Saint Dominique de Gusman.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Lun 10 Sep 2018, 2:45 pm

Petits Bollandistes, a écrit:
SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

FONDATEUR DE L'ORDRE DES FRÈRES PRÊCHEURS

1170-1221. — Papes : Alexandre III; Honoré III. — Souverains de Castille : Sanche III
et Ferdinand II, Ferdinand III.


Quis putas puer iste erit?

Luc, I, 66.

Dominicus et Franciscus, ceu gemina Ecclesia sidera.
Dominici labia visa sunt ad instar alvearis et favi mellis.


Dominique et François d'Assise,
voilà les deux astres les plus brillants de l'Eglise.
Les lèvres si pures de Dominique
ont distillé pour elle un miel précieux.
                 
Lobbetius, de S. Dominico.

.NOTE de LOUIS: En ce qui concerne les Congrégations ou Confréries du Rosaire; nous n’élaborerons point sur ce sujet car, aujourd’hui,les jours sont mauvais, comme dirait S. Paul (Eph. 5, 16); ces Congrégations ou Confréries n’existent plus.

Nous ajouterions même que de nos jours la seule chose à faire quand il y a des obligations que nous ne pouvons pas remplir, eh bien ! nous ne les remplissons pas : ce qui veut dire, que, dans ces cas, pour mériter le fruit spirituel de notre action, nous remplissons les obligations…en ne les remplissant pas !


Bien à vous.

Voici un homme admirable que Dieu a fait naître après le milieu du XIIe siècle pour être par lui-même et par ses religieux la lumière du monde, la colonne de l'Eglise, le soutien de la religion chrétienne, le réformateur des mœurs, le fléau des hérétiques, la ruine de l'idolâtrie et de toutes les sectes des infidèles, et le mur d'airain que le Saint-Siège apostolique a toujours opposé à tous ses ennemis. Nous sommes d'autant plus obligé de donner exactement sa vie, qu'il y a peu de personnes parmi les fidèles qui n'aient une étroite liaison avec lui, soit pour avoir embrassé un des trois Ordres dont il est le père et le chef, soit pour être de la confrérie du saint Rosaire, qui le reconnaît pour son auteur.

Il parut sur la terre au temps du pontificat d'Alexandre III et de l'empire de Frédéric Ier, surnommé Barberousse, l'an 1170, époque à laquelle saint Thomas, archevêque de Cantorbéry, fut massacré en Angleterre pour le soutien des droits et des immunités ecclésiastiques ; comme si Dieu, en appelant à lui ce puissant défenseur de son Epouse, eût voulu la récompenser au centuple d'une si grande perte en lui donnant ce saint patriarche qui devait lui composer des armées entières de prédicateurs et de martyrs. Le lieu de sa naissance fut Calahorra, ville de la vieille Castille. Il eut pour père Dom Félix de Gusman, de l'illustre famille des Gusman, qui tirait son origine des ducs de Bretagne et qui, dans la suite des siècles, s'est alliée par des filles aux rois d'Espagne et de Portugal. Les auteurs espagnols disent que sa mère s'appelait Jeanne d'Aza, et qu'elle était de la famille des chevaliers d'Aza, que leurs belles actions ont rendus recommandables dans l'histoire de leur pays.

Mais le Père Jean de Sainte-Marie, après le bienheureux Alain de la Roche, nous apprend qu'elle s'appelait Jeanne de Bretagne et qu'elle était fille d'un comte de Bretagne avec qui Félix de Gusman voulut faire alliance comme étant descendant, par ses ancêtres, d'une même tige. Il peut se faire, néanmoins, qu'elle eût acquis de sa dot la seigneurie d'Aza, qui n'est pas loin de Gusman et de Calahorra et qu'elle en eût pris le surnom d'Aza. C'était une dame d'une singulière vertu et qui, sur le tombeau magnifique qu'on lui a bâti au couvent des Frères Prêcheurs de Pennafiel, où son corps a été transporté en l'année 1318, est appelée sainte Jeanne,  femme de Dom Félix de Gusman et mère de saint Dominique.

Ce saint enfant ne fut pas le seul fruit du chaste mariage de ces illustres personnes.

Le premier fut Dom Antoine de Gusman, qui se fit prêtre, et, ayant distribué tous ses biens aux pauvres, se retira dans un hôpital pour y servir Jésus-Christ dans ses membres souffrants ; il parvint à une éminente sainteté. On dit même qu'il a fait après sa mort plusieurs miracles qui le font vivre encore dans la mémoire des hommes et qui sont des marques éclatantes de la gloire qu'il possède dans le ciel.

Le second fut Mannès de Gusman, qui, après l'établissement de l'Ordre des Frères Prêcheurs, y voulut être reçu et y a passé sa vie avec beaucoup de louanges dans les exercices d'un saint prédicateur et d'un parfait religieux.

Pour notre Saint, qui ne fut que le troisième, Dieu fit connaître avant sa naissance qu'il serait un homme extraordinaire…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mer 12 Sep 2018, 6:57 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Pour notre Saint, qui ne fut que le troisième, Dieu fit connaître avant sa naissance qu'il serait un homme extraordinaire et dont tout le Christianisme tirerait de signalés services. Sa mère, le portant encore dans son sein, voulut faire une neuvaine dans l'église de Saint-Dominique de Silos pour son heureux accouchement. Au septième jour de sa dévotion, ce bienheureux abbé lui apparut avec son habit religieux, mais dans une splendeur toute céleste, et l'assura qu'elle portait dans son sein un enfant qui, par sa sainteté et sa doctrine, serait la lumière du monde et la consolation de toute l'Eglise. Une autre fois, il lui sembla qu'elle avait dans ses flancs un petit chien tenant un flambeau dans sa gueule, et qu'après être né il mettait le feu par toute la terre. C'était un symbole qui marquait que son fils crierait et, pour ainsi dire, aboierait continuellement contre le vice ; qu'il éclairerait tous les royaumes par la pureté de ses lumières et qu'il allumerait le feu de la charité dans une infinité de cœurs.

Il fut appelé Dominique au baptême, en l'honneur de ce glorieux Confesseur qui avait fait à sa mère de si heureuses prédictions. Les fonts baptismaux dans lesquels il fut régénéré subsistent encore, et Philippe III, roi d'Espagne, en l'année 1601, les fit transporter de Calahorra à Valladolid pour y faire conférer ce même sacrement à son fils, l'infant d'Espagne, qu'il fit nommer Philippe-Dominique-Victor, et qui lui a succédé, et à sa fille, Anne d'Autriche, depuis femme de Louis XIII et mère de Louis XIV, dit le Grand.

Il eut encore, après la naissance de cet admirable enfant, de nouveaux présages de ce qu'il devait être un jour, car sa marraine, qui était une dame de qualité et fort vertueuse, eut un songe mystérieux dans lequel elle lui voyait sur le front une étoile si éclatante qu'elle surpassait en lumière tous les astres qui sont dans le ciel et répandait ses rayons par toute la terre; et, comme il était encore au berceau, on vit un essaim d'abeilles qui voltigeaient autour de son visage et qui semblaient vouloir faire une ruche de sa bouche, de même que les païens le racontent de Pindare, de Platon et de Hiéron, roi de Sicile, et comme l'Histoire ecclésiastique nous l'apprend bien plus sûrement du grand docteur saint Ambroise, dont l'éloquence a aussi été plus douce et plus agréable que le miel.

On dit encore qu'un jour, sa mère l'ayant mené à la messe au monastère de Saint-Dominique de Silos…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Jeu 13 Sep 2018, 7:17 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

(SUITE)

On dit encore qu'un jour, sa mère l'ayant mené à la messe au monastère de Saint-Dominique de Silos, le prêtre, qui célébrait le sacrifice, au lieu de dire Dominus vobiscum, répéta par trois fois en se tournant vers l'enfant : Ecce Reformator Ecclesia; « voilà celui qui réformera les mœurs des fidèles ». Ce qu'il fit sans y penser et par une impulsion surnaturelle qui changea les paroles qu'il voulait dire en cet oracle du ciel.

L'événement vérifia bientôt des présages si merveilleux. Dominique n'eut presque rien de l'enfance que la petitesse et l'impuissance corporelles. Son esprit s'ouvrit en peu de temps, et ce fut avec tant de bonheur qu'on voyait dès lors en lui la présence et la maturité d'un vieillard. Il fut toujours modeste, retenu, humble, dévot, tempérant et obéissant. Il n'était pas encore hors de la conduite d'une nourrice qu'il commença à faire des mortifications que les personnes les plus ferventes auraient de la peine à entreprendre dans un âge avancé, car il se levait la nuit à l'insu de tout le monde pour faire sa prière et ne se couchait plus ensuite que sur le plancher, sans paillasse ni couverture.

Lorsqu'il fut en âge d'apprendre les lettres, ses parents le donnèrent à un de ses oncles qui était archiprêtre de l'église de Gumiel d'Yzan et qui eut soin de l'instruire et de le faire instruire très-parfaitement. Les exercices du saint enfant, hors le temps de son étude, étaient les mêmes que ceux de son maître, car il se rendait assidûment aux divins offices, où il chantait avec une ferveur et une dévotion admirables ; il s'adonnait aussi à l'oraison mentale, où il recevait des lumières et des consolations très-particulières.

Nous lisons même dans le bienheureux Alain que, dès ce temps-là, la sainte Vierge le visita et lui enseigna l'excellente dévotion du Rosaire, qu'il a depuis répandue dans tout le monde et qui a été une source de grâces et de bénédictions spirituelles et temporelles pour tous les fidèles.

D'autres auteurs, néanmoins, mettent plus tard cette apparition, et quelques-uns la reculent jusqu'au temps où notre Saint combattait pour la foi contre les Albigeois; mais il se peut faire que Notre-Dame lui soit apparue plusieurs fois pour l'instruire sur cette dévotion et que, ne lui en ayant marqué que quelques points dans son enfance, elle lui en ait, dans la suite, découvert plus clairement les secrets et les mystères, comme nous l'expliquerons exactement au 1er octobre [extraits], où nous donnerons un article entier sur l'institution du saint Rosaire.

A l'âge de quatorze ans, ses parents l'envoyèrent à l'Université de Palencia…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Ven 14 Sep 2018, 7:45 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

A l'âge de quatorze ans, ses parents l'envoyèrent à l'Université de Palencia: Il y fit de rapides progrès dans la rhétorique, la philosophie et la théologie ; il acquit aussi une parfaite connaissance de l'Ecriture et des Pères. Il employa environ six ans à ces études, mais sans rien relâcher de ses exercices de piété. Il avait chaque jour ses heures marquées pour la prière ; il y manquait beaucoup moins qu'à prendre le sommeil et le repas qui lui étaient nécessaires pour faire subsister son corps, et saint Antonin nous assure qu'il ne s'approchait jamais de Dieu, qui est un abîme de miséricorde et de bonté, sans être aussitôt ravi hors de lui-même ni sans recevoir quelque grâce extraordinaire. Il jeûnait presque toujours, ne buvait jamais de vin, dormait fort peu et n'avait d'autre lit que le plancher de sa chambre. Il gardait aussi une solitude continuelle, ne sachant presque point d'autre chemin dans Palencia que celui de l'église et celui des écoles publiques. Il évitait les mauvaises compagnies, les visites, en un mot tout ce qui peut nuire à la vertu de chasteté ; et, comme sa tendresse pour la sainte Vierge s'augmentait de plus en plus dans son cœur, il était merveilleusement exact à réciter tous les jours plusieurs Rosaires en son honneur, et y mettait un tel recueillement que cette prière vocale valait bien les méditations et les oraisons mentales de plusieurs âmes contemplatives.

Il avait, dès ce temps-là, tant de compassion pour les personnes affligées que, s'il ne pouvait pas les soulager, il pleurait amèrement leur misère. Pendant une furieuse famine qui dépeuplait presque toute l'Europe, en l'année 1191, il ne se contenta pas de donner tout ce qu'il avait d'argent, mais il vendit aussi tous ses meubles et même tous ses livres, c'est-à-dire ce qu'il avait de plus précieux, pour assister les pauvres ; son exemple porta les plus riches de Palencia à ouvrir leurs cœurs, leurs greniers, leurs coffres, et leurs mains à une infinité de malheureux que la pauvreté mettait en danger de mourir de faim. Il fit encore, depuis, la même chose dans une autre occasion. Cette charité attirait chez lui toutes sortes de nécessiteux pour lui demander du secours : une pauvre femme le pria, les larmes aux yeux, de lui faire quelque aumône pour racheter son frère des mains des Maures qui l'avaient fait esclave. Dominique avait alors tout donné et il ne lui restait rien dont il pût la secourir dans cette extrémité ; mais la charité est à la fois ingénieuse et héroïque, il dit à cette femme : « Je n'ai ni or ni argent, ne vous affligez cependant pas, je sais travailler. Offrez-moi aux Maures en échange pour votre frère ; je veux être esclave à sa place ». Celle-ci, étonnée d'une pareille proposition, n'osa l'accepter ; mais Dominique n'en eut pas moins devant Dieu le mérite de la charité.

Dominique n'avait pas une moindre compassion pour les maux spirituels de son prochain…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Sam 15 Sep 2018, 6:41 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Dominique n'avait pas une moindre compassion pour les maux spirituels de son prochain. Dès sa jeunesse, il faisait de très-rudes pénitences et se dévouait aux rigueurs de la justice divine pour la conversion des pécheurs. Son corps ne pouvant porter le poids de tant d'austérités, il tomba dangereusement malade, et il était en péril évident de mort, si saint Jacques le Majeur, qui lui apparut en cette extrémité, ne lui eût rendu une santé qu'il employa avec un courage tout nouveau au salut des âmes. Il ne se contenta pas d'y travailler en secret par ses mortifications et ses prières ; mais, comme Dieu lui avait donné une éloquence puissante, il l'employa à ramener les esprits à la piété et à la perfection chrétienne.

Parmi ceux qu'il convertit alors, on remarque un jeune prince qui avait étudié avec lui ; persuadé par les exhortations de Dominique de la vanité du monde et du bonheur qui se trouve dans le service de Dieu, il renonça à tous les plaisirs et aux honneurs que sa naissance lui promettait pour entrer dans l'Ordre de Cîteaux, où il fut depuis élu abbé, et de là fut élevé à l'éminente dignité de cardinal. On dit que ce fut Conrad Eginon, fait cardinal et évêque de Port.

On était déjà avide de l'entendre.

On le consultait de tous côtés sur les affaires les plus épineuses, tant on avait de confiance dans son érudition et dans sa probité.

Ceux qui avaient à choisir un état de vie demandaient son avis sur ce choix d'où dépendent souvent l'avenir terrestre et la destinée temporelle.

Ceux qui gémissaient sous le poids de leurs vices s'adressaient à lui comme à un excellent médecin et le priaient de leur en marquer les remèdes.

Enfin, ceux qui avaient des difficultés sur la théologie, les cas de conscience ou l'intelligence des saintes lettres, avaient recours à ses lumières et s'en rapportaient à ses décisions comme s'il eût été l'oracle de l'Université de Palencia, où il donnait des leçons publiques d'Ecriture sainte.

L'évêque d'Osma, Martin de Bazan, ayant converti les Chanoines de sa cathédrale en Chanoines réguliers, résolut d'y attacher le jeune Dominique…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Dim 16 Sep 2018, 7:49 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

L'évêque d'Osma, Martin de Bazan, ayant converti les Chanoines de sa cathédrale en Chanoines réguliers, résolut d'y attacher le jeune Dominique, qui appartenait à ce diocèse. Il chargea de cette affaire dom Diego de Azévédo, prieur du chapitre réformé. Notre Saint reçut cette proposition comme un ordre du ciel ; il se rendit à Osma, auprès de son prélat, où il prit l'habit religieux, à l'âge de vingt-cinq ans.

Il regarda comme rien tout ce qu'il avait fait jusqu'alors; et, fixant les yeux, comme saint Paul, sur ce qui lui restait à faire, il entreprit, avec un courage nouveau, de se combattre lui-même et d'acquérir les vertus chrétiennes et religieuses. Il prolongea ses veilles et ses prières, augmenta ses jeûnes et ses autres mortifications corporelles, et se prescrivit dès lors pour règle de prendre chaque nuit trois fois la discipline avec des chaînes de fer. Il renouvelait en sa personne la vie austère et pénitente des anciens Pères de l'Egypte et de la Thébaïde, dont il méditait les exemples et les maximes dans les conférences de l'abbé Cassien.

Cependant ses austérités ne l'empêchaient pas de travailler à la conversion des pécheurs et au grand ouvrage du salut des âmes. Les fruits de ses prédications furent très-abondants. Il confirma les catholiques, confondit les infidèles, et convertit même beaucoup de Maures hérétiques.

Enfin, il s'acquit une telle réputation d'homme apostolique, que les Eglises vacantes le voulaient avoir pour évêque, et qu'en effet on lui présenta un évêché suffragant de Compostelle. Mais il répondit dès lors ce qu'il a souvent répondu : « Dieu ne l'avait pas envoyé pour être évêque, mais pour prêcher »; non me misit Dominus episcopare, sed prædicare. Au reste, il faisait toutes ces merveilles, principalement par la prédication du saint Rosaire, dont il expliquait les mystères, et qu'il conseillait à tout le monde de réciter avec attention et avec ferveur.

Lorsqu'il fut revenu de cette grande mission, son prélat l'ordonna prêtre et le fit sous-prieur de sa nouvelle Congrégation. C'était en réalité la première charge, puisque l'évêque était prieur. Mais, comme ce bon pasteur reconnut que Dominique était appelé de Dieu aux travaux évangéliques, il ne voulut pas renfermer une telle lumière dans un cloître.

Il l'envoya premièrement à Palencia, où il avait étudié, pour y enseigner la théologie. C'était alors une Université considérable, et où il y avait beaucoup d'écoliers, soit du pays, soit de l'étranger ; mais depuis elle a été transférée à Salamanque. Dominique s'y fit admirer par la profondeur de sa doctrine et la pénétration de son esprit. Ses discours de piété n'avaient pas moins de succès. On dit que ce fut en ce temps que, par la vertu du Rosaire qu'il prêchait, une fille, nommée Alexandre, qui le récitait assidûment, et qui fut cruellement massacrée sans avoir moyen de se confesser, ressuscita cinq mois après pour recevoir de lui ce sacrement.

L'évêque d'Osma lui permit de faire ensuite une seconde mission…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Lun 17 Sep 2018, 7:16 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

L'évêque d'Osma lui permit de faire ensuite une seconde mission. Il parcourut donc les côtes de la Galice avec un autre religieux de sa Congrégation, nommé frère Bernard, excitant tout le monde à la dévotion envers Notre-Dame, pour mériter la grâce et la miséricorde de son Fils. Un jour qu'il prêchait sur le bord de la mer, des pirates turcs s'emparèrent de lui et le firent prisonnier. Mais à peine fut-il sur leur vaisseau, qu'une tempête furieuse éclata : les corsaires ont peur; ils invoquent le vrai Dieu, abjurent le mahométisme, et saint Dominique apaise aussitôt la mer irritée. Le vaisseau vint aborder à un port de Bretagne, où, après le baptême, il établit pour eux la Confrérie du Rosaire (Avertissement) , qu'il porta ensuite à Vannes, où il alla visiter le duc de Bretagne, qui était son proche parent. Les fruits qu'il fit en ce pays par ses prédications furent si grands, qu'il ne pouvait pas suffire à entendre les confessions générales.

Une infinité de personnes voulurent communier de sa main, et l'évêché de Dol étant vacant, on lui fit de grandes instances pour l'accepter. Il le refusa généreusement, disant, comme autrefois, « qu'il n'était pas envoyé pour être évêque, mais pour prêcher ». Le duc le voulut au moins retenir dans ses Etats, et fit même défense à tous ses sujets de le laisser sortir ; mais la sainte Vierge l'enleva de là et le conduisit heureusement dans la ville d'Osma, auprès de son évêque, pour y continuer ses exercices de prédicateur apostolique.

Ce fut alors que ce grand homme prêcha plus ouvertement, dans la Castille et l'Aragon, la dévotion que cette Reine des anges lui avait apprise, et qu'il en établit de tous côtés la Confrérie (Avertissement). On rapporte des prodiges presque incroyables et des conversions tout à fait surprenantes qu'il fit par ce moyen : ainsi se convertirent Alphonse, huitième ou neuvième roi de Castille, qui, par l'assiduité à dire saintement son Rosaire, changea entièrement de vie et de conduite, devint un très-bon prince, remporta une victoire signalée sur le Miramolin, qui s'était, emparé de ses Etats, lui défit plus de deux cent mille hommes en un seul combat, et rentra dans la paisible possession de son royaume ; un autre Alphonse, roi de Léon et de Galice, qui échappa à la damnation éternelle, que ses crimes lui avaient méritée, par la promesse de dire tous les jours dévotement son Rosaire; et beaucoup d'autres semblables, que le lecteur trouvera dans les Annales et les Histoires entières de l'Ordre de Saint-Dominique.

Cependant ce même roi de Castille, dont nous venons de parler, père de Blanche, depuis reine de France et mère de saint Louis…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mar 18 Sep 2018, 6:32 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Cependant ce même roi de Castille, dont nous venons de parler, père de Blanche, depuis reine de France et mère de saint Louis, nomma pour ambassadeur en France dom Diego de Azévédo, devenu évêque d'Osma en 1201, afin d'y négocier le mariage du prince Ferdinand, son fils, avec la princesse de Lusignan, fille de Hugues le Brun, comte de la Marche, en Limousin 1. L'évêque voulut que Dominique l'accompagnât. Ils partirent donc ensemble de Castille, et, prenant leur route par le royaume d'Aragon et par les villes de Perpignan et de Narbonne, ils arrivèrent en Languedoc et aux environs de Toulouse, où ils virent avec douleur les étranges ravages qu'y causaient les hérétiques Albigeois. Il arriva même, par une conduite admirable de la divine Providence, qu'ils logèrent chez un homme infecté de cette hérésie ; mais saint Dominique étant entré en conférence avec lui, lui représenta avec tant de zèle et de force la fausseté de ses dogmes et l'impiété de ses pratiques, que la nuit même il le retira de son aveuglement et le fit rentrer dans le sein de l'Eglise ; de sorte que, selon la remarque de Vincent de Beauvais, il lui pouvait adresser ces paroles de l'Ecclésiastique : Hospitio mihi factus es frater ; « par l'hospitalité que tu m'as rendue, tu es devenu mon frère ». Ce furent là les prémices des fruits inestimables que ce saint Patriarche devait bientôt produire dans cette province par l'entière réduction de ces mêmes Albigeois.

Le voyage de nos illustres ambassadeurs fut heureux. Ils trouvèrent le comte de la Marche dans son château de Gacé ; ils lui firent la proposition du roi de Castille, et ils obtinrent de lui ce que ce roi désirait pour l'alliance de Ferdinand, son fils, avec la princesse, sa fille. Après de si bonnes paroles, ils retournèrent en Espagne pour en informer Alphonse, qui, voulant consommer cette affaire, les renvoya sur leurs pas avec une grande suite et un train magnifique, pour amener la future épouse de Ferdinand. Ils revinrent donc en France pour ce sujet; mais ils furent bien surpris, lorsqu'ils arrivèrent dans le pays de la Marche, d'apprendre la mort de cette jeune princesse, et de la trouver couverte d'un drap mortuaire au lieu des habits précieux qu'on lui préparait pour la cérémonie de ses noces. Ils reconnurent en cela plus que jamais la vanité des grandeurs humaines, et, ayant envoyé en Espagne le train qu'ils avaient amené, ils prirent la résolution d'aller ensemble à Rome pour obtenir du Pape la permission d'aller prêcher aux Cumains, qui étaient des peuples septentrionaux encore idolâtres, les vérités de l'Evangile, ou de s'arrêter dans le Languedoc pour y combattre, avec les autres missionnaires, les erreurs abominables des Albigeois.

On dit qu'avant de sortir de France…
_________________________________________________________

1. D'autres entendent par là une province de Suède; d'autres, d'Allemagne.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mer 19 Sep 2018, 7:26 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

On dit qu'avant de sortir de France ils firent un voyage à Paris pour y rendre visite à la pieuse Blanche, fille de leur roi, et mariée à Louis VIII, qui n'était encore qu'héritier présomptif de la couronne, et que saint Dominique conseilla à cette princesse de réciter assidûment le Rosaire, pour se rendre digne de donner à la France un prince sage, dévot et généreux, tel qu'a été son fils saint Louis, le plus grand monarque qui ait jamais porté la couronne des fleurs de lis.

Lorsque nos saints voyageurs furent arrivés à Rome, le pieux évêque pria instamment le pape Innocent III de le décharger de son évêché, afin qu'il fût plus libre pour travailler à la réduction des infidèles et des hérétiques. Mais le Pape, qui connaissait ses mérites, n'eut garde de priver l'Eglise d'un si digne pasteur ; il lui permit seulement de demeurer deux ans en Languedoc, pour y exercer son zèle contre les Albigeois, avec les trois légats qu'il y avait déjà envoyés, qui étaient dom Arnauld, seizième abbé de Cîteaux; dom Pierre de Castelnau, religieux de Froidefond, et dom Rodolphe, aussi religieux de cette abbaye.

Avec cette permission, il reprit le chemin de France, toujours accompagné de saint Dominique, et, avant de s'engager dans cette glorieuse mission, il visita l'abbaye de Cîteaux, dont la sainteté était la bonne odeur de Jésus-Christ pour tout le monde. Il y demeura trois jours, et prit même par dévotion l'habit de ce saint Ordre, imitant en cela saint Thomas de Cantorbéry, et beaucoup d'autres prélats qui s'étaient revêtus de ces précieuses livrées pour avoir part aux mérites d'une si sainte maison. Quelques auteurs écrivent que saint Dominique fit la même chose : ce que nous trouvons vraisemblable, puisqu'il était trop zélé pour ne pas imiter son prélat dans une pratique de piété qui ne répugnait point à son état.

Ces saints personnages allèrent de là à Montpellier, où les légats du Saint-Siège s'étaient assemblés. Ils avaient déjà beaucoup travaillé pour la réduction des hérétiques ; mais le peu de progrès qu'ils avaient fait leur faisait chercher des moyens plus efficaces que ceux qu'ils avaient employés jusqu'alors. Dominique eut recours pour cela à la prière; et Dieu lui fit connaître que le véritable moyen de vaincre les hérétiques, était de prendre une forme de vie apostolique, faisant les voyages à pied, sans train, sans argent, sans serviteurs, sans provisions et dans un parfait abandon aux soins de la divine Providence, afin de prêcher plutôt par exemple que par paroles, et de confondre, par cette conduite, l'hypocrisie de quelques-uns de ces hérétiques qui, se donnant le nom de parfaits, faisaient profession d'une grande pauvreté et d'une abstinence extrême.

Le Saint ayant reçu cette lumière, la communiqua à son évêque, et ce prélat la proposa dans le Synode en présence des légats. Ils y trouvèrent d'abord de la difficulté, craignant que les catholiques ne s'effarouchassent en voyant leurs prélats et leurs missionnaires dans un état si dénué de toutes les commodités temporelles. Mais l'évêque et Dominique les encouragèrent et s'offrirent de commencer eux-mêmes ce genre de vie. Ils envoyèrent donc en Espagne tout ce qu'ils avaient de train et de meubles et se mirent à prêcher, en apôtres, les vérités chrétiennes contre les impostures des hérétiques.

Les autres missionnaires suivirent leur exemple, et voulurent absolument que l'évêque fût chef de la mission…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Jeu 20 Sep 2018, 7:12 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Les autres missionnaires suivirent leur exemple, et voulurent absolument que l'évêque fût chef de la mission ; Dieu bénit si merveilleusement leurs travaux, qu'ils faisaient, en un jour, plus de conquêtes qu'ils n'en avaient fait auparavant en plusieurs mois. Ils prêchèrent à Caraman, ville située près de Toulouse. Le peuple fut si touché de leurs discours, que, reconnaissant la vérité, il chassa de ses murs les deux principaux hérétiques du pays, appelés Baldwin et Thierry. L'abbé de Cîteaux n'était pas alors avec eux, ayant été obligé de faire un voyage à son abbaye pour y présider à son Chapitre général. Le Bienheureux Pierre de  Castelnau fut aussi contraint de prendre du repos à cause des mauvais traitements qu'il reçut des ennemis de l'Eglise.

Ainsi, la mission ne fut plus composée que du saint évêque, de Rodolphe et de Dominique. Les hérétiques leur opposèrent des livres pleins d'impostures, de blasphèmes et d'invectives contre Dieu et contre les Saints, qu'ils répétèrent encore en plusieurs discussions publiques. Dominique y répondit de vive voix et par écrit ; mais avec tant de force et de netteté, que ses séducteurs se voyaient dans l'impossibilité d'y répliquer. Ils demandèrent son écrit pour l'examiner en leur particulier,  promettant de se rendre s'ils le trouvaient suffisamment appuyé. Le Saint le leur donna, sachant bien que la vérité serait toujours invincible. Ils le lurent ensemble, l'examinèrent avec toute la malice que l'esprit d'hérésie leur suggérait, et s'efforcèrent d'y trouver des réponses ; mais les arguments dont il était soutenu leur parurent si forts et si convaincants, qu'ils ne crurent pas les pouvoir détruire. Dans cette inquiétude, un de la compagnie dit qu'il fallait le jeter dans le feu, et que, s'il ne brûlait point, c'était signe que la doctrine contraire était la meilleure et la plus soutenable. Tous s'accordèrent à cet avis, et aussitôt ils lancèrent l'écrit de Dominique au milieu des flammes : il y demeura quelque temps sans brûler ; mais Dieu, voulant augmenter le  miracle, les flammes le rejetèrent hors de leur sein, sans lui avoir fait aucun dommage. Ce miracle n'amollit pas ces endurcis : ils reprirent ce livre merveilleux et le jetèrent une seconde fois à l'endroit où le brasier paraissait le plus ardent; mais ce fut inutilement : il en sortit avec la même intégrité qu'il en était sorti auparavant. Ils le reprirent une troisième fois, et le plongèrent de nouveau dans le feu ; mais ce ne fut que pour leur plus grande confusion. Car, comme s'il eût été d'une matière céleste, il ne fut ni consumé, ni même grillé ou échauffé par cet élément. Tout cela néanmoins fut inutile pour les convertir, et ils prirent pour toute résolution de tenir secrets ces prodiges dont eux seuls étaient témoins. Cependant il y eut un soldat de la compagnie qui reconnut son erreur; et, voulant se réconcilier avec l'Eglise, vint avertir les saints missionnaires de ce qui s'était passé. C'est ainsi que le rapporte Pierre des Vaux-de-Cernay dans son Histoire des Albigeois, où il dit que cela arriva à Montréal.

Cependant nos saints missionnaires continuaient toujours leurs courses apostoliques…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Ven 21 Sep 2018, 6:59 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Cependant nos saints missionnaires continuaient toujours leurs courses apostoliques, et remportaient de tous côtés des victoires signalées sur leurs adversaires. Etant un jour â Fangeaux, entre Toulouse et Carcassonne, saint Dominique discuta publiquement contre un de ces sectaires, et le pressa si fortement, qu'il se vit dans l'impossibilité de répondre. Ceux de son parti, qui, sans doute, ne savaient pas ce qui s'était passé à Montréal, dirent que leur doctrine ne consistait pas en paroles, mais en effets, qu'il fallait jeter les cahiers des deux discutants dans le feu, et que celui dont les écrits ne brûleraient point serait estimé prédicateur de la vérité. Saint Dominique, inspiré de Dieu et plein de confiance dans sa bonté, accepta cette offre au nom de tous les catholiques. Il se fit une nombreuse assemblée des deux partis, on établit des juges, on alluma un grand brasier, les écrits de l'hérétique y furent jetés, et en un moment ils y furent consumés, sans qu'il en restât une page ni une ligne. Les écrits de Dominique y furent aussi jetés, non-seulement une fois, mais trois fois différentes ; mais, à chaque fois, les flammes les rendirent sains et saufs sans avoir osé y toucher. Le lieu d'une si célèbre dispute et d'un miracle si signalé a depuis été changé en un couvent de Frères Prêcheurs, et l'on y conserva une poutre, sur laquelle le livre de saint Dominique s'envola trois fois en sortant des flammes, avec la forme qui s'y imprima miraculeusement en trois endroits différents.

Une victoire si signalée relevant le courage de ce grand homme, il entreprit de secourir plusieurs jeunes filles mises par leurs parents, qui n'avaient pas de quoi les nourrir à cause de la grande disette qui était dans le pays et de la ruine de leurs fermes et de leurs châteaux, entre les mains des plus riches hérétiques, au grand danger de leur foi et de leur salut éternel. Le Saint, dit saint Antonin, voulait lui-même être vendu, afin que le prix de sa vente servît à les préserver d'un si grand malheur; mais Dieu se contenta des inclinations d'une charité si héroïque, et lui donna le moyen, par les aumônes de dom Bernard, archevêque de Narbonne, de Foulques, évêque de Toulouse, et de quelques autres seigneurs catholiques, de fonder pour elles le grand et célèbre monastère de Prouille, auprès de Fangeaux, où il retira quantité de ces filles, leur prescrivant de très-sages constitutions pour vivre dans la clôture, la retraite et la régularité. Ce prieuré est le premier de son Ordre, et a été la source de beaucoup d'autres illustres par l'observation régulière et la sainteté. On place cet établissement en l'année 1207.

En cette même année, notre troupe apostolique s'augmenta par le retour de dom Arnauld, abbé de Cîteaux, légat du Saint-Siège, qui amena avec lui douze abbés de son Ordre fort résolus de combattre l'hérésie en menant la vie évangélique que les autres pratiquaient déjà. L'évêque d'Osma, qu'ils reconnaissaient tous pour leur chef, les distribua dans divers cantons du Languedoc et du comté de Toulouse, afin de combattre en même temps l'hérésie en divers endroits, et de secourir de tous côtés les âmes qui chancelaient dans la foi, ou qui, étant sorties du giron de l'Eglise, voulaient y rentrer.

Cependant les deux ans accordés par le Pape au saint prélat pour combattre les hérétiques étant écoulés…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Sam 22 Sep 2018, 7:11 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Cependant les deux ans accordés par le Pape au saint prélat pour combattre les hérétiques étant écoulés, il se crut obligé de faire un voyage dans son diocèse, avec le dessein, néanmoins, de revenir bientôt à la charge, avec la permission du Saint-Siège. En passant par Pamiers, où il fut reçu des évêques de Toulouse et de Conserans, et d'un grand nombre d'abbés et d'ecclésiastiques comme un véritable apôtre, il remporta sur les Vaudois et les Albigeois, qui y étaient fort puissants, une victoire très-signalée ; car les catholiques et les hérétiques étant convenus d'une discussion publique, pour laquelle on nomma un juge qui favorisait l'hérésie, ce généreux Confesseur parla avec tant de force et d'éloquence pour la vérité de la religion catholique qu'il rendit les hérétiques muets, les désarma entièrement, et convertit même le juge, qui avait résolu d'être favorable à ses adversaires.

Il sortit de France avec ce grand triomphe, et se rendit en peu de temps à son église d'Osma ; mais pendant qu'il se préparait à une nouvelle guerre pour la défense de l'Église et qu'il recueillait même des aumônes pour faire un établissement stable et perpétuel de missionnaires dans les lieux infectés du poison de l'hérésie, et pour la subsistance du monastère de Prouille, Dieu lui dit que c'était assez, et l'invita à jouir du repos qu'il avait mérité par tant de travaux et de conquêtes. Il mourut dans la même année (1207), et fut inhumé dans sa cathédrale, à gauche du grand autel. Tout son diocèse, aussi bien que la compagnie des missionnaires, pleurèrent amèrement sa mort ; mais Dieu les consola merveilleusement en déclarant sa sainteté par de grands miracles.

Peu de temps après le décès de ce grand Prélat, l'abbé de Cîteaux se vit contraint de reprendre le chemin de son abbaye pour veiller aux affaires de son Ordre. Le bienheureux Pierre de Castelnau fut massacré par les hérétiques. Dom Rodolphe s'était aussi retiré un peu auparavant à l'abbaye de Franquevaux, et y était mort accablé des fatigues de la mission. Ces accidents découragèrent les douze abbés qui étaient nouvellement arrivés, et leur firent croire qu'ils ne gagneraient rien sur les Albigeois, et qu'ils rendraient plus de services à Dieu en reprenant le soin de leurs monastères ; ainsi ils s'en retournèrent, et tout le poids de la mission tomba sur Dominique.

Cet homme merveilleux ne perdit point courage, fortifié d'un côté par une grâce toute extraordinaire que lui avait méritée sainte Luthgarde par un jeûne de sept ans, et de l'autre par sept ou huit bons ouvriers qui se rangèrent sous sa conduite et prirent parfaitement son esprit, il recommença tout de nouveau à combattre les hérétiques et à les poursuivre dans tous les lieux où ils s'étaient cantonnés. Le désir du martyre le faisait aller librement partout, courant nu-pieds, sans argent et sans provisions, de ville en ville et de village en village ; il portait de toutes parts la lumière de l'Évangile.

Mais comme les ennemis de l'Eglise étaient soutenus par les comtes de Toulouse et de Poix, par l'archevêque d'Aix et par Rabbestin, qui avait été déposé de l'évêché de Toulouse pour ses crimes…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Dim 23 Sep 2018, 7:22 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Mais comme les ennemis de l'Eglise étaient soutenus par les comtes de Toulouse et de Poix, par l'archevêque d'Aix et par Rabbestin, qui avait été déposé de l'évêché de Toulouse pour ses crimes, il crut qu'il était nécessaire d'opposer les armes temporelles contre ces sectaires, qui ne ruinaient pas moins la morale que la piété, qui troublaient autant l'Etat que l'Eglise.

Le légat Arnaud étant revenu, on tint conseil là-dessus, et les évêques de Toulouse et de Conserans, personnages très-zélés pour la foi catholique, se chargèrent d'aller à Rome pour en faire la proposition à Sa Sainteté. Ils lui représentèrent l'état déplorable des provinces de France, depuis la Garonne jusque par-delà les Pyrénées, la nécessité d'y porter remède, d'empêcher que le mal se répandît partout, et d'employer, pour cela, le bras séculier, sans lequel il paraissait impossible de rétablir l'ordre dans les provinces.

Ils l'informèrent en même temps du zèle de saint Dominique, de sa vie pénitente et apostolique, de ses grands miracles et des fruits merveilleux de ses prédications. Le Pape, touché de leurs discours, nomma le cardinal Milon ou Galon, son légat en France, pour travailler efficacement à cette affaire, lui recommandant particulièrement de se servir des conseils de l'abbé Arnauld, avec lequel notre Saint n'était qu'un esprit et qu'un cœur. Il écrivit aussi au roi de France, Philippe-Auguste, pour l'exhorter à la guerre sainte contre ces ennemis de Dieu, de l'Eglise et de toute la société humaine.

Le légat ancien et le nouveau donnèrent trois missions à notre Saint : la première, de continuer ses sermons et ses discussions particulières et publiques, selon le commandement exprès qu'il en avait reçu de Sa Sainteté ; la seconde, de prêcher la croisade pour assembler les seigneurs et les peuples catholiques contre les hérétiques ; la troisième, de rechercher ceux-ci, de les juger, de les absoudre, de les condamner et de les châtier. Dominique s'acquitta dignement de ces missions, et pour attaquer l'ennemi dans son fort, il entra dans la ville d'Albi, où il prêcha la controverse avec un courage et une résolution incroyables. Il publia aussi autre part la croisade; et on dit qu'il alla jusqu'à Paris, où il vit pour la seconde fois la reine Blanche.

Cependant il avait une grande et extrême peine de voir que les fruits ne répondaient pas à son zèle et à son travail…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Lun 24 Sep 2018, 7:13 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Cependant il avait une grande et extrême peine de voir que les fruits ne répondaient pas à son zèle et à son travail et ce qui lui donnait plus de douleur, c'était que peu d'hérétiques se convertissant, l'armée des catholiques, qui allait venir, en massacrerait un grand nombre, et qu'ainsi ils seraient perdus pour toute l'éternité. Dans l'amertume dont son cœur était pénétré, il s'adressa à la sainte Vierge et la pria instamment, les larmes aux yeux, de le secourir et de lui inspirer les moyens de réduire ces endurcis.

Un jour qu'il était dans la plus grande ferveur de son oraison, dans la chapelle de Notre-Dame de Prouille 1, cette Mère de miséricorde lui apparut et lui dit « que, comme la Salutation angélique avait été le principe de la rédemption du monde, il fallait aussi que cette Salutation fût le principe de la conversion des hérétiques ; qu'ainsi, en prêchant le Rosaire qui contient cent cinquante Ave Maria , il verrait un succès merveilleux de ses travaux et les plus opiniâtres de ces sectaires se convertir par milliers ».

Dominique obéit à cette voix, et, au lieu de s'arrêter, comme auparavant, aux discussions et aux controverses, il s'appliqua principalement à annoncer le Rosaire, à en expliquer les quinze mystères et à déclarer les grandeurs et les mérites de la sainte Vierge ; il réussit si admirablement, qu'il retira, en peu d'années, plus de cent mille personnes de l'enfer, en leur faisant quitter leurs erreurs. Aussi, c'est seulement en ce temps, et non auparavant, que la plupart des auteurs ont mis l'établissement de cette célèbre dévotion ; mais il est plus véritable que notre Saint l'avait déjà publiée dans ses courses évangéliques, en Aragon, en Galice et en Bretagne, comme il a été reconnu par des mémoires sûrs de ces temps-là.

Si saint Dominique fit tant de merveilles au commencement de ses prédications contre les Albigeois, il se rendit encore beaucoup plus admirable lorsque l'armée des croisés fut arrivée, et que le généreux Simon, comte de Montfort, qui en fut créé le chef, eut entrepris de combattre et de ruiner partout les rebelles. Ce grand capitaine était le Josué qui allait à la tête des troupes du Dieu vivant, et saint Dominique était le Moïse qui, par ses larmes, ses prières et ses austérités, lui obtenait du ciel de très-glorieuses victoires. Il quittait quelquefois les voyages évangéliques qui n'avaient point d'autre fin que l'affermissement des catholiques et la conversion des hérétiques, et se rendait dans l'armée, pour instruire les soldats, pour leur faire faire de bonnes confessions, pour les former à la dévotion du Rosaire et pour les animer ensuite à combattre courageusement pour la cause de la religion, et il n'est pas croyable combien il a fait de prodiges par ces soins.

Souvent le comte de Montfort se vit abandonné des croisés, qui ne s'obligeaient à combattre que pour un temps, et il ne lui restait pas assez de soldats pour en opposer un ni à vingt, ni à trente, ni à cinquante du parti ennemi ; mais le Saint l'encourageait si puissamment, avec Alix, femme du même comte, qui avait aussi un cœur tout martial, que les soldats semblaient devenir plus forts par cet abandon, parce qu'ils mettaient leur confiance dans le secours du Tout-Puissant.

Ce fut par l'assistance de ce grand Saint et par la vertu du Rosaire, que cent catholiques donnèrent…
___________________________________________________________________

1 Une tradition locale atteste que c'est au sanctuaire de Notre-Dame de Dreche, près d'Albi, qu'eut lieu la vision de la bienheureuse Vierge Marie.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mar 25 Sep 2018, 7:31 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Ce fut par l'assistance de ce grand Saint et par la vertu du Rosaire, que cent catholiques donnèrent la chasse à trois mille Albigeois; que cinq cents passèrent sur le ventre à dix mille de ces fanatiques ; que la plupart des villes du Languedoc et du comté de Toulouse furent emportées avec peu de monde, et surtout que cent mille hommes, conduits par le roi d'Aragon et par Raymond, comte de Toulouse, étant venus assiéger le comte Simon dans Muret, furent taillés en pièces par deux ou trois mille catholiques, dont neuf seulement périrent dans le combat, tandis que plus de trente mille hérétiques y laissèrent la vie avec le roi d'Aragon et quantité de nobles. En cette occasion, saint Dominique était à la tête des fidèles, tenant à la main une croix dont l'arbre fut percé de beaucoup de flèches, sans qu'une seule donnât dans le crucifix. Toulouse fut ensuite obligée de se rendre au comte de Montfort et de recevoir les instructions catholiques de saint Dominique, et les autres villes rebelles suivirent enfin son exemple.

Durant ces divers exploits, notre Saint reçut encore d'autres faveurs et fit d'autres prodiges très-considérables.

Un jour que, pour se disposer à ses combats ordinaires contre l'erreur et le mensonge, il s'était mis en oraison devant la porte d'une église qui était fermée, il se trouva miraculeusement dedans avec un frère convers de l'Ordre de Cîteaux, qu'il avait pris pour compagnon, sans qu'il parût qu'on en eût ouvert la porte, ni qu'il sût comment il y avait été transporté.

Une autre fois, sa valise et ses livres étant tombés dans la rivière, on les pécha plusieurs jours après, sans qu'ils fussent mouillés.

Souvent, pendant ses voyages, la pluie tombant de tous côtés, elle ne tombait point sur lui, et il arrivait aussi sec que si le temps eût été parfaitement serein. Comme il ne portait point d'argent, il demandait par charité le passage des bacs et des nacelles.

Un jour, un batelier rustique et incivil voulut absolument avoir de l'argent : le Saint leva les yeux au ciel, et au même instant il sortit de la terre une pièce de monnaie qui servit à le satisfaire.

A Castres, dans le couvent de Saint-Vincent, le crucifix lui parla et l'encouragea à poursuivre ses desseins et à porter courageusement les croix qui étaient inséparables de ses travaux apostoliques. Au même lieu, faisant son action de grâce après la messe, sa ferveur fut si admirable, qu'elle l'éleva d'une coudée au-dessus du pavé, de quoi le prieur, qui était frère Mathieu, et les autres chanoines furent témoins.

Il sauva miraculeusement de l'eau quarante pèlerins anglais, qui  allaient à Saint-Jacques, et qui tombèrent dans la Garonne en la passant dans un bateau trop faible pour porter tant de monde.

Enfin, il fit tant d'autres œuvres surnaturelles pour la confirmation de notre foi, qu'il n'y avait qu'une opiniâtreté plus que diabolique qui pût résister à l'évidence de sa doctrine et à la clarté de la lumière qu'il portait de tous côtés.

Sa vie, tout à fait évangélique, et son humilité, relevaient toutes ces grandes actions. Nous avons déjà dit qu'il avait refusé un évêché dans la Galice, et un autre dans le duché de Bretagne ; il en refusa encore trois autres dans les lieux de ses glorieuses conquêtes, savoir : celui de Béziers, celui de Conserans et celui de Comminges, nonobstant les instances et les sollicitations pressantes qu'on lui fit de les accepter. Il se chargea seulement pour un temps de l'office de grand vicaire de Carcassonne, en attendant que Guy, abbé des Vaux-de-Cernay, qui en était évêque, revînt de la croisade pour prendre possession de son siège ; et il accepta par obéissance l'office d'inquisiteur de la foi contre les hérétiques, que le pape Innocent III créa la première fois pour le lui donner ; cet office n'étant pas auparavant séparé de la prélature et des sublimes dignités de légat et d'évêque, à qui il appartient de droit d'informer contre les hérétiques de leur ressort.

Mais il est temps de parler de l'établissement de son Ordre, le grand ouvrage auquel la Providence l'avait destiné de toute éternité…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mer 26 Sep 2018, 7:26 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Mais il est temps de parler de l'établissement de son Ordre, le grand ouvrage auquel la Providence l'avait destiné de toute éternité. Il en conçut le dessein dès l'année 1207, se voyant souvent sans un nombre suffisant d'ouvriers pour prêcher l'Evangile et pour réprimer l'audace et la malice des hérétiques.

Il fit encore réflexion que ceux qui travaillaient avec lui n'y étant obligés, ni par état ni par aucun engagement de leur profession, étaient tous les jours à la veille de quitter l'entreprise et de laisser l'œuvre de Dieu imparfaite, surtout à cause des difficultés qui s'y rencontraient, des fatigues qu'il fallait surmonter, des dangers qu'il fallait vaincre et de la mort à laquelle on était continuellement exposé.

Cela lui fit donc prendre la résolution d'instituer un Ordre religieux qui eût pour fin la prédication de l'Evangile, l'instruction des peuples, la conversion des hérétiques, la défense de la foi et la propagation du Christianisme. Dieu révéla dès ce temps-là à la bienheureuse Marie d'Oignies, dont nous avons écrit la vie au 23 juin, qu'il voulait donner ce secours à son Eglise, comme il est rapporté dans son histoire composée par le cardinal Jacques de Vitry.

Un autre saint religieux eut une semblable révélation dans un ravissement qui dura trois jours. Dominique, étant dans cette pensée, la communiqua à son évêque, qui était encore en vie, et à d'autres prélats d'une insigne piété et d'une très-grande érudition ; ils le confirmèrent tous dans une si haute entreprise; et plusieurs même lui promirent de l'assister de leur crédit, de leur autorité et de leurs biens.

Dans cette vue, il assembla peu à peu seize compagnons, qu'il forma aux travaux évangéliques, et en l'année 1216, voyant que les maux se multipliaient de plus en plus ;  que les hérétiques, pour être vaincus par les armes, ne rentraient pas pour cela dans le sein de l'Eglise dont l'esprit de mensonge les avait séparés ; que les mœurs des catholiques étaient extrêmement corrompues, et qu'en beaucoup d'endroits la discipline ecclésiastique était presque entièrement abolie, il s'en alla à Rome trouver le Pape Innocent III, pour lui proposer le dessein que Dieu lui inspirait depuis tant d'années.

L'évêque de Toulouse, qui était venu au concile général de Latran, parla le premier au Pape d'un dessein si utile à l'Eglise…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Jeu 27 Sep 2018, 11:07 am

.
(NOTE de Louis : Ce message a été mis vers 11:00 (heure de Montréal) en ce 27 septembre, car en premier j'avais fait un doublon. Merci de votre indulgence )
SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

L'évêque de Toulouse, qui était venu au concile général de Latran, parla le premier au Pape d'un dessein si utile à l'Eglise; quelques autres évêques lui en parlèrent de même et lui firent de grands éloges de ce nouvel instituteur ; le Saint eut aussi une audience pour cela. Mais comme le concile venait d'ordonner qu'on travaillerait plutôt à la réforme des Ordres déjà établis que d'en recevoir de nouveaux, le Pape demeura constant dans le refus de la proposition qui lui était faite, jusqu'à ce qu'il vît, dans un songe mystérieux, l'Eglise de Latran en ruine soutenue sur les épaules de saint Dominique ; il le fit revenir, et, approuvant de vive voix son Institut, il le renvoya à Toulouse, pour conférer avec ses compagnons sur les Règles et les Statuts auxquels ils voulaient s'obliger, lui promettant de les approuver lorsqu'il les aurait dressés, et l'exhortant néanmoins à s'arrêter à quelques Règles anciennes, auxquelles il pouvait ajouter des Constitutions propres à son dessein.

Dominique revint donc à Toulouse, et, ayant assemblé ses compagnons dans le monastère de Prouille, il leur exposa ce que le Pape lui avait ordonné. Ils invoquèrent pour cela l'assistance du Saint-Esprit, et, après une mûre délibération, ils se sentirent inspirés de prendre la Règle de Saint-Augustin, avec quelques Statuts de l'Ordre de Prémontré, auxquels ils ajoutèrent des Règlements propres à la vie apostolique dont ils voulaient faire profession. Ils commencèrent ensuite à bâtir dans Toulouse le couvent de Saint-Romain, qui a, depuis, été changé en un autre plus magnifique.

Pendant qu'ils y travaillaient, Dominique reprit le chemin de Rome, pour obtenir la confirmation qui lui avait été promise. Il apprit en chemin la mort du pape Innocent III, qui arriva à Pérouse le 15 juillet 1216. Cette mort et plusieurs autres affaires importantes, qui occupèrent au commencement le pape Honorius III, son successeur, retardèrent un peu l'exécution de ce que notre Saint demandait. Il ne perdit pas néanmoins courage ; mais, s'animant d'autant plus qu'il se présentait de plus grandes difficultés, il sollicitait continuellement la bonté divine, par ses prières, par ses larmes, par ses jeûnes, par ses disciplines sanglantes et par toutes les autres voies qui sont capables de fléchir, d'accomplir enfin le projet qu'elle lui avait inspiré.            
                                                         
Etant un jour en oraison dans l'église de Saint-Pierre au Vatican, il fut ravi en extase ; il aperçut Notre-Seigneur dans sa gloire et élevé sur un trône d'où, tenant trois lances en sa main, il semblait vouloir percer tous les hommes et foudroyer toute la terre. Il vit en même temps la sainte Vierge se jeter à ses pieds, le priant d'arrêter sa colère et de pardonner à ceux qu'il avait bien voulu racheter de son sang précieux. Et comme ce juge irrité lui dit que les crimes des hommes étaient arrivés à un tel excès, qu'il ne pouvait s'empêcher de les punir avec une extrême rigueur, elle lui présenta deux de ses serviteurs, dont l'un était Dominique même, et l'autre le patriarche saint François, l'assurant que par la prédication de ces fidèles ministres de l'Evangile, et par leurs bons exemples et ceux de leurs enfants, il se ferait un si heureux changement dans les mœurs des hommes, que sa justice aurait sujet d'être contente : ce qui lui fit tomber les lances des mains et l'apaisa entièrement.

On ne peut croire la joie que cette vision donna à notre Saint ; il reconnut par là de nouveau que son entreprise venait du ciel…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Ven 28 Sep 2018, 7:31 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

On ne peut croire la joie que cette vision donna à notre Saint ; il reconnut par là de nouveau que son entreprise venait du ciel ; qu'elle aurait un très-heureux succès ; que ses enfants seraient les réformateurs du monde, et, qu'étant joints à ceux de saint François, ils feraient un merveilleux renouvellement dans le christianisme. Il remarqua aussi les traits du visage de celui que Dieu lui avait donné pour compagnon et la forme de son habit. Quelque temps après, l'ayant rencontré dans Rome, il le reconnut sans difficulté, l'embrassa avec un grand témoignage d'allégresse, et lia avec lui une amitié étroite qu'il a toujours conservée jusqu'à la mort.

Cette même vision fut bientôt suivie de l'approbation et de la confirmation authentique qu'il poursuivait. Le Pape en parla au sacré collège, et, de son avis et consentement, il en fit expédier la bulle le 22 décembre 1216, donnant à ce nouvel Ordre, par un mouvement particulier du Saint-Esprit, le nom de Fratrum Prædicatorum, c'est-à-dire, selon le langage de ce temps-là, de Frères Prêcheurs, que l'on ne doit pas changer, quoique le mot de prêcheur pour prédicateur ne soit plus en usage.

Ensuite le saint patriarche, voulant remercier la divine bonté de tant de grâces, se retira encore dans l'église des Saints-Apôtres, où ces glorieux princes lui apparurent, et, lui présentant l'un un bâton, l'autre un livre, lui dirent : « Allez et prêchez, parce que vous êtes choisi de Dieu pour ce ministère ». Il vit en même temps en esprit ses enfants allant deux à deux par tout l'univers et prêchant la parole de Dieu avec beaucoup de zèle et avec une ardeur vraiment apostolique.

Depuis ce temps-là, en mémoire de cette faveur, il portait ordinairement, tant dans les villes que dans les campagnes, un bâton à la main et le livre des Epîtres de saint Paul, dont il recommandait extrêmement la lecture assidue à tous ses disciples. Avant de partir de Rome, il fit ses vœux entre les mains du Pape, qui l'établit maître général de sa Congrégation (Avertissement) naissante, et lui donna pouvoir de recevoir des religieux à la profession, de prendre de tous côtés de nouvelles maisons, d'y établir des supérieurs, et généralement de faire  tout ce qu'il jugerait nécessaire pour le bon gouvernement de tout son Ordre.

A son retour à Toulouse, il eut la consolation de voir le couvent de Saint-Romain achevé par la libéralité de l'évêque Foulques et de Simon, comte de Montfort, qui avait pour lui une affection incroyable. Il fit part à ses enfants de l'heureuse nouvelle de l'établissement de leur Congrégation (Avertissement), et les disposa à la profession par tous les exercices qui pouvaient contribuer à les rendre des hommes spirituels, de véritables religieux et d'excellents prédicateurs de la parole de Dieu.

Comme il savait que la science était une chose essentielle à cette congrégation (Avertissement) qui avait pour fin d'expliquer, de défendre et d'enseigner les vérités de la foi, il ne fit même point difficulté de les conduire lui-même aux écoles publiques de Toulouse, pour y entendre les leçons de théologie et l'explication des saintes Ecritures.

Dieu voulant faire connaître au professeur le mérite de ces nouveaux auditeurs, un matin qu'il n'était que fort légèrement endormi, il lui sembla voir entrer dans sa classe sept étoiles très-éclatantes, dont l'une, néanmoins, surpassait les autres en beauté et en splendeur. Il fut d'abord inquiet sur la signification de ce songe, mais il en reconnut le véritable sens lorsqu'il vit saint Dominique amener ses religieux à ses leçons ; par l'esprit de Dieu il découvrit que c'étaient là les sept étoiles qu'il lui avait fait voir en songe et qui, effectivement, allaient bientôt éclairer toute la terre de l'éclat merveilleux de leur lumière.

Lorsque saint Dominique vit ses disciples si bien disposés, il les reçut à la profession, et, sans différer davantage, il les distribua dans divers pays et royaumes, pour porter partout le flambeau de la véritable doctrine. Les évêques de Narbonne et de Toulouse, et le comte Simon, qui avaient bien de la peine de voir le Languedoc et la Guyenne privés d'un si grand secours, s'y opposèrent d'abord et tâchèrent de détourner le Saint de démembrer si tôt son corps qui ne faisait que de naître : mais lui qui avait l'ordre du ciel et qui savait les fruits que chacun de ses enfants ferait dans les lieux où il les envoyait, tint ferme contre leur pensée, et l'exécuta avec une constance digne d'un serviteur fidèle.

Il envoya donc en France le Père Matthieu, de Paris…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Sam 29 Sep 2018, 6:44 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Il envoya donc en France le Père Matthieu, de Paris, avec les Pères Bertrand, de Guarrigue, petit village de la province de Narbonne ; Michel de Fabra, Espagnol ; Jean de Navarre, de Biscaye, et Laurent, Anglais, outre Mannès de Gusman, frère de saint Dominique, qui était déjà entré dans son Ordre, et Odéric de Normandie, frère convers.

Pour l'Espagne, il y envoya le Père Suero Gomez, noble Portugais, avec trois Espagnols : Michel, d'Uzera ; Pierre, de Madrid, et Dominique, de Ségovie ; il retint les autres à Toulouse et à Prouille, pour y élever de nouveaux religieux, gouverner la maison des filles, et continuer les exercices de la prédication et de la poursuite des hérétiques.

Le bienheureux Patriarche, après avoir converti et enrôlé dans la confrérie du saint Rosaire presque toute la ville de Carcassonne, surtout par la délivrance miraculeuse d'un possédé, qui avait été saisi par quinze mille démons pour avoir blasphémé contre les quinze mystères du Rosaire, et avait souvent outragé le saint prédicateur qui en annonçait les merveilles, et après avoir animé le comte de Montfort à combattre généreusement contre le comte de Toulouse, chef des Albigeois, qui avait repris cette place importante, partit lui-même du Languedoc pour aller établir son Ordre dans diverses villes de la chrétienté.

Il alla d'abord à Paris, où il vit la reine Blanche, déjà mère de son fils saint Louis, que Dieu lui avait accordé par la vertu du Rosaire : car elle l'avait récité avec beaucoup d'assiduité, suivant les instructions du Saint. Les progrès de ses enfants dans cette ville lui firent juger que sa présence n'y était pas nécessaire.

Il passa donc à Metz; plusieurs bons ouvriers s'étant présentés à lui, il y fonda un couvent de son Ordre, dont il établit le bienheureux Etienne, son compagnon, le premier prieur. Parmi ceux qu'il revêtit de son habit, il en prit six des plus résolus, qu'il mena avec lui en Italie. En ce voyage, pris par des brigands et mené dans un château où le capitaine, avec quatorze officiers et cinq cents soldats, menaient une vie diabolique, ne vivant que de rapines, et se souillant de toutes les ordures dont un homme brutal est capable, il les convertit tous heureusement.

Son dessein était, lorsqu'il serait arrivé à Venise, de passer en Cumanie, pays enclavé dans la Tartarie, la Russie et la Scythie, sur le haut de la mer Noire, et qui n'avait pas encore reçu les lumières de l'Evangile ; et il avait, pour cela, fait élire un vicaire général de son Ordre, qui fut le Père Matthieu, de Paris; mais Dieu lui fit connaître encore une fois qu'il se contentait, pour cette mission, de sa bonne volonté, et qu'il lui rendrait plus de services en affermissant l'Ordre de ses prédicateurs, afin qu'il y en eût toujours de prêts pour aller dans tous les endroits du monde, qu'en allant lui-même en ces pays éloignés porter l'Évangile. L’impossibilité qu'il trouva à Venise de faire ce voyage fut une confirmation de cette inspiration céleste.

Ainsi, il prit la résolution d'aller à Rome, afin que son Institut, y étant établi, pût se répandre de là plus facilement dans les autres villes et dans tous les autres royaumes de la terre. Il laissa néanmoins quelques-uns des siens à Venise pour y bâtir un couvent, et en envoya d'autres à Spalatro pour le même dessein; et, en passant par Padoue, il promit aux habitants de leur en envoyer aussi lorsqu'il serait à Rome.    

Dès que notre Saint fut dans cette ville capitale du Christianisme, il s'alla jeter aux pieds du pape Honorius III, pour lui rendre compte de l'heureux succès de la Congrégation (Avertissement)  qu'il avait eu la bonté de confirmer. Le Pape l'écouta avec beaucoup de joie; et, afin qu'il pût faire à Rome ce qu'il avait fait en France, il lui donna l'église de Saint-Sixte et ses dépendances pour lui servir de couvent. Alors il commença à ouvrir la bouche dans cette grande ville, et à y déployer les trésors inestimables de la sagesse ,et de la grâce dont son âme était enrichie ; et ses prédications furent si efficaces, que, dans la même année, il vit son nouveau couvent peuplé de cent religieux, qui, selon l'esprit de son Institut, brûlaient du zèle du salut des âmes, et étaient dans la disposition d'aller jusqu'au bout du monde habitable pour travailler à la conversion des infidèles. Les principaux furent Tancrède, Othon, Grégoire, Henri et Albert, qui ont été comme les fondements et les pierres vives de l'édifice spirituel de l'Ordre des Frères Prêcheurs en Italie.

Les miracles que Dieu opéra par les mains de saint Dominique lui donnèrent aussi un crédit et lui concilièrent une vénération toute particulière…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Dim 30 Sep 2018, 7:16 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Les miracles que Dieu opéra par les mains de saint Dominique lui donnèrent aussi un crédit et lui concilièrent une vénération toute particulière.

Les auteurs de sa vie remarquent surtout trois morts qu'il ressuscita : le premier fut le fils d'une sainte veuve romaine, nommée Guatonia, ou Tuta de Buvaleschi ; cette dame allant au sermon du Saint, auquel personne ne manquait, laissa ce petit enfant malade dans son berceau. A son retour, elle voulut lui donner quelque assistance, mais elle le trouva mort et sans aucun reste de souffle et de respiration. Dans la douleur dont elle fut pénétrée, elle le prit entre ses bras, et entrant dans le couvent de Saint-Sixte, où, à cause des bâtiments, il n'y avait point encore de clôture, elle le porta aux pieds du Saint, qui était à la porte de son Chapitre ; elle lui parla plus des yeux que de la bouche : mais elle lui parla assez pour lui faire connaître qu'elle demandait la résurrection de son fils. Le Saint se retira un peu, se prosterna à terre et fit une courte prière, après laquelle, faisant le signe de la croix sur le mort, il lui rendit la vie et le rendit lui-même vivant et sain à sa mère.

Ce prodige, malgré les défenses que Dominique lui avait faites et à ses religieux d'en parler, vint aussitôt aux oreilles du Pape. Il voulait le faire publier en chaire pour l'honneur du nouvel Ordre et pour la confirmation de la foi ; mais le Saint fit tant auprès de Sa Sainteté, qu'elle changea de résolution, et révoqua l'ordre qu'elle avait donné pour cette publication. Cependant toute la ville de Rome, étant informée de tout ce qui s'était passé, conçut un tel respect pour le Saint, que chacun s'estimait heureux de le pouvoir toucher, et que plusieurs même lui coupaient les bords de son habit pour en faire des reliques : de sorte que quelquefois il ne lui descendait plus que jusqu'aux genoux. Ceux qui l'accompagnaient tâchaient d'empêcher cet excès ; mais ce grand homme, qui voyait que plus ils l'empêchaient plus on s'empressait de lui arracher ou couper quelque chose qui lui appartînt, leur disait doucement : « Laissez ce peuple satisfaire à sa dévotion ».

Le second mort qu'il ressuscita fut un ouvrier qui, travaillant à son monastère de Saint-Sixte, fut écrasé sous un pan de muraille qui tomba sur lui. Les religieux, extrêmement affligés de cet accident, supplièrent leur saint Père d'avoir pitié de ce malheureux. Il fit tirer son corps de dessous les décombres, et, ayant fait sa prière pour lui, il rétablit ses membres brisés et le remit dans le même état qu'il était auparavant. Ce nouveau prodige augmenta encore l'affection des Romains envers lui. Cependant cela n'empêchait pas que souvent sa communauté, qui ne vivait que d'aumônes, ne manquât des aliments nécessaires à la vie ; mais la divine Providence y pourvut toujours d'une manière miraculeuse.

Deux fois des anges, sous forme humaine, entrèrent dans le réfectoire et donnèrent à chacun des religieux un pain d'un goût et d'une blancheur incomparables.

Deux fois la bénédiction du Saint fut si efficace, que, à la première, elle fit trouver du vin dans un muid où il n'y en avait point auparavant, et, à la seconde, elle multiplia tellement un seul morceau de pain, qu'il y en eut assez pour nourrir toute sa communauté, et qu'il en resta encore beaucoup après le repas.

Le troisième mort qui reçut la vie par les prières de ce grand thaumaturge fut le petit seigneur Napoléon…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Lun 01 Oct 2018, 7:27 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Le troisième mort qui reçut la vie par les prières de ce grand thaumaturge fut le petit seigneur Napoléon, neveu du cardinal Etienne de Fosse-neuve. Ce jeune homme, se promenant à cheval dans Rome, tomba si rudement sur le pavé, qu'il se cassa la tête, se brisa tout le corps et mourut subitement. Le cardinal, son oncle, était alors avec saint Dominique et avec deux autres cardinaux : Ugolin, évêque d'Ostie, et Nicolas, évêque de Frascati, qui travaillaient ensemble à l'affaire que le Pape leur avait commise, de réunir en un seul monastère toutes les religieuses dispersées dans Rome. La nouvelle de cette mort, que beaucoup de circonstances rendaient funeste et déplorable, toucha vivement ce bon oncle. Il  tomba en défaillance et il fallut le coucher sur un lit.

Saint Dominique, qui prenait part à la peine de tous les affligés, en ressentit aussi beaucoup de douleur. Ses enfants saisirent cette occasion pour le prier de ressusciter le défunt. Il ne refusa point ; s'étant vêtu pour dire la messe, il monta à l'autel en présence de trois cardinaux et d'Yves, de Cracovie, en Pologne ; de saint Hyacinthe et du bienheureux Ceslas, neveu du prélat, et d'un grand nombre de religieux. La dévotion avec laquelle il célébra fut admirable : les larmes lui coulaient des yeux en abondance, sa poitrine jetait une infinité de soupirs, et, lorsqu'il fut à l'élévation des saints Mystères, il entra dans une extase et dans un ravissement merveilleux, pendant lesquels son corps fut élevé de terre d'une coudée.

Après la messe, il se transporta au lieu où était le mort, suivi de toute cette illustre compagnie. Il pria trois fois pour lui, et, à chaque fois, il toucha de la main ses membres brisés, qu'il avait auparavant remis dans leur situation naturelle.

Après cette cérémonie, il entra dans un nouveau transport qui éleva encore son corps au-dessus de la terre, et, dans cet état, il s'écria d'une voix forte : « Napoléon, mon fils, au nom de Notre-Seigneur, je vous le dis, levez-vous ». Le mort, à cette parole, obéit plus promptement que s'il eût été vivant. Ses os se remboîtèrent, ses membres se réunirent, ses plaies se fermèrent, et il se leva plein de vie et de santé, environ six heures après sa mort.

On ne peut concevoir l'étonnement et l'admiration des spectateurs, ni les dispositions, qu'une action si évidente et si authentique opéra dans le cœur de tous les habitants de Rome, pour recevoir avec soumission les avis que saint Dominique leur donnait dans ses sermons.

Il ne faut plus, après cela, être surpris si, dans le peu de temps qu'il s'arrêta cette fois à Rome (dix-huit mois), il entreprit et exécuta des choses qui semblaient demander plusieurs années.

Nous avons déjà parlé d'une mission qu'il avait du Pape, de rassembler toutes les religieuses de la ville en un seul monastère…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mar 02 Oct 2018, 6:58 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Nous avons déjà parlé d'une mission qu'il avait du Pape, de rassembler toutes les religieuses de la ville en un seul monastère. Ce dessein était extrêmement utile, parce que Dieu est mieux servi, et l'observance régulière mieux gardée dans un grand monastère que dans plusieurs petits ; il souffrait néanmoins beaucoup de difficultés : car, ces religieuses étaient accoutumées, les unes à demeurer chez leurs parents, les autres à loger dans de petites communautés séparées, et toutes à ne point garder de clôture, mais à sortir avec une entière liberté, et leurs proches ne voulaient pas être privés de la compagnie et de l'entretien de ces pieuses filles.

Mais le Saint surmonta si adroitement ces obstacles et gagna tellement tous les esprits, qu'enfin il réunit toutes ces religieuses, et même celles de Sainte-Marie au-delà du Tibre, dans une seule maison, celle de Saint-Sixte, que ses religieux leur cédèrent pour passer dans celle de Sainte-Sabine, que le Pape leur donna avec toutes ses dépendances.

Il leur ordonna la clôture perpétuelle, selon les intentions de Sa Sainteté, et, leur ayant fait prendre son Institut, il les forma admirablement à toutes les vertus chrétiennes et religieuses : de sorte que l'on voyait dans ce couvent, par la sainteté de ces excellents sujets, une image de la vie angélique et de la belle économie qui est dans chaque chœur des esprits bienheureux.

On rapporte encore plusieurs miracles que le Saint opéra pour les confirmer dans leur première résolution ; mais nous serions trop long si nous nous arrêtions à toutes les actions de cet homme incomparable.

Il n'en fit pas de moins éclatantes dans son nouveau monastère de Sainte-Sabine…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Mer 03 Oct 2018, 6:35 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Il n'en fit pas de moins éclatantes dans son nouveau monastère de Sainte-Sabine.

Ce fut là que, par la prédication du Rosaire, il convertit un usurier qui s'était enrichi et avait amassé de grands trésors par un commerce injuste; et une courtisane appelée Catherine la Belle, qui, d'une pécheresse publique, devint une illustre pénitente et une excellente servante de Dieu.

Ce fut là qu'il gagna à Jésus-Christ et à la religion saint Hyacinthe et saint Ceslas, Polonais et neveux de l'évêque de Cracovie, qui portèrent bientôt après l'Ordre en Allemagne et en Pologne, où principalement saint Hyacinthe se rendit admirable par une infinité de prodiges, comme nous le dirons dans sa vie.

Ce fut là qu'il reçut le bienheureux Réginald de Saint-Gilles, chanoine de l'église de Saint-Aignan, à Orléans, après lui avoir obtenu de la sainte Vierge la santé par un insigne miracle. Ce savant et pieux ecclésiastique était venu à Rome avec son évêque, dans le dessein de visiter les stations et les lieux consacrés par le sang des Apôtres et des Martyrs ; mais, entendant parler de la vie exemplaire et des miracles de saint Dominique, il le vint voir et lui demanda l'habit de son Ordre ; le Saint le lui promit avec d'autant plus de joie, que, sachant qu'il était très-vertueux et qu'il joignait à la piété une grande érudition, ayant même enseigné cinq ans le droit canon à Paris, il ferait un grand ministre de la parole de Dieu ; mais à peine lui eut-il donné jour pour entrer dans son monastère, qu'une maladie violente qui le saisit, non-seulement retarda l'accomplissement de son dessein, mais le mit aussi en grand danger de perdre la vie.

Saint Dominique, ne voulant pas perdre un si rare sujet, pria instamment pour sa convalescence. Un jour donc que la fièvre le tourmentait plus cruellement, la sainte Vierge lui apparut, et, le touchant de sa main à tous les membres que le prêtre a coutume d'oindre en donnant l'Extrême-Onction, non-seulement elle lui rendit une parfaite santé, mais elle lui conféra aussi des grâces extraordinaires opposées aux vices dont ces membres ont coutume d'être les instruments, surtout une chasteté angélique et une mortification parfaite de la langue et de tous les sens. Elle lui fit voir en même temps l'habit qu'il devait porter, qui n'était point un habit de chanoine, comme saint Dominique et ses enfants l'avaient porté jusqu'alors, mais un habit et un scapulaire de serge blanche avec une chape et un chaperon noir pardessus.

Aussi le Saint, après cette révélation, changea l'habit de son Ordre par la permission du Pape…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Jeu 04 Oct 2018, 7:11 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Aussi le Saint, après cette révélation, changea l'habit de son Ordre par la permission du Pape, et lui donna celui dont sa bonne Maîtresse avait montré la forme à ce grand serviteur de Dieu. Il l'en revêtit des premiers, et il a été depuis un homme puissant en œuvres et en paroles, qui a rendu de grands services à la religion. Il est mort, en odeur de sainteté, à Paris, l'an 1220, et il a été enterré à Notre-Dame des Champs, qui était alors le lieu de la sépulture des Frères Prêcheurs.

Saint Dominique eut quelque temps après une vision pleine de consolation, dans laquelle Notre-Seigneur lui montra tous ses enfants cachés sous le manteau de sa très-sainte Mère. Le soin qu'il avait de leur avancement ne l'empêcha pas de s'appliquer à beaucoup d'autres choses qu'il croyait pouvoir contribuer à l'augmentation de la gloire de Dieu. Dans cet esprit, il conseilla au Pape de créer un officier dans son palais pour expliquer l'Ecriture sainte et les vérités de notre foi à une infinité de personnes qui abondaient à la cour, et qui souvent perdaient beaucoup de temps en attendant l'expédition de leurs affaires. Sa Sainteté le chargea de cet emploi, et il s'en acquitta dignement tout le reste du temps qu'il fut à Rome. Cet officier est celui qu'on appelle le maître sacré du palais, qui est devenu, dans la suite, un des plus considérables de Rome ; ce sont toujours des religieux de Saint-Dominique qui portent cette qualité ; et ils ne la quittent guère que pour être cardinaux ou maîtres-généraux de tout l'Ordre.

Dans cet esprit, le même saint Patriarche, voyant le besoin que l'Eglise avait de soldats qui la défendissent contre les insultes et les cruautés des hérétiques et des infidèles, établit, avec la permission du Pape, l'Ordre des Soldats de la milice de Jésus-Christ. La nécessité d'être bref ne nous permet pas de donner ici les obligations et les statuts de cet Ordre. Nous remarquerons seulement que c'est par lui qu'a commencé le Tiers Ordre, de l'un et de l'autre sexe, de Saint-Dominique, qui s'est rendu si célèbre depuis sa mort, et que nous pouvons appeler une heureuse pépinière de Saints et de Saintes, puisqu'il en a donné et qu'il en donne tous les jours un si grand nombre à l'Eglise.

Après cet établissement, la nouvelle arriva à Rome de la mort glorieuse de…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Dominique de Gusman.

Message  Louis le Ven 05 Oct 2018, 6:48 am

SAINT DOMINIQUE DE GUSMAN, CONFESSEUR,

SUITE

Après cet établissement, la nouvelle arriva à Rome de la mort glorieuse de Simon, comte de Montfort, qui fut tué le 28 juin de l'année 12Ï8, au neuvième mois du siège qu'il avait mis devant Toulouse. Cet accident fit prendre la résolution au Saint de retourner en Languedoc, pour consoler et fortifier les religieux qu'il y avait laissés, et ses filles du monastère de Prouille, et pour y étendre son nouvel Ordre de la milice de Jésus-Christ, qui était surtout nécessaire en ce pays.

Il partit de Rome vers la fête de tous les Saints, et, passant par Florence et par Bologne, où il fit quantité de miracles, et reçut du ciel plusieurs faveurs considérables, il se rendit en peu de temps au comté de Toulouse. Sa présence réjouit infiniment ses enfants, et leur fit concevoir de nouvelles résolutions de travailler à la perfection de leur état; mais il les en sevra bientôt pour passer en Espagne, où son Ordre faisait de très-grands progrès.

Prêchant un jour à Ségovie, dans la vieille Castille, il assura ses auditeurs que le ciel, qui n'avait point donné depuis longtemps de pluie, ce qui faisait appréhender une grande famine, en donnerait bientôt en abondance : ce qui arriva à la fin de son sermon, quoiqu'au commencement tout l'air fût parfaitement serein, et qu'il n'y eût aucune apparence de changement de temps. On attribua cette faveur à ses prières, et on lui donna un couvent pour les religieux de son Ordre. Il en fonda aussi un à Madrid pour des religieuses, et il fit en d'autres endroits des conversions fort remarquables.

Lorsqu'il eut donné en Espagne tous les ordres nécessaires pour la conservation de ce qu'il avait établi, il repassa en France, et vint à Paris, où il trouva trente religieux qui avaient déjà quelques bâtiments dans l'Université, avec une ancienne chapelle dédiée à l'honneur de saint Jacques, bien que le lieu de leur sépulture, comme nous l'avons dit, fût encore à Notre-Dame des Champs. C'est à cause de cette chapelle, qui a donné le nom à toute la rue Saint-Jacques, qu'on les appela Jacobins. Le Saint remercia Dieu de ces heureux commencements, et, pour leur donner plus d'accroissement, il commença à prêcher la parole de Dieu et à publier de nouveau la dévotion du saint Rosaire.

Un jour, ayant été prié de prêcher dans l'église cathédrale, il s'y prépara par une oraison d'une heure. La sainte Vierge lui apparut et lui marqua pour sujet de son sermon le premier mystère du Rosaire, qui comprend l'Annonciation de l'Ange, son consentement à la parole de cet Esprit céleste, et l'Incarnation du Verbe divin dans son sein. Le fruit de son exhortation fut si grand qu'on vit ensuite la plupart des Parisiens s'enrôler dans cette auguste confrérie les plus puissants contribuèrent abondamment de leurs aumônes à la construction d'un monastère.

Il est vrai que quatre libertins, semblables à ceux qui veulent encore à présent passer pour beaux génies et pour esprits forts, se raillèrent de son sermon, mais leur raillerie ne fut pas longtemps sans châtiment, car, dès le lendemain, se battant deux contre deux, ils s'entre-tuèrent et moururent misérablement, vérifiant ainsi ce que le Saint avait dit en chaire, que quelques-uns de ses auditeurs, s'ils ne se convertissaient pas, ne verraient pas la fin du jour suivant.

Le séjour du Serviteur de Dieu à Paris ne fut que d'un mois, et néanmoins…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 12025
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum