PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Sam 30 Mar 2019, 9:55 am

SAMEDI DE LA TROISIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. -Jean viii. 1—1 1.

Imaginez-vous Jésus dans le Temple, et la pauvre
femme pécheresse placée devant Lui, couverte
de honte et de confusion. Voyez comme Il traite
avec douceur le pécheur impuissant, et retourne
l'accusation contre les accusateurs hypocrites.

I

Il y a beaucoup de choses dans la scène qui nous
sont représentées ici pour nous faire aimer
beaucoup notre cher Seigneur. Elle nous revient
de très près ; car même si nous n'avons peut-être
pas été coupables du crime dont la pauvre femme
a été accusée, nous devons néanmoins, lorsque
nous nous tenons devant Notre-Seigneur, c'est-à-
dire lorsque nous le prions, ou lorsque nous nous
rappelons sa présence sacrée, nous devons sentir
que nous sommes devant lui comme de pauvres
et malheureux pécheurs. Nous en savons plus sur
Lui que la femme. Nous savons qu'Il est l'Agneau
impeccable de Dieu, l'essence même de la pureté
et de la sainteté, aux yeux duquel les cieux mêmes
ne sont pas purs. Et si nous regardons dans nos
âmes, oserons-nous dire que nous sommes aptes à
être devant Lui ? La seule pensée de notre indignité
suffirait à nous éloigner de Lui, si nous n'étions pas
rassurés par l'étude de son caractère, et par des
exemples de respect miséricordieux pour les
pauvres pécheurs, tels que ceux mentionnés dans
l'évangile de ce jour. Il n'a pas un mot de reproche
pour le pécheur adouci. Il se baisse même et écrit
avec son doigt sur le trottoir, de peur de la regarder,
il pourrait l'embarrasser et la confondre. O douce
compassion de Jésus qui est venu, non pour juger et
condamner, mais pour guérir et sauver!

 II

Considérez comment, au lieu de reprocher à la
femme accusée, Jésus regarde ses accusateurs,
et prononce ces paroles qui ont dû brûler dans leur
conscience même : "Que celui qui est sans péché
parmi vous jette la première pierre sur elle"
. Quelle
leçon pour nous-mêmes ! Imaginons Jésus nous
disant : " Ne sois pas dur avec les autres, à moins
que tu ne puisses poser ta main sur ton cœur, et
déclarer devant Dieu, les anges et les hommes,
que tu es sans péché ".
C'est pratiquement Sa
langue pour nous, et c'est ce qu'Il voudrait nous
enseigner par ce qu'Il a dit aux Scribes et aux
Pharisiens. Nous occupons-nous de son
enseignement ? Ne sommes-nous pas, au contraire,
trop prêts à accuser, à blâmer et à condamner les
autres; de prendre plaisir à entendre leurs fautes
exposées, à écouter des contes et des scandales,
vrais ou faux, contre notre prochain, sans un
instant de réflexion sur notre propre culpabilité ?

Beaucoup de gens pensent qu'ils peuvent parler
aussi impitoyablement qu'ils le veulent d'une autre
personne, à condition que ce dont ils parlent soit
vrai. Mais c'est là le péché de la détraction, et il est
totalement incompatible avec la charité du Christ.
 
Oh ! que nous, qui prétendons être ses disciples,
nous lui ressemblions davantage ! Combien de
pécheurs nous pourrions nous convertir à Lui par un
peu de bienveillance ! Et combien de bien est
empêché par la cruauté et la cruauté intempestives !
Si nous avions un vrai sens de notre propre indignité,
de nos propres péchés et de notre faiblesse, nous ne
devrions pas blâmer les autres avec amertume ; et
si nous avions l'occasion de les réprouver, nous le
ferions avec charité et douceur, et les âmes seraient
acquises à Dieu.


III.

Lorsque Jésus eut prononcé ces paroles aux Scribes
et aux Pharisiens, il détourna de nouveau la face, et
écrivit sur la terre. Ils s'en allèrent un à un, frappés
et confus, jusqu'à ce que "Jésus seul resta, et la
femme qui se tenait au milieu d'eux".
C'est alors
qu'il se leva et, la regardant, lui parla, l'assurant de
son pardon, car s'il ne lui avait pas pardonné, il
l'aurait condamnée. Il a sans doute insufflé la
contrition dans son cœur, car sans cela, il n'aurait
pas pu lui pardonner. C'est quand l'âme est seule
avec Dieu que de bonnes pensées surgissent en elle,
l'énormité du péché devient apparente, et la douleur
trouve sa place dans le cœur. Qu'est-ce que c'est que
d'être seul avec Dieu ? C'est toujours garder Sa
présence devant les yeux de l'âme. C'est un sens de
responsabilité individuelle envers Dieu comme si nous
étions la seule créature qui existe. C'est l'habitude de
l'examen de conscience, de la prière et de la
méditation. C'est bannir la considération de toutes les
choses et motivations inférieures, et se livrer sans
distraction à Dieu.
C'est alors que Dieu parle au
cœur, et envoie en lui Ses saintes inspirations. C'est
alors que nous pouvons vraiment recueillir le fruit
spirituel de notre communion avec Dieu, que nous
pouvons apprendre à nous repentir de nos péchés et
à prendre de bonnes résolutions pour l'avenir, et que
nous méritons ainsi d'entendre de Lui les paroles :
" Va, et maintenant ne pèche plus ".


Comme Vous êtes doux et aimable, Cher Jésus, pour
les pauvres pécheurs, essayant de les attirer à la
vertu par Votre douce compassion et tendresse !
Quelle considération Vous avez pour la faiblesse de
l'humanité ! Permettez-moi d'apprendre une leçon
d'humilité à mon égard et de considération charitable
pour mon prochain. Qui suis-je pour oser lancer une
pierre ?
Aide-moi par Ta grâce. Pater, Ave, Gloria.

A SUIVRE...

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Eeba1a10
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Dim 31 Mar 2019, 9:10 am

QUATRIÈME DIMANCHE DE CARÊME.
ÉVANGILE. -John vi. I— 15.

Imaginez-vous, notre Bienheureux Seigneur
s'enfuir de la popularité qu'Il avait
acquis, et se hâtant tout seul à l'endroit de la
montagne.

I.

Notre cher Seigneur avait accompli le miracle
merveilleux de nourrir cinq mille hommes, en
plus des femmes et des enfants, comme nous
dit saint Matthieu, avec cinq pains et deux
poissons. Et, même après qu'ils eurent été
rassasiés, il restait des fragments suffisants
pour remplir douze paniers. La nature
prodigieuse de ce miracle a tellement travaillé
sur l'esprit des gens, qu'en reconnaissant Sa
puissance divine, ils se sont exclamés : "C'est
d'une vérité que le prophète qui doit venir dans
le monde ".
Et ils l'auraient proclamé roi. Ils
voulaient Le prendre de force et en faire leur
souverain. Jésus-Christ fait une plus grande
merveille à notre égard quand Il nourrit, non
pas cinq mille, mais tous les Fidèles qui le
veulent, avec Son Très Saint Corps et Son Sang
dans le Saint Sacrement de l'autel. Et cela non
pas une fois, mais aussi souvent que nous
choisissons de nous approcher de Lui ; ni dans le
désert (Matt, xiv.), mais au milieu des repaires
occupés des hommes, en une demi-heure que
nous pouvons arracher à nos occupations
ordinaires ou à nos loisirs, si nous le voulons. Et
pourtant, combien peu pensons-nous à cette
nourriture merveilleuse qu'Il nous prépare ! Que
peu de l'immensité de l'amour qui le pousse à
demeurer sous la forme eucharistique dans nos
églises, afin qu'Il soit toujours là pour ceux qui
viennent, et qu'Il soit porté de là pour nourrir et
encourager les malades et les mourants, et leur
donner ceci  mérite d'être notre Roi ; non
seulement avec notre esprit et nos lèvres, mais
avec toute la vraie allégeance de notre cœur, et
toute la fidélité profonde de notre affection. Il est
notre Roi et Seigneur en réalité, nous ne pouvons
pas l'empêcher ; mais confessons-le, et agissons
comme si nous croyions qu'Il a droit à notre
loyauté.


II.

Jésus, sachant qu'ils allaient venir et le faire roi,
s'enfuit loin d'eux. Il ne recherchait ni honneur ni
distinction mondaine. Celui qui était et est pour
toujours le Roi du Ciel et de la terre, n'a cherché
en ce monde aucune autre couronne qu'une
couronne d'épines, aucun autre sceptre qu'un
roseau, aucune robe royale mais le manteau
violet jeté sur Lui en dérision, aucun titre royal
sinon celui qui devrait être écrit au-dessus de Sa
tête au Calvaire. Il fuyait la distinction comme les
hommes fuient l'insulte ou le malheur, et s'enfuit
comme un homme fuira ses ennemis.
Comparons
la conduite de Jésus avec la nôtre, en nous
rappelant toujours que tout ce qu'Il a fait, c'est
pour notre instruction. Évitons-nous les honneurs
et les distinctions, à l'imitation de notre Divin
Maître ? Méprisons-nous une popularité éphémère ?
Ne sommes-nous pas, au contraire, vains de toute
élévation au-dessus de nos semblables ? Cette
vanité nous conduira à de nombreux désordres
graves si nous ne faisons pas très attention à la
contrôler. Si nous lui donnions toute liberté, elle nous
conduirait à être fiers, hautains et méprisants envers
les autres. Cela nous conduirait à une ambition fatale
à la charité, voire à la justice. Combien d'hommes se
sont levés dans l'honneur mondain au détriment du
bonheur des autres ! Il se peut, peut-être, que nous
ne soyons pas dans une position qui nous donne
l'espoir de nous élever haut dans l'estime du monde ;
pourtant, n'y a-t-il pas beaucoup de bagatelles qui
nous rendent vains ? Que chacun regarde dans son
propre cœur, et examine sa propre conduite. C'est
très nécessaire, car notre vanité est si grande, que
nous sommes toujours portés à réfléchir et à critiquer
ce que fait notre prochain, et à penser que notre
propre conduite est parfaite. Ou si nous pouvions
apprendre à ne pas être vaniteux, en plus d'imiter et
de plaire au Sacré-Cœur de Jésus !


III.

Il y a quelque chose de singulièrement touchant dans
la vue de notre cher Seigneur qui fuit la face des
hommes, plongeant dans les recoins des montagnes,
se cachant seul, puis se jetant sur ses genoux sacrés,
et priant son Père éternel. Quelles pensées ont traversé
son Sacré-Cœur ! Des pensées d'amour ardent et de
désir ardent pour l'accomplissement de la Volonté Divine,
alors qu'Il s'agenouillait dans la solitude. Nous pouvons
imaginer les animaux sauvages qui l'observent autour
des rochers et parmi les feuilles, et peut-être les oiseaux
de l'air, sans peur de Lui, chantant leurs joyeux hymnes
autour de Lui quand Son amour le pousse à chercher
Ses disciples, et Il va vers eux marchant sur la mer.
La solitude est très avantageuse pour l'âme qui s'unirait
à Dieu par la prière ; et tous les vrais serviteurs de Dieu,
les saints dont la vie est mise devant nous comme
exemples, ont aimé la solitude. Certains se sont enfuis,
comme Notre-Seigneur, dans le désert, d'autres ont
cherché la cellule du monastère,
d'autres encore, dont le
sort a été de se mélanger au monde occupé, ont trouvé
leurs moments de prière solitaire et de contemplation
dans la retraite de leur chambre ou dans les visites au
Saint Sacrement. Cherchons de tels moments tranquilles
de temps en temps, quand nous pouvons parler à Dieu,
et penser à Dieu ; et quand Il nous parlera.


Ô mon Jésus ! Vous serez mon roi, en effet. Votre
volonté sera ma loi. J'accorderai plus d'importance à
Votre volonté Vous qu'à toute autre chose. Laisse-moi
plutôt mourir plutôt que d'oublier ou de perdre mon
allégeance à Vous. Avec Votre aide, je vérifierai et réduirai
ma vanité, et je Vous chercherai de temps en temps en
silence et dans la solitude, afin que rien ne puisse
détourner mes pensées de Vous. Jésus, aide-moi par ta
grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 320px-Christ_on_the_Mount_of_Olives_by_Giovanni
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Lun 01 Avr 2019, 10:11 am

LUNDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE - Jean ii. 13— 25.

Placez-vous en esprit aux pieds de Jésus-Christ ;
regardez-le comme votre maître dans la vie
spirituelle, et efforcez-vous de profiter
pleinement des leçons qu'il vous donne.

I.

Nous avons déjà considéré une scène
semblable à celle qui est racontée dans
l'Évangile pour ce jour, lorsque nous avons
médité le passage tiré du 21ème chapitre
de St. Matthieu ; et nous avons alors
comparé le Temple de Jérusalem à l'âme
chrétienne dans laquelle Dieu aime
demeurer par sa grâce. Considérons
maintenant la sainteté suprême d'une église
chrétienne, et dans quelle mesure sa
sainteté est supérieure à celle du temple juif.
Pour les cœurs qui aiment Jésus-Christ,
cette supériorité est immédiatement
apparente, lorsqu'ils se souviennent de la
Présence réelle et adorable dans le Saint
Sacrement. Jésus-Christ fait de l'église Sa
demeure ; c'est Sa propre maison, Sa
demeure, que nous visitons quand nous
visitons une église Catholique. Il nous reçoit
sous son propre toit, où il nous a préparé un
banquet tel que les anges n'en ont jamais
pris, où nos âmes sont nourries de son corps
et de son sang les plus sacrés. Enlevez le
Saint-Sacrement d'une église catholique; la
maison reste, il est vrai, mais le Maître est
parti et un sentiment de désolation semble
régner tout autour; une désolation qui se fait
presque sentir, même si nous ne pouvons pas
voir que le tabernacle est ouvert et la lumière
éteinte. Il n’existe plus aucun centre autour
duquel les sanctuaires mineurs de l’église
puissent se grouper; plus cette charge qui
avait l'habitude de s'attirer l'hommage et
l'affection des âmes fidèles. Mais là-bas, le
Saint-Sacrement, le plus pauvre des taudis,
devient un paradis sur terre. Oh! aimons
l'église, l'église matérielle, si ce n'est que
pour cela.

II.

Mais, en outre, c'est dans l'église que tant
de sacrements sont conférés. Là, nous
sommes devenus enfants de Dieu, chrétiens
et héritiers du ciel par le Saint Baptême ; il
y a le péché réel lavé dans le sacrement de
la Pénitence, et le mariage est sanctifié.
Dans l'église se trouvent les images de la
Sainte Mère de Dieu et des saints, les amis
de Jésus. C'est là que nous entendons les
paroles de la vie éternelle et que nous
assistons aux mystères immenses. De plus,
l'église est le palais des pauvres du Christ,
dont personne ne peut les exclure, et où ils
peuvent s'agenouiller aux côtés des nobles
et des riches devant l'autel, et où l'on se
considère honoré par la proximité des
humbles et des petits. Si le zèle de notre
cher Seigneur était tant excité en voyant la
profanation du Temple de Jérusalem, ce qui
doit être sa colère face à la profanation
d'une église Catholique. Apprenons donc à
vénérer et à aimer notre Église, et à bannir
de nous tout acte et toute pensée indignes
de Sa présence et de la sainteté de l'endroit.


III.

Considérez les derniers mots de l'évangile de
ce jour : " Il savait ce qu'il y avait dans
l'homme."
Jésus, par sa propre
connaissance, qui était divine, a connu et
connaît le cœur de tous les hommes. Quel
que soit notre apparence extérieure, nos
actes extérieurs, nos paroles, Il sait
exactement ce que nous valons devant Dieu.
Nous ne pouvons rien lui cacher ni lui cacher,
même si nous imposons beaucoup aux
hommes ; et c'est une pensée formidable
que les yeux d'un Juge qui voit tout nous
soient toujours fixés sur nous, prenant la
mesure de nous à tous égards.
 Et pourtant,
nous devons penser beaucoup plus à la
conduite de notre prochain qu'à la nôtre.
Nous ne pouvons juger les autres que par
les apparences, ce qui n'est rien de plus
trompeur ; et tandis que nous critiquons,
et peut-être condamnons notre semblable
dans notre propre esprit, nous oublions qu'il
y a Celui qui nous regarde, qui ne juge pas
par les apparences, mais qui nous connaît
plus intimement, et qui ne peut en aucune
façon se laisser tromper en nous. Je vais
m'examiner sur cette tête, et voir quelle est
ma conduite par rapport au jugement
irréfléchi des autres, et aussi ce que c'est
aux yeux de Dieu.


0 mon Dieu ! Je vénérerai et j'aimerai
l'église, " le lieu où Votre gloire demeure ".
Et faites-moi grâce d'exécuter la résolution,
que je prends maintenant en Votre présence,
de garder si soigneusement ma conduite
que Vous ne puissiez rien y voir qui Vous
déplaise, et de résister à la tentation de
former des jugements injustes et téméraires
à l'égard de mon prochain. Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mar 02 Avr 2019, 6:28 pm

MARDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. Jean vii. 14-31.

Représentons à nous-mêmes l'enseignement de Jésus
dans le Temple ; et voyons la dignité et la sainteté de
sa manière, et essayez si nous pouvons en tirer
n'importe quelle leçon pour nous-mêmes.

I.

Admirez la magnanimité de Jésus. Il savait que les
Juifs cherchaient à le tuer, comme nous l'apprenons
dans le premier verset du chapitre d'où provient
l'évangile d'aujourd'hui, et comme nous pouvons le
voir dans d'autres passages du même chapitre.
Pourtant, bien qu'il soit resté un certain temps, à ce
titre, en Galilée, pour nous donner une leçon de
prudence, vers le milieu de la fête, il s'est montré
publiquement dans le Temple et a commencé à
enseigner. Il s'était mis en route dans sa mission
d'enseignement, et aucun sentiment de peur ne
s'interposait pour l'empêcher d'accomplir la volonté
de son Père. Le service de Dieu exigera toujours
de nous un certain degré de courage.
L'Église
primitive a été arrosée du sang des martyrs ; il y
a trois cents ans, nos pères dans la foi dans ce
pays (Angleterre) devaient être prêts à subir la
mort plutôt que de sacrifier leur foi ; et beaucoup
plus récemment ils ont été soumis à de graves
persécutions et peines au nom de leur religion. La
mort ne nous est pas offerte maintenant comme
le prix de notre fidélité, mais, vivant comme nous
le faisons au milieu des ennemis amers de notre
Foi, nous avons d'innombrables désagréments à
supporter, des insultes à endurer, des fausses
représentations à rencontrer ; et ce qui est pire
que tout, nous devons entendre tant de
blasphèmes contre tous ce que nous tenons très
saint. Comment pouvons-nous nous supporter au
milieu de tout cela ? Comment puis-je supporter
l'insulte, le ridicule et les blessures à cause de ma
religion ? Est-ce que j'imite la force d'âme
tranquille et stable de Jésus ? Ou est-ce que je ne
perds pas parfois mon sang-froid, et ne me sens
pas charitable envers mes bourreaux ? Ai-je jamais
laissé la peur de ce que les autres peuvent dire
m'empêcher de leur faire savoir que je suis
catholique lorsque l'honneur de Dieu exige une
profession de ma foi ? Est-ce que je me dérobe
jamais à une pratique prescrite par l'Église à cause
de ce qui peut être dit ou pensé de moi ? Si je le
fais, je n'atteindrai pas le niveau de mon modèle,
Jésus-Christ.


II.

Il y avait deux causes qui, dans ce cas particulier,
ont donné à notre Seigneur une magnanimité
admirable : premièrement, il était prêt à mourir
à tout moment, même si sa mort devait être
violente et douloureuse ; deuxièmement, il savait
que le temps fixé par son Père n'était pas encore
venu. Est-ce que je sens que, même si j'étais
assuré que c'était la volonté de Dieu que je meure
maintenant, je pourrais m'allonger et expirer sans
crainte et sans regret pour tout ce que je devrais
laisser derrière moi ? Suis-je prêt à comparaître
devant mon juge ? Permettez-moi d'y réfléchir et
d'amender tout ce qui pourrait vouloir être
corrigé. Nous devrions tous être dans une telle
disposition que nous ferions notre devoir, même
avec le danger de perdre la vie ; et avec la
parfaite confiance que Dieu, s'Il le juge bon et
meilleur pour nous, nous sauvera du danger.


III.

C'est un instinct avec nous d'admirer la
magnanimité et la force d'âme quand nous les
voyons exposées dans la conduite des autres.
De toutes les qualités de l'homme, c'est peut-être
celle qui suscite le plus d'admiration. Personne ne
regarde avec faveur la lâcheté et la faiblesse de
l'esprit. Quand un homme cède à la pusillanimité,
il devient un objet de mépris, et nul autre que
ceux qui l'ont extorqué. Tandis que, d'autre part,
le courage et la fermeté d'esprit reçoivent leur
récompense de louanges, même de la part des
ennemis les plus aigres. Nous ne gagnerons rien
ni avec Dieu ni avec les hommes en cédant à une
peur lâche. Si même le courage physique reçoit sa
récompense d'applaudissements, combien plus
digne d'admiration est le courage moral qui nous
permet de vaincre, et de ne rien faire du respect
humain ?
Mais en plus de cela, nous avons besoin
de courage moral pour nous permettent
d'accomplir notre devoir malgré nous. Nous devons
mépriser les opinions et les préjugés du monde,
mais nous devons nous attaquer à nos propres
mauvais penchants d'une main vigoureuse et sans
réserve. Cela exige un haut degré de courage moral.

Nous devenons lâches face à notre paresse naturelle
en ce qui concerne les choses spirituelles, ou lorsque
notre devoir exige un sacrifice d'un peu d'aisance ou
de plaisir, lorsque nous devons freiner la force de nos
passions, ou abandonner quoi que ce soit ou
quiconque qui est sur la voie de notre salut. Quelle
dignité est cette âme qui continue calmement sur le
chemin du devoir strict, quels que soient les obstacles
qui se dressent sur son chemin ! Il devient très
semblable à son modèle divin, Jésus-Christ.


 Ô mon Seigneur et Sauveur, donnez-moi
du courage dans l'accomplissement de
mon devoir. Je n'aurai jamais honte de
Vous, ni de Votre Religion. Je ne
craindrai jamais rien de ce que le monde
peut apporter contre moi. Je préfère
mourir dix mille fois plutôt que de
commettre un péché mortel.
Donnez-
la grâce de persévérer dans mes bonnes
résolutions.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mer 03 Avr 2019, 11:41 am

MERCREDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DU
carême. évangile. Jean ix. I—38.

Imaginez que vous êtes parmi les témoins du
miracle merveilleux raconté dans l’Évangile
d'aujourd'hui, que vous voyez notre cher
Seigneur, que vous entendez Ses paroles et
que vous voyez Ses actions.

I.

C'est juste après que Jésus se fut évanoui
hors du Temple, comme raconté dans le
dernier verset du chapitre précédent, qu'il
vit l'homme qui avait été aveugle dès sa
naissance. Cet homme n'était pas seulement
aveugle, mais sans doute, en conséquence
de sa cécité, était aussi un mendiant.
Comment aurait-il pu prévoir que le jour
viendrait où le Fils de Dieu, devenu homme,
lui donnerait la faculté de voir, qu'il n'avait
jamais possédée, et lui donnerait ainsi les
moyens de se relever de son état de
mendiant ? Par le péché originel, nous sommes
tous nés aveugles ;
toute la race
humaine, par la chute d'Adam, a été réduite
à un état bien pire que la cécité corporelle et
la mendicité et le Fils unique de Dieu, voyant
notre condition, a eu pitié de nous. Il est devenu
comme l'un d'entre nous, passant ainsi par notre
chemin, afin qu'il puisse nous sauver. Qui d'entre
nous aurait pu, par le plus grand effort
d'imagination, concevoir la manière dont nous
devions être guéris et sauvés ? Pas toute la
sagesse des philosophes et des sages, pas même
la connaissance des voies de Dieu possédées par
les saints n'aurait osé prévoir un moyen aussi
merveilleux que l'Incarnation. Pas la sagacité
lumineuse des Anges, qui sont éclairés par la
lumière même du trône de Dieu, auraient pu
élaborer un tel plan de salut pour l'homme que le
Fils de Dieu se fasse homme, qu'il souffre et
meure pour l'atteindre. Dieu a une plus grande
profondeur d'amour que ce à quoi l'homme ou
l'ange aurait pu penser.
Émerveillons-nous devant
l'abîme de son amour et excitons nos âmes pour
Lui faire le retour qu'Il désire, à savoir le retour
de notre amour.

II.

Nonobstant la clarté de l'évidence et la
simplicité des preuves de ce miracle frappant,
les Juifs n'y croiraient ni lui, ni la vérité de
Jésus-Christ. Au contraire, avec des paroles
insultantes, ils ont dit à l'homme qu'il pourrait
être le disciple de Jésus, mais qu'ils étaient les
disciples de Moïse. Étaient-ils volontairement
aveugles ? Ou leur cécité était-elle judiciaire,
c'est-à-dire une punition pour leurs péchés ?
Quoi qu'il en soit dans leur cas, veillons à ne
jamais fermer les yeux à la lumière de la grâce
de Dieu, et à ne jamais devenir volontairement
aveugles.
Avons-nous jamais évité la
connaissance de la volonté de Dieu à notre
égard ? Avons-nous jamais eu le sentiment que
nous préférions ne pas savoir ce que Dieu
voulait que nous fassions ou soyons, de peur
que Sa volonté ne soit contraire à nos
inclinations ? Avons-nous jamais écarté de
nous la considération de la volonté de Dieu
comme une pensée gênante, parce que la suite
de celle-ci entraînerait un sacrifice, ou même
un léger inconvénient ?


III.

Considérez ces paroles de Jésus : " Je dois
faire les œuvres de Celui qui m'a envoyé,
pendant qu'il fait jour : la nuit vient où
personne ne peut travailler ".
Le temps de
notre vie est le jour où nous devons travailler,
et mériter la gloire qui dure pour toujours.
Notre mort est la nuit où nous ne pouvons plus
rien faire pour notre salut.
Jésus a fait les
œuvres de Celui qui l'a envoyé, et ainsi, tout
ce que nous faisons durant notre vie doit être
en accord avec la volonté de Dieu.
Nos œuvres
devraient être Ses œuvres. Devrions-nous oser
appeler tout ce que nous faisons, l'œuvre de
Dieu ? Pouvons-nous consciencieusement dire
que, même d'une manière générale, nous
n'avons l'intention de faire que ce que Dieu
veut que nous fassions, et de la manière dont
Il veut que nous le fassions ? Pourrions-nous
supporter que Jésus passe visiblement, qu'il
nous voie et qu'il soit vu par nous dans toutes
nos actions ? Pourtant, Il nous voit toujours,
et en toute circonstance. S'il y a quelque
chose à corriger, et nous nous y mettons
aussitôt, car la nuit vient. Notre mort sera
bientôt sur nous.


Cher Seigneur Jésus ! Si miséricordieux et si
bon ! Je ne fermerai jamais les yeux sur Votre
grâce.
J'essaierai toujours de découvrir Votre
volonté par un examen rigoureux de moi-
même, en consultant et en suivant les conseils
de mon directeur. Je suis affligé d'avoir si
souvent agi contre Votre volonté ; et je
commencerai maintenant, avec Votre grâce,
à faire Votre volonté, afin que, lorsque la nuit
viendra pour moi, je puisse être trouvé prêt.
Aide-moi par Ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 04 Avr 2019, 8:52 am

JEUDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DU
CARÊME - ÉVANGILE.- Luc vii. 11-16.

Imaginez-vous au milieu de la foule près
de la porte de la ville de Nairn, et que
vous voyez la rencontre entre Jésus et
les veuve douloureuse, et tout ce qui se
passe en cette merveilleuse occasion.

I.

Ce fut une rencontre de vie et de mort,
Jésus la vraie Vie, accompagné de ses
disciples et d'une grande multitude,
rencontre le cadavre d'un jeune homme,
suivi de sa mère en larmes, veuve, et
beaucoup de gens de la ville qui l'ont
accompagnée par sympathie et
considération. Dès que Jésus la voit, il
montre sa compassion pour elle. Son
Cœur était si plein d'amour pour
l'homme que le premier signe de
détresse provoqua une manifestation
de sympathie de sa part.
Entendez sa
voix douce et gentille, comme Il lui dit :
"Ne pleure pas." Et voyez-Le toucher le
cercueil, et ordonner au cadavre de
ressusciter à la vie. Voyez comme les yeux
s'ouvrent, et regardez autour de vous.
Voyez comment le sang circule une fois de
plus, et colore les joues, et comment celui
qui était mort s'assoit, et commence à
s'asseoir avec Lui avant, vous le rejoindriez
maintenant.

II.

Le mort était un jeune homme, comme
tout autre jeune homme. Il avait été plein
de vie, d'énergie, d'esprit. Il avait eu ses
compagnons et ses amis, ses admirateurs
et peut-être ses ennemis. Sans doute,
comme d'autres jeunes, il attendait avec
impatience de nombreuses années de vie
et beaucoup de plaisir. D'un autre côté,
sa mère l'aimait beaucoup. Il était son fils
unique et l'avait considéré comme son
espoir et son séjour, le soutien et la joie
de son âge. Probablement, aucun d'eux
n'avait prévu une mort prématurée pour
lui. Mais la mort est venue au milieu de
sa jeunesse, et l'a emporté. Quelles que
fussent leurs pensées, ni l'un ni l'autre
n'auraient pu imaginer que, lorsque la
mort serait venue, le Seigneur de la vie
et de la mort le rendrait à la vie et à sa
mère.

Comme sont vaines toutes les
promesses que je me suis faites de jouir
de la vie ! Je suis peut-être jeune et
insouciant en ce qui concerne les choses
sérieuses et j'ai hâte de passer de
nombreuses années dans le monde, mais
Dieu seul sait si je serai en vie cette fois-
ci très bientôt.
Ma mort doit venir bientôt ;
pour ce qui sont quelques années de
temps comparées aux âges sans fin de
l'éternité ; et ce sera par l'étalon de
l'éternité que je mesurerai et jugerai les
choses quand je viendrai à mourir. Une
autre chose dont je suis certain, c'est que
je ne peux pas m'attendre à ce qu'un
miracle prodigieux se produise et qu'il me
ressuscite ; et même ainsi, comme dans le
cas du jeune homme dans l'évangile, je ne
pouvais chercher que quelques années de
vie renouvelée. La mort allait enfin arriver,
et finalement. Est-ce que je pense assez à
la mort, à la certitude et à la rapidité de sa
venue, et à l'incertitude totale du moment,
du lieu ou de la manière de ma mort ?


Une âme qui a perdu la grâce de Dieu, c'est-
à-dire une âme dans le péché mortel, peut
être comparée à un corps mort qui est
transporté pour être enterré.
L'Église pleure
et se lamente. Jésus le rencontre et s'en
approche en lui inspirant des remords. Il
touche le cercueil par les innombrables
moyens que, par le ministère de son Église,
il met devant lui pour sa résurrection de la
mort du péché. Il lui dit : "Lève-toi."

Et pourtant, en dépit de la chère
compassion de Jésus, combien d'âmes
choisissent délibérément de rester mortes,
c'est-à-dire de rester volontairement dans
le péché, et rejettent les moyens des
sacrements, etc, que Jésus et Son Église
offrent. Quelles doivent en être les
conséquences ? Ils seront emportés dans la
tombe, c'est-à-dire qu'ils seront enterrés en
enfer. Et tout cela par leur faute, car il n'y a
rien qui manque de la part de Notre-Seigneur.
Il a fait tout ce qu'Il a pu. Oh ! quelle triste
frustration des efforts d'amour de Jésus et
de Son Église ! Quelle perte irréparable et
sans fin !


J'aime Votre cher Cœur compatissant, ô
mon Jésus ! Et je ferai tout ce qui est en
mon pouvoir pour correspondre avec Votre
infinie bonté
qui, par Votre Église, me
donne des moyens si efficaces pour me
relever de la mort du péché. Jésus, aide-
moi par ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 05 Avr 2019, 8:32 am

VENDREDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. Jean xi. 1—45.

Réalisez à vous-même la merveilleuse scène
de Jésus allant avec des larmes et des
gémissements, accompagné par les sœurs
pleureuses, par ses disciples, et une foule
de gens, à l'église et l'entendre prononcer
d'une voix forte les paroles : "Lazare, sors
de là"
. Alors, voyez le mort se lever, et
sortir, toujours attaché dans les vêtements
de sépulcre.

I.

Jésus pleure, les larmes coulent sur ses joues
sacrées, c'est un spectacle émouvant. Même
les Juifs, qui ne croyaient pas en Lui, dirent :
" Voyez comme Il l'aimait." Et pouvons-nous,
nous qui savons avec une certaine foi, qui et
ce qu'Il était, regarder impassible ? Jésus
pleurait de chagrin, d'affection, de sympathie,
et avec sérieux. Contemplez-le dans son
affliction, et essayez d'entrer dans les
sentiments qui ont rempli son cher Sacré-
Cœur. Hier, nous avons vu comment Il a
rendu un fils unique à sa mère ; aujourd’hui,
nous le voyons en train de donner de la joie
au cœur affectueux des deux sœurs, par la
restauration de leur frère. Jésus, toujours
bon, toujours compatissant ! Si Jésus a
pleuré par amour pour son ami et par
sympathie pour les sœurs affligées, s'il a
pleuré à cause de la détresse et de la perte
temporelle, combien plus son cœur pur
doit-il avoir pleuré le péché, l'occasion de
la perte et du malheur éternels.
 Ai-je
jamais donné à Jésus l'occasion de pleurer
sur moi ? Ai-je jamais été mort et enterré
dans le péché en perdant la grâce de Dieu,
et en me livrant à Son oubli total ? Laissez-
moi réfléchir à ma conduite et pleurer de
tout mon cœur la douleur que Jésus a
souffert à cause de moi. Ce sera un chagrin
salutaire si je peux mêler mes larmes à
celles de Jésus, car cela me fera l'aimer
davantage.


II.

Écoutez comment notre cher Seigneur rend
grâce à son Père éternel de l'avoir entendu :
" Père, je Te rends grâce de ce que Tu m'as
entendu ". C'est une grande leçon pour nous
qui pensons si peu à la prière d'action de
grâce. Nous sommes assez prêts à demander
des faveurs, et nous sommes même tentés
de murmurer si nos demandes ne sont pas
immédiatement entendues ou répondues.
Lorsqu'une faveur est accordée, nous sommes
très portés à la prendre comme si elle nous
était due et à oublier celui qui la donne. Quand
nos prières sont entendues, nous nous
réjouissons certes, mais trop souvent nous
négligeons de remercier le bon Dieu qui les a
entendues. Et combien de bonnes choses,
spirituelles et temporelles, ne recevons-nous
pas sans avoir eu la moindre peine à les
demander ? Dieu, par l'abondante fontaine de
Son amour, nous a inondés de faveurs. Il nous
a donné la vie, nous a amenés dans Son
Église par le baptême, nous a préservés à
travers de nombreux dangers pour notre âme
et notre corps. La santé, la facilité, le bonheur
et mille autres bénédictions nous ont été
conférés par Lui. Tout ce que nous avons de
bien vient de Sa main. Nous le savons, et
pourtant, si nous nous demandons si nous
avons honte de notre légèreté et de notre
ingratitude.
Faisons en sorte que ce soit une
règle de remercier Dieu tous les jours, non
seulement pour nous-mêmes, mais pour sa
bonté envers le monde entier. C'est une bonne
pratique d'avoir l'habitude de dire très souvent
du fond du cœur : " Remercions Dieu !"


III.

Considérez comment Jésus poursuit en disant
qu'Il a ainsi remercié publiquement à cause des
gens qui se tenaient debout, afin qu'ils croient
que le Père L'avait envoyé. Nous voyons ici
comment Jésus semble s'oublier lui-même, et la
faveur que son Père était sur le point de lui
accorder, dans son désir absolu de la gloire de s
on Père et du salut de l'humanité. Ce n'était pas
nouveau pour Jésus d'être entendu par son Père :
"Tu m'écoutes toujours." Ce n'était pas non plus
une chose nouvelle pour Lui de faire la prière
d'action de grâce. Mais maintenant que le
miracle de ressusciter quelqu'un du tombeau
était sur le point d'être accompli, Il savait que
beaucoup croiraient que le Père l'avait envoyé,
et ainsi donneraient honneur et gloire au Père,
et sauveraient leurs âmes, et Il lève les yeux
sacrés au ciel, et Le remercie.

Notre pensée première et dominante est-elle
celle du désir de l'honneur de Dieu, de notre
salut et de celui de notre prochain ? Offrons-
nous toujours nos actions à Dieu ? Pensons-
nous suffisamment que nous ne sommes
venus en ce monde que pour aimer et servir
Dieu ici, afin de régner avec Lui pour toujours
dans l'au-delà ?


Ô Dieu de toute bonté ! Combien de fois mes
péchés ont-ils affligé le Sacré-Cœur de Jésus !
Que mon ingratitude a été grande ! Par votre
grâce, il n'en sera plus ainsi.
Je Vous remercie
de tout mon cœur pour tout ce que Vous avez
fait pour moi. Je Vous remercie pour les
épreuves et les croix que Vous m'avez
envoyées, parce que Vous savez qu'elles sont
bonnes pour moi. Je Vous remercie pour tout
le monde. Que toutes mes pensées, paroles
et actions tendent vers Votre gloire, et vers le
salut de moi-même et des autres. Aide-moi
par Ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Sam 06 Avr 2019, 5:35 pm

SAMEDI DE LA QUATRIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE - Jean viii. 12—20,

C'est après avoir absous la femme prise en adultère
que Jésus a continué son enseignement dans le
Temple. Considérez-le assis là, entouré d'une foule
de Juifs, et écoutez attentivement les paroles de la
sagesse céleste qui sortent de ses lèvres sacrées.

I.

" Je suis la lumière du monde." Ce sont les paroles
de Jésus-Christ aux Juifs qui le haïssaient, et qui
prétendaient ne voir dans sa doctrine que
mensonge et ténèbres. Ils ne s'adressaient pas
seulement aux Juifs, mais à nous aussi. Apprenons
d'eux ce que nous pouvons faire. Jésus est notre
lumière. Qu'est-ce que cela signifie ? C'est Lui qui,
à travers Son Église, nous enseigne le chemin de
la vie éternelle, et est ainsi la lumière de notre
cheminement dans ce monde.
 [/b] Ceux qui ne
connaissent pas l'Église sont dans les ténèbres.
Ils cherchent la lumière du Christ, mais ils ne la
trouvent pas, car ils n'ont pas de guide. Ils (les
sectes protestantes) ont proclamé les Saintes
Écritures comme leur guide ; mais qui leur
expliquera les Saintes Écritures ? Chacun prend
sa propre interprétation, et ainsi ils s'éloignent
l'un de l'autre, et continuent par des chemins
différents. A peine deux d'entre eux sont
d'accord, même en ce qui concerne les vérités
fondamentales. Certains même, par leur
étude privée des Saintes Écritures, tombent
dans l'incrédulité la plus totale.
Hors
de l'Église catholique, tout est discorde en ce
qui concerne les questions de foi ;
mais, comme
nous le savons par notre propre expérience,
nous pouvons aller où nous voulons, et nous
trouverons tous les membres de l'Église
catholique d'accord dans une seule foi. Combien
admirable est cette union dans la doctrine, qui
fait peser sur nos âmes la vraie lumière de Jésus-
Christ ! Apprenons de ce contraste à aimer
l'Église avec le plus grand dévouement, et à
remercier Dieu, que, sans mérite propre, et par
son amour et sa miséricorde infinie, il nous a
fait entrer dans sa plénitude.


II.

Jésus n'est pas seulement notre lumière par sa
doctrine, mais il est notre lumière par ses
consolations. Quand les temps sont les plus
sombres en nous, quand nous sommes dans
l'affliction la plus profonde, nous savons que
nous pouvons chercher et trouver du réconfort
dans les bras de Notre-Seigneur d'amour. Et
comment cela se fait-il ?
En lui offrant nos
épreuves et nos croix en union avec ses douleurs
amères de l'âme et du corps, et en les acceptant
comme une punition pour nos péchés passés, et
comme une correction pour l'avenir.
C'est
aussi une grande source de consolation de savoir
que Dieu châtie ceux qu'Il aime, et que les
ténèbres de l'heure de l'épreuve sont donc un
gage de Son regard, et un prélude à l'aube de
Sa lumière sur nos âmes.
Nous savons
aussi comment trouver du réconfort dans la
tribulation par une approche pieuse de Lui dans la
prière et la méditation. La pensée des ténèbres de
sa Passion nous apportera la lumière de sa
sympathie, car il a connu la souffrance et ressent
intensément pour ceux qui souffrent.

L'humble pratique des vertus chrétiennes pour
Son bien-aimé nous apporte la lumière de Sa
consolation ;non pas par cette satisfaction
sensible que nous pouvons être tentés d'y trouver,
mais par la grâce que nous nous attirons sur
nous-mêmes par une imitation de Lui dans la
mesure de notre pouvoir. Par-dessus tout,
l'approche pieuse du sacrement de pénitence et
la réception de son corps et de son sang bénis
dans la sainte Eucharistie, où nous nourrissons
nos âmes de lui et absorbons les délices de sa
grâce et de son amour, illuminent nos cœurs
affligés ; et le "gage de gloire future" soulage la
douleur de la détresse présente. Cherchons-nous
ainsi notre consolation ? Si nous ne le faisons
pas, ou si nous ne l'avons pas fait jusqu'à
maintenant, nous allons commencer maintenant.

III.

Pensez à la condition à laquelle Jésus nous promet
sa lumière, à savoir que nous le suivions. Quelle a
été notre coutume ? N'avons-nous pas très souvent
tout suivi sauf Jésus ? Les vanités et les frivolités
du monde, les plaisirs de tous les jours, les plaisirs
coupables de la vie, la compagnie irréfléchie ou
méchante, la paresse et l'indulgence sensuelle, tout
cela nous appelle à les suivre, ils disent
constamment : " Suis-moi ", et ils nous promettent
le bonheur, mais ils ne peuvent jamais le donner.
Le
vrai cœur catholique découvrira bientôt leur vacuité,
ressentira les remords amers qu'ils laissent, et ne
trouvera rien d'autre que des ténèbres, où tout
semblait être lumière.
N'écoutons que la voix
de Jésus qui dit encore : "Suis-moi." Hâtons-nous
à ses côtés, ne fût-ce que par compassion pour Lui
qui pleure si souvent en vain, " Suis-moi ". Le suivre,
c'est garder ses commandements, vivre dans la
pureté et la sainteté de vie, correspondre à toutes les
suggestions de sa grâce, éviter tout mal et faire tout
le bien que nous pouvons. Je professe être un
disciple de Jésus, le suis-je en réalité ? Je vais
examiner ma conscience maintenant.


Ô Jésus ! Je Vous remercie de tout cœur de m'avoir
fait entrer dans Votre Église par Votre bonté ;
donnez-moi la grâce, je Vous en conjure, d'être un
membre digne de cette Église, et un véritable
disciple de Vous, comme je le décide maintenant,
afin que je mérite d'obtenir la lumière de la vie
éternelle. Jésus, aide-moi par ta grâce.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Dim 07 Avr 2019, 11:58 am

DIMANCHE DE LA PASSION
ÉVANGILE. -Jean viii. 46-59.

Écoutez Jésus prononcer les paroles de la vérité
éternelle aux Juifs, et voyez-les, au lieu
d'accepter son appel miséricordieux, l'insulter,
l'accuser d'être possédé par le diable, et prendre
des pierres pour le jeter sur lui.

I.

Comme Jésus aimait le peuple juif, à qui il a été
envoyé par son Père éternel ! Ce n'est qu'un des
nombreux cas de sa vie où il leur a parlé de la
vérité, et ils n'ont pas voulu entendre une seule
parole. C'était comme parler à des rochers ou à
des arbres, ou à des animaux stupides et
déraisonnables. Cependant, toujours déterminé à
accomplir sa mission sacrée, il prêchait sans
cesse, comme s'il ne perdait pas une seule chance
de travailler sur leur cœur de pierre. Leurs
menaces ne l'ont pas découragé ; leurs abus n'ont
pas plus d'effet sur lui que leur mépris et leur
ridicule. Quelle admirable persévérance de notre
Divin Seigneur ! A quel point est digne de notre
hommage et de notre amour ce zèle pour les
siens ? La gloire du Père, et pour le salut des âmes
des hommes !
Laissez-moi y réfléchir, et voir si ma
conduite est comme la sienne. Ne suis-je pas de
plus en plus timide, à tout le moins, face à
l'opposition à mon progrès spirituel ; et n'ai-je pas
trop souvent tendance à céder quand les gens qui
m'entourent sont enclins à m'abuser pour ma
religion et mes observances religieuses, ou quand
ils me ridiculisent et me méprisent ?


Jésus n'a pas seulement tout supporté, mais il
était très calme en dessous. Ne perds-je pas
souvent patience, et ne deviens-je pas de mauvaise
humeur et en colère, quand les hommes parlent
abusivement ou jalousement de ce que je considère
comme étant très saint ? Je perds ainsi beaucoup
de chances de gagner des âmes à Dieu. L'insolence
vulgaire des Juifs est très souvent répétée par ceux
qui détestent aveuglément notre Foi. Quand cela
me viendra à l'esprit, je penserai à la manière dont
Jésus s'est conduit dans des circonstances
similaires, et je me comporterai comme Il l'aurait fait.


II.

Les Juifs accusèrent Jésus d'avoir un démon, c'est-à-
dire d'être possédé. Comme il a dû être pénible pour
l'Auteur de tout bien d'être accusé d'être possédé par
l'Esprit du mal ! Quel blasphème ce fut contre Celui
qui pouvait demander sans crainte : "Qui d'entre vous
me condamnera pour le péché ?".
Pensez à Jésus, le
Fils pur et innocent du Père Éternel, accusé d'être sous
l'influence du diable et d'enseigner une doctrine
diabolique.
Moi, contrairement à Lui, j'ai
commis beaucoup de péchés. Puis-je compter mes
péchés ? Et pourtant, quand on m'accuse d'une faute,
mon orgueil se lève aussitôt, et mon indignation
s'élève contre mon accusateur ; je ne supporte pas
qu'on me reproche la moindre faute, mais je ne
supporte pas que même mon jugement soit remis en
question. Quand on m'accuse de fautes que je n'ai
pas commises, laissez-moi réfléchir que, si je suis
innocent d'elles, je suis encore coupable de bien des
façons, et que, si les hommes me connaissaient
comme Dieu me connaît, je devrais mériter la
réprobation universelle et le mépris. Et, après tout,
il est très rare qu'on m'accuse aussi profondément
que l'était mon cher Seigneur.


III.

Pensez à Jésus dans Sa sainteté, Sa douceur, Sa
charité merveilleuse et infaillible. Pensez à Sa
Personne Sacrée ; regardez Son visage si
imperturbable ; regardez dans Ses yeux qui
rayonnent la pureté de Son âme, et l'ardeur
ardente de Sa charité. Et puis voyez le visage de
ces misérables hommes qui, dans leur haine et
leur méchanceté, prennent des pierres pour les
jeter sur Lui. Quel contraste il y a entre ces gens
pervers et méchants et l'innocente Agneau de
Dieu !
Si vous voyiez un ami cher que
vous chérissiez par amour pour vous et pour sa
propre bonté, ainsi chassé et obligé de se cacher,
menacé par les voix grossières et les gestes
violents d'une foule en colère et déraisonnable,
quelles seraient vos pensées ? Si vous pouviez le
sauver, vous le feriez. Sinon, votre cœur se
briserait pour votre ami. En sera-t-il autrement
avec Jésus, l'ami le plus vrai que vous ayez
jamais eu ou que vous puissiez avoir ? Rappelez-
vous qu'Il souffre cela, non seulement parce qu'Il
est votre ami, mais précisément parce qu'Il est
votre ami. Et pouvez-vous lui refuser le moindre
service que vous puissiez lui rendre, à savoir la
consolation de votre sympathie ? Oh ! mon Jésus !
J'irai plus loin ; je ne Te donnerai pas seulement
une sympathie stérile, mais je T'aimerai tellement,
et je me repentirai si sincèrement de mes péchés
passés, que j'enlèverai, dans la mesure du
possible, l'amertume supplémentaire qu'ils ont
donnée à toutes Tes souffrances.


Oh ! Agneau de Dieu ! Vous qui enlevez les péchés
du monde ! Donnez-moi la grâce et la force de tout
supporter pour Votre bien-aimé. Je ne pourrai
jamais, dans ce monde, souffrir tout ce que mes
nombreux péchés méritent. Je Vous aime tellement
que je m'offre à Vous pour souffrir à cause de Votre
nom, et pour Vous prouver combien Je Vous aime
vraiment. Jésus, aide-moi par ta grâce.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Lun 08 Avr 2019, 11:06 am

LUNDI DE LA SEMAINE DE LA PASSION.
ÉVANGILE . Jean vii. 32-39.

Imaginez que vous voyez notre bienheureux
Seigneur devant les ministres des chefs du
peuple, et les pharisiens, qui ont été
envoyés pour saisir Sa Sainte Personne,
comme s'Il était un malfaiteur. Contemplez-le,
et la sérénité divine de sa présence, et
apprenez quelles leçons vous pouvez tirer de
sa conduite et de ses paroles.

l.

Voyez comment les chefs et les pharisiens,
dans leur méchanceté envers Jésus, ont
décidé de mettre fin à ses taches et, dans
cette optique, ont envoyé leurs serviteurs pour
l'appréhender. Sa conduite et Sa doctrine
étaient un reproche pour eux, en plus d'être
contraires à ce qu'ils enseignaient au peuple.
Ils se sentaient réprimandés par la pureté et
la consistance de sa vie, car il n'a rien enjoint
qu'il n'ait pas pratiqué ;  et tout Son
enseignement était de la plus haute moralité
et de la plus sublime vérité ; alors qu'ils
imposaient aux autres l'obéissance la plus
exacte à la loi, tandis que leur propre cœur
était rempli d'orgueil et d'impitoyabilité. Ils ne
pouvaient s'empêcher de voir comment cette
cohérence de la part de notre cher Seigneur
était destinée à attirer beaucoup de gens à
Son côté, et à imposer aux esprits des
hommes un contraste entre Lui et eux.Tandis
que nous admirons Notre-Seigneur, et
concevons une détestation pour la conduite
des Pharisiens, examinons et voyons si notre
propre conduite ressemble le plus à celle de
Jésus ou de ses ennemis. Jésus est notre
modèle, et si nous voulons être sauvés, nous
devons nous efforcer d'être comme Lui. Et,
en plus de cela, nous devons nous rappeler
que l'impiété envers notre prochain est
vraiment l'impiété envers Jésus-Christ ;
car Il
a dit que ce que nous faisons à notre prochain,
nous le lui faisons.
Par conséquent, lorsque
nous blâmons notre voisin, veillons à ce que
nous soyons nous-mêmes irréprochables.
Quelles pensées cette réflexion nous interpelle
dans notre esprit ! elle nous force à penser à
nos propres défauts, et à nous résoudre à les
corriger avant de prétendre blâmer ceux dont
nous voyons les actions extérieures, mais dont
nous n'avons pas le droit de juger le cœur.

II.

Cette restriction à l'égard de notre jugement
des autres est une maxime de la religion
chrétienne - "Ne jugez pas, et vous ne serez pas
jugés"
- elle a été mal comprise par les
pharisiens, qui, à cause de leur envie de Jésus,
ont très vite porté un jugement sur lui. Nous ne
devons donc pas nous demander si les gens
nous jugent, et placer une construction sur ce
que nous faisons qui est très loin d'être la
véritable interprétation de notre conduite. Si cela
nous arrive, nous sommes seulement placés
dans la même position que Jésus-Christ.
Notre
religion est vilipendée, calomniée et incomprise ;
la sienne l'était aussi. Nos paroles sont mal
interprétées, les siennes aussi. Notre conduite
est déformée ; Sa conduite a été présentée
comme celle d'un blasphémateur séditieux.
Cela devrait être une grande consolation pour
nous de penser que nous sommes autorisés à
souffrir, même légèrement, ce qu'Il a enduré,
et que nous sommes rendus plus semblables à
Lui en ayant des épreuves de nature semblable
à celle qu'Il nous a fait subir dans notre âme.
 Mais, en général, ces choses nous dérangent
beaucoup ; elles nous mettent mal à l'aise ;
elles nous distraient dans nos devoirs et dans
nos prières ; et trop souvent nous leur
permettons d'exciter en nous des sentiments
sans charité et vindicatifs. C'est parce que nous
ne réfléchissons pas tout de suite sur notre
cher Seigneur, et sur l'exemple lumineux qu'Il
nous a montré. De plus, nous n'avons pas
l'humilité de reconnaître, même à nous-mêmes,
que les jugements défavorables des hommes
sur nous sont très souvent corrects, et rien de
plus que ce que nous méritons.


III.

Considérez les paroles de Jésus-Christ : " Si
quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive "

, paroles qu'il a prononcées le dernier et grand
jour de la fête, comme on nous le dit dans
l'Évangile de ce jour. On dit qu'Il les a criés, c'est-
à-dire qu'Il les a prononcés d'une voix forte et
perçante, afin qu'un grand nombre du peuple
puisse les entendre. Il voulait leur donner cette
dernière chance, alors qu'ils quittaient la fête,
de se tourner vers Lui. Jésus crie toujours à
nos cœurs par la voix de Son Église, par nos
consciences et par Ses inspirations directes,
afin de nous attirer à Lui. Nous ne savons pas
quand le cri de Notre-Seigneur nous
parviendra pour la dernière fois. Nous sommes
toujours incertains si la chance que nous
avons de nous repentir, ou d'avancer en vertu
maintenant, en ce moment, est la dernière que
nous aurons jamais. Jésus sait combien nous
avons soif et aspirons au bonheur. et il nous dit
où seule notre soif peut être apaisée, c'est-à-
dire en lui.
Tout bonheur qui n'est pas sanctifié
en venant de Lui, ou en l'ayant pour objet, est
vain et faux.
Rien que la vraie religion ne peut
jamais nous donner un bonheur durable,
même dans ce monde.


Oh mon Jésus, je suis humilié quand je
pense combien de fois je porte des jugements
sévères sur les autres, et combien je suis très
indulgent envers moi-même. Je décide, par
Votre grâce, de penser davantage à mes
propres défauts, et de me contrôler lorsque je
suis tenté de penser ou de parler durement
des autres. Donnez-moi aussi la grâce de
chercher, à partir de ce moment, tout mon
bonheur en Vous. Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mar 09 Avr 2019, 10:21 am

MARDI DE LA SEMAINE DE LA PASSION.
ÉVANGILE. Jean vii. 1-13.

Voyez notre Divin Seigneur errer en Galilée
parce que les Juifs cherchaient à le tuer, et
essayaient d'entrer dans les sentiments de
son Sacré-Cœur.

I.

Jésus a évité les Juifs. Il ne voulait pas aller
en Judée parce qu'ils voulaient le tuer ; et
même quand il monta à la fête des
tabernacles, il n'y allait pas ouvertement,
"mais comme en secret". Ce n'était
pas parce qu'il n'osait pas affronter ses
ennemis, ou parce qu'il craignait la
souffrance ou qu'il craignait la mort, mais
parce que le temps fixé par son Père
céleste n'était pas encore venu. Voyez votre
Jésus aimant, Jésus que vous prétendez
au moins aimer, errant comme un paria et
un fugitif, sachant que des hommes
assoiffés de sang voulaient le saisir et le
mettre à mort.
Vous étiez
individuellement dans Ses pensées à ce
moment-là.
Ce n'était pas parce qu'il
n'osait pas affronter ses ennemis, ou parce
qu'il craignait la souffrance que des
hommes cruels avaient soif de Votre sang ?
Quand vous avez été exilé du pays de votre
naissance ? Ah oui, l'amour de Jésus est si
grand qu'Il ne m'a jamais oublié. Je n'ai
jamais pu douter un seul instant qu'Il
puisse m'oublier, et pourtant combien
rarement, et si peu j'ai réalisé ce fait
merveilleux ! Si je m'en rendais compte à
moi-même comme je le devais, je ne
devrais jamais cesser de penser à Lui.


II.

La sensation d'être cherché à être mis à
mort est l'une des positions les plus
douloureuses dans lesquelles un homme
peut être placé. Imaginons-nous dans
une telle position, en fuite de la justice,
et craintifs de peur que chaque pas que
nous entendons s'approcher de nous ne
soit celui de celui qui nous cherche. Une
telle terreur s'emparerait de nous que la
vie serait un fardeau. Jésus ne fuyait pas
la justice. Son âme était impeccable, et
ceux qui cherchaient Sa vie étaient les
hommes mêmes qu'Il venait sauver.
Comment la pensée de l'ingratitude
aveugle des hommes a-t-elle pu aggraver
la douleur de savoir que sa vie était
recherchée ! Comme Il aimait ceux qui
voulaient le tuer ! Cette connaissance
était pour lui un avant-goût de sa passion.

C'était l'ombre sombre de la mort qui
planait sur Lui ; et à quel point Il sentait
avec acuité qu'elle ne pouvait jamais
être connue par les mortels parce que
l'homme ne peut plonger dans les
profondeurs de l'âme de Dieu fait homme.
Pourtant, nous pouvons, dans une certaine
mesure, entrer dans Ses sentiments en
imaginant ce que seraient les nôtres dans
des circonstances similaires, puis en
essayant de nous faire une idée distante
de l'intensité de Ses sentiments découlant
de la force de Sa volonté divine de souffrir,
et de la sensibilité infinie à la souffrance
dont Il s'était volontairement revêtu.
Combien avez-vous souffert, cher Jésus, à
cause de moi, et combien peu j'ai enduré
pour vous !


III.

La souffrance du Sacré-Cœur de Jésus a été
infiniment augmentée par sa connaissance
la plus parfaite et la plus intime de la gravité
du péché,
en général, et du péché particulier
du peuple juif en le rejetant et en cherchant
à le détruire.
Il savait combien ce crime était
terrible aux yeux de son Père Éternel, et de
plus, quel châtiment effrayant il apporterait
aux âmes de ses créatures, en ce monde et
dans l'au-delà. Ainsi, sa chère âme fut
remplie de l'amertume de la douleur à cause
des hommes, et à cause de l'indignation
offerte à la bonté éternelle. Ces pensées
remplissant son cœur, il marche en Galilée, et
avec les mêmes pensées, il envoie ses frères
à la fête, et ensuite il y va secrètement
lui-même. Contemplez-le dans tous ces
passages de sa vie, et tirez de la
contemplation les reflets qu'ils suscitent
naturellement. Ne Le laissez pas être seul et
inconsolable. Soyez avec lui en esprit et en
affection, et résolvez de ne jamais rien faire qui
puisse vous séparer de lui. Particulièrement
résolu à corriger une faute particulière qui vous
tient à distance de votre Sauveur aimant.


Mon Seigneur ! Vous savez que je désire Vous
aimer et Vous faire amende honorable, dans la
mesure de mes moyens, non seulement pour
le crime des Juifs, mais encore plus pour toute
la part que j'ai eue dans les souffrances de
Votre Sacré-Cœur. Oh ! Donnez-moi la grâce de
Vous aimer parfaitement.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mer 10 Avr 2019, 10:26 am

MERCREDI DE LA SEMAINE DE LA PASSION.
ÉVANGILE. Jean x. 22-38.

Considérez Jésus dans le personnage du Bon
Pasteur parlant de ses brebis, et souvenez-
vous que vous êtes l'un de ses brebis.

I.

"Mes brebis entendent ma voix", dit
notre Bienheureux Seigneur alors qu'Il
marche dans le porche de Salomon, tandis
que les Juifs s'entassent autour de Lui et
l'interrogent de leur manière captive. Il
venait de leur dire qu'ils ne croyaient pas
en Lui parce qu'ils n'étaient pas de Ses
brebis, et maintenant Il dit que Ses brebis
entendent Sa voix, c'est-à-dire, croient en
Lui, et acceptent tout ce qu'Il leur dit.
C'est alors une caractéristique des vraies
brebis du Christ qu'elles entendent sa voix
et obéissent à sa parole. Comme la voix de
Jésus parlant à ses brebis est douce ! Et
ce qu'il y a trop souvent de contraste
entre le Pasteur céleste et ceux qui se
prétendent Ses brebis ! Les brebis, si elles
sont laissées à elles-mêmes, s'éloigneront,
partiront à la recherche de nouveaux
pâturages, et se perdront enfin. Il en est de
même avec nous, si nous ne sommes pas
de véritables brebis du Christ, et si nous
n'obéissons pas à sa voix. Si nous ne
retenons pas fermement tout ce que Jésus
a enseigné par sa parole et par son Église,
nous nous perdrons bientôt, et nous
trouverons nos pauvres âmes comme des
brebis sans berger.
Cela ne concerne
pas seulement les questions de foi, mais
aussi l'observance de l'ensemble de la loi
chrétienne. Ai-je jusqu'ici écouté
attentivement la voix du Bon Pasteur ? Ai-
je toujours fait ce que ma conscience m'a
dit de faire, et évité ce que la même
conscience a proclamé comme étant mal ?

 Je sais que j'appartiens au Temple de
Jésus en étant membre de Son Église Une,
Sainte, Romaine, Catholique et
Apostolique  et pourtant, je serai perdu si
je suis les préceptes de ma volonté et de
mes passions, et si je n'agis pas selon la
conscience que Dieu m'a donnée.


II.

" Je les connais et ils me suivent",
poursuit-il. Que c'est une chose que Jésus
doit nous connaître, non pas vaguement,
généralement, et dans une messe, mais
individuellement et personnellement !
Quelle consolation pour l'âme qui s'efforce
d'aimer Dieu de sentir que Jésus le Bon
Pasteur veille toujours sur elle, connaît
toutes ses épreuves et ses tentations, et
toutes ses luttes dans la lutte avec le
monde, la chair et le diable !
 Alors Jésus
me connaît, intimement et
parfaitement. Je ne peux rien Lui cacher.
Il sait quelle attention particulière m'a
été accordée, quelles grâces j'ai reçues et
comment j'ai correspondu avec eux. Il sait
combien il peut y avoir de bon en moi et
combien de mal.
Si Jésus me connaît
si bien, ne dois-je pas m'efforcer de Le
connaître aussi loin que possible dans ce
lieu d'exil ?
Je me souviendrai toujours
de la connaissance que Jésus a de moi et
de tout ce que je pense, dis, et fais, et de
toutes mes voies, et de toutes les
circonstances de ma vie ; et j'essaierai
d'arriver à une vraie connaissance de Lui
par la méditation quotidienne.


III.

La grande récompense inestimable que
Jésus promet à ses véritables et fidèles
brebis est la récompense de la vie
éternelle.
Rien de moins que cela leur
est réservé. D'autre part, si la vie
éternelle est la récompense des bonnes
brebis, quelle est la mort éternelle,
sinon la  punition de ceux qui
désobéissent au troupeau, qui suivent
les desseins de leur propre cœur et
abandonnent le vrai berger ? Oh ! quel
malheur inexprimable il est d'être
séparé pour toujours de Jésus, d'être
banni des champs heureux du Ciel vers
le désert aride et brûlé de l'enfer !

D'autre part, quelle joie indicible à nourrir
à jamais dans les pâturages de la vie
éternelle aux côtés du Bon Pasteur dont
nous avons entendu la voix, et dont nous
avons suivi les pas dans cette vallée de
notre pèlerinage !
Jésus, je Vous aime
comme je Vous vois parler aux Juifs
qui ne Vous croient pas, et parler
aussi à mon cœur. Mais qu'est-ce
que c'est ? Ils prennent des pierres
pour vous les lancer ! Je ne suis pas
de ceux-là, Cher Seigneur ! Je
m'envole à Votre côté pour Vous
protéger de leur rage, ou pour souffrir
avec Vous.

Oh ! Bon Pasteur ! Je souhaite être
l'un des plus obéissants, doux et
aimant de Votre troupeau
. Le monde
peut penser que je suis fou de rester
à Vos côtés, mais je m'en fiche, tant
que Vous me regardez avec amour
et approbation. Donne-moi la grâce
de rester toujours fidèle à Toi.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 11 Avr 2019, 7:08 pm

JEUDI DE LA SEMAINE DE LA PASSION.
ÉVANGILE. - Luc vii. 36-50.

Imaginez la scène relatée dans l'évangile
d'aujourd'hui ; et représentent de façon
vivante à votre esprit les personnes, les
actions et les mots.

I.

Considérez la bonté de notre cher Seigneur
en acceptant l'invitation d'un homme qui,
par sa profession, était parmi les ennemis
de Jésus. Regardez Notre -Seigneur
s'allonger à table, et étudiez sa bonté. Est-
ce que je peux regarder en arrière sur un
tel et dire que je ne l'ai jamais fait, ou que
je n'ai jamais dit, ou j'ai pensé à tout ce
que j'aurais souhaité pour rappeler ? Que
je n'ai jamais offensé, méchant exemple,
ou scandale ? Considérez aussi Madeleine
pleine d'amour et de vénération pour notre
Divin Rédempteur maintenant, bien qu'elle
ait été pécheuse. Elle avait probablement
entendu les avertissements divins de
Jésus; en tout état de cause, son cœur
était ému de repentance pour ses méfaits
et elle vient à lui pour obtenir le pardon.
Il est touchant de voir le mouton errant
venir ainsi chercher son berger. Quelle
tristesse il y a dans son pauvre cœur
blessé ! Quel amour pour Celui qui seul
peut guérir son âme ! Comparez les deux,
Madeleine et Jésus ; la repentance
parfaite et l'innocence parfaite. Comme
ils se rapprochent, innocence et
repentance ! Comme l'innocence divine
de Jésus prend en douceur le pécheur
repentant à son amour !
Soyons très
tendres et doux avec les pécheurs, afin
de les amener à la repentance.


II.

Quelle douceur et quelle charité
apparaissent dans son visage sacré !
Quelle dignité sans prétention dans chaque
geste ! En Lui il n'y a rien qui puisse
offenser. La pureté de la sainteté l'entoure.
Quelle est ma conduite lorsque je suis
parmi mes amis, surtout lors d'occasions
conviviales; et ainsi elle ne cherche pas la
réconciliation dans la dissimulation, mais
permet au chagrin et à l'amour débordant
de son cœur de jaillir en présence de toute
la compagnie. Elle se tenait derrière, et à
Ses pieds, honteuse, confuse et humiliée à
la pensée de son état de péché, elle recula
devant Son visage, et trouva à Ses pieds
sacrés le lieu approprié pour sa repentance.
Quand la conscience nous parle, ou le
remords émeut nos cœurs, cherchons-nous
immédiatement à nous réconcilier avec
Notre-Seigneur dans le sacrement de
pénitence ? Allons-nous donc à Lui pour
le pardon au moment où nous constatons
que nous avons fait le mal ? Est-ce qu'on
fait même un acte de contrition ? Je vais
amender, cher Jésus. Encore une fois, si
nous avons donné un scandale ou un
mauvais exemple, nous souvenons-nous
de faire toutes les réparations qui sont
en notre pouvoir ? Suis-je vraiment confus,
honteux et humble quand je pense à mes
nombreuses offenses contre Dieu ?


III.

Pensez aux paroles de Jésus, si pleines de
bonté et de tendresse envers Madeleine
la repentante. Il n'y a pas un seul
reproche. Pas un mot pour causer un
douloureux sentiment. Au contraire, Jésus
énumère ses bonnes actions et exprime
une appréciation très généreuse de
chacune. Il aurait pu raconter ses péchés
un à un pour montrer l'étendue de sa
bonté en lui pardonnant, mais cela n'aurait
pas été en accord avec ses manières
aimantes de repentir les pécheurs. Il omet
l'équilibre du péché, et ne compte que la
somme des actes de repentance.

Comme le caractère de Notre-Seigneur
s'exprime avec douceur dans toute cette
scène émouvante ! Les pécheurs ont ici un
grand encouragement. Faible, insensé,
aussi méchant que nous soyons, Jésus est
toujours prêt à pardonner, le moment où
nous nous repentons. Son Église est
comme Lui en cela ; et tous les vrais cœurs
chrétiens accueilleront et chériront la
pauvre âme qui s'est égarée, mais qui
retourne maintenant à la grâce de Dieu
par un sincère repentir.
Permettez-moi
d'apprendre à aimer Jésus de plus en
plus pour sa bonté. Permettez-moi aussi
de m'efforcer de plus en plus d'avoir du
zèle pour le salut des âmes et, dans tous
mes rapports avec les personnes qui ont
commis des fautes, d'imiter la conduite
de mon cher Seigneur.


Oh Jésus ! Modèle d'innocence ! Donnez-
moi la grâce de la repentance sincère.
Ne laissez aucune considération de
respect humain, ou tout autre sentiment,
me faire retarder quand je sais que j'ai
péché. Je décide, ô Seigneur, par Votre
grâce, de me repentir une fois pour
toutes et de confesser mes péchés avec
amour, humilité et douleur. Donnez-moi
aussi la grande grâce qui m'apprendra à
traiter avec ceux qui ont fait le mal.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 26d6a910
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 12 Avr 2019, 10:18 am

VENDREDI DE LA SEMAINE DE LA PASSION.
ÉVANGILE. - Jean xi. 47—54.

Imaginez que vous voyez Jésus éviter les
Juifs, et allant avec Ses disciples à
Éphrem parce qu'ils cherchaient à le tuer.

I.

Considérez la méchanceté des chefs des
prêtres et des pharisiens, qui se sont
rassemblés en conseil contre Jésus. Pour
nous, cela semble terrible de dire contre
Jésus, et pourtant, combien de choses
sont faites chaque jour contre Lui ! Et par
des personnes qui se disent chrétiennes !
Tout ce qui est fait contre la loi de Dieu,
et contre Sa volonté, est contre Jésus.

Chaque fois que nous brisons un
commandement, chaque fois que nous
commettons un péché, nous conspirons avec
le diable contre Jésus. Toute
l'impardonnabilité ou l'injustice que nous
montrons envers notre prochain est contre
Jésus.Chaque fois que nous scandalisons
quelqu'un, et que nous conduisons quelqu'un
d'autre au péché, tout cela est contre Jésus.
La négligence des parents à l'égard de leurs
enfants, des supérieurs à l'égard L'omission
ou le non-respect des droits spéciaux
de notre état de vie ; le fait de profiter de
n'importe quelle position pour opprimer ou
blesser d'autres personnes, est contre Lui.
L'utilisation de nos talents pour porter atteinte
à la foi ou à la morale d'autrui, par la parole,
l'écriture, la presse ou par tout autre moyen,
est contre Lui. Si ceux qui sont
comparativement riches méprisent ou négligent
les pauvres, c'est contre Jésus. Le refus
d'observer, ou l'omission volontaire d'obéir aux
commandements de l'Église, est contre Lui.

Toute la clameur sauvage du monde contre
l'Église du Christ et contre son vicaire est contre
lui. Toutes les attaques faites contre la foi
catholique sont contre Lui. Laissez-moi examiner,
et voir combien de tout cela peut être mis à ma
charge.


II.

Les grands prêtres des Juifs et des Pharisiens
conspirèrent contre Notre-Seigneur pour une
considération temporelle. Ils dirent : " Si nous
Le laissons ainsi, tous les hommes croiront en
Lui, et les Romains viendront et prendront notre
place et notre nation ".
Leur opposition à Jésus
dans ce cas découlait d'une simple politique
mondaine. Ils ne se souciaient pas de savoir si
sa doctrine était vraie ou non ; ils ne pensaient
qu'à la stabilité de leur nation ; et parce qu'ils
craignaient le pouvoir de celui qui était venu
prêcher la vérité au monde. N'y a-t-il aucune
analogie dans l'histoire publique de notre
époque ? N'a-t-il pas d'équivalent dans l'histoire
privée de nos propres âmes ? Pourquoi sommes-
nous prêts à aller contre Jésus ? Est-ce pour un
bien supérieur ? Non, car nous savons qu'il n'y
a rien de mieux ou de plus haut ;
mais nous
le sacrifions, lui et son intérêt, aux plus basses et
misérables considérations. Nous L'abandonnons ;
nous commettons le péché, à cause du monde et
de son orgueil, et de sa vanité, et de sa gloire vide.
Nous commettons le péché pour satisfaire le caprice
d'un moment, ou pour satisfaire l'ambition d'une
vie. Nous commettons le péché pour un plaisir
momentané, ou pour une passion haineuse. Laissez-
moi considérer les misérables incitations qui m'ont
conduit à commettre des péchés de quelque nature
que ce soit, et voyez quelle part j'ai eue dans les
souffrances mentales de Notre-Seigneur, quand il
est allé aux frontières du désert à cause de sa
cruelle persécution par les Juifs.


III.

C'est la bonté et la puissance de Jésus qui ont
suscité de tels ennemis amers contre Lui. "Cet
homme fait beaucoup de miracles"
, s'exclamèrent-
ils. Quels étaient les miracles de Jésus ? Guérir les
malades, les boiteux et les aveugles, ressusciter
les morts, changer l'eau en vin, de peur de gâcher
la convivialité amicale d'un festin de noces; autant
d'indices de son intense bonté et charité.
Cela
s’applique-t-il à moi? Suis-je toujours contre lui à
cause de sa bonté et de sa puissance? Ah! Oui ;
car, sans sa bonté infinie, je n'aurais pas la
possibilité de pécher deux fois.
Si j'avais eu mes
déserts, je serais mort après mon premier péché.
C’est précisément parce que je connais sa bonté
et que j’ai fait l’expérience de son pouvoir de
préserver ma vie que j’ai jamais osé pécher.
D'une
autre manière, j'ai pu aller contre Lui pour Sa bonté,
si j'ai jamais été jaloux ou envieux du bien spirituel
ou temporel des autres, si j'ai jamais ressenti une
certaine rancune contre ceux qui étaient meilleurs
que moi et si, par leurs bons actes ou pratiques
pieuses, j'ai eu une sorte de malice en les dénigrant
ou en les raillant.

De telles choses ne sont pas rares, même si elles
semblent aller à l'encontre de notre sens moral ;
permettez-moi donc de m'examiner sur ces points
et de corriger ce qui ne va pas.

Oh ! Jésus, je compatis dans toutes les souffrances de
Votre Sacré-Cœur et de Votre Esprit, en particulier
celles qui ont la malice particulière d'être infligées
pour Votre bonté. J'ai péché, comme Vous le savez,
mon cher et aimant Seigneur, mais, par Votre grâce,
je ferai mieux à l'avenir.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Sam 13 Avr 2019, 8:39 am

SAMEDI DE LA SEMAINE DE LA PASSION.
ÉVANGILE . Jean xii. 10-36.

Voyez notre Bienheureux Seigneur triompher
à Jérusalem ; regardez-le et apprenez les
sentiments de son cœur ; étudiez-les et les
autres leçons à tirer de l'évangile d'aujourd'hui.

I.

L'envie des grands prêtres des Juifs était si
grande qu'ils cherchaient à tuer non seulement
notre cher Seigneur, mais aussi Lazare, son
ami qu'Il avait ressuscité des morts. Quel
sentiment différent était excité dans la
multitude ! Car l'évangéliste nous dit que c'est
à cause de la renommée de ce miracle que le
peuple est allé à la rencontre de Jésus. Nous,
en tant que membres de la vraie Église du
Christ, nous professons être Ses amis. Il nous
a certainement choisis pour être ainsi, tout
comme Il a choisi Lazare, et si nous ne
sommes pas Ses amis, c'est notre propre
faute. Puisque nous prétendons être les amis
particuliers de Jésus, nous ne devons pas être
surpris ou découragés si le monde nous
maltraite à cause de notre religion. Ces
mêmes mauvais traitements devraient être
pour nous une source de consolation, car,
entre autres, ils sont une preuve de la vérité
de notre foi, et ils nous rendent plus
semblables à notre Divin Maître.
Nous
pouvons mieux sympathiser avec Ses
souffrances quand nous devons souffrir
quelque chose pour Lui.
Encore une fois,
cela devrait nous consoler de savoir que les
choses mêmes qui sont saisies comme
prétextes pour que le monde nous haïsse,
sont une source d'attraction de la Foi pour
beaucoup d'autres, tout comme la
résurrection de Lazare a agi de manière
opposée avec les Juifs. Elle a fait naître le
désir de tuer Lazare aussi bien que Jésus,
tandis qu'elle en a amené d'autres à
rencontrer Jésus et à chanter, " Hosanna !
Béni soit Celui qui vient au nom du
Seigneur, le Roi d'Israël."


II.

Considérez notre cher Seigneur qui arrive à
la descente du Mont Olivet, et voyez
comment une multitude de gens le
rencontrent ; ils arrachent des branches des
palmiers, et les agitent en triomphe devant
Lui, tandis que certains jettent leurs
vêtements comme les pieds de l'âne sur
lequel il monte peuvent passer sur eux.
Écoutez comme ils crient avec des
acclamations joyeuses, "Hosanna au fils de
David. Béni soit Celui qui vient au nom du
Seigneur."
Matt. xxi. 9. Joignez-vous à ce
triomphe de tout votre cœur, unissez-vous à
cette multitude, et proclamez la gloire du fils
de David, le roi de votre cœur. Mais comment
Jésus agit-il dans cette scène triomphante ?
Est-il exalté par la joie et la satisfaction ? Il
pleure, comme nous le dit saint Luc, non pour
lui-même, mais pour la destruction à venir de
sa Jérusalem bien-aimée, et pour les péchés
du peuple, qui s'en inspirerait. C'est vraiment
une scène émouvante, les gens qui montrent
toutes les manifestations de joie, et Jésus,
l'objet de leurs acclamations, pleure. Chérissez
ces larmes sacrées, et apprenez combien il y a
d'amour dans ce cher Cœur qui a souffert tant
de chagrin intense à cause des hommes, quand
ils étaient dans le comble de l'exultation à
cause de Lui.

III.

Écoutez comment ces sons joyeux sont repris par
les murs de Jérusalem qui, en si peu de temps,
devaient retourner au Mont Olivet le cri effrayant
de " Crucifiez-le ". La popularité est de si courte
durée ! L'idole du peuple d'aujourd'hui, est
demain l'objet de son mépris et de sa haine
mortelle. Toute la ville est aux pieds de Jésus sur
le Mont Olivet, et dans peu de temps Il n'aura
plus un seul ami près de Lui.
Ceux qui
travaillent pour la faveur populaire découvriront
bientôt à quel point elle est éphémère et
changeante. Elle ne peut jamais conférer un
bonheur véritable et durable, car elle est si sujette
aux fluctuations. Si le sentiment public a changé
si complètement et si rapidement à l'égard de
Jésus, nous pouvons être sûrs que le moindre
accident transformera toute la faveur dont nous
pouvons jouir en amertume de la haine.
Rien
de simplement humain ne peut donner une joie
solide à un vrai chrétien. C'est Dieu seul et les
choses de Dieu qui peuvent le donner.
En quoi ai-
je cherché mon bonheur ? Est-ce dans la louange
des lèvres des hommes ? Il disparaîtra comme de
la fumée, et me laissera désolée. Si je n'ai
travaillé que pour plaire aux hommes, ou
principalement, ou même partiellement, pour cela,
mon bonheur ne peut durer même dans ce monde.
Et, comme pour le prochain ! Quelles seront mes
pensées de simples applaudissements humains
quand je mourrai ?


Seigneur Jésus, donnez-moi un véritable amour
pour Vous, afin que je sois vraiment Votre ami.
Permettez-moi de partager vos chagrins afin que
je sois plus comme vous. Je m'engage, pour Votre
bien, à mépriser la faveur du monde et à ne
chercher que Votre approbation. Aide-moi par Ta
grâce. Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Dim 14 Avr 2019, 10:00 am

DIMANCHE DES RAMEAUX.
ÉVANGILE. - La Passion de Notre-Seigneur
Jésus-Christ, selon saint Matthieu xxvi.
et xxvii.

Voyez notre Bienheureux Seigneur dans le
jardin de Gethsémani, accablée de tristesse ;
et imaginez-vous proche, de sorte que vous
pouvez le voir et l'entendre.

I.

Contemplez notre cher Seigneur après la
dernière Cène, au cours de laquelle il avait
prédit que Judas le trahirait, et avait institué
cet héritage de son amour infini, la Sainte
Eucharistie, descendant avec ses disciples le
flanc de la colline de la porte de Jérusalem au
petit jardin de Gethsémani. Il avait l'habitude
de prier dans ce jardin, et maintenant il y va
pour la dernière fois, sachant très bien ce qui
l'y attend. Pourtant, Il ne se dérobe pas
encore à la pensée de toutes Ses souffrances
à venir, mais poursuit avec un calme indicible
son chemin vers l'accomplissement de la
volonté de Son Père, et la Rédemption de
l'homme. Voyez comment, après avoir dit aux
autres disciples de rester à une certaine
distance, il prend Pierre, Jacques et Jean, les
trois qui avaient vu sa Transfiguration, pour
être près de lui et pour veiller avec lui. Écoutez
ce qu'Il leur dit : " Mon âme est triste jusqu'à
la mort."
Il est certain que de telles paroles
tristes n'ont jamais été prononcées dans ce
monde, ni avant, ni depuis. Son chagrin est si
grand, Sa douleur d'âme est si intense, que la
moindre addition à elle le tuerait. Elle l'a amené
aux portes mêmes de la mort. Il a souffert dans
son âme sacrée toute l'agonie profonde des
mourants. Il semblait que son âme même
mourrait, si cela était possible. Voyez-Le comme
Il le dit si tristement aux trois disciples ; regardez
sur Son visage si expressif du malheur de Sa
chère âme.


II.

Alors, allant un peu plus loin, il tombe sur sa face,
avec tout le poids de sa douleur sur lui, et prie
son Père éternel. Quelle est sa prière ? "Père, s'il
est possible, que ce calice passe loin de Moi.
Néanmoins, non pas comme je le veux, mais
comme tu le veux."
Quelle leçon pour moi ! Je ne
peux supporter les moindres douleurs et
inconvénients sans murmurer ; moi qui mérite
tant pour mes péchés ! Mais Jésus souffre pour
moi avec une expression de soumission profonde
à la volonté de son Père.
La douleur et les ennuis
m'empêchent souvent de prier ou de tourner mon
cœur vers Dieu, mais la souffrance ne fait que
pousser Jésus à prier d'autant plus, " et étant dans
l'agonie, il priait le plus longtemps "
. Luc xxii. 43.
Comme l'agonie de son âme affecte son corps!
Voyez comment le sang est pressé de chaque pore!
Il écrit sur le sol comme un ver écrasé. Cela peut-il
être Jésus? Cela peut-il être l'Agneau innocent de
Dieu? Cela peut-il être celui qui, vrai Dieu et vrai
homme, m'aime d'un amour éternel? Oh! c'est vrai !
Mais je vole vers Toi, mon Jésus, mon Seigneur, tu
aimes mon cœur; et je te consolerai en ne péchant
plus jamais.
Il n’y a jamais eu de chagrin comme celui-
ci, car c’était le chagrin de tout un monde et de tous
les âges du monde qui s’imposait à lui.


III.

Jésus a voulu, avec toute l'intensité de Sa volonté de
Dieu, souffrir ; et cela a rendu Ses souffrances
infinies. Mais la cause de sa souffrance dans le jardin ?
C'était, en partie, la vue qu'il avait de toutes les autres
souffrances qui devaient venir sur lui, tant dans son
corps que dans son esprit, mais encore plus, c'était la
proximité étroite à laquelle il était amené par le péché.
Il détestait le péché. Il a instinctivement reculé devant
le péché avec un tel sentiment de douleur positive
comme lorsque les nerfs les plus délicats de notre
corps sont blessés ; et pourtant, dans son abandon à
Gethsémani, il lui semblait que Lui seul était coupable
de tous les péchés qui ont été ou seront commis dans
le monde, du péché de nos premiers parents au dernier
péché du dernier homme. Ils étaient entassés en un
seul tas vaste et nauséeux. Ils s'accrochaient à lui et
semblaient brûler dans son âme même, et devenir siens
à lui seul. Ils formèrent un nuage noir autour de lui,
fermant le ciel même. Ses yeux ne voyaient que du
péché, ses oreilles étaient assoupies de cris de péché
horribles, il ne ressentait que la touche odieuse du
péché, il respirait l'atmosphère odieuse et noiseuse du
péché.
Et il est si innocent que le ciel n'a rien de plus
pur! Mon Dieu ! quel terrible malheur était tout cela pour
le Sacré Cœur de Jésus!
Quel rôle avais-je dans cela?
Laissez-moi essayer d'arracher de ce tas mes propres
péchés. Je commence ; mais le péché après le péché se
développe; et plus je cherche, plus je trouve, jusqu'à ce
que la tâche semble presque sans espoir. Encore je vais
continuer; J'examinerai ma conscience, Je confesserai
mes péchés, je les regretterai et je me déciderai à ne
plus jamais les commettre. Oh ! mon cher Jésus ! alors
que Tu es couché sur ton visage dans le Jardin, Tu
penses à moi comme si j'étais la seule créature de Tes
mains sur la terre. Tu sens mes péchés se presser
individuellement sur Toi, et blesser Ta chère âme avec
des blessures indescriptibles.
Je ne t'offenserai plus
jamais. Jésus, aide-moi par ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Matt-210
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Lun 15 Avr 2019, 9:51 am

LUNDI DE LA SEMAINE SAINTE.
ÉVANGILE Jean xii. I— 9.

Imaginez Jésus dans la maison de Simon le
lépreux à Béthanie. Voyez Lazare et ses
sœurs, les disciples de Judas parmi eux,
étudiez toute la scène et essayez d'en tirer
quelque chose de bon pour vous-même.

I.

C'est l'opinion la plus communément reçue
que la femme, Marie, qui est décrite
comme ayant oint les pieds de notre cher
Seigneur, est la même Marie-Madeleine qui
est apparentée par Luc, chap. vii, d'avoir
accompli une action similaire à une période
antérieure. C'est donc la deuxième fois
qu'elle vient avec une manifestation
publique de son grand amour pour Jésus, et
il est digne de mention que Saint Matthieu,
chap, xxvi. nous dit qu'elle a oint sa tête.
La première fois, ce n'était que ses pieds,
comme les plus appropriés à Marie lorsqu'elle
se repent, et maintenant aussi sa tête,
comme l'effet de l'amour de Marie sanctifiée.
Ainsi, l'amour et l'humilité sont très visibles
dans la conduite de Marie ; et en effet, on
peut dire qu'ils contiennent la somme et la
substance de notre devoir envers notre cher
Seigneur.
Nous ne pouvons pas l'aimer
comme nous le devrions sans avoir la foi et
l'espérance en Lui, et sans garder Ses
commandements ; et nous ne pouvons pas
avoir la vraie humilité sans un sens de notre
propre impuissance sans Lui, et la douleur
sincère pour nos offenses. L'amour que j'ai
pour Jésus est-il solidement fondé sur la vraie
charité et l'humilité ? Permettez-moi de veiller
à ce que ma dévotion ne soit pas simplement
sentimentale ou émotionnelle, et à ce qu'elle
ait un véritable fondement. Pour découvrir
ceci, laissez-moi examiner et voir si je ne suis
bon que par intermittence ; si je ne suis pieux
et vertueux que lorsque la piété et la vertu
tombent avec mon propre humour ; ou si je
suis constamment et persévéramment bon et
religieux malgré la sécheresse de l'esprit, la
réticence du mental, les distractions et
tentations extérieures. Si je constate que
mon examen est contre moi, je me mettrai au
travail immédiatement pour corriger ma faute.


II.

Considérez comment, au milieu de la
consolation que Jésus a tirée de l'acte pieux de
Marie-Madeleine, son âme bénie a été peinée
d'entendre l'un de ses propres apôtres accuser
la manifestation de sa piété. Comme l'objection
impolie de Judas a dû frapper durement son
cœur tendre ! Combien froidement le calcul du
froid a dû tomber sur les oreilles de tant de ceux
qui l'aimaient ! C'est le sort des vrais pieux que
d'être mal compris et de rencontrer des chocs
grossiers dans leurs sentiments de dévotion.

Ne soyons pas découragés si les esprits mondains,
ou même les personnes que nous estimons bien,
n'apprécient pas tout ce que nous faisons pour
Dieu dans la sincérité candide de nos cœurs. Si
nous sommes vraiment bons, nous n'aurons pas
une grande idée de nos bonnes actions; et nous
nous rappellerons en outre qu'aucune quantité de
désapprobation du monde ne diminuera le mérite
que nous pouvons avoir aux yeux de Dieu.


III.

Judas blâma la conduite de Marie en répandant de
pommade sur la tête et les pieds de Jésus, au
motif qu'elle pouvait avoir été vendue, et le prix
donné aux pauvres. L'évangile poursuit en disant :
" Il a dit cela, non pas parce qu'il se souciait des
pauvres, mais parce qu'il était un voleur."
Comme
il a dû être douloureux à l'infini pour le Sacré-Cœur
de Jésus d'entendre cette déclaration de prétendue
sollicitude pour les pauvres, alors qu'Il connaissait
chaque pensée qui passait dans l'esprit du traître
Judas, et chaque motif qui influençait Sa conduite !
C'est sa connaissance intime des cœurs et des
motifs, sa perception claire de chaque pensée
humaine, qui a tant ajouté à la douleur de Jésus-
Christ avant et pendant sa Passion. Ou plutôt, c'est
ce qui a donné à toutes Ses souffrances une de ces
caractéristiques distinctives qui les distingue des
souffrances ordinaires des hommes. Il n'y a pas que
des mots qui ont été prononcés, et les actions qui
ont été faites et qui ont affligé Jésus. Ce n'est pas
seulement qu'Il a perçu, comme n'importe quel
homme pourrait le percevoir, qu'Il a été faussement
accusé, qu'Il a été vendu et livré par traîtrise, qu'Il a
été frappé, craché sur, et fouetté, et couronné avec
des épines et crucifié  mais Il avait une vision claire
et distincte des cœurs, et des pensées, des esprits,
des esprits et des âmes et des pensées non
seulement ceux qui faisaient ces actions sur Son
Corps Sacré, mais de tout homme du
commencement à la fin des temps. Quelle image
hideuse à présenter au Seigneur de la sainteté ! Je
sais ce qu'Il a vu dans le cœur de Judas ; ce qu'Il a
vu alors, et ce qu'Il voit maintenant, dans mon cœur ?


Oh ! mon Dieu ! donnez-moi le véritable amour
envers Vous, et la vraie humilité. Laissez-moi me
voir comme Vous me voyez ; et donnez-moi la grâce
de ne jamais essayer de couvrir ma vraie
méchanceté d'un voile d'hypocrisie. Seigneur très
cher, je m'engage à m'efforcer de faire amende
honorable envers Vous pour toute la douleur amère
que Vous avez endurée pour moi, en Vous aimant le
plus possible, et en m'efforçant, par un bon exemple,
de conduire les autres à Vous aimer. Aide-moi par Ta
grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...


Dernière édition par Monique le Jeu 18 Avr 2019, 9:16 am, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mer 17 Avr 2019, 7:13 am

MARDI DE LA SEMAINE SAINTE.
La Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
selon saint Marc xiv. xv.

Imaginez-vous Jésus porté par les hommes
impolis qui l'avaient fait prisonnier, au
grand prêtre, et placé comme un criminel
devant lui.

I.

Considérez Jésus entre les mains d'une foule
cruelle et implacable de soldats et d'autres
personnes, entièrement entourés d'ennemis.
Comme des loups affamés, ils ont soif de Son
sang. Voyez la sombre satisfaction des chefs
des prêtres, des scribes et des pharisiens,
l'impolitesse des soldats, l'esprit sauvage de
persécution des voyous sans foi ni loi qui le
traînent. Entendez leurs grands cris, et les
paroles injurieuses et les insultes qui se
multiplient. Écoutez leurs grands cris, les
paroles injurieuses et les insultes qui se
pressent contre cet innocent Agneau de Dieu
C'est notre Père, notre Frère, notre Ami le
plus fidèle et aimant, qui est donc pressé
devant le tribunal, entouré d'un si terrible
éventail d'ennemis. C'est le Verbe éternel
fait chair qui est ainsi traité comme le plus
méchant malfaiteur. C'est le Fils de Dieu
éternel qui est descendu du ciel pour saigner
et mourir, afin de sauver les hommes
mêmes qui réclamaient Sa punition et sa mort.
Devant le grand prêtre, Lui, vrai Dieu aussi
bien que vrai homme, est accusé de
blasphème ! Il n'y a personne pour parler en
sa faveur, bien que les témoins aient été faux,
et que leur témoignage n'ait pas été d'accord.
Ses disciples s'étaient enfuis. Mais Pierre et un
autre disciple le suivirent, n'osant pas être avec
lui et connu comme le sien, mais apparaissant
comme attiré par la curiosité et indifférent à
son destin. Pensez à Lui dans une si terrible
désertion, et unissez votre cœur au sien.


II.

Jésus, si solitaire et sans amis, appelle à toute
notre compassion ; pour quelle douleur mentale
peut être plus grande que celle de se retrouver
soudainement sans un seul ami, et entouré de
toute l'inimitié que l'envie et la malice peuvent
apporter ?
Mais ce n'est pas tout. Quand le
grand prêtre s'est exclamé qu'il avait blasphémé,
ils ont commencé à cracher sur lui ; ils lui ont
couvert les yeux, et l'ont frappé,  et lui
demandent avec ironie de dire qui a fait l'acte
infâme. Qui peut dire quelle consolation cela
aurait procuré à Jésus si une voix amicale avait
murmuré une parole de réconfort à son pauvre
cœur blessé? S'il avait pu voir un visage connu
le regarder avec un regard aimable et affectueux?
N'y a-t-il pas quelqu'un pour lui donner une
pression rassurante de la main? Pas une ! Mais
écoutez! Il y a enfin la voix d'une personne qu'il
connaît et aime bien - quelqu'un qui a dit que,
même s'il devait mourir avec lui, il ne le renierait
jamais. Ne pouvons-nous pas espérer quelque
réconfort pour lui maintenant? Vain espoir! Pierre
le nie; non, maudit et jure qu'il ne le connaît pas.
Est-ce possible, mon Jésus! qu'il en soit arrivé là?
Est-ce tout ce que tu entends de la part de ton
apôtre choisi?


III.

Quand Jésus entendit Pierre le renier, et même le
maudire et jurer qu'il ne le connaissait pas, il n'a
pas reproché à l'apôtre, mais saint Luc nous dit,
en quelques mots émouvants, que "le Seigneur,
se retournant, regarda Pierre."
Cela suffisait à
attiser les remords dans le cœur de Pierre ; il se
souvint de ce que Jésus lui avait dit auparavant,
et "en sortant, il pleura amèrement". Imaginez ce
regard de Jésus, si plein de tendresse et d'amour
plaintif. Comment la vue de cette triste, pâle,
meurtrie, et le visage défiguré a affecté le pauvre
apôtre ! Laissez-moi réfléchir sur toute la part
que j'ai eue dans cette scène douloureuse par
mes péchés, qui ont été présents à l'esprit de
Jésus par Sa pré-connaissance. Permettez-moi
aussi de réfléchir à la manière dont je peux
manifester ma sympathie pour Lui, et obtenir la
grâce pour moi-même, en profitant des occasions
de l'imiter. C'est très douloureux pour moi quand
je sais que les gens ont honte de me connaître ;
quand je sais qu'ils ont parlé de moi avec légèreté
ou insolence ; quand quelqu'un que j'aime, que j'ai
favorisé et que je considère comme un ami, parle
contre moi derrière mon dos. C'est un choc terrible
que de constater soudain que quelqu'un en qui j'ai
confiance agit de manière à me faire perdre ma
confiance, parce qu'il constate que les autres sont
contre moi. C'est peut-être encore plus difficile
quand j'entends accidentellement mon ami en qui
j'ai confiance dire du mal de moi avec des mots de
mépris ou d'insulte, alors qu'il devrait me défendre.


Mon cœur et mes sentiments sont profondément
blessés, mais peut-être que je le mérite vraiment.

Jésus ne le méritait pas, mais il était patient et bon.
Ai-je été ainsi dans de telles circonstances ? Ai-je
pensé à Lui offrir de telles blessures en réparation
de ma part de ses souffrances, et en sympathie
affectueuse avec Lui ?


Oh ! mon cher Seigneur Jésus ! J'unis mon cœur
avec le Vôtre dans Votre plus amère désertion par
Vos amis ; j'essaierai de Vous réconforter par mon
fidèle attachement à Vous. Oh, donnez-moi la grâce
de supporter toutes les blessures, en particulier
ceux qui viennent de ceux qui devraient être mes
amis, avec charité et avec la résignation.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 18 Avr 2019, 10:51 am

MERCREDI DE LA SEMAINE SAINTE.
La Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
selon saint Luc xxii., xxiii.


Voyez notre cher Seigneur-Jésus, chargé
d'une lourde croix, peinant le long du
chemin vers le Calvaire. Il rencontre un
certain nombre de personnes, et de
femmes, qui pleurent son sort.
Regardez-le et écoutez Ses paroles.

I.

Je m'imagine près des murs de Jérusalem;
mon coeur aime Jésus; Je sais en partie
ce qui se passe dans la ville. J'entends
d'horribles cris qui se répercutent dans
les rues et qui se répercutent à la hauteur
du calvaire. J'écoute et j'entends les mots
effrayants: "Crucifie-le! Crucifie-le!" Est-ce
Jésus qu'ils crucifieraient? Non; ce doit être
Barabbas, le rebelle et le meurtrier.
J'entends son nom: Barabbas! Barabbas!
Ils le mènent sûrement à l'exécution, et le
doux, pur et innocent Agneau de Dieu, si
innocent et si patient, est libéré!
La procession quitte les murs de la ville et
que vois-je? Entouré de soldats, d'hommes
rudes et cruels qui le frappent et le poussent
en avant, portant sur ses pauvres épaules
meurtries une croix grossière et lourde, se
glissant presque sous le fardeau, se trouve
mon frère, mon ami, mon père, mon sauveur,
mon Dieu ! Une couronne d'épines est sur
son front, et le sang coule sur ses joues
sacrées, mélangé avec des larmes. La vue a-t
-elle jamais été plus pitoyable?
Qui a fait cela,
ô Jésus? Moi je l'ai fait par mes péchés! Oh!
malheur à moi, que jamais j'aurais dû pécher!


II.

Mais qui sont ceux qui Le rencontrent sur le
chemin du Calvaire ? "Une grande multitude
de gens, et de femmes qui se lamentaient et
s'affligèrent se plaignait de lui." J'entends leurs
sanglots et leurs soupirs d'amour. Que Dieu
bénisse ces cœurs fidèles. J'entends leurs cris,
et je sens comme toutes leurs lamentations
vont directement au Sacré-Cœur de Jésus. Ce
triste chagrin est même un son joyeux au
milieu des malédictions, des blasphèmes et des
blessures de toutes sortes qui s'accumulent sur
Lui ! Oh ! cœurs bons de Jésus ! pleurez pour
Jésus. Je voudrais que mon cœur dur et sec
puisse pleurer avec le tien. Pourquoi ne verse-je
pas des larmes de sang pour Lui, mon amour,
mon seul bien ? Il parle ! La douce victime qui
mené à l'abattage parle ! "Filles de Jérusalem,
ne pleurez pas sur moi."
Oh ! chers mots ! Oh !
coeur aimant de Jésus ! Vous vous êtes
annihilés, et vous semblez vous oublier. "Pas
pour moi." "Laissez-moi tout souffrir. J'en ai la
volonté. Je suis venu au monde pour souffrir.
Ne pleurez pas pour moi"
Oh, Jésus ! Vous me
briserez le cœur si vous parlez ainsi. Pourquoi
ne pleurerais-je pas pour Vous ? Pourquoi ne
pourrais-je pas me plaindre de Vos douleurs
amères ?

III

"Ne pleurez pas sur moi, mais sur vous-mêmes
et sur vos enfants."
Ah ! Voici la clé de tout.
C'est Votre amour pour nous qui Vous fait Vous
oublier. "Pleurez sur vous-mêmes."Oh ! le cœur
désintéressé de Jésus qui, au milieu de ses
douleurs, ne pense qu'aux enfants des hommes,
et aux châtiments qui leur tomberont dessus !

Comme je suis différent de Jésus, alors que je
professe de Le suivre, et de L'avoir comme
hommes sympathisent avec moi. Je ne pense
pas à souffrir pour Jésus, encore moins à
endurer quoi que ce soit pour les autres
hommes.
Pourtant, Jésus a tout porté pour
nous, et il n'a pas voulu que ces bonnes
femmes pleurent pour lui. Il pensa à eux et à
leurs enfants, et s'oublia lui-même.


Oh ! Jésus mon Seigneur, l'amour de mon cœur,
je compatis avec Vous, et je Vous aime. Et je
résous ça, par Votre grâce, je supporterai
patiemment toutes les croix et toutes les
épreuves pour Votre doux amour, et cela pour
l'amour de Vous, je penserai plus aux
souffrances et aux malheurs de mon prochain
qu'à ceux de mon propre bien.
Donnez-
moi la grâce d'être désintéressé.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 18 Avr 2019, 1:13 pm

JEUDI SAINT.
ÉVANGILE. Jean xiii. 1— 15.

Imaginez-vous Jésus-Christ, avec une douce
humilité, passant d'apôtre en apôtre après
la dernière Cène, et se lavant les pieds.

I.

Considérez les paroles de l’Évangile qui dites
-nous que "Jésus sachant que Son heure
était venu, pour qu'Il s'évanouisse de tout
cela le monde au Père, ayant aimé les siens
qui étaient dans le monde, Il les a aimés
jusqu'à la fin." Jésus savait parfaitement que
le temps de ses souffrances et de sa mort était
proche. Tout l'avenir était distinctement devant
Son esprit ; toutes les douleurs et les insultes
qu'Il devait endurer dans l'âme et dans le
corps ; tous les crimes terribles qui, dans les
prochaines heures, seraient commis contre la
Majesté éternelle du Ciel. Non seulement il
savait qu'il allait mourir sur la croix, mais aussi
qu'Il ressusciterait triomphalement d'entre les
morts, et que, par une glorieuse Ascension,
Il monterait au Ciel, et s'assiéra à la droite de
Dieu le Père Tout-puissant. Sachant qu'il était
ainsi = s'approchant de l'heure de son départ
du monde, il a voulu donner à ses apôtres une
leçon sur la préparation de leur propre départ
et, à travers ses apôtres, un exemple pour tous
les chrétiens. C'est ainsi qu'Il manifeste les
deux grandes vertus de la Charité et de
l'Humilité
, de la plus haute Charité dans
l'établissement de la Sainte Eucharistie, et de
l'Humilité dans le lavage des pieds des Apôtres.
Alors que nous avançons dans la vie, et que
nous nous approchons inévitablement de plus
en plus jusqu'au moment de notre départ du
monde, augmentons-nous dans ces vertus
sublimes ?
Laissez-moi examiner et voir
si mon amour e Dieu et de mon prochain en
Dieu et pour Dieu est plus grand maintenant
qu'autrefois. Est-ce que je garde constamment
sous mes yeux le grand fait que je vais mourir
bientôt ; et dans la contemplation de ce fait
certain, est-ce que je prends soin de garder
mon âme dans un état tel qu'elle soit apte à
aller au Père, à passer clairement par le
jugement terrible, et à jouir de l'amour de
Dieu, et du bonheur du Ciel pour toujours ?

Est-ce mon occupation constante d'enrichir
mon âme avec les vertus de la Charité et de
l'Humilité ?


II.

"Ayant aimé les siens... Il les a aimés jusqu'au
bout."
Il n'y a pas de cessation de son amour.
Il a continué à les aimer. Aucune pensée de
Lui-même n'a jamais mis l'amour d'eux hors
de Son coeur. Toutes les persécutions qu'il a
dû endurer pendant sa mission ne l'ont
jamais poussé un seul instant à s'arrêter ou
à se refroidir dans son amour profond. À travers
toutes les étapes mélancoliques de Sa Passion
sacrée, Son amour pour eux a brûlé le plus
ardemment dans Son âme.
C'est cet amour
même de ses créatures qui l'a fait passer à
travers une telle mer de souffrance, et qui l'a
poursuivi et l'a entouré jusqu'à la fin, quand il
s'accrocha à la croix, et regarda de cet arbre de
mort les visages retournés de cette foule effrayée.

Si nous pouvions voir le Sacré-Cœur de Jésus,
nous le verrions battre jusqu'au bout avec
l'amour de nous ; si nous pouvions le sentir,
nous le trouverions tout rayonnant d'amour.
Ma conduite est-elle comme celle de Jésus ?
Et pourtant Il me dit dans cet évangile que
Ses actes sont mon exemple. Combien de fois
ne m'est-il pas arrivé que des épreuves
infiniment inférieures à celles de Jésus, des
croix beaucoup moins lourdes que les
siennes, m'aient fait me relâcher dans
l'amour de Dieu et de mon prochain ? N'ai-
je jamais négligé mon devoir envers Dieu ou
envers l'homme, m'excusant de ne pas avoir
été dérangé dans mon esprit ou dans ma
souffrance ? Ce Dieu d'amour est-il jusqu'au
bout ? Est-ce que c'est imiter Jésus ?



III.

Si Jésus nous a aimés jusqu'à la fin, c'est-à-
dire jusqu'à la mort, de sorte qu'il est mort
pour notre amour, il nous a aussi aimés
jusqu'à la fin de l'amour, c'est-à-dire qu'il ne
pouvait nous aimer plus que lui.
Il nous
a aimés à la perfection de l'amour. Son amour
est si grand qu'il ne peut y avoir de plus grand
amour.
Il n'y a rien qui manque à Son
amour ; il ne peut aller plus loin ; il ne peut
par aucune possibilité s'y ajouter, car il est infini.
Il n'a pas de limites et remplit toute la puissance
incommensurable d'amour de Dieu. Alors, en
plus de nous aimer comme Dieu, Il nous aime de
tout l'immense amour de sa nature humaine
entièrement parfaite et pure. Quel retour d'amour
cela me demande !



Jésus, mon Seigneur et Sauveur aimant, qui nous
a dit que les hommes doivent savoir que nous
sommes Vos disciples si nous nous aimons les uns
les autres, donnez-moi la grâce de croître toutes
les heures dans l'amour de Vous par-dessus toutes
choses, et de mon prochain comme moi-même.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 02ech110
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 Empty Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 19 Avr 2019, 11:04 am

VENDREDI SAINT.
La Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
ÉVANGILE. Jean xviii. et xix.

Jetez-vous en esprit au pied de la croix
sur le Mont Calvaire, et contemplez
Jésus mourir pour l'amour de vous.

I.

Le pied de croix est l'endroit idéal pour
une âme chrétienne, car là où est son
amour il devrait être là où il devrait être.
Et la vérité sur l'amour est mis à
l'épreuve lorsque l'objet de celui-ci est
dans la souffrance ou la disgrâce. Qu'est
-ce que je devrais avoir fait, et où aurais-
je dû être, si j'avais été l'un des amis de
Jésus à ce terrible moment ? Aurais-je
dû avoir le courage d'affronter l'oblation
qui l'a accompagné, et qui s'est reflétée
sur Ses amis ? Aurais-je osé, quand tant
de gens se sont enfuis, rester avec lui, lui
exprimer ma sympathie et mon affection
éternelle pour lui ?
Si je considère
ma conduite, je peux à peine conclure
que j'aurais dû être plus courageux que les
disciples. Je suis si souvent découragé de
mon devoir par ce que le monde dit, et je
pense qu'une grande partie de l'opinion des
autres, en particulier de ceux que ma
bonne raison me dit sont indignes d'être
considérés. N'ai-je pas peur d'aller à
l'encontre de l'indifférent et du mauvais,
plus que je respecte les opinions et suis les
conseils des bons et des vertueux ?

Laissez-moi concevoir une juste
indignation contre moi-même pour ma
lâcheté et mon manque de principes. Je
garderai toujours sous mes yeux la vue de
Jésus crucifié, afin de ne jamais avoir
honte de la Croix.


II.

Si je regarde mon Sauveur crucifié, que
vois-je ? Cette chère tête, si charmante
et si pleine de beauté céleste,
maintenant penché vers l'avant,
maintenant jeté en arrière dans l'agonie
déchirante. Le front est percé d'épines
longues et cruelles ; les cheveux blonds
sont couverts de sang. Ces yeux dont le
regard était l'amour, la pureté et la
bénédiction sont lourds de douleurs
fiévreuses, aveuglés par les flots de sang,
glacés par la mort qui arrive. Ces lèvres    
Ces mains dont le toucher avait guéri
l'aveugle et ressuscité les morts, sont
clouées sur la croix. Ces pieds bénis qui
sanctifiaient la terre qu'ils foulaient, qui
l'avaient porté dans ses voyages à travers
la terre quand il allait faire le bien,
transpercé de clous horribles, sont fixés à
la croix. Tout ce corps fatigué et blessé est
pendu par les mains et les pieds, et
pendant ce temps, son sang sacré et
inestimable coule goutte à goutte sur le
sol.
Quelle douleur jaillit à travers la
chair tendre du corps le plus parfait et le
plus sensible qui ait jamais été créé !


III.

Il y avait une tendresse dans le cœur de
Jésus, que toutes ses douleurs ne
pouvaient supprimer, et au milieu de sa plus
amer amertume et de sa mort, la vue de sa
Mère et de son Disciple "qu'il aimait" en
suscita une manifestation. Que son visage ait
été tourné vers Lui dans un chagrin amer ou
caché dans un malheur sans voix, la vue
d'Elle, pour qui Il était un fils si parfait, et la
connaissance de Son intense souffrance fut
une goutte des plus amères dans le calice de
Son affliction. Comme ces deux cœurs ont
dû se parler à ce moment-là ! Quelles
pensées ont dû voler de la Croix à Marie, et
de Marie à la Croix ! Mère et Fils
communiquant ainsi silencieusement sur un
tel lit de mort !
Mais Jésus parle ; et Il
la donne à Saint Jean, et Saint Jean à elle,
pour être mère et fils l'un pour l'autre. Les
écrivains spirituels nous disent que par cet
acte Il nous l'a donnée à tous, et nous
tous à elle. Nous sommes l'héritage qu'Il
lui a laissé en ce moment suprême. Elle ne
l'oubliera jamais. Souvenons-nous de cela,
et efforçons-nous de requérir cette
tendresse du Sacré-Cœur, en l'aimant, en
l'aimant qu'Elle nous a donnée, et par sa
dévotion, en nous rapprochant de Lui,
même si nous devons aller avec elle
jusqu'au pied de la Croix.


Oh ! mon Seigneur Jésus-Christ, qui m'a
racheté par Votre précieux sang, donnez-
moi la grâce d'adhérer toujours à Vous, à
Votre loi et à Votre amour, quelles que
soient les douleurs de l'âme ou du corps
que je dois endurer. Donnez-moi un grand
amour de Votre Passion sacrée, un désir
ardent d'être toujours avec Vous ; et
comme un moyen pour cela laissez-moi
toujours chérir un amour profond et une
dévotion à Votre Sainte Mère et à la
mienne.
Pater, Ave, Gloria.

FIN

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français - Page 2 P12
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum