Samedi 1ère semaine de carême

Aller en bas

Samedi 1ère semaine de carême Empty Samedi 1ère semaine de carême

Message  Arthur Sam 07 Mar 2009, 9:59 am

Homélie de saint Léon Pape


Mes bien-aimés, la lecture de l'Évangile qui, par les oreilles de notre corps, a sollicité l'écoute intérieur de nos âmes, nous appelle à l'intelligence d'un grand mystère. Nous y parviendrons plus facilement, au souffle de la grâce de Dieu, si nous ramenons notre attention aux faits racontés un peu plus haut. Le Sauveur du genre humain, Jésus-Christ, auteur de cette foi qui rappelle les impies à la justice et les morts à la vie par les avertissements de son enseignement et par le caractère miraculeux de ces oeuvres, amenait les disciples à cette conviction que le Christ était à la fois le Fils unique de Dieu et le Fils de l'homme. Car l'une de ces convictions sans l'autre ne servait pas au salut, et il y avait égal péril à croire que le Seigneur Jésus-Christ fût ou Dieu seulement, sans être homme, ou simplement homme, sans être Dieu, puis qu'il fallait confesser en même temps l'une et l'autre vérité. Car à Dieu était unie une véritable humanité, et de même, à l'homme, la vraie divinité.

Donc, pour confirmer la salutaire connaissance de cette foi, le Seigneur avait demandé à ses disciples ce qu'eux -mêmes, au milieu des diverses opinions des autres, croyaient ou pensaient de lui. C'est alors que l'Apôtre Pierre, s'élevant par une révélation du Père céleste au- dessus des choses corporelles et dépassant les choses humaines, vit des yeux de l'esprit le Fils de Dieu vivant et confessa la gloire de la divinité, ne s'arrêtant pas à la considération de la substance de la chair et du sang. Par la sublimité de cette foi, il plut tellement au Seigneur que, gratifié de la félicité de la béatitude, il reçut la fermeté sacrée de la pierre inviolable, fondement sur lequel l'Église vaincrait les puissances de l'enfer et les lois de la mort, et la promesse qu'en n'importe quelle cause, qu'il s'agit de délier ou lier, rien ne serait ratifié aux cieux qui n'eût été décidé par l'autorité de Pierre.

Or, mes bien-aimés, cette hauteur d'intelligence que Jésus avait louée, il fallait l'instruire du mystère de la substance inférieure. La foi de l'Apôtre, qui avait été élevée jusqu'à la gloire de confesser la divinité dans le Christ, ne devait pas juger inconvenante et indigne du Dieu impassible, l'adoption de notre faiblesse, ni, non plus, penser que, dans le Christ, l'humaine nature avait été glorifiée jusqu'à ne pouvoir ni être atteinte par le supplice ni être détruite par la mort. C'est pourquoi le Seigneur ayant dit qu'il lui fallait aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des scribes et des princes des prêtres, y être tué et y ressusciter le troisième jour ; et le bienheureux Pierre qui, sous l'illumination de la charité d'en haut, était tout fervent de sa très enthousiaste confession du Fils de Dieu, ayant repoussé, avec un dégoût qu'il croyait religieux et bien permis, l'outrage des moqueries et la honte d'une mort très cruelle, Jésus le reprit avec une bienveillante sévérité et l'excita au désir de partager sa passion.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum