L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

+6
Diane + R.I.P
ROBERT.
chaussisbis
Carolus.Magnus.Imperator.
Via Crucis
Roger Boivin
10 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Jeu 07 Juil 2011, 3:01 pm

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 est sujet à controverses.

C’est, notamment, la légende noire d’un Pie XII ami et allié des nazis, lancée par une émission de Radio Moscou diffusée le 7 juin 1945, reprise par les partis de gauche des pays européens, qui a été adoptée aujourd’hui par une partie notable des media occidentaux.

Il est intéressant, pour rétablir la vérité, d'avoir à ce sujet des documents d’hommes d‘Eglise contemporains des faits.

On peut retrouver, dans la Collection des Insegnamenti de Pie XII (disponible sur le site Clerus), de nombreuses déclarations dans lesquelles ce pape a fait entendre au monde en guerre la parole à la fois énergique et pacificatrice de l’Eglise : ce sont, notamment, les discours prononcés en la fête de saint Eugène les 2 juin 1939, 1940, 1941, 1942, 1943, 1944 et 1945 ; les radiomessages de Noël diffusés ces mêmes années ; ainsi que l'allocution devant les représentants de l'action catholique espagnole du 20 février 1946.

Un autre témoignage intéressant est celui livré par le Cardinal Tardini, qui a rempli à partir de 1937 la fonction de secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, en charge notamment des questions diplomatiques. Ce Cardinal nous a laissé une biographie de Pie XII, parue en 1960 : on y trouve de belles pages sur l’action du „Pasteur angélique“ durant le conflit.

Les témoignages laissés par Pie XII et par le Cardinal Tardini constitueront donc les pièces maîtresses de ce dossier.


Dernière édition par Guillaume le Mar 19 Juil 2011, 5:58 am, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Jeu 07 Juil 2011, 3:06 pm

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945

En Europe la guerre est finie : mais quels stigmates elle y a imprimés ! Le divin Maître avait dit : « Tous ceux qui mettront injustement la main à l'épée périront par l'épée » (cf. Matth. Mt 26,52). Or, que voyez-vous ?

Vous voyez ce que laissent derrière elles une conception et une action de l'Etat qui ne tiennent aucun compte des sentiments les plus sacrés de l'humanité, qui foulent aux pieds les principes inviolables de la foi chrétienne. Le monde entier contemple aujourd'hui, stupéfait, l'écroulement qui en est la conséquence.

Cet écroulement, Nous l'avions vu venir de loin, et bien peu, croyons-Nous, ont suivi avec une plus grande tension d'esprit l'évolution et le rythme précipité de cette chute inévitable. Plus de douze années, qui comptent parmi les meilleures de Notre âge mûr, Nous avons vécu, par devoir de la charge qui Nous était confiée, au milieu du peuple allemand. Durant cette période, avec la liberté que permettaient les conditions politiques et sociales d'alors, Nous Nous sommes employé à consolider la situation de l'Eglise catholique en Allemagne. Nous eûmes ainsi l'occasion de connaître les grandes qualités de ce peuple et Nous Nous trouvâmes en relations personnelles avec ses meilleurs représentants. C'est pourquoi Nous avons confiance qu'il pourra s'élever une fois encore à une nouvelle dignité et à une nouvelle vie, quand il aura repoussé de lui le spectre satanique exhibé par le national-socialisme et quand les coupables (comme Nous avons déjà eu l'occasion de l'exposer d'autres fois) auront expié les crimes qu'ils ont commis.

Tant qu'il restait encore une lueur d'espoir que ce mouvement pût prendre une tournure différente et moins pernicieuse, soit par la résipiscence de ses membres plus modérés, soit par une opposition efficace de la partie non consentante du peuple allemand, l'Eglise a fait tout ce qui était en son pouvoir pour opposer une digue puissante à l'envahissement de ces doctrines aussi délétères que violentes.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Roger Boivin Jeu 07 Juil 2011, 8:01 pm

Guillaume, L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 873726

Voici en passant :

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12554
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Ven 08 Juil 2011, 2:34 pm

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945

Au printemps de 1933, le gouvernement allemand pressa le Saint-Siège de conclure un concordat avec le Reich, idée qui rencontra aussi l'assentiment de l'épiscopat et de la plus grande partie tout au moins des catholiques allemands. En effet, ni les concordats déjà conclus avec quelques Etats particuliers de l'Allemagne (Lander) ni la Constitution de Weimar ne leur semblaient assurer et garantir suffisamment le respect de leurs convictions, de leur foi, de leurs droits et de leur liberté d'action. Dans de telles conditions, ces garanties ne pouvaient être obtenues qu'au moyen d'un accord, dans la forme solennelle d'un Concordat avec le gouvernement central du Reich. Il faut ajouter qu'après la proposition faite par celui-ci la responsabilité de toutes les conséquences douloureuses seraient retombées, en cas de refus, sur le Saint-Siège.

Ce n'est pas que, de son côté, l'Eglise se laissât leurrer par d'excessives espérances ou que, en concluant le Concordat, elle entendît approuver de quelque manière que ce soit, la doctrine et les tendances du national-socialisme, comme déclaration et explication en furent alors expressément données (Cf. Osservatore Romano du 2 juillet 1933. Voir dans La Documentation catholique, t. XXX, 1933, col. 506, la traduction de ce document dans l'étude consacrée au Concordat du 20. 7. 1933 entre le Saint-Siège et le Reich allemand (n° spécial 672)). Toutefois il faut reconnaître que le Concordat, dans les années suivantes, procura quelque avantage ou du moins empêcha des maux plus grands. En effet, malgré toutes les violations dont il fut bientôt l'objet, il laissait aux catholiques une base juridique de défense, un camp où se retrancher pour continuer à affronter, tant qu'il leur serait possible, le flot toujours croissant de la persécution religieuse.



Dernière édition par Guillaume le Ven 08 Juil 2011, 3:55 pm, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Ven 08 Juil 2011, 3:55 pm

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945

En fait, la lutte contre l'Eglise allait toujours s'aggravant : c'était la destruction des organisations catholiques ; c'était la suppression progressive des écoles catholiques, publiques et privées, si florissantes ; c'était la séparation forcée de la jeunesse d'avec la famille et l'Eglise ; c'était l'oppression exercée sur la conscience des citoyens, particulièrement des employés de l'Etat ; c'était le dénigrement systématique, au moyen d'une propagande habilement et rigoureusement organisée, de l'Eglise, de son clergé, de ses fidèles, de ses institutions, de sa doctrine, de son histoire ; c'était la fermeture, la dissolution, la confiscation de maisons religieuses et d'autres institutions ecclésiastiques ; c'était l'anéantissement de la presse et de l'édition catholiques.

Pous résister à ces attaques, des millions de vaillants catholiques, hommes et femmes, se serraient autour de leurs évêques, dont la voix courageuse et sévère ne manqua jamais de se faire entendre jusqu'en ces dernières années de guerre ; autour de leurs prêtres, pour les aider à adapter sans cesse leur apostolat aux nécessités et aux circonstances nouvelles ; jusqu'à la fin, avec patience et fermeté, ils opposèrent au front de l'impiété et de l'orgueil le front de la foi, de la prière, de la conduite et de l'éducation franchement catholiques.

Pendant ce temps, le Saint-Siège, sans hésiter, multipliait auprès des gouvernants allemands ses instances et ses protestations, les rappelant avec énergie et précision au respect et à l'accomplissement des devoirs dérivant du droit naturel lui-même et confirmés par le Concordat. Dans ces années critiques, Notre grand prédécesseur Pie XI, joignant à la vigilance attentive du Pasteur la patiente longanimité du Père, remplit avec une force intrépide sa mission de Pontife suprême.

Lorsque néanmoins, après avoir vainement essayé toutes les voies de la persuasion, il se vit de toute évidence aux prises avec les violations délibérées d'un pacte officiel et d'une persécution religieuse, dissimulée ou manifeste, mais toujours durement menée, le dimanche de la Passion 1937, dans son encyclique Mit brennender Sorge (Cf. La Documentation catholique, t. XXXVII, 1937, col. 901.), il dévoila au regard du monde ce que le national-socialisme était en réalité : l'apostasie orgueilleuse de Jésus-Christ, la négation de sa doctrine et de son oeuvre rédemptrice, le culte de la force, l'idolâtrie de la race et du sang, l'oppression de la liberté et de la dignité humaine.

Comme un coup de trompette qui donne l'alarme, le document pontifical, vigoureux — trop vigoureux, comme le pensait déjà plus d'un — fit sursauter les esprits et les coeurs.

Beaucoup — même hors des frontières de l'Allemagne — qui, jusqu'alors, avaient fermé les yeux sur l'incompatibilité de la conception nationale-socialiste et de la doctrine chrétienne, durent reconnaître et confesser leur erreur.


Dernière édition par Guillaume le Mar 06 Mar 2012, 5:55 pm, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Via Crucis Ven 08 Juil 2011, 5:36 pm

Merci Guillaume pour ce texte. Nous avons là la preuve irréfutable que Pie XII condamnait le national socialisme :

.....quand il aura repoussé de lui le spectre satanique exhibé par le national-socialisme et quand les coupables (comme Nous avons déjà eu l'occasion de l'exposer d'autres fois) auront expié les crimes qu'ils ont commis.

....Dans de telles conditions, ces garanties ne pouvaient être obtenues qu'au moyen d'un accord, dans la forme solennelle d'un Concordat avec le gouvernement central du Reich. Il faut ajouter qu'après la proposition faite par celui-ci la responsabilité de toutes les conséquences douloureuses seraient retombées, en cas de refus, sur le Saint-Siège.

Ce n'est pas que, de son côté, l'Eglise se laissât leurrer par d'excessives espérances ou que, en concluant le Concordat, elle entendît approuver de quelque manière que ce soit, la doctrine et les tendances du national-socialisme, comme déclaration et explication en furent alors expressément données (Cf. Osservatore Romano du 2 juillet 1933. Voir dans La Documentation catholique, t. XXX, 1933, col. 506, la traduction de ce document dans l'étude consacrée au Concordat du 20. 7. 1933 entre le Saint-Siège et le Reich allemand (n° spécial 672)). Toutefois il faut reconnaître que le Concordat, dans les années suivantes, procura quelque avantage ou du moins empêcha des maux plus grands. En effet, malgré toutes les violations dont il fut bientôt l'objet, il laissait aux catholiques une base juridique de défense, un camp où se retrancher pour continuer à affronter, tant qu'il leur serait possible, le flot toujours croissant de la persécution religieuse.

Merci Pie XII !

Seigneur, je ne doute pas qu'il est avec Vous au ciel, donnez lui encore plus de gloire dans le ciel qu'il n'en a déjà pour avoir défendu et protégé votre Sainte Eglise sur la terre contre la barbarie satanique nazie !
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Ven 08 Juil 2011, 9:13 pm

Via Crucis a écrit:Merci Guillaume pour ce texte. Nous avons là la preuve irréfutable que Pie XII condamnait le national socialisme :

Erreur Mémé !

Je comprends votre aversion naturelle pour le National Socialisme, mais cela ne constitue pas une condamnation formelle.

Il s'agit ici d'un jugement PRATIQUE. Lisez tout le texte, et, s'il le faut, relisez-le encore, peut-être comprendrez-vous ...

Autrement, il aurait fallu tenir pour apostats ou hérétiques tous les catholiques, clercs y compris, qui étaient partisans du National Socialisme.

Qui plus est, vous ne trouverez jamais un quelconque manuel de Droit Canonique dressant une sorte de procédure de réconciliation avec l'Église ou d'abjuration destinées aux fidèles qui auraient été membres du Parti ou adeptes du mouvement, comme c'est le cas pour le communisme et la FM ...


Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Goujaterie, race,nation élites, Foi et Salut!

Message  chaussisbis Lun 11 Juil 2011, 2:03 pm

Je sors de ma longue retraite, et malgré la fatigue (il est 2 heures...), j'ai pensé utile de poser sur le clavier quelques mots, outré - tout d'abord - de la goujaterie et de la haine à peine voilée d'un certain à l'encontre de Via crucis, et ensuite pour apporter quelques éléments de clarification sur des sujets eminemments sensibles en nos milieux, et à vrai dire assez mal traités (maltraités!), pas traités du tout, ou traités très partiellement et/ou partialement...
Pour ce faire, l'on aura la patience et l'intelligence de supporter et comprendre les références (et référends) que je cite, non pas comme des absolus ou des gourous, mais bien comme éclairage sur le point précis ou je les cite: I.E. : lorsque Staline dit "il est midi" et qu'effectivement l'astre diurne est à son zénith, Staline dit vrai.. ce qui ne veut pas dire que Staline dit toujours vrai et doit etre suivi en tout!

Venons en aux sujets qui nous (pré?) occupent: race, nation, élites, Foi.. et Salut!

Chacun connait et reconnait les faits historiques du rejet par les poldèves du Fils de Dieu: "que son sang retombe sur nous et sur nos enfants!"
Chacun connait (ou devrait apprendre!) la "recomposition" d'une nouvelle religion qui s'en est suivi: le talmud, lequel s'est resolument axé antichristique, haineux du nom chrétien, et coupable - pour certains d'entre eux -d'abominations sans nom: crimes rituels, ruine des pauvres par l'usure, tout au long du moyen age et jusqu'à nos jours, Ô combien!
Le réflexe chrétien... et régalien, a toujours été de se protéger et de protéger les petits du mal que pouvaient faire ces poldèves perfides : restitution de l'usure (par st Louis), interdiction de l'exercice de certaines professions, etc...
Mais s'il c'est un devoir naturel de se protéger de tels crimes, c'est une grave erreur, et un grave manquement à la Charité que de mettre dans le meme sac le poldeve perfide.. avec le poldève de bonne foi!
Hair le juif, c'est se hair soi-meme, car - comme le disait Pie IX, "nous sommes spirituellement des sémites" et la Papauté a toujours protégé les poldèves de bonne foi (cf les "juifs du Pape"!)
De plus, les "dons de Dieu étant sans repentance", c'est oublier que Notre Seigneur Jésus Christ (2° Personne de la Sainte Trinité, s'il vous plait!), Sa Mère, son Père, toute Sa famille et tous les fondateurs de notre Religion, étaient juifs!
la Nouvelle Alliance n'aboli pas l'ancienne, mais l'accompli!
Et d'ailleurs, du premier saint poldève - le bon larron - jusqu'à un des plus récents, l'ex rabbin Zolli (qui - excusez du peu - eu droit à des apparitions personnelles de "Dieu-Sauveur"), que de merveilles de la Grace Divine!
Sans oublier que les plus grands mystiques étaient d'origine juive: les "conversos" Sainte Catherine d'Avila et Saint Jean de la Croix!
et encore Saint Dominique, qui "ne parlait qu'à Dieu ou que de Dieu"!!!
Bien sur, nous aurons garde d'oublier combien de "perfides" furent des ferments de perversion et de crimes, et jusqu'à notre histoire moderne où tous les courants de destruction de notre identité chrétienne ont pour inventeurs des poldèves talmudiques: Marx, Freud,etc..
ET si les poldèves de l'ancienne aliance se sont souvent mal comporté: moise a peine monté au Sinai, toute la "nation" juive fond son or pour l'adorer .. en veau! le grand Roi David, fornicateur et assassin: avec la sentence vengeresse du Prophète Nathan: "tu es ille vir!", ne sont ils pas l'image saississante de chaque homme, et.. de toute l'humanité, pécheresse dès le commencement??? En nous allégant la fausse promesse: "vous serez comme des dieux", le vieux serpent nous rend en fait esclaves de nous meme, et par le suffrage universel, nous nus adorons nous memes, dns la folle pretention de n'avoir "d'autre Roi (Dieu?) que César", et l'aberration sans nom que tout un chacun est - comme le dit la formule éculée :"libre et égal en droit"
Dans les faits, cette remise de toute souveraineté entre les mains de "l'Etat".. après l'avoir arrachée des mains de Dieu, nous jette sous la schlague d'une trannie sans nom!
Le problème n'est donc pas la race, mais bien l'adhésion ou le rejet de la Vrai Foi
N'oublions pas que dans le dernier conflit mondial les poldèves talmudiques financèrenent à la fois les deux extrèmes de l'échiquier: Lénine en son wagon plombé et son train plein de lingots d'or, et d'autre part les multinationales Hoechst (gaz de combat ) et Thyssen Krups (munitions et canons) entre autres...
Le mondialisme luciférien, dirigé par ces hauts "initiés" se réjouit donc de mnipuler les goys "en tenaille": les uns mettant toute leur générosité au service d'une "internationale socialiste" pronant le paradis égalitariste... les autres croyant bien faire .. en prenant la position.. qu'ils croient diamétralement opposée: "national- socialiste"... mais tous sont foncièrement matérialistes, et tous arrachent à Dieu Sa Souveraineté.. pour le remettre aux mains du premier venu... émanation - consciente ou non - des loges lucifériennes: Marx avait ses rituels kabbalistiues, les dignitaires nazis avaient leur loge de Thulé...
Mais n'oublions pas non plus que si des influences poldèves talmudiques ont corrompu une partie de notre monarchie francaise (avec les "Médicis" leur magie satanique et leurs crimes par empoisonnement), jusqu'au conventionnel Rhul, et sa hargne à écraser la Sainte ampoule à coups de marteau... Ce sont de "bons français", bien nationalistes, qui ont inventé - et mis en pratique - les théories de "dépopulation" (Gracchus Babeuf) imités depuis par tous les totalitarismes (Polpot, etc..)
Revenons donc aux fondamentaux: depuis les Patriarches, le refus de se mèler aux peuples étranger et de conclure des alliances matrimoniales avec eux n'était pas fondé sur le rejet du "sang impur" ou la préservation de la "race pure", mais bien parce qu'en se mariant avec une jolie cananéenne.. l'on risquait fort de se marier... avec BAAL, puisque la religion est d'abord domestique et que le gardienne en est - de tous les temps - la femme, au sein du foyer!
De là, l'importance que nos Patriarches accordaient au choix d'une épouse non consanguine, mais partageant la meme Foi (cf. Tobie!)
Et de tous temps, la monarchie francaise à reçu du sang éloigné ( avec Anne de Kiev, notemment) et a donné des rois et des reines à l'univers entier... sans jamais se renier ni s'affadir!
Notons bien, à ce sujet, que la notion de "nation"... est typiquement révolutionnaire (cf " les deux patries" de Jacques de Viguerie) et que l'on a toujours fait reproche au Chrétien de n'etre pas "patriote": "non amicus Caesar", et jusqu'à des temps plus récents, dans les vastes goulags russes et chinois (cf "eglise patriotique"!!!)
Il aura fallu l'erreur majeure de Maurras, et de toute une (grande!) partie de sa génération pour plaider absurdement "l'union sacrée" et le "compromis nationaliste"... qui ont eu pour effet de faire perdurer et s'ancrer la Gueuze et ses monstruosités!!!
A ce sujet, il faut lire "faux principes et maitres" de LHR et l'excellente synthèse récente de Franck Abed...
Rappellons nous, c'est essentiel, les blasphemes abominables de ce Maurras, sur notre Sauveur et sa judeité!
Constatons aussi, en passant, que ce concept de nation tend à absolutiser le culte de la race, et celui de la toute puissance de l'état, "révolutionnaire" en France, "Nazi" en allemagne, "Faciste" en italie, Etat qui s'approprie tout, légifère sur tout, se prend pour Dieu, et anéanti toute responsabilité humaine et familiale, comme aussi, il détruit tous les corps intermédiaires, faisant fi du principe ESSENTIEL de Subsidiarité.. mais c'est là un autre débat.. quoique: TOUT SE TIENT!
Dans une société en ordre, c'est à dire vivant selon la Loi Naturelle et Divine, se dégagent des élites qui le sont dans l'ordre de la vertu, faisant passer le Bien Commun avant leurs intérets particuliers: ils servent les autres, dans les trois états de dignité décroissante: au service du salut éternel des ames, au service de la defense des familles et des communautés, par le glaive et dans la gestion des choses publiques, enfin, les derniers servent par la production des biens et des services utiles à la conservation de la vie temporelle...
S'ensuit que lorsque Dieu et Sa Loi sont méprisés et tenus pour rien: du "non serviam"de satan, au "pas de Loi supérieure à celle de la république, de Chirac, en passant par le célèbre: "ni Dieu, ni Maître", il n'y a plus personne au "service divin", et donc plus aucun frein n'etant mis aux appétis, chacun ne pense qu'à accumuler pour "jouir sans entraves", "parce que .. je le vaux bien"!
Dans ces conditions, il n'est plus de noblesse vraie, et celle qui reste n' a plus d'audience.. ou se comporte "bourgeoisement", ce qui est pire que tout! puisqu'elle retombe en tiers état, préoccupée de l'accroissement de biens matériels, alors que sa raison d'etre est d'attirer vers les cîmes de la vertu: "duc in altum"
Evidemment, comme il y a solitude sur les sommets plus personne ne veut, à la suite du Divin Maître: "se renoncer à soi meme, prendre sa croix.. et Le suivre"...
ET pourtant, qu'est venu faire ici bas le "Mec des mecs", "l'Aristocrate des aristocrates", "le Roy des rois"???
Exalter la race, la nation, l'orgueil de caste?
Non! de sa crèche où il reçu les hommages des rois de toutes les couleurs, à Sa Croix où ses bras sont si douloureusement écartelés, il offre Son Coeur à nos coups, et le Salut à tous ceux qui L'adorent, "en esprit et en Vérité"...
Chaussis, 10 juillet 2011

PS: Point de détail: l'on nous rebat les oreilles avec le Droit Canon... qui serait le summum de la théologie et comme le compendium.. de la "Loi et des Prophètes", mais cette idée est aussi grotesque et pisse-menu que de prétendre - par exemple - que le Code Civil français (malgré toutes les prétentions et enflures de son boucher de promoteur) serait la bible de l'art de vivre à la française!
Permettez à votre serviteur, modestement licencié dans l'un et l'autre droit, de ranger au rang d'outil tous ces manuels de procédure... qui ne mènent pas plus au Salut qu'au bien vivre ici bas!
chaussisbis
chaussisbis

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Lun 11 Juil 2011, 3:04 pm

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945

Beaucoup, mais pas tous ! D'autres, dans les rangs mêmes des fidèles, étaient par trop aveuglés par leurs préjugés ou séduits par l'espoir d'avantages politiques. L'évidence des faits signalés par Notre prédécesseur ne réussit pas à les convaincre, encore moins à les décider à changer de conduite. Est-ce une simple coïncidence ? Certaines régions, qui furent ensuite les plus durement frappées par le système national-socialiste, furent précisément celles où l'encyclique Mit brennender Sorge avait été le moins ou même n'avait été aucunement entendue.

Aurait-il été possible alors de freiner une fois pour toutes, par des mesures politiques opportunes et adaptées, le déchaînement de la violence brutale et de mettre le peuple allemand en état de se dégager des tentacules qui l'étreignaient ? Aurait-il été possible d'épargner de cette manière à l'Europe et au monde l'invasion de cette immense marée de sang ? Personne n'oserait se prononcer avec certitude. En tout cas, pourtant, personne ne pourrait reprocher à l'Eglise de n'avoir pas dénoncé et indiqué à temps le vrai caractère du mouvement national-socialiste et le danger auquel il exposait la civilisation chrétienne.


Dernière édition par Guillaume le Mar 06 Mar 2012, 5:54 pm, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  ROBERT. Lun 11 Juil 2011, 3:17 pm

.

Heureux de votre retour sur TE DEUM Chaussis !

Heureux de constater que votre état de santé semble s’être amélioré.

Heureux de vous relire également avec ce commentaire qui remet beaucoup de pendules à l’heure.

.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Roger Boivin Lun 11 Juil 2011, 4:10 pm

chaussisbis a écrit: PS: Point de détail: l'on nous rebat les oreilles avec le Droit Canon... qui serait le summum de la théologie et comme le compendium.. de la "Loi et des Prophètes", mais cette idée est aussi grotesque et pisse-menu que de prétendre - par exemple - que le Code Civil français (malgré toutes les prétentions et enflures de son boucher de promoteur) serait la bible de l'art de vivre à la française!
Permettez à votre serviteur, modestement licencié dans l'un et l'autre droit, de ranger au rang d'outil tous ces manuels de procédure... qui ne mènent pas plus au Salut qu'au bien vivre ici bas!

Bonjour Chaussis ; je partage la joie de Robert pour votre retour parmi nous ; soyez donc le bienvenue !

..pour ce qui est du droit canon, - je ne suis qu'un pousseux de vadrouille -, il me semble que c'est là la loi de l'Église, et que Francis ( CMI) a jusqu'à date fait un excellant travail, ..entre autre par exemple pour ce qui a trait de la PERSONNE MORALE lorsqu'on parle de l'Église. Alors j'aimerais comprendre pourquoi vous semblez, si j'ai bien saisi votre propos, l'écarter du revers de la main ? Merci d'avance.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12554
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  chaussisbis Lun 11 Juil 2011, 5:00 pm

Merci beaucoup pour vos bons voeux: en fait, si mon cerveau n'a pas été atteint - semble t il - je reste - physiquement très diminué et ultra fatiguable...

Concernant mon post scriptum, je suis désolé de n'avoir pas donné d'explication.... et ce n'est pas mon genre "d'ecarter d'un revers de main" une question: à la lecture de ce dernier post, vous constaterez que j'argumente!
Je partage parfaitement la notion et l'argument de "personne morale", notemment, pour considérer que l'Eglise n'est pas morte... à chaque mort et/ou vacance de Pontife, en ce , pour contrer les arguties imbéciles de ceux qui prétendai ou prétendent qu'il ne peut y avoir "vacance" prolongée, sans disparition de l'Eglise!
d'ailleurs, l'histoire elle meme nous apprend que l'Eglise a dejà vecu des vacances de plus de 40 ans.. sans disparaitre..

En revanche, depuis des années, ici et là, j'aperçois de nombreux post qui tendent à faire du CDC de 1917, comme le récapitulatif des définitions de la FOI et le "compendium" des condamnations officielles du Magistère... Or, cette une erreur grossière, "volumétriquement" d'abord, puisque le CDC ne represente qu'un seul petit volume.. alors que le "dentzinguer" en fait 4, d'importance, et que le DTC represnte une trentaine de volumes "in quarto"...
C'est aussi une erreur... "d'outil" :: le CDC n'est qu'un "manuel de procedure", et nullement, ni un exposé de la doctrine à croire, ni un dictionnaire des erreurs à éviter, ou des condamnations officielles des doctrines erronées!
Par exemple: L'arianisme à été condamné par les papes du temps, et c'est Saint Augustin qui a le mieux écrit dessus et combattu cette hérésie excécrable: le cdc de 1917 ne parle ni des uns.. ni de l'autre...
autre exemple: le communisme a été défini comme "intrinséquement pervers" et condamné dans l'encyclique "divini redemptoris" par le Pape PIE XI, le 19 mars 1937... celà ne figure pas dans le code de 1917... non plus.. et pour cause!
S'il fallait ne tenir compte que du CDC pour savoir quoi croire et quoi rejeter.. on serait bien en peine.. car ce n'est pas son rôle!

Voilà donc le fond de ma pensée pour intrioduire sur ce sujet, mais "doctrina mea non est doctrina mea"! et - si l'on doit débattre sur ce sujet, le mieux serait d'ouvrir un autre fil...


chaussisbis
chaussisbis

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Via Crucis Lun 11 Juil 2011, 5:16 pm

Bienvenu Chaussis parmi nous !cheers

Nous sommes très contents de vous relire !

Dieu soit loué ! Alleluia ! L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 962688
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Lun 11 Juil 2011, 6:07 pm

Je vois que les bienfaits de la longue retraite de Chaussis ne semble pas avoir eu d'effets sur sa compréhension, malheureusement.

chaussisbis a écrit:Je sors de ma longue retraite, et malgré la fatigue (il est 2 heures...), j'ai pensé utile de poser sur le clavier quelques mots, outré - tout d'abord - de la goujaterie et de la haine à peine voilée d'un certain à l'encontre de Via crucis ...

Pourriez-vous me dire, mon cher Chaussis, où voyez-vous une telle chose ?

À moins que, tel que Guillaume le mentionne, ce fil déchaîne chez vous les passions ?

Malheureusement, à voir le fratas de procès d'intentions et d'affirmations préremptoires contenues en votre message, il m'est bien difficile de ne pas y voir la confirmation de mon interrogation ci-dessus.

Il a été question d'aversion naturelle de Via Crucis pour le National Socialisme, ce qui est compréhensible, puisqu'elle est juive.

Il a été question de la tribu dont est issue Via Crucis, c'est-à-dire les Juifs, en ce qu'elle accuse les Allemands d'avoir convoité un autre pays (ce qui est très discutable) quand pourtant elle-même, outre le fait qu'elle est issue d'un peuple dont le fondement politique a été effectivement de convoiter un autre pays, c'est-à-dire la Palestine, pays dont ce même peuple a réussi à s'approprier de fait, elle-même, dis-je, fait l'éloge d'un homme politique sioniste tel que Shimon Peres, lequel est l'une des têtes les plus en vues du sionisme ... et voilà qu'on me sort tout l'arsenal révolutionnaire : « vous voulez tuer les juifs », « vous êtes raciste et haineux », « vous haïssez les juifs » etc.

Chaussis a écrit: ... lorsque Staline dit "il est midi" et qu'effectivement l'astre diurne est à son zénith, Staline dit vrai.. ce qui ne veut pas dire que Staline dit toujours vrai et doit etre suivi en tout!

Quel rapport ?

Nous pourrions par contre retourner votre sentence contre vous-même. En effet, si Staline « dit "il est midi" et qu'effectivement l'astre diurne est à son zénith », il serait plutôt imbécile de s'entêter à dire que Staline dit une fausseté sous prétexte qu'il ne doit pas être suivi en tout ...

Or, c'est précisément ce que vous faites : les Révolutionnaires de 1789 se disaient eux-mêmes patriotes, donc, à vous entendre, le patriotisme est nécessairement mauvais ... quand bien même que l'Église ait fait l'éloge du Patriotisme.

Chaussis a écrit:Hair le juif, c'est se hair soi-meme, car - comme le disait Pie IX, "nous sommes spirituellement des sémites" et la Papauté a toujours protégé les poldèves de bonne foi (cf les "juifs du Pape"!)

Outre le fait que vous partez sur un autre de vos réflexes révolutionnaires, à savoir accuser autrui d'haïr le juif, pourriez-vous au moins fournir la source de cette soi-disante sentence de Pie XI ?

En outre, que faites-vous de ce passage de Saint Jean Chrysostome ?

Saint Jean Chrysostome,Oeuvres Complètes, t.I, traduction par l'abbé J. Bareille, Louis Vivès, 1865 a écrit:
Voilà pourquoi je hais, moi aussi, les Juifs, parce que, possédant la loi, ils outragent la loi et en font un appât à l'adresse des plus faibles. [...] Maintenant, ils ont renoncé à toute indulgence, parce que, tout en protestant de leur foi aux prophètes, ils accablent d'injures celui que les prophètes ont annoncé.

Il faut quand même avouer que Saint Jean Chrysostome ne versait pas trop dans le manège révolutionnaire de Chaussis qui consiste à se crisper la figure dès que l'on entend le mot « juif » ...

Chaussis a écrit:Et d'ailleurs, du premier saint poldève - le bon larron - jusqu'à un des plus récents, l'ex rabbin Zolli (qui - excusez du peu - eu droit à des apparitions personnelles de "Dieu-Sauveur"), que de merveilles de la Grace Divine!

Hélas ! Nous ne sommes pas tenus de croire à ces soi-disantes apparitions ...



Chaussis a écrit:... train plein de lingots d'or, et d'autre part les multinationales Hoechst (gaz de combat ) et Thyssen Krups (munitions et canons) entre autres...
Le mondialisme luciférien, dirigé par ces hauts "initiés" se réjouit donc de mnipuler les goys "en tenaille": les uns mettant toute leur générosité au service d'une "internationale socialiste" pronant le paradis égalitariste... les autres croyant bien faire .. en prenant la position.. qu'ils croient diamétralement opposée: "national- socialiste"... mais tous sont foncièrement matérialistes, et tous arrachent à Dieu Sa Souveraineté.. pour le remettre aux mains du premier venu... émanation - consciente ou non - des loges lucifériennes: Marx avait ses rituels kabbalistiues, les dignitaires nazis avaient leur loge de Thulé...
Mais n'oublions pas non plus que si des influences poldèves talmudiques ont corrompu une partie de notre monarchie francaise (avec les "Médicis" leur magie satanique et leurs crimes par empoisonnement), jusqu'au conventionnel Rhul, et sa hargne à écraser la Sainte ampoule à coups de marteau... Ce sont de "bons français", bien nationalistes, qui ont inventé - et mis en pratique - les théories de "dépopulation" (Gracchus Babeuf) imités depuis par tous les totalitarismes (Polpot, etc..)

Je note ici que Chaussis sombre en un complotisme ridicule.

La société Thule, Hitler n'en fut jamais membre. Il se moquait même royalement de celle-ci dans Mein Kampf.

Par ailleurs, notons ce qui suit :

« Mais n'oublions pas non plus que si des influences poldèves talmudiques ont corrompu une partie de notre monarchie francaise (avec les "Médicis" leur magie satanique et leurs crimes par empoisonnement), jusqu'au conventionnel Rhul, et sa hargne à écraser la Sainte ampoule à coups de marteau ... »

Notons également qu'il s'agit ici des propres mots de Chaussis, et, étrangement, il ne jette pas, cette fois-ci, le bébé avec l'eau du bain comme il le fait pourtant avec le National Socialisme, le Fascisme, le nationalsime, et le patriotisme ...

Chaussis a écrit:Revenons donc aux fondamentaux: depuis les Patriarches, le refus de se mèler aux peuples étranger et de conclure des alliances matrimoniales avec eux n'était pas fondé sur le rejet du "sang impur" ou la préservation de la "race pure", mais bien parce qu'en se mariant avec une jolie cananéenne.. l'on risquait fort de se marier... avec BAAL, puisque la religion est d'abord domestique et que le gardienne en est - de tous les temps - la femme, au sein du foyer!

Chaussis peut bien croire ce qu'il veut, mais, moi, personnellement, je préfère ceci :

Mgr Gröber, Manuel des questions religieuses actuelles, Avec la recommandation de l'épiscopat allemand, 1937 a écrit:
La conséquence de cet envahissement de la race par l'étranger se manifesterait principalement par une atteinte à l'essence originelle de notre civilisation. L'afflux de race étrangères déforme sa nature propre. [...] Du fait que chaque peuple assume la responsabilité de son heureux maintien, et que l'apport de sang totalement étranger représente toujours une menace pour le caractère historiquement préservé d'un peuple, il s'ensuit qu'on ne saurait contester à aucun peuple le droit de mainenir l'acquis intégral de sa race ni celui de prendre les mesures qui doivent le lui assurer. La religion chrétienne exige seulement que les moyens appliqués ne contreviennent pas à la loi morale ni à la justice naturelle.

Il faudra donc conclure que Mgr Gröber, lui, à l'inverse de Chaussis, traitait la question de race avec un peu moins de passion que le fait ce même Chaussis ...

Chaussis a écrit:Notons bien, à ce sujet, que la notion de "nation"... est typiquement révolutionnaire (cf " les deux patries" de Jacques de Viguerie) et que l'on a toujours fait reproche au Chrétien de n'etre pas "patriote": "non amicus Caesar", et jusqu'à des temps plus récents, dans les vastes goulags russes et chinois (cf "eglise patriotique"!!!)

Voilà la belle logique !

Nos adversaires ont utilisé les termes « nation », « patrie », « Patriotisme » ... donc, nécessairement et forcément, nous devons les repousser !

Re :

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:
Chaussis a écrit: ... lorsque Staline dit "il est midi" et qu'effectivement l'astre diurne est à son zénith, Staline dit vrai.. ce qui ne veut pas dire que Staline dit toujours vrai et doit etre suivi en tout!

Quel rapport ?

Nous pourrions par contre retourner votre sentence contre vous-même. En effet, si Staline « dit "il est midi" et qu'effectivement l'astre diurne est à son zénith », il serait plutôt imbécile de s'entêter à dire que Staline dit une fausseté sous prétexte qu'il ne doit pas être suivi en tout ...

Or, c'est précisément ce que vous faites : les Révolutionnaires de 1789 se disaient eux-mêmes patriotes, donc, à vous entendre, le patriotisme est nécessairement mauvais ... quand bien même que l'Église ait fait l'éloge du Patriotisme.

Chaussis a écrit:A ce sujet, il faut lire "faux principes et maitres" de LHR et l'excellente synthèse récente de Franck Abed...

Monsieur, je ris ici en vous lisant me conseiller un tel bouquin ...

Chaussis a écrit:Constatons aussi, en passant, que ce concept de nation tend à absolutiser le culte de la race, et celui de la toute puissance de l'état, "révolutionnaire" en France, "Nazi" en allemagne, "Faciste" en italie, Etat qui s'approprie tout, légifère sur tout, se prend pour Dieu, et anéanti toute responsabilité humaine et familiale, comme aussi, il détruit tous les corps intermédiaires, faisant fi du principe ESSENTIEL de Subsidiarité.. mais c'est là un autre débat.. quoique: TOUT SE TIENT!

Encore une fois, vous jetez le bébé avec l'eau du bain !

Pie XII, Mit Brennender Sorge a écrit:
Quiconque prend la race, ou le peuple, ou l'État, ou la forme de l'État, ou les dépositaires du pouvoir, ou toute autre valeur fondamentale de la communauté humaine - toutes choses qui tiennent dans l'ordre terrestre une place nécessaire et honorable,- quiconque prend ces notions pour les retirer de cette échelle de valeurs, même religieuses, et les divinise par un culte idolâtrique, celui-là renverse et fausse l'ordre des choses créé et ordonné par Dieu : celui-là est loin de la vraie foi en Dieu et d'une conception de la vie répondant à cette foi.

Ce n'est pas le concept qui est mauvais, mais le fait de vouloir les diviniser par un culte idolâtrique, renversant aini l'échelle des valeurs.

Vous, ce que vous faites, dans un pur élan de passion, est de voir purement et simplement en l'amour de ces notions honorables et nécessaires, ces valeurs fondamentales, comme étant un culte idolâtrique, et donc, selon votre délire, nous devons exécrer les concepts de race, nation, patrie, et toute autre valeur fondamentale de la communauté humaine ...

Qui donc est le passionel ?


Chaussis a écrit:PS: Point de détail: l'on nous rebat les oreilles avec le Droit Canon... qui serait le summum de la théologie et comme le compendium.. de la "Loi et des Prophètes", mais cette idée est aussi grotesque et pisse-menu que de prétendre - par exemple - que le Code Civil français (malgré toutes les prétentions et enflures de son boucher de promoteur) serait la bible de l'art de vivre à la française!
Permettez à votre serviteur, modestement licencié dans l'un et l'autre droit, de ranger au rang d'outil tous ces manuels de procédure... qui ne mènent pas plus au Salut qu'au bien vivre ici bas!

Qui a dit que le Droit Canon était le summum de la théologie ?

Qui a dit que le Droit Canon était comme un compendium de la Loi des Prophètes ?

Je note également que Chaussis compare le Code de Droit Canonique ... au Code Civil français qu'il exècre !

Quant à Chaussis et sa licence en Droit Canonique .... je ris (P.S. Jean-Baptiste Montini avait-il une licence en Droit Canonique ?)!



Voilà donc comment notre ami Chaussis a manqué une autre belle occasion de se taire ...

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Lun 11 Juil 2011, 6:09 pm

chaussisbis a écrit:autre exemple: le communisme a été défini comme "intrinséquement pervers" et condamné dans l'encyclique "divini redemptoris" par le Pape PIE XI, le 19 mars 1937... celà ne figure pas dans le code de 1917... non plus.. et pour cause!

Quel bel argument venant d'un licencié en Droit Canonique (que c'est con) ...

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Carolus.Magnus.Imperator. Lun 11 Juil 2011, 6:18 pm

chaussisbis a écrit:Or, cette une erreur grossière, "volumétriquement" d'abord, puisque le CDC ne represente qu'un seul petit volume.. alors que le "dentzinguer" en fait 4 ...

Hein ?


Un dentzinguer [sic] en 4 volumes ? Depuis quand ?

Désolé mon cher ami, mais j'ai une bonne dizaine de Denzinger chez moi, et aucun d'eux n'est en 4 volumes. Au contraire, ils sont tous petits et en un seul volume ... plus petit que le Code !

Encore une autre belle occasion de se taire manquée par Chaussis ...

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 4192
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Mar 12 Juil 2011, 12:31 am

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945
« Quiconque érige la race, ou le peuple, ou l'Etat, ou une de ses formes déterminées, les dépositaires du pouvoir ou d'autres éléments fondamentaux de la société humaine... en règle suprême de tout, même des valeurs religieuses, et les divinise par un culte id'olâtrique, celui-là pervertit et fausse l'ordre des choses créé et voulu par Dieu. » (A. A. S., 29, 1937, pp. 149 et 1715)

Cette phrase de l'encyclique résume bien l'opposition radicale qui existe entre l'Etat national-socialiste et l'Eglise catholique. Au point où en étaient venues les choses, l'Eglise ne pouvait plus, sans manquer à sa mission, renoncer à prendre position devant le monde entier. Par cet acte, pourtant, elle devenait, une fois de plus, un « signe de contradiction » (Lc 11,34), devant lequel les esprits s'affrontèrent et prirent position en deux groupes opposés.

Les catholiques allemands, on peut le dire, furent d'accord pour reconnaître que l'encyclique Mit brennender Sorge avait apporté lumière, direction, consolation, réconfort à tous ceux qui prenaient au sérieux et pratiquaient de manière conséquente la religion du Christ.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Mar 12 Juil 2011, 12:39 am

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945



La réaction, pourtant, ne pouvait faire défaut de la part de ceux qui avaient été frappés ; et, de fait, l'année 1937 fut précisément, pour l'Eglise catholique en Allemagne, une année d'indicibles amertumes et de tempêtes terribles.

Les grands événements politiques qui marquèrent les deux années suivantes et ensuite la guerre n'atténuèrent aucunement l'hostilité du national-socialisme contre l'Eglise, hostilité qui se manifesta jusqu'en ces derniers mois, quand ses adhérents se flattaient encore de pouvoir, la victoire militaire une fois remportée, en finir pour toujours avec l'Eglise. Des témoignages autorisés et incontestables Nous tenaient informé de ces desseins ; ceux-ci, du reste, se dévoilaient d'eux-mêmes par les mesures réitérées et toujours plus hostiles prises contre l'Eglise catholique en Autriche, en Alsace-Lorraine et surtout dans les régions de la Pologne qui, déjà pendant la guerre, avaient été incorporées à l'ancien Reich ; tout y fut frappé, anéanti ; tout, c'est-à-dire tout ce qui pouvait être atteint par la violence extérieure .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Mar 12 Juil 2011, 12:43 am

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945


Continuant l'oeuvre de Notre prédécesseur, Nous n'avons pas cessé, Nous-même, durant la guerre, spécialement dans Nos messages, d'opposer les exigences et les règles indéfectibles de l'humanité et de la foi chrétienne aux applications dévastatrices et inexorables de la doctrine nationale-socialiste, qui en arrivaient à employer les méthodes scientifiques les plus raffinées pour torturer ou supprimer des personnes souvent innocentes. C'était là, pour Nous, le moyen le plus opportun et, pourrions-Nous dire, le seul efficace de proclamer devant le monde les principes immuables de la loi morale et d'affermir, parmi tant d'erreurs et de violences, les esprits et les coeurs des catholiques allemands dans l'idéal supérieur de la vérité et de la justice. Cette sollicitude ne resta pas sans effet. Nous savons, en effet, que Nos messages, surtout celui de Noël 1942, malgré toutes les défenses et tous les obstacles, furent pris comme sujets dans les conférences diocésaines du clergé en Allemagne et ensuite exposés et expliqués au peuple catholique.

Mais si les dirigeants de l'Allemagne avaient résolu de détruire aussi l'Eglise catholique dans l'ancien Reich, la Providence en avait disposé autrement. Les tribulations infligées à l'Eglise par le national-socialisme se sont terminées avec la fin soudaine et tragique du persécuteur !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Diane + R.I.P Mar 12 Juil 2011, 7:29 am

Bienvenu Chaussis parmi nous Wink
Diane + R.I.P
Diane + R.I.P

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  gabrielle Mar 12 Juil 2011, 7:43 am

Soyez le bienvenu cher Chaussis.

Pour la question de IIe guerre mondiale, la Vierge de Fatima avait dit en 1917 que la première se terminerait bientôt, mais que si les hommes n'accédaient pas à ses demandes, Dieu frapperait le monde avec une autre guerre pire que la première.

Je crois que cela a une importance et que sommes toutes notre inconduite et lâcheté est pour nous sujet de honte. Si nous avions vécu chrétiennement, Dieu ne nous aurait pas frappé ainsi.

Pour le CDC et la théologie, je pense qu'il vaudrait mieux changer de dossier, le dossier de Guillaume ne portant pas sur ce sujet.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18734
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  chaussisbis Mar 12 Juil 2011, 9:03 am

Bonjour, Chères Amies!

en effet, certains points débordent le cadre strict du sujet de Guillaule, alors, rdv un peu plus tard: je crée un nouveau fil;

bien cordialement en Dieu!

chaussisbis
chaussisbis

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Eric Lun 18 Juil 2011, 6:36 pm

chaussisbis a écrit:Bonjour, Chères Amies!

en effet, certains points débordent le cadre strict du sujet de Guillaule, alors, rdv un peu plus tard: je crée un nouveau fil;

bien cordialement en Dieu!

Bonsoir "chaussisbis",
Avec ou sans Guillaule ce fil :
https://messe.forumactif.org/t3570-pour-bourrer-la-pipe-a-chaussis#70535
attend vos réactions et explications ....
Eric
Eric

Nombre de messages : 4209
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Eric Lun 18 Juil 2011, 7:09 pm

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:
Un dentzinguer [sic] en 4 volumes ? Depuis quand ?
Bah ....
Bien déchirée .... l'édition de 1951 Herder (Barcelona) peut bien faire 4 volumes d'environ 170 pages chacun .... !!!! Laughing
Eric
Eric

Nombre de messages : 4209
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945 Empty Re: L’attitude de Pie XII durant la guerre de 1939-1945

Message  Invité Mar 19 Juil 2011, 1:52 am

Pie XII : discours prononcé devant les cardinaux en la fête de saint Eugène, le 2 juin 1945


Des prisons, des camps de concentration, des bagnes affluent maintenant, avec les détenus politiques, les phalanges de ceux, tant clercs que laïques, dont l'unique crime fut la fidélité au Christ et à la foi de leurs pères ou l'accomplissement courageux des devoirs sacerdotaux. Pour eux tous, Nous avons ardemment prié et Nous Nous sommes appliqué par tous les moyens, chaque fois que ce fut possible, à leur faire parvenir Nos paroles de réconfort et les bénédictions de Notre coeur paternel.

En effet, plus se lèvent les voiles qui cachaient jusqu'à maintenant la douloureuse passion de l'Eglise sous le régime national-socialiste, plus apparaissent la fermeté, souvent inébranlable jusqu'à la mort, d'innombrables catholiques et la part glorieuse que le clergé a eue dans ce noble combat. Bien que nous ne possédions pas encore de statistiques complètes, Nous ne pouvons pas pourtant Nous abstenir de mentionner ici, à titre d'exemple, quelques-unes au moins des nombreuses nouvelles qui Nous parviennent de prêtres et de laïques internés au camp de Dachau, qui furent dignes d'endurer des affronts pour le nom de Jésus (Ac 5,41).

En première place, pour le nombre et pour la dureté des traitements subis, se trouvent les prêtres polonais. Entre 1940 et 1945, 2800 ecclésiastiques et religieux de ce pays furent emprisonnés dans ce camp, parmi lesquels l'évêque auxiliaire de Plock, qui y mourut du typhus. En avril dernier, il en restait seulement 816 ; tous les autres étaient morts, à l'exception de deux ou trois transférés dans un autre camp. Durant l'été de 1942, on y signala rassemblés 480 ministres du culte de langue allemande dont 45 protestants et tous les autres prêtres catholiques. Malgré l'afflux continuel de nouveaux internés, spécialement de quelques diocèses de Bavière, de Rhénanie et de Westphalie, leur nombre, en raison de la forte mortalité, ne dépassait pas, au début de cette année, 350. Et on ne peut passer sous silence ceux qui appartenaient aux territoires occupés : Hollande, Belgique, France (parmi eux l'évêque de Clermont), Luxembourg, Slovénie, Italie. Beaucoup de ces prêtres et de ces laïques ont eu à supporter d'indicibles tourments à cause de leur foi et de leur vocation. En une occasion, la haine des impies contre l'Eglise en vint au point de parodier sur un prêtre interné avec des fils de fer barbelés la flagellation et le couronnement d'épines du Rédempteur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum