Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Lun 16 Mar 2020, 5:30 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Gloire de son triomphe [suite].


Mais pour expliquer distinctement la gloire merveilleuse de cette pompe, il faut remarquer qu'il y a trois choses qui rendent un triomphe auguste et magnifique :

1° les hauts faits et les perfections de celui qui triomphe ;
2° l'éclat des personnes qui l’accompagnent ;
3° les honneurs qui lui sont rendus dans sa marche et dans tout le cours du même triomphe.

Or, toutes ces choses concourent admirablement pour rendre l'Assomption de la Vierge d'un prix et d'une valeur inestimables : car, en premier lieu, si nous considérons les mérites de celle qui triomphe, et les actions qui lui ont acquis cet honneur, il n'y a rien de plus grand, de plus noble et de plus éclatant. Les amis de l'Époux, dans le Cantique des cantiques, nous les représentent par trois acclamations différentes, qui comprennent toutes les perfections dont une créature humaine soit capable.

Ils disent dans la première : Qui est celle-ci qui monte par le désert comme une fumée déliée, naissant des parfums de myrrhe, d'encens et de toutes sortes de senteurs?
Ils disent dans la seconde : Qui est celle-ci qui s'avance comme l'aurore qui commence à poindre, belle comme la lune, choisie comme le soleil et terrible comme une armée rangée en bataille ?
Ils disent enfin dans la troisième : Qui est celle-ci qui s'élève du désert, toute comblée de délices et appuyée sur son Bien-Aimé?

Par la première, ils nous représentent son humilité, sa modestie, sa dévotion, sa ferveur, sa persévérance dans la piété, sa miséricorde, sa libéralité et toutes ses autres vertus édifiantes.
Par la seconde, ils nous signifient l'éclat de sa pureté, l'éminence de sa science et de sa sagesse, la grandeur de son amour pour Dieu, et l'ardeur de son zèle qui la rend formidable à toutes les puissances du monde et de l'enfer.
Par la troisième, ils nous expriment sa parfaite ressemblance avec son Fils, l'union qu'elle avait avec sa divinité, et les douceurs ineffables qu'elle goûtait dans la jouissance de cette union.

Ainsi, nous avons, dans ces paroles, un riche tableau des beautés et des perfections de notre illustre Triomphante.

Mais qui pourrait exprimer les biens qu'elle a faits dans le monde, les victoires qu'elle a remportées, les faveurs dont elle a comblé tout le genre humain, et les services qu'elle a rendus à Dieu, son souverain Seigneur?

N'est-ce pas elle qui a écrasé la tête de l'ancien serpent, qui a réparé le mal que la première femme avait causé, qui nous a donné un Sauveur et Libérateur, et qui a ouvert les portes du ciel pour y faire entrer ceux qui en étaient bannis?

N'est-ce pas elle qui a mérité d'être le Refuge des pécheurs, l'Avocate des malheureux, la Dispensatrice des trésors de Dieu, la Médiatrice de notre salut et le Canal par lequel toutes les grâces coulent sur nos âmes? Oh ! qu'elle est parfaite, qu'elle est accomplie, qu'elle est aimable, qu'elle est digne de triompher et de recevoir tous les honneurs qui peuvent être faits, au-dessous des honneurs divins !

Si le triomphe de l’Assomption est si relevé par l’excellence de celle qui triomphe...

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Mar 17 Mar 2020, 6:32 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Gloire de son triomphe [suite].

Si le triomphe de l'Assomption est si relevé par l'excellence de celle qui triomphe, il l'est encore par l'éclat des personnes qui l'accompagnent : car nous devons nous persuader que Notre-Seigneur était le chef de cette troupe et qu'il mena lui-même sa mère sur le trône de gloire qui lui était préparé, suivant ces paroles du Cantique : Quœ est ista quœ ascendit innixa super delictum suum ?Qui est celle-ci qui monte, appuyée sur son Bien-Aimé? et c'est ce qui relève en quelque manière la pompe de l'Assomption au-dessus de celle de l'Ascension, parce que, dans l'Ascension, Notre-Seigneur ne fut escorté et accompagné que par des serviteurs ; mais, dans l'Assomption, la Vierge glorieuse est accompagnée du souverain Monarque du monde, qui l'élève par sa vertu et la soutient par sa puissance.

Il ne faut donc pas croire qu'elle soit montée au ciel par le ministère des anges, quoique, par honneur, les anges l'aient environnée et lui aient servi de trône; mais elle est montée par la force de son agilité, qui est un des douaires de la béatitude, et par la vertu de son Fils qui lui avait donné cette agilité dans une perfection souveraine.

De plus, nous devons nous représenter que toute la cour céleste composa cet illustre trophée, c'est-à-dire, d'une part, tous les cœurs des anges, sans excepter ceux qui ne sortent point ordinairement de devant le trône de Dieu ; et, de l'autre, tous les ordres des Saints, c'est-à-dire les Patriarches, les Prophètes, les Hommes apostoliques, les Martyrs, les Vierges et toute la troupe des autres Bienheureux.

Enfin, plusieurs Docteurs estiment qu'en ce moment tout le purgatoire reçut une indulgence universelle, et qu'il n'y eut aucune des âmes qui y étaient alors tourmentées, qui n'en fût délivrée par l'intercession de la Vierge des vierges, pour rendre son triomphe plus glorieux.

Cela étant, qui pourrait concevoir la magnificence de cette pompe, et, a-t-on jamais rien vu en ce monde qui mérite d'en être appelé l'ombre et l'image; car, si la gloire d'un seul ange surpasse toutes les beautés que l'industrie des hommes peut produire sur la terre, que dirons-nous de celle qui naît de l'assemblée de tous ces esprits et du concert agréable de tous les Saints?

Que dirons-nous de l'éclat et de la majesté de ces deux corps d'armée, dont l'un renferme toutes les intelligences bienheureuses, disposées par leurs hiérarchies et par leurs chœurs ; et l'autre comprend tous les hommes glorifiés, rangés selon l'ordre de leur mérite et l'excellence de leur auréole et de leur béatitude? Ne devons-nous pas nous écrier eu cette occasion, avec le bienheureux Pierre Damien : O jour sublime et plus éclatant mille fois que le soleil, dans lequel cette Vierge royale a été élevée sur le trône de Dieu le Père, et a été placée dans le siège de la très-sainte Trinité, où elle est l'objet continuel des admirations et des désirs du paradis !

Enfin, ce qui achève la splendeur de ce triomphe…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Mer 18 Mar 2020, 6:14 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Gloire de son triomphe [suite].

Enfin, ce qui achève la splendeur de ce triomphe, ce sont les honneurs que notre adorable Princesse a reçus dans toute sa marche jusqu'à ce qu'elle ait été assise comme la véritable Bethsabée à côté de son Fils.

Le lecteur chrétien pourra ici méditer les louanges, les bénédictions, les actions de grâce et les applaudissements que lui donnèrent chaque chœur des Anges et chaque ordre des Saints en particulier, lorsque, montant au-dessus de toutes les œuvres de Dieu, elle passa successivement par le milieu de ces saintes troupes :

ce que lui dirent les Patriarches qui l'avaient demandée avec tant d'instance;

les Prophètes qui l'avaient prédite avec tant de lumière ;

les Apôtres déjà décédés, et les Hommes apostoliques qui avaient prêché sa maternité divine avec tant de zèle ;

les Martyrs qui avaient déjà versé leur sang pour l'honneur de son Fils;

les Vierges qui avaient si constamment imité son innocence et sa pureté virginale ;

en un mot, toutes les âmes bienheureuses qui savaient qu'elle était la Mère de leur Libérateur, la Source de leur salut et de leur bonheur, la Réparatrice de leurs chutes, et la Porte par laquelle elles étaient entrées dans le royaume des cieux :

ce que lui dirent aussi les Séraphins, la voyant si pénétrée des flammes de l'amour divin,

les Chérubins apercevant en elle une lumière infiniment plus haute et plus pénétrante que la leur;

les Trônes la reconnaissant pour l'Arche vivante où la très-sainte Trinité reposait d'une manière beaucoup plus auguste et plus excellente qu'en eux-mêmes :

quoi de plus?

tout le reste des esprits célestes sachant qu'elle venait ajouter un nouvel éclat au paradis, et que, par elle, les brèches que la révolte de Lucifer avait faites dans leurs rangs, seraient heureusement réparées.

Sans doute, tous ces bienheureux se prosternèrent devant elle, la reconnurent pour leur Reine et leur Souveraine, lui firent offre de leurs personnes et de leurs services, et se dévouèrent entièrement à elle pour chanter éternellement ses louanges et pour obéir à toutes ses volontés.

C'est ainsi qu'en parlent les saints Pères que j'ai déjà cités…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Jeu 19 Mar 2020, 5:16 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Gloire de son triomphe [suite].

C'est ainsi qu'en parlent les saints Pères que j'ai déjà cités, dans leurs sermons sur le mystère de l'Assomption :

« La glorieuse Vierge, dit saint Bernard, en montant aujourd'hui dans le ciel,  a donné un merveilleux accroissement à la joie dont les Bienheureux étaient déjà remplis; car si l'âme du petit saint Jean encore renfermé dans le sein de sa mère, s'est comme fondue d'allégresse par un seul mot de Marie, quels n'ont pas été la joie et le tressaillement de tous ces bienheureux esprits, lorsqu'ils ont eu le bonheur, non-seulement d'entendre sa voix, mais aussi de contempler son visage et de jouir de son aimable présence? Mais, qui pourrait penser avec combien de gloire cette Reine du monde s'éleva dans le siège de son empire; avec quelle tendresse de dévotion toute la multitude des légions bienheureuses vint au devant d'elle pour la recevoir, et avec quels cantiques d'honneur ils la conduisirent jusques sur le trône que la justice de Dieu lui avait préparé. »

Il décrit ensuite, ce qui est le principal en cette fête, de quelle manière elle fut reçue de Celui qui était l'objet de ses désirs et dont la possession devait faire tout son bonheur :

« Qui dira encore, ajoute-t-il, avec quelle sérénité de visage, avec quelle douceur, quel amour, quels regards, quels embrassements elle fut reçue de son Fils, et portée au-dessus de toutes créatures? ce fut sans doute avec tout l'honneur dont une Mère de si grand mérite était digne, et avec toute la gloire qui était convenable à la magnificence et à la piété d'un tel Fils. Heureux assurément les baisers que cette divine Mère lui donnait lorsqu'il pendait à ses mamelles, et qu'elle le caressait sur son sein virginal ; mais n'estimerons-nous pas plus heureux les baisers qu'elle reçut de sa bouche à la droite du Père éternel, dans le moment de sa bienheureuse exaltation, lorsque, montant au trône de gloire où elle devait s'asseoir, elle chantait cet épithalame sacré : Osculetur me osculo oris sui : — Qu'il me baise d'un baiser de sa bouche. Qui est-ce qui pourra jamais déclarer les merveilles de la génération de Jésus-Christ et de l'Assomption de Marie? car autant elle a reçu de grâces sur la terre au-dessus de tout le monde, autant a-t-elle reçu dans le Ciel de gloire singulière qui la relève au-dessus de tout ce qu'il y a de créé. »

Il faudrait encore décrire ici l'accueil qui lui fut fait par chacune des personnes divines…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Ven 20 Mar 2020, 6:19 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

[SUITE]

Accueil des trois Personnes divines.

Il faudrait encore décrire ici l'accueil qui lui fut fait par chacune des personnes divines, et par toute la très-sainte Trinité : par le Père, qui la regardait comme la plus parfaite de toutes les filles, et comme celle qui avait été sur la terre, à l'égard de son Fils unique, la vicaire de son amour et de son adorable paternité ; par le Fils, qui la regardait comme sa mère et comme celle qui lui avait donné une seconde nature et une seconde naissance en le faisant Fils de l'Homme ; par le Saint-Esprit, qui la regardait comme la plus fidèle de ses épouses, et comme celle qui l'avait rendu divinement fécond hors du sein de la Divinité.

Mais, ces grands mystères demandent plutôt nos adorations et nos respects que nos expressions, qui ne peuvent être que très-imparfaites. Les livres de méditation en parlent plus au long, et ce que nous avons dit suffit pour faire concevoir combien le triomphe de l'Assomption a été éclatant et magnifique.

On peut seulement demander en quel lieu la Sainte Vierge a été placée.

Saint Bernard répond : « Comme il n'y avait point sur la terre de lieu plus digne que le sein virginal où Marie avait reçu et logé le Fils de Dieu, aussi il n'y a  point dans les Cieux de lieu plus digne que le trône royal où le Fils de Dieu a élevé et placé sa très-sainte Mère. »

D'autres saints Docteurs, expliquant ces paroles du Psaume 44 : La Reine est placée à votre droite : et ces autres du troisième livre des Rois : Salomon s'assit sur son siège, et sa mère s'assit à sa droite, disent que Notre-Seigneur, en son Ascension, est monté à la droite de son Père; et que Marie, en son Assomption, est montée à la droite de Jésus-Christ. Mais il y a cette différence, que Notre-Seigneur est monté à la droite du Père, comme lui étant égal et ayant la même puissance et le même domaine que lui : tandis que Marie est montée à la droite de Jésus-Christ avec subordination à son autorité divine : ce qui fait dire au cardinal Bellarmin, en son Commentaire sur le Psaume que je viens de citer, qu'elle a été placée In loco summi honoris infrà regalem Tronum : — dans le premier lieu d'honneur au-dessous du Trône royal de la divinité.

L'abbé Guéric, spiritualisant davantage cette matière, dit : « Elle est devenue, elle-même, le Trône de Dieu :suivant ces paroles dont l'Église se sert en son office : Veni, electa mea, et ponam in te Tronum meum : — Venez, mon élue, et je vous ferai mon Trône. Elle avait été sur la terre son pavillon pour combattre, et sa chaire pour enseigner ; mais elle est devenue, dans  le ciel, sa maison pour s'y reposer, et son trône pour juger. » Il veut dire que, comme le trône est le lieu où le prince paraît avec plus de splendeur et de majesté, ainsi Marie est la personne où le Fils de Dieu a déployé avec plus de magnificence tous les trésors de sa puissance et toutes les richesses de sa gloire.

Enfin, nous avons déjà remarqué que, selon le sentiment de plusieurs saints Docteurs, elle fait un Ordre particulier entre Dieu et tous les autres bienheureux : ce que le savant chancelier de Paris déclare excellemment par ces paroles tirées de son Commentaire sur le Magnificat : La Vierge compose à elle seule la seconde hiérarchie au-dessous de Dieu, qui est le premier et le souverain Hiérarche : car, pour l'humanité de Notre-Seigneur, étant unie hypostatiquement à la divinité, elle appartient à cette première hiérarchie. L'Apôtre saint Paul semble avoir voulu exprimer ce mystère, en sa première aux Corinthiens, chap. 15, lorsqu'il dit : Alia claritas solis, alla claritas lunœ et alia claritas stellarum : — Autre est la clarté du soleil, c'est-à-dire de Jésus-Christ; autre la clarté de la lune, c'est-à-dire de la Vierge ; et autre la clarté des étoiles, c'est-à-dire des anges et des saints.

Mais, parlons maintenant du mystère de son…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Sam 21 Mar 2020, 6:59 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

[SUITE]

Son couronnement.

Mais, parlons maintenant du mystère de son couronnement, qui est le sixième point que nous ayons proposé dès le commencement de ce discours.

L'Époux, dans le Cantique des cantiques, nous en donne l'ouverture, lorsqu'après avoir déclaré à sa bien-aimée qu'elle est toute belle et que nulle tache ne se trouve en elle, il lui dit : Venez du Liban, mon épouse, venez du Liban. venez ; vous serez couronnée de la tête d'Amana, de la croupe de Sanir et d'Hermon; des repaires des lions, des montagnes des léopards. Il l'invite trois fois à son couronnement, soit à cause des trois Personnes divines qui lui ont mis le diadème sur la tête ; soit pour marquer ses trois vocations : la première, à la béatitude essentielle qui lui a été conférée au moment de la séparation de son âme d'avec son corps ; la seconde, à sa résurrection par la réunion de ces deux excellentes parties ; la troisième, à la béatitude consommée où elle est entrée par cette résurrection et par son Assomption en corps et en âme dans le ciel : soit enfin pour signifier les trois titres qui l'ont rendue digne d'être couronnée, et les trois couronnes qui lui étaient dues, dont nous parlerons tout-à-l'heure.

On peut encore ajouter qu'il répète trois fois: Venez, pour représenter son empressement de glorifier cette Épouse, et de la combler du plus grand honneur dont une pure créature soit capable.

Il lui dit deux fois : Venez du Liban, qui signifie blancheur, parce que sa vie mortelle, qui est le terme d'où il l'appelle, avait été souverainement pure et immaculée , tant selon l'esprit que selon la chair, et que nulle souillure, ni corporelle, ni spirituelle, ne s'était trouvée en elle.

Il l'assure qu'elle sera couronnée de la tête d'Amana et de la croupe de Sanir et d'Hermon, trois montagnes qui représentent les trois hiérarchies célestes et les trois Ordres des Saints entre les hommes, c'est-à-dire, les Vierges, les Mariés et les Continents, parce qu'elle devait être couronnée comme renfermant en elle les perfections de tous les Saints.

Il lui déclare enfin qu'elle sera encore couronnée des repaires des lions et des montagnes des léopards, soit à cause des victoires qu'elle a remportées sur les démons et sur les impies figurés par ces animaux, soit à cause des grands pécheurs qu'elle a conquis à Dieu, et dont elle a mérité la conversion.

Saint Jean, dans son Apocalypse, chap. 12, nous décrit aussi ce couronnement : Un grand signe, dit-il, me fut montré dans le ciel. C'était une femme revêtue du soleil, qui avait la lune sous ses pieds, et portait sur sa tête une couronne de douze étoiles . Cette femme, sans doute, est Marie, comme l'expliquent saint Bernard et les autres Pères et Docteurs de l'Église.

Elle est revêtue du soleil, parce qu'ayant revêtu de sa propre chair le soleil de justice, qui est la sagesse éternelle de Dieu, ce soleil, en récompense, l'a revêtue de son esprit et de sa gloire ; ou plutôt il s'est fait lui-même sa gloire, suivant ce qui est écrit qu'un Fils recommandable par sa sagesse est la gloire de ses parents.

Elle a la lune, c'est-à-dire l'inconstance, sous ses pieds, parce qu'elle est dans l'état d'une immutabilité bienheureuse, ayant, dès à présent, tout le comble d'honneur qui lui est dû, et n'attendant plus rien pour sa consommation et son entière perfection.

Elle porte sur sa tête une couronne de douze étoiles, parce qu'ayant possédé sur la terre toutes les vertus dans le degré le plus héroïque, elle en a maintenant la récompense, et qu'elle est ornée de tous les douaires dont un bienheureux puisse être orné, lesquels sont signifiés par ce nombre de douze qui est un nombre de perfection.

On ne peut donc pas douter du couronnement de notre Reine…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Dim 22 Mar 2020, 6:08 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Son couronnement  [suite].

On ne peut donc pas douter du couronnement de notre Reine au moment de son exaltation dans le ciel. Mais, pour le mieux comprendre, il faut savoir que la couronne est un ornement de figure ronde que l'on met sur la tête d'une personne pour marquer son excellence et ses mérites. Sa forme et le lieu où on la met contribuent à cette fin, parce que le cercle et le rond font la plus accomplie de toutes les figures, et que la tête ou le front est le véritable siège de la grandeur et de la majesté.

Or, il y a principalement trois sortes de personnes à qui l'on donne des couronnes :

1° on en donne aux souverains et aux grands seigneurs, pour marquer la plénitude de leur autorité et de leur puissance ; ainsi, il y a des couronnes impériales, des couronnes royales, et des couronnes de duc, de marquis et de comte;

2° on en donne aux victorieux, pour marquer l'excellence de leur industrie ou de leur courage ; ainsi les Grecs couronnaient les poètes et les orateurs qui avaient emporté le dessus dans quelque combat d'esprit; et, parmi les Romains, il y avait six sortes de couronnes pour les vainqueurs : une appelée triomphalis, pour les généraux d'armée qui avaient gagné une grande bataille ; une autre appelée ovalis, pour ceux qui avaient emporté une moindre victoire, et d'autres pour ceux qui avaient les premiers ou forcé le camp des ennemis, ou sauté dans leurs vaisseaux, ou monté à la brèche, ou bien qui avaient fait lever le siège d'une ville;

3° enfin, on donne des couronnes aux époux le jour de leurs noces, pour marquer la perfection de leur joie et l'accomplissement de leurs désirs : ainsi, sainte Agnès disait que Jésus-Christ l'avait ornée d'une couronne, parce qu'elle avait l'honneur d'être son épouse.

Marie, notre auguste Princesse, a mérité par ces trois titres d'être couronnée, et elle a reçu, en effet, une triple couronne…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Lun 23 Mar 2020, 6:13 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Son couronnement  [suite].

Marie, notre auguste Princesse, a mérité par ces trois titres d'être couronnée, et elle a reçu, en effet, une triple couronne.

Elle a été couronnée comme souveraine, parce qu'elle est la Reine et l'Impératrice du monde : Imperatrix angelorum et hominum universalis, dit Geoffroy de Vendôme, et cette qualité lai appartient :

1° parce qu'elle est la Fille par excellence et la première héritière du Très-Haut;

2° parce qu'elle est la Mère du Verbe qui l'a associée à toutes ses grandeurs;

3° parce qu'elle est l'Épouse du Saint-Esprit, et même, selon la manière de parler de saint Épiphane, l'Épouse de la très-sainte Trinité : Sponsa Trinitatis.

Elle a été couronnée comme victorieuse, parce qu'elle est, à elle seule, une armée tout entière rangée en bataille, et qu'elle a gagné des victoires sans nombre sur le démon et sur le monde : ce qui la fait appeler par saint Laurent Justinien : Terror diaboli :La Terreur du démon; par Sophrone ou l'auteur du sermon de l'Assomption : Interemptrix universæ hereticæ pravitatis :Celle qui a exterminé toute la malice des hérétiques; et par saint André de Crète : Propugnaculum fidei Christianorum :Le Rempart de la foi des chrétiens.

Enfin, elle a été couronnée comme Épouse, parce que le jour de l'Assomption a été proprement le jour de ses noces. Elle avait déjà la qualité d'Épouse du Saint-Esprit, comme je viens de le dire, et c'est par le Saint-Esprit qu'elle avait conçu le Verbe incarné, et qu'elle était devenue mère d'une infinité d'enfants adoptifs; mais la solennité de ses épousailles n'était pas encore faite, il fallait qu'elle se fit dans le ciel, afin que tous les Bienheureux eussent part à une si grande fête, et, par conséquent, il fallait qu'auparavant elle y eût été reçue en triomphe. Ce fut donc après cette réception que le Père éternel fit des noces solennelles à sa Fille : Fecit nuptias Filiæ suæ, et ce fut pour lors qu'elle fut couronnée en qualité d'Épouse.

Ainsi, si vous me demandez quelles sont les trois couronnes de Marie, je vous dirai que ces trois couronnes sont l'Impériale, la Triomphale et la Nuptiale : l'Impériale, pour honorer sa puissance et sa souveraineté universelle; la Triomphale, pour reconnaître ses victoires et les conquêtes qu'elle a faites sur le péché et sur le démon ; la Nuptiale, pour solenniser ses épousailles et l'union éternelle qu'elle a avec toute la très-sainte Trinité.

Le R. P. Poiré, dans son…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Mar 24 Mar 2020, 6:08 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Son couronnement  [suite].

Le R. P. Poiré, dans son savant livre de la Triple couronne de la Mère de Dieu, explique autrement ces trois couronnes, mais d'une manière, néanmoins, qui revient à ce que nous venons de dire :

« La première est une couronne d'excellence, qui comprend douze perfections dont cette adorable Vierge a été douée; la seconde, une couronne de puissance qui renferme douze prérogatives du grand pouvoir qui lui a été donné; la troisième, une couronne de bonté qui contient douze manières dont elle assiste les siens, et dont elle procure leur salut et leur bonheur éternel : de sorte qu'elle est trois fois couronnée de douze étoiles.

« Elle l'est, premièrement, pour sa dignité souveraine, et pour une infinité de dons, de grâces et de vertus qui raccompagnent. Elle l'est, en second lieu, pour son pouvoir absolu et universel, et pour un grand nombre de droits et de privilèges qui naissent de ce pouvoir. Elle l'est, en troisième lieu, pour sa bonté incomparable, et pour les traits et les opérations amoureuses de cette bonté. »

D'autres encore, par ces trois couronnes, auxquelles son Époux l'invite, dans le Cantique des cantiques, entendent les trois auréoles : du Martyre, du Doctorat et de la Virginité. En effet, on ne peut douter qu'elle ne les ait reçues toutes d'une manière très-éminente : celle du Martyre, puisqu'elle a plus souffert au pied de la Croix que tous les autres Martyrs; celle du Doctorat, puisqu'elle est légitimement appelée par l'abbé Rupert, la Maîtresse des maîtres, et par saint Augustin, la Maîtresse de toutes les nations; celle de la Virginité, puisque toute l'Église la reconnaît pour la Vierge des vierges, qui n'a jamais eu et n'aura jamais de semblable.

On peut demander de quelle nature sont ces couronnes.

Je réponds, en un mot, qu'elles sont et corporelles et spirituelles : elles sont corporelles, parce qu'on ne peut point douter que le vénérable front de la Vierge n'ait été environné de rayons d'une splendeur inestimable, et qui donnent, eux seuls, plus d'éclat au ciel empyrée, que n'en donneront ensemble tous les corps des autres Saints après la résurrection : ce qui fait dire à saint Anselme : que le jour de l'Assomption a rempli le ciel et tout ce qui est dans le ciel, d'une gloire nouvelle et ineffable : — Nova et ineffabilis gloria decoravit.

Elles sont aussi spirituelles, parce que Dieu a donné à l'âme de cette très-pure Vierge, outre la gloire essentielle dont nous avons parlé, une plénitude de gloire accidentelle, c'est-à-dire de lumière, de joie et de délices, qui passent toutes les conceptions, et que nous pouvons justement appeler des couronnes. Il la fit reconnaître en même temps de tout ce qu'il y avait d'anges et d'hommes bienheureux, pour leur Dame et leur Souveraine après lui, pour la Gouvernante du monde, pour la Trésorière et la Dispensatrice de ses grâces, pour le grand Instrument de ses merveilles, et même, selon la manière de parler de saint Éphrem, pour leur propre couronne.

Il est aisé de conclure de tout ce qui a été dit…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Mer 25 Mar 2020, 7:17 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

[SUITE]

Son pouvoir dans le ciel pour nous assister.

Il est aisé de conclure de tout ce qui a été dit, combien la Sainte Vierge a de pouvoir pour nous secourir et combien nous dépendons de son assistance et de sa protection pour surmonter les difficultés de notre pèlerinage, et pour arriver sûrement au port du salut où nous aspirons. Les saints Pères nous disent des merveilles sur ce sujet, et j'aurais un beau champ pour m'étendre, si les endroits où ils en parlent avec plus de force et de piété ne se trouvaient dans les livres ordinaires de dévotion et ne faisaient une partie des prières que l'Église lui adresse.

C'est dans ce sentiment, qu'outre les belles épithètes comprises dans les Litanies, saint Épiphane l'appelle la confiance des chrétiens; saint Bernard, tout le sujet de notre espérance;  Richard de saint Laurent, le cou de l'Église par où toutes les faveurs de Jésus-Christ doivent passer pour couler dans ses membres; l'Hymne des Grecs, notre mur, notre soutien et notre invincible défense; saint Germain de Constantinople, le flambeau qui éclaire nos ténèbres, la rosée qui éteint nos convoitises, le conseil qui dissipe nos doutes, la médecine qui guérit nos plaies, le lénitif qui apaise nos douleurs, la consolation qui dessèche nos larmes et le trésor qui remédie efficacement à notre pauvreté; enfin, saint Pierre Damien et d'autres Pères, l’échelle céleste par laquelle Dieu est descendu du ciel, et saint Éphrem, le port assuré de ceux qui étaient en danger de faire naufrage.

C'est encore dans ce sentiment que le même saint Bernard nous adresse ces paroles pleines de piété et d'onction :

« Si les vents des tentations viennent à s'élever contre vous, si vous vous trouvez au milieu des écueils et des rochers des tribulations, regardez cette Étoile, implorez le secours de Marie.

Si vous êtes agité des flots de l'orgueil, de l'ambition, de l'envie et de la détraction, tournez-vous vers cette Étoile, invoquez le nom de Marie. Si la colère, l'avarice et l'incontinence ébranlent le vaisseau de votre âme, jetez les yeux sur cette Étoile et criez : Marie !

Si, étant troublé par la grandeur de vos crimes, étonné par l'état misérable de votre conscience, effrayé de la sévérité des jugements de Dieu, vous commencez à entrer dans une mélancolie noire et dans l'abyme du désespoir, pensez au plus tôt à Marie.

Dans les dangers, dans les troubles, dans les détresses, dans les plus grandes extrémités, souvenez-vous de Marie, demandez la protection de Marie.

Que son nom ne sorte point de votre bouche, que son souvenir ne sorte point de votre cœur ; et, pour obtenir le suffrage de ses prières, ne cessez aussi jamais d'imiter ses exemples.

En la suivant, vous ne vous égarerez point ; en la priant, vous serez hors de danger du désespoir ; en pensant à elle, vous ne tomberez point dans l'erreur ; si elle a la bonté de vous soutenir, vous ne ferez point de mauvais pas; si elle vous honore de sa protection, vous n'aurez aucun sujet de crainte ; si elle prend la peine de vous conduire, vous marcherez sans sollicitude ; et, si elle veut bien vous être propice, vous arriverez heureusement au terme du salut et vous éprouverez avec combien de raison on lui a donné le nom de Marie. »

C'est en vertu de cette prérogative que saint Germain, patriarche de Constantinople…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Jeu 26 Mar 2020, 6:14 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

Son pouvoir dans le ciel pour nous assister [suite].

C'est en vertu de cette prérogative que saint Germain, patriarche de Constantinople, que je viens de citer, lui parle de cette sorte : Personne n'est sauvé que par vous, ô très-sainte Vierge ; personne n'est exempt de mal que par vous, ô Vierge très-pure ; personne ne reçoit des dons célestes que de vos mains, ô Vierge très-chaste ; Dieu ne fait miséricorde à personne que par votre moyen, ô Vierge Mère d'éternelle bénédiction!

C'est donc Marie qui est notre Avocate et notre Médiatrice auprès de son Fils ; mais une avocate qui a toutes les qualités que l'on peut souhaiter pour se bien acquitter de cette fonction, je veux dire le Crédit, l'Industrie et la Bonté :

le Crédit, puisqu'elle est Mère de notre Juge, et que, pour le fléchir, elle lui peut représenter les entrailles qui l'ont porté, les mamelles qui l'ont allaité, les bras et les mains qui l'ont soutenu, et surtout le cœur qui l'a toujours aimé avec une tendresse infinie ;

l’Industrie, puisque l'Écriture, selon l'application de l'Église, lui donne le nom de Sagesse, et nous assure que le conseil et la prudence sont toujours avec elle ;

la Bonté, puisqu'elle est aussi notre Mère et qu'elle a pour nous un sein de miséricorde dont la douceur ne peut être comprise : Vous avez, nous dit encore saint Bernard, un grand Avocat auprès du Père éternel, qui est Jésus-Christ, son Fils unique; il vous écoutera assurément et il sera écouté ; mais si l'éclat de sa majesté divine vous éblouit et vous empêche de vous jeter à ses pieds, vous avez aussi une puissante Avocate auprès de lui, qui est Marie : adressez-vous à elle, elle vous exaucera et elle sera sans doute exaucée. C'est là, ajoute-t-il, l'échelle des pécheurs, c'est tout le fonds de notre espérance. Jésus auprès de son Père, Marie auprès de Jésus ; car, Jésus ne peut être rebuté de son Père, et Marie ne peut être rebutée de Jésus.

Mais si Marie est une si bonne et si puissante Avocate des fidèles, c'est particulièrement au moment de leur mort qu'elle leur fait paraître sa miséricorde et son assistance : et, de fait, Notre-Seigneur, en récompense de l'acceptation qu'elle a faite de la mort, qu'elle n'avait nullement méritée, lui a donné un pouvoir singulier pour secourir les chrétiens en cette dernière heure. Ce qui fait que l'Église, à la fin de la Salutation angélique, lui dit ces paroles : Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Et dans l'hymne Memento : Marie, pleine de grâce, Mère de miséricorde, défendez-nous de l'ennemi et recevez-nous à l'heure de la mort.

Il faut maintenant marquer les diverses industries dont…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Ven 27 Mar 2020, 6:35 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

[SUITE]

Manière de l'honorer.

Il faut maintenant marquer les diverses industries dont nous nous devons servir pour honorer ses mérites et son excellence incomparable, et pour reconnaître, en quelque manière, les faveurs inestimables que nous avons reçues et que nous recevons tous les jours par son moyen.

Avertiissement de Louis a écrit:Je tiens à vous aviser que le livre suivant du R. P. Poiré date du XVIIe siècle, époque  durant laquelle l’Église catholique n’était même pas proche, pourrait-on dire, de la situation apocalyptique  (le mot n’est pas trop fort, nous croyons)  qui prévaut, de l’Infâme Trahison que nous vivons depuis la mort de Pie XII. Ne pas l'oublier, Ben à vous.


Le R. P. Poiré, au quatrième traité de sa Triple couronne, rapporte douze manières différentes de cette reconnaissance :

la première est d'avoir une haute estime de cette divine Mère, de la regarder comme la première de toutes les créatures et comme le grand chef-d'œuvre des mains du Tout-Puissant, et de conserver toujours un profond respect pour ses dons, ses prérogatives et ses vertus ;

la seconde, d'avoir une ferme confiance en son secours, de recourir à elle en toutes sortes de difficultés, de se reposer sur sa protection, sans inquiétude, dans les affaires les plus épineuses, et de ne rien entreprendre que sous sa conduite et dans l'espérance de sa protection ;

la troisième , de l'aimer d'un amour cordial et constant, de se plaire à converser et à traiter avec elle, de se réjouir de ses perfections et de son bonheur, et d'étendre cet amour sur tout ce qui lui appartient ;

la quatrième, de pratiquer les actions que l'on croit lui être plus agréables, dans la vue de lui plaire : telles que celles d'assister les pauvres, de visiter les malades, de consoler les affligés, de corriger les pécheurs et de travailler à la conquête des âmes;

la cinquième, de la remercier de ses bienfaits et d'inviter les autres à l'en remercier, de lui attribuer les bons succès que l'on a eus dans ses affaires et de faire que les autres les lui attribuent ;

la sixième, de publier partout ses mérites et ses louanges, de les faire connaître aux pauvres et aux ignorants, d'engager autant qu'on peut de monde à son service et de détourner de toutes ses forces tout ce qui peut être contraire à sa gloire ;

la septième, de l'adorer intérieurement et extérieurement de l'adoration que nous appelons hyperdulie, d'honorer ses reliques et ses images, de célébrer dévotement ses fêtes, de lui dresser des églises et des oratoires, ou de contribuer à leur ornement, et de visiter les lieux qui lui sont particulièrement dédiés ;

la huitième, de lui être singulièrement dévot, soit en communiant souvent, pour remercier Dieu des grâces qu'il lui a faites, soit en récitant assidûment la Salutation angélique, ou le petit Office, le Rosaire, la Couronne et d'autres oraisons composées en son honneur ;

la neuvième, de faire diverses mortifications aux jours que l'Eglise a particulièrement désignés pour solenniser sa mémoire, comme de jeûner, de porter le cilice , de coucher sur la dure, de s'abstenir du jeu et de la promenade, et de vivre dans une plus grande retraite ;

la dixième, d'imiter ses admirables vertus, surtout sa foi, sa confiance en Dieu, son humilité, sa patience, sa douceur, sa pureté angélique et sa charité toute divine ;

la onzième d'entrer dans les associations et les confréries établies sous son nom, telles que celles du Rosaire, du Scapulaire et de la Pureté ;

la douzième, de travailler continuellement à amplifier son culte et à étendre les respects et les adorations qui lui sont rendus. Il faudrait encore un nouveau discours pour rapporter les grâces qui ont été obtenues par ces pratiques, et les miracles que la glorieuse Vierge a faits de tous côtés en faveur de ceux qui s'y sont rendus fidèles.

On pourra les voir dans les livres qui ont traité exprès de cette matière, outre qu'on en trouvera une grande partie dans la Vie des Saints que nous donnons en cet ouvrage.

Ainsi, après avoir satisfait aux huit points que je m'étais proposés au commencement de ce discours…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?  - Page 5 Empty Re: Connaissez-vous la Bienheureuse Vierge Marie ?

Message  Louis le Sam 28 Mar 2020, 6:02 am

ASSOMPTION DE NOTRE-DAME.

[SUITE]

Institution de la fête de l'Assomption.

Ainsi, après avoir satisfait aux huit points que je m'étais proposés au commencement de ce discours, il me reste à dire deux mots de l'institution de la fête d'aujourd'hui, qui est la plus solennelle de toutes les fêtes de Notre-Dame.

Il y a beaucoup d'apparence quelle n'était pas encore instituée au temps de l'empereur Marcien et de l'impératrice Pulchérie, puisqu'ayant érigé un temple à Constantinople en l'honneur de Notre-Dame, ils prièrent le patriarche de Jérusalem de leur faire avoir son corps pour enrichir et ennoblir cette basilique.

Mais, depuis ce temps-là, elle commença à s'établir et à s'étendre en divers lieux, tant dans l'Église latine que dans l'Église grecque. J'ai déjà remarqué qu'il en est fait mention dans l'Ordo romain, que quelques auteurs [f]ont plus anciens que la seconde race de nos rois, de même que dans le Bénédictionnal et le Sacramentaire de saint Grégoire, qui vivait à la fin du VIe siècle. On tient, il est vrai, que, dans ce dernier, l'office de l'Assomption a été ajouté; mais il est constant que cette addition est plus ancienne que Louis-le-Débonnaire, fils de Charlemagne, puisque l'abbé Grimolde, qui vivait en ce temps-là, a fait le premier cette remarque.

Nous trouvons aussi cette fête dans les Règles de saint Chrodegand, évêque de Metz, sous Pépin-le-Bref, dans les Capitulaires du même roi et empereur Charlemagne, et dans les ordonnances du Concile de Mayence, célébré en 813.

Elle avait vigile et octave dès le temps du pape Nicolas Ier, en 858, et Sigebert, en sa Chronique, remarque que cette octave avait été ordonnée , à Rome, par le pape Léon IV, bien que peut-être avant ce temps on la célébrât déjà en d'autres lieux.

Saint Bernard, en son Épître 174, aux chanoines de Lyon, dit qu'il avait reçu cette solennité de l'ancienne institution de l'Église : et saint Pierre de Cluny, son contemporain, rapporte que les flambeaux que les Romains offraient la veille de ce jour, quoiqu'ils brûlassent toute la nuit et jusqu'après la messe solennelle du lendemain, ne diminuaient point, néanmoins, et ne perdaient rien de leur poids.

Il parait, par ce que je viens de dire, que la fête de l'Assomption est, depuis longtemps, très-célèbre par toute la France : mais le roi Louis XIII la rendit encore plus célèbre, en l'année 1638, par l'offrande solennelle qu'il y fit de sa personne et de son royaume à la glorieuse Vierge, Mère de Dieu, pour la remercier de toutes les faveurs qu'il avait reçues de sa bonté, et pour obtenir, par son intercession, un dauphin à la France, qui a été son fils Louis XIV. On fit pour cela des processions fort augustes dans toutes les églises du royaume ; et, parce que Sa Majesté se trouva pour lors à Abbeville, elle fit sa communion et assista à la procession, aux vêpres et au sermon, dans l'église des Minimes de cette ville.

Ces processions se continuent encore tous les ans en beaucoup d'endroits (Note de Louis : cet ouvrage date de 1859.), comme de toute antiquité; selon la remarque de l'Ordo romain, on en faisait une à Rome qui s'arrêtait à Saint-Adrien, et allait ensuite à Sainte-Marie-Majeure.

Le sépulcre de la Vierge était au bourg de Gethsémani, en la vallée de Josaphat. Mais, sous les empereurs Vespasien et Tite, ce lieu fut tellement désolé par les armées de ces princes, qui prirent Jérusalem, que les fidèles ne purent plus reconnaître où il était. C'est pourquoi saint Jérôme, qui fait mention des tombeaux des patriarches et des prophètes qui furent visités par sainte Paule et sainte Eustochium, ne parle nullement de celui de la Vierge. Depuis, néanmoins, il a été découvert par permission divine. Burchard assure qu'il l'avait vu, mais si chargé des ruines des autres édifices, qu'il y fallait descendre par soixante degrés. Bède écrit qu'on le montrait vide de son temps. Maintenant on le fait voir aux pèlerins de la Terre sainte, entaillé dans un roc.

Il s'est imprimé à Paris, en l'année 1670, deux excellentes apologies en faveur de l'Assomption de la Sainte Vierge en corps et en âme dans le ciel; l'une, de Lavocat, docteur de Sorbonne, alors chanoine de l'église cathédrale de cette ville, et, depuis, évêque de Boulogne-sur-Mer; l'autre, de Gaudin, aussi docteur de Sorbonne, chanoine et official de la même église. On y trouve toutes les preuves de cette aimable vérité, qui est surtout appuyée sur le commun consentement de l'église et des fidèles, de même que l'était cette autre vérité que le Concile de Trente a définie, que la Sainte Vierge n'a jamais commis le moindre péché.


FIN.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 13265
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum