QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Jeu 19 Sep 2019, 2:50 pm

http://messe.forumactif.org/t8772-que-es-el-lefebvrismo-revista-roma-n-111-112-diciembre-de-1989#152033


QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? - Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989


Compte tenu de l'importance acquise par la figure de l'évêque français, Monseigneur Marcel Lefebvre, et de la croissance surprenante du mouvement qui le suit, il est nécessaire de savoir si le lefevrisme comme position religieuse qui prétend défendre la Tradition de l'Église catholique, est vraiment catholique, c'est-à-dire traditionaliste.


Si elle est catholique, elle doit être soutenue. Si ce n'est pas le cas, il est nécessaire de le rejeter et de le combattre pour défendre l'intégrité de la Foi.  "Si quelqu'un anathématise Arrio, Eunomio, Macedonio...., avec ses écrits impies, ET TOUS LES AUTRES ICI, condamnés par la Sainte Église catholique et apostolique..., et ceux qui ont pensé et repensent ainsi, qui sont restés dans leur impiété, QU'IL SOIT ANATHÈME." C'est ainsi que le Canon 11 du Premier Concile de Constantinople (D. 223) le condamne.


Il n'est donc pas possible d'adopter une position d'indifférence à l'égard des hérétiques et des hérésies. La foi catholique nous impose une grave obligation morale de respecter les définitions et les condamnations de l'Église, et non seulement cela, mais aussi de condamner et de rejeter ce qu'elle condamne et rejette.


Mgr Lefebvre est-il vraiment catholique ? Saint Bruno, évêque de Segni, enseigne que "SEULS SONT CATHOLIQUES, CEUX QUI NE S'OPPOSENT PAS À LA FOI ET LA DOCTRINE DE L’ÉGLISE. Et, au contraire, ce sont des hérétiques, ceux qui s'opposent obstinément à la foi et à la doctrine de l'Église catholique.'' (Lettre au Pape Pascal II, cf. ROME, n° 96, p. 33).


Qui s'oppose à la foi et à la doctrine de l'Église catholique ? seuls ceux qui la nient, la rejettent ou la contredisent dans sa totalité ? Le Pape Léon XIII dans son encyclique "Satis Cognitum" nous donne la réponse. Il nous dit que les hérétiques de tous les temps n'ont pas nié ou abandonné "sûrement toute la doctrine catholique, mais seulement telle ou telle partie, et pourtant qui ne sait pas qu'ils ont été déclarés hérétiques et chassés du sein de l'Église ? Il nous dit que la Sainte Église, dans son effort pour "préserver de la manière la plus parfaite l'intégrité de la foi", "a regardé les rebelles déclarés ET EXPULSÉS DE LEUR POINT DE MÉTHODE TOUT CEUX QUI NE PENSENT PAS COMME LE POINT DE SA DOCTRINE. Cela nous rappelle que la coutume constante de l'Église, "portée par le jugement unanime des saints Pères, a été et est de considérer EXCLUS DE LA COMMUNION CATHOLIQUE ET A L'EXTÉRIEUR DE L’ÉGLISE A TOUS LES MINIMUM DE LA DOCTRINE proposée par le magistère authentique.


A SUIVRE...

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) 111-112mons-lefebvre-juan23QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) 111-112fellayQU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Lienart Le cardinal Lienart, franc-maçon du 31e grade, qui a conféré l'ordination sacerdotale à Lefebvre.
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Mar 24 Sep 2019, 8:15 am

Le Pape Benoît XV précise pourquoi il n'est pas nécessaire de nier toute doctrine catholique pour cesser d'être catholique, mais il suffit de le nier à un moment donné. Il nous dit que ... "La foi catholique est d'une nature telle que rien ne peut lui être ajouté ou enlevé. ELLE EST PROFESSÉE DANS SON INTÉGRALITÉ OU REJETÉE DANS SON INTÉGRALITÉ : Telle est la foi catholique, sans la profession de laquelle le salut ne peut être atteint avec fidélité et fermeté" - symbole athanésien-..... .. ("Ad Beatissimi", point 18, BAC, vol. 174, p. 456).


Ceci est soutenu par la profession de foi du Pape Saint Hormisdas aux évêques d'Espagne, dans laquelle nous lisons :

"La santé primaire est de garder la règle de la bonne foi ET DE NE PAS SE DÉRIVER D'AUCUNE MANIÈRE des constitutions des Pères..., car dans le Siège Apostolique la religion catholique a toujours été préservée immaculée. NE SOUHAITANT PAS SÉPARER UN POINT DE CET ESPÉRANCE ET DE CETTE FOI, et suivant les constitutions des Pères, NOUS ANATHÉMATISONS TOUTES LES HÉRÉSIES...". (D. 171).  

Après avoir fait cette introduction doctrinale, montrons maintenant la position de l'évêque de France et de son mouvement ; nous utiliserons essentiellement 4 documents : Les "Réflexions sur la Suspension ''a divinis'', qu'il a publiées le 29-7-1976 d'Écône ; une conférence qu'il a donnée à ses séminaristes le 18-9-1976 à Écône ; le récit de son entretien à Rome avec "Paul VI" et sa lettre à ses futurs évêques du 29-8-1987.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Mer 25 Sep 2019, 12:40 pm

1. RÉFLEXIONS SUR LA SUSPENSION " A DIVINIS ".

Dans ce document, Mgr Marcel Lefebvre commente la privation de ses droits sacerdotaux par la suspension "a divinis" à laquelle il a été soumis sous "Paul VI", et dans ses parties les plus importantes, il dit : "Que pourrait-il être plus clair ? Désormais, nous devons obéir et être fidèles à l'ÉGLISE CONCILIAIRE, et plus à l'Église catholique. C'est précisément là que se situe notre problème : nous sommes suspendus " a divinis " par l'Église conciliaire et pour l'Église conciliaire à qui nous ne voulons pas appartenir.


"CETTE ÉGLISE CONCILIAIRE EST UNE ÉGLISE SCHISMATIQUE parce qu'elle rompt avec l'Église catholique qui l'a toujours été. CETTE ÉGLISE CONCILIAIRE a ses nouveaux dogmes, son nouveau sacerdoce, ses nouvelles institutions, son nouveau culte, TOUT CE QUI EST TOUJOURS CONDAMNÉ PAR L'ÉGLISE CATHOLIQUE DANS NOS DOCUMENTS OFFICIELS ET DÉFINITIFS.''


"C'est pourquoi LES FONDATEURS DE L'ÉGLISE CONCILIAIRE insistent tant sur l'obéissance à l'Église d'aujourd'hui, ignorant l'Église d'hier comme si elle n'existait plus.''


"CETTE ÉGLISE CONCILIAIRE EST SCHISMATIQUE, parce qu'elle a pris pour ses nouveaux principes des bases opposées à celles de l'Église catholique : comme le nouveau concept de la Messe exprimé au numéro 5 de la Préface (le décret) Missale Romanum et 7 de son premier chapitre, qui donne à l'assemblée une règle du sacerdoce qu'elle ne peut exercer ; comme par exemple le droit naturel - c'est-à-dire divin de chaque personne et de chaque groupe de personnes - à la liberté religieuse.''



"Ce droit à la liberté religieuse EST BEAUCOUP, parce qu'il attribue à Dieu des desseins qui détruisent Sa Majesté, Sa Gloire, Son Règne..."


"L'ÉGLISE QUI AFFIRME DE TELLES ERREURS EST DONC SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE. CETTE ÉGLISE CONCILIAIRE N'EST donc PAS CATHOLIQUE. Où qu'ils se répandent, le Pape, les évêques, les prêtres ou les fidèles ADHÉRANT À CETTE NOUVELLE ÉGLISE, ILS SERONT SÉPARÉS DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE. Cette Église d'aujourd'hui ne sera la vraie Église que si elle continue à être une continuation et à former un seul corps avec l'Église d'hier et l'Église de toujours. La forme de la foi catholique est la Tradition. Par conséquent, la demande de Son Éminence Monseigneur Benelli est alors illusionnisme : soumission à l'Église conciliaire, à l'Église de Vatican II, à l'ÉGLISE SCHISMATIQUE. Pour notre part, nous persévérons dans l'Église catholique.


+ MARCEL LEFEBVRE, Écône 29-7-1976 [1]

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Lun 30 Sep 2019, 8:57 am

Comme on peut le constater, Mgr Lefebvre, en pleine conscience de ce qu'il disait, dénonçait le caractère SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE de la nouvelle église dite "de Vatican II". Il a clairement dit que TOUS ceux qui adhèrent à CETTE ÉGLISE SCHISMATIQUE NE SONT PAS DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE. Il a dit en d'autres termes que CETTE ÉGLISE N'EST PAS CATHOLIQUE alors ceux qui militent en elle ne sont pas catholiques non plus : ILS SONT SCHISMATIQUES ET HÉRÉTIQUE. Il l'a dit clairement. Et cela est parfaitement conforme au dogme et à la doctrine canonique de l'Église catholique.


Cependant, au milieu de cet élan d'orthodoxie, la mentalité erronée de Mgr Lefebvre apparaît lorsqu'il dit : "CETTE ÉGLISE DU JOUR (c'est-à-dire l'ÉGLISE SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE de "Vatican II"). la vraie Église ne le sera que si elle continue d'être une continuation et de former un seul corps AVEC L'ÉGLISE D'HIER ET L'ÉGLISE DE TOUJOURS." c'est-à-dire, l'Église catholique.


Catholiquement parlant : Est-il possible qu'une Église essentiellement anti-catholique, c'est-à-dire SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE, soit " la vraie Église si elle continue d'être une continuation et le même corps avec l'Église catholique " ?Comment est-il possible qu'une Église anti-catholique soit encore une Église catholique continuant et formant un corps catholique ? N'est-il pas entendu qu'une " nouvelle Église " SCHISMATIQUE, c'est-à-dire SÉPARÉE de la catholique, c'est-à-dire une secte, devra renoncer à toutes ses erreurs et disparaître comme église, et RETOURNÉE  à l'Église Catholique? Le contraire signifierait que l'église schismatique organisée et sans quitter son organisation est insérée dans l'église catholique en conservant toute sa structure hiérarchique CATHOLIQUEMENT INVALIDE. Et c'est impossible. La déclaration de Lefebvre est donc trompeuse ; "comme une goutte de poison" corrompt la pureté de son exposition. Nous verrons plus loin comment cette erreur devient plus notoire.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Mar 08 Oct 2019, 9:42 am

2. CONFÉRENCE À VOS SÉMINARISTES D'ÉCÓNE


Lefebvre du 18-9-1976 s'adresse à ses séminaristes d'Écóne pour leur expliquer sa "suspension a divinis" pour avoir ordonné des prêtres gauchistes le 29 juin, et leur dire qu'il a écrit une lettre de réponse "au Saint-Père", lui disant qu'il pensait ne pouvoir collaborer avec le travail en cours dans l'ÉGLISE, ce travail de destruction, et le supplia "au nom des catholiques..." pour rétablir le droit public de l'Église au règne du Christ ; rendre "la Bible de toujours" ; rendre le culte latin des siècles "dogmatique et hiérarchique" ; rendre le catéchisme tridentin, afin de "reconstruire l'Église".


En juillet 1976, Lefebvre soutient que cette église qui a de nouveaux dogmes, un nouveau sacerdoce, de nouvelles institutions, un nouveau culte, etc., la nouvelle église de "Vatican II", N'EST PAS L'ÉGLISE CATHOLIQUE. En octobre de la même année, un peu plus de deux mois plus tard, il écrivit à la tête de cette ÉGLISE SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE, pour lui dire qu'il ne pouvait collaborer au travail de destruction qu'il effectuait "DANS L'ÉGLISE". Dans quelle Église ? Dans la schismatique et l'hérétique ? Pour autant que nous le sachions, absolument personne n'a enlevé à l'Église catholique son droit public, sa Bible, son culte, son catéchisme, etc. DANS L'ÉGLISE CATHOLIQUE, ceux d'entre nous qui n'adhèrent pas à l'Église schismatique avec son "Pape", les évêques, les prêtres et les fidèles auto-excommuniés, continuent à avoir notre droit, notre Bible, notre culte, notre catéchisme, strictement comme 261 papes dont saint Pierre les ont préservés et jusqu'au dernier, Pie XII, avec 20 Conseils dogmatiques dont le Vatican de 1869-70. Absolument pour nous RIEN N'A RIEN CHANGÉ au sein de l'Église que nous militons : l'Église Catholique.


Notre Église, institution divinement établie, demeure la même que jamais. Ses bâtiments ont été occupés du Vatican jusqu'à presque la dernière paroisse et temple, par le moderniste SCHISMATIQUES ET HÉRÉTIQUES attaché à l'"Église Conciliaire" dont il parle lui-même. La partie HUMAINE de l'Église blessée par le schisme et l'hérésie a ABANDONNÉ le Corps mystique du Christ avec son "Pape" en tête, suivi des évêques, des prêtres et des fidèles. C'est cette OCCUPATION physique qui donne au monde L'ILLUSION diabolique que l'Église du Christ a cessé d'être "l'Église d'avant" et est devenue "l'Église d'aujourd'hui", c'est-à-dire qu'elle cesse d'être catholique. Et cette illusion diabolique a été encouragée par le gauchisme, comme si l'Église du Christ était susceptible d'avoir été faite par son Fondateur PURE ET SANS TACHES ni RIDES, pour finir impure, tachée et ridée. Cette conception est  BLASPHÉMATOIRE et offense gravement le Christ.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Sam 12 Oct 2019, 10:38 am

Mgr Lefebvre poursuit en disant que Son "Saint-Père" a répondu en lui demandant de changer d'attitude et de cesser de s'opposer au "conseil qu'il a lui-même admis". En d'autres termes, SON "Saint-Père" lui a ainsi donné des preuves fiables et suffisantes de sa PERTINACIE dans l'erreur, c'est-à-dire de sa situation notoire de schismatique et d'hérétique, et pourtant Lefebvre a continué à chercher son approbation, ADHÉRITÉ À LUI. Il a donc oublié ce qu'il avait lui-même dit le 29 juillet sur l'auto-exclusion par adhésion...


Il raconte qu'il a été recherché par un prêtre (Don Domenico Bellartre, qui, au nom de l'archevêque Montinien de Chieti, lui a offert une interview avec SON "Saint-Père" à Rome. Il accepte et après être allé à Fanjeaux, il va à Rome. Don Domenico demande quelques lettres demandant une audience à SON "Saint-Père", et confesse qu'il a écrit ces lignes :


"Très Saint-Père, je vous exprime mon profond respect et si éventuellement mes expressions, mes paroles ou mes écrits ont pu vous affliger, je le regrette, je le regrette vivement, et je serai toujours très heureux de pouvoir vous rencontrer, d'avoir une audience avec vous".


En d'autres termes : Il regrette que ses expressions, ses paroles et ses écrits "défendant la Tradition", "pleurent" SON "Très Saint Père" SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE selon lui . L'évêque français peut-il ignorer que la doctrine de la Tradition catholique établit clairement et définitivement que hérétiques, schismatiques et apostats, en dehors de l'église, prennent soin en toute autonomie à son intérieur ? Ainsi parle la Bulle INFALLIBLE du Pape Paul IV"Cum Ex Apostolatus Officio", el Jus Canonicum de Wernz Vidal, les Canons 188, 2314 du Droit Canonique en vigueur (celui de 1917). Pourquoi Lefebvre "ignore" cela? Pourquoi n'applique-t-il pas cette doctrine, au lieu de son AVIS simple et personnel sur l'HÉRÉSIE mais "Pape", pourquoi sépare-t-il le dogmatique du disciplinaire, inventant une discipline en dehors du dogme ?



A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Dim 20 Oct 2019, 11:12 am

L'audience de Mgr Lefebvre avec SON "Très Saint-Père" a enfin lieu. Lisons dans ses paroles : "Comme je l'ai dit au Saint-Père : "Dans la mesure où vous vous écartez de vos prédécesseurs, nous ne pouvons plus vous suivre". C'est évident. Ce n'est pas nous qui nous écartons de ses prédécesseurs. Quand je lui ai dit : "Mais regardez les textes sur la liberté religieuse, deux textes qui se contredisent formellement, mot pour mot ; et les textes importants, DOGMATIQUE : celui de Grégoire XVI et celui de Pie IX, Quanta Cura, et le schéma sur la liberté religieuse du Vatican 2, MOT POUR MOT SONT À CONTREDIRE. Que faut-il choisir ?''


" QUITTEZ CES CHOSES, NE NOUS LAISSONS PAS ENTRER DANS LES DISCUSSIONS" M'A RÉPONDU LE SAINT PÈRE  ".


Ensuite : Lefebvre sait parfaitement que "Paul VI" était un HÉRÉTIQUE moderniste qui se souciait peu de la question DOGMATIQUE soulevée à cette occasion. Notez aussi l'incompréhension du lecteur qui a élevé lefebvriste à "Paul VI" : Il lui dit que tant qu'il s'écarte "de ses prédécesseurs" il ne peut le suivre, dans quelle mesure ? Ou, quelle est cette mesure selon le lefebvrisme ? Il s'avère que Lefebvre dénonce toute l'église "conciliaire" dirigée par "Paul VI" comme schismatique et hérétique, et lui parle ensuite d'une "mesure" dogmatique et canoniquement inexistante : On tombe dans l'hérésie et le schisme, IPSO FACTO SORTIE de l'Église et perd automatiquement toute autorité, SANS AUCUNE "INSTRUCTION DE LOI OU DE FAIT" (Bule de Paul IV).


Lefebvre suit son récit et dit : "Malheureusement, je dois dire que cette conversation avec le Saint-Père m'a laissé une impression plutôt douloureuse. Parce que j'avais l'impression qu'il défendait sa personne : "Tu es contre moi. -Je ne suis pas contre vous, je suis contre tout ce qui nous sépare de la Tradition, je suis contre ce qui nous attire vers le protestantisme, vers le modernisme". On avait l'impression que cela réduisait tout le problème à sa personne. Ce n'est pas la personne, ce n'est pas Monseigneur Montini que nous regardons, mais c'est en lui le successeur de Pierre. Et en tant que successeur de Pierre, il doit nous transmettre la foi de ses prédécesseurs. Dans la mesure où il ne nous transmet pas la foi de ses prédécesseurs, il n'est plus le successeur de Pierre. Alors il devient une personne qui se sépare de son bureau, qui renonce à son bureau, qui n'accomplit pas son office. Et comme JE NE PEUX RIEN FAIRE, ce n'est pas ma faute... ”.


Il est clair que Lefebvre sait très bien que la non-transmission de la foi catholique sépare Pierre de la Charge Hiérarchique, mais il refuse de parler clairement d'un siège vacant. Il préfère l'ILLUSION diabolique de ne pas apparaître comme schismatique, QUAND C'EST DANS LA RÉALITÉ. C'est pourquoi il dit que "IL NE PEUT RIEN FAIRE". Si j'étais catholique, je saurais que dans cette situation IL N'Y A AUCUN AUTRE CHOSE À FAIRE: RUPTURE PUBLIQUE ET COMPLÈTEMENT AVEC "L'ÉGLISE" SCHISMATIQUE ET HÉRÉTIQUE, et avec l'hérétique et le schismatique qui la dirige avec le titre arbitrairement approprié de "Pape".


Enfin, pesons catholiquement ce récit de Lefebvre à la fin de son audience : "Quand le Saint-Père me dit : "Mais à la fin, en toi-même, ne sens-tu pas quelque chose qui te reproche ce que tu fais ? Vous causez un énorme scandale dans l’Église, énorme, énorme. N'y a-t-il pas quelque chose dans votre conscience qui vous reproche ?". J'ai répondu : "Non, Saint-Père. Pas du tout. Il me dit : "Ah, alors tu es inconscient ! J'ai répondu : "Peut-être ! Je ne pouvais pas dire le contraire.


Lefebvre ne s'est-il pas rendu compte que ces questions et cette réponse du schismatique et hérétique Jean-Baptiste Montini, ont prouvé UNE FOIS PLUS sa pertinence, son obstination diabolique dans l'erreur ? Il ne s'en aperçut apparemment pas, et au lieu de sortir "du milieu d'eux" et de partir, comme Dieu l'ordonne par saint Paul en 2 Co 6,17, il continua son engagement au dialogue et à l'approbation [2].


A SUIVRE... 3. LA "NOUVELLE ÉGLISE".
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Dim 27 Oct 2019, 2:59 pm

3. LA "NOUVELLE ÉGLISE".


Quand on lit le livre "LETTRE AUX CATHOLIQUES PERPLEXES", de Mgr Lefebvre, ou "L’ÉGLISE DE JUDAS" de Bernard Fay, on trouve dans ses pages une telle quantité d'informations sur les faits et les personnages théologiquement monstrueux, que l'église du "Vatican II" au sein duquel ils sont produits et coexistent est présentée aux yeux moins empêchés doctrinalement, comme l'église de l'Antichrist ; "l'abomination de désolation dont parle Daniel dans le vieux testament. Rien de tout cela, cependant, n'a influencé le mouvement gauchiste ou son fondateur et dirigeant à respecter avec une véritable humilité la volonté de Dieu : "Sortez du milieu d'eux...", "ET JE VOUS RECEVRAI...". .” (Cor. 6:17,18), ce qui implique sans équivoque que quiconque ne sort pas du milieu de cette église de "l'abomination désolée" ne sera pas reçu par DIEU, parce qu'il ne devient pas fils théologiquement adopté du Père.


Lefebvre dans les pages de son livre " La Nouvelle Église " [3].


Est-il possible, sans renoncer à la Doctrine Traditionnelle, de vouloir être "entièrement soumis", de continuer "en tout" et "de ne faire aucune réserve" sur la personne connue pour être schismatique et hérétique, est-il même rationnel d'accuser publiquement quelqu'un d'être hérétique et schismatique, puis de confesser à ce même dévoyant de foi le désir de vouloir le suivre en tout ? C'est inadmissible. Cette servilité ne peut avoir d'autre origine que le Diable en temps d'apostasie universelle. Il serait explicable pour un laïc ignorant en théologie de dire cela, mais jamais un évêque. Le pire dans tout cela, c'est qu'il implique le rejet et la désobéissance de ce que Dieu ordonne contre cette attitude dans les Saintes Écritures : "... nous vous en supplions au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui agit dans le désordre et non selon la tradition qu'il a reçue de nous " (2 Thess. 3, 6).


Lefebvre parle d'une "perturbation qui a eu lieu dans l'Église", c'est-à-dire une décomposition de l'Église, ce qui est impossible dans son institution divine. Ce n'est qu'en considérant l'Église comme une société purement humaine que l'on peut parler ainsi. L'Église, en tant qu'institution divine, n'admet aucun malaise en son sein, car saint Paul enseigne que le Christ l'a sanctifiée en la remplissant de gloire, SANS TACHE, NI RIDE, MAIS SAINTE ET IMMACULÉE " (Ep 5,26-27). Si les hommes qui la composent humainement sont sensibles à la folie par erreur, ce faisant, ils s'expulsent de son sein. Une Église dérangée, dans l'intérieur de laquelle s'accumulent les ruines, n'est pas l'Église du Christ. Et je crois que ce n'est pas simplement une opinion personnelle, mais une tradition catholique. Lefebvre confond à nouveau avec cette église "Vatican II", dérangée et ruineuse parce que ce n'est pas celle du Christ, avec l'Église Catholique.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Sam 02 Nov 2019, 8:36 am

La persécution tenace des prêtres (et des religieux) par la hiérarchie schismatique dans de nombreux pays, même chassés de leurs paroisses pour avoir refusé d'abandonner la Sainte Messe et d'adopter le dîner luthérien de "Paul VI", avec les exemples que Mgr Lefebvre a donnés à Montini lui-même, rappelle une prophétie de Daniel en A.T.. "... et voici, cette corne fit guerre aux saints et l'emporta,...". (Dan. 7:21).


Face à l'accusation de Montini de ne pas former de bons prêtres, Lefebvre, en se défendant, réaffirme son "hérétisme" - comme le dit Homère Johas -. Il donne à l'hérétique et schismatique majeur de "l'Église conciliaire" à laquelle il "ne veut pas appartenir", la hiérarchie du Pape, en contradiction flagrante avec ce qui est établi par le Droit Canonique (Canons 188, 2314), la Bulle "Cum Éx Apostolatus Officio" de Paul IV et le Jus Canonicum.


Lefebvre suggère à Montini qu'à l'intérieur de son église schismatique-hérétique, comme "solution", il dit à ses évêques hérétiques que dans leurs diocèses schismatiques ils "reçoivent fraternellement" "avec compréhension et charité" tous ces groupes traditionalistes qui veulent conserver "comme auparavant" la foi dans la catéchèse. Lefebvre avec cette "solution" se met notoirement contre Dieu. Dieu envoie ceux qui font sa volonté comme ses enfants, pour s'éloigner de ceux qui enseignent, proclament, répandent et défendent une doctrine qui ne vient pas des Apôtres par la Tradition (Tite 3:10 ; Gal. 1:8 ; 2 Thess. 3:6).


Lefebvre, contrairement à ce que Dieu ordonne dans les Saintes Écritures, suggère que les traditionalistes,  —dont il nie catégoriquement être le patron, car en réalité il ne l'est pas —, soient reçus par les évêques hérétiques dans leur diocèse schismatique "avec compréhension" et "charité". L'hérésie et le schisme doivent donc tolérer la Vérité catholique ; l'hérétique et le schismatique doivent permettre la "charité" envers le catholique au sein de sa secte. C'est totalement inouï et diabolique. Lefebvre, sans être notre chef, demande au plus grand hérétique de nous permettre de nous unir au joug des infidèles qu'il dirige (2 Cor. 10,14), contre ce que Dieu INTERDIT dans le N.T. Lefebvre accorde à l'hérésie et au schisme les droits de la vérité et APPELLE pour la vérité catholique la tolérance infidèle. Elle transforme l'erreur en "vérité" et la Vérité en "erreur".


Il dit à Montini de dire à ses évêques de nous recevoir, de nous donner des lieux de culte, d'organiser avec nous pour que nous puissions prier en relation intime avec eux. Lefebvre ne sait-il pas que nous, catholiques, nous ne mendions pas des "lieux de culte" pour les hérétiques, car quelle harmonie peut-il y avoir "entre le temple de Dieu et les idoles" ; quelle compagnie "entre la lumière et les ténèbres", entre "les fidèles et les infidèles" ; "Quelle harmonie entre le Christ et Bélial" ? (2 Cor. 6,14-16).


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Dim 10 Nov 2019, 10:50 am

Lefebvre propose Montini comme "solution" pour dire à ses évêques de nous donner une place dans leurs "lieux de culte", ce que le style protestant a converti avec leur fausse "messe" luthérienne nos temples - autrefois catholiques - qu'ils occupent arbitrairement. Peut-on supposer que l'évêque schismatique français n'a pas lu saint Paul qui dit : "... les choses que les païens sacrifient sont sacrifiées aux démons, ET NON à Dieu. Et je ne veux pas que vous ayez de société ou d'ombre, avec des démons ; vous ne pouvez pas boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons ; vous ne pouvez pas avoir une part à la table du Seigneur, et à la table des démons" ? et puis saint Paul ajoute : "Allons-nous irriter le Seigneur avec jalousie ?'' (1 Cor. 10:20-22).


Comme nous pouvons le voir, Lefebvre irrite "avec jalousie le Seigneur", suggérant la solution que nous, catholiques, dînons à la table des démons. L'évêque "catholique", le prêtre, avec sa conscience "déchirée" par les excès, les abus, les erreurs du "Vaticanisme II", nous dit qu'il n'a pas lu saint Paul dans Corinthiens ; qu'il n'a pas lu les interdictions canoniques du culte [4] :


Canon 2316 du D.C. : "Celui qui participe spontanément et en connaissance de cause... participe aux divinis avec les hérétiques est soupçonné d'hérésie, une violation de ce que le canon 1258 interdit''i]


Canon 1258 : "Il n'est pas permis aux fidèles d'aider activement ou de participer de quelque manière que ce soit aux fonctions sacrées des non-catholiques.''


Décret du Saint-Siège de 1889 : "Il est interdit de prier, de chanter, de jouer de l'orgue, DANS UN TEMPLE HÉRÉTIQUE OU SCHISMATIQUE, en s'associant aux fidèles qui célèbrent leur culte, même si les textes du chant et des prières sont orthodoxes".


"Il n'est pas licite de célébrer la messe dans les temples d'hérétiques ou de schismatiques, même si dans le passé (appartenant à des catholiques) ils avaient été légitimement consacrés ou bénis (can. 823, n° 1).''


Quelle source doctrinale TRADITIONNELLE Mgr Lefebvre peut-il faire valoir pour justifier sa "solution" scandaleuse, offensante, blasphématoire et insultante ? Il propose une "relation intime" avec les évêques schismatiques-hérétiques de "Vatican II" contre saint Paul qui, inspiré par Dieu, commande autrement : "Et je vous exhorte, frères, à vous réfugier dans ceux qui causent des dissensions et des scandales parmi vous, ENSEIGNANT CONTRE LA DOCTRINE que vous avez apprise ; ET ÉVITEZ LA COMPAGNIE PARCE QUE CETTE DOCTRINE NE SERVIT PAS LE CHRIST NOTRE-SEIGNEUR, mais SA SENSUALITE, et avec des mots doux et flatteries, elle séduit le cœur des simples.'' (Romains 16 : 17,18). Par conséquent, si "Paul VI" a réduit le problème à la défense de sa personne, il est clair qu'il faisait partie de ceux "qui ne servent pas le Christ Notre-Seigneur".



A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Mer 27 Nov 2019, 12:52 pm

Continuons à remarquer la position sans précédent de Lefebvre. Lui-même nous dit qu'il a dit à "Paul VI" : "Vous n'avez qu'un mot à dire aux évêques ET TOUT  CE QUI REVIENT À L'ORDRE ET NOUS N'AVONS AUCUN AUTRE PROBLÈME DEPUIS CE MOMENT. LES CHOSES REVIENDRONT À L'ORDRE.''


Lefebvre oublie-t-il soudain que la persécution et l'expulsion des prêtres et des religieux de leurs paroisses et de leurs maisons, pour avoir refusé d'abandonner le catéchisme de la foi catholique, la Sainte Messe, l'habit catholique, relèvent du DOGME ? Il met de côté le DOGME et propose le logement servile. Cela ne vous intéresse-t-il pas ou ne vous importe-t-il pas que Dieu à partir des Saintes Écritures appelle IMMONDICE à tout ce qui est une erreur théologique (2 Cor 6:17) ? Il met de côté les péchés très graves d'hérésie et de schisme qui pèsent, comme il s'en souvient, sur l'épiscopat et le sacerdoce de "l'Église conciliaire", et dit que si ces hérétiques reçoivent avec compréhension et "charité" les "traditionalistes", "tout revient en ordre et nous n'avons plus de problème depuis ce moment". Cela signifie que ce qui compte vraiment pour lui n'est pas la Foi ou la Tradition. Ce qu'il veut et veut, c'est parvenir à un lieu paisible au sein de "l'Église conciliaire", pour qu'ensemble et en harmonie avec le culte des démons —selon saint Paul—, les gauchistes célèbrent illicitement, c'est-à-dire de manière sacrilège, la Sainte Messe tridentine. Il demande donc la permission de se PROFANER lui-même, de profaner avec ses "bons prêtres", la messe catholique dans des "lieux de culte" hérétiques-schismatiques.


Il dit que ça ramènera les choses à l'ordre. En d'autres termes, pour Mgr Lefebvre, l'ordre théologique est que par la coexistence pacifique des fidèles et de l'infidèle, "unis dans le joug" ecclésiale, la main de la justice avec l'injustice, pour tenir compagnie à la lumière avec les ténèbres, et entrer en concorde avec le Christ avec Bélial, faisant finalement du temple des idoles aussi un temple de Dieu. Lefebvre renonce publiquement à faire la volonté de Dieu : ce que Dieu interdit, Lefebvre l'approuve et le propose publiquement comme solution dans les temps récents.


A SUIVRE...

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Paul_vi_mgr_lefebvre_rencontre
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Ven 06 Déc 2019, 9:18 am

Lefebvre dit aussi qu'il a dit à Montini : "Quant au séminaire, je n'aurai AUCUNE DIFFICULTÉ EN ALLANT TROUVER DES ÉVÊQUES ET EN LES DEMANDANT D'IMPLANTER MES PRÊTRES DANS LEURS DIOCÈSE ET LES CHOSES SERONT NORMALES.'' C'est-à-dire : Lefebvre croit normal que sous les mêmes évêques hérétiques et schismatiques, leurs prêtres souillent la Sainte Messe en harmonie avec ceux qui célèbrent le souper luthérien de "Paul VI". Et il croit que cet "ordre" peut être "normal" "dans l'Église". Il ne voit donc rien de mal à ce que ses "bons prêtres" gauchistes coexistent pacifiquement avec les "prêtres" de "Vatican II"qu'il appelle lui-même l'épithète de  BASTARDS.


Pour Lefebvre, la Tradition n'est rien de plus qu'une "expérience" qu'il tient à réaliser au cœur de l'église à laquelle il adhère réellement. Il ne veut pas se rendre compte qu'avec ses propres déclarations, il est démontré qu'il est EN DEHORS DE l'ÉGLISE CATHOLIQUE par son appartenance à une église schismatique. Son problème de CONFORT en elle crée une situation anormale pour lui. C'est pourquoi il propose sa "solution" ANTI-CATHOLIQUE et exprime à "Paul VI" son intérêt "POUR LE RETOUR AUX RELATIONS NORMALES ET OFFICIELLES avec le Saint-Siège, avec les "congrégations"..., je ne demande plus que cela", affirme-t-il avant de raconter la réponse dévoyée de SON "Pape".


Ici, nous voyons plus clairement la mauvaise position de lefebvriste: Il sait que ce "Saint-Siège" et ces "congrégations" romaines sont entre les mains d'hérétiques modernistes et schismatiques. Il ne va pas à Rome pour leur demander d'ABJUREZ de leurs erreurs. Tout ce qu'il demande, c'est que ces hérétiques et schismatiques, sans abjurer, c'est-à-dire en restant dans leurs erreurs et comme anticatholiques, permettent de faire leur "expérience". IL N'EN DEMANDE PAS PLUS QUE ÇA !


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Dim 15 Déc 2019, 10:29 am

Après l'audience, il accepte volontiers de prier sous «l'autorité» de «Paul VI». En cela aussi Lefebvre travaille contre la foi catholique, parce que sous le pontificat du pape Pie IX le Saint-Office a établi ''qu'en aucun cas il ne peut être toléré que les fidèles et les ecclésiastiques prient sous la régence des hérétiques ou, pire, selon le intention extrêmement corrompue et infestée d'hérésie.''


Leurs contradictions et déviations doctrinales sont notoires. Lefebvre sait très bien que les progressistes, c'est-à-dire les adeptes modernistes de "Vatican II", ne sont pas catholiques; que sa religion n'est pas catholique, et pourtant il dit: "Quand j'ai parlé avec le Saint-Père, je me suis appuyé sur le" pluralisme ". Je lui ai dit: «Mais finalement, avec ce pluralisme actuel, que coûterait à ceux qui veulent garder la Tradition d'être au moins sur le même pied que les autres? C'est le moins qui puisse être accordé ». J'ai dit: "Je ne sais pas si vous connaissez le Saint-Père, qu'il y a maintenant vingt-trois prières eucharistiques officielles en France." Le Saint-Père a levé les bras au ciel et a dit: "Mais beaucoup plus, Monseigneur, beaucoup plus!" Alors j'ai dit: "Mais s'il y en a beaucoup plus, si vous en ajoutez un, je ne vois pas que ce pourrait être pour le pire des Eglise ... "


Lefebvre ne demande pas ici à Montini de respecter les droits absolus de la Vérité catholique émanant de la Révélation divine. Il accepte plutôt d'ajouter à l'ensemble des "prières eucharistiques" qu'il connaît non catholiques par les modernistes, "une de plus", celle de " la Tradition". Avec cela, il a placé le catholicisme et les hérésies du "pluralisme" progressif au même niveau. Lefebvre avec tout cela N'A PAS LE DROIT D'APPELER CATHOLIQUE, car "seuls les catholiques sont ceux qui ne s'opposent pas à la foi et à la doctrine de l'Église catholique" (Saint Bruno).


A SUIVRE... LETTRE À VOS FUTURS ÉVÊQUES


Dernière édition par Monique le Lun 23 Déc 2019, 4:07 pm, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Lun 23 Déc 2019, 4:06 pm

4. LETTRE À VOS FUTURS ÉVÊQUES


La revue lefebvriste "CREDIDIMUS CARITATI", qui publie sa " Fraternité Sacerdotale Saint Pie X " de La Réja en Argentine, dans son n° 18, de juillet 1988, publie la lettre du 29-6-1987 de Lefebvre à ses 4 candidats à l'épiscopat.


Analysons rapidement ce nouveau texte. Lefebvre passe plus de 20 ans à essayer de faire accepter son expérience d'une " Tradition " mutilée par lui au sein de l'" Église conciliaire " à laquelle il dit n'avoir aucun désir d'appartenir. Mais à laquelle il appartient en fait, comme le montrent ses faits. Tout en insistant sur sa tâche d'expérimenter sa " Tradition " au milieu du pluralisme hérétique - qui est déjà extrêmement préjudiciable à la Foi catholique dans la mesure où il se présente internationalement comme un " évêque catholique " - il exprime son intérêt à revenir à la relation normale et officielle " avec le Saint-Siège " et ses congrégations romaines actuelles. Son "Saint Siège" n'est pas satisfait de la seule chose qu'il demande, cessant d'être "Saint Siège" à ses yeux et devenant "ipso facto" en "Rome antichrist".  Il dit ensuite que " la chaire de Pierre et les postes d'autorité à Rome ", c'est-à-dire y compris les congrégations avec lesquelles il s'intéressait à des relations normales et officielles, " sont occupés par des antichrists ". On peut voir que pour Mgr Lefebvre, la Rome de "Vatican II" avec l'"Église conciliaire", avec son "Pape", les évêques, les prêtres et les fidèles qui y adhèrent, - c'est-à-dire lui-même - sont "catholiques" ou non, selon qu'ils satisfont ou non à ce qu'il demande. Il décide quand la Rome actuelle est "catholique" et quand elle ne l'est pas ; quand celui qui occupe la chaire de Pierre est le pape ou l'antichrist. Lefebvre pense exclusivement en fonction de lui-même, et non en fonction de la doctrine catholique traditionnelle comme règle de foi. Lui aussi, comme "Paul VI", défend sa personne.


Il dit que ces antichrists qui occupent "la chaire de Pierre" PROSÈGENT rapidement leur travail destructeur au sein du Corps Mystique surtout à cause de "la corruption de la Sainte Messe".


S'ils sont des antichrists, c'est-à-dire des hérétiques qui portent l'esprit de l'antichrist dans leur foi et leurs œuvres, cela signifie qu'ils sont HORS DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE. Aucun d'entre eux ne peut donc occuper " la présidence de Pierre ". Il est impossible de parler dogmatiquement pour un antichrist d'occuper cette chaire comme si Dieu ne gouvernait pas son Église. Ce qui se passe, c'est que Lefebvre confond la structure ecclésiastique HUMAINE pliée au schisme moderniste et à l'hérésie qui s'est constituée dans la nouvelle église schismatique avec l'Église catholique.


Plus tard, Lefebvre dit que "la corruption de la Sainte Messe a apporté la corruption, du sacerdoce..." Ce n'est pas vrai. Dans l'Église catholique, nous continuons avec la Sainte Messe latine ou tridentine, c'est-à-dire DOGMATIQUEMENT CATHOLIQUE, et donc avec le même sacerdoce de toujours. Ce qui a donné à l'Église de " Vatican II " le sacerdoce bâtard dont parle Lefebvre, c'est sa propre " Messe " ou " Cène du Seigneur luthérien " imposée par l'antichrist " Paul VI ", QU'IL NE CESSE D'APPELER " Saint Père ".


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Jeu 26 Déc 2019, 9:18 am

La même revue "CREDIDIMUS CARITATI", n° 18, publie en avant-dernière page la lettre ouverte de 24 supérieurs de district et de maison autonome de gauche, et de directeurs de séminaires de gauche d'une vingtaine de pays, sous la direction du Père Franz Schmidberger, Supérieur général, adressée au préfet de la congrégation des évêques de l'Église de l'Antéchrist, le Cardinal Gantin.


Il suffit de raisonner avec un peu de logique, de constater que ce document n'est pas catholique non plus. C'est hérétique, comme le dit le Dr Homer Johas.


Ils disent au cardinal anti-chrétien Gantin que l'excommunication qui fait connaître Lefebvre et Castro Mayer " vient d'une autorité qui rompt avec celle de tous leurs prédécesseurs jusqu'à Pie XII, dans le culte, l'enseignement et le gouvernement de l'Église ". Avec cela, ils lui font comprendre que cette excommunication n'est pas valable pour eux.


Si l'" autorité " qui les a excommuniés est nulle ou invalide parce qu'elle est schismatique, pourquoi le Lefebvrisme a-t-il insisté pendant des années pour vouloir obtenir la reconnaissance de cette " autorité " ? Pourquoi le Lefebvrisme continue-t-il à se défendre de l'accusation de schisme de cette " autorité ", arguant qu'avec ces consécrations il n'a pas rompu avec le " Saint Père " et n'a désobéi que " par nécessité " ? Il n'y a pas de cohérence doctrinale, mais plutôt un adaptationisme de la situation qui finit par montrer ses déviations par rapport à la Foi catholique.


Ils disent qu'ils sont en " pleine communion avec tous les Papes ". Le Lefebvrisme dénonçant les erreurs, les abus, de l'église "conciliaire" et de ses "Saints Pères" a TOUJOURS été et continue d'être doctrinalement respecté. Le Lefebvrisme n'a jamais voulu une rupture totale avec eux, mais leur CONFORT avec eux. C'est pourquoi ils continuent de dire à Gantin qu'ils sont désolés de la cécité et de la dureté '' DES AUTORITÉS ROUMAINE  ". N'ont-ils pas dit dans les lignes précédentes que l'"autorité" de ces autorités est invalide en les excommuniant ?


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Sam 28 Déc 2019, 10:50 am

Et la confusion théologique du lefebvrisme s'ensuit : ils disent à Gantin qu'ils n'ont jamais voulu appartenir à l'" Église conciliaire " qui est définie ou identifiée par sa nouvelle " messe ", son œcuménisme indifférent, sa laïcisation de la société, son panthéon des religions d'Assise. Ils lui disent que c'est cette "Église conciliaire" (idolâtre, luthérienne et laïque), qui a excommunié ses nouveaux évêques. Mais ils lui disent aussi, et plus tard, qu'ils ne demandent rien de mieux que d'être excommuniés " de l'esprit adultère qui souffle dans l'Église depuis vingt-cinq ans, exclus de la communion impie avec les infidèles ". Il semble que pour ces " bons prêtres " formés par Lefebvre, il était clair que l'un est " l'Église conciliaire " identifiée comme idolâtre, luthérienne et laïque, et l'autre est l'Église catholique. Ils disent que cet esprit ADULTE et impétueux de l'"Église conciliaire", "souffle dans l'Église depuis vingt-cinq ans", et ils veulent en être exclus. A cause de leur prurit gauchiste et anti-évangélique, ces "bons prêtres" qui disent qu'ils seront "toujours fidèles" à l'unique Église du Christ, "une Église SAINTE, CATHOLIQUE, APOSTOLIQUE ET ROMAINE", admettent que cette Église à laquelle ils jurent fidélité pour toujours, est actuellement une Église au sein de laquelle respire un esprit ADULTE et impie, c'est-à-dire d'Apostasie théologique. Comme leur chef, Mgr Lefebvre, ils jurent fidélité à une Église qu'ils accusent d'ADULTISME.


De quelle orthodoxie parlent-ils devant leurs fidèles, s'ils affirment eux-mêmes qu'"ils ne sont pas en communion avec une Église falsifiée, évolutive, pentecôtiste et syncrétiste", ce qui avec son refus de reconnaître le Siège vacant, fait naître chez eux l’Église catholique qu'ils confondent avec celle de "Vatican II" ? De quel enseignement de la Tradition catholique Lefebvre tire-t-il sa propre thèse selon laquelle il a confiance que "le Siège de Pierre sera occupé par un successeur de Pierre PARFAITEMENT catholique" qui pourra confirmer ses évêques ? Contre Lefebvre et son SECTE, la Doctrine de la Tradition Catholique enseigne que l'hérétique qui joue le rôle de "Pape" EST ABSOLUMENT AUTORITAIRE parce qu'il est HORS ÉGLISE, et le Siège qu'il occupe est VACANT jusqu'à l'élection d'un successeur LÉGITIME de St Pierre. Le Card. Billot enseigne que "Dieu peut parfois permettre que la vacance du Siège Apostolique se prolonge longtemps" (Tract., de Eccl. t. I, p. 612-635).


Lefebvre parle aussi d'un successeur de Pierre "PARFAITEMENT CATHOLIQUE", comme si un successeur qui est IMPERFECTEMENT catholique était possible, ce qui revient à dire dévié de la Foi, c'est-à-dire non-catholique, ce qui est impossible, car si là où est le Pape, il y a l'Église, là où est un faux, il y a aussi une fausse Église.


A SUIVRE... SIÈGE VACANT DANS L'ÉGLISE
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Mar 31 Déc 2019, 6:25 am

SIÈGE VACANT DANS L'ÉGLISE


Le Lefebvrisme a établi un concept selon lequel l'Église est capable de permettre aux catholiques de vivre ensemble avec les hérétiques. Dans cette conception particulière, les gauchistes pensent qu'il est possible d'encourir l'hérésie ou le schisme sans rester en dehors de la vraie Église. Avec cela, les très graves péchés d'hérésie, de schisme et d'apostasie, péchés contre l'Esprit-Saint parce qu'ils sont des péchés contre la Foi, sont réduit à de simples concepts théologiques abstraits a conduit à une application concrète au caprice de Lefebvriste. Ainsi, dans le Supplément spécial au No 4 de sa revue "IESUS CHRISTUS", mars-avril 1989, page XX : "Toute déformation, toute addition, toute déviation, toute contradiction, bref, toute ingérence "personnelle" indue des Pasteurs, RIEN DE CE QUI APPARTIENT A L’ÉGLISE et à ses enfants ont le devoir de ne pas adhérer s'ils ne veulent pas quitter —cette fois, oui— la communion avec l'Épouse du Verbe Incarné".


On nous dit en d'autres termes que si les fidèles adhèrent aux contradictions, additions, déviations des Bergers, alors ils quittent l'Église. Et les Bergers déviants restent dans l'Église ? Le péché de déviation de la Foi n'est-il pas plus grand chez "le Berger" que chez les simples fidèles ? Pourquoi les fidèles qui y adhèrent s'excommunient-ils et "le Berger" ne s'excommunie pas et reste "Berger" ? D'où le lefebvrisme tire-t-il cela ? La Doctrine de la Tradition ne l'enseigne pas, mais au contraire, elle établit que quiconque tombe dans l'hérésie, le schisme et l'apostasie, c'est-à-dire dans un de ces péchés très graves, reste IPSO FACTO excommunié de l'Église catholique, même s'il était Pape.


Saint Robert Belarmin, avec tous les canonistes catholiques, enseigne que  le Pape qui tombe dans l'hérésie notoire et publique, "MÊME AVANT LA SENTENCE DÉCLARATOIRE DE L'ÉGLISE, EST PRIVÉ DE SON POUVOIR DE JURIDICTION.'' (Du Pontife Romain, I, II, ch. 30)


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français) Empty Re: QU'EST-CE QUE LE LEFEVRISME ? Rome Magazine N° 111/112 - Décembre 1989 (espagnol/français)

Message  Monique le Jeu 02 Jan 2020, 12:05 pm

En d'autres termes, si un Pape légitime s'écarte de la Foi, par hérésie et apostasie, il "nie le Christ et la vraie Église" en devenant schismatique ; comme conséquence immédiate, c'est-à-dire "ipso facto", il nie sa charge et se prive de sa juridiction, comme le Card. Torquemada enseigne, Saint Thomas d'Aquin, et avec lui le Card. Billot, Wernz Vidal, Melchior Cano, Sylvius, Juan Driego, Pedro Ballerini... soutiennent que les actes juridictionnels de ceux qui sont tombés dans l'hérésie notoire sont NULS. Et cela est vrai pour tout fidèle, c'est encore plus vrai pour un Pape, un évêque, un curé, etc., etc. qui, étant légitime, s'écarte de la Foi. SON POSTE RESTE "IPSO FACTO" VACANT.


La conception Lefebvriste montre la gravité de son caractère erroné en n'acceptant pas le Siège vacant dans l'Église catholique, quand Mgr Lefebvre dit qu'avec le catéchisme habituel et la Sainte Messe, dans son mouvement il redonne "à l'Église son vrai visage". Il veut dire que dans son mouvement l'Église reprend son vrai visage, elle devient l'Église de toujours. Et il se bat pendant 20 ans pour que "son expérience" soit incluse dans le giron de l'église bâtarde ; que ses "bons prêtres" soient admis dans les rangs des prêtres bâtards ; que le catéchisme tridentin puisse aussi être enseigné à côté des catéchismes bâtards...


Bref, Lefebvre s'est battu pendant 20 ans pour que, par l'expérience de SA " Tradition ", " l'Église du Christ " prenne sa place dans la nouvelle Église œcuménique conciliaire de l'Antéchrist. L'"Église" qu'il a "reconstruite" avec son mouvement, est une "Église" qui N'EST PAS LA SEULE VRAIE, mais une "Église" qui accepte de partager avec toutes les erreurs œcuméniques, les sectes et les fausses religions, le temple des idoles et la table des démons. Lefebvre condamne Assise, mais garde l'esprit d'Assise inaperçu...


Frère Miguel Ángel


Magazine "Roma" No. 111/112, décembre 1989 Pg. 83


[1] Transcription de "ARIETE", n° 31, revue mexicaine du Licencié Enrique Salinas de l'UNION CATHOLIQUE DE TRENTE.
[2] Les citations de cette conférence sont tirées du livre de Mgr Marcel Lefebvre, "LA IGLESIA NUEVA" (L'Église Nouvelle), ICTION, Buenos Aires, 1983.
[3] N de R. : L'auteur transcrit ici des paragraphes, soulignés par lui, du livre précité (p. 102-168) que, pour des raisons d'espace, nous avons dû supprimer, étant entendu que le lecteur de ces lignes peut facilement accéder à un tel document pour le confronter.
Monique
Monique

Nombre de messages : 8405
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum