Qui sont les sédévacantistes ?

+6
Sandrine
Anne
gabrielle
Gérard
JCMD67
Roger Boivin
10 participants

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Ven 30 Sep 2011, 2:37 am

Je vous ai posé la question afin de m'expliquer votre dogme qui consiste à croire que le pape ne peut être jugé par personne, dogme qui semble contredit par la grave accusation de Saint Paul à Saint Pierre qui l'accuse gravement de ne pas marcher droit selon l'Evangile.

Comme je n'ai pas eu de réponse de votre part, je me permets d'expliquer ce que j'ai pu en comprendre. Veuillez me reprendre si j'ai fait erreur.

En fait, cela va beaucoup vous surprendre mais j'adhère totalement à ce dogme que le pape ne doit être jugé par personne.

En lisant l'Histoire de France dernièrement, j'ai été très affligé de voir que Charles VII par "la Pragmatique Sanction" qu'il a établie unilatéralement contre Roma a nié la suprématie du pape...et même son infaillibilité.

En effet, ce roi impie a établi par cette "Pragmatique Sanction" que les conciles nationaux étaient supérieurs aux décisions du Pape...et il n'a jamais été excommunié alors que cette décision le rendait schismatique de fait !

Voilà donc ce qu'il a fait des grâces que Dieu lui avait concédées par sa Servante, Sainte Jeanne d'Arc !

Oui le pape ne peut être jugé par personne et vous avez raison d'affirmer cela comme une vérité immuable.
Mais il faut comprendre le mot "Juger" dans le sens de celui qui est en droit de juger une personne, de la condamner à des peines et éventuellement qui a le droit de la priver de ses droits ou de sa charge.

Dans ce sens, effectivement, PERSONNE n'a droit de juger le pape !

Alors comment se fait-il que Saint Paul, le grand Saint Paul qui a été jusqu'au 7 ème ciel ait pu faire une telle bourde et que, de plus, l'Ecriture Sainte rapporte cette intervention à la pleine faveur de Saint Paul et à la pleine faute et culpabilité de Saint Pierre ?

La raison en est très simple. Elle se trouve dans la nuance entre "reprendre" et "juger".

Saint Thomas d'Aquin explique que la correction fraternelle peut et doit s'appliquer aux supérieurs dans des conditions requises :

Saint Thomas (II, II Quest. 33 art.3)
« La correction fraternelle est un acte de charité, dont le but spécifique est l’amendement d’un frère tombé dans quelque faute à qui on adresse une simple admonition. Cette correction appartient à quiconque a la charité, qu’il soit supérieur ou inférieur. »

Il y a même le pape Alexandre III qui nous demande de le reprendre...pas de le juger par un jugement capable de le démettre de son autorité...mais de le reprendre des erreurs qu'il aurait pu commettre :

« Si ce que nous vous proposons, mon cher frère, vous apparaît contre l’ordre et vous fait de la peine, n’en soyez ni troublé ni inquiet. Examinez mûrement ce qui fait l’objet de notre lettre, et ensuite, ou exécutez avec déférence ce que nous vous mandons, ou informez-nous des solides raisons qui ne vous permette pas de vous rendre à nos désirs. Nous ne vous désapprouverons pas si vous refusez à faire ce que de mauvaises insinuations auraient pu nous suggérer. » ( Alexandre III, Juris Canonici, lib. 10 de scriptis, cap. V.)

Le Cardinal de Lorraine au Concile de Trente savait aussi qu'il méritait d'être repris avec ses frères dans l'apostolicité puisqu'il dit :


« Qui accuserons-nous, mes frères évêques ? s’écriera le Cardinal de Lorraine en plein Concile de Trente. Qui dirons-nous avoir été auteur d’un si grand mal ? …A cause de nous, la tempête et l’orage sont venus, mes frères, et pour ce jetez-nous à la mer. Que le jugement commence à la maison de Dieu et que ceux qui portent les vases du Seigneur soient jugés et réformés. » (histoire de l’Eglise de L. David et P. Florette p 141)Librairie Bloud 7 Place Saint Suplice 1917, NIHIL OBSTAT Alfred Beaudrillard

Voici ce que dit encore Léon XIII...simplement par rapport à la loyauté historique :

Citation de Léon XIII :

« L'historien de l'Eglise sera d'autant plus fort pour faire ressortir son origine divine, supérieure à tout concept d'ordre purement terrestre et naturel, qu'il aura été plus loyal à ne rien dissimuler des épreuves que les fautes de ses enfants, parfois de ses ministres, ont, dans le cours des siècles, fait subir à l'épouse du Christ. »
L’Eglise de la Renaissance et de la Réforme par Daniel-Rops page 241

Dites-moi, après une telle affirmation de Léon XIII, si l'historien doit exclure des ministres qu'il nomme ici, le pape et si celui-ci n'a jamais pu faire subir de quelque façon des dommages à l'épouse du Christ ?
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Louis Ven 30 Sep 2011, 9:37 am

Gérard a écrit:C'est bien de modérer si j'ai mal parlé mais vous devez expliquez.

Louis vous dites :

Votre message sera modéré, le Premier Siège ne pouvant être jugé par personne, vous dépassez les limites.

Alors qui sur ce forum peut expliquer cette exception à la règle que vous donnez où l'Evangile lui même nous fait part à nous manants, de l'intervention de Saint Paul à Antioche ou n'hésitant pas de juger Saint Pierre il l'accuse très gravement et publiquement de ne pas marcher droit selon l'Evangile.

Abbé Constant, L’Histoire et l’Infaillibilité des Papes, a écrit:

« Saint Paul a repris saint Pierre en face, à Antioche ; parce qu'il était répréhensible. (Gal., II, 11.)

(…) nous admettons que saint Paul a réprimandé saint Pierre, et avec raison : que peut-on en conclure?

Qu'un inférieur peut faire des remontrances à son supérieur?
Qui le nie? lorsque la conduite de celui-ci les provoque justement.
Que Pierre s'est trompé? Oui, si l'on veut, sur l'appréciation des circonstances, mais nullement sur la doctrine.

Pierre seul d'abord (Act. xi, 5), et avec tous les Apôtres ensuite (xv, 7), avait proclamé que les nouveaux chrétiens n'étaient point obligés de se soumettre aux prescriptions cérémoniales de la loi de Moïse; mais aucun décret n'avait interdit aux poldève de continuer à les observer, et l'on voit que saint Paul n'a pas hésité de le faire en plusieurs circonstances, jusqu'à offrir des sacrifices dans le temple de Jérusalem, jusqu'à circoncire son disciple Timothée 1.

[1.« Il le prit donc et le circoncit à cause des poldève qui étaient en ces lieux » (Actes 16, v. 3)]

Entre saint Pierre et saint Paul il n'y a donc jamais eu diversité de jugement au sujet des cérémonies judaïques ; tous les deux savaient qu'elles n'étaient pas obligatoires pour les gentils devenus chrétiens, qu'elles étaient facultatives pour les poldève convertis, que l'on devait n'en tenir aucun compte lorsqu'on prêchait aux gentils, que l'on pouvait, en les observant, condescendre quelquefois à la faiblesse des néophytes poldève. Une seule fois ces deux Apôtres ont différé de vue sur l'application de ce dernier principe.

Ce désaccord nous a valu sans doute une preuve de plus du zèle ardent qui dévorait l'apôtre saint Paul, il nous a fourni aussi un exemple remarquable de la profonde humilité qui animait saint Pierre. Ecoutons saint Grégoire-le-Grand :

« Paul, dans ses lettres, raconte que Pierre a été répréhensible; et Pierre, dans les siennes, dit que Paul est admirable dans ses écrits. Puisqu'il les trouve digne d'éloges, il les a donc lues; s'il les a lues, il y a vu ce qui le regarde. Son amour pour la vérité l'a emporté sur toute autre considération; il a approuvé le récit même de sa faute; il a écouté l'avis de son inférieur et l'a suivi. Le premier par son suprême apostolat, il devait être aussi le premier par son humilité 1.

Considérez donc, mes très-chers frères, dans quelle disposition d'esprit s'est trouvé l'Apôtre qui a loué des lettres où il était blâmé : quelle admirable douceur, quel repos d'esprit, quelle fermeté d'âme, quel calme de pensées !

Voyez : il est repris par son inférieur, et il ne dédaigne pas d'être repris.

Il ne fait pas observer qu'il a été appelé le premier à l'apostolat, qu'il a reçu les clefs du royaume des cieux, que tout ce qu'il délie sur la terre est effacé dans le ciel.

Il ne rappelle pas qu'il a marché sur les eaux, qu'il a redressé d'un mot un paralytique au nom de Jésus, que l'ombre de son corps a guéri des malades, que sa parole a fait expirer Ananie et Saphire, que sa prière a ressuscité les morts.

Aux reproches qu'on lui faisait, il n'a rien voulu opposer, afin de ne rien perdre du mérite de cet acte d'humilité. Qui de nous, je vous le demande, s'il avait fait le plus petit miracle recevrait avec cette patience les réprimandes de son inférieur? »


Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Image_10



_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14958
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Ven 30 Sep 2011, 11:57 am

Abbé Constant a écrit :
(…) nous admettons que saint Paul a réprimandé saint Pierre, et avec raison : que peut-on en conclure?
...
Que Pierre s'est trompé ? Oui, si l'on veut, sur l'appréciation des circonstances, mais nullement sur la doctrine.

Pourquoi l'Abbé Constant dit que Saint Pierre s'est trompé "si l'on veut". Ne laisse-t-il pas entendre qu'on peut croire également qu'il ne s'est pas trompé. Et d'ailleurs Saint Pierre s'est-il "trompé" ou a-t-il commis une faute grave qui lui vaille un tel reproche ?

L'Abbé Constant poursuit sa démonstration :

Pierre seul d'abord (Act. xi, 5), et avec tous les Apôtres ensuite (xv, 7), avait proclamé que les nouveaux chrétiens n'étaient point obligés de se soumettre aux prescriptions cérémoniales de la loi de Moïse; mais aucun décret n'avait interdit aux poldève de continuer à les observer, et l'on voit que saint Paul n'a pas hésité de le faire en plusieurs circonstances, jusqu'à offrir des sacrifices dans le temple de Jérusalem, jusqu'à circoncire son disciple Timothée 1.
[1.« Il le prit donc et le circoncit à cause des poldève qui étaient en ces lieux » (Actes 16, v. 3)]

Ce que dit là, l'Abbé Constant est vrai, mais si la faute de Saint Pierre est d'avoir judaïser, son accusateur, Saint Paul est encore plus coupable que lui et son intervention est non seulement sans fondement mais tout à fait odieuse.
L'Abbé Constant conclut que :
"Une seule fois ces deux Apôtres ont différé de vue sur l'application de ce dernier principe.( à savoir que en observant les cérémonies judaïques...on pouvait, en les observant, condescendre quelquefois à la faiblesse des néophytes poldèves)

Mais cette conclusion de l'Abbé Constant est absurde puisque tous deux étaient aussi tout à fait d'accord pour "condescendre quelquefois à la faiblesse des néophytes poldèves"

Saint Paul aurait "repris" outrancièrement Saint Paul alors qu'ils étaient en tous points d'accord.

En fait l'Abbé Constant en expliquant la légitimité des pratiques judaïques ne fait qu'expliquer ce que les auteurs ont dit de la religion judaïque...que cette bonne mère avait fait son temps, qu'elle devait être enterrer avec les honneurs au profit de sa fille, l'Eglise catholique...mais cette considération est hors sujet par rapport à la "FAUTE" de Saint Pierre.

C'est aussi la mentalité de l'Abbé V. Zins qui rigole en expliquant que Saint Paul a mille fois plus judaïsé que Saint Pierre et qu'il aurait pu prendre une glace pour se regarder plutôt que de faire sa crise contre le Premier très Vénérable pape.

Saint Paul ne reproche nullement à Saint Pierre de judaïser avec les judaïsants. Ce qu'il lui reproche, c'est de se couper des non-judaïsants, lui le chef de l'Unité de l'Eglise, et de laisser croire ainsi que cette religion juive ne doit pas mourir et qu'elle ne peut pas être remplacée par sa fille, la religion catholique instituée par le Messie.

Alors maintenant, vous allez dire que je fais...c'est du gérardisme.

L'Abbé Constant, pour louer l'humilité de Saint Pierre se reporte à Saint Grégoire le Grand.

Et, nécessairement, entre Saint Grégoire le Grand et l'Abbé Constant, il n'y a pas photo. C'est Saint Grégoire le Grand qui tranche et dont on doit nécessairement suivre la pensée quand il commente l'Evangile... et que dit-il ?

Saint Grégoire le Grand dit-il que Saint Pierre s'est "trompé" "si on veut" ?
Dit-il que Saint Pierre a fait "un erreur d'appréciation sur les circonstances" ?
Cerne-t-il la question de la soi-disant culpabilité de Saint Pierre au fait que Saint Paul en a fait autant ou pire dans le genre de judaïser ?

NON !
Avec Saint Paul, Saint Grégoire dit que Saint Pierre a été "répréhensible", c'est-à-dire coupable à un point suffisant pour être repris par un inférieur.

Saint Grégoire dit :
Saint Pierre "a approuvé le récit même de sa faute"
Et tout ce que dit Saint Grégoire de l'humilité de Saint Pierre, c'est une attitude d'un Saint Pierre coupable...alors que l'Abbé Constant laisse croire que Saint Pierre se serait humilié par vertu sublime alors qu'il n'était pas coupable....comme certains saints l'ont fait !


Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Roger Boivin Ven 30 Sep 2011, 1:04 pm

Gérard a écrit:Pourquoi l'Abbé Constant dit que Saint Pierre s'est trompé "si l'on veut". Ne laisse-t-il pas entendre qu'on peut croire également qu'il ne s'est pas trompé. Et d'ailleurs Saint Pierre s'est-il "trompé" ou a-t-il commis une faute grave qui lui vaille un tel reproche ?
Je viens tout juste d’entamer la lecture de votre post, Gérard, et c'est sur votre mot grave que je m'arrête. Était-ce vraiment là un péché mortel ? (parce qu'une faute grave c'est un péché mortel).
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Ven 30 Sep 2011, 1:42 pm

Roger a écrit :

Je viens tout juste d’entamer la lecture de votre post, Gérard, et c'est sur votre mot grave que je m'arrête. Était-ce vraiment là un péché mortel ? (parce qu'une faute grave c'est un péché mortel).

Cher Roger, le problème du péché mortel ne nous concerne pas ni pour le manant ni pour le pape, puisque le péché mortel dépend du degré de culpabilité et est "au for interne"

Si ce n'est pas une faute grave, Saint Paul a complètement déconnecté en reprochant publiquement à Saint Pierre d'être répréhensible et de ne pas marcher droit selon l'Evangile.

Regardez bien, Roger si le sermon publique suivant a pu être fait à un pape pour une faute pas grave :

Pour moi, voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Evangile, je dis à Céphas en présence de tous : " Si toi qui es poldève, tu vis à la manière des Gentils et non à la manière des poldève, comment peux-tu forcer les Gentils à judaïser? "
Pour nous, nous sommes poldève de naissance, et non pécheurs d'entre les
Gentils.
Cependant sachant que l'homme est justifié, non par les œuvres de la Loi,
mais par la foi dans le Christ Jésus, nous aussi nous avons cru au Christ Jésus, afin d'être justifiés par la foi en lui et non par les œuvres de la Loi; car nul homme ne sera justifié par les œuvres de la Loi.
Or si, tandis que nous cherchons à être justifiés par le Christ, nous étions
nous-mêmes trouvés pécheurs, le Christ serait-il donc un ministre du péché?
Loin de là !
Car si ce que j'ai détruit, je le rebâtis, je me constitue moi-même
prévaricateur, puisque c'est par la Loi que je suis mort à la Loi, afin de vivre pour Dieu.
J'ai été crucifié avec le Christ, et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi. Ce que je vis maintenant dans la chair, je le vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.
Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s'obtient par la Loi, le
Christ est donc mort pour rien.
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Roger Boivin Ven 30 Sep 2011, 10:14 pm

Gérard a écrit: puisque le péché mortel dépend du degré de culpabilité et est "au for interne"

d'accord
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12658
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Sam 01 Oct 2011, 2:47 am

La plupart du temps ceux qui viennent sur Te Deum pour nous critiquer ou les conciliaires et les tradis nous accusent de ne pas avoir de pape, pas d'évêques et même pas de prêtres et par là ...pas de sacrement...pas de cérémonies, et surtout d'être un petit nombre inconnu et ignorés de tous.

Il est certain que ce serait beaucoup plus réconfortant pour nous qu'il y ait tout ce que l'on nous accuse de nous priver alors que nous subissons cette situation. Et si l'on en reste là, à cette seule considération, nous devrions en être très affligés...et finir par nous décourager !

Mais si nous regardons du côté de la vie spirituelle, tous les saints ont connu cette nuit noire, ce désert où J-C disparaît volontairement à toutes leurs sensations...pour être plus prêt de l'âme de celui qui l'éprouve et pour que cette âme l'aime lui seul indépendamment des bienfaits inhérents (habituellement) à la présence de Dieu.

Si nous regardons d'un autre côté Notre Sauveur et Sa Sainte Mère, ils ont commencé tous deux leur vie dans la plus parfaite indifférence.

N'est-ce pas curieux qu'un prophète reste chez lui à faire le charpentier pendant 30 ans se laissant seulement les 3 dernières années de sa vie pour remplir sa mission ?

N'est-ce pas curieux que celle qui eût la grâce d'enfanter le Messie l'ai tenu caché même à son légitime époux alors qu'il s'était tenu garant volontairement de sa virginité ? Si elle avait fait connaître l'Incarnation à Saint Joseph celui-ci non seulement aurait immédiatement compris mais ce serait prosterné illico devant son épouse qui portait son Dieu et son Messie. Qui en douterait ? Et quelle gloire légitime en revenait semble-t-il à la Vierge Marie ?

Or, La Vierge Marie a reçu et voulu recevoir sa Gloire APRES. Après sa mort...J-C qui a reçu une gloire furtive le Jeudi Saint a voulu que cette gloire non seulement n'ai pas de lendemain mais soit suivi d'un incompréhensible abandon de ceux qu'ils l'avaient acclamé comme pour nous faire comprendre que même la juste gloire qu'Il a reçu sur la terre des hommes n'est que passagère et futile.

Alors bien sûr nous devons vouloir l'exaltation de la Sainte Eglise comme elle nous demande d'en faire la demande expresse à DIeu dans la liturgie...parce que l'on ne peut pas vouloir positivement que l'Eglise soit humiliée, persécutée et aujourd'hui contrefaite par des guignols impies.

Cependant, nous devons nous résigner à notre situation, non seulement avec humilité et patience mais aussi en voyant là que Dieu se rapproche plus intimément de nous. Avant de nous faire part de sa gloire, il veut nous faire connaître, aimer et compatir aux épreuves de sa vie qu'il nous fait vivre dans son Eglise affreusement éprouvée comme Lui. Il veut que nous voyions et que nous tirions de cette situation le plus grand profit...ce qui ne doit pas nous départir de la Sainte Espérance. Comme nous sommes persuadé de la Puissance de J-C à Vaincre et à Règner, nous devons aussi être persuadé que l'Eglise triomphera et que J-C la mènera à la gloire. Mais même si cette gloire de l'Eglise revenait à nos yeux enchantés, elle ne devrait pas nous faire oublier que J-C lui donnera la pleine gloire dans le Ciel. De même que la béatitude qu'a éprouvé Saint Paul ne peut pas se comprendre
"l'oeil de l'homme n'a pas vu, l'oreille de l'homme n'a pas entendu..."
Il est évident que la gloire de l'Eglise dans le Ciel sera à l'image et à la proportion de la gloire des Elus dans laquelle la gloire des élus se confondra comme autant d'éléments d'un Puzzle inénarable.
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Anne Sam 01 Oct 2011, 7:12 am

[quote="Gérard"]Abbé Constant a écrit :
(…)
En fait l'Abbé Constant en expliquant la légitimité des pratiques judaïques ne fait qu'expliquer ce que les auteurs ont dit de la religion judaïque...que cette bonne mère avait fait son temps, qu'elle devait être enterrer avec les honneurs au profit de sa fille, l'Eglise catholique...mais cette considération est hors sujet par rapport à la "FAUTE" de Saint Pierre.


Saint Paul ne reproche nullement à Saint Pierre de judaïser avec les judaïsants. Ce qu'il lui reproche, c'est de se couper des non-judaïsants, lui le chef de l'Unité de l'Eglise, et de laisser croire ainsi que cette religion juive ne doit pas mourir et qu'elle ne peut pas être remplacée par sa fille, la religion catholique instituée par le Messie.



Voilà pourquoi, une multitude de missionnaires ont tout quitté, pour aller enseigner la Bonne Nouvelle du Salut par Jésus-Christ, à tous les peuples de la terre, et.... qu'ils n'y vont plus, depuis le faux-oecuménisme V-II. car...plus besoin d' y aller, tous sont sauvés, par n'importe quel prophète à la con ( protestant, musulman, judaïsant, tannant Laughing etc...etc...).
Anne
Anne

Nombre de messages : 347
Date d'inscription : 08/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  gabrielle Sam 01 Oct 2011, 8:00 am

@ Via

Le mot le plus juste pour Dieu est ESSENCE, nous ne savons pas ce qu'est l'Essence Divine.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  gabrielle Sam 01 Oct 2011, 8:28 am

Pour la discipline de la Sainte Église...

II° Objet mixte : vérités révélées et faits dogmatiques.

36. Ce que nous entendons par objet mixte. — Certains enseignements et préceptes du magistère participent et de l'objet principal, qui sont des vérités révélées, et de l'objet secondaire, qui sont les faits dogmatiques ; c'est donc un objet mixte. Il y en a trois les lois disciplinaires de l'Eglise, l'approbation des Ordres religieux, les censures théologiques. Nous disons que l'Eglise est infaillible en ces trois objets.

37. — A. L'Eglise est infaillible dans ses lois disciplinaires.

Ce qu'est la loi disciplinaire. Il s'agit ici expressément non pas des lois divines, par exemple l'unité du mariage, mais des lois ecclésiastiques, c'est-à-dire portées par l'Eglise de sa propre autorité, par exemple le célibat ecclésiastique, la sanctification du dimanche, etc. Il s'agit non pas de lois particulières et restreintes par exemple à un pays, comme peuvent l'être certaines fêtes d'obligation, mais de lois générales, universelles, au moins pour toute une branche de l'Église, ainsi le Code de Droit canonique pour toute l'Eglise latine. Il est clair que la même autorité de l'Église qui a porté ces lois, peut les modifier ou les abroger; toutes sont donc réformables.

Comment la loi disciplinaire participe à la vérité dogmatique. Une loi n'est de soi, à proprement parler, ni vraie ni fausse ; elle n'affirme expressément ni ne nie rien ; elle ordonne ou défend de faire quelque chose. Donc, elle ne tombe pas de soi sous les définitions du Magistère ; elle appartient au pouvoir de juridiction. Toutefois un décret disciplinaire enferme un décret dogmatique. En effet, quand l'Eglise édicté une loi, elle affirme implicitement que cette loi est juste, ce qui implique deux conditions : a) que cette loi est conforme à la règle divine de la foi et des mœurs, et par suite, si quelque doctrine touchant la foi ou les mœurs est incluse en cette loi ecclésiastique, cette doctrine est infailliblement vraie. Ainsi l'Église ordonne d'offrir des prières pour les défunts ; on peut conclure infailliblement que la prière des vivants est utile aux âmes du Purgatoire, b) C'est-à-dire encore que cette loi juste tend au bien de la société. Il est donc impossible qu'une loi universelle de l'Église soit dommageable à la société chrétienne.

Nous ne prétendons pourtant pas que la loi ecclésiastique, bonne généralement, ne puisse avoir des inconvénients particuliers ; mais nous disons que par elle le bien commun est procuré, et qu'elle offre toujours plus d'avantages que d'inconvénients. Nous ne disons pas que la loi ecclésiastique soit en chaque cas la meilleure ni la plus opportune, et c'est pourquoi il est permis d'en poursuivre respectueusement la modification ou même l'abrogation ; mais nous disons que, telle quelle, elle est utile au bien des âmes. Enfin il est possible qu'une loi bonne tourne au détriment d'un particulier, qui se rend coupable en enfreignant la loi ; mais ce préjudice vient de sa malice et non de la loi elle-même, selon cette parole de saint Paul : « Ainsi le précepte qui devait conduire à la vie, s'est trouvé pour moi conduire à la mort » (Rom. VII, 10).

La Règle de la Foi, Père Goupil pages 37 et 38

Voilà ce que vous refusez Gérard, vous inventez une doctrine ou la plier à votre manière de voir.

Je me souviens, que sur TD vous vous êtes dit "libre penseur" n'est-ce pas comme cela que se définissait ceux qui voulaient s'affranchir de l'autorité de l'Église dans le temps de la Révolution.

Pour Saint Pierre et Saint Paul, il n'y a pas d'unanimité chez les Pères à ce sujet.... Saint Augustin était d'un avis contraire à Saint Thomas d'Aquin... et puis vous n'êtes pas Saint Paul.

Pour Pie XII, le fait que la croyance en l'Assomption de la Vierge, fut dans le coeur de l'Église avant le dogme, n'est pas une réponse, si Pie XII n'est pas pape, alors je peux ne pas croire à l'Assomption sans faire une faute mortelle et sans cesser d'être catholique. Voilà une énorme différence.

Pour l'Abbé Zins, vos affirmations frise la calomnie, et je ne vois pas ce que cela viens faire sur TD, si vous voulez faire une "vendetta" contre l'Abbé Zins, faites-là ailleurs.

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19007
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Via Crucis Sam 01 Oct 2011, 12:44 pm

Gabrielle a écrit :

Le mot le plus juste pour Dieu est ESSENCE, nous ne savons pas ce qu'est l'Essence Divine.

Je suis tout à fait d'accord avec vous chère Gabrielle !

J'ai utilisé le mot matière pour parler en termes moderniste, parce que les modernistes ramènent tout à la matière et oublient la Cause Première !

C'est comme pour le big-bang ! Les modernistes disent que deux comètes se sont cognées et cela a fait le big-bang : une explosion !

Et depuis quand une explosion produit un produit fini et en ordre ? Si cela était, il suffirait de provoquer une explosion pour construire un immeuble entier en ordre, avec ascenseurs et Cie !

Et même si deux comètes s'entrechoquent et fusionnent totalement ou partiellement, cela ne donne absolument pas la cause qui a fait que ces deux comètes, ou bien deux gaz ou bien autres matériaux se sont rencontrés et ont fusionné ou même ont provoqué une explosion !

Donc, les scientifiques conciliaires ou pas attachés à la matière ne voient que la matière et ne pensent jamais à la CAUSE PREMIERE qui EST DIEU !

C'est pourquoi les idolâtres pensaient que la terre était portée par un géant sur son dos !

Pour nous catholiques, nous ne savons pas comment Dieu fait tenir toutes les planètes à une certaine distance l'une de l'autre, nous savons seulement qu'il existe des forces qui les relient entre elles et les maintiennent à distance, forces que les savants ont réussi à déterminer et à calculer, mais ils sont incapables de discerner la CAUSE PREMIERE tandis que nous nous SAVONS qu'elle existe et que cette CAUSE EST DIVINE : c'est Dieu !

Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  avecrux.avemaria Dim 17 Jan 2021, 11:54 pm

C'est incroyable Shocked Sans que nous n'ayons aucun lien ce Gérard et moi, cependant, j'ai donné les mêmes arguments que lui. La faute de Saint Pierre et la correction fraternelle confused Bref ! Je comprends mieux pourquoi vous me voyez en ce Gérard. Je n'y peux rien si il y a eu communion de pensées à ce moment. Je vous ai dit que je répondais ce que j'entends dans mon coeur ! C tout !

Bon ! Je quitte ce fil et j'y reviendrais uniquement pour le lire. Je ne dois pas quitter l'autre sujet. C noté et je prends acte de cette demande. sunny flower
avecrux.avemaria
avecrux.avemaria

Nombre de messages : 307
Date d'inscription : 16/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 4 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Eric Lun 18 Jan 2021, 3:14 pm

avecrux.avemaria a écrit:C'est incroyable Shocked Sans que nous n'ayons aucun lien ce Gérard et moi, cependant, j'ai donné les mêmes arguments que lui. La faute de Saint Pierre et la correction fraternelle confused Bref ! Je comprends mieux pourquoi vous me voyez en ce Gérard. Je n'y peux rien si il y a eu communion de pensées à ce moment. Je vous ai dit que je répondais ce que j'entends dans mon coeur ! C tout !
Ma pauvre !
Veux-tu l'adresse mail de Gégé (en MP) afin de t'enfoncer encore un plus profondément dans la nullité du tradiland ?
Eric
Eric

Nombre de messages : 4352
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum