L'Eglise, la royauté et les FM

2 participants

Aller en bas

L'Eglise, la royauté et les FM Empty L'Eglise, la royauté et les FM

Message  Via Crucis Jeu 18 Mar 2010, 9:12 am

Voilà ce que j'ai trouvé sur le web :

http://www.sacred-texts.com/mas/md/md31.htm

KNIGHT KADOSH.

WE often profit more by our enemies than by our friends. "We support ourselves only on that which resists," and owe our success to opposition. The best friends of Masonry in America were the Anti-Masons of 1826, and at the same time they were its worst enemies. Men are but the automata of Providence, and it uses the demagogue, the fanatic, and the knave, a common trinity in Republics, as its tools and instruments to effect that of which they do not dream, and which they imagine themselves commissioned to prevent.

The Anti-Masons, traitors and perjurors some, and some mere political knaves, purified Masonry by persecution, and so proved to be its benefactors; for that which is persecuted, grows. To them its present popularity is due, the cheapening of its Degrees, the invasion of its Lodges, that are no longer Sanctuaries, by the multitude; its pomp and pageantry and overdone display.

An hundred years ago it had become known that the ‏ו ?Q?D?Sה‎ were the Templars under a veil, and therefore the Degree was pro-scribed, and, ceasing to be worked, became a mere brief and formal ceremony, under another name. Now, from the tomb in which after his murders he rotted, Clement the Fifth howls against the successors of his victims, in the Allocution of Pio Nono against the Free-Masons. The ghosts of the dead Templars

p. 815

haunt the Vatican and disturb the slumbers of the paralyzed Papacy, which, dreading the dead, shrieks out its excommunications and impotent anathemas against the living. It is a declaration of war, and was needed to arouse apathy and inertness to action.

An enemy of the Templars shall tell us the secret of this Papal hostility against an Order that has existed for centuries in despite of its anathemas, and has its Sanctuaries and Asyla even in Rome.

It will be easy, as we read, to separate the false from the true, the audacious conjectures from the simple facts.

"A power that ruled without antagonism and without concurrence, and consequently without control, proved fatal to the Sacerdotal Royalties; while the Republics, on the other hand, had perished by the conflict of liberties and franchises, which, in the absence of all duty hierarchically sanctioned and enforced, had soon become mere tyrannies, rivals one of the other. To find a stable medium between these two abysses, the idea of the Christian Hierophants was to create a society devoted to abnegation by solemn vows, protected by severe regulations; which should be recruited by initiation, and which, sole depositary of the great religious and social secrets, should make Kings and Pontiffs, without exposing it to the corruptions of Power. In that was the secret of that kingdom of Jesus Christ, which, without being of this world, would govern all its grandeurs.

"This idea presided at the foundation of the great religious orders, so often at war with the secular authorities, ecclesiastical or civil. Its realization was also the dream of the dissident sects of Gnostics or Illuminati who pretended to connect their faith with the primitive tradition of the Christianity of Saint John. It at length became a menace for the Church and Society, when a rich and dissolute Order, initiated in the mysterious doctrines of the Kabalah, seemed disposed to turn against legitimate authority the conservative principle of Hierarchy, and threatened the entire world with an immense revolution.

"The Templars, whose history is so imperfectly known, were those terrible conspirators. In 1118, nine Knights Crusaders in the East, among whom were Geoffroi de Saint-Omer and Hugues de Payens, consecrated themselves to religion, and took an oath between the hands of the Patriarch of Constantinople, a See always secretly or openly hostile to that of Rome from the time of Photius. The avowed object of the Templars was to protect

p. 816

the Christians who came to visit the Holy Places: their secret object was the re-building of the Temple of Solomon on the model prophesied by Ezekiel.

"This re-building, formally predicted by the Judaïzing Mystics of the earlier ages, had become the secret dream of the Patriarchs of the Orient. The Temple of Solomon, re-built and consecrated to the Catholic worship would become, in effect, the Metropolis of the Universe; the East would prevail over the West, and the Patriarchs of Constantinople would possess themselves of the Papal power.

"The Templars, or Poor Fellow-Soldiery of the Holy House of the Temple intended to be re-built, took as their models, in the Bible, the Warrior-Masons of Zorobabel, who worked, holding the sword in one hand and the trowel in the other. Therefore it was that the Sword and the Trowel were the insignia of the Templars, who subsequently, as will be seen, concealed themselves under the name of Brethren Masons. [This name, Frères Masons in the French, adopted by way of secret reference to the Builders of the Second Temple, was corrupted in English into Free-Masons, as Pythagore de Crotone was into Peter Gower of Groton in England. Khairu_m or Khu_r-u_m, (a name mis-rendered into Hiram) from an artificer in brass and other metals, became the Chief Builder of the Haikal Kadosh, the Holy House, of the Temple, the Ἱερος Δομος; and the words Bonai and Banaim yet appear in the Masonic Degrees, meaning Builder and Builders.]

"The trowel of the Templars is quadruple, and the triangular plates of it are arranged in the form of a cross, making the Kabalistic pantacle known by the name of the Cross of the East. The Knight of the East, and the Knight of the East and West, have in their titles secret allusions to the Templars of whom they were at first the successors.

"The secret thought of Hugues de Payens, in founding his Order, was not exactly to serve the ambition of the Patriarchs of Constantinople. There existed at that period in the East a Sect of Johannite Christians, who claimed to be the only true Initiates into the real mysteries of the religion of the Saviour. They pretended to know the real history of YESUS the ANOINTED, and, adopting in part the Jewish traditions and the tales of the Talmud, they held that the facts recounted in the Evangels are but allegories, the key of which Saint John gives, in saying that the

p. 817

world might be filled with the books that could be written upon the words and deeds of Jesus Christ; words which, they thought, would be only a ridiculous exaggeration, if he were not speaking of an allegory and a legend, that might be varied and prolonged to infinity.

"The Johannites ascribed to Saint John the foundation of their Secret Church, and the Grand Pontiffs of the Sect assumed the title of Christos, Anointed, or Consecrated, and claimed to have succeeded one another from Saint John by an uninterrupted succession of pontifical powers. He who, at the period of the foundation of the Order of the Temple, claimed these imaginary prerogatives, was named THEOCLET; he knew HUGUES DE PAYENS, he initiated him into the Mysteries and hopes of his pretended church, he seduced him by the notions of Sovereign Priesthood and Supreme royalty, and finally designated him as his successor.

"Thus the Order of Knights of the Temple was at its very origin devoted to the cause of opposition to the tiara of Rome and the crowns of Kings, and the Apostolate of Kabalistic Gnosticism was vested in its chiefs. For Saint John himself was the Father of the Gnostics, and the current translation of his polemic against the heretical of his Sect and the pagans who denied that Christ was the Word, is throughout a misrepresentation, or misunderstanding at least, of the whole Spirit of that Evangel.

"The tendencies and tenets of the Order were enveloped in profound mystery, and it externally professed the most perfect orthodoxy. The Chiefs alone knew the aim of the Order: the Subalterns followed them without distrust.

"To acquire influence and wealth, then to intrigue, and at need to fight, to establish the Johannite or Gnostic and Kabalistic dogma, were the object and means proposed to the initiated Brethren. The Papacy and the rival monarchies, they said to them, are sold and bought in these days, become corrupt, and to-morrow, perhaps, will destroy each other. All that will become the heritage of the Temple: the World will soon come to us for its Sovereigns and Pontiffs. We shall constitute the equilibrium of the Universe, and be rulers over the Masters of the World.

"The Templars, like all other Secret Orders and Associations, had two doctrines, one concealed and reserved for the Masters, which was Johannism; the other public, which was the Roman Catholic. Thus they deceived the adversaries whom they sought

p. 818

to supplant. Hence Free-Masonry, vulgarly imagined to have begun with the Dionysian Architects or the German Stone-workers, adopted Saint John the Evangelist as one of its patrons, associating with him, in order not to arouse the suspicions of Rome, Saint John the Baptist, and thus covertly proclaiming itself the child of the Kabalah and Essenism together."

[For the Johannism of the Adepts was the Kabalah of the earlier Gnostics, degenerating afterward into those heretical forms which Gnosticism developed, so that even Manes had his followers among them. Many adopted his doctrines of the two Principles, the recollection of which is perpetuated by the handle of the dagger and the tesserated pavement or floor of the Lodge, stupidly called "the Indented Tessel," and represented by great hanging tassels, when it really means a tesserated floor (from the Latin tessera) of white and black lozenges, with a necessarily denticulated or indented border or edging. And wherever, in the higher Degrees, the two colors white and black, are in juxtaposition, the two Principles of Zoroaster and Manes are alluded to. With others the doctrine became a mystic Pantheism, descended from that of the Brahmins, and even pushed to an idolatry of Nature and hatred of every revealed dogma.

[To all this the absurd reading of the established Church, taking literally the figurative, allegorical, and mythical language of a collection of Oriental books of different ages, directly and inevitably led. The same result long after followed the folly of regarding the Hebrew books as if they had been written by the unimaginative, hard, practical intellect of the England of James the First and the bigoted stolidity of Scottish Presbyterianism.]

"The better to succeed and win partisans, the Templars sympathized with regrets for dethroned creeds and encouraged the hopes of new worships, promising to all liberty of conscience and a new orthodoxy that should be the synthesis of all the persecuted creeds."

[It is absurd to suppose that men of intellect adored a monstrous idol called Baphomet, or recognized Mahomet as an inspired prophet. Their symbolism, invented ages before, to conceal what it was dangerous to avow, was of course misunderstood by those who were not adepts, and to their enemies seemed to be pantheistic. The calf of gold, made by Aaron for the Israelites, was but one of the oxen under the laver of bronze, and the Karobim on the Propitiatory, misunderstood. The symbols of the wise always become

p. 819

the idols of the ignorant multitude. What the Chiefs of the Order really believed and taught, is indicated to the Adepts by the hints contained in the high Degrees of Free-Masonry, and by the symbols which only the Adepts understand.

[The Blue Degrees are but the outer court or portico of the Temple. Part of the symbols are displayed there to the Initiate, but he is intentionally misled by false interpretations. It is not intended that he shall understand them; but it is intended that he shall imagine he understands them. Their true explication is reserved for the Adepts, the Princes of Masonry. The whole body of the Royal and Sacerdotal Art was hidden so carefully, centuries since, in the High Degrees, as that it is even yet impossible to solve many of the enigmas which they contain. It is well enough for the mass of those called Masons, to imagine that all is contained in the Blue Degrees; and whoso attempts to undeceive them will labor in vain, and without any true reward violate his obligations as an Adept. Masonry is the veritable Sphinx, buried to the head in the sands heaped round it by the ages.]

"The seeds of decay were sown in the Order of the Temple at its origin. Hypocrisy is a mortal disease. It had conceived a great work which it was incapable of executing, because it knew neither humility nor personal abnegation, because Rome was then invincible, and because the later Chiefs of the Order did not comprehend its mission. Moreover, the Templars were in general uneducated, and capable only of wielding the sword, with no qualifications for governing, and at need enchaining, that queen of the world called Opinion." [The doctrines of the Chiefs would, if expounded to the masses, have seemed to them the babblings of folly. The symbols of the wise are the idols of the vulgar, or else as meaningless as the hieroglyphics of Egypt to the nomadic Arabs. There must always be a common-place interpretation for the mass of Initiates, of the symbols that are eloquent to the Adepts.]

"Hughes de Payens himself had not that keen and far-sighted intellect nor that grandeur of purpose which afterward distinguished the military founder of another soldiery that became formidable to kings. The Templars were unintelligent and therefore unsuccessful Jesuits.

"Their watchword was, to become wealthy, in order to buy the world. They became so, and in 1312 they possessed in Europe

p. 820

alone more than nine thousand seignories. Riches were the shoal on which they were wrecked. They became insolent, and unwisely showed their contempt for the religious and social institutions which they aimed to overthrow. Their ambition was fatal to them. Their projects were divined and prevented. [Rome, more intolerant of heresy than of vice and crime, came to fear the Order, and fear is always cruel. It has always deemed philosophical truth the most dangerous of heresies, and has never been at a loss for a false accusation, by means of which to crush free thought.] Pope Clement V. and King Philip le Bel gave the signal to Europe, and the Templars, taken as it were in an immense net, were arrested, disarmed, and cast into prison. Never was a Coup d’Etat accomplished with a more formidable concert of action. The whole world was struck with stupor, and eagerly waited for the strange revelations of a process that was to echo through so many ages.

"It was impossible to unfold to the people the conspiracy of the Templars against the Thrones and the Tiara. It was impossible to expose to them the doctrines of the Chiefs of the Order. [This would have been to initiate the multitude into the secrets of the Masters, and to have uplifted the veil of Isis. Recourse was therefore had to the charge of magic, and denouncers and false witnesses were easily found. When the temporal and spiritual tyrannies unite to crush a victim they never want for serviceable instruments.] The Templars were gravely accused of spitting upon Christ and denying God at their receptions, of gross obscenities, conversations with female devils, and the worship of a monstrous idol.

"The end of the drama is well known, and how Jacques de Molai and his fellows perished in the flames. But before his execution, the Chief of the doomed Order organized and instituted what afterward came to be called the Occult, Hermetic, or Scottish Masonry. In the gloom of his prison, the Grand Master created four Metropolitan Lodges, at Naples for the East, at Edinburg for the West, at Stockholm for the North, and at Paris for the South." [The initials of his name, J∴ B∴ M∴ found in the same order in the first three Degrees, are but one of the many internal and cogent proofs that such was the origin of modern Free-Masonry. The legend of Osiris was revived and adopted, to symbolize the destruction of the Order, and the resurrection of

p. 821

[paragraph continues] Khu_ru_m, slain in the body of the Temple, of KHU_RU_M ABAI, the Master, as the martyr of fidelity to obligation, of Truth and Conscience, prophesied the restoration to life of the buried association.]

"The Pope and the King soon after perished in a strange and sudden manner. Squin de Florian, the chief denouncer of the Order, died assassinated. In breaking the sword of the Templars, they made of it a poniard; and their proscribed trowels thence-forward built only tombs."

[The Order disappeared at once. Its estates and wealth were confiscated, and it seemed to have ceased to exist. Nevertheless it lived, under other names and governed by unknown Chiefs, revealing itself only to those who, in passing through a series of Degrees, had proven themselves worthy to be entrusted with the dangerous Secret. The modern Orders that style themselves Templars have assumed a name to which they have not the shadow of a title.]

"The Successors of the Ancient Adepts Rose-Croix, abandoning by degrees the austere and hierarchial Science of their Ancestors in initiation, became a Mystic Sect, united with many of the Templars, the dogmas of the two intermingling, and believed themselves to be the sole depositaries of the secrets of the Gospel of St. John, seeing in its recitals an allegorical series of rites proper to complete the initiation.

"The Initiates, in fact, thought in the eighteenth century that their time had arrived, some to found a new Hierarchy, others to overturn all authority, and to press down all the summits of the Social Order under the level of Equality."

The mystical meanings of the Rose as a Symbol are to be looked for in the Kabalistic Commentaries on the Canticles.

The Rose was for the Initiates the living and blooming symbol of the revelation of the harmonies of being. It was the emblem of beauty, life, love, and pleasure. Flamel, or the Book of the Jew Abraham, made it the hieroglyphical sign of the accomplishment of the great Work. Such is the key of the Roman de la Rose. The Conquest of the Rose was the problem propounded to Science by Initiation, while Religion was laboring to prepare and establish the universal triumph, exclusive and definitive, of the Cross.

To unite the Rose to the Cross, was the problem proposed by the High Initiation; and in fact the Occult philosophy being the

p. 822

[paragraph continues] Universal Synthesis, ought to explain all the phenomena of Being. Religion, considered solely as a physiological fact, is the revelation and satisfaction of a necessity of souls. Its existence is a scientific fact; to deny it, would be to deny humanity itself.

The Rose-Croix Adepts respected the dominant, hierarchical, and revealed religion. Consequently they could no more be the enemies of the Papacy than of legitimate Monarchy; and if they conspired against the Popes and Kings, it was because they considered them personally as apostates from duty and supreme favorers of anarchy.

What, in fact, is a despot, spiritual or temporal, but a crowned anarchist?

One of the magnificent pantacles that express the esoteric and unutterable part of Science, is a Rose of Light, in the centre of which a human form extends its arms in the form of a cross.

Commentaries and studies have been multiplied upon the Divine Comedy, the work of DANTE, and yet no one, so far as we know, has pointed out its especial character. The work of the great Ghibellin is a declaration of war against the Papacy, by bold revelations of the Mysteries. The Epic of Dante is Johannite and Gnostic, an audacious application, like that of the Apocalypse, of the figures and numbers of the Kabalah to the Christian dogmas, and a secret negation of every thing absolute in these dogmas. His journey through the supernatural worlds is accomplished like the initiation into the Mysteries of Eleusis and Thebes. He escapes from that gulf of Hell over the gate of which the sentence of despair was written, by reversing the positions of his head and feet, that is to say, by accepting the direct opposite of the Catholic dogma; and then he reascends to the light, by using the Devil himself as a monstrous ladder. Faust ascends to Heaven, by stepping on the head of the vanquished Mephistopheles. Hell is impassable for those only who know not how to turn back from it. We free ourselves from its bondage by audacity.

His Hell is but a negative Purgatory. His Heaven is composed of a series of Kabalistic circles, divided by a cross, like the Pantacle of Ezekiel. In the centre of this cross blooms a rose, and we see the symbol of the Adepts of the Rose-Croix for the first time publicly expounded and almost categorically explained.

For the first time, because Guillaume de Lorris, who died in 1260, five years before the birth of Alighieri, had not completed

p. 823

his Roman de la Rose, which was continued by Chopinel, a half century afterward. One is astonished to discover that the Roman de la Rose and the Divina Commedia are two opposite forms of one and the same work, initiation into independence of spirit, a satire on all contemporary institutions, and the allegorical formula of the great Secrets of the Society of the Roses-Croix.

The important manifestations of Occultism coincide with the period of the fall of the Templars; since Jean de Meung or Chopinel, contemporary of the old age of Dante, flourished during the best years of his life at the Court of Philippe le Bel. The Roman de la Rose is the Epic of old France. It is a profound book, under the form of levity, a revelation as learned as that of Apuleius, of the Mysteries of Occultism. The Rose of Flamel, that of Jean de Meung, and that of Dante, grew on the same stem.

Swedenborg's system was nothing else than the Kabalah, minus the principle of the Hierarchy. It is the Temple, without the keystone and the foundation.

Cagliostro was the Agent of the Templars, and therefore wrote to the Free-Masons of London that the time had come to begin the work of re-building the Temple of the Eternal. He had introduced into Masonry a new Rite called the Egyptian, and endeavored to resuscitate the mysterious worship of Isis. The three letters L∴ P∴ D∴ on his seal, were the initials of the words "Lilia pedibus destrue;" tread under foot the Lilies [of France], and a Masonic medal of the sixteenth or seventeenth century has upon it a sword cutting off the stalk of a lily, and the words "talem dabit ultio messem," such harvest revenge will give.

A Lodge inaugurated under the auspices of Rousseau, the fanatic of Geneva, became the centre of the revolutionary movement in France, and a Prince of the blood-royal went thither to swear the destruction of the successors of Philippe le Bel on the tomb of Jacques de Molai. The registers of the Order of Templars attest that the Regent, the Duc d’Orleans, was Grand Master of that formidable Secret Society, and that his successors were the Duc de Maine, the Prince of Bourbon-Condé, and the Duc de Cossé-Brissac.

The Templars compromitted the King; they saved him from the rage of the People, to exasperate that rage and bring on the catastrophe prepared for centuries; it was a scaffold that the vengeance of the Templars demanded. The secret movers of the

p. 824

[paragraph continues] French Revolution had sworn to overturn the Throne and the Altar upon the Tomb of Jacques de Molai. When Louis XVI. was executed, half the work was done; and thenceforward the Army of the Temple was to direct all its efforts against the Pope.

Jacques de Molai and his companions were perhaps martyrs, but their avengers dishonored their memory. Royalty was regenerated on the scaffold of Louis XVI., the Church triumphed in the captivity of Pius VI., carried a prisoner to Valence, and dying of fatigue and sorrow, but the successors of the Ancient Knights of the Temple perished, overwhelmed in their fatal victory.
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Eglise, la royauté et les FM Empty Re: L'Eglise, la royauté et les FM

Message  gabrielle Jeu 18 Mar 2010, 10:08 am

Tradcution google

Traduction google




KADOSH KNIGHT.

Nous avons souvent plus de profit par nos ennemis que par nos amis. «Nous nous appuyer uniquement sur ce qui résiste», et devons notre succès à l'opposition. Les meilleurs amis de la Maçonnerie en Amérique ont été les anti-maçons de 1826, et en même temps, ils étaient ses pires ennemis. Les hommes ne sont que les automates de la Providence, et elle utilise le démagogue, le fanatique, et le fourbe, une trinité commune dans les républiques, comme ses outils et instruments à effet de celui dont ils ne rêvent pas, et qui ils imaginent eux-mêmes fait pour empêcher .

L'Anti-Maçons, des traîtres et des parjures, et quelques drôles de simples politiques, purifiée par les persécutions de maçonnerie, et ainsi avéré être de ses bienfaiteurs, car ce qui est persécutée, se développe. Pour eux, sa popularité actuelle est due, l'avilissement de ses degrés, l'invasion de ses loges, qui ne sont pas de sanctuaires plus, par la multitude, son faste et l'apparat et l'affichage exagéré.

Une centaine d'années on avait appris que le ו? Q? D? S ה étaient les Templiers sous un voile, et donc le degré était pro-prescrit, et, cessant d'être travaillé, est devenue une simple et brève cérémonie officielle, sous un autre nom. Or, d'après le tombeau dans lequel, après ses meurtres, il a pourri, Clément V hurle contre les successeurs de ses victimes, dans l'allocution de Pio Nono contre les francs-maçons. Les fantômes des Templiers morts

p. 815

hanter le Vatican et perturber le sommeil de la papauté paralysée, qui, redoutant les cris, mort de ses excommunications et anathèmes impuissants contre les vivants. Il s'agit d'une déclaration de guerre, et a été nécessaire pour susciter l'apathie et l'inertie à l'action.

Un ennemi des Templiers doit nous dire le secret de cette hostilité du pape contre un ordre qui a existé pendant des siècles, en dépit de ses anathèmes, et a son Asyla Sanctuaires et même à Rome.

Il sera facile, comme nous le lisons, pour séparer le faux du vrai, les conjectures audacieuse des faits simples.

«Un pouvoir qui a statué sans antagonismes et sans concurrence, et par conséquent sans contrôle, fut fatale aux redevances sacerdotale, tandis que les républiques, d'autre part, avaient péri par le conflit des libertés et franchises, qui, en l'absence de tout service hiérarchiquement sanctionnés et appliquées, est devenu dès les tyrannies simple, l'un des rivaux de l'autre. Pour trouver un milieu stable entre ces deux abîmes, l'idée de les Hiérophantes chrétienne a été de créer une société consacrée à l'abnégation par des vœux solennels, protégée par des règlements sévères; qui devraient être recrutés par l'initiation, et qui, seul dépositaire des grands secrets religieux et sociaux, doivent faire des rois et des Pontifes, sans l'exposer à la corruption du pouvoir. Dans ce fut le secret de ce royaume de Jésus-Christ, qui, sans être de ce monde, régirait toutes ses grandeurs.

«Cette idée a présidé à la fondation des grands ordres religieux, si souvent en guerre avec les autorités laïques, ecclésiastiques ou civiles. Sa réalisation a également été le rêve des sectes dissidentes de gnostiques ou des Illuminati qui prétendaient se connecter leur foi avec la tradition primitive du christianisme de saint Jean. Il devint enfin une menace pour l'Eglise et la société, quand un ordre riche et dissolu, initié dans les doctrines mystérieux de la kabbale, semblait disposé à se retourner contre l'autorité légitime du principe de conservation de la hiérarchie, et a menacé le monde entier avec une immense révolution.

«Les Templiers, dont l'histoire est si mal connue, les conspirateurs ont été terribles. En 1118, neuf chevaliers croisés en Orient, parmi lesquels se trouvaient Geoffroi de Saint-Omer et Hugues de Payns, se consacrèrent à la religion, et a pris un serment entre les mains du Patriarche de Constantinople, a Voir toujours secrètement ou ouvertement hostiles à celle de Rome de l'époque de Photius. Le but avoué des templiers était de protéger

p. 816

les chrétiens qui venaient visiter les Lieux Saints: leur but secret était la reconstruction du Temple de Salomon sur le modèle prophétisé par Ezéchiel.

«Cette reconstruction, formellement prédite par les mystiques judaïsants des siècles plus tôt, était devenue le rêve secret des Patriarches de l'Orient. Le Temple de Salomon, reconstruit et consacré au culte catholique deviendrait, en effet, le Metropolis de l'Univers, le Moyen-emporterait sur l'Occident, et les Patriarches de Constantinople s'emparer du pouvoir pontifical.

«Les Templiers, ou Pauvre-soldats de la Sainte Maison du Temple destiné à être re-construit, ont pris comme modèles, dans la Bible, le Guerrier-maçons de Zorobabel, qui a travaillé, tenant l'épée d'une main et le truelle dans l'autre. Par conséquent, il précise que l'épée et la truelle furent les insignes des templiers, qui par la suite, comme on le verra, se cachèrent sous le nom de Frères Maçons. [Ce nom, Frères Maçons, en français, adoptée par voie de référence secret pour les bâtisseurs du Second Temple, a été endommagé dans l'anglais vers le Free-Maçons, comme Pythagore de Crotone a été en Peter Gower, de Groton en Angleterre. Khairu_m ou Khu_r-u_m, (une mission nom-rendu dans Hiram) à partir de un ouvrier en cuivre et autres métaux, est devenu le constructeur en chef de la Kadosh Haikal, le Saint-House, du Temple, le Δομος Ἱερος, et les paroles Bonai et Banaim figurent pas encore dans les degrés maçonniques, ce qui signifie Builder et des constructeurs.]

"La truelle des templiers est quadruple, et les plaques triangulaires en sont disposées sous la forme d'une croix, rendant le pantacle kabbalistique connu sous le nom de la Croix de l'Orient. Le chevalier de l'Orient, et le chevalier de la Est et Ouest, ont dans leur titre allusions secret des Templiers, dont ils furent d'abord les successeurs.

"La pensée secrète d'Hugues de Payns, en fondant son ordre, ne fut pas exactement à servir l'ambition des patriarches de Constantinople. Il existait à cette époque en Orient une secte de chrétiens johannites, qui prétendait être le seul vrai initiés en les vrais mystères de la religion du Sauveur. Ils prétendaient connaître l'histoire réelle de YESUS l'oint, et, adoptant en partie les traditions juives et les récits du Talmud, ils ont conclu que les faits racontés dans les Evangiles ne sont que des allégories, dont la clef aéroport donne, en disant que le

p. 817

monde soit rempli de livres qui pourraient être écrites sur les paroles et les actes de Jésus-Christ, des mots qui, pensaient-ils, ne serait que d'une exagération ridicule, s'il ne parle pas d'une allégorie, et une légende, qui peuvent être variées et prolongée à l'infini.

"Le johannites attribuée à saint Jean le fondement de leur Eglise secret, et les pontifes de la secte du Grand prend le titre de Christos, Oint, ou consacrée, et il affirme avoir réussi un de l'autre de Saint-Jean par une succession ininterrompue de pouvoir pontifical. Celui qui, à l'époque de la fondation de l'Ordre du Temple, a revendiqué ces prérogatives imaginaire, a été nommé THEOCLET, il savait Hugues de Payns, il l'initie aux mystères et aux espérances de sa prétendue Église, il séduit par les notions de souverain suprême sacerdoce et la royauté, et enfin l'a désigné comme son successeur.

«Ainsi, l'Ordre des Chevaliers du Temple était à son origine très dévoué à la cause de l'opposition à la tiare de Rome et les couronnes des rois, et l'Apostolat de la Kabbale le gnosticisme est dévolu à ses chefs. Pour saint Jean lui-même était le Père des gnostiques, et la traduction en cours de sa polémique contre les hérétiques de la secte et les païens qui ont nié que Christ était la Parole, est dans une fausse déclaration, ou des malentendus au moins, de tout l'esprit de cet Evangile.

"Les tendances et les principes de l'Ordre ont été enveloppés dans le mystère profond, et il professait à l'extérieur de l'orthodoxie la plus parfaite. Les chefs seul connaissait le but de l'Ordre: les subalternes, les a suivis sans se méfier.

«Pour acquérir de l'influence et de richesse, puis à l'intrigue, et au besoin de se battre, pour établir la johannites ou gnostique et kabbalistique dogme, ont fait l'objet et les moyens proposés aux Frères lancé. La papauté et les monarchies rivales, ils se dirent entre eux, sont vendues et achetées en ces jours, se corrompre, et demain, peut-être, se détruire les uns les autres. Tout ce qui va devenir l'héritage du Temple: Le monde va bientôt venir chez nous pour ses souverains et pontifes. Nous allons constituer le équilibre de l'Univers, et qui domineront Sur les Maîtres du Monde.

«Les Templiers, comme tous les autres ordres secrets et les associations, avaient deux doctrines, une cachée et réservée aux Masters, qui a été Johannism; l'autre public, qui était l'Église catholique romaine. Ainsi, ils ont trompé les adversaires qu'ils cherchaient

p. 818

à supplanter. D'où la Franc-Maçonnerie, vulgairement imaginé avoir commencé avec l'Ordre des architectes dionysien ou au Stone allemand des travailleurs, adoptée l'évangéliste saint Jean comme l'un de ses clients, en associant avec lui, afin de ne pas éveiller les soupçons de Rome, Saint John the Baptist , et donc proclamant lui-même clandestinement l'enfant de la kabbale et essénisme ensemble. "

[Pour le Johannism des adeptes était la kabbale de l'ancienne gnostiques, dégénérant ensuite dans ces formes hérétiques qui gnosticisme développés, de sorte que même Manes avait ses partisans parmi eux. Beaucoup a adopté sa doctrine des deux principes, dont le souvenir est perpétué par la poignée de la dague et le trottoir tesserated ou le plancher de la Loge, bêtement appelé «le Tessel Indented", et représentés par des gros glands pendaison, quand elle veut vraiment dire un plancher tesserated (de la tesselle latin) de losanges blancs et noirs, avec un nécessairement dentelé ou dentelé frontière ou bordure. Et lorsque, dans les degrés supérieurs, les deux couleurs: blanc et noir, se juxtaposent, les deux principes de Zoroastre et Manes est fait allusion. Avec d'autres la doctrine est devenue un panthéisme mystique, est descendu de celle des brahmanes, et même poussé à l'idolâtrie de la nature et la haine de tout dogme révélé.

[Pour tout cela, la lecture de l'absurde de l'Eglise, en prenant littéralement le figuratif, allégorique, et la langue mythique d'une collection de livres orientaux d'âges différents, directement et inévitablement conduit. Le même résultat, longtemps après la folie de suivi concernant les livres en hébreu comme si elles avaient été écrites par le manque d'imagination, dur, l'intelligence pratique de l'Angleterre de Jacques Ier et le flegme bigote de Scottish presbytérianisme.]

Partisans »pour mieux réussir et de gagner, les Templiers sympathisé avec des regrets pour les croyances détrôné et a encouragé les espérances des cultes nouveaux, en promettant à tous la liberté de conscience et une nouvelle orthodoxie qui devrait être la synthèse de tous les cultes persécutés."

[Il est absurde de supposer que les hommes de l'intelligence adoré une idole monstrueuse appelé Baphomet, ou reconnu Mahomet comme un prophète inspiré. Leur symbolisme, a inventé des siècles avant, pour cacher ce qu'il était dangereux d'avouer, a bien sûr été mal compris par ceux qui n'étaient pas adeptes, et à leurs ennemis semblait être panthéiste. Le veau d'or, réalisé par Aaron pour les Israélites, mais a été l'un des bœufs sous la cuve d'airain, et la Karobim sur le propitiatoire, incompris. Les symboles de la sagesse toujours devenir

p. 819

les idoles de la multitude ignorante. Ce que les chefs de l'ordre vraiment cru et enseigné, est indiqué pour les adeptes par les allusions contenues dans les hauts grades de la Franc-maçonnerie, et par les symboles dont seuls les adeptes comprendre.

[Les degrés bleus, mais la cour extérieure ou portique du Temple. Une partie des symboles sont affichés là pour l'initié, mais il est intentionnellement induit en erreur par de fausses interprétations. Il n'est pas prévu que, il doit les comprendre, mais il est prévu qu'il doit s'imaginer qu'il les comprend. Leur vraie explication est réservée pour les adeptes, les princes de la maçonnerie. Le corps entier de la Commission royale et sacerdotale, l'art a été si soigneusement caché, des siècles, puisque, dans les hauts grades, en tant qu'il est encore pour le moment impossible de résoudre un grand nombre des énigmes qu'ils contiennent. Il est bien suffisant pour la masse de ceux qui sont appelés Maçons, d'imaginer que tout est contenue dans les degrés bleu, et quiconque tente de les détromper se travaillent en vain, et sans aucune vraie récompense violer ses obligations en tant que Adept. La maçonnerie est le Sphinx véritable, enterré à la tête dans le sable entassées autour d'elle par les âges.]

"Les graines ont été semées de décomposition dans l'Ordre du Temple à son origine. Hypocrisie est une maladie mortelle. Il avait conçu une grande œuvre dont il était incapable d'exécuter, parce qu'il ne connaissait ni l'humilité ni l'abnégation personnelle, parce que Rome était alors invincible et parce que le côté chefs de l'ordre n'a pas compris sa mission. En outre, les Templiers ont été en général peu éduquées, et seule capable de manier l'épée, sans qualification pour gouverner, et au besoin enchaîner, que la reine du monde qu'on appelle l'opinion ». [Les doctrines des chefs, si elle est exposée à la masse, ont leur semblait les balbutiements de la folie. Les symboles de la sagesse sont les idoles du vulgaire, ou bien plus de sens que les hiéroglyphes d'Égypte aux Arabes nomades. Il doit toujours être une interprétation commune de place pour la masse des Initiés, des symboles qui sont éloquents pour les adeptes.]

"Hughes de Payns avait lui-même pas que vive et d'une grande intelligence, ni observé que la grandeur de l'objectif qui ensuite distingué le fondateur militaires d'un autre soldat qui est devenu redoutable aux rois. Les Templiers étaient stupides et donc jésuites infructueuses.

"Leur mot d'ordre était, pour devenir riches, afin d'acheter le monde. Ils devinrent ainsi, et en 1312 ils possédaient en Europe

p. 820

à lui seul plus de neuf mille seigneuries. Les richesses du haut-fond sur lequel ils ont fait naufrage. Ils sont devenus insolents, et imprudemment montré leur mépris pour les institutions religieuses et sociales qui elles visaient à renverser. Leur ambition était fatale. Leurs projets ont été deviné et empêchées. [Rome, les plus intolérants de l'hérésie que de vice et le crime, est venu à craindre l'Ordre, et la peur est toujours cruel. Il a toujours considéré comme la vérité philosophique la plus dangereuse des hérésies, et n'a jamais été à court d'une fausse accusation, par le biais de laquelle d'écraser la pensée libre.] Le pape Clément V et le roi Philippe le Bel donna le signal de l'Europe, et les Templiers, pris pour ainsi dire dans un immense filet, ont été arrêtés, désarmés et jetés en prison. A jamais eu de coup d'Etat réalisé avec un concert de plus redoutable de l'action. Le monde entier a été frappé de stupeur, et attendaient avec impatience les révélations étranges d'un processus qui se fera l'écho à travers tant de siècles.

«Il était impossible de se dérouler à la population à la conjuration des Templiers contre les Trônes et la tiare. Il a été impossible d'exposer les doctrines des chefs de l'Ordre. [Cela aurait été d'ouvrir la foule dans les secrets de les maîtres, et d'avoir levé le voile d'Isis. recours était donc dû à la charge des témoins magie, et les dénonciateurs et fausses ont été facilement trouvée. Lorsque les tyrannies temporelles et spirituelles s'unir pour écraser une victime qu'ils ne veux plus jamais pour les instruments de service.] Les Templiers étaient gravement accusé de cracher sur le Christ et de nier Dieu, à leurs réceptions, d'obscénités brut, des conversations avec les démons femelles, et le culte d'une idole monstrueuse.

«La fin du drame est bien connue, et comment Jacques de Jacques de Molai et ses compagnons ont péri dans les flammes. Mais avant son exécution, le directeur général de l'Ordre voué organisé et institué ce que la suite fut appelé l'occultisme, hermétique, ou écossais maçonnerie. Dans l'ombre de sa prison, le grand maître créa quatre loges métropolitaines, à Naples, dans l'Est, à Edinbourg pour l'Occident, à Stockholm pour le Nord, et à Paris pour le Sud. " [Les initiales de son nom, J B ∴ ∴ ∴ M trouvés dans le même ordre dans les trois premiers degrés, ne sont que l'une des nombreuses preuves internes et convaincante que telle fut l'origine de la Franc-Maçonnerie moderne. La légende d'Osiris a été relancé et a adopté, pour symboliser la destruction de l'Ordre, et la résurrection de

p. 821

[paragraphe continue] Khu_ru_m, tué dans le corps du Temple, de KHU_RU_M ABAI, le Maître, comme le martyr de la fidélité à l'obligation, de vérité, la conscience, a prophétisé le rétablissement de la vie de l'association enterré.]

"Le pape et le roi ont péri peu de temps après d'une manière étrange et soudaine. Squin de Florian, le dénonciateur en chef de l'Ordre, est mort assassiné. En brisant l'épée des Templiers, ils ont fait d'elle un poignard, et leurs truelles proscrites là Avance tombes construites uniquement. "

[L'Ordre a disparu à la fois. Ses domaines et de la richesse ont été confisqués, et il semblait avoir cessé d'exister. Néanmoins, il a vécu, sous d'autres noms inconnus et régi par les chefs, qui se révèle seulement à ceux qui, en passant par une série de degrés, avait prouvé qu'ils méritent de se voir confier le secret dangereux. L'ordre des Templiers de style moderne qui ont eux-mêmes pris un nom de laquelle ils n'ont pas l'ombre d'un titre.]

"Les successeurs des anciens adeptes de Rose-Croix, abandonnant peu à peu la science austère et hiérarchique de leurs ancêtres dans l'initiation, est devenu une secte mystique, uni à un grand nombre des Templiers, les dogmes de l'entremêlement deux, et se croyaient être les seul dépositaire des secrets de l'Evangile de saint Jean, qui voit dans ses considérants d'une série allégorique de rites propres à compléter l'initiation.

"Les initiés, en effet, la pensée au XVIIIe siècle que leur temps est arrivé, certains de fonder une nouvelle hiérarchie, d'autres pour renverser toute autorité, et pour enfoncer tous les sommets de l'ordre social sous le niveau de l'égalité."

Le sens mystique de la Rose, comme un symbole doivent être recherchées dans les Commentaires sur la Kabbale Cantiques.

La rose était pour les initiés de la vie et l'épanouissement symbole de la révélation des harmonies de l'être. Elle était l'emblème de la beauté, la vie, l'amour et du plaisir. Flamel, ou le Livre des Juif Abraham, fait-elle le signe hiéroglyphique de l'accomplissement de la grande œuvre. Telle est la clef du Roman de la Rose. La Conquête de la Rose est le problème proposée par l'initiation à la science, tandis que la religion a été laborieuse pour préparer et établir le triomphe universel, exclusif et définitif, de la Croix.

Pour unir la Rose à la Croix, a été le problème proposé par la haute initiation, et en fait la philosophie occulte étant la

p. 822

[paragraphe continue] Universal synthèse, devrait pouvoir expliquer tous les phénomènes de l'Être. La religion, considérée uniquement comme un fait physiologique, est la révélation et la satisfaction d'un besoin des âmes. Son existence est un fait scientifique, de le nier, ce serait nier l'humanité elle-même.

Adeptes de la Rose-Croix respecté la dominante, hiérarchique et la religion révélée. Par conséquent, ils ne pouvaient plus être les ennemis de la papauté que de la monarchie légitime, et si elles ont comploté contre les papes et les rois, c'est parce qu'ils les considéraient personnellement comme des apostats de devoir et de fauteurs suprêmes de l'anarchie.

Comment, en effet, est un despote, spirituel ou temporel, mais un anarchiste couronné?

L'un des pantacles magnifiques qui expriment la partie ésotérique et indicible de la Science, est une rose de lumière, dans le centre de laquelle une forme humaine étend ses bras en forme de croix.

Commentaires et études ont été multipliés sur la Divine Comédie, l'œuvre de Dante, et pourtant personne, pour autant que nous le savons, a souligné son caractère particulier. Les travaux de la Ghibellin Lacs est une déclaration de guerre contre la papauté, par les révélations de gras des Mystères. L'épopée de Dante est johannites et gnostique, une demande audacieuse, comme celle de l'Apocalypse, des chiffres et des nombres de la kabbale aux dogmes chrétiens, et une négation de tout ce secret absolu dans ces dogmes. Son voyage à travers les mondes surnaturels s'accomplit comme l'initiation aux mystères d'Eleusis et de Thèbes. Il échappe à ce gouffre de l'enfer sur la porte de laquelle la peine de désespoir a été écrit, en inversant les positions de la tête et les pieds, c'est-à-dire en acceptant l'opposé du dogme catholique, et alors il remonte à la la lumière, en utilisant le Diable lui-même comme une échelle monstrueuse. Faust monte au ciel, en marchant sur la tête de la Méphistophélès vaincu. L'enfer est infranchissable pour ceux-là seuls qui ne savent pas comment revenir en arrière d'elle. Nous nous libérer de la servitude par l'audace.

Son enfer n'est qu'un purgatoire négatif. Son ciel est composé d'une série de cercles kabbalistiques, divisé par une croix, comme le pentacle d'Ezéchiel. Au centre de cette croix fleurit une rose, et l'on voit le symbole des adeptes de la Rose-Croix pour la première fois exposé publiquement et presque catégoriquement expliqué.

Pour la première fois, parce que Guillaume de Lorris, mort en 1260, soit cinq ans avant la naissance de Alighieri, n'avait pas terminé

p. 823

son Roman de la Rose, qui a été continué par Chopinel, un demi-siècle après. On est étonné de découvrir que le Roman de la Rose et la Divina Commedia existe deux formes opposées d'un seul et même travail, initiation à l'indépendance d'esprit, une satire sur toutes les institutions contemporaines, et la formule allégorique des grands secrets de la Société des Roses-Croix.

Les manifestations importantes de l'occultisme coïncident avec la période de la chute des Templiers, puisque Jean de Meung ou Chopinel, contemporain de la vieillesse de Dante, a prospéré pendant les meilleures années de sa vie à la cour de Philippe le Bel. Le Roman de la Rose est l'épopée de la vieille France. C'est un livre profond, sous la forme de légèreté, une révélation aussi savante que celle d'Apulée, des mystères de l'occultisme. La rose de Flamel, celle de Jean de Meung, et celle de Dante, a grandi sur la même tige.

Système de Swedenborg avait rien d'autre que la kabbale, moins le principe de la hiérarchie. C'est le temple, sans la pierre angulaire et le fondement.

Cagliostro était l'agent des templiers, et a donc écrit au Free-Maçons de Londres que le moment était venu de commencer les travaux de re-construire le temple de l'Éternel. Il avait introduit dans la maçonnerie un nouveau rite appelé l'Égyptien, et cherchait à ressusciter le culte mystérieux d'Isis. Les trois lettres L P ∴ ∴ ∴ D sur son sceau, sont les initiales des mots «pedibus Lilia destrue;" fouler aux pieds les lys [of France], et une médaille maçonnique du XVIe siècle ou dix-septième que lui porte une épée couper la tige d'un lys, et les mots "talem Messem Ultio Dabit,« vengeance récolte tels donnera.

Un pavillon inauguré sous les auspices de Rousseau, le fanatique de Genève, est devenu le centre du mouvement révolutionnaire en France, et un prince de sang royal s'y rendit à jurer la destruction des successeurs de Philippe le Bel sur la tombe de Jacques de Jacques de Molai. Les registres de l'Ordre des Templiers attestent que le régent, le duc d'Orléans, a été Grand Maître de cette société secrète redoutable, et que ses successeurs furent le duc de Maine, le prince de Bourbon-Condé, et le duc de Cossé - Brissac.

Les Templiers compromitted le roi, ils l'a sauvé de la rage du peuple, pour exaspérer cette fureur et porter sur la catastrophe préparée depuis des siècles, il a été un échafaudage que la vengeance des Templiers exigé. Les déménageurs secret de la

p. 824

[paragraphe continue] La Révolution française avait juré de renverser le trône et l'autel sur la tombe de Jacques de Jacques de Molai. Lorsque Louis XVI. a été exécuté, la moitié du travail était fait, et dès lors l'armée du Temple devait diriger tous ses efforts contre le pape.

Jacques de Jacques de Molai et ses compagnons étaient peut-être des martyrs, mais leurs vengeurs déshonoré leur mémoire. La royauté était régénéré sur l'échafaud de Louis XVI., L'Eglise a triomphé dans la captivité de Pie VI., Portait un prisonnier à Valence, et de mourir de fatigue et de chagrin, mais les successeurs des anciens chevaliers du Temple périt, submergé dans leur fatale victoire.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18731
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum