Les joies du CIEL

Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Les joies du CIEL

Message  Monique le Jeu 19 Fév 2009, 6:19 pm

Les joies du CIEL Ciel_500

Le ciel est le séjour de la béatitude éternelle.



Le Christ donna à ses apôtres un avant-goût du ciel sur le Thabor. (S. Matth. XVII). Le ciel s'ouvrit au baptême de Jésus (id. 111, 16). S. Etienne vit le ciel ouvert. (Act. Ap. VII, 55). S. Paul fut ravi au ciel. (II. Cor. XII, 2).

Le ciel est à la fois un lieu et un état. Comme lieu il est, selon quelques théologiens, au-delà du monde sidéral. Ce n'est qu'une opinion, mais elle est fondée sur la tournure des paroles du Christ: qu'il est descendu du ciel, qu'il y remonterait, qu'il en reviendrait.

Le ciel est aussi un état de l'âme; il consiste dans la vision de Dieu (S. Matth. XVIII, 10), dans la paix et le bonheur de l'esprit. (Rom. XIV, 17). Quand les anges et les saints nous visitent ici-bas, ils ne cessent donc pas d'être au ciel, car ils ne peuvent pas être privés de la vision de Dieu. (S. Bernard).

Jésus-Christ est le roi du ciel. ''Je suis roi, disait-il à Pilate, mais mon royaume n'est pas de ce monde." (S. Jean XVIII, 36). Le bon larron reconnaissait cette royauté quand il disait au Sauveur: ''Seigneur! souvenez-vous de moi quand vous serez dans votre royaume." (S. Luc. XXIII, 42).

Au ciel nous verrons les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme. (S. Jean I, 51). Au ciel les anges adorent le Christ. (Hébr. I, 6). — Le ciel est notre vraie patrie; ici-bas nous ne sommes que des étrangers (II. Cor. V, 6), c'est la vérité que nous représentent les processions.


François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.


A suivre…


Dernière édition par Paradiso le Dim 22 Fév 2009, 6:18 pm, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Ven 20 Fév 2009, 6:20 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Les joies du ciel sont ineffablement grandes; les élus sont libres de tout mal, ils jouissent de la vision de Dieu et de l'amitié de tous les habitants du paradis.


Les joies du paradis sont ineffablement grandes. '' Ce que l'œil n'a point vu, dit S. Paul, ce que l'oreille n'a point entendu, ce que le cœur de l'homme n'a jamais pressenti, Dieu l'a préparé à ceux qui l'aiment." (I. Cor. II, 9).

Cette béatitude peut être méritée, mais non décrite. (S. Aug.) '' Les élus, dit David à Dieu, s'enivreront de l'abondance de votre maison, et vous les ferez boire au torrent de vos délices." (Ps. XXXV, 8). En comparaison de la félicité éternelle, notre vie actuelle est plutôt une mort. (S. Grég. Gr.)

Les joies des élus sont si grandes, que toutes les tortures des martyrs n'en mériteraient pas une seule heure. (S. Vinc. Fer.) Nous jouirons au ciel du bonheur même de Dieu. (S. Matth. XXV, 21) ; car nous y serons participants de la nature divine (II. S. Pierre I, 4), nous lui serons semblables I. S. Jean III, 2).

Nous serons transformés au ciel, comme le fer dans la fournaise. (Cat. rom.) La divinité se reflétera dans chaque âme, comme le soleil du matin dans les millions de gouttes de rosée.

François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.

A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Sam 21 Fév 2009, 7:05 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Les joies du ciel sont ineffablement grandes; les élus sont libres de tout mal, ils jouissent de la vision de Dieu et de l'amitié de tous les habitants du paradis.


Dans le ciel il y a beaucoup de demeures. (S. Jean XIV, 2). Le ciel est semblable à un grand festin (S. Matth. VIII, 11 ; S. Luc XIV, 16) où Dieu sert lui-même ses invités (ibid. XII, 37). La nourriture y sera non pas corporelle, mais spirituelle. (Tob. XII, 19).

Au ciel luit une lumière éclatante (1. Tim. VI, 16), on y entend les cantiques des anges (Ps. LXXXIII, 5), les saints y portent des vêtements blancs (Apoc. VII, 14), ils y reçoivent une magnifique couronne de la main de Dieu. (Sag. V, 17).

Les saints possèdent une entière liberté et sont établis sur tous les biens de Dieu (S. Matth. XXV, 21); ils sont là où est le Christ (S Jean XVII, 24), qui leur rend au centuple ce qu'ils ont abandonné pour lui sur cette terre. (S. Matth. XIX, 29). — Le firmament visible est déjà si beau, combien plus beau sera le séjour près du trône de Dieu même!

La terre est si pleine de joies, surtout au printemps, dans certains sites remarquables, et pourtant elle n'est qu'un désert en comparaison du ciel! '' Seigneur, s'écrie S. Augustin, si vous nous traitez ainsi dans cette prison, que sera-ce dans votre palais !" Mais aussi qu'est-ce que Dieu ne peut pas nous accorder, puisqu'il est tout-puissant !

François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.

A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Dim 22 Fév 2009, 7:03 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Les joies du ciel sont ineffablement grandes; les élus sont libres de tout mal, ils jouissent de la vision de Dieu et de l'amitié de tous les habitants du paradis.


Néanmoins, les joies du ciel ne sont pas sensuelles (S. Matth. XXII, 30) comme celles du paradis que promet Mahomet! Si un cheval était capable de penser, il ne s'imaginerait pas que son « maître se fait servir du foin le jour de ses noces !

Les élus sont libres de tout mal. Il est plus facile d'énumérer les maux dont ils sont délivrés, que les joies dont ils jouissent. (S. Aug.)

Ils ne souffrent ni de la faim, ni de la soif (Apoc. VII, 16), au ciel il n'y aura plus ni mort, ni deuil, ni gémissement, ni douleur (ib. XXI, 4), ni nuit (ib. XXV, 5). ils seront incapables de pécher; leur volonté sera absorbée par celle de Dieu, comme une goutte d'eau mêlée à une coupe de vin en prend le goût et la couleur. (S. Bern.)

Les élus voient continuellement la face de Dieu (S. Math. XVIII, 10) ; ils reconnaissent clairement l'immensité, les perfections et toutes le» œuvres de Dieu (S. Aug.) ; ils voient Dieu comme il est (I. S. Jean III, 2) ; ils le voient face à face (L Cor., XIII, 12); ils voient Dieu non pas dans une image, mais il est aussi présent à leur intelligence que l'arbre à l'œil qui le voit. (S. Th. Aq.)

François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.


A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Lun 23 Fév 2009, 6:08 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Les joies du ciel sont ineffablement grandes; les élus sont libres de tout mal, ils jouissent de la vision de Dieu et de l'amitié de tous les habitants du paradis.


Les élus sont incapables de cette vision par leurs forces naturelles, aussi peu que nous le sommes de la foi; ils en sont rendus capables par une action spéciale de Dieu qu'on appelle lumière de la gloire. Cette vision rend les élus semblables à Dieu (I. S. Jean III, 2) et leur procure des délices ineffables; toutefois ils se réjouissent encore plus de la béatitude de Dieu que de la leur propre. (S. Bonav.)

Or, si la connaissance des choses créées est déjà une grande jouissance, combien plus grande sera celle du Créateur lui-même! (S. Ch. Borrom.)

Aussi S. Augustin s'écrie-t-il : ''Se réjouir auprès de vous, Seigneur, de vous et à cause de vous, c'est en cela que consiste la vie éternelle." — Cette connaissance de Dieu engendre nécessairement l'amour de Dieu; l'un croît en proportion de l'autre. ''Les élus, dit S. Anselme, vous aimeront, Seigneur, autant qu'ils vous connaîtront !"

La conséquence de ce grand bonheur est l'absence complète de toute tristesse; car une joie vive est incompatible avec la douleur et vice versa. (Aristote). — Les saints s'aiment aussi les uns les autres; ils sont tous un. (S. Jean XVII, 21). L'amour qui est la vie des élus au paradis est si grand que l'élu le plus étranger à nous, nous aime encore plus que des parents n'aiment leurs enfants ici-bas. (Suso).

L'amour seul distingue les enfants du royaume céleste des enfants de perdition. (S. Aug.) Et quelle joie n'éprouverons-nous pas quand nous retrouverons là-haut nos parents et nos amis après une cruelle séparation! Grande était en effet déjà la joie de Jacob retrouvant son fils Joseph comblé d'honneurs. Au ciel nous sommes attendus par une foule d'amis ! (S. Cypr.).

François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.

A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Mar 24 Fév 2009, 7:21 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Les joies du ciel durent éternellement.


Les justes, dit Jésus, entreront dans la vie éternelle, c.-à-d. dans une vie bienheureuse qui n'aura pas de fin. Le S. Esprit leur restera éternellement uni (S. Jean XIV, 16), personne ne pourra leur enlever leur joie. (S. Jean X, 29).

Les grands seigneurs, les princes et les rois ont coutume de rétribuer leurs serviteurs lors même que ceux-ci ne peuvent plus continuer leurs services ; or, Dieu est le plus grand de tous les seigneurs et doit être le plus magnifique dans ses récompenses; il en donne une éternelle, seule digne de lui.

Si les joies du ciel n'étaient pas éternelles, les élus seraient perpétuellement dans la crainte de les perdre ; le ciel cesserait d'être le ciel.

C'est à cause de l'éternité du bonheur du ciel qu'on l'appelle la possession de Dieu.

François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.

A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Mer 25 Fév 2009, 6:04 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Le bonheur des saints varie en proportion de leurs mérites.


Le maître dans l'Evangile établit sur 10 villes le serviteur qui a gagné 10 talents et sur 5 villes celui qui a gagné 6 talents. (S. Luc. XIX, 16). Ce maître, c'est Dieu qui récompense par un bonheur plus grand celui qui a accompli plus de bonnes œuvres. Par là il glorifie la perfection de sa justice.

Celui, dit S. Paul, qui sème avec parcimonie, recueillera peu, celui qui sèmera avec largesse, fera une riche moisson. (II Cor. IX, 6). Les justes voient tous Dieu clairement, mais l'un voit plus parfaitement que l'autre en raison de ses mérites. (Conc. de Florence). Autre est l'éclat du soleil — Jésus-Christ —, autre celui de la lune — Marie —, autre celui des étoiles — les saints — (I. Cor. XV, 41).

Le même soleil est vu plus fixement par l'aigle que par les autres oiseaux. Le feu réchauffe plus ceux qui en sont rapprochés, que ceux qui en sont éloignés. (Bellarmin). Il en est de même au ciel; la connaissance de Dieu, la charité, les délices sont plus grandes chez un saint que chez l'autre ; le plaisir est en effet en proportion de la connaissance. D'après une certaine opinion les hommes doivent occuper la place des anges déchus, or, parmi les anges il y a neuf chœurs.

François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.

A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Jeu 26 Fév 2009, 7:06 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Le bonheur des saints varie en proportion de leurs mérites.


Le degré de la gloire céleste dépend du degré de la grâce sanctifiante où l'homme se trouvait au moment de sa mort, en d'autres termes le degré de gloire correspond à la mesure où l'on possédait le S. Esprit, où l'on avait la charité au moment de la mort.

Le degré de gloire d'un saint ne peut jamais s'élever ni s'abaisser; cependant il existe dans le ciel une félicité extrinsèque, quand le saint est l'objet d'une joie ou d'un honneur spécial. Il y a, dit le Christ, un bonheur dans le ciel, chaque fois qu'un pécheur se convertit. (S. Luc XV, 7)

La béatification, la canonisation, la célébration d'une fête, les invocations, le saint sacrifice et les actes vertueux offerts à Dieu en l'honneur d'un saint, contribuent certainement à sa félicité. Il est probable que dans ces. occasions le saint est honoré spécialement par les anges. (Cochem). Ste Gertrude voyait dans ces circonstances les saints revêtus de vêtements plus éclatants et servis par des serviteurs plus nobles; leur bonheur paraissait augmenté — Malgré la diversité de la récompense, il ne règne chez les saints aucune envie. Tous ont reçu du père de famille un denier. (S. Matth. XX). Quand deux, enfants, dit S. François de Sales, reçoivent de leur père des habits de la même étoffe, le plus petit n'envie pas le plus grand, car il ne pourrait pas se servir do son habit. Il en est de même au ciel; bien plus, chacun s'y réjouit du bonheur de l'autre, la joie et le bonheur de l'un font la joie et la félicité de l'autre.
François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.

A suivre…
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Ven 27 Fév 2009, 6:41 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



On gagne le ciel par la souffrance et les victoires sur soi-même.


'' Il faut, dit S. Paul, entrer dans le royaume de Dieu par beaucoup de tribulations." (Act. Ap. XIV, 21). Il n'y a pas de bonheur éternel sans victoire sur soi-même ; le royaume des cieux est semblable à un trésor ou à une perle précieuse; pour les acquérir il faut tout donner (S. Matth. XIII, 44), c.-à-d. rompre toute attache désordonnée aux choses terrestres.

On n'obtient un grand salaire que par de grands efforts. (S. Grég. Gr.) la porte et la voie qui conduisent à la vie sont étroites (ib. VII, 11). Celui-là seul obtient le prix à la course qui court avec rapidité et persévérance, qui se dépouille de tous les vêtements superflus. (I. Cor. IX, 24).

Pour obtenir la couronne à la lutte, il faut d'abord s'abstenir de tout ce qui peut affaiblir le corps (ib. 25). Pour arriver au ciel il faut donc être martyr au moins non-sanglant, c'est le motif pour lequel la fête de S. Etienne suit immédiatement celle de Noël.

'' Celui, dit Jésus, qui aime sa vie la perdra, et celui qui la méprisera en ce monde la retrouvera " (S. Jean XII, 25), c.-à-d., celui qui recherche les plaisirs et les jouissances de ce monde sera damné et celui qui s'efforcera de s'en détacher sera sauvé. — Mais plus notre salut nous coûtera d'efforts, plus notre joie sera grande, car une joie méritée réjouit doublement.
François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  Monique le Sam 28 Fév 2009, 6:12 pm

Les joies du CIEL Ciel_500



Pour les justes le ciel commence partiellement dès ici-bas.


En cherchant la vie éternelle, ils en jouissent déjà. (S. Aug.)

Les justes possèdent la véritable paix de l'âme (S. Jean XIV, 28), cette paix de Dieu qui dépasse toute intelligence (Phil. IV, 7); aussi sont-ils toujours gais, même quand ils jeûnent (S. Matth. VI, 17) ou quand ils souffrent (ib. V, 12).

Les justes possèdent le S. Esprit, ils sont donc dès ici-bas unis à Dieu (1. S. Jean IV, 16), le Christ demeure déjà dans leur cœur (Ephés. III, 17), ils ont au dedans d'eux le royaume de Dieu. (S. Luc XVII, 21).

Quiconque pense au ciel, sera sûrement patient dans les épreuves et méprisera les choses et les plaisirs de ce monde. Pensez à la couronne et vous souffrirez volontiers. (S. Aug.) Les souffrances de ce monde ne sont pas comparables à la gloire future qui sera révélée en nous. (Héb. XII, 9.)

En méditant les choses célestes, celles du monde nous paraîtront futiles. (S. Grég. Gr.) Celui qui est sur le sommet d'une montagne ne voit pas les objets dans la vallée ou ne les voit que très petits (S. J. Chr.); l'oiseau qui vole très haut est hors d'atteinte du chasseur (id).


François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague, 1903.


FIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les joies du CIEL Empty Re: Les joies du CIEL

Message  ROBERT. le Lun 02 Mar 2009, 5:28 pm

.

Vos fils nous montrent par la Foi, Paradiso, qu'il est possible, de voir, comme à travers un voile, dès ici-bas, les joies du Ciel...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum