les sacrements ».

Ce qui sous-entend que dans la plupart des cas, les fidèles de la secte se moquent de ses soi-disant "sacrements". Ça ne les "intéresse" même pas.
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Mer 05 Mar 2014, 12:57 pm

gabrielle a écrit:Bergoglio ou l'impie sans limite

" Nous devons aussi ici être attentif au fait que l'amour ne manque pas ! Nous parlons trop du Christ comme célibataire : le Christ a épousé l'Eglise ! Et nous ne pouvons pas comprendre le Christ sans l'Eglise, et sans l'Église, nous ne pouvons pas comprendre le Christ. C'est le grand chef-d'œuvre de la Création. Que le Seigneur nous donne la grâce de comprendre cela et aussi la grâce de ne jamais tomber dans les attitudes casuistique des pharisiens, les docteurs de la Loi ".  http://rorate-caeli.blogspot.com/2014/0 ... -2014.html

Les bas fonds du mépris et du blasphème.
 
On sent ici de sa part un relent d’impiété qui va s’accélérant depuis au moins le 13 mars 2013 (date de son "élection")…
 
Ca prend un front de beu pour parler ainsi.  A l’entendre parler, le Seigneur n’a jamais donné aucune grâce à quiconque depuis 2000 ans.

Par contre, la Secte va nous donner toutes les "grâces" nécessaires à la bonne "compréhension" des "ajustements de l’Évangile aux signes

des temps" et ainsi, éviter de "tomber dans les attitudes casuistiques" des opposants à la Secte… i.e. les catholiques...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Mer 05 Mar 2014, 1:27 pm

gabrielle a écrit:
Spoiler:
 
A la lecture du texte du "Cardinal" Kasper, on voit qu’il réchiflit au lieu de réfléchir…

Ils sont de plus en plus en manque d' "adeptes", dites donc !

Pour augmenter leur membership, ils tordent à ce point la Doctrine catholique qu’elle est devenue

un breuvage imbuvable, une bouillie impropre et mortelle.

Pensent-ils réellement augmenter leurs "fidèles" avec une telle concoction ?


…mais d’ajuster l’Évangile aux « signes des temps ».


Nous revoilà avec le leitmotiv du modernisme, de l’évolution, etc

dont les effets ont été condamnés depuis longtemps par plusieurs

Papes, lesquels sont taxés par la Secte comme ayant des "attitudes casuistiques".
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  gabrielle Mer 05 Mar 2014, 1:42 pm

Il y avait un article ce matin dans Urbi et Orbi qu'on pouvait retrouver sur le Net en entier, je l'ai zappé par erreur.

Ce texte contenait les 5 points de Kasper.. le but est d'admettre les divorcés remariés à la communion sacramentel, sous certaines conditions de pénitence excluant le changement de vie.

Si je retrouve , je le posterai.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  gabrielle Mer 05 Mar 2014, 1:54 pm

Le discours du cardinal Kasper, président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, ouvrant le consistoire sur la famille de février devait rester secret. Le quotidien italien Il Foglio l'a rendu public. Et c'est un véritable coup d'accélérateur qui a été donné à l'épineuse question de l'accès à la communion pour les divorcés remariés. Même si Kasper déclare souhaiter seulement « poser des questions, en (se) bornant à indiquer l’orientation des réponses possibles » et martèle que « donner une réponse sera la tâche du synode, en accord avec le pape », il affirme le besoin d'un « changement de paradigme », c'est à dire de « considérer également la situation dans la perspective de ceux qui souffrent et demandent de l’aide ».

Multipliant les références à Joseph Ratzinger, exceptionnellement sorti de l'ombre pour être présent lors du consistoire de février, il a cité l'exemple des Eglises d'origine où, après un temps de pénitence, les divorcés remariés pouvaient communier. A un an du synode sur la famille (octobre 2014), alors que chacun fait valoir sa conception des choses au risque de créer la confusion, la réflexion du cardinal Kasper est d'autant plus importante que le pape l'a saluée en des termes très élogieux : « Il est agréable de lire de la théologie sereine. Et j’y ai également trouvé ce dont saint Ignace nous parlait, ce “sensus Ecclesiæ“, l’amour pour notre Mère l’Église. Cela m’a fait du bien et cela m’a donné une idée – excusez-moi, éminence, si je vous fais rougir – mais l’idée est que cela s’appelle “faire de la théologie à genoux“. » Voici les points principaux de sa réflexion, dont Chiesa Espresso a donné une traduction en français.

Une situation semblable à celle du dernier concile

« Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation semblable à celle du dernier concile, a-t-il affirmé. Déjà à ce moment-là, il y avait, par exemple à propos de la question de l’œcuménisme ou de celle de la liberté de religion, des encycliques et des décisions du Saint-Office qui paraissaient exclure d’autres voies. Le concile, sans violer la tradition dogmatique contraignante, a ouvert des portes. On peut se demander s’il n’y a pas également, pour la question dont nous parlons, la possibilité d’un nouveau développement ».


Indissolubilité du mariage

« (L'Eglise) ne peut pas proposer une solution différente ou contraire à ce qu’a dit Jésus. L’indissolubilité d’un mariage sacramentel et l’impossibilité de contracter un nouveau mariage tant que l’autre partenaire est vivant fait partie de la tradition de foi contraignante de l’Église qui ne peut pas être abandonnée ou dissoute en faisant appel à une compréhension superficielle de la miséricorde à bas prix. »

Complémentarité entre voie juridique et pastorale

« Selon le droit canonique, l’évaluation est une tâche qui incombe aux tribunaux ecclésiastiques. Étant donné que ceux-ci ne sont pas "jure divino", mais qu’ils se sont développés au cours de l’histoire, on se demande quelquefois si la voie judiciaire doit être le seul moyen à utiliser pour résoudre le problème ou s’il ne serait pas possible de recourir à d’autres procédures plus pastorales et plus spirituelles. De manière alternative, on pourrait envisager que l’évêque puisse confier cette tâche à un prêtre possédant une expérience spirituelle et pastorale en tant que pénitencier ou vicaire épiscopal. Indépendamment de la réponse à donner à cette question, il convient de rappeler le discours adressé par le pape François, le 24 janvier 2014 aux dirigeants du tribunal de la Rote Romaine, dans lequel il a affirmé que la dimension juridique et la dimension pastorale ne sont pas en opposition. »

Chemin de pénitence

« Ne chercher la solution du problème que dans un généreux élargissement de la procédure de nullité du mariage serait une erreur. On ferait ainsi naître la dangereuse impression que l’Église procède de manière malhonnête pour accorder ce qui, en réalité, est un divorce. (…) L’Église des débuts nous fournit une indication qui peut aider à sortir de ce dilemme et à laquelle le professeur Joseph Ratzinger avait déjà fait allusion en 1972. (…) Dans chaque Église locale il existait un droit coutumier en vertu duquel les chrétiens qui vivaient une seconde union alors même que leur premier partenaire était encore en vie avaient à leur disposition, après un temps de pénitence, non pas un second mariage, mais plutôt, à travers la participation à la communion, une planche de salut.»

Le retour à l'Eglise des débuts

« Il est indubitable que, dans l’Église des débuts, beaucoup d’Églises locales, en vertu d’un droit coutumier, pratiquaient, après un temps de repentir, la tolérance pastorale, la clémence et l’indulgence. Il faut peut-être également inclure dans le contexte de cette pratique le canon 8 du concile de Nicée (325), tourné contre le rigorisme de Novatien. Ce droit coutumier est expressément signalé par Origène, qui ne le juge pas déraisonnable. De même Basile le Grand, Grégoire de Nazianze et quelques autres y font référence. Ils expliquent le “pas déraisonnable” par l’intention pastorale d’“éviter le pire”. (…) J. Ratzinger a suggéré de reprendre d’une manière nouvelle l’opinion de Basile. Il semble que ce soit une solution appropriée, qui est également à la base des réflexions que je vous livre aujourd’hui. Nous ne pouvons pas faire référence à l’une ou l’autre interprétation historique, qui reste toujours sujette à controverse, pas plus que nous ne pouvons reproduire simplement les solutions de l’Église des débuts dans notre situation présente, qui est complètement différente. Cependant, dans la situation actuelle changée, nous pouvons en reprendre les concepts de base et chercher à les concrétiser aujourd’hui, d’une manière juste et équitable à la lumière de l’Évangile. »

Eviter le pire

« Cette voie possible ne serait pas une solution générale. Ce n’est pas la voie large de la grande masse, mais plutôt la voie étroite de la partie probablement la plus petite des divorcés remariés, sincèrement intéressée par les sacrements. Ne faut-il pas éviter le pire précisément sur ce point ? En effet, lorsque les enfants des divorcés remariés ne voient pas leurs parents s’approcher des sacrements, d’habitude ils ne trouvent pas non plus le chemin vers la confession et vers la communion. Est-ce que nous ne prendrons pas en compte le fait que nous perdrons aussi la génération suivante et peut-être même celle qui viendra ensuite ? Est-ce que notre pratique confirmée ne se montre pas contreproductive ? »

http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/sur-les-divorces-remaries-la-theologie-sereine-du-cardinal-kasper-03-03-2014-50491_16.php

Un coup de veine!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Mer 05 Mar 2014, 2:43 pm

.
Merci Gabrielle.

Voyez comment la Secte "traite" le cas des divorcés-remariés…

Vous verrez dans peu de temps qu’elle "traitera" celui des homosexuels de la même manière…
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Louis Mer 05 Mar 2014, 5:50 pm

J'emprunte cette info de Gabrielle, à propos de Kasper :  Wink 

https://messe.forumactif.org/t1996-kasper-le-blasphemateur#37246


gabrielle a écrit:1967 il écrit

«Un Dieu qui trône comme un être immuable au-dessus du monde et de l'histoire, est une provocation pour l'homme d'aujourd'hui. Il faut le nier à cause de l'homme, parce qu'il réclame pour lui la dignité et l'honneur qui reviennent en soi à l'homme. Or, il faut se défendre contre un tel Dieu, non seulement pour l'amour des hommes, mais aussi pour l'amour de Dieu.. .Car un Dieu qui se trouve simplement près de l'histoire et au-dessus d'elle répond à la vision d'un monde rigide, il est un ennemi des nouveautés, (cf Collection « Gott heute »= Dieu aujourd'hui, cit. selon le P. Schmidberger, « Mitteilungen der Priesterbruderschaft St. Pius X. ; juillet 2003).

Qui soutiendra que ces hommes ne sont pas des hérétiques!

Seulement les insensés ou les aveugles volontaires

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14958
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Mer 05 Mar 2014, 8:19 pm

.
 Pour plus d'info sur Kasper le blasphémateur:
 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Kasper
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  gabrielle Ven 07 Mar 2014, 10:59 am

Canon VIII Concile de Nicée, encoure une fois c'est du brigandage de la part des usurpateurs,

Canon VIII

Le Saint et grand Concile veut, que ceux qui se donnent le nom de "Pur', s'ils avaient déjà reçu l'imposition des mains, ils demeurent dans le clergé.  Mais il ordonne qu'avant toutes choses, ils déclarent par écrit, qu'ils se soumettent aux décrets de l'Église Catholique et  Apostolique; c'est – dire à communiquez avec les bigames  et avec ceux qui sont tombés durant la persécution, dont on a déterminé et réglé la Pénitence; afin qu'ils se conforment en tout aux ordres de l'Église Catholique. (…)

Je mettrai la note qui concerne les bigames, mais en aucun temps, il n'est question des rester dans cet état et de recevoir la Sainte Communion.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Ven 07 Mar 2014, 12:19 pm

.
Complément d’information sur le "Cardinal" Kasper et les divorcés-remariés :


01 mars 2014

L’ambiguïté comme enseignement


François cultive l’ambiguïté comme aucun pape avant lui : il fait de l’ambiguïté un art oratoire. Souvent son propos paraît a priori hétérodoxe, et quand on regarde de plus près on s’aperçoit qu’on peut aussi lui donner un sens catholique, ce qui le plus souvent conduit à ne pas le commenter, puisqu’il convient de laisser au pape le bénéfice du doute…


Cette ambiguïté vient généralement d’une omission : or, omettre un élément, ce n’est pas nier cet élément. Quoiqu’on puisse pécher par omission… Cela est à mettre en rapport avec l’un des propos récurrents de François sur le fait que « la doctrine est connue » et qu’on ne va pas passer son temps à la répéter, parce qu’il faut « aller de l’avant ». Or la doctrine n’est plus connue du tout, et aller de l’avant dans ces conditions c’est aller nulle part, ou dans le fossé.


A des religieux latino-américains, en juin dernier, François avait même dit qu’ils ne devaient pas se préoccuper d’être en accord avec la doctrine : « Peut-être que vous recevrez même une lettre de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Mais ne vous inquiétez pas, expliquez ce qu'il y a à expliquer et allez de l'avant ! »


Il ne s’agit même plus de privilégier une pastorale hasardeuse par rapport à l’orthodoxie doctrinale, mais de suivre une praxis, dans l’acception marxiste-léniniste du terme.


François a donné hier un exemple particulièrement spectaculaire de cette ambiguïté, dans son homélie quotidienne. Spectaculaire à cause du sujet dans le contexte actuel : le mariage, et « l’échec » du mariage… Radio Vatican l’a bien compris, qui a donné semble-t-il la totalité du texte de l’homélie, au lieu du canevas habituel orné de citations.


Voici le propos crucial (en respectant la syntaxe très… particulière du pape) : « Quand on laisse son père et sa mère pour s’unir à une femme, ne faire qu’une seule chair et aller de l’avant et que cet amour échoue, nous devons écouter la douleur de l’échec, accompagner ces personnes qui ont subi cet échec de leur propre amour. Ne pas condamner ! Marcher de l’avant avec eux ! Et ne pas faire de casuistique avec leur situation.»


Il convient de souligner que le pape ne fait pas ici de la sociologie. Il ne parle pas du mariage civil. Il commente l’évangile de saint Marc : 10, 1-12. Or, comme cela a été aussitôt relevé par le blog Rorate Caeli, il « oublie » de reprendre et de commenter ce qui est au cœur de la doctrine de l’Eglise sur la question et au cœur des débats actuels, et qui est un propos du Christ Fils de Dieu Verbe incarné : celui qui divorce et se remarie est un adultère, celle qui divorce et se marie avec un autre est une adultère. Ce sont les deux derniers versets.


On omet donc cette sentence, et l’on ne parle que d’« échec de l’amour », on souligne comme d’habitude qu’il ne faut pas condamner et qu’il faut aller de l’avant, sans parler une seule fois de “sacrement”, du sacrement de mariage et de ce qu’il implique, notamment quant à « l’amour ».


Le propos aux religieux latino-américains s’applique ici parfaitement. A ceci près que la réaction de la congrégation pour la doctrine de la foi n’est pas une possibilité à venir, mais une réalité concrète : à deux reprises le préfet de la congrégation a fermement rappelé la doctrine intangible.


Et voici le pape qui fait une homélie sur le sujet, et qui omet ce que le Christ en dit. En bref, et l’on a déjà entendu cela en plusieurs occasions, on connaît la doctrine (que l’on ne rappellera pas), mais il faut faire preuve de miséricorde.


On met la vérité entre parenthèses, au nom d’une miséricorde… qui est une imposture.


Car la miséricorde sans la vérité est un mensonge. Ce n’est pas pour rien que 20 fois dans le psautier les mots “vérité” et “miséricorde” sont étroitement associés. Car “vérité” et “miséricorde” sont, ensemble, indissolublement, le résumé de toutes les voies du Seigneur (psaume 24).


On s’achemine donc, dans l’affaire dite des « divorcés remariés », vers une mise entre parenthèses de la doctrine (qui est « connue », et qui restera intacte dans son tiroir) et une mise en œuvre de la « miséricorde » qui permet de faire tout ce que l’on veut (ce qui est déjà le cas dans nombre de diocèses), car « qui suis-je pour juger ? », et « il ne faut pas condamner ».


Mais la doctrine dont on (ne) parle (pas) n’est pas un livre poussiéreux, c’est la vérité, donc l’accès au Royaume ; et la prétendue « miséricorde » que l’on met seule en avant occulte la voie et la rend impraticable.


Cela dit sans préjuger de l’action du Saint-Esprit au moment des décisions.
——————
Addendum
François avait demandé au cardinal Kasper de faire un exposé sur la famille lors du consistoire. On sait que François est en « syntonie » avec Kasper, particulièrement sur le thème de la « miséricorde ». L’exposé du cardinal Kasper ne devait pas être publié. Ce qui est aujourd’hui mission impossible. Donc Il Foglio s’est procuré le texte et l’a publié. Avec un commentaire, ou plutôt une réplique, de Roberto de Mattei, dont Benoît et moi nous donne la traduction (1 et 2)*. Il n’y a dans tout cela aucune révélation, puisqu’il y a longtemps que l’hétérodoxe cardinal Kasper est notamment pour l’accès à l’eucharistie des « divorcés remariés », mais seulement une confirmation qu’on va vers une occultation de la doctrine catholique, ou plutôt de la Parole de Dieu, au nom d’une praxis prétendument miséricordieuse, comme le pape lui-même en a donné un exemple clair dans cette homélie.
(Sandro Magister publie une traduction en français de l'essentiel du propos du cardinal Kasper sur les divorcés remariés.)


http://yvesdaoudal.hautetfort.com/

gras ajoutés.
 
*(1)   http://benoit-et-moi.fr/2014-I/actualites/la-revolution-culturelle-du-cardinal-kasper-i.html
 
  (2)     http://benoit-et-moi.fr/2014-I/actualites/la-revolution-culturelle-du-cardinal-kasper-ii.html
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Ven 07 Mar 2014, 1:52 pm

La différence entre le protestantisme et le modernisme, c'est que le protestantisme rejeta carrément la doctrine catholique, tandis que le modernisme lui, c'est en usant d'astuce de langage, par glissement de la doctrine ; tout est dans le dégradé ; et la courbe est si peu apparente ou pas du tout au début, qu'en bout de ligne on en est tout à l'opposé.

On ne peut s'attendre avec les modernistes  qu'à une apparence venimeuse de doctrine catholique.


Dernière édition par roger le Ven 07 Mar 2014, 2:18 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Ven 07 Mar 2014, 1:59 pm

,
Exactement Roger !  J'aime mieux un beau dégradé en peinture par exemple, que les astuces

et glissements dégradants, pour ne pas dire plus, des modernos et autres du même acabit.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Ven 07 Mar 2014, 3:53 pm


Cette situation d'infidélité ou perversion conjugale, dont l'ampleur semble sans précédant aujourd'hui, a été provoquée par qui au fait, sinon par les ennemis jurés de l'Église catholique, sous ce  revêtement trompeur, qui donne l'apparence catholique, qu'est le Modernisme.

Voyez Mgr de Ségur dans son opuscule LA RÉVOLUTION :


Quelles sont les armes ordinaires de la Révolution.

Elle l'a dit elle-même et elle l'a prouvé maintes fois : « Pour combattre les princes et les bigots, tous les moyens sont bons ; tout est permis pour les anéantir : la violence, la ruse, le feu, le fer, le poison et le poignard : la fin sanctifie les moyens » ( Lettre d'an révolutionnaire d'Allemagne à un franc-maçon. ).  Elle se fait tout à tous pour gagner tout le monde à sa cause. Afin de pervertir les chrétiens, afin de nous ravir le sens catholique, elle se sert de l'éducation qu'elle fausse ; de l'enseignement qu'elle empoisonne ; de l'histoire, qu'elle falsifie ; de la presse, dont elle fait l'usage que chacun sait ; de la loi, dont elle prend le manteau ; de la politique, qu'elle inspire ; de la religion elle-même, dont elle prend parfois les dehors pour mieux séduire les âmes. Elle se sert des sciences, qu'elle trouve moyen d'insurger contre le Dieu des sciences ; elle se sert des arts, qui deviennent, sous sa mortelle influence, la perte des mœurs publiques et la déification de la volupté.

Pourvu que Satan atteigne son but, peu lui importent les moyens. Il n'est pas si délicat qu'on pense, et ses amis ne le sont pas non plus.

On peut le dire cependant, le principal caractère des attaques de la Révolution contre l'Église, c'est l'audace dans le mensonge. C'est par le mensonge qu'elle ébranle le respect de la Papauté, qu'elle vilipende nos Évêques et nos prêtres, qu'elle bat en brèche les institutions catholiques les plus vénérables et qu'elle prépare la ruine de la société. Par le mensonge cynique et persévérant, la Révolution fascine et séduit les masses toujours peu instruites et peu habituées à suspecter la bonne foi de ceux qui leur parlent. Sur mille hommes qu'elle parvient à séduire, neuf cent quatre-vingt-dix-neuf sont victimes de cette tactique odieuse. Malheur à elle ! malheur aux séducteurs des peuples, qui mettent au service dû mensonge l'énergie que Dieu leur a donnée pour servir la société ! Fils de la Révolution, ils ne craignent pas d'appeler mal ce qui est bien, d'appeler bien ce qui est mal. Sur eux tombe le terrible anathème : Vae qui dicitis malum honum, et bonum malum !  Vae genti insurgenti super genus meum ! Malheur à la race qui s'attaque à mes enfants ! »

Mais est-il bien vrai que la Révolution soit aussi perverse ? Est-il vrai qu'elle conspire ainsi contre Dieu et les hommes ? Écoutez ses propres aveux, écoutez ses projets dignes de l'enfer ?

http://archive.org/stream/larvolution00sggoog#page/n38/mode/2up


La corruption." Ecoutons ici des aveux plus effrayants encore :

« Nous sommes trop en progrès pour nous contenter du meurtre. A quoi sert un homme tué ? N'individualisons pas le crime ; afin de le grandir jusqu'aux proportions du patriotisme et de la haine contre l'Église, nous devons le généraliser. Le Catholicisme n'a pas plus peur d'un stylet bien acéré que les monarchies ! Mais ces deux bases de l'ordre social peuvent crouler sous la corruption : Ne nous lassons donc jamais de corrompre. Il est décidé dans nos conseils que nous ne voulons plus de chrétiens; donc, popularisons le vice dans les multitudes. Qu'elles le respirent par les cinq sens, qu'elles le boivent, qu'elles s* en saturent, Faites des cœurs vicieux et vous n'aurez plus de catholiques. »(Théorie de la Haute-Vente ; lettre de Vindice à Nubius.). Quel éloge pour l'Église !

« Épargnons les corps, mais tuons l'esprit. C'est le moral qu'il nous importe d'atteindre ; c'est donc le cœur que nous devons blesser. C'est par principe d'humanité politique que je crois devoir proposer ce moyen. » ( Le chef de la Haute-Vente. )

A l'occasion de la mort publiquement impénitente de deux de ses agents, exécutés à Rome, le chef de la Haute-Vente ajoute : « Leur mort de réprouvés a produit un magique effet sur les masses. C'est une première proclamation des Sociétés secrètes, et une prise de possession des âmes. Mourir sur la place du Peuple, à Home, dans la cité-mère du catholicisme, mourir franc-maçon et impénitent, c'est admirable ! »

« Infiltrez le venin, dam les cœurs choisis, » écrit un autre de ces démons incarnés ; « infiltrez-le à petites doses et comme par hasard ; vous serez étonnés vous-mêmes de votre succès. L'essentiel est d'isoler l'homme de sa famille, de lui en faire perdre les mœurs. Il est assez disposé» par la pente de son caractère, à fuir les soins du ménage, à courir après de faciles plaisirs et des joies défendues. Il aime les longues causeries du café, l'oisiveté des spectacles. Entrainez-le, soutirez-le ; donnez-lui une importance quelconque ; apprenez-lui discrètement à s'ennuyer de ses travaux journaliers. Par ce manège, après l'avoir séparé de sa femme et de ses enfants, après lui avoir montré combien sont pénibles tous les devoirs, vous lui inculquerez le désir d'une autre existence. L'homme est.né rebelle ; attisez ce désir de rébellion jusqu'à l'incendie ; mais, que l'incendie n'éclate pas. C'est une préparation à la grande œuvre que vous devez commencer. »

« Pour cette grande œuvre, » nous dit l'avocat logique de la cause révolutionnaire, « il faut une conscience large que n'effarouchent point à l'occasion une alliance adultère, la foi publique violée, les lois de l'humanité foulées aux pieds. »

La Haute-Vente résume elle-même cet infernal complot : «  C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Église au tombeau. Pour abattre le Catholicisme, nous dit-on, il faudrait d'abord supprimer la femme. Soit ; mais, ne pouvant supprimer la femme, corrompons-la avec l'Église. Corruptio optimi pessima. Le but est assez beau pour tenter des hommes tels que nous. Le meilleur poignard pour frapper l'Êglise au cœur, c'est la corruption, A l'œuvre donc, jusqu'à la fin. »

http://archive.org/stream/larvolution00sggoog#page/n50/mode/2up



La corruption de la jeunesse et du clergé. — Les « cœurs choisis »  que la Révolution recherche de préférence, ce sont les jeunes gens et les prêtres ; elle ose même aspirer jusqu'à former un Pape.

« C'est à la jeunesse qu'il faut aller ; c'est elle qu'il faut séduire, elle que nous devons entraîner, sans qu'elle s'en doute, sous nos drapeaux. Que tout le monde ignore votre dessein ! Laissez de côte la vieillesse et l'âge mûr, allez à la jeunesse, et, s'il est possible, jusqu'à l'enfance. N'ayez jamais pour elle un mot d'impiété ou d'impureté ; gardez-vous-en bien, dans l'intérêt de la cause. Conservez toutes les apparences de l'homme grave et moral. Une fois votre réputation établie dans les collèges, dans les gymnases, dans les universités, dans les séminaires, une fois que vous aurez capté la confiance des professeurs et des étudiants, attachez-vous principalement à ceux qui s'engagent dans la milice cléricale. Excitez, échauffez ces natures si pleines d'incandescence et de patriotique orgueil. Offrez-leur d'abord, mais toujours en secret, des livres inoffensifs, puis, vous amenez peu à peu vos disciples au degré de cuisson voulu. Quand, sur tous les points à la fois, ce travail de tous les jours aura répandu nos idées comme la lumière, vous pourrez apprécier la sagesse de cette direction.

« Faites-vous une réputation de bon catholique et de patriote pur. Cette réputation donnera facilement accès à nos doctrines parmi le jeune clergé comme au fond des couvents. Dans quelques années, ce jeune clergé aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions ; il gouvernera, il administrera, il jugera, il formera le conseil du Souverain ; il sera appelé à choisir le Pontife qui devra régner, et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus ou moins imbu des principes italiens et humanitaires que nous allons mettre en circulation. Pour atteindre ce but, mettons au vent toutes nos voiles (1). »


« Nous devons faire l'éducation immorale de  l’Église, et arriver, par de petits moyens bien  gradués, quoique assez mal définis, au triomphe de l'idée révolutionnaire par un Pape.  Ce projet m'a toujours paru d'un calcul sur humain. » (Nubius à Volpe)

Surhumain, en effet, car il vient on droite ligne de Satan. Le personnage qui se cache sous le nom de Nubius décrit ensuite ce Pape révolutionnaire qu'il ose espérer : un Pape faible et crédule, sans pénétration, honnête et respecté, imbu des principes libéraux.

« C'est  à peu près dans ces conditions qu'il nous en  faudrait un, si c'est encore possible. Avec  cela nous marcherons plus sûrement à l'assaut de l'Église, qu'avec les pamphlets de nos frères de France et l'or même de l'Angleterre. Pour  briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Église, nous aurions le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit doigt vaudrait pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint Bernard de la chrétienté. » (Instruction secrète)

« Vous voulez révolutionner l'Italie ? » ajoutent enfin ces séides de l'enfer, « cherchez le  Pape dont nous venons de faire le portrait...  Que le clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la bannière des Clefs Apostoliques. Vous, voulez faire disparaître le dernier vestige des tyrans et des oppresseurs ? Tendez vos filets, tendez-les au fond des sacristies, des séminaires et des couvents ; et si vous ne précipitez rien, nous vous promettons une pêche miraculeuse ; vous pécherez une Révolution en tiare et chape, marchant avec la croix et la bannière ; une Révolution qui n'aura besoin que d'être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde. » (Instruction secrète de la Vente suprême)

Comme ils sentent eux-mêmes que tout repose sur le Pape !

[..]

http://archive.org/stream/larvolution00sggoog#page/n54/mode/2up

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Louis Sam 08 Mar 2014, 10:50 am

Casti connubii, Pie XI a écrit:

Ils altèrent donc premièrement la foi conjugale ceux qui pensent qu'il faut condescendre aux idées et aux mœurs d'aujourd'hui sur une amitié fausse et non exempte de faute avec des tierces personnes ; qui réclament que l'on concède aux époux une plus grande licence de sentiment et d'action dans ces relations extérieures, d'autant plus (à leur sens) que beaucoup ont un tempérament sexuel auquel ils ne peuvent satisfaire dans les limites étroites du mariage monogame. Aussi la rigidité morale des époux honnêtes, qui condamne et réprouve toute affection et tout acte sensuel avec une tierce personne, leur apparaît-elle comme une étroitesse surannée d'esprit et de cœur, ou comme une abjecte et vile jalousie. C'est pourquoi ils veulent que l'on considère comme tombées en désuétude ou qu'à coup sûr on les y fasse tomber, toutes les lois pénales qui ont été portées pour maintenir la fidélité conjugale.

Le noble cœur des époux chastes n'a besoin que d'écouter la voix de la nature pour répudier et pour réprouver ces théories, comme vaines et honteuses ; et ce sentiment naturel trouve assurément une approbation et une confirmation tant dans ce commandement de Dieu : Tu ne commettras point l'adultère 1, que dans la parole du Christ : Quiconque arrête sur la femme des regards de concupiscence a déjà commis l'adultère dans son cœur 2. Nulle habitude humaine, aucun exemple dépravé, aucune apparence d'une humanité en progrès ne pourront jamais infirmer la force de ce précepte divin. Car, de même que le seul et unique Jésus-Christ qui était hier et qui est aujourd'hui sera toujours dans les siècles des siècles 3, de même la seule et unique doctrine du Christ demeure, dont ne passera pas même une virgule jusqu'à ce que tout s'accomplisse 4.

______________________________________________

(1) Exode xx, 14.  — (2) S. MATTH. V, 28. — (3) Hébr. XIII, 8.   — (4) Cf. S. MATTH. V, 18.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14958
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Sam 08 Mar 2014, 1:57 pm

.
 
L'Encyclique Casti Connubii de S.S. Pie XI réaffirme l'indissolubilité du mariage et

anéantit la foutaise du "cardinal" Kasper à propos des divorcés-remariés.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Dim 09 Mar 2014, 8:56 am



Pourquoi déjà la raison de la mort de saint Jean-Baptiste ?

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Dim 09 Mar 2014, 9:48 am

roger a écrit:

Pourquoi déjà la raison de la mort de saint Jean-Baptiste  ?

 
Demandons la réponse au "cardinal" Kasper.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Dim 09 Mar 2014, 1:23 pm

roger a écrit:Pourquoi déjà la raison de la mort de saint Jean-Baptiste  ?

Je corrige ma phrase : C'est quoi déjà la raison de la mort de saint Jean-Baptiste ?

C'est le péché d'adultère d'Hérode Antipas. ( S. Matthieu XIV, 1-11. )


Et à la femme adultère qu'on voulait lapider, Jésus dit :  Moi non plus, je ne te condamnerai pas. Va, et désormais ne pèche plus. ( S. Jean VIII, 11 )
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Dim 09 Mar 2014, 1:40 pm


INDISSOLUBILITÉ ET DIVORCE -- conférences de Saint-Philippe du Roule -- par le P. Henri Didon. -- 1892.

OBJECTIONS PRATIQUES CONTRE L'INDISSOLUBILITÉ DU MARIAGE :

http://www.archive.org/stream/indissolubilit00dido#page/72/mode/2up


Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  ROBERT. Dim 09 Mar 2014, 3:09 pm

roger a écrit:
roger a écrit:Pourquoi déjà la raison de la mort de saint Jean-Baptiste  ?

Je corrige ma phrase : C'est quoi déjà la raison de la mort de saint Jean-Baptiste ?

C'est le péché d'adultère d'Hérode Antipas. ( S. Matthieu XIV, 1-11. )


Et à la femme adultère qu'on voulait lapider, Jésus dit :  Moi non plus, je ne te condamnerai pas. Va, et désormais ne pèche plus. ( S. Jean VIII, 11 )
 
Voilà !  Merci Roger.

Les mots adultère, péché, pour ne prendre que ces deux-là,  

ne sont pas dans le dictionnaire du "cardinal" Kasper.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Dim 09 Mar 2014, 7:58 pm

roger a écrit:

INDISSOLUBILITÉ ET DIVORCE -- conférences de Saint-Philippe du Roule -- par le P. Henri Didon. -- 1892.

OBJECTIONS PRATIQUES CONTRE L'INDISSOLUBILITÉ DU MARIAGE :

http://www.archive.org/stream/indissolubilit00dido#page/72/mode/2up


À la page LXXIV ( page en passant, avec la page LXXIII, qui est une feuille déplacée ou égarée entre les pages LXII et LXXIV ) on y dit, et c'est très à propos avec le sujet de ce fil :


Un phénomène nous surprend dans cette lutte
ardente des divorcistes contre l'indissolubilité :
c'est le peu de prix qu'ils semblent attacher à
la notion du devoir. De là l'effet qu'ils tirent
complaisamment des situations dramatiques où
se trouvent acculées quelques victimes. A les
entendre, l'individu est tout, la loi rien. L'indi-
vidu souffre ; donc il faut supprimer la loi ; l'in-
dividu d'abord, la loi après.


https://archive.org/stream/indissolubilit00dido#page/n67/mode/2up

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Dim 09 Mar 2014, 9:09 pm


Quant à la Samaritaine au Puis de Jacob,

( S. Jean IV, 17-18 : http://www.magnificat.ca/textes/bible/evangiles/jean-04.htm ),

( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Stthomas/AureaJean/Jean1a4/chapit4.html )

voici une annotation pour le verset 18 de ce chapitre IV en S. Jean,

( annotation tirée d'un petit livre LE SAINT ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST, traduction et commentaire selon la Vulgate, par le P. Ignace Beaufays O. F. M. -- Nihil obstat. G.-A. Larouche ptre censeur, Sherbrooke, le 10 janvier 1950 - Imprimatur, Sherbrooke, le 11 janvier 1950. + Philippe, évêque de Sherbrooke ) :

l'annotation :
Des docteurs juifs permettaient au mari de renvoyer son épouse « pour n'importe  quel motif » ( Mt. XIX, 3 ).

Le passage de S. Matthieu dont on se réfère en cette annotation  :
Évangile selon saint Matthieu Chapitre XIX, 1-12 :

1. Et il arriva que, lorsque Jésus eut achevé ces discours, Il partit de Galilée et vint aux confins de la Judée, au delà du Jourdain. 2 Des foules nombreuses Le suivirent, et il y fit des guérisons. 3 Alors les pharisiens s'approchèrent de Lui pour Le tenter ; et ils Lui dirent : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour quelque cause que ce soit ? 4 Il leur répondit : N'avez-vous pas lu que Celui qui créa l'homme dès le commencement, créa un homme et une femme, et qu'Il dit : 5 A cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, et il s'attachera à sa femme, et ils seront deux dans une seule chair ? 6 Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l'homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. 7 Ils Lui dirent : Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme un acte de divorce et de la renvoyer ? 8 Il leur dit: C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes ; mais au commencement, il n'en était pas ainsi. 9 Or Je vous dis que quiconque renvoie sa femme, si ce n'est pour infidélité, et en épouse une autre, commet un adultère, et que celui qui épouse une femme renvoyée commet un adultère. 10 Ses disciples Lui dirent : Si telle est la condition de l'homme à l'égard de la femme, il n'est pas avantageux de se marier. 11 Il leur dit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela a été donné. 12 Car il y a des eunuques qui sont nés tels dès le sein de leur mère, et il y a des eunuques qui ont été faits tels par les hommes, et il y a des eunuques qui se sont eux-mêmes rendus tels à cause du royaume des Cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau pas de la secte. Empty Re: Un nouveau pas de la secte.

Message  Roger Boivin Lun 10 Mar 2014, 9:31 am


La secte moderniste, - que malheureusement l'on confond avec l'Église catholique -, n'a pas cette vertu de sanctifier les âmes ; et ses faux sacrements, en plus d'être sacrilèges, sont stériles. Seule la sainte Église catholique et apostolique et romaine possède cette vertu sanctifiante et cette mission divine envers les âmes.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum