Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

5 participants

Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Mar 06 Avr 2010, 8:44 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Sdj17n10


Grégoire le Thaumaturge, c'est-à-dire le faiseur de miracles, fut un saint évêque qui vécut en Asie Mineure entre 210 et 270 environ. C'était un brillant élève d'Origène. A trente ans, peu après son baptême, il devint évêque de Néocésarée. Effrayé par cet honneur subit, il s'enfuit dans les montagnes et prit, littéralement, le maquis devant Dieu.

Alors la Sainte Vierge intervint. Accompagnée de saint Jean l'Evangéliste, elle lui apparut et le ramena à l'obéissance. Daniel-Rops, dans l'Eglise des Apôtres et des Martyrs, fait remarquer que saint Grégoire est le premier en date de ces privilégiés à qui se manifesta la Mère de Dieu.

Voilà notre étudiant devenu évêque ! Son troupeau comptait en tout et pour tout dix-sept chrétiens. Dieu vint en aide au jeune pasteur et fit de lui un homme d'action, un organisateur, un prédicateur excellent, un polémiste redoutable. Grégoire accomplit des prodiges dans son diocèse qui se trouvait en un des points de l'Empire romain les plus menacés par les barbares.

La forteresse de Néocésarée commandait la vallée du Lycus qui remontait fort loin au cœur des montagnes de l'Arménie, vers les sources de l'Euphrate. Elle se trouvait dans une situation stratégique de premier ordre, au bord de la voie d'accès la plus directe vers l'Orient, au bord de la route des invasions par où pouvait déboucher Sapor, roi des Parthes. Peu auparavant, l'empereur Valérien, au cours d'une expédition punitive avait été capturé par Sapor, mis à mort et... fort proprement empaillé.

Il importait que la frontière de l'Euphrate tînt bon. Aussi les empereurs y envoyaient-ils comme légats leurs meilleurs généraux, qui disposaient des pleins pouvoirs. Ils avaient reçu l'ordre de persécuter les chrétiens. Des plus perspicaces d'entre eux s'en abstinrent.

Ajoutons que Grégoire fut un de ces excellents évêques citoyens qui surent faire face aux barbares et répondre par un redoublement de loyauté aux persécutions impériales.



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Mer 07 Avr 2010, 7:54 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Sdj17n10


— Nous autoriserez-vous enfin à construire notre basilique ? demanda un jour Grégoire au légat.

— Ne m'en demandez pas trop, répondit le soldat, j'ai déjà bien du mal à ne pas vous persécuter. S'il n'était que de moi, je vous autoriserais à construire vingt basiliques, cinquante basiliques, vastes comme les palais d'Assur ou les thermes de Caracalla. Mais, puisque le gouvernement ne vous est pas favorable, point d'histoires ! Demain l'Empereur peut changer d'avis et les bureaucrates devenir intelligents, mais je ne crois pas au miracle.

« Après tout, reprit-il avec malice, le miracle, c'est un peu votre spécialité. Ce n'est pas pour rien, sans doute, qu'on vous appelle le Thaumaturge ?
— Je ne suis pas sorcier répondit l'évêque. Ce n'est pas moi qui fais le miracle, c'est Dieu. Je le lui demande et, parfois, il m'exauce.
— Eh bien demandez-lui une basilique !

— Il ne saurait la donner sans votre autorisation. L'Univers est à Dieu, mais le sol est à vous.
— Fort bien. Je vous donne... tenez, ce piton rocheux couvert de sapins de l'autre côté du fleuve. En sortant de la messe, on jouira d'une vue superbe !
— Vous plaisantez ! Pourquoi pas une basilique sur le Caucase ! — Si le terrain que je vous offre, dit le légat, vous paraît mal
situé, transportez-le ailleurs. Et moi aussi j'ai lu l'Evangile et je me souviens de certain passage... Je l'ai mis de côté pour vous en parler, dit-il, en prenant un rouleau de parchemin sur une étagère : En vérité, je vous le déclare, quiconque dira à cette montagne : soulève-toi et jette-toi à la mer, s'il ne doute pas dans son cœur, mais s'il croit que sa parole s'accomplira, eh bien! il obtiendra ce miracle !

Entre nous, il exagère, votre Maître. De deux choses l'une : ou c'est un farceur...
— Ne parlez pas ainsi du Christ !
— ... ou ce qu'il propose est réalisable. Par ceux qui ont la foi, du moins, ajouta-t-il avec onction. Ce miracle est un peu difficile à accomplir, n'est-ce pas ? Je ne veux pas vous prendre de court. Je vais partir en tournée d'inspection, puis me rendre à Brindes où doit avoir lieu la conférence des chefs d'état-major. Vous avez six mois devant vous. Au printemps donc, et sans rancune.



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Jeu 08 Avr 2010, 7:09 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Sdj17n10


« Rude gaillard, pensa l'évêque. Turbator ! Il le mérite bien son surnom : celui qui sème le trouble, celui avec qui ça barde. En attendant il me laisse dans une position bien difficile. Dieu ne va pas bouleverser l'ordre de sa création pour amuser un général ? Ah ! Seigneur, prenez en pitié votre serviteur qui depuis quarante ans lutte dans ces montagnes ! »

Et voici que, comme quarante ans plus tôt, la lumière inonda la chambre où se tenait Grégoire, saint Jean l'Evangéliste à nouveau accompagnait Notre-Dame, la Toute Sainte. Nul ne saura ce qu'ils lui dirent, car cette fois, l'évêque n'écrivit rien. Puis la lumière disparut, et, le cœur inondé d'amour, Grégoire s'endormit d'un sommeil paisible.

Il s'éveilla à temps pour célébrer sa messe au milieu d'un grand concours de peuple. De bruit avait couru qu'un prodige se préparait.

En silence, l'évêque se dirigea vers la boucle du fleuve. Dans le brouillard qui se dissipait la montagne apparut peu à peu.
— Vous pensez, mes enfants, que je n'en suis plus à un miracle près et que, comme jadis, à la demande de Chrysocéphale, notre diacre très aimé, alors païen, je m'en vais déplacer cette montagne?

« Ce matin, vous avez reçu Jésus-Christ en vous. Que vous faut-il de plus, mes enfants ? Que Dieu fasse jaillir du sol une basilique ? Allons donc ! Un peu de miracle rapproche de Dieu, trop risquerait d'en éloigner.
« Si nous sommes nombreux à avoir la foi, nous pouvons, patiemment, grignoter cette montagne, la débiter en petits morceaux que nous transporterons, dans des paniers, de l'autre côté du fleuve.
« Mettons-nous au travail. Dieu n'accorde pas de miracle quand on peut agir autrement.
«A genoux ! Invoquons l'Esprit Saint, et demandons-lui le don de Force !

La foule s'agenouille, perplexe. L'évêque était-il devenu fou ? Des plus dévoués demeuraient sceptiques. Et voici qu'un grand vent emplit la vallée, prodigieuse bourrasque suivie aussitôt d'un grand calme. L'Esprit de Dieu s'était manifesté comme au Cénacle. Chacun se releva transformé, plein d'ardeur.



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  gabrielle Ven 09 Avr 2010, 8:31 am

C'est beau!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18734
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  ROBERT. Ven 09 Avr 2010, 1:03 pm

.

Belle lecture en effet ! sunny
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Ven 09 Avr 2010, 7:04 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Bureau40


Grégoire exposa son plan de travail. On répartit aussitôt les tâches. Les hommes s'organisèrent en décuries et centuries ; on réquisitionna forges et ateliers, on tordit des câbles de chanvre, Les enfants furent dispensés de l'école, ce qui les combla de joie. Ils aidèrent les invalides et les vieillards à tresser, par centaines et milliers des hottes et des paniers pour le transport des gravats. Les femmes et les jeunes filles organisèrent l'intendance. Les prêtres et les diacres se répandirent dans les vallées environnantes pour avertir les fidèles et constituer des équipes de relève. C'était la saison d'hiver, — la plupart des montagnards promirent leur renfort. Le travail commença aussitôt, méthodiquement.

Du haut d'une colline voisine où résidait la garnison, le tribun Simplex, gouverneur de la place contemplait cette multitude qui travaillait avec ardeur.

Pleins de bonne volonté, grommelait-il, mais ils n'y arriveront pas. Des femmes, des enfants, des vieux, des jeunes, a-t-on idée! On ne s'improvise pas ingénieur. Pour faire des sapes, il faut être sapeur. Ils risquent un éboulement. Pour la sécurité publique, je devrais bien m'en mêler.

Le soir il y pensait encore. Grégoire qui, malgré son âge, avait travaillé tout le jour sur le chantier, lisait les psaumes. Le tribun alla le voir :

« Votre affaire, dit-il, manque de techniciens. Tant qu'il ne s'agit que de terre à remuer, ça peut aller, mais comment allez-vous faire, sans spécialistes, quand la roche sera à vif ?
— Dieu y pourvoiera répondit l'évêque.
— Ah ! que ne suis-je ici avec mes sapeurs, soupira le bon Simplex. Mille hommes qui se croisent les bras à ne rien faire. Ne pourriez-vous pas, ajouta-t-il brusquement arranger tout ça avec le légat ?

— Je vois, dit doucement Grégoire. Vous avez des sapeurs de tout premier ordre ? Ils peuvent fort bien faire — disons... une démonstration aux populations assemblées. Ils montreraient à nos citadins, à nos paysans, comment on attaque le roc dans l'armée romaine. Cela, bien entendu, dans le cadre des manœuvres et exercices d'hiver.
— Oui, mon évêque. Enfin... je voulais dire...
— Je ne me croyais pas encore votre évêque, Simplex.
— Ça ne saurait tarder, dit le soldat, qui rougit.



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Régis Sam 10 Avr 2010, 2:48 am

Quand on dit le proverbe basé sur l'Evangile:
"Une foi à déplacer les montagnes"
On pourrait croire que c'est au sens propre. Mais en fait le miracle n'est pas moins grand quand ces montagnes à déplacer ce sont les coeurs de nous fidèles et même des infidèles!

Quand Saint Grégoire dit:

"Allons donc ! Un peu de miracle rapproche de Dieu, trop risquerait d'en éloigner."

Je pense qu'il exprime bien cet aspect, non pas que Dieu ne fasse que des petits miracles mais Dieu fait des grands miracles de grâces, miracles qui n'apparaissent pas aux yeux du monde mais Dieu ne veut pas faire des miracles trop visibles, ce que Saint Grégoire appelle "trop de miracle" parce que cela risquerait de nous éloigner de Dieu. Nous ne rechercherions pas les miracles de la Grâce dont nos coeurs se rendent participant alors que pour les autres miracles ne touchent presque que nos yeux.

Dans un de ses sermons, un autre Saint Grégoire, Saint Grégoire le Grand dit la même chose en d'autres termes. Il dit que les miracles sont le tribut de Dieu pour les infidèles afin de leur ouvrir les yeux alors que la foi et le tribut de Dieu pour les fidèles....excusez-moi mais je n'ai pas retrouvé la citation.

Merci Monique nous attendons la suite si suite il y a !

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  ROBERT. Sam 10 Avr 2010, 8:01 am

.

Dieu fait des miracles tous les jours. Le fait d'avoir l'existence à chaque réveil par exemple...
Remercions-Le tous les jours et perfectionnons-nous tous les jours par ses Grâces infinies,
afin de Le voir face-à-face un jour.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Diane + R.I.P Sam 10 Avr 2010, 10:40 am

@ROBERT. a écrit:.

Dieu fait des miracles tous les jours. Le fait d'avoir l'existence à chaque réveil par exemple...
Remercions-Le tous les jours et perfectionnons-nous tous les jours par ses Grâces infinies,
afin de Le voir face-à-face un jour.

Oui, Dieu fait des miracles tous les jours, le fait que nous ayons encore la foi sans compromis est un de ses plus grands miracles.

N’oublions pas de le remercier et de lui rendre des Actions de grâce !
Diane + R.I.P
Diane + R.I.P

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  ROBERT. Sam 10 Avr 2010, 5:04 pm

Diane a écrit:
@ROBERT. a écrit:.

Dieu fait des miracles tous les jours. Le fait d'avoir l'existence à chaque réveil par exemple...
Remercions-Le tous les jours et perfectionnons-nous tous les jours par ses Grâces infinies,
afin de Le voir face-à-face un jour.

Oui, Dieu fait des miracles tous les jours, le fait que nous ayons encore la foi sans compromis est un de ses plus grands miracles.

N’oublions pas de le remercier et de lui rendre des Actions de grâce !


J'avais oublié son plus important Embarassed , car nous devrons peut-être un jour perdre la vie (martyre) pour garder notre Foi...
De toute façon, il faut garder notre Foi et notre amour de Notre-Seigneur juqu'à notre dernier souffle, martyre ou non.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Dim 11 Avr 2010, 6:49 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Bureau40


Les sapeurs firent donc une démonstration qui dura trois mois. Ils crurent, au début, à une plaisanterie, mais les chrétiens étaient nombreux parmi eux. Quelques fidèles de Mithra jettèrent les hauts cris, mais ils se mirent au travail comme les autres.

L'armée lança un nouveau pont sur le Lycus, un pont en gros madriers qui se révéla à toute épreuve. Habituée aux travaux du siège, elle construisit et mit en œuvre tout un système de nivellement. Le rythme du travail s'amplifia, chacun se donnait de tout cœur à sa besogne.

Grégoire ne quittait pas la montagne. Il se levait la nuit et parcourait, en priant, l'immense chantier. Au matin, à l'heure où les hommes pestaient en tordant leurs outils sur le granit rebelle, on voyait l'évêque, mince et frêle, gravir les escarpements, se pencher sur la roche nue et tracer, en certains endroits, de petites croix à la craie. Frappez là, mes enfants disait-il. Confiants, les durs légionnaires y allaient de bon cœur et la roche, soudain, volait en éclats.

Après soixante jours de travaux pénibles, la montagne, décapée, dressait toujours sur le ciel son impressionnante silhouette. Elle avait pris un air mauvais, aigu. Les pics se brisaient et les forges travaillaient sans relâche. La montagne résistait.

Certains chrétiens sensés ne cachèrent pas que, dès le début, ils avaient jugé l'entreprise irréalisable. Les paysans parlèrent de regagner leurs fermes et les montagnards leurs chalets. C'est alors qu'intervint Simplex.

— Tas de fainéants, fulmina-t-il. Nous autres, soldats de Rome, nous nous tuons à travailler pour vous, et c'est vous qui parlez de tout lâcher. Voulez-vous votre basilique oui ou non ? Un miracle ! Votre Dieu en fait pour qui en mérite. Ce sont des coups de trique que vous méritez. Quand on a commencé, on va jusqu'au bout. Que demain il ne manque pas un homme où vous aurez affaire à moi!

Ces paroles eurent un effet certain. Il est déplorable en effet de s'entendre faire la leçon par un païen.



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Lun 12 Avr 2010, 6:40 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Bureau43


Cette nuit-là, précisément, eut lieu un de ces violents tremblements de terre dont l'Asie Mineure est souvent le théâtre. On crut que le monde allait se disloquer. Il n'y eut pourtant pas de mal. Quand le jour se leva sur la montagne déchiquetée, on constata avec saisissement qu'un pan entier de la montagne s'était effondré suivant trois longues failles.

Enchantés de voir leurs travaux réduits d'autant, les hommes se remirent au travail avec une ardeur nouvelle. Ensemble, ils frappèrent à coup de masse suivant un rythme lent et implacable.
Sur ce qui restait de la montagne, Grégoire célébra une messe pontificale, il fit prier pour l'âme des ancêtres qui avaient habité le pays. Puis vinrent des jours dramatiques où l'on fit s'effondrer les voûtes rocheuses. Le rythme des déblais s'accéléra.

Jour après jour, des pans entiers, sapés à la base, basculaient avec un bruit de tonnerre. De semaine en semaine, la silhouette de la montagne se réduisait. De l'autre côté du fleuve, on entassait méthodiquement les blocs de pierre pour édifier une sorte d'esplanade ; on fabriquait du ciment et du blocage.

— La belle basilique ! soupirait Grégoire qui s'appuyait péniblement sur sa crosse. Bâtie de pierres vivantes, elle s'élèvera jusqu'aux astres... Heureuse vison de paix... Comme ces braves enfants travaillent... Nunc dimittis servum tuum, Domine.





ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  ROBERT. Lun 12 Avr 2010, 7:21 pm

.

Quelle belle histoire Monique ! Dieu nous fait collaborer au miracle par pure bonté et pour rasseoir notre orgueil !
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Mar 13 Avr 2010, 8:11 pm

@ROBERT. a écrit:.

Quelle belle histoire Monique ! Dieu nous fait collaborer au miracle par pure bonté et pour rasseoir notre orgueil !

En effet Robert, Dieu fait tout cela dans son ''infinie bonté'' !
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Mar 13 Avr 2010, 8:20 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Bureau43


Le légat revint plus tôt qu'on ne le pensait. Il était enchanté de son voyage et se réjouissait fort de retrouver Néocésarée, ses légionnaires, Simplex et Grégoire. C'est un plaisir des dieux que de faire enrager un évêque pensait-il.

Au détour du chemin, il aperçut la ville, mais bientôt éprouva un vague malaise comme un voyageur qui arriverait à Athènes et n'y trouverait plus l'Acropole. A droite, la plaine semblait plus vaste, piétinée comme un champ de manœuvres, à gauche, le fleuve semblait avoir changé de place. Il coulait au pied d'une espèce de plate-forme.

— Mille millions de cornes de bœuf ! rugit Turbator. Je perds la tête !
Il fit irruption dans le camp désert et trouva Simplex penché sur des plans d'architecte.
— A vos rangs !... hurla machinalement le tribun.
— Repos !... commanda le légat machinalement. Dis-donc toi ! Où est passée la montagne ?
— Disparue, mon général ! défoncée, volatilisée, mais nous en avons mis un coup.
— Il a perdu la tête, lui aussi. Explique-toi, par Hercule !
— Hercule ne s'en serait pas mieux tiré, mon général. On a fait de son mieux, mais les résultats en valent la peine. Venez donc jeter un coup d'œil sur les travaux, mon général.

Quand ils arrivèrent sur le chantier, tout le monde s'arrêta de travailler. L'heure des explications avait sonné.
— Vous voyez, dit Chrysocéphale, paisible et courtois, ici sera la salle d'œuvres, un peu plus loin le presbytère et tout là-bas le dispensaire, à droite de la basilique dont vous foulez présentement l'emplacement du narthex.
— Aux diables votre narthex ! Je veux savoir ce qu'est devenue la montagne. Vous n'allez pas me dire que l'Esprit Saint a soufflé dessus et qu'elle a éclaté comme une bulle de savon ?
— On a eu du mal, voyez-vous. Mais enfin... néanmoins... quand même... avec du temps, de la méthode, de l'ardeur et, oserais-je ajouter, avec de la foi, on peut...
— Comme qui dirait, coupa Simplex, après l'avoir concassée on la reconstitue, par ici, avec quelques modifications.
— Vous me rendrez fou, hurla le légat, qui en trépignait. De quel droit avez-vous utilisé mes hommes !



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Empty Re: Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE

Message  Monique Mer 14 Avr 2010, 8:54 pm

Le dernier miracle de SAINT GRÉGOIRE Bureau43


— Ils ont simplement donné un petit coup de pelle par-ci, un petit coup de pioche par-là, bredouilla Simplex, pour veiller à ce que tout se passe dans les règles. Et vous savez, mon général, on a mis au point une technique de premier ordre. Ah ! si vous aviez vu fonctionner notre excavatrice !...

— Je vois, je vois dit le général intéressé malgré lui, mais des soldats de l'Empereur ! Tu n'y penses pas, Simplex ?
— Mais si ! mais si ! mon général, vous allez voir. Regardez ce remblai au dessus du fleuve : plus d'inondations.
— Judicieux, ma foi !
— En cas d'assaut, quelle redoute !
— C'est vrai.
— Et quant à l'église...
— Quelle église ?
— Ma basilique intervint Grégoire avec fermeté. Celle que je construis avec votre autorisation.
— Que va-t-on dire à Rome ?

— On dira, répliqua Grégoire, que c'est une citadelle. Du moment que les murs sont en bonne pierre avec des angles bien nets, des dégagements et des retraits, du moment qu'il y a, à l'est comme à l'ouest, de petites fenêtres qui peuvent se transformer, en un rien de temps, en meurtrières, je ne vois pas en quoi le fait d'être une église nuirait à sa valeur défensive. S'il prenait fantaisie aux Goths de remonter la vallée, ou à Sapor de la descendre, on serait en mesure de les recevoir.

— Tu as vaincu, Dieu de Galilée murmura le légat. Mais vous semblez épuisé, dit-il en regardant l'évêque. Vous êtes effrayant à voir, mon ami.
— J'ai terminé ma tâche. Grâce à vous. La plupart de ceux qui, dans la ville et dans la vallée hésitaient à se convertir ont demandé le baptême. Restera-t-il dans ce pays dix-sept païens, à ma mort ?

— Voilà la solution, s'exclama Simplex. Que l'Empereur se fasse chrétien. Qu'il ordonne à tous de se faire baptiser et il n'y aura plus de persécution.
— Tu es en avance de cinquante ans mon fils, dit l'évêque.
— Et comme une erreur est une vérité qui vient avant son heure, conclut le légat, tu as tort. Dites, Monseigneur, ajouta-t-il d'une voix changée. Je ne suis plus jeune. Je ne voudrais pas, en cas de coup dur, paraître devant... Dieu... comme cela. J'ordonne donc à ceux de mes hommes qui sont chrétiens d'ouvrir l'œil. Le jour où j'aurai reçu quelque mauvais coup, où quelque chose enfin me sera arrivé, qu'on me baptise, nom de Zeus, ou ça bardera !



ECCLESIA
Lecture chrétienne
no 80, 1955.


FIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum