Peu de gens aiment Dieu , et pourquoi ?

Aller en bas

Peu de gens aiment Dieu , et pourquoi ? Empty Peu de gens aiment Dieu , et pourquoi ?

Message  Monique Mar 29 Nov 2011, 8:18 pm




I. Nous disons à Dieu que nous l'aimons de tout notre cœur; mais le disons-nous avec vérité? Ne démentons-nous point nos paroles par notre conduite? Aimer Dieu , c'est le préférer à tout, être disposé à tout souffrir, à tout perdre, même la vie, plutôt que de perdre sa grâce. Et souvent, hélas! qu'on s'expose à la perdre, et on la perd en effet pour un point d'honneur, pour un objet d'intérêt, pour une chicane, pour un plaisir brutal, pour une criminelle amitié ; et l'on dit qu'on aime Dieu ! illusion.

Aimer Dieu, c'est prendre à cœur ses intérêts et sa gloire, être affligé de le voir offensé. Le nombre est-il grand de ceux qui sont sensibles à la gloire et aux intérêts de Dieu? L'intérêt des créatures est peu de chose, et l'on fait tout pour le soutenir. L'intérêt de Dieu est le seul essentiel, et l'on ne fait rien pour le procurer.

Parle-t-on contre l'honneur de votre famille, vous ne pouvez le dissimuler. Parle-t-on contre l'honneur de Dieu, contre la religion, peu vous importe, vous ne dites rien. Si l'on offense un de vos amis, vous en êtes affligé. Vous voyez Dieu offensé dans votre famille, vous le voyez offensé dans les compagnies, vous le voyez offensé partout: loin d'y être sensible, vous vous en faites un divertissement.

Commet-on un attentat contre le prince, aussitôt les magistrats en font punir les auteurs. Commet-on des attentats contre Dieu, des blasphèmes, l'adultère, l'injustice, la débauche, l'impiété, personne ne s'y oppose; les officiers de justice, les seigneurs, les pères, les maîtres le souffrent; on blâme même un pasteur qui s'efforce de les réprimer. O mon Dieu ! disait David, n'y a-t-il donc personne qui se joigne à moi pour soutenir vos intérêts contre les méchants?

Faut-il construire un édifice pour l'embellissement d'une ville, pour le spectacle, faire des dépenses pour le luxe et le jeu , on en trouve les moyens ; mais faut-il contribuer à une œuvre de charité et de justice, à l'instruction , à l'éducation de la jeunesse, à la réparation du lieu saint, les moyens , dit-on , ne sont pas suffisants. C'est ainsi que l'intérêt de Dieu et de la religion est celui qu'on a le moins à cœur. Il est donc vrai qu'il y a peu de gens qui aiment Dieu.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Peu de gens aiment Dieu , et pourquoi ? Empty Re: Peu de gens aiment Dieu , et pourquoi ?

Message  Monique Mar 29 Nov 2011, 8:34 pm




II. Pourquoi a-t-on si peu d'amour pour Dieu? C'est qu'on n'aime que le monde ; on n'aime que les choses du monde; on n'aime que soi-même.

I.
On aime le monde , et l'on veut en être aimé; on veut l'imiter et lui plaire; on craint de lui déplaire et d'en être blâmé, peu en peine de déplaire à Dieu. Aimer ainsi le monde ce n'est pas aimer Dieu ; c'est être son ennemi.

2. On n'aime que les choses du monde , les biens, les grandeurs, les amusements et les folies du monde. Vous dites que vous aimez Dieu; dites plutôt que c'est l'argent et l'or, votre honneur et vos fonds que vous aimez , que vous craignez de perdre, plus que de perdre Dieu. Ce sont les procès et la débauche, les parures et la mode, les intrigues et les compagnies amusantes que vous aimez. Vous les aimez de tout votre esprit, puisque vous y pensez sans cesse. Vous les aimez de toute votre âme , puisque vous ne désirez que ces objets. Vous les aimez de toutes vos forces, puisque vous ne travaillez que pour cette fin. Vous n'aimez donc pas Dieu, vous lui êtes même rebelle, puisque vous aimez avec attache ce qu'il défend d'aimer.

3. Enfin, on n'aime pas Dieu, parce qu'on s'aime trop soi-même, on rapporte tout à soi; nos plaisirs et nos intérêts l'emportent sur l'intérêt de J.-C.

On ne cherche qu'à paraître, à se satisfaire. L'amour-propre est un poison qui s'insinue dans les intentions les plus secrètes; on croit chercher Dieu, tandis qu'on ne cherche que soi-même. Nos bonnes œuvres ne sont quelquefois qu'un faux brillant qui cache notre vanité. Il nous semble agir par charité, dit le livre de l'imitation , et c'est souvent la cupidité qui nous entraîne.

Oublions-nous nous-mêmes, méprisons-nous, haïssons-nous, et nous aimerons Dieu. Qu'y a-t-il en effet dans nous, qui mérite tant d'être aimé? Des pécheurs méprisables, remplis de misère, souillés d'ordures et de crimes, méritent-ils tant d'estime? Apprenons à nous oublier, à nous haïr en ce monde, pour nous retrouver en Dieu dans l'éternité. Heureux échange de se quitter soi-même pour trouver et posséder son Dieu !

N'aimons ce qui est au monde que par rapport à Dieu ; aimer autrement des créatures, c'est mal placer son amour. Oh ! quand éprouverons-nous combien on est heureux quand on aime Dieu, après avoir éprouvé si souvent combien on est méprisable quand on est possédé par l'amour des choses de la terre ! Amour profane, amour du monde, qui aveugle l'esprit, qui embarrasse le cœur, qui souille l'âme, et qui perd l'homme ! que nous sommes à plaindre si nous n'aimons pas Dieu. Hélas! répondit un démon qu'on exorcisait : Je suis cette créature infortunée qui n'aura jamais le bonheur d'aimer Dieu.




Extraits: PENSÉES
sur
LES PLUS IMPORTANTES VÉRITÉS
DE LA RELIGION
et sur
LES PRINCIPAUX DEVOIRS
DU CHRISTIANISME
Par M. HUMBERT, prêtre-missionnaire
Supérieur de la Mission du diocèse de Besançon.

NOUVELLE ÉDITION,
DOLE,
CHEZ PRUDONT, IMPRIMEUR - LIBRAIRE.
1825. ESR.



FIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum