ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Aller en bas

ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Sam 09 Fév 2019, 9:00 am


http://messe.forumactif.org/t8428-isabella-of-spain-isabel-la-catolica#148214


 ISABELLE D'ESPAGNE

PAR WILLIAM THOMAS WALSH


AVANT-PROPOS


Ce livre tente de raconter l'histoire étonnante de la reine Isabelle de Castille telle qu'elle est apparue à ses contemporains, sur fond de taches de sang de son époque. C'est un conte si dramatique, si fascinant, qu'il n'a pas besoin d'être embelli ou reconstitué avec la sagesse - ou la folie - d'une autre époque. Sonder le cosmos intérieur d'hommes et de femmes longtemps morts à la lumière d'une pseudo-science, dépouiller avec une impitoyable ironie toute apparence noble ou généreuse, ouvrir avec un air d'infaillibilité personnelle les charnières très secrètes de la porte de cet ultime sanctuaire de la conscience humaine qui est inviolable même pour un père confesseur, un office dont je ne possède ni le goût ni le talent ; et si je suis tombé à l'improviste dans l'un de ces pièges des démons de la mégalomanie, je demande par avance pardon. Sous la rhétorique naïve des chroniqueurs du XVe siècle, il y a beaucoup de matière pour ce que Joseph Conrad appelait rendre la vibration de la vie et Michelet la résurrection de la chair, sans recourir à une interprétation subjective. Et il a paru d'autant plus impératif de suivre objectivement les sources et de les laisser parler le plus possible, car, aussi étrange que cela puisse paraître, la vie du protecteur de Columbus et de la marraine américaine n’a jamais été racontée de manière complète et cohérente dans notre langue.

Depuis près d'un siècle, la biographie "officielle" est l'Histoire du règne de Ferdinand et d'Isabelle par Prescott. C'était un érudit prudent et patient à qui nous devons une dette non négligeable. Pourtant, il était incapable de comprendre l'esprit de l'Espagne du XVe siècle, car avec toute son érudition, il ne pouvait jamais oublier complètement les préjugés d'un Bostonien du début du XIXe siècle. Et la recherche moderne a ouvert des trésors de sources inconnues de lui. Llórente, qu'il a suivi avec une confiance aveugle dans l'Inquisition, s'est révélé extrêmement imprécis, mais il est délibérément malhonnête et méprisé par tous les historiens fiables ; beaucoup des documents originaux découverts par Léa et ceux extrêmement précieux publiés par Padre Fidel Fita dans le bulletin de l'Académie royale d'histoire à Madrid ne furent accessibles que 50 ans ou plus après la publication par Prescott. Les enquêtes colombiennes de Harrisse, Thacher et d'autres ont presque terminé le portrait d'un découvreur qui est humain plutôt que légendaire. Les études du Señor Amador de los Rios, du Dr Meyer Kayserling et de M. Isidore Loeb ont apporté un éclairage nouveau sur l'histoire des Juifs espagnols. Le décodage par Bergenroth des documents d'État espagnols, dont beaucoup étaient encore codés lorsque Prescott a écrit, a fourni une nouvelle approche aux relations d`Isabelle avec la France, l'Angleterre et le Saint Empire Romain.

Presque toutes les biographies d'Isabelle en langue anglaise, et certaines en français, ont suivi les conclusions de Prescott et ont adopté son attitude, même lorsqu'elles ont utilisé du matériel ultérieur. Lorsqu'ils ne sont pas ouvertement hostiles, ils ont généralement abordé le XVe siècle avec un air de condescendance - la pire attitude possible pour un historien, car la condescendance n'est pas une fenêtre, mais un mur. Même pour commencer à comprendre une personne (le représentant d'un âge), il faut avoir assez de sympathie pour s'imaginer debout à sa place, avoir les mêmes croyances, les mêmes informations, ressentir les mêmes émotions. On ne peut jamais faire plus qu'une caricature de lui si l'on se rappelle sans cesse qu'il est un ignorant médiéval aux défauts et aux passions que l'on imagine ne pas partager. Vous le comprendrez mieux si vous dites d'emblée : "Voyons ce qu'il croyait de lui-même et du monde, et supposons comme hypothèse de travail que c'est vrai : aurais-je, à sa place, fait autrement ?'' L'humilité est la mère de toutes les vertus, même dans l'écriture de l'histoire.

 Encore une fois, pour comprendre une femme militante qui a changé le cours de la civilisation et l'aspect du monde entier, comme l'a fait Isabelle, il est essentiel de commencer par visualiser la scène européenne sur laquelle elle est apparue. Quand elle est née, il n'y avait pas de nation comme l'Espagne. Elle était Européenne, Chrétienne, en conscience, plutôt qu'Espagnole.

Tous les chroniqueurs de l'époque - Bernaldez, Pulgar, et une génération plus tard, Zurita - tiennent le lecteur informé de ce qui se passe non seulement en Espagne, mais dans toute l'Europe, car un journal anglais ou américain enregistre les événements du monde. Colmenares, écrivant une histoire de la ville de Ségovie, prend note de la chute de Constantinople. Pour la chrétienté, toute la culture européenne était une entité plus réelle pour l'homme moyen que les limites du pays où il vivait. Pourtant, certaines des biographies modernes d'Isabelle parviennent à donner l'impression que l'Italie et la France étaient aussi éloignées dans son schéma que Java l'est dans le nôtre. Ce n'est qu'en reprenant son concept d'une civilisation chrétienne unifiée que nous pourrons commencer à comprendre le monde dans lequel elle est née.

C'était un monde mourant. L'Ouest était comme un vieux navire dévoré par les feux intestinaux et prêt à sombrer sous les vagues d'un mahométanisme triomphant. Car la chrétienté n'avait guère maîtrisé la barbarie qui a éteint la lumière de Rome lorsqu'elle a été forcée d'entreprendre une lutte titanesque pour son existence même - pas seulement la Première Croisade ou la Quatrième Croisade que nos histoires mentionnent, mais une super croisade qui a maintenu l'Europe sur la défensive pendant mille ans, du début du VIIIe siècle à la fin du XVIIe. Même le fanatisme et le militarisme de nos ancêtres médiévaux leur ont été imposés par la nécessité constante de repousser les attaques des ennemis fanatiques et militaristes. Après les migrations barbares, les ravages des Magyars et des Vikings, et enfin les millions d'islam impitoyables, sont arrivés.

À la naissance d'Isabelle, les Turcs portaient régulièrement le feu et le cimeterre à travers l'Europe de l'Est, tuant hommes, femmes et enfants ; ils avaient atteint le Danube, envahi l'Asie Mineure, pris la basse Hongrie, englouti une grande partie des Balkans. Dans la troisième année d'Isabelle, en 1453, ils se frayèrent un chemin jusqu'à Constantinople et se firent maîtres de la Grèce. Les Papes successifs exhortèrent les dirigeants européens à oublier leurs querelles et leurs jalousies et à s'unir pour sauver la chrétienté d'être submergée. Mais les princes chrétiens étaient trop occupés à combattre des princes chrétiens d'un bout à l'autre de l'Europe. La France et l'Angleterre, à la fin de la guerre de Cent Ans - ce n'est que vingt ans avant la naissance d'Isabelle que Sainte Jeanne d'Arc fut brûlée - étaient épuisés ; pourtant Louis XI se préparait à écraser la féodalité en France, et l'Angleterre était à la veille des guerres des Roses qui la ravage pendant une génération. La Pologne s'était désespérément défendue contre les barons Allemands prédateurs à l'ouest et les païens Lituaniens à l'est.

Les survivants en Hongrie, en Albanie et dans les Balkans se mobilisaient pour opposer une résistance presque désespérée aux mahométans. L'Italie était divisée en États rivaux, dont les principaux étaient Rome, Naples, Milan, Florence, Gênes et Venise, tous impliqués dans des querelles dynastiques et commerciales, et corrompus par trop de richesse et par le paganisme qui était revenu dans l'ombre de la Renaissance. Personne d'autre que les gens de la première ligne de défense n'a voulu écouter les Papes. L'empereur Frédéric III, souverain de toute l'Europe centrale, était trop occupé à planter un jardin et à attraper des oiseaux. Le roi du Danemark a volé l'argent donné pour une croisade à la sacristie de la cathédrale de Roskilde. Et tout cela pendant que Mohammed II, le Grand Turc, se battait vers la rive est de l'Adriatique, et semblait certain de réaliser la menace d'un prédécesseur, Bajezid, surnommé " Eclair ", pour nourrir ses chevaux sur l'autel de Saint Pierre à Rome.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Sam 09 Fév 2019, 4:38 pm

Pendant ce temps, les mahométans avaient depuis longtemps creusé un fossé en Europe occidentale, en passant par l'Espagne. Des trois grandes péninsules que la chrétienté avait plantées, comme des pieds colossaux, en Méditerranée, elles possédaient maintenant la Grèce et se préparaient à attaquer l'Italie. Mais l'Espagne a été leur champ de bataille pendant près de huit cents ans.

 Les Arabes mahométans avaient à peine maîtrisé et organisé les Berbères d'Afrique du Nord qu'ils furent invités par les Juifs espagnols à traverser la bande d'eau de neuf milles à Gibraltar et à se posséder du royaume chrétien. Le complot fut découvert et les Juifs sévèrement punis. Une deuxième tentative fut cependant couronnée de succès à un moment où la Monarchie wisigothe était en train de périr de ses propres folies. "Il reste un fait, dit l'Encyclopédie juive, que les Juifs, directement ou par l'intermédiaire de leurs coreligionnaires en Afrique, ont encouragé les  Musulmans à conquérir l'Espagne". En 709, le général arabe Tarik dirigea une armée de Berbères, dans laquelle se trouvaient de nombreux Juifs africains, à travers le détroit. Battant et tuant le roi Roderigo, avec l'aide de traîtres chrétiens, lors de la grande bataille de Jerez de la Frontera, ils ont porté la mort dans toutes les directions à travers la péninsule. Partout où ils allaient, les Juifs leur ouvraient les portes des principales villes, de sorte que dans un temps incroyablement court les Africains furent les maîtres de toute l'Espagne, sauf le petit royaume des Asturies dans les montagnes du nord, où les survivants chrétiens qui ne voulaient pas accepter l'Islam se rassemblèrent et se préparèrent à reconquérir leur héritage. Pendant ce temps, les Berbères entrent en France par la côte méditerranéenne. Toute la culture occidentale de Rome était menacée une seconde fois par le même ennemi, car par une coïncidence frappante, c'était la même race berbère qui avait suivi Hannibal à travers les Alpes jusqu'en Italie presque mille ans auparavant. Le destin de toute la chrétienté reposait sur la question d'une bataille.

 La glorieuse victoire de Charles Martel en 732 a sauvé notre culture, mais l'Espagne est restée perdue pour la chrétienté pendant des siècles. Les églises chrétiennes ont été transformées en mosquées, les vieilles villes romaines ont été progressivement transformées en lieux de plaisirs orientaux pour les califes. Cordoue sous les Ommiades, Abd er Rahman III, au Xe siècle était plus belle que Bagdad, et après Constantinople la plus magnifique ville d'Europe. La médecine, les mathématiques et la philosophie sont enseignées dans ses écoles. A une époque où les chrétiens du Nord se battaient pour le simple droit d'exister, les califes avaient un revenu supérieur à celui de tous les rois d'Europe réunis.

 Lentement et douloureusement, mais avec une espérance née de leur foi, les chevaliers chrétiens ont combattu vers le sud dans les terres de leurs ancêtres. Avec beaucoup de frais de sang, ils ont graduellement découpé cinq petits états chrétiens : Castille et Léon sur le grand plateau central ; la Navarre à l'ombre des Pyrénées ; l'Aragon, à l'origine une colonie franque, au nord-est ; et la Catalogne, vestige de la vieille marche espagnole sur la côte est. Alphonse VI de Castille prit Tolède en 1085, bien que les Sarrasins, renforcés par des hordes d'Almorávides d'Afrique, le vainquirent plus tard. Alfonso Sanchez a récupéré Saragosse et le site sacré où Saint Jacques l'Apôtre (Santiago) avait construit la première église chrétienne en Espagne. L'Aragon et la Catalogne s'unissent. Le Portugal est devenu indépendant en 1143. Et puis, en 1160, l'échec militaire d'Alphonse VIII mit en péril tout ce qui avait été gagné.

 A un moment critique, la grande voix du Pape Innocent III, appelant toute l'Europe à se joindre à la Croisade espagnole, a empêché une seconde catastrophe. Dix mille chevaliers et 100,000 fantassins sont venus de France et d'Allemagne à temps pour renforcer les armées de Castille et d'Aragon. Ils ont vaincu la puissante armée sarrasine lors de la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212, les ont complètement écrasés et en ont laissé 200 000 morts sur le terrain. C'était le tournant de la croisade séculaire. Dans la génération suivante Fernando III, le Saint, a repris Cordoue, Séville, Jerez et Cadix. L'Andalousie luxuriante, au sud de la Castille, a été récupérée. Au début du XVe siècle, il ne restait aux Maures que le royaume de Grenade à l'extrême sud.

 C'était pourtant la partie la plus riche, la plus fertile, la plus agréable de l'Espagne, peuplée et guerrière, soutenue par d'abondantes terres agricoles et pâturages, et protégée des attaques militaires par les énormes fortifications naturelles formées par les sommets enneigés de la Sierra Nevada. La ville de Grenade et la vingtaine de villes presque imprenables qui l'entouraient pouvaient mettre sur le terrain une armée bien équipée de 50,000 hommes. Mais ce qui menaçait encore plus la sécurité des royaumes chrétiens était le fait que les Maures pouvaient obtenir des renforts et des approvisionnements presque illimités de la part des millions de Musulmans en Afrique, et à court préavis. Tant que l'islam conservait un pied en Espagne, il y avait un danger perpétuel que les sept cents ans d'efforts héroïques puissent encore être perdus.

 Pour éviter une telle débâcle, pour achever la reconquête, l'Espagne chrétienne avait besoin d'unité politique sous un dirigeant fort. Mais le problème de l'unité est beaucoup plus complexe que celui auquel Louis XI commence à s'attaquer en France. Lui aussi avait une noblesse féodale arrogante à réprimer, l'anarchie à réduire à l'ordre, un pays en faillite à rendre productif. Mais il avait un avantage énorme dans le fait que son peuple était si près d'un dans la race et étaient un dans la religion. Il n'y avait pas d'unité aussi fondamentale à construire en Espagne, où les Juifs constituaient une minorité puissante qui résistait à tous les efforts d'assimilation. Parmi les Juifs professant ouvertement leur foi à la synagogue, il n'y en avait que 200,000 environ en 1450, et on leur accorda une totale liberté de culte. Mais beaucoup plus nombreux étaient les Juifs - il devait y en avoir au moins 2,000,000 - qui observaient en secret les rites et coutumes de l'Ancienne Loi, alors qu'en apparence ils se faisaient passer pour des chrétiens. On les appelait Conversos ou Nouveaux Chrétiens. Les juifs de la synagogue les appelaient parfois Marranos, de l'hébreu Maranatha, "le Seigneur vient", par dérision de leur foi, ou croyance feinte, en la divinité de Jésus-Christ.  Les Converses furent assimilés dans un sens superficiel, car beaucoup d'entre eux se marièrent dans les familles les plus nobles d'Espagne, jouissaient de tous les privilèges des chrétiens et avaient progressivement rassemblé entre leurs mains la plupart des richesses, le pouvoir politique et même le contrôle des impôts ; mais l'impression générale était que dans une crise, ils se révéleraient être juifs dans le cœur, ennemis de la foi chrétienne et alliés des Maures semi-oriental et circoncis comme dans le passé. Comment fusionner des éléments presque aussi immiscibles que le pétrole et l'eau en une unité capable de résoudre le chaos dans l'ordre et de repousser vers la Méditerranée le saillant occidental de la puissante ligne de bataille de l'Islam - tel était le défi que l'époque avait lancé aux ancêtres immédiats d'Isabelle, et les trouva à bout. C'était une tâche qui, dans la mesure du possible, exigeait un génie constructif du plus haut niveau. Par un mystérieux ordonnancement des circonstances, par une chute d'événements plus romantiques que la fiction, il a été confié aux mains d'une femme.

TBC...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Dim 10 Fév 2019, 10:03 am

CHAPITRE I

 
LA NAISSANCE ET L'ENFANCE DE L'INFANTE ISABELLE - SA VIE-SON ÉDUCATION - À ARÉVALO
 
Isabelle est née à la pourpre au sens ordinaire. Elle était plus que la fille du roi Jean II de Castille et de sa seconde épouse, Doña Isabelle, du Portugal. Sous le rose et le blanc de sa peau palpitaient le sang des croisés et des conquérants, le sang d'Alfred le Grand, de Guillaume le Conquérant, du fer Plantagenêt Henri II et de l'ardent Aliénor d'Aquitaine, d'Edward I et Edward III d'Angleterre, de Philippe le Hardi de France, du Sage de Castille. Elle descend des deux côtés de Louis IX de France et de son cousin Ferdinand III de Castille, deux rois, deux croisés et deux saints canonisés. Elle a dérivé le sang Lancastrien par les deux parents de Jean de Gaunt, frère du Prince Noir. Pourtant, son arrivée dans un monde chaotique, le vingt-deux avril 1451, ne fit guère de bruit, même dans la petite ville de Madrigal. Son père, qui était à Ségovie, a annoncé l'événement par proclamation : "Moi, le Roi... je vous fais savoir que par la grâce de Notre-Seigneur, ce jeudi passé, la Reine, Doña Isabelle, ma chère et bien-aimée épouse, a accouchée de sa fille ; je vous dis cela pour vous permettre de rendre grâce à Dieu". L'Infante fut baptisée quelques jours plus tard dans l'église Saint-Nicolas, sans pompe ni exposition particulière. Quand les voix de ses parrains grondèrent parmi les arcs et les arabesques de la vieille église, renonçant à Satan et à toutes ses œuvres en son nom, il n'y eut aucun prophète pour crier qu'une des femmes les plus remarquables de l'histoire était née.
 
 Pendant le long et douloureux accouchement de sa mère, il y a eu certains symptômes d'empoisonnement qui, bien qu'ils aient cédé aux antidotes, ont laissé la Reine victime d'une dépression nerveuse chronique. À une époque où les maladies des grands étaient souvent attribuées à la malice de leurs ennemis, il était inévitable que les gens chuchotent le nom de Don Alvaro de Luna, Constable de Castille et Grand Maître de l'Ordre de Santiago, d'autant plus que ce gentilhomme doué et charmant était soupçonné depuis longtemps d'avoir tué la première épouse du roi, Doña Maria d'Aragon, et sa sœur, la reine douairière Léonore du Portugal.
 
 Maigre, sombre et sinistre, exquis en soie et en bijoux, beau même à la fin du Moyen Âge, ce neveu de l'antipape Benoît  avait été le maître absolu, pendant une longue génération, du roi Jean et de toute la Castille. Il a pillé la Couronne pour se rendre fabuleusement riche, il a corrompu l'Église en nommant des amis indignes pour ses bienfaits, il a aliéné les nobles par son insolence et son arrogance, il a exaspéré la population en donnant de hautes fonctions et privilèges aux Juifs et aux Maures, il a semé la discorde en Aragon, Navarre, France et Italie pour ses propres fins et il a mené une vie si dissoute que beaucoup lui ont reproché toute cette dégradation morale qui rendait célèbre le tribunal. C'est en son temps, dit le chroniqueur Palencia, que la Castille vit le début de certains infâmes offres obscènes, "des coutumes infâmes et obscènes qui se sont depuis si honteusement développées". Ami intime aussi bien que Premier ministre, il dominait complètement le Roi. Il lui a dit quoi porter, quoi manger et même quand entrer dans la chambre de la reine Marie. Diverses interprétations ont été attachées à la complaisance royale. Beaucoup soupçonnaient l'agent de sorcellerie. Certains ont dit qu'il protégeait le roi faible de sa propre démesure ; d'autres ont remis en question la légitimité de Don Enrique, l'héritier du trône.
 
Mais les ragots ne troublèrent pas du tout le roi, tant qu'on lui épargnerait l'ennui de l'administration et qu'on le laisserait libre de se livrer à sa passion pour la poésie et la musique, car avec toutes ses faiblesses, il était un fidèle protecteur des beaux-arts. Mariana le décrit comme un homme grand, très juste, avec des épaules massives et des traits désagréables, une voix douce et un langage court, dévoué à la chasse et à l'inclinaison, et peu d'autres choses encore.
 
Lorsque la reine Léonore fut chassée du Portugal par son beau-frère, le régent, Don Pedro, rendit visite à sa sœur, la reine de Castille, et de Luna, amie de Don Pedro, ressentit sa présence comme une menace à sa propre suprématie. La reine Marie mourut, après seulement trois jours de maladie. Il y avait des taches étranges sur son corps, dit le chroniqueur, "comme celles causées par les herbes." Sa sœur est morte de la même maladie mystérieuse. Les ennemis de Don Alvaro avaient leur opinion.
 
TBC..

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Dim 10 Fév 2019, 10:22 am

Le roi, déçu par son fils Enrique, songea à se remarier. Son choix s'est porté sur Fredagonde, fille de Charles VII de France. Mais Don Alvaro avait d'autres projets pour lui. En effet, il avait déjà arrangé le mariage de son maître avec la jeune princesse Isabelle, cousine germaine du roi Alphonse V du Portugal et nièce du régent Don Pedro. Le gendarme craignait l'effet d'une alliance française sur sa propre position. D'autre part, son ami Don Pedro savait comment influencer sa nièce jeune et inexpérimentée dans la bonne direction, et Don Alvaro se flattait qu'elle devienne un instrument souple dans ses mains pour la domination du roi. Les femmes l'avaient toujours trouvé irrésistible.

C'est ainsi qu'en 1447, une princesse svelte de l'Occident vint à Burgos, dont le visage était plutôt mélancolique au repos, mais qui devint singulièrement beau, comme le verre d'une fenêtre gothique, quand la lumière d'une émotion la traversa. Elle était la fille de l'Infante Don Jean, un fils cadet de Jean le Grand du Portugal ; sa grand-mère était Philippa, l'une des filles de Jean de Gaunt. Son accueil a été magnifique, même pour un pays qui a un faible pour les mariées royales. Il y avait des danses, des banquets, des discours, des corridas, des tournois, des processions scintillantes. Don Alvaro avait tout arrangé.

Mais Isabelle avait grandi à la cour d'un monarque fort et avait une idée très précise de ce que devrait être un roi. Son mari, esclave d'un sujet hautain ? Intolérable ! Il ne fallait même pas penser qu'il fallait tenter de réglementer sa routine domestique. Et quand Don Alvaro s'inclina sur sa main avec son sourire le plus désarmant, elle lut son cœur ; et, sentant que cet homme à la voix douce et au toucher qui faisait penser à un serpent noir, allait la détruire, corps et âme, à moins qu'elle ne le détruise, elle décida sans hésitation qu'il devait être détruit.

Au grand dam du gendarme, le roi Jean tomba amoureux de sa jeune épouse. Assuré par une voyante qu'il vivrait jusqu'à l'âge de quatre-vingt-dix ans, et se trouvant encore beau et charmant dans la quarantaine, il se livrait à l'amour et à la gourmandise, sans consulter Don Alvaro quant à ses allées et venues. La Reine commença à ressentir pour lui l'affection que les hommes faibles et aimables inspirent souvent aux femmes fortes d'esprit. Pieuse, énergique et incapable de faire des compromis là où il y avait des principes, elle a jeté son influence du côté des nobles qui complotaient constamment pour la chute du favori, même après qu'il les ait écrasés lors de la première bataille d'Olmedo. La suspicion que de Luna avait tenté de l'empoisonner au moment de la naissance de l'Infante Isabelle la poussa à hâter sa chute. Trois ans après la naissance de la princesse Isabelle, elle a donné naissance à son fils Alphonse et, alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère, elle a réalisé son désir.

Le meurtre de Don Alfonso Perez de Vivero lui a donné l'opportunité qu'elle cherchait. Il était le messager du roi, mais Don Alvaro, furieux d'avoir abandonné sa fête pour celle de la reine, le fit jeter par la fenêtre le Vendredi Saint après-midi 1453. Cette conduite correspondait si bien à l'impression populaire que le gendarme était un catholique de nom seulement, et un amateur de magie noire, que l'indignation contre lui était extrême. La Reine s'en servit pour achever son ascension sur le Roi. Elle l'incita à faire saisir Don Alvaro et à l'emmener à Valladolid, où un concile de ses ennemis l'attendait pour rendre jugement sur lui. Au moment crucial, certains des Converses qu'il avait élevés au pouvoir rejoignirent le parti de la Reine. Leur ingratitude a été décisive. 1

De Luna était aussi imperturbable et confiant dans le malheur qu'il l'avait été au pouvoir. Il savait que, s'il pouvait parler au Roi pendant cinq minutes, son charme personnel serait gracié. Il l'avait déjà fait en d'autres occasions. Personne ne savait mieux que lui combien il était difficile pour Don Jean de punir qui que ce soit ; en fait, de Luna lui avait déjà conseillé de ne jamais parler avec un homme qu'il avait condamné. La Reine a rappelé à son mari cet excellent conseil lorsqu'il a pensé à recevoir le gendarme en audience. Appuyée par ceux qui craignaient la vengeance de Don Alvaro s'il revenait au pouvoir, elle l'adjura, au nom de la Castille, de leur amour, de leurs enfants, du Dieu si longtemps défié par de Luna, de se prouver un vrai roi en rendant une justice stricte. Deux fois au cours du procès, Jean aurait signé un ordre de libération de son ami et aurait eu honte de l'avoir envoyé par la Reine, qui est restée à ses côtés nuit et jour. Lorsqu'il a ratifié la sentence de la Cour, ses larmes sont tombées sur le papier.

Pendant ce temps, à Valladolid, cette ville terne, les préparatifs de l'exécution avaient été achevés avec une hâte presque indécente, et à 8 heures du matin du 2 juin, une foule se rassemblait sur la Plaza Major devant un immense échafaud recouvert de velours noir, surmonté d'un crucifix et d'un bloc. Sur ce fond de sable, le pouce sur le bord de la grande épée des rois de Castille, se dressait la grande figure d'un bourreau, masqué, silencieux, enveloppé dans des robes écarlates. La place était presque remplie de paysans, d'éleveurs de bétail, d'hidalgos gaiement vêtus qui étaient venus de loin pour voir la défaite de leur maître. Une trompette retentit et, dans la rue principale, une petite procession se fit entendre au son des tambours de bouilloire étouffés : d'abord, un héraut particoloré avec une casquette et un tabard voyants, proclamant d'une voix forte les hauts crimes de Don Alvaro de Luna ; ensuite, deux rangs d'hommes d'armes en cuir et cuirasses ; et enfin, monté sur une mule, l'imperturbable Grand Maître, portant des chaussures à talons hauts, boucles en diamants et mouflé au menton, dans un long manteau castillan, pendant que son confesseur se tenait à côté de lui.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Lun 11 Fév 2019, 9:07 am

Le condamné mit pied à terre, regarda sereinement devant la brillante assemblée de ses ennemis et des oisiviers curieux, sourit comme pour dire qu'on ne pouvait plus rien attendre de la nature humaine et alla d'un pas ferme rejoindre l'homme écarlate. Jamais il n'avait eu l'air aussi noble et gracieux que lorsqu'il leva sa fine tête et regarda attentivement de ses yeux sombres au-dessus des têtes du peuple. Un murmure d'admiration et de pitié se répandit dans la foule ; Don Alvaro posa sa main sur son cœur et s'inclina devant eux avec une grande bravoure. Après un autre mot avec son confesseur, il desserra le cordon à pompons à son cou et remit son manteau à sa page Morales, révélant sur sa poitrine l'épée et la coquille de Santiago, emblèmes de la grande Croisade qu'il avait sacrifiée à l'avarice et l'ambition. Il tendit à la page son chapeau ; une bague, comme souvenir.

S'il jetait un coup d'œil dans la rue étroite pour voir si le messager du roi venait, s'il commençait à douter des promesses de ses astrologues, il ne trahirait aucun malaise en se tournant à nouveau vers les spectateurs et d'une voix résonnante il souhaitait bonheur et prospérité au roi et au peuple castillan. La lumière du soleil brillait sur ses cheveux noir charbon, sur les bijoux à ses pieds et à sa taille, sur l'acier de l'épée de la justice fraîchement broyé. Don Alvaro examina le bloc et l'épée, prit de sa poitrine un ruban noir, le tendit au bourreau pour qu'il se lie les mains. Cela fait, il s'agenouilla devant le crucifix et pria avec ferveur. Un silence comme la mort du vent dans un champ de blé tomba sur la foule qui murmurait. Le Grand Maître plaçait sa tête sur le bloc. L'homme en rouge a fait un mouvement ressemblant à celui d'une panthère. Il y a eu un éclair d'acier. Des cris éclatent du Plaza. La tête a roulé dans la poussière. Castille ! Castille pour le roi Don Juan et son épouse Lady Isabelle !

C'était l'heure de la victoire de la jeune reine, mais le calice de son triomphe était amer. Car le Roi souffrait des remords de l'imaginatif, et tout le reste de ses jours misérables passait dans l'auto reproche pour la perte de son ami. Même la naissance de son fils Alphonse, le 15 novembre 1454, le laissa sans consolation. Il mourut en juillet suivant, après un règne de quarante-huit ans d'indolence, en gémissant : "Voudrais-je à Dieu que je sois né fils de mécanicien et non fils de roi !". Il avait encouragé l'art et la littérature, il avait donné pouvoir et privilèges aux Juifs, il était le père d'une princesse en qui son intellect et la volonté de sa mère se sont combinés pour former une grandeur. L'histoire ne se souvient plus de lui. Sa tombe magnifique se trouve dans la Cartuja de Miraflores, à deux miles de Burgos.

Après ses funérailles et le couronnement du nouveau roi Enrique IV, la reine se retira de la cour avec ses deux enfants, et fit sa résidence dans le petit château d'Arevalo, dans le vieux Castille. Alphonse était un bébé dans le berceau. L'Infante Isabelle était une belle petite fille de trois ans, aux épaules larges et aux jambes robustes, qui regardait le monde avec franchise et analyse à travers de grands yeux bleus dans lesquels il y avait de minuscules rayures et taches d'or et de vert.

La mélancolie qui s'était abattue sur la Reine à la naissance d'Isabelle devint une habitude. Après la mort du roi, elle était rarement libérée de la maladie, jamais de l'anxiété. L'argent de poche de son beau-fils Enrique, qui ne l'avait jamais beaucoup aimée, arrivait si irrégulièrement que la petite famille était parfois réduite au strict nécessaire, presque au besoin réel. Mais, comme toutes les autres ressources lui manquaient, la pieuse Reine se tourna plus que jamais vers le réconfort de la religion, et consacra ce qui restait de sa superbe volonté au service de ses enfants. Isabelle se souvenait d'elle couchée dans son lit, malade ; vêtue de vêtements de deuil blancs, pleurant le roi ; dans la chapelle, agenouillée en révérence devant l'Hostie levée.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Lun 11 Fév 2019, 9:11 am

L'enfant se souvint de quelque chose de vague mais de terrifiant à propos de l'exécution d'Alvaro de Luna, car on en parlait beaucoup et qu'on chantait dans des ballades populaires. Elle se souvient d'avoir appris à l'âge de six ans que le roi Enrique préparait son mariage avec le prince Fernando, le deuxième fils du roi d'Aragon, âgé de cinq ans. Fernando ! Le nom était comme une cloche qui sonnait dans un pays lointain de romance. C'était étrange : d'être la fiancée d'un Prince qu'on n'avait jamais vu.

C'est à Arévalo qu'Isabelle a noué sa première amitié, qui a duré jusqu'au jour de sa mort. Beatriz de Bobadilla était une enfant de son âge, fille du gouverneur du château. Beatriz était sombre et émotive, tandis qu'Isabelle était juste, réservée et étrangement mature. Elles sont devenus inséparables. Elles jouaient ensemble dans le jardin clos de l'Alcázar, elles apprenaient à lire au chevet de la reine, elles s'approchaient de l'autel dans la chapelle ensemble pour recevoir leur première communion. Parfois, elles chevauchaient avec le gouverneur et ses troupes à travers la petite ville fortifiée jusqu'au pays plat à damiers, où les champs de blé et de safran se succédaient à perte de vue : le blé avait presque la couleur des cheveux d'Isabelle, et le safran très parfumé par le vent. Les vaches et les chevaux paissaient dans les pâturages le long des méandres de l'Araja. Au-delà des espaces verts se trouve un désert plat, austère et sans arbres, plein de choses inconnues à craindre. Les lumières et les ombres alternaient sur ce plateau plat en larges barres ondulantes, comme les vagues d'une grande mer sombre.

Parfois, elles allaient jusqu'à Medina del Campo, où se tenait trois fois par an la plus grande foire d'Espagne, et des marchands venaient de toute l'Europe du Sud pour acheter des laines et des céréales castillanes de choix, des bouvillons, des chevaux et des mules d'Andalousie. Il y avait des cavaliers d'Aragon, des marins de Catalogne sur la côte est, des alpinistes de Guipúzcoa au nord, des Maures turbanés de Grenade au sud, des paysans castillans aux yeux bleus, des Juifs barbus en gabardines, des paysans de Provence et du Languedoc, parfois même un anglais ou un allemand. Les gens l'intéressaient, mais pas tant que les chevaux. Avant l'âge de dix ans, Isabelle méprisait la mule qui ordonnait l'étiquette pour les femmes et les enfants, et gardait son siège sur un cheval plein d'entrain. Les jours en selle l'ont rendue dure, droite, pleine de ressources, courageuse, sans peur, indifférente à la fatigue, méprisante de la douleur : une fille vigoureuse au teint rose délicat, une bouche ferme et prudente, une mâchoire inférieure un peu lourde, indiquant une énergie et une volonté inhabituelles. Elle est devenue une chasseuse habile, en commençant par les lièvres et les cerfs, mais plus tard en suivant le sanglier noir, et en tuant un ours de bonne taille avec son javelot à une occasion. Son frère Alphonse apprend aussi à manier l'épée et à se pencher avec la lance.

Isabelle a grandi sans connaissance du latin, mais son éducation à d'autres égards était saine et bien équilibrée. Elle a appris à parler le castillan musicalement et avec élégance, et à l'écrire avec une touche de distinction. Elle a étudié la grammaire et la rhétorique, la peinture, la poésie, l'histoire et la philosophie. Elle brodait des motifs mauresques complexes sur du velours et du tissu d'or, et des prières enluminées en caractères gothiques sur des feuilles de parchemin. Un missel qu'elle a peint, ainsi que quelques bannières et ornements pour l'autel de sa chapelle, se trouvent dans la cathédrale de Grenade. Elle avait hérité d'un amour pour la musique et la poésie. Elle a lu le poète préféré de son père, Juan de Mena, et probablement une traduction espagnole de Dante. Ses tuteurs, ayant étudié à l'Université de Salamanque, ont dû lui donner en seconde main la philosophie d'Aristote sur laquelle Saint Thomas d'Aquin avait construit la grande synthèse qui fut la base de l'enseignement médiéval.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mar 12 Fév 2019, 10:47 am

Une idée de la façon dont la science était enseignée à l'époque peut être tirée d'un roman philosophique et allégorique appelé Vision  tableau de bord, écrit par le Bachelor de la Torre vers 1461 pour l'instruction du Prince Charles de Viana, le second fiancé d'Isabelle. "Je perçois que le mouvement est la cause de la chaleur ", dit le jeune héros ; et il discute ensuite des raisons pour lesquelles il y a des lignes perpendiculaires sur le soleil, ce qui fait souffler le vent, pourquoi les climats diffèrent, pourquoi les matériaux sont différents, ce qui cause les sensations d'odeur, de goût, d'audition, pourquoi certaines plantes sont grandes ou petites, les propriétés des médicaments et tout ce sucre enrobé sous la forme d'un roman ! Les tragédies de Sénèque étaient connues en Espagne. L'un des premiers livres publiés après l'introduction de l'imprimerie sous le règne d'Isabelle fut une traduction des Vies de Plutarque par Alonso de Palencia 2 ; un autre de la même main fut l'Histoire de Josèphe. Les versions espagnoles de l'Odyssée et de Aeneid étaient populaires à la cour du frère d'Isabelle. Les livres de médecine et de chirurgie et les cartes anatomiques étaient assez courants dans un pays où les Juifs avaient longtemps excellé dans l'art de guérir. Du chant des Cancioneros si chers à son père, Isabelle évoque du passé l'histoire héroïque de ses ancêtres croisés, et des chroniques de son temps, se déroule devant sa vive intelligence et sa forte imagination une image du monde fascinant et terrifiant dans lequel elle est née.

C'était la fille d'un roi et la demi-sœur d'un roi, et il y avait certaines questions inévitables qu'elle a dû poser à sa mère. Quel genre d'homme était Don Enrique IV, et que faisait-il pour ramener les gloires de Saint Fernando et d'Alphonse le Sage, et guérir les cicatrices que les bottes gemmées de Don Alvaro avaient laissé sur le visage de la Castille lasse des guerres et des querelles ?

Sa Majesté se rendait occasionnellement à Arévalo pour rendre visite à sa famille. Isabel se souvient de sa venue un jour avec deux cavaliers, le Marquis de Villena et son frère Don Pedro Giron. Ces messieurs, qu'elle apprit ensuite de sa mère, furent les plus proches compagnons du roi, ses compagnons serviteurs, qui le conseillèrent en tout et qui furent donc les deux personnes les plus puissantes dans le royaume. C'est peut-être pour cela qu'ils ont fait une figure plus magnifique que le roi Enrique lui-même. Ils portaient de la soie fine, bordée d'étoffe d'or, de grands bijoux brillants, des chaînes d'or lourd astucieusement ouvragées par les forgerons de Cordoue. Le roi avait l'air minable à côté d'eux. Vif, grand et maladroit, il portait son long manteau de laine de façon négligée et, au lieu des bottes que portaient les cavaliers castillans, ses petits pieds délicats étaient chaussés de bottes, comme ceux des Maures, avec de la boue, de sorte qu'ils semblaient d'autant plus étranges aux extrémités de ses longues jambes. Mais son visage intrigua encore plus la petite princesse que ses vêtements étranges et sa manière familière de parler aux domestiques. Sa peau était très blanche et plutôt bouffie. Ses yeux étaient bleus, un peu trop grands et quelque peu différents des yeux des autres. Son nez était large, plat et décidément tordu, ce qui aurait provoqué une chute dans son enfance. Au sommet de cet organe important se trouvaient deux sillons verticaux dans lesquels les sourcils royaux touffus se retroussaient de manière très particulière. Sa barbe était poilue, avec des stries auburn, et ressortait si étrangement et brusquement que son visage, de profil, semblait concave. Mais c’était les yeux que l’on continuait à regarder et à se poser des questions. Mais c’était les yeux que l’on continuait de regarder et de se poser des questions. Il y avait en eux un air étrange de grief et de confusion, une inquiétude qui troublait vaguement. Qu'est-ce qu'ils lui ont rappelé? Son aumônier, qui en a fait l'éloge après sa mort, a écrit que «l'aspect de Enrique était féroce, comme celui d'un lion qui, de par son regard, fait terreur à tous les spectateurs». 3 Mais cela n'a pas rappelé le chroniqueur Palencia à un lion du tout. Cela lui rappelait un de ces singes que Isabelle avait vus dans une cage en bois à la foire de Medina del Campo. Ses yeux brillaient et se déplaçaient et avaient l'air honteux, comme ceux d'un singe. 4

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mer 13 Fév 2019, 6:30 pm

Sa Majesté parlait d'une chose ou d'une autre, se tournant parfois vers le Marquis de Villena pour confirmer ce qu'il disait, qui hochait la tête ou mettait un mot suave dans sa lente traîne. Ce monsieur, s'il avait eu la bonne ou la mauvaise fortune de naître plus tard, aurait été qualifié d'autodidacte, car au temps du roi Jean il était un Juan Pacheco, une page introduite à la cour par Don Alvaro de Luna. Bien qu'il fût un chrétien professant, il était l'un des nombreux juifs qui avaient le sang juif dans les veines et qui devaient leur prospérité au grand constable ; des deux côtés, il descendait du juif Ruy Capon. 5 Mais, avec d'autres Converses de la cour, il eut requit son bienfaiteur en l'aidant à le renverser. Le prince Enrique, dont l'élévation fut ainsi hâtée, récompensa Pacheco en le faisant Marquis de Villena et de son intime compagnon et conseiller.

Des trois hommes, le Marquis était le plus sympathique, parce qu'il y avait un scintillement dans ses yeux malins, et sa barbe et sa moustache étaient absolument fascinantes, tellement ingénieuses qu'elles avaient été frisées. En plus, il sentait délicieusement l'ambre gris. Il avait un long nez aquilin, bien accroché au milieu et pointu à l'extrémité ; et, un peu trop près de la base, une bouche étroite aux lèvres pleines, donnant une expression curieusement de chérubin à l'ensemble du visage. De chaque côté de la bouche, une moustache soigneusement cirée et torsadée s'est affaissée quelque peu sur une courte distance, puis s'est soudainement transformée en deux points d'attention et de soins diaboliques. Le Marquis pouvait être charmant quand il le voulait, et cette fois-ci, il s'est rendu très agréable.

Son frère, Don Pedro Giron, faisait aussi partie de cette classe de Castillans connus sous le nom de Converses, ou nouveaux chrétiens. Il a dû au moins faire semblant d'être catholique, sinon il n'aurait guère pu accéder au Grand Maîtrise de l'illustre Ordre militaire de Calatrava, fondé par deux moines cisterciens et consacré à la règle de Saint Benoît. C'était un homme élégant, bien nourri, probablement un homme sensuel et passionné. Il jeta à peine un coup d'œil à la Reine, mais ses yeux revenaient de temps en temps pour jubiler devant la belle beauté fraîche de la jeune princesse, et son regard était l'un de ceux sous lesquels une femme a presque la sensation d'être déshabillée par la force.

Après le départ du Roi et des deux cavaliers, Isabelle a trouvé sa mère en train de pleurer dans son appartement. Elle a peut-être deviné que la visite royale la concernait d'une manière ou d'une autre, mais elle était trop jeune pour être informée de la proposition scandaleuse que Don Pedro avait faite à une autre occasion à la Reine, et à l'instigation - ainsi dit-il - du roi Enrique lui-même. 6

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Jeu 14 Fév 2019, 9:53 am

II

ENRIQUE IV ENVOIE CHERCHER L'INFANTE - LA VIE DE ISABELLE À LA COUR - LE CHEVALIER BLANC


Enrique le libéral, il a été appelé à son adhésion en 1454, et libéral, il était dans plus d'un sens du mot. Il y avait une certaine grandeur dans son mépris pour toutes les considérations pratiques et mercenaires. Un favori n'avait qu'à lui demander de l'argent ou des terres appartenant à la Couronne, et il s'y est conformé gracieusement. Il ordonna la construction de châteaux, de monuments et de monastères, où et quand l'envie lui en prenait. Il a signé des horaires et d'importants documents d'État sans même les lire. Il a donné des ordres à ses amis sur l'échiquier, laissant la somme en blanc pour que les bénéficiaires la remplissent à leur guise ; et, quand un trésorier de conscience s'y est opposé, Enrique l'a fait taire avec un de ses aphorismes royaux : "Au lieu d'accumuler des trésors comme des personnes privées, un roi devrait les dépenser pour le bien-être de ses sujets. Je donne à mes ennemis pour en faire mes amis, et je donne à mes amis pour les empêcher de devenir mes ennemis." C'était simple, très simple. Et il faut dire pour lui qu'il était aussi généreux avec les biens des autres qu'il l'était avec les siens. Ayant acquis les vastes domaines castillans du roi Juan d'Aragon en garantie d'un prêt, il en donna la plupart à son ami Pacheco. Les Marquis souriaient plus chérubiquement que jamais, mais il y avait plusieurs autres méritants dans le besoin qui pensaient que la générosité du roi avait été mal placée. Cependant, un roi avec une telle philosophie était sûr d'avoir des amis aussi longtemps que ses fonds étaient disponibles.

Enrique le libéral était loin d'être orthodoxe dans ses opinions et sa conduite. Ses compagnons choisis étaient des Maures, des Juifs et des renégats chrétiens ; en effet, tout homme qui ridiculisait la religion chrétienne était sûr d'avoir au moins un sourire de Sa Majesté, sinon une pension. L'un des passe-temps quotidiens favoris à la table du roi était l'invention de blasphèmes nouveaux et originaux ; des blagues obscènes étaient faites sur la Sainte Vierge et les Saints. Le Roi assistait à la messe, mais n'a jamais confessé ni communié. Si son laxisme plaisait aux ennemis de l'Église, il offensait la masse du peuple, qui était majoritairement catholique.  Une pétition adressée à Enrique quelques années plus tard par les principaux nobles et prélats chrétiens disait : "Il est particulièrement notoire qu'il y a dans votre Cour, dans votre palais et dans votre personne des individus qui sont des infidèles, des ennemis de notre sainte foi catholique et d'autres, des chrétiens de nom seulement, mais de foi très douteuse, en particulier ceux qui croient et disent et affirment qu'il n'y a d'autre monde que d'être bombardé et de mourir comme des animaux ; il existe continuellement des gens blasphématoires et des renégats... que votre Seigneurie a élevés aux plus hauts titres et avec dignité dans vos domaines.''

La garde mauresque qu'Enrique avait constamment avec lui, et qu'il payait plus généreusement que ses troupes chrétiennes, n'avait pas tendance à accroître sa popularité dans un pays où les chrétiens avaient lentement reconquis leurs terres aux Maures pendant sept siècles de guerre presque continue, et où une nouvelle conquête mauresque était toujours possible, Mohammed le Petit avait en effet ravagé la Vega, la plaine fertile d'Andalousie chrétienne, en 1455, deuxième année du règne de Enrique. Il n'est pas étonnant que, dans un pays en croisade, des malédictions étouffées aient suivi le roi lorsqu'il est passé à la tête de ses serviteurs sarrasins.

TBC...


Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Ven 15 Fév 2019, 9:15 am

Enrique n'était pas du tout guerrier, au contraire, il était résolument pacifiste. Il ne s'est jamais lassé de protester contre cette effusion de sang qui lui était odieuse. Il en est peut-être ressorti un autre trait de caractère dans lequel il était considérablement en avance ou en retard sur son temps : une sympathie, presque de l'affection, pour les criminels. Cela lui faisait tellement mal d'ordonner l'exécution d'un voleur ou d'un meurtrier qu'il l'évitait généralement. En fait, sa tolérance à l'égard des ennemis de la société était si bien connue qu'un bandit de grand chemin ivre du nom de Barrasa lui raconta avec audace comment lui et un autre piéton, Alonso l'Horrible, avaient assassiné un voyageur et, pour empêcher son identification, lui avaient pelé la peau du visage. Le roi, ravi de leur ingéniosité, fit de Barrasa son écuyer. De même, lorsque le renégat Bartolomé del Marmol, après s'être joint à d'autres chrétiens apostats dans une série d'atrocités, dont le meurtre et la mutilation de quarante chrétiens, a tenté de retourner dans la ville où il était né, le peuple s'est armé et l'a poursuivi dans le désert ; mais le roi Enrique lui a donné un poste dans la garde Maure.

Malheureusement, le Roi ne semblait plus avoir que peu d'affection pour les classes non criminelles. Il a fait pendre trois artisans respectables à Séville simplement parce qu'à un moment douloureux, il avait donné sa parole qu'il le ferait. Il a nommé des fonctionnaires qui ont utilisé leurs fonctions pour tyranniser le peuple et s'enrichir. Il a "confié" le privilège de percevoir des impôts au riche rabbin Jusef de Ségovie, dont la grande influence dans les conseils du roi était impopulaire auprès des masses exploitées, et à Diego Arias de Avila, juif converti, à qui il a donné des pouvoirs presque pléniers, dont celui d'exiler les citoyens ou de les mettre à mort sans audience pour non-paiement des impôts ; et avec ces pouvoirs, sans précédent en Castille, Enrique annula les droits de recours et d'asile. A son laxisme excessif d'une part et à sa sévérité excessive d'autre part, il ne pouvait y avoir qu'une seule fin : un état d'anarchie.  Les nobles, à la fois ceux qui étaient sûrs de la protection du roi et ceux qui apprenaient à mépriser son autorité, commencèrent à considérer et quand ils se disputaient avec leurs voisins, ils partaient en guerre. D'autres, à mesure que la valeur de la monnaie dévaluée d'Enrique se dépréciait, ont commencé à monnayer leur propre monnaie. Les barons voleurs et les bandits de grand chemin s'en prenaient aux fermiers, aux ouvriers et aux marchands, jusqu'à ce que de nombreuses victimes, incapables de gagner honnêtement leur vie, deviennent elles-mêmes des criminels. A Séville, le roi donna à Xamardal, Rodrigo de Marchena et à d'autres bandits le privilège de taxer les poissons, les bêtes de somme, le cuir et les dégustateurs de vin. Il n'y avait guère de coin en Castille où un homme était à l'abri du vol et du meurtre, ni de route où une fille ou une femme était à l'abri de l'indignation et des mutilations. La moralité publique et privée n'avait jamais été aussi basse depuis l'arrivée du christianisme dans le pays.

La puanteur de la Cour commença à envahir l'air de toute l'Espagne. Enrique seul semblait imperméable à l'odeur forte ; en effet, c'était un fait curieux que son odorat, comme certains de ses autres instincts, différait - au sens propre, et non au figuré - de celui des autres hommes. L'odeur de pourriture lui plaisait ; il trouvait délicieux les crânes des chevaux et le cuir brûlant. Il n'aimait pas la lumière du soleil, les horizons larges et propres, préférant la morosité et l'obscurité des forêts autour de Madrid, où il aimait chasser les animaux sauvages avec les Maures, les rustiques et les criminels. Tels sont quelques-uns des rapports qui ont été passés au crible les ragots de la Cour dans tous les hameaux de la péninsule, et finalement dans toutes les capitales d'Europe. Et parmi les plus scandaleux, ceux concernant les deux mariages du Roi.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Sam 16 Fév 2019, 8:40 am

Familier précoce de tous les vices et décrit par son tuteur, Frère Lupe de Barrientos, comme un jeune "né pour la ruine du trône et le reproche des nations", Enrique, à l'âge de quatorze ans, épouse Blanche, la fille douce du roi Juan d'Aragon. Après plusieurs années sans enfants, il fit annuler le mariage en 1446 par l'évêque de Ségovie, pour cause d'impuissance. A partir de ce moment, le Roi fut connu sous le nom d'Enrique l'impuissant.

Lorsqu'il succéda à son père en 1454, il avait besoin d'un héritier, et le marquis de Villena, souverain virtuel du royaume, se porta volontaire pour choisir un compagnon approprié pour lui. Villena, qui "pouvait déguiser tous les vices sauf son avarice, qu'il ne pouvait ni cacher ni modérer", 1 vivait dans la peur constante de perdre les riches possessions castillanes de Juan d'Aragon. Pour éviter un autre affrontement avec la Maison d'Aragon, ou toute alliance qui pourrait indirectement toucher ses intérêts, il choisit pour la seconde épouse d'Enrique la charmante Princesse Juana, sœur du roi Alphonse V du Portugal, une fille pleine d'esprit et de vivacité de quinze ans. Enrique a offert une riche dote et n'a rien demandé. Un médecin juif, l'émissaire confidentiel d'Enrique, a mené les négociations à la Cour de Lisbonne. Alfonso, ne regrettant pas du tout d'étendre son influence en Castille, persuada sa sœur d'accepter, bien qu'elle devait connaître la réputation de son prétendant, car à cette époque, des ballades à son sujet étaient chantées dans les rues en Espagne et au Portugal. Peut-être que sa vanité lui a fait imaginer qu'être reine valait n'importe quel prix. En tout cas, elle a accepté. Ainsi, pour la deuxième fois, une femme est venue du Portugal pour changer l'histoire de la Castille.

Juana arrive à Badajoz en 1455 avec douze jolies demoiselles d'honneur et une longue suite de cavaliers. A la frontière, ils ont été accueillis par les jeunes laïcs du tribunal castillan, qui les ont conduits en triomphe à Cordoue, où l'archevêque de Tours a célébré le mariage. Jamais autant de banquets, de réceptions, de processions, de corridas, de festins et de joutes en l'honneur d'une princesse de Castille, jamais la Cour n'avait été aussi captivée qu'elle l'a été par la beauté sombre, le charme frais et la gaieté inlassable de la jeune reine. Elle dansait si divinement que l'ambassadeur de France a fait le vœu de ne jamais danser avec une autre femme. Lors d'un des banquets, les serviteurs de l'Archevêque de Séville ont fait circuler des sautoirs remplis de bagues de choix et de pierres précieuses, que Doña Juana et ses femmes pouvaient choisir en fonction de leur teint.

Quel qu'ait pu être le motif qui a poussé Juana à accepter d'épouser le simple épave d'un homme, elle n'aurait guère pu se préparer à la douleur et à l'humiliation des mois qui ont suivi. Son mari désirait un héritier et, selon Palencia, il exigeait que la Reine ait un enfant d'un de ses proches. 2 L'instinct de Juana étant sain, elle refusa.

Enrique a essayé de la punir. Il l'a négligée, il ne lui a pas donné d'argent, il l'a pratiquement faite prisonnière, il l'a snobée en public. Juana résistait encore. Le roi chercha alors, et c'est peut-être en cela qu'il fut conseillé par ce Marrano souriant à la barbe parfumée, le Marquis, de susciter sa jalousie en payant la cour à une de ses dames d'honneur, Doña Guiomar de Castro. Avec des principes plus élastiques que ceux de sa maîtresse royale, Guiomar profita au maximum de son élévation, jusqu'au point de condescendre la Reine en présence de la Cour. C'était plus que la fierté portugaise ne pouvait supporter. L'éventail de Juana, violemment giflé sur le visage de Guiomar, laissa des marques blanches qui, le lendemain, étaient rouges. Aussitôt deux groupes se formèrent, celui de Sa Majesté et celui de Dame Guiomar. La reine, dans une grande angoisse, écrivit à son frère royal tout ce qu'elle avait souffert, mais il ne semble pas qu'Alphonse V ait permis qu'une sollicitude pour son honneur se mette entre lui et sa politique castillane. Cependant, le Marquis de Villena fit savoir qu'il était partisan de la Reine. Sur son insistance, Enrique a emmené Dame Guiomar à la campagne, avec le don d'un beau domaine.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Dim 17 Fév 2019, 11:06 am

Enrique devenait la plaisanterie de la péninsule. Doña Guiomar et plusieurs autres, après l'avoir sorti de lui, ont amusé leurs amis avec des anecdotes dont il était le héros. Les commérages ont ensuite commencé à examiner avec plus de soin les relations d'Enrique avec divers hommes et garçons, et leurs conclusions ont été reflétées dans un passage calomnieux des Coplas de Mingo Revulgo.

Enrique en légitime défense se fait passer pour l'amant de la corrompue Catalina de Sandoval. Il a même fait semblant d'être jaloux de son amant et l'a fait décapiter. Mais le scandale était déjà bien connu, et une tempête se levait. L'opposition principale venait des nobles catholiques et de ceux du clergé qui n'étaient pas des créatures d'Enrique. Dans la cathédrale de Tolède, le doyen, Don Francisco de Toledo, le dénonça de la chaire. Don Alfonso Carrillo, archevêque de Tolède et primat d'Espagne, réprimanda le roi d'abord en privé, puis en public pour sa vie maléfique et les scandales de sa Cour et de son gouvernement. La réponse d'Enrique à l'archevêque fut d'attaquer les immunités ecclésiastiques, de ridiculiser les documents et les cérémonies de l'Église et de restreindre la juridiction de Carrillo. Dans le passé, cette méthode était connue pour faire taire les critiques d'un certain type d'homme d'église. Mais à Carrillo, Enrique avait un autre genre d'homme à affronter ; un homme que ses pires ennemis, et il en avait beaucoup, n'avaient jamais accusé de manque de courage ; et l'archevêque retourna maintenant à l'attaque avec toute la gravité tonnante et la majesté qui lui étaient propres.

C'était la décision d'Enrique. Cela l'amusait de voir qu'il pouvait faire d'une pierre deux coups. Il en avait assez de sa liaison avec la comtesse de Sandoval et cherchait un prétexte pour s'en débarrasser. La pensée heureuse lui vint à l'esprit qu'il pouvait en même temps ennuyer l'archevêque de Tolède. D'un coup de plume, il enleva d'office la pieuse et efficace abbesse du couvent de San Pedro de las Dueñas à Tolède, et conféra l'office à la Comtesse. Le couvent, a-t-il expliqué, a besoin d'être réformé ! Catalina procéda à la réforme de la communauté en détruisant sa discipline et en enseignant aux jeunes moniales les vices qu'elle avait rendus notoires dans le palais.

Les cyniques de la table du roi ont trouvé tout cela très divertissant. Le Remorqueur de la Cour, Don Gonzalo de Guzman, dit en compagnie de nobles : "Il y a trois choses que je ne m'abaisserai pas à reprendre : la pompeuse traînée du Marquis de Villena, la gravité de l'archevêque de Tolède et la virilité de Don Enrique". D'autres, qui avaient à cœur les intérêts de l'Église et de l'État, ne voyaient aucun humour dans cette situation. L'un d'eux était l'archevêque lui-même. Un autre était Don Fadrique Enriquez, l'Amiral de Castille.

Don Fadrique, un petit 3 mais très fort et important gentilhomme, l'un des grands propriétaires terriens de Castille, avait récemment augmenté son prestige en mariant sa fille Juana au roi Jean d'Aragon. Il commença alors à conspirer avec d'autres nobles puissants contre le Marquis détesté et le roi méprisé. Avec cette junte révolutionnaire, l'archevêque de Tolède s'allia.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Lun 18 Fév 2019, 2:10 pm

Enrique a vu qu'il était allé trop loin. Son impulsion naturelle aurait été de faire la paix avec les conspirateurs ; mais le Marquis de Villena, craignant l'influence de l'Amiral et de l'Archevêque, lui proposa une autre alternative plus profitable et plus flatteuse pour le roi. Pourquoi ne pas détourner le regard du public de ces petites difficultés domestiques par une croisade glorieuse contre les Maures ? Rien n'était plus susceptible d'éveiller les émotions nationales, raciales et religieuses des Castillans. Leurs ancêtres avaient repris pied à pied le sol à l'Infidèle ; encore aujourd'hui, des récits quotidiens de raids mauresques en territoire chrétien, de bétail chassé, d'hommes tués et de femmes violées venaient du sud. Enrique avait longtemps été détesté pour sa partialité envers ces ennemis de la République, et en particulier pour sa réprimande envers le duc de Medina Sidonia pour avoir pris Gibraltar aux Arabes. C'était l'occasion pour lui de regagner l'estime du public et, en même temps, de diviser ou de gagner les conspirateurs. L'archevêque de Tolède ne pouvait guère refuser de soutenir une guerre populaire qu'il avait lui-même préconisée depuis longtemps. Enrique a peut-être trouvé l'idée amusante. Il nomma comme régents, en son absence, l'archevêque de Tolède et le comte Haro, un chrétien de caractère et de talent. Une bulle de croisade fut obtenue du Pape Pie II, des indulgences furent offertes dans les conditions habituelles, un fonds de 4.000.000 de maravedís fut levé pour les dépenses, et 30,000 soldats rassemblés à Cordoue en 1557.

L'histoire n'enregistre pas de croisade plus pusillanime que celle-ci. Enrique a mené son hôte à travers l'Andalousie, traversé la Sierra Nevada, et a envahi les vastes étendues de vega en fleurs entourant Grenade. Mais il devint vite évident que son but n'était pas la guerre, mais des vacances. Il marcha jusqu'aux villes fortifiées et s'éloigna à nouveau sans un coup de poing. Certains de ses cavaliers ayant été tués dans des escarmouches avec des Maures errants, il interdit les escarmouches à l'avenir. Quand de jeunes soldats ont incendié des champs de blé et coupé des arbres fruitiers, comme c'était l'usage dans ces guerres, il les a fouettés de sa propre main, et leur a coupé les oreilles. C'était un péché, dit-il, de détruire la nourriture. Les Maures ne semblaient pas attacher une grande importance à la croisade, car ils ne sortirent jamais en force de leurs villes fortifiées pour livrer bataille ; et la suspicion grandit dans l'armée chrétienne qu'Enrique leur avait assuré qu'ils n'avaient rien à craindre. De temps en temps, il rencontrait des groupes d'entre eux en secret, s'asseyait par terre avec eux et, au grand scandale du chroniqueur qui le rapporte, mangeait leur miel, leurs raisins, leurs figues et leur beurre sans la moindre crainte d'être empoisonnés. Un roi qui était un vrai croisé n'aurait pas pu prendre ce risque. C'était aussi sa coutume quotidienne de se retirer dans un verger et de se consoler avec de la musique mauresque. Comme les Maures, il monta à la jineta comme aucun autre roi castillan ne l'avait jamais fait. Il y a même des preuves que les Maures croyaient qu'Enrique était en sympathie avec leur secte.

Trahis, comme ils le pensaient, par leur roi, les cavaliers de Castille quittèrent les orangers et les rossignols du sud sans livrer bataille. Ce sont les fermes des chrétiens d'Andalousie qui ont subi les plus grands dégâts. Presque les seuls coups de feu de la croisade ont été tirés par la reine Juana, qui, chevauchant dans le camp avec neuf autres demoiselles étourdissantes, a tiré deux flèches contre les murs mauresques de Cambril.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mar 19 Fév 2019, 11:48 am

L'archevêque de Tolède, qui administrait les affaires publiques de Valladolid, apprit la question de la "guerre" avec un dégoût intensifié par la réalisation qu'il avait été dupé. Pour empirer les choses, il découvrit que le Roi avait donné 80 000 florins de l'argent que le Pape l'avait autorisé à collecter pour une croisade à Don Beltran de la Cueva, un de ses proches. Après une manifestation publique à laquelle se joignit Don Pedro Gonzalez de Mendoza, Carrillo fit cause ouverte avec Don Fadrique l'Amiral et autres seigneurs revenant de Grenade en colère et en honte. Le Roi revint donc pour constater que la conspiration qu'il avait espéré détruire n'avait été que reportée. En effet, le Marquis, toujours bien informé par son frère Don Pedro Giron et divers espions, n'a pas tardé à percevoir que le pays était dans un beau pétrin, car Don Fadrique était en communication avec son gendre, le roi d'Aragon, la dernière personne au monde que Villena voulait voir entraîner dans les affaires castillanes.

Après un peu de réflexion, le Marquis a eu une de ces joyeuses inspirations qui viennent à l'esprit des hommes d'État. En quête d'aide contre Juan d'Aragon, il le pense naturellement aux ennemis de ce monarque. Par chance, le roi d'Aragon était tombé, depuis son second mariage, avec son fils Carlos de Viana, en qui la belle-mère jalouse de Juana Enriquez ne voyait qu'un obstacle. Avec Carlos, alors, Pacheco organisa une alliance, scellée par la promesse de la main de la princesse Isabelle.

La reine d'Aragon n'avait pas l'intention de subir un tel affront. C'était une femme à qui le pouvoir était nécessaire et inévitable, et la naissance d'un fils, Fernando, en 1452, lui avait donné un motif supplémentaire pour déposséder Carlos. C'est elle qui avait arrangé les fiançailles de Fernando et Isabelle en 1457, mais l'entente de son mari avec les rebelles castillans avait mis un frein à cela pour le moment, et maintenant l'arrangement avec Carlos Villena menace définitivement de lui faire perdre espoir. Son ascension sur le roi d'Aragon vieillissant fut telle qu'elle l'incita à faire saisir Carlos et à le jeter en prison.

Carlos, un érudit de quarante ans, mince, triste, gentil et tuberculeux, était très aimé en Catalogne, et quand les Catalans ont appris son arrestation, ils se sont rebellés et ont forcé le roi Juan à le libérer. Le père et le fils ont eu une rencontre affectueuse et ont signé un traité. Carlos est entré à Barcelone en triomphe. Mais il mourut bientôt après une courte maladie. Les Catalans déclarèrent ouvertement que les agents de son père et de sa belle-mère l'avaient empoisonné. Le soupçon était probablement injuste.

Carlos avait deux soeurs. L'une d'elles était Blanche, l'ex-épouse d'Enrique IV de Castille, et à elle il laissa son titre au Royaume de Navarre. L'autre était Eleanor, comtesse de Foix, une femme jalouse et sans scrupules. Après avoir fiancé son fils Gaston à une sœur de Louis XI, elle obtient maintenant l'aide du roi araignée pour retirer la pauvre Blanche de la scène de l'action. Pour ce faire, on l'enferma dans un couvent à Orthez avec la complicité de son père, Juan d'Aragon. Blanche y est morte, empoisonnée par sa sœur. La meurtrière n'a vécu que trois semaines pour profiter des fruits de son crime.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique le Mer 20 Fév 2019, 9:53 am

Comme les trois enfants du roi d'Aragon par son premier mariage étaient morts, le petit Fernando avait maintenant un champ libre, et sa mère a renouvelé ses efforts pour l'allier à la maison royale de Castille. Mais à ce moment, les Catalans, qui la haïssaient furieusement, se révoltèrent à nouveau et la poursuivirent jusqu'à Gérone, à cinquante milles de Barcelone, l'assiégèrent ainsi que le Prince Fernando, dix ans, dans une tour. Elle a froidement dirigé la défense pendant plusieurs jours. Mais la rébellion s'était tellement développée de façon alarmante que l'ancien Roi n'a pas été en mesure de lui venir en aide. Il obtint cependant de Louis XI, 700 lances françaises, avec archers et artillerie, ainsi qu'un prêt de 200, 000 couronnes, pour lequel il s'engageait, à titre de garantie, dans les deux précieuses provinces du Roussillon et de la Cerdagne. Louis espérait que le prêt ne serait jamais remboursé. À cette fin, il fit de son mieux pour garder Juan dans le trouble.

Entre-temps, Enrique IV avait ignoré l'appel moribond de Blanche, ou plutôt, y avait répondu en s'accordant avec son père et ses autres ennemis. La situation en Castille a quelque peu changé. Les conspirateurs, découragés par les enchevêtrements inattendus dans lesquels leur allié, Juan d'Aragon, s'était impliqué, avaient pour l'instant abandonné leurs plans. Enrique n'avait donc plus besoin de l'aide de la Navarre. D'ailleurs, ses affaires personnelles avaient pris une tournure favorable de façon inattendue.

Juana sa femme avait abandonné la lutte pour son âme.
C'est précisément à quel moment, ou pourquoi, ou
comment elle a frappé ses couleurs - que ce soit pour
savoir si les cruautés et les importunités d'Enrique
épuisaient sa patience, ou si les tentations de la cour
obscène étaient trop fortes pour sa nature plutôt
voluptueuse, ou si dans sa solitude et son désespoir
d'être abandonnée par son frère elle se jeta dans les
bras d'un homme attrayant et compatissant - les détails
ne nous sont pas tombés dessus : sur le fait de sa chute
et ses conséquences sur le destin des nations.

C'est à cette époque qu'un nouveau personnage apparaît dans le drame royal. Le chevalier d'armes hors pair, Sir Beltran de la Cueva, commença à se montrer en compagnie de leurs deux Majestés, et les trois hommes furent vus partout ensemble. Don Beltran était grand, robuste et d'une belle prestance ; expert en épée et en lance, et toujours prêt à se disputer pour un point d'honneur délicat. Le Roi, observait-on, avait rarement été aussi satisfait de ses favoris ; il avait l'air très épris de lui, si bien qu'il le supportait humblement quand Beltran s'envolait vers des paroxysmes de rage contre lui, lui permettant d'agir comme s'il était seigneur du palais, et de renverser les porteurs et les frapper si les portes n'étaient pas ouvertes assez rapidement. Les nobles détestaient avec ferveur Beltran pour son arrogance et son insolence ; et il va sans dire que le Marquis de Villena ne voyait aucune vertu en lui. D'autres amis du roi le louaient et se saluaient souvent par "Avez-vous entendu le nouveau blasphème de Don Beltran ?".

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: ISABELLE D'ESPAGNE (ISABELLE LA CATHOLIQUE) anglais/français

Message  Monique Aujourd'hui à 9:06 am

Un jour, alors que leurs Majestés approchaient de Madrid après avoir reçu le comte d'Armagnac pendant trois jours de chasse dans le pays, ils trouvèrent leur route barrée par un chevalier en armure argentée, avec des pièces d'or sur son cheval, qui était assis immobile et majestueux devant un champ ouvert à un tournant, sa lance posée comme pour combattre. La cavalcade royale s'arrêta au bord de la route tandis que deux officiers s'avancèrent pour savoir qui pouvait être le mystérieux cavalier et pourquoi il entravait la route du roi. Entre-temps, leurs Majestés ont remarqué des échafaudages qui avaient été érigés sur le terrain et qui se remplissaient de spectateurs. Les officiers sont revenus pour rapporter que le chevalier errant était Don Beltran de la Cueva, qui était là depuis tôt le matin, défiant chaque chevalier qui venait par cette route pour incliner six tours avec lui, ou bien pour laisser son gant gauche sur le sol en signe de sa lâcheté. Don Beltran l'a fait pour faire valoir la beauté superlative de sa maîtresse sur toutes les autres femmes du monde. Tout chevalier qui réussissait à briser trois lances avec lui avait la permission d'y aller dans une arcade qui brillait de toutes les lettres de l'alphabet peintes en or, et d'y prendre l'initiale de la dame de son choix. Mais jusqu'à présent, aucune des lettres n'avait été retirée.

La Reine était enchantée d'avoir découvert cette aventure. Le roi, qui avait été dans une de ses humeurs nuageuses, s'écria : "Un passage d'armes ! Magnifique !" Et tout le reste de la journée, le parti royal regarda les rencontres, qui devinrent fréquentes et furieuses, chevalier après chevalier descendant devant l'invincible lance ; et quand le crépuscule vint lentement sur le Véga brun, il fut convenu par tous, de Sa Majesté au joug des villages que Don Beltran avait maintenu noblement  l'honneur de sa dame. Son nom, pour des raisons personnelles, il s'est abstenu de publier. Mais il n'a pas nié qu'elle était d'un haut degré.

Le Roi fut si distrait par le sport de ce jour-là qu'il ordonna la construction d'un monastère à l'endroit où Beltran avait résisté à toutes les attaques ; et le monastère de San Jeronimo del Paso, Saint Jérôme du Passage d'armes, y demeure encore comme témoin de la vérité que le bien est parfois apporté par des instruments étrangers.

Peu de temps après ce passage d'armes, la reine Juana, après sept ans sans enfants, avait enfin conçu. En mars 1462, elle donna naissance à une fille à Madrid. La joie du roi était exubérante. Il se douchait des faveurs à droite et à gauche. Don Beltran de la Cueva, comme en l'honneur de l'événement, et en récompense de ses nombreux services distingués, fut nommé Comte de Ledesma. L'enfant porte le nom de sa mère, Juana ; mais chacun l'appelle La Beltraneja, c'est-à-dire la fille de Beltran. Elle a été baptisée en grande pompe et magnificence par l'archevêque de Tolède. Le nouveau comte de Ledesma et toute la cour étaient présents. Les parrains étaient le marquis de Villena et l'ambassadeur de France. On a observé que le Marquis avait perdu un peu de son expression angélique dernièrement.

La marraine était l'Infante Isabelle, devenue une très belle et sérieuse enfant de onze ans, qui avait été amenée d'Arévalo sur une mule entourée de soldats. Elle répondait d'une voix musicale fraîche qui vibrait dans l'église, une voix qui semblait destinée à commander et à être obéie. Le Marqués la regarda. Il l'avait presque oubliée. On pourrait peut-être en faire usage un de ces jours.

Enrique convoqua ensuite les Cortès et demanda aux délégués des dix-sept villes de prêter le serment d'allégeance à l'Infante Juana, héritière du trône de Castille. Les délégués, après quelques murmures, se sont conformés. La première personne à embrasser la main de la petite Infante fut la princesse Isabelle.

TBC...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum