ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Lun 29 Juil - 9:01

Vers le 1er décembre, la Cour revint à Séville pour l'hiver. Le jour de Noël de la même année, Isabelle et Fernando publièrent le premier décret royal connu sur l'imprimerie. Thierry Martins ou Dierck Maertens, le célèbre imprimeur d'Alost et de Louvain dont la disparition de 1476 à 1480 resta si longtemps un mystère, apparut cet hiver-là à Séville, où il fut appelé Théodoric le German, ou Teodorico Aleman. Le décret d'Isabelle du 25 décembre 1477 le rend exonéré d'impôts, comme "l'une des principales personnes à la découverte de l'art de l'imprimerie, un art importé en Espagne à grands risques et frais, pour enrichir les bibliothèques des royaumes, et fournir plus de livres à de nombreux savants de notre royaume, ce qui est un honneur pour eux et pour nos sujets. .” Quiconque gêne Thierry ou ses compagnons de travail est menacé de poursuites civiles et pénales et de confiscation de ses biens.'' 9 Le premier livre imprimé en Espagne fut un recueil de chants en l'honneur de Notre Dame, 1474, suivi d'une édition de Sallust, 1478, et d'une traduction de la Bible en castillan, 1478, du Père Boniface Ferrer. Isabelle, qui avait trouvé le temps, même pendant la guerre, d'enrichir la collection de manuscrits enluminés de son père, vit immédiatement les possibilités de la nouvelle invention.

Séville, châtiée par la justice de la Reine et rendue à la tranquillité par sa miséricorde, jouissait d'un hiver gai à l'extérieur, quel que soit le mécontentement qui ait pu régner sous la surface. Le printemps est arrivé, et avec lui des nouvelles intéressantes du Portugal. Une merveilleuse mine d'or, découverte à Saint-Georges-la-Mina six ans auparavant, rendait les Portugais fabuleusement riches. On disait que les barbares noirs nus donnaient une pépite aussi grosse que le poing d'un homme pour un vieux costume ou quelques cloches de faucon. De Séville, de Cadix, de tous les ports d'Espagne, des caravelles et des galères s'embarquèrent, et un navire ramena 10.000 pesos (vingt mille livres) d'or.

Mais le sujet de conversation le plus courant à la Cour et dans toute l'Espagne était l'accouchement imminent de la Reine. Des prières ont été dites pour elle dans les églises de Castille et de Léon ; et il y eut une grande joie, et beaucoup de sonneries de cloches et de coups de canon, quand elle donna naissance à un fils le matin du 30 juin. 10 Le roi, selon l'ancienne coutume, ordonna à Garci Tellez, Alonso Melgarejo, Fernando de Abrego et Juan de Pineda d'être présents comme témoins avec la sage-femme, une femme de Séville appelée la Herradera ; et le petit prince, à son arrivée, fut confié à une nourrice de la famille noble, Doña Maria de Guzman. Les Sévillans ont célébré pendant trois jours et trois nuits.

Le prince Juan a été emmené à la cathédrale pour être baptisé le 9 juillet. Heureusement pour la postérité curieuse, il y avait parmi les spectateurs un jeune prêtre avec l'œil d'un journaliste de la société, qui consignait tout ce qu'il voyait dans les moindres détails.


La chapelle où se trouvaient les fonts baptismaux et les piliers de toute la forêt de marbre et de granit étaient recouverts de brocarts et de soieries de toutes les couleurs gaies imaginables. Suivi par les cris joyeux du peuple, et tenu sur un oreiller de brocart rouge dans les bras d'une infirmière, l'enfant royal entra dans la cathédrale à la tête d'une magnifique procession, y compris la Cour, les ambassadeurs étrangers, les fonctionnaires de Séville, et les grands prélats et nobles du sud. Le Cardinal Mendoza, "troisième roi d'Espagne", suivi des parrains distingués, le légat pontifical, l'ambassadeur de Venise, le constable de Castille et le comte de Benavente, sont arrivés les premiers.

En Espagne, un tel cérémonial n'est pas complet sans musique. Il y avait donc une infinité d'instruments de musique, y compris des cors de toutes sortes, du piccolo le plus haut au basso-profundo le plus guttural. Les magistrats de Séville portaient les tiges de justice dans leurs mains, et tous portaient de nouvelles robes de velours noir ornemental que la ville acheta pour l'occasion. Don Pedro de Stuniga gardait un grand plat en argent contenant la bougie du baptême et les offrandes habituelles. Devant lui, portant le plat, marchait une page si petite qu'il la tenait au sommet de sa tête, la stabilisant de ses mains, afin que les gens puissent voir que l'offrande était une grande et brillante pièce d'or, de 50 pièces d'or fondues. A côté de ce nain se promenaient deux demoiselles de la Reine, et derrière elles deux frères de noble naissance avec une cruche dorée et une coupe en or pour la cérémonie. Quatre grands de la cour, ainsi que de nombreux autres caballeros et notables, ont assisté à la grande nourrice née dans les hautes sphères de la cour. Enfin, dans un éclat de splendeur, la marraine, la Duchesse de Médina Sidonia, a porté, "pour plus d'honneur", sur les hanches de la mule du Comte de Benavente, neuf demoiselles vêtues de soie de couleurs différentes, avec jupes et tabards de soie. La duchesse elle-même, avec une lourde chaîne à son cou, portait une riche jupe de brocart, brodée de perles, et un tabard de satin blanc doublé de damas. Lors de la fête qui suivit le baptême, le Roi et la Cour furent très festifs et joyeux. Le nain de compagnie du roi Fernando, Alegre, n'a jamais été aussi amusant. Comme il admirait le tabard de la Duchesse, elle lui envoya après le banquet. 11

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915890
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mar 30 Juil - 10:48

Un mois plus tard, un dimanche d'août, la Reine se rendit à la messe pour présenter le Prince au temple, car l'Enfant-Jésus avait été présenté à Jérusalem par sa mère. Le Roi l'a précédée, très splendide sur une petite râle gris argenté. Sa Majesté portait un somptueux brocart orné d'or et un sombrero bordé de fil d'or, et les ornements de son cheval étaient en or sur un velours noir. La reine Isabelle était assise sur un petit cheval blanc avec une selle dorée et des caparaçons d'or et d'argent, et sa jupe en soie était tissée de perles. Elle était accompagnée de la Duchesse de Villahermosa, et d'aucune autre dame. Suivaient joyeusement de nombreux musiciens ; et marchant devant leurs Majestés, les fonctionnaires de la ville, à pied, et les grands de la cour.

L'infirmière du Prince la suivait sur une mule, portant fièrement le Prince sur un oreiller dans ses bras. Des grands de la cour l'entourèrent, et avec elle partit l'Amiral de Castille. "Ce jour-là, ils ont dit la messe aux autels lumineux de la cathédrale très festif", écrit Bemaldez, 12 et tous sont retournés à l'Alcázar.

Trois semaines après cet événement, les habitants de Séville et de toute l'Andalousie étaient terrifiés par une éclipse totale du soleil. Les scientifiques du collège dominicain de Salamanque s'y attendaient et l'observaient, mais la population était très troublée lorsque le soleil devenait noir en plein jour et que les étoiles apparaissaient comme la nuit. Avec des cris et des prières, ils se sont précipités dans toutes les églises pour implorer Dieu de ne pas les détruire. Bernaldez rapporte que le soleil n'a pas repris la couleur naturelle claire qu'il avait la veille de l'éclipse. 13 Les astrologues semblaient solennels et donnaient diverses interprétations. Certains disaient que c'était un bon présage de la grandeur du Roi et de la Reine et de la puissance que le Prince Don Juan allait hériter. D'autres craignaient des catastrophes pour le Prince et la Castille.

Au-dessus des têtes de quelques malheureux habitants de Séville, en tout cas, il y avait effectivement une tempête. C'est à peu près à cette époque que l'évêque de Cadix rapporta les résultats de son enquête. Il a dit à la Reine ce qu'elle soupçonnait depuis longtemps, à savoir que la plupart des Conversos étaient des Juifs secrets, qui avaient gardé contact avec les Juifs de la synagogue. Ils ne cessaient de gagner les chrétiens aux pratiques judaïques. Ils étaient "sur le point de prêcher la loi de Moïse" 14 depuis les chaires catholiques. L'évêque ne voyait aucune perspective d'éviter les querelles, les crimes et les massacres incessants à moins que Leurs Altesses ne suppriment les causes de ces troubles. Et cela ne pouvait se faire qu'en appliquant les anciennes lois obligeant les Juifs à vivre à l'écart des Conversos in juderías, où ils ne pouvaient faire du prosélytisme ; et en établissant un tribunal spécial pour punir les Marranos coupables de judaïsation et d'autres infractions contre la religion de l’État. Si ces mesures n'étaient pas prises, les juifs réussiraient tôt ou tard à détruire le christianisme en Espagne, à en faire un pays juif et à réduire les chrétiens à un esclavage virtuel, tant politique qu'économique.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915891
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mer 31 Juil - 13:05

Comment faire la distinction entre les Conversos judaïsants et les juifs chrétiens sincères par voie judiciaire - c'était encore la question. Et, de l'avis du vénérable évêque, cela ne pouvait pas être fait par les tribunaux pénaux ordinaires de l'État. Aussi graves que les crimes contre la foi étaient dans leurs effets sur la moralité publique, ils étaient si secrets qu'il était difficile de prouver des actes manifestes. Le test doit être de savoir si le juif accusé professant le christianisme a réellement cru et pratiqué les enseignements de l'Église chrétienne ou s'il a suivi ceux de la synagogue et incité les autres à faire de même. Un juge ordinaire, bien qu'avocat, ne pouvait pas se prononcer intelligemment sur des questions purement religieuses. Il fallait donc un tribunal religieux d'instruction pour juger de l'orthodoxie de l'accusé avant que l'État n'engage des poursuites contre lui.

Il est probable que l'évêque n'a fait qu'exprimer la conviction croissante du Roi et de la Reine qu'il n'y avait aucun moyen pratique d'achever leur ambitieux programme pour l'indépendance de l'Espagne chrétienne, sinon d'emprunter les pouvoirs spirituels de l'Église. Pour eux, comme pour tous les dirigeants de leur temps - catholiques et autres - l'unité de foi leur paraissait le premier élément essentiel d'un bon gouvernement, et son application le premier devoir d'un roi. Si cela semblait vrai en temps de paix, il était peu probable que cela soit remis en question en temps de guerre, alors que tous les gouvernements insistaient partout sur l'unité à tout prix. Et la Castille était sans doute à la veille d'un long et dangereux conflit.

Pour le chrétien espagnol, descendant d'une longue lignée de croisés et enseignant depuis le berceau les gloires de la guerre perpétuelle qui ne pouvait se terminer que par la reconquête complète de Grenade, toute mention des Maures était susceptible de rappeler l'alignement historique des juifs du côté de l'ennemi. Ce que les enfants d'Israël avaient fait une fois, leurs descendants pourraient le refaire. Dans n'importe quel tribunal qui pourrait obliger les Conversos à être loyaux et en plus leur faire payer une bonne part des dépenses de la guerre imminente, les anciens chrétiens ne voyaient qu'un bel exemple de justice poétique. Les Juifs avaient invité les Maures en Espagne ; que les fils des Juifs paient pour les chasser de nouveau. Le roi Fernando aurait présenté un tel argument à la reine.

Les événements donnaient un avantage à sa logique. Pendant que le roi et la reine étaient à Séville, leur envoyé est revenu de Grenade avec la réponse de Muley Abou'l Hassan à leur dernière demande d'hommage. C'était ceci :

"Les rois de Grenade qui ont payé le tribut sont morts, et les rois qui l'ont reçu aussi."

Il n'avait cependant aucune objection à une trêve de trois ans, et Isabelle et Fernando, n'ayant ni argent ni hommes, étaient obligés d'y consentir. Les termes du traité permettaient à l'une ou l'autre partie de faire de brèves incursions et de s'emparer de toutes les villes qui pourraient être réduites en trois jours 15 - une concession à des hommes frontaliers entêtés qu'aucun gouvernement ne pouvait contenir. Mais le traité avait à peine été signé que Muley envahit la Murcie chrétienne avec 4,000 cavaliers et 30,000 fantassins, détruisit les récoltes et chassa le bétail. Prenant d'assaut la ville chrétienne de Cieza en trois jours, il mit tous les habitants, hommes, femmes et enfants, à l'épée, et se retira à loisir à Grenade. 16

Isabelle et Fernando ont été contraints d'endurer l'humiliation de lui permettre de s'échapper impunément après cette atrocité. Mais ils ont solennellement renouvelé la promesse qu'ils avaient faite dans leur contrat de mariage, neuf ans auparavant, de ne jamais se reposer tant que les musulmans étaient au pouvoir en Espagne. Il n'a pas fallu un seul prophète pour prévoir que le trépas entre Cross et Crescent commencerait probablement lorsque la trêve aurait pris fin en 1481.

En 1478, au moment du raid de Muley, Fernando commença à commander de l'artillerie en Italie, 17  et à planifier des campagnes imaginaires. Il était évident que les deux principales bases d'opérations devaient être Séville et Cordoue. Dans les deux endroits, les Conversos étaient nombreux, riches et puissants. Séville, qui avait échappé aux boucheries de 1473, était presque entièrement à leur portée. Leur persécution aurait été une fatalité - les circonstances l'ont prouvé - sous presque tous les stratèges militaires qui aient jamais existé.

Isabelle était une excellente stratège. Pourtant, elle s'efforçait d'être juste et miséricordieuse. Par conséquent, lorsque le cardinal Mendoza a suggéré qu'il était injuste de punir Conversos pour son hérésie alors que tant d'entre eux n'avaient pas eu l'occasion de recevoir une instruction décente sur la doctrine chrétienne, elle a probablement été plutôt soulagée d'avoir une excuse pour un nouveau retard. Le Cardinal a proposé d'écrire un catéchisme clair, simple et complet des principales vérités de la religion chrétienne, et de l'exposer dans toutes les églises de Séville et des environs où les Conversos étaient nombreux. La Reine lui en donna la permission, et il commença les travaux qui l'occupèrent pendant les deux années suivantes. Mais en même temps, elle demanda secrètement au pape Sixte, par l'intermédiaire de ses représentants à Rome, l'autorisation d'organiser un tribunal inquisitoire du type traditionnel à Séville - les inquisiteurs qui seraient nommés par la Couronne.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915892
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Jeu 1 Aoû - 12:59

XII - LES ENNEMIS DE L'ÉGLISE - LE CATHARI - L'ORIGINE ET LA CROISSANCE DE L'INQUISITION


"Inquisition"
- un mot terrifiant ! Dans son latin d'origine, il signifiait "une enquête", "une enquête formelle". Mais pour l'oreille moderne, c'est devenu une discorde pleine de sinistrosités, certaines vagues, peut-être, mais indéniablement sinistre. Il suggère des chambres de torture, des flammes, des persécutions, des cruautés injustifiables, des injustices diaboliques. Comment ces gens ont-ils pu faire de telles choses ? Et pourtant, c'étaient des hommes comme nous. Ils étaient nos propres ancêtres. Regardez les effigies sur certaines de ces tombes en marbre orange en Espagne. 1 Ce ne sont pas les visages des Tartares jaunes ou des Bushmen bruns ou des médecins vaudou noirs. Ce sont les visages de nos propres origines d'Europe occidentale, dont certains sont fins, nobles et sensibles ; des visages que l'on peut rencontrer en Italie, en France, en Allemagne, en Pologne, en Grande-Bretagne ou en Irlande ; parmi les hommes d'affaires ou professionnels à Londres ou à New York. Il est difficile, lorsqu'on réfléchit à ces profils, de conserver une grande partie de la complaisance auto-satisfaite avec laquelle un âge méprise les autres. Si les visages disent quoi que ce soit, ces évêques, ces cavaliers, ces dames majestueuses couchées si silencieuses sur des oreillers de dentelle exquise taillée merveilleusement dans la pierre, n'étaient en aucun cas nos inférieurs moraux ou intellectuels. Comment, alors, ont-ils gouverné par des méthodes si incompréhensibles pour nous ? Comment une femme comme nous savons qu'Isabelle a été sérieusement prise en considération par la proposition de faire condamner au bûcher des gens pour des offenses contre l'Église qu'elle croyait que Dieu avait établies pour leur salut ? Et comment une cour comme celle de l'Inquisition s'est-elle jamais associée à l'Église fondée par Jésus et propagée par quelques pêcheurs hébreux persécutés par leurs frères juifs ? Les réponses à ces questions nous seront voilées, et la reine Isabelle doit rester l'énigme de ses nombreuses biographies, loin de l'humanité que nous connaissons, à moins de nous tenir debout dans l'imagination au curieux carrefour de l'histoire où elle s'est arrêté, et d'essayer de voir à travers ses yeux bleu-vert, les réalités dont ses problèmes sont issus.

Le monde était pour elle un vaste champ de bataille sur lequel des puissances et des principautés invisibles avaient été enfermées pendant des siècles dans une lutte titanesque pour la possession de l'âme des hommes. Pour elle, le fait central et significatif de l'histoire était la crucifixion. Tout ce qui s'est passé au cours des quinze siècles qui ont suivi s'explique dans sa philosophie de l'histoire par l'acceptation ou le rejet par les hommes du Crucifié, et la clé de nombreuses énigmes réside dans deux de ses énoncés : "Je ne suis pas venu pour envoyer la paix, mais l'épée," et "Celui qui n'est pas avec Moi est contre Moi." La paix promise à ses enfants était dans leur âme, pas dans le monde qui les entoure. L'Église lui paraissait comme une ville assiégée, haïe et incomprise par "le monde", comme Il l'avait prédit, mais incontrôlable. Ce point de vue était facile à accepter dans un pays où une croisade était en cours depuis huit siècles, et il n'était difficile nulle part en Europe pour ceux qui connaissaient l'étrange histoire de l'Europe telle qu'elle apparaissait dans les chansons et chroniques médiévales. Car la chrétienté avait en fait été impliquée pendant près de quinze siècles dans un conflit mortel contre des ennemis à l'intérieur et à l'extérieur ; principalement le Mahométanisme sans, et l'hérésie et le judaïsme à l'intérieur.

Il lui semblait que chaque fois que les juifs avaient été assez forts, ils avaient persécuté les chrétiens, à partir de la crucifixion, et quand ils étaient trop faibles pour le faire, ils avaient secrètement combattu l’Évangile en encourageant ces rébellions et sécessions chrétiennes qu'on appelle hérésies. Ils avaient lapidé saint Étienne et réclamé le sang de saint Paul. Ils avaient découpé dans l'Ancien Testament les prophéties qui semblaient aux chrétiens se référer si définitivement à Jésus. En raison de leurs turbulences contre les premiers convertis chrétiens, ils avaient été expulsés de Rome par l'empereur Claude. 2 Ils avaient tué 90,000 chrétiens lorsque les Perses prirent Jérusalem en 615, et en avaient entraîné 35,000 autres en esclavage. Et quelle que soit la sympathie que la nature humaine d'Isabelle ait pu lui inspirer pour les persécutions cruelles que les juifs ont subies plus tard aux mains des chrétiens, elle a été tempérée par sa conviction que les enfants d'Israël s'étaient en fait appelés à la crucifixion une malédiction bien réelle et tangible, dont ils doivent souffrir jusqu'à reconnaître le Messie qui était né pour eux.
On peut l'imaginer hochant la tête avec approbation en lisant le récit de saint Luc sur les travaux de saint Paul à Corinthe : "Paul était sérieux dans sa prédication, témoignant aux Juifs que Jésus est le Christ. Mais ils médisaient et blasphémaient, mentaient, secouaient ses vêtements, et leur disaient: ''Que votre sang soit sur vos têtes, je suis pur ! "3 Et Paul, le Juif, était en quelque sorte le prototype de ces juifs chrétiens qui furent si proches du trône d'Isabelle pendant tout son règne. Les dialogues de Pablo (Paul) de Santa Maria, un juif converti évêque de Burgos sous le père d'Isabelle montrent avec véhémence l'attitude commune envers le juif historique de son temps. Les Juifs, écrivait-il, avaient accédé à la richesse et aux hautes fonctions "par persuasion satanique" ; les massacres de 1391 étaient tombés sur eux "parce que Dieu avait agité les foules pour venger le sang du Christ" ; et par ces massacres il avait "touché le cœur de certains Juifs, qui ont examiné les Écritures et abjuré leurs erreurs.'' 4.

TBC...

A SUIVRE...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915893
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Sam 3 Aoû - 9:16

La plupart du temps, cependant, les Juifs avaient continué à "dire des mensonges et à blasphémer" pendant les quinze siècles de lassitude. Lorsque l'effondrement de l'autorité impériale romaine a laissé à l'Église l'énorme tâche d'assimiler et de civiliser les millions de barbares, ceux-ci s'étaient déjà répandus dans toute l'Europe, gagnant des richesses matérielles et de l'influence parmi des gens qu'ils méprisaient comme moins intelligents et qui les détestaient comme étrangers et créanciers, et parfois comme extorqueurs. Leur présence augmentait les difficultés d'une foi qui n'était encore qu'un ferment dans une masse de paganisme. L'Église, cependant, a réussi sa gigantesque mission d'imposer l'ordre et l'harmonie aux barbares ; en fait, au moment où elle avait créé la vie aux multiples facettes du XIIIe siècle, elle s'était pratiquement identifiée à la société. C'était inévitable, à moins qu'elle ne reste un simple professeur, une clique, un groupe d'élite tenant à l'écart des masses - une conception évidemment en désaccord avec les souhaits de son Fondateur. C'était inévitable, mais elle comportait la peine de participer, dans une certaine mesure, au sort d'une société composée d'êtres humains avec toutes leurs folies et leurs faiblesses. Et un problème qu'elle n'avait jamais résolu était celui des enfants d'Israël.

Entre-temps, de l'extérieur tombèrent trois grands fléaux : les Vikings, les Magyars et les Musulmans. La menace de l'islam était de toute évidence la plus dangereuse et la plus durable. Comme le calvinisme plus tardif, il était plus proche du judaïsme, à bien des égards, que de l'Église catholique ; en fait, sa doctrine, bien qu'elle ait été classée par certains étudiants comme une secte chrétienne hérétique, était en partie une imitation du judaïsme, ayant eu ses débuts dans l'esprit d'un homme influencé par les Juifs de la Mecque. Il fallait s'attendre à ce que les juifs soient plus amicaux envers ce culte qu'envers le christianisme ; et inversement, les musulmans, bien qu'ils persécutèrent parfois les juifs, étaient plus tolérants envers eux que les chrétiens.

Féroce, guerrier, intolérant, le culte de l'Islam s'est répandu avec une rapidité incroyable parmi les peuples désespérés de l'Orient. Il était d'une certaine manière plus facile à accepter que le christianisme, car il flattait la nature humaine où le christianisme le réprimandait et le disciplinait. Elle séduisait les guerriers barbares parce qu'elle faisait des femmes leurs esclaves et qu'elle prêchait franchement la conversion par l'épée. Comme un feu dans une forêt d'arbres morts, il balaya l'Asie du Sud et de l'Ouest, pénétra à l'intérieur et à l'est de l'Afrique, et longea la côte nord jusqu'à commander la Méditerranée, face au nord une chrétienté encore aux prises avec la tâche de civilisation des barbares. Le secteur le plus proche et le plus vulnérable dans la défense de la chrétienté était l'Espagne, peuplée, riche, pacifiquement inclinée, dirigée par des rois chrétiens wisigothiques. Au début du VIIIe siècle, les Juifs espagnols, par l'intermédiaire de leurs frères en Afrique, invitèrent les Maures à venir occuper le pays. Divisés par des conflits civils, les Goths furent facilement conquis par une armée envahissante de Sarrasins.

Comme un grand raz-de-marée sombre, les hôtes musulmans avançaient maintenant vers le nord sur toute la péninsule. Quelques-uns des indigènes du territoire conquis y restèrent et devinrent mahométans. Les fidèles chrétiens, cependant, poussés dans les montagnes de l'extrême nord, s'y sont unis dans la pauvreté pour faire face à la perspective longue et amère de reconquérir leurs terres par des siècles de guerre. Il était inévitable qu'ils établissent des liens avec les Maures haïs, les Juifs qui vivaient si bien sous Abd er Rahman et d'autres califes, les servant fidèlement, et surtout "le commerce de la soie et des esclaves, favorisant ainsi la prospérité matérielle du pays". 6

Mais les musulmans ne se sont pas arrêtés aux Pyrénées. Tandis que Muza, leur gouverneur africain, se tenait haut sur les cols montagneux de Navarre et s'imaginait ajouter toute l'Europe à l'empire qui s'étendait de l'Oxus à l'Atlantique, ses hommes portaient feu et épée au sud de la France. Ils ont pris Carcassonne, Béziers, Agde, Lodève. Ils ont tenu Arles et Avignon pendant trois ans. Leurs raids sur le Rhône, la Saône et Autun brûlés. Bien que Toulouse les ait repoussés, ils ont marché hardiment sur Tours. Charles Martel a sauvé la chrétienté.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915894
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mar 6 Aoû - 12:13

Dans le train des Arabes victorieux, les Juifs suivaient inévitablement et, partout où ils allaient, leur individualité sans compromis commençait à influencer leur environnement. Un archevêque de Lyon au VIIIe siècle se plaignait de leur "prospérité agressive" dans le sud de la Gaule. Là aussi, la culture musulmane a persisté longtemps. Des esclaves noirs d'Afrique y ont été vendus longtemps après que l'Église eut mis fin à l'esclavage ou l'eut élevé au rang de serviteur dans la plupart des régions d'Europe. En fait, la société pour laquelle les troubadours chantaient - riche, artistique, dévouée aux bonnes choses de ce monde - avait de nombreuses caractéristiques asiatiques, dérivées à la fois des musulmans et des juifs. Les Juifs du Languedoc étaient si nombreux et influents que certains chroniqueurs l'appelaient "Judée Seconde" 7

Dans une telle société, antagoniste du christianisme orthodoxe à bien des égards, l'hérésie dite albigeoise a pris racine. Il est important de savoir qui étaient les Albigeois, ce qu'ils croyaient et enseignaient, car l'Inquisition, en tant que tribunal permanent, a été créée pour répondre aux questions qu'ils se posaient. S'il n'y avait pas eu d'Albigeois, il n'y aurait probablement pas eu d'Inquisition organisée qu'Isabelle aurait introduite en Castille.

Jusqu'alors, à l'exception des actes d'intolérance épars d'individus et de foules ici et là, l'Église catholique s'était engagée dans l'ensemble depuis douze siècles au principe de la tolérance. Saint Paul n'avait invoqué l'excommunication que contre les hérétiques. Tertullien déclara qu'aucun chrétien ne pouvait être un bourreau ou servir comme officier dans l'armée. Saint Léon, Saint Martin et d'autres ont convenu que rien ne pouvait justifier que l'Église verse du sang. Il y avait un certain désaccord sur la mesure dans laquelle l'Église pouvait être justifiée d'accepter l'aide de l'État pour forcer les hérétiques, mais saint Jean Chrysostome a probablement exprimé l'opinion de la plupart des évêques de son temps quand il a dit : "Mettre un hérétique à mort est un crime impardonnable".

Jusqu'au XIe siècle, les hérétiques, à moins d'appartenir aux Manichéens ou à d'autres sectes considérées comme antisociales, étaient rarement persécutés et, s'ils l'étaient, c'était l'État, et non l'Église, qui les punissait. L'usage de la force comme instrument d'intolérance semble avoir commencé avec l'empereur Constantin et ses successeurs chrétiens qui, fidèles à la tradition impériale romaine, ont traité l'hérésie comme un crime politique, une forme de haute trahison. Théodose posa le principe que "le juste devoir de la majesté impériale était de protéger la vraie religion, dont le culte était intimement lié à la prospérité des entreprises humaines". 8 Les hérétiques étaient exilés et leurs biens confisqués par l’État ; mais la peine de mort n'était appliquée, en général, qu'à l'encontre de ceux qui, d'une manière ou d'une autre, troublaient la paix publique, comme les donatistes, qui ont organisé des émeutes et détruit les églises catholiques.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915895
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Ven 9 Aoû - 9:01

Un changement s'est produit vers l'an 1000. C'est alors que les Manichéens, sous différents noms, se sont répandus de Bulgarie - d'où leurs surnoms : Bulgares, Bougres et plus tard Buggers-dans toute l'Europe. Le ressentiment du public à leur égard était fort et, dans de nombreux endroits, ils ont été lynchés par des foules. Le roi Robert en fit brûler treize à Orléans en 1022. Pierre de Bruys, qui brûla quelques croix le Vendredi Saint et rôtit de la viande dans les flammes, fut brûlé à St Giles en 1126. Mais à cette époque, on lit souvent des évêques qui supplient pour la vie des hérétiques, et les autorités civiles et la foule qui insistent sur la "justice". Au milieu du XIe siècle, le pape Léon IX et le Concile de Reims ont affirmé le principe catholique historique selon lequel la seule punition pour hérésie doit être l'excommunication. Ils approuvent cependant l'emprisonnement ou le bannissement par l'État, car à leur avis, les hérétiques sont susceptibles de corrompre la morale dominante, comme beaucoup d'entre eux l'ont d'ailleurs fait.

Il est intéressant de noter comment les hommes, sous le stress des circonstances, passent graduellement d'un point de vue à un autre, tout en croyant qu'ils sont constants. Au XIIe siècle, avec le développement du droit canonique - la renaissance du droit romain que la Renaissance avait contribué à faire naître -, le sentiment catholique a définitivement changé. A partir de 1140 on trouve les exécutions "secundum canonicas et legitimas sanctiones" ; le droit canonique a ajouté son autorité au civil ; bref, le clergé s'implique sensiblement dans les persécutions. L'abbé de Vézelay et plusieurs évêques ont condamné neuf hérétiques, dont sept ont été brûlés sur le bûcher. L'archevêque de Reims, Guillaume aux Blanche-Mains, envoie deux femmes hérétiques au bûcher.


Mais c'est le pontificat du grand et compétent Pape Innocent III, à partir de 1198, qui marqua le début réel d'une rigueur générale de l'Église envers l'hérésie, rigueur qui devait trouver son expression finale et la plus extrême en Espagne sous Isabelle. "Utilisez contre les hérétiques l'épée spirituelle de l'excommunication, et si cela ne s'avère pas efficace, utilisez l'épée matérielle", écrit-il aux évêques français. "Les lois civiles décrétant le bannissement et la confiscation : veillez à ce qu'elles soient appliquées."

Pourquoi cette nouvelle sévérité ? Pourquoi de telles paroles de la part de l'homme d'État savant et bienveillant qui était alors le père de la chrétienté ? Le P. Vermeersch, S.J., considère l'"épée matérielle" comme une figure de rhétorique, et cite une opinion similaire de Luchaire, biographe non catholique du Pape, qui conclut, après étude des lettres d'Innocent, qu'il ne fait référence qu'à "l'usage de la force nécessaire pour les mesures d'expulsion et de déportation prévues dans son code pénal. Ce code, qui nous paraît si impitoyable, constituait en comparaison avec la coutume de l'époque un réel progrès dans une direction humanitaire."

Les innocents et les hommes de son temps se croyaient justifiés par la nature et l'ampleur des blessures qu'ils empêchaient les hérétiques du sud de la France de faire à la société. En l'an 1200, les différentes sectes de Manichées, influencées à l'origine par les orientaux poussés vers l'ouest par les persécutions de l'impératrice Théodora, prospèrent dans mille villes et villages de Lombardie et du Languedoc. Ils étaient particulièrement nombreux en Languedoc. Pourquoi les chrétiens orthodoxes les détestaient-ils tant ?

Généralement, ils s'appelaient eux-mêmes Cathari, ou les Purs, pour indiquer qu'ils avaient horreur de toute relation sexuelle. Ils étaient dualistes, affirmant que le mauvais esprit avait entaché l'œuvre du Créateur, de sorte que toute matière était un instrument du mal. La vie humaine était donc mauvaise, et sa propagation était l'œuvre du diable. L'Église de Rome n'était pas l'Église du Christ. Les Papes n'étaient pas les successeurs de saint Pierre, car il n'est jamais allé à Rome, mais de Constantin. L'Église de Rome était la femme écarlate de Babylone, le Pape était antéchrist. Ils n'avaient qu'un seul sacrement, une combinaison de baptême, de confirmation, de pénitence et de sainte Eucharistie ; ils appelaient cela le consolamentum. Le Christ n'était pas présent dans l'Eucharistie, et la transsubstantiation était la pire des abominations, puisque la matière sous toutes ses formes était l'œuvre de l'Esprit malin. La messe était une idolâtrie, et la Croix devait être haïe et non vénérée ; l'amour pour Jésus devait faire mépriser ses disciples et cracher sur l'instrument de sa torture. Tels étaient les principes des Cathari.

Ils ont pratiquement répudié l'État aussi bien que l'Église. Ils refusèrent de prêter serment - une position qui, seule, était sûre d'entraîner la persécution à l'époque féodale où toute loyauté reposait sur le serment d'allégeance. Certains nient l'autorité de l'État, d'autres ne paient pas d'impôts, d'autres encore volent les "incroyants", d'autres encore nient le droit de l'État à infliger la peine capitale. Ils se sont opposés à toute guerre. Le soldat qui a défendu son pays était un meurtrier.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915896
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mar 13 Aoû - 10:55

Pour se joindre aux Cathari - la Vraie Église, disaient-ils - on promettait de renoncer à la Foi catholique et de recevoir le consolamentum avant la mort. C'est ainsi que l'on devint croyant. Le devoir principal d'un croyant était de vénérer les Perfectionnés, ou les Cathari, qui avaient droit à la vénération en vertu de la présence de l'Esprit-Saint en eux, Un croyant devint un des Cathari en recevant le consolamentum. Après un an de probation, il fit cette promesse : "Je promets de consacrer ma vie à Dieu et à l'Évangile, de ne jamais mentir ou jurer, de ne jamais toucher une femme, de ne jamais tuer un animal, de ne jamais manger de viande, d'œufs ou de lait ; de ne jamais rien manger, sauf du poisson et des légumes ; de ne rien faire sans dire la prière du Seigneur, jamais manger, voyager ou passer la nuit sans membre. Si je tombe entre les mains de mes ennemis ou si je suis séparé de mon  membre, je promets de passer trois jours sans manger ni boire. Je n'enlèverai jamais mes vêtements à la retraite, et je ne renierai jamais ma foi, même si je suis menacé de mort." Les Perfectionnés donnèrent alors le baiser de paix à leur nouveau frère, l'embrassant deux fois sur la bouche, après quoi il embrassa l'homme suivant, qui passa le paix à tous les autres. Si le candidat était une femme, le ministre se contentait de lui toucher l'épaule avec un livre des Évangiles, car il lui était interdit de toucher les femmes. 9

Les Cathari évitaient la viande en partie parce qu'ils croyaient en la métempsychose. Mais le principe qui les a principalement attirés la colère et la dérision des masses était leur condamnation de toutes les relations matrimoniales. Les rapports sexuels charnels, disaient-ils, étaient le vrai péché d'Adam et Ève ; et c'était un péché, parce qu'il engendra des enfants. Une femme enceinte était possédée du diable, et si elle mourait enceinte ou en couches, elle irait sûrement en enfer. "Priez Dieu," dit l'un des Perfectionnés à la femme d'un marchand de bois toulousain, "qu'Il vous délivre du diable en vous." Le mariage n'était rien d'autre qu'un état perpétuel de péché ; c'était un péché aussi grave que l'inceste avec sa mère, sa fille ou sa sœur ; en fait, le mariage n'était que prostitution. Ils soutenaient que la cohabitation avec sa femme était un crime pire que l'adultère, parce que ce n'était pas une faiblesse temporaire à laquelle un homme se livrait en secret, mais une faiblesse qui ne causait aucune honte, donc les hommes ne réalisaient pas combien elle était mauvaise. En temps de persécution, cependant, les hommes et les femmes des Perfectionnés vivaient ensemble pour éviter d'être repérés, dormant dans le même lit en voyage, mais sans jamais se déshabiller, pour éviter tout contact l'un avec l'autre.

Le suicide est un autre dogme des Cathari qui n'a pas augmenté leur popularité auprès de leurs voisins catholiques. L'endura, comme ils l'appelaient, avait deux formes : la suffocation et le jeûne. On a demandé au candidat à la mort s'il voulait être martyr ou confesseur. S'il a choisi d'être martyr, on lui a mis un mouchoir ou un oreiller sur la bouche, jusqu'à ce qu'il meure de suffocation. S'il voulait être confesseur, le Catharien le laissait sans nourriture, et parfois sans boisson, jusqu'à ce qu'il meure de faim. Un homme malade qui demandait le consolamentum fut exhorté à assurer son salut en recevant l'endura. Au milieu du XIIIe siècle, l'endura s'appliquait même aux nourrissons. Une Toulousaine, nommée Guillemette, commença l'endura par la saignée, puis s'affaiblit en prenant de longs bains, finit par boire du poison et, se trouvant encore en vie, avala du verre moulu pour perforer ses intestins. Les archives de l'Inquisition de Toulouse et de Carcassonne montrent que l'endura a tué plus de victimes que les tribunaux publics de l'Inquisition. 10 ''Si le catharisme était devenu dominant, ou même s'il avait pu exister sur un pied d'égalité, son influence n'aurait pas pu être désastreuse ", reconnaît Léa. . . . "La croyance consciencieuse en un tel credo ne pouvait que ramener l'homme dans le temps à sa condition originelle de sauvage."

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915897
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mer 14 Aoû - 13:47

De telles croyances constituaient un sérieux défi à la fois pour l'Église et pour l'État, et l'Église et l'État ont pris des mesures sévères à leur égard. L'empereur infidèle Frédéric II, influencé peut-être par la comparaison des hérétiques et des traîtres d'Innocent, les fit brûler. C'est pour empêcher l'Empereur d'usurper les pouvoirs spirituels de l'Église, comme le souligne Vermeersch, que le pape Grégoire IX a établi "un tribunal extraordinaire et permanent pour les procès d'hérésie" - l'institution qui est devenue l'Inquisition. Les premières tentatives de dénicher les Cathari par les enquêtes des évêques et des légats échouèrent à cause du secret de la secte. A cette époque, l'établissement des deux grands ordres mendiants de saint Dominique et de saint François d'Assise apparaît comme "une interposition providentielle pour fournir à l’Église du Christ ce dont elle a le plus besoin". 11 Aux dominicains, en particulier, puisqu'ils étaient instruits et compétents en théologie, le travail d'enquête a été confié. 12 L'organisation qu'ils ont perfectionnée était essentiellement celle qu'Isabelle a été poussée à établir en Castille.

Quand les inquisiteurs arrivaient dans une ville, ils convoquaient tous les hérétiques à comparaître dans un certain délai, habituellement trente jours, connu sous le nom de "terme de grâce", et à se confesser. Ceux qui ont abjuré pendant cette période ont été traités avec indulgence et "réconciliés". Si l'hérésie était secrète, une pénitence secrète était imposée ; si elle était publique, un court pèlerinage, ou une des pénitences canoniques habituelles. Les hérétiques qui ne se présentaient pas devaient être dénoncés par les bons catholiques. Le nombre de témoins nécessaires n'a pas été précisé au départ. Plus tard, deux ont été nécessaires. Au début, seuls des témoins de bonne réputation pouvaient témoigner, mais plus tard, les inquisiteurs, désireux de découvrir une carrière aussi difficile que l'hérésie, ont pris les dépositions de criminels et d'hérétiques.

L'accusé n'avait pas de témoins - naturellement, ces personnes seraient elles-mêmes soupçonnées d'être complices. "Pour la même raison, les accusés se sont pratiquement vus refuser l'aide d'un avocat. Innocent III avait interdit aux avocats et aux scribes de prêter aide ou conseil aux hérétiques et à leurs complices. Cette interdiction, qui dans l'esprit du Pape n'était destinée qu'aux hérétiques provocateurs et reconnus, a été progressivement étendue à tout suspect qui s'efforçait de prouver son innocence. Hérétiques ou suspects, donc, dénoncés à l'Inquisition, se retrouvaient généralement sans avocat devant leur juge." 13

Pour éviter que les témoins ne soient tués par les amis de l'accusé - ce qui arrivait souvent - leurs noms n'ont pas été révélés au prisonnier. La seule protection qu'il avait contre cette injustice évidente était qu'on lui permettait de nommer tous ses ennemis mortels, et si le nom de ses accusateurs se trouvait parmi eux, leur témoignage était rejeté. Sinon, il doit prouver la fausseté de l'accusation portée contre lui - " une entreprise pratiquement impossible. Car si deux témoins, jugés dignes de foi par l'inquisiteur, acceptent d'accuser le prisonnier, son sort est bien sûr réglé : qu'il ait avoué ou non, il est déclaré hérétique."

Être reconnu coupable d'hérésie signifiait la mort, dans la pratique, dans environ un cas sur dix. Un prisonnier reconnu coupable pourrait abjurer ses erreurs et accepter une pénitence, ou il pourrait persister dans son déni ou dans son opinion, et en assumer les conséquences. S'il abjurait, l'Inquisiteur le traitait comme n'importe quel autre type de pénitent, lui imposant une pénitence non comme une punition, mais comme "une discipline salutaire pour fortifier l'âme faible et laver son péché.'' Il se considérait, en fait, comme l'ami du pénitent - un point de vue que le pénitent a dû avoir parfois du mal à partager. La pénitence variait selon le degré du délit : prières, visites dans les églises, "discipline", jeûne, pèlerinages et amendes ; pour les erreurs plus graves, le port d'une croix jaune cousue sur les vêtements -celle-ci fut imposée aux hérétiques pénitents par saint Dominique en toute bonté pour les sauver du massacre de la foule- et enfin l'emprisonnement pour le temps jugé nécessaire. Il ne faut pas oublier que la pénitence n'était pas stigmatisée au Moyen Âge. Même les rois qui avaient péché faisaient parfois pénitence en public, tout comme Henri II sur la tombe de saint Thomas de Cantorbéry, et étaient honorés pour cela.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915898
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Jeu 22 Aoû - 15:19

*Note : Je n'aime pas du tout les lignes suivantes, très critiques à l'égard de la Cour de la Sainte Inquisition. Je les transcris littéralement, sans être d'accord avec eux. L'Inquisition aurait probablement pu faire des erreurs, des erreurs que le Bon Dieu pourra juger correctement, mais il est indéniable qu'elle a aussi excisé de nombreux maux qui menaçaient de corrompre et de pervertir la foi et la morale du peuple, donc pendant des siècles elle a été un rempart imprenable et un sérieux avertissement contre ces hérétiques impies qui rampaient dans de nombreux endroits.

L'Inquisiteur n'a jamais condamné personne à mort. Si un prisonnier refusait l'abjuration, l'inquisiteur le déclara pécheur endurci et impénitent, hérétique sans espoir de conversion, et le livra à l'État, "le bras séculier" ; et le juge séculier, à qui l'hérésie était un crime majeur similaire à la trahison, le condamna à être brûlé. Ainsi, par une fiction juridique, les inquisiteurs se sont persuadés qu'ils n'avaient rien à voir avec le fait de prendre la vie de l'hérétique. Un raisonnement sophistique similaire a permis à certains écrivains catholiques de soutenir, comme Joseph de Maistre, que toute la cruauté de l'Inquisition était celle de l'État et toute la clémence de l'Église. La vérité est, cependant, que certains papes ont menacé d'excommunier les princes qui refusaient de brûler les hérétiques qui leur avaient été remis par l'Inquisition. "Il est donc erroné, dit le père Vacandard, de prétendre que l'Église n'a absolument pas participé à la condamnation à mort des hérétiques. Il est vrai que sa participation n'a pas été directe et immédiate ; mais, bien qu'indirecte, elle n'en a pas moins été réelle et efficace." 14

De toute évidence, les inquisiteurs se sont sentis mal à l'aise avec leur propre logique et ont tenté de se libérer de cette responsabilité. En abandonnant un hérétique au bras séculier, ils ont pris soin d'utiliser la formule suivante : "Nous vous renvoyons de notre forum ecclésiastique et vous abandonnons au bras séculier. Mais nous implorons instamment le tribunal laïque d'atténuer sa peine de manière à éviter les effusions de sang ou le danger de mort."

Des paroles miséricordieuses, ces paroles, et en accord avec les meilleures traditions catholiques de l'époque. "Nous regrettons cependant de constater, observe M. Vacandard, que les juges civils n'étaient pas censés prendre ces mots au pied de la lettre. S'ils étaient enclins à le faire, ils auraient été rapidement appelés au sens du devoir en étant excommuniés." Au début, la formule était sans aucun doute sincère, et Vermeersch pense qu'elle l'est restée longtemps. 15

Si un hérétique se repentait, mais revenait plus tard à ses erreurs, il était considéré comme "rechuté" et immédiatement remis au bras séculier pour être brûlé. Même s'il s'est repenti avant d'atteindre le bûcher, la seule miséricorde qui lui a été accordée a été le privilège d'être étranglé avant qu'il ne soit brûlé.

En général, l'Église, reconnaissant l'effroyable responsabilité de l'Inquisition, choisit les Inquisiteurs avec le plus grand soin. En ce qui concerne le personnel, l'Inquisition était meilleure que les tribunaux de l'État. Bernard Gui, célèbre inquisiteur du début du XIVe siècle, déclarait qu'un inquisiteur devait être "diligent et fervent dans son zèle pour la vérité religieuse, pour le salut des âmes et pour la destruction de l'hérésie. Il doit toujours être calme dans les moments d'épreuve et de difficulté, et ne jamais céder à des accès de colère ou d'humeur. Il devrait être un homme courageux, prêt à affronter la mort si nécessaire, mais bien qu'il ne soit jamais lâche, fuyant le danger, il ne devrait jamais être téméraire, se précipitant vers elle. Il ne doit pas être insensible aux supplications ou aux pots-de-vin de ceux qui comparaissent devant son tribunal, mais il ne doit pas endurcir son cœur au point de refuser de retarder ou d'atténuer le châtiment, comme les circonstances peuvent l'exiger de temps à autre. Dans les cas douteux, le mensonge doit faire très attention à ne pas croire trop facilement ce qui peut paraître probable, et pourtant en réalité c'est faux ; ni, d'autre part, il ne doit s'entêter à refuser de croire ce qui peut paraître improbable, et pourtant est souvent vrai. Il devrait discuter et examiner chaque cas avec zèle pour s'assurer de prendre une décision juste. . . . Que l'amour de la vérité et de la miséricorde, les qualités particulières de tout bon juge, brillent dans son visage, et que ses sentences ne soient jamais motivées par l'avarice ou la cruauté."

Les inquisiteurs s'occupaient du meurtre, de la sodomie, du viol, du blasphème et d'autres crimes ainsi que de la simple hérésie ; et le délinquant s'en sortait généralement mieux que si l'État l'avait jugé.

Dans leurs tentatives de rendre la procédure juste, les Papes encouragèrent les inquisiteurs à faire appel à des experts pour les consulter, expérimentés et de bons hommes. Parfois, jusqu'à quarante ou cinquante personnes, y compris des avocats et d'autres savants, entendent des témoignages et rendent leur verdict. Ce système, dans lequel apparaissent les débuts du jury moderne, n'a pu rendre une véritable justice en ce sens que les jurés ne disposaient pas de données suffisantes pour leur permettre de prendre une décision équitable, puisque seuls des résumés de la preuve leur étaient lus, et le nom de l'accusé retenu, pour éviter tout préjudice. De toute évidence, les inquisiteurs n'avaient pas pensé qu'un crime devait être jugé en fonction de la mentalité et du caractère général du délinquant.

Même avant le procès, les accusés étaient parfois traités avec une grande cruauté. Les cellules en France étaient souvent étroites, sombres, pleines de maladies, impropres à l'habitation humaine ; et bien que les ordres du Pape étaient de ne pas mettre la vie en danger, dans la pratique, les accusés mouraient parfois à cause de leur isolement. En apprenant cette situation, les Papes tentèrent d'y remédier.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915899
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 Empty Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique Aujourd'hui à 8:01

L'incendie d'hérétiques impénitents n'est d'origine ni médiévale
ni chrétienne, comme on le croit communément, mais plutôt un
héritage de l'Antiquité, soit une survie, soit un renouveau.
Théoris, la femme Lemnienne, comme l'appelle Démosthène, a
été publiquement jugée pour sorcellerie à Athènes, et brûlée.
Et au Moyen Âge, l'hérétique était si souvent une sorcière (en
fait un adorateur du diable, donné à des rites obscènes et
souvent un adepte de l'empoisonnement) que les deux étaient
presque identiques dans l'esprit populaire.


Le recours à la torture était l'un des abus les plus répugnants de la torture de l'Inquisition. Peut-être que les premiers chrétiens se souvenaient que la torture romaine était trop douloureuse pour l'utiliser contre d'autres ; en tout cas, elle n'a pas été utilisée jusqu'à ce que la renaissance du droit romain la restaure à la Renaissance auprès de cours qui n'en avaient rien su pendant la période dite de l'âge sombre. "Les premiers cas que j'ai rencontrés, dit Lea,16 se trouvent dans le code de Véronèse de 1228 et dans les constitutions siciliennes, et dans les deux cas, les références à ce code montrent à quel point il a été utilisé avec parcimonie et hésitation". Innocent IV, dans sa bulle Ad Extirpanda, défend l'usage de la torture en classant les hérétiques parmi les voleurs et les assassins.

Les formes les plus courantes de torture étaient le portemanteau et l'estrapade. Le support était un cadre triangulaire sur lequel le prisonnier était tendu et attaché de façon à ce qu'il ne puisse plus bouger. Les cordes, attachées à ses bras et à ses jambes, étaient reliées à un guindeau qui, lorsqu'il était tourné, disloquait les articulations du poignet et de la cheville de la victime. L'estrapade a hissé le prisonnier à l'aide d'une corde attachée à ses poignets derrière son dos et attachée à une poulie et à un guindeau. Après avoir été élevé par les poignets jusqu'au sommet d'une potence, ou près du plafond de la chambre de torture, il a été soudainement laissé tomber. La corde a été tendue alors qu'il se trouvait à quelques centimètres du sol. Des poids étaient parfois attachés à ses pieds pour augmenter le choc de la chute.

Comme les chanoines de l'Église interdisaient aux ecclésiastiques de participer à la torture, de peur qu'ils n'encourent une "irrégularité" et ne soient suspendus jusqu'à ce qu'ils aient fait pénitence et soient pardonnés, la torture dans les premiers temps de l'Inquisition était toujours effectuée par un officier civil. Cette politique scrupuleuse causa cependant tant de retards qu'Alexandre IV autorisa les inquisiteurs et leurs assistants à s'accorder toute dispense nécessaire en cas d'"irrégularités". À partir de ce moment-là (1260), l'inquisiteur n'a plus cherché à se présenter dans la salle de torture.

L'enquête ordonnée par le pape Clément V sur les iniquités de l'Inquisition de Carcassonne a démontré que la torture était fréquemment utilisée. Certes, il était rarement mentionné dans les archives de l'Inquisition, mais seulement parce qu'un aveu arraché à une victime par la torture était invalide. Cette disposition que les inquisiteurs ont réussi à éluder par un raisonnement que les hommes d'aujourd'hui ont du mal à suivre. On lui a montré les instruments de torture et on lui a demandé d'avouer. S'il refusait, des tortures légères étaient utilisées ; s'il persistait, des tortures plus douloureuses. Lorsqu'il a enfin avoué, il a été libéré et emmené dans une autre pièce où ses aveux, faits sous la torture, lui ont été lus, et on lui a demandé de les confirmer. S'il ne l'a pas fait, il a été repris et torturé à nouveau. S'il l'a fait, la confession est passée comme "une confession libre et spontanée, sans la pression de la force ou de la peur".

Un autre règlement miséricordieux prévoyait que la torture ne devait être appliquée à aucun détenu pendant plus d'une demi-heure, et jamais plus d'une fois. Mais dans la pratique, "en général, la procédure semble se poursuivre jusqu'à ce que l'accusé ait signifié qu'il était prêt à avouer", dit Vacandard, et pour ce qui est de torturer la victime une seule fois, certains inquisiteurs l'ont évidemment torturé autant de fois qu'ils ont jugé nécessaire, expliquant que la seconde torture n'était pas une répétition mais une continuation de la première, qui avait simplement été interrompue. "Ce chicaneur, ajoute Vacandard, a bien sûr donné toute sa mesure à la cruauté et au zèle indiscret des inquisiteurs.''

D'autre part, comme le fait remarquer Vermeersch, la torture "ne peut être appliquée qu'à des personnes déjà à moitié condamnées, et elle n'est permise qu'avec une modération telle qu'elle ne cause aucun préjudice durable. Ajoutons qu'en vertu des lois pénales alors en vigueur, les juges étaient soucieux de ne pas condamner un homme, sauf de son propre aveu. Même alors, les inconvénients de la torture n'ont pas été ignorés ; Eymeric (qui a préparé un manuel pour les inquisiteurs) recommande qu'elle ne soit utilisée qu'après mûre réflexion, la décrivant comme une méthode peu sûre et inefficace pour découvrir la vérité. . . Enfin, la torture était au moins une amélioration par rapport au système anciennement suivi, à savoir le procès par épreuve."

Vacandard résume probablement l'opinion de nombreux catholiques modernes lorsqu'il dit, après son exposé franc des faits, que même si l'Église aujourd'hui " dénonçait l'Inquisition, elle ne compromettrait pas ainsi son autorité divine. Son office sur terre est de transmettre de génération en génération le dépôt des vérités révélées nécessaires au salut de l'homme. Que pour sauvegarder ce trésor qu'elle a utilisé signifie à une époque, ce qu'un âge plus avancé dénonce, prouve simplement qu'elle suit les coutumes et les idées en vogue autour d'elle. Mais elle veille à ce que les hommes ne considèrent pas son attitude comme la règle infaillible et éternelle de la justice absolue."

Telle était, en tout cas, l'arme cruelle que la société européenne du XIIIe siècle utilisait pour protéger son intégrité d'une propagande cruelle et insidieuse. Une croisade mit fin à l'hérésie albigeoise dans le sud de la France. Quand une partie des Cathari s'enfuit à travers les Pyrénées en Aragon, l'Inquisition les y suivit. Mais cela n'avait jamais été essayé en Castille. Isabelle ne croyait pas que, dans sa forme traditionnelle, elle pouvait y opérer avec succès. Car dans l'Inquisition canonique, ainsi appelée, les évêques exerçaient une forte retenue sur les inquisiteurs, et elle était encline à croire qu'en Castille, où de nombreux évêques étaient des Conversos, ou liés à Conversos, le tribunal serait autorisé à mourir par mort naturelle. Elle a envisagé différents moyens d'éviter cela en longeant la rivière de Séville à Cordoue.

TBC...

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français - Page 5 23915100
Monique
Monique

Nombre de messages : 8079
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum