LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Dim 05 Mai 2019, 10:47 am

C'est à la manière de Dieu que nous devons
aimer les âmes, en nous conformant à sa
conduite et à l'ordre de sa Providence, Dieu
nous ayant rendus libres,
il ne fera jamais
violence à notre volonté,
mais il donne à tous
en abondance,
à certains plus aux autres
moins,
dans la mesure et le temps et comme
Il veut.
Nous aussi, nous donnerons à tous,
spécialement à ceux qui doivent nous être le plus
aimés, prière, exemple et sacrifice ; nous serons
particulièrement attentifs à la prière publique, si
nous sommes honorés de ce sublime apostolat, et
si par tout autre titre des âmes nous sont confiées,
nous les soignerons avec un zèle proportionné à
l'amour que Dieu a pour eux, au prix qu'ils en auront
à leurs yeux. Nous ferons notre devoir, et en priant
avec une ferveur infatigable, nous préserverons la
paix, dans le respect des droits de Dieu et de l'ordre
de sa Providence, car il est propriétaire de ses dons
et a jugé opportun d'accorder la paix. aux âmes du
libre arbitre.


Les déceptions ne manqueront pas. Dieu lui-même,
peu importe combien il tient la clé des cœurs, ne
pénètre pas par la force,
il s'arrête à la porte et frappe.

Mais voici le mystère de la grâce et de la
correspondance : l'un s'empresse, l'autre refuse
d'ouvrir ; beaucoup ne font pas attention, et Dieu est
trop souvent oublié. Notre doux Sauveur, le bienfaiteur
et l'ami par excellence, est venu dans ses domaines et
les siens ne l'ont pas reçu, mais les malintentionnés
tentent de le surprendre dans leurs paroles et leurs
discours ; la multitude se retire, Judas le trahit, les
autres Apôtres fuient et, lorsque les coups de leurs
ennemis tombent, son Église n'est qu'un fragile petit
arbre battu par l'orage. Les disciples ne doivent être
rien d'autre que leur Maître : malgré les merveilles
qu'ils font, les Apôtres finissent par se laisser tuer,
laissant un troupeau, encore faible, au milieu des
loups ; si certains saints ont obtenu les plus brillants
succès, d'autres, et non des moindres, ont échoué
en apparence et à la fin.
Pour ne citer que Saint
Alphonse, nous dirons que ses premiers disciples
l'ont abandonné et, désormais, combien d'autres
sont partis ou ont dû être éliminés ! Deux d'entre
eux sont allés jusqu'à conspirer pour le discréditer
devant le Souverain Pontife et le faire expulser de
l'Ordre. Tous ces échecs étaient nécessaires pour
élever le Fondateur au sommet de la sainteté, et
pour établir sa fondation sur le rocher ferme du
Calvaire. Mais, comme les desseins de Dieu ne se
manifestent que lentement,
ce n'est pas une mince
épreuve pour un prêtre zélé de voir des âmes en
danger, ou pour un supérieur de laisser dans la
médiocrité les âmes qu'il a proposées pour conduire
à la sainteté.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz152
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Dim 05 Mai 2019, 3:03 pm

Aussi douloureux que soit le manque de succès,
il faut y voir une permission de Dieu, la recevoir
avec un abandon calme et de la faire servir à
notre progrès spirituel.
C'est l'une des
occasions les plus propices pour nous abîmer dans
l'humilité, pour nous détacher de la vanité et des
consolations humaines, pour purifier nos intentions
et pour chercher Dieu seul dans nos rapports avec
les âmes. Avec le Roi Prophète, nous bénirons la
Providence pour nous avoir humiliés, car le succès
aveugle, gonflé et enivré est trop fréquent ;
il nous
fait oublier que les conversions viennent de Dieu et
sont peut-être dues non pas à nous, mais à une âme
inconnue qui prie et s'immolât en secret.
Le manque
de succès réduit le sentiment juste de la réalité, nous
rappelle que nous sommes de pauvres instruments,
nous invite à entrer en nous-mêmes ; et si
nécessaire, pour corriger nos désirs, rectifier nos
méthodes, renouveler notre zèle et insister sur la
prière. Car si notre négligence et nos fautes ont
contribué au mal, il faut non seulement les effacer
par la pénitence, mais aussi en réparer autant que
possible les conséquences, redoubler notre zèle,
notre prière et notre sacrifice.


Cette humble résignation ne doit cependant pas
réchauffer notre ardeur.
Quand les âmes ne
correspondent pas à nos soins, "pleurons", dit Saint
François de Sales, "soupirons, prions pour elles avec
le doux Jésus qui, après avoir versé des larmes
abondantes toute sa vie pour les pécheurs, meurt
enfin les yeux troublés par les larmes et le corps
trempé de sang.''
Condamné, vendu, abandonné,
il aurait pu garder sa vie et nous laisser dans
l'obstination,
mais il nous a aimés jusqu'au bout,
montrant ainsi que la vraie charité ne se décourage
pas, sûre qu'elle doit triompher à la fin de la
résistance la plus obstinée ; il attend tout, car il
espère en Dieu qu'il peut tout faire.
 Si la
miséricorde s'écrase devant Judas,
a cependant
sanctifié la Madeleine, tous les saints pénitents.

L'humilité, qui nous révèle nos misères et nos
fautes, nous montre clairement les difficultés de la
vertu et nous inspire une profonde compassion pour
les âmes qui sont encore faibles.
''Que savons-nous,
ajoute le doux évêque de Genève, si le pécheur fait
pénitence et obtient le salut ? Tant que nous gardons
l'espoir (et tant qu'il y a la vie, il y a l'espoir), nous
ne devons jamais le rejeter, mais plutôt prier pour lui,
et nous l'aiderons aussi longtemps que son malheur
le permettra.''

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz153
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Lun 06 Mai 2019, 10:46 am

Après tout, si les âmes déçoivent nos espoirs,
comme nous n'avons rien épargné pour leur
bien, nous ne devons pas répondre de leur
perte, car nous avons fait notre devoir, nous
avons glorifié Dieu et nous nous sommes
réjouis en son cœur miséricordieux en ce qui
nous concerne. Dans ces conditions, le
sentiment de notre insuffisance ou de nos
responsabilités ne doit pas nous déranger.

Notre Père Saint Bernard nous assure dans
sa lettre au bienheureux Baldwin, son
disciple : "Ce que vous avez vous sera
demandé, dit-il, et non ce que vous n'avez
pas. Soyez prêts à répondre, mais
seulement du talent qui vous a été confié,

et pour le reste, soyez en paix. Donnez
beaucoup, si vous avez reçu beaucoup, et
peu, si peu, c'est ce que vous avez....
Donnez tout, car tout vous sera demandé
jusqu'au dernier obole ;
mais bien sûr, ce
que vous avez et non ce que vous n'avez pas".


"Mais en dernier recours, après avoir pleuré
sur les obstinés et accompli pour eux les
devoirs de charité, afin d'obtenir, si possible,
de les soustraire à la perdition, nous devons
imiter Notre Seigneur et les Apôtres, c'est-à-
dire détourner notre esprit d'eux et le
retourner à d'autres objets, à d'autres
préoccupations plus utiles pour la gloire de
Dieu.
Car il est mauvais pour nous
d'amuser trop de pleurs pour les uns, sans
perdre notre propre temps, ce qui est
nécessaire pour le salut des autres. Pour
le reste, il faut adorer, aimer et louer pour
toujours la justice vengeresse et punitive
de notre Dieu comme nous aimons sa
miséricorde,
car l'un comme l'autre
sont filles de sa bonté.
Car comme
par Sa grâce Il veut nous rendre bons,
comme très bons, ou plutôt, comme
infiniment bons qu'Il est, ainsi par Sa
justice Il veut punir le péché, parce qu'Il
Le hait ; mais Il Le hait parce que, étant
souverainement bons, Il déteste le mal
suprême qui est iniquité. Et notez,
Timothée, en conclusion, que toujours,
qu'elle soit punitive ou gratifiante, sa
bénédiction est adorable, bonne et digne
de la bénédiction éternelle.''


"Ainsi le juste qui chante les louanges
éternelles de la miséricorde pour ceux
qui seront sauvés, jouira de la même
manière quand il verra la justice..., et
les anges gardiens, ayant exercé leur
charité envers les hommes dont ils ont
la garde seront en paix pour les voir
obstinés et même condamnés, ayant
exercé leur tutelle et leur garde. Il est
donc nécessaire de vénérer la volonté
divine, et d'embrasser avec la même
obéissance et amour la main droite de
sa miséricorde comme la main gauche
de sa justice.''


D'autres preuves seront trouvées dans
la direction des âmes. Chacun a au
moins la mission providentielle de nous
faire pratiquer le détachement des
hommes et des choses, un zèle
absolument pur et le Saint Abandon.

A titre d'exemple, disons qu'il y a des
gens qui nous donnent pleine
satisfaction et pourtant Dieu nous les
enlève de manière inattendue ; puis,
loin de murmurer, baisons la main qui
nous fait mal, n'est-ce pas notre
mission de conduire les âmes à Dieu... ;
nous avons déjà eu la douce consolation
de le voir réalisé. Nous les formons pour
Lui, et ils Lui appartiennent plus qu'à
nous. Si donc Il juge opportun de nous
priver de la joie que Sa présence nous
inspire et de nos espoirs coûteux, n'est-il
pas juste que la volonté de Dieu
l'emporte sur la nôtre, sa sagesse infinie
sur nos vues limitées, et nos intérêts
éternels sur ceux de la terre ?

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz154
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Mar 07 Mai 2019, 9:57 am

Article 4º - Nos propres fautes

Parlons maintenant de nos propres fautes.

Par-dessus tout, prenons le plus grand soin de fuir
le péché ;
mais restons dans une résignation
pacifique aux dispositions de la Providence.
En
effet, dit Saint François de Sales, "Dieu hait
infiniment le péché et pourtant le permet sagement,
afin de permettre à la créature rationnelle d'agir
selon la condition de sa nature et de rendre le bien
plus louable, quand ils peuvent violer la loi, ils ne la
violent pas. Adorons et bénissons donc cette sainte
permission ; mais puisque la Providence qui permet
le péché l'abhorre infiniment, détestons-la avec Elle
et haïssons-le, désirant de toutes nos forces que le
péché permis (en ce sens) ne puisse jamais être
commis, et en conséquence de ce désir, utilisons tous
les moyens possibles pour empêcher la naissance,
le progrès et le règne du péché. ''Imitons Notre-
Seigneur qui ne cesse d'exhorter, de promettre, de
menacer, d'interdire, de commander et d'inspirer près
de nous pour retirer notre volonté du péché, dans la
mesure où il peut le faire sans nous priver de notre
liberté.''
Si nous persévérons constamment dans
la prière, la vigilance et le combat,
nos fautes
deviendront de plus en plus rares à mesure que nous
avancerons, moins volontaires et mieux réparées, et
notre âme se consolidera dans une prudence toujours
plus grande.
Cependant, à part une grâce très
spéciale, comme celle accordée à la Sainte Vierge, il
est impossible dans cette vie d'éviter tout péché
véniel, car même les saints eux-mêmes ont eu
recours à la confession.

Mais s'il arrivait que nous commettions un péché,
"faisons tout ce qui dépend de nous, afin de
l'effacer.
Notre-Seigneur a assuré à Carpus que,
si nécessaire, il souffrirait de nouveau la mort pour
libérer une âme du péché.''
Néanmoins, "que
notre repentir soit fort, serein, constant, calme,
mais pas agité, turbulent ou découragé.''

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz156
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Mer 08 Mai 2019, 11:49 am

'' Si je m'élève à Dieu, dit Sainte Thérèse de
l'Enfant Jésus, par la confiance et l'amour,
ce n'est pas parce que j'ai été préservée du
péché mortel ". Je n'ai aucune difficulté à le
déclarer, même si tous les péchés et tous les
crimes qui peuvent être commis pèsent sur
ma conscience,
rien ne me ferait perdre
ma confiance.
J'irais avec le cœur ému de
douleur pour me jeter dans les bras de mon
Sauveur, car je sais très bien qu'il aime le fils
prodigue, il a écouté ses paroles à Sainte
Madeleine, à la femme adultère, à la
Samaritaine.
Non, personne ne peut
m'intimider, car je sais à quoi m'attendre de
son amour et de sa miséricorde.
Je sais que
toute cette multitude d'offenses serait
abyssale en un clin d’œil comme une goutte
d'eau jetée dans des braises brûlantes."


N'imitons donc pas les personnes pour qui un
repentir tranquille est un paradoxe. Ne doit-il
pas y avoir un juste milieu entre l'indifférence
à laquelle leur esprit de foi craint tant et la
rancune, le découragement dans lesquels leur
impatience les jette ? Nous ne saurions jamais
assez nous prémunir contre l'agitation que
nous causent
nos péchés, qui, loin
d'être un remède, est un mal nouveau.

Mais, peu importe à quel point les fautes sont
nuisibles en elles-mêmes, elles le sont encore
plus dans leurs conséquences lorsqu'elles
produisent de l'agitation, du découragement,
et parfois du désespoir.
Au contraire, la paix
dans la repentance est très souhaitable.

"Sainte Catherine de Seine a commis
quelques fautes, et en pleurant pour cette
raison devant le Seigneur, elle lui fit
comprendre que sa simple repentance,
bientôt et vivant et plein de confiance, lui
plaisait plus qu'il n'avait été offensé par
les fautes. Tous les saints ont eu des
fautes, et parfois les anciens ont eu
des fautes considérables, telles que
David et Saint Pierre, et peut-être
n'auraient-ils jamais atteint une sainteté
aussi élevée s'ils n'avaient pas commis
de fautes et de très grandes fautes .
Tout
contribue au bien des élus, dit Saint Paul,
même leurs péchés, dit Saint Augustin.''

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz157
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Ven 10 Mai 2019, 7:26 am

Il existe, en effet, l'art d'utiliser nos fautes,
et le grand secret consiste à porter avec
une humilité sincère, non pas la faute elle-
même, ni l'insulte faite à Dieu, mais
l'humiliation intérieure, la confusion
imposée à notre amour-propre ; de telle
sorte que nous plongeons dans une
humilité sûre et tranquille.
La fierté n'est-
elle pas la cause principale de notre fatigue ?
Un moyen puissant d'éviter ses effets sera
d'accepter la honte, en confessant qu'elle est
méritée. Mais comment ne pas ressentir la
dure leçon de nos fautes, quand elles révèlent
à la fois notre dépravation d'origine et notre
faiblesse au combat ?
L'humiliation bien reçue
produit l'humilité, et l'humilité à son tour,
nous rappelant sans cesse soit le temps dont
nous avons besoin pour nous rétablir, soit les
fautes que nous devons implorer pour le pardon,
nourrissant la compulsion cardiaque, stimulant
l'activité spirituelle et nous rendant cléments
aux autres.


Le Père de Caussade rend à cet
effet très sage réflexions : "Dieu permet nos
petites infidélités, afin de nous convaincre plus
intimement de notre faiblesse, et de faire mourir
peu à peu en nous cette estime malheureuse de
nous-mêmes, qui nous empêcherait d'acquérir
une véritable humilité de cœur. Nous le savons
déjà, il n'y a rien de plus agréable à Dieu que ce
mépris absolu de soi, accompagné de toute une
confiance placée uniquement en Lui.

Grande est donc la grâce que ce Dieu de bonté
nous donne quand il nous oblige à boire, la plupart
du temps malgré notre répugnance, cette coupe
redoutée par notre amour-propre et notre nature
déchue. Sinon, nous ne guéririons jamais d'une
présomption secrète et d'une fière confiance en
nous-mêmes. Nous ne comprendrons jamais,
comme il se doit, que tout mal vient de nous, et
que tout bien vient de Dieu seul ;
et pour
nous habituer à ce double sentiment, un million
d'expériences personnelles sont nécessaires, et
d'autant plus que ces vices cachés dans notre
âme sont plus grands et plus enracinés. Ces
chutes sont donc très saines pour nous,
dans la
mesure où elles nous gardent toujours petits et
humbles devant Dieu, toujours méfiants de
nous-mêmes, toujours annihilés à nos propres
yeux.
Rien de plus facile, en effet, que
d'utiliser chacune de nos fautes pour acquérir un
nouveau degré d'humilité, et ainsi approfondir en
nous le fondement de la vraie sainteté ; pourquoi
ne pas admirer et bénir l'infinie bonté de Dieu,
qui sait ainsi tirer de nos fautes notre plus grand
bien même ? Il suffit de ne pas les aimer, de
s'humilier avec douceur et de se tenir debout avec
une constance infatigable après chacun d'eux, et
ensuite de travailler à se corriger soi-même".

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz158
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Sam 11 Mai 2019, 10:06 am

 Quant aux conséquences pénales du péché,
si Dieu permet que nous ne puissions les
éviter, nous devons les recevoir avec un
humble consentement au bon plaisir divin.
Les conséquences du péché sont, par
exemple, la confusion en présence de nos
frères, une blessure à notre réputation, un
e dégradation de notre santé. Il peut arriver
que notre négligence, nos indiscrétions, nos
calomnies, nos débordements, bref, notre
mauvaise moralité, nous causent du
mécontentement, de l'humiliation, de la
mortification, du tort à nos intérêts. Nos
fautes laisseront derrière nous une
perturbation, un souci d'esprit, des soucis
douloureux.
Dieu ne voulait pas le péché,
mais Il veut ses conséquences ; Il nous fait
souffrir pour nous guérir,
et Il nous blesse
ici-bas, pour ne pas avoir à nous punir dans
l'autre monde ;
Seigneur, nous devons nous
exclamer alors, bien mérité je l'ai ; Vous
l'avez laissé, vous le désirez ainsi ; Que
votre volonté se fasse, que je l'adore et me
soumette à elle. Tout cela, nous le faisons
sans dérangement, sans déplaisir, sans
agitation, sans découragement, en nous
rappelant que Dieu, bien qu'il déteste le
péché, sait en faire un instrument très utile
pour nous maintenir dans l'abjection et le
mépris pour nous-mêmes.


Avec cette même filiale, nous accepterons
les conséquences pénales de notre
imprudence. De l'avis du Père de Caussade,
"il n'y a guère de preuve plus mortifiante de
l'amour-propre ; et par conséquent, il n'y a
peut-être pas d'autre plus sanctifiante que
cela. Il n'est pas si difficile, loin s'en faut,
d'accepter les humiliations qui viennent de
l'extérieur et que nous n'avons en aucun cas
provoquées. Nous nous résignons aussi plus
facilement à la confusion provoquée par des
fautes plus graves en elles-mêmes tant
qu'elles restent cachées ; mais une simple
imprudence qui entraîne des conséquences
désagréables, flagrantes aux yeux de tous,
voici sans aucun doute la plus humiliante
des humiliations,
et y voir, par conséquent,
une excellente occasion de se blesser à mort
d'amour-propre, et que nous ne gaspillerons
jamais.
Prenez alors votre cœur à deux mains
et vous êtes contraints, malgré votre
résistance, de faire un acte de parfaite
résignation, ce qui est le moment le plus
favorable pour dire et répéter le fiat d'un
abandon parfait ; de plus, il faut s'efforcer
d'atteindre l'action de grâce et d'ajouter au fiat
le Gloria Patri. Une seule épreuve ainsi acceptée
fait progresser une âme plus que de nombreux
actes de vertu".

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz159
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Dim 12 Mai 2019, 8:15 am

Saint François de Sales "ne s'est jamais impatienté
contre lui-même, ni contre ses propres
imperfections, et le mécontentement qu'il éprouvait
pour ses fautes était calme, reposant et ferme ; car
il jugeait que nous nous punissions beaucoup plus
par un repentir calme et constant que par un
repentir amer, agité et en colère ; et tellement, car
ces repentances d'impétuosité ne respectent pas la
gravité des nos défauts, mais notre inclination.

Quant à moi, dit-il, si j'avais fait une chute
lamentable, je ne réprimanderais pas ainsi mon
cœur : n'es-tu pas malheureux et digne
d'abomination, toi qui, après tant de résolutions,
te laisses encore entraîner par la vanité ?
Mourrez de honte et ne levez plus les yeux au ciel,
aveugles, inconsidérés, traîtres et déloyaux envers
votre Dieu.
Il préfère le corriger
raisonnablement et par compassion : Viens, mon
pauvre cœur ; en haut, car une fois de plus nous
sommes tombés dans la fosse que nous avions tant
essayé d'éviter ; viens, ressuscitons, abandonnons-
la pour toujours, implorons la miséricorde de Dieu et
espérons qu'elle nous aidera à être plus fermes dans
l'avenir et retournons à la voie de l'humilité. Veillons
donc sur nous-mêmes, car Dieu nous aidera. Et
comme effet de cette réprimande, je voudrais
prendre une résolution solide et ferme de ne plus
tomber, en prenant pour cela les moyens opportuns".


Pour sa part, le Père de Caussade nous conseille de
toujours adresser à Dieu cette prière intérieure :
"Seigneur, sois digne de me préserver de tout péché,
et d'une manière particulière en cette matière. Mais
quant au châtiment que mon amour-propre doit guérir,
à l'humiliation, à la sainte abjection qui blesse mon
orgueil et qui doit l'abattre, je l'accepte aussi
longtemps que vous voulez, et je vous en remercie
comme une grâce particulière. Que ces remèdes
amers produisent leur effet, guérissent mon amour-
propre et m'aident à acquérir la sainte humilité
qui
est le fondement solide de la vie intérieure et de
toute perfection.''


Malgré la prière et les efforts, de nouvelles fautes
seront commises,
dont le seul remède est de nous
humilier toujours plus profondément, de retourner
à Dieu avec la même confiance et de reprendre le
combat sans jamais nous décourager.
"Si nous
apprenons tout de suite à nous humilier sincèrement
pour nos petits défauts, à nous relever sans tarder
en nous confiant en Dieu, avec paix et douceur, ce
sera un remède sûr pour le passé, une aide puissante
pour l'impatience qui nous fait vouloir atteindre le
sommet de la montagne, de la sainteté et qui ne fait
que nous en détourner.
La seule voie est celle de
l'humilité,
et l'impatience est l'une des formes de
l'orgueil.
Travaillons de toutes nos forces à la
correction de nos défauts, mais ne nous résignons pas
à y parvenir en un seul jour. Prions Dieu avec les
instances les plus vives et la confiance la plus filiale,
cette grâce décisive qui nous arrachera complètement
de nous-mêmes pour nous faire vivre seulement en
Lui et laissons le soin de déterminer le jour et l'heure
dans lesquels nous le laisserons avec abandon filial
une telle grâce doit nous être accordée."
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Lun 13 Mai 2019, 10:16 am

9. LES ESSAIS INTÉRIEURS EN GÉNÉRAL

Nous avons déjà considéré les biens et les maux
temporels, l'essence de la vie spirituelle et ses
modalités extrinsèques. Nous sommes mis au
défi d'étudier les douleurs de la vie intérieure,
d'abord en général, puis certaines en particulier,
comme les tentations, les aridités, les obscurités,
etc. Là où l'abandon sera monnaie courante, ces
épreuves sont donc inévitables et très fréquentes ;
selon Saint Alphonse, elles constituent "la plus
amère des peines possibles".


''Il n'y a pas de jour, dit Saint François de Sales,
qui ressemble entièrement à un autre, et ainsi il
y a des nuages, de pluie, de sécheresse et de vent.
La même chose arrive à l'homme : sa vie glisse
comme de l'eau, flottant et ondulant dans une
diversité continue de mouvements qui, l'élevant
déjà à l'espérance, l'abattant déjà par la peur, la
tordant déjà vers la droite pour la consoler, et vers
la gauche pour l'affliger ; pour qu'elle ne soit
jamais dans le même état..... Nous ne voudrions
pas trouver pas de difficulté, pas de contradiction,
pas de deuil, mais plutôt des consolations sans
aridité, repos sans travail, paix sans dérangement,

mais n'est-ce pas fou ?''
Nous faisons
semblant d'être dans l'impossible, parce que la
solution complète ne se trouve qu'au paradis ou en
enfer ; au paradis : le bien, le repos, la consolation
sans mélange de mal, de perturbation ou d'affliction ;
en enfer règne le mal, le désespoir, la perturbation et
l'inquiétude sans mélange de bien, d'espoir, de
tranquillité ou de paix.
Mais dans cette vie périssable,
on ne trouve jamais le bien sans le mal correspondant,
ni le repos sans travail, ni la consolation sans affliction.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz161
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Mar 14 Mai 2019, 10:38 am

La vie intérieure ne peut être soustraite à cette loi
générale, et elle doit donc se trouver en elle, et en
grande partie, dans les vicissitudes et les épreuves
dont notre misère peut être la cause immédiate, ou
bien la malice du diable ; mais Dieu est toujours sa
première cause. Lorsqu'ils proviennent de nos
propres profondeurs, ils s'expliquent par l'ignorance
de l'esprit, la sensibilité du cœur, le désordre de
l'imagination,   l'ignorance de l'esprit, perversité de
nos inclinations, etc. Mais n'obéissons-nous pas au
dessein de Dieu que nous soyons nés fils d'Adam, et
Sa volonté que nous supportions ces maladies pour
notre sanctification ? Le diable lui-même peut-il faire
quelque chose contre nous sans la permission de Dieu ?
Quand Saül fut assiégé par des tentations d'envie et
d'aversion pour David, les livres saints nous disent
que "l'esprit mauvais, qui venait du Seigneur, l'agita''.
Mais si cet esprit vient de Dieu, comment peut-il être
mauvais ? Et si c'est mauvais, comment peut-il venir
de Dieu ? C'est le mal, à cause de sa volonté
dépravée d'affliger les hommes pour les perdre ; c'est
celui du Seigneur, parce que Dieu lui a permis de nous
affliger, s'occupant de ses desseins pour nous sauver.

Très souvent, c'est le Seigneur lui-même qui travaille
et diversifie son action par rapport à la force et aux
besoins des âmes et aux desseins qu'il a sur elles.
Voici comment le vénérable Louis de Blosio résume
en de merveilleux traits "la conduite admirable de
l'Époux céleste envers une âme qui lui est unie".
Au
début, quand les nœuds du contrat sont à peine formés,
Il la visite, la fortifie, l'éclaire, l'illumine, captive son
cœur, ne lui faisant trouver que joie dans son service,
l'attire par la douceur de ses attirances, et la montre
continuellement pleine de chansons pour la retenir en
sa présence ; en un mot, Il ne lui fait pas de goût
mais des délices et des douceur en considérant sa
faiblesse. Mais avec le temps, le lait le retire de la
consolation, lui donnant la nourriture solide des
afflictions ; il lui ouvre les yeux et lui fait savoir
combien il va souffrir désormais. Et voici, le ciel, la
terre et l'enfer conspirent tous contre elle. Ennemis à
l'extérieur et tentations à l'intérieur, tribulations et
ténèbres à l'extérieur et sécheresse et désolation à
l'intérieur de l'âme : tout cela contribue à son martyre.
Ici l'Époux se retire de son regard, et s'il réapparaît
quelque temps plus tard, c'est pour la quitter à
nouveau. Il l'abandonne déjà dans les ombres et les
horreurs de la mort, et l'appelle à la lumière et à la vie
pour lui faire goûter la vérité de cet oracle : "C'est lui
qui conduit au tombeau et qui en tire.''


Pourquoi cette conduite de la Providence ? C'est
parce qu'en nous il y a deux peuples. "L'amour divin
et l'amour de soi sont dans notre cœur comme Jacob
et Ésaü sont dans le sein de Rébecca, et entre eux il y
a une antipathie marquée, ils se heurtent
continuellement ; deux nations sont dans ton sein," dit
le Seigneur à Rébecca ; " les deux peuples qui sortiront
de toi seront séparés, et l'un dominera l'autre ; le
grand servira le moindre. De même, l'âme qui a deux
amours dans son cœur a donc deux grands peuples ou
multitudes de mouvements, d'affections et de passions ;
et tout comme les deux fils de Rebecca ont causé ses
grandes convulsions par la rencontre et la lutte de leurs
mouvements, ainsi les deux amours de notre âme
provoquent de grandes œuvres dans notre cœur ; mais
ici il est aussi nécessaire que les plus grands servent le
moins, c'est-à-dire, l'amour sensuel sert l'amour de Dieu.''

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz162
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Mer 15 Mai 2019, 10:22 am

 L'amour-propre se manifeste par l'horreur de la
souffrance, par l'intérêt de la jouissance,
et
surtout par l'orgueil,
d'où naît cette guerre interne
dont l'Apôtre se lamente ; une guerre toujours
grossière et tenace, mais plus violente chez
certaines personnes, dans certaines matières et à
certains âges, à certains moments et en certaines
occasions. Même dans les spirituels exploités, il
reste un fonds caché d'amour-propre, un orgueil
raffiné et presque imperceptible, d'où provient un
nombre infini d'imperfections dont il est à peine
conscient, vaine complaisance en lui-même, vaines
peurs, vaines envies, vaines manifestations de
confiance dans le courage personnel, suspicions et
moqueries contre les autres, chaos de misères, de
faiblesses et de petits défauts.
Quel sera
le remède ?
Sans aucun doute, la mortification
chrétienne, à laquelle nous devons nous donner
pleinement, et continuer et persévérer en elle sans
trêve ni repos.


Il peut l'allonger de deux façons : par la douceur, ou
par les saintes rigueurs.
Lorsqu'une âme commence
à s'abandonner à Lui, à la remplir de consolations
sensibles pour l'attirer, pour l'éloigner des plaisirs
terrestres ; et ainsi engloutie, elle se détache
progressivement des créatures et s'unit à Dieu,
quoique de manière défectueuse, car c'est le vice
général des âmes encore imparfaites de chercher
leur satisfaction dans presque tout ce qu'elles font.

Et c'est précisément la douceur qui est le plat le
plus délicat pour la fierté et la gourmandise
spirituelle. Par des vues imperceptibles de
complaisance, on s'approprie les dons de Dieu, et
on se sent satisfait dans tel ou tel état ; et au lieu
de bénir l'infinie miséricorde,
il s'attribue le mérite
de ce qu'il fait,
du moins à l'intérieur de son cœur.
Il convient donc de donner le coup de grâce à
l'amour-propre, afin que Dieu nous soumette aux
coups durs des épreuves intérieures, qui, bien que
douloureuses, seront décisives.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz163
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Jeu 16 Mai 2019, 10:11 am

Par ce moyen, Dieu nous humilie et nous instruit.
Jaloux de préserver sa gloire et de l'assurer contre
ces vols secrets du cœur, il nous cache la plupart de
ses grâces et faveurs. Il n'y a que deux exceptions
à cette règle : d'abord, les débutants qui ont besoin
d'être attirés et gagnés au moyen de ces dons
sensibles et connus ; et deuxièmement, les grands
saints, qui en vertu d'avoir été purifiés de l'amour
de soi par mille épreuves intérieures, peuvent
reconnaître en eux-mêmes les grâces de Dieu sans
le moindre regard d'indulgence personnelle. En
général, il cache aussi aux âmes les faveurs dont il
les remplit, afin qu'elles ne voient ni son humilité, ni
sa patience, ni son progrès, ni son amour pour Dieu.
C'est pourquoi parfois ils ne peuvent que pleurer
l'absence présumée de ces vertus et leur manque de
générosité dans la souffrance. En même temps, il leur
révèle cet abîme profond de corruption indigène que
nous portons en nous, et qu'ils n'avaient pas pu ni
voulu sonder jusque-là ; et il leur montre lentement,
non par des lumières glorieuses, mais par des
expériences douloureuses. Rien de plus dans le but
de détruire notre propre amour que cette image
affligeante et humiliante. Ressentir à chaque instant
sa faiblesse, et se voir au bord du précipice,
n'est-ce
pas l'épreuve la plus forte pour nous conduire à la
méfiance en nous-mêmes et à la confiance en Dieu
seul ?
S'il est profitable pour nous d'être jetés en
présence des autres, il ne l'est pas moins d'être
submergés à nos propres yeux, et ce sera ce qui va
peu à peu faire mourir notre orgueil : c'est la raison
pour laquelle Dieu permet tant d'humiliations
intérieures.
C'est une leçon d'évidence éblouissante,
donc elle la prolonge jusqu'à ce qu'elle soit bien
apprise et qu'elle ne puisse, pour ainsi dire, jamais
être oubliée.
Il ne reste plus qu'à savoir en profiter,
à s'établir dans une véritable humilité douce et
calme, qui jette hors de soi la fausse humilité qui
est de mauvais caractère et méprisée.
La colère et
le dépit dans l'humiliation sont autant d'actes
d'orgueil que de douleur sont autant d'actes
d'impatience.


Au travers de ces épreuves, Dieu vient de nous
dédier. L'amour-propre est une hydre à plusieurs
têtes, qui doivent être coupées une par une.
Au
début, nous avons travaillé à rompre l'attachement
au monde, aux biens de la terre, aux plaisirs des
sens, à la santé, etc.
Et pour nous offrir
Sa main puissante, Dieu a répandu l'amertume
dans les joies d'en bas, Il nous a blessés dans
les personnes et dans les choses qui nous
étaient les plus chères, Il a donné notre corps à
toutes sortes de maladies.
Docile à son action,
nous avons déjà rapporté des avantages
notables ; mais l'amour-propre, vaincu dans ce
domaine, nous attend dans un domaine plus
délicat :
aimer la partie sensible de la piété,
et cet attachement est d'autant plus à craindre,
le moins grossier et le plus légitime en
apparence.
Et pourtant l'amour parfait ne peut
supporter que notre cœur soit divisé par
l'affection pour les consolations avec l'amour
de Dieu.
Que va-t-il se passer ? S'il s'agit d'âmes
moins privilégiées pour lesquelles Dieu n'a pas une
telle tendresse jalouse,
Il les laissera jouir de ces
saintes douceurs, et se contentera du sacrifice des
plaisirs des sens qu'elles lui ont faits.
Telle est
la vie ordinaire des gens pieux, dont la piété se
mêle à certaines tendances à se chercher. En vérité,
Dieu n'approuve pas ces défauts, mais puisqu'Il ne
leur accorde pas tant de grâces, Il n'attend pas d'eux
une si haute perfection.
Les exigences sont très
différentes, tout comme les conceptions sont
différentes, étant des âmes choisies. Le zèle de
leur amour est égal à celui de la tendresse qui leur
est manifestée. Désireux de tout leur donner, il veut
aussi posséder leur cœur sans la participation des
autres ; et ainsi, il ne se contente pas des croix
extérieures et des châtiments qui les détachent des
créatures, mais il veut les posséder, sinon quoi se
propose de se défaire de lui-même, et de tuer en lui
les dernières racines de cet amour de soi qui adhère
au sentiment de la dévotion,
qui repose sur lui,
qui se nourrit de lui et qui lui plaît. Pour accomplir
cette seconde mort, Dieu retire toute consolation,
tout goût, tout soutien intérieur, et met l'âme à
l'épreuve par des aridités, répugnances,
insensibilités et autres peines,
afin qu'elle se
retrouve dans un état de destruction.


L'action de Dieu n'atteint pas toujours ce degré
d'intensité,
mais l'augmente ou le diminue selon
les desseins de l'amour, selon la force et la
générosité des âmes.
S'il ne juge pas opportun
de les traiter avec cette sainte rigueur, au moins il
les fait passer par des alternatives de consolation
et de désolation, de paix et de combat, de lumière
et d'obscurité. Et grâce à ces vicissitudes
continues, il les rend flexibles et dociles à tous ses
mouvements ; car en changeant sa situation
intérieure, il finit par ne plus en avoir et est prêt à
prendre toutes les formes, obéissant à cet Esprit
divin qui souffle où il veut et comme il veut.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz164
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Sam 18 Mai 2019, 8:32 am

Enfin, par ces épreuves, dit le vénérable Luis de Blosio,
"Dieu purifie les âmes, les humilie, les instruit, les
rend dociles à Sa volonté, les rend grossières,
difformes et répugnantes, et les embellit avec tous les
vêtements qui peuvent les rendre agréables à Ses
yeux. Et quand il les trouve fidèles, pleins de patience
et de bonne volonté ; quand le long exercice des
tribulations les a conduits, avec l'aide de sa grâce, à ce
grand homme. Puis il les unit à lui-même de la manière
la plus parfaite, leur confie ses secrets et ses mystères,
et se communique pleinement à eux".


Ce sont les jours de l'amour pur, car c'est en eux que
nous servons Dieu pour Lui-même, et à nos propres
dépens ; combien il est difficile de L'aimer vraiment
dans la vie et de mélanger l'amour-propre et la
suffisance.
Mais au temps des croix et des privations
intérieures acceptées par la sainteté, il ne faut plus
craindre que l'amour de soi se mêle à nos relations
avec Dieu, car il n'y a rien en eux qui n'ait tendance
à crucifier l'amour de soi.
quelle est d'ailleurs cette
sécurité pour consoler celui qui comprend le prix du
pur amour ! C'est pourquoi tant de saints ont préféré
les privations et les chagrins aux consolations et aux
joies, pourquoi ils ont aimé l'un avec tant de passion
et ont eu une réelle peine à jouir de l'autre.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz165
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Dim 19 Mai 2019, 2:00 pm

C'est le temps de la moisson riche pour le ciel,
car c'est maintenant que l'âme est élevée aux
œuvres saintes, pures et désintéressées.
''Dans
l'état de consolation, dit Saint Alphonse, aucune
grande vertu n'est nécessaire pour renoncer
aux plaisirs sensuels, ni pour supporter les
affronts et les adversités ; une âme si favorisée
souffre tout, mais sa patience vient souvent plus
de la douceur qu'elle ressent que de la force de
son amour pour Dieu.''
Au contraire, ce n'est
l'effet d'aucune vertu moyenne de savoir
supporter ses misères, ses faiblesses, son
tempérament, ses défauts, et de savoir supporter
avec lui toutes les peines que Dieu utilise pour
nous corriger.
Après ces purifications et
détachements intérieurs, l'élévation à l'abandon
parfait, à la confiance filiale en Dieu seul, est
facilitée, c'est-à-dire que les vertus les plus
parfaites deviennent naturelles pour nous. Pour
cette raison, combien de richesses n'ont pas
fourni aux saints ces misères et ces épreuves,
servant de matière pour leurs batailles intérieures,
pour leurs victoires et pour le triomphe de la
grâce ! Pour le reste, ce n'est qu'après avoir été
ainsi complètement dépouillé de soi-même qu'on
peut en venir à ne penser qu'à Dieu, à ne goûter
qu'à Dieu, à s'appuyer et à ne plaire qu'à Dieu ;
et ceci est la nouvelle vie en Jésus-Christ, la
formation de l'homme nouveau et la destruction
de l'ancien.
Dépêchons-nous donc de mourir
comme le ver à soie, pour devenir le papillon qui
s'élance vers le ciel, au lieu de ramper sur la terre.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz166
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Lun 20 Mai 2019, 10:24 am

Mais l'amour-propre a une vie très résistante et
ne meurt qu'après une longue agonie.
L'âme
encore imparfaite est le bois vert qui transpire et
gémit, qui se tord et tremble avant de brûler.
C'est la statue sous le ciseau du sculpteur, la
pierre sculptée au marteau ; ainsi les tentations,
l'aridité, les autres douleurs nous font sentir
douloureusement leurs coups pénétrants, mais
sans cela nous resterions un bloc informe, et nous
ne prendrions pas la ressemblance de Jésus,
patient, humilié et crucifié. Plus nous nous
proposons d'avancer dans les chemins de la prière,
dans l'union de l'amour et de la vraie sainteté, plus
il nous sera nécessaire d'être détachés et libres.

Nous chercherions à la fois les consolations de
Dieu et le Dieu des consolations si nous
n'apprenions pas à Le servir dans les plus terribles
abandons. En un mot, les peines intérieures étant
le chemin de la perfection,
Dieu nous privera de sa
douceur seulement parce qu'il nous aime,
sans que
nous ne l'ayons pas mérité.
Peut-être ressentons-
nous moins de douceur dans le cloître que dans le
monde, car Dieu nous purifie plus énergiquement,
afin de nous unir à Lui avec plus de perfection.

Le calice, dont il ne faut pas douter, est amer, mais
bien plus encore l'enfer,
et Dieu travaille avec nous
en remplaçant miséricordieusement les rigueurs de
l'autre monde par ce purgatoire mitigé.
 D'ailleurs,
puisqu'il faut boire la coupe de la santé
volontairement ou par la force,
faisons de la nécessité
une vertu, qui est la voie pour en adoucir l'amertume.
Tout deviendra plus doux pour nous, comme l'épreuve
nous purifie et nous détache, de sorte que nous ne
ressentirons presque plus la douleur, mais avec la
permission de Dieu, et dans des moments d'épreuves
exceptionnellement graves.
Parce que la vivacité
de la douleur vient en grande partie de la forte
opposition de l'amour de soi qui ne veut pas mourir
ou abdiquer. L'amour divin se limiterait presque à ne
produire que des impressions douces et
enchanteresses, s'il ne trouvait dans le cœur aucun
obstacle qui lui résisterait. Quoi qu'il en soit, voudrions-
nous jouir du ciel sur la terre et marcher toujours sur
les roses, tandis que notre Maître adoré porte sa croix
et s'évanouit à l'agonie ?
Le paradis mérite
bien tous les sacrifices.
L'homme spirituel n'a pas le
monopole des épreuves, car ses épreuves sont
embaumées d'amour et d'espérance, et tout bien
considéré lui est moins difficile de courir vers la sainteté
que de languir tièdement sous le poids de ses passions
immortifiées.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz167
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Mer 22 Mai 2019, 6:44 am

Ceci étant, évitons soigneusement d'entraver les faveurs divines ;
mais si Dieu était assez bon pour nous enlever ces jours clairs où
nous éprouvons des goûts sensibles dans la prière, dans la
communion, où notre union avec l'Aimé ne nous donne que
charmes et délices, ne manquons pas les douceurs, car Dieu nous
les enlève sans notre faute ; ils ont accompli leur mission et
n'offrent plus la même utilité ; combien précieux sont les martyrs
et les agonies des jours actuels sous un autre aspect ! Si l'on savait
accepter, estimer et aimer cette heureuse abjection intérieure, on
voudrait la ressentir toujours et y rester toujours, car en elle l'âme
se trouverait plus proche de Dieu.

Beaucoup de saints, émus par une inspiration particulière, l'ont dit
à Dieu dans leurs souffrances : Plus, Seigneur, plus. Selon le Père
Caussade, c'est généralement une présomption et une illusion de
prétendre suivre ces exemples, et il juge que nous sommes trop
petits et trop faibles pour y arriver, à moins qu'il y ait une certitude
morale que Dieu le veut de nous. Il n'a jamais souhaité ou demandé
pour lui-même des douleurs et des contradictions, et il est interdit à
l'un de ses Philothée de demander plus ou moins qu'il ne l'a déjà fait :
car Dieu sait mieux que nous ce qu'il faut pour tout ce dont nous
avons besoin, et les preuves qu'il nous envoie sont suffisantes, sans
avoir à les vouloir ou se procurer pour lui-même.
Les attendre et s'y
préparer est la meilleure façon d'avoir plus de courage et
d'encouragement pour les accueillir avec succès quand on les envoie.


Pour le reste, il nous faudra nous armer de patience et d'humilité. Si
nous n'avons pas une nature chanceuse, et si Dieu nous envoie plus
d'épreuves pour la réduire, la violence et la résistance du combat
n'apportent aucun mal à l'âme qui lutte avec la résolution de ne
jamais se décourager. L'impolitesse des attaques augmentera la
fatigue et le danger, mais, avec l'aide de Dieu, elle mènera à plus de
victoires, de sainteté, de mérites et de récompenses.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz168
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Ven 24 Mai 2019, 9:53 am

Tandis que le Médecin céleste nous prodigue les
lancettes et les pilules amères, ne nous
regardons pas dans le miroir trompeur de l'amour-
propre, mais dans le miroir fidèle de la vérité,
mais sans perdre de vue nos misères. Alors nous
nous humilierons sans effort sous la main
puissante de Dieu, et loin de récriminer Sa justice
et Son amour, nous reconnaîtrons qu'Il nous
pardonne encore
, et qui est très
miséricordieux même dans sa rigueur.


Établissons-nous avant tout dans la sainte
indifférence.
"Que le navire s'incline à l'est ou à
l'ouest, au sud ou au nord, quel que soit le vent
qui le pousse, son aiguille ne cessera jamais de
regarder sa belle étoile du nord et du pôle. De même,
bien que tout tourne de haut en bas autour de nous,
et même en nous, c'est-à-dire que notre âme est
triste ou joyeuse, au milieu de la douceur ou de
l'amertume, de la tranquillité ou de la guerre, de la
clarté ou de l'obscurité, des enchaînements, des
saveurs ou des malheurs, dans la sécheresse ou la
douceur, que le soleil l'ouvre ou la rosée le rafraîchit,
toujours le sommet du cœur et de l'esprit, c'est-à-
dire notre volonté supérieure qui est notre boussole,
doit regarder sans cesse et doit être dirigée
perpétuellement à l'amour de Dieu."
La partie
inférieure de notre âme peut être dans l'inquiétude et
l'agitation,
mais la volonté doit rester calme au milieu
de la tempête, tournée vers Dieu et ne cherchant rien
d'autre que Lui,
sans jamais rien nous séparer de son
amour : ni tribulation, ni l'amour de Dieu. l'angoisse,
ni la douleur actuelle, ni la peur des maux futures.

Aimer Dieu et faire sa très sainte volonté, n'est-ce pas
l'essentiel et notre fin même ? Tout le reste n'est que les
moyens d'y parvenir, ainsi que les consolations et les
afflictions, la paix comme combat, la lumière comme
ténèbres.
Quel est le meilleur chemin pour nous ? Nous
ne le savons pas ; Dieu le sait et nous aime ; qu'il se
débarrasse donc de nous comme il l'entend, que notre
meilleur sort soit entre ses mains plutôt que dans les
nôtres.
D'autre part, il ne nous laissera pas le choix,
mais il nous dispose comme maître et souverain ; donc,
prêtons-nous volontiers à son action : C'est Lui qui nous
met à l'épreuve, Il nous soutiendra.
Les saints
préféraient la douleur,
car on gagne plus par la souffrance
que par le travail ;
l'abandon sacré est le chemin le plus
sûr et le plus direct.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz169
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Sam 25 Mai 2019, 1:15 pm

Le P. Baltasar Álvarez a fait cette admirable prière à Dieu :
" Soyez digne de disposer de moi selon votre volonté, car
c'est tout ce que je désire et je ne vous demanderai
aucune autre foi, ni aucun autre moyen, ni aucune faveur
plus ou moins, ni aucune souffrance. Je souhaite le rester
comme vous m'avez fait, et d'être traité comme je le
mérite. Je me contenterai des consolations que vous me
donnerez, et je ne me plaindrai pas des désolations que
vous m'enverrez. Exécute, Seigneur, vos desseins sur moi
en toute liberté, car c'est seulement ainsi que mon âme
pourra trouver le repos qu'elle désire tant.''


Quand les chagrins viennent à nous tomber sur nous et
persistants, abandonnons-nous sans réserve à Celui dont
nous nous croyons peut-être abandonnés, et disons-lui
avec un courage résolu : " Vous le voulez, mon Dieu, je le
veux aussi, et pour aussi longtemps que vous le voulez ".

Il n'y a rien de mieux à faire alors, en chœur, en prière, à
la messe, à la Sainte Communion, que de répéter avec
douceur et sans effort notre fiat - faites-le - ; de répéter
fréquemment dans la journée, comme le recommande
Saint François de Sales : " Oui, Père céleste, oui et
toujours oui "
et de se tenir dans cette disposition
habituelle de l'abandon complet. Voyez là une pratique
courte et simple, et il ne serait plus nécessaire d'acquérir
cette perfection que l'on va souvent chercher très loin.
Le simple fiat dans toutes nos peines intérieures et
extérieures suffira pour nous conduire à une grande
sainteté.


Nous pouvons certainement demander à Dieu d'alléger
nos épreuves, ou de nous les enlever, mais nous ne
sommes pas obligés de le faire ; la chose la plus
commode pour Sa gloire et pour notre bien serait qu'Il
daigne augmenter notre patience.
 Saint Alphonse nous
apprend à dire : "Me voici, Seigneur ! Si tu veux
que je reste dans la désolation et l'affliction toute ma
vie, donne-moi la grâce, fais que je t'aime et dispose de
moi comme tu veux."
Évitons au moins l'agitation
et la précipitation, qui dénoteraient un désir désordonné.

Nous souffrons en paix sans aller mendier des consolations
aux créatures.
Pour ne pas sympathiser avec nous-mêmes,
parlons le moins possible de nos peines, en évitant même
d'y occuper trop notre esprit,
mais demandons conseil et
effort à un homme de Dieu ; surtout, réfugions-nous dans
la prière, pour implorer la force et accepter la croix, en
fixant nos yeux avec amour sur notre Jésus bien-aimé,
qui nous a aimés et s'est livré pour nous. Jamais comme
dans ces circonstances nous n'avons besoin de
persévérer dans la prière, d'appeler le Seigneur à l'aide
et de ne compter que sur Lui.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz170
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Dim 26 Mai 2019, 9:10 am

10. LES TENTATIONS


Pour une âme qui aime Jésus-Christ, dit Saint
Alphonse, il n'y a pas de plus grandes peines
que les tentations,
car tous les autres maux
facilitent l'union la plus intime avec Dieu en
les recevant avec résignation ;
mais les
tentations l'exposent à se séparer de Jésus-
Christ, étant donc beaucoup plus amer que
tout autre supplice.


Toutes les tentations ne viennent pas du diable :
"Chacun est tenté par sa concupiscence qui le
traîne et le séduit",
et ce feu maudit est allumé
par le scandale du pervers et de l'imparfait.
La
plupart des hommes s'exposent
personnellement au danger ou s'y précipitent
les uns les autres.
Le diable n'a
qu'à croiser les bras en les contemplant faire
leur travail ;
au contraire, il ne cesse de
s'agiter autour des âmes qui ne sont pas
dépendantes de lui.
 Ainsi, un père du désert
vit le diable assis tranquillement sur la porte
de la ville d'Alexandrie, tandis que les légions
infernales attaquaient impétueusement les
saints de la solitude.


"Le démon nous attaque de différentes manières",
dit le vénérable Luis de Blosio. La prière vient
secrètement et apparemment sans rien faire, ni
même sous l'extérieur de la piété, pour nous faire
tomber plus facilement dans ses liens ; elle prie
de façon brutale, pour nous faire succomber aux
coups violents et nombreux qu'elle décharge sur
notre personne ; parfois, elle glisse insensiblement
comme un serpent, essayant de nous entraîner
dans des fautes plus grandes par le mépris du plus
petit et piétinant certains remords et doutes pour
former une conscience fausse et dure. Parfois,
sans garder ces considérations, présentez-vous
sous toutes les formes et avec toutes les horreurs,
et proposez les plus grands crimes. Parfois, il
utilise des consolations spirituelles ou des douleurs
intérieures dans le but de nous cacher ou de nous
faire tomber ; d'autres fois, il utilise la prospérité
ou l'adversité temporelle pour nous pousser à la
paresse ou nous précipiter au désespoir... Que
dirons-nous des assauts que les mauvais esprits
vous donneront ? Semblables à des vagues
répétées de mer agitée, elles secoueront
violemment votre cœur et vous croirez à chaque
instant que vous êtes sur le point de subir un
triste naufrage. Il vous semblera que tout l'enfer
a été conspiré contre vous, et que Dieu, irrité,
vous a donné à Satan. Souvent, vous ne pourrez
même pas ouvrir la bouche pour prier, ni chanter
les louanges du Seigneur ; et ces attaques
afflictives en elles-mêmes le seront encore plus à
cause de leur durée et de leurs répétitions
fréquentes. Le diable ne se contentera pas d'une
seule attaque ni de plusieurs ; submergé et plongé
à nouveau dans cette fournaise, vous passerez
des jours tristes, entourés de peines plus ou moins
terribles, mais toujours cruelles".
Saint François de
Sales cite deux exemples mémorables à cet égard,
et ajoute ensuite ceci l'observation encourageante :
Peut-être la tentation deviendra-t-elle si horrible
que les pensées qu'elle suggère vous semblent
qu'elles ne peuvent avoir leur place que dans
l'esprit d'un réprobateur. "Ces grandes agressions
et tentations si forts ne sont jamais permis par
Dieu, mais dans certaines âmes qu'il veut s'élever
à son amour pur et sublime."
Pour le reste,
tant qu'il y a de la vigilance et de la prière, Il est
dans la barque avec nous ;
Il semble dormir, mais
la tempête ne se lèvera qu'au moment de sa
permission, et sera apaisée par un mot de sa
bouche.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz171
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Mer 29 Mai 2019, 10:59 am

Parfois au début, parfois pendant le cours ou vers
la fin de la vie spirituelle, c'est le moment où la
tentation est la plus cruellement ressentie. Dans
certains cas, elle peut même avoir une influence
décisive ; par exemple, lorsqu'elle attaque notre
foi ou notre vocation, il peut arriver que nous
traversions des épreuves spéciales et
inhabituelles, comme les tentations du blasphème,
la haine de Dieu ou des doutes persistants contre
la foi. Le caractère des personnes qui nous
entourent, l'emploi qui nous est confié, les
circonstances transitoires peut être une occasion
de tentation.
 Ceux-ci peuvent avoir leur
origine et leur racine dans le tempérament, dans
le caractère, dans le côté maigre de notre âme,
dans nos défauts dominants ; et puisque chaque
homme est composé de corps et d'âme, et est à
la fois ange et bête,
il devra se battre pour toute
fierté et impureté,
et si aucune grâce spéciale ne
vient,
ce sont les deux ennemis par excellence.

Les saints eux-mêmes ont connu ces douloureuses
épreuves et luttes. Et pour ne parler que des
tentations contre la vertu angélique, certaines en
ont été préservées, comme Sainte Thérèse, Sainte
Rose de Lima et Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.
D'autres n'ont eu cette humiliation qu'au passage :
pendant neuf jours Sainte Madeleine de Pazzis,
Sainte Marguerite Marie pendant quelques heures.
Beaucoup, après une brillante victoire, en furent
désormais préservés, comme notre Père saint Benoît
et saint Thomas d'Aquin. Beaucoup d'entre eux ont
enduré leurs douloureuses agressions pendant de
longues années et même toute leur vie. L'Apôtre des
Gentils, Sainte Françoise Romaine, Sainte Catherine
de Seine, Saint Benoît Labre et combien d'autres !
ont été cruellement giflés par l'Ange de Satan. Ces
tentations ont persisté pendant sept ans à Saint-
Alphonse de Rodríguez, dix-sept à Sainte-Marie-
Égipice, vingt-cinq dans le vénérable César de Busto,
saint Alphonse de Liguorie, un véritable ange de la
paix, ont subi ces attaques de manière effrayante à
quatre vingt huit ans, pendant plus d'une année
entière. Il passe à la compassion Angèle de Foligno
quand elle fait le récit de ses épreuves. C'est le grand
combat pour toutes les âmes, sauf pour une grâce
particulière. Mais il y a certainement d'autres
tentations que nous remarquons à peine, même si
la vie des saints en est remplie.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz172
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Ven 31 Mai 2019, 3:39 pm

Quant à nous, quand serons-nous principalement testés ?
En début, en milieu ou en fin de carrière ? Dans quelle
mesure et surtout ? Avec quel degré d'intensité ou de
durée ? C'est le secret de Dieu, et en partie aussi le
nôtre. L'enfer est une meute de chiens enragés désireux
de nous déchirer,
mais toutes ces maudites bêtes sont
enchaînées ;
c'est Dieu qui les traite à sa guise, et
contre ses dispositions, elles sont l'impuissance même.
Leur enlever toute liberté de tenter, ou de l'accorder
plus ou moins restreinte, comme Il le juge bon, comme
armes qu'ils peuvent utiliser contre ceux qu'Il permet de
tester, dans la matière et pour aussi longtemps qu'elle
est utile.
Pour choisir la tentation, le temps, la violence
et la durée,
tout est entre les mains de Dieu, notre Père,
notre Sauveur, notre Sanctificateur ;
c'est ce qui doit
nous inspirer confiance.
Nous pouvons nous-mêmes,
avec l'aide de la grâce, éviter de nombreuses
tentations, rejeter les assauts les plus violents de
l'ennemi ;
et si nous succombons, ce sera par notre libre
consentement, car le diable peut aboyer contre nous,
nous menacer, nous solliciter, mais il ne mord que celui
qui le veut.
Mais, malheureusement, nous
avons
dans notre libre arbitrel'immense possibilité de
céder, malgré la grâce, et de ne pas la demander, même
d'aller à la recherche de la tentation ; tout cela doit

nous maintenir dans une méfiance continue. Le danger
est donc en fin de compte en nous, et c'est nous que
nous devons craindre avant tout.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz173
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Sam 01 Juin 2019, 6:50 am

Dans tout cela, il y a un mélange de bon plaisir divin
et de volonté signifiée, exigeant que chacun "veille
et prie pour ne pas tomber dans la tentation"
, c'est-
à-dire pour éviter la tentation en ce qui nous
concerne, ou pour obtenir la grâce de ne pas
succomber. Que ceci est présenté en dépit de
l'absence de vigilance et la prière, la volonté de Dieu
nous demande alors de nous battre en tant que
courageux soldats de Jésus-Christ.
 Chacun connaît
parfaitement les moyens à employer, mais, selon
Saint Alphonse, "le remède le plus efficace et le plus
nécessaire de tous, le remède des remèdes, est
d'invoquer l'aide de Dieu et de continuer à prier aussi
longtemps que dure la tentation. Le Seigneur lie
souvent la victoire, non pas à la première prière, mais
à la deuxième, la troisième ou la quatrième. En un
mot, il faut être convaincu que tout notre bien dépend
de la prière ;
de la prière dépend le changement de vie ;
de la prière dépend la victoire sur les tentations ; de la
prière dépend la grâce de l'amour divin, la perfection,
la persévérance et le salut éternel.
L'expérience le
prouve: que quiconque recourt à la tentation de Dieu
triomphe et que quiconque ne se tourne pas vers Dieu
pèche, surtout dans les tentations de l'incontinence ''.


Mais malgré la vigilance, la prière, la lutte, il faut se
résoudre à combattre,
car telle est la bénédiction de
Dieu. ''Je veux que vous sachiez, dit notre Père Saint
Bernard, que personne ne peut vivre sans tentation.
L'un s'en va, en attend un autre avec certitude ; qu'est
-ce que je dis avec certitude, je préfère dire avec crainte.
Demandez à vous en voir libres, mais ne vous promettez
pas le repos complet et la parfaite liberté dans ce corps
de mort. Considérez, cependant, avec quelle bonté Dieu
nous traite, car il nous laisse parfois certaines tentations,
afin de nous préserver des autres qui sont plus dangereux ;
il nous libère rapidement des uns, afin que pour les autres
nous soyons exercés et qu'il sache comment nous être
utiles.''


A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz174
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Dim 02 Juin 2019, 10:56 am

Nous devons mettre notre confiance en Dieu, quelle que
soit la cause des tentations, "N'est-ce pas toujours Lui
qui les permet pour notre bien ? Et pourquoi ne pas
adorer tout ce qu'Il permet dans Ses saints desseins,
sauf le péché qu'Il déteste et que nous devons détester
avec Lui ?"
Pour le reste, dit le vénérable Luis de Blosio,
"considérez que les tentations sont dans les desseins de
Dieu des épreuves destinées à faire ressortir votre amour
pour Lui dans toute sa splendeur, des leçons qui vous
apprendront à être désolé pour ceux qui, comme vous,
seront la cible des tirs de l'ennemi, des moyens pour
expier nos péchés et prévenir nos fautes, des dispositions
à des grâces plus nombreuses et contre la fierté car elles
vous feront sentir que sans Sa grâce vous ne pourrez rien
faire".


Quelle leçon d'humilité ! "Quand une âme", dit Saint
Alphonse est favorisé par Dieu par des consolations
intérieures, il se croit facilement capable de surmonter
toutes les attaques de ses ennemis et de réussir dans
toute entreprise qui intéresse la gloire de Dieu ;
mais,
quand elle est rudement combattue, et est déjà au bord
du précipice et sur le point de tomber, elle sent sa misère
et impuissance à résister, si Dieu ne lui vient pas en aide.''

Des lumières particulières sur l'humilité pourraient lui
donner un sentiment de complaisance, mais la tentation
lui montre à satiété sa misère avec toute sa nudité. Peut-
être s'enivrerait-il de dons et de faveurs célestes, mais la
tentation l'empêche de se lever ou le plonge dans les
profondeurs du néant. Les saints eux-mêmes auraient
été perdus par l'orgueil, mais la tentation était le
contrepoids providentiel et Dieu les a donc plongés dans
un abîme d'humiliation pour les élever vers les hauteurs
de la sainteté.
Ainsi, l'Apôtre, revenu du troisième ciel,
devait être giflé par Satan ; Sainte Catherine de Seine,
après ses communications intimes avec Notre-Seigneur,
Saint Joseph de Cupertino après sa chair ; Saint Alphonse,
ce maître incomparable, devait être tourmenté de
scrupules plus que le dernier de ses disciples.  

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz175
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Lun 03 Juin 2019, 9:49 am

"Il est nécessaire - dit notre Père Saint Bernard -
qu'il y ait des tentations, parce que personne
ne peut être légitimement couronné sans avoir
combattu,
et pour combattre il est nécessaire
d'avoir des ennemis. Au contraire, plus il y a
d'actes de résistance, plus il y a de couronnes."

Sinon, nous nous reposerions sur nos lauriers ;
mais sur le champ de bataille, il n'y a pas d'autre
choix que de conquérir ou de mourir, et pour ne
pas périr, il faut regarder, prier, obéir, humilier,
mortifier, faire cent fois plus que ce qui est
dangereux.
Le diable nous poursuit par haine et
nous force, pour ainsi dire, à marcher, devenant
ainsi, malgré sa malice, un facteur très important
pour notre progrès spirituel.
C'est pourquoi,
conclut Saint Alphonse, Dieu permet souvent aux
âmes qu'il aime le plus d'être les plus tentées,
d'acquérir plus de mérite sur terre et plus de gloire
au ciel. Se voyant attaqués par tant d'ennemis, se
détachant de la vie présente, ils désirent
ardemment la mort, pour s'envoler vers Dieu et ne
pas être exposés à le perdre.
Quand quelqu'un,
alors, se trouve au milieu des tentations (tant qu'il
fait son devoir), au lieu d'avoir peur de ne pas être
dans la grâce de Dieu, il doit avoir davantage
confiance en son amour.


Ce serait donc une erreur d'être dérangé par le simple
fait que la tentation est fréquente et violente ; et on
n'agirait pas avec la moindre erreur, en la craignant
de façon excessive.
Car, dit Sainte
Thérèse, si ce Seigneur est puissant, comme je le
vois, et je sais qu'il l'est, et que les démons sont
ses esclaves, et qu'elle ne doit pas être mise en
doute, car elle est de foi, étant moi la servante de
ce Seigneur et Roi, quel mal peuvent-ils me faire ?
pourquoi ne serais-je pas assez forte pour combattre
avec tout le mal ? J'ai pris une croix dans ma main
et il m'a semblé que j'étais vraiment encouragé par
Dieu, que j'en voyais une autre en peu de temps,
que je n'aurais pas peur de les prendre dans mes
bras, qu'il me semblait facile de les vaincre tous
avec cette croix ; et ainsi je dis : Venez, vous tous,
qui êtes un serviteur du Seigneur,  Je veux voir ce
que tu peux me faire.


»C'est sans doute qu'il me semblait qu'ils m'avaient
fait peur, parce que j'étais calme et si intrépide de
tous, que toutes les peurs que j'avais auparavant
jusqu'à aujourd'hui m'ont été enlevées: parce que
même si parfois je les ai vues, comme je le dirai
plus tard, je n’ai pas eu presque peur avant de
penser que je m’avais eu. Je suis resté une
seigneurie contre eux, bien donné du Seigneur de
tous, que je ne leur ai pas donné plus que des
mouches. Ils me semblent si lâches que, voyant
qu'ils les ont peu à la main, ils n'ont pas la force,
ils ne savent pas que ces ennemis entreprennent
en réalité, mais à qui ils voient qu'ils se sont rendus,
ou quand Dieu le permet, pour leurs serviteurs
plutôt plutôt que les tentations et tourments.
''Plaire à Sa Majesté, nous avons craint ceux à
qui nous devons avoir peur et nous avons compris
que nous pouvions subir de plus grands dommages
d’un péché véniel, celui de tous les enfers réunis,
car c’est ainsi ".
Le pieux évêque de Genève a parlé
de la même manière à sainte Jeanne de Chantal:
"Vos tentations contre la foi se sont renouvelées,
elles vous assaillent de toutes parts; mais vous y
pensez trop, vous les craignez beaucoup, vous les
préemptez trop. Vous estimez la foi et vous ne
voudriez pas qu'une seule pensée contraire vienne
à vous, et vous pensez que tout le blesse.

Non, en aucun cas. ne prenez pas le murmure
des feuilles par le choc des armes. Notre ennemi
est un fauteur de troubles consommé, mais ne
vous inquiétez pas de la nouvelle, qui a crié tout
autour des saints et armée de grands éclats de
rire, et malgré tout, vous les avez placés à la
place que le malheureux a perdus! Ne soyons pas
effrayés par sa bravade, car, sachant qu'il ne peut
nous faire de mal, il entend même nous semer la
peur, et avec crainte de nous déranger, et avec
agitation pour nous fatiguer et avec fatigue pour
nous faire succomber. Ne craignons que Dieu, mais
que cette peur soit aimante.
Gardons les portes
fermées, faisons attention de ne pas laisser tomber
les murs de nos résolutions et vivons en paix. "

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz176
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Empty Re: LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français

Message  Monique le Sam 08 Juin 2019, 10:56 am

Cette tentation est horrible, qu'elle vous impressionne,
que vous êtes enclin au mal ;
peu importe, l'impression
n'est rien de plus qu'un sentiment, et vous humilie,
mais ne vous rend pas coupable. Ressentir, c'est ne pas
consentir.
Tout ce qui se passe dans la partie
inférieure de l'âme : imaginations, souvenirs, impressions,
mouvements désordonnés, tout est en nous, mais ce n'est
pas le nôtre, et par sa nature même est indélébile et
involontaire,
et ce qui constitue un péché n'est qu'un
consentement.
L'inclinaison est une maladie de la
nature, pas un trouble de la volonté. Le plaisir
pécheresse sollicite le mal et constitue un danger, mais
il n'est imputable que dans la mesure où la volonté le
cherche ou l'accepte.
Quelle que soit la force des
suggestions du diable, quels que soient les fantômes
qui soient bruyants dans votre imagination,
si cela
arrive malgré vous,
loin de tacher votre âme, ils la
rendent plus pure et plus agréable à Dieu.
Une douleur
amère s'empare de vous dans les tentations d'impureté,
de haine, d'aversion ou autres : la peur d'avoir succombé
aux tourments et vous agite,
mais cette même peur est
un signe évident que vous conservez à un haut degré la
peur de Dieu, l'horreur du péché, la volonté de résister.

Il est moralement impossible pour une telle âme
consentante de changer en un instant et de donner
son consentement complet et absolu au péché mortel
sans l'en avertir par toute clarté.
Tout ce qui peut
arriver, c'est que, vu la force ou la fréquence de la
tentation, il y a eu une certaine négligence, un
moment de surprise, par exemple, un désir de
vengeance commencé, des mouvements de
complaisance semi-volontaires, mais pas des
consentements pleins, entiers, délibérés, qui ne sont
pas possibles dans cette situation d'âme, ou il serait
au moins très facile de connaître la transition entre
l'horreur invincible du péché mortel et son
acceptation pleine et entière.

A SUIVRE...

LE SAINT ABANDON (Dom Vital Lehodey) espagnol/français - Page 7 Abraz177
Monique
Monique

Nombre de messages : 8319
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum