Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Sam 24 Nov 2018, 9:24 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

À propos de Priscilla et Aquilas (Homélie I, 5)

Maintenant que nous avons appris de cette salutation, démontrons-le par nos œuvres. Ne proclamons pas plutôt les riches bienheureux, ne méprisons pas les pauvres. N'ayons pas honte des arts manuels et ne déshonorons pas notre travail. Le déshonneur est l'oisiveté et le fait de ne rien avoir à faire. Si le travail était une ignominie, Paul n'aurait pas travaillé et n'en aurait pas été si fier quand il a dit : "Car si je prêche l'Évangile, je n'ai rien pour me glorifier ; en quoi donc est ma récompense ? Pour que, lorsqu'il prêche l'Évangile, il ne coûte rien à personne" (1 Co 9, 16-18). Et si une charge manuelle était une ignominie, l'apôtre n'aurait pas ordonné que ceux qui ne travaillent pas ne mangent pas non plus (cf. II Thess 3, 10).

Seul le péché est déshonneur ; et le péché est habituellement engendré par l'oisiveté, une mère qui n'est pas d'un, de deux ou de trois péchés, mais de toute injustice ensemble. C'est pourquoi un homme sage, voulant nous faire voir que l'oisiveté est le maître de tout mal, même en parlant des esclaves, dit : "Envoyez-le travailler pour qu'il ne fasse rien" (Eccle 23:28). Et c’est ainsi que le travail est à notre nature ce qui freine le cheval. Si l'oisiveté était bonne, la terre produirait tout de son sein sans semer ni cultiver; mais il n'y a rien de cela. Au début, oui, Dieu l'a envoyé pour tout produire sans semer; mais maintenant il ne l'a pas fait de cette façon.  Maintenant, il a fait de nous une loi pour unir les bœufs et tirer la charrue et ouvrir le sillon dans lequel les graines doivent être semées. De même, nous devons consacrer mille autres soins à la vie, aux arbres et aux semences ; une loi par laquelle Dieu a voulu nous tenir bien occupés et ainsi séparer l'esprit de ceux qui travaillent de tout mal.

D'abord, je le répète, pour montrer sa puissance, il a tout fait germer et tout nous a été donné sans aucun travail de notre part : "La pousse, dit-il, "de l'herbe verte de la terre" (Gn 1, 11), et tout était couvert au point d'avoir une chevelure de verdure; mais ça ne l'a pas fait. Puis il a ordonné à la terre de tout produire aux dépens de notre travail, alors il a voulu nous enseigner qu'il a introduit le travail pour notre bien et notre profit. Certes, il semble que c'est une punition d'entendre qu'on nous dit : "A la sueur de ton front tu mangeras ton pain" (Gn 3, 19) ; mais en réalité c'est une correction et une discipline, un remède contre les blessures qui nous sont venues du péché.

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Dim 25 Nov 2018, 1:29 pm

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

Sobre Priscila y Aquilas (Homilía I, 5)

C'est pourquoi Paul travaillait continuellement, non seulement le jour, mais aussi la nuit, pour pouvoir crier : "Travaillez jour et nuit, afin que je n'agace aucun de vous" (I Thessaloniciens 2:9). Et Paul ne s'est pas consacré à travailler simplement pour la récréation et la distraction, comme beaucoup de ses frères, mais il a fait un tel effort qu'il a pu satisfaire les besoins des autres. "Pour mes besoins, dit-il, et ceux de ceux qui sont avec moi, mes mains ont subventionné" (Actes 20:34). Un homme qui régnait sur les Démons, qui était le maître de tout l'univers, à qui étaient confiés tous les habitants de la terre et toutes les églises sous le soleil, celui qui se souciait avec toute la sollicitude des peuples, des nations et des villes, cet homme, je le répète, travaillait jour et nuit, et donnait peu de répit dans son effort. Mais nous qui n'avons pas un millième de leurs préoccupations ou, mieux encore, qui ne sommes pas capables de nous en faire une idée, nous passons notre vie dans l'oisiveté perpétuelle, quelles excuses, dites-moi, quel pardon aurons-nous ?

Tous les maux ont pris vie et beaucoup considèrent qu'il est de la plus haute dignité de ne pas mettre la main sur leur propre métier et que c'est l'ignominie suprême que de sembler en connaître un mot. Paul n'avait pas honte de manipuler l'alène, de couper les peaux et de parler au même titre que les plus hauts dignitaires, mais il s'en vantait au moment même où d'innombrables hommes illustres et visions lui arrivaient. Et non seulement il n'avait pas honte de son travail, mais dans ses épîtres, comme dans une stèle de bronze, il laissait inscrit pour la postérité le métier qu'il exerçait. Ainsi, ce qu'il a appris dès le commencement, il a continué à l'exercer, même après avoir été emmené au troisième ciel, même après avoir été transféré au paradis et avoir eu une part dans les paroles ineffables de Dieu.

Nous, cependant, qui n'avons pas atteint la semelle de sa chaussure, nous avions honte de ce dont il était fier. Nous péchons tous les jours, nous ne nous convertissons pas, et nous n'avons pas cela comme un affront ; vivre, cependant, de son juste travail, que nous fuyons comme une chose honteuse qui nous fait paraître ridicules. Celui qui a honte, honte du péché,  de l'offense à Dieu, de faire quelque chose d'inconvenant, mais d'une fonction, d'un travail manuel, il faut s'enorgueillir et le tenir à un grand honneur. Ainsi, en nous engageant dans le travail manuel, nous chasserons facilement de notre esprit les mauvaises pensées, nous aurons quelque chose pour aider ceux qui sont dans le besoin, nous n'aurons pas à frapper aux portes des autres et nous accomplirons la loi du Christ, qui dit : "C'est plus de joie de donner que de recevoir" (Acte 20:35).

A SUIVRE...
avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Lun 26 Nov 2018, 9:06 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

À propos de Priscilla et Aquilas (Homélie I, 5)

Nous n'avons que des mains pour nous aider et contribuer autant que possible à la subsistance des handicapés physiques. Car s'il y a des gens qui, bien qu'en bonne santé, vivent dans l'oisiveté, ils sont plus malheureux que ceux qui ont de la fièvre. Mais les fainéants, qui déshonorent le bon aspect de leur corps, sont détestés à juste titre par tous, car ils enfreignent les lois de Dieu, sont une puanteur à la table des malades, et corrompent de plus en plus leur propre âme. Parce que la mauvaise chose n'est pas seulement que, devant se nourrir de leur garde-manger et par eux-mêmes, ils vont importer les portes des autres, mais qu'ils deviennent de pire en pire. Et il n'y a rien, absolument rien, qui ne soit détruit par l'oisiveté.

Ainsi, l'eau stagnante est corrompue ; mais celle qui coule et déborde sur mille ruisseaux conserve sa propre vertu. Le fer, qui gît au repos, consommé par la rouille, devient mou et inutile ; mais s'il est utilisé au travail, il est beaucoup plus utile et beau et il est à peine en retard à cause de sa brillance sur le même argent. La terre laissée vide ne peut produire rien de sain, mais des mauvaises herbes, des chardons et des épines, et des arbres stériles ; mais ce dont la culture jouit est couronné de fruits mous. Et, pour le dire en un mot, tout être est corrompu par l'oisiveté et amélioré par l'opération qui lui est propice. Maintenant, donc, que nous savons toutes choses, autant que le mal de l'oisiveté et le profit du travail, fuyons et donnons-nous à lui...

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Mar 27 Nov 2018, 8:18 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

À propos de Priscilla et Aquilas (Homélie II, 4)

4....L'homme riche offre beaucoup de poignées à endommager. Il craint pour sa maison, pour ses champs, pour son argent, car il peut en être privé. Ainsi, le si propriétaire de tant de choses les rend esclaves de tant d'autres. Le pauvre homme, cependant, fort et sans poignées pour le prendre par, est un lion qui respire le feu, a une âme noble et, car il s'est facilement écarté de tout, il a facilement accompli tout ce qui peut contribuer au bien de l'Église, que ce soit pour réprimander, et affronter, pour l'amour du Christ, mille peines. Celui qui a méprisé la vie présente, fait tout facilement et avec la plus grande aisance, qu'est-ce que c'est, dites-moi, qu'il peut craindre ? Qu'on lui enlève son argent ? Inutile d'en parler.  Pour être banni de sa patrie ? Chaque ville sous le ciel est à vous. Pour que vos délices et votre garde vous soient enlevés ? Il a dit adieu à tout cela, a sa citoyenneté dans le ciel et marche en hâte vers la vie à venir. Et s'il fallait donner la vie elle-même et verser le sang, tout est prêt.

C'est pourquoi un homme aussi pauvre est plus puissant et plus opulent que les tyrans, les empereurs et les peuples, plus que le monde entier. Ce que je dis n'est pas de la flatterie, mais la vérité. Pour que vous en soyez convaincus, pour que vous voyiez combien ceux qui ne possèdent rien sont les plus libres de paroles, dites-moi : Combien de riches y aurait-il au temps d'Hérode et combien de puissants ? Et il en sortit celui du milieu qui réprimandait le tyran, qui vengeait les lois violées par Dieu ? Aucun des riches, pauvre et misérable, qui n'avait ni lit, ni table, ni abri : Jean, l'habitant du désert, que le premier et le seul à réprimander librement le tyran, a porté à la honte publique les unions adultères et, en présence de tous, aux oreilles de tous, a prononcé la sentence de la condamnation.  Et même avant Jean, le grand Élie, qui ne possédait qu'une peau de brebis, réprimandait l'impie Achab, le transgresseur de toute loi. Pour que celui qui veut avoir une grande force embrasse la pauvreté, méprise la vie présente, pense et croit que la mort n'est rien. Il peut faire plus de bien à l'Église que tous les opulents et puissants, plus que ceux-là mêmes qui gouvernent tout.

Et il n'y a rien qui donne autant de liberté d'expression, rien qui insuffle autant de courage dans les dangers, rien qui rend les forts aussi forts que de ne rien posséder, de ne rien porter près de soi. Pour les empereurs et les seigneurs opulents, ce qu'ils font de leur argent ; le pauvre homme, cependant, a souvent rendu ses services, nombreux et grands, parmi les dangers et même avec sa mort. Cependant, lorsque le sang vaut plus que l'or, la contribution des deux doit être mesurée.

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Mer 28 Nov 2018, 10:08 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

Homélie sur les hérésies (Nos. 2 et 3)

2. ... Le fait est que dès que les apôtres ont commencé à semer la parole de la religion, trois mille y ont été ajoutés, puis cinq mille, et ils avaient tous un cœur et une âme. Or, la cause de cette harmonie, le lien qui unit tous dans la charité, ce qui a réduit tant d'âmes à l'unité, c'est le mépris de la richesse. "Car personne, nous dit le texte sacré, n'a dit que rien de ce qu'il avait n'était à lui, mais ils l'avaient tous en commun" (Ac 4, 32). Une fois que la racine de tout mal a été abattue, la cupidité, je veux dire, tous les biens sont venus à eux, ils se sont unis étroitement les uns aux autres, et il n'y avait rien d'autre qui pouvait les diviser.

Bannis de cette sainte Église étaient ces paroles insipides de "la mienne" et de "la tienne", que tant de guerres ont mises au monde, et ces fidèles de la terre habitée comme des anges ont habité le ciel. Les pauvres n'enviaient pas non plus les riches, car il n'y avait pas de riches, et les riches ne méprisaient pas les pauvres, car il n'y avait pas de pauvres. Tout était commun. Personne n'a dit que tout ce qu'il possédait était à lui. Ce n'est pas ce qui s'est passé à l'époque, ce qui se passe aujourd'hui. Or, ceux qui l'ont fait, en préservant la propriété, donnent leur part aux nécessiteux ; alors il n'en a pas été ainsi. Alors, ceux qui avaient renoncé à la propriété de leurs biens, les mettant au milieu et les confondant tous, on ne savait plus qui ils étaient avant d'être opulents. Ainsi, si l'orgueil pouvait être d'avoir méprisé les richesses, il était coupé à tout moment, car tous étaient sur un pied d'égalité et les biens de tous avaient été confondus.

Mais ce n'est pas seulement la piété de ces fidèles qui est perçue, mais aussi la manière dont ils se sont débarrassés de leurs biens. Car "tous ceux qui avaient des champs ou des maisons les ont vendus, et ont mis le prix aux pieds des apôtres" (Actes 4:34). L'auteur sacré ne dit pas qu'il a été remis entre les mains des apôtres, mais qu'ils l'ont mis à leurs pieds, ce qui suggère le respect, la piété et la peur de ces fidèles qui pensaient plutôt recevoir que trouver ce qu'ils faisaient. Car c'est avant tout mépriser les richesses, c'est-à-dire nourrir véritablement le Christ : quand il est fait sans orgueil ni ostentation, quand il est donné comme celui qui fait du profit à lui-même plutôt qu'à celui qui le reçoit. Si vous n'avez pas ces dispositions, ne donnez pas ; si vous ne croyez pas que vous préférez recevoir que vous ne donnez pas, ne laissez rien tomber....

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Dim 02 Déc 2018, 11:55 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

Homélie sur les hérésies (Nos. 2 et 3)

3. Si nous admirons Abraham, ce n'est pas seulement parce qu'il a sacrifié un veau et préparé de la farine pour ses invités, mais parce qu'il a couru vers eux, qu'il les a appelés ses seigneurs et qu'il a cru, après avoir vu passer des pèlerins, avoir trouvé un trésor de biens infinis. Car lorsque nous donnons et le faisons en plus avec bonne humeur, l'aumône double : "Celui qui donne avec bonne humeur" -dit l'apôtre- "Dieu veut" (II Co 9, 7). Même si vous donnez des milliers et des milliers de talents, si vous le faites avec fierté, ostentation et vanité, vous avez tout perdu. C'est ce qui est arrivé à l'autre pharisien, qui a payé la dîme de tout ce qu'il avait, mais qui s'en est vanté et en a gonflé, et est descendu du temple après avoir tout perdu.

Ce n'était pas comme ça au temps des apôtres. Alors les fidèles offraient leur argent avec joie et allégresse, pensant qu'ils feraient la meilleure affaire, et étaient heureux que les apôtres daignent l'accepter. Il y a maintenant ceux qui, appelés aux hautes magistratures et devant habiter de siège dans des villes plus principales, réduisent à l'argent tous leurs biens et ainsi ils se déplacent vers leurs destinées. Il en fut de même pour les fidèles de l'époque, qui avaient été appelés au ciel, dans la métropole d'en haut, et dans le royaume éternel. Puisqu'ils savaient que c'était leur vraie patrie, ils réduisirent leurs biens en argent, et là ils l'envoyèrent en avant par les mains des apôtres.

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Ven 07 Déc 2018, 9:31 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

Homélie sur les hérésies (Nos. 2 et 3)

Et, pour dire la vérité, l'extrême folie est de ne rien laisser sur terre de ce que nous avons, quand bientôt nous devrons entreprendre le voyage vers l'éternité. Tout ce qui est perdu ici est perdu. Il est donc nécessaire d'envoyer tout là où nous devons vivre pour toujours. C'est ce que pensaient ces premiers croyants, ils se détachèrent de tous leurs biens, et de là c'était un double bien : ils remédièrent à la pauvreté des nécessiteux et augmentèrent et sécurisèrent davantage leurs propres biens, dès le moment où ils transférèrent leurs trésors au ciel.

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Citations des Pères de l'Eglise concernant l'AUMÔNE et la CHARITÉ (en espagnol/français)

Message  Monique le Dim 09 Déc 2018, 8:53 am

SAINT JEAN CHRYSOSTÔME

Sur l'aumône (Nos. 1-6)

1. Je me lève aujourd'hui pour vous parler, afin de vous apporter une ambassade juste, profitable et commode pour vous. Et pour cette ambassade, il m'a choisi nul autre que les pauvres qui peuplent cette ville, et non par les mots et les votes ou par la décision du conseil communal, mais par le plus pitoyable et amer des spectacles. En effet, en traversant la place et les ruelles et en me précipitant à votre rencontre, j'ai pu contempler beaucoup de gens couchés au carrefour, certains mutilés de leurs mains, d'autres sans yeux, d'autres faisant un tamis de plaies et de blessures incurables, et montrant précisément les parties qui, à cause de leur pourriture dont ils sont pleins, devraient être couvertes avant tout. Face à ce spectacle, il m'a semblé extrêmement inhumain de ne pas en parler à votre charité, plutôt que, avec ce que j'ai dit, de vous parler, je suis aussi poussé par la saison dans laquelle nous sommes (en hiver).

Il est vraiment toujours nécessaire de parler de l'aumône, car nous avons aussi besoin de beaucoup de miséricorde de la part du Seigneur qui nous a créés, mais surtout en ce temps de grand froid. En été, la saison elle-même apporte beaucoup de soulagement aux pauvres, car il n'y a aucun danger d'aller dans les peaux - les rayons du soleil suffisent à les réchauffer - et il est sécuritaire de simplement dormir sur le sol et de passer la nuit à l'air libre. Ils n'ont pas besoin de chaussures, de vin ou de nourriture en abondance, et pour boire ils n'ont besoin que de fontaines et pour manger quelques passants avec des légumineuses ou de légumes de mauvaise qualité et d'autres se contentent d'une poignée de graines séchées. La saison de l'année leur donne une table de fortune.

Et ils ont encore un autre soulagement, non moins que celui-ci, qui est la facilité de travail. Ceux qui construisent des maisons, ceux qui travaillent la terre, ceux qui naviguent sur la mer, ont besoin en particulier de la collaboration des pauvres. Et que sont pour les riches leurs maisons, leurs champs et leurs autres sources de revenus, c'est-à-dire pour les pauvres, leur corps. Toutes les sources de revenus sont vos mains, vous n'en avez pas d'autres. C'est pourquoi, pendant l'été, ils jouissent d'une certaine consolation ; En hiver, par contre, la guerre est partout et ils sont clôturés des deux côtés : la faim les consume de l'intérieur et le froid à l'extérieur les terrifie et tue leur viande.

avatar
Monique

Nombre de messages : 6784
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum