LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Mer 02 Jan 2019, 12:40 pm

3. L'ABANDON DES BIENS ET DES MAUX EXTÉRIEURS

Article 1º - La prospérité et l'adversité


Nous commençons par ce qui est plus général,
l'adversité ou la prospérité, tant pour nous-
mêmes que pour ceux qui nous sont chers
(famille, communauté, etc.).

Vous pouvez faire bon usage de la prospérité
et de l’adversité, et vous pouvez en abuser.
Sommes-nous le nombre des sages ou des
fous? Dieu voudra-t-il que nous passions par
le bon ou le mauvais sort?  A-t-il l'intention
de nous retenir longtemps sur la croix ? Nous
ne savons rien, et c'est pourquoi la partie la
plus réussie est de s'établir dans la sainte
indifférence, d'attendre en paix la bénédiction
divine acceptée avec une confiance aimante et
d'en profiter au maximum.

A la lumière d'une foi vivante, la prospérité
nous sera présentée comme un sourire
perpétuel de la Providence, et donc nous
ouvrirons volontiers nos cœurs à la
reconnaissance, à l'amour, à la confiance en
notre Père céleste. Chaque nouveau vêtement
de votre affection jaillira de nos lèvres un
sincère merci. Avec elle, nous soulagerons nos
frères moins fortunés, les amenant ainsi à bénir
avec nous l'Auteur de tous les biens. Mais
malheureusement, Saint François a raison
lorsqu'il dit : "La prospérité a des attraits
qui enchantent les sens et la raison engourdie ;
nous fait imperceptiblement changer, pour que
nous aimions les cadeaux, oubliant le
Bienfaiteur."
Et il nous fait même descendre,
pour ainsi dire, et sans le savoir, vers une vie
moins austère, à la recherche de nos conforts,
sur les chemins de la détente. On verra peut-
être, et non sans étonnement, que certains font
profession de vivre unis à Jésus-Christ sur la
croix et pourtant ils sont soucieux de la
prospérité, désireux d'obtenir les biens de la
terre, ardents de fixer leur cœur sur eux, hâtifs
de recourir à Dieu quand l'épine de l'adversité
vient les frapper, impatients de s'en libérer. Et
pourtant, l'Évangile ne met pas la félicité
chrétienne dans la joie, mais dans la pauvreté,
dans le mépris, la douleur, les larmes, les
persécutions ; la même philosophie nous enseigne
que la prospérité est la belle-mère de la vraie
vertu et de l'adversité sa mère. Trop souvent l'état
habituel de prospérité est un lien, et en se
souvenant qu'elle n'a pas souri de cette façon à
Notre-Seigneur et aux saints, la vraie spirituelle
finira par s'agiter et désirer ne pas jouir autant de
ce monde ; une seule chose lui donnera la
sécurité : être dans les mains de Dieu et se sentir
sous son regard.

L'adversité nous ouvre une voie plus sûre. Dieu, qui
est un ami constant et plein de sollicitude, nous
enlève la prospérité qui nous ferait du mal, il utilise
l'épée de l'adversité pour couper les affections
rivales de son saint amour ; parfois par la privation,
parfois par la souffrance, il nous arrache plus
rapidement et sûrement du plaisir, il arrache notre
esprit et notre cœur à cette terre et les attire sur
les bords éternels. C'est la meilleure école de
détachement, et aussi un purgatoire précoce moins
terrible que celui de l'autre vie, plus efficace,
cependant, parce que Dieu ne punira pas deux fois
la même faute. Après nous avoir purifiés dans la
fournaise de la souffrance, comme l'or dans le
creuset, il nous trouvera dignes de lui et nous
recevra comme victimes de l'holocauste.

L'adversité est une mine d'or d'où vous pouvez
pour faire ressortir les vertus les plus sublimes et
les mérites inépuisables. Le P. Jérôme Natalis
demanda à Saint Ignace : "Quel est le chemin le
plus court et le plus sûr pour atteindre la perfection
et le ciel ?"
Le saint répondit : "Souffrir beaucoup
de grandes adversités pour l'amour de Jésus-Christ."

Une grande adversité nous conduit au ciel, mais
beaucoup nous y conduisent plus tôt et plus loin ;
car, pour les hommes de foi, selon le P. Baltasar
Álvarez, "la souffrance est comme des chevaux que
Dieu envoie pour les attirer plus vite à lui-même, ou
comme une échelle qui les offre pour s'élever vers
des vertus plus éminentes... Considérez la douleur
d'un propriétaire lorsqu'une terrible tempête de grêle
vient détruire sa vigne, mais si les grêlons étaient
d'or, son malheur serait-il raisonnable ? Car l'or est
le mépris et les autres afflictions qui tombent comme
la grêle sur une âme qui est vraiment patiente. Ce
que vous gagnez vaut infiniment plus que ce que vous
perdez. Le ciel est le royaume des tentés, des affligés,
des méprisés".

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Jeu 03 Jan 2019, 11:48 am

L'adversité est le chemin le plus court vers la sainteté.
Selon sainte Catherine de Gênes, les insultes, le mépris,
la maladie, la pauvreté, les tentations et tous les autres
revers nous sont indispensables pour soumettre
complètement nos inclinations tordues,  et le désarroi
de nos passions ; c'est le moyen par lequel le Seigneur
se sert pour nous disposer à l'union divine, et selon Saint
Ignace, "il n'est pas de bois plus résolu à produire et
préserver l'amour de Dieu que le bois de la Croix".
Saint
Alphonse ajoute : "La science des Saints consiste à
souffrir constamment pour Jésus-Christ, et c'est le moyen
de se sanctifier bientôt". Les faveurs dont le Seigneur a
bénéficié à ses amis, les événements extraordinaires qui
leur ont donné la célébrité, sont peut-être ce qui
impressionne le plus dans sa vie, mais sans aucune raison.
Ce qu'il faut souligner, ce sont les faiblesses, la sécheresse,
les désolations, les persécutions de toutes sortes que Dieu
leur a prodiguées, et leur patience inaltérable dans ce long
martyre, car par ce moyen ils sont devenus saints.
Comme de généreux amants du Divin Maître, ils voulaient
être comme les pauvres, souffrants, méprisés. Dieu le Père
les a crucifiés avec son Fils bien-aimé, et les plus aimants
ont été les plus éprouvés, étant vers la fin de leur vie, le
temps de leur plus haute perfection, quand ils ont
ordinairement le plus souffert. "Parce qu'ils étaient
agréables à Dieu, il fallait que la tentation les éprouve.
"
La tribulation a été, pour ainsi dire, la récompense de
ses travaux passés ainsi que la consommation de sa
sainteté.

Il n'y a personne qui n'ait pas vécu sur la croix, ni qui
n'ait pas été heureux de souffrir sur elle avec son
Maître adoré. Tous, comme Notre-Père Saint Benoît,
ont préféré "souffrir le mépris du monde pour
recevoir ses louanges et s'épuiser d'œuvres plutôt
que de se remplir des faveurs du siècle
". Le
bienheureux Suson, quand par exception il jouissait
d'une trêve dans ses épreuves continues, se lamentait
devant les moniales, ses filles spirituelles : " J'ai très
peur de m'égarer, car cela fait quatre semaines que je
n'ai reçu aucune attaque de quiconque ; j'ai peur que
Dieu ne pense plus à moi.  Il avait à peine parlé qu'il
est venu annoncer que des gens puissants ont juré
leur perte. A cette nouvelle, il ne pouvait que
ressentir immédiatement un mouvement de terreur.
"J'aimerais savoir pourquoi je méritais la mort. - C'est
à cause des conversions que vous faites. - Alors ! Mon
Dieu !"
Il retourna à la porte plein de joie : "Courage,
mes sœurs, Dieu a pensé à moi et ne m'a pas encore
oublié".
Nous disons dans nos épreuves : Assez, mon
Dieu, assez. La Vénérable Marie-Madeleine Postel, par
contre, ne cessa de répéter : "Toujours plus, Seigneur,
encore plus ; viens, croix, je t'embrasse. Mon Dieu,
Béni sois-tu ! Vous ne nous humiliez pas, mais vous
nous élevez davantage".
Dans une situation très
pénible, Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus écrivit à sa
sœur : "Combien Jésus nous aime-t-il, parce qu'il nous
envoie tant de douleur !  L'éternité ne sera pas assez
longue pour le bénir. Il nous remplit de ses faveurs
comme il remplit les grands Saints.... Souffrance et
humiliation sont le seul chemin qui forme les Saints.
Notre preuve est une ruine d'or qui doit être exploitée.
Offrons notre souffrance à Jésus pour sauver les âmes.

De tout cela, nous concluons avec Saint Alphonse :
"Certains s'imaginent qu'ils sont aimés de Dieu, quand
ils prospèrent en tout et n'ont rien à souffrir. Mais ils
sont trompés, parce que Dieu prouve la fidélité de ses
serviteurs, et sépare la paille du grain par l'adversité et
non par la prospérité : celui qui s'humilie dans les
douleurs et se résigne à la volonté de Dieu, est le grain
destiné au Paradis, et celui qui s'enorgueillit,
s'impatiente et abandonne finalement Dieu, est la balle
destinée à l'enfer. Celui qui porte sa croix avec patience
est sauvé ; celui qui la porte avec impatience est perdu''.

Deux étaient les crucifiés de chaque côté de Jésus,
et le même chagrin faisait de l'un un saint et de l'autre
un réprobateur.

Puissions-nous porter nos croix, non seulement avec
patience et résignation, mais aussi avec amour et
Confiance filiale ! Deux choses nous y aideront
particulièrement : l'esprit de foi et d'humilité. Peu
importe le peu qu'on écoute la nature, elle se retirera
toujours face à l'adversité, mais elle lui imposera le
silence pour ne penser qu'à Dieu, et nous dirons bientôt
avec le Roi Prophète : "Je me suis tu, Seigneur, et je n'ai
pas ouvert ma bouche, car c'est Vous qui avez fait tout".
Les orgueilleux croient facilement que la justice ne leur
est pas faite, ni les voies de Dieu, quand elles sont
douloureuses, effrayantes et déconcertantes. Les
humbles, par contre, pénétrés d'un sentiment vif de ses
misères et de ses fautes, béniront Dieu même dans ses
rigueurs : "J'adore, Seigneur, l'équité de vos jugements
et vous me donnez même la grâce et je loue vos
miséricordes, car vous êtes loin de me punir autant que
je le mérite. Et d'ailleurs, j'ai besoin du remède de la
souffrance, et les peines que vous m'envoyez sont
précisément celles qui répondent le mieux à mes besoins.''
Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Ven 04 Jan 2019, 11:15 am

Article 2º - Calamités publiques et privées

Nous devons nous conformer à la volonté de Dieu dans les
calamités publiques, comme la guerre, la peste, la famine
et tous les fléaux de la justice divine. Il en va de même
lorsque le malheur nous atteint personnellement ou sur le
nôtre. Le grand secret pour y parvenir est de regarder
toutes choses avec les yeux de la foi, d'adorer les
jugements du Très-Haut avec un cœur contrit et humilié,
et quels que soient les fléaux qui nous blessent, pour bien
nous persuader que la Providence, infiniment sage et
paternelle, ne serait pas déterminée à les envoyer ni à les
laisser, s'ils n'étaient pas entre leurs mains les instruments
du renouvellement et du salut des peuples ou des âmes.
"C'est ainsi qu'elle conduit au ciel une multitude de
personnes sur le chemin de la souffrance qui seraient
perdues dans une autre direction. Combien de pécheurs,
appelés à Dieu par la voie dure de l'affliction, renoncent à
leurs vieilles iniquités et meurent dans le sentiment de la
vraie repentance ! Combien de chrétiens occuperont un jour
une place glorieuse au Ciel, qui sans cette épreuve salutaire
auraient gémi éternellement dans les flammes de l'enfer !"

Ce que nous appelons calamité et punition est souvent une
grâce de premier ordre, une brillante preuve de miséricorde.
Habituons-nous à ne considérer les choses qu'à partir de
ces magnifiques points de vue de la Foi, et rien de ce qui se
passe dans ce monde ne nous scandalisera, rien ne
changera la paix de notre âme et sa soumission confiante à
la Providence. Mais entrons dans les détails, en commençant
par les malheurs publics.

I. Il est facile de voir la main de la Providence dans la peste,
la famine, les inondations, les tempêtes et autres calamités
de ce genre, car les éléments insensibles obéissent à son
autorité sans jamais lui résister. Mais comment la voir en
persécution avec sa malignité satanique, ou en guerre avec
ses furies ? Et pourtant, comme nous l'avons déjà dit. Au-
dessus des hommes bons et mauvais, et même au-delà des
satellites de l'enfer, se trouve l'Arbitre Suprême, la Cause
première qui les émeut peut-être sans qu'ils le sachent, et
sans laquelle rien ne peut être fait. La politique des princes,
les ordres des chefs, l'obéissance des soldats, les plans
obscurs des persécuteurs, leur exécution par des
subordonnés, les ruines et les souffrances qui en résulteront,
tout a été prévu jusque dans les moindres détails ; tout a
été combiné et décrété dans les conseils de la Providence,
formant ainsi une étrange collaboration de la malice
humaine et la sainteté de Dieu. Lui, infiniment saint, ne peut
que haïr le mal, et s'il le tolère, c'est en n'enlevant pas aux
hommes le libre usage de leur liberté. Mais sa justice
exigera un compte rendu de chacun en son temps : des
nations et des familles ici-bas, parce qu'elles ne comptent
pas comme telles dans l'éternité ; des individus, dans ce
monde ou dans l'autre. En attendant, Dieu veut utiliser la
malice des hommes et leurs fautes, pas moins que leurs
bonnes dispositions et leurs saintes œuvres, pour réaliser
ses tentatives, de sorte que même le désordre de l'homme
relève de la Providence.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Sam 05 Jan 2019, 12:14 pm

De la part des hommes, il n'y a peut-être pas peu de
reproches à faire, et Dieu les jugera. De la part de la
Providence, ''tout est juste, tout est sage, tout est
bon, tout est droit, tout est dirigé vers une fin
louable, tout arrive à un résultat final, absolu et
infiniment aimable. ''Néron est un monstre, mais il
fait des martyrs. Dioclétien prend jusqu'au bout les
limites des furies de la persécution, mais prépare la
réaction et l'avènement de Constantin. Arrio est un
démon incarné, qui aimerait arracher sa divinité à
Jésus-Christ, mais il donne les définitions de l'Église
de cette même divinité. Les barbares, se précipitant
dans le vieux monde, mais ils préparent à l’Évangile
une race capable d'être chrétienne. Les Croisades
semblent échouer parce qu'elles ne sauvent pas
Jérusalem, mais elles sauvent l'Europe. La révolution
française bouleverse tout, mais, à cette occasion, la
vigueur et la vie renaissent dans une société
chrétienne obligée de résister.


A notre époque de persécution, il est évident que
Satan est en liberté, et qu'il a reçu le pouvoir de
cribler les justes. Et pourquoi ce triomphe du mal,
pourquoi cette apparente défaite de l'Église,
pourquoi cette prévention des foules, pourquoi ces
gouvernements impies qui perdent le peuple,
pourquoi cette obscurité et cette tiédeur de ceux
qui se disent bons, pourquoi, en un mot, l'empire du
mal sur le bien?


Pourquoi ça ? Par respect pour la liberté qui est la
condition du mérite et du démérite. Dieu nous laisse
travailler, mais quand le temps sera venu, pour
confondre les méchants, pour réveiller les endormis,
pour ranimer les tièdes, pour défendre les justes, Il
laissera une guerre universelle se déchaîner sur le
monde coupable. Le fléau apparaît, il y a un silence
troublant, la politique est réduite au silence, la foi
s'éveille, les Églises se remplissent. Dieu a été laissé
dans l'oubli, mais maintenant on se souvient qu'il est
le maître des événements. Et comment pouvez-vous
ne pas le voir ? Les hommes qui ont déchaîné la
tempête ne savent ni la diriger ni s'en abriter, mais
Dieu, se réservant à rendre justice à Son temps,
utilisera la prévoyance des uns et l'imprévisibilité des
autres, les machines perfectionnées et les plans
savamment conçus, le courage et les actions
brillantes, les fautes, la malice, voire le crime.Tout lui
sert à marcher son fléau sur les nations, les familles
et les individus. Mais il ne le fera que dans la mesure
où cela sera utile à ses fins. Que l'homme tombe à
genoux, car il sera heureux d'être apaisé ; mais si les
bonnes impressions des premiers jours se dissipent,
si les yeux sont obstinés à rester fermés et les cœurs
sans se repentir, faut-il s'étonner que la guerre se
prolonge et que d'autres nouveaux fléaux surgissent
? Serait-il préférable qu'à la suite d'un désastre les
nations continuent à descendre dans l'abîme et les
âmes dans l'enfer ?


Et comment expliquer une telle sévérité dans un Dieu si
bon ? En être surpris, il faut ne pas avoir compris les
droits inconnus de Dieu, son amour méprisé, la
multitude de ses grâces et les excès de notre malice,
les joies de l'éternité heureuse ou les tourments d'un
enfer sans fin. C'est précisément parce qu'il est
infiniment bon, que Notre Père céleste nous aime
sans faiblesse et comme l'exige notre éternité. Toute
la prospérité du monde sera le pire des coups de
fouet, s'ils engourdissent les âmes dans l'insouciance
et l'oubli, et leur réveil aura lieu au fond de l'abîme.
Au contraire, les calamités les plus épouvantables,
même s'ils durent des années, rien n'est proche d'un
enfer éternel, car ils sont même une grande
miséricorde de la part de Dieu, et pour nous la
fortune bénie si nous pouvons à ce prix désarmer la
justice divine, éviter l'enfer et retrouver nos droits au
Ciel. Tel est le dessein de Notre Père céleste. Il n'aime
pas punir, mais si nous le contraignons en oubliant
nos devoirs et nos vrais intérêts, notre faute est la
nôtre. Si nous faisons preuve d'insubordination quand
il nous corrige, notre faute est bien plus grande. Après
tout, Dieu ne s'empresse pas de punir, et pour ne pas
être contraint de le faire, il menace pendant longtemps,
même avec tant de patience que la faible merveille et le
méchant blasphèment. Mais il viendra un jour où Dieu
sera forcé d'agir comme Souverain et Juge juste pour
rétablir l'ordre, et comme Père Sauveur des âmes pour
les ramener sur le chemin du salut par la rigueur,
puisqu'elles sont obstinées à rendre inutiles les moyens
de la douceur.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Dim 06 Jan 2019, 12:40 pm

Les rayures de Dieu éprouvent les uns, punissent les
autres et renouvellent les grâces de tous ceux qui
sont de bonne volonté ; heureux celui qui sait les
reconnaître et en tirer profit ! ''Ces malheurs, dit le P.
Caussade, sont pour beaucoup d'autres grâces de
prédestination. Mais il est nécessaire de déclarer
qu’ils peuvent être en même temps pour d’autres
motifs de réprobation, eh bien que cela ne se
produira pas, mais à cause de leur faute, et pour
aucune faute, car quoi de plus raisonnable et de
plus facile, dans un certain sens, que de faire de la
nécessité une vertu? ?  Pourquoi s'élever en vain
et criminellement contre la main paternelle de Dieu,
qui ne nous punit pas, mais nous détache des
misérables biens ici-bas ? Comme sa propre colère
est née de sa miséricorde, il ne nous blesse que
pour nous détourner du péché et nous sauver.
A la manière d'un sage chirurgien qui découpe la
chair pourrie en vie, afin de préserver la vie et le
reste du corps."


Comment pouvons-nous nous comporter au milieu
des calamités ?


"Humiliez-vous sous la main puissante de Dieu,"
et nous abandonner à sa Providence avec une
soumission filiale, dans l'intime conviction que c'est
Dieu qui a tout dirigé, que ses desseins impénétrables
ont pour principe l'amour des âmes, et qu'il saura
mettre les événements les plus déconcertants au
service du bien. En ce qui nous concerne
personnellement, il est bon pour nous de nous
rappeler que nous sommes entre les mains de notre
Père céleste, et s'Il veut nous sauver, il est aussi
facile pour Lui de le faire au milieu des dangers que
de nous appeler à Lui-même quand aucun danger ne
semble nous menacer, et s'Il veut nous prouver, béni
soit Son saint nom à jamais !

2º Remplir nos devoirs de la meilleure manière possible
et nous sacrifier pour le bien commun, selon le temps
et les circonstances, et selon notre situation. "La
tempête est la tempête. Le marin se résigne à elle et
travaille."
Faisons la même chose. N'entrons pas
dans l'agitation des vagues qui nous secouent, et
adhérons au rocher de la Providence en disant : "Mon
Dieu, je vous adore, je vous loue, j'accepte le
jugement, je supporte ces jours difficiles et je
demeure en paix !''


3º En conséquence, Il est nécessaire de prier, tout
d'abord pour prier et toujours prier.
Prions,
cherchons, appelons, importunons Dieu, afin qu'Il
raccourcisse la calamité si tel est Son bon plaisir, et
aussi, et cela de manière absolue, afin que le moins
d'âmes possible périssent dans la tempête, afin que
les peuples puissent revenir à Dieu avec un cœur
contrit et humilié, que les saints se multiplient, que
l'Église soit plus fidèlement écoutée et Dieu moins
offensé. Et comme "la prière avec le jeûne est
particulièrement bonne et l'aumône conduit à la
miséricorde",
le temps des calamités est le moment
opportun, comme aucun autre, pour nous renouveler
dans la fidélité à nos devoirs, et pour ajouter à nos
sacrifices obligatoires des mortifications qui les
dépassent, afin de mieux apaiser la juste colère de
Dieu. Parce que les calamités sont, en général, la
punition du péché, et quand elles sont plus
universelles et terribles, c'est un signe que la vague
d'iniquité qui a provoqué la colère divine était plus
grande. Rien de mieux ne peut être fait que
d'amender notre propre vie et d'offrir au Maître
irrité, au Père méconnu, une augmentation de
l'amour et de la fidélité en ce qui nous concerne,
un abondant hommage d'expiation et de réparation
pour nos fautes et pour celles du monde pécheur.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Lun 07 Jan 2019, 4:47 pm

II. Presque identiques doit être notre façon de nous guider
lorsque la calamité vient nous décharger sur nous, sur
nos familles ou sur notre Communauté. Nous essaierons
de ne pas la voir, mais Dieu, et Dieu s'est occupé
paternellement du bien des âmes. "La mort d'une
personne chère me semble être une calamité, et si j'avais
vécu encore quelques années, peut-être serais-je mort
dans le péché. Je dois trente ou quarante ans de ma vie
à cette maladie que j'ai soufferte avec si peu de patience.
Ma santé éternelle était suspendue à cette confusion qui
m'a coûté tant de larmes. Il n'y avait pas de remède pour
mon âme si je n'avais pas perdu cet argent. De quoi on se
plaint ? Dieu est chargé de nous guider et on s'inquiète !"

Oh, si nous pénétrions mieux ses desseins d'amour sur
nous, nous le bénirions même dans ses rigueurs
apparentes. Cet abandon filial multiplierait nos mérites,
nous apporterait la paix, émouvrait le cœur de Dieu et
serait souvent la meilleure façon d'y arriver.

Deux mois après la fondation de l'Ordre de la Visitation,
Sainte Jeanne de Chantal est tombée si gravement
malade que la mort semblait inévitable. Ce fut une dure
épreuve pour le pieux évêque de Genève, parce qu'ayant
la certitude que cette œuvre appartenait à Dieu et était
destinée à produire beaucoup de bien, il vit clairement
que, lorsque le berger serait tombé, le troupeau serait
dispersé. Mais il a eu le courage de dire : "Dieu veut peut
-être se contenter de nos premiers pas, sachant que nous
ne sommes pas assez forts pour faire tout le voyage.
Dieu, qui n'attendait rien d'autre que cet acte d'abandon,
a immédiatement restauré la Sainte Fondatrice à la santé
pendant de nombreuses années.'' Les principes les plus
douloureux, les difficultés de recrutement, les morts, les
déceptions, le schisme, l'insurrection, la pauvreté à la
limite de la misère, la persécution de l'extérieur et les
importunités de l'autorité, rien ne manque à Saint
Alphonse de Liguori dans la création de sa Congrégation.
Mais au milieu des tempêtes, il priait, et vers tout ce qui
était humainement possible, "il ne voulait pas mais
seulement la volonté de Dieu.''
C'était donc le dessein
du ciel que le pieux fondateur devienne un modèle parfait,
et son Institut une liste de saints, et pour cela, le Père de
cette illustre lignée ne devrait-il pas ressembler au divin
Rédempteur, pauvre et humble et persécuté ?

L'un des tests les plus importants est la perte d'êtres chers.
Après la mort de sa mère, l’Évêque de Genève écrit à
Sainte Jeanne de Chantal : "N'est-il pas nécessaire en tout
et pour tout d'adorer cette suprême Providence, dont les
conseils sont saints, bons et aimables? Voici, ce fut un
plaisir pour vous d'éloigner de ce monde misérable notre
mère bien-aimée de l'avoir, comme je l'espère, près de Si,
et à sa droite. Confessons que Dieu est bon et que sa
miséricorde est éternelle. Tous ses testaments sont justes;
tous ses décrets, équitables, sa bénédiction est toujours
sainte et ses décisions, très dignes d'amour."
Fils aimant,
il a vécu avec cette mort une douleur des plus vives mais
toujours vive ; il n'oserait pas manifester son
mécontentement ni même se lamenter parce que c'est Dieu
qui a porté ce coup. Après la mort de sa sœur, il écrit à
Sainte Jeanne de Chantal, très affligé à cette occasion :
"Besoin n'est pas seulement d'accepter que Dieu nous
blesse, mais aussi de se satisfaire de ce qu'il fait dans la
partie qui lui plaît. Il faut laisser le choix à Dieu, car il lui
appartient.... Jésus, mon Seigneur, sans réserve, sans
conditions, sans conditions, sans mais, sans exception,
sans limitation, que votre volonté soit faite pour le père,
la mère, la fille, en tout et pour tout. Et je ne dis pas qu'il
ne faut pas prier et désirer sa santé, mais dire à Dieu :
"Laissez ceci et prenez cela", ce n'est en aucun cas
pratique, ma fille, une telle langue.... Vous avez quatre
enfants, un beau-père, un frère bien-aimé, en plus d'un
père spirituel, tout cela est très cher et à juste titre, parce
que Dieu le veut. Bon ! Si Dieu vous enlevait tout cela,
n'auriez-vous pas assez pour posséder Dieu ? Ne pensez-
vous pas ? Même si nous n'avions rien en dehors de Dieu,
e serait-ce pas beaucoup ?"
D'une part, la mort n'est
qu'une brève séparation. Une fin heureuse après une vie
sainte et des retrouvailles éternelles près de Dieu n'est-
elle pas l'essentiel ? Et Dieu ne connaît-il pas mieux que
quiconque le temps et le chemin le plus favorable déjà
pour nous, déjà pour nous et pour les nôtres?
A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Ven 11 Jan 2019, 12:12 pm

''Que des larmes soient versées dans la mort d'un parent,
d'un ami -dit Saint Alphonse-, est une faiblesse
pardonnable, mais s'abandonner à toute la véhémence
de la douleur, est un manque de vertu, un manque de
l'amour de Dieu "
. Cela ne veut pas dire que les bonnes
sœurs ne ressentent pas la perte de leurs parents et de
certaines personnes particulièrement estimées, mais
elles pensent : c'est ce que Dieu veut, et elles s'en vont
résignées et calmement pour mendier ces âmes chères
multipliant prières et communions, afin de s'unir plus
étroitement à Dieu, et de se consoler dans l'espérance
de retrouver un jour tous réunis au ciel.

Saint Bernard a perdu un de ses frères. "J'ai résisté- Il
nous dit- : aux sentiments de mon cœur avec toute la
force de ma foi, me représentant que la mort est
l'hommage à la nature, la dette universelle, la nécessité
de notre condition, l'ordre du Tout-Puissant, la décision
du Juge juste, le fléau du Dieu terrible et finalement, la
bénédiction du Seigneur. J'ai pu m'imposer sur mes
larmes, mais pas sur ma douleur, qui plus je la
comprimais à l'intérieur, plus elle devenait violente ; et
je déclare que j'ai été vaincue. Vous savez combien ma
douleur est juste, quel fidèle compagnon était celui qui
m'a été enlevé, à quel point il était vigilant, travailleur,
doux et agréable. Qui m'aimait comme il l'a fait ? Qui
était si nécessaire pour moi ? J'étais faible dans mon
corps et il me portait et m'encourageait, paresseux et
négligent et il m'a excité, distrait et sans prévoyance et
il m'avertissait. Nous étions moins unis par les liens du
sang que par la parenté de l'esprit, l'harmonie des
sentiments et la conformité du caractère. Nos âmes
n'étaient qu'une, et un seul coup les blessa, envoyant
une moitié au ciel et laissant l'autre sur terre. Et mon
Gérard était tellement pour moi ! ... mon frère de sang,
mon fils de profession, mon père par sa pieuse
sollicitude, un autre par l'esprit, mon intime par
l'affection.   Il m'a quitté, et je sens le coup, blessé
comme je suis jusqu'au fond de mon âme. Je pleure,
mais je ne fais pas de demande reconventionnelle à la
main qui m'a blessé. Mes paroles sont pleines de
douleur, mais non de murmures, reconnaissant que la
même phrase a puni l'un et couronné l'autre, chacun
selon son mérite ; le doux et juste Seigneur a fait
miséricorde à Gérard son serviteur, et m'a fait sentir le
poids de sa justice. Seigneur, vous m'avez donné Gérard,
vous me l'avez enlevé. Je pleure parce qu'il m'a été
enlevé, mais je n'oublie pas que je l'ai reçue de Vous et
je Vous remercie pour avoir pu en jouir. Vous avez
réclamé votre acompte et pris ce qui vous appartenait.
"Mes larmes mettent fin à mon discours ; mettez fin,
Seigneur, à mes larmes."

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Sam 12 Jan 2019, 9:31 am

Article 3 - Richesse et pauvreté

"Heureux les pauvres d'esprit, car le royaume des cieux
est à eux."
Et Saint François de Sales d'ajouter :
"Misérables sont donc les riches d'esprit, car à eux
appartient la misère de l'enfer. Riche en esprit est celui
qui a la richesse dans son esprit ou son esprit dans la
richesse. Le pauvre d'esprit est celui qui n'a aucune
richesse dans son esprit, ni son esprit dans la richesse.
Les faucons font leur nid comme une boule, et ne
laissent qu'une petite ouverture au sommet ; ils les
construisent sur le rivage de la mer, et les rendent si
fermes et impénétrables que même en passant les
vagues sur eux, l'eau n'a jamais pu les pénétrer, mais
reste toujours surnageante dans la mer, sur la mer et
les propriétaires de la mer. Il doit en être ainsi,
Philothée , votre cœur, ouvert seulement au ciel,
impénétrable aux richesses et aux choses périmées ;
si vous les possédez, gardez votre cœur libre de toute
mauvaise volonté et de tout mal. Qu'il soit toujours
élevé, et au milieu des richesses, qu'il demeure sans
richesse et maître des richesses. Non, ne placez pas cet
esprit céleste dans les biens terrestres, qu'il les
surpasse, qu'il soit sur eux, et non en eux."
C'est
ainsi que l'on décrit la pauvreté affective, qui offre une
variété de degrés allant de la simple résignation à la
résignation dans la misère ou le détachement en
possession, même l'amour passionnel de Saint François
d'Assise, pour Sa Dame de la Pauvreté. Quand cette
pauvreté atteint une grande perfection, c'est la
béatitude louée par notre Seigneur. La pauvreté
affective est nécessaire pour la demander de manière
absolue pour la procurer avec assiduité dans la fortune
et dans la misère, pour être la fin que nous devons nous
proposer d'atteindre, puisque d'après  Saint Bernard,
"la pauvreté n'est pas réputée pour sa vertu, mais pour
l'amour de la pauvreté".
Les richesses, au contraire,
au même titre que la pauvreté affective, ils sont l'un
des principaux objets du Saint Abandon.

Sans un minimum de biens temporels, une famille ne
pourrait pas être préservée, s'occuper de ses bonnes
œuvres et pourvoir modérément à l'avenir. Si le temporel
se passe bien, l'esprit se trouvera moins accablé de soins,
plus libre de tout abandonner au spirituel. Comme Dieu
nous a constitués ses administrateurs et les dispensateurs
de ces biens, avec eux on peut faire un apostolat fécond,
car en soulageant les corps on a la possibilité de gagner
des âmes pour Dieu, en même temps qu'on ressent le
plaisir de rendre que de recevoir".
Saint François de
Sales a donc raison de dire en ce sens : "être riche de
fait et pauvre d'affection est la grande joie du , car c'est
ainsi que l'on obtient les conforts de la richesse pour ce
monde et le mérite de la pauvreté pour l'autre".

Mais, selon Saint Bonaventure, "l'abondance des biens
temporels est une sorte de ligue qui adhère à l'âme et
l'empêche de voler vers Dieu. Par conséquent, elle met
le religieux en danger de répandre plus qu'il n'est
convenable dans les choses de la terre, d'y attacher son
cœur, de sacrifier plus ou moins l'austérité de sa vie, de
partir à la recherche de conforts et donc de se réchauffer
à l'amour de Dieu. Le laïc l'expose à des tentations plus
redoutables, puisque l'argent est la clé d'une vie
mondaine et dissipée. Avec les richesses entrent
facilement dans l'estime de soi, le désir d'être honnête,
la fierté et l'ambition; en un mot, "puisque c'est le seul
moyen l'amour de la richesse est la racine de tous les
maux",
il sera difficile pour les riches d'entrer dans le
royaume des cieux, du moins si n'est riche que pour lui-
même et non selon Dieu, et avec plus de richesse. En un
mot., si chaque jour il célèbre les fêtes somptueuses,
tandis qu'a sa porte souffre la nécessité de Lazare.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Dim 13 Jan 2019, 12:23 pm

D'autre part, la misère, pesant sur l'esprit avec ses soucis et
ses préoccupations, ne laisse guère la liberté de
s'abandonner à Dieu seul, car elle expose les âmes encore
faibles au découragement, au murmure, à l'insubordination ;
et si elle est persistante et trop dure, elle rend pour ainsi
dire l'existence impossible.

Entre la fortune et la misère, il y a un degré intermédiaire,
que l'Apôtre considère comme une richesse : c'est la piété
avec ce qui est nécessaire pour vivre, ou avec cette
modération de l'esprit qui se contente de nourriture et de
vêtements. On raconta à Saint François de Sales la pauvreté
de son évêché : "Après tout, répondit-il, ayant
honnêtement de quoi se nourrir et s'habiller, ne devons-
nous pas nous contenter ?  Le reste n'est que travail, soin,
superflu.... Mes loyers sont suffisants pour mes besoins, et
tout ce qu'il y avait à ce sujet serait superflu. Ce n'est pas
pour eux, mais pour les serviteurs qui mangent
régulièrement les biens de l'évêché sans rien faire. Celui qui
a moins, de compte à rendre devra donner et moins de soin
à penser à qui il faut donner, puisque le Roi de gloire veut
être servi et honoré avec équité. Ceux qui jouissent de
revenus élevés dépensent parfois tellement qu'à la fin de
l'année, ils n'en ont pas gardé plus que moi, s'ils n'ont pas
été accablés par des dettes. Je fais en sorte que la principale
richesse consiste à ne rien devoir."
Et d'autre part, "mon
Archevêché vaut pour moi autant que l'Archevêché de
Tolède, car le paradis ou l'enfer vaut pour moi".


Le même Saint disait aussi : "Nous devons vivre dans ce
monde comme si nous avions notre esprit dans le ciel et
notre corps dans le tombeau. Qui n'aimera pas la pauvreté
bien-aimée de Notre-Seigneur et de celle qu'Il a faite la
compagne fidèle de toute Sa vie ? Pour apprendre à se
contenter de peu, il n'y a rien d'autre que de considérer ceux
qui sont plus pauvres que nous, parce que nous ne sommes
pas pauvres, mais relativement pauvres. Si nous nous
contentons de ce qui est nécessaire, nous serons rarement
pauvres, et si nous voulons tout ce que la passion exige, nous
ne serons jamais riches. Le secret pour s'enrichir en peu de
temps et à peu de frais, consiste à modérer nos désirs, à
imiter les sculpteurs qui font leurs œuvres par soustraction et
non les peintres, qui les font par addition."


Il est donc nécessaire de s'exercer dans le saint abandon, car
d'une part, pour éviter la misère et arriver à la fortune, le
travail, l'esprit d'ordre et d'économie, et la vertu elle-même,
ne suffiront pas.  Dieu continue à posséder ses biens, à les
donner ou à les refuser à sa guise. D'autre part, saurions-nous
sanctifier la misère ou faire bon usage des richesses ? Nous ne
savons pas ; Dieu seul pouvait le dire. Le mieux est donc de
nous mettre entre ses mains, en priant la prière du Sage :

"Seigneur, ne me donnez ni pauvreté extrême ni richesse ; ne
me donnez que ce qui est nécessaire pour vivre, de peur que,
dans ma plénitude, je ne m'expose à l'inconnu et ne dise :
Qui est le Seigneur ? ou la nécessité ne me pousse à commettre
des injustices.''


Que Dieu nous accorde la richesse, la médiane ou la misère, il y
aura toujours un mélange de Son bon plaisir et de Sa volonté
significative, et, par conséquent, nous devrons unir obéissance
et abandon.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Mer 16 Jan 2019, 10:17 am

S'Il nous a largement distribué ses biens, il nous faut garder
"le précepte de l'Apôtre aux riches de ce monde, c'est-à-
dire éviter l'arrogance dans nos pensées et mettre notre
confiance dans nos richesses incertaines, faire l'aumône
avec joie, goûter pour faire partager nos biens aux autres,
accumuler les trésors des œuvres saintes, et établir ainsi une
base solide pour le futur, pour atteindre la vie éternelle.''

En attendant, efforçons-nous, selon les conseils de Saint
François de Sales, "d'harmoniser dans notre affection la
richesse et la pauvreté, avec en même temps un grand soin
et un mépris des choses temporelles"
, un souci encore plus
grand que celui du monde pour leurs biens, car ils travaillent
seulement pour leurs intérêts et nous pour Dieu ; doux,
pacifique et paisible, comme la sensation du devoir dont ils
proviennent. "Dieu veut que nous le fassions pour son
amour."
Ajoutons à cela le mépris des richesses, "afin
d'empêcher que ce soin ne devienne cupidité"
; veillons à
ne pas désirer avec anxiété les biens que nous ne possédons
pas encore et à ne pas aimer ceux que nous possédons déjà,
au point de craindre de les perdre ; et s'il nous arrive de les
perdre, ne nous affligeons pas trop : "Car rien ne manifeste
autant l'affection pour la chose perdue que l'affliction quand
elle est perdue.''
"Quand il y a des inconvénients qui nous
appauvrissent peu ou beaucoup, comme dans les tempêtes,
les incendies, les inondations, les sécheresses, les vols, les
processus, alors c'est la véritable occasion de pratiquer la
pauvreté, en recevant avec douceur cette diminution des
biens et en nous adaptant patiemment et constamment à cette
appauvrissement. Peu importe la richesse d'une personne, il y
a souvent un besoin de quelque chose. Profitez, Philothée , de
ces occasions, acceptez-les avec un esprit viril, souffrez-les
avec joie."
"Si, alors, vous êtes privé de remèdes dans
vos maladies ou du feu pendant l'hiver, ou aussi de la
nourriture ou des vêtements, dites : Mon Dieu, vous me
suffisez, et gardez votre paix."


"Si vous êtes vraiment pauvres, bien-aimés Philothée, ayez soif
aussi bien que l'esprit, faites de la nécessité la vertu, et utilisez
cette pierre précieuse de la pauvreté pour ce qu'elle vaut. Sa
luminosité n'est pas découverte dans ce monde, bien qu'elle soit
si visible, si belle et si riche. Soyez patients, vous êtes en bonne
compagnie : Notre-Seigneur, Notre-Dame, les Apôtres, tant de
saints ont été pauvres, et pouvant être riches, ils ont méprisé être
pauvres ? Embrassez donc la pauvreté, comme le doux ami de
Jésus-Christ, car il est né, a vécu et est mort dans la pauvreté qui
a été la nourrice de toute sa vie."


La Vénérable Marie-Madeleine Postel, réduite à se réfugier dans
une étable avec sa petite communauté, débordait de joie et
disait : "Oui, mes filles, je suis heureuse, parce que maintenant
nous ressemblons davantage à Notre-Seigneur qui dans sa
Naissance ne fut reçu dans un palais royal, ni un palais
somptueux, mais dans la mangeoire de Bethléem. Et quelque
temps plus tard, elle ajoutait : "Je crains la richesse pour les
Communautés. Ne désirons que ce qui est strictement
nécessaire, et même cela, nous devons le gagner par le travail
de nos mains. Travaillez comme si vous aviez l'intention de
devenir riche ; mais désirez et demandez à rester toujours
pauvre. La pauvreté et l'humilité doivent être le fondement de
la Congrégation que Dieu m'a appelé à fonder, et le jour où
l'esprit de pauvreté sera perdu, celui-là périra."


Saint Joseph est un modèle admirable d'abandon à la Providence
dans le besoin. "Dieu veut qu'il soit toujours pauvre, ce qui est
l'une des épreuves les plus fortes qui puissent nous arriver. Il se
soumet avec amour et tout au long de sa vie. Sa pauvreté était
une pauvreté méprisée, abandonnée et nécessiteuse. La pauvreté
volontaire dont les religieux font profession est très aimable,
d'autant plus que cela ne les empêche pas de recevoir ce qui est
nécessaire, ce qui les privant seulement du superflu. Mais la
pauvreté de Saint Joseph, de Notre-Seigneur et de la Sainte
Vierge n’était pas d'une telle nature, car bien que volontaire, dans
le sens où ils l’aimaient avec affection, elle n’a pas cessé d’être
abject, abandonnée, méprisée. Tout le monde considérait ce grand
Saint comme un pauvre charpentier, qui ne pouvait certainement
pas travailler si dur qu'il ne lui manquait pas beaucoup de choses
nécessaires, même s'il s'efforçait, avec une affection sans pareil,
d'entretenir sa famille. Après cela, il se soumit humblement à la
volonté de Dieu, pour continuer dans sa pauvreté et son abjection,
sans se laisser vaincre d'aucune façon, et sans se laisser
décourager par le mécontentement intérieur, qui devait
sûrement être tenté de le déranger.''


Pour imiter ces grands exemples, "Ne pleurez donc pas votre
pauvreté, bien-aimée Philothée, car on ne se plaint que de ce qui
lui déplaît ; et si la pauvreté vous déplaît, vous n'êtes plus
pauvres en esprit, mais riches en affection. Ne soyez pas
consterné que vous ne receviez pas autant d'aide qu'il serait
convenable, parce que vouloir être pauvre et ne pas souffrir
d'inconfort, c'est vouloir l'honneur de la pauvreté et le réconfort
de la richesse.''

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Ven 18 Jan 2019, 5:22 pm

Artícle 4º.- Le lieu et les relations

 I. Le religieux est attaché à sa maison comme le fils au foyer
paternel, et tant que cette affection est soumise à
l'approbation divine, il n'y a rien de plus légitime et de plus
digne de respect. Le monastère est le jardin clos où Dieu nous
a placés à l'abri du monde, où Il daigne vivre avec nous dans la
plus belle intimité. Ce n'est pas encore le Paradis, ce n'est plus
L’Égypte, c'est la Terre promise, où coulent en abondance le
lait et le miel. Sous le même toit de Notre-Seigneur et à deux
pas de son Tabernacle, le religieux passe des heures aussi
douces que saintes à célébrer les augustes mystères, à chanter
les louanges de Dieu, à nourrir son âme du pain de la prière et
des lectures pieuses. C'est là que nous avons été initiés aux
observances monastiques, formés dans la vie intérieure et
exercés dans les luttes pour la sainteté. Grâce à la Règle et à la
fermeté de nos Supérieurs qui nous soutiennent, aux exemples
de la Communauté qui nous entraînent, il a été possible de
hâter le pas et d'avancer davantage sur le chemin. Ces lieux
bénis, arrosés si abondamment par les eaux de la grâce, ont été
les témoins heureux de nos plus belles joies, de nos combats et
de nos épreuves. C'est là que nous avons promis de vivre et de
mourir, c'est là que notre âme espère s'envoler vers le ciel,
tandis que le compagnon de ses travaux y descendra pour y
dormir près de nos ancêtres, attendant son glorieux réveil.
Cependant, cette adhésion légitime à notre monastère doit être
subordonnée à l'approbation divine, car Dieu sera toujours
l'arbitre suprême de nos destinées. Il peut se débarrasser de
nous par obéissance, libre de laisser travailler la malice des
persécuteurs.


Certes, nous devons faire tout ce qui dépend de nous pour
préserver la stabilité que nous avons promise, mais si Dieu veut
bien nous bannir de notre monastère bien-aimé, le Maître n'est-il
pas infiniment sage et infiniment bon ? N'est-ce pas la Divine
Providence que nous devrions regarder au-dessus des hommes
dans ce domaine comme dans tout le reste ? Et, par conséquent,
oserions-nous protester contre sa volonté souveraine, au lieu de
nous y soumettre avec une confiance aimante ? La terre est un
lieu de passage, et notre cité permanente est dans le ciel. Que nous
l'abordions de l'exil, de la patrie, peu importe, l'essentiel est d'y
arriver. Tant que Dieu nous a dans le monastère, le chemin du
Paradis sera là pour nous, et rien ne peut lui être comparé ;  Mais s
i la Providence nous envoie ailleurs, où qu'elle nous place, il y aura
désormais pour nous l'espérance du salut, car c'est l'obéissance
qui nous conduit au royaume des cieux. Il y a d'ailleurs quelque chose
d'infiniment préférable aux murs de notre couvent : c'est la vie
religieuse qui s'y observe ; et si, pour la préserver, il faut se résigner à
souffrir l'exil, béni soit Dieu qui, même à un prix si élevé, nous
conserve si inestimablement bien !
Serait-ce, après tout, un sacrifice
héroïque ? Sûrs d'avoir en exil les mêmes observances, la même
communauté, les mêmes supérieurs que dans le monastère, nous
serions certainement moins dignes de pitié que tant de religieux
incapables de se consacrer en terre si étrangère à leurs œuvres
habituelles, comme tant d'autres, surtout ceux qui ont été jetés dans
le monde, privés de vie religieuse. Pour nous, moines, formés
uniquement pour la vie cloîtrée, retourner au monde est le pire des
malheurs, et pour le conjurer, il faudrait faire le possible et même
l'impossible. Si l'obéissance doit disposer de nous, conformément aux
lois de notre Ordre, en nous envoyant dans une fondation, un refuge,
etc., le religieux fervent ne doit y voir que la volonté de Dieu et le bien
de son âme, et avec un cœur magnanime se donner au plaisir divin, et
non par un devoir de conscience, jusqu'à éviter des observations
respectueuses et filiale.

Dès que Dieu a parlé par la bouche d'un supérieur, il s'incline avec
confiance et sans retard, ne pensant qu'à se soumettre comme un vrai
fils d'obéissance, et à faire le meilleur usage possible de son sacrifice
pour son avancement spirituel.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Sam 19 Jan 2019, 9:19 am

II. Nous avons dans le cloître une société de choix,
choisie entre mille et dix mille personnes. Une
Communauté est une famille unie à Jésus-Christ,
dans laquelle chacun rivalise de mépris pour le
monde, d'attirance pour nos saintes lois, de zèle
pour plaire à Dieu et se sanctifier ; et chaque jour
nous expérimentons combien il est doux de vivre
ensemble comme frères. Nous ne saurons jamais
assez bénir le Seigneur pour nous avoir appelés à
la religion, ni payer notre Communauté pour tout
le bien qu'elle nous fait. Pourtant, même si nous
n'avions que des saints dans notre compagnie,
nous devons nous attendre à trouver parmi les
hommes quelques restes de faiblesse humaine ;  
au moins, il y aura une diversité de tempéraments
et de caractères, des divergences de sentiments et
de volontés, mille petites chicanes qui nous feront
souffrir, d'autant que la même considération avec
laquelle nous sommes habituellement traités, nous
rend plus sensibles à toute procédure moins
délicate.


Si donc nous devons endurer quoi que ce soit de la
part de ceux qui nous entourent, nous devons
d'abord nous persuader que c'est la volonté de Dieu.
C'est Lui, en effet, et non le hasard, qui nous a
appelés des quatre coins du monde et nous a
rassemblés dans une telle Communauté et sous de
tels Supérieurs, pour y vivre réunis en contact
perpétuel. Génie, curiosités, goûts, mille autres
choses ne s'harmonisent que par la vertu ; de
nombreux sacrifices devront être consentis les uns
envers les autres pour la paix. Dieu le savait et pour
cette raison même nous a rapprochés l'un de l'autre.
Dans le ciel, nous jouirons d'un repos parfait, de la
paix après la victoire. Ici-bas, c'est le temps du
l'un des meilleurs sera pour nous la vie commune
combat contre nous-mêmes, pour réparer nos fautes,
dominer nos fautes, augmenter nos vertus et nos
mérites. Les moyens pour y parvenir sont nombreux,
avec les renonciations qu'elle impose.


''Pour ne pas avoir pénétré dans ce grand principe, écrit
le Père de Caussade à l'un de ses directeurs, vous
n'avez jamais su vous soumettre à certains états et
événements, ni, donc, y demeurer fermes et tranquilles
dans la volonté de Dieu. Le démon vous a toujours tenté,
dérangé, bouleversé avec une centaine d'illusions et de
faux raisonnements à ce point. Essayez, car je vous
adjure, pour votre salut et votre repos, de vous délivrer
d'une telle perte d'esprit, et par le même acte vous
mettrez fin à tous vos mépris et à toutes les rébellions
de votre cœur.''


Les peines de la vie familiale et communautaire ne
constituent pas tant avec l'opposition de l'humour ou
du caractère un obstacle à notre progrès spirituel, que
des moyens providentiels et très précieux. Dans notre
manque de foi, d'humilité et d'abnégation, nous devons
chercher l'origine de notre malaise, auquel les difficultés
n'offrent que la possibilité de se manifester. C'est
pourquoi Dieu nous offre ces oppositions de caractère,
ces épreuves crucifiantes et sans cesse renouvelées.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Dim 20 Jan 2019, 10:06 am

Excellente pénitence pour les fautes passées ! Parce
que "la charité couvre la multitude des péchés", et
Dieu nous traitera comme nous aurions traité nos
semblables. Pardonnons, et Il nous pardonnera ;
oublions les griefs de nos frères et Il oubliera les
nôtres ; faisons preuve de tolérance pour notre
prochain, de patience, de miséricorde, de douceur,
et Lui, fidèle à sa parole, fera de même avec nous.
C'est toujours coûteux de souffrir ainsi, mais quelle
certitude, quelle consolation de pouvoir dire qu'à ce
prix-là on a le droit de compter sur la miséricorde
divine !


Excellent exercice de mortification ! Sans lui,
combien de vertus nous manquerions. Si nous
voulons acquérir la tolérance mutuelle, la patience et
l'abnégation, les gens ne sont-ils pas nécessaires
pour nous contrarier et pour savoir le faire à temps et
hors du temps, et pour ainsi dire, sans pitié ? Nous
croirions bien nous connaître et nous aurions peut-être
d'étranges illusions si l'un ou l'autre ne venait pas au
bon moment pour nous dire beaucoup de vérités sans
contemplation, tant d'humiliations sont nécessaires !


Saurions-nous choisir les bonnes humiliations, celles
dont nous avons besoin et non celles qui nous plaisent,
aurions-nous la fermeté de nous y soumettre avec
persévérance, comme un malade se soumet à son régime
austère ? Au lieu de nous révolter, bénissons Dieu qui a
eu la sagesse et la bonté de mettre telle ou telle
personne à nos côtés ; il est celui dont nous avions le
plus besoin. Une sainte fondatrice dit à ses filles :
"Chacune a sa propre façon d'être, ses propres
imperfections, ses propres raretés. S'il n'y avait pas
de personnages assez difficiles dans la Communauté, nous
devrions les acheter pour nous aider à gagner le ciel."

C'est à nous de profiter de ces grâces pour mourir à nous
-mêmes !

De plus, ces revers sans cesse renouvelés "vous offriront
chaque jour de nombreuses occasions de pratiquer les
vertus les plus rares et les plus solides : charité, patience,
douceur, humilité de cœur, bienveillance, renoncement à
vos inclinations, etc. et ces petites vertus de chaque jour,
fidèlement pratiquées, formeront pour vous une riche
moisson de grâces et de mérites pour toujours. C'est par
elles, mieux que par toutes les autres pratiques et autres
moyens, que vous pourrez obtenir le grand don de la
prière intérieure, de la paix du cœur, du recueillement, de
la présence continue de Dieu et de son amour pur et
parfait. Cette croix unique portée avec patience attirera
pour vous des grâces infinies, et vous servira plus
efficacement que les épreuves apparemment plus
douloureuses, pour vous détacher parfaitement de vous-
mêmes et vous unir pleinement à Dieu''
. C'est ainsi que
s'exprime P. de Caussade, puis il dit :

"Loin de vous plaindre, je ne peux que vous féliciter
d'avoir enfin eu l'occasion de pratiquer une véritable
charité. L'antipathie que vous éprouvez à l'égard de la
personne avec laquelle vous êtes en relation continue,
l'opposition de vos idées et de vos regards, les frictions
qu'elle vous cause par ses manières ou son langage, sont
autant de signes infaillibles que la charité que vous utilisez
avec elle sera purement surnaturelle sans aucun mélange
de sentiments humains. L'or pur est ce que vous
recueillerez, et c'est à vous seul de former un immense
trésor. Remerciez donc Notre Seigneur, et afin de ne rien
perdre des avantages inestimables de votre position
actuelle, suivez exactement les règles que je vais vous
tracer."

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Mar 22 Jan 2019, 10:29 am

"1ª  Endurez paisiblement les rébellions involontaires qui
vous font vivre les procédures de cette personne, de la
même manière que vous endureriez un accès de fièvre
ou de maux de tête. Votre antipathie est en effet une
fièvre intérieure avec ses frissons et ses hauts et ses
bas, comme tout cela est crucifiant, humiliant et
douloureux, et donc méritoire et sanctifiant !


"2ª Ne parlez jamais de cette personne, comme peut-
être d'autres le font ; mais parlez toujours de lui
d'une bonne manière, parce qu'il a quelque chose de
bon. Et qui n'a pas de problème ? Qui est parfait dans
ce monde ? Il se peut que sans vouloir ou y penser,
vous le prouviez plus que Dieu ne vous le prouve par
lui ! Dieu polit parfois un diamant avec un autre
diamant, dit Fenelon.


"3ª Quand vous commettez des fautes, levez-vous
sans tarder, en vous humiliant avec douceur, sans
rancune volontaire contre elle ou contre vous, sans
trouble ni colère et sans agitation. Nos fautes ainsi
réparées deviennent profitables et avantageuses pour
nous, et par ces misères et fautes quotidiennes,
c'est comme Dieu nous éclipse continuellement et
nous garde dans la vraie humilité du cœur.


"4ª Ne vous mêlez de rien, mais dans la mesure où
votre devoir vous y oblige ; quand il est accompli,
ne vous souciez de rien ; n'y pensez même pas,
sauf en présence de Dieu. Abandonnons tout à la
Providence, car la seule chose importante est que
nous soyons tous de Dieu et que nous obtenions
le salut. »


Dans les essais de ce genre, Sainte Jeanne de
Chantal est un modèle parfait. Veuve à l'âge de
vingt-huit ans, elle a reçu de son beau-père
l'ordre de vivre en sa compagnie avec ses
quatre enfants. Sans difficulté, il pouvait
entrevoir l'amertume de la coupe qu'il devait boire,
car il connaissait le caractère du vieux baron, les
désordres de sa maison, et les plus grands encore
de sa conduite. Ce vieil homme sombre, devant
qui tout devait s'incliner, était tombé sous la
dépendance d'une servante qui commandait
comme maîtresse dans le château, gaspillait
des biens et faisait murmurer tout le monde.
Pendant plus de sept ans, la sainte sera traitée
comme une étrangère qui est admise dans la
maison domestique, mais qui n'est ni consultée
ni autorisée à faire des observations. Il sera, pour
ainsi dire, sous l'attelle d'un inférieur insolent, qui
ne manquera même pas d'insultes. Elle a dû vivre
l'amertume de voir les enfants de la servante
préférer aux siens. Elle fut saisie d'indignation, elle
remua tout son sang, surtout au début. Mais elle
étouffa ces cris de la nature et, à chaque insolence,
elle ne s'opposa qu'à un cœur doux et à un visage
bienveillant, jusqu'à l'héroïsme de prendre soin
des enfants du serviteur comme si c'était les siens,
et de les rendre de ses propres mains les plus
humbles services ; et quel était le secret de sa
victoire ? Seulement engagée dans son important
travail, la conversion de son beau-père et de
l'indigne servante, elle avait l'intention de vaincre
l'un et l'autre par la force de la douceur ; elle ne
parle ni situation ni sacrifice que le effrayés dans
l'espoir de les amener à Dieu. Elle a profité de
toutes les circonstances pour leur faire du bien et
aucune violence, aucune humiliation, n'a jamais
pu diminuer leur respect ou décourager leur
patience. "A ce motif si élevé qu'elle l'a soutenue
pendant sept ans dans cette vie héroïque, est
venu se joindre à un autre qui ne lui a pas moins
apporté de soutien. Elle était naturellement un
peu hautaine ; elle avait hérité du sang de son père,
je ne sais pas quel fier et dominant elle voulait
noyer en transe. L'occasion lui a semblé excellente
pour devenir humble par humiliation, et elle y est
parvenu plus que l'on ne peut le dire. Dans cette
école impolie, meilleure que dans le noviciat le plus
sévère, Dieu lui fit acquérir cette rare humilité et
cette obéissance parfaite qui en firent très vite, sous
la direction de Saint François de Sales, l'instrument
de ces grandes œuvres".


Que Dieu accorde que nous répondions aussi aux
grâces de ce genre avec le même esprit de foi et de
égale générosité!

A  SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Jeu 24 Jan 2019, 7:07 am

4. L'ABANDON AUX BIENS NATURELS DU CORPS ET DE L'ESPRIT

Article 1º. - Santé et maladie


Vous pouvez faire bon usage de votre santé et de votre
maladie, et les deux peuvent être maltraités.

La santé est suffisamment recommandée par elle-même,
sans qu'il soit nécessaire d'affirmer qu'elle favorise la
prière, la lecture pieuse, l'occupation ininterrompue avec
Dieu, ce qui facilite le travail manuel et intellectuel, ce
qui rend l'accomplissement de nos tâches quotidiennes
moins douloureux. C'est un avantage précieux du ciel qui
ne sera jamais ignorer m qu'après l'avoir perdu. Tant
qu'on le possède, on ne pensera pas toujours à remercier
Dieu qui nous l'accorde ; peut-être éprouvera-t-on plus de
difficulté à soumettre le corps à l'esprit, à ne pas trop
répandre dans les soucis de la vie présente, à vivre
seulement pour l'éternité qui ne semble pas proche.

"La maladie aussi bien que la santé est un don de Dieu. Il
nous l'envoie pour prouver notre vertu ou pour nous
corriger de nos défauts, pour nous montrer notre
faiblesse ou pour nous désillusionner sur notre propre
jugement, pour nous détacher de l'amour des choses de
la terre et des plaisirs sensuels, pour atténuer l'ardeur
impétueuse et diminuer les forces de la chair, notre pire
ennemi ; pour nous rappeler que nous sommes ici-bas
dans un endroit d'exil. Bien sanctifié, en effet, est "l'un
des temps les plus précieux de la vie, et souvent, dans un
jour de maladie endurée qui nous convient, nous
avancerons plus en vertu, nous paierons plus de dettes à
la justice divine pour nos péchés passés, nous chérirons
plus, nous nous rendrons plus agréables à Dieu, nous lui
procurerons plus de gloire que dans une semaine ou un
mois de santé. Mais si le temps de la maladie est un temps
précieux pour notre salut, il y en a très peu qui l'utilisent
utilement, ceux qui font que leurs maladies produisent la
valeur qu'ils méritent. Pour ma part, dit Saint Alphonse,
j'appelle le temps de la maladie la pierre de touche des
esprits, car c'est là que l'on découvre ce que vaut la vertu
de l'âme. Si elle supporte cette épreuve sans agitation, sans
désirs, obéissant aux médecins et à ses supérieurs, si elle
reste calme, résignée dans la volonté de Dieu, c'est un
signe qu'il y a en elle une grande richesse de vertu. Mais
que penser d'un malade qui se plaint du peu de soins qu'il
reçoit des autres, des souffrances qu'il trouve
insupportables, de l'inefficacité des remèdes, de
l'ignorance du médecin et qui parfois murmure même
contre Dieu lui-même, comme s'il le traitait trop durement ?''


Serons-nous du nombre des sages, qui n'abondent pas, qui
ne se soucient ni de la santé ni de la maladie, et qui savent
tirer le meilleur parti des deux ? Ou ne ferons-nous pas de la
santé une pierre d'achoppement et de la maladie une cause
de ruine ? Nous ne pouvons être sûrs de rien, car Dieu seul
le sait. Pour l'instant, il n'y a rien de mieux que de s'établir
dans une sainte indifférence et de se donner à la
bénédiction de Dieu, quelque qu'elle puisse être. C'est la
condition nécessaire pour que nous soyons toujours prêts à
recevoir avec amour et confiance ce que la Providence nous
enverrait, la plénitude de la force, la faiblesse, la maladie ou
les infirmités.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Sam 26 Jan 2019, 8:06 am

Mais l'abandon n'enlève que l'inquiétude ; il ne dispense en
rien des lois de la prudence, ni n'exclut même un désir modéré.
Notre santé peut être plus ou moins nécessaire à ceux qui
nous entourent, nous en avons besoin pour accomplir nos
devoirs. ''Ce n'est donc pas un péché mais une vertu, dit
Saint Alphonse, d'en prendre raisonnablement soin, orientée
vers le meilleur service de Dieu".
Il y a ici deux pièges à
craindre : les nombreuses et les rares précautions à prendre.
Nous n'avons pas le droit de compromettre inutilement notre
santé en raison d'excès ou d'insouciance coupable. Mais, au
contraire, ajoute Saint Alphonse, "il y aura péché à en
prendre trop soin, d'autant plus que sous l'influence de
l'amour-propre on passe facilement de ce qui est nécessaire
à ce qui est superflu".
Cette deuxième pierre d'achoppement
est beaucoup plus à craindre que la première, de sorte que
Saint Bernard est énergique contre les disciples trop zélés
d'Épicure et Hippocrate :

Épicure ne pense qu'à la volupté ; Hippocrate, à la santé ;
mon Maître me prêche le mépris de l'un et de l'autre et
m'enseigne à perdre, si nécessaire, la vie du corps pour
sauver celle de l'âme, et avec cette parole condamne la
prudence de la chair qui se laisse conduire à la volupté, ou
qui cherche la santé plus que nécessaire.

Sainte Thérèse sympathise gentiment avec les gens
inquiets de l'excès de leur santé, qu'ils ne puissent pas
fréquenter la chorale sans risquer d'être plus malades, ils
arrêtent de le faire "un jour parce que leur tête leur fait mal,
un autre parce que ça leur fait mal, et deux ou trois autres
jours par peur que ça ne leur fasse mal".
La sainte elle-
même n'a pas toujours évité cette pierre d'achoppement,
comme elle le déclare dans sa vie : "Nous ne serons pas tués
par ces corps noirs que l'on veut si volontiers emporter pour
déconcerter l'âme ; et le démon aide beaucoup à les rendre
inaptes. Quand il voit un peu de peur, il ne veut pas nous
faire comprendre que tout doit nous tuer et nous priver de
notre santé ; même en larmes, il nous fait craindre d'être
aveugles. J'ai vécu cela et je le sais ; et je ne sais pas quelle
meilleure vue ou santé nous pouvons désirer que de la
perdre pour une telle cause. Depuis que je suis si malade,
jusqu'à ce que j'ai décidé d'ignorer le corps et la santé, j'ai
toujours été attaché sans rien valoir ; et maintenant j'ai très
peu. Mais comme il voulait que je comprenne ce stratagème
du diable, et comme il m'a mis devant la perte de ma santé,
j'ai dit : "Il n'arrivera pas que je meure...". Oui ! Le reste ! ...
Je n'ai pas besoin de repos, mais d'une croix." Donc d'autres
choses. J'ai vu clairement que chez beaucoup de gens, bien
que je sois en fait très malade, c'était la tentation du démon
ou ma paresse, qu'après qu'on ne me regarde plus et qu'on
me donne beaucoup plus de santé".


Bien persuadés que la sainteté est la fin et la santé un moyen
accessoire, opposons-nous à tous les artifices de l'ennemi la
réponse courageuse de Gemma Galgani : "D'abord l'âme,
puis le corps"
; et n'oublions pas cet avertissement important
de Saint Alphonse : "Craignez que, prenant à cœur le soin
de votre santé physique, vous mettez votre santé de l'âme ou
au moins le fruit de votre sanctification en danger. Pensez
que si les saints avaient pris autant soin de leur santé que
vous, ils n'auraient jamais été sanctifiés."


Quand la maladie, la faiblesse, les infirmités nous visitent,
serons-nous autorisés à exhaler des plaintes résignées, à
formuler des désirs modérés et à présenter des supplications
soumises ? Je n'en doute pas.

Saint François de Sales consent à ce que son bien-aimé
Téotimus répète toutes les lamentations de Job et de Jérémie,
à condition que le plus élevé de l'esprit soit conforme au plaisir
divin. Mais il se moque bien de ceux qui ne cessent de se
plaindre, qui ne trouvent pas assez de personnes à qui
s'adresser souvent pour faire part de leurs souffrances, dont le
mal est toujours incomparable, alors que celui des autres n'est
rien. On ne l'a jamais vu se plaindre personnellement : il a
simplement dit son mal sans le bombarder de lamentations
excessives, sans le diminuer par la tromperie. Le premier lui
paraissait lâche, le second plié.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Dim 27 Jan 2019, 1:37 pm

"Je ne vous interdis pas, dit saint Alphonse, de découvrir
vos souffrances quand elles sont graves. Mais mettez-
vous à gémir pour un petit mal et voulez que tout le
monde vienne se plaindre autour de vous, je l'ai pour
faiblesse .... Quand les maux nous affligent avec
véhémence, il n'est pas nécessaire de demander à Dieu
de nous en libérer. Il est plus parfait de ne pas se
plaindre de la douleur que vous avez, et la meilleure
chose n'est pas de demander la santé ou la maladie,
mais de nous abandonner à la volonté de Dieu, afin
qu'Il puisse disposer de nous comme Il veut. Si,
cependant, nous avons besoin de demander notre
guérison, ce devrait être au moins avec résignation et
à condition que la santé du corps soit en accord avec
celle de l'âme ; autrement, notre prière serait
défectueuse et sans effet, puisque le Seigneur n'entend
pas les prières qui ne sont pas faites avec résignation.''


"Il me semble, dit Sainte Thérèse, que c'est une grande
imperfection de se plaindre sans cesse de petits maux. Je
ne parle pas des maux importants, comme une fièvre
violente, peu importe combien je veux qu'ils soient
endurés avec patience et modération, mais je fais
référence à ces légers malaises qui peuvent être subis sans
déranger personne. Quant aux grands maux eux-mêmes,
ils s'apitoient sur eux-mêmes et ne peuvent se cacher
longtemps. Cependant, lorsqu'il s'agit de maladies réelles,
elles devraient être déclarées et souffrir qu'elles sont pour
nous aider avec tout ce qui est nécessaire."


En un mot, les médecins et les saints admettent des
plaintes modérées et des prières soumises ; ils ne font que
condamner l'excès et le manque de soumission. Mais ils
préfèrent se pencher, comme Saint François de Sales, "là où
il y a les signes les plus sûrs du plaisir divin", et dire avec Saint
Alphonse : "Seigneur, je ne veux ni guérir ni être malade, je
veux seulement ce que vous voulez".
Saint François de Sales
permet à ses filles de demander au Seigneur la guérison de
celui qui peut nous l'accorder, mais à cette condition : si telle
est sa volonté. Mais personnellement, il n'a jamais prié pour
être délivré de la maladie ; c'était trop de grâce pour lui, dit-il ;
 de souffrir dans son corps pour que, comme il ne faisait pas
beaucoup de pénitence volontaire, il fasse même quelque
chose de nécessaire
. Lisez aussi sur l'office de Saint Camille
de Lelis, qui, ayant cinq longues et douloureuses maladies, les
appelait "les miséricordes du Seigneur", et prenait grand soin
de demander à être délivré d'elles.

Loin de nous l'idée de condamner celui qui prie pour obtenir la
guérison ou le soulagement de ses maux, à condition qu'il le
fasse avec soumission. Notre-Seigneur a guéri les malades qui
étaient entassés autour de lui ; et il récompense souvent par
des miracles ceux qui affluent à Lourdes. Sans aucun doute, il y
a en elle une magnifique démonstration de foi et de glorieuse
confiance en Dieu, impressionnante pour le peuple chrétien.
 Mais voici un autre malade, détaché de lui-même, si uni à la
volonté divine et si prêt à faire tout ce que Dieu veut lui
envoyer, qui se limite à manifester à son Père céleste sa
performance et sa confiance, et quelle que soit la volonté
divine, il l'embrasse avec magnanimité et se contente de faire
son devoir d'une manière sainte. Cette personne malade
généreuse ne montre-t-elle pas autant que les autres, et plus
encore, sa foi, sa confiance, son amour, sa soumission et son
humble abnégation ? Chacun peut penser et avoir ses
préférences et suivre son attractivité, mais quant à nous,
aucune opinion ne nous plaît autant que celle de Saint François
de Sales et de Saint Alphonse.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Mar 29 Jan 2019, 4:28 pm

''Quand un mal vous est offert, dit le pieux évêque
de Genève, opposez-vous aux remèdes qui étaient
possibles et selon Dieu (que les religieux qui vivent
sous un supérieur reçoivent le traitement qui leur
est offert, avec simplicité et soumission) : car agir
autrement serait tenter la divine Majesté. Mais
aussi, après avoir fait cela, attendez avec une
résignation totale l'effet que Dieu veut accorder.
S'il est content que les remèdes surmontent le mal,
vous le remercierez humblement, et s'il lui plaît que
le mal surmonte les remèdes, bénissez-le avec
patience. Car il faut accepter non seulement d'être
malade, mais aussi d'être du genre de maladie que
Dieu veut, de ne faire aucun choix ou de repousser
aucun mal ou toute affliction qui peut être, par aussi
abject ou déshonorant que cela puisse paraître ;
pour le mal et l'affliction sans abjection, ils gonflent
souvent le cœur au lieu de l'humilier. Mais quand on
souffre un mal sans honneur, ou le déshonneur lui-
même, la dévalorisation et l'abjection sont notre mal,
quelles occasions d'exercer la patience, l'humilité, la
modestie, et la douceur de l'esprit et du cœur !''

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus "avait pour principe
qu'il faut épuiser toutes les forces avant de se
plaindre, combien de fois est-elle allée à des matines
avec des vertiges ou des maux de tête violents ! Je
peux encore marcher, disait-on, donc je dois
accomplir mon devoir, et grâce à cette énergie, j'ai
simplement accompli des actes héroïques. Il est bon
de faire connaître nos maladies aux Supérieurs, mais,
inspirés par une si belle générosité, nous
continuerons à remplir fidèlement dans la maladie les
obligations qui ne demandent que de la bonne
volonté, et dans la mesure du possible, celles qui
exigent la santé. Et pour sanctifier nos maux, nous
suivrons cet avertissement prudent de saint François
de Sales : "Obéissez, prenez les médicaments, la
nourriture et autres remèdes pour l'amour de Dieu,
en nous rappelant le fiel qu'Il a pris pour notre amour.
Désir de guérir pour Le servir, ne refusez pas d'être
malade pour Lui obéir, soyez prêts à mourir, si cela lui
plaît, pour Le louer et Le jouir. Et considérez que
toutes nos souffrances, ni en qualité ni en quantité, ne
sont en aucune façon comparables à ses souffrances,
et que vous ne pourrez jamais rien souffrir pour lui, au
prix qu'il a subi pour vous.''


C'est ce qu'a fait la vénérable Marie-Madeleine Postel.
Un asthme violent, depuis au moins trente ans, l'avait
rejointe comme compagne inséparable, et elle l'avait
accueillie comme une amie et une bienfaitrice. Elle était
parfois pâle, si étouffée qu'elle semblait sur le point de
mourir. Merci, mon Dieu, dit-elle, que votre volonté soit
faite. Plus, Seigneur, plus ! "Un jour, alors qu'on la
plaignait, elle s'exclama : "Oh, ce n'est rien. Le Sauveur
a beaucoup plus souffert pour nous."
Elle commence
alors à chanter comme si elle était une jeune fille de
quinze ans. "Quand te reverrai-je, ô belle patrie?''

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Jeu 31 Jan 2019, 10:11 am

Article 2º - Les conséquences de la maladie

La prolongation de la maladie, l'incapacité à beaucoup de
choses qui l'accompagnent ou le suivent, aggravent non
sans peine les inconvénients que cela cause : et tout
cela doit faire l'objet d'un abandon filiale et confiant.

Être "le Très Haut qui a créé les docteurs et les
remèdes",
c'est dans l'ordre de la Providence qu'il faut
y avoir recours en cas de nécessité ; les laïcs avec
modération prudente, et les religieux selon l'obéissance.
Mais Dieu a dans sa main souveraine le mal, le remède et
le médecin. "Ce ne sont pas les herbes et les
cataplasmes, c'est votre parole, Seigneur, qui guérit tout"

Dieu a guéri en un autre temps, il guérira maintenant si
cela lui plaît, sans la moindre aide humaine, comme quand
Notre-Seigneur est ressuscité avec un mot.  Par exemple,
quand Élisée envoya Naaman se baigner sept fois dans le
Jourdain, ou Jésus imposa les mains aux malades, ou les
oignit avec un peu de salive. Il a guéri à un autre moment,
et il guérit même si cela lui plaît, par des moyens
apparemment contraires, comme lorsque Jésus frotta les
yeux de l'aveugle de naissance avec de la boue. Et malgré
la science des médecins, malgré l'abnégation des malades,
malgré l'énergie des remèdes, que celui qui veut empirer,
et tout finisse par mourir, donc le plus célèbre sage comme
le dernier des vivants. Dieu est donc le Maître absolu de la
nature, de la santé et de la maladie. Il faut croire en Lui et
il ne convient pas d'avoir comme lui une confiance exagérée
dans les moyens humains, car Il leur accorde ou nie le
résultat comme Il veut. Si donc, malgré les médecins et les
médicaments, la maladie se prolonge et les maladies
subsistent, il faut adorer avec une soumission filiale et
humble la très sainte volonté de Dieu. Le Seigneur n'a pas
permis au médecin d'avoir raison ou le remède pour travailler,
peut-être a-t-il même permis que les soins aggravent le mal
au lieu de le guérir. Il ne fait rien de tout cela si ce n'est avec
un dessein paternel et pour le bien de notre âme ; c'est à nous
d'en profiter.

Le premier test est donc le prolongement du mal. Loin de nous
sont les plaintes, le découragement, le murmure et l'idée de
blâmer ceux qui prennent soin de nous. Ils se sont sûrement
acquittés de leur devoir en faisant preuve d'un grand abnégation
et nous leur devons beaucoup de reconnaissance. S'ils ont
mérité une réprimande, Dieu les tiendra responsables de leur
faute ; mais Il a voulu les utiliser pour nous garder sur la croix,
et il en sera ainsi il est nécessaire de voir en cela même un plan
de la divine Providence. Erreur ou habileté, négligence ou
abnégation, il n'y a rien qu'Elle n'ait pas clairement prévu, rien
qu'Elle n'ait choisi, et avec certitude, rien qu'Elle ne sache utiliser
pour nous conduire à ses fins. C'est pourquoi, ne voyons que
Dieu, croyons en son amour et bénissons l'épreuve comme un
don de sa main paternelle ; je vous plains, non pour vos
souffrances, mais pour votre petite patience ; vous êtes en effet
doublement malades, en esprit et en corps. Vous êtes oubliés,
mais c'est vous qui oubliez la mort de Jésus-Christ sur la croix,
abandonné de tous par amour, pourquoi vous plaindre de ceci ou
de cela, alors que vous devriez vous plaindre de vous-mêmes
d'avoir si peu d'amour pour Jésus-Christ, et donc de faire preuve
de si peu de confiance et de patience ?" Saint Joseph Calasanz a
dit : "Pratiquez seulement la patience dans la maladie, et les
plaintes disparaîtront de la terre."
Et Salvino : "Beaucoup de gens
n'atteindraient jamais la sainteté s'ils étaient en bonne santé." En
fait, pour ne parler que des femmes qui ont été sanctifiées, lisez
leur vie, et vous verrez toutes, ou presque toutes, sujettes à mille
maladies. Pendant quarante ans, Sainte Thérèse n'a pas passé un
seul jour sans souffrir. Ainsi, le dénommé Salvino ajoute : "Les
personnes consacrées à l'amour de Jésus-Christ sont et veulent
être malades."

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Sam 02 Fév 2019, 8:07 am

Les multiples impuissances dues à la maladie sont une
autre preuve très crucifiante. Avec plus ou moins de
fréquence et d'extension, on ne peut, comme en
temps de santé, observer toute la Règle, assister au
chœur, recevoir la communion, prier, faire pénitence,
être assidu au travail, à l'étude, à tous les devoirs de
sa charge ; et quand le mal est tenace, ces
impuissances peuvent durer longtemps. Saint Alphonse
répond à cela en disant : "Dites-moi, âme fidèle,
pourquoi voulez-vous faire ces choses, n'est-ce pas pour
plaire à Dieu ? Que cherchez-vous, alors, quand vous
connaissez avec la certitude que la bénédiction de Dieu
n'est pas que vous fassiez (comme dans un autre temps)
prières, communions, pénitences, études, prédications
ou autres œuvres, mais que vous supportez avec
patience cette maladie et ces douleurs qu'Il vous
envoie ?"
''Mon ami, écrivit Saint Jean d'Avila à un prêtre
malade, n'examinez pas ce que vous feriez si vous étiez
en bonne santé, mais contentez-vous d'être une bonne
personne malade tout le temps que Dieu veut. Si c'est Sa
volonté que vous cherchez vraiment, qu'est-ce que ça
peut vous faire que vous soyez malade ou en bonne
santé ?"
Il incombe à Dieu de nous appliquer, selon son
bon plaisir, à des œuvres de santé ou de maladie. C'est à
nous de voir en toute sa sainte volonté, de l'aimer, de
l'adorer car elle est toujours la seule règle suprême.
Faisons donc dans la santé les oeuvres de la santé, dans
la maladie, celles de la maladie telles que déterminées
par nos observances. Dieu nous le demande et ne veut
rien d'autre, pourquoi être dérangé en agissant de la
sorte ? L'agitation montrerait que nous n'avons pas
compris notre devoir, ou que nous nous laissons prendre
par les artifices du diable.

Mais, direz-vous, le mal, en se prolongeant, m'empêche
d'accomplir les devoirs de ma charge, et que va-t-il se
passer ? N'a-t-il pas le droit de disposer de nous en cela
comme en toutes choses ? Tant que vos supérieurs,
dûment avertis, jugeront bon de vous garder au travail,
de le remplir du mieux que vous le pouvez et de le
conserver dans la paix. De votre côté, tout se passe bien,
tant que vous faites la volonté de Dieu, qui a mille
moyens de pourvoir à ce que vous faites si cela lui plaît
tant. Il choisit les ouvriers selon ce qu'il comprend qu'il
doit faire, il leur donne les moyens qu'il veut, il laisse
Saint Paul se consumer dans les profondeurs d'une
prison pendant deux ans, à un moment où l'Église
naissante avait plus besoin de l'Apôtre.

Au moins, dira certains, si je pouvais prier comme avant,
ça me réconforterait dans mon impuissance. Mais, de
répondre Saint Alphonse de Liguori, "Il n'y a pas de
meilleur moyen de servir Dieu qu'en embrassant
joyeusement sa sainte volonté. Qu'est-ce qui glorifie le
Seigneur, ce ne sont pas nos œuvres, mais notre
résignation et la conformité de notre volonté avec son
bon plaisir."
 C'est pourquoi Saint François de Sales
disait qu'on donne plus de gloire à Dieu en une heure de
souffrance avec une soumission filiale qui en plusieurs
jours du travail avec moins d'amour. Se plaignant pour lui
d'un patient ne pouvant pas se soumettre à la prière qui
serait ses délices et sa force, il dit "Ne soyez pas triste, car
recevoir les coups de la Providence n'est pas moins bon
que de méditer ; mieux vaut être sur la croix avec le
Sauveur que de le regarder seul."
Pour le reste, une âme
généreuse persévère fidèle à ses pratiques quotidiennes
le plus tôt possible ; et pour accomplir sa tâche habituelle,
il lui suffit de bien distribuer le temps, de simplifier sa
prière et de l'adapter à son état actuel : ''Pour une âme qui
aime, dit Sainte Thérèse, la vraie prière pendant la maladie
consiste à offrir à Dieu ce qu'il souffre, à se souvenir de lui,
à se conformer à sa très sainte volonté et à se donner à
Dieu dans un millier d'actes de ce genre qui sont présentés ;
ils ne sont pas requis de grands efforts pour entrer dans ce
traitement intime."
Et Saint Alphonse ajoute : "Ne disons
pas à Dieu, mais ce mot : Fiat voluntas tua ; répétons-le du
fond du cœur, cent fois des milliers de fois, toujours. Nous
remercierons Dieu davantage par ce seul mot qu'avec
toutes les mortifications et les dévotions possible."

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Dim 03 Fév 2019, 12:47 pm

Enfin, vous direz que l'inconfort, les maladies, vous
rendent inutile, que vous êtes un fardeau pour la
Communauté, que vous la scandalisez en ne
respectant pas les observances. Il est certain qu'un
malade sacrifie autant qu'il le peut ; il évite
d'encourir trop de dépenses, de réclamer des soins
superflus, de paraître exigeant, difficile à servir ; il
sait payer les soins qu'il reçoit avec gratitude et
docilité. C'est Notre-Seigneur qui est honoré en Sa
personne, et Il s'efforce d'être comme Lui. Soucieux
d'avancer toujours et de ne pas perdre le bénéfice
de tant de croix, il est constamment présent pour
Dieu et son éternité ; il observe généreusement ce
qu'il peut de sa Règle, compensant ce qui lui est
impossible par l'abnégation, l'humilité et le Saint
Abandon. Sans y penser, cet homme malade édifie,
il est une bénédiction pour tous ceux qui l'entourent.
Mais en fin de compte, c'est la volonté divine et non
la sienne qui porte sur ses épaules la croix d'un mal
passager ou d'une maladie prolongée. De ce nombre,
c'est lui qui porte la partie la plus lourde, laissant
quelque chose à l'infirmière également, le supérieur
hiérarchique et la Communauté. Et Dieu n'a-t-il pas
le droit de nous utiliser comme n'importe qui d'autre
pour demander un sacrifice à nos frères et leur
imposer un devoir ? Ceux qui prennent soin de nous
sauront, avec la grâce de Dieu, s'abandonner comme
nous à la Providence, et remplir avec nous les
obligations qu'Elle leur indique. Notre mission est
d'accepter patiemment l'humiliation et de sentir que
nous sommes un fardeau ; c'est aussi d'alléger le
fardeau de nos frères avec notre esprit vraiment
religieux. Il est de notre devoir d'imiter cette
religieuse qui, ne pouvant expliquer sa maladie, a
souffert en voyant qu'elle n'était pas utile, mais a
accepté humblement la bénédiction de Dieu et s'est
consolée en pensant qu'elle avait trois grands moyens
de faire le bien : la prière, l'exemple et le parfait
accomplissement de ses Règles. Un bon malade n'est
pas inutile, mais en apparence ; en réalité, il peut
être d'une grande valeur s'il le veut, car ce qui profite
avant tout à la Communauté, ce ne sont pas les bras
pour les travaux lourds, ni l'intelligence pour les
travaux élevés ; c'est la vertu, ce sont les âmes qui
sont saintes et désireuses de progresser en sainteté
et perfection, véritables contemplatives et véritables
pénitentes ; cela dépend de nous, aussi bien dans la
grâce divine, la maladie, en santé, quoique par
divers moyens. Dieu sera satisfait, et la Communauté
ne sera pas moins satisfaite ; et si l'un ou l'autre,
malgré notre bonne volonté, nous juge avec une
certaine sévérité, il n'y aura pas de dédain de notre
part ; il ne nous reste qu'à recevoir humblement
l'épreuve de ne pas être compris avant le jour où
Dieu nous justifie.

Notre austère Saint Bernard était de nature
extrêmement tendre et délicate ; il écoutait plus sa
générosité que sa force, de sorte que presque au
début de sa vie religieuse il est tombé malade et
est toujours allé comme ça.Lorsqu'il se présenta à
l'évêque de Chalons pour recevoir la bénédiction de
l'abbaye, il était complètement épuisé et
ressemblait à un homme mourant. Il s'est mis par
obéissance entre les mains d'un praticien qui l'a
aggravé en lui faisant servir des plats qu'un
homme robuste, harcelé par la faim, aurait à peine
voulu toucher. Le saint prit tout avec indifférence et
trouva tout aussi bien. Une gorge serrée qui a à
peine a laissé passer plus que les liquides, l'estomac
très délicat et le ventre dans un état déplorable,
étaient ses trois maux permanents. A ceux-ci est
venu accidentellement pour rencontrer d'autres des
maux. Il retournait souvent la nourriture telle
qu'elle avait été et le peu qu'il en gardait n'était bon
que pour le torturer. Malgré tant de souffrances que
cela l'a épuisé, a macéré son corps avec un jeûne
sévère, avec des vigiles avec les travaux les plus
durs. Il s'est toujours considéré comme un
débutant et a dit qu'il lui manquait la régularité d'un
novice, la sévérité de l'Ordre et la rigueur de la
discipline. Cependant, il devait adopter un régime
auquel son estomac pouvait résister, sans perdre le
moins du monde l'esprit de sacrifice et de pauvreté.
Avec un esprit incroyable, il a assisté avec la
Communauté à la chorale, au travail, à tout. S'il y
avait des tâches qu'il ne pouvait pas accomplir, il
creusait la terre, coupait le bois, le portait sur ses
épaules ; et quand ses forces le trahissaient, il
prenait les occupations les plus viles, afin de
compenser la fatigue avec humilité. Seule la
nécessité a pu le séparer des jeûnes courants. Il
était, cependant, nécessaire de le faire, parce
qu'il arriva un temps où, ne pouvant se tenir
debout sans un grand travail, il restait assis
presque continuellement et très rarement déplacé.
Ce que je ne pouvais pas faire à l'étude et à la
composition ; elle était entièrement donnée à
ses religieux par la prédication et la direction. Et
quand l'Église a eu besoin de ses services, il a
oublié son état d'épuisement, a fait face à la
fatigue des voyages, a résolu les problèmes,
prêché sans repos et a donné une solution à tout.
Puis il revint encore plus malade, mais aussi plus
affamé pour sa vie bien-aimée de pénitence et
de contemplation. Une telle existence n'était rien
d'autre qu'une mort continue et prolongée. "Le
Saint le sentit, et ses religieux le supplièrent de
le soulager, mais il posa les yeux sur Jésus
ensanglanté sur la croix, couvert de blessures,
et, plus docile à la leçon d'amour qu'aux conseils
de prudence, il fit taire la voix de la tendresse
filiale et goûta davantage l'amertume du calice.''

La maladie aurait-elle pu l'empêcher d'être un
parfait cistercien plus utile que quiconque à sa
communauté et même à l'Église entière ?

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Mer 06 Fév 2019, 6:52 am

Notre bienheureuse Aleida a dû endurer toute sa vie
les souffrances les plus cruelles et une horrible lèpre.
Séparée de ses sœurs à cause de ce mal terrible, elle
s'en servit pour s'unir à Dieu avec joie dans sa
situation douloureuse pour l'amour du Christ son
Époux, dans les blessures duquel elle trouvait souvent
joie et force surnaturelle. Riche en dons célestes,
illustre par ses miracles, il guérit beaucoup de lépreux
par l'imposition de ses seules mains. Elle avait donc
atteint le sommet, mais Notre-Seigneur voulait l'élever
plus haut, que fait-il ? Préparez-la à une augmentation
des souffrances avec les grâces correspondantes, pour
la faire grandir dans la patience. Le jour de la fête de
Saint Barnabé, elle semblait être à la porte de la mort.
Le Seigneur lui annonce qu'il lui reste un an à vivre et
que pendant ce temps elle a dû endurer des maux plus
terribles que les précédents, pour l'amour de son Époux
Bien-Aimé. En effet, sa vue s'éteint, ses mains se
contractent, la peau de la tête et de tout le corps est
couverte d'ulcères, d'où jaillissent sans cesse vers et
chair endommagée. Ces tourments cruels subliment les
bienheureux avec une patience inaltérable, jusqu'à ce
que le jour de Saint Barnabé revienne, exhale son âme
la plus pure dans les mains du Christ, son Époux.

Sainte Gertrude, qui a prospéré à Helfta, sous les lois
de notre Ordre, avec Sainte Mathilde, son professeur et
amie, était en très mauvaise santé. Pendant des
saisons parfois longues, la maladie l'a obligée à rester
au lit. Son insomnie fréquente, sa fougue dans la prière
et ses enlèvements lui causaient une telle fatigue qu'elle
s'épuisait. Il lui était donc souvent impossible de
participer à l'Office divin, ou elle ne pouvait y assister
que si elle restait assise. Le jeûne était interdit même
pendant le Carême, et même pendant la nuit, elle était
obligée de prendre quelque chose pour subvenir à ses
besoins, ou lorsque l'Office était trop long. Elle s'est
humiliée quand elle a été soumise à de tels besoins, s'est
plainte de ne pas pouvoir s'incliner devant le chœur, s'est
sentie encline à refuser la nourriture qui lui était offerte,
et Notre-Seigneur lui a appris à tout recevoir comme s'il
venait de sa main, à utiliser ces soulagements pour son
avancement spirituel. Une chose l'affligeait, et c'était
l'inconfort qu'elle causait à ses compagnons, ils la
servaient avec une telle affection... ! Et ne les remerciait
-elle pas par ses prières incessantes, ses conseils
surnaturels et ses avertissements fraternels ? Maladies
heureuses qui lui ont procuré, entre autres biens, la joie
de vivre tout pour Dieu dans la contemplation, sans
laquelle nous ne pourrions peut-être pas avoir ses écrits
remplis d'une telle onction pénétrante.

Nous pourrions citer bien d'autres exemples tirés de
l'hagiographie de notre Ordre, qui nous montreraient
comment les maladies, loin d'être un obstacle qui ferme
le chemin, sont au contraire un chemin qui mène à la
sainteté. Les fervents malades marchent, courent, volent
vers la cible de leurs désirs, selon le degré de leurs
dispositions. Les mauvais malades ne font pas la même
chose, mais cela ne doit être attribué qu'à leur manque
de courage et de soumission.


Concluons par un mot du Père Saint-Jure concernant la
convalescence. "C'est, dit-il, l'un des moments les plus
dangereux de la vie, car on est contraint, bien qu'on le
sache, de donner quelque chose à la nature, de la
traiter plus doucement afin de rétablir les forces, ce qui
la rend facilement émancipée et détendue ; se laisser
emporter par la gourmandise, se complaire sous le
prétexte de la nécessité, se consacrer à l'oisiveté sous
le prétexte de la faiblesse, à la négligence dans la prière
et dans les exercices de piété par peur de la fatigue, aux
passe-temps et aux loisirs enfantins pour se reposer,
comme si le soin de retrouver la santé laissait libre de
voir, entendre ou dire tout ce qui est offert. Et comme
l'esprit n'est pas occupé, remplissez-vous facilement de
mille pensées inutiles qui vous distraient. Tous ces maux
arrivent à ceux qui ne prennent pas soin d'eux-mêmes."

Et pourtant, la seule maxime à suivre en convalescence,
comme en santé ou en maladie, devrait être celle de
Gemma Galgani : "D'abord l'âme, puis le corps.''

A SUIVRE...


Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Jeu 07 Fév 2019, 4:05 pm

Article 3 - La vie ou la mort

Tôt ou tard, nous devrons mourir. Mais quand le sera-t-elle,
et dans quelles conditions ? Nous ignorons tout cela. Dieu,
maître absolu de la vie et de la mort, s'est réservé le jour
et l'heure ; à personne, en règle générale, il ne
communique ses secrets, et beaucoup, même parmi les
grands saints, ne l'ont pas connu, ou ne l'ont connu que
tard. Cela explique comment saint Alphonse, trente ou
quarante ans avant sa mort, parlait déjà de sa mort
prochaine. Heureuse ignorance qui nous avertit que
nous sommes toujours prêts, et qui stimule sans cesse
notre activité spirituelle. Nous devons accepter cette
incertitude avec soumission et même avec
reconnaissance.
Mais devrions-nous vouloir que la mort
vienne à court terme ou qu'elle nous quitte pour
longtemps ?

De nombreuses raisons nous autorisent à l'appeler
avec nos désirs.

Les maux de la vie présente. Vient de naître l'homme,
la mort commence en lui son travail, et il doit lutter
sans relâche pour se débarrasser de ses agressions, et
malgré la nourriture, le sommeil et les remèdes, il marche
par bonds et bondit vers la tombe ; sa vie n'est qu'une
mort. lente et continue. Le travail et la fatigue, le temps
et les saisons, les infirmités et les maladies, les peines du
cœur et de l'esprit, les soucis et les préoccupations, tout
cela fait de la terre une vallée de larmes. A nos propres
chagrins, venons unir ceux des nôtres, et comme si ces
tant de maux ne suffisaient pas, la malice humaine
s'efforce de les aggraver sans mesure : les hommes
s'élèvent contre les hommes ; les familles contre les
familles ; les nations contre les nations ; on ne sait plus
quels emmêlements inventer pour faire souffrir, ni quelles
machines de guerre pour mieux se détruire.
Nous souffrons l'épreuve aussi longtemps que Dieu le
voudra, mais n'est-il pas naturel de soupirer pour la mort,
dont la main bienfaisante essuiera nos larmes et nous
ouvrira la demeure enchantée, où il n'y aura plus de
gémissements d'aucune sorte, mais calme éternel, paix et
repos éternel ?

Les dangers et les défauts de la vie actuelle. La
terre est un champ de bataille, où nous devons lutter jour
et nuit contre un ennemi invisible qui ne dort pas, qui ne
connaît ni fatigue ni compassion ; enseigné par
l'expérience soixante fois plus laïque, et nous, qui sommes
la faiblesse et l'inconstance même, malgré l'aide puissante
de Dieu, nous devons toujours craindre un affaiblissement
de notre part. En ce moment, nous sommes en amitié avec
Dieu, et le serons-nous plus tard ? La persévérance finale
est un don de Dieu, et quiconque marche sur les chemins de
la sainteté aujourd'hui, demain peut déjà marcher sur les
chemins de la détente et glisser sur la pente qui mène aux
abîmes. Même en supposant que nous nous débarrassons
de ce malheur suprême, il est vrai au moins que nous
resterons loin derrière nos désirs, que nous tomberons dans
une multitude de fautes légères, et que nous ressentirons
tout un monde de passions et d'inclinations qui nous font
craindre de peur. Aujourd'hui, quand nous jugeons que nous
sommes prêts, n'est-il pas naturel de souhaiter que la mort
vienne bientôt mettre fin à nos fautes incessantes et à nos
alarmes continuelles, nous confirmant en grâce ?

D'un autre côté, nous devons vivre au milieu d'un siècle
pervers où se multiplient les péchés et les crimes, où
triomphe le vice, où la vertu est persécutée, où l'Église,
traitée comme un ennemi, Dieu, est chassée de partout.
Et comment ne pas soupirer pour la compagnie des saints,
où règne le Dieu de paix, où tout réjouira nos yeux et nos
cœurs ?

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Sam 09 Fév 2019, 10:04 am

3º Le désir du ciel et l'amour de Dieu. Il y a longtemps
temps que nous avons compris le vide, l'inefficacité et
l'impuissance de la terre et de tous ses faux biens, et
abandonnèrent le monde, nous avons couru à la
recherche de Dieu seul. Alors que nous notre âme est
dépouillée et purifiée, le désir devient plus vivant du
ciel, l'amour divin le plus ardent, presque impatient :
Dieu est ce dont nous avons besoin, Dieu vu, aimé,
possédé sans tarder, nous souffrons pour vivre sans
lui, il est vrai que le Dieu de notre cœur est là,
très proche de nous, dans la Sainte Eucharistie, mais
nous l'aimerions sans voile. Parfois, laissez-vous
trouver dans la prière, mais une union fugitive et
incomplète ne suffit pas, il nous faut sa possession
éternelle et parfaite. Notre corps s'élève au fur et à
mesure les murs d'une prison entre l'âme et son Bien-
Aimé ; qu'elle tombe une fois pour toutes, de cesser
de nous cacher le seul et unique objet de tous. Quand
prendra fin cet exil, Seigneur ? Quand viendras-tu me
chercher ? Quand irai-je, Seigneur, vers vous ? Quand
vais-je me voir, Seigneur, avec vous ? Combien de
temps cela prendra-t-il ? Comme ce sera heureux et
joyeux pour moi, quand ils me diront que ça arrive !

 

Laetatus sum in his quae dicta sunt mihi : ¡ir domum
Domini ibimus : stantes erant pedes nostri in atriis tuis,
Jerusalem. ''Je me réjouis depuis qu'il m'a été dit :
"Nous irons à la maison du Seigneur, et bientôt nous
nous trouverons, Jérusalem, dans l'enceinte de tes
murs ".

 Comme l'Épouse du Chant, le grand Apôtre languissait
d'amour et soupirait pour la dissolution du corps pour
être avec le Christ. Il était malade d'amour, et dans son
désir impatient de jouir de son Bien-Aimé, le moindre
retard fit de lui une éternité et remplit son cœur de
tristesse. Tels étaient les sentiments de Sainte Thérèse
de l'Enfant-Jésus sur son lit de mort. "Es-tu résignée à
mourir ? Oh, mon père, répondit-elle, c'est pour vivre
qu'il faut se résigner ; mourir, je n'éprouve que de la
joie."

  Il y a donc des raisons solides qui nous font désirer
la mort ; il y a aussi des raisons de désirer la
prolongation de nos jours, et elles sont presque les
mêmes.

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey)

Message  Monique le Dim 10 Fév 2019, 12:40 pm

Les maux de la vie présente. Par la patience
et l'esprit de foi, ils deviennent l'occasion d'un plus
grand bien ; ils décollent de la terre et nous font
soupirer pour un monde meilleur ; c'est un excellent
purgatoire, une mine de vertus inépuisables. Plus ces
maux abondent, plus riche sera la moisson pour le ciel.
Si la malice des hommes vient se mêler à eux, qu'est-
ce que ça peut nous faire ? Nous ne voulons voir
derrière l'instrument que la Providence, et comme
résultat de toutes nos épreuves, comme l'avancement
spirituel, Dieu glorifié, beaucoup d'âmes sauvées,
purgatoire sauvées, saupoudrées du sang de Notre-
Seigneur. Au ciel, il n'y aura plus de souffrance, c'est
vrai ; mais pour la même raison, il ne sera pas
possible de donner, comme ici-bas, au Divin Maître le
témoignage de la preuve acceptée avec amour.


2º Les dangers et les défauts de la vie actuelle.
Nous reconnaissons sans difficulté que le sentiment
de danger nous pousse à désirer le ciel avec vivacité ;
mais le combat ne manque pas de charmes pour une
âme courageuse, désireuse de conquérir la vie
éternelle et de démontrer son amour et son
abnégation à son Roi bien-aimé. C'est Lui qui nous
appelle aux armes, et ne sera-t-il pas avec nous ? Le
cloître est la tranchée la plus sûre, et grâce à la prière
et à la vigilance, nous espérons mener un bon combat
et ne pas être blessés à mort. Jusqu'à présent, notre
victoire est loin d'être complète ; sans l'aide du temps
, comment réparer nos défaites, expier nos fautes,
racheter notre inutilité, conquérir un riche butin ? Et
maintenant que Dieu est attaqué partout, l'emploi de
ses serviteurs bien-aimés ne devrait-il pas être de
combattre à ses côtés et de lutter pour sa cause ?
C'est ainsi que cette âme l'a compris, en disant : "Je
l'ai fait, Vous savez bien que vous désirez voir Dieu,
mais en ces temps de persécution, j'ai un plus grand
désir de souffrir pour Lui, de mourir quand les
Épouses de l'Agneau sont appelées au sommet du
Calvaire, non, ce n'est pas mon idéal."


3º Le désir du ciel et l'amour de Dieu. Mourir
le plus tôt possible est peut-être le plus sûr, et le
plus tôt nous rencontrerons notre Bien-aimé.
Cependant, si Dieu prolonge notre vie, s'il nous
conduit au port, nous le bénirons éternellement pour
cela ; c'est pourquoi, à chaque pas, nous pouvons
croître en grâce et ainsi obtenir de nouveaux degrés
de gloire. En quelques années, nous pouvons gagner
des centaines de milliers, peut-être des millions,
c'est-à-dire ajouter des centaines de milliers et des
millions de nouvelles énergies à notre pouvoir de voir
Dieu, de l'aimer et de le posséder, quelle magnifique
augmentation de gloire pour Lui, et de bonheur pour
nous pour l'éternité ! N'avons-nous pas déjà
suffisamment de richesses ? Ne serait-il pas
souhaitable qu'elles augmentent encore ? Si notre
ciel est fait pour attendre, il peut être embelli
indéfiniment, et ce serait peut-être à notre grand
détriment si Dieu écoutait nos désirs pressants.


S'il arrive que l'un ou l'autre soit considéré comme
très nécessaire à ceux qui l'entourent, c'est un signe
sans équivoque de volonté divine, et donc une raison
pour modérer ses désirs. Saint Martin de Tours, sur
son lit de mort, se trouve dans une telle situation ; il
ne craint pas la mort, ne refuse pas de vivre,
s'abandonne à la même Providence. La même
perplexité avait été éprouvée par le grand Apôtre :
"Pour moi, la mort est un gain, écrit-il aux Philippiens ;
mais si ma vie se prolonge, je dois tirer du fruit de mon
travail. Deux parties de moi sont contraintes : je veux
être détaché du corps et être avec le Christ, et ce serait
beaucoup mieux ; mais ma permanence dans cette vie
est nécessaire. Je ne sais pas quoi choisir.''

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 7170
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum