Qui sont les sédévacantistes ?

+6
Sandrine
Anne
gabrielle
Gérard
JCMD67
Roger Boivin
10 participants

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  JCMD67 Sam 24 Sep 2011, 4:42 am

JPB a l'amabilité de répondre aux foutaises du ptimalin.

http://foicatholique.cultureforum.net/t3885-les-provocations-d-un-moderniste-anticatholique#20775
JCMD67
JCMD67

Nombre de messages : 3558
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  gabrielle Sam 24 Sep 2011, 7:39 am

nilamitp a écrit:Il faut comprendre la liberté religieuse de manière asymétrique, ce qui ne donne pas du tout les mêmes "droits" à tout. C'est quand même pas compliqué.

C'est étrange, je ne vois aucune différence dans la réalité, serait-ce que DH est une chimère.

Le Chrétien n'a pas de "liberté religieuse". Sa liberté est dans le Christ. En revanche, tu dois reconnaître la liberté de conscience aux autres.

Un instant, ici tu va contre l'enseignement de

"DE CETTE SOURCE EMPOISONNÉE DE L'INDIFFÉRENCE, DÉCOULE CETTE MAXIME FAUSSE ET ABSURDE OU PLUTÔT CE DÉLIRE: QU'ON DOIT PROCURER ET GARANTIR LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE, ERREUR DES PLUS CONTAGIEUSE, laquelle aplanit la voie de cette liberté absolue et sans frein des opinions qui, POUR LA RUINE DE L'ÉGLISE ET DE L'ÉTAT, VA SE RÉPANDANT DE TOUTES PARTS ET QUE CERTAINS HOMMES, PAR UN EXCÈS D'IMPUDENCE, NE CRAIGNENT PAS DE REPRÉSENTER COMME AVANTAGEUSE A LA RELIGION."(Grégoire XVI, "Mirari Vos", 15 août 1832.)


Si la franche majorité était chrétienne, et que tout-à-coup tu demandes plus de libertés religieuses et cultuelles, cela pourrait semer le trouble. Qu'est-ce que c'est que ce pasteur qui frappe du bâton ses brebis pour les disperser ???! Mais quand la majorité ne veut pas être chrétienne, et t'as imposé et démontré que tu ne pouvais pas garder la même attitude par rapport au monde, ce n'est pas difficile à comprendre que ce n'est pas faire du relativisme religieux que d'affirmer cela ! ça fait partie de notre condition terrestre, on l'a toujours su, mais on l'a toujours réprimé, selon les mentalités propres à chaque époque, c'est-à-dire parfois avec beaucoup de violence. Aujourd'hui on ne s'oppose plus que par notre conviction et la force de la parole.

Selon ton raisonnement, ton fils ne veut pas manger, alors, tu lui accorde le DROIT de crever.

Pour ta question, non tu n'as pas le droit d'empoisonner le puits. Tu n'as le droit de violer aucune des lois de Dieu. Il est évident que tout Chrétien doit souhaiter que les lois découle des principes de la Religion. Cela ne veut pas dire que tu dois transformer la Religion en une idéologie à laquelle tous doivent adhérer sous peine de tomber sous le coup de la loi. Sinon oui, in fine, Dieu nous laisse libre de nous damner.

Le schéma de V2 dit ceci:

"Donc, le pouvoir public, qui ne peut juger des actes religieux internes, pareillement ne peut imposer ou empêcher l'exercice public de la religion si ce n'est quand l'ordre public l'exige.".

condamnation de Pie IX d'une telle affirmation:

"Et contre la doctrine de la Sainte Écriture, de l'Église et des Saints Pères, ils disent que la meilleure condition de la société est celle où on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer, par des peines légales, les violateurs de la religion catholique, si ce n'est dans la mesure où la paix publique l'exige." (Quanta Cura).

Ce que V2 enseigne Pie IX le condamne mot pout mot.

Oui se damne qui veut... mais inutile de donner un coup de pied à celui qui veut se jeter en bas du pont.




gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18789
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Louis Sam 24 Sep 2011, 8:00 am

gabrielle a écrit:
Oui se damne qui veut... mais inutile de donner un coup de pied à celui qui veut se jeter en bas du pont.


Bien dit.

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 873726

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14515
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Invité Sam 24 Sep 2011, 8:54 am

.


Dernière édition par nilamitp le Mar 25 Oct 2011, 12:13 pm, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Invité Sam 24 Sep 2011, 9:12 am

.


Dernière édition par nilamitp le Mar 25 Oct 2011, 12:15 pm, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Invité Sam 24 Sep 2011, 9:44 am

.


Dernière édition par nilamitp le Mar 25 Oct 2011, 12:13 pm, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Via Crucis Sam 24 Sep 2011, 12:31 pm

Nilamitp a écrit :

C'est bien la première fois qu'on me traite de coco ! Very Happy

Une petite histoire amusante et vraie :

Une de mes tantes avait l'habitude d'appeler un de mes fils quand il était petit : "mon coco", et nous les filles nous étions "ses cocottes" même après nous être mises à la retraite nous sommes encore ses cocottes !

Un jour, elle appela chez moi, dès qu'elle entendit le décrochage du téléphone, croyant avoir mon fils au bout du fil elle s'exclama : "bonjour mon coco" !

Alors elle entendit une voix masculine lui répondre : "Ah non ! Je ne suis pas votre coco !"

La surprise fut de taille : elle s'était trompée de numéro ! Mais elle s'excusa bien sûr auprès du monsieur qu'elle eut au bout du fil et tous deux finirent par rire au bout du fil !

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 80494 Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 80494 Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 80494 Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 80494

Une autre fois on lui téléphone et on lui dit :

- "dégagez la piste 104"

elle répond : "ah non je ne peux pas la dégager !"

- "comment ? Vous ne pouvez pas ? Pourquoi ?"

- "Mais parce que vous êtes chez un particulier !"

Les lignes téléphoniques se croisant très souvent elle recevait les appels de l'aérodrome d'Orly sur son téléphone !!! Et cela lui est arrivé plus d'une fois !!

Laughing Laughing Laughing
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Roger Boivin Sam 24 Sep 2011, 3:03 pm

nilamitp a écrit:

Si la franche majorité était chrétienne, et que tout-à-coup tu demandes plus de libertés religieuses et cultuelles, cela pourrait semer le trouble. Qu'est-ce que c'est que ce pasteur qui frappe du bâton ses brebis pour les disperser ???!
Mais quand la majorité ne veut pas être chrétienne, et t'as imposé et démontré que tu ne pouvais pas garder la même attitude par rapport au monde, ce n'est pas difficile à comprendre que ce n'est pas faire du relativisme religieux que d'affirmer cela ! ça fait partie de notre condition terrestre, on l'a toujours su, mais on l'a toujours réprimé, selon les mentalités propres à chaque époque, c'est-à-dire parfois avec beaucoup de violence. Aujourd'hui on ne s'oppose plus que par notre conviction et la force de la parole.
C'est justement ce qui s'est passé ! ça l'a semer le trouble ; et plus que le trouble, nous-en voyons bien les fruits depuis cette bombe : indifférence religieuse, perte de la foi, apostasie, est-ce assez ?

Pourquoi, avec tout ce que l'on constate d'aberrations tant en paroles qu'en actes,
pourquoi ne pas vouloir admettre que ce que les Loges Maçonnique espéraient faire,
( on en a une preuve avec Rampolla, même si ça n'a pas réussi cette fois-là ; avec la révélation de leur plan diabolique, entre autre dans un ouvrage de Mgr de Ségur, "LA RÉVOLUTION", pour ne dire que ça),
ils y sont cette fois tout simplement parvenu ;

est-ce parce que ça vous dépasse et que vous ne parvenez pas à tout expliquer ( car c'est de l'ordre du mystère, le mystère de l'iniquité dont il est ici question) ; est-ce que parce que ça parait trop incroyable pour être vrai ? Pourtant, il faut bien l'admettre c'était bien là leur plan.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12585
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Invité Mer 28 Sep 2011, 10:59 pm

Chers frères séparés, si vous ne vous repentez pas de votre hérésie, vous ressemblerez à ceux-ci:


La Petite Église est le fruit du mécontentement engendré dans certaines régions de France et de Belgique à la suite du Concordat de 1801, soit au sein du clergé, particulièrement dans le chef de certains évêques gallicans de l'Ancien Régime, mécontents de la perte de leur siège épiscopal2, soit au sein de la paysannerie de province - particulièrement dans les régions demeurées favorables à la royauté - désorientée par les mutations concordataires comme les nouvelles lois sur le mariage, la modification des fêtes chômées, le redécoupage des évêchés, ... mais surtout par le fait que le pape puisse rompre la chaîne de succession apostolique en démettant un évêque3.

Organisés dans un premier temps autour d'un clergé non-concordataire, une quarantaine de communautés locales dissidentes - souvent influencées par le jansénisme ou la théologie augustinienne4 - voient ainsi le jour en France parmi lesquelles les basnieristes5 dans la Manche, blancs en Bourgogne, les blanchardistes6 dans le Calvados, les clémentins7 en Seine-Inférieure, les enfarinés dans l'Aveyron, les filochois en Indre-et-Loire, les illuminés dans le Lot-et-Garonne, les louisets dans la région de Fougères, les purs à Montpellier, ... Un groupe janséniste convulsionnaire lyonnais dirigé par les abbés Jean-Dominique Chaix puis Claude Germain8 refuse également le Concordat et prend le nom de Petite Église, une dénomination qui servira progressivement à désigner la plupart de ces communautés locales pourtant non uniformes et qui généralement s'ignorent les unes les autres. Dans les Départements réunis, une mouvement appelée stevenistes apparaît dans le Brabant à l'instigation de l'ecclésiastique Corneille Stevens9.

Ces communautés schismatiques ont perduré après la Restauration et ont pu compter ensemble jusqu'à 90 0003 fidèles. Leur déclin s'est pourtant fait sentir dès le xixe siècle sous les pressions conjointes des autorités politiques et de l'Église catholique mais surtout consécutivement à la disparition progressive du clergé non-concordataire dont le dernier représentant meurt en 1853.

Ces communautés sans plus de prêtre à leur côtés depuis lors, survivent néanmoins par l'organisation laïque de l'enseignement religieux et du culte sans messe, les prières étant désormais dites à la maison ou dans des chapelles (comme en Poitou ou en Belgique). La dénonciation du concordat en 1905 et différentes tentatives de rapprochement ne modifieront pas la situation de ces communautés vis à vis de l'Église catholique9.

De nos jours, seules quatre communautés subsistent qui rassemblent environ 4 000 fidèles : la Petite Église des Deux-Sèvres (3 000 fidèles), les « stévenistes » belges (300 fidèles), les « Blancs » en Bourgogne (300 fidèles) et la Petite Église du Lyonnais (400 fidèles).

-------------------

La Petite Église des Deux-Sèvres, également appelée Petite Église de Vendée, est une Église anticoncordataire née des suites de la Révolution française. Phénomène religieux peu étendu géographiquement, il se concentre aujourd'hui dans le Nord-ouest des Deux-Sèvres, essentiellement à Courlay, Cirières et Montigny. Elle compte toujours plusieurs centaines de fidèles de nos jours.

Cependant ce culte, dont les membres sont désignés sous le nom de « dissidents », a participé depuis plus de 200 ans à l'histoire du Bocage laissant son empreinte au niveau de la mentalité, de la culture locale comme de la politique.


L'origine de cette Église se trouve dans la politique religieuse de Napoléon Bonaparte, alors Premier consul. Ayant besoin de la paix religieuse, il signe en 1801, un Concordat qui met fin à l'anarchie qui règne depuis la Révolution française dans l'Église de France, partagée entre prêtres constitutionnels et prêtres insermentés ou réfractaires.

Le pape Pie VII reconnaît la République française et le gouvernement reconnaît le catholicisme comme la religion « de la grande majorité des français ». Le Saint-Siège laisse à Napoléon la possibilité de nommer lui même les évêques et archevêques qui devront prêter serment de fidélité au gouvernement établi. On procède également à une nouvelle distribution des diocèses.

Certains villages entrent donc en dissidence religieuse, soutenus par quelques évêques d'Ancien Régime, pour la plupart en exil. Ainsi Jean Charles de Coucy, évêque de La Rochelle émigré en Espagne, ou Alexandre de Lauzières-Thémines, évêque de Blois, refusent-ils le concordat et s'opposent-ils à plusieurs changements induits par ce concordat :

L'intégration des curés constitutionnels dans le clergé.
La réduction des fêtes d'obligation et des jours chômés, passant d'environ trente avant la Révolution à quatre seulement.
La bénédiction nuptiale donnée après le passage par le mariage à la mairie.
La conservation des biens nationaux, y compris ecclésiastiques, par leurs acheteurs.
Le fait que les curés doivent prêter allégeance aux préfets.
Le nouveau découpage des diocèses, qui fait par exemple disparaître le diocèse de La Rochelle en l'intégrant aux diocèses avoisinants.
L'idée que la Religion était « changée » se répand alors rapidement dans le Bocage qui passe sous l'autorité de l'évêque de Poitiers selon les nouvelles dispositions concordataires. Le clergé réfractaire et ses fidèles « composés de métayers et de bordiers, pauvres agriculteurs qui labourent les champs d'autrui » selon le préfet Dupin, soutenus par Mgr Themines, évêque de Blois (1776 - 1801), s'enfoncent résolument dans l'opposition. Des communautés de dissidents se localisent dans les cantons de Cerizay, Bressuire, Moncoutant, Mauléon, Argenton-Château. Forte d'une communauté de 20 000 personnes en 1820, la « Petite Église » voit le nombre de ses fidèles diminuer au fur et à mesure des décès successifs du clergé dissident.

En 1830 la mort de leur dernier prêtre va provoquer un bouleversement spirituel et culturel considérable. En effet, les dissidents vont désespérément rechercher des prêtres capables de conduire leur communauté. Après de malheureuses expériences : prêtres aux mœurs douteuses, alcooliques, abbés aventuriers, ils décident de confier la gestion des offices à des responsables issus de la communauté des laïcs.

La laïcisation du culte est une des particularités essentielles de cette Église à partir de 1847. Les critères de sélection des responsables de la communauté se basent non sur la richesse ou des quartiers de noblesse mais sur la dévotion religieuse, les liens familiaux et l'instruction. Ainsi les responsables de Courlay sont systématiquement choisis dans la famille Texier du fait de sa parenté avec le dernier prêtre dissident : l'abbé Pierre Texier (1758 - 1826). Les femmes « les sœurs » ont également des responsabilités dans les écoles dissidentes mais également au niveau de culte comme Thérèse Drochon à Cirières vers 1850.

La particularité de la Petite Église est de ne pas essayer de recruter de nouveaux adeptes et les tracasseries administratives, les pressions, les persécutions morales de la part des différents gouvernements vont entraîner une baisse régulière des effectifs.

La dissidence en 1958 ne concerne dans le Bocage qu'environ 3 150 personnes et n'est plus majoritaire qu'à Courlay, dans le quartier de la Plainelière. Cette communauté va se replier sur elle même et sa survie nécessite le refus de toute influence étrangère. C'est l'esprit conservateur, l'anonymat et la discrétion qui vont lui permettre de se maintenir jusqu'à aujourd'hui.

Les cérémonies religieuses[modifier]

Le culte se pratique dans les chapelles pour ce qui est des cérémonies de groupe mais il est possible de les faire chez soi en famille dans les maisons particulières. Il se prépare sans consécration d'hosties depuis la disparition des prêtres. Le responsable de la communauté se place à côté de l'autel, lit la messe en latin d'après l'ancien rituel. Elle dure environ 2 heures. Les dissidents suivent la messe le dimanche et célèbrent toutes les fêtes supprimées lors du Concordat. La Fête-Dieu en l'honneur du Saint sacrement est particulièrement respectée.

Ils respectent rigoureusement le jeûne du Carême (sans viande du lendemain du mardi-gras à Pâques, soit 7 semaines, et sans œuf la dernière semaine dite sainte, ce qui permet le rite des brioches aux oeufs pour Pâques puisqu'il y a du stock). La rigueur vestimentaire lors des cérémonies est recommandée. À l'image de la Vierge pour laquelle les dissidents vouent un culte particulier, et qui portait un voile, les femmes n'entrent dans une chapelle qu'avec la tête couverte. Pour tous, il est interdit d'être jambes et bras nus.

Les sacrements[modifier]

Le baptême est le seul vrai sacrement donné par le responsable de la communauté.
Depuis le xixe siècle, le gouvernement français tolère que le mariage religieux dissident soit célébré avant le mariage civil. Aujourd'hui célébré dans la chapelle de la Plainelière, seuls les mariés, leurs parents et les témoins pénètrent dans la sacristie pour échanger leurs consentements devant le responsable.
La confession se fait directement à Dieu et les dissidents s'imposent eux-mêmes la pénitence.
Le jeune dissident apprend les principes de sa religion à l'occasion du catéchisme à partir du « Petit catéchisme du diocèse de la Rochelle d'avant 1789 ». Il dure environ un mois avant la communion durant lequel les enfants ne fréquentent plus l'école. La communion a lieu le jeudi de la Fête-Dieu
Pour les enterrements, dans les communes où la communauté dissidente est importante, le cimetière est divisé en deux parties : une pour les catholiques et l'autre pour les dissidents. Les tombes ne sont pas orientées de la même façon, celles des dissidents sont tournées vers l'ouest (les monuments peuvent avoir la même orientation, mais pour les morts dissidents, les pieds sont vers l'est).
Les dissidents sont différents des catholiques car ils pratiquent un culte tel qu'il existait avant la Révolution française mais cette distinction se retrouvait également dans la vie sociale, culturelle et politique. L'opposition aux concordataires comme l'esprit communautaire étaient forts et poussaient les dissidents à envoyer leurs enfants à l'école publique. Le groupe exerçait des pressions sur ceux qui voulaient quitter ses rangs, assimilés à des traîtres (se changer). Les mariages, les fêtes, les loisirs, le travail, les achats, les locations de fermes se faisaient au sein du groupe. Les partis de gauche avaient leurs suffrages. Paradoxalement, ils s'opposaient aux mouvements intégristes.

Les mariages mixtes ont toujours été des occasions de déchirement, en particulier lorsque la mariée est enceinte, le mariage doit se faire dans la chapelle à 5h du matin.

Certes aujourd'hui, la position des dissidents est moins tranchée et les jeunes générations rejoignent celles des catholiques dans leur quotidien. Les mariages mixtes entre catholiques et dissidents finissent par créer une osmose sans pour autant faire disparaître ce particularisme qui trouve sa source profondément ancrée dans ses concepts religieux.








Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Sandrine Jeu 29 Sep 2011, 2:30 am

Invicta a écrit:Chers frères séparés, si vous ne vous repentez pas de votre hérésie, vous ressemblerez à ceux-ci:


Spoiler:
La Petite Église est le fruit du mécontentement engendré dans certaines régions de France et de Belgique à la suite du Concordat de 1801, soit au sein du clergé, particulièrement dans le chef de certains évêques gallicans de l'Ancien Régime, mécontents de la perte de leur siège épiscopal2, soit au sein de la paysannerie de province - particulièrement dans les régions demeurées favorables à la royauté - désorientée par les mutations concordataires comme les nouvelles lois sur le mariage, la modification des fêtes chômées, le redécoupage des évêchés, ... mais surtout par le fait que le pape puisse rompre la chaîne de succession apostolique en démettant un évêque3.

Organisés dans un premier temps autour d'un clergé non-concordataire, une quarantaine de communautés locales dissidentes - souvent influencées par le jansénisme ou la théologie augustinienne4 - voient ainsi le jour en France parmi lesquelles les basnieristes5 dans la Manche, blancs en Bourgogne, les blanchardistes6 dans le Calvados, les clémentins7 en Seine-Inférieure, les enfarinés dans l'Aveyron, les filochois en Indre-et-Loire, les illuminés dans le Lot-et-Garonne, les louisets dans la région de Fougères, les purs à Montpellier, ... Un groupe janséniste convulsionnaire lyonnais dirigé par les abbés Jean-Dominique Chaix puis Claude Germain8 refuse également le Concordat et prend le nom de Petite Église, une dénomination qui servira progressivement à désigner la plupart de ces communautés locales pourtant non uniformes et qui généralement s'ignorent les unes les autres. Dans les Départements réunis, une mouvement appelée stevenistes apparaît dans le Brabant à l'instigation de l'ecclésiastique Corneille Stevens9.

Ces communautés schismatiques ont perduré après la Restauration et ont pu compter ensemble jusqu'à 90 0003 fidèles. Leur déclin s'est pourtant fait sentir dès le xixe siècle sous les pressions conjointes des autorités politiques et de l'Église catholique mais surtout consécutivement à la disparition progressive du clergé non-concordataire dont le dernier représentant meurt en 1853.

Ces communautés sans plus de prêtre à leur côtés depuis lors, survivent néanmoins par l'organisation laïque de l'enseignement religieux et du culte sans messe, les prières étant désormais dites à la maison ou dans des chapelles (comme en Poitou ou en Belgique). La dénonciation du concordat en 1905 et différentes tentatives de rapprochement ne modifieront pas la situation de ces communautés vis à vis de l'Église catholique9.

De nos jours, seules quatre communautés subsistent qui rassemblent environ 4 000 fidèles : la Petite Église des Deux-Sèvres (3 000 fidèles), les « stévenistes » belges (300 fidèles), les « Blancs » en Bourgogne (300 fidèles) et la Petite Église du Lyonnais (400 fidèles).

-------------------

La Petite Église des Deux-Sèvres, également appelée Petite Église de Vendée, est une Église anticoncordataire née des suites de la Révolution française. Phénomène religieux peu étendu géographiquement, il se concentre aujourd'hui dans le Nord-ouest des Deux-Sèvres, essentiellement à Courlay, Cirières et Montigny. Elle compte toujours plusieurs centaines de fidèles de nos jours.

Cependant ce culte, dont les membres sont désignés sous le nom de « dissidents », a participé depuis plus de 200 ans à l'histoire du Bocage laissant son empreinte au niveau de la mentalité, de la culture locale comme de la politique.


L'origine de cette Église se trouve dans la politique religieuse de Napoléon Bonaparte, alors Premier consul. Ayant besoin de la paix religieuse, il signe en 1801, un Concordat qui met fin à l'anarchie qui règne depuis la Révolution française dans l'Église de France, partagée entre prêtres constitutionnels et prêtres insermentés ou réfractaires.

Le pape Pie VII reconnaît la République française et le gouvernement reconnaît le catholicisme comme la religion « de la grande majorité des français ». Le Saint-Siège laisse à Napoléon la possibilité de nommer lui même les évêques et archevêques qui devront prêter serment de fidélité au gouvernement établi. On procède également à une nouvelle distribution des diocèses.

Certains villages entrent donc en dissidence religieuse, soutenus par quelques évêques d'Ancien Régime, pour la plupart en exil. Ainsi Jean Charles de Coucy, évêque de La Rochelle émigré en Espagne, ou Alexandre de Lauzières-Thémines, évêque de Blois, refusent-ils le concordat et s'opposent-ils à plusieurs changements induits par ce concordat :

L'intégration des curés constitutionnels dans le clergé.
La réduction des fêtes d'obligation et des jours chômés, passant d'environ trente avant la Révolution à quatre seulement.
La bénédiction nuptiale donnée après le passage par le mariage à la mairie.
La conservation des biens nationaux, y compris ecclésiastiques, par leurs acheteurs.
Le fait que les curés doivent prêter allégeance aux préfets.
Le nouveau découpage des diocèses, qui fait par exemple disparaître le diocèse de La Rochelle en l'intégrant aux diocèses avoisinants.
L'idée que la Religion était « changée » se répand alors rapidement dans le Bocage qui passe sous l'autorité de l'évêque de Poitiers selon les nouvelles dispositions concordataires. Le clergé réfractaire et ses fidèles « composés de métayers et de bordiers, pauvres agriculteurs qui labourent les champs d'autrui » selon le préfet Dupin, soutenus par Mgr Themines, évêque de Blois (1776 - 1801), s'enfoncent résolument dans l'opposition. Des communautés de dissidents se localisent dans les cantons de Cerizay, Bressuire, Moncoutant, Mauléon, Argenton-Château. Forte d'une communauté de 20 000 personnes en 1820, la « Petite Église » voit le nombre de ses fidèles diminuer au fur et à mesure des décès successifs du clergé dissident.

En 1830 la mort de leur dernier prêtre va provoquer un bouleversement spirituel et culturel considérable. En effet, les dissidents vont désespérément rechercher des prêtres capables de conduire leur communauté. Après de malheureuses expériences : prêtres aux mœurs douteuses, alcooliques, abbés aventuriers, ils décident de confier la gestion des offices à des responsables issus de la communauté des laïcs.

La laïcisation du culte est une des particularités essentielles de cette Église à partir de 1847. Les critères de sélection des responsables de la communauté se basent non sur la richesse ou des quartiers de noblesse mais sur la dévotion religieuse, les liens familiaux et l'instruction. Ainsi les responsables de Courlay sont systématiquement choisis dans la famille Texier du fait de sa parenté avec le dernier prêtre dissident : l'abbé Pierre Texier (1758 - 1826). Les femmes « les sœurs » ont également des responsabilités dans les écoles dissidentes mais également au niveau de culte comme Thérèse Drochon à Cirières vers 1850.

La particularité de la Petite Église est de ne pas essayer de recruter de nouveaux adeptes et les tracasseries administratives, les pressions, les persécutions morales de la part des différents gouvernements vont entraîner une baisse régulière des effectifs.

La dissidence en 1958 ne concerne dans le Bocage qu'environ 3 150 personnes et n'est plus majoritaire qu'à Courlay, dans le quartier de la Plainelière. Cette communauté va se replier sur elle même et sa survie nécessite le refus de toute influence étrangère. C'est l'esprit conservateur, l'anonymat et la discrétion qui vont lui permettre de se maintenir jusqu'à aujourd'hui.

Les cérémonies religieuses[modifier]

Le culte se pratique dans les chapelles pour ce qui est des cérémonies de groupe mais il est possible de les faire chez soi en famille dans les maisons particulières. Il se prépare sans consécration d'hosties depuis la disparition des prêtres. Le responsable de la communauté se place à côté de l'autel, lit la messe en latin d'après l'ancien rituel. Elle dure environ 2 heures. Les dissidents suivent la messe le dimanche et célèbrent toutes les fêtes supprimées lors du Concordat. La Fête-Dieu en l'honneur du Saint sacrement est particulièrement respectée.

Ils respectent rigoureusement le jeûne du Carême (sans viande du lendemain du mardi-gras à Pâques, soit 7 semaines, et sans œuf la dernière semaine dite sainte, ce qui permet le rite des brioches aux oeufs pour Pâques puisqu'il y a du stock). La rigueur vestimentaire lors des cérémonies est recommandée. À l'image de la Vierge pour laquelle les dissidents vouent un culte particulier, et qui portait un voile, les femmes n'entrent dans une chapelle qu'avec la tête couverte. Pour tous, il est interdit d'être jambes et bras nus.

Les sacrements[modifier]

Le baptême est le seul vrai sacrement donné par le responsable de la communauté.
Depuis le xixe siècle, le gouvernement français tolère que le mariage religieux dissident soit célébré avant le mariage civil. Aujourd'hui célébré dans la chapelle de la Plainelière, seuls les mariés, leurs parents et les témoins pénètrent dans la sacristie pour échanger leurs consentements devant le responsable.
La confession se fait directement à Dieu et les dissidents s'imposent eux-mêmes la pénitence.
Le jeune dissident apprend les principes de sa religion à l'occasion du catéchisme à partir du « Petit catéchisme du diocèse de la Rochelle d'avant 1789 ». Il dure environ un mois avant la communion durant lequel les enfants ne fréquentent plus l'école. La communion a lieu le jeudi de la Fête-Dieu
Pour les enterrements, dans les communes où la communauté dissidente est importante, le cimetière est divisé en deux parties : une pour les catholiques et l'autre pour les dissidents. Les tombes ne sont pas orientées de la même façon, celles des dissidents sont tournées vers l'ouest (les monuments peuvent avoir la même orientation, mais pour les morts dissidents, les pieds sont vers l'est).
Les dissidents sont différents des catholiques car ils pratiquent un culte tel qu'il existait avant la Révolution française mais cette distinction se retrouvait également dans la vie sociale, culturelle et politique. L'opposition aux concordataires comme l'esprit communautaire étaient forts et poussaient les dissidents à envoyer leurs enfants à l'école publique. Le groupe exerçait des pressions sur ceux qui voulaient quitter ses rangs, assimilés à des traîtres (se changer). Les mariages, les fêtes, les loisirs, le travail, les achats, les locations de fermes se faisaient au sein du groupe. Les partis de gauche avaient leurs suffrages. Paradoxalement, ils s'opposaient aux mouvements intégristes.

Les mariages mixtes ont toujours été des occasions de déchirement, en particulier lorsque la mariée est enceinte, le mariage doit se faire dans la chapelle à 5h du matin.

Certes aujourd'hui, la position des dissidents est moins tranchée et les jeunes générations rejoignent celles des catholiques dans leur quotidien. Les mariages mixtes entre catholiques et dissidents finissent par créer une osmose sans pour autant faire disparaître ce particularisme qui trouve sa source profondément ancrée dans ses concepts religieux.

Du grand n'importe quoi ! Laughing

Il faudra prouver que nous nous sommes séparés de l'autorité des pasteurs légitimes de la Sainte Eglise !

Bon courage .... Wink
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Jeu 29 Sep 2011, 3:10 am

Dans le document d'Invicta il est fait état d'une certaine :

Thérèse Drochon à Cirières vers 1850.

Gabrielle, est-ce une de vos ancêtres ? Very Happy

Je sens qu'il y en a une qui va partir au quart de tour ! confused affraid

Pour répondre à Invicta :

Il y a dans l'Evangile même le reproche de Saint Paul fait à Saint Pierre à Antioche où il lui fait ce reproche qui nous stupéfait :
Saint Paul reproche à Saint Pierre
"de ne pas avoir marché droit selon l'Evangile".

Cependant, Saint Pierre restait solidement sur son siège !

Comme tous les catholiques doivent tenir Saint Pierre comme le premier et le plus grand des papes...ce qui est arrivé à Saint Pierre a donc pu arriver à ses successeur.

MODÉRATION

Mais en tout cas, c'est ce que les personnes de la Petite Eglise lui ont reproché. Dans le cas où leur accusation aurait été juste, ils pouvaient comme Saint Paul l'imputer comme une marche hors du chemin de l'Evangile mais en aucune manière, ils ne devaient trouver là un motif suffisant de faire schisme.

Les traditionalistes se sont largement plus scandalisés par le fait que JP II embrasse le Coran ou qu'une prêtresse indienne lui mette le signe de Shiva sur le front ...que des enseignements de Vatican II.
Facile à comprendre, Marcel, leur Mythe n'a pas baiser le Coran et n'a pas reçu le signe de Shiva qui ne sont que des actes sacrilèges. Alors c'était le Saint ! Le Santo subito trado !

Cependant, Marcel Lefèbvre a accepté toutes les mêmes hérésies de l'Eglise conciliaire que Paul VI et JP II dont la doctrine permettait de tels actes.


Certes les actes de JP II sont honteuses pour un pape mais elle n'altèrent pas sa doctrine enseignée infaillible. Et il n'y aurait eu que cela à reprocher à un pape que, me semble-t-il, (je peux me tromper mais attention danger !) nous n'aurions pas dû faire schisme comme l'a fait la Petite Eglise.

Le vrai et seul problème du Concile d'où est née l'église conciliaire, c'est que Paul VI a établi une nouvelle doctrine et qu'il y a entraîné tous les évêques connus.

Il n'est pas suffisant de dire que Paul VI "n'a pas marché droit selon l'Evangile". Le vrai problème c 'est qu'il a établi et enseigné un Nouvel Evangile et là, il n'y a rien de commun avec la situation de la Petite Eglise.

Que Vatican II soit une autre doctrine, une autre église, il n'y a pas besoin de nos affirmations. Les résultats sont là...partout la licence, l'impiété, le protestantisme le syncrétisme mais surtout il y a le témoignage même des évêques conciliaires qui ont eux-mêmes revendiqué d'avoir établi une nouvelle doctrine et une nouvelle église en rupture avec l'Eglise catholique.

Il y a dans l'Eglise une ceinture qui la définie. C'est l'unité de la foi. Certes il ne peut y avoir l'unité de la charité de tous ses membres puisque de l'aveu même du Maître, il y a les membres morts et les membres vivant.

Mais l'unité de la foi est une barrière infranchissable.
Soit quiconque dans l'Eglise (du manant au pape) a la foi et il est DANS l'Eglise soit il ne l'a pas et il est HORS de l'Eglise.

La règle du XIXème et de la plupart des membres de Te Deum, c'est d'accepter n'importe quoi dans les actes d'un pape. Ils auraient raison si c'est pour affirmer que n'importe quel acte mauvais d'un pape ou même plusieurs accumulés ne changent rien au fait qu'il est Souverain Pontife de l'Eglise pleinement infaillible avec la juridiction sur toute la terre...moyennant que sa Doctrine est celle de l'Eglise.

C'est sur le seul point de Doctrine que Saint Paul et Saint Vincent de Lérins qui le commente nous disent :
“Même si nous-mêmes, ou un ange du ciel vous évangélisait, autrement que nous vous avons évangélisés, qu’il soit anathème.”(Gal I,8.)
Saint Vincent de Lérins dit que le
“Même si nous-mêmes”
de cette citation signifie
“Lors même que tout le corps des apôtres,”.


MODÉRATION



MODÉRATION
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Louis Jeu 29 Sep 2011, 7:41 am

Gérard,

Votre message sera modéré, le Premier Siège ne pouvant être jugé par personne, vous dépassez les limites.

Ce sujet de Sa Sainteté Pie VII fut souvent abordé et il vous fut démontré votre erreur, il est inutile d'aller plus loin.

Louis. Administrateur

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14515
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Jeu 29 Sep 2011, 7:53 am

C'est bien de modérer si j'ai mal parlé mais vous devez expliquez.

Louis vous dites :

Votre message sera modéré, le Premier Siège ne pouvant être jugé par personne, vous dépassez les limites.

Alors qui sur ce forum peut expliquer cette exception à la règle que vous donnez où l'Evangile lui même nous fait part à nous manants, de l'intervention de Saint Paul à Antioche ou n'hésitant pas de juger Saint Pierre il l'accuse très gravement et publiquement de ne pas marcher droit selon l'Evangile.
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  gabrielle Jeu 29 Sep 2011, 7:54 am

@ Invicta...

Votre copier-coller de l'internet n'est guère impressionnant.

Établissez le lien entre nous et la Petite Église, elle a rejeté la juridiction universelle du Pape... nous nous rejetons l'hérésie des intrus.

Prouvez que votre religion est en parfaite continuité avec l'Église Catholique, prouvez que vos sacrements nos pas subit d'altération grave au point de les rendre, pour plusieurs, invalides... prouvez que Dh n'est pas en rupture avec l'enseignement de Pie IX et de 36 papes avant lui. Prouvez que Dh est dans Révélation Divine...

Naturellement, comme nous sommes bons princes, prenez un point à la fois, sinon la migraine va vous tomber dessus!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18789
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  gabrielle Jeu 29 Sep 2011, 8:09 am

Gérard a écrit:La règle du XIXème et de la plupart des membres de Te Deum, c'est d'accepter n'importe quoi dans les actes d'un pape. Ils auraient raison si c'est pour affirmer que n'importe quel acte mauvais d'un pape ou même plusieurs accumulés ne changent rien au fait qu'il est Souverain Pontife de l'Eglise pleinement infaillible avec la juridiction sur toute la terre...moyennant que sa Doctrine est celle de l'Eglise.

Cette règle est catholique, le Pontife a droit à notre respect et obéissance, qui sommes nous pour juger les actes d'un Pape, voyez où cela vous conduit, vous avez éliminé le Pape Pie XII, décanonisé Saint Pie X, annuler le Dogme de l'Assomption, mis en bas des autels l'angélique Sainte Maria Goretti etc...

Ce que le Pape a lié est lié dans les cieux et ce qu'il a délié est délié dans les cieux, et ce n'est pas des quidam comme nous, qui pouvons critiquer les Pontifes légitimes de la Sainte Église.

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18789
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Sandrine Jeu 29 Sep 2011, 8:23 am

La parole du Pape

[...] Je crois utile de vous dire dans quel esprit et avec quels sentiments vous devez accueillir les communications pontificales.
Je réclame d'abord pour la parole du Pape une religieuse déférence, un profond respect.

Jamais on ne s'est tant préoccupé du Pape que depuis quelque temps, surtout dans notre pays [ France ]. Son nom est sur toutes les lèvres. Les manifestations de sa pensée agitent les conseils des souverains, inquiètent les maîtres du monde, remplissent les feuilles publiques, deviennent le thème habituel des conversations.
On parle de lui; mais nous savons et vous savez aussi qu'on n'en parle pas toujours avec déférence. Que de gens sans foi, sans religion, lui jettent l'injure au visage, incriminent ses actes, condamnent ses décisions, à cela rien d'étonnant : on n'attend pas autre chose de ceux qui, de parti pris, font une guerre sans merci à l'Église et veulent l'anéantir : mais ce qui est étrange, c'est de voir des chrétiens, même parmi ceux qui sont bien réputés, faire chorus avec les ennemis les plus acharnés de la Papauté. Eh bien ! oui, il en est qui permettent de citer le Pape à leur barre, de critiquer sa conduite, de discuter ses directions, de le juger sévèrement, de dire qu'il n'a pas l'intelligence des temps et qu'il n'entend rien à gouverner l'Église.

Nous sommes loin du respect qui s'impose en présence du Pape. Le bon, le vrai chrétien se rappelle que le Pape est le représentant visible de Jésus-Christ, son chargé d'affaires dans le monde, qu'il est le chef suprême dans l'Église ; il se dit que le Pape est le personnage le plus considérable, la plus haute autorité morale qui soit sur terre, et alors il s'incline devant sa dignité sans égale, il ne parle de lui qu'avec respect, il s'abstient de toute appréciation malveillante, il accueille ses enseignements, sans jamais les discuter, il se reprocherait comme une faute de les critiquer, d'en parler à la légère, à plus forte raison de les censurer.

Avec le respect pour la parole du Pape, je demande la soumission la plus entière.


Oui ou non , le Pape est-il le successeur de celui à qui Jésus-Christ a confié le gouvernement de son Église? Oui ou non, le Pape est-il le Pasteur suprême, notre chef spirituel, le guide infaillible, le directeur souverain des consciences chrétiennes ? Oui ou non, le Pape est-il assisté d'En-haut pour nous tracer nos devoirs ? Si oui, et ce n'est pas douteux, notre ligne de conduite est toute indiquée : nous devons obéir à ses décisions, nous ranger à son avis. Il a grâce d'état personnellement pour nous régir; il voit les choses de plus haut que nous. Au surplus, quand il prend une décision qui intéresse le gouvernement de l'Église, il s'entoure de toutes les lumières, il consulte, il fait étudier la question à fond par des hommes compétents, et quand la solution lui apparaît bien nette, il la proclame avec toute l'autorité dont il est revêtu, et le devoir de tout chrétien sérieux est de l'accepter avec une parfaite docilité.

[...]

Que nous reste-t-il à faire à nous prêtres et fidèles, c'est de nous soumettre aux décisions du Pape et de laisser, pour ce qu'elles valent, nos opinions personnelles.

La crise religieuse que nous traversons aura eu pour résultat de mettre en relief la haute personnalité du Pape. On disait avec une sorte de dédain : le Pape ? nous ne le connaissons pas, nous l'ignorons. On le connaît maintenant, on ne l'ignore plus, on sait ce qu'il est et on ne peut nier la puissance de sa parole.
Le Pape est discuté, contredit, comme Jésus-Christ : in signum cui contradicetur.
Ah ! nous savons bien pourquoi on l'incrimine. Il est pourtant bien innoffensif le doux Pontife, emmuré dans son Vatican, d'où il ne sirt jamais; il n'a ni armée, ni canons, ni forteresse pour relever son prestige et défendre ses droits; mais il est la survivance de Jésus-Christ, le chef de l'Eglise, et voilà pourquoi les incroyants déchaînent leur fureur contre sa personne.

[...]

Le Pape est le représentant d'une religion qui gêne et condamne les passions; il est le dépositaire suprême d'une autorité qu'ils repoussent; il est le promoteur de vertus qu'ils n'ont pas le courage de pratiquer : voilà la grande raison des coalitions haineuses qui se forment contre lui.

Mes frères, la conduite des ennemis du Pape nous dicte la nôtre.
Le Pape est notre chef spirituel : plus il est persécuté, plus il est contredit, plus nous devons révérer son autorité, plus nous devons lui donner des témoignages de respect et d'obéissance.
Ainsi soit-il.

Abbé L. Bauleret

"Le Dimanche paroissial" , XXIV, mars 1909, p 309, extrait d'un sermon

AINSI SOIT-IL !!!
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Louis Jeu 29 Sep 2011, 8:25 am

gabrielle a écrit:
Gérard a écrit:La règle du XIXème et de la plupart des membres de Te Deum, c'est d'accepter n'importe quoi dans les actes d'un pape. Ils auraient raison si c'est pour affirmer que n'importe quel acte mauvais d'un pape ou même plusieurs accumulés ne changent rien au fait qu'il est Souverain Pontife de l'Eglise pleinement infaillible avec la juridiction sur toute la terre...moyennant que sa Doctrine est celle de l'Eglise.

Cette règle est catholique, le Pontife a droit à notre respect et obéissance, qui sommes nous pour juger les actes d'un Pape, voyez où cela vous conduit, vous avez éliminé le Pape Pie XII, décanonisé Saint Pie X, annuler le Dogme de l'Assomption, mis en bas des autels l'angélique Sainte Maria Goretti etc...

Ce que le Pape a lié est lié dans les cieux et ce qu'il a délié est délié dans les cieux, et ce n'est pas des quidam comme nous, qui pouvons critiquer les Pontifes légitimes de la Sainte Église.


A propos de ce que le Pape a lié et délié :

Du Pape et de ses droits


Dernière édition par Louis le Jeu 29 Sep 2011, 8:41 am, édité 1 fois (Raison : la couleur bleue)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14515
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Louis Jeu 29 Sep 2011, 8:49 am

gabrielle a écrit:
Gérard a écrit:La règle du XIXème et de la plupart des membres de Te Deum, c'est d'accepter n'importe quoi dans les actes d'un pape. Ils auraient raison si c'est pour affirmer que n'importe quel acte mauvais d'un pape ou même plusieurs accumulés ne changent rien au fait qu'il est Souverain Pontife de l'Eglise pleinement infaillible avec la juridiction sur toute la terre...moyennant que sa Doctrine est celle de l'Eglise.

Cette règle est catholique, le Pontife a droit à notre respect et obéissance, qui sommes nous pour juger les actes d'un Pape, voyez où cela vous conduit, vous avez éliminé le Pape Pie XII, décanonisé Saint Pie X, annuler le Dogme de l'Assomption, mis en bas des autels l'angélique Sainte Maria Goretti etc...

Ce que le Pape a lié est lié dans les cieux et ce qu'il a délié est délié dans les cieux, et ce n'est pas des quidam comme nous, qui pouvons critiquer les Pontifes légitimes de la Sainte Église.

Pastor Æternus, ch. 3 a écrit:
En conséquence, Nous enseignons et déclarons que l'Église romaine possède sur toutes les autres, par disposition du Seigneur, une primauté de pouvoir ordinaire, et que ce pouvoir de juridiction du Pontife romain, vraiment épiscopal, est immédiat. Les pasteurs de tout rang et de tout rite et les fidèles, chacun séparément ou tous ensemble, sont tenus au devoir de subordination hiérarchique et de vraie obéissance, non seulement dans les questions qui concernent la foi et les moeurs, mais aussi dans celles qui touchent à la discipline et au gouvernement de l'Église répandue dans le monde entier. Ainsi, en gardant l'unit(é) de communion et de profession de foi avec le Pontife romain, l'Église est un seul troupeau sous un seul pasteur. Telle est la doctrine de la vérité catholique, dont personne ne peut s'écarter sans danger pour sa foi et son salut.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14515
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Jeu 29 Sep 2011, 11:26 am

Vous n'avez toujours rien expliqué de ce que je vous ai demandé sur votre dogme de la perfection des oeuvres d'un pape irréprochable qui est contredite par l'intervention de Saint Paul à Antioche.
Les seules réponses ce sont des ecclésiastique du XIX en ligne !

C'est trop facile de beaucoup parler si c'est pour ne pas répondre ou répondre à côté.

Gabrielle a écrit à mon adresse :

vous avez éliminé le Pape Pie XII, décanonisé Saint Pie X, annuler le Dogme de l'Assomption, mis en bas des autels l'angélique Sainte Maria Goretti etc...

J'ai simplement dit que la doctrine de Pie XII sur la création de l'homme était nouvelle et contraire à le Genèse et aux auteurs sacrés. Vous n'avez JAMAIS rien trouvé avant Pie XII qui puisse appuyer cette doctrine évolutionniste du corps de l'homme de Pie XII.

La seule chose que vous avez su faire c'est de m'excommunier sans répondre à aucun argument de la personne accusée...et de faire un petit jeu de domino qui se font tomber les uns à la suite des autres :

Pie XII a une doctrine nouvelle sur l'origine du corps humain...on s'en fou c'est notre foi. Donc Gérard est hérétique parce qu'il ne reconnait pas Pie XII comme pape.
Comme il ne reconnait pas Pie XII comme pape, Saint Pie X n'est plus saint, L'Assomption (qui était fêtée avant Pie XII dans la liturgie) n'est plus un dogme pour lui. Et Sainte Maria Goretti canonisée par Pie XII n'est plus sainte pour lui.

ET BING ET BANG !

Vous êtes contents...eh bien tant mieux....grand bien vous fasse !

Moi, je continue à chercher à comprendre sous vos sifflets et sans vous !
Dieu étant l'auteur de la foi comme de l'intelligence n'a pas pu nous demander de croire à une foi absurde, une foi contre la raison bien qu'évidemment cette foi soit au-dessus de la raison...mais pas contraire.
Louis a cité Pastor aeternus :
La vraie obéissance, non seulement dans les questions qui concernent la foi et les moeurs, mais aussi dans celles qui touchent à la discipline et au gouvernement de l'Église répandue dans le monde entier.

Obéir est une chose, croire que la discipline ou le gouvernement du pape sont parfaits et infaillibles comme sa doctrine pour que ce soit plus facile pour nous d'obéir, c'est une autre chose que vous avez pris pour dogme et que vous arrachez à la Doctrine de Pastor aeternus...Or Pastor aeternus n'a jamais étendu cette infaillibilité au gouvernement du pape.

Pastor aeternus demande d'obéir pas de croire le gouvernement parfait. La Petite Eglise a désobéi et là, elle s'est plantée...par le seul fait qu'elle s'est cru en droit de désobéir. Or, qu'il y ait des ordres du gouvernements parfaits ou imparfaits...il faut toujours obéir.

Mais, je vous l'accorde, obéir à un pape qui ne peut pas plus se tromper que J-C dans son gouvernement, c'est plus facile et c'est ce qui a motivé votre choix.


Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Via Crucis Jeu 29 Sep 2011, 2:21 pm

Cher Gérard,

Pie XII a écrit :

"C'est pourquoi le magistère de l'Eglise n'interdit pas que la doctrine de l' " évolution ", dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante - car la foi catholique nous ordonne de maintenir la création immédiate des âmes par Dieu - soit l'objet, dans l'état actuel des sciences et de la théologie d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis"


Une matière existante et vivante = Dieu ! Dieu est vivant mais nous ne connaissons pas la "matière" avec laquelle Il est et existe avant la Création ! Il s'est donné de la "matière" en Notre Seigneur Jésus-Christ pour que nous puissions le voir et le toucher ! C'est tout !

Il n'est donc pas interdit POUR LES ATHEES ET SAVANTS de chercher LA CAUSE des mutations observées au cours des siècles passés qui sont survenus et surviennent sur les animaux ou sur les personnes (changement de taille, changements de couleurs de yeux, changement de faciès, ajouts ou diminution des membres etc..).

Les lois de Mendel parlent de l'hérédité mais elles ne renvoient pas à LA CAUSE VIVANTE PREMIERE des changements/mutations observées.

Les gènes sont observés, pris, manipulés et greffés à partir de cellules vivantes (matière existante et vivante) dans les laboratoires dans des conditions spécifiques.

De nos jours L'homme a appris à faire des "greffes de gènes" sur les végétaux (OGM) et sur les animaux (nouvelles races de chiens), et même sur l'homme (si on ne nous le dit pas on nous le cache sûrement) mais il ne renvoie pas à la cause première des changements/mutations.

Dieu peut lui aussi les changer en un clin d’œil quand Il veut car Il peut tout !

Il existe donc des changements/mutations qui ne sont pas le fruit de manipulations génétiques humaines :
Dieu peut quand Il veut créer et insérer dans le paysage de notre monde de nouveaux animaux que nous ne connaissons pas et qui seront découverts un jour, mais comme ils ressembleront à tel ou tel animal, les savants diront que tel ou tel animal a muté ! Et voilà encore de l'eau ajoutée au moulin du Darwinisme !
Darwin ou mieux Darwish, est un derviche tourneur qui a pondu la théorie de l'évolution des espèces pour se faire mousser ! Il a bien réussi car celle-ci, adoptée à l'unanimité par les athées révolutionnaires, lorsqu'elle est enseignée dans les écoles, provoque la perte de la foi chez les enfants (on leur répète cette théorie dans toutes les classes jusqu'à ce que leur cerveau l'aient bien ingurgitée) qui ensuite devenus adultes, abandonneront la foi en Dieu et oublieront leur Créateur ! Le derviche tourneur détourne les croyants de Dieu !

Pie XII savait très bien que la théorie de l'évolution c'est de la foutaise, mais comme il était diplomate, il a renvoyé les savants à leurs recherches avec diplomatie ! Car plus ils cherchent et plus ils découvriront qu'ils ne savent rien !
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Jeu 29 Sep 2011, 2:47 pm

Via Crucis a écrit :



Une matière existante et vivante = Dieu ! Dieu est vivant mais nous ne connaissons pas la "matière" avec laquelle Il est et existe avant la Création ! Il s'est donné de la "matière" en Notre Seigneur Jésus-Christ pour que nous puissions le voir et le toucher ! C'est tout !

Je ne savais pas, chère Via, que vous fumiez de la cocaïne et que vous en étiez aux over-doses !

"Dieu = matière existante et vivante" !!! Il faut censurer tout de suite !

C'est sans commentaire !
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Louis Jeu 29 Sep 2011, 4:25 pm

Gérard a écrit:

Louis a cité Pastor aeternus :
La vraie obéissance, non seulement dans les questions qui concernent la foi et les moeurs, mais aussi dans celles qui touchent à la discipline et au gouvernement de l'Église répandue dans le monde entier.

Obéir est une chose, croire que la discipline ou le gouvernement du pape sont parfaits et infaillibles comme sa doctrine pour que ce soit plus facile pour nous d'obéir, c'est une autre chose que vous avez pris pour dogme et que vous arrachez à la Doctrine de Pastor aeternus...Or Pastor aeternus n'a jamais étendu cette infaillibilité au gouvernement du pape.

Pastor aeternus demande d'obéir pas de croire le gouvernement parfait. La Petite Eglise a désobéi et là, elle s'est plantée...par le seul fait qu'elle s'est cru en droit de désobéir. Or, qu'il y ait des ordres du gouvernements parfaits ou imparfaits...il faut toujours obéir.

Mais, je vous l'accorde, obéir à un pape qui ne peut pas plus se tromper que J-C dans son gouvernement, c'est plus facile et c'est ce qui a motivé votre choix.



Nous ne disons pas que le Pape est infaillible en ce qui touchent la discipline et le gouvernement de l'Église répandue dans le monde entier, nous disons simplement qu'il faut lui obéir aussi en cette matière.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14515
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Via Crucis Jeu 29 Sep 2011, 6:23 pm

Gérard a écrit :

Je ne savais pas, chère Via, que vous fumiez de la cocaïne et que vous en étiez aux over-doses !

"Dieu = matière existante et vivante" !!! Il faut censurer tout de suite !

J'aurais du mettre le mot "matière" entre guillemées "matière" et ajouter à côté "divine" ("matière divine") car si nous savons bien que Dieu est Esprit nous ne savons pas comment Il est fait, nous savons qu'Il est Divin, nous savons tout simplement qu'Il EST, et puisqu'Il EST c'est qu'Il EXISTE.

Notre Seigneur Jésus-Christ est consubstantiel au Père ! Cela veut dire qu'il y a donc bien une substance/"matière" qui est divine en Lui qui procède du Père, et son corps de chair a été pris de la chair de la Vierge Marie d'où le terme consubstantiel !!

Si je me trompe veuillez me corriger. Merci !
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Ven 30 Sep 2011, 2:06 am

Merci Via de n'avoir pas mal pris ma remarque sur la nature divine. je savais bien que vous alliez rectifier vous-même ! :


Vous dites
Notre Seigneur Jésus-Christ est consubstantiel au Père ! Cela veut dire qu'il y a donc bien une substance/"matière" qui est divine en Lui qui procède du Père, et son corps de chair a été pris de la chair de la Vierge Marie d'où le terme consubstantiel !!

Si je me trompe veuillez me corriger. Merci !

Il est difficile de ne pas lier le mot "matière" au créé. Par conséquent, il me semble que l'on risque de manquer de rigueur en l'associant à Dieu ou à sa Substance.

D'autre part en parlant de Dieu vous parler d'"une" substance mais cet article indéfini ne peut convenir (en effet cela laisse penser qu'il s'agit d'une substance parmi d'autres) puisque "la" Substance divine et seule et unique, bien que partagée par les trois Personnes divines et commune à elles Trois.
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les sédévacantistes ? - Page 3 Empty Re: Qui sont les sédévacantistes ?

Message  Gérard Ven 30 Sep 2011, 2:07 am

Louis a dit :
Nous ne disons pas que le Pape est infaillible en ce qui touchent la discipline et le gouvernement de l'Église répandue dans le monde entier, nous disons simplement qu'il faut lui obéir aussi en cette matière.

Moi, itou ! cheers
Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum