PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Aller en bas

PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 07 Mar 2019, 9:52 am

http://messe.forumactif.org/t8457-lenten-thoughts-1873#148772

PENSÉES DU CARÊME

TIRÉS DE L'ÉVANGILE POUR CHAQUE JOUR DE CARÊME.

PAR L'ÉVÊQUE DE NORTHAMPTON.

LONDRES :
R. WASHBOURNE, 18, RUE PATERNOSTER.
1873.




INTRODUCTION.

J'ai souvent entendu un vœu exprimé qu'il
existait un petit livre qui pourrait fournir de
la matière pour la méditation pendant le
Carême, et un autre désir que cette matière
puisse être tirée des parties des Évangiles
qui se produisent dans la Messe pendant
cette saison. Je me suis efforcé, quoique de
manière inadéquate, de combler le manque
d'un tel livre. Je ne prétends pas avoir écrit
quoi que ce soit de nouveau ou de complet,
et je me suis simplement efforcé de
rassembler les pensées qui se dégagent
naturellement de la contemplation des sujets,
et qui peuvent être plutôt suggestives
qu'exhaustives.

Le petit livre a été écrit principalement à
l'usage de ceux qui ont besoin d'une aide à
la méditation, et qui ont du mal, sans une telle
aide, à concentrer leurs pensées sur un sujet
spirituel. Ilne prétend pas être un cours
régulier de méditations, mais, comme on le
verra, il est de nature désordonnée, contenant
quelques répétitions, et peut-être même ce qui
peut paraître redondant tels qu'ils sont, et avec
les défauts qu'ils peuvent avoir, je le donne au
public, avec l'espoir et la prière que cela peut
aider certaines âmes à aimer davantage Jésus-
Christ, et pour Lui, à chercher à se sanctifier.

►+ Francis Kerril Aucherst.
Évêque du Diocèse Catholique Romain de
Northampton, Angleterre.

TBC...


Dernière édition par Monique le Jeu 07 Mar 2019, 11:39 am, édité 2 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 07 Mar 2019, 10:33 am

MÉDITATION
TIRÉ DE L'ÉVANGILE POUR LE MERCREDI DES CENDRES.
Matt. vi. 1 6-21.

IMAGE pour vous-même, notre Bienheureux Seigneur
assis sur la montagne ; Ses disciples près de Lui,
l'écoutant avec empressement, et dirigeant l'attention
des autres vers Lui. Voyez aussi la multitude de gens
qui l'avaient suivi depuis diverses parties, buvant
sérieusement dans Son enseignement céleste ; et
écoutez Ses paroles en esprit, essayant de vous sentir
comme si vous étiez là. "Quand vous jeûnez, ne
soyez pas comme les hypocrites, triste."
-Matt. vi. 16.

I.

Comme il est doux d'entendre notre cher Seigneur nous
encourager à la joie, même dans l'accomplissement d'un
acte pénitentiel ! Nous pouvons être tout à fait sûrs qu'Il
ne recommande pas une gaieté mondaine ; car regardons
Sa chère face, et là nous n'en verrons aucun signe ; mais à
sa place une douce sérénité céleste, captivante même pour
les sens, et combien plus pour le cœur pur qui entre, ou
essaie d'entrer, dans Ses sentiments.

II.

Puissions-nous ne jamais être tristes ? Nous pouvons, mais
pas à cause de l'accomplissement d'un acte religieux. La
vraie tristesse chrétienne ne procède que de la
contemplation de l'amour de Dieu. de nos péchés, et doit
être distingué de ce chagrin qui découle d'affections
blessées, ou de la sympathie pour les autres.
Jésus pleura
quand Lazare mourut ; mais Il était vraiment triste dans le
Jardin de Gethsémani, quand les péchés du monde entier
vinrent comme des spectres devant Sa vue, et furent
entassés sur Son âme sacrée et pure, et semblaient être
les siens.


III

La tristesse dans la religion s'oppose
à l'Esprit de Dieu.
"Servez le Seigneur avec joie."
" Entrez devant Sa présence avec une joie immense."


 Elle s'oppose également à l'esprit de l'Église Catholique,
et est détestable lorsqu'elle est unie à l'hypocrisie. Les saints
étaient joyeux et sereins.


Acceptons-nous l'ordre de jeûner sans tristesse ? Ne
gémissons-nous pas et ne nous plaignons pas de sa
dureté ? Sommes-nous vraiment tristes à la vue et à la
pensée de nos péchés ? Et ne laissons-nous pas toutes
sortes de petites misères nous rendre tristes, au point
de nous empêcher de faire notre devoir correctement ?
Si nous trouvons une faute à cet égard en nous-
mêmes, décidons-nous maintenant à modifier et à
dépenser ce Carême comme nous le ferions si nous
étions en la compagnie visible de Notre-Seigneur. Jésus,
aidez-moi par Votre grâce. Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 07 Mar 2019, 11:17 am

JEUDI AVANT LE PREMIER DIMANCHE DU
CARÊME- Matthieu viii. 5—13.


Suivez en esprit le Bienheureux Seigneur dans sa
descente de la montagne, et entrez dans la foule
qui l'entoure. Tenez-vous en sa compagnie d'un
endroit à l'autre. Regardez-le, écoutez-le, et voyez
comment il reçoit le centurion qui vient mendier
le rétablissement de son serviteur à la santé.

I.

Dès que le centurion fait sa demande, Jésus
répond: "Je viendrai le guérir", v. 7.
Que cette disponibilité de notre cher Seigneur est
douce ! Et pour montrer la grandeur de sa charité,
il propose de faire plus qu'il n'est nécessaire, c'est-
à-dire d'aller à la maison du centurion, quand une
parole ou un simple acte de sa volonté peut
accomplir la guérison. En fait, il anticipe la
demande, car le centurion s'était contenté de dire
l'affliction douloureuse qui était tombée sur son
serviteur, quand Jésus dit : " J'irai ". Oh ! cher
Jésus ! comme vous êtes bon, comme vous êtes
aimable !

II.

Le Centurion était très humble. "Seigneur, "il dit :
"Je ne suis pas digne que vous entriez sous mon
toit ; mais dites seulement la parole, et mon
serviteur sera guéri",
v. 8. Il pensait que c'était un
trop grand honneur pour un pécheur que Jésus, si
bon, si saint, franchisse son seuil.

III.

Il avait une grande charité, comme nous le voyons
par son empressement à assurer un grand
bénéfice à son serviteur ; car nous trouvons
(Luc vii.) qu'il avait déjà envoyé deux messages à
Notre-Seigneur, qui s'approchait de sa maison, avant
même de faire sa demande. Et il avait une grande foi
en la puissance et la bonté de Jésus, qui lui dit : " Va,
et qu'il te soit fait ce que tu as cru " (Mt. viii. 13) ; et
il avait déjà dit qu'il n'avait " pas trouvé une si
grande foi en Israël "
, v. 10.

Foi ; Charité ; Humilité. Avons-nous une foi telle que
nous nous tournons toujours habituellement vers Dieu -
dans toutes nos angoisses ? Ne nous tournons-nous pas
plutôt, comme une coutume, vers des sources de
consolation mondaines ? Modifions cela.


Avons-nous un grand empressement dans notre charité
envers notre prochain ? Dans le centurion, c'était
presque de l'impatience. Quand sommes-nous impatients ?
Quand notre prochain a besoin d'aide, est-ce que chaque
moment perdu nous apparaît d'une importance capitale ?
Ne sommes-nous pas plutôt impatients que ses épreuves
nous dérangent ? Et comme nous sommes impatients
sous nos propres épreuves !

Agissons-nous, comme Jésus, tout de suite, lorsque
la charité nous appelle ? Ou encore, sommes-nous
enclin, comme Lui, à faire plus que ce qu'on nous demande
absolument ? Cher Jésus, augmente notre charité.

Réfléchissons-nous suffisamment à la distance
incommensurable en valeur qu'il y a entre nous et Dieu ?
Ou n'acceptons-nous pas plutôt tous Ses dons et grâces
comme s'ils nous étaient dus ? Nous avons assez pour nous
rendre humbles si nous ne pensons qu'à tous nos défauts
naturels et spirituels. Prions pour une augmentation de la
Foi, de la Charité et de l'Humilité. Jésus, aidez-moi par
Votre grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 08 Mar 2019, 9:43 am

VENDREDI AVANT LE PREMIER DIMANCHE DE CARÊME.
Matt. c. 43-48. ; vi. 1—4.


Notre Bienheureux Seigneur prêche sur la montagne,
comme décrit dans l'évangile d'aujourd'hui ;
représentez-le donc à vous-même comme prêchant à
vous, et pensez que vous entendez sa voix, tandis
que vous contemplez ses perfections comme Dieu et
comme l'homme, et qu'il vous dit "d'être parfait
comme votre Père céleste est parfait".
(Matt, v. 48.)

 I.

Nous avons été choisis par Dieu Tout-Puissant pour
être membres de Son église, et donc pour être Ses
fidèles disciples, Ses amis, Ses enfants et Ses
héritiers. C'est Sa grande miséricorde et Son amour
pour nous qui nous ont conduits à cette position, la
plus noble que nous puissions concevoir sur terre.
Nous devons donc nous efforcer d'imiter la sainteté
et la perfection de notre Père céleste. Jésus attire
particulièrement notre attention sur un moyen par
lequel nous devons nous efforcer d'atteindre la
perfection, à savoir en aimant nos ennemis, et en
cela de nous distinguer des païens. "Je vous dis :
Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous
haïssent, et priez pour ceux qui vous persécutent et
vous calomnient ",
v. 44.


II.

Bien qu'il fasse particulièrement allusion à une
manière d'être parfait, ses paroles sont néanmoins
d'application générale et nous devons rechercher la
perfection dans toutes les vertus, sinon nous ne
serons pas parfaits comme notre Père céleste est
parfait. La perfection est à la fois d'ordre et de
conseil, c'est-à-dire qu'il y a une perfection que nous
sommes obligés de rechercher et une perfection
qu'il nous est conseillé d'essayer d'atteindre.
Nous
sommes tous obligés de rechercher la perfection
dans le christianisme et dans l'état dans lequel nous
sommes placés, d'aimer nos ennemis et d'observer
parfaitement tous les autres commandements de
Dieu. Il nous est conseillé de viser la perfection en
adoptant les conseils évangéliques de pauvreté
volontaire, de chasteté perpétuelle et d'obéissance
religieuse. Heureux ces âmes qui reçoivent un
appel direct de Dieu à l'état religieux!


III.

Un moyen excellent et le plus efficace d’atteindre la
perfection consiste à examiner avec soin et
impartialité l’état de notre âme et à découvrir la
passion prédominante, principal vice à partir duquel
nos autres vices procèdent, et à nous efforcer de tout
notre pouvoir de les éradiquer. Pensez quel est votre
vice principal, quel est celui qui vous mène à tant de
méfaits et vous incite à commettre tant de péchés.
Est-ce la fierté? Vanité? Paresse ? Le mensonge?
Désobéissance? Amour du plaisir? Impureté?
Négligence du devoir? Des sacrements? Le respect
humain? Ou est-ce un autre vice? Découvrez-le et
résolvez-vous à l'éviter.


Est-ce que j'aime mes ennemis pour l'amour de
Dieu comme j'aime mes amis? Mon amour est-il
étendu à tous? ou seulement à ceux que mes
inclinations naturelles me conduisent à aimer, ou
peut-être de qui j'attends quelque chose? Est-ce
que j'essaie de faire toutes mes actions, de dire
mes mots et d'entretenir mes pensées dans une
perspective de perfection?


Laissez-moi me rappeler dans mon choix d’état
de vie que c’est mon cher Divin Sauveur qui me
recommande d’observer les conseils
évangéliques. Puis-je avoir un meilleur conseiller?
Le monde me conseillera-t-il si bien? Est-ce que
mes mauvais penchants conseillent aussi bien
que lui?


Est-ce que je me suis vraiment bien mis au travail
pour découvrir la source de mes mauvaises actions;
et s'efforcer, jour après jour, d'affaiblir mon vice
principal en tombant dans les péchés auxquels il me
conduit de moins en moins souvent? Je vais
commencer maintenant à partir de ce moment. Jésus,
aide-moi par ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Sam 09 Mar 2019, 10:25 am

SAMEDI AVANT LE PREMIER DIMANCHE DU
Carême - Marc vi. 47—56.

Imaginez-vous les Apôtres en train de ramer
dans leur bateau de l'autre côté du lac de
Génésareth. Le vent est contre eux ; la
barque travaille dans la mer agitée, quand
Jésus sort du rivage sur les eaux, et semble
vouloir passer à côté d'eux. Ils pensent que
c'est un spectre, et crient de peur, quand Sa
voix vient à eux sur les vagues déchaînées,
leur disant d'avoir du courage, car c'est Lui.

I.

L'espace de notre vie est comme une mer
que nous devons traverser pour atteindre
les rivages heureux du Ciel. Nous avons de
nombreux obstacles à affronter dans notre
voyage, qui peuvent être résumés dans les
mots, le Monde, le Diable et la Chair. Les
opinions et les préjugés des hommes, leur
ridicule, leur persécution, leur
méchanceté, leur méchanceté, leurs
louanges mêmes nous opposent. Le respect
humain nous empêche singulièrement, nous
nous soucions tellement de ce que les
hommes pensent et disent. Le Diable soulève
des tempêtes contre notre salut par ses
mauvaises suggestions et tentations, et la
chair par la rébellion de notre nature
corrompue. Si nous voulons vraiment et
essayons de servir Dieu, nous sommes sûrs
de rencontrer ces tempêtes, nous devons les
attendre, et nous devons nous résoudre à les
surmonter ; si nous ne nous soucions pas de
Son service, tout peut sembler se dérouler en
douceur pendant un temps, mais dans un
moment nous serons perdus pour toujours.


II.

Dans les tempêtes et les épreuves de la vie,
c'est-à-dire dans nos afflictions, dans nos
tentations, dans nos péchés même, Jésus vient
vers nous pour nous sauver, très souvent de
telle manière que, comme les disciples, nous
ne le reconnaissons pas. Nos cœurs sont
aveuglés, et ainsi nous ne recevons pas en eux
les inspirations de Sa grâce. Nous ne voyons
pas l'usage de la mortification, de la patience
dans les épreuves, de porter calmement les
blessures et les insultes, de se soumettre à
toutes les épreuves. une discipline sage et utile
que l'Église nous a donnée. C'est de notre faute,
et nous devons la corriger.


III.

Quel doux encouragement il y a dans ces mots :
" C'est moi, ne craignez rien. " Mais nous devons
mériter qu'ils nous soient adressés en utilisant les
moyens dont nous disposons pour attirer Jésus à
nos côtés. Ces moyens sont la prière et la
réception digne des sacrements, combinés à
l'observation exacte des commandements et des
lois de l'Église.

Ai-je déjà négligé un devoir ou commis un acte
répréhensible par crainte d'être blâmé, ridiculisé
ou impertinent envers mes semblables ? Ai-je
jamais honte de ma religion, ou de toute pratique
religieuse, parce qu'elles sont contraires aux
notions de ceux que je peux rencontrer, ou qui me
concernent ? Ai-je déjà fait de bonnes actions pour
obtenir des louanges ? Est-ce que, en fait, je mets
la louange ou le blâme des hommes au-dessus de
la louange ou du blâme de Dieu ?


Est-ce que je me mortifie volontairement ?
Est-ce que je reçois des mortifications
involontaires dans l'esprit de pénitence ?
Et est-ce que je me conforme volontiers
à tout ce que l'Église ordonne pour la
bonne discipline de mon âme ? Suis-je en
train de jeûner et de m'abstenir pendant
ce Carême, dans un véritable esprit
catholique ? Quoi qu'il en soit, je le ferai
maintenant, et je corrigerai toutes les
fautes qui me sont venues à l'esprit
pendant cette méditation. Jésus, aide-
moi par ta grâce. Pater, Ave, Gloria.


TBC..
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Dim 10 Mar 2019, 2:04 pm

PREMIER DIMANCHE DU CARÊME.
ÉVANGILE. -Matt. iv. I - II.

Notre cher Seigneur vient tout juste de sortir
de les eaux du Jourdain, où Il avait été
baptisé par S. Jean-Baptiste ; les cieux s'était
ouvert à Lui ; Il avait a vu l'Esprit de Dieu
descendre comme une colombe, s'approchant
de lui, et l'ayant eu entendit une voix du Ciel
qui disait: ''Ceci est Mon Fils Bien-Aimé en qui
je  suis  heureux.''  Matt. iii. 16, 17. Et aussitôt
Il est conduit par l'Esprit dans le désert, pour
être tenté par le diable. Voyez-Le exhorté par
sert, pour être tenté par le diable. Voyez-Le
exhorté par l'Esprit, et s'empressant d'aller au
désert, et suivez-le de tout votre cœur dans
ce voyage mémorable.

I.

Ce n'est pas le mauvais esprit, qui l'a ensuite
tenté, qui a conduit Jésus dans le désert, mais
l'Esprit de Dieu, l'Esprit de sainteté et de
vérité, avec lequel il était rempli. Pas un instant
ne fut perdu après Son baptême, mais Il doit
commencer immédiatement Sa carrière comme
un exemple pour les hommes. Il est poussé par
l'ardeur ardente que le Saint-Esprit a
enflammée dans son cœur, et s'empresse de
l'horrible humiliation d'un entretien personnel
avec le diable. Considérez-le seul sur le flanc de
cette montagne lointaine et stérile vers laquelle
il s'est enfui, et dans sa profonde solitude, à jeun
pendant quarante jours et quarante nuits. Voyez
Son attitude expressive de sublime résignation à
la volonté de Son Père. Écoutez Ses soupirs et Ses
prières pour les hommes qu'Il était venu sauver.
Essayez d'entrer dans l'indicible beauté des
pensées qui remplissent son Sacré-Cœur en
contemplant la gloire infinie de son Père éternel.
Priant, veillant et jeûnant pendant quarante jours
et quarante nuits, il est seul dans une solitude
sublime.


II.

Mais, tout à coup, il n'est plus seul. Il y en a un
autre, en présence visible devant lui. Toute
méchanceté est confrontée à toute sainteté, toute
haine à un amour infini de Dieu fait homme, à la
monstrueuse monstruosité du péché et à la beauté
sereine du crime audacieux de Satan! Oh!
merveilleuse humiliation de Jésus! Il ne vole pas et
échappe donc à la torture de cette odieuse
présence. Il reste et rencontre le tentateur face à
face. Contemplez la dignité calme et majestueuse
avec laquelle il répond à Satan, le frappant et le
cinglant avec la simple parole de Dieu, jusqu'à ce
que le tentateur vaincu le quitte.


III.

Mais Il n'est pas seul maintenant. Voyez comment
du Ciel descendant des lignes lumineuses d'anges.
Voyez comment ils se regroupent autour de Lui ;
comment, dans les attitudes d'adoration, ils Le
servent comme leur Créateur et leur Seigneur.
Joignez-vous à ces groupes angéliques dans des
sentiments de félicitations, d'amour et d'adoration.

Comme je T'aime, mon Jésus, pour l'humiliation
de cette tentation subie à cause de moi ! Comme
je t'admire ! Et pourtant, combien de fois je
n'oublie pas l'exemple que Tu m'as montré ! Est-
ce que je n'écoute jamais, avec seulement une
demi-volonté de résistance, le tentateur ? Laisse-
moi penser à hier seulement. Si j'avais eu des
tentations ? Qu'est-ce que j'ai fait quand ils sont
venus me voir ? J'ai honte quand je pense à ma
conduite, et que je la compare à la tienne.


Encore une fois, si loin d'imiter mon Seigneur,
n'ai-je jamais plutôt suivi l'exemple du diable, et
osé rester en présence de Dieu quand mon âme a
été hideuse pour Lui par le péché mortel ? Je ne
peux pas m'enfuir de Sa présence, mais- je peux
purifier mon âme si je veux, et la rendre
agréable à Ses yeux, par une bonne confession.
Jésus, aide-moi par ta grâce. Pater, Ave, Gloria.
Jésus, aide-moi par ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...

[/quote]
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Lun 11 Mar 2019, 5:26 pm

LUNDI DE LA PREMIÈRE SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. -Matt. xxv. 31—46.

Représentons à nous-mêmes le Fils de l'homme
comme notre cher Seigneur aime à s'appeler lui-
même, venant en Sa Majesté, et tous les anges
avec Lui, et s'asseyant sur Son trône de
jugement. Voyons alors toutes les nations de la
terre : des hommes morts depuis des
millénaires, et ceux qui viennent juste d'être
consignés sur la tombe, qui s'élancent en
d'innombrables foules vers le siège du jugement.

I.

Nous ne devons pas considérer cette scène comme
de simples spectateurs à distance. Nous serons
certainement parmi ceux qui se réveilleront au son
de la trompette de l'Archange. Nos corps seront
une fois de plus unis à nos âmes, ces corps et ces
âmes que nous possédons maintenant, et nous
sortirons de nos tombes, de la mer, des endroits
où nos os ont pu être dispersés, et nous serons
poussés par une force irrésistible à aller devant le
visage du juge. L'examen terrible et l'exposition
du jour. Nous ne serons plus nos propres maîtres.
L'exercice du libre arbitre aura une fin ; et que
nous le voulions ou non, nous devons être jugés.

II.

Voyez comment notre-Seigneur sépare le bon du
mauvais, comme un berger sépare les brebis des
chèvres sur la colline. De quel côté suis-je ? De
quel côté dois-je mériter maintenant d'être ? A
droite avec les bons, ou à gauche avec ceux qui
sont lancés dans des tourments éternels, et la
perte de Dieu et de tout bien ? Permettez-moi de
réfléchir sérieusement à l'état de mon âme tel
qu'il est maintenant, et de voir avec quel visage je
pourrais apparaître devant l'examen attentif des
yeux de Jésus. Je peux mourir dans un instant,
comme l'ont fait tant de milliers de personnes qui
pensaient que leurs chances de vie étaient aussi
bonnes que les miennes. Et si je meurs dans le
péché mortel, je dois être jugé dans le péché
mortel.


III.

Considérez la loi de l'amour comme le fondement
du jugement. Comme c'est merveilleux de voir le
jugement de Dieu et Son amour mis en contact si
étroit, et qui semblent avoir été rendus un seul !
Et l'amour pour les plus petits de l'humanité ! " En
vérité, je vous le dis, tant que vous l'avez fait à
l'un de Mes plus petits des frères, c'est à Moi que vous
l'avez fait."
Comme il s'identifie avec ses créatures
avec douceur ! Et dans quelles couleurs
séduisantes n'est pas le jugement qui nous est
dépeint, alors que, sans cela, ses terreurs auraient
augmenté à un degré presque infini. C'est l'Amour
qui juge sur ce trône de majesté.

Je suis confus quand je regarde dans l'état de mon
âme, et que je vois combien je suis incapable de
passer ce grand jugement d'amour. Comme je suis,
je n'ose pas braver "la colère de l'Agneau". Ô Jésus!
Je " balaierai mon âme " comme le dit saint David ;
je serai charitable ; je laisserai ton amour être
suprême dans mon cœur ; et, pour ton bien,
j'aimerai mon prochain comme moi-même. Dans
toutes mes transactions avec les hommes, je
considérerai que je traite avec Vous. Jésus, aide-
moi par ta grâce. Pater, Ave, Gloria.


TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mar 12 Mar 2019, 12:00 pm

MARDI DE LA PREMIÈRE SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. -Matt. xxi. 10— 17.


Voyez notre cher Seigneur passer à travers la foule
inquisitrice qui s'est empressée de l'interroger dans
les rues de Jérusalem, tout en se demandant les
uns aux autres : " Qui est ce ?" Indépendamment
de leur clameur, et de leurs questions et réponses
le concernant, Il va directement au Temple, et en
y entrant, y trouve des hommes qui ont acheté et
vendu, et ainsi profané les lieux saints. Dans son
zèle pour la gloire de son Père, il les chassa,
renversant leurs tables et leurs bancs, et leur
faisant amèrement des reproches.

I.

Le zèle que Jésus avait pour l'honneur et la gloire
de son Père était proportionné à la connaissance
intime qu'il avait de ce que cet honneur exigeait,
et de la manière dont il était assailli par la
conduite indigne de ces hommes. Puisque cette
connaissance était parfaite et la plus exacte,
nous pouvons nous faire une idée lointaine de
l'ampleur de son indignation et de la douleur de
son Sacré-Cœur quand il vit que les hommes
avaient oublié la sainteté de la maison de son
Père et avaient transformé ce temple sacré en un
marché commun. Son indignation est une sainte
indignation, sans aucune particule de faute.
Contemplez-le, et considérez à quel point toute
profanation de choses saintes est détestable
pour Lui.


II.

Le Temple de Jérusalem était le type de l'âme
chrétienne qui, par le baptême, devient le
temple du Saint-Esprit et, par la Sainte
Communion, devient la demeure de Jésus dans
le Saint-Sacrement. Si la colère de Jésus était
si grande en voyant le Temple matériel profané,
quelle doit être la douleur de son Sacré-Cœur
quand il voit une âme immortelle dans le péché
mortel ?-- quand il est forcé, pour ainsi dire,
d'entrer dans une telle âme, un temple souillé,
quand il est indignement reçu en la
Communion ?
Une telle âme est pour Lui une
caverne de voleurs ; non pire, une caverne de
diables. En quelle craintive compagnie l'indigne
le récepteur force l'Agneau pur de Dieu ! Que
la colère de cet Agneau est terrible et le
châtiment qui attend une telle âme!
 

III.

La colère de Jésus ne s'est pas emparée de lui au
point de lui faire oublier sa mission d'amour et de
miséricorde, car nous découvrons qu'alors qu'il
était encore dans le Temple, les aveugles et les
boiteux se sont regroupés autour de lui et qu'il
les a guéris. Contemplez notre Seigneur dans ces
actes de bonté, et imaginez vous l'entendez parler
gentiment et vous l'entendez vous encourager des
mots à ces pauvres gens, et  le voir leur rendre
leurs facultés. Il rejette les âmes profanes; mais
les pauvres, les impuissants et les affligés, Il
rassemble à son Sacré-Cœur.

Suis-je jamais indigné ? Oui, vraiment, très souvent.
Est-ce parce que Dieu est offensé et par pur zèle
pour son honneur ? Non, c'est parce que je suis
offensé.  C'est quand on m'insulte ; quand les
hommes me sous-estiment, quand ils préfèrent les
autres à moi ; quand ils remettent en question ou
nient mes prétentions à leur considération.
Permettez-moi d'amender ceci.
 

Ai-je tant de prétentions à l'estime des hommes
quand j'ai si souvent perdu celle de Dieu par mes
péchés ? Peut-être même ai-je pris le temps de
profaner les sacrements, de faire une mauvaise
confession et de communier, j'examinerai ma
conscience sur ces points, et j'appliquerai un
remède si je trouve quelque chose de mal.

Encore une fois, je sais qu'en tant que catholique,
j'ai parfois été indigné par des paroles et des
actes qui insultaient la religion que je professe.
S'agit-il simplement d'une indignation à cause de
Dieu ? Et cela m'a-t-il déjà fait oublier le devoir
de charité ? Est-ce que cela m'a déjà bouleversé
l'esprit d'avoir été distrait par elle et de m'être
laissé entraîner par elle dans une quelconque faute ?
Je vais chercher là-dedans et me corriger. Jésus,
aide-moi par ta grâce. Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mer 13 Mar 2019, 5:59 pm

MERCREDI DE LA BRAISE.
ÉVANGILE. - Malt. xii. 38-SO.

Imaginez notre Bienheureux Seigneur entouré
par des scribes et des pharisiens qui tentent de
taquiner et l'ennuyer en lui demandant
d'accomplir un miracle pour eux. Admirer sa
patience; et en même temps le franc-parler et
manière inébranlable dans laquelle il leur dit
que leur génération est mauvaise, et lequel il
proclame sa supériorité à Jonas et à Salomon.

I.

La patience et la vérité se sont fait remarquer
dans la conduite de Jésus. Et, après son
exemple, ils ont été très observables dans la vie
de ses saints. Patience signifie souffrir ou
attendre avec calme et résignation; et ce que
Jésus a dû souffrir dans la scène enregistrée,
c’est l’impertinence importune d’hommes
malveillants et hypocrites. Comme cela a dû
être éprouvant pour celui qui a vu au fond de
son cœur et qui connaissait les motifs qui
l’incitaient à faire sa demande!

II.

Même s'il connaissait et mesurait leur
méchanceté et leur hypocrisie, il ne dédaigne
pas de leur donner des instructions, mais leur
dit la vérité clairement, leur disant que les
hommes de Ninive et la Reine du Sud devrait
se lever en jugement contre eux.

III.

Les hommes de Ninive firent pénitence à la
prédication de Jonas, et la Reine du Sud vint
de très loin pour entendre la sagesse de
Salomon ; et, bien que païens, notre cher
Seigneur les loue pour ce qu'ils avaient fait
de bien. C'est leur correspondance avec une
inspiration super naturelle qui a suscité ses
louanges. Il nous appelle continuellement à
la pénitence par la voix de Son Église, et
particulièrement en ce temps de Carême ;
et Il veut que nous cherchions toujours la
sagesse de Lui-même, qui est plus grand
que Salomon, la sagesse de chercher Son
amour et Sa loi avant toutes choses sur
terre, et notre salut éternel dans la
prochaine vie. Quelle est toute la sagesse
du monde comparée à celle que les saints
cherchaient et trouvaient dans l'étude de
son Sacré-Cœur ?


Suis-je patient habituellement dans toutes
mes relations avec Dieu et avec mes
semblables ? Si je désire aimer Dieu par-
dessus tout, ne suis-je pas impatient quand
je découvre que je ne réussis pas à la fois ?
Et cette impatience ne se manifeste-t-elle
pas par une sorte de désespoir irritable, au
point que je suis tenté de renoncer à
essayer d'être vertueux ou parfait ? Ai-je
déjà cédé à cela ?

Mais si je suis si imparfait que je ne suis
même pas arrivé au désir sincère de servir
Dieu parfaitement, combien de choses
excitent mon impatience ! Je ne supporte
pas la moindre impertinence. Je ne
supporte pas que les hommes s'attendent
à ce que je donne des preuves de ma vérité,
etc, etc. Et l'insolence des hommes, très
souvent peut-être, me dissuade même de
leur annoncer la vérité, et me fait taire
quand je suis en devoir je dois parler.

Prenons garde à ce que les païens et ceux
qui ne sont pas catholiques, qui ont fait
leur devoir autant qu'ils le puissent, se
lèvent en jugement contre moi, qui ai eu
tant de grâces, autant d'opportunités et
de chances de bien faire. O Jésus! Je ferai
pénitence dans le temps, et j'accepterai ce
Carême comme venant de toi, à travers ton
Église, pour la correction de mon âme.
Jésus, aide-moi par ta grâce. Pater, Ave,
Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 15 Mar 2019, 9:50 am

JEUDI DE LA PREMIÈRE SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. Mat. xV. 21—28.

Imaginez dans votre esprit Jésus marchant
avec ses disciples le long de la côte de la
Phénicie, près des anciennes villes de Tyr
et de Sidon, et voir la Cananéenne qui vient
pleine de foi en Ses pouvoirs miraculeux,
pour invoquer Son aide pour la guérison de
sa fille.

I.

Jésus ne répondit pas un mot à sa première
supplication ; Il semblait faire la sourde
oreille à sa supplication. Dans mon cas,
cela ne suffirait-il pas à me repousser ? Ne
devrais-je pas sentir que mon orgueil a été
blessé, et que je n'ai été fait d'aucune
considération ? Combien de fois ne m'est-il
pas arrivé de prier pour des faveurs, de me
décourager, voire de me dégoûter de ne pas
les recevoir aussitôt ? Je regarderai le cher
visage de Jésus, j'étudierai son Sacré-Cœur,
et je découvrirai que, pendant tout ce temps,
Il est plein de douceur et de miséricorde, que
Son cœur aspire à moi, que s'il y a une faute,
elle m'appartient, et que la seule chose qui
me dégoûte devrait être mon orgueil et mon
impatience.

II.

Quand les disciples ont demandé à Jésus de la
renvoyer parce qu'elle pleurait après eux, il
leur a répondu qu'il n'avait été envoyé qu'aux
brebis perdues de la maison d'Israël. Cette
réponse, comme exclure le Cananéen de sa
mission, semblerait être une terrible
réprimande, mais elle semble seulement l'avoir
incitée à s'approcher plus près, à l'adorer et à
l'implorer piteusement, "Seigneur, aidez-moi".
Admirez la force de son désir que sa demande
soit exaucée, ainsi que le motif caché de notre
cher Seigneur, qui voulait faire un procès. de sa
persévérance et de manifester publiquement sa
persévérance et sa foi.

III.

La deuxième réponse de Jésus serait encore plus
répugnante pour une âme moins humaine, car Il
lui dit : " Il n'est pas bon de prendre le pain des
enfants et de le jeter aux chiens ".
Comment ça
se passerait avec moi dans un tel cas ? Mais avec
elle, l'humilité et le sérieux ont gagné la journée.
Elle dit : " Oui, Seigneur, car même les petits
mangent des miettes qui tombent de la table de
leurs maîtres." Et elle méritait d'entendre cette
autre réponse, qui couronnait son bonheur, et la
renvoyait en se réjouissant : " O femme, grande
est ta foi, qu'il te soit fait ce que tu veux."


La requête de cette femme avait toutes les
conditions d'une prière suppliante. C'était
sincère, car toute sa conduite montre comment
son cœur a été absorbé dans le désir de
l'accomplir. C'était dévot, car elle adorait Jésus.
C'était humble, car elle n'hésitait pas sous ce que
nous pourrions considérer comme des répulsifs
grossiers, et elle n'hésitait pas non plus à se
comparer aux créatures muettes qui se contentent
de ramasser les miettes qui se trouvent sous la
table. C'était persévérant, car elle ne voulait pas
renoncer malgré tout. C'était plein de foi, car elle
a dû être fermement affermie dans Sa puissance,
non seulement pour avoir persévéré, mais pour
mériter de Lui ces paroles, " grande est ta foi ".


Je vais imiter cette femme dans ma prière.
Je m'efforcerai de donner à mes prières toutes les
conditions qui peuvent les rendre bonnes. J'ai
souvent été tenté de penser que Dieu m'oubliait,
qu'il ne ferait pas attention à moi, parce que tout
ne s'est pas déroulé en même temps comme je le
souhaitais et comme je priais. Mais maintenant je
sais que toute Sa conduite envers moi a été pour
mon bien le plus grand et le plus durable. Je ne
douterai jamais de Toi, ô mon Jésus ! Mon cœur
reposera en Toi ; et je serai toujours sûr que tout
ce que Tu me fais, ou pour moi, est le meilleur
qui puisse m'arriver. Jésus, aide-moi par ta grâce.

Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 15 Mar 2019, 7:50 pm

VENDREDI DE LA BRAISE
ÉVANGILE. -Jean. I— 15.

Imaginez la piscine de Bethsaïde,
un petit étang juste à l'intérieur
d'une des portes de Jérusalem,
et voyez la multitude de malades
couchés dans les porches qui y a
donné accès. Voyez passer notre
Bienheureux Seigneur, attiré par
la vue d'une personne gravement
affligée, et rendre vivante pour
vous toute la scène relatée dans
l'évangile.

I

Le Vénérable Bède dit que les
aveugles représentent ceux qui
n'ont pas la lumière de la
connaissance sacrée ; les boiteux,
ceux qui n'ont pas la force morale
d'accomplir ce qu'ils voient et
savent être juste ; les flétris,
ceux qui ne possèdent pas
l'onction d'amour divin.

Permettez-moi maintenant de
me demander si j'ai pris la peine
d'acquérir la connaissance des
choses sacrées, de ma religion,
de ses doctrines et de ses
pratiques. J'ai certainement eu
assez d'occasions ; ai-je profité
de ces occasions ? Ou n'ai-je
pas plutôt ressenti de la lassitude
et du dégoût quand j'ai entendu
la parole de Dieu prêché ; et
n'ai-je pas préféré une lecture
et amusante à une petite partie de
mon temps chaque jour pour
étudier la science des saints, et
comment être parfait ?

II.

Supposons que j'aie essayé
d'éclairer mon esprit par la
connaissance sacrée, et en
particulier par la connaissance de
ce que Dieu exige de moi
spécialement et individuellement,
quelle utilisation ai-je faite de
cette connaissance quand elle m'a
été manifestée, soit par les
inspirations de la grâce divine, soit
par la manière ordinaire et
pratique de l'acquérir, c'est-à-dire
par les conseils et la direction de
mon confesseur ? Ai-je consulté
mon directeur quand j'étais dans
l'incertitude sur la volonté de Dieu
à mon égard ? Et s'il m'a dit ce
que je devais faire, et qu'il m'a
ainsi informé sur le sujet, ai-je
suivi ses instructions ? Cette
considération est de la plus haute
importance dans le choix d'un
état de vie, ce qui ne signifie pas
quelle profession ou quel mode
de vie dans le monde nous allons
poursuivre, mais quelle est notre
vocation. Dieu nous appelle-t-il à
Le servir dans le sacerdoce, ou
dans la religion, ou veut-il que
nous sauvions nos âmes en nous
mariant et en nous établissant
dans le monde ? Ai-je déjà laissé
une considération terrestre
interférer avec ce que j'ai appris
à être, ou avec ce que j'ai de
solides raisons de croire être ma
vocation ? Si je l'ai fait, j'ai pris
sur moi une terrible responsabilité,
à savoir celle de choisir pour moi
en opposition à la volonté de Dieu.

 III.

Mon âme entière, et tout ce que je
fais, sera flétrie et sèche si je n'ai
pas l'onction de l'amour divin. Je
dois donc m'efforcer de l'obtenir
en observant les commandements
en chaque détail, par la prière et
une approche fréquente des
sacrements de pénitence et de la
Sainte Eucharistie. Des dévotions
particulières m'aideront aussi à
progresser dans l'amour divin,
non seulement celles qui
expriment l'amour de Dieu et de
es saints, et qui nous donnent
une satisfaction sensible, mais
aussi celles qui nous coûtent un
plus grand exercice de charité,
comme prier pour les morts, et
accomplir avec dévotion des
œuvres spirituelles et corporelles
de miséricorde. Permettez-moi
de m'examiner sur ces points, et
de voir si j'ai fait de l'acquisition
de l'amour divin le grand objet
de ma vie.

Ô mon cher Seigneur Jésus,
combien de fois m'as-tu dit
intérieurement : " Veux-tu être
guéri ?"
Et n'ai-je pas négligé
Ta miséricorde ? N'ai-je pas
préféré rester spirituellement
aveugle, boiteux et flétris ? Je
vois ma misère, et je ne refuserai
plus Ton aide. Aide-moi, cher
Jésus, aide-moi, afin que je
connaisse Ta volonté à mon égard,
afin de l'accomplir parfaitement
et d'acquérir la perfection de
l'Amour Divin. Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Sam 16 Mar 2019, 12:34 pm

SAMEDI DE LA BRAISE.
ÉVANGILE. -Matt. xvii. i-9.

Imaginez, autant que vous le pouvez, la vision glorieuse
qui a été montrée aux yeux des disciples Pierre,
Jacques et Jean. Voyez notre cher Seigneur sur le
sommet du mont Thabor soudain transfiguré ; Son
visage resplendissant comme le soleil, et Ses vêtements
devenant blancs comme neige. Regardez le beau visage
de Jésus tout illuminé par l'éclat de Sa Divinité qui brillait
à travers le voile de Son Humanité, et contentez-vous,
avec Pierre, d'y rester en contemplant Sa beauté.

I.

" C'est bon pour nous d'être ici." Ce sont les paroles
de saint Pierre, qui serait resté pour toujours en
présence de Jésus, contemplant sa beauté dans une
adoration silencieuse. Il est toujours bon d'être avec
Jésus. D'autres parlent d'être avec Lui, et d'aller à Lui,
mais personne ne peut nous indiquer le chemin vers Lui,
ni nous dire comment rester avec Lui, mais avec l'Église
catholique.
Comment pourrais-je trop aimer mon Église
qui m'enseigne tant de choses ?
Je sais ce qu'elle
m'enseigne pour que je puisse être avec Lui. Est-ce que
j'utilise toujours les moyens qu'elle met à ma portée ?
Suis-je aussi attaché que je le devrais à être avec Lui
dans le Très Saint Sacrement, en Le recevant dans mon
cœur, ou en Le visitant dans le tabernacle ?

II.

Dans le Saint Sacrement, quand je le visite, je peux
contempler Jésus sous tous ses aspects. Je peux Le
regarder comme le petit enfant de Bethléem, pleurant
et gémissant, et parlant à Sa Sainte et Immaculée
Mère cette langue des enfants qui n'a pas de mots,
mais que les mères peuvent si bien comprendre. Je
peux Le regarder comme transfiguré avec toute la
beauté merveilleuse du Thabor ;  et dans tous les
malheurs indicibles de sa mort la plus amère. Il est
donc bon pour moi de Le visiter et de Le contempler,
car je ne peux le faire sans ressentir de plus en plus
mon cœur chaleureux à Son égard, et sans
augmenter mon amour pour Lui. Et après tout, c'est
ce que je souhaite le plus sur terre. Pourquoi suis-je
si froid et si négligent à l'égard du Saint Sacrement ?

III.

Saint Pierre s'est contenté d'y rester et s'est montré
parfaitement désintéressé dans sa satisfaction. Il a
dit : " Faisons ici trois tabernacles, un pour Toi, un
pour Moïse, et un pour Élie." Il ne pensait pas plus
loin qu'il ne le souhaitait à la vue continue de la
vision lumineuse qui se présentait alors à lui. Il y
serait resté, loin de sa maison et de ses amis, sans
se soucier de sa nourriture ou de ses vêtements,
sans abri contre la rosée froide du sommet de cette
montagne la nuit, et contre la terrible chaleur du
soleil Syrien le jour. Il n'a fait que en pensant à son
Seigneur, et après Lui, à ses amis qui l'ont
accompagné pendant la transfiguration. Quel
contraste ma conduite présente avec celle de saint
Pierre ! Combien de causes insignifiantes
m'empêchent d'aller à Jésus, et d'être avec Lui dans
le Saint Sacrement ! Combien de distractions j'ai
quand il y a des soucis mondains, et toutes sortes
de petits désagréments viennent troubler mes
pensées, et les éloigner de la contemplation de
mon Seigneur.

Mon Jésus, il n'en sera plus ainsi. Je considérerai
la possession de Toi et de Ta grâce comme mon
plus grand trésor, auquel aucun trésor terrestre ne
peut être comparé pour un instant. Je Te
chercherai en toutes choses ;
et surtout je Te
chercherai par une réception digne et pieuse de
Toi dans la Sainte Eucharistie, et en cultivant dans
mon âme un amour plus intense pour Toi dans ce
Saint Sacrement. Jésus aide-moi par ta grâce,
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Dim 17 Mar 2019, 10:21 am

DEUXIÈME DIMANCHE DE CARÊME.
ÉVANGILE. Comme hier.

Imaginez-vous sur Thabor, et en train de contempler
avec les Apôtres sur la vision glorieuse du Christ
transfiguré. Quelles pensées rempliraient votre esprit
si vous étiez là, et si vous voyiez Jésus dans Sa
Sainte Humanité devant vous ?

I.

La vue de Jésus dans une telle gloire élèverait dans
votre âme des pensées d'adoration profonde. Vous
tomberiez devant Lui, vaincu par la splendeur de la
lumière éternelle qui brillait autour de Lui pour le
temps. Il est toujours et pour toujours le même
Jésus ; et Il vous regarde, bien que vous ne le
voyiez pas. Sa Sainte Humanité dans le ciel est
resplendissante d'une lumière infiniment plus
glorieuse que celle qui brillait sur Thabor. Vous le
savez par la foi. Regardez-le donc avec les yeux de
la foi, et que toutes les forces de votre âme se
prosternent devant Lui dans l'adoration suprême.
Offrez-lui l'hommage de tout votre être et
promettez-lui que vous ne ferez jamais, avec
l'aide de sa grâce, une chose indigne de sa divine
Présence.


II.

Pendant la Transfiguration, un nuage lumineux le
couvrit, ainsi que les apôtres. Une voix se fit
entendre du nuage, disant: "Voici mon fils bien-
aimé, en qui j'ai mis toute ma complaisance;
écoutez-le."
Et les apôtres avaient peur. Vous
auriez eu peur aussi à cette manifestation de Dieu.
Et maintenant que votre esprit est absorbé par sa
contemplation, n'avez-vous pas peur lorsque vous
pensez à votre indignité? Quand vous réfléchissez
que si ce n’était pour sa miséricorde, vous seriez
mort quand vous étiez dans votre premier péché
mortel; dans votre seconde votre troisième votre
centième? Êtes-vous dans le péché mortel à ce
moment? Promets-lui que tu le feras préparez-
vous à sa présence par un bonne confession, et
que vous le ferez à la première occasion, sans
aucune remise en cause. Faites un acte de
contrition maintenant. Vous le feriez si, tout à
coup, vous le voyiez devant vous ou si vous
entendiez de vos oreilles mortelles la voix terrible
de Dieu. Vous savez que Dieu est présent ici et
maintenant autant que si vous le voyiez.

III

Encore; étiez-vous sur Thabor et avez-vous vu le
visage de Jésus? comment votre coeur serait
enflammé d'amour pour lui! avec le désir d'être
avec lui et de ne jamais être séparé de lui pour
toute l'éternité! Vous lui diriez à quel point vous
l'aimiez ou du moins à quel point vous désiriez
réellement l'aimer et désiriez l'aimer, afin de
gagner son amour. Faites-le maintenant et
excitez votre cœur à un grand désir ardent de
l'amour de Dieu. Pensez combien rien sinon ce
qui est Dieu, ou en Dieu, et pour Dieu, est digne
de l'amour d'une âme immortelle.


Est-ce que je vous donne, ô Jésus! toute
l'adoration et l'amour dont je suis capable? Je
connais la réponse que vous devez me donner.
Je peux vous adorer et vous aimer plus que
maintenant.
Je peux réfléchir plus à votre divinité
et à votre humanité que je ne le fais. Oh! aidez-
moi avec votre grâce.

Augmentez ma foi en votre adorable présence et
ne me laisser jamais l’oublier. Prolongé dans
l'adoration et l'amour à vos chers pieds, je cache
mon visage et je pleure de tout mon cœur de
n'avoir jamais offensé votre terrible et aimante
majesté. Jésus, aide-moi par ta grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mar 19 Mar 2019, 10:23 am

LUNDI DE LA DEUXIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE - Jean viii. 21-29.

Jésus était probablement dans le Temple quand
Il a prononcé le sermon contenu dans le
paroles de l'évangile d'aujourd'hui ; imaginez-Le
puis entourés de scribes, de pharisiens,
et un certain nombre d'autres Juifs. Voir avec
quelle calme dignité Jésus se porte en Lui-même
au milieu de ses ennemis captifs et rusés, et
comment, malgré leur hostilité, il proclame la
vérité.

I

Jésus ne craint ni l'opposition, ni même la malice.
Il sait que ce qu'Il a à dire est vrai, et bien que le
monde entier se soit opposé à Lui dans l'inimitié
ou le ridicule, Il proclamerait toujours la Vérité.

A une fausse peur du monde toute influence sur
moi ? Est-ce que j'ai peur, ou est-ce que je me
soucie de ce que les hommes peuvent dire de
moi à cause de mon maintien de la vérité
catholique ? Ai-je déjà reculé devant une
profession de foi ouverte, alors que l'honneur
de Dieu et le bien de mon prochain l'exigeaient,
à cause de la peur du monde ? Ai-je jamais eu
honte d'une doctrine ou d'une pratique
catholique, ou de prendre résolument parti pour
la vérité et la vertu face aux blessures ou aux
moqueries des autres ? Quelle noble figure que
celle de Jésus lorsqu'il est confronté à l'hostilité,
qu'il ne fait aucun compromis, qu'il ne cède à
rien, mais qu'il garde malgré tout la ligne directe
du devoir.

II.

Jésus n'a pas seulement annoncé aux Juifs les
vérités éternelles, mais il a dit beaucoup de choses
dures à leur sujet quand l'occasion l'exigeait. Il n'a
pas caché, ni tenté de leur cacher leurs fautes,
mais il leur a parlé de leur résistance obstinée à la
grâce de Dieu, et à ce que cela les conduirait, à
savoir qu'ils devaient mourir dans leurs péchés.
C'est la part d'un véritable ami de dire à un autre,
dans toute charité, ses fautes et ses erreurs, et ce
qu'elles mèneront si elles ne sont pas corrigées.
Jésus est notre véritable ami, et par Sa parole, par
Son Église et par la voix de notre propre conscience,
Il nous parle toujours de nos transgressions.
Et si
l'Église nous dit parfois de dures vérités sur nous-
mêmes, ou exige de nous une légère négation de
nos penchants naturels, refuserons-nous de
reconnaître le caractère amical de tout cela ? Quand
l'Église parle, écoutons Jésus parler par sa bouche,
et écoutons-le avec douceur et docilité, afin que
nous ne puissions pas encourir le châtiment des Juifs.


III.

Réfléchissons, que Jésus savait, tout le temps, que
les hommes à qui il parlait chercheraient sa vie pour
sa condamnation claire et franche de leur conduite
par sa divine connaissance, qu'il connaissait non
seulement toutes les pensées qui étaient là et qui
passaient ensuite dans leur esprit, mais qu'il
prévoyait aussi tout ce qui allait en sortir ; comment
ils le haïraient, auraient soif pour son sang et le
traqueraient à mort. Adorons la patience et la
sainteté inflexible de Notre-Seigneur, et essayons de
réchauffer nos cœurs à une sympathie vraie et
sincère avec Lui.

Quand je m'examine moi-même, n'ai-je pas raison
d'avoir honte que ma conduite ressemble si peu à
celle de Jésus ? S'il y a quelqu'un que j'aime d'un
amour mondain, ne suis-je pas trop prêt à couvrir
ses fautes même de ses propres yeux ? Et si, d'un
autre côté, j'ai un ressentiment envers quelqu'un,
je suis trop susceptible d'exagérer ses défauts. La
vérité, sans diminution ni exagération, est ce que
je dois apprendre de Jésus. Ô mon cher Seigneur !
que je ne me dérobe jamais à la vérité, aussi
désagréable qu'elle puisse être pour moi, ou pour
ceux à qui je parle. Avec Votre grâce, je décide que
je ne le ferai jamais. Écoutez ma résolution et
bénissez-la.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mar 19 Mar 2019, 11:03 am

MARDI DE LA DEUXIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE.-Matt, xxiii. 1— 12.

Voyez notre cher Seigneur encore entouré de
Scribes, Pharisiens et multitudes de personnes
en plus de Ses disciples ; regarde Sa face ; et
écoute Ses paroles comme si elles vous étaient
adressées.

I.

Comme il a dû être douloureux et répugnant pour
Jésus de voir la malice et l'hypocrisie des scribes
et des pharisiens, de tout connaître parfaitement
et d'apprécier avec la plus grande compréhension
toute la méchanceté qui régnait dans leur cœur.
Il ne pouvait porter la présence du péché
d'aucune manière, ni sous aucune forme, et
pourtant, par amour pour l'homme et par désir
de répandre la vérité de son Père, il s'est soumis
avec obstination au milieu du péché et des
pécheurs. Apprenez à aimer Jésus pour ce signe
de son amour pour vous individuellement ; et
considérez votre propre conduite à son égard. Avez
-vous, comme Lui, une haine intense du péché ? Et
pourtant une grande patience avec les pécheurs ?
Vous soumettez-vous volontiers à des situations
gênantes ou désagréables pour Lui ? Rien ne peut,
par n'importe quelle possibilité, nous répugner
autant que le péché l'a été pour Lui, qui était toute
pureté et sainteté, et pourtant nous sommes très
exigeants sur toutes les circonstances qui ne nous
sont pas tout à fait agréables, en particulier
lorsque l'accomplissement de notre devoir nous
met en rapport avec eux. Est-ce que c'est
généralement le péché qui excite notre dégoût ?
Laissez-nous modifier notre conduite.

II.

Le dégoût qui remplissait le Sacré Cœur de Jésus
à la vue de la méchanceté des Pharisiens, a été
beaucoup aggravés par leur hypocrisie. Il savait
l'absence totale de leurs prétentions à la vertu,
tandis que Lui, comme d'autres, voyait leur
ostentation moralisatrice de bonnes œuvres et
l'arrogance avec laquelle ils affirmaient leur
supériorité spirituelle. Comme cela a dû être
répugnant à l'infini pour Celui dont toute la
conduite était si noble et si droite, et en qui il ne
pouvait y avoir rien de méchant ou de
prétentieux ! Qu'est-ce que Tu vois en moi, mon
Jésus ? Mes actes extérieurs sont-ils toujours des
indications de ce qui existe vraiment dans mon
cœur ? Est-ce que je parle toujours simplement
ce que je ressens ? N'es-tu jamais choqué en
observant en moi des paroles et des
manifestations de grands sentiments nobles et
vertueux qui n'ont vraiment aucune racine dans
mon âme ? N'ai-je jamais essayé de paraître aux
hommes meilleur que ce que je sais que je dois
être à Tes yeux qui voient tout ?

III.

L'horreur de Jésus n'a pas été exacerbée
seulement par l'hypocrisie des pharisiens, mais
aussi par leur manque de charité et de
considération pour les autres. Comme il l'a dit,
ils ont lié "des fardeaux lourds et insupportables,
et les ont laissés sur les épaules des hommes;
mais ils ne les feront pas bouger d'un doigt."
La
prétention à l'égard de la vertu s'accompagnera
certainement d'un caractère non charitable. Si
nous faisons de grandes professions de vertu,
nous sommes certains de mépriser nos voisins et
de leur demander plus que ce que nous sommes
disposés à faire nous-mêmes. Examinons-nous sur
cette tête, et voyons si nous ne sommes pas
souvent censurés par rapport à la conduite de notre
voisin en ce qui concerne les choses mêmes dans
lesquelles nous sommes déficients de manière
flagrante. Nous pensons que notre prochain est
vaniteux, hautain, négligent, donné à une
conversation désagréable, ou ce qui ne l'est pas ;
ou peut-être l'accusons-nous dans notre propre
esprit des crimes plus graves, alors que, si nous nous
examinions nous-mêmes, que devrions-nous trouver ?
Y a-t-il quelque chose en nous qui justifie que nous
soyons si exigeants par rapport à notre prochain ?

Cher Seigneur Jésus, je serai, avec Ta grâce, patient
avec les autres ; j'essaierai de me connaître à fond.
Combien de grâces Tu m'as données ! Combien de
temps Tu m'as porté ! Et dois-je, pécheur comme je
suis, être méfiant envers mon prochain, ou me croire
meilleur que lui d'une manière ou d'une autre ? Je
détesterai l'hypocrisie dans ma propre conduite, parce
qu'elle est la plus détestable en elle-même, et la plus
offensante pour Toi. J'examinerai mon passé, et je
ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour amender.
Jésus, aide-moi par ta grâce. Pater, Ave, Gloria.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Mer 20 Mar 2019, 6:07 pm

MERCREDI DE LA DEUXIÈME SEMAINE DE
CARÊME. ÉVANGILE. -Matt. Xx. 1 7—28.

Imaginez-vous Jésus en route vers Jérusalem,
entouré d'un certain nombre de disciples et
d'autres personnes attirées vers lui par des
motifs divers. Voyez-le prendre de côté ses
douze apôtres choisis, et écoutez-le leur
communiquer l'histoire solennelle de ce qui
devait lui arriver. Écoutez Ses paroles,
prenez-les dans votre cœur, et méditez-les.

I.

Considérez comment Jésus se réjouit de
s'appeler Lui-même le Fils de l'Homme dans
son humilité. Il y avait une convenance
singulière à le faire en cette occasion, parce
qu'en tant que simple Fils de Dieu, engendré
du Père de toute éternité, il était incapable
de souffrir. Mais pour nous racheter, et par pur
amour pour nous, il a choisi de se faire homme
et de naître de la Vierge Immaculée Marie,
afin de pouvoir souffrir pour nous. Aucun
homme, non, tous les anges purs qui n'ont
jamais adoré devant le trône de Dieu,
n'auraient pu penser à un tel moyen pour la
rédemption de l'homme. Seul l'amour éternel
et infini de Dieu pouvait concevoir la pensée,
que Dieu devait se faire homme, dans ce but
même, pour qu'Il puisse souffrir. Oh ! quel
amour Dieu a eu pour nous depuis le tout début!
Quel amour pour nous brûlé dans le Sacré-Cœur
de Jésus !


II.

Il poursuit en disant à ces Apôtres émerveillés
qu'Il sera trahi. Il ne suffisait pas à l'amour de
Jésus envers nous que ses ennemis s'emparent
de lui par quelque moyen que ce soit. La trahison
était de faire le travail. Nous avons entendu
parler de princes trahis par ceux qu'ils avaient
chargés de faveurs, d'amis trahis par ceux en qui
ils avaient toute confiance, et nos cœurs ont
brûlé d'une indignation naturelle et honnête.
Nous détestons le nom de traître ou de traître.
Nous préférons qu'on nous appelle presque
n'importe quoi plutôt que traître. Il y a
une telle horreur instinctive de trahison
implantée dans le sein humain. Quel devait donc
être le sentiment d'horreur que Jésus, le Fils de
Dieu et le Fils de l'homme, avait dans son Sacré-
Cœur du crime odieux par lequel il devait être
trahi ? Il avait toute la haine de Dieu pour le
péché, et toute la détestation de l'homme pour
cette trahison particulière. Et il savait et sentait
que la trahison pendait au-dessus de lui comme
un nuage noir ; et, pire que tout ! que cette
trahison devait venir d'un ami, d'un de ses
apôtres choisis, de celui qu'il avait chargé de
faveurs, et pris dans sa plus intime confiance.
Oh ! poids effroyable du malheur et de la
tristesse qui opprimaient son cher Sacré-Cœur !

III.

Considérez comment Jésus a raconté calmement
à ses apôtres les détails de ses souffrances à
venir, afin qu'il soit trahi aux prêtres et aux scribes,
des hommes dont la position même aurait dû les
mettre de son côté, afin qu'ils le condamnent à
mort, Le Seigneur de la vie, afin qu'ils le livrent
aux païens et le fassent battre en dérision, et le
fassent flageller, crucifier. Regardez Son visage,
pendant qu'Il dit ces choses, et essayez d'entrer
dans les sentiments de Son Sacré-Cœur à la
perspective de tout ce qui doit Lui arriver. Le fait
qu'il soit Dieu intensifie tout cela pour lui ! car il
voit tout cela de la manière la plus exacte et la
plus parfaite. De plus, Son Divin choisira de
souffrir. Il a donc choisi la souffrance avec une
intensité dont nous ne pouvons former aucune
conception, et la perspective de son agonie était
proportionnelle à la sévérité réelle de celle-ci
lorsqu'elle se produisit réellement sur Lui. Et
pourtant, il en parle avec tant de calme que
lorsque la mère des fils de Zébédée vient à lui,
il est prêt à l'écouter et à entrer en conversation
avec elle. Admirez la dignité tranquille de Jésus,
et exhortez votre cœur à l'aimer de plus en plus.


Ô Jésus ! Je m'engage à Vous aimer de plus en
plus et à Vous rendre un retour convenable en
ne Vous offensant jamais et en faisant tout ce
que Je sais que Vous voudriez que je fasse. Aide-
moi par Ta grâce. Pater, Ave, Gloria.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Jeu 21 Mar 2019, 8:06 pm

JEUDI DE LA DEUXIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. -Luc xvi. 19-31.

Asseyez-vous aux pieds de notre cher Seigneur, et
buvez en Ses paroles comme un courant d'air de
sagesse céleste. Ne pensez pas aux Pharisiens,
ni de personne d'autre que Jésus et vous-même.

I

Jésus, dans la parabole de Lazare et de la
l'homme riche, souhaite nous faire comprendre
que vanité de toutes les bonnes choses
terrestres, c'est-à-dire leur vacuité et leu
r inutilité pour l'acquisition du bonheur éternel,
à moins qu'elles ne soient employées comme
Dieu veut que nous les employions.Tous les biens
temporels que nous possédons nous sont donnés
par Dieu tout-puissant dans la confiance. Nous
sommes les administrateurs et de leurs
dispensateurs, et devront Lui rendre compte de
l'usage que nous en avons fait. L'usage qu'Il veut
que nous les mettions, c'est de les rendre aptes
au salut éternel de nos âmes. C'est le cas de tout
ce que nous avons.
Tout ce que Dieu nous donne
est bon en soi ; et si nous en venons à faire du mal,
c'est de notre propre faute. Les richesses acquises
légalement sont bonnes en soi, mais elles
deviennent de simples vanités si nous les utilisons
simplement pour notre propre satisfaction ; des
choses qui disparaîtront lorsque le souffle quittera
notre corps et ne laisseront derrière nous que
remords et souffrance.


II

Nous pouvons faire bon usage des richesses et
d'autres choses temporelles, et ainsi amasser des
trésors au Ciel, où aucune rouille ne les consumera,
et où aucun voleur ne s'introduira et ne volera.

L'usage que Jésus inculque dans l'Évangile
d'aujourd'hui est celui par lequel nous soulageons
les souffrances et la pauvreté de nos frères dans le
besoin. Réfléchissons-nous suffisamment à ce
devoir de charité chrétienne ? Nous pouvons dire
que nous avons très peu pour nous-mêmes, et par
conséquent, nous ne pouvons rien donner aux
autres ; mais ne serait-il pas mieux pour nous de
nous priver parfois d'un peu plus de plaisir, d'un
peu de délicatesse, d'une petite parure, afin que
nous puissions avoir quelque chose à offrir en
aumône ?
L'aumône des pauvres, qui implique un
vrai sacrifice, est très agréable à Dieu et très chère
au Sacré-Cœur de Jésus.
Ce sera un bon exercice
pendant le Carême, de voir ce que nous pouvons
faire pour les pauvres et de l'accorder pour l'amour
de Celui qui aime tant les pauvres.


III

Jésus-Christ s'est choisi une vie de pauvreté. Il
ressemblait plus à Lazare que le riche. Et pourtant,
en tant que Seigneur et Maître de toutes choses,
Il pouvait, à qui a appartenu à la terre et à sa
plénitude, s'est entouré de prospérité,
d'abondance et de tout luxe, s'il l'avait voulu ainsi.
Celui qui pouvait commander des légions d'anges
aurait pu convoquer toutes les richesses du monde
à Ses pieds ; mais Il a choisi la pauvreté, pour nous
enseigner comment nous devons être détachés
des choses du monde
; et pour manifester Son
amour pour les pauvres, qui sont appelés avec
insistance par l’Église, les pauvres du Christ. La
pauvreté n'est pas une honte sous la dispense
chrétienne. Elle a été rendue digne par la vie et la
pratique de Jésus ; et, à son imitation, par la
pratique de Ses saints.

    Laissez-moi considérer ce que j'ai fait de ce que
Dieu m'a donné. Supposons que je sois riche, que
je me souvienne que mes richesses ne m'ont été
données que dans la confiance ? Et ai-je, de mon
abondance, été prêt à aider ceux qui ont besoin
de mon aide, à la mesure de mes capacités ?
Supposons que je n'aie que des moyens modérés,
ou que je sois dans la pauvreté réelle ; n'ai-je pas
encore eu la possibilité de montrer que je suis un
vrai catholique, en faisant quelques petits
sacrifices pour le bien, même si ce n'est
apparemment qu'un petit sacrifice, de ceux qui
sont plus pauvres que moi ? Je penserai
sérieusement à ces choses, et pour Votre bien, ô
Jésus aimant, je modifierai ma conduite, de peur
de participer à la condamnation de l'homme
riche. Que je sois plutôt pauvre comme Lazare et
jouisse du Ciel, plutôt que d'être abondant dans
la richesse du monde et perdu pour toujours.
Jésus, aide-moi par ta grâce. Pater, Ave, Gloria.


TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Ven 22 Mar 2019, 11:15 am

VENDREDI DE LA DEUXIÈME SEMAINE DE CARÊME.
Évangile. -Matt. xxi. 33—46.

Imaginez-vous au milieu de la foule autour
de Jésus ; regardez-le, et écoutez Ses
paroles.

1.

La vigne dont Jésus a parlé aux Juifs
signifie la synagogue; et Jésus leur dit
comment on leur enlèvera la vigne, c'est-
à-dire comment les Gentils seront
rassemblés pour devenir les détenteurs de
l'alliance, de l'Église, et comment ils seront
privés de leur héritage à cause de leurs
mauvais traitements des prophètes et de
leur terrible crime d'avoir mis à mort le Fils
unique de Dieu, le maître de la vigne.Dans
un sens spirituel,  les paroles de Jésus peuvent
s’appliquer à la grâce que Dieu donne à
chaque âme chrétienne, qui est la vigne
confiée aux soins de chacun. Cette grâce doit
être cultivée avec une assiduité et une vigilance
extrêmes, et le Maître de la vigne attend un
retour proportionnel à la quantité de grâce
accordée.
Combien de grâces n'ai-je pas reçues
de Dieu! Je ne peux pas les compter. Les ai-je
mis à profit et cultivés de manière à rendre un
retour approprié et proportionné à mon Maître?


II.

Au contraire; n'ai-je pas terriblement négligé la
grâce qu'il m'a donnée? N’ai-je pas, par mes
péchés et ma paresse spirituelle, réduit à néant
ses dons, même contre ceux qui les ont donnés,
de manière à pouvoir, s’il était possible,
le perdre par sa générosité? Encore ; Je sens que
j'ai fermé l'oreille de mon cœur aux
avertissements de ma conscience, à
l'enseignement de l'Église par ses pasteurs, aux
conseils de mon directeur, aux conseils ou aux
ordres de mes parents ou d'autres supérieurs, et
aux avertissements de mes vrais amis. Et ainsi
j'ai maltraité et chassé les messagers envoyés à
moi par mon maître. Non, j'ai rejeté son Fils
unique et, dans la mesure de mes possibilités, je
l'ai mis à mort encore une fois, en rendant sa
mort et ses mérites inutiles. Je l'ai méprisé et j'ai
préféré suivre mon propre chemin pour suivre
celui qui est "le chemin, la vérité et la vie". La
vigne de mon âme a donc été désolée par ma
faute, la bête féroce du péché l'a dévorée et, à la
place des fruits de la vertu, je n'ai rien à montrer
que des ronces et des épines de vice. Est-ce
vraiment mon cas? ou puis-je dire
consciencieusement que ce n'est pas le cas?


III.

Si c'est mon cas, à quoi dois-je m'attendre si je ne
me mets pas immédiatement au travail pour
réparer le passé et pour réparer l'avenir ? Je ne
peux que chercher le jugement prononcé contre
ces mauvais maris-hommes dans l’Évangile. La
grâce de Dieu sera retirée de moi complètement,
et donnée à d'autres qui la cultiveront bien.
Peut-
être ai-je l'impression que je ne suis plus aussi
fervent qu'avant, que je ne savoure pas les choses
spirituelles comme je l'ai été, que mon âme
devient tiède et négligente, et que tout cela n'est-
il pas un signe du retrait de la grâce de Dieu ?
C'est une chose terrible de constater, à mesure
que nous avançons en âge, que nous ne sommes
plus aussi bons qu'avant. Que Dieu m'accorde que
ce ne soit pas mon cas. Permettez-moi d'examiner
attentivement s'il en est ainsi ou non, et si je
trouve qu'il en est ainsi, je chercherai la cause, et
l'éradiquerai comme une mauvaise herbe nuisible
qui empêche la croissance de la grâce de Dieu dans
mon âme, et me conduira à la destruction.


Ô Jésus ! Vous savez ce que je suis et ce que je
vaux à vos yeux. Je ne peux pas vous cacher mon
état réel, même si je peux cacher ma bassesse aux
autres par hypocrisie, et à moi-même par un
aveuglement volontaire. J'examinerai vraiment
ma conscience ; je ferai une bonne confession, et
avec Votre aide, j'essaierai de rendre mon âme digne
d'une visite de Votre part.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique le Sam 23 Mar 2019, 9:44 am

SAMEDI DE LA DEUXIÈME SEMAINE DE CARÊME.
Évangile. -Luc xv. 11-32.

Imaginez Jésus-Christ comme un père que vous avez
offensé, et dont vous avez quitté la maison ; et puis
pensez à vous-même comme un rejeté, misérable,
pauvre et abandonné, avec les pensées de la vieille
maison montant juste dans votre coeur.

I.

Considérez l'état misérable du fils prodigue, loin de
sa propre maison, et cela par sa propre faute. Tous
ses moyens sont gaspillés en débauche et en excès
 il n'a plus d'ami maintenant qu'il n'est plus riche ; il
a très faim, et il est envoyé pour nourrir les porcs, et
il se contenterait de coques, mais il n'y a personne
qui lui en donnera. Quelle image de désolation cela
nous présente ! Celui qui avait été si délicatement
nourri est tombé dans un tel malheur ! Voyez-le
mourir de faim, les yeux creux dans la mort, et
jaloux des porcs. Aussi triste que soit cette image,
elle n'est qu'une très faible ressemblance d'une âme
qui a quitté la maison de son Père par le péché. Il
s'est éloigné de Dieu et a cherché à se satisfaire de
délices interdits, mais les a trouvés vides et creux.
Rien ne peut compenser la perte des joies
tranquilles et saintes de la maison de son Père. Tout
ce qui valait la peine d'être pris a disparu. Il est las,
désolé, affamé, presque désespéré.

Ô mon âme ! Es-tu dans cet état ? Si tu ne l'es pas,
c'est seulement par la miséricorde de Dieu ; et que
la pensée d'une telle désolation te garde toujours
dans la maison de ton Père, c'est-à-dire, dans la
grâce de Dieu.


II.

Enfin, l'idée d'un foyer vint dans le cœur du pauvre
prodige. Il pensait au temps de l'innocence et de la
paix. J'ai pensé que, même maintenant, les
mercenaires à la maison regorgeaient de pain, alors
qu'il mourait de faim. Il ne tarde pas, mais dit
aussitôt qu'il rentrera chez son père et avouera sa
faute. Loin de réclamer quoi que ce soit, il dira à son
père qu'il n'est pas digne d'être appelé son fils.
Quelle belle image d'une âme repentie ! Tout
d'abord, il y a le regret pour le bien qui est perdu,
et un sens de la misère actuelle du péché ; puis la
détermination de retourner à Dieu avec amour pour
Lui, et confiance en Lui ; un profond sentiment
d'indignité, et une douleur sincère pour le passé,
combinée à une résolution, telle que nous pouvons
être sûrs qu'elle existait dans le cœur du prodige,
de ne jamais plus offenser.


III.

Comme le père était prêt à pardonner et à recevoir
son enfant pénitent ! Sans doute veillait-il avec
impatience à son retour, car il le voit de loin, " loin
de là ", et courir vers lui tombe sur son cou, et
l'embrasse. Non content de cela, il l'habille de la
plus belle robe, lui met une bague au doigt et des
chaussures aux pieds, et fait un grand banquet pour
célébrer son retour. Si tel est l'amour et la bonté
d'un parent terrestre, quel est l'amour du grand cœur
aimant de Jésus pour une âme repentante !
Nous ne
pouvons ni le sonder ni le mesurer, il est si immense
et si intense. Quel encouragement cela devrait être
pour nous de sortir immédiatement de notre misère
et de retourner à lui! Il nous surveille et viendra nous
rencontrer. Qu'est-ce que ça veut dire ? Cela signifie
qu'il a établi un saint sacrement auquel son église
nous appelle toujours, le sacrement de la pénitence,
où il s'assoit pour nous chercher et nous attendre. Le
désir et l'intention de nous réconcilier avec lui par ses
moyens le rapprochera par sa grâce, et apportera la
grâce à nous. Alors, avec la contrition, la confession et
la satisfaction jointes à la sainte absolution, nous
serons embrassés devant son cœur, revêtus de grâce
et chargés de faveurs divines.

Oh ! comment pourrais-je jamais négliger
délibérément et intentionnellement de me
réconcilier avec Dieu ? L'état de mon âme dans
le péché est une condition de misère totale,
qui n'est qu'un prélude au malheur éternel, si
je ne me repens pas. Je le ferai, ô mon Jésus !
Je vais rentrer chez moi. Je chercherai de
nouveau les voies de l'innocence et de la paix ;
et avec Ta grâce, je ne les abandonnerai jamais,
 jamais, ni Toi ni eux.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique Hier à 9:29 am

TROISIÈME DIMANCHE DE CARÊME.
Évangile. -Luc xi. 14—28.

Imaginez que vous voyez Jésus exercer toute la
majesté de sa puissance sur le mauvais esprit,
et l'expulser peut-être par une parole, un
toucher, un geste, un regard ou un simple effort
de sa volonté, mais sans aucune démonstration
ou ostentation.

I.

Saint Matthieu nous dit, xii. 22, que ce possédé
était aveugle aussi bien que muet; et sa
condition représente bien l'état d'une âme dans
un péché mortel et obstiné. Une âme dans le
péché mortel est en possession du diable, car la
grâce de Dieu n’est pas là, le diable peut y voir
une contrepartie de lui-même, et si la personne
mourait dans cet état, l’âme serait la propriété
du diable, et partagerait sa damnation pour
toute l'éternité. Il appartient également au
diable, car en tombant volontairement dans le
péché mortel ou en restant délibérément dans
cet état, l'âme se fait esclave du diable;
il fait la
volonté du diable au lieu de la volonté de Dieu.
Qu'un homme libre soit rendu de force esclave
d'un maître terrestre est considéré, à juste titre,
comme l'un des plus grands malheurs qui
puissent lui arriver. Qu'est-ce que ça doit être
d'être un esclave du diable ! Pour un homme
désireux de s'asservir physiquement à un autre,
à moins que ce ne soit pour un motif de charité
divine, serait considéré comme une dégradation
inconcevable. Et si un homme abandonne ainsi
sa liberté d'esprit à un autre, qu'il accomplira à
sa demande les actions les plus basses et les
plus déshonorantes, il est considéré à juste titre
comme l'un des plus bas de l'humanité. Et
pourtant, c'est exactement ce que fait l'âme
quand elle tombe ou reste dans le péché mortel.
La seule différence est qu'il se livre au diable
plutôt qu'à un homme.

II.

Lorsqu'il est ainsi entre les mains du diable, il
devient aveugle, comme l'homme de l'évangile;
aveugle à la bonté de Dieu et à la beauté de la
vertu; aveugle à l'état effroyable dans lequel il
se trouve, ainsi qu'aux terribles conséquences
d'être dans cet état. Il est également aveugle
quant à l'énormité du péché et aux horribles
ravages causés par le péché; aveugle à sa
déformation totale; aveugle à tous ses vrais
intérêts; aveugle aux attraits de la grâce de
Dieu. Et il y a un danger que cet aveuglement
approfondisse et assombrisse, de sorte que
l'âme puisse être totalement exclue de
l'influence de la grâce de Dieu et se diriger
vers l'éternité en toute impénitence finale.

Laissez-moi examiner mon âme à temps pour
la guérir de l'aveuglement spirituel, si de
telles choses existent en elle.

III.

Il est aussi muet. Elle ne peut pas prier ; la
prière est devenue désagréable et fatigante,
et tous les fidèles, et les expressions de
confiance et d'affection qu'elle utilisait
autrefois envers Dieu Tout-Puissant, sont morts
loin de ses lèvres. Et plus longtemps il restera
dans le péché mortel, plus il oubliera la prière.
Il est muet aussi de demander conseil à ceux
qui ont les moyens de se le permettre en
matière spirituelle. Il prend sa propre voie,
sans se demander si c'est la bonne ou non, et
même sans s'en soucier. Il est muet en ce qui
concerne la confession, soit qu'il ne s'approche
pas du sacrement de la pénitence, soit, pire
encore, qu'il fasse de mauvaises confessions
sacrilèges. Il est muet quant au fait de donner
de bons conseils aux autres, ou de parler pour
l'honneur et la gloire de Dieu et le salut des
âmes.
Quel état pour un homme de se réduire
de plein gré !Il semblerait, à première vue,
être aussi désespéré que le cas d'un aveugle et
d'un muet corporel ; mais comme dans ce
dernier cas il y avait un moyen de guérison,
ainsi dans le premier nous pouvons en trouver
un si nous écoutons à temps la voix de notre
conscience, et cédons à l'incitation de la grâce
divine.

Ô mon Dieu ! Préservez-moi de tomber dans
le péché mortel, ou si je tombe
malheureusement, donnez-moi la grâce
de ressusciter. Mais qu'est-ce que je suis
en train de dire ? peut-être que je suis
maintenant dans cet état épouvantable.
J'examinerai mon cœur et ma conscience,
Cher Jésus ; je ne perdrai pas de temps, et
je chercherai à être délivré de mon
esclavage, en m'empressant de faire une
bonne confession. Jésus, aide-moi par ta
grâce.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...



Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: PENSÉES DU CARÊME (1873) anglais/français

Message  Monique Aujourd'hui à 11:13 am

LUNDI DE LA TROISIÈME SEMAINE DE CARÊME.
ÉVANGILE. -Luc iv. 23-30.


Imaginez que vous voyez Jésus pris au sommet
de la colline pour être jeté tête baissée, et ainsi
tué; mais passant mystérieusement à travers
la foule, il suit son chemin.

I.

Réfléchissez, par la contemplation, sur la colère
et la haine des Pharisiens contre notre cher
Seigneur, et unissez votre cœur en sympathie
avec son Sacré-Cœur. Les pharisiens étaient
comme des loups féroces autour de l'Agneau
de Dieu , qui, toute douceur et douceur, se
tenait si calmement au milieu d'eux. Si vous
l'observez bien, vous ne verrez en lui aucun
ressentiment, aucune perturbation de l'esprit,
aucune hâte d'échapper à leur fureur, aucune
peur, aucun geste d'impatience, de terreur ou
de vengeance. Quel noble mais doux objet de
contemplation est Jésus, si calme au milieu de
la tempête de colère qui fait rage autour de Lui.

Aucune parole de colère ne lui échappe, aucune
prière à ces hommes pour qu'ils ne se vengent
pas de lui. Regardez dans son Sacré-Cœur, et
vous trouverez enflammé d'amour de ces
mêmes hommes.

II.

Voyez quel contraste il y a entre Lui et les
Pharisiens et les autres qui remplissent la
synagogue. Ils sont tous enragés et remplis
de colère et de haine. Entendez le son confus
de leurs voix qui remplissent la synagogue ;
certains réclament sa mort, d'autres se
moquent ; et pas un mot de bonté, de
sympathie ou de réconfort qui lui soit adressé.
Vraiment, toutes Ses peines et les douleurs du
cœur et de l'esprit n'étaient pas seulement
dans sa passion. Cette scène était, dans une
certaine mesure, un avant-goût de la
souffrance la plus amère à venir. Voir leurs
gestes frénétiques , leurs mains menaçantes,
leurs attitudes de menace ou de dérision. Et
tout cela se poursuit jusqu'à ce qu'ils
s'emparent de lui, et qu'ils le chassent de sa
ville de Nazareth avec grossièreté et insulte.
Ils l'emmènent sur le front de la colline où leur
ville a été bâtie, et dans une foule tumultueuse
se précipitent autour de lui avec l'intention
meurtrière de le jeter tête baissée d'en haut.
Si vous étiez dans cette synagogue, et au milieu
de cette foule, seriez-vous du côté des Pharisiens
ou de Jésus ? Vous dites sans hésiter, avec Jésus.
Votre cœur est frappé d'horreur à l'idée de
participer avec ces êtres féroces, des bêtes plutôt
sauvages que des hommes ; et pourtant, dans
vos rapports ordinaires avec Jésus, comment vous
comportez-vous ? Quand il s'agit de prendre parti,
vos passions d'une part, et Jésus d'autre part,
vous joignez-vous toujours, invariablement, à Lui ?
N'allez-vous jamais, par crainte ou par amour de
quoi que ce soit ou de qui que ce soit d'autre,
contre Lui en commettant le péché ?



III.

Considérez les paroles simples, mais très
expressives de l'évangéliste, qui dit que "Celui qui
est passé au milieu d'eux, est parti par Son
chemin."
Il y a peu de passages de l'Écriture Sainte
plus frappants que cette description de Jésus
passant au milieu de cette foule juive enragée. Il est
au milieu d'eux, et soudain Il est parti. Voyez leur
stupéfaction de ne plus Le voir là. Ils ne peuvent pas
dire comment Il est parti, ni où. Ils se regardent
avec étonnement. Entendre leurs demandes
hésitantes, et peut-être leurs expressions de rage
déconcertante. Son heure n'était pas encore venue,
et Il savait comment leur échapper par l'exercice de
Son pouvoir divin. La contemplation de cette scène
devrait être pour nous une source de grands
encouragements, en particulier dans les domaines
suivants des temps, où les puissances du monde sont
exerçant leur force impie contre l'Église du Christ.
Tandis que tant de voix s'élèvent pour réclamer sa
destruction, tant d'esprits sont fixés sur sa ruine,
laissons-nous au moins décider de rester fidèle, et
Dieu merci pour Sa Providence.

Ô Jésus ! Je Vous compatis dans Vos souffrances,
et je désire unir mon cœur avec le Votre. Jamais je ne
participerai avec Vos ennemis ; jamais je n'écouterai
les suggestions du mal, ni ne choisirai le péché de
préférence à Votre loi. Bien que le monde entier soit
d'ailleurs contre Vous et Votre Église, je veux
proclamer ma loyauté et la maintenir jusqu'à mon
dernier souffle. Donne-moi la grâce et la force de le
faire.
Pater, Ave, Gloria.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7327
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum