Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

4 participants

Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Invité Lun 18 Avr 2011, 4:19 pm

On peut à peine comprendre en lisant ce début d'Épreuves combien Jésus nous a tant aimé.
Et combien, il mérite plus que tout autre, comme il n'y en aura jamais plus, le titre de MARTYR DES MARTYRS

Dr Barbet, la Passion selon le chirurgien a écrit:
En fait, c'est à Gethsémani que va commencer l'holocauste Jésus, ayant fait manger aux Siens Sa chair et boire Son sang, les entraîne à la nuit dans ce clos d'oliviers, dont ils ont l'habitude. Il les laisse camper près de l'entrée, emmène un peu plus loin Ses trois intimes et s'en écarte à un jet de pierre, pour se préparer en priant. Il sait que son heure est venue. Lui-même a envoyé le traître Iscariote : quod facis, fac citius. Il a hâte d'en finir et Il le veut. Mais comme Il a revêtu, en s'incarnant, cette forme d'esclave qu'est notre humanité, celle-ci se révolte et c'est toute la tragédie d'une lutte entre Sa Volonté et la nature. « Coepit pavere et taedere ».

Cette coupe qu'il lui faut boire, elle contient deux amertumes : Tout d'abord les péchés des hommes, qu'Il doit assumer, Lui le Juste, pour racheter Ses frères et c'est sans doute le plus dur ; une épreuve que nous ne pouvons pas imaginer, parce que les plus saints d'entre nous sont ceux qui le plus vivement sentent leur indignité et leur infamie.

Peut-être comprenons nous mieux la prévision, la pré dégustation des tortures physiques, qu'Il subit déjà en pensée ; pourtant nous n'avons expérimenté que le frisson rétrospectif des souffrances passées. C'est quelque chose d'indicible. « Pater, si vis, transfer calicem istum a me ; verumtamen non mea voluntas sed tua fiat ». C'est bien Son Humanité qui parle... et qui se soumet, car Sa Divinité sait ce qu'Elle veut de toute éternité ; l'Homme est dans une impasse. Ses trois fidèles sont endormis, « prae tristitia », dit saint Luc. Pauvres hommes !

La lutte est épouvantable; un ange vient Le réconforter, mais en même temps, semble-t-il, recevoir son acceptation. « Et factus in agonia, prolixius orabat. Et factus est sudor ejus sicut guttae sanguinis decurrentis in terram ».

C'est la sueur de sang, que certains exégètes rationalistes, subodorant quelque miracle, ont traitée de symbolique. Il est curieux de constater que de bêtises ces matérialistes modernes peuvent dire en matière scientifique.

Remarquons que le seul évangéliste qui rapporte le fait est un médecin. Et notre vénéré confrère Luc, medicus carissimus, le fait avec la précision, la concision d'un bon clinicien.

L'hémathidrose est un phénomène très rare mais bien décrit. Elle se produit, comme l'écrit le Docteur Le Bec, "dans des conditions tout à fait spéciales : une grande débilité physique, accompagnée d'un ébranlement moral, suite d'une émotion profonde, d'une grande peur" (et cœpit pavere et taedere). La frayeur, l'épouvante sont ici au maximum et l'ébranlement moral. C'est ce que Luc exprime par « agonia », qui en grec, signifie lutte et anxiété. « Et Sa sueur devint comme des gouttes de sang roulant jusque par terre. »

A quoi bon expliquer le phénomène ? Une vasodilatation intense des capillaires sous-cutanés, qui se rompent au contact des culs de sacs de millions de glandes sudoripares. Le sang se mêle à la sueur ; et c'est ce mélange qui perle et se rassemble et coule sur tout le corps, en quantité suffisante pour tomber sur le sol. Notez que cette hémorragie microscopique se produit dans toute la peau, qui est déjà ainsi lésée dans son ensemble, en quelque sorte endolorie, attendrie, pour tous les coups futurs.


Merci à Chris Prols pour ce texte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  ROBERT. Lun 18 Avr 2011, 4:41 pm

.

Merci René de faire découvrir ou redécouvrir ce merveilleux livre qu'est LA PASSION DE JESUS CHRIST SELON LE CHIRURGIEN.

L'on voit pourquoi le rouge est la couleur de l'Amour, surtout l’Amour incommensurable et incompréhensible témoigné par Notre Seigneur Jésus-Christ pour les poussières ingrates que nous sommes. Amour qui l’a rendu sans éclat, ni beauté… méprisé, et le dernier des hommes, homme de douleur… son visage…comme caché… lépreux, frappé de Dieu et humilié..

.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  gabrielle Mar 19 Avr 2011, 9:34 am

Dr Barbet avait fait une analyse médicale de la Passion, son texte est très intéressant.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18731
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Roger Boivin Mar 19 Avr 2011, 11:05 am

René a écrit:On peut à peine comprendre en lisant ce début d'Épreuves combien Jésus nous a tant aimé.
Et combien, il mérite plus que tout autre, comme il n'y en aura jamais plus, le titre de MARTYR DES MARTYRS

Dr Barbet, la Passion selon le chirurgien a écrit:
En fait, c'est à Gethsémani que va commencer l'holocauste Jésus, ayant fait manger aux Siens Sa chair et boire Son sang, les entraîne à la nuit dans ce clos d'oliviers, dont ils ont l'habitude. Il les laisse camper près de l'entrée, emmène un peu plus loin Ses trois intimes et s'en écarte à un jet de pierre, pour se préparer en priant. Il sait que son heure est venue. Lui-même a envoyé le traître Iscariote : quod facis, fac citius. Il a hâte d'en finir et Il le veut. Mais comme Il a revêtu, en s'incarnant, cette forme d'esclave qu'est notre humanité, celle-ci se révolte et c'est toute la tragédie d'une lutte entre Sa Volonté et la nature. « Coepit pavere et taedere ».
[/b]

Merci à Chris Prols pour ce texte.

J'accroche sur cette courte phrase : « celle-ci se révolte ». J'ai peine à concevoir que quelque chose puisse se révolter en la personne si sainte et si parfaite de Notre-Seigneur Jésus-Christ, le Saint des Saints. Qu'elle puisse s'épouvanter à l'extrême, oui ; mais se révolter, hummm ! ..bin d'la misère !
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12546
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  gabrielle Mar 19 Avr 2011, 12:26 pm

Effectivement le terme "révolte" ne convient pas à Notre-Seigneur.

Sa nature a pu ressentir une répugnance , la crainte, l'angoisse et l'épouvante devant la souffrance... mais la révolte je ne le crois pas.

La révolte, il me semble suppose une insoumission à la volonté de Dieu, or cela est impossible en Notre-Seigneur Jésus.

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18731
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Invité Mar 19 Avr 2011, 5:14 pm

gabrielle a écrit:Effectivement le terme "révolte" ne convient pas à Notre-Seigneur.

Sa nature a pu ressentir une répugnance , la crainte, l'angoisse et l'épouvante devant la souffrance... mais la révolte je ne le crois pas.

La révolte, il me semble suppose une insoumission à la volonté de Dieu, or cela est impossible en Notre-Seigneur Jésus.


Ce n'est qu'une opinion du docteur Barbet qui peut se tromper pour les questions théologiques. Il n'a peut-être pas bien utilisé le bon mot pour exprimer ce que Notre Seigneur a vécu.
Je voulais simplement rappellé que le linceul de Turin nous donne la démonstration hors de tout doute de la Véracité des Évangiles confirmée en soi par les hommes de science.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Roger Boivin Mar 19 Avr 2011, 7:17 pm

René a écrit:
gabrielle a écrit:Effectivement le terme "révolte" ne convient pas à Notre-Seigneur.

Sa nature a pu ressentir une répugnance , la crainte, l'angoisse et l'épouvante devant la souffrance... mais la révolte je ne le crois pas.

La révolte, il me semble suppose une insoumission à la volonté de Dieu, or cela est impossible en Notre-Seigneur Jésus.


Ce n'est qu'une opinion du docteur Barbet qui peut se tromper pour les questions théologiques. Il n'a peut-être pas bien utilisé le bon mot pour exprimer ce que Notre Seigneur a vécu.
Je voulais simplement rappellé que le linceul de Turin nous donne la démonstration hors de tout doute de la Véracité des Évangiles confirmée en soi par les hommes de science.

C'est ce que j'ai pensé, René, mais ça me chicottait trop.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12546
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  gabrielle Mer 20 Avr 2011, 9:17 am

A force d'y penser, je me demande si le mot "révolte" ne serait pas utilisé ici, dans le sens des réactions physiques et morales ( sueur de sang, agonie, désire que le calice s'éloigne, larmes, peur, etc) et non pas dans le sens d'une opposition à Dieu.

Il est vrai que la nature humaine de Notre-Seigneur fut dans l'épouvante et que son âme fut troublée jusqu'à la mort...

Comme nous devant une souffrance notre nature réagit et parfois certains perdre tout contrôle sur leur esprit et se laisse emporter par la peur, la différence, c'est que Notre-Seigneur n'a jamais une seule seconde perdu le contrôle sur la nature qu'il avait assumée... il la laissa manifester à l'extérieur tout le drame de la Passion.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18731
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Roger Boivin Mer 20 Avr 2011, 1:28 pm

gabrielle a écrit:A force d'y penser, je me demande si le mot "révolte" ne serait pas utilisé ici, dans le sens des réactions physiques et morales ( sueur de sang, agonie, désire que le calice s'éloigne, larmes, peur, etc) et non pas dans le sens d'une opposition à Dieu.

Il est vrai que la nature humaine de Notre-Seigneur fut dans l'épouvante et que son âme fut troublée jusqu'à la mort...

Comme nous devant une souffrance notre nature réagit et parfois certains perdre tout contrôle sur leur esprit et se laisse emporter par la peur, la différence, c'est que Notre-Seigneur n'a jamais une seule seconde perdu le contrôle sur la nature qu'il avait assumée... il la laissa manifester à l'extérieur tout le drame de la Passion.

Et comme dit notre ami René :

René a écrit:

Ce n'est qu'une opinion du docteur Barbet qui peutse tromper pour les questions théologiques. Il n'a peut-être pas bien utilisé le bon mot pour exprimer ce que Notre Seigneur a vécu.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12546
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Roger Boivin Mer 20 Avr 2011, 1:33 pm

..Et que, comme le dit si bien René :

René a écrit: ( c'est ) simplement (pour) rappell(er) que le linceul de Turin nous donne la démonstration hors de tout doute de la Véracité des Évangiles confirmée en soi par les hommes de science.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12546
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Getshémani déjà l'ultime souffrance Empty Re: Le Getshémani déjà l'ultime souffrance

Message  Louis Jeu 21 Avr 2011, 3:17 pm

gabrielle a écrit:Dr Barbet avait fait une analyse médicale de la Passion, son texte est très intéressant.

Quand on a décalqué un caillot sur un linge et qu'on décolle ensuite celui-ci, une partie seulement du caillot demeure fixée sur le linge; une autre partie reste sur le support. Il y a donc des trous, des manques dans le portrait de caillot sur la toile. Or, les décalques du Linceul sont parfaitement intacts, entiers, reproduisant l'image familière d'un caillot normal. Dans l'état actuel de nos connaissances (je ne préjuge pas de l'avenir,) ceci est inexplicable scientifiquement.

Il est bien certain que ce corps, ressuscité glorieux, pouvait aussi facilement s'évader de ce Linceul, qu'entrer dans le Cénacle « jaunis clausis — les portes restant fermées» (Jn 20,29). Cette difficulté ultime nous fait toucher du doigt, humainement parlant, une quasi-impossibilité matérielle. La science ici n'a plus qu'à se taire, car ce n'est plus de son domaine. Mais le savant, lui, peut au moins y entrevoir une preuve palpable de la Résurrection.

Quand j'eus fait imprimer la première édition de mes «Cinq Plaies», j'allai à l'Ecole pratique la faire lire à mon vieil ami le Professeur Hovelacque. C'était un passionné d'anatomie, qu'il enseignait à la Faculté de Paris, mais il était loin d'être un croyant. Il approuva, avec un croissant enthousiasme, mes expériences et mes conclusions. Quand il eut fini de lire, il reposa la brochure et, méditant, il garda un moment de silence. Puis, explosant soudain, avec cette belle franchise qui avait fait notre amitié, il s'écria: «Mais alors, mon vieux?... Jésus-Christ a ressuscité!» J'ai eu rarement dans ma vie une aussi profonde et aussi douce émotion que cette réaction d'un incroyant devant un travail purement scientifique, dont il tirait lui-même les incalculables conséquences. J'ose espérer que Dieu l'en aura récompensé, car il mourut quelques mois plus tard.


(In LA PASSION DE JESUS CHRIST SELON LE CHIRURGIEN, Dr. Pierre Barbet, p. 57)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14486
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum