Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Jeu 21 Mar 2019, 11:31 am

https://remusmirceabirtz.files.wordpress.com/2018/12/P-Remus-Mircea-Birtz-Un-rom%C3%A2n-exilat-misterios-Principele-Scortesco.-Cine-era.pdf

-1-

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce?

(Avec une incursion dans le paysage catholique occidental traditionnel).

Dr. Remus Mircea Birtz, OBSS


SOMMAIRE

Cette étude présente quelques données sur les écrivains catholiques traditionnels roumains, le peintre Paul Scorţescu / Scortesco / Scortzesco (1893, Yassy -1976, Paris), son frère le ministre diplomatique Théodore Scorţesco / Scortzesco (1895, Yassy -1979, Buenos-Aires), connu dans la littérature roumaine, et Mlle Myra Davidoglou (1923, Bucarest -2001, France) une artiste graphique aussi. Quelques données historiques et généalogiques sur la famille noble Scortesco Moldavie-Roumanie sont données, et un court paysage de la Résistance Catholique Traditionnelle.

Il est prouvé que la déclaration bien connue de Paul Scortesco à propos du Conclave de 1963 ne peut être vraie, toutefois sans nier l'élection du cardinal Giuseppe Siri au rang de pape (Grégoire XVII) au Conclave de 1958. Certaines données biographiques sur les Scortesco peuvent et doivent certainement être corrigées, lorsque de nouvelles informations provenant de la culture inconnue de l'exil roumain seront disponibles.

 Mots clés : Paul Scortesco / Scortescu / Scortzesco (1893-1976), Théodore Scortesco / Scortzesco (1895-1979), Myra Davidoglou (1923-2001), Cardinal Giuseppe Siri (Grégoire XVII), Résistance catholique romaine, Sédévacantisme, Exil roumain.

N.B. L'étude a été présenté au Symposium Des élites de la Sécurité à l'élite de sécurité organisé par l’Université Babeş-Bolyai, au 31.III. -1.IV. 2017, attribué le 1er prix, et devrait être publié dans le volume du même nom sous l'impression.

Si la résistance catholique en Roumanie contre le communisme a été et est déjà largement étudiée et décrite, la résistance catholique à l'ouest de l'Europe est pratiquement inconnue des lecteurs roumains, bien que ses membres distingués soient également des croyants catholiques exilés roumains. Le cas des frères Scortesco ou de Mlle Myra Davidoglou est trop peu exploré dans la culture roumaine, Paul Scortesco étant considéré comme un peintre, les pages Web de la station présentant périodiquement des œuvres, son frère bénéficiant d'un traitement plus large lié à l'activité littéraire entre les guerres. L’étude veut apporter de nouvelles informations à ces personnalités roumaines de l’exil.

Bien entendu, les données que nous présentons peuvent être corrigées à tout moment à la suite d'informations supplémentaires. Nos sources sont en grande partie tributaires du cyberespace et des ouvrages adéquats sur la résistance catholique en Occident sont absents en roumain. Comme les publications roumaines en exil sont encore trop peu connues, les données que nous fournissons sont bien sûr incomplètes. En essayant une brève présentation biobibliographique des frères Scortesco, il était également nécessaire de traiter brièvement le paysage théologique catholique traditionnel dans lequel l'un d'eux tentait de se battre. La bibliographie présente des sources imprimées et cybernétiques, des citations étant faites dans le système anglo-saxon, indiquant le nom de l'auteur (nom de famille), l'année de publication et les pages respectives.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Ven 22 Mar 2019, 10:20 am

-2-

La crise contemporaine de l'Église catholique depuis 1965 (l'année de la clôture du Concile Vatican II), qui acquiert aujourd'hui des aspects paroxystiques, a conduit les fidèles au magistère pérenne de l'Église à opter pour diverses solutions de survie, dont l'une est sédévacantiste. Le sédévacantisme (néologisme d'origine latine, issu du siège vacant à Pétrin) est apparu comme une position théologique de 1968, assumée publiquement par le professeur (futur évêque catholique vétéran) Francis Schuckardt (1937-2006), puis avec force théologique, par le prêtre mexicain Joaquin Sáenz y Arriaga (1899-1976) à travers ses œuvres la nouvelle église montinienne (1971) et le siège vacant : Paul VI n'est pas un pape légitime (1973), comme une réaction à l'interprétation abusive des réformes ultérieures du concile Vatican II.

 Les Sédévacantistes d’orientations diverses (opposants, praticiens, sédévacantistes totals, conclaviateurs - ces orientations reviendront) à l’unanimité en considérant le pontificat de Paul VI (Giovanni Battista Montini) (1963-1978) comme un pontificat destructeur pour l’Église catholique. Les explications de cette situation diffèrent, d’où les positions adoptées.

 Certains considèrent que l'élection du Cardinal Montini au trône de Pierre a été entachée d'irrégularités canoniques, d'autres considèrent que sa position publique, en contradiction avec le précédent Magistère, le qualifie d'hérétique et/ou impose la non-existence pratique de ces déclarations. Une simple recherche dans le cyberespace énoncée par les termes sédévacantisme / Paul VI / Conclave 1963 / Irrégularités, présentera les informations relatives à l'irrégularité susmentionnée d'un conclave venant du prince Scortesco. Nous offrons un fragment d'une étude publiée par la Très Sainte Famille Bénédictine près de New-York, j'espère édifiant:

''Le mystère derrière la fumée blanche et la réunion post-électorale secrète du conclave de 1958 n'auraient peut-être pas été découvert sans M. Scortesco. Scortesco était le cousin de deux membres de la noble garde du Vatican, dont le président du Noble Garde, qui était responsable de la garde des conclaves de 1958 et 1963 et de l’absence de communication avec l’extérieur.'' Scortesco a révélé ce qui suit dans une lettre publiée....

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Sam 23 Mar 2019, 6:00 pm

-3-

Scortesco: ''Dans le cas de Jean XXIII (1958) et de Paul VI (1963), des communications ont eu lieu avec l'extérieur. On savait ainsi qu'il y avait plusieurs bulletins de vote dans le premier conclave (1958) qui ont abouti à l'élection de Cardinal Tedeschini et dans le deuxième [1963], le cardinal Siri.'' /(Extrait de la Lettre française, Introduction, n ° 61, juillet-août-septembre 1988, Association Noël Pinot, Angers, France, p. 3.) Scortesco a obtenu cette information choquante des membres de la Garde Noble. La lettre a été publiée dans Introduction. Et Scortesco fut retrouvé brûlé vif dans son lit peu de temps après la publication de cette lettre. Ainsi, Scortesco, avant d'être éliminé, révéla que le cardinal Tedeschini, et non l'antipape Jean XXIII, avait été élu pour la première fois en 1958. Et le cardinal Siri, pas l'antipape Paul VI , a été élu pour la première fois en 1963. Dans la lettre Scortesco a également mentionné la communication avec «l'extérieur». Ses derniers écrits indiquent que cette communication concernait le B'nai Brith (franc-maçonnerie juive). Si les communications avec [i]''l'extérieur'' influent illégalement sur une élection papale, est "invalide". La communication "extérieure" avec les francs-maçons a très probablement empêché Tedeschini et Siri d’avoir la libre capacité d’accepter leurs élections, probablement par diverses menaces, notamment la mort. Les communistes et les francs-maçons savaient que ni Siri ni Tedeschini n'accepteraient leurs tentatives diaboliques de détruire l'Église catholique; ils devaient donc bloquer leurs élections. Si la communication ''extérieure'' mentionnée par Scortesco empêchait Tedeschini et Siri de pouvoir librement accepter leurs élections, les élections suivantes de Roncalli [Jean XXIII] et de Montini [Paul VI] étaient absolument invalides pour ce seul fait. "(cf.

http://www.mostholyfamilymonastery.com/catholicchurch/cardinal-siri-elections/#.WDv-8hIrcUQ, consulté le 28.11.2016, 12h. a.m.).

Les mêmes informations sur les irrégularités du conclave de 1966 ont été publiées par l'érudit catholique français Louis-Hubert Remy (Remy 1986-1987, Remy 2016), d'où il a été viralement repris par d'autres auteurs:

'' Dans l'un de ses écrits, le Prince Scortesco, cousin allemand du Prince Borghèse, Président du Conclave qui a élu Montini au Pontificat suprême, donne les informations suivantes concernant le Conclave du 21 juin 1963 : "Pendant le Conclave, un Cardinal a quitté la Chapelle Sixtine, a rencontré les représentants du B'nai-B'rith, leur a annoncé l'élection du Cardinal Siri. Ils ont répondu en disant que les persécutions contre l'Église se poursuivraient immédiatement. De retour au Conclave, il fit élire Montini." (cf. http://www.theimmaculateheart.com/thetruepope.htm,
consulté le 28.11.2016, 12h05.a.m.). L'accent est mis sur Louis-Hubert Rémy.

Nous vérifierons cette affirmation plus tard.

Qui était ce prince Scortesco?

La culture roumaine du XXe siècle connaît un diplomate et écrivain, Théodore Scorţesco, et un peintre, Paul Scortesco, tous deux actifs dans le pays pendant la période de l'entre-deux-guerres. L'écrivain Théodore Scortesco a été "retrouvé" en 1982 par le professeur Ion Simuţ, qui a publié un volume anthologique à Cluj-Napoca, à la Dacia Publishing House (Scortesco, 1982), tandis que le peintre est présent dans le cyberespace à travers diverses pièces proposées aux enchères exposés dans les pages en ligne à diverses galeries d'art roumaines ou étrangères.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Dim 24 Mar 2019, 12:25 pm

-4-

 Les deux hommes de culture ont été contraints de suivre le chemin de l'exil après 1945. La reconstruction de micro-médaillons bio-bibliographiques s'est révélée difficile pour les deux Scortesco, des travaux de synthèse dédiés aux personnalités de l'exil ignorant la perfection.

Une biographie avec des notes précises sur le travail de Théodore Scortesco le Ministère des Affaires étrangères a offert à Aureliu Goci, le curateur de la contorsion conçue par Théodore Scorţesco - Concina prădată. Popi  Édition et préface de Auliu Goci, Bucarest, 1997, Ed.100 + 1 Gramar, 207p (Goci 1997). Mihai Pelin dans son article La description de l'émigration politique (Pelin 2002) d'Elisabeta Ţarălungă dans l'Encyclopédie de l'identité roumaine (arălungă 2011) ne les mentionne pas. L’Encyclopédie de l’exil littéraire roumain de Florin Manolesco (Manolesco 2003), qui constitue par ailleurs un instrument de travail précieux, fera référence à Théodore Scortesco (Manolesco 2003, 270) dans le cadre du travail de Cartea Pribegieidin Argentine (Manolesco 2003, 270-272), mais sans assigner une entrée séparée à l'auteur diplomatique. Les historiens littéraires ont accordé plus d'attention à Théodore Scortesco. Les données qu'ils proposent, en particulier les anagrammes / biographies, sont quelque peu contradictoires. Les revues et publications roumaines publiées dans Exile apportent quelques ajouts, mais elles ne sont pas complètement connues, elles sont pratiquement inaccessibles en Roumanie et difficiles à consulter à l'étranger. Lors de ses études à Rome, l'auteur de cet article a eu l'honneur de connaître ou de correspondre avec des Roumains exilés formés à la culture roumaine, de sorte qu'il pouvait se procurer des exemplaires de certaines publications culturelles roumaines publiées au moment de la mendicité. Les informations fournies par Internet pourraient compléter celles accessibles dans le domaine, mais même la tentative de synthèse bibliographique des deux journalistes de Scortesco sera incomplète.

Synthèse des données fournies par les historiens littéraires Ion Simuţ, Alexandru sasu, Aurel Goci, etc. Dumitru Micu dans DGLR VI, 137-138, Dumitrache 2015) est le suivant: Teodor Scortescu (Théodore Scortesco) est né à Iasi le 14.1.1893 (sn) étant le fils d'Alexandre Scortesco, fonctionnaire et Pauline n. Orășanu. Il est diplômé de l'Iasi International High School en 1913, de la Faculté de droit de l'Université de Iasi (1917), passant à la diplomatie en 1920 et étant rattaché à la légation de Constantinople le 1.X.1921. Il fut donc attaché à la légation de Roumanie en Turquie, passé à la légation d'Athènes (1.I.1922), en 1923-1928, au ministère des Affaires étrangères, où il est devenu secrétaire de classe I (1.X.1928). Il reviendra à la légation roumaine à Ankara (1.X.1928), à Helsinki et à Riga (1.VII.1930, depuis le 15.XII.1930 comme secrétaire de la légation de Riga). Deux rapports diplomatiques de Theodor Scortesc0: Lutte contre le communisme en Lettonie (Riga, 22.XI.1933) et visite de M. Beck à Tallinn et à Riga (Riga, 28.VII.1934), Józef Beck étant alors ministre des Affaires étrangères de Pologne). Il a été nommé conseiller principal (15.IV.1934) et détaché auprès du secrétariat permanent de la Petite Entente (Prague, le 1.V.1937) rappelé dans le pays en tant que directeur adjoint de la Division des affaires consulaires (15.I.1939). envoyé en Suisse (Berne, 1.VII.1939), Saint-Siège (15.VII.1940), depuis 1942 consul général à Istanbul, ministre plénipotentiaire cl. II. (1.III.1943). En 1944, retournant au Saint-Siège, chargé d'affaires avec le gouvernement italien (15.XII.1944), démissionna le 18.IV.1946 (Goci 1997, VIII).

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Lun 25 Mar 2019, 10:07 am

-5-

Il épousera Livia Borghese à Vienne en 1930. Depuis 1950, il est rapporté à Buenos Aires. En ce qui concerne la date de son décès, les données sont contradictoires : certains l'annoncent mort en Italie après 1946 (DSR 2002, 201-203 ; Sasu 2006, 548) ; d'autres en 1976 et en Italie (DGLR VI, 137-138, Dumitrache 2015). A ces données s'ajoutent les observations de Paul Cernat et Bogdan Cretu (Cernat-Creţu 2009) qui affirment que Théodore Scortesco est mort en 1968. Le vaste espace de la recherche de l'historien littéraire sera consacré à l'œuvre publiciste, Théodore Scortesco qui débutera en Lasi avec 3 sonnets (Grenouilles, De l'âge de pierre, Salomée), poursuivant avec des pièces (L'Art de l'amour, Tanti Viorica et le cochon d'Inde, La fin du monde - Le dernier écrit en français, traduit par Al. O. Teodoreanu -Pastorel), cultivant le genre aphoriste (Fum), le roman (Popi 1922 - qui décrit une histoire du temps de la révolution de Venise,  Popi est un anthroponyme ; Concina prădată - Le roman qui évoque Lasi du début du siècle.) Théodore Scortesco poursuivra son activité d'éditeur en exil à Buenos Aires, publiant rarement des aphorismes, de courts essais ou un roman (Magie blanche). Les données du cyberespace ne nous ont pas permis de compléter et de corriger les données précédemment synthétisées.

Du père de Théodore Scortesco appartenait à la noblesse Moldave, la famille Scortesco étant un boyard, un ancêtre de l'écrivain Alexandre Scortesco, et sa grand-mère paternelle étant un membre de la famille Ghika. Les Cyber Pages dédiées à la Généalogie fournissent des informations intéressantes :

I) Constantin Ghika Şerbăneşti (1812-1883, Piatra Neamţ), fils du Grand Vornic Dimitrie Ghika (né en 1781) sera marié à Catherine Catargi, de ce résultat matrimonial:

1. Hortansa, marié à Aristide Rosetti-Bibica.
2. Adèle 1842 Piatra Neamt -1919, Iaşi) mariée en 1866 à Piatra Neamţ avec Georges Scorţesco.
3. Clémence (1848-1880)
4. Léon (1849 -1881)
5.  Eugénie (1859-1922) mariée à Nicolas Catargi  
6. Catherine (+ 1889, Iasi)

(cf. http://www.ghika.net/Branches/Dimitrie_T-K-S.pdf
II) Sofia Ghita (1836-1908, Iasi), fille de Nicolas Ghika Budesti (1807-1853, Iasi) et Elène / Ilinca Rosetti, va se marier à Iasi, en 1854 avec Georges Scortesco, et la deuxième fois à Iasi en 1866 avec Nicolas Ceaur-Aslan (1832-1902, Bucarest)
(cf. http://www.ghika.net/Index_18/ai01/ai01_162.htm


A suivre...


Dernière édition par Monique le Jeu 28 Mar 2019, 3:39 pm, édité 1 fois (Raison : Correction du lien.)
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mar 26 Mar 2019, 9:06 am

-6-

Aucune des pages généalogiques n'offre de données supplémentaires sur Gheorghe Scortesco. Nous ne pouvons pas compter sur ces pages s’il y a deux personnes différentes, ou si lui, Georges Scortesco, divorçant de Sofia Ghika, a épousé plus tard Adèle. Dans la nécrologie parisienne de Paul Scortesco, signée par les familles de Ghika, Catargi et Borghese, nous pouvons en déduire qu'il est originaire de la branche Ghika-Şerbăneşti et que nous trouverons des informations utiles dans deux autres journaux. Constantin Sion, dans son Archovondologie de Moldoveive, a déclaré à propos de la famille Scortesco:
"Scortesco-Moldoveni, vieux mâles et scouts de Scurtesti, le comté de Hârligăturei, qui avait l'âge de 90 ans. D'abord, Toader Scortesco, de mazil est devenu un capitaine, l'un d'eux était un saint et un autre ftori-cuprincă, et ensuite, Nostas Scortesco est devenu entraîneur. Alecu, le pied de Nistor, prenant Plohira en 1814, la fille de Constantin Aslan, la fille du poète, après son mari, son frère, Jean Sturza, ils en firent un chapelier, le frère de Năstasa, le domestique Jean, ayant deux filles : Iftimi et Philippe étaient tous les deux des cohortes, mais Iftimi est mort de l'holocauste, et Philippe est aussi le vieux Holt. ou deux ". (Sion 1973, p. 253-254). Constantin Sion a écrit son archéologie dans les années 1840-1857 (Sion 1973, p.XXIII). Donc Georges / Iorgu Scortesco était le fils du chapelier Alexandre Scortesco. Comme Alecu (Alexandre) Scortesco n'a pas baptisé ses enfants avec des noms identiques, Georges Scortescuo son fils, est le même avec celui marié à Sofia Ghyka-Budeşti et le même avec Adèle Ghyka-Şerbăneşti. L'historien Radu Rosetti (1853-1926) à Amintirilesale consacre un portrait savoureux à Iorgu (Georges) Scortesco, le premier marié avec Sofia Ghyka-Budesti. Iorgu était un peu bavard, il parlait avec frénésie et après quelques mois, son mariage fut brisé par Nicolas Ciaur Aslan. Iorgu se moquait des vers d'Alfred de Musset, responsable de la rupture du mariage, souriant dans les salons des boyards moldaves. (Rosetti 2015, p.637). Ainsi, Alexandre G. Scortesco est le neveu du chapelier Alexandre Scortesco, le chapelier, par l'intermédiaire de sa mère Profira, étant apparenté au prince de Moldavie, Ionita Sandu Sturza (1762-1842, prince de 1822-1828), mère de Profirei, grand-mère du chapelier, sœur du prince. Cela explique pourquoi Georges Scortesco a été accepté comme parent dans les branches de la famille Ghyka.

Écatérina Catargiere, conservateur d'État conservateur, Lascar Catargiu (1823-1899), tous deux petits-enfants du grand visiteur Iordache Katargiu (voir : http://aristoromania.blogspot.com/2009/07/catargiu-family-2.html). les fils de Georges Scortesco et Adèle Ghika étaient Alexandre Scortesco, né probablement entre 1867 et 1868, diplômé du lycée international de lasi en 1886 (voir Smile http://www.colegiulnationaliasi.ro/fosti_elevi/1828_2015/1881_1890.pdf La bibliographie roumaine moderne mentionne qu'un Alexandre G. Scortesco a publié la thèse de licence en droit, soutenue à l'Université de Mihailean en 1901: À propos des quasi-contrats en droit roumain et roumain.

A suivre...


Dernière édition par Monique le Jeu 28 Mar 2019, 3:52 pm, édité 1 fois (Raison : Correction des liens.)
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mer 27 Mar 2019, 12:52 pm

-7-

Thèse 7 pour la licence soutenue par Alexandre Ge. Scortesco. Iaşi (Tip H. Goldner), 1901. (24 x 16). 55 p. (Faculté de droit de lasi) (II 409220). (cf. http://www.biblacad.ro/bnr/brmautori.php?aut=s&page=510&&limit=10). C'est possible pour le père Scortesto doit avoir obtenu son diplôme de la faculté précédente, en tant que fonctionnaire, et après être devenu avocat. Comme il est possible que cet Alexandre G. Scortesco est le fils de Georges Al. Scoretsco (1858-1900), oncle d'Alexandre Scortesco, diplômé de 1886. Tous les diplômés du lycée international de lasi apprennent que Paul A. Scortesco diplômé de l'Internat High School en 1911 et Théodore Scortesco 1913 (cf. http://www.colegiulnationaliasi.ro/fosti_elevi/1828_2015/1911_1920.pdf). Il s’ensuit que Paul, qui s’est vu attribuer l’année de naissance en 1895, a terminé ses études secondaires à 16 ans et son frère à 20 ans. En réalité, c’était le contraire, Paul étant né en 1893 et ​​Théodore en 1895. L’Année de naissance correcte de Théodore Scortesco est donc 1895.

Le mariage du diplomate Théodore Scortesco avec la princesse Valérie Borghèse a eu lieu à Vienne en 1930. La princesse Livia Borghese était la fille du prince Livio Borghese (1874-1939) et de Mme Valerie Keun (1880-1956), ainsi que la sœur de la princesse Flavio Borghese (1902-1980) et du très connu "Prince noir" Valerio Junio Borghese (1906-1974). Pour l'édification, nous présentons les titres héraldiques du prince Valeria Borghese, de son frère Flavio et d'elle, tels qu'ils ont été fournis par un site du patrimoine italien, écrit par Marco de Lupis, prince de Santa Margherita, un expert en noblesse italienne :

Cf. http://www.famiglienobilinapolitane.it/Genealogie/Borghese.htm:

Prince N.H. Don Livio (* Villa Taverna 13-8-1874 + Athènes 29-11-1939), 11° prince de Sulmona, 11° prince de Montecompatri, 11° prince de Vivaro, 12° prince de Rossano, 11° duc de Palombara, 11° duc de Poggio Nativo, 11°ème duc de Canemorto et Castelchiodato, 11° marquis de Mentana, marquis de Norma, marquis de Civitella Vicovaro, marquis de pratique, marquis de Moricone et marquis de Percile, 11°comte de Vallinfreda, 11° Baron de Cropalati, Prince romain, noble romain Coscritto, Seigneur de Scarpa, Castelvecchio, Collepiccolo, licencié, Monteporzio, Montorio dans la vallée, Cretone, Morlupo, Olevano, Poggio Moriano, Prétescia, Pozzaglia, Stabia et Stazzano 1927/1939, Nouvelle-Zélande , Patrizio Veneto (titres confirmés par décret ministériel 7-6-1928) et Grande di Spagna en première classe.

A suivre...


Dernière édition par Monique le Jeu 28 Mar 2019, 3:25 pm, édité 1 fois (Raison : Correction du liens.)
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Jeu 28 Mar 2019, 3:01 pm

-8-

= Smyrne 31-7-1901 Valeria Ken (* Smyrne 1-3-1880 + Catania 19-1-1956), annulation de Rome 31-5-1911.C1.Principe N.H. Don Flavio (* Smyrne 2-5-1902 + Catane 28-3-1980), 12° Prince de Sulmona, 12° Prince de Montecompatri, 12° Prince de Vivaro, 13° Prince de Rossano, 12° Duc de Palombara, 12° Duc de Poggio Nativo, 12° Duc de Canemorto et Castelchiodato, 12° Marquis de Mentana, Marquis de Civitella Vicovaro, Marquis de pratique, Marquis de Moricone et Marquis de Percile, 12° comte de Vallinfreda, 12° Baron de Cropalati, Seigneur de Scarpa, Castelvecchio, Collepiccolo, Montefortino, Licence, Monteporzio, Crétone, Morlupo, Olevano, Montorio, Valle, Poggio Moriano, Pétescia, Pozzaglia, Stabia et Stazzano, Noble Roman Coscritto, Grande-Bretagne première classe 1939 , Noble de Corneto, Patrizio Napoletano, Patrizio Veneto, Patrizio Genovese, Prince Romano; Monsieur de la Cour de la Reine d'Italie, Chevalier de l'Ordre des Saints Maurice et Lazare, Commandeur de l'Ordre de Léopold II, Commandeur de l'Ordre de la Couronne d'Italie, Étoile d'or de première classe pour son mérite rural.

= Catane 10-1-1927 Donna Angela Paternò 7° princesse de Sperlinga de Manganelli, fille et héritière du prince Don Antonio Alvaro et de Vittoria Contessa Caprara (* Taormina 27-2-1902 + Catane 6-8-1973)

C2. N.H. Don Junio Valerio (* Rome 6-6-1906 + Cadix 26-7-1974), Noble Romano, Noble de Corneto, Patrizio Napoletano, Patrizio Veneto et Patrizio Genovese; Capitaine de frégate, médaille d'or à la Valoré Militaire, chevalier de l'ordre militaire de Savoie; célèbre héros de guerre, commandant de la flottille X M.A.S. = Florence, 30-9-1931 Daria Contessa Olsuffiev, fille du comte Vassili Alexeevich et de la comtesse Olga Pavlovna Shuvalov (* Moscou 5-6-1909 + Rome 4-2-1963)

C3. N.D. Donna Livia (* Beijing 10-9-1908 + Buenos Aires 9-1975, s.n.), Noble Romana, Patrizia Veneta et Noble de Corneto.

= Vienne 28-7-1930 S.E. Théodore Scortesco, ambassadeur de Roumanie (* Yassy 14-1-1895 +?).

C4. N.H. Don Virginio (* Caire 21-2-1911 + Paris 19-4-1965), Noble Romano, Noble de Corneto, Patrizio Napoletano, Patrizio Veneto et Patrizio Genovese; décoré de la Croix-Rouge du mérite militaire. = Rome le 28-07-1949 Donna Giulia des Princes de Torlonia (* Rome le 30-12-1924)


Voir aussi :  http://www.famiglienobilinapolitane.it/Genealogie/Borghese.htm

 Nous ajoutons aussi que le grand-père de Livio Borghese, le prince Paolo Borghese (1845-1920), était marié à la comtesse Ilona Appony de Nagy-Appony (1848-1914) et le nom complet de la femme de l'écrivain roumain était Livia Valeria Nuelian Camilla Rodolfa Maria Borghese, qui restera à Buenos Aires en septembre 1975. La famille Borghese a admis dans l'Église un Pape, Camillo Borghese (1552-1621), arrivé comme Pape Paul Paul V (16.V.1605-28.I.1621), la famille étant d'origine siennoise, appartenant au patriarche de l'époque. Nous rappelons que les documents généalogiques de la famille Borghese indiquent correctement la date et le lieu de naissance de Théodore Scortesco : lasi, 14.I.1895.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Javier le Jeu 28 Mar 2019, 5:02 pm

La famille Borghese a admis dans l'Église un Pape, Camillo Borghese (1552-1621), arrivé comme Pape Paul Paul V (16.V.1605-28.I.1621), la famille étant d'origine siennoise, appartenant au patriarche de l'époque.

Wow! Ahora ya no me sorprende en absoluto que el valeroso Príncipe Paul Scortesco se dedicara en cuerpo y alma a defender a Ntra. Santa Madre la Iglesia contra los lobos sanguinarios que ocuparon el Vaticano a partir de la muerte de Pío XII, y en especial, contra la maldad y la perfidia del herético Montini-Pablo 6. El Sr. Scortesco sentía el daño hecho contra la Iglesia como hecho a sí mismo, y jamás calló ante la destrucción imperante, sino que confesó valientemente y denunció a los usurpadores con nombres y apellidos.

¡Descanse en paz, valiente soldado de Cristo Ntro. Señor!

Muchas gracias por la traducción del dossier, estimada Monique. Estoy seguro de que vamos a descubrir datos muy reveladores sobre tan importante y desconocida figura del catolicismo.
Javier
Javier

Nombre de messages : 3067
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Jeu 28 Mar 2019, 6:20 pm

Spoiler:

Javier a écrit:
La famille Borghese a admis dans l'Église un Pape, Camillo Borghese (1552-1621), arrivé comme Pape Paul Paul V (16.V.1605-28.I.1621), la famille étant d'origine siennoise, appartenant au patriarche de l'époque.

Wow! Ahora ya no me sorprende en absoluto que el valeroso Príncipe Paul Scortesco se dedicara en cuerpo y alma a defender a Ntra. Santa Madre la Iglesia contra los lobos sanguinarios que ocuparon el Vaticano a partir de la muerte de Pío XII, y en especial, contra la maldad y la perfidia del herético Montini-Pablo 6. El Sr. Scortesco sentía el daño hecho contra la Iglesia como hecho a sí mismo, y jamás calló ante la destrucción imperante, sino que confesó valientemente y denunció a los usurpadores con nombres y apellidos.

¡Descanse en paz, valiente soldado de Cristo Ntro. Señor!

Muchas gracias por la traducción del dossier, estimada Monique. Estoy seguro de que vamos a descubrir datos muy reveladores sobre tan importante y desconocida figura del catolicismo.

Traduction approximative:
Wow ! Je ne suis pas du tout surpris que le courageux Prince Paul Scortesco se soit consacré corps et âme à défendre Notre Sainte Mère l'Église contre les loups sanguinaires qui ont occupé le Vatican depuis la mort de Pie XII, et surtout contre le mal et la perfidie de l'hérétique Montini-Paul 6. M. Scortesco sentait le tort fait à l’Église comme à lui-même, et ne se taisait jamais face à la destruction qui prévalait, mais confessait et dénonçait courageusement les usurpateurs avec leurs noms et prénoms.

Repose en paix, brave soldat du Christ Seigneur !

Merci beaucoup pour la traduction du dossier, chère Monique. Je suis sûr que nous découvrirons des faits très révélateurs sur une figure aussi importante et inconnue du catholicisme.
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Ven 29 Mar 2019, 11:12 am

-9-

Mais la famille aristocratique Théodore Scortesco et Livia Borghese avait (et a eu) progéniture, Théodore Scortesco et Livia Borghese ayant les enfants suivants: 1) Dominic, n.1934 ?, probablement mort peu à peu. 2) Doina Scortesco mariée à Zabala Atucha, née le 12.12.1934 à Riga, Lettonie, et ayant une fille, Paula Virginia (née en 1960)
https://ident.familysearch.org/cis-web/oauth2/v3/authorization?client_secret=eviUddjMHC0jVnBPzjZluuf3VdZMtZ86a%2F40LQnIR7NCxrK8u%2FRbWEkhL7B8HssFIUWiILnhZE%2B70Hifao54D0BNUbp6FOJzP%2FfJSKEZIQWKjYkumKwQxnp2uDG0UbuQjzk8Vo0FFAvWLFJcS7zNB27GM%2BMHPdm0Vf2ZnKjhIDg7e%2BmBi3S5k1leeomZ3b%2BhH4ZUWrhCMFbK61HasYAAwpTNQuIo8jBjvFXH0e3KvKTsbM8GZIt9xqLDWBv%2Biw9np3ui2QfZkiuWfdaAa7MG3g8aWQ9MWZgKtUHULFZccVFZN5OC4fUblRbb8SfeRD3s1kcJ%2BporBqFYHP3r6hAchA%3D%3D&icid=hr-signin&response_type=code&redirect_uri=https%3A%2F%2Fwww.familysearch.org%2Fauth%2Ffamilysearch%2Fcallback&state=https%3A%2F%2Fwww.familysearch.org%2Fark%3A%2F61903%2F1%3A1%3AV1SD-RCN&client_id=3Z3L-Z4GK-J7ZS-YT3Z-Q4KY-YN66-ZX5K-176R
3) Camillo Vladimir Scortesco / Escortzesco, n.  6.8.1937 Prague, décédé le 13.2.2010 à Buenos-Aires:
https://ident.familysearch.org/cis-web/oauth2/v3/authorization?client_secret=HWq%2FlXmmzxDVIOWkIzpgPBJqisWC1RrWT7T00jUJQhC68fFnwuK0tbPkoDNYVW87TSujjOW9Ip41OnW0vuKxVLNGuEpJcc3Ibwr05sfj5POwyM%2BBqLzsPyZYOTzLZmVTczgs9cIonxyXewwsERSje6iWvIS%2FGvE3Fg7xdIrRs8Lxmvk46t%2Fdhqwwoc6sNAHHxiq69y97YyHCptUGrQ2fQFg3a9V2oCvIQrCmx4EZrWmIM0N%2B5xfieh9VFxTstY%2BkYewr0aZ3jZW1pQZ%2BrcY5Mvvru%2FhD8idmb%2F%2BBkNtC0qGxqCtoal5UB1VSE1bff51dQgq0QvaE%2BWLZv3oLcwdoHQ%3D%3D&icid=hr-signin&response_type=code&redirect_uri=https%3A%2F%2Fwww.familysearch.org%2Fauth%2Ffamilysearch%2Fcallback&state=https%3A%2F%2Fwww.familysearch.org%2Fark%3A%2F61903%2F1%3A1%3AVJ1Y-6KX&client_id=3Z3L-Z4GK-J7ZS-YT3Z-Q4KY-YN66-ZX5K-176R
Nécrologie : http://aquendevecinal.blogspot.com/2010/03/recordando-camilo-escortzesco.html

Il épousa Joséphine Barca le 7.7.1962, ayant également 3 enfants :
2a. Alvaro
2b. Valeria
2c. Mariana

4) Paola Maria del Sol, de Chateaubriand, n. le 30.9.1939 à la Pietra Santa, en Italie,
https://ident.familysearch.org/cis-web/oauth2/v3/authorization?client_secret=thHUFa1IThqUbHvHfoSaurH5c1m%2FTNWJO2NTOL89PcOdxnYkPAjlOQVnYYJMcb7ONdNjm28x%2FlR0tpWY%2FS8SOKDAt1f0%2Bw6CNgFSXSMOZ12ZDM6g%2FlHJ9ptcirAmu6pH2VQuNBhcOmR7aBKz39MUY1L2OBQs3lZ3comhQPoTSp1rAEZh79Tiw75pe3hJsRGdYamj15l1edt6EJ8VpJHSses6M%2FNrllpBxjnTASfU6IzSoldXsgmtfqPT5%2BMVDSz4Op26C6sIJ4VUNbi5m3VfXEZbABQh1F%2FWfxGztO6vwuNOO3SEnN8WQfTWLOWR%2BtNYlUJXFOsrB1ZoyinosgUbKQ%3D%3D&icid=hr-signin&response_type=code&redirect_uri=https%3A%2F%2Fwww.familysearch.org%2Fauth%2Ffamilysearch%2Fcallback&state=https%3A%2F%2Fwww.familysearch.org%2Fark%3A%2F61903%2F1%3A1%3AV139-35C&client_id=3Z3L-Z4GK-J7ZS-YT3Z-Q4KY-YN66-ZX5K-176R
Les données ont été fournies par le site de généalogie family search.org, où les certificats d'immigration délivrés par des fonctionnaires brésiliens ont été publiés. Il est à noter que les trois enfants ont émigré à la citoyenneté italienne et que le nom espagnol de Scortzesco à Escortzesco est un processus naturel dans l'espace argentin. Aurel Goci mentionne l'existence d'un fils, né en 1934, il se souvient de Doina Ecaterina née en 1935 (par erreur), il propose l'année exacte de la naissance de Camillo-Vladimir mais ignore Paola del Sol. (Goci 1997, VIII). Probablement Dominic est né au début de 1934, mais est mort de petits actes argentins ne le mentionnant pas.

La carrière diplomatique de Théodore Scortesco fut couronnée à Rome par sa décoration par le Pape Pie XII. Le Journal officiel du Saint-Siège a enregistré que le 29 janvier 1945, Théodore Scortesco, ministre plénipotentiaire, conseiller de la légation roumaine au Saint-Siège, a reçu le titre de Commandeur de l'Ordre Pontifical de Saint Grégoire le Grand (Voir Journal Apostolique, 1945, XXXVII, n° 4, p.127). Il a été rappelé dans le pays le 1.8.1945 mais en évaluant correctement la situation n'a pas répondu à l'invitation.

Il a prétendu être impliqué dans la succession de la Journée. Monbel, sa belle-sœur. A partir du 18 juin 1946, il démissionne du ministère des Affaires étrangères (avec l'arrivée au pouvoir du gouvernement Petru Groza) (Goci 1997, VIII). En fait, la princesse Camilla Borghèse (1869-1944) se marie pour la deuxième fois avec Raymond Bailin de Montbel, l'ambassadeur (+1917) est la sœur du père de la princesse Livia Borghese-Scortesco, donc tante, pas une belle-sœur. Refusant de retourner dans le pays à la suite des décrets abusifs du gouvernement communiste (loi du 20.12.1947 modifiant et complétant le décret-loi no 877 / 8.12.1940), Théodore Scortesco a perdu sa citoyenneté roumaine. À ce moment-là, la princesse Livia avait un rôle providentiel, et elle a réussi à obtenir sa citoyenneté italienne pour sa famille. Avec cette citoyenneté, il était plus facile d'émigrer que d'être une personne apatride.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Sam 30 Mar 2019, 9:58 am

-10-

En 1948 (probablement à cause de la situation tendue de l'Italie), Scortesco avec sa femme et ses enfants émigra en Argentine, le diplomate reprenant son travail littéraire en 1949. (Pour l'histoire de la communauté anticommuniste roumaine en Argentine, voir l'œuvre monumentale consacrée à l'exil roumain d'Aurel Sergiu Marinescu - Marinescu VII, 328 et Marinescu VIII, 394-430). Théodore Scortesco se retrouvera ici avec un noyau roumain de droite, mais aussi avec une Mission de l'Église Unie Roumaine, la Princesse Ileana de Habsbourg (sœur du roi Carol II) et les anciens ministres Grigore Manoilescu (+ 30.IV. 1963, Alicante-Espagne, pour lui voir Buzatu 1996, 111) et Radu Ghenea (1907 Bucarest -1973, Paris, enterré à Madrid, cf Buzatu 1996, 104 avec erreurs, et Pelin 2002, 144). Gregory Manoilescu (le frère de Mihai Manoilescu) sera l’un des premiers éditeurs roumains dans Exil, à Valle Hermoso (près de Buenos Aires, pour lequel travaillera Manolescu 2003, 270-272).

Scortesco publiera la Magie Blanche en 1952. De temps à autre, le diplomate sera publié dans le journal de la Mission unie de Roumanie - Le Clergé chrétien (1951-1953), un magazine dont Mons. Dr. Ioan Dan (1917 Vadul Crisului -1986, Buenos Aires) et Mons. Dr. Gheorghe Russu / George Rus (+ 1996) est arrivé de Rome en 1949, quittant Buenos Aires en 1954 aux États-Unis. Le Regard Magazine, publié à Munich entre 1950 et 1953, un magazine de culture œcuménique chrétienne (catholique-orthodoxe) mentionnée dans le n° 12 (novembre), 1951, II, p. 4 le premier numéro du Courrier chrétien à Buenos Aires, numéro auquel les princes Ileana, Vintilă, Horia et Théodore Scortesco. Ce dernier est allé au catholicisme très probablement dans les années 1930, afin de célébrer le mariage avec la princesse Valeria Borghese.

L'Essai de Scortesco sur les Italiens (Christian Courier 1952, II, Jan-Mart, pp. 55-56) démontre pourquoi les Italiens n'ont pas pu être pénétrés par le fascisme dans leur être, ayant une propension à l'universalité grâce à l’Église catholique. C'est pourquoi, selon lui, la Curie papale n'avait pas besoin d'une internationalisation très intense, les curieux cardinaux et ses serviteurs étant imprégnés de cet esprit.Les œuvres de Scortesco ont été accueillies favorablement par d'autres écrivains littéraires de cette époque à Buenos Aires: le professeur d'université et ancien directeur de l'école roumaine à Rome Dumitru Găzdaru (18.I.1897 Griviţa, Ialomiţa -8.VI.1991 Buenos Aires, à son sujet Buzatu 1996, 101-102, Pelin 2002, 137, Manolescu 2003, 328-329), Ion Mânzatu / Nello Manzatti (5.II.1905 Bucarest -5.II.1986 Milano, Manolescu 2003, 484-485), Vintila Horia (Horia Caftangioglu 1915-1992, puis en Argentine, cf. Pelin 2002, 163-165), Toader Ioraş (1909-1982, cf. Buzatu 1996, 110).

Plus tard, Theodor Scortzescuva a collaboré avec le dramaturge français contemporain Charles de Presles (1918-2007), avec lequel il écrira une pièce de théâtre en 4 actes, qu'il enregistrera à la Bibliothèque du Congrès américain (1958). Nous ne savons pas encore ce que Théodore Scortesco a maintenu en Argentine (le principe de Borghese n'est pas exclu). En 1962-1963, ses enfants émigreront à Rio de Janeiro, puis rentreront en Argentine. Paola Escortzesco (sa jeune fille) mariée à Chateaubriand émigrera à Seattle aux États-Unis en 1990. Le fils de l'écrivain, Camillo Scortesco / Escortzesco, sera intéressé par la pédagogie, étant enseignant et bienfaiteur d’un jardin d’enfants à Buenos Aires.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Dim 31 Mar 2019, 10:44 am

-11-

Il est vrai qu'après 1966, les noms de Théodore Scortesco dans les bibliographies réalisées par les magazines culturels d'Exile n'apparaissent plus. Comme aucune nécrologie n’aurait pu la repérer (cela ne suppose pas que cela n’existerait pas!). La date de sa mort serait inconnue s'il n'était pas utile de mentionner un processus de succession après Livia Borghese di Scortesco et Théodore Scortesco, mené le 7.6.1979 (Journal officiel de l'Argentine 1979, LXXXVII, 7.6.1979, partie 2 Judiciales, n ° 24.181, p.10). Sachant que Livia Borghese Scortesco est décédée en septembre 1975, il est clair que la succession des biens communs ne pourra être réalisée qu'après le décès de son mari, le diplomate roumain Théodore Scortesco. Il est donc très probable qu'il soit passé à celui de Buenos Aires en 1979.

Après la liste des diplômés du lycée de lasi, nous notons que Paul A. Scortesco a obtenu son diplôme de lycée en 1911. Il s'agit du frère de Théodore Scortesco. Diverses sources éditées ou cybernétiques lui donnent l'année de naissance en 1895, ce qui signifie que Paul Scortesco aurait eu 16 ans à la fin de ses études secondaires. Pâques tôt le matin... L'année de naissance correcte est en fait 1893, étant confondue avec celle de son frère, 1895, peut-être aussi à cause du chiffre traditionnel à 3 chiffres. A partir des sources éditées, nous pouvons reconstruire ce qui suit :

Paul Scortescu / Scortesco - il est né à lasi en 10.5.1895 (l'année est offerte de telles sources éditées -corect est 10. 5.1893, n.n.), il a été naturalisé français en 1924, étant un combattant dans les deux guerres mondiales. Diplômé de la prestigieuse École Nationale des Beaux-Arts, il est l'élève de Jean Pierre Laurens (1875-1933) et de Fernand Anne Pierre Cormont (1845-1924). Il expose au Salon de l'Indépendance des Tuileries (1926), devient membre associé du Salon National, ayant des expositions officielles à Rome, Athènes, Le Caire, Lisbonne, Rio de Janeiro et Buenos Aires. Il peint à Venise, dans la domination de la Palestine, en Espagne, en Hongrie.

 Ses tableaux ont été acquis par les musées d'Athènes, du Caire, de Lisbonne, de Portul Saint-Tropezin acheté par l'État français et par Les Fratellini par la Municipalité Parisienne pour la ville de New York. Il est considéré comme le représentant de l’École Française de Peinture (Bénézit VII, 1966, p.682). Paul Scortesco est également mentionné dans le catalogue d'Adrian Darmon (Darmon 2003, 198), le mentionnant comme peintre roumain, il vécut entre 1895 et 1976, fut naturalisé en 1926 en France et peint en Palestine.

A ces données, Maiputtem ajoute l'existence d'un catalogue d'invitation de 1920 qui indique que Paul Scortesco-Scott a exposé à Paris entre 17.6. - 9.7. 1920 aux Galeries Devambez (on ne peut pas dire pour l'instant ce que le nom Scott a ajouté), et en 1937 il a représenté entre autres la Roumanie à l'Exposition universelle de Paris avec un tableau intitulé La naissance du peuple roumain. (Vitanos 2011, 251-252). En France, il est également entré en contact avec des environnements aristocratiques russes en exil, avec une représentation des portraits des principes de Félix et Irina Iusupov. En Roumanie, il publie dans le magazine Gandireaun une étude sur les tendances actuelles en matière de peinture contemporaine de sa jeunesse, puis dans la prestigieuse Revue des deux mondes, article de synthèse sur l'essence de l'art chrétien dans lequel sont analysées les cathédrales et les monastères occidentaux de la Moldavie.  

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Lun 01 Avr 2019, 11:51 am

-12-

En 1946, une expérience spirituelle le mènera au catholicisme romain, devenant un fervent défenseur de la défense de la tradition occidentale mais aussi de Perène France. À partir de 1952, il travaillera comme journaliste motivé, soit sur des thèmes patriotiques français, soit sur des thèmes spirituels. Il fait ses débuts avec les Nouvelles éditions Latines (qui publiera également Emil Cioran), recevant l'évaluation de Gustave Thibon (1903-2001), qui reliera une approche idéologique à celles de Gabriel Marcel (1889-1973). Le concile Vatican II (1962-1965), et en particulier le pontificat Paul VI (1963-1978), amènera Paul Scortesco à coordonner son activité journalistique avec celle des catholiques intégristes français. La Boulogne sera la collaboratrice du magazine Lumière, avec son éditeur Michel Duchochois et les déconditions Jean Dequeker, Pierre Müller, Bernard Wacogne. Une revue paraîtra en 1962 au format miméographique, faisant de Paul Scortesco en 1976 ( cf. www.saintlouisbourgogne.com/?page_id=140). *(LA PAGE NE FONCTIONNE PAS.)

Le paysage catholique traditionaliste français était alors (Airau 2009), représenté par le célèbre archevêque Marcel Lefebvre (1905-1991), P. Georges de Nantes (1924 Toulon -2010, St Parrès les Vaudes), Raymond Dulac (1903-1987) du Courrier de Rome, Marcel de Corte (1905 Genappe -1994 Tiff) recteur de l'Université de Liège, Mons. François Ducaud-Bourget (1897 Bordeaux -1984 Saint Cloud), P. Noël Barbara (1910 Tours-2002 Tours), P. Louis Coache (1920 Ressous sur Matz -1994 Beaumont Pied de Boeuf Mayenne) Jean Madiran (Jean Arfel 1920 Libourne Gironde -2013 Suresnes) ou Louis Jugnet (1913-1973) (à propos de lui et de sa correspondance avec des personnalités de la tradition militante catholique, voir Dounot 2015). Ce dernier appréciera les études de Paul Scortesco, qu'il considère comme un diagnostic optimal de la crise de l'église (Dounot 2015, 343). Le spectre politique des traditionalistes catholiques français sera varié entre les souverains (De Corte), les Gaulistes de la Résistance (Ducaud Bourget), les Pétainistes (Georges de Nantes), etc. Dans cette entreprise, Paul Scortesco se trouve et sera apprécié en tant que défenseur organique de la Tradition. Essais et brochures révéleront implacablement ces déviations, l'incohérence du nouveau rituel liturgique promulgué par Paul VI, la trahison de la hiérarchie occidentale en faveur des philosophies de gauche, l'utilisation perverse de l'obéissance communautaire utilisée pour démolir les structures ecclésiastiques. Il comparera la persécution extérieure de l'Église par les communistes avec les persécutions internes initiées par la secte moderniste. Les héros de la foi seront les évêques et les cardinaux derrière le rideau de fer. Constatant les actions néfastes de Paul VI et ayant des indices de son appartenance à une organisation maçonnique, Paul Scortesco arrivera au terme des vacances de la Session apostolique. Ses articles seraient également traduits en allemand, considérés comme un point de référence pour les traditionalistes allemands. Les intellectuels roumains en exil connaîtront le travail, mais aucun débat académique à ce sujet n’a été trouvé dans la presse. Paul Scortesco vivra à Paris à la Mission Unie de Roumanie (38 rue Ribera) où un mystérieux incendie mettra fin à ses jours dans la nuit du 3 au 4 septembre 1976.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mar 02 Avr 2019, 6:51 am

-13-

Sa mort suspecte concernait également les services de sécurité français (sans exclure un mélange de sécurité roumaine) (Rémi 2015, p. 5, note 2). Bien entendu, les revues religieuses roumaines (en particulier les gréco-catholiques) d’Exil ont gardé un profond silence sur sa mort. Seul le magazine Vatra Review, l’un des plus anciens en exil (1951 Rome -1994 Fribourg), coordonné par le Dr. Petre Vălimăreanu (1909 - 30.1.1994, Freiburg RFG) mentionnera brièvement: "A 3h.09 est mort à Paris, victime d’un incendie, Paul Scortesco "(Vatra, Fribourg, 1976, XXVI, 139, n ° 3, p.4). Une notice nécrologique sera publiée à la fois par Lumière Magazine et par l'allemand catholique Einsicht (Munich, 1977, VI, 6, p. 1). L'incendie survenu dans l'appartement de Paul Scortesco rue Ribera pourrait provenir d'une négligence, d'un dysfonctionnement technique ou constituer un criminel capable de masquer un crime. Aucune explication officielle n’a été donnée et les catholiques traditionnels pensent qu’il s’agissait d’un assassinat.

Voici sa nécrologie annoncée par le magazine dont le collaborateur était: LUMIÈRE, N ° 149 octobre 1976, p.6: (texte déjà traduit en français. - Monique.)

A Dieu Paul Scortesco!
LES FAMILLES SCORTESCO, CATARGI, GHIKA, ET BORGHESE AINSI QUE LA MISSION CATHOLIQUE ROUMAINE FONT PART DU DÉCÈS DE  M. PAUL SCORTESCO RAPPELÉ A DIEU LE 4 SEPTEMBRE 1976. MUNI DES SACREMENTS DE L’ÉGLISE. LES OBSÈQUES ONT EU LIEU LE 13 SEPTEMBRE A PARIS, SALLE WAGRAM.


A Dieu Paul Scortesco!
--------

Notre ami et fidèle collaborateur Paul Scortesco est mort le 4 septembre. Cet octogénaire était l'un des plus jeune de notre équipe. L'un des plus jeunes de la cause catholique et française, à laquelle depuis près de trente ans il consacrait sa vie. Nous qui aurions pu être ses fils ou ses petits-fils, étions parfois dépassés,... (et affolés sur le plan matériel) par son enthousiasme dans le combat.

Notre peine est profonde; car c'était un ami véritable, mais aussi parce qu’il était une image de l'intégrité, de la pureté et du don total.

Artiste peintre il connait le succès dans un monde où il s'enivre de plaisirs. Mais Dieu; comme pour son saint Patron, le jette à terre et se montre à lui. Dès lors Paul Scortesco se consacre à la vérité et au bien.

C'en est fini du succès, d'adulé il se voit méprisé, d'entouré, il se voit honni; de riche, le voilà pauvre ! D'une pauvreté qui va aller croissante jusqu'à sa mort. Il n'aura de refuge qu'à la mission catholique roumaine de Paris où Dieu vient le prendre.

"Les traditionalistes sont des hommes d'argent" affirmait voilà peu le méprisant et plus encore méprisable Boillon évêque de Verdun!

Paul Scortesco est mort dans la pauvreté! Ce Roumain d'origine, allié à certaines des grandes familles d'Europe était devenu Français. Et intégralement Français. Il savait que la France n'est grande dans le monde que lorsqu'elle respecte le Pacte scellé à Reims par St Rémi. Il travaillait à le faire respecter.

Quant à nous, nous n'oublierons pas, que ce collaborateur réputé de nombreuses revues connues, vint à nous de son plein gré, à nous qui n'étions pas grand chose et qu'il ne nous abandonna jamais.

Merci Monsieur Scortesco!

Vous l'avez sans doute, Mon Dieu, endormi "dans votre paix certaine entre les bras de l'espérance et de l'amour". Notre prière monte pour lui, et nous savons que s'il est déjà auprès du Père, il les transformera en grâces pour les chrétiens écrasés sous la botte rouge, pour la France et pour l’Église.

(cf. http://ledoctrinaire.blogspot.com/2015/01/a-dieu-paul-scortesco.html)

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mer 03 Avr 2019, 5:55 pm

-14-

Nous publions la bibliographie (bien sûr incomplète) des frères Scortescu / Scortesco : Theodor Scortzescu (Théodore Scortesco) : (d'après Ion Simuţ, cf Scortesco 1982, pp. 5-18)

1) Scortesco Théodore -Scorţesco, 1914, IX, n°. 3, p.355 /

2) Idem - De l'âge de pierre, dans la vie roumaine, 1914, IX, non. 3, p.356.

3) Idem-Salomé, dans La vie en Roumanie, 1914, IX, n° 7-9, p. 49.

4) Idem-Salon, roman, feuilleton, à Bucarest, 1916.

5) Idem -Art de l'amour, théâtre, non publié.

6) Idem - Tabou Viorica et cochon d'inde, théâtre, non publié.

7) Scorestco, Théodore, Teodoreanu, Al. O. - La fin du monde, le théâtre, inédit.

8) Scortesco, Théodore - Le Mirage des Alpes, théâtre en un acte, traduit par Al. O. Teodoreanu, dans La vie en Roumanie, Iasi, 1921, XIII, n° 9, p.321-334.

9) Idem - D'un donjon, dans La vie en Roumanie, Iasi, 1921, XIII, n° 12, p.329-335.

10) Idem- Folie innocente de la folie, dans la pensée, Bucarest, 1923, II, no. 15, p.205-213.

11) Idem-Popi 1922, la vie roumaine), Iasi, 1928, XX, no 10-11, pp.50-87.

12 Idem-Popi 1922, portrait original de Paul Scortesco, Bucarest, 1930, Ed. Culture Nationale, 144p (2ème édition).

13) Idem-Fum, dans la Revue des fondations royales, Bucarest, 1938, V, N ° 1, p. 43-46.

14) Idem - Conquête parquée, Bucarest, 1939,  Ed. De la fondation pour la littérature et l'art Roi Carol II.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mer 03 Avr 2019, 5:57 pm

-15-

Publié en exil:

15) Scortzesco, Theodor-Angustia dans la Litérature Française , ?, republié dans Journal Litéraire, Bucarest, 2008, 19, no. 5-8, p. 15.

16) Idem - A propos des Italiens, dans le Courrier chrétien. Le messager chrétien Buenos Aires, 1952, II, non. Janvier-mars, pp. 55-56, republié dans le Journal littéraire, Bucarest, 2008, 19, non. 5-8, p. 15.

17) Idem - La contribution bénéfique aux Églises, Republié dans le Journal littéraire, Bucarest, 2008, 19, no. 5-8, p.15.

18) Idem - En passant, ? republié dans le Journal littéraire, Bucarest, 2008, 19, non. 5-8, p. 15.

19) Idem - Personnes en exil, en Roumanie, Buenos Aires, 1949, n° 8, republié dans le Journal littéraire, Bucarest, 2010, 21, n° 13-18, p. 9.

  20) Idem - Magie blanche, Valle Hermoso (Argentine), 1952, Livre de Pribegia. 144p. Une belle critique fera de Nolla, Dem. Ghe. - Théodore Scortesco - L'homme blanc. Histoire. Ed. Livre de Pribegia, à la Conscience  Romain.  Pensée roumaine, Buenos Aires, 1952, II, nr. 4-6, décembre, pp. 273-274.

21) Scortesco, Théo ; Claude des Presles - L'amour de minuit Le camp no. 7. Pièce en quatre actes, enregistrée au registre du droit d'auteur le 28.2.1958, cf. Catalogue des entrées du droit d'auteur. Librairie du Congrès, Washington, 1958, 12, 3-4, No.1, DU 46516. Claude Robert Marie des Presles (Claude Vismet des Presles (1913-2007) était un dramaturge français contemporain de notoriété, comme en témoignent les bibliographies des revues culturelles de l'exil :

cf. Cicala, Ion-Index personnes (1/1962 -25 / 1988), dans la Revue des écrivains roumains, Munich, 1989, 26, 183-190, p. 189:

22)Scortesco,  Théodore - ? . dans la Revue des écrivains roumains, Munich, 1963, 2, pp. 117-119. (L'auteur est mentionné dans l'index Ion Cicala dans cette position, mais je n'ai pas pu trouver le titre.)

23) Scortesco, Théodore - Simple Notes, dans La Revue des écrivains roumains, , Munich, 1964, 3, p.137-138 (cf., Robot en physique de la Roumanie, Journal Culturel , Paris, 1966, 4, p.247). Le fait que la Bibliographie de la revue sponsorisée par la Fondation Culturelle Roumaine Carol Idin Paris ne connaissait pas tous les numéros de la Revue des Écrivains Roumains publiée sous les auspices de la Société Académique Roumaine à Munich montre la difficulté de la communication interculturelle entre les différents centres roumains en Exil.

Répétition dans le pays :

24) Scortesco, Théodore - Félicitations. Édition publiée par Ion Simuţ, Cluj-Napoca, 1982, Maison d'édition Dacia, 315 p. Le volume contient les romans Popi 1922 (p.19-83), le conclave prémédité (p.84-300), le roman D'un Donjon p.301-311) et Aphorismes de fumée (312-314).

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Jeu 04 Avr 2019, 9:22 am

-16-

25) Scorţesco, Théodore - Félicitations, Popi. Édition soignée) et Préface par Auliu GociBucureşti, 1997, Ed.1 + 100Gramar, 207 p.

26) Scortesco, Théodore - La Messe Blanche. Édition éditée par Mihaela Constantinescu, Bucarest, 2000, Ed. Journal Littéraire 128 p.

27-32) Les réimpressions de Journal National sont présentées aux index du n° 14).

Paul Scortesco. Ouvrages publiés :

Dans le pays:

1)Scortesco, Paul –Quelques tendances dans la peinture contemporaine, à Gândirea, Bucarest,  1924, IV, nr. 4, p. 124-126.

En Exil:

1) Scortesco, Paul -Gog et Magog : Face aux deux sources de la décadence moderne, Saint Brieuc, 1952, Ed. Du Cèdre, 173 p.

2) Idem -L`Art chrétien, dans La Revue des deux mondes, Paris, 15 Octobre 1953, p. 731-737.

3) Idem -Vivre !, lettres aux anxieux du temps présent. Préface de Gustave Thibon, Paris, 1953 Ed. Nouvelles Éditions Latines, 126 p., éd. II, 1954

4) Idem -Saint Picasso peignez pour nous ou les deux conformismes, Paris, 1953,Ed. Nouvelles Éditions Latines, 92 p.

5) Idem -Satan, voici ta victoire, Paris, 1953, Ed. Nouvelles Éditions Latines, 139 p.

6) Idem -Amour, qui es tu?, avec une préface de Gabriel Marcel, 1955, Paris, Ed. la Colombe, 285 p.

7) Idem -Un monde en folie: Rhapsodie, 1955, Ed. La Colombe, 136 p.

8) Idem -Occident, tu perds la face ! Instantanés du monde actuel, 1956, Paris, Ed. Ethel, 112 p.

9) Idem -Le Rayonnement de la France pour le pire et pour le meilleur, 1958, Paris, Ed. Du Cèdre, 14 p.

10) Idem - La folie du monde, 1960, Madrid,  Éd. Esceliger Rustica, 231 p.

11) Idem -Tu es né pour le bonheur, 1960, Paris, Ed. Du Cèdre, 152 p.

12) Idem -Hommes d'Église rouges du sang des chrétiens, 1970, Ed. Lumière, 20 p.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Jeu 04 Avr 2019, 9:27 am

-17-

13) Idem -Lettre ouverte a Satan,1969, Paris, Ed. Lumière, 19 p.

14) Idem -Les naufrageurs de l'Église,1970, Paris, Ed. Lumière, 31 p.

15) Idem -Les masques tombent!, 1970, Paris, Ed. Lumière, 32 p

16) Idem -  Mise à jour et œcuménisme lucifériens, 1971, Paris, Imp. Ferrey, Ed. Lumière, 87 p.

17) Idem -Le meurtre de la France, 1974, Paris, Ed. Lumière,

18) Idem -L'heure du Satan, 1974, Paris, Ed. Lumière

19) Idem -Au royaume de l'Antéchrist, 1974, Paris, Ed. Lumière

20) Idem -L'Humanité en agonie, 1975, conférence tenue a Paris, novembre 1975, Diffusion de la Pensée Française, Chiréen Montreuil, 18 p.

Article mentionné dans la  bibliographie revisiter de Culture Roumaine en Exil: L`Église en péril, dans la Défense de Foyer, 1963, Nov.-Déc.., p. 365-69.
Les deux athéismes, en Défense de Foyer, 1963, Nov.-Déc., p.389-392. Plaidoyer de Satan, dans Le Courrier National, Nov.-Déc.
Français, votre liberté fiche le camp, à Paris, 1964, 28 p.
Progressisme, qui es-tu?, dans Défense de Foyer, 1964, Mars, p.119-122.
Caïn, à Défense de Foyer, 1964, Mars, p.133-136.
Le sens sacré du corps humain, à Défense de Foyer, 1964, Avril-Mai, p.193-197.
Absurdité de l`évolution, à Défense de Foyer, 1964, Avril-Mai, p.229-233.
cf) (voir Răboj, dans Être Roumain.) Magazine culturel, Paris, 1965, III, p.202-203.
Le magazine Fiinta Româneascaa a été publié par la Fondation Universitaire Carol I, située en exil à Paris
 (No. 1 apparaissant dans 1963), sous la direction de Mircea Eliade, Vintilă Horia, Virgile Lerunca,
Émile Turdeanu, Virgile Veniamin. En 1968 est paru le n° 6, dernier, cf. Manolescu 2003, 311-312).
Limite Magazine (cf. Manolescu 2003, 450-452), édité à Paris par Virgile Lerunca et Nicolas Petra.
(1909, Sibiel -1985 Mexique) entre 1969 et 1986, enregistré dans l'entrée Reçu à l'éditorial et les œuvres de Paul Scortesco. Dans le n° 5 / décembre 1970, p. 12 sont enregistrés :
 Paul Scortesco –Lettre ouverte à Satan, 1969, Paris, Ed. La Lumière.
Idem –Les Naufrageurs de l ́Église, 1969, Paris, Ed. La Lumière.
Idem –Les masques tombent, 1970, Paris, Ed. La Lumière.
Idem –Messe, Sacrifice ou Sacrilège, 1970, Paris, Ed. La Lumière.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Ven 05 Avr 2019, 9:53 am

-18-

Dans le numéro du 11 décembre 1972, p.16, il est mentionné:

Paul Scortesco -Obéissez ! 1972, Boulogne sur Mère, Coll. Des articles de Paul Scortesco sont parus dans la perspicacité journal Catholique traditionnelle. Je crois que je peux comprendre, revue Catholique Romaine, publiée à Munich, édité par le Dr. Eberhard Heller et le cercle d'Une Voix  (n° 1 / avril / 1971). Le magazine paraît également aujourd'hui et est également disponible sous forme électronique sur la page Web.[url= http://www.einsicht-online.org/.htm:] http://www.einsicht-online.org/.htm: [/url]
Il y a seulement dix ans, dans Regard, 1971, I, n° 1, p. 26-28. Des profondeurs de l'abîme, dans Regard, 1971, I, n.8., P.30-31. Il est temps dans Regard, 1971, I, no.11, p. 6 Théologie de la révolution. La Nouvelle Religion, dans Vue, 1972, II, no 6, p. 28-31. Satan dans l'Église, en inspection, 1972, II, n° 7, p. 28-31.  L'inondation noire, dans Regard, 1972, II, no 7, p. 37-38 ; Vérités de poinçonnage, dans Regard, 1973, II, no 11, p. 20-21. Consultation I, dans Conception, 1973, III, non. 3, p. 17-20. Selon II, dans Regard, 1973, III, non. 4-5, p. 3-12 Selon la Partie III, 1973, III, no 6, p. 15-21.
La trahison de la hiérarchie I, dans Regards, 1974, IV, no. 7-8, p. 220-221. La malédiction, dans Regard, 1975, V, non. 3, p. 109-110. Les yeux s'ouvrent, dans 1975, V, no. 4, p. 159. La trahison de la hiérarchie II, dans Regard, 1975, V, non. 4, p. 194-195. Attention, Église I, dans Regard, 1976, V, no 6, p. 319-321. Attention, Église II, dans Regard, 1976, VI, no 2, p. 82-83. En route vers le goulag d'Arhipel, dans Regard, 1976, VI, n° 2, p.36. Placez les vivants, dans Regard, 1976, no. 3, p. 125. Il y a la mort, La mort de la vie I, dans Regard, 1976, VI, n° 7, p. 153-155 Les yeux s'ouvrent, dans Regard, 1976, VI, n° 7, p. 159-161,
Le support, dans Regard, 1976, VI, no. 4, p. 161. L'observateur publié dans Regard, 1977, VI, no. 6, p. 1,  Ils travaillent à la mort, dans Regard, 1977, VI, no. 6, pp. 225-227. Plaz le Vivant, dans Regard, 1979, IX, no. 209. Paul Scortesco a également été salué dans le monde des Catholiques traditionnels Italiens, le poète florentin Tito Casini (1897-1987) le citant comme son ami dans un de ses essais connus (semblable au style et aux principes des Scortesco) : La fumée de Satan. Au verso vers la dernière discussion, Florence, 1976 (dans le chapitre Il, Le charmeur perfide et rusé , accessible à nous malheureusement seulement en ligne : http://www.latunicastracciata.net/ultimo_scontro/11_US.htm

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Sam 06 Avr 2019, 8:40 am

-19-

Mais Paul Scortesco n'était pas le seul artiste plasticien roumain impliqué dans la doctrine du maintien de la tradition catholique. Mlle Mira Davidoglu / Myra Davidoglou était un partenaire idéal, avec lequel il avait probablement rencontré et échangé des idées. La cyber-page (doublée par un éditeur) écrite par Jean Augy et son gendre, François-Xavier de Hautefeuille, Chiré Diffusion de La Pensée Française, publie une nécrologie complète http://www.chire.fr/A-143503-analyse-logique-et-theologique-de-la-these-dite-de-cassiciacum.aspx. Elle est née dans une famille mixte gréco-roumaine le 14 V.1923. Elle a obtenu son baccalauréat en 1942, s’imposant en tant que graphiste et peintre. Elle a exposé à Bucarest et, en 1946, avec sa mère, elle s'est échappée à Paris où elle a continué son activité artistique. Elle a vendue certaines de ses œuvres à l'État français et a étudié le droit, l'économie et la philosophie (en tant qu'agrégée de philosophie) entreprises autour de Paris. Elle a acquis la nationalité française avec sa mère en 1959.

En Roumanie, Myra Davidoglou (connue sous le nom de Mira Davidoglu) était soulignée par le magazine Illustration du Graal des enfants (1942-1944), exposée au Salon officiel de l'automne de 1945 (cf. Ministère des Arts - Dessin officiel de l'automne, Dessin, Gravure, Bucarest, 1945); sera membre du groupe de théâtre expérimental de Monica Lovinescu, actif aux côtés de l'Institut français de Bucarest. Cf. Angela Storm, -Ch George Enescu, Monica Lovinescu et d'autres grands Roumains à la recherche de la Roumanie, jeudi 24 octobre 2013, accessibles à: http://www.romaniantimes.com/index.php/angela-furtuna/785-cu-george-enescu-monica-lovinescu-i-ali-mari-romani-in-cutarea-romaniei.html

"Avec ce bagage riche et sophistiqué, les adolescents de Monica Lovinescu, arrivés à l'Université avec des effluences artistiques et la joie de jouir d'une valeur artistique authentique, ont été formés dans le groupe" Les Chameaux "en février 1945, le jour même elle a ouvert son séminaire de direction expérimentale; Les membres du groupe de jeunes mettront en scène diverses pièces et le public de théâtre qui apprendra leurs réalisations et les rejoindra avec admiration, notamment Mgr Vladimir Ghika, Jean Mouton (directeur de l'Institut français), Basil Munteanu, Michel Dard, Maria Botta, Alice Voinescu, Georges Rosetti, Constantin, Camil Petrescu Grimarescu (Greg), Gaby Bosse, Irène (Hanciu et plus tard Eliade), Ina (Don, puis Paleologu - le plus beau couple de Bucarest - enfin Naumescu), Mira Davidoglu (peintre de talent) Dan Brătianu, Ion et Gheorghieş Lecca et beaucoup d'autres, dont certains périront dans de viles pertes dans les prisons communistes ou en exil. " Ruxandra Oteteleşanu considérera que le style d'acteur de Mirei Davidoglu est trop cérébral, conférant une dimension intellectuelle aux personnages artistiques qu'ils n'auraient normalement pas. (Voir aussi Oteteleşanu, Ruxandra - La Maison des Français: Les jours heureux d'André Pugeut, dans l'Univers Littéraire, Bucarest, 1945, LIV, n ° 16-17, 27.V.1945, p.1)

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Dim 07 Avr 2019, 11:22 am

-20-

Myra Davidoglou est également parvenue à une position sédévacantiste, considérant Paul VI et ses successeurs qui ont embrassé les enseignements hérétiques du document du Concile du Vatican II Dignitatis humanae (7.12.1965) ainsi que le modernisme solennel des papistes jusqu'en 1958, tombant ainsi depuis leur foi, ce ne furent plus les papes. Leur autorité étant humaine et non divine, pastorale, canonique, disciplinaire, les mesures plus dogmatiques étaient et sont nulles. C'est une position sédévacantiste-nucléaire. Myra Davidoglou a écrit en défendant cette position un essai théologique (Davidoglou 1991-1992) qui confronte la thèse sédiprivationaliste de Mons. Michel Guérard des Lauriers, OP. Michel Louis Guérard des Lauriers (25.X.1898, Suresnes -27.II.1988, Cosne), Directeur de la promotion des lycées mais aussi de l'École Normale Supérieure - Sciences, docteur en mathématiques, docteur en philosophie, médecin et maître en théologie, entré dans l'ordre dominicain en 1927, fut ordonné prêtre le 29.VII.1931, évêque à Toulon en 7.5.1981 par Mgr. Pierre Ngo Dinh Thuc (1897-1985), ancien archevêque de Hue, Vietnam, il est devenu professeur de théologie dogmatique à l'Université pontificale du Latran et invité par le pape Pie XII. Membre de l'Académie pontificale Saint-Thomas d'Aquin, il est expulsé en 1970 avec son recteur et 13 autres ) était professeur au séminaire d'Écône, dirigé par Mgr. Marcel Lefèbvre. Il était ici jusqu'en 1977, année où il a été expulsé lorsque la thèse sédévacantiste a commencé à se propager. En 1969, il a participé à l'examen critique sur le Novus Ordo Missae, signé par les cardinaux Antonio Bacci et Alfredo Ottaviani (Ottaviani Bacci, 1969). Auteur de nombreux articles et études de théologie, il était considéré (même par ceux qu’il combattait) comme un aigle théologique. (Les travaux et matériels sur Mgr Guérard des Lauriers sont accessibles sur le site http://www.a-c-r-f.com/documents/Mgr_GUERARD_des_LAURIERS-textes.pdf

La thèse de Cassiciacum, qu'il médite depuis près de neuf ans et a été publiée dans le célèbre Livre Cassiuscum (CI-VI), part du principe qu'un pape, assisté du Saint-Esprit et du Sauveur, jouit publiquement du don de l'infaillibilité ne peut pas proclamer une fausse doctrine ou un faux principe moral), étant la véritable Autorité, à laquelle doit obéir une obéissance inconditionnelle au champ dogmatique, moral, canonique. Quand on découvrit que Paul VI avait promulgué des documents contenant des hérésies, et par ses actes, il démontrait qu'il ne voulait pas le bien de l'Église ni la prospérité de la foi. Il a perdu sa condition spirituelle, non plus officiellement pape, mais seulement matérialiste.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Lun 08 Avr 2019, 9:11 am

-21-

Dans l'éventualité où l'élection de Luiz en 1962 fut canonique, Giovanni Battista Montini (Paul VI) fut et demeure la seule personne autorisée à occuper le Toronto Pétrin, de même que ses successeurs. Ils acceptent les erreurs du Concile Vatican II (en particulier (le dernier document, Dignitatis Humanae) ne peuvent pas être papistes, mais ils ne sont que des papes potentiels. Il deviendrait Pape s'il avait une position claire de rejet des hérésies. Une ressemblance imparfaite est précisément le moment de l'élection présidentielle, celui qui a le pouvoir d'occuper le poste étant le président élu et ratifié, mais qui devient le président officiel avec la prestation du serment (entrée en fonction). La thèse de Cassiciacumputea était applicable au gouvernement de Paul VI, mais dans le cas de futurs successeurs qui seraient consacrés selon le nouveau rite épiscopal (dont la validité est contestée par les sédévacantistes et la plupart des intégraux), elle n'aurait plus donné de réponse satisfaisante. sur la présence et la maîtrise de l'autorité de l'Église. La thèse peut susciter (et a suscité) de nombreuses objections, certaines même du côté des sédévacantistes. Myra Davidoglou dans l'analyse de cette thèse (Davidoglou 1991-1992) a présenté des arguments logiques et dogmatiques tirés des œuvres de saint Thomas d'Aquin, Droit canonique (avant 1983), mais également des Apuseni ou des Pères de l'Église Orientale, et en a démontré l'incohérence. ll est à noter que dans le domaine du traditionalisme catholique, personne n’a été en mesure de combattre les arguments de Myra Davidoglou! Les positions sédimentaires ont certaines limites, aboutissant parfois au conclavisme (principe par lequel les groupes catholiques liliputan choisissent souvent un "pape"). Le Très Archevêque Marcel Lefebvre, bien qu’excellent diagnostique et prophète, a préféré un sédévacantisme concret, disciple des tortures et souvent de décisions à court terme (cela a été accusé par le Très Saint Guérard des Lauriers de ne pas agir selon un principe théologique ferme). Une position catholique traditionnelle qui explique de manière cohérente la situation de crise dans l'Église est celle de P. Curzio Nitoglia, à savoir l'hypothèse de Velletri (Nitoglia 2008): l'hypothèse du magistrat pastoral a commencé avec le Concile Vatican II, qui ne bénéficie ni de l'infaillibilité ni de l'inertie dogmatique.

Un fait notable est que dans la crise de l’Église, deux Roumains, Paul Scortesco et Myra Davidoglou, ont défendu les positions orthodoxes catholiques après 1965, qui, par leur attitude, ont été considérés par leurs combattants français (et pas seulement) comme maîtres de pensée.

Voici la reproduction du livre d'invitation de Paul Scortescu de 1920, offert par la cyber-page :
http://artdistrictproject.blogspot.com/

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mar 09 Avr 2019, 8:06 am

-22-

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Epson210

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Epson212

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Epson211
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique le Mar 09 Avr 2019, 8:08 am

-23-

Théodore Scortesco vu par son frère Paul Scortesco:

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) E2125310

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) 56077811
Monique
Monique

Nombre de messages : 7795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum