L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

4 participants

Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Sam 24 Mar 2012, 11:35 am

Pour remettre le nez à Guillaume dans son xxx ...

Nouveau fil pour poster que des extraits d'auteurs catholiques.


Dernière édition par Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 24 Mar 2012, 12:01 pm, édité 1 fois

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Sam 24 Mar 2012, 11:40 am

Cardinal L.N. Bégin, LA SAINTE ÉCRITURE ET LA RÈGLE DE LA FOI, p. 107, 1874 a écrit:

Il y a un fait qui s'est produit il n'y a que quelques années en Angleterre et qui montre avec toute la clarté de l'évidence que l'Église anglicane n'a aucune autorité en matière doctrinale, que son symbole de foi est nul et que l'on peut tout nier sans cesser d'être l'un de ses membres.

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Sam 24 Mar 2012, 11:46 am

Cardinal L.N. Bégin, LA SAINTE ÉCRITURE ET LA RÈGLE DE LA FOI, p. 261-262, 1874 a écrit:

Comment trouver le fil conducteur au-delà de Luther, de Calvin, de Zwingle, et de Henri VIII ou d'Elizabeth ? Il est bien manifeste que les Eglises qu'ils ont fondées ne sont pas apostoliques, puisqu'elles ne datent que de trois siècles ...

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  gabrielle Sam 24 Mar 2012, 11:58 am

Ils prétendent, en premier lieu, que l'unité dont se vante tant l'Eglise catholique, fut rompue à cette époque. Quelques-uns vont même jusqu'à assimiler les diverses obédiences des trois Papes simultanés aux trois principales Eglises chrétiennes qui dominent sur la surface, du globe : l'Eglise romaine, l'Eglise anglicane et l'Eglise gréco-russe.


La primauté et l'infaillibilité des papes
Cardinal Bégin, docteur en théologie
L.H. Huot Éditeur
1873
page 404

Gras ajouté par moi

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18734
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  Louis Sam 24 Mar 2012, 12:19 pm

La Doctrine catholique, A. Boulenger, 1936, p. 200 a écrit:
L'Église catholique ayant les marques de la vraie Église, il s'ensuit que les deux autres Églises, l'Église grecque schismatique et l'Église protestante, ne peuvent les avoir, puisqu'elles sont en désaccord avec elle.



_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14487
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  Louis Sam 24 Mar 2012, 2:57 pm

La Doctrine catholique, A. Boulenger, 1936, p. 190 a écrit:
Église protestante. Les protestants sont ainsi appelés parce qu'à la diète de Spire, en 1529, ils protestèrent contre toutes les décisions que l'on y avaient prises en vue de rétablir l'union. L'Angleterre, l'Allemagne, la Suède, la Norvège, la Suisse et la Hollande sont des pays, en grande partie, protestants.


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14487
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  Louis Sam 24 Mar 2012, 4:30 pm

La Doctrine catholique, A. Boulenger, 1936, p. 200 a écrit:

Les Églises de Russie, de Serbie, de Bulgarie, de Grèce et de Roumanie sont toutes autonomes et reconnaissent plus ou moins le chef de l'État comme la suprême autorité religieuse...

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14487
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  ROBERT. Sam 24 Mar 2012, 6:23 pm

Maxime de saint Augustin sans laquelle on ne peut conserver dans l’Église de Dieu, ni la paix, ni l'ordre, ni l'unité de la doctrine, ni l'humilité de l'esprit.
Maxime si nécessaire, que l’ Église protestante elle-même en a reconnu la nécessité.


Œuvres complètes de Bourdaloue, sermon pour la fête de Saint Pierre, T. VI, Lyon lib.Eccl. et classique de Briday, 1869, p. 186


St. Francois de Sales, LETTRE OUVERTE AUX PROTESTANTS, ARTICLE XVI : NOTRE ÉGLISE EST PERPÉTUELLE, LA PRÉTENDUE NE L'EST PAS a écrit:

Or, quant à votre église, supposons ce gros mensonge pour vérité, qu'elle ait été du temps des Apôtres, elle ne sera pourtant pas l'Église catholique : car, la Catholique doit être universelle en temps, elle doit donc toujours durer; mais dites-moi où était votre église il y a cents, deux cents, trois cents ans, et vous ne le sauriez faire, car elle n'était point; elle n'est donc pas la vraie Église.

Ernest Savignac, MANUEL D'APOLOGÉTIQUE, p.172 a écrit:

Le protestantisme ... Ce n'est pas une Eglise, mais un groupement d'églises indépendantes les unes des autres. [...] L'Eglise anglicane, dont l'une des branches s'intitule catholique, est elle-même circonscrite aux régions d'ailleurs très vastes de domination, de langue ou d'influence britannique.

Abbé Arthur Robert, LEÇONS D'APOLOGÉTIQUE, p.276 a écrit:

L'ÉGLISE GRECQUE N'A PAS LES NOTES DE LA VÉRITABLE ÉGLISE.

Chanoine E. Duplessy, APOLOGÉTIQUE, livre III, p.7 a écrit:

Le protestantisme ... ce n'est pas une Eglise, mais un assemblage d'Eglises en désaccord sur une foule de points de croyance, de morale et de culte. Pourquoi donc toutes ces Eglises sont-elles groupées en une seule ?...

[...] en sorte que l'Église de Fleury paraît exactement calquée sur l'Église anglicane de Henri VIII , pour servir de modèle à l'Église schismatique de la révolution française. [...]

Histoire Universelle de l'Église Catholique, 1867, Tome XIII, p 556



S. Cyr. D'après cette promesse du Seigneur, l'Église apostolique, placée au-dessus de tous les évêques, de tous les pasteurs, de tous les chefs des Églises et des fidèles, demeure pure de toutes les séductions et de tous les artifices des hérétiques dans ses pontifes, dans sa foi toujours entière et dans l'autorité de Pierre. Tandis que les autres Églises sont déshonorées par les erreurs de certains hérétiques, seule elle règne, appuyée sur des fondements inébranlables, imposant silence et fermant la bouche à tous les hérétiques ; et nous, si nous ne sommes ni égarés par une téméraire présomption de notre salut, ni enivrés du vin de l'orgueil, nous confessons et nous prêchons en union avec elle la règle de la vérité et de la sainte tradition apostolique.

Catena aurea
Compilation, réalisée par saint Thomas d'Aquin, de commentaires des Pères de l'église sur l'évangile
(Traduction édition Vivès, 1856, Paris).

Évangile selon Saint Mathieu chap XVI, 18



« Le bon catéchiste » 1899 :

[…] Les autres églises n’ont rien de tout cela. Ainsi le fondateur de l’église protestante …[…]
« Manuel populaire d’instruction religieuse », 1914 :
Même texte que dans le catéchisme expliqué de Mgr Cauly

« Manuel des catéchistes » 1912 :
[…] Ces marques sont de premières importance parce qu’elles servent à distinguer les fausses églises établies par les hommes de la véritable instituée par Jésus-Christ.


CHAPITRE XII, § I

D. Pourquoi les révolutionnaires attaquent-ils l'Église catholique et non les autres églises?

R. Parce que l'Église catholique est la seule et l'unique « envoyée » de Jésus-Christ, son unique épouse fidèle, portant avec elle Dieu, et que les autres églises, filles bâtardes, épouses adultères, sont les églises de Satan, mères et nourricières de la révolution.

CATÉCHISME DE LA RÉVOLUTION OU LA RÉVOLUTION EXPLIQUÉE DANS SES PRINCIPES, SON LANGAGE, SES ŒUVRES ET SA FIN, BLOUD et BARRAL, 1877, pages 69 et 70

Dans mon sermon sur l'unité de l'Église, prononcé à l'ouverture de l'assemblée de 1682, je fus indispensablement obligé de parler des libertés de l'Église gallicane et je me proposai deux choses: l'une, de le faire sans aucune diminution de la véritable grandeur du Saint-Siège; l'autre, de les expliquer de la manière que les entendent nos évêques, et non pas de la manière que les entendent nos magistrats.

Bossuet, lettre au Cardinal d'Estrées, Œuvres, 1778, T. X, p.275


La "morale indépendante" n'est qu'un mot, et l'action est toujours gouvernée par l'idée.
Comprendra-t-on aussi, sentira-t-on le prix de l'autorité ?
Si nous avons besoin d'une main qui nous gouverne, combien plus avons-nous besoin d'une tête qui décide !
Mais le jour où nous l'aurons compris, à qui nous adresserons-nous ?
Quelle Église trouverons-nous dont l'immutabilité nous garantisse les conditions hors desquelles il n'y a pas de société spirituelle possible, ni peut-être de société matérielle ?
Il n'y en a qu'une, et ce jour là qui verra le retour des Églises au centre de l'unité catholique, ce jour, s'il doit luire sur l'humanité, sera le jour aussi du triomphe de Bossuet.

Extrait d'une conférence sur Bossuet prononcée le 30 janvier 1900 à Rome, au palais de la chancellerie Pontificale.
Cité dans La doctrine catholique, abbé Sépiéter, Brunet ed., Arras, 1927, page 523


L'union, ou plutôt la réunion, des Églises a été pendant un demi-siècle (de 1653 à 1704) le grande préoccupation de Bossuet.

Cité dans La doctrine catholique, abbé Sépiéter, Brunet ed., Arras, 1927, page 519


Comme la doctrine de la grâce justifiante a été exposée d'une manière différente par les Grecs et les Latins, il convient que nous l'examinions successivement dans chacune des deux églises.

In Leçons de théologie dogmatique, L. Labauche, professeur au séminaire de Saint-Sulpice, T.II, onzième édition, Librairie Bloud et Gay, 1925, p.292 et 293.


[...] Cette autonomie s'est révélée d'abord sous deux aspects néfastes : à l'aurore de son histoire, l'Église grecque nous apparaît en guerre contre la tradition chrétienne ...[...]

Mgr Duchesne, Autonomies ecclésiastiques, chap. V, L' Église grecque et le schisme grec, p 223, Paris, Fontemoing, 1896.


Bossuet disait alors : " Il a été promis au Siége apostolique qu'il sera le fondement, le centre et le chef éternel de l'Église universelle; que, par conséquent, il ne sera jamais ni hérétique ni schismatique, comme tant d'églises d'Orient. (...)"

abbé Rohrbacher, Histoire universelle de l'Église catholique, Letouzet et Ané Ed., T.11, P.188


Je sais aussi que, dès qu'elle se met en opposition avec le Siège apostolique, l'Eglise gallicane n'est pas plus infaillible que l'Eglise grecque et l'Eglise anglicane, et qu'elle peut, comme l'Eglise anglicane et l'Eglise grecque, tomber tout entière dans le schisme et l'hérésie, et y persévérer opiniâtrement.

abbé Rohrbacher, Histoire universelle de l'Eglise catholique, Letouzet et Ané Ed., T.11, P.189

La proposition de Nuytz, (fausse, NDLR) dit le docteur Heiner, contenait cette affirmation, que ce sont les Papes, non les Grecs, qui doivent porter la responsabilité du schisme, qui a séparé les deux Églises.

Tiré de Heiner, Der Syllabus
In Valeur des décisions doctrinales et disciplinaires du Saint-Siège, Abbé Lucien Choupin, troisiéme Ed., Beauchesne, 1928, p. 306

ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  ROBERT. Sam 24 Mar 2012, 8:37 pm

Sur ce fondement, il est clair que ne point vouloir varier et demeurer dans l'Église, c'est la même chose.
C'est ce qui fait que l'Église ne varie jamais; et la maxime contraire fait que les fausses églises, et en particulier la réformée, est exposée à varier toujours ...

Abbé Sepiéter, La doctrine catholique, (L'Église) Brunet Ed., 1927, p. 165
----------------------------------------------------------------------------------------------------

L'Église schismatique grecque ne remonte donc pas jusqu'aux Apôtres ?

- Non : l'Église schismatique grecque n'a commencé que près de mille ans après les Apôtres.

Catéchisme du diocèse de Luçon, Pacteau Ed., 1928, p.97


Il faut remarquer que seule l'Église catholique romaine a eu pour fondateur Jésus-Christ, seule elle remonte jusqu'aux Apôtres, seule elle enseigne ce qu'enseignaient les Apôtres sans la moindre variation.
Seule elle obéit à la même autorité.
Seule elle sanctifie sûrement.
Les autres Églises ont été instituées par des hommes plus ou moins imparfaits.
Elles n'ont pas toujours enseigné la même doctrine.

Abbé Millot, Manuel des catéchistes (a l'usage du clergé, des catéchistes volontaires et des familles chrétiennes), P. Lethielleux Ed., 1912, p. 122



Jésus-Christ a voulu que ceux qui croiraient en lui formassent une famille, une société qu ‘il a appelée l’Eglise ; mais il n’a établi qu’une Eglise : « Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise. » Il n’a pas dit mes églises. Et voici que nous trouvons sur la terre plusieurs églises, plusieurs sociétés chrétiennes qui reconnaissent Jésus-Christ comme leur chef : l’Eglise Romaine, l’église protestante, l’église anglicane, l’église moscovite ou de Russie. Comment expliquer cela ? C’est bien simple ; comme on explique qu’il existe la monnaie et la fausse monnaie. Les fausses églises sont l’œuvre du démon et des méchants qui se sont séparés de la véritable Eglise pour en fonder de fausses, elles ne sont pas plus l’Eglise de Jésus-Christ qu’une pièce de plomb n’est une pièce d’or.
[…]
Les autres églises n’ont rien de tout cela. Ainsi le fondateur de l’église protestante, un moine révolté, Luther, a mené une vie affreuse […]

Le Bon Catéchiste, conseils et moyens pour bien faire le catéchisme aux enfants par Un ami des enfants, 1899, C. Paillard, imprimeur-éditeur, p161 et 163
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  gabrielle Dim 25 Mar 2012, 6:18 am

http://deojuvante.forumactif.org/t539-mes-conclusions-sur-la-polemique-a-propos-du-mot-eglise
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18734
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques. Empty Re: L'emploi du mot « Eglise » par les auteurs catholiques.

Message  ROBERT. Dim 25 Mar 2012, 11:41 am

.
Mes deux "posts" précédents viennent de:

http://deojuvante.forumactif.org/t539-mes-conclusions-sur-la-polemique-a-propos-du-mot-eglise

.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum