Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Jeu 06 Sep 2018, 11:40 am

Respuesta de Böhmler a mi angustiado mensaje anterior en el cual yo le pedía aclaraciones sobre su postura a favor de los cismáticos ortodoxos (viernes 6 de julio):

Andreas Böhmler a écrit:Muy querido y sufrido Javier:

"Por amor de Dios, Andreas, te ruego me aclares todo esto, porque me has dejado el espíritu bien agitado e intranquilo, y esta desazón me produce una tremenda tristeza."

Lo intentaré, con mis pobres medios. Y sabiendo que todo lo bueno necesita mucho tiempo para prosperar, no se puede conseguir nada en un correo, ni en muchos. Es cuestión de sensibilidad espiritual y doctrinal, y de la gracia de Dios, que a los que realmente le imploran no les falta, como puede verse en mi caso, o en el tuyo, recordando lo primero que te escribí, diciendo que todo esto es providencial, después de una década de silencio mutuo. Si me escribiste, es porque Dios dirigió hacia mí, para que le sea instrumento, nada mas, y muy inepto además, para que se vea que toda la Gloria es de Él.

Con cuánta cautela y vacilación, lo recordarás, empecé a escribirte. Con cuánta timidez incluso. Porque, incluso en mis tiempos de "tradi-romano", algo que tú también sabes cómo se siente, estoy acostumbrado a que el peso de la "mentira situacional" ("círculo hermenéutico, no ya de ideas, sino de afectos y sentimientos como hábitos incrustados en el alma) de cada cual provoque a que se me eche a las genomias, a la basura, no ya del mailbox, sino también del corazón. Dejas de existir. Eres un paria. Y, cual NSJC, hasta no les molestaría que fuese borrado de la tierra de los vivientes, por aparente blasfemo y enemigo de Dios.

Bien sabes de lo que hablo. Y demasiado he sufrido por ello, decepcionado de los hombres, de buenos hombres incluso.

Me dolió de antemano el corazón, pues, cuando a la tercera finalmente me aventuré, animado por tu humilde disposición, a mandarte ese resumen capital ortodoxo de las innovaciones anti-tradicionales y revolucionarias, paso por paso, de Roma respecto al "ubique, semper, ab omnibus", fórmula que San Vicente de Lérins, al cabo no había inventado sino recibido de la Tradición apostólica, patrística y canónica de los grandes concilios.

Bien pude anticipar el estado de "shock" en que te ha sumido este listado de afirmaciones que, si son contrastadas con la humildad y ciencia necesarias, son irrebatibles, irrefutables. Lloro contigo, pues, porque pasé por este mismo estado de "shock", en onda expansiva... Y, con el corazón lastimado, sólo clamo al NSJC hasta cuándo sino la Parusía los fieles a la Tradición de veras han de predicar a los vientos, peor que NSJC, así en mis diálogos frustrados con tantos que ni vislumbran, ni quieren aprender para empezar, que Mt. 16, 18, leído con los Padres (Ambrosio, Crisóstomo, Agustín, etc.), nada dice, todo lo contrario, de una supuesta institución divina del papado, ni del primado jurisdiccional del mismo Pedro, además como si, cosa que nos fue administrada "hasta en la sopa", el obispo romano pudiese arrogarse plantarse, en largo vector temporal, primero

---como el sucesor de San Pedro (contra San Ireneo, que dice que fue Lino el primer obispo, por ser apóstoles San Pablo y San Pedro, ambos no éste solo siendo el principio de esta sede), luego

---como vicario de Pedro, luego incluso

---como vicario de Cristo, y por tanto, del mismo Dios en la tierra.

Los que hemos deseado ser buenos cristianos, o habíamos nacido o nos habíamos compenetrado, por tanto libro y discurso fariseo, con estas locuras contrarias a la Escritura y la Tradición (y hace falta leer mucho sobre esto para calmar el espíritu, te adjuntaré el programa de un seminario dado varias veces, en Argentina y en México). Nada que ver con la crítica protestante. La ortodoxa es muy anterior, porque son los propios Padres que nos tapan la boca.

Pero cuánto tardé en leerlos, en querer leerlos y entenderlos. Porque, al modo de Lutero, tampoco el "romano" entiende lo que lee, por las gafas hermenéuticas que tiene puestas. Tardé mucho pues en darme cuenta de la locura anti-escriturística que todo eso supone, al modo del Sumo Pontífice del Antiguo Testamento, que sin embargo fue sustituido por Cristo mismo, siendo todos los apóstoles iguales en jurisdicción, y también todos los obispos (bastaría entre mil textos, meditar lo que San Cipriano escribe contra San Esteban, en su primer barrunto de pretender que Cartago, por derivar de Roma, no así Oriente, le debiese obediencia).

Pese, pues, al temor anticipado de ese "shock", contigo me reanimé, y así me atreví empezar a escribirte "algo", a dejarte caer "algo" (y dándome cuenta de que esas insinuaciones resbalaban sobre tu ánimo cautivo). Porque, teniendo el sano ejemplo de NSJC, quise que no fuera yo, sino tú mismo, el que con plena libertad y conciencia despertara a la verdad, triste verdad, psicológicamente hablando, pero gozosa verdad, sub specie aeternitatis. Y mas, a un hombre cuyo amor al papado desde hace dos o tres lustros al menos se limitaba a ser "teórico", "abstracto", "platónico" (pensado), por fuerza no "concreto" (vivido) porque quién entre almas sensibles podía y puede soportar ir con tales revolucionarios, especialmente en el plano del orden moral.

Es decir, pensaba, y sigo pensándolo, que un hombre como tú que sea capaz de escribir con tanto dolor y humildad, equivocado como yo por tantos motivos honrados, pero absolutamente solo y sin vínculo "eclesial" alguno, ciertamente valga la pena que vuelva a intentar a "pregonar desde el tejado" (en vez de perseverar en la paz relativa, pero estéril, de mi "huida al monte". Y así me animé a escribir "algo", a mandarte "algunos" textos, para que acaso poco a poco, por medio de los Padres, hacerte enamorar y formarte en la doctrina de siempre, o sea, en la verdadera Tradición, no la neotradición papal de más de diez siglos (en tantos puntos y más, por lo que pudiste ver). He aquí el "shock". La neotradición no es la de Vaticano 2 sino aquella que culminó en el Concilio Vaticano 1 (como término de un proceso depredador de diez siglos).

Mi muy estimado y en Cristo amado Javier, mi intención, por tanto, no es herir sino proporcionar los medios para curar, con mis pobres y miserables fuerzas, pero el que ha de curarte es Dios mismo, y tú, por tu libre y generoso asentimiento, no en todas las conclusiones de golpe, pero sí en la firme disposición de leer y estudiar lo pertinente, tanto en lo doctrinal y disciplinar como en lo espiritual. Y en la humilde disposición de conocer y enamorarte del "Oracional" ortodoxo, oraciones y plegarias patrísticas y litúrgicas que harán más y mejor su efecto que mil palabras, y mil lecturas.

También a través de ellas verás que, realmente, la doctrina y espíritu del Papado son como la higuera frondosa del Evangelio, llena de hojas pero sin higos, sin fruto apetecible, de modo que, al cabo de tanta paciencia, NSJC, Dios-Hombre verdadero, sin confusión ni separación, consumió aquello en la higuera que ya era desde antes, o sea: seca, estéril. Así también el Vaticano 2 sólo consumió lo que ya era Roma y nosotros, sus pobres ilusos fieles, desde hace tantos siglos. Recuerda a Jeremías, y al comentario de San Jerónimo al respecto, hablando de dos prostitutas (de fornicación espiritual mas que carnal, pero eso también), una llamada Oholá, la otra Oholibá, que propiamente dicho, hay que aplicar respectivamente no a la fornicación y apostasía de Israel del Norte (Samaria, etc., desde Jezabel hasta que viniera Senaquerib) y del resto de Israel (Judá, Benjamín: Jerusalén, hasta que viniera Nabucodonosor) sino a la fornicación y apostasía respectivamente del fariseísmo del AT y del fariseísmo del NT (Roma), con sus graves secuelas y ataques que ello también significa para el resto fiel ortodoxo.

Dejando tiempo al tiempo, he madurado todo esto durante un lustro, y sólo entonces, y con plena convicción no subjetiva, yo y mis ocho hijos conmigo, fuimos recibido en la Santa Iglesia Ortodoxa, por bautismo canónico, crismación y comunión (del cuerpo y la sangre, según el expreso mandato de Cristo). También tengo bastantes amigos de antes, todos papistas, que recibieron la luz y el calor de la doctrina, liturgia y espíritu de la Ortodoxia. Uno francés, incluso antes que yo, de mis tiempos del lefebvrismo en Madrid (2000), otro checo, otro bonaerense, con dos a punto, y dos mejicanos. No es mucho, pero es palpable que la gente que busca y que es sincera encuentra el camino hacia los Padres, no al modo modernista (que es asunto a medias, y sin la vida litúrgica y espíritu que corresponde), sino al modo de la Tradición verdadera.

Créeme, no presumo de nada. Cuando hablo de mi conversión y recepción en la verdadera Iglesia, lo digo con humildad, y con una alegría indescriptible, no sólo porque por fin estuve libre de tener que hacer tantas apologéticas vanas, de los inventos y prácticas del sistema papal, verdadero antecedente del Nuevo Orden Mundial judeomasónico, ni tantas acrobacias para justificar lo injustificable. Digo que no sólo, porque principalmente es la vida litúrgica, sea en el Rito de la Divina Liturgia de San Juan Crisóstomo, sea en la recitación habitual de partes del "Horologion" (Libro de Horas) ortodoxo, la que me ha devuelto la paz, una paz inefable en medio de la apostasía universal.

NSJC, tan bueno y paciente, tan humilde y magnánimo, es médico. Pero la medicina a veces es muy amarga. Cuán amarga fue para mí. Cuánto me resistí a la verdad, a que la Iglesia Ortodoxa pudiera ser la que conservó íntegramente la verdad apostólica, patrística, canónica (de los Concilios Ecuménicos del primer milenio). Bien recuerdas acaso de tiempos pasados que también yo fui uno de estos, pocos, que con palabra y pluma a toda costa pretendieron mantener la tradición escolástica y jesuítica, como si fuera la legítima y fiel continuadora de la Tradición apostólica, patrística y canónica.

Ahora sé, y he llorado mucho por ello, y me seguirá doliendo hasta el fin de mi vida, que Roma, lamentablemente ya hace tantos siglos, llegó a ser a la Iglesia, en el NT, lo que los Fariseos, en el AT, llegaron a ser respecto al Pueblo de Dios, o sea, tumbas blanqueadas, víboras..., y todo lo que NSJC aplicó a ellos, por ciegos que presumen de guías, y así guías de ciegos eran que ambos acabaron y acaban en la fosa. Basta meditar a fondo el NT, y conocer bien los comentarios de los Santos Padres, para ver que Roma poco a poco hizo un expolio de la Sagrada Escritura peor que un Lutero o Calvino jamás pudieron hacerlo, si bien en modo diverso, y en puntos diversos. Suena fuerte, pero no lo es.

Cuánto me dolió ver que eso del "Libre Examen" primero y principalmente fue obra de los mal llamados teólogos y canonistas romanos, con el Decreto de Graciano como su culminación, alrededor de 1150, y toda la Escolástica después, siguiendo al crédulo pero ignaro Pedro Lombardo, o a un Anselmo, arzobispo de Canterbury (segundo de ese nombre tras el genocidio perpetrado por la cruzada romana en Inglaterra, con el sucesor de San Eduardo el Confesor, qué cosas de locura de poder y ambición).

Pues, lo digo con el corazón en la mano, y con la ciencia paciente que como hombre de estudio serio me caracteriza desde hace décadas. Bastaba la gracia de unos libros realmente esclarecedores, y una visita providencial a un monasterio de tradición en Rusia (por invitación de un amigo, que me consiguió el visado). Lo digo con dolor y lágrimas, por lo que significa para todos nosotros europeos occidentales que nos creíamos, cuales los fariseos de ayer y de hoy, hijos fieles de Dios.... Pero no todos los que claman "Dominus, Dominus..." entrarán en el Reino de Dios.

Tengamos pues cuidado, y seamos humildes. Echémonos a temblar. Llenémonos de Santo Temor, principio de toda sabiduría.

"Por los frutos se conoce al árbol". Así objetan habitualmente los que ignoran, primeramente la historia real de su propia "iglesia", de su propia "cristiandad" política, pero también la de la muy esforzada, heroica y martirial Iglesia Ortodoxa. Fue por ese motivo que te había mandado, como invitación a despertar a una gloriosa realidad ignorada, el texto de un artículo sobre los humildes iconógrafos bajo el yugo otomano.

Yo también, siempre había pensado en que, "fruto" del centralismo romano y racionalidad y metodología misionera, hubiera habido mucho fruto en Occidente(especialmente desde 1492, "convirtiendo" a las Indias). Sin embargo, hay muchos, incluso entre los hispanos cultos, entre ellos los discípulos del Dr. Disandro, sedevacantista argentino de primera hora, que admiten con contristada franqueza que los IgNaZion (los jesuitas) no evangelizaron sino a medias a los pueblos, convirtiéndolos en imágenes vivas suyas: taimados, hipócritas, tibios, ávidos de poder y dinero so capa de piedad inventada. Y esto sólo como un ejemplo entre miles que he podido estudiar y meditar con tristeza, aplicable también a la labor de los mendicantes, factor realmente disruptor del régimen antiguo de la Iglesia, por nacer y hacerse un "ejercito privado" del papado, con su exención del poder episcopal establecido por Dios, con sus privilegios, con sus dispensas, etc... Cuánto he llorado leyendo en documentos medievales, en latín, hasta que punto el episcopado, el clero secular, hasta el monacato benedictino, sin hablar de los simples "fieles" empezó a "gemir" bajo la tiranía cada vez más fuerte de Roma, con su brazo ejecutor esas y otras órdenes (por ej. la premonstratense), tal como se lamentaba un Guillaume de Saint Amour, de Beauvais, un sabio apologético de las libertades antiguas, apostólicas y patrísticas, del clero secular, hombre contra el cual el papado (el autócrata Gregorio IX), en 1258, despachó a un Alberto Magno, dominico, para que le tapara la boca (tal cual hacen los medios de comunicación judeomasónicos hoy), el cual, con su verborrea "pseudopiadosa" supo convencer a Luis IX de Francia a que lo echara de sus reinos). Cosas así, y miles mas, había leído, meditado y contrastado con consternación, bien antes de vislumbrar la solución, la vuelta a la Tradición de siempre, guardada en la Iglesia Ortodoxa.

En resumen, no hubo tal fruto en Occidente, sino fruto solamente aparente. Para discernir rectamente los espíritus, es necesaria una buena dosis de demonología, de ciencia de las artes luciferinas. Porque también el demonio, disfrazado de Lucifer, tiene sus frutos, que lucen, pero no son sabrosos sino amargos, especialmente a largo plazo. Para lo de frutos, y muchos, si bien podridos, basta considerar, por ej., la expansión del Budismo hacia China.., o la del Islam en medio mundo. Leyendo a los Padres del Desierto, además, se comprueba cuántos son los que, en esa "Escala" espiritual descrita por San Juan Clímaco, se caen de peldaños muy elevados, o sea, de gente muy piadosa y ascética, clarividente y levitante, creyéndose espirituales (Espíritu de Dios), cuando en realidad no eran sino lo que los Padres llaman "psicológicos" (espíritu del diablo, sufriendo una "spiritual delusion").

Cuán fácil realmente es desviarse del camino de Cristo, porque estrecha es la senda..., y ancha la otra, no ya la carnal, sino la sensiblera, la afectiva o sentimental que cae en la trampa sutil de tomar por manifestación sobrenatural lo que en realidad no es sino preternatural diabólico. Hablando de un libro que ya te recomendé para rehacer tu vida espiritual, en el libro de San Atanasio sobre la vida de San Antonio el Grande, vienen unos capítulos donde ese patriarca de los monjes advierte con claridad que tantos que no pueden ser vencidos por burdas o finas tentaciones carnales, lo son lamentablemente por la tentación pseudoespiritual, con los propios demonios cantandos salmos hermosamente y explicando la Escritura con mucho ingenio, pero tramposamente al final, para que los que carecen, por soberbia al cabo, del necesario discernimiento de los espíritus, creen que están teniendo consolaciones celestes, visiones, anticipos del cielo...

Esta es la triste y agobiante realidad espiritual. En ella está resumida la índole de la mística occidental, gradualmente más "delusion". Ya Cristo dijo, y los Padres del Desierto, llamado Népticos, lo repiten una y otra vez, que el  "diablo reclamó poder cribaros como el trigo", especialmente la jerarquía, pues, pero también a los que presumen de perfección espiritual. Esta acción sólo aparentemente no es violenta, siendo unas veces carnal, las más de las veces, cuando de gente bien dispuesta se trata, con artilugios sensibleros, a la Maria Alacoque (para citar sólo una de esas locuras, de espiritualidad tan material, tan carnal, quién no lo ve, al menos cuando se le advierte, como yo hago ahora).

He aquí, o tristeza, la "santidad" de Occidente del segundo milenio. Cuánto no he llorado con vislumbrar y comprender esto, a la hora de releer la vida de muchos de esos "santos", con Ignacio de Loyola en primer lugar (hasta -hace dos lustros ya-, cual pimpollo de la "escuela de Disandro", publiqué dos tomos sobre ello con documentos del siglo XVI a la mano, encontrados en los propios "Monumenta Historica Societatis Iesu", nada menos), para no tomar más que un ejemplo grueso del Siglo de Oro patrio (y digo patrio, porque inmenso era mi veneración por la obra de España, e inmenso es mi dolor ahora). Pero entonces mis luces quedaron cortas, porque el mal no comenzó con la Contrarreforma (algo que ya los tan denigrados "Jansenistas" vieron, o sea, los que más sabían de la Antigua Galia cristiana, antes de que fuera devastada por el pacto Hitler-Stalin, aquí, los Carolingios con el Papado naciente). Así lo tuve que descubrir a la hora de volver a leer, con luces tan diferentes, por ej. la "Vida de Francisco", del aparentemente tan sabio Buenaventura. Te podría mandar un estudio muy sabio sobre la diferencia entre la espiritualidad de un San Serafin de Sarov, el santo anacoreta ruso moderno por excelencia (signo de una tradición ininterrumpida desde los Padres del Desierto antiguos) y un Francisco de Asís. Realmente, es sobrecogedor hasta qué punto inmoderados deseos espirituales son una invitación a que el diablo tome en la mano el asunto, haciéndose pasar por un ángel de luz, o por el Cordero inmaculado mismo.

Tarde tres décadas, pues, en comenzar a descubrir y verificar por mil conceptos y hechos que

1/ los frutos de Roma eran gradualmente menos sabrosos, y luego podridos, desde Nicolás I en adelante, convirtiéndose gradualmente, paso por paso, tal como te lo había insinuado ya en los correos anteriores, en simulacro o plagio de Iglesia, y, lo digo sin despecho, porque, al cabo, poco me importa obtener el triunfo en el alma de nadie. Es el triunfo de Dios que anhelo en tu alma, y, por lo que pude ver en tus iniciales palabras de despecho, y hasta resentimiento, este triunfo, esta victoria del Espíritu Santo Consolador, aún tiene que producirse, al menos incipientemente.

2/ que la tradición romana del segundo milenio está en estricta oposición, no ya al Oriente cristiano que permaneció ortodoxo, sino a la propia tradición romana de los primeros ocho-nueve-diez siglos. He leído y llorado mucho leyendo mil y un textos patrísticos al respecto, para corroborar las citas que me ofrecían unos cuantos libros bien documentados, no de historia ficción, sino de historia real: historia de la fijación dogmática que demuestra el cómo se desvió Occidente por la idea racionalista (puro esencialismo metafísico, partiendo de la esencia común en vez del Padre como único no principado y principante ad intra) e introducción prepotente y ciega posterior del "filioque" (Ratramnus, Anselmo, conciliábulos Lateranos, Escolástica, Lyon II, Florencia). Al respecto de esta cuestión capital, te recomendaría la lectura, la mejor, de los dos "Tratados de la Procesión del Espíritu Santo", de uno de los santos ortodoxos más agudos intelectualmente, San Gregorio de Palamas, monje, y finalmente arzobispo de Tesalónica, escrito en 1340 para enderezar las vacilaciones de algunos ortodoxos cándidos e ignorantes frente a los ataques del latinófrono Barlaam, monje de Calabria, tan carcomido por escolasticismo racionalista que, pese a haber sido dominios bizantinos, había perpetrado el Sur de Italia, desde el siglo VIII a.C. considerada la Magna Grecia. También se ofrecería bien el link (http://cepa.la/curso/andreas-spubla-la-subversion-del-orden-espiritual/) de unas conferencias mías, grabadas en el 2016 en Buenos Aires, donde discuto cuatro de los grandes temas de controversia que Roma, y más aun los "tradis" persisten en querer ignorar. Yo mismo fuí uno de ellos, no lo olvides.

3..... Y ya basta para hoy, y para siempre. Porque no quiero aturdirte ni herirte el alma más de lo soportable. Piensa en la Parábola del Sembrador, porque tú eres quien decide a qué clase de terreno cae toda esta buena semilla, apostólica, patrística, canónica, ortodoxa (la verdadera "unam, sanctam, catolicam, apostolicam"). Yo ya me he excedido, y fatigado por amor tuyo, créeme. No es cuestión de "multa" (cantidad) sino de "multum" (calidad), tanto del emisor como del receptor. Yo quise ser buen sembrador, pero sólo Dios lo es. Seas tú buen receptor, buena tierra. Porque es Dios quien da el crecimiento, no yo. Pero sin ti, y contra ti no lo va a hacer.

De modo que dejaré de enviarte cosas, hasta nuevo aviso. Suplico a Dios que no tires la toalla antes de comenzar.

Sólo te enviaré la plegaria por excelencia a la Bienaventurada Madre de Dios, de San Román el Melodioso, de Constantinopla, del siglo VI.
Se llama el Akathistos (por ser rezado o de pie o de rodillas) a la Virgen María, plegaria que, bajo el nombre del "Rosario" sólo seis siglos mas tarde será copiado por los "dominicos" de las "cruzadas", habiéndola visto rezar, junto a la llamada Oración de Jesús (Kyrie Eleison...), con cuerdas de rosas, entre los ortodoxos de Medio Oriente, y visto su gran provecho espiritual en el pueblo.

Te ruego, por el Amor de Dios, que tres noches consecutivas, o cuando tengas media hora libre, lo recites, de pie, ante una imagen de la Virgen con Cristo, con una vela encendida, y santiguándote (haciendo la señal de la Cruz) y al tiempo inclinándote despacio hasta el suelo con la mano derecha, en cada uno de los 13 "Icos" en la primera invocación de la Virgen ("Regocíjate".., que es la traducción correcta del saludo del San Gabriel a la Santísma Virgen, no el Ave, ni mucho menos el "Dios te salve", que da a entender cualquier cosa absurda, menos la idea correcta, por muy habituado que fueres, y yo también fui, porque el "Hail Mary", por ej., es claramente mas fiel y racional que la traducción vernácula española).

Yo lo rezo así con mis hijos, desde hace dos años, alternándolo con otro Akathistos a NSJC, y con las llamadas Oraciones de la Noche del "Oracional" (igualmente casi para media hora, cuando se rezan con voz baja, interior, prestando atención)

Cordialmente, en Cristo,

Andreas

avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Roger Boivin le Jeu 06 Sep 2018, 12:08 pm


Ceci aussi : c'est un visiteur orthodoxe qui ne voulait regarder que ce qui nous uni, tout en faisant fi de ce qui nous sépare : http://messe.forumactif.org/t8102-presentation-chretien-de-troyes
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11303
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Jeu 06 Sep 2018, 12:18 pm

Roger Boivin a écrit:Ceci aussi : c'est un visiteur orthodoxe qui ne voulait regarder que ce qui nous uni, tout en faisant fi de ce qui nous sépare : http://messe.forumactif.org/t8102-presentation-chretien-de-troyes

Oui, mon frère, je me souviens de ce fil. C'est la première chose que j'ai lu lorsque je cherchais des textes et des arguments autorisés fournis par nos saints pontifes, docteurs et canonistes. Merci encore de l'ajouter ici !  Smile
avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Jeu 06 Sep 2018, 3:33 pm

La réponse de Böhmler à mon précédent message en détresse dans lequel je lui ai demandé des éclaircissements sur sa position en faveur des schismatiques orthodoxes (vendredi 6 juillet):

  Andreas Böhmler à écrit:
   
Très cher Javier:

  "Pour l'amour de Dieu, Andreas, je vous prie de clarifier tout cela, car vous avez laissé mon esprit bien agité et inquiet, et cette détresse me donne une immense tristesse."

Je vais essayer, avec mes pauvres moyens. Et en sachant que tout ce qui est bien a besoin de beaucoup de temps pour prospérer, vous ne pouvez rien obtenir dans un courrier électronique ou dans de nombreux autres. C'est une question de sensibilité spirituelle et doctrinale, et de la grâce de Dieu, que ceux qui l'implorent réellement ne manquent pas, comme on peut le voir dans mon cas ou dans le vôtre, de se souvenir de la première chose que je t'ai écrite providentiel, après une décennie de silence mutuel. Si vous m'écrivez, c'est parce que Dieu m'a ordonné d'être un instrument, rien de plus, et aussi très inepte, pour que vous puissiez voir que toute la gloire lui appartient.

Avec quelle prudence et quelle hésitation, vous vous en souviendrez, j'ai commencé à vous écrire. Avec combien de timidité même. Car, même à mon époque de "tradi-romano", quelque chose que vous savez aussi ce que vous ressentez, je suis habitué au poids du "mensonge" ("cercle herméneutique, pas d'idées mais de sentiments et de sentiments comme habitudes incorporées dans l'âme) de chaque cause à jeter aux génomies, à la poubelle, pas seulement de la boîte aux lettres, mais aussi du cœur tu arrêtes d'exister tu es un paria Et, comme NSJC, ça ne te dérangerait même pas qu'il a été effacé du pays des vivants, par un apparent blasphémateur et ennemi de Dieu.

Tu sais de quoi je parle. Et j'ai trop souffert pour cela, déçu par les hommes, même les bons hommes.

J'ai eu le cœur à craindre, quand, au troisième, je me suis finalement aventuré, encouragé par votre humble disposition, à vous envoyer ce résumé capital orthodoxe des innovations anti-traditionnelles et révolutionnaires, pas à pas, de Rome concernant «l’ubique, semper , ab omnibus ", formule que saint Vincent de Lérins, après tout, n'avait pas inventée mais reçue de la tradition apostolique, patristique et canonique des grands conseils.

Je pourrais bien anticiper l'état de "choc" dans lequel cette liste d'affirmations vous a plongé, qui, si on le compare à la nécessaire humilité et à la science, sont irréfutables. Je pleure alors avec vous, parce que j'ai traversé ce même état de "choc", dans une vague expansive ... Et avec un cœur blessé, je ne fais que pleurer à NSJC  jusqu'à ce que, sinon la Parousia, les fidèles à la Tradition doivent prêcher aux vents,... donc dans mes dialogues frustrés avec tant de personnes qui n’ont ni entrevu, ni envie d’apprendre à démarrer, que Mt. 16-18, lu avec les Pères (Ambrosio, Crisóstomo, Agustín, etc.), rien ne dit, tout au contraire, d'une supposée institution divine de la papauté, ni de la primauté juridictionnelle du même Pedro, ainsi que si, quelque chose qui nous était administré «même dans la soupe», l'évêque romain pouvait prétendre se planter, dans le long vecteur temporel, d'abord

--- en tant que successeur de San Pedro (contre San Ireneo, qui dit que Lino a été le premier évêque, pour être les apôtres San Pablo et San Pedro, ce n’étant pas seulement le début de ce siège), alors

--- en tant que vicaire de Peter, alors même.

--- comme vicaire du Christ et donc du même Dieu sur la terre.

Ceux d'entre nous qui ont souhaité être de bons chrétiens, ou qui sont nés ou se sont mélangés, par conséquent, le livre et le discours pharisaïques, avec ces folies contraires à l'Écriture et à la Tradition (et vous devez lire beaucoup à ce sujet pour calmer l'esprit, j'attacherai le programme d'un séminaire donné parfois, en Argentine et au Mexique). Rien à voir avec la critique protestante. Les orthodoxes sont beaucoup plus tôt, car ce sont les pères eux-mêmes qui nous couvrent la bouche.

Mais combien de temps a-t-il fallu pour les lire, les lire et les comprendre. Car, comme Luther, le "Romain" ne comprend pas ce qu'il lit, à cause des lunettes herméneutiques dont il dispose. Il m'a fallu beaucoup de temps pour réaliser la folie anti-scripturale que tout cela implique, à la manière du Souverain Pontife de l'Ancien Testament, qui a néanmoins été remplacé par le Christ lui-même, tous les apôtres étant égaux en juridiction et tous les évêques (cela suffirait parmi mille textes, à méditer sur ce que saint Cyprien écrit contre saint Etienne, dans sa première tentative de prétendre que Carthage, en dérivant de Rome et non de l'Orient, devrait lui obéir).

En dépit de la peur anticipée de ce "choc", je vous ai relancé et j'ai donc osé commencer à écrire "quelque chose" pour vous laisser tomber "quelque chose" (et réaliser que ces insinuations glissaient dans votre humeur captive). Parce que, ayant l'exemple sain de NSJC, je voulais que ce ne soit pas moi, mais vous qui, en toute liberté et conscience, vous éveilleriez à la vérité, triste vérité, psychologiquement, mais joyeuse vérité, sous-espèces aeternitatis. Et plus encore, un homme dont l'amour pour la papauté depuis au moins deux ou trois décennies se limitait à être "théorique", "abstrait", "platonique" (pensée), nécessairement pas "concret" (vécu) car qui entre les âmes sensibles peuvent et peuvent supporter d'aller avec de tels révolutionnaires, surtout dans le plan de l'ordre moral.

Je veux dire, et je pense toujours, qu'un homme comme vous, capable d'écrire avec tant de douleur et d'humilité, se trompe pour tant de raisons honnêtes, mais absolument seul et sans lien "ecclésial", cela vaut certainement la peine d'essayer à nouveau de "prêcher depuis le toit" (au lieu de persévérer dans la paix relative, mais stérile, de ma "fuite vers la montagne". Je me suis donc encouragé à écrire "quelque chose", à vous envoyer " les textes, afin que, petit à petit, à travers les Pères, vous tombiez amoureux de la doctrine de toujours, c’est-à-dire dans la vraie Tradition, pas la néotradicité papale de plus de dix siècles (en tant de points et plus, pour ce que vous pouviez voir). Voici le "choc". La néotradiction n'est pas celle de Vatican 2 mais celle qui a abouti au concile Vatican II (comme la fin d'un processus de prédation de dix siècles).

Mon très cher et en Christ ami Javier, mon intention n'est donc pas de blesser mais de fournir les moyens de guérir, avec mes forces pauvres et misérables, mais celui qui doit vous guérir est Dieu lui-même et vous, pour votre liberté et généreuse assentiment, non pas dans toutes les conclusions du coup, mais dans la ferme volonté de lire et d'étudier le pertinent, tant dans les domaines doctrinal et disciplinaire que spirituel. Et dans l'humble disposition à connaître et à tomber amoureux des "Oracional" orthodoxes, des prières et des prières patristiques et liturgiques qui feront plus et mieux leur effet que mille mots et mille lectures.

Aussi à travers eux, vous verrez que la doctrine et de l'esprit de la Papauté sont vraiment comme le figuier feuillu dans l'Evangile, pleine de feuilles sans figues, infructueusement attrayant, de sorte que, après tant de patience, Notre-Seigneur Jésus-Christ, Homme-Dieu vrai, sans confusion ni séparation, consommée sur le figuier qui était déjà avant, soit: sec, stérile. Ainsi, le Vatican 2 n'est consommé ce qui était déjà Rome et nous, ses fidèles pauvres illusionné pendant tant de siècles. Rappelez-vous Jérémie et le commentaire de saint Jérôme à son sujet, en parlant de deux prostituées (fornication spirituelle plus charnelle, mais aussi), un appel Ohola, l'autre Oholiba, qui s'appliquent respectivement pas fornication et de l'apostasie d'Israël du Nord (Samarie, etc., de Jézabel jusqu'à ce que je suis Sennachérib) et le reste d'Israël (Juda, Benjamin Jérusalem, jusqu'à la venue de Nabuchodonosor), à la fornication et à l'apostasie respectivement du pharisaïsme de l'AT et du pharisaïsme du NT (Rome), avec ses graves conséquences et ses attaques qui signifient également le reste fidèle orthodoxe.

En quittant de temps en temps, j'ai mûri tout cela pendant cinq ans et seulement alors, et avec une conviction non subjective complète, moi et mes huit enfants avec moi, nous avons été reçus dans la Sainte Église orthodoxe, par le baptême, le chrisme et la communion canoniques (du corps et du sang, selon le mandat exprès du Christ). J'ai aussi beaucoup d'amis d'avant, tous des papistes, qui ont reçu la lumière et la chaleur de la doctrine, de la liturgie et de l'esprit de l'orthodoxie. Un français, même avant moi, de mon époque de Lefebvrismo à Madrid (2000), un autre tchèque, un autre de Buenos Aires, avec deux points et deux Mexicains. Ce n'est pas beaucoup, mais il est palpable que les personnes qui cherchent et qui sont sincères se frayent un chemin vers les Pères, non pas vers le mode moderniste (qui est un problème sans cœur et sans la vie et l'esprit liturgiques appropriés). Vraie tradition.

Croyez-moi, je ne présume rien. Quand je parle de ma conversion et de ma réception dans la vraie Église, je le dis avec humilité et avec une joie indescriptible, non seulement parce que j'étais enfin libre de faire tant de vaines apologétiques, inventions et pratiques du système papal, véritable antécédent du Nouveau Judeomasonic World Order, pas tellement d'acrobaties pour justifier l'injustifiable. Je dis cela non seulement parce que c'est principalement la vie liturgique, que ce soit dans le rite de la Divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome ou dans la récitation habituelle de certaines parties de l'Horologion Orthodoxe (Livre des Heures) qui m'a rendu la paix une paix ineffable au milieu de l'apostasie universelle.

NSJC, si bon et patient, si humble et si magnanime, est médecin. Mais la médecine est parfois très amère. Comme c'était amer pour moi. Combien j'ai résisté à la vérité, que l'Église orthodoxe pouvait être celle qui préservait complètement la vérité apostolique, patristique et canonique (des conciles œcuméniques du premier millénaire). Vous vous rappelez bien des temps passés que j'étais aussi l'un d'entre eux, peu nombreux, qui, à tout prix, essayaient de maintenir la tradition scolastique et jésuite, comme si c'était la continuation légitime et fidèle de la Tradition apostolique, patristique et canonique.

Maintenant, je sais, et j'ai beaucoup pleuré pour cela, et cela continuera de me faire mal jusqu'à la fin de ma vie, que Rome, malheureusement depuis de nombreux siècles, est devenue l'Eglise, dans le NT, ce que les pharisiens, dans l'AT, ils sont venus à propos du Peuple de Dieu, c'est-à-dire des tombeaux blanchis, des vipères ... et tout ce que NSJC leur a appliqué, pour les aveugles qui se vantent de guides, et donc les guides aveugles . Il suffit de méditer à fond le NT, et de bien connaître les propos des Saints Pères, de voir que peu à peu Rome aurait pu faire un exposé de la Sainte Écriture pire qu'un Luther ou Calvin, bien que divers et en des points diversifié cela semble fort, mais ce n'est pas le cas.

Combien cela fait du mal de voir que celui de "l'Examen Libre" était avant tout l'œuvre des théologiens et canonistes romains, avec le Décret de Gratien comme point culminant, vers 1150, et toute la scolastique plus tard, suivant le crédule mais ignorant Peter Lombardo, ou à un Anselme, archevêque de Cantorbéry (deuxième de ce nom après le génocide perpétré par la croisade romaine en Angleterre, avec le successeur de saint Édouard le confesseur, quelle folie de pouvoir et d'ambition).

Eh bien, je le dis avec mon cœur dans ma main, et avec la science patiente qui, en tant qu'homme d'étude sérieux, me caractérise depuis des décennies. C'était assez la grâce de certains livres vraiment instructifs, et une visite providentielle dans un monastère de la tradition en Russie (sur invitation d'un ami qui m'a obtenu le visa). Je le dis avec douleur et larmes, pour ce que cela signifie pour tous les Européens de l’Ouest que nous croyions, ce que les pharisiens d’hier et d’aujourd’hui, de fidèles enfants de Dieu… Mais pas tous ceux qui crient «Dominus, Dominus… "Ils entreront dans le Royaume de Dieu.

Soyons prudents et soyons humbles. Secouons-nous. Remplissons-nous de la Sainte Peur, le début de toute sagesse.

"Par les fruits, l'arbre est connu". Cela est généralement contesté par ceux qui ignorent, premièrement la véritable histoire de leur propre "église", de leur propre "christianisme" politique, mais aussi de celle de l'Eglise orthodoxe très travailleuse, héroïque et martyre. C'est pour cette raison qu'il vous a envoyé, comme une invitation à se réveiller à une réalité glorieuse ignorée, le texte d'un article sur les humbles iconographes sous le joug ottoman.

Moi aussi, j'ai toujours pensé que "fruit" du centralisme et de la rationalité romains et de la méthodologie missionnaire, il y aurait eu beaucoup de fruits en Occident (surtout depuis 1492, "conversion" des Indes). Cependant, il y en a beaucoup, même parmi les Hispaniques instruits, parmi lesquels les disciples du Dr Disandro, un sédevacantiste argentin pour la première fois, qui admet avec une tristesse la franchise que les IgNaZion (les jésuites) n'ont pas évangélisé mais transformé des images vivantes de lui: sournois, hypocrite, tiède, avide de pouvoir et d'argent inventé un manteau de piété. Et ce n’est qu’un exemple parmi des milliers que j’ai pu étudier et méditer avec tristesse, également applicable au travail des mendiants, un facteur vraiment perturbateur de l’ancien régime de l’Eglise, pour naître et devenir une «armée privée» de la papauté, avec ses exemption du pouvoir épiscopal établi par Dieu, avec ses privilèges, avec ses dispenses, etc ... Combien j'ai pleuré en lisant dans des documents médiévaux, en latin, dans quelle mesure l’épiscopat, le clergé séculier, même le monachisme bénédictin, sans oublier les simples «fidèles» ont commencé à «gémir» sous la tyrannie de plus en plus forte de Rome. son bras d'exécution et ces autres ordres (par exemple, les Prémontrés), comme le déplore Guillaume de Saint Amour, de Beauvais, érudit des libertés antiques, apostoliques et patristiques du clergé séculier, contre qui la papauté (l'autocrate Grégoire IX), en 1258, dépêcha un dominicain Alberto Magno, pour couvrir sa bouche (comme le font les médias judéomasoniques aujourd'hui), qui, avec son verbiage "pseudopiadosa", réussit à convaincre Luis IX de France pour le jeter hors de leurs royaumes). Des choses comme celle-là et des milliers d'autres avaient lu, médité et contrasté avec consternation, bien avant d'entrevoir la solution, le retour à la Tradition de toujours, conservée dans l'Église orthodoxe.

En bref, il n'y avait pas de tels fruits en Occident, mais seulement des fruits apparents. Pour bien discerner les esprits, une bonne dose de démonologie, de science des arts lucifériens, est nécessaire. Car aussi le diable, déguisé en Lucifer, a ses fruits qui brillent mais ne sont pas savoureux mais amers, surtout à long terme. Pour les fruits, et pour beaucoup, s'il est pourri, il suffit de considérer, par exemple, l'expansion du bouddhisme en Chine ... ou celle de l'islam dans la moitié du monde. En lisant aux Pères du Désert, on vérifie combien sont ceux qui, dans cette "Échelle" spirituelle décrite par San Juan Clímaco, tombent de très hauts échelons, c'est-à-dire de personnes très pieuses et ascétiques, clairvoyantes et lévitrices, se croyant spirituel (Esprit de Dieu), alors qu'en réalité ils n'étaient rien que ce que les Pères appellent "psychologique" (esprit du diable, souffrant d'une "illusion spirituelle").

Comme il est facile de s’écarter du chemin du Christ, parce que le chemin étroit est le chemin ... et l’autre, non le plus charnel, mais le sensible, l’émotif ou le sentimental qui tombe dans le piège subtil de prendre pour manifestation surnaturelle ce que en réalité, ce n'est pas un préternatural diabolique. Parlant d'un livre que je vous ai déjà recommandé de refaire votre vie spirituelle, dans le livre de saint Athanase sur la vie de saint Antoine le Grand, viennent quelques chapitres où ce patriarche des moines avertit clairement que tant de choses ne peuvent être surmontées ou bien des tentations charnelles, elles sont malheureusement dues à une tentation pseudospiritualiste, les démons chantant eux-mêmes chantant magnifiquement et expliquant l'Écriture avec beaucoup d'ingéniosité, mais délicate à la fin, de sorte que ceux qui manquent d'arrogance à la fin du discernement nécessaire , ils croient qu'ils ont des consolations célestes, des visions, des avancées du ciel ...

C'est la réalité spirituelle triste et oppressante. En cela se résume la nature du mysticisme occidental, progressivement plus "délire". Déjà le Christ a dit, et les Pères du Désert, appelés Sceptiques, le répètent encore et encore, que le "diable a prétendu pouvoir vous trier comme du blé", surtout la hiérarchie, mais aussi pour ceux qui se vantent de leur perfection spirituelle. Cette action n'est apparemment pas violente, étant parfois charnelle, la plupart du temps, quand les gens sont très enclins, avec des dispositifs de manipulation, à Maria Alacoque (pour ne citer qu'une de ces folles, la spiritualité si matérielle, alors charnel, qui ne le voit pas, du moins lorsqu'il est averti, comme je le fais maintenant).

Voyez, o tristesse, la "sainteté" de l'Ouest du deuxième millénaire. Combien je n'ai pas pleuré avec un aperçu et une compréhension de cela, en relisant la vie de beaucoup de ces "saints", avec Ignacio de Loyola en premier lieu (jusqu'à il y a deux ans, en tant que fleur de "l'école de Disandro") , J'ai publié deux volumes à ce sujet avec des documents du XVIe siècle, trouvés dans le "Monumenta Historica Societatis Iesu", rien de moins), pour ne pas prendre plus qu'un exemple épais du siècle d'or patriotique (et je dis patriotique, car immense c'était ma vénération pour le travail de l'Espagne et ma douleur est immense maintenant. Mais alors mes lumières étaient courtes, car la perversité ne commençait pas par la Contre-Réforme (quelque chose que les "jansénistes" tant dénigrés voyaient, c'est-à-dire ceux qui en savaient plus sur la Gaule chrétienne avant qu'elle ne soit dévastée par le pacte hitlérien) Staline, ici, les Carolingiens avec la papauté naissante). J'ai donc dû découvrir au moment de la lecture, avec des lumières si différentes, par exemple. la "vie de Francisco", du Buenaventura apparemment sage. Je pourrais vous envoyer une étude très sage sur la différence entre la spiritualité d'un San Serafin de Sarov, le saint ancrage russe moderne par excellence (signe d'une tradition ininterrompue depuis les anciens Pères du désert) et un François d'Assise. En réalité, il est écrasant de voir dans quelle mesure les désirs spirituels immodérés invitent le diable à prendre le problème en main, en se présentant comme un ange de lumière ou pour l’Agneau immaculé lui-même.

Après trois décennies, alors, en commençant à découvrir et à vérifier par mille concepts et faits

1 / les fruits de Rome étaient progressivement moins savoureux, puis pourris, à partir de Nicolas Ier, devenant peu à peu, pas à pas, comme je l'avais déjà insinué dans les e-mails précédents, le simulacre ou le plagiat de l'Église; Je dis sans dépit, car après tout, je ne me soucie pas de gagner le triomphe dans l'âme de quiconque. C'est le triomphe de Dieu que je désire ardemment dans votre âme et, d'après ce que j'ai pu voir dans vos paroles initiales de rancune et même de ressentiment, ce triomphe, cette victoire du Saint Esprit réconfortant doit encore se produire, du moins au début.

2 / que la tradition romaine du deuxième millénaire s'oppose rigoureusement, non pas à l'Orient chrétien qui est resté orthodoxe, mais à la tradition romaine des huit-neuf-dix premiers siècles. J'ai lu et j'ai beaucoup pleuré en lisant mille textes patristiques à ce sujet, pour corroborer les citations de quelques livres bien documentés, non pas de la fiction historique, mais de l'histoire réelle: une histoire de fixation dogmatique qui montre comment l'Occident s'est écarté de l'idée rationaliste (essentialisme métaphysique pur, partant de l'essence commune au lieu du Père comme unique non-principauté et débutant ad intra) et plus tard arrogante et aveugle de la "filioque" (Ratramnus, Anselmo, Conseils de Laterano, Scholastica, Lyon II, Florence ). En ce qui concerne cette question capitale, je recommanderais de lire, au mieux, les deux "traités de la procession du Saint-Esprit" par l'un des saints les plus intellectuellement orthodoxes, saint Grégoire de Palamas, moine et enfin archevêque de Thessalonique. , rédigée en 1340 pour corriger les hésitations de certains orthodoxes candides et ignorants contre les attaques du barlaam latino-américain, moine de Calabre, tant mangé par la scolastique rationaliste qui, malgré ses domaines byzantins, avait perpétré le siècle dernier VIII avant JC considéré comme Magna Grecia. Le lien (http://cepa.la/curso/andreas-spubla-la-subversion-del-orden-espiritual/) de certaines de mes conférences, enregistré en 2016 à Buenos Aires, serait également bien présenté, où je discuterai de quatre des grandes questions controversées que Rome, et plus encore les «tradis», persistent à vouloir ignorer. J'étais l'un d'eux moi-même, ne l'oublie pas.

3 ..... Et assez pour aujourd'hui et pour toujours. Parce que je ne veux pas vous étourdir ou blesser votre âme plus que ce qui est supportable. Pensez à la parabole du semeur, parce que vous êtes celui qui décide à quel type de terre tombe cette bonne semence, apostolique, patristique, canonique, orthodoxe (le véritable "unam, sanctam, catholicam, apostolicam"). Je me suis déjà dépassé et fatigué par ton amour, crois-moi. Il ne s'agit pas de "bien" (quantité) mais de "multum" (qualité), à la fois de l'émetteur et du destinataire. Je voulais être un bon semeur, mais seul Dieu l'est. Soyez votre bon récepteur, bonne terre. Parce que c'est Dieu qui donne la croissance, pas moi. Mais sans toi et contre toi, il ne le fera pas.

Je vais donc arrêter de vous envoyer des choses, jusqu'à nouvel ordre. Je prie Dieu de ne pas jeter la serviette avant de commencer.

Je ne vous enverrai que la prière par excellence à la Sainte Mère de Dieu, de Saint Roman le Mélodieux, de Constantinople, du VIe siècle.
On l'appelle l'Akathistos (en étant prié ou debout ou à genoux) à la Vierge Marie, prière qui, sous le nom de "Rosaire", six siècles plus tard, sera copiée par les "Dominicains" des "Croisades". priez, à côté de la prière dite de Jésus (Kyrie Eleison ...), avec des guirlandes de roses, parmi les orthodoxes du Moyen-Orient, et voyez leur grand bénéfice spirituel dans la ville.

Je prie, pour l'amour de Dieu, que trois nuits consécutives, ou une demi-heure gratuite, récite-la, devant une image de la Vierge avec le Christ, avec une bougie allumée et en te croisant (faisant le signe de la croix) ) tout en s'inclinant lentement vers le sol avec la main droite, dans chacune des 13 "Icos" lors de la première invocation de la Vierge ("Regocíjate" .., qui est la traduction correcte du salut du San Gabriel au Santísma) Vierge, pas l'Oiseau, encore moins le "Dieu sauve-toi", ce qui suggère quelque chose d'absurde, moins la bonne idée, même si tu es habitué, et j'étais aussi, parce que "Je te salue Marie", par exemple. , est clairement plus fidèle et rationnel que la traduction vernaculaire espagnole).

Je le prie avec mes enfants pendant deux ans, en l’alternant avec un autre Akathistos à NSJC, et avec les prières de la nuit de l’Oracional (de même pendant presque une demi-heure, quand ils prient dans une voix basse et intérieure, faisant attention )

Cordialement, en Christ,

Andreas

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Ven 07 Sep 2018, 5:32 am

Mon dernier message à Böhmler (dimanche 8 juillet). L'heure de montrer ma position était enfin arrivée. J'avais beaucoup prié les jours précédents. On me demandait de prendre une décision, de faire un choix crucial pour mon âme ...  Et le choix avait déjà été fait depuis le début.

Böhmler avait attaqué et calomnié la sainte Église Catholique et sa foi, il avait méprisé ses pontifes et ses saints, et par conséquent, il m'avait aussi attaqué et méprisé à ma personne et à ma foi.

Je ne me souciais pas d'être attaqué sur une base personnelle, parce que je ne suis personne, juste un pauvre pécheur et un serviteur inutile. Mais ma Foi Catholique et mon Église, elles sont saintes, et cela, je ne pouvais pas le permettre.

Armé de mon plus profond amour pour le Christ et sa sainte Église, je lui ai écrit une lettre dure, pleine de réprimandes, mais lui demandant également de reconsidérer sa position pour le salut de son âme.

Javier a écrit:Buenos días, Andreas:

Seré breve y claro. Lamento muchísimo el tremendo error en el que te hallas inmerso, y en que has metido a tus pobres hijos. Has intentado engolfarme (engañarme) a mí también en esa trampa tuya tan bien elaborada, pero el tiro te ha salido por la culata.

Tan sólo a un enfermo mental se le ocurriría decir las barbaridades que me has dicho en tu mensaje "justificando" a los cismáticos ortodoxos y denigrando y echando pestes sobre Ntra. Santa Madre la Iglesia Católica. Pero, ¿quién demonios te crees que eres? ¿Con qué autoridad te atreves a minar al Papado y a los gloriosos santos de la Iglesia Católica? ¿Cómo osas cuestionar la santidad y el gran influjo que recibieron del Espíritu Santo almas escogidas como las de San Francisco de Asís, Santo Tomás de Aquino o Santa María Margarita Alacoque, por citar solo a unos pocos?... ¿Has perdido el juicio, Andreas? Mucho me temo que sí. Tanta lectura y orgullo espiritual te han llevado a esta deriva en la cual te encuentras, y lo peor es que vas sembrando confusión y error por doquier. Y eso no te lo consiento.

Desprecias a la Iglesia Católica y a sus Pontífices y Santos. Desprecias por tanto las muchas apariciones de la Santísima Virgen María donde pedía que rezáramos por el Papa y la Iglesia, como por ej. en La Salette y en Fátima. ¿Pero quién te crees que eres? No te lo consiento.

Apártate de mí, espíritu de discordia y confusión. No quiero tener nada que ver contigo.

Yo soy y nací católico y moriré católico. Amaré y defenderé a mi Iglesia contra todos sus enemigos, que hoy proliferan por todas partes. Viviré sin sacramentos y alimentado por la sola fe espiritual, porque Dios no se agota en los sacramentos, sino que Su gracia está presta para quienes se humillan y Le piden que tenga compasión de ellos. Leeré lecturas espirituales de los Santos Padres de la Iglesia y nutriré mi espíritu. Oraré con humildad y perseverancia a Jesús y a María para que me hagan cada vez más humilde y desprendido de todo lo que no sea amor de Dios. Y con paciencia, perseverancia y mucho amor de Dios, espero obtener la misericordia de mi Salvador y Redentor y cantar algún día Sus alabanzas y Su gloria en Su presencia.

Andreas, ¿cómo has venido a extraviarte y a caer tan bajo?... ¿Cómo ha llegado tu razón y tu espíritu a aborrecer a nuestros Padres y Santos?... Arrepiéntete y pídele perdón a Jesús Crucificado! Quizás todavía haya esperanza para ti, Andreas, no endurezcas tu corazón y no dejes pasar esta gracia!!

¿Acaso crees que los ortodoxos no han sido contaminados e infiltrados también? ¿Qué me dices entonces de los múltiples "acercamientos" entre la secta vaticana y tus queridos cismáticos?...

¿Cómo has llegado a convertirte en paladín de quienes no creen en la existencia del Purgatorio,  niegan la Inmaculada Concepción de María Santísima o la Infalibilidad Papal, y desprecian a las órdenes religiosas?... ¿Has perdido el juicio?!

Basta ya de mis amonestaciones. Si he sido duro, lo lamento, pero quizás lo tenías merecido.

Rezaré por ti para que Dios tenga compasión de tu ceguera y tu obcecación y te haga ver cuán errado estás.

Ojalá te arrepientas de tu gravísimo error y vuelvas a la Verdad, Andreas, la única que te puede salvar y salvar a quienes amas.

Deseo esto por caridad hacia ti y por el bien de tu alma.

MISERERE NOBIS, DOMINE !!!

Un siervo inútil de Cristo.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Ven 07 Sep 2018, 7:54 am

Mon dernier message à Böhmler (dimanche 8 juillet). L'heure de montrer ma position était enfin arrivée. J'avais beaucoup prié les jours précédents. On me demandait de prendre une décision, de faire un choix crucial pour mon âme ...  Et le choix avait déjà été fait depuis le début.

Böhmler avait attaqué et calomnié la sainte Église Catholique et sa foi, il avait méprisé ses pontifes et ses saints, et par conséquent, il m'avait aussi attaqué et méprisé à ma personne et à ma foi.

Je ne me souciais pas d'être attaqué sur une base personnelle, parce que je ne suis personne, juste un pauvre pécheur et un serviteur inutile. Mais ma Foi Catholique et mon Église, elles sont saintes, et cela, je ne pouvais pas le permettre.

Armé de mon plus profond amour pour le Christ et sa sainte Église, je lui ai écrit une lettre dure, pleine de réprimandes, mais lui demandant également de reconsidérer sa position pour le salut de son âme.


Javier à écrit:
Bonjour Andreas:
Je serai bref et clair. Je suis vraiment désolé pour la terrible erreur dans laquelle vous vous êtes plongé et avez mis vos pauvres enfants. Vous avez essayé de m'engloutir (me tromper) dans ce piège bien conçu, mais le coup revient pour vous hanter.

Seul un malade mental penserait à dire les atrocités que vous m'avez dites dans votre message "justifiant" les schismatiques orthodoxes et dénigrant et harcelant Notre Sainte Mère l'Église Catholique. Mais qui croyez-vous être? Avec quelle autorité osez-vous miner la papauté et les glorieux saints de l'Église catholique? Comment osez-vous remettre en cause la sainteté et la grande influence que le Saint-Esprit a reçue des âmes choisies, comme celles de Saint François d'Assise, de Saint Thomas d'Aquin ou de Sainte Marguerite-Marie Alacoque ? ...,
Avez-vous perdu la tête, Andreas? J'ai très peur que ce soit le cas. Tant de lecture et d'orgueil spirituelle vous ont conduit à cette dérive dans laquelle vous vous trouvez, et le pire est que vous semez la confusion et les erreurs partout. Et je n'y consent pas.

Vous méprisez l'Eglise catholique et ses pontifes et saints. Par conséquent, vous méprisez les nombreuses apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie où elle nous a demandé de prier pour le pape et pour l'Église, par exemple. à La Salette et à Fatima. Mais qui pensez-vous être? Je ne consent pas.

Éloigne-toi de moi, esprit de discorde et de confusion. Je ne veux rien avoir à faire avec toi.

Je suis et je suis née catholique et je vais mourir catholique. Je vais aimer et défendre mon Église contre tous ses ennemis, qui prolifèrent aujourd'hui partout. Je vivrai sans sacrements et nourris uniquement de la foi spirituelle, car Dieu n'est pas épuisé dans les sacrements, mais sa grâce est prêtée à ceux qui s'humilient et lui demandent d'avoir de la compassion pour eux. Je vais lire les lectures spirituelles des Saints Pères de l'Église et nourrir mon esprit. Je vais prier avec humilité et persévérance à Jésus et à Marie pour qu'ils deviennent de plus en plus humbles et détachés de tout ce qui n'est pas l'amour de Dieu. Et avec patience, persévérance et beaucoup d'amour de Dieu, j'espère obtenir la miséricorde de mon Sauveur et Rédempteur et chanter un jour ses louanges et sa gloire en sa présence.

Andreas, comment en êtes-vous venu à vous perdre et à tomber si bas? ... Comment votre raison et votre esprit ont-ils détesté nos Saints Pères ? ... Repentez-vous et demandez pardon à Jésus Crucifié! Peut-être y a-t-il encore de l'espoir pour vous, Andreas, ne vous endurcissez pas le cœur et ne laissez pas passer cette grâce!

Pensez-vous que les orthodoxes n'ont pas été contaminés et infiltrés? Que dites-vous alors des multiples «approches» entre la secte du Vatican et vos schismatiques bien-aimés? ...

Comment êtes-vous devenu le champion de ceux qui ne croient pas en l'existence du purgatoire, nient l'immaculée conception de Marie la plus sainte ou infaillibilité papale et mépriser les ordres religieux? ... Avez-vous perdu la raison?!

C'est assez de mes avertissements. Si j'ai été dur, je suis désolé, mais vous l'avez peut-être mérité.
Je vais prier pour vous afin que Dieu puisse avoir de la compassion pour votre aveuglement et votre obsession et vous faire voir à quel point vous vous trompez.

J'espère que vous regretterez votre grave erreur et reviendrez à la vérité, Andreas, la seule qui puisse vous sauver et sauver ceux que vous aimez.
Je fais cela par charité envers vous et pour le bien de votre âme.

MISERERE NOBIS, DOMINE !!!

Un serviteur inutile du Christ.

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Ven 07 Sep 2018, 10:16 am

.
Javier, acabo de leer tu último mensaje a Andrea ...  

( http://messe.forumactif.org/t8225p25-andreas-bohmler-propage-l-heresie-orthodoxe-et-meprise-l-eglise-catholique#145624 )

Tuviste razón al hacerme leer hasta el final del hilo.

¡VIVA CRISTO REY! ¡QUE VIVA!


Dernière édition par ROBERT. le Ven 07 Sep 2018, 10:40 am, édité 1 fois (Raison : ajout du lien)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Ven 07 Sep 2018, 11:47 am

ROBERT a écrit:Javier, acabo de leer tu último mensaje a Andreas ...    

( http://messe.forumactif.org/t8225p25-andreas-bohmler-propage-l-heresie-orthodoxe-et-meprise-l-eglise-catholique#145624 )

Tuviste razón al hacerme leer hasta el final del hilo.

¡VIVA CRISTO REY! ¡QUE VIVA!

Gracias, mi amado hermano en la Fe.

Todo el mérito es del Espíritu Santo que me dio la fortaleza para escribirle a Böhmler en esos términos.

GLORIA PATRI, ET FILIO, ET SPIRITUI SANCTO !

¡QUE VIVA CRISTO REY!
 cheers
avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Ven 07 Sep 2018, 12:08 pm

Javier a écrit:  
...Todo el mérito es del Espíritu Santo que me dio la fortaleza para escribirle a Böhmler en esos términos.

¡Exactamente!
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Ven 07 Sep 2018, 12:12 pm

Respuesta final de Böhmler a mi mensaje de censura y condena por abrazar y propagar la cismática herejía ortodoxa (domingo 8 de julio):

Andreas Böhmler a écrit:Muy querido y llorado Javier:

"Pero, ¿quién te crees que eres? ¿Con qué autoridad te atreves a minar al Papado y a los gloriosos santos" (del papalismo). ... Andreas, ¿cómo has venido a extraviarte y a caer tan bajo?..."

Así no habla ningún hombre que tenga el espíritu de Cristo. NSJC dijo a unos hermanos "boanerges" (los hijos del trueno) como tú: "no sabéis de qué espíritu sois!"

Bien deberías saber que lo que yo pienso y te he escrito, no lo pienso yo sino centenares de millones de ortodoxos desde que Roma se separó de la comunión católica y apostólica. Si he perdido el juicio, estoy en buena compañía, la de la Tradición "ubique, semper, ab omnibus." Si fueran elucubraciones mías, claro que no les haría ningún caso. No soy de los que gustaron de capillas "tradicionalistas" por ahí y por allá. Fui "home alone" durante dos lustros, que no es poco. Si soy ortodoxo ahora, por la gracia de Dios, no lo es por que lo que vea ahí en la actualidad se pinte en rosa, porque los humanos somos pecadores. Pero una cosa es el pecado moral (en la Ortodoxia), y otra tanto pecado contra la fe, y el propio Espíritu Santo (en el papalismo).

Sin embargo, claro que tienes razón:

"¿Acaso crees que los ortodoxos no han sido contaminados e infiltrados también? ¿Qué me dices entonces de los múltiples "acercamientos" entre la secta vaticana y tus queridos cismáticos?..."

Sepas que por esto mismo no recibí el bautismo en la "Ortodoxia" neocalendarista y ecumenista, sino en la llamada "Iglesia de las Catacumbas", con sus millones de fieles en Rusia, Rumanía, Bulgaria, Grecia... Hay muchos Sínodos de Obispos de tales y otros países que ninguna relación tienen ni con el "Vaticano" ni con los "Patriarcados" traidores de la Santa Ortodoxia, vendiéndose al papalismo de cara al Nuevo Orden Mundial judeomasónico.

Todos estos millones de "catacombniks" con sus centenares de obispos son escatológicos. Comprenden que el mundo y la Iglesia toca a su fin. Hay pues cierta analogía entre los tradicionalistas romanos y los fieles a la Tradición verdadera. Pero ahí se acaba la analogía. Y, claro, lloro el estado de las cosas, pero con una luz y esperanza desconocidas en mis décadas sedevacantistas. No diré mas.

Para terminar, con afecto sincero, sólo te diré que, lo mismo que tú me escribes ahora, cerrando la puerta, bien lo sabes, suelen decir y hacer los adeptos del Vaticano 2 respecto a los que se aferran al Concilio Vaticano I (los "tradicionalistas"), cual culminación de un milenio papal. Cuando ellos te dicen lo que tú me dices, no idéntica pero sí análogamente, entonces te quedas "chafado" de tristeza, pensando que están ciegos por no querer ver lo que les dices sobre la Tradición romana.

Dicho esto, está claro que mides con doble vara, porque lo único que hago, y esto sí es coherencia, es dar el paso necesario del segundo milenio al primer milenio, por las múltiples rupturas que Occidente produjo respecto a la Tradición apostólica, patrística y canónica. Que un modernista no comprenda esto es normal. En un tradicionalista es menos normal, pero aun así habitual.

Si la multisecular neotradición farisea, a los judíos del AT les impidió ver y recibir a Cristo como quién es, cosa que perdura hasta el día de hoy, un hombre algo nutrido de Historia no ha de maravillarse pues de que la multisecular neotradición papal impide del mismo modo habitualmente a los adeptos del sistema papal (carnal, racionalista) ver a la Iglesia tal como Cristo la fundó y estableció... He aquí la verdadera analogía, no identidad, entre judeo-fariseismo y romano-fariseismo. No es cuestión racial, sino sólo de atrofia espiritual.

Lástima, de veras, porque si hubieras dejado al Espíritu Santo algo más de tiempo para desempolvar el zaguán "tradicionalista" (papal, del segundo milenio), habría podido ofrecerte una nueva vida, la de la Iglesia fiel a la verdadera tradición tal como la concibió, y así sólo sirvió de ejemplo, un San Vicente de Lérins.

Es una lástima, pero qué le vamos a hacer. Dios lo llora, pero Dios nos dio libertad, no menos para las perversiones espirituales que las carnales. Sabemos que la tenemos aun más para errar que para acertar, porque el acierto siempre supone gracia, mientras el error su ausencia.

Aguardemos con santo temor pues, cada cual el Juicio, porque entonces, y cuánto anhelo ese momento con el corazón contrito, se sabrá de cada cual quién realmente mostró espíritu de humildad y quién no, y quién tuvo espíritu de discernimiento (de los espíritus) y quién no.

Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison !

Se cumplió lo que te había escrito varias veces: soy un servidor inútil. Tantas horas gastadas inútilmente, al menos aparentemente. Porque Dios sabrá sacarles provecho. Así lo pido, tanto para ti, como para mi. Y si sólo fuera porque cumplas con lo que me escribes de despedida: "Leeré lecturas espirituales de los Santos Padres de la Iglesia". Hazlo, y NSJC te colmará con la luz y calor del primer milenio ortodoxo de la Iglesia Romana.

Con el corazón contrito y humillado, pues, me despido, con todo el afecto de mi alma, como un miserable y minúsculo discípulo de S. Pablo llorando de amor por la cerrilidad, cerrazón y ceguera, aquí no de congéneres, sino de hombres cuya piedad desviada les impide ver "the entire picture". Tú dirás lo mismo, pero el argumento de la Tradición no está de tu parte, ni el de la Historia, ni el de la Sagrada Escritura...

Sine ira et studio, tu amigo de soledades, pese a todos los reproches que me has echado encima !

Regocíjate, Llena de gracia...!

Andreas
avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Ven 07 Sep 2018, 8:21 pm

La réponse finale de Böhmler à mon message de censure et de condamnation pour avoir embrassé et propagé l'hérésie orthodoxe schismatique (dimanche 8 juillet):

Andreas Böhmler à écrit:
Très cher Javier:

"Mais qui pensez-vous être? Avec quelle autorité osez-vous miner la papauté et les glorieux saints" (de la papauté). ... Andreas, comment es-tu venu à te perdre et tomber si bas? ... "

Ainsi personne ne parle qui a l'esprit du Christ. NSJC a dit à certains frères "boanerges" (les fils du tonnerre) comme vous: "vous ne savez pas quel esprit vous êtes!"

Vous devez bien savoir ce que je pense et vous ai écrit, je ne pense pas que des centaines de millions d'orthodoxes depuis Rome se sont séparés de la communion catholique et apostolique. Si j'ai perdu la tête, je suis en bonne compagnie, celle de la Tradition "localiser, semper, ab omnibus". Si c'étaient mes spéculations, bien sûr je ne leur ferais aucune attention. Je ne suis pas de ceux qui ont aimé les chapelles "traditionalistes" ici et là.

J'étais "seul à la maison" pendant deux décennies, ce qui n'est pas peu. Si je suis orthodoxe maintenant, par la grâce de Dieu, ce n'est pas parce que ce que je vois là-bas aujourd'hui est peint en rose, parce que les humains sont des pécheurs. Mais une chose est le péché moral (en orthodoxie) et une autre tant de péchés contre la foi, et le Saint-Esprit lui-même (dans la papauté)

Cependant, bien sûr, vous avez raison:

"Pensez-vous que les orthodoxes n'ont pas été contaminés et infiltrés aussi? Que dites-vous alors des multiples" approches "entre la secte du Vatican et vos schismatiques bien-aimés? ..."

Sachez que pour cette raison, je n'ai pas reçu le baptême de l'orthodoxie néocalendariste et œcuméniste, mais dans la soi-disant "église des catacombes", avec ses millions de fidèles en Russie, Roumanie, Bulgarie, Grèce ... Il y a beaucoup de synodes d'évêques de tels pays et d'autres qui n'ont aucune relation avec le "Vatican" ou avec les "patriarcats" traîtres de la Sainte Orthodoxie, se vendant à la papauté face au Nouvel Ordre Judéo-Maçonnique Mondial.

Tous ces millions de "catacombniks" avec leurs centaines d'évêques sont scatologiques. Ils comprennent que le monde et l'Église arrivent à leur terme. Il y a alors une certaine analogie entre les traditionalistes romains et ceux qui sont fidèles à la vraie tradition. Mais c'est là que l'analogie se termine. Et, bien sûr, je pleure l’état des choses, mais avec une lumière et un espoir inconnus dans mes décennies sédévacantistes. Je ne vais pas en dire plus.

Enfin, avec une affection sincère, je vous dirai seulement que, tout comme vous m'écrivez maintenant, en fermant la porte, vous le savez bien, dites et faites que les adhérents de Vatican 2 respectent ceux qui s'attachent au Concile Vatican I. traditionalistes "), le point culminant d’un millénaire papal. Quand ils vous disent ce que vous me dites, pas identique mais de manière analogue, alors vous devenez "écrasé" de tristesse, pensant qu'ils sont aveugles parce qu'ils ne veulent pas voir ce que vous leur dites de la tradition romaine.

Cela dit, il est clair que vous mesurez avec un double bâton, car la seule chose que je fais, et c'est la cohérence, est de franchir le pas nécessaire du deuxième millénaire au premier millénaire, en raison des multiples ruptures produites par l’Occident canonique Qu'un moderniste ne comprend pas c'est normal. Dans un traditionalisme c'est moins normal, mais toujours habituel.

Si la néotradiction pharisaïque séculaire, les juifs de l'AT les ont empêchés de voir et de recevoir le Christ comme ils sont, quelque chose qui continue jusqu'à ce jour, un homme quelque peu nourri par l'histoire ne devrait pas être surpris parce que la néotradiction de même que les adeptes du système papal (charnel, rationaliste) ont l'habitude de voir l'Église comme le Christ fondé et établi ... Voici la véritable analogie, non l'identité, entre le judéo-pharisien et le romanisme-pharisaïsme. Ce n'est pas un problème racial, mais seulement une atrophie spirituelle.

Dommage, vraiment, car si vous aviez laissé un peu plus de temps au Saint-Esprit pour dépoussiérer le vestibule «traditionaliste» (papal du deuxième millénaire), il aurait pu vous offrir une nouvelle vie, celle de l’Eglise fidèle à la vraie tradition il a conçu, et a donc seulement servi d'exemple, un Saint Vincent de Lérins.

C'est dommage, mais qu'est-ce qu'on va faire? Dieu pleure, mais Dieu nous a donné la liberté, pas moins pour les perversions spirituelles que pour les charnelles. Nous savons que nous avons encore plus à faire que de réussir, car le succès signifie toujours la grâce, tandis que l'erreur est l'absence.

Attendons ensuite avec une sainte crainte chacun, le Jugement, car alors, et combien je désire ce moment avec le cœur contrit, sauront de chacun qui a réellement manifesté un esprit d'humilité et qui n'a pas l'esprit de discernement (des esprits) et qui ne le fait pas?

Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison !

Il a rempli ce que je vous avais écrit plusieurs fois: je suis un serveur inutile. Tant d'heures passées inutilement, du moins apparemment. Parce que Dieu saura en tirer parti. C'est ce que je demande, à la fois pour vous et pour moi. Et seulement parce que vous vous conformez à ce que vous m'écrivez en guise d'adieu: "Je vais lire les lectures spirituelles des Saints Pères de l'Église." Faites-le, et NSJC vous remplira de la lumière et de la chaleur du premier millénaire orthodoxe de l'Église romaine.

Avec mon cœur contrit et humilié, je dis au revoir, avec toute l’affection de mon âme, comme un disciple malheureux et minuscule de saint Paul pleurant par amour de la cécité, de la cécité et de l’aveuglement, pas ici des congénères, mais des hommes dont la piété déviante les empêche de voir "l'image entière". Vous direz la même chose, mais l'argument de la Tradition n'est pas de votre part, ni de l'histoire, ni de celle de la Sainte Écriture ...

Ton ami de la solitude, malgré tous les reproches que tu m'as lancés!
Réjouis-toi, plein de grâce...!

Andreas

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Sam 08 Sep 2018, 5:20 am

Merci beaucoup pour vos traductions et votre grande patience et dévouement, ma très chère Monique I love you

Que le Bon Dieu vous bénisse et vous garde toujours !

Que la Très Sainte Vierge soit votre refuge et votre protectrice !

Sur Andreas Böhmler et sur tous ceux qui embrassent l'hérésie schismatique orthodoxe tombe la peine et la condamnation d'excommunication lancée par le légat du pape Léon IX, le cardinal Humbert de Silva Candida, O.S.B., en 1054.

Vive notre Sainte Mère l'Eglise Catholique !
avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Dim 09 Sep 2018, 11:48 am

.
L'épopée Böhmler que nous venons de subir, est une autre preuve éclatante,

si besoin est, de la tactique éprouvée dont se sert le Malin pour instiller son venin dans les âmes:

assemblage de mots qui ne veulent rien dire et qui ne sont que du bla-bla, demi-vérités,

haine à peine dissimulée envers Notre Seigneur Jésus Christ et l'Église catholique, etc..


La epopeya de Böhmler que acabamos de experimentar, es otra prueba contundente,

si es necesario, de las tácticas probadas utilizadas por el Maligno para inculcar su veneno en las almas:

conjunto de palabras que no significan nada y que son solo Blah-blah, medias verdades, o

dio apenas oculto hacia Nuestro Señor Jesucristo y la Iglesia Católica, etc.


(Google traduction)

avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Dim 09 Sep 2018, 12:53 pm

ROBERT a écrit:L'épopée Böhmler que nous venons de subir, est une autre preuve éclatante,

si besoin est, de la tactique éprouvée dont se sert le Malin pour instiller son venin dans les âmes:

assemblage de mots qui ne veulent rien dire et qui ne sont que du bla-bla, demi-vérités,

haine à peine dissimulée envers Notre Seigneur Jésus Christ et l'Église catholique, etc..

 avec vous, mon cher ROBERT.

Et le pire c'est que ce personnage rusé, il croit sa propre tromperie et il s'en vante !     No
... ce qui le rend encore plus dangereux affraid

Son orgueil spirituel et intellectuel  l'ont amené à tomber si misérablement, en faisant glisser ses propres enfants et d'autres âmes dans son hérésie répugnante et indéfendable.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2251
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Dim 09 Sep 2018, 2:39 pm

Javier a écrit:
ROBERT a écrit:L'épopée Böhmler que nous venons de subir, est une autre preuve éclatante,

si besoin est, de la tactique éprouvée dont se sert le Malin pour instiller son venin dans les âmes:

assemblage de mots qui ne veulent rien dire et qui ne sont que du bla-bla, demi-vérités,

haine à peine dissimulée envers Notre Seigneur Jésus Christ et l'Église catholique, etc..

 avec vous, mon cher ROBERT.

Et le pire c'est que ce personnage rusé, il croit sa propre tromperie et il s'en vante !     No
... ce qui le rend encore plus dangereux affraid

Son orgueil spirituel et intellectuel  l'ont amené à tomber si misérablement, en faisant glisser ses propres enfants et d'autres âmes dans son hérésie répugnante et indéfendable.

Avec vous chers Robert et Javier.
avatar
Monique

Nombre de messages : 6795
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Dim 09 Sep 2018, 2:59 pm

Monique a écrit:
Javier a écrit:
ROBERT a écrit:L'épopée Böhmler que nous venons de subir, est une autre preuve éclatante,

si besoin est, de la tactique éprouvée dont se sert le Malin pour instiller son venin dans les âmes:

assemblage de mots qui ne veulent rien dire et qui ne sont que du bla-bla, demi-vérités,

haine à peine dissimulée envers Notre Seigneur Jésus Christ et l'Église catholique, etc..

 avec vous, mon cher ROBERT.

Et le pire c'est que ce personnage rusé, il croit sa propre tromperie et il s'en vante !     No
... ce qui le rend encore plus dangereux affraid

Son orgueil spirituel et intellectuel  l'ont amené à tomber si misérablement, en faisant glisser ses propres enfants et d'autres âmes dans son hérésie répugnante et indéfendable.

Avec vous chers Robert et Javier.

Je vous appuie également, chère Monique, ainsi que Javier.
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum