Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Lun 03 Sep 2018, 5:31 am

Buenos días, mis queridos hermanos en la Fe:

Procedo a hacer públicos los mensajes que intercambiamos Andreas Böhmler y yo hace unos dos meses aproximadamente. Los lectores comprobarán de qué manera tan astuta Böhmler intenta aprovecharse de mi buena fe y mis deseos de amar y servir a Dios más intensamente para ir deslizando lenta y sutilmente sus perniciosos y funestos errores, al principio de una modo casi imperceptible, pero después de forma evidente y flagrante, para mi gran sorpresa y conmoción, pensando que yo sería una presa fácil para él. Providencialmente, el Buen Dios me fortaleció y me iluminó con Su Santo Espíritu para saber responderle con la suficiente firmeza y claridad, a lo cual contribuyó también la ayuda que recibí de mis queridos hermanos de TE DEUM, a quienes acudí para documentarme mejor acerca del terrible cisma ortodoxo.

Todo comenzó precisamente aquí en TE DEUM, cuando publiqué este asunto:

http://messe.forumactif.org/t8183-comment-peut-on-se-consacrer-entierement-a-dieu-en-ces-temps

Yo buscaba consejo al respecto porque quería (y sigo queriendo) consagrarme a Dios por completo, así que me acordé de que tenía la dirección email de Böhmler y sabía que él mantenía una posición bastante tradicional y rigorista (aunque yo desconocía por completo que él había caído en la herejía feeneyista que negaba el bautismo de deseo y el de sangre), por lo que me decidí a escribirle para consultarle mi inquietud.

He aquí mi 1er mensaje a Böhmler (sábado 23 de junio):

Javier a écrit:Buenos días, apreciado amigo Andreas Böhmler:

¿Cómo se encuentra? Espero que bien. Soy Javier ***, no sé si me recordará. Usted estuvo enviándome informaciones muy relevantes e interesantes referentes a la Gran Apostasía que lamentablemente estamos viviendo en estos últimos tiempos.

Le escribo porque desearía consultar su opinión respecto a un asunto que me tiene muy inquieto y apreciaría bastante su consejo. Verá, cada vez me resulta más difícil servir y amar a Dios viviendo en medio de este mundo desgraciado y apóstata, un mundo que apesta y se rebela contra su Creador y Salvador constantemente. Yo quisiera tanto poder ingresar en alguna orden religiosa, preferentemente la Orden Dominicana, dado que siento que mi vocación es la predicación, pero hoy en día esto resulta casi imposible habida cuenta de que todas las órdenes han sido infectadas por la odiosa secta conciliar vaticana. ¿Usted sabría si todavía queda algún grupúsculo de fieles en alguna parte con los que compartir lo poco que uno sabe e intentar formar una pequeña comunidad basada en el amor a Dios y la entrega al prójimo para la mayor gloria divina? ¿Existe todavía alguna orden en la que se pueda confiar? ¿Puede uno estudiar Teología en algún sitio que no haya sido contaminado por estos malditos herejes usurpadores?

Cualquier respuesta que usted me dé será muy bien recibida.

Le mando un saludo cordial en Cristo Jesús y le encomiendo a Ud. y a los suyos a la protección de María Santísima.

Atentamente,

Javier

CONTINUARÁ...
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Lun 03 Sep 2018, 8:20 am

Bonjour, mes chers frères dans la foi:

Je procédiez à faire les messages publics échangés contre Andreas Böhmler et il y a environ deux mois. Les lecteurs comment vérifier si rusé Böhmler essayant de tirer parti de ma bonne foi et mon désir d'aimer et servir Dieu plus intensément à aller glisser lentement et subtilement ses erreurs nuisibles et mortelles au début d'un presque imperceptiblement, mais après tant évidente et flagrante, à ma grande surprise et le choc, pensant que je serais une proie facile pour lui. Providentiellement, le Bon Dieu m'a fortifié et m'a éclairé avec son Saint-Esprit pour savoir répondre avec fermeté et une clarté suffisantes, ce qui a contribué aussi le soutien que je reçus de mes chers frères Te Deum, que je me suis rendu à mieux documenter la terrible schisme orthodoxe.

Tout a commencé ici à Te Deum quand je publiais cette question:

http://messe.forumactif.org/t8183-comment-peut-on-se-consacrer-entierement-a-dieu-en-ces-temps

Je cherchais des conseils à ce sujet parce que je voulais (et veux toujours) me consacrer à Dieu complètement, alors je me suis souvenu que j'avais l'adresse e-mail Böhmler et savait qu'il a gardé une position assez traditionnelle et rigoriste (bien que complètement ignorant qu'il avait feeney déchus dans l'hérésie qui niait le baptême du désir et de sang), alors j'ai décidé d'écrire à consulter ma préoccupation.

Voici mon message au 1er Böhmler (Samedi 23 Juin):Bonjour, cher ami Andreas Böhmler:

Comment ça va? J'espere que bien. Je suis Javier ***, je ne sais pas s'il se souviendra de moi. Vous m'avez envoyé des informations très pertinentes et intéressantes sur la Grande Apostasie que nous vivons ces derniers temps.

Je vous écris parce que je veux consulter leur opinion sur une question qui m'a bouleversé et tout à fait apprécier vos conseils. Vous voyez, chaque fois que je trouve plus difficile de servir et aimer Dieu vivant au milieu de ce monde misérable et apostat, un monde qui pue et se rebelle contre son Créateur et Sauveur constamment. Je voulais tellement d'adhérer à un ordre religieux, de préférence l'Ordre dominicain, parce que je sens que ma vocation est la prédication, mais aujourd'hui il est presque impossible, étant donné que toutes les commandes ont été infectées par la secte odieuse conciliaire du Vatican. Savez-vous s'il y a encore un petit groupe de fidèles quelque part avec qui partager ce que vous savez peu et essayer de former une petite communauté fondée sur l'amour de Dieu et la livraison de voisin pour la plus grande gloire de Dieu? Y a-t-il encore un ordre auquel on peut faire confiance? Peut-on étudier la théologie quelque part qui n'a pas été contaminée par ces maudits hérétiques usurpateurs?

Toute réponse que vous me donnerez sera très bien reçue.

Je salue cordialement en Jésus-Christ et je vous confie. Et son peuple à la protection de Marie.

Cordialement,

Javier


A SUIVRE...

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Lun 03 Sep 2018, 10:30 am

.
Continúa con tu excelente trabajo de traducción, mi querida hermana Monique en Faith.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33638
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Lun 03 Sep 2018, 11:21 am

Merci beaucoup pour votre traduction, ma chère Monique.

Que le Bon Dieu vous bénisse toujours, ma soeur dans la Foi.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Lun 03 Sep 2018, 11:35 am

Respuesta de Böhmler a mi primer mensaje (lunes 25 de junio):

Andreas Bömhler a écrit:

Buenos días, apreciado Javier, amigo y hermano en tantas soledades, por diversas que fueran nuestras circunstancias !

Qué bueno es Dios. No creo que pueda haber casualidad en tu solicitud de náufrago a mí, pobre execrado. Dios es providente. Quiso que me escribieras. No por que yo sea algo o alguién. Todo lo contrario.

Comparto plenamente tu inquietud, tu aflicción y tribulación, tu santo deseo de entregar tu vida a Dios en un monasterio.

Quiera Dios permitirme también a mí terminar mis días en uno, tras haber cumplido mi crucificante (purificante) obligación matrimonial y educativa (ocho hijos).

Dicho esto, y lo digo con Santo Temor de Dios, no puedo darte consejo alguno, no sólo por lo de "consejos doy, y para mí no tengo". No me atrevo, por las lecciones de humildad, de humillación, aprendidas. Lo único que por ahora sí te puedo y me atrevo decir o ofrecer es que desde que nos escribimos hace casi dos lustros ya, mi vida doctrinal y espiritual ha sufrido un terremoto no menor, por los muchos pasos, al cabo lógicos y consecuentes, que NSJC me hizo dar por el largo vector de la Tradición de la Iglesia, a saber, desde la neotradición del segundo milenio, a la tradición apostólica, patrística y canónica. Nada que ver con el modernismo al uso, claro está.

Cómo puede comunicarse todo esto en una carta. Imposible. Cómo podría hacerse sin herir la sensibilidad de un buen hombre. Imposible. Porque es evidente que tu generosidad con Dios es algo bueno. Es imposible pues sin herir, sin afligir, sin causar tribulación y sufrimiento. Pero sería purificador, como lo fue y es para mí. Sin embargo, desborda mi capacidad, pobre pecador que soy, y, sobre todo, he aprendido, que las palabras, mas que unir, suelen provocar separación, disensión, desacuerdo. Cosa contraria al espíritu de Cristo. No hay que ocultar la verdad, pero siempre con la prudencia, humildad y caridad necesarias. Cuánto hemos de aprender de Cristo en este sentido.

Dicho esto, con tu gentil venia, de corazón quisiera recomenzar nuestro diálogo con la exposición de la Vida de San Onufrio el Grande, Padre del Desierto de la Tebaida, relatada por San Pafnucio que, empujado por el Espíritu Santo, lo encontró en su angélico, diríase divino autoanonadamiento ascético. Lee si quieres y verás. Sacarás mucho provecho espiritual, y hasta doctrinal. Luego te mandaré otra cosa, y luego, poco a poco, acaso podría atreverme a hacerte alguna sugerencia práctica sobre dónde y cómo podrías encaminar tus nobles deseos de entrega total a Dios.

Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison !

Siendo un miserable inútil, tu servidor por Cristo,

Andreas

Y a continuación Böhmler me envió la vida de San Onufrio el Grande, Padre del Desierto, relatada por San Pafnucio. El texto estaba en inglés. Muy instructivo espiritualmente hablando, pero considero que no es necesario exponerlo aquí, salvo que el administrador considere lo contrario.

CONTINUARÁ...
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Lun 03 Sep 2018, 1:10 pm

La réponse de Böhmler à mon premier message (lundi 25 juin):


Andreas Bömhler a écrit:

Bonjour, cher Javier, ami et frère dans tant de solitudes, aussi différentes soient-elles!

   Comme c'est le bon Dieu, je ne pense pas qu'il puisse y avoir une chance dans ma demande de naufrage à moi, pauvre exécré. Dieu est providentiel. Il voulait que tu m'écrives. Pas parce que je suis quelque chose ou quelqu'un. Tout le contraire.

   Je partage pleinement votre préoccupation, votre affliction et vos tribulations, votre saint désir de donner votre vie à Dieu dans un monastère.

   Que Dieu me permette aussi de finir mes journées en une, après avoir rempli mon obligation conjugale et éducative purifiante (huit enfants).

Ceci dit, et je le dis avec la crainte de Dieu, je ne peux pas vous donner de conseil, non seulement à cause de "conseils que je donne, et pour moi je n'ai pas". Je n'ose pas, à cause des leçons d'humilité, d'humiliation, apprendre. La seule chose que je puisse faire pour le moment et oser dire ou offrir, c'est que depuis que nous nous écrivons il y a près de deux décennies, ma vie doctrinale et spirituelle a subi un tremblement de terre, à cause des nombreuses étapes logiques et consécutives. NSJC m'a fait donner au long vecteur de la Tradition de l'Église, à savoir, de la néo-tradition du deuxième millénaire, à la tradition apostolique, patristique et canonique. Rien à voir avec le modernisme à utiliser, bien sûr.

Comment tout cela peut-il être communiqué dans une lettre impossible comment pourrait-on le faire sans nuire à la sensibilité d'un homme bon? Impossible parce qu'il est évident que votre générosité envers Dieu est une bonne chose. C'est impossible alors sans blesser, sans affliger, sans causer de tribulations et de souffrances. Mais ce serait purifiant, comme cela a été et est pour moi. Cependant,  cela dépasse ma capacité, pauvre pécheur que je suis, et surtout, j'ai appris que les mots, plutôt que de s'unir, ont tendance à provoquer la séparation, la dissension, le désaccord, chose contraire à l'esprit du Christ. Ne cachez pas la vérité, mais toujours avec la prudence, l'humilité et la charité nécessaires. Combien nous devons apprendre du Christ en ce sens.

Cela dit, avec votre permission, je voulait que vous relancer notre dialogue avec l'exposition de la vie de San Onufrio le Grand, Père du désert Tebaide, racontée par saint Paphnutius qui, poussé par l'Esprit Saint, a trouvé dans son angélique , il serait dit ascétique divin auto-flottant. Lisez si vous voulez et vous verrez. Vous obtiendrez beaucoup d'avantages spirituels et même doctrinaux. Ensuite, je vais vous envoyer quelque chose d'autre, puis, peu à peu, peut-être vous pourriez oser faire quelques suggestions pratiques sur où et comment vous pouvez diriger vos nobles désirs de soumission totale à Dieu.

Kyrie Eleison! Kyrie Eleison! Kyrie Eleison!

Êtant un misérable inutile, votre serviteur pour Christ,

Andreas

Et puis Böhmler m'a envoyé la vie de San Onufrio le Grand, père du désert, racontée par saint Paphnutius. Le texte était en anglais. Très instructif sur le plan spirituel, mais je pense qu’il n’est pas nécessaire de l’exposer ici, à moins que l’administrateur n’en décide autrement.


A SUIVRE...

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Mar 04 Sep 2018, 6:37 am

Mi segundo mensaje a Böhmler (miércoles 27 de junio):

Javier a écrit:Buenos días, apreciado Andreas !

Muchas gracias por tu amable respuesta y por tus sabias y meditadas palabras. Gracias igualmente por compartir conmigo la exposición de la Vida de San Onufrio el Grande, relatada por San Pafnucio. Me ha sido de gran consuelo espiritual leerla. Los Padres del Desierto ardían en deseos de entregarse por completo a Dios y lo buscaban en aquellas santas soledades, alejados del tráfago mundanal y sus peligros evidentes.

Te ruego prosigas enviándome textos, hermano mío, que yo, con la ayuda del Espíritu Santo, iré leyendo con gusto y meditando en mi corazón. Debemos inflamar cada vez más nuestro amor por Jesucristo y por María Santísima, pues estamos llamados a amarlos a ambos con todas nuestras fuerzas y ser felices con ellos en el Cielo, empezando ya a gustar aquí de esa paz y felicidad que este mundo homicida nunca podrá dar, y que sólo Dios da a quienes se entregan a Él sin reserva.

Te tengo a ti y a tu mujer, así como a tus ocho hijos, en mis oraciones de cada día.

Recibe un abrazo fraterno de este siervo inútil,

Javier

Y su consiguiente respuesta (jueves 28 de junio):

Andreas Böhmler a écrit:Muy estimado Javier:

Con toda humildad, pues, postrado por mi nada, me animo por tu Venia a enviarte algunas cosas, en la medida que vayan surgiendo en mi espíritu, o con ocasión de lecturas que estoy haciendo, o algunos intercambios espirituales y doctrinales que con amigos voy teniendo con espíritu de paz y caridad.

Recordando que eres un prodigio de idiomas, empiezo, pues, con algunos extractos en francés:

1/ del Commonitorium de San Vicente de Lerins, no porque en el orden de importancia sea forzosamente lo primero, sino confiando en que gota continua hace mella, tal como lo he ido comprobando también en mi propio espíritu. Es muy importante el "ubique, semper, ab omnibus", para entender que Occidente siglos antes del Vaticano 2 se apartó de estas características más íntimas de lo que significa la nota de "católica" de la Iglesia, cual universalidad en el espacio, en el tiempo, y en el corazón de los hombres:

"Dans l'Église catholique même, il faut veiller avec le plus grand soin à tenir pour vrai
ce qui a été cru PARTOUT, TOUJOURS, et PAR TOUS. Car n'est vraiment catholique, au
sens fort du terme, que ce qui saisit le caractère universel de toute chose. Il en sera
ainsi si nous prenons comme critère l'oecuménicité, puisque nous confessons qu'il n'y
a qu'une seule foi vraie, celle que récite l'Église entière, répandue sur toute la terre;
l'antiquité, puisqu'en aucune manière nous ne nous écartons de ce qu'ont jadis
proclamé nos pères et nos ancêtres; l'accord général enfin, le consentement unanime,
puisque de cette antiquité même nous faisons nôtres les définitions et les opinions de
tous - ou de presque tous - les évêques et docteurs.

Quelle sera la conduite d'un chrétien catholique si, dans l'Église, quelque groupe grand
où Petit venait à rompre toute communion avec la foi universelle ?

- Que pourrait-il faire d'autre, sinon de préférer au membre gangrené et corrompu la
santé du corps tout entier ?

Mais que fera-t-il, ce chrétien, si une nouvelle hérésie se propage, non seulement
dans un étroit secteur, mais gagne par contagion l'Église entière ?

- Qu'il s'efforce alors de bien appliquer le critère de l'antiquité, car les nouveaux
mensonges ne peuvent naturellement pas l'altérer.

Mais s'il découvre, dans cette antiquité même, une erreur qui ait été partagée par
deux ou trois hommes, professée dans une cité, répandue même à travers une
province ?

- Il doit préférer à la témérité et l'ignorance de ces hommes les décrets, s'ils existent,
d'un antique concile universel.

Et si quelqu'opinion surgit qui n'ait jamais été examinée ?

- Alors il interrogera nos pères, il confrontera leurs opinions. Il recherchera surtout ce
qu'ont enseigné à diverses époques et en des lieux variés, des hommes qui sont
demeurés en communion avec la foi de l'Église et qui en sont devenus des maîtres
éprouvés. Tout ce qu'ils ont affirmé, écrit, enseigné, non pas individuellement, ni à
deux ou trois, mais tous ensemble, en plein accord, franchement et souvent, avec
insistance, tout cela un catholique peut le croire, sans aucune hésitation."


2/ con una reflexión conmovedora, muy próxima a nuestra propia postración, soledad y abandono, sobre lo que significó para cuatro siglos en adelante la Caída de Constantinopla de 1453, como punto final de un largo proceso de crucificación del Oriente cristiano entero a manos de los malamente llamados HMD (porque no hubo personaje histórico con este nombre, siendo las siglas de Daniel: 9, cuando el Arcángel Gabriel habla a éste cual figura de Cristo: "Deseado de Dios". Qué blasfema usurpación del nombre de Cristo pues. Pero esto sería otro tema muy amplio) :

"LES HUMBLES ICONOGRAPHES DE LA PÉRIODE TURQUE

Saint Syméon le Nouveau Théologien (949-1022) disait à ses disciples, durant le Carême :
"J'en connais plusieurs parmi vous qui s'assoient à la table commune avec un coeur contrit
et humilié, et qui n'ont pas de goût pour les mets recherchés, mais restent réservés
et silencieux, l'âme pleine de componction et de larmes. Par leurs prières et leurs
supplications, par leurs labeurs spirituels et leurs prosternations, ils ont reçu la bonne
transformation, et leur apparence est devenue très ascétique et très belle."
Cette "bonne transformation", cette "apparence très ascétique et très belle", c'est la
beauté selon le Christ, laideur insupportable aux hommes charnels selon la parole de
l'apôtre Paul : "Car nous sommes bien, pour Dieu, la bonne odeur du Christ parmi
ceux qui se sauvent et parmi ceux qui se perdent; pour les uns une odeur de mort qui
conduit à la mort; pour les autres une odeur de vie qui conduit à la vie."(II Cor
2,15-16). C'est en effet cette beauté selon les hommes charnels que présentent les
icônes peintes par les humbles iconographes de la période turque.

Alors en effet furent éprouvés et martyrisés pour la foi du Christ des milliers de
chrétiens, jeunes et simples le plus souvent, ne connaissant d'autres paroles du
Seigneur que: "Celui qui croit en Moi, même s'il meurt, vivra" et "Quiconque me renie
devant les hommes, je le renierai moi aussi devant mon Père qui est dans les cieux."
L'un de ces témoins de la foi, le patriarche Loukaris, écrivait : "Nous autres, chrétiens
orthodoxes, même si nous ne possédons pas la sagesse extérieure de ce monde,
Dieu, par sa grâce, nous a donné la sagesse intérieure et spirituelle, beauté de notre
foi orthodoxe; en cela nous l'emportons sur les Latins, nous l'emportons sur les
peines et les labeurs, pour le poids de notre Croix, pour le sang que nous versons
dans la foi et l'amour du Christ. Si le Turc avait régné dix ans en France, qui sait si
l'on y trouverait encore des chrétiens ? Or, en Grèce, après 300 ans, il y a toujours
des chrétiens, ils persistent dans leur foi malgré brimades et tortures, et le mystère
de la piété resplendit. Vous (occidentaux), vous me dites que nous n'avons pas la
science. Je n'en veux pas de votre science : en avant vers la Croix du Christ !"
Opprimés, les Grecs rentraient en eux-mêmes et, nus et pauvres, s'offraient à Dieu.
Leur situation était semblable à celle des premiers chrétiens. Le martyre purifiait leur
âme comme l'or dans le creuset. C'est pourquoi toutes leurs créations, qu'il s'agisse
de peinture sacrée, de vies de saints, de chant liturgique ou populaire, eurent la
bonne odeur de la foi du Christ qui n'est pas donnée à ceux qui n'ont pas été humiliés
et qui ne savent pas le chemin des larmes.

Car "le Seigneur châtie celui qu'il aime et redresse celui qu'il veut accueillir comme un
fils". Les afflictions produisent l'humilité et l'humilité ouvre la porte du mystère. La
Rigueur de Dieu est inséparable de sa Grâce. Le Seigneur agréa l'humble et
douloureuse offrande des Grecs opprimés et en retour emplit de richesse spirituelle
leur âme chrétienne "qui acquit par l'humilité les choses sublimes, et par la pauvreté
les vraies richesses". Ils étaient, pour reprendre les paroles de l'apôtre Paul, "comme
affligés mais toujours dans la joie, comme pauvres mais en enrichissant beaucoup,
comme n'ayant rien mais possédant tout." (II Cor 6,10).

Un grand nombre de ces chrétiens qui avaient été réduits à rien se réfugièrent dans
les monastères, devinrent moines. Ils pratiquaient la plupart des travaux manuels, en
particulier l'art sacré : avec des yeux plein de larmes ils peignaient le Christ bafoué
(l'Elkoménos), saint Jean Baptiste comme un grand oiseau sauvage, le père Sisoès
pleurant sur le tombeau d'Alexandre le Grand, les ascètes et anachorètes dont "les
larmes on fécondé la terre stérile du désert, dont les implorations et les peines ont
porté du fruit au centuple", les martyrs et néo-martyrs, la parabole du pauvre Lazare,
l'échelle vers les cieux décrite par saint Jean le Sinaite, sainte Marie l'Égyptienne et le
père Zossime, la mort du vrai moine, le temps vain de cette vie, et d'autres thèmes
d'une émouvante gravité.

A l'intérieur de la sombre niche de la prothèse (autel de préparation), ils peignaient
"l'humiliation suprême", le Christ mort aux mains percées, assis dans le tombeau, "sans
forme ni beauté ", au terme de l'exinanition, comme l'était alors,en Grèce, l'Orthodoxie.
"Personne, dit saint Isaac le Syrien, ne connaît l'exultation qui vient des larmes, sinon ceux
qui se sont abandonnés à la contrition". Ceux-là ressentent cette "joie douloureuse", cette
"bienheureuse affliction" dont parlent les pères. Telle est l'action du saint Esprit que le
Seigneur nomma Paraclet : il infuse la paix dans les âmes humbles et éprouvées. La grâce
du Paraclet demeure dans la réalité profonde de l'Orthodoxie, et c'est pourquoi cette réalité
est une fontaine de paix : "Que se réjouisse le coeur de ceux qui cherchent le Seigneur".
Constantin Paléologue fut le dernier roi de la chrétienté orthodoxe : avec son manteau
déchiré, son sceptre sans pouvoir, c'est le premier néo-martyr de l'Église grecque, car
il tomba pour la foi et pour la patrie, en défendant la capitale, nouvelle Sion pour les
Byzantins. Quand il parlait, ses paroles semblaient des tropaires de l'Église. Il
s'adressait à ses sujets, aux soldats et au peuple, avec la plus grande humilité :
"Frères, je vous supplie de vous conduire avec courage et à montrer une âme forte.
Vous le savez, tous ensemble nous devons être prêts à mourir, en premier lieu pour
notre foi, en second lieu pour la patrie".

Avec la chute de Constantinople les ténèbres couvrirent la chrétienté d'orient. La fleur
de notre coeur se fana. La couronne tomba de notre tête. Notre vie toute entière
devint une semaine sainte. Et notre chant était : "Aujourd'hui Il est pendu sur le bois
…" Le visage doré de la Mère de Dieu s'est assombri. Nos saints devinrent pensifs et
douloureux, nos mères et nos soeurs étaient vêtues de noir comme des nonnes. Nos
pères semblaient des ascètes. Nos jeunes gens étaient amers.
Seule l'Église, telle une arche, traversa le désastre. Comme une cargaison précieuse
elle préservait les dogmes de la foi, les hymnes, les icônes, notre langue, les
manuscrits, les vêtements sacrés, les sculptures de bois et de métaux précieux, tout
cela pour le réconfort et la joie spirituelle de l'homme ici-bas et comme une
anticipation de la béatitude à venir. Les prêtres commémoraient "ceux qui se sont
endormis dans l'espoir de la résurrection et de la vie éternelle", et, en dehors de
l'église, les enfants chantaient le Jeudi Saint ce poème douloureux :
"Noir est le ciel aujourd'hui, aujourd'hui le jour est noir,
aujourd'hui on crucifie le Roi de toutes choses".

On peignit alors le Crucifié d'après ce poème populaire dans lequel le disciple bienaimé,
en montrant son maître pendu à la Croix, dit à la Toute-Sainte :

"Le voici nu, cheveux épars
Sur sa tête une couronne d'épines,
Ses yeux doux sont fermés,
Sa bouche distille un remède amer.
Celui-là c'est ton fils et c'est mon Maître".

À cette époque, les iconographes représentaient dans les cimetières, dans les
sombres Catholicons et dans les grottes où se retiraient les ascètes, le père Sisoès
contemplant dans une douloureuse extase, le tombeau ouvert d'Alexandre le Grand,
où ne se trouve plus qu'un squelette. Cette image porte l'épigraphe suivante :
"Devant le tombeau du roi des Grecs Alexandre dont la gloire jadis resplendit, Sisoès,
grand parmi les ascètes, tremble et se lamente en ces termes sur le temps instable et
la gloire éphémère : Je te vois en un tombeau et je recule à ta vue; je verse goutte à
goutte les larmes de mon coeur. Je songe au destin que nul ne peut éviter. Oh,
comment la franchirai-je cette frontière ?"


3/ una reflexión sobre el descamino y apostasía del hombre occidental

L'IDOLATRIE CONTEMPORAINE  

L'Européen est caractérisé par un terrible antagonisme : l'opposition de l'homme
extérieur et de l'homme intérieur. L'Européen est différent dans les apparences de ce
qu' il est réellement. Il vit et se meut dans le mensonge du conventionnel. Toute sa
civilisation est une addition de mensonges conventionnels auxquels il s'est adapté. Il
est égocentrique à l'extrême, mais il se comporte avec les autres avec une politesse
absolue, presque recherchée.

Dans les pays sous-développés, là où les hommes n'ont pas encore la sophistication
de la civilisation européenne, chacun exprime peu ou prou son monde intérieur avec
une certaine liberté et simplicité qu'on ne retrouve pas en Europe. Leurs manières
sont abruptes, mais les hommes sont plus vrais. En Europe, ceci est tenu pour un
manque de civilisation et de développement spirituel. Ainsi, on en est arrivé à
considérer que la civilisation se trouve dans le jeu continuel de l'hypocrisie, ce
"sépulcre blanchi, rempli de putréfaction" (Mt 23,27). On nettoie continuellement
l'extérieur de la coupe pour paraître propre aux hommes (Luc 11,39; Mt 23,25-26).
Mais comme il arrive pour les Pharisiens, ce mensonge continuel dans lequel ils vivent
ne les humilie nullement. Au contraire leur perfection extérieure les remplit
d'assurance quant à leur supériorité. Le signe le plus caractéristique des Européens,
c'est l'orgueil !

Il se peut que certains parmi eux s'intéressent beaucoup aux besoins des autres. Les
individus, les groupes ou les nations et surtout les sous-développés pour lesquels ils
nourrissent des sentiments de pitié. Mais au fond, ils s'intéressent aux autres comme
un entomologiste s'intéresse aux insectes. Ils ont pour les hommes des sentiments
inférieurs à l'amour qu'ils ont pour un chien.

Ils ont de leur civilisation la même haute idée qu'ils ont d'eux-mêmes. Ils n'acceptent
rien sans le passer au crible de leur esprit critique dont ils sont fiers. Ils considèrent
comme relatives toutes les valeurs, même celles qu'ils acceptent, et discutent avec
une apparente profondeur de tout ce que l'humanité a cru.

Leur attitude habituelle est celle des agnostiques bien disposés qui sont prêts à être
d'accord avec vous, en vous laissant comprendre, naturellement, qu'on ne peut rien
prouver à tout ce que vous leur dites, et que par conséquent, vous les indifférez.
Il y a pourtant une seule chose qui ne passe jamais par l'esprit de ces agnostiques :
c'est de mettre en doute la valeur de leur civilisation. Jamais une civilisation ne fut
supérieure à la leur. Il se peut qu'ils remettent en cause ou discutent ou contestent
différents problèmes d'ordre partiel et mineurs concernant leur culture, et que dans le
détail, ils parviennent même à exprimer de fortes oppositions, mais jamais ils ne
mettent en doute la justesse de la ligne générale de leur civilisation.


La civilisation de l'Europe est basée sur une religion, une religion que personne ne
veut appeler ainsi, car il ne s'agit pas du culte d'une ou de plusieurs divinités, mais du
culte de l'homme.

La religion des anciens Grecs et leur civilisation n'étaient rien d'autre que le culte de
l'homme. Si la civilisation de la Grèce antique a trouvé un tel écho dans le coeur des
Européens, c'est justement à cause de cette ressemblance intérieure.
Comme les anciens Grecs, ainsi les Européens ont divinisé la raison de l'homme, ses
passions, ses forces psychiques et ses faiblesses. En un mot, ils ont fait de l'homme le
centre, la mesure, et le but de tout. C'est en l'homme que la civilisation de l'Europe
prend sa source. Elle existe pour l'homme et tire de l'homme sa justification.

Il se peut qu'il y ait discorde quant aux moyens par lesquels se réalisera l'amélioration
de la vie de l'homme. Il se peut qu'il y ait des différences dans la manière de rendre
le culte à l'homme. Il se peut qu'en prenant l'homme comme mesure on arrive à
certains résultats, mais toujours et pour tout, l'homme est le centre autour duquel
tout gravite, la source de leur inspiration et le but de leur effort.

Telle est l'Europe.

Quelle que soit la religion qu'il croit posséder, au fond sa religion n'est autre que
l'adoration de l'idole homme. L'Européen a cessé de voir en l'homme l'image de Dieu.
Il y voit simplement l'image de lui-même.

En d'autres termes, la religion de l'Europe, c'est la vieille religion de l'humanité, celle
qui a séparé l'homme de Dieu. Le but de Dieu, c'est de déifier l'homme. Mais l'homme
égaré par le diable a cru qu'il pouvait devenir dieu sans la grâce du Créateur, de sa
propre initiative et par ses propres efforts seulement. Il s'est empressé de goûter à
l'arbre de la connaissance avant qu'il soit mûr pour une telle nourriture.


Le résultat fut que ses yeux s'ouvrirent et qu'il connut le bien et le mal, vit sa nudité
corporelle et spirituelle et en fut effrayé. Il ne supporta plus de regarder (en face) le
Seigneur son Dieu et courut se cacher loin de sa Face. Il comprit qu'un grand abîme
s'ouvrait entre lui et son Créateur. Alors le Père miséricordieux maudit la première
cause de la catastrophe: le diable, "le serpent ancien". Dans son immense Amour Il
promit déjà le salut : "Et Je mettrai l'inimitié entre toi (le serpent, le diable) et la
femme (la sainte Vierge) et entre ta postérité et sa postérité (le Christ). "Celui-ci
t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon" (Gen 3,15). Et pour que l'homme ne vive
pas éternellement dans cet état de mort spirituelle, Il le chassa du paradis "de peur
qu'il n'étende la main et ne prenne du fruit de l'arbre de la Vie, qu'il en mange et qu'il
vive dans les siècles" (Gen 3,22). Dieu permit ainsi, par miséricorde et amour, la mort
corporelle et la corruption, lesquelles, comme la mort spirituelle, ont été la
conséquence de la rupture du contact (de l'homme) avec la source de la Vie, pour que
l'âme ne reste pas pendant les siècles dans sa mortification spirituelle, son malheur et
sa nudité. Ainsi l'homme séparé de Dieu et vivant la réalité continuelle de la mort est
devenu esclave du diable.

C'était donc par réaction à l'expérience de sa nullité que l'homme a adoré l'homme en
le proclamant dieu. En effet, les anciens avaient enseigné que l'âme était une partie
de la substance divine, c'est-à-dire qu'elle est divine par essence et par conséquent
n'a pas besoin de Dieu.

Cette volonté intérieure de l'homme de croire à sa propre divinité conjointe à l'effet
de sa soumission aux puissances sataniques est la base de toute idolâtrie.
La religion de l'Europe n'est autre que cette idolâtrie primitive sous une forme
moderne.

Papisme (en boulversant le "ubique, semper, ab omnibus"), protestantisme, humanisme,
athéisme démocratie, fascisme, capitalisme, communisme, etc, et beaucoup d'autres
choses nées en Europe, sont des expressions du même esprit "humanolâtre". La civilisation
de l'Europe n'est pas autre chose que le résultat d'un effort constant et angoissant de
l'homme de dresser son trône au-dessus du trône de Dieu. Il ne s'agit de rien d'autre que
de la construction d'une nouvelle tour de Babel dans laquelle domine la confusion quant
à la façon de la construire, bien que le but reste commun à tous.

L'idéal de l'Européen s'identifie avec l'idéal de Lucifer. Au fond, c'est le même mépris
de la Bonté de Dieu, la même insulte envers son Amour, la même révolte et
éloignement de sa Providence, la même ingratitude, la même marche dans le désert
qui, au lieu de conduire l'homme en haut, où il croit aller, le conduit vers l'abîme de la
mort.


Espero haber podido servirte en algo. Y con tu venia, la próxima vez te enviaré algunas cosas escritas recientemente por mí, a unos amigos de Castilla, Argentina y México.

Siempre en el espíritu de caridad y paz, porque la "espada" de la que habla Cristo ("No he venido a traer la paz sino la espada"), es la espada del espíritu, el espíritu del discernimiento, entre la verdad y los grados varios de privación (plagio, simulacro), entre Tradición y tradiciones falsas, o sea, neotradición, al modo de lo que dijo Cristo a los fariseos: "vuestras falsas tradiciones".

Cordialmente, en Cristo,

Andreas

El lector perspicaz habrá podido comprobar como en este segundo mensaje, Böhmler se deshace en elogios hacia "Grecia y su divina tradición", al tiempo que muestra su desprecio hacia Occidente y Europa, así como su civilización, cultura y religión, aunque el tipo es lo bastante astuto como para no mencionar a la Iglesia Católica abiertamente y evitar que yo me escandalice. Confieso que cuando leí este mensaje suyo por primera vez yo seguía sin sospechar que lo que Böhmler pretendía en realidad era hacerme tragar su veneno herético ortodoxo y su odio hacia el Catolicismo. Aviso a los lectores que se preparen para los siguientes mensajes que vienen...
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Mar 04 Sep 2018, 9:46 am

Mon deuxième message à Böhmler (mercredi 27 juin):

 
 Javier à écrit:
   Bonjour, j'ai apprécié Andreas!

   Merci beaucoup pour votre aimable réponse et pour vos paroles sages et réfléchies. Merci aussi de partager avec moi l’exposition de la Vie de San Onufrio le Grand, racontée par Saint Paphnutius. Le lire a été une grande consolation spirituelle. Les Pères du Désert ont brûlé avec le désir de se donner complètement à Dieu et l'ont cherché dans ces saintes solitudes, loin du trafic terrestre et de ses dangers évidents.

Je vous prie de continuer à m'envoyer des textes, mon frère, que moi, avec l'aide du Saint-Esprit, je lirai avec plaisir et méditer dans mon cœur. Nous devons enflammer de plus en plus notre amour pour Jésus-Christ et pour la Très Sainte Marie, parce que nous sommes appelés à les aimer tous les deux de toutes nos forces et à être heureux avec eux, en commençant maintenant à apprécier cette paix et ce bonheur que ce monde homicide ne pourra jamais donner, et que seul Dieu donne à ceux qui s'abandonnent à lui sans réserve.

Je prie vous et votre femme, ainsi que vos huit enfants, dans mes prières quotidiennes.

Recevez une étreinte fraternelle de ce serviteur inutile.

Javier


Et sa réponse ultérieure (jeudi 28 juin):

   
Andreas Böhmler à écrit:
   Très cher Javier:


Avec toute humilité, alors, prostré par mon rien, je suis encouragé par votre venue à vous envoyer des choses, telles qu'elles se présentent dans mon esprit, ou à l'occasion de lectures que je fais ou d'échanges spirituels et doctrinaux que j'ai avec des amis dans un esprit de paix et de charité.

En vous rappelant que vous êtes un prodige de la langue, je commence donc par quelques extraits en français:

1/ du Commonitorium de San Vicente de Lerins, non pas parce que, dans l'ordre d'importance, c'est la première chose, mais en croyant que la goutte continue nuit, car je l'ai aussi vérifiée dans mon esprit. Il est très important que l’ubique, semper, ab omnibus, pour comprendre que l’Occident, des siècles avant Vatican 2, se soit écarté de ces caractéristiques plus intimes de ce que signifie la note de «catholique» de l’Eglise, quelle universalité dans l’espace, le temps et dans le cœur des hommes:

Spoiler:
"Dans l'Église catholique même, il faut veiller avec le plus grand soin à tenir pour vrai
ce qui a été cru PARTOUT, TOUJOURS, et PAR TOUS. Car n'est vraiment catholique, au
sens fort du terme, que ce qui saisit le caractère universel de toute chose. Il en sera
ainsi si nous prenons comme critère l’œcuménicité, puisque nous confessons qu'il n'y
a qu'une seule foi vraie, celle que récite l'Église entière, répandue sur toute la terre;
l'antiquité, puisqu'en aucune manière nous ne nous écartons de ce qu'ont jadis
proclamé nos pères et nos ancêtres; l'accord général enfin, le consentement unanime,
puisque de cette antiquité même nous faisons nôtres les définitions et les opinions de
tous - ou de presque tous - les évêques et docteurs.

Quelle sera la conduite d'un chrétien catholique si, dans l'Église, quelque groupe grand
où Petit venait à rompre toute communion avec la foi universelle ?

- Que pourrait-il faire d'autre, sinon de préférer au membre gangrené et corrompu la
santé du corps tout entier ?

Mais que fera-t-il, ce chrétien, si une nouvelle hérésie se propage, non seulement
dans un étroit secteur, mais gagne par contagion l'Église entière ?

- Qu'il s'efforce alors de bien appliquer le critère de l'antiquité, car les nouveaux
mensonges ne peuvent naturellement pas l'altérer.

Mais s'il découvre, dans cette antiquité même, une erreur qui ait été partagée par
deux ou trois hommes, professée dans une cité, répandue même à travers une
province ?

- Il doit préférer à la témérité et l'ignorance de ces hommes les décrets, s'ils existent,
d'un antique concile universel.

Et si quelqu'opinion surgit qui n'ait jamais été examinée ?

- Alors il interrogera nos pères, il confrontera leurs opinions. Il recherchera surtout ce
qu'ont enseigné à diverses époques et en des lieux variés, des hommes qui sont
demeurés en communion avec la foi de l'Église et qui en sont devenus des maîtres
éprouvés. Tout ce qu'ils ont affirmé, écrit, enseigné, non pas individuellement, ni à
deux ou trois, mais tous ensemble, en plein accord, franchement et souvent, avec
insistance, tout cela un catholique peut le croire, sans aucune hésitation."

2/ avec une réflexion émouvante, très proche de notre propre prosternation, de notre solitude et de notre abandon, à propos de ce que la chute de Constantinople de 1453 a signifié pendant quatre siècles, comme point final d’un long processus de crucification de l’Est chrétien mal appelé HMD (car il n'y avait aucun personnage historique portant ce nom, étant les initiales de Daniel: 9, quand l'archange Gabriel lui parle quelle figure du Christ: "Désiré de Dieu". Quelle usurpation blasphématoire du nom du Christ alors. ce serait un autre sujet très large):

Spoiler:
"LES HUMBLES ICONOGRAPHES DE LA PÉRIODE TURQUE

Saint Syméon le Nouveau Théologien (949-1022) disait à ses disciples, durant le Carême :
"J'en connais plusieurs parmi vous qui s'assoient à la table commune avec un coeur contrit
et humilié, et qui n'ont pas de goût pour les mets recherchés, mais restent réservés
et silencieux, l'âme pleine de componction et de larmes. Par leurs prières et leurs
supplications, par leurs labeurs spirituels et leurs prosternations, ils ont reçu la bonne
transformation, et leur apparence est devenue très ascétique et très belle."
Cette "bonne transformation", cette "apparence très ascétique et très belle", c'est la
beauté selon le Christ, laideur insupportable aux hommes charnels selon la parole de
l'apôtre Paul : "Car nous sommes bien, pour Dieu, la bonne odeur du Christ parmi
ceux qui se sauvent et parmi ceux qui se perdent; pour les uns une odeur de mort qui
conduit à la mort; pour les autres une odeur de vie qui conduit à la vie."(II Cor
2,15-16). C'est en effet cette beauté selon les hommes charnels que présentent les
icônes peintes par les humbles iconographes de la période turque.

Alors en effet furent éprouvés et martyrisés pour la foi du Christ des milliers de
chrétiens, jeunes et simples le plus souvent, ne connaissant d'autres paroles du
Seigneur que: "Celui qui croit en Moi, même s'il meurt, vivra" et "Quiconque me renie
devant les hommes, je le renierai moi aussi devant mon Père qui est dans les cieux."
L'un de ces témoins de la foi, le patriarche Loukaris, écrivait : "Nous autres, chrétiens
orthodoxes, même si nous ne possédons pas la sagesse extérieure de ce monde,
Dieu, par sa grâce, nous a donné la sagesse intérieure et spirituelle, beauté de notre
foi orthodoxe; en cela nous l'emportons sur les Latins, nous l'emportons sur les
peines et les labeurs, pour le poids de notre Croix, pour le sang que nous versons
dans la foi et l'amour du Christ. Si le Turc avait régné dix ans en France, qui sait si
l'on y trouverait encore des chrétiens ? Or, en Grèce, après 300 ans, il y a toujours
des chrétiens, ils persistent dans leur foi malgré brimades et tortures, et le mystère
de la piété resplendit. Vous (occidentaux), vous me dites que nous n'avons pas la
science. Je n'en veux pas de votre science : en avant vers la Croix du Christ !"
Opprimés, les Grecs rentraient en eux-mêmes et, nus et pauvres, s'offraient à Dieu.
Leur situation était semblable à celle des premiers chrétiens. Le martyre purifiait leur
âme comme l'or dans le creuset. C'est pourquoi toutes leurs créations, qu'il s'agisse
de peinture sacrée, de vies de saints, de chant liturgique ou populaire, eurent la
bonne odeur de la foi du Christ qui n'est pas donnée à ceux qui n'ont pas été humiliés
et qui ne savent pas le chemin des larmes.

Car "le Seigneur châtie celui qu'il aime et redresse celui qu'il veut accueillir comme un
fils". Les afflictions produisent l'humilité et l'humilité ouvre la porte du mystère. La
Rigueur de Dieu est inséparable de sa Grâce. Le Seigneur agréa l'humble et
douloureuse offrande des Grecs opprimés et en retour emplit de richesse spirituelle
leur âme chrétienne "qui acquit par l'humilité les choses sublimes, et par la pauvreté
les vraies richesses". Ils étaient, pour reprendre les paroles de l'apôtre Paul, "comme
affligés mais toujours dans la joie, comme pauvres mais en enrichissant beaucoup,
comme n'ayant rien mais possédant tout." (II Cor 6,10).

Un grand nombre de ces chrétiens qui avaient été réduits à rien se réfugièrent dans
les monastères, devinrent moines. Ils pratiquaient la plupart des travaux manuels, en
particulier l'art sacré : avec des yeux plein de larmes ils peignaient le Christ bafoué
(l'Elkoménos), saint Jean Baptiste comme un grand oiseau sauvage, le père Sisoès
pleurant sur le tombeau d'Alexandre le Grand, les ascètes et anachorètes dont "les
larmes on fécondé la terre stérile du désert, dont les implorations et les peines ont
porté du fruit au centuple", les martyrs et néo-martyrs, la parabole du pauvre Lazare,
l'échelle vers les cieux décrite par saint Jean le Sinaite, sainte Marie l'Égyptienne et le
père Zossime, la mort du vrai moine, le temps vain de cette vie, et d'autres thèmes
d'une émouvante gravité.

A l'intérieur de la sombre niche de la prothèse (autel de préparation), ils peignaient
"l'humiliation suprême", le Christ mort aux mains percées, assis dans le tombeau, "sans
forme ni beauté ", au terme de l'exinanition, comme l'était alors,en Grèce, l'Orthodoxie.
"Personne, dit saint Isaac le Syrien, ne connaît l'exultation qui vient des larmes, sinon ceux
qui se sont abandonnés à la contrition". Ceux-là ressentent cette "joie douloureuse", cette
"bienheureuse affliction" dont parlent les pères. Telle est l'action du saint Esprit que le
Seigneur nomma Paraclet : il infuse la paix dans les âmes humbles et éprouvées. La grâce
du Paraclet demeure dans la réalité profonde de l'Orthodoxie, et c'est pourquoi cette réalité
est une fontaine de paix : "Que se réjouisse le coeur de ceux qui cherchent le Seigneur".
Constantin Paléologue fut le dernier roi de la chrétienté orthodoxe : avec son manteau
déchiré, son sceptre sans pouvoir, c'est le premier néo-martyr de l'Église grecque, car
il tomba pour la foi et pour la patrie, en défendant la capitale, nouvelle Sion pour les
Byzantins. Quand il parlait, ses paroles semblaient des tropaires de l'Église. Il
s'adressait à ses sujets, aux soldats et au peuple, avec la plus grande humilité :
"Frères, je vous supplie de vous conduire avec courage et à montrer une âme forte.
Vous le savez, tous ensemble nous devons être prêts à mourir, en premier lieu pour
notre foi, en second lieu pour la patrie".

Avec la chute de Constantinople les ténèbres couvrirent la chrétienté d'orient. La fleur
de notre coeur se fana. La couronne tomba de notre tête. Notre vie toute entière
devint une semaine sainte. Et notre chant était : "Aujourd'hui Il est pendu sur le bois
…" Le visage doré de la Mère de Dieu s'est assombri. Nos saints devinrent pensifs et
douloureux, nos mères et nos soeurs étaient vêtues de noir comme des nonnes. Nos
pères semblaient des ascètes. Nos jeunes gens étaient amers.
Seule l'Église, telle une arche, traversa le désastre. Comme une cargaison précieuse
elle préservait les dogmes de la foi, les hymnes, les icônes, notre langue, les
manuscrits, les vêtements sacrés, les sculptures de bois et de métaux précieux, tout
cela pour le réconfort et la joie spirituelle de l'homme ici-bas et comme une
anticipation de la béatitude à venir. Les prêtres commémoraient "ceux qui se sont
endormis dans l'espoir de la résurrection et de la vie éternelle", et, en dehors de
l'église, les enfants chantaient le Jeudi Saint ce poème douloureux :
"Noir est le ciel aujourd'hui, aujourd'hui le jour est noir,
aujourd'hui on crucifie le Roi de toutes choses".

On peignit alors le Crucifié d'après ce poème populaire dans lequel le disciple bienaimé,
en montrant son maître pendu à la Croix, dit à la Toute-Sainte :

"Le voici nu, cheveux épars
Sur sa tête une couronne d'épines,
Ses yeux doux sont fermés,
Sa bouche distille un remède amer.
Celui-là c'est ton fils et c'est mon Maître".

À cette époque, les iconographes représentaient dans les cimetières, dans les
sombres Catholicons et dans les grottes où se retiraient les ascètes, le père Sisoès
contemplant dans une douloureuse extase, le tombeau ouvert d'Alexandre le Grand,
où ne se trouve plus qu'un squelette. Cette image porte l'épigraphe suivante :
"Devant le tombeau du roi des Grecs Alexandre dont la gloire jadis resplendit, Sisoès,
grand parmi les ascètes, tremble et se lamente en ces termes sur le temps instable et
la gloire éphémère : Je te vois en un tombeau et je recule à ta vue; je verse goutte à
goutte les larmes de mon coeur. Je songe au destin que nul ne peut éviter. Oh,
comment la franchirai-je cette frontière ?"

3/ une réflexion sur la desquamation et l'apostasie de l'homme occidental
Spoiler:

L'IDOLATRIE CONTEMPORAINE  

L'Européen est caractérisé par un terrible antagonisme : l'opposition de l'homme
extérieur et de l'homme intérieur. L'Européen est différent dans les apparences de ce
qu' il est réellement. Il vit et se meut dans le mensonge du conventionnel. Toute sa
civilisation est une addition de mensonges conventionnels auxquels il s'est adapté. Il
est égocentrique à l'extrême, mais il se comporte avec les autres avec une politesse
absolue, presque recherchée.

Dans les pays sous-développés, là où les hommes n'ont pas encore la sophistication
de la civilisation européenne, chacun exprime peu ou prou son monde intérieur avec
une certaine liberté et simplicité qu'on ne retrouve pas en Europe. Leurs manières
sont abruptes, mais les hommes sont plus vrais. En Europe, ceci est tenu pour un
manque de civilisation et de développement spirituel. Ainsi, on en est arrivé à
considérer que la civilisation se trouve dans le jeu continuel de l'hypocrisie, ce
"sépulcre blanchi, rempli de putréfaction" (Mt 23,27). On nettoie continuellement
l'extérieur de la coupe pour paraître propre aux hommes (Luc 11,39; Mt 23,25-26).
Mais comme il arrive pour les Pharisiens, ce mensonge continuel dans lequel ils vivent
ne les humilie nullement. Au contraire leur perfection extérieure les remplit
d'assurance quant à leur supériorité. Le signe le plus caractéristique des Européens,
c'est l'orgueil !

Il se peut que certains parmi eux s'intéressent beaucoup aux besoins des autres. Les
individus, les groupes ou les nations et surtout les sous-développés pour lesquels ils
nourrissent des sentiments de pitié. Mais au fond, ils s'intéressent aux autres comme
un entomologiste s'intéresse aux insectes. Ils ont pour les hommes des sentiments
inférieurs à l'amour qu'ils ont pour un chien.

Ils ont de leur civilisation la même haute idée qu'ils ont d'eux-mêmes. Ils n'acceptent
rien sans le passer au crible de leur esprit critique dont ils sont fiers. Ils considèrent
comme relatives toutes les valeurs, même celles qu'ils acceptent, et discutent avec
une apparente profondeur de tout ce que l'humanité a cru.

Leur attitude habituelle est celle des agnostiques bien disposés qui sont prêts à être
d'accord avec vous, en vous laissant comprendre, naturellement, qu'on ne peut rien
prouver à tout ce que vous leur dites, et que par conséquent, vous les indifférez.
Il y a pourtant une seule chose qui ne passe jamais par l'esprit de ces agnostiques :
c'est de mettre en doute la valeur de leur civilisation. Jamais une civilisation ne fut
supérieure à la leur. Il se peut qu'ils remettent en cause ou discutent ou contestent
différents problèmes d'ordre partiel et mineurs concernant leur culture, et que dans le
détail, ils parviennent même à exprimer de fortes oppositions, mais jamais ils ne
mettent en doute la justesse de la ligne générale de leur civilisation.


La civilisation de l'Europe est basée sur une religion, une religion que personne ne
veut appeler ainsi, car il ne s'agit pas du culte d'une ou de plusieurs divinités, mais du
culte de l'homme.

La religion des anciens Grecs et leur civilisation n'étaient rien d'autre que le culte de
l'homme. Si la civilisation de la Grèce antique a trouvé un tel écho dans le coeur des
Européens, c'est justement à cause de cette ressemblance intérieure.
Comme les anciens Grecs, ainsi les Européens ont divinisé la raison de l'homme, ses
passions, ses forces psychiques et ses faiblesses. En un mot, ils ont fait de l'homme le
centre, la mesure, et le but de tout. C'est en l'homme que la civilisation de l'Europe
prend sa source. Elle existe pour l'homme et tire de l'homme sa justification.

Il se peut qu'il y ait discorde quant aux moyens par lesquels se réalisera l'amélioration
de la vie de l'homme. Il se peut qu'il y ait des différences dans la manière de rendre
le culte à l'homme. Il se peut qu'en prenant l'homme comme mesure on arrive à
certains résultats, mais toujours et pour tout, l'homme est le centre autour duquel
tout gravite, la source de leur inspiration et le but de leur effort.

Telle est l'Europe.

Quelle que soit la religion qu'il croit posséder, au fond sa religion n'est autre que
l'adoration de l'idole homme. L'Européen a cessé de voir en l'homme l'image de Dieu.
Il y voit simplement l'image de lui-même.

En d'autres termes, la religion de l'Europe, c'est la vieille religion de l'humanité, celle
qui a séparé l'homme de Dieu. Le but de Dieu, c'est de déifier l'homme. Mais l'homme
égaré par le diable a cru qu'il pouvait devenir dieu sans la grâce du Créateur, de sa
propre initiative et par ses propres efforts seulement. Il s'est empressé de goûter à
l'arbre de la connaissance avant qu'il soit mûr pour une telle nourriture.


Le résultat fut que ses yeux s'ouvrirent et qu'il connut le bien et le mal, vit sa nudité
corporelle et spirituelle et en fut effrayé. Il ne supporta plus de regarder (en face) le
Seigneur son Dieu et courut se cacher loin de sa Face. Il comprit qu'un grand abîme
s'ouvrait entre lui et son Créateur. Alors le Père miséricordieux maudit la première
cause de la catastrophe: le diable, "le serpent ancien". Dans son immense Amour Il
promit déjà le salut : "Et Je mettrai l'inimitié entre toi (le serpent, le diable) et la
femme (la sainte Vierge) et entre ta postérité et sa postérité (le Christ). "Celui-ci
t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon" (Gen 3,15). Et pour que l'homme ne vive
pas éternellement dans cet état de mort spirituelle, Il le chassa du paradis "de peur
qu'il n'étende la main et ne prenne du fruit de l'arbre de la Vie, qu'il en mange et qu'il
vive dans les siècles" (Gen 3,22). Dieu permit ainsi, par miséricorde et amour, la mort
corporelle et la corruption, lesquelles, comme la mort spirituelle, ont été la
conséquence de la rupture du contact (de l'homme) avec la source de la Vie, pour que
l'âme ne reste pas pendant les siècles dans sa mortification spirituelle, son malheur et
sa nudité. Ainsi l'homme séparé de Dieu et vivant la réalité continuelle de la mort est
devenu esclave du diable.

C'était donc par réaction à l'expérience de sa nullité que l'homme a adoré l'homme en
le proclamant dieu. En effet, les anciens avaient enseigné que l'âme était une partie
de la substance divine, c'est-à-dire qu'elle est divine par essence et par conséquent
n'a pas besoin de Dieu.

Cette volonté intérieure de l'homme de croire à sa propre divinité conjointe à l'effet
de sa soumission aux puissances sataniques est la base de toute idolâtrie.
La religion de l'Europe n'est autre que cette idolâtrie primitive sous une forme
moderne.

Papisme (en boulversant le "ubique, semper, ab omnibus"), protestantisme, humanisme,
athéisme démocratie, fascisme, capitalisme, communisme, etc, et beaucoup d'autres
choses nées en Europe, sont des expressions du même esprit "humanolâtre". La civilisation
de l'Europe n'est pas autre chose que le résultat d'un effort constant et angoissant de
l'homme de dresser son trône au-dessus du trône de Dieu. Il ne s'agit de rien d'autre que
de la construction d'une nouvelle tour de Babel dans laquelle domine la confusion quant
à la façon de la construire, bien que le but reste commun à tous.

L'idéal de l'Européen s'identifie avec l'idéal de Lucifer. Au fond, c'est le même mépris
de la Bonté de Dieu, la même insulte envers son Amour, la même révolte et
éloignement de sa Providence, la même ingratitude, la même marche dans le désert
qui, au lieu de conduire l'homme en haut, où il croit aller, le conduit vers l'abîme de la
mort.


J'espère que j'aurais pu vous aider dans quelque chose. Et avec votre permission, la prochaine fois, je vous enverrai des articles récemment écrits par moi, des amis de Castilla, d’Argentine et du Mexique.

Toujours dans l'esprit de la charité et de la paix, parce que le "sabre" dont parle le Christ ("Je ne suis pas venu pour apporter la paix mais l'épée") est l'épée de l'esprit, l'esprit de discernement entre la vérité et les divers degrés de privation (plagiat, simulacre), entre tradition et fausses traditions, c'est-à-dire néotradiction, à la manière de ce que le Christ a dit aux pharisiens: "vos fausses traditions".

Cordialement, en Christ,

Andreas

Le lecteur perspicace aura vu comment, dans ce deuxième message, Böhmler fait l'éloge de "la Grèce et sa tradition divine", tout en montrant son mépris pour l'Occident et l'Europe, sa civilisation, sa culture et sa religion. assez rusé pour ne pas mentionner ouvertement l’Église catholique et éviter que je sois scandalisé. J'avoue que lorsque je lis son message pour la première fois, je ne soupçonnais toujours pas que ce que Böhmler voulait vraiment faire était de me faire avaler son poison hérétique orthodoxe et sa haine du catholicisme. Avis aux lecteurs qu'ils se préparent aux messages suivants qui viennent ...

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Mar 04 Sep 2018, 12:26 pm

Mi tercer mensaje a Böhmler (domingo 1 de julio):

Javier a écrit:Apreciado Andreas:

Te agradezco enormemente esos tres textos en francés que me has enviado. Los he degustado con gran gozo. El Commonitorium de San Vicente de Lerins es de una claridad meridiana y su vigencia es totalmente oportuna en estos tiempos de confusión diabólica y apostasía generalizada. Nuestra fe debe permanecer pura y sin adulterar, haciendo cualquier esfuerzo, sacrificio y renuncia, pese a quien le pese.

Hace poco falleció mi abuela y entré al "servicio pseudo-religioso" que se ofreció por su alma. Por supuesto, mi presencia allí fue meramente pasiva y no obedecí a ninguna indicación que el "pseudo-sacerdote" novus-ordo hizo, ni siquiera hice la señal de la Cruz cuando aquel pobre desgraciado indicaba a la gente que así lo hicieran. Mi odio hacia la secta postconciliar es cada vez mayor y no soporto la presencia de esos traficantes impostores que juegan con la ignorancia religiosa de nuestros contemporáneos. Sentí ganas de propinarle un puñetazo a aquel payaso disfrazado, pero me contuve para no provocar un escándalo mayor. Jamás volveré a entrar a una pestilente ceremonia novus-ordo!

El 3er texto es muy revelador y clarifica el triste estado en que se halla nuestra pobre y desnuda Europa, la cual caerá cual fruta podrida a los pies del maldito Anticristo en cuanto éste impío se manifieste. Me duele mucho ver lo bajo que ha caído nuestro continente y su lamentable apostasía. Sin duda se ha hecho merecedor de un gran castigo divino, que ya estamos sufriendo al vivir en este desierto de la Fe.

Te ruego prosigas enviándome textos, querido hermano en Cristo y María Santísima.

Os encomiendo a ti y a los tuyos bajo la protección de Dios Todopoderoso.


Un abrazo fraterno,

Javier

Y su correspondiente respuesta (martes 3 de julio):

Andreas Böhmler a écrit:Muy apreciado Javier:

Qué bueno que de algo te sirvieron los textos enviados. Qué difícil sin embargo es sacar el provecho propio de un texto, porque los mortales solemos leer y entender los textos según nuestros hábitos mentales y psicológicos.

Así, por ej., me escribes: "Nuestra fe debe permanecer pura y sin adulterar". Claro, así es. Sin embargo, no pareces haberte percatado del sentido propio de ese "ubique, semper, ab omnibus" exigido por el Commonitorium (y sepas que en su día fue escrito contra los agustinianos, que en su lucha antipelagiana amenazaron por caer en el extremo opuesto, algo que después consumió en parte, un Gottschalk (siglo IX), y completamente un Lutero y Calvino (siglo XVI).

Pues bien ese sentido propio del Commonitorium es la condenación rotunda de las innumerables alteraciones del misterio de la fe, de la disciplina, incluida la litúrgica, y de la propia espiritualidad de la Iglesia de Occidente del segundo milenio (con sus claros antecedentes desde Nicolás I). Ya el V Concilio Ecuménico  (basta leer las Actas) criticó, por ej., respecto a las tentativas de imponer como ley al celibato del clero, que Roma pretendiese ser más cristiano que Cristo, y San Pablo. Porque ambos, inequívocamente, hablaban del celibato como "consejo de perfección", nada que una autoridad humana pueda convertir en ley (en este caso para recibir los órdenes mayores).

Lo mismo sucede con un sinfín de cuestiones, cosa completamente ignorada por los que se llaman "tradicionalistas" . Con tu venia, no queriéndote quemar antes de tiempo con libros gruesos, si bien capitales para sacudirse tanto polvo de neo-tradición por encima, te paso (en correo aparte) un breve resumen al respecto de un célebre obispo ortodoxo del siglo XVIII, nacido en Córfu (entonces bajo domino veneciano), Eugenio Bulgaris, que por experiencia propia, habiendo vivido en Occidente mucho tiempo, sabía de lo que hablaba, frente a las neotradiciones romanas.

¿Dónde y en qué quedó pues eso de "nuestra fe debe permanecer pura y sin alterar" ? En nada. Por esto te había escrito, caritativamente, como minúsculo despertador a un hombre que visiblemente sufre por las revoluciones multifacéticas del Vaticano 2, que -cito- "Occidente siglos antes del Vaticano 2 se apartó de estas características más íntimas de lo que significa la nota de "católica" de la Iglesia, cual universalidad en el espacio, en el tiempo, y en el corazón de los hombres".

Por propia experiencia, sé cuánto duele descubrir y tener que admitir este estado de hechos -al cabo- incontrovertibles, con tal que se acuda con espíritu recto a las fuentes, y no con el espíritu del "libre examen", que, oh descubrimiento, no fue crimen que inventara Lutero. Y si realmente somos "tradicionalistas", no podemos admitir que nuestro "odio teológico" se dirija contra unos innovadores (Vaticano 2, Lutero), pero no contra otros (Decretales isidorianos, Canonistas hildebrandianos, Decreto de Graciano, Escolástica, etc.).

Por supuesto, bien comprendo tu sentimiento de ira, en presencia de un culto antropocéntrico, luciferino, tal como lo sufriste a la hora de asistir pasivamente al "funeral" de tu querida, pero tan pobre abuela: "Mi odio hacia la secta postconciliar es cada vez mayor y no soporto la presencia de esos traficantes impostores que juegan con la ignorancia religiosa de nuestros contemporáneos. Sentí ganas de propinarle un puñetazo". Durante dos largas décadas, a mí me pasó más de lo mismo.

Sin embargo, ya no hay ni "odio" ni ganas de "violencia" alguna que invaden mi corazón, sino sólo "lástima", "conmiseración", como la que Cristo tuvo con los que le crucificaban: "Perdónales, Padre, no saben lo que hacen". Recuerda cómo corrigió de plano a los Hermanos Boanerges (del Trueno), los apóstoles Santiago y Juan, por desear que rayos cayesen del cielo para castigar a los judíos que no querían creer. Les dijo: "No sabéis de qué espíritu sois". Es decir, no del espíritu de celo sin ciencia, del espíritu fariseo, del espíritu romano, sino del Espíritu Santo. Y recuerda también a los "judíos más antiguos", de la escena de la lapidación intentada de la adúltera, porque fueron ellos los primeros que dejaron las piedras y se largaron, después de la amonestación que también a mí me ha herido  e iluminado el corazón: "El que esté sin culpa, que tire la primera piedra". Qué nos baste pues con nuestros pecados, nuestra propia dureza de corazón, nuestra absoluta falta de espíritu de misericordia. Claro, a lo Cristo, no so capa de la turbulenta e interesada agenda judeomasónica del Nuevo Orden Mundial.

Dios nos tomará pues por nuestra palabra: "Nuestra fe debe permanecer pura y sin adulterar". Hay que estudiar y meditar pues, comprendiendo a fondo lo que el Commonitorium quiere comunicar a todo el que pretenda ser cristiano, la doctrina y espíritu de los Padres de la Iglesia, con el apoyo de los Padres del Desierto (llamados Padres Népticos, es decir, contrarios, por humildad, a esa "defloración verbalista del misterio divino", tal como fue obrado por esos "otros" arriba mencionados.

Más que nunca, tal como están las cosas, hemos de trabajar nuestro espíritu, para conformarlo con el espíritu de Cristo. La "santa ira" no es realmente tal. Y el despecho, humanamente tan justificado, no es solución tampoco. Hay que poner la vida espiritual sobre otra base, la de los Padres, y hablar menos, cultivar el espíritu de los llamados "hesyjastas", antiguos y modernos.

Por esto te mandé lo de San Onofrio, y los pobres ortodoxos bajo domino turco (que podría ampliarse por: "bajo dominio veneciano", porque en ambos lados actuaban solapadamente los "expulsos" de 1492).

Te recomiendo también, para empezar, la lectura de la Vida de Antonio (el Grande), de San Atanasio, que hay como pdf en Internet. Luego te sugeriré otras lecturas espiritual, y otros textos o carteo mío. Veremos hasta dónde y hasta cuándo me aguantarás. Porque ya a Cristo dijeron: "duras son tus palabras, quién puede aguantarlas". Porque todos los que tienen su neotradición (o sea, infidelidad a la tradición) por la tradición verdadera, son tentados de echar a las genomias a los que, sea con todo el afecto del corazón de que son capaces, pretendan despertarles de su somnolencia espiritual y doctrinal. Bien lo sabes por experiencia, pero, he aquí el problema (que también era el mío durante décadas), aplicado a un plano equivocado (el tradicionalismo romano, como si entre lo que dice el Commonitorium y lo que dijo la Roma del segundo milenio, cabría continuidad alguna).

Te confieso, por experiencia, que tardé mucho, demasiado, en despertar a la verdadera Tradición. Sólo desde entonces, mi espíritu está volviendo a estar en paz, lo más que se puede en este mundo, y con las eternas pasiones que azotan al espíritu (más que a la carne). Por la inmerecida gracia de Dios he logrado, poco a poco, dejar atrás, lo mas que hasta hora he podido, el destructivo espíritu de los fariseos (que, paso por paso, llegó a ser el espíritu romano desde Nicolás I y Gregorio VII, queramos verlo o no). Espíritu destructor de nuestro propio espíritu, y de la posibilidad de seguir existiendo en este mundo. Cristo lloró sobre este mundo, y en especial sobre Jerusalén, no sólo la caduca, sino la nueva, la Iglesia. Lloró, pero sin perderse en pasiones de todo tipo, por mucho que fuesen justificadas humanamente. El espíritu de Cristo, porque es Él quien de parte del Padre alcanzó a los que realmente son fieles, les alcanzó los dones del Espíritu Santo, con sus frutos, que para empezar son la caridad, la alegría, la paz. Nada que ver con los sonámbulos cristianos de Occidente de ayer y de hoy.

La bienaventurada Madre de Dios me perdone haberte herido el corazón. Soy un pecador, inútil a todos los efectos, incluso para comunicar la luz de la verdad a los que amo.

Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison ! Kyrie Eleison !

Andreas

Böhmler revela sus cartas por fin, amonestándome por mi "ceguera" para "comprender" que él había estado censurando y atacando a la Iglesia Católica Romana en los textos que me envío en su mensaje anterior. Pero, a Dios gracias, yo seguía "ciego" y me resistía a creer que ese hombre tuviera la triste arrogancia de revolverse contra Nuestra Santa Madre la Iglesia Católica. El violento y dramático desenlace final de nuestra correspondencia epistolar todavía debía, por tanto, esperar un poco más...
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Mar 04 Sep 2018, 2:09 pm

Mon troisième message à Böhmler (dimanche 1er juillet):


Javier à écrit:
Apprécié Andreas:

Je vous remercie beaucoup pour ces trois textes en français que vous m'avez envoyés. Je les ai goûtés avec beaucoup de joie. Le Commonitorium de San Vicente de Lerins est d'une clarté méridienne et sa validité est totalement opportune en ces temps de confusion diabolique et d'apostasie généralisée. Notre foi doit rester pure et sans mélange, faire des efforts, des sacrifices et des renoncements, peu importe qui peut être.

Ma grand-mère est décédée récemment et je suis entrée dans le "service pseudo-religieux" offert par son âme. Bien sûr, ma présence là-bas était simplement passive et je n'ai obéi à aucune indication que le pseudo-prêtre novus-ordo l'ait fait, je n'ai même pas fait le signe de la croix quand ce pauvre malheureux a dit aux gens de le faire. Ma haine envers la secte post-conciliaire se développe et je ne supporte pas la présence de ces trafiquants imposteurs qui jouent avec l’ignorance religieuse de nos contemporains. J'avais envie de donner un coup de poing à ce clown déguisé, mais je me suis retenu pour ne pas provoquer un plus grand scandale. Je ne participerai plus jamais à une cérémonie pestilentielle de novus-ordo!

Le troisième texte est très révélateur et clarifie l'état de tristesse dans lequel se trouve notre Europe pauvre et nue, qui tombera comme un fruit pourri aux pieds de l'Antéchrist maudit dès que cette impie se manifestera. Cela me fait très mal de voir à quel point notre continent est tombé et son apostasie déplorable. Sans aucun doute, il a gagné un grand châtiment divin que nous souffrons déjà en vivant dans ce désert de foi.

Je vous prie de continuer à m'envoyer des textes, cher frère en Christ et Très Sainte Marie.

Je te confie sous la protection de Dieu Tout-Puissant.


Un câlin fraternel,

Javier


Et sa réponse correspondante (mardi 3 juillet):


    Andreas Böhmler à écrit:
 Très apprécié Javier:

   Heureusement que les textes envoyés étaient bons pour vous. Comme il est difficile, cependant, de tirer parti d’un texte, car les mortels lisent et comprennent généralement les textes selon nos habitudes mentales et psychologiques.

Ainsi, par exemple, vous m'écrivez: "Notre foi doit rester pure et pure". Bien sûr, c'est vrai. Cependant, vous ne semblez pas avoir remarqué le sens propre de cet «ubique, semper, ab omnibus» exigé par le Commonitorium (et savoir qu’à son époque il était écrit contre les Augustins, qui dans leur lutte anti-lalagienne menaçaient de tomber à l’autre extrême) quelque chose qui a plus tard consommé en partie, un Gottschalk (neuvième siècle), et complètement un Luther et Calvin (seizième siècle).

Eh bien, ce sens du Commonitorium est la condamnation catégorique des innombrables altérations du mystère de la foi, de la discipline, y compris la discipline liturgique, et de la spiritualité de l'Église occidentale du deuxième millénaire (avec ses antécédents clairs depuis Nicolas Ier). ). Déjà le Conseil œcuménique V (lire les Actes) critiquait, par exemple, les tentatives d'imposer comme loi le célibat du clergé, que Rome prétendait être plus chrétienne que le Christ et saint Paul. Parce que les deux, sans équivoque, parlaient du célibat en tant que "conseil de perfection", rien qu'une autorité humaine puisse convertir en loi (dans ce cas, recevoir les ordres majeurs).

La même chose se produit avec une myriade de problèmes, quelque chose de complètement ignoré par ceux qui se disent "traditionalistes". Avec votre consentement, ne voulant pas brûler avant votre temps avec des livres épais, bien que des capitales pour se débarrasser de tant de poussière néo-traditionnelle, je vous passe un bref résumé sur un évêque orthodoxe célèbre du dix-huitième siècle, né à Corfou (alors sous domination vénitienne), Eugenio Bulgaris, qui, de par son expérience, avait vécu longtemps en Occident, savait de quoi il parlait, contrairement aux neo-traditions romains.

Où et dans quoi était-ce alors que "notre foi doit rester pure et inchangée"? En rien.
C’est pourquoi j’avais écrit, avec charité, comme un minuscule réveil à un homme qui souffre visiblement des révolutions multiformes de Vatican 2, qui - je dis - «l’Occident, des siècles avant Vatican 2, s’est détourné de ces caractéristiques plus intimes de la note de "catholique" de l'Église, quelle universalité dans l'espace, dans le temps et dans le cœur des hommes ".

D'après ma propre expérience, je sais à quel point il est difficile de découvrir et d'admettre cet état de fait - presque indiscutable -, à condition que l'on suive l'esprit des sources et non l'esprit d'examen libre, que la découverte, ce n'est pas un crime que Luther a inventé. Et si nous sommes vraiment des "traditionalistes", nous ne pouvons pas admettre que notre "haine théologique" est dirigée contre certains innovateurs (Vatican 2, Luther), mais pas contre d'autres (Décrétaux ostaliens, canonistes hildebrandiens, décret de Gratien, scolastique, etc.).

Bien sûr, je comprends votre colère, en présence d’un culte anthropocentrique, luciférien, comme vous l’avez souffert lorsque vous assistiez passivement aux «funérailles» de votre bien-aimée mais pauvre grand-mère: «Ma haine envers la secte post-conciliaire est de plus en plus et je ne supporte plus la présence de ces contrebandiers imposteurs qui jouent avec l'ignorance religieuse de nos contemporains, j'ai eu envie de leur donner un coup de poing. " Pendant deux longues décennies, la même chose m'est arrivée.

Cependant, il n'y a ni « haine » ou le désir de « violence » envahir mon cœur, mais seulement « pitié », « commisération » comme le Christ avait avec ceux qui l'ont crucifié: « Pardonnez-leur, Père, ne sais pas ce qu'ils font". Rappelez-vous comment le plan corrigé boanerges Brothers (Thunder), Jacques et Jean, apôtres pour les rayons qui souhaitent devraient tomber du ciel pour punir les Juifs qui refusaient de croire. Il a dit: « Vous ne savez pas quel esprit vous êtes. » Ce n'est pas l'esprit de zèle sans connaissance, l'esprit pharisien de l'esprit romain, mais le Saint-Esprit. Et rappelle aussi la scène « le plus ancien juif » de la tentative de lapidation adultères parce qu'ils ont été les premiers qui ont quitté les pierres et a décollé après l'avertissement que je me suis trop mal et a illuminé le coeur « Celui qui est sans faute jette la première pierre. » Ce qui nous suffit que nos péchés, notre dureté de cœur, notre manque total d'esprit de miséricorde. Bien sûr, au Christ, pas si couche turbulente et intérêt agenda judéo-maçonnique du Nouvel Ordre Mondial.

Dieu nous prendra alors par notre parole: "Notre foi doit rester pure et pure." Il est nécessaire d'étudier et de méditer alors, en comprenant pleinement ce que le Commonitorium veut communiquer à tous ceux qui prétendent être chrétiens, la doctrine et l'esprit des Pères de l'Église, avec le soutien des Pères du désert (appelés , contrairement à l'humilité, à cette "défloration verbale du mystère divin", comme cela a été fait par les "autres" mentionnés ci-dessus.

Plus que jamais, dans l'état actuel des choses, nous devons travailler notre esprit pour nous conformer à l'esprit du Christ. La "sainte colère" n'est pas vraiment telle. Et le dépit, humainement justifié, n’est pas non plus une solution. Il est nécessaire de placer la vie spirituelle sur une autre base, celle des Pères, et de parler moins, de cultiver l'esprit des soi-disant "hesyjastas", anciens et modernes.

C'est pourquoi je t'ai envoyé San Onofrio et le pauvre orthodoxe sous la domination turque (qui pourrait être prolongé par: «sous le régime vénitien», car des deux côtés les «expulsions» de 1492 ont agi subrepticement).

Je recommande également, pour commencer, la lecture de la Vie d'Antonio (le Grand), de Saint Athanase, disponible en PDF sur Internet. Ensuite, je suggérerai d'autres lectures spirituelles et d'autres textes ou ma lettre. Nous verrons jusqu'où et combien de temps vous me retiendrez. Parce que déjà à Christ ils ont dit: "Vos paroles sont difficiles, qui peut les supporter". Parce que tous ceux qui ont leur néo-tradiction (c'est-à-dire l'infidélité à la tradition) par la vraie tradition sont tentés de rejeter les génomies auxquelles, avec toute l'affection du cœur dont ils sont capables, ils essaient de les réveiller de leur somnolence spirituelle et doctrinal. Eh bien, vous savez par expérience, mais voici le problème (qui était aussi le mien pendant des décennies), appliqué à un mauvais plan (traditionalisme romain, comme entre ce que dit le Commonitorium et ce que disait Rome du deuxième millénaire) il y aurait une continuité).

J'avoue, par expérience, qu'il m'a fallu beaucoup de temps pour me réveiller avec la vraie Tradition. Ce n'est que depuis lors que mon esprit retourne à la paix, autant que possible dans ce monde et avec les passions éternelles qui frappent l'esprit (plus que la chair). Car la grâce imméritée de Dieu, je l'ai atteint peu à peu laisser derrière, d'autant plus quand je pouvais, l'esprit destructeur des pharisiens (qui, étape par étape, est devenu l'esprit romain de Nicolas Ier et Grégoire VII, nous voulons le voir ou non). Détruire l'esprit de notre propre esprit et la possibilité de continuer à exister dans ce monde. Christ a pleuré sur ce monde et particulièrement sur Jérusalem, non seulement l'expiré, mais les nouveaux, l'Église. Il a pleuré, mais sans se perdre dans les passions de toutes sortes, même si elles étaient humainement justifiées. L'esprit du Christ, car il est celui qui vient du Père atteint ceux qui sont vraiment vrai, atteint les dons de l'Esprit Saint avec ses fruits, qui sont pour commencer la charité, la joie, la paix. Rien à voir avec les somnambules chrétiens de l'Ouest d'hier et d'aujourd'hui.

La bienheureuse Mère de Dieu me pardonne pour avoir blessé ton cœur. Je suis un pécheur, inutile à toutes fins utiles, même pour communiquer la lumière de la vérité à ceux que j'aime.

Kyrie Eleison! Kyrie Eleison! Kyrie Eleison!

Andreas



Böhmler révèle enfin ses lettres, me réprimandant pour mon "aveuglement" à "comprendre" qu'il avait censuré et attaqué l'Eglise catholique romaine dans les textes qu'il m'avait envoyé dans son message précédent. Mais, grâce à Dieu, j'étais encore "aveugle" et j'étais peu disposé à croire que cet homme avait la triste arrogance de se révolter contre notre Sainte Mère l'Eglise catholique. Le résultat final violent et dramatique de notre correspondance épistolaire devait donc attendre encore une fois ...
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Mer 05 Sep 2018, 7:14 am

AAARGHHHH!!!! He estado MÁS de 2 horas preparando el siguiente y decisivo mensaje de Böhmler y cuando voy a enviarlo, después de haberlo previsualizado, mi conexión a Internet se ha detenido súbitamente y después TODO se ha borrado !!!

+ de 2 horas tiradas a la basura !

Esta tarde, Dios mediante, volveré a intentarlo.

Dios mío, tened piedad de mí que soy un pobre pecador y un siervo inútil.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Mer 05 Sep 2018, 7:57 am

Javier a écrit:AAARGHHHH!!!!   He estado MÁS de 2 horas preparando el siguiente y decisivo mensaje de Böhmler y cuando voy a enviarlo, después de haberlo previsualizado, mi conexión a Internet se ha detenido súbitamente y después TODO se ha borrado !!!

+ de 2 horas tiradas a la basura !

Esta tarde, Dios mediante, volveré a intentarlo.

Dios mío, tened piedad de mí que soy un pobre pecador y un siervo inútil.

AAARGHHHH !!!! Cela fait plus de 2 heures que je prépare le message décisif suivant de Böhmler et quand je veux l'envoyer, après l'avoir prévisualisé, ma connexion Internet s'est arrêtée soudainement et TOUT a été effacé !!!

+ 2 heures jetées!

Cet après-midi, si Dieu le veut, je vais réessayer.

Mon Dieu, aie pitié de moi, je suis un pauvre pécheur et un serviteur inutile.
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Mer 05 Sep 2018, 11:10 am

Monique a écrit:
Javier a écrit:AAARGHHHH!!!!   He estado MÁS de 2 horas preparando el siguiente y decisivo mensaje de Böhmler y cuando voy a enviarlo, después de haberlo previsualizado, mi conexión a Internet se ha detenido súbitamente y después TODO se ha borrado !!!

+ de 2 horas tiradas a la basura !

Esta tarde, Dios mediante, volveré a intentarlo.

Dios mío, tened piedad de mí que soy un pobre pecador y un siervo inútil.

AAARGHHHH !!!! Cela fait plus de 2 heures que je prépare le message décisif suivant de Böhmler et quand je veux l'envoyer, après l'avoir prévisualisé, ma connexion Internet s'est arrêtée soudainement et TOUT a été effacé !!!

+ 2 heures jetées!

Cet après-midi, si Dieu le veut, je vais réessayer.

Mon Dieu, aie pitié de moi, je suis un pauvre pécheur et un serviteur inutile.

Peut-être que le Bon Dieu veut que vous cessiez tout simplement d'écrire à ce monsieur Böhmler ?
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33638
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Mer 05 Sep 2018, 11:37 am

Mi cuarto mensaje a Böhmler (miércoles 4 de julio):

Javier a écrit:Muy estimado Andreas:

Te agradezco enormemente tu sinceridad y tu buen corazón. La Verdad no admite reservas ni resiste ser edulcorada, y tú me has hablado desde tu experiencia y con toda la buena fe que Dios sabe muestras. Así que no debes preocuparte de nada. Acepto seguir siendo instruido por ti en esta apasionante aventura para la formación espiritual de nuestro ser.

Este párrafo tuyo me encanta, lo confieso: "Mas que nunca, tal como están las cosas, hemos de trabajar nuestro espíritu, para conformarlo con el espíritu de Cristo. La "santa ira" no es realmente tal. Y el despecho, humanamente tan justificado, no es solución tampoco. Hay que poner su vida espiritual sobre otra base, la de los Padres, y hablar menos, cultivar el espíritu de los llamados "hesyjastas", antiguos y modernos".  

Gracias por abrirme los ojos y hacerme entender que la "santa ira" no es la solución a ninguna cosa. En efecto, somos quienes somos y estamos donde estamos por pura misericordia de Dios, quien ha querido preservarnos del espíritu del mundo y las seducciones del error. Lo cual no nos da derecho ni autoridad a despreciar y/u odiar a aquellos que caminan en la dirección opuesta, antes bien, debemos tenerles compasión y orar por ellos, porque verdaderamente y como bien dices, "no saben lo que hacen".

Anhelemos recibir los dones del Espíritu Santo, desde luego, con la Caridad como reina de todas las virtudes, pues teniendo Caridad nada nos falta, y haciéndolo todo por Caridad hacia Dios, no pecaremos nunca y haremos bien a nuestro pobre prójimo.

Kyrie Eleison !  Kyrie Eleison !  Kyrie Eleison !

En Jesús y María,

Javier

Yo seguía "ciego" -¡bendita ceguera!- a los esfuerzos de Böhmler por "convencerme" de que la Iglesia Católica había estado equivocada durante tantos siglos y que únicamente la cismática y herética Iglesia Ortodoxa estaba en la verdadera posición.

Mi actitud era mansa y obediente, su anterior mensaje me hizo recordar que "la ira del hombre no obra la justicia de Dios" (Santiago 1:20), y me sentía arrepentido por haber albergado en mi corazón pensamientos airados contra otras personas en el pasado, como ese pobre ignorante "sacerdote" Novus Ordo del cual le hablé a Böhmler en mi mensaje precedente.

Mientras tanto, Böhmler debió pensar que sus anteriores mensajes carecían de la persuasión y claridad suficientes para hacerme "comprender" la "gran verdad", así que el tipo decidió lanzar un contraataque en toda regla con su siguiente mensaje. Esta vez el Dr. Böhmler recurrió a uno de sus muy queridos y admirados cismáticos arzobispos ortodoxos para "demostrar" en 24 puntos resumidos que Roma había estado equivocada y que Grecia era la escogida por NSJC.

Advierto a los lectores antes de leer a este arzobispo ortodoxo. Yo nunca había leído tantas falsedades y calumnias contra Ntra. Santa Madre la Iglesia Católica antes. Es verdaderamente imposible concentrar tanto odio, desprecio y rencor acumulado durante siglos en tan pocas líneas como este herético personaje hizo, y a quien el "iluminado" Böhmler parece venerar como a un santo.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Mer 05 Sep 2018, 11:49 am

ROBERT a écrit:Peut-être que le Bon Dieu veut que vous cessiez tout simplement d'écrire à ce monsieur Böhmler ?

Mon cher ROBERT, je n'écris plus à Böhmler. J'ai quitté la communication avec lui il y a deux mois à cause de sa haine manifeste de
l'Eglise catholique et de sa propagation de l'hérésie orthodoxe partout.

Maintenant, je vous en prie, continuez à lire la traduction de ces messages faite par Monique et vous verrez bientôt la fin dramatique de ma communication avec ce personnage dangereux.

Bien à vous, mon frère.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  ROBERT. le Mer 05 Sep 2018, 12:20 pm

Javier a écrit:
ROBERT a écrit:Peut-être que le Bon Dieu veut que vous cessiez tout simplement d'écrire à ce monsieur Böhmler ?

Mon cher ROBERT, je n'écris plus à Böhmler. J'ai quitté la communication avec lui il y a deux mois à cause de sa haine manifeste de
l'Eglise catholique et de sa propagation de l'hérésie orthodoxe partout.

Maintenant, je vous en prie, continuez à lire la traduction de ces messages faite par Monique et vous verrez bientôt la fin dramatique de ma communication avec ce personnage dangereux.

Bien à vous, mon frère.

DEO GRATIAS !  ALLELUIA ! Soyez assuré que je continue à lire les traductions de Monique. study
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33638
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Mer 05 Sep 2018, 12:34 pm

Mon quatrième message à Böhmler (mercredi 4 juillet):

 
 Javier à écrit:
   Très cher Andreas:

   J'apprécie énormément votre sincérité et votre bon cœur. La vérité n'admet pas de réserves ou résiste à être adouci, et vous m'avez parlé de votre expérience et de toute la bonne foi que Dieu connaît. Donc, vous n'avez pas à vous soucier de rien. J'accepte de continuer à vous instruire dans cette aventure passionnante pour la formation spirituelle de notre être.

J'adore ce paragraphe que vous adorez: "Plus que jamais, en l'état actuel des choses, nous devons travailler notre esprit pour nous conformer à l'esprit du Christ." La sainte colère n'est pas vraiment telle et le dépit humainement Justifié, ce n'est pas une solution non plus. Vous devez mettre votre vie spirituelle sur une autre base, celle des Pères, et parler moins, cultiver l'esprit des soi-disant "Hesyjastas", anciens et modernes ".

Merci de m'avoir ouvert les yeux et de me faire comprendre que "la sainte colère" n'est la solution à rien. En fait, nous sommes qui nous sommes et nous sommes où nous sommes par pure pitié de Dieu, qui a voulu nous préserver de l'esprit du monde et des séductions de l'erreur. Ce qui ne nous donne pas le droit ou l'autorité de mépriser et / ou de détester ceux qui marchent dans la direction opposée. Nous devrions plutôt avoir de la compassion et prier pour eux, car ils ne savent pas vraiment ce qu'ils font.

Nous désirons ardemment recevoir les dons de l'Esprit Saint, bien sûr, avec la Charité comme reine de toutes les vertus, pour avoir la Charité, nous ne manquons de rien et faisons tout pour la charité envers Dieu.

Kyrie Eleison! Kyrie Eleison! Kyrie Eleison!

En Jésus et Marie,

Javier

(Traduction Google)
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Mer 05 Sep 2018, 12:44 pm

Mensaje de Böhmler con el texto INCENDIARIO y DESTRUCTIVO del cismático y herético arzobispo ortodoxo Eugenius Voulgaris. Los párrafos en negrita están puestos así por el propio Böhmler.

Andreas Böhmler a écrit:Apreciado Javier:

He aquí el texto prometido que, espero, terminará de aclararte las cosas.

El  conocedor de muchas naciones y lenguas (incluso estuvo en Alemania un largo tiempo), el Arzobispo Eugenios Voulgaris, nacido en Corfu, dominada entonces por los usureros venecianos, donde no hace mucho me regalaron un libro suyo, sobre la vida de mi santo patrono, el Apóstol San Andrés, hizo una eminente labor apologética para poner a salvo el alma de los párvulos e ignorantes. Es tanto más notable su postura, cuanto es notorio que conoció y amó, si bien críticamente, a los grandes autores del racionalismo occidental ("Ilustración"). Copio aquí una carta en que queda resumida la cuestión Orthodoxia-Roma.



Eugenios Voulgaris a écrit: LETTRE PROPHÉTIQUE AUX CHRÉTIENS ORTHODOXES

Préface de l'édition grecque

Le grand maître de la nation, Eugène Boulgaris, alors qu'il se trouvait à la Saint Montagne (Athos) comme directeur de l'école Anthonias, écrivit une épître très importante aux chrétiens orthodoxes de Serbie qui, à l'époque avaient de nombreux problèmes à cause des émissaires du pape essayant de les attirer au papisme.

Cette épître, d'après l'historien Constantin Sathas, a été publiée à Constantinople en 1756 (Philologie Néo-grecque Athènes 1863 p.570).
Nous publions donc cette lettre si instructive et si importante de ce maître de la nation et théologien illustre, d'après l'édition d'A. Papadopoulos Vretto. Nous avons laissé de côté certains paragraphes concernant les Serbes du XVIIIe siècle.

Ces Faux Apôtres Du Vatican (Está hablando de los Uniatas)

Mes frères bien-aimés,

si la vigne bénie de Dieu qu'est l'Église était débarrassée de ses envieux et en parfaite sécurité, vous n'auriez pas la tâche difficile d'y veiller. Mais cette vigne que le Vigneron céleste a transplantée d'Égypte est plantée au milieu des Chananéens qui l'espionnent à sa perte comme une horde de fauves. Aussi, il nous faut demeurer vigilants, afin de les éloigner et de les chasser de cette vigne sacrée dont vous êtes les dignes sujets. Craignez surtout les renards qui approchent sournoisement, ainsi que le dit la Cantique "attrapez nous les jeunes renards qui ravagent les vignes!"

Vous avez l'évangile, les saints canons, les dogmes des conciles, les conseils des pères, suivez tout ceci afin de ne pas tomber dans l'erreur, fidèles à l'enseignement de saint Paul qui enseigne : "Même si un ange du ciel vous apportait un évangile contraire à celui que nous avons enseigné, qu'il soit anathème!"

Et ces "anges" de Rome, les Dominicains, les Jésuites ou autres, ce sont eux les prophètes de l'obscurité. Ils sont excommuniés parce qu'ils nous enseignent un autre évangile, contraire à l'évangile du Christ que nous vous avons enseigné.

Les nouveautés du système papal

1) Il est connu clairement par le saint évangile du Christ que le saint Esprit procède du Père, mais les anges des ténèbres disent "filioque" (c.-à-d. "et du Fils") Le premier saint Concile oecuménique dit le Symbole de la foi que "le saint Esprit procède du Père", mais la synagogue blasphème "filioque". Le saint Concile excommunie quiconque ose ajouter même une virgule au Symbole, mais malgré cela, eux, sans honte veulent ajouter que le saint Esprit procède également du Fils. Les saints pères d'une seule bouche et d'un seul esprit déclarent que la seule cause en est le Père, mais ces nouveaux "pères" corrigent les anciens en déclarant : "Le Fils aussi". Les pères disent "le seul principe, cause et source de la Divinité est le Père", les Papistes ajoutent "non seulement le Père, le Fils aussi".

2) Les pères affirment, par le saint Concile oecuménique, que l’évêque de Rome possède le
commandement de l’Église dans les limites de sa province comme les autres évêques, mais les
Papistes au sein de leur réunions considèrent que l’autorité du pape s’étend jusqu’au confins
de la terre. Ils auraient même voulu l’étendre sur la lune, comme Alexandre le Grand, dit-on
l’aurait rêvé, si cela était possible, et ils sont vraiment désolés de ne pas atteindre d’autres
mondes par l’état papal.

3) Les pères déclarent que les clés du paradis, c’est-à-dire le pouvoir de délier du péché était
attribué à tous les apôtres par le Christ, mais les Papistes affirment que seul Pierre avait ce
pouvoir et qu’il l’a attribué seulement au Pape. Pierre est un membre égal aux autres dans
l’assemblée des apôtres comme cela se voit dans les Actes des apôtres, et le pape, d’après
eux, est au-dessus des Conciles et au-dessus de l’erreur, seul régnant sur l’Église.

4) Sur la parole de l’évangile “et sur cette pierre, tu bâtiras mon Église”, les pères enseignent
que la pierre est le Christ et notre foi en Lui (celle que proclama Pierre après l’interrogation du
Christ), mais les papistes disent: “cette pierre est le pape.”

5) Les pères, selon la Volonté de Dieu, ont depuis le début célébré le mystère de l’Eucharistie
avec du pain levé, les papistes le font avec des azymes ressemblant à des ronds de papier
timbré.

6) Les pères, conformément à la Tradition, commandent aux prêtres d’ajouter de l’eau chaude
(le “Zéon” symbolisant la ferveur de la foi remplie de l’Esprit saint), les papistes ont rejeté
cela.

7) Les pères nous ont laissé la tradition d’achever la célébration du mystère de l’Eucharistie
par l’invocation du saint Esprit, précédé historiquement par les paroles du Seigneur Lui-même,
et suivant l’offertoire non achevé sur le pain et le vin présentés; les papistes finissent la
consécration avec “prenez et mangez … prenez et buvez …”

8 ) Les pères n’ont parlé, ni imaginé un feu expiatoire après la mort (purgatoire). Les papistes,
eux, ont allumé aux entrailles de la terre, outre le feu éternel de la Géhenne, une autre
fournaise, celle du purgatoire qui draine plus d’or dans les coffres des pontifes cupides que
toutes les fournaises des fonderies des orfèvres les plus riches.

9) Et pour finir, les pères, suivant les paroles de l’évangile, considèrent que la béatitude des
bienheureux et le châtiment des pêcheurs aura lieu pendant le Jugement dernier. Les papistes
se consacrent eux-mêmes juges et devancent ce Jugement, dont Dieu le Père ne jugeant
personne, a laissé le pouvoir à son Fils; eux, jugent certains bienheureux, ou punissent à leur
guise d’autres, avant le Dernier Jugement du Christ. Donc, avec toutes ces nouveautés et ces
dogmes, les papistes enseignent le contraire de la parole du Christ et de l’enseignement de
l’Église, contraire à l’enseignement des apôtres et des pères. Ne voit-on pas que c’est
volontairement qu’ils cherchent à changer les dogmes de notre foi, comme ils changent leurs
habits et leurs coutumes ? Ils sont donc totalement mécontents de tout ce qui est ancien et ils
veulent même, ces audacieux, ériger des lois contre l’enseignement du saint Esprit. Que n’ontils
point touché la tradition? Qu’ont-ils laissé d’immuable?

10) Quel était au commencement le pouvoir attribué aux prêtres ? N’avaient-ils pas seulement
le pouvoir sur l’Esprit ? Si, mais il y a déjà longtemps que les prêtres papistes, eux, marient
l’esprit avec la matière, l’Église avec la politique. Bien qu’ils écoutent cette parole évangélique
“Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu”, eux ils s’approprient ce
qui est à César et ce qui est à Dieu: le pouvoir sur les âmes et sur les corps. Étant en même
temps, évêques et rois ou seigneurs, ils tiennent d’une main le bâton pastoral et de l’autre
l’épée. Comme des centaures monstrueux et formés d’éléments divers, étant les deux la fois,
ils deviennent des animaux fabuleux, mais justement ils ne sont ni l’un ni l’autre.
Hélas, ceux qui sont désignés pour offrir à Dieu le sacrifice non sanglant, plongent leurs
mains dans le sang humain en exerçant le pouvoir temporel. Dieu aimait bien David, et il dit à
son sujet: “J’ai trouvé un homme proche de mon coeur, David mon serviteur”, mais il n’a pas
accepté qu’il construise le Temple. C’est Salomon, le roi pacifique qui a été désigné pour cela.
Et si, quelqu’un plonge ses mains dans le sang, il n’est pas jugé apte à construire le Temple
matériel érigé par les hommes, il l’est d’autant moins à construire le Temple vivant et
immatériel du Corps divin et humain tout ensemble. lequel des deux est le plus grand, le
Temple ou le dit-on qui sanctifie le Temple?

11) Mais qu’ont-ils laissé inchangé? les canons conciliaires permettent aux prêtres de se
marier à une seule épouse (c’est-à-dire qu’en cas de veuvage, ils ne peuvent contracter un
second mariage et continuer à exercer la prêtrise); mais les papistes ont interdit ce mariage!

12) Les canons interdisent aux gens ayant commis un meurtre et aussi ceux qui ont commis
le péché de la chair avant de devenir prêtres; mais les papistes passent outre.

13) Pour des raisons de bon ordre et de dignité, la coutume louable veut que les prêtres se
laissent pousser les cheveux et la barbe. Saint Clément d’Alexandrie a nommé cette coutume
“sainte parure”. Chez les papistes, évêques et prêtres se rasent, même les moustaches et se
présentent à nous comme la tête de l’Église latine, rasée.

14) L’Église interdit d’ordonner plus d’un prêtre à la fois pendant la Liturgie, mais les papistes
ordonnent pendant la même messe quinze prêtres ou plus.

15) La tradition veut que les églises soient orientées vers l’Est, afin que les fidèles en priant,
soient tournés vers ce côté, se souvenant de l’antique patrie d’où nous avons été expulsés.
Eux, orientent leurs églises n’importe comment.

16) Selon la tradition, l’église ne peut comporter qu’un seul autel et on ne peut célébrer
plusieurs liturgies par jour. Chez eux, il y a plusieurs autels dans la même église, et ils
célèbrent plusieurs messes par jour.

17) Nous devons vénérer des icônes, non des simples pintures. Mais eux ils vénèrent aussi des
statues sculptées.

18) Nous représentons la très sainte vierge Marie sur les icônes avec une figure modeste et
habillée de dignes vêtements. Les papistes, eux, en sculptant des statues en son honneur lui
maquillent le visage, la coiffent avec des boucles, la revêtent de boucles d’oreilles, de colliers,
de pierreries, l’habillent selon la mode européenne du monde. En ceignant, pour m’exprimer
ainsi, l’irrépréhensible et très pure Mère de Dieu avec la ceinture du charme corporel, l’image
de la Vierge est représentée par la venus impudique.

19) Jamais l’Église des chrétiens du temps des apôtres jusqu’à maintenant ne s’est servie
pendant la liturgie de trompettes, cithares, flûtes, harpes ou tambourins, ni d’aucune sorte
d’instruments. Jamais l’Église n’a introduit dans ses services pendant le chant des hymnes des
musiciens, des eunuques ou des acteurs de scène pour chanter la louange de Dieu. Mais les
papistes, eux, avec tout cela, ont transformé leurs églises en théâtres.

20) De même, si nous approfondissons bien le sujet, l’Église a ordonné avec prévoyance et
sagesse que dans l’église les femmes se tiennent à une autre place que les hommes, afin de
prévenir le scandale et le désordre qui se produisent souvent lorsque les deux sexes sont
rassemblés. mais eux, de propos délibéré, s’opposent à ce bien fondé pour nous et rejettent
cet ordre- là, ils approchent malgré la prière, le feu des étoupes si vite inflammables.

21) Pensez rapidement à tous les autres points, à ces vénérables lois de l’Église qui
interdisent:

a) de se prosterner le dimanche, eux le font,
b) de jeûner le samedi, eux le font,
c) de manger de la viande le mercredi et le vendredi, eux ils en mangent
d) de se marier à ceux qui sont parents de sang ou d’alliance au-delà du numéro où degrés,
prescrits, eux consacrent ces mariages
e) de donner la communion à ceux qui ont commis de graves péchés sans vraie pénitence,
eux les acceptent à la communion.

22) Le Christ a ordonné de communier à son Corps et son Sang en disant: “Prenez et
mangez, prenez et buvez en tous”. Eux ne communient qu’au Corps.

23) Et pour ne pas oublier le capital, l’immuable et inéchangeable mystère indispensable pour
notre salut, je parle du Baptême, bien que les apôtres, les conciles et les pères de l’Église
aient enseigné que ce sacrement soit conféré par trois immersions dans l’eau sanctifiée, les
papistes, eux aspergent simplement ceux qu’ils baptisent avec un peu d’eau.


24) De même, ils n’oignent pas ensuite le baptisé avec le chrême.
De cette manière, ils baptisent simplement avec de l’eau et non pas avec le saint
Esprit.
Comme ce baptême n’a pas tout ce qui constitue vraiment le baptême, ni les signes
extérieurs des trois jours de la Mort et de la Résurrection du Christ, il n’apporte pas la
perfection et la force du bain purificateur.

Qui peut énumérer tout exactement? mais de ce qui précède n’importe qui en arrive à
conclure que l’esprit de nouveauté et de mode a aveuglé ces trompeurs.
Donc mes frères, ils
sont des guides aveugles, ne les suivez point afin que vous ne tombiez pas dans la fosse de la
cacodoxie et de l’hérésie. Dans leur bouche siège l’esprit de mensonge et de tromperie.
Ne donnez pas foi à leurs paroles, afin que vous ne soyez pas en danger. Vous avez une
preuve visible de leurs mensonges et de leurs ruses, car ils enseignent le contraire de ce qui
est établi par l’Esprit de vérité à travers ses serviteurs. Pensez à la punition de ce simple, naïf
et crédule homme de Dieu dont nous apprenons le malheur dans le 3e livre des Rois
(ch. 3).
En effet, nous voyons Dieu envoyer son serviteur pour interroger le roi Jéroboam, lui donnant
l’ordre de ne pas manger, ni boire, ni se détourner de son chemin. mais un vieux faux
prophète qui habitait Béthel l’apprenant, courut à sa rencontre et lui dit: “Viens, moi aussi je
suis prophète comme toi. Un ange du seigneur m’a parlé comme à toi et il m’a transmis l’ordre
de t’amener chez moi, et de te donner à manger. Viens avec moi, mange et bois”. Après bien
de paroles, il le persuada et l’emmena.

Et que se passa-t-il après?
En revenant sur sa route, après tout cela, l’homme de Dieu transgresseur trouva
aussitôt la juste punition de sa faute, puisqu’un fauve survient et le dévora, “le lion, le trouva
sur son chemin et le dévora”.

Fidèles de Dieu, serviteurs du Christ, apprenez donc de cet exemple à reconnaître les
faux prophètes.

Écoutez ceci : “Quiconque dit le contraire de ce que dit Dieu, lui est sûrement un faux
prophète”; Dieu parle à travers son Église: “Jeûne, ne mange pas”, le faux prophète dit: “ne
jeûne pas, mange”? Cela suffit. sans aucun doute, cet homme est un faux prophète. Dieu
donne cet ordre : “Ne te détourne pas de ton chemin, mais continue tout droit”, lui le faux
prophète cherche à vous en éloigner et vous emmener, par le moyen de sa parole sur son
chemin à lui. Il n’y a pas besoin d’autres signes pour que vous le reconnaissiez. C’est un faux
prophète, même s’il déclare être prophète lui aussi, ou avoir entendu l’ange du Seigneur lui
parler. Laissez le discourir. Ne vous égarez pas du droit chemin, ne croyez pas ses paroles
même si l’ange lui a parlé. Quiconque annonce une autre parole que celle annoncée par les
apôtres avec l’accord de Dieu. Qu’il soit excommunié !


Comment essaient-ils de nous attirer vers eux ?

Ces apôtres de Rome essaient de nombreuses et de diverses façons d’arracher du sein
de l’Église orthodoxe orientale ses enfants légitimes.
Il est possible de rassembler en trois
groupes principaux ces moyens pour que vous puissiez y faire attention et vous en garder. Ils
descendent donc dans l’arène avec:

a) la force de la parole
b) de belles promesses, ou
c) la violence des menaces,
d) le dialogue.


Ainsi, ils essaient avec des arguments et des “preuves” de persuader, avec des dons et
des bonnes oeuvres, ils s’évertuent à vous attirer, avec des menaces à vous forcer de les
rejoindre. mais vous, chers frères, restez fermes et invincibles devant les ennemis de votre
âme et avec l’aide de Dieu, ils s’éloigneront de votre chemin, honteux et vains. Leurs paroles
voleront dans l’air comme des plumes, leurs promesses rusées resteront sans effet, leurs
menaces tomberont sans force. Quand ils viennent vers vous avec les armes de la parole et la
force d’arguments savants, ne les admirez pas, tout savants qu’ils soient. En effet, qu’y a-t-il à
admirer?

Voyez plutôt: Arius était savant, Macédonius aussi, et tout autant Apollinaire.
Pourtant malgré leur sagesse , ils ont blasphémé et ils sont devenus hérétiques!
Platon, Aristocle, Epicure étaient des savants eux aussi, mais malgré leur sagesse, ils
erraient comme des aveugles dans les ténèbres de l’idolâtrie et ne pouvaient que radoter par
rapport à Dieu, sa Force, sa Providence, une multitude de sottises. D’autres nations de notre
temps sont gérées par la sagesse, malgré cela, — et les latins sont d’accord avec nous à ce
sujet — elles sont hérétiques. Pour ces adeptes de la sagesse humaine, la fosse de
condamnation sera plus profonde, car ayant confiance en leur sagesse, ils sont devenus
aveugles devant la vraie foi, se jugeant eux-mêmes savants par rapport à la vérité, ils se sont
aveuglés misérablement.


Quel est le point commun entre la sagesse humaine et la sagesse divine? La sagesse
humaine est une sottise, une erreur et un non sens lorsqu’elle se sépare de la sagesse divine.
La sagesse de Dieu qui est la vraie foi est la vraie sagesse, salutaire infaillible et droite. La
sagesse de ce monde s’apprend dans les académies nouvelles, la sagesse de Dieu dans les
livres des saints pères. la première avec l’intelligence aiguisée, l’autre avec la chaleur de l’âme
pure et prédisposée. La première avec des raisonnements compliqués par divers arguments,
l’autre avec un solide assentiment de la foi certaine.
L’une avec la recherche curieuse et la comparaison, l’autre avec la capture paisible et facile
de l’intelligence.


Pourquoi les uniates essaient-ils de nous persuader par le dialogue ?
Nous et nos pères et aussi leurs pères à eux, dès le début n’ont pas acquis la foi par le
dialogue, mais l’ont proclamée par révélation. pourquoi s’empressent-ils de nous éloigner des
dogmes que le Christ nous a enseignés, que les apôtres ont proclamés, que les
Conciles oecuméniques ont confirmés, que les pères ont expliqués et que l’Église sans y
ajouter jamais, ni en soustraire un iota ou une virgule, a décrétés?
La foi ne change pas avec le temps, ne se modifie pas avec les circonstances, elle ne se
flétrit pas, mais elle reste toujours la même, vieille et jeune à la fois. Pourquoi osent-ils, ces
nouveaux théologiens, les papistes, modifier l’immuable?

Nous savons en ce qui concerne les idées que plus elles sont nouvelles, plus elles sont
entachées d’erreur, plus elles sont antiques, plus elles sont authentiques et certaines, tout
comme la rivière lorsqu’elle est loin de la source ne charrie qu’une eau sale et trouble. Alors à
son amont elle est pure et limpide. Ainsi les dogmes authentiques de la foi sont antiques. Nous
ne pouvons pas laisser de côté saint Denys, saint Basile, Grégoire le Théologien, Chrysostome
l’admirable et d’autres hommes inspirés de Dieu, les pères saints, réceptacles de l’Esprit saint
dont on ne saurait ignorer la sagesse et la sainteté pour suivre Thomas d’Aquin, Duns Scot et
tant d’autres, qui nous sont complètement inconnus et sans gloire.
Même si nous n’avions pas
d’autre preuve pour préférer les nôtres, celle-ci nous serait suffisante de savoir les pères et
maîtres de notre Église en commun accord en ce qui concerne tous les dogmes. Ils ont tous
les mêmes conceptions, n’ont aucune différence, mais constituent comme des notes diverses
une harmonie parfaite dans l’Église, parce que la vérité est unique, il n’y a pas de dispute. Là
où l’inspiration et l’énergie du saint Esprit est, il y a accord. Par contre les théologiens et les
maîtres latins se disputent et se confrontent à plusieurs sujets. Chacun a une opinion propre.
Chaque ordre a son système propre. Les thomistes, les scotistes, les jésuites, les uns ou les
autres ont proclamé leurs doutes à propos des uns ou des autres. Autant de fois, ils méritent
la malédiction parce que le mensonge a plusieurs visages, mais tous se rassemblent et ne
forment qu’un.


Nos théologiens sont comme les langues de feu de la Pentecôte, toutes proclament
l’unique et même foi, les théologiens latins sont comme les langues du peuple de la tour de
Babel, les unes criant “eau”, les autres criant “pierre”. Ils ne sont d’accord que sur un seul
point, celui de mouvoir leur langue contre nous.

Ils ne se servent de leur sagesse, ni pour ramener les nations égarées à la foi et au
respect, ni pour éclairer les juifs aveugles ou l’arabe écervelé, ni pour détourner les hérétiques
têtus, mais pour amener les vrais orthodoxes à adorer le pape et à les éloigner des saints
dogmes qu’ils ont reçus et gardés comme la prunelle de leurs yeux du temps de leurs pères et
depuis le début.

Je sais qu’ils se servent aussi de la Bible et des saints pères pour “prouver” leurs
prétendus dogmes. Frères, ne vous égarez pas. À l’extérieur, ils ressemblent à des agneaux
mais à l’intérieur ce sont des loups et des lions. Ils essaient de prouver qu’ils parlent en accord
avec la Bible et les saints pères, mais si nous examinons minutieusement ce qu’ils disent, nous
trouverons qu’ils enseignent tout à fait le contraire. Aucun paradoxe à cela! Le diable lui-même,
lorsqu’il essayait de tenter le Christ, le faisait à l’aide des versets bibliques. Suivant la
Bible, il essayait de le détrôner, “prosterne-toi”, lui disait-il! De même ces nouveaux et jeunes
théologiens vous parlent, frères, la Bible sous le bras, mais leur but est de vous emmener
dans leur fosse. “Prosterne-toi,” disent-ils. Même les pharisiens parlaient au Christ de la Loi de
Moïse, mais dans quel but ? Pour lui tendre un piège. Pareils à ces pharisiens, les papistes se
sont séparés de leur mère l’Église, mais hypocrites, ils se réfèrent même aux canons des
saints conciles. Pour quelle raison? pour vous tendre un piège. En fin de compte, tous les
hérétiques essaient d’établir leur hérésie avec des paroles saintes.

Pareillement, même un athée, pourrait avec une sentence de la Bible se justifier en
prenant dans les psaumes ce passage “Dieu n’existe pas” en oubliant ce qui succède, c’est-àdire
“disait le sot” !!! Les nouveaux maîtres occidentaux pratiquent le même système. Ils se
servent des Écritures, des canons conciliaires et des pères en grand nombre. Mais de quelle
manière? Pour certaines sentences, ils se taisent, ils en omettent d’autres, les détournent et
les modifient, pour d’autres encore, ils n’en comprennent même pas le début ne saisissant pas
la langue grecque.


Que n’imaginent-ils pas ?
Si une sentence d’un père réfute clairement leur dogme, nous verrons ces braves,
agités et animés à répondre. C’est ici qu’entre en jeu la rapidité du cerveau, la finesse de la
subtilité, la dialectique compliquée et le dialogue de sourd scolastique. Ici, les divisions et
subdivisions sophistes et obscures qui troublent l’esprit et obscurcissent le cerveau. Ici les
termes et les cris étranges et singuliers, étrangers à la sainte théologie, aux écritures et
complètement étrangers aux phrases des saints pères …


Tenez vous loin de ces bouches des ténèbres d’où sortent des flammes et des fumées
obscures qui, en arrivant à leur but, brûlent ou obscurcissent les âmes élevées dans la piété.
Tenez vous loin de ces outres d’Eole, d’où soufflent des enseignements semblables aux
vents, destinés à déraciner les arbres plein de fruits de l’Église sainte et orthodoxe, ou pour
causer aux fidèles qui naviguent sur la mer de la vie, un naufrage catastrophique. Apprenez,
avec l’aide de notre Seigneur et Dieu à éviter ces diables qui, avec les Écritures données pour
notre salut, cherchent à vous conduire à votre perte. Dites leur vous aussi quand ils vous
tentent “Retire-toi Satan, car par toi viens le scandale”.

Que votre attention et votre surveillance ne soient pas moindre, mes frères, envers ces
escrocs, quand ils vous approchent, la bouche pleine de miel pour vous parler ou quand ils
octroient avec ruse des charités et des bienfaits pour vous accaparer, ou lorsqu’ils font des
promesses pour vous attirer.
Il n’y a pas d’ennemis plus redoutable que celui qui se prétend votre ami.. Il n’y a pas
de guerre plus terrible et plus dangereuse que celle qui, avec l’espoir de la liberté, amène à la
tyrannie.


Croyez-moi, les latins ont attiré vers eux plus d’orthodoxes par les dons que par le
dialogue. Je vous le dis, ils en ont attiré vers eux un plus grand nombre avec la flatterie, les
promesses, les bienfaits, la charité, les dons matériels, le confort, la volupté et l’espoir qu’avec
les paroles et la catéchèse. En témoignent Antioche, Alexandrie, plusieurs villes de Syrie, des
îles de la mer Egée, où ils ont dépensé beaucoup d’argent. Rome a augmenté le nombre des
papistes, assemblant les fidèles comme des mercenaires.
Ils n’ont pu ailleurs amener
l’empereur de Constantinople, le patriarche et tant d’autres évêques à Florence pour le traité
d’union de deux Églises fausses et sans fondement, que par la promesse et l’espoir de les
aider dans leur guerre contre les Barbares.
Ils n’auraient pu attirer de leur côté le cupide et
ambitieux et philosophe évêque Bessarion, si ce n’est par la pourpre de cardinal !

Después de leer y meditar esta DEVASTADORA e INSIDIOSA "epístola", mi espíritu se sentía muy TRISTE y mi cabeza no acertaba a pensar con claridad. Entré en mi habitación y le pedí humildemente a Dios Ntro. Señor en oración que me diera luces y sabiduría para discernir la Verdad del error, y para ser valiente y hacer profesión de mi santa Fe Católica con ORGULLO y FIRMEZA. Esa noche apenas pude dormir, lo confieso.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Mer 05 Sep 2018, 1:45 pm

Message de Böhmler avec le texte INCENDIARIO et DESTRUCTIVO de l'archevêque orthodoxe schismatique et hérétique Eugenius Voulgaris. Les paragraphes en gras sont placés de cette manière par Böhmler lui-même.

   Andreas Böhmler à écrit:

Cher Javier:

Voici le texte promis qui, je l’espère, va finir de clarifier les choses pour vous.
 
Le connaisseur de nombreuses nations et langues (il était même en Allemagne depuis longtemps), L'archevêque Eugenios Voulgaris, né à Corfou, alors dominé par les usuriers vénitiens, où ils m'ont récemment donné un livre sur la vie de mon saint patron. , l'apôtre saint André, a fait un travail d'apologétique éminent pour sauver les âmes des nourrissons et des ignorants. Sa position est d'autant plus remarquable qu'il est notoire qu'il connaissait et aimait, même de manière critique, les grands auteurs du rationalisme occidental ("Lumières"). Je copie ici une lettre dans laquelle la question Orthodoxie-Rome est résumée.





   Eugenios Voulgaris a écrit:
 
Spoiler:
LETTRE PROPHÉTIQUE AUX CHRÉTIENS ORTHODOXES

   Préface de l'édition grecque

   Le grand maître de la nation, Eugène Boulgaris, alors qu'il se trouvait à la Saint Montagne (Athos) comme directeur de l'école Anthonias, écrivit une épître très importante aux chrétiens orthodoxes de Serbie qui, à l'époque avaient de nombreux problèmes à cause des émissaires du pape essayant de les attirer au papisme.

   Cette épître, d'après l'historien Constantin Sathas, a été publiée à Constantinople en 1756 (Philologie Néo-grecque Athènes 1863 p.570).
   Nous publions donc cette lettre si instructive et si importante de ce maître de la nation et théologien illustre, d'après l'édition d'A. Papadopoulos Vretto. Nous avons laissé de côté certains paragraphes concernant les Serbes du XVIIIe siècle.

Ces Faux Apôtres Du Vatican (Está hablando de los Uniatas) (Il parle des Uniates)

   Mes frères bien-aimés,

   Si la vigne bénie de Dieu qu'est l'Église était débarrassée de ses envieux et en parfaite sécurité, vous n'auriez pas la tâche difficile d'y veiller. Mais cette vigne que le Vigneron céleste a transplantée d'Égypte est plantée au milieu des Chananéens qui l'espionnent à sa perte comme une horde de fauves. Aussi, il nous faut demeurer vigilants, afin de les éloigner et de les chasser de cette vigne sacrée dont vous êtes les dignes sujets. Craignez surtout les renards qui approchent sournoisement, ainsi que le dit le Cantique "attrapez-nous les jeunes renards qui ravagent les vignes!"

   Vous avez l'évangile, les saints canons, les dogmes des conciles, les conseils des pères, suivez tout ceci afin de ne pas tomber dans l'erreur, fidèles à l'enseignement de saint Paul qui enseigne : "Même si un ange du ciel vous apportait un évangile contraire à celui que nous avons enseigné, qu'il soit anathème!"

   Et ces "anges" de Rome, les Dominicains, les Jésuites ou autres, ce sont eux les prophètes de l'obscurité. Ils sont excommuniés parce qu'ils nous enseignent un autre évangile, contraire à l'évangile du Christ que nous vous avons enseigné.

   Les nouveautés du système papal

   1) Il est connu clairement par le saint évangile du Christ que le saint-Esprit procède du Père, mais les anges des ténèbres disent "filioque" (c.-à-d. "et du Fils") Le premier saint Concile œcuménique dit le Symbole de la foi que "le saint-Esprit procède du Père", mais la synagogue blasphème "filioque". Le saint Concile excommunie quiconque ose ajouter même une virgule au Symbole, mais malgré cela, eux, sans honte veulent ajouter que le saint-Esprit procède également du Fils. Les saints pères d'une seule bouche et d'un seul esprit déclarent que la seule cause en est le Père, mais ces nouveaux "pères" corrigent les anciens en déclarant : "Le Fils aussi". Les pères disent "le seul principe, cause et source de la Divinité est le Père", les Papistes ajoutent "non seulement le Père, le Fils aussi".

   2) Les pères affirment, par le saint Concile œcuménique, que l’évêque de Rome possède le
   commandement de l’Église dans les limites de sa province comme les autres évêques, mais les
   Papistes au sein de leur réunions considèrent que l’autorité du pape s’étend jusqu’au confins
   de la terre. Ils auraient même voulu l’étendre sur la lune, comme Alexandre le Grand, dit-on
   l’aurait rêvé, si cela était possible, et ils sont vraiment désolés de ne pas atteindre d’autres
   mondes par l’état papal.

   3) Les pères déclarent que les clés du paradis, c’est-à-dire le pouvoir de délier du péché était
   attribué à tous les apôtres par le Christ, mais les Papistes affirment que seul Pierre avait ce
   pouvoir et qu’il l’a attribué seulement au Pape. Pierre est un membre égal aux autres dans
   l’assemblée des apôtres comme cela se voit dans les Actes des apôtres, et le pape, d’après
   eux, est au-dessus des Conciles et au-dessus de l’erreur, seul régnant sur l’Église.

   4) Sur la parole de l’évangile “et sur cette pierre, tu bâtiras mon Église”, les pères enseignent
   que la pierre est le Christ et notre foi en Lui (celle que proclama Pierre après l’interrogation du
   Christ), mais les papistes disent: “cette pierre est le pape.”

   5) Les pères, selon la Volonté de Dieu, ont depuis le début célébré le mystère de l’Eucharistie
   avec du pain levé, les papistes le font avec des azymes ressemblant à des ronds de papier
   timbré.

   6) Les pères, conformément à la Tradition, commandent aux prêtres d’ajouter de l’eau chaude
   (le “Zéon” symbolisant la ferveur de la foi remplie de l’Esprit-saint), les papistes ont rejeté
   cela.

   7) Les pères nous ont laissé la tradition d’achever la célébration du mystère de l’Eucharistie
   par l’invocation du saint-Esprit, précédé historiquement par les paroles du Seigneur Lui-même,
   et suivant l’offertoire non achevé sur le pain et le vin présentés; les papistes finissent la
   consécration avec “prenez et mangez … prenez et buvez …”

   8 ) Les pères n’ont parlé, ni imaginé un feu expiatoire après la mort (purgatoire). Les papistes,
   eux, ont allumé aux entrailles de la terre, outre le feu éternel de la Géhenne, une autre
   fournaise, celle du purgatoire qui draine plus d’or dans les coffres des pontifes cupides que
   toutes les fournaises des fonderies des orfèvres les plus riches.

   9) Et pour finir, les pères, suivant les paroles de l’évangile, considèrent que la béatitude des
   bienheureux et le châtiment des pêcheurs aura lieu pendant le Jugement dernier. Les papistes
   se consacrent eux-mêmes juges et devancent ce Jugement, dont Dieu le Père ne jugeant
   personne, a laissé le pouvoir à son Fils; eux, jugent certains bienheureux, ou punissent à leur
   guise d’autres, avant le Dernier Jugement du Christ. Donc, avec toutes ces nouveautés et ces
   dogmes, les papistes enseignent le contraire de la parole du Christ et de l’enseignement de
   l’Église, contraire à l’enseignement des apôtres et des pères. Ne voit-on pas que c’est
   volontairement qu’ils cherchent à changer les dogmes de notre foi, comme ils changent leurs
   habits et leurs coutumes ? Ils sont donc totalement mécontents de tout ce qui est ancien et ils
   veulent même, ces audacieux, ériger des lois contre l’enseignement du saint Esprit. Que n’ont-ils
   point touché la tradition? Qu’ont-ils laissé d’immuable?

   10) Quel était au commencement le pouvoir attribué aux prêtres ? N’avaient-ils pas seulement
   le pouvoir sur l’Esprit ? Si, mais il y a déjà longtemps que les prêtres papistes, eux, marient
   l’esprit avec la matière, l’Église avec la politique. Bien qu’ils écoutent cette parole évangélique
   “Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu”, eux ils s’approprient ce
   qui est à César et ce qui est à Dieu: le pouvoir sur les âmes et sur les corps. Étant en même
   temps, évêques et rois ou seigneurs, ils tiennent d’une main le bâton pastoral et de l’autre
   l’épée. Comme des centaures monstrueux et formés d’éléments divers, étant les deux la fois,
   ils deviennent des animaux fabuleux, mais justement ils ne sont ni l’un ni l’autre.
   Hélas, ceux qui sont désignés pour offrir à Dieu le sacrifice non sanglant, plongent leurs
   mains dans le sang humain en exerçant le pouvoir temporel. Dieu aimait bien David, et il dit à
   son sujet: “J’ai trouvé un homme proche de mon coeur, David mon serviteur”, mais il n’a pas
   accepté qu’il construise le Temple. C’est Salomon, le roi pacifique qui a été désigné pour cela.
   Et si, quelqu’un plonge ses mains dans le sang, il n’est pas jugé apte à construire le Temple
   matériel érigé par les hommes, il l’est d’autant moins à construire le Temple vivant et
   immatériel du Corps divin et humain tout ensemble. lequel des deux est le plus grand, le
   Temple ou le dit-on qui sanctifie le Temple?

   11) Mais qu’ont-ils laissé inchangé? les canons conciliaires permettent aux prêtres de se
   marier à une seule épouse (c’est-à-dire qu’en cas de veuvage, ils ne peuvent contracter un
   second mariage et continuer à exercer la prêtrise); mais les papistes ont interdit ce mariage!

   12) Les canons interdisent aux gens ayant commis un meurtre et aussi ceux qui ont commis
   le péché de la chair avant de devenir prêtres; mais les papistes passent outre.

   13) Pour des raisons de bon ordre et de dignité, la coutume louable veut que les prêtres se
   laissent pousser les cheveux et la barbe. Saint Clément d’Alexandrie a nommé cette coutume
   “sainte parure”. Chez les papistes, évêques et prêtres se rasent, même les moustaches et se
   présentent à nous comme la tête de l’Église latine, rasée.

   14) L’Église interdit d’ordonner plus d’un prêtre à la fois pendant la Liturgie, mais les papistes
   ordonnent pendant la même messe quinze prêtres ou plus.

   15) La tradition veut que les églises soient orientées vers l’Est, afin que les fidèles en priant,
   soient tournés vers ce côté, se souvenant de l’antique patrie d’où nous avons été expulsés.
   Eux, orientent leurs églises n’importe comment.

   16) Selon la tradition, l’église ne peut comporter qu’un seul autel et on ne peut célébrer
   plusieurs liturgies par jour. Chez eux, il y a plusieurs autels dans la même église, et ils
   célèbrent plusieurs messes par jour.

   17) Nous devons vénérer des icônes, non des simples peintures. Mais eux ils vénèrent aussi des
   statues sculptées.

   18) Nous représentons la très sainte vierge Marie sur les icônes avec une figure modeste et
   habillée de dignes vêtements. Les papistes, eux, en sculptant des statues en son honneur lui
   maquillent le visage, la coiffent avec des boucles, la revêtent de boucles d’oreilles, de colliers,
   de pierreries, l’habillent selon la mode européenne du monde. En ceignant, pour m’exprimer
   ainsi, l’irrépréhensible et très pure Mère de Dieu avec la ceinture du charme corporel, l’image
   de la Vierge est représentée par la venus impudique.

   19) Jamais l’Église des chrétiens du temps des apôtres jusqu’à maintenant ne s’est servie
   pendant la liturgie de trompettes, cithares, flûtes, harpes ou tambourins, ni d’aucune sorte
   d’instruments. Jamais l’Église n’a introduit dans ses services pendant le chant des hymnes des
   musiciens, des eunuques ou des acteurs de scène pour chanter la louange de Dieu. Mais les
   papistes, eux, avec tout cela, ont transformé leurs églises en théâtres.

   20) De même, si nous approfondissons bien le sujet, l’Église a ordonné avec prévoyance et
   sagesse que dans l’église les femmes se tiennent à une autre place que les hommes, afin de
   prévenir le scandale et le désordre qui se produisent souvent lorsque les deux sexes sont
   rassemblés. mais eux, de propos délibéré, s’opposent à ce bien fondé pour nous et rejettent
   cet ordre-là, ils approchent malgré la prière, le feu des étoupes si vite inflammables.

   21) Pensez rapidement à tous les autres points, à ces vénérables lois de l’Église qui
   interdisent:

   a) de se prosterner le dimanche, eux le font,
   b) de jeûner le samedi, eux le font,
   c) de manger de la viande le mercredi et le vendredi, eux ils en mangent
   d) de se marier à ceux qui sont parents de sang ou d’alliance au-delà du numéro où degrés,
   prescrits, eux consacrent ces mariages
   e) de donner la communion à ceux qui ont commis de graves péchés sans vraie pénitence,
   eux les acceptent à la communion.

   22) Le Christ a ordonné de communier à son Corps et son Sang en disant: “Prenez et
   mangez, prenez et buvez en tous”. Eux ne communient qu’au Corps.

   23) Et pour ne pas oublier le capital, l’immuable et inéchangeable mystère indispensable pour
   notre salut, je parle du Baptême, bien que les apôtres, les conciles et les pères de l’Église
   aient enseigné que ce sacrement soit conféré par trois immersions dans l’eau sanctifiée, les
   papistes, eux aspergent simplement ceux qu’ils baptisent avec un peu d’eau.

   24) De même, ils n’oignent pas ensuite le baptisé avec le chrême.
   De cette manière, ils baptisent simplement avec de l’eau et non pas avec le saint-Esprit.  
Comme ce baptême n’a pas tout ce qui constitue vraiment le baptême, ni les signes
   extérieurs des trois jours de la Mort et de la Résurrection du Christ, il n’apporte pas la
   perfection et la force du bain purificateur.

   Qui peut énumérer tout exactement? mais de ce qui précède n’importe qui en arrive à
   conclure que l’esprit de nouveauté et de mode a aveuglé ces trompeurs.
Donc mes frères, ils
   sont des guides aveugles, ne les suivez point afin que vous ne tombiez pas dans la fosse de la
   cacodoxie et de l’hérésie. Dans leur bouche siège l’esprit de mensonge et de tromperie.
   Ne donnez pas foi à leurs paroles, afin que vous ne soyez pas en danger. Vous avez une
   preuve visible de leurs mensonges et de leurs ruses, car ils enseignent le contraire de ce qui
   est établi par l’Esprit de vérité à travers ses serviteurs. Pensez à la punition de ce simple, naïf
   et crédule homme de Dieu dont nous apprenons le malheur dans le 3e livre des Rois
(ch. 3).
   En effet, nous voyons Dieu envoyer son serviteur pour interroger le roi Jéroboam, lui donnant
   l’ordre de ne pas manger, ni boire, ni se détourner de son chemin. mais un vieux faux
   prophète qui habitait Béthel l’apprenant, courut à sa rencontre et lui dit: “Viens, moi aussi je
   suis prophète comme toi. Un ange du seigneur m’a parlé comme à toi et il m’a transmis l’ordre
   de t’amener chez moi, et de te donner à manger. Viens avec moi, mange et bois”. Après bien
   de paroles, il le persuada et l’emmena.

   Et que se passa-t-il après?

   En revenant sur sa route, après tout cela, l’homme de Dieu transgresseur trouva
   aussitôt la juste punition de sa faute, puisqu’un fauve survient et le dévora, “le lion, le trouva
   sur son chemin et le dévora”.

   Fidèles de Dieu, serviteurs du Christ, apprenez donc de cet exemple à reconnaître les
   faux prophètes.

   Écoutez ceci : “Quiconque dit le contraire de ce que dit Dieu, lui est sûrement un faux
   prophète”; Dieu parle à travers son Église: “Jeûne, ne mange pas”, le faux prophète dit: “ne
   jeûne pas, mange”? Cela suffit. sans aucun doute, cet homme est un faux prophète. Dieu
   donne cet ordre : “Ne te détourne pas de ton chemin, mais continue tout droit”, lui le faux
   prophète cherche à vous en éloigner et vous emmener, par le moyen de sa parole sur son
   chemin à lui. Il n’y a pas besoin d’autres signes pour que vous le reconnaissiez. C’est un faux
   prophète, même s’il déclare être prophète lui aussi, ou avoir entendu l’ange du Seigneur lui
   parler. Laissez le discourir. Ne vous égarez pas du droit chemin, ne croyez pas ses paroles
   même si l’ange lui a parlé. Quiconque annonce une autre parole que celle annoncée par les
   apôtres avec l’accord de Dieu. Qu’il soit excommunié !


   Comment essaient-ils de nous attirer vers eux ?

   Ces apôtres de Rome essaient de nombreuses et de diverses façons d’arracher du sein
   de l’Église orthodoxe orientale ses enfants légitimes.
Il est possible de rassembler en trois
   groupes principaux ces moyens pour que vous puissiez y faire attention et vous en garder. Ils
   descendent donc dans l’arène avec:

   a) la force de la parole
   b) de belles promesses, ou
   c) la violence des menaces,
   d) le dialogue.

   Ainsi, ils essaient avec des arguments et des “preuves” de persuader, avec des dons et
   des bonnes œuvres, ils s’évertuent à vous attirer, avec des menaces à vous forcer de les
   rejoindre. mais vous, chers frères, restez fermes et invincibles devant les ennemis de votre
   âme et avec l’aide de Dieu, ils s’éloigneront de votre chemin, honteux et vains. Leurs paroles
   voleront dans l’air comme des plumes, leurs promesses rusées resteront sans effet, leurs
   menaces tomberont sans force. Quand ils viennent vers vous avec les armes de la parole et la
   force d’arguments savants, ne les admirez pas, tout savants qu’ils soient. En effet, qu’y a-t-il à
   admirer?

   Voyez plutôt: Arius était savant, Macédonius aussi, et tout autant Apollinaire.
   Pourtant malgré leur sagesse , ils ont blasphémé et ils sont devenus hérétiques!
   Platon, Aristocle, Epicure étaient des savants eux aussi, mais malgré leur sagesse, ils
   erraient comme des aveugles dans les ténèbres de l’idolâtrie et ne pouvaient que radoter par
   rapport à Dieu, sa Force, sa Providence, une multitude de sottises. D’autres nations de notre
   temps sont gérées par la sagesse, malgré cela, — et les latins sont d’accord avec nous à ce
   sujet — elles sont hérétiques. Pour ces adeptes de la sagesse humaine, la fosse de
   condamnation sera plus profonde, car ayant confiance en leur sagesse, ils sont devenus
   aveugles devant la vraie foi, se jugeant eux-mêmes savants par rapport à la vérité, ils se sont
   aveuglés misérablement.


   Quel est le point commun entre la sagesse humaine et la sagesse divine? La sagesse
   humaine est une sottise, une erreur et un non sens lorsqu’elle se sépare de la sagesse divine.
   La sagesse de Dieu qui est la vraie foi est la vraie sagesse, salutaire infaillible et droite. La
   sagesse de ce monde s’apprend dans les académies nouvelles, la sagesse de Dieu dans les
   livres des saints pères. la première avec l’intelligence aiguisée, l’autre avec la chaleur de l’âme
   pure et prédisposée. La première avec des raisonnements compliqués par divers arguments,
   l’autre avec un solide assentiment de la foi certaine.
   L’une avec la recherche curieuse et la comparaison, l’autre avec la capture paisible et facile
   de l’intelligence.


   Pourquoi les uniates essaient-ils de nous persuader par le dialogue ?
   Nous et nos pères et aussi leurs pères à eux, dès le début n’ont pas acquis la foi par le
   dialogue, mais l’ont proclamée par révélation. pourquoi s’empressent-ils de nous éloigner des
   dogmes que le Christ nous a enseignés, que les apôtres ont proclamés, que les
   Conciles œcuméniques ont confirmés, que les pères ont expliqués et que l’Église sans y
   ajouter jamais, ni en soustraire un iota ou une virgule, a décrétés?
   La foi ne change pas avec le temps, ne se modifie pas avec les circonstances, elle ne se
   flétrit pas, mais elle reste toujours la même, vieille et jeune à la fois. Pourquoi osent-ils, ces
   nouveaux théologiens, les papistes, modifier l’immuable?

   Nous savons en ce qui concerne les idées que plus elles sont nouvelles, plus elles sont
   entachées d’erreur, plus elles sont antiques, plus elles sont authentiques et certaines, tout
   comme la rivière lorsqu’elle est loin de la source ne charrie qu’une eau sale et trouble. Alors à
   son amont elle est pure et limpide. Ainsi les dogmes authentiques de la foi sont antiques. Nous
   ne pouvons pas laisser de côté saint Denys, saint Basile, Grégoire le Théologien, Chrysostome
   l’admirable et d’autres hommes inspirés de Dieu, les pères saints, réceptacles de l’Esprit-saint
   dont on ne saurait ignorer la sagesse et la sainteté pour suivre Thomas d’Aquin, Duns Scot et
   tant d’autres, qui nous sont complètement inconnus et sans gloire.
Même si nous n’avions pas
   d’autre preuve pour préférer les nôtres, celle-ci nous serait suffisante de savoir les pères et
   maîtres de notre Église en commun accord en ce qui concerne tous les dogmes. Ils ont tous
   les mêmes conceptions, n’ont aucune différence, mais constituent comme des notes diverses
   une harmonie parfaite dans l’Église, parce que la vérité est unique, il n’y a pas de dispute. Là
   où l’inspiration et l’énergie du saint-Esprit est, il y a accord. Par contre les théologiens et les
   maîtres latins se disputent et se confrontent à plusieurs sujets. Chacun a une opinion propre.
   Chaque ordre a son système propre. Les thomistes, les scotistes, les jésuites, les uns ou les
   autres ont proclamé leurs doutes à propos des uns ou des autres. Autant de fois, ils méritent
   la malédiction parce que le mensonge a plusieurs visages, mais tous se rassemblent et ne
   forment qu’un.


   Nos théologiens sont comme les langues de feu de la Pentecôte, toutes proclament
   l’unique et même foi, les théologiens latins sont comme les langues du peuple de la tour de
   Babel, les unes criant “eau”, les autres criant “pierre”. Ils ne sont d’accord que sur un seul
   point, celui de mouvoir leur langue contre nous.

   Ils ne se servent de leur sagesse, ni pour ramener les nations égarées à la foi et au
   respect, ni pour éclairer les juifs aveugles ou l’arabe écervelé, ni pour détourner les hérétiques
   têtus, mais pour amener les vrais orthodoxes à adorer le pape et à les éloigner des saints
   dogmes qu’ils ont reçus et gardés comme la prunelle de leurs yeux du temps de leurs pères et
   depuis le début.

   Je sais qu’ils se servent aussi de la Bible et des saints pères pour “prouver” leurs
   prétendus dogmes. Frères, ne vous égarez pas. À l’extérieur, ils ressemblent à des agneaux
   mais à l’intérieur ce sont des loups et des lions. Ils essaient de prouver qu’ils parlent en accord
   avec la Bible et les saints pères, mais si nous examinons minutieusement ce qu’ils disent, nous
   trouverons qu’ils enseignent tout à fait le contraire. Aucun paradoxe à cela! Le diable lui-même,
   lorsqu’il essayait de tenter le Christ, le faisait à l’aide des versets bibliques. Suivant la
   Bible, il essayait de le détrôner, “prosterne-toi”, lui disait-il! De même ces nouveaux et jeunes
   théologiens vous parlent, frères, la Bible sous le bras, mais leur but est de vous emmener
   dans leur fosse. “Prosterne-toi,” disent-ils. Même les pharisiens parlaient au Christ de la Loi de
   Moïse, mais dans quel but ? Pour lui tendre un piège. Pareils à ces pharisiens, les papistes se
   sont séparés de leur mère l’Église, mais hypocrites, ils se réfèrent même aux canons des
   saints conciles. Pour quelle raison? pour vous tendre un piège. En fin de compte, tous les
   hérétiques essaient d’établir leur hérésie avec des paroles saintes.

   Pareillement, même un athée, pourrait avec une sentence de la Bible se justifier en
   prenant dans les psaumes ce passage “Dieu n’existe pas” en oubliant ce qui succède, c’est-à-dire
   “disait le sot” !!! Les nouveaux maîtres occidentaux pratiquent le même système. Ils se
   servent des Écritures, des canons conciliaires et des pères en grand nombre. Mais de quelle
   manière? Pour certaines sentences, ils se taisent, ils en omettent d’autres, les détournent et
   les modifient, pour les nouveaux maîtres occidentaux pratiquent le même système. Ils se
   servent des Écritures, des canons conciliaires et des pères en grand nombre. Mais de quelle
manière? Pour certaines sentences, ils se taisent, ils en omettent d’autres, les détournent et
les modifient, pour d’autres encore, ils n’en comprennent même pas le début ne saisissant pas
la langue grecque.

   Que n’imaginent-ils pas ?
   Si une sentence d’un père réfute clairement leur dogme, nous verrons ces braves,
   agités et animés à répondre. C’est ici qu’entre en jeu la rapidité du cerveau, la finesse de la
   subtilité, la dialectique compliquée et le dialogue de sourd scolastique. Ici, les divisions et
   subdivisions sophistes et obscures qui troublent l’esprit et obscurcissent le cerveau. Ici les
   termes et les cris étranges et singuliers, étrangers à la sainte théologie, aux écritures et
   complètement étrangers aux phrases des saints pères …


   Tenez vous loin de ces bouches des ténèbres d’où sortent des flammes et des fumées
   obscures qui, en arrivant à leur but, brûlent ou obscurcissent les âmes élevées dans la piété.
   Tenez vous loin de ces outres d’Eole, d’où soufflent des enseignements semblables aux
   vents, destinés à déraciner les arbres plein de fruits de l’Église sainte et orthodoxe, ou pour
   causer aux fidèles qui naviguent sur la mer de la vie, un naufrage catastrophique. Apprenez,
   avec l’aide de notre Seigneur et Dieu à éviter ces diables qui, avec les Écritures données pour
   notre salut, cherchent à vous conduire à votre perte. Dites-leur vous aussi quand ils vous
   tentent “Retire-toi Satan, car par toi viens le scandale”.

   Que votre attention et votre surveillance ne soient pas moindre, mes frères, envers ces
   escrocs, quand ils vous approchent, la bouche pleine de miel pour vous parler ou quand ils
   octroient avec ruse des charités et des bienfaits pour vous accaparer, ou lorsqu’ils font des
   promesses pour vous attirer.
   Il n’y a pas d’ennemis plus redoutable que celui qui se prétend votre ami.. Il n’y a pas
   de guerre plus terrible et plus dangereuse que celle qui, avec l’espoir de la liberté, amène à la
   tyrannie.

   Croyez-moi, les latins ont attiré vers eux plus d’orthodoxes par les dons que par le
   dialogue. Je vous le dis, ils en ont attiré vers eux un plus grand nombre avec la flatterie, les
   promesses, les bienfaits, la charité, les dons matériels, le confort, la volupté et l’espoir qu’avec
   les paroles et la catéchèse. En témoignent Antioche, Alexandrie, plusieurs villes de Syrie, des
   îles de la mer Egée, où ils ont dépensé beaucoup d’argent. Rome a augmenté le nombre des
   papistes, assemblant les fidèles comme des mercenaires.
Ils n’ont pu ailleurs amener
   l’empereur de Constantinople, le patriarche et tant d’autres évêques à Florence pour le traité
   d’union de deux Églises fausses et sans fondement, que par la promesse et l’espoir de les
   aider dans leur guerre contre les Barbares.
Ils n’auraient pu attirer de leur côté le cupide et
   ambitieux et philosophe évêque Bessarion, si ce n’est par la pourpre de cardinal !


Après avoir lu et médité sur cette "épître" DEVASTATRICE et INSIDIEUSE, mon esprit s'est senti très mal et ma tête n'a pas été capable de penser clairement. Je suis entré dans ma chambre et j'ai demandé humblement à Dieu Notre-Seigneur dans la prière pour me donner des lumières et de la sagesse pour discerner la vérité de l'erreur et être courageux et faire profession de ma sainte foi catholique avec fierté et la fermeté. Cette nuit-là, je pouvais à peine dormir, je l'avoue.
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Jeu 06 Sep 2018, 4:19 am

Mi respuesta a la destructiva "epístola" del arzobispo ortodoxo que Böhmler me envío (viernes 6 de julio):

Javier a écrit:Apreciado Andreas:

Acabo de leer el texto que me enviaste el otro día. Francamente, me encuentro en estado de "shock"... No sé qué puedo decirte.

Resulta evidente que tú simpatizas (y probablemente abraces también) con la causa de los cristianos ortodoxos y su desconfianza hacia Roma y los latinos, ¿me equivoco? Andreas, ¿qué puedo decir? No me cabe en la cabeza una reformulación de lo poco que sé, a uno siempre le enseñaron que los ortodoxos estaban en el error y que eran cismáticos. Comprende, por tanto, mi confusión actual y dígnate esclarecerme más todo esto, porque ahora mismo no encuentro argumentos para decir nada.

¿Entonces los que no somos ortodoxos hemos estado equivocados durante tantos siglos?... ¿Entonces el Papado no fue establecido por Ntro. Señor Jesucristo?... ¿Entonces las diversas órdenes religiosas no valen nada?... Por amor de Dios, Andreas, te ruego me aclares todo esto, porque me has dejado el espíritu bien agitado e intranquilo, y esta desazón me produce una tremenda tristeza.


¡Que Jesús y María Santísima se apiaden de nosotros !


Un siervo inútil de Dios.
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Jeu 06 Sep 2018, 7:33 am

Ma réponse à la "lettre" destructrice de l'archevêque orthodoxe que Böhmler m'a envoyée (vendredi 6 juillet):


   Javier à écrit:

   Cher Andreas:

   Je viens de lire le texte que vous m'avez envoyé l'autre jour. Franchement, je suis dans un état de "choc" ... Je ne sais pas ce que je peux vous dire.

   Il est évident que vous sympathisez avec la cause des chrétiens orthodoxes et leur méfiance à l’égard de Rome et des Latinos, et que vous y adhérez probablement, est-ce que je me trompe? Andreas, que puis-je dire? Je ne peux pas penser à une reformulation du peu que je sais, on a toujours appris que les orthodoxes étaient dans l'erreur et qu'ils étaient schismatiques. Comprenez donc mon désarroi et ma confusion actuels pour clarifier tout cela, car pour l'instant je ne trouve pas d'arguments pour dire quoi que ce soit.

Donc, nous qui ne sommes pas orthodoxes, nous nous trompons depuis tant de siècles? ... Donc, la papauté n'a pas été établie par Notre-Seigneur Jésus-Christ? ... Donc, les divers ordres religieux sont sans valeur? ... Pour l'amour de Dieu, Andreas, je vous prie de clarifier tout cela, car vous avez laissé mon esprit bien agité et inquiet, et ce malaise produit une immense tristesse.


Que Jésus et Marie Très Sainte aient pitié de nous !


Un serviteur de Dieu.
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Roger Boivin le Jeu 06 Sep 2018, 7:59 am

Louis a écrit:Bonjour Javier,

Pour complément d’information sur le schisme grec, consultez les liens suivants :

II. La préparation du schisme :
________________________________________

https://archive.org/stream/dictionnaireapol02ales#page/174/mode/1up

III. La consommation du schisme :
________________________________________

https://archive.org/stream/dictionnaireapol02ales#page/178/mode/1up


Bien à vous.

http://messe.forumactif.org/t8198-le-schisme-orthodoxe-besoin-d-explications#145230
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11217
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Roger Boivin le Jeu 06 Sep 2018, 8:03 am

Louis a écrit:Ce qui va dans le même sens que S.S. Eugène IV:

"Il faut tenir DE FOI QUE PERSONNE NE PEUT ÊTRE SAUVÉ HORS DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE APOSTOLIQUE ET ROMAINE, QUE CELLE-CI EST LA SEULE ARCHE DE SALUT; CELUI QUI N'Y SERA PAS ENTRÉ, PÉRIRA DANS LE DÉLUGE. Cependant il faut tenir également pour "certain" que ceux qui souffrent de l'ignorance de la vraie religion, si cette ignorance est invincible, ne sont pas rendus coupables de ce fait aux yeux de Dieu. Qui pourrait maintenant se targuer de pouvoir délimiter les limites d'une telle ignorance selon le genre et la variété des peuples, des régions, des esprits et de tant d'autres nombreuses conditions? Lorsque, dégagés de nos liens corporels, nous verrons Dieu tel qu'il est, nous comprendrons bien par quel lien étroit et magnifique se tiennent unies la miséricorde et la justice divine; mais tant que nous demeurons sur la terre, appesantis par cette matière morte qui aveugle l'âme, tenons fermement ce qu'enseigne la doctrine catholique: "qu'IL N'Y A QU'UN DIEU, QU'UNE FOI, QU'UN BAPTÊME"(Éph. IV, v. 5). Il N'EST PAS PERMIS A NOTRE RECHERCHE DE S'AVANCER PLUS LOIN."
________________________________________________________________________

Encyclique"Singulari quadam" , 9 décembre 1854, Pie IX - D.B. 1646-7, pp. 415-416.

http://messe.forumactif.org/t6957-les-chretiens-orthodoxes-vont-ils-tous-en-enfer#126167
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11217
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Javier le Jeu 06 Sep 2018, 10:44 am

Muchas gracias por insertar esos enlaces tan oportunos, mi querido Roger.

En efecto, en ellos tenemos la prueba y los argumentos suficientes para rebatir los sofismas y las falsedades de los heréticos ortodoxos. Confieso que cuando mantuve el intercambio de mensajes con Böhmler, yo aún no tenía a mi disposición todos esos argumentos tan sólidos y autorizados para hacer frente a la avalancha de barbaridades y afirmaciones erradas y erróneas que aquel astuto personaje me estaba enviando con el pérfido propósito de confundirme, pero ahora sí que los tenemos a nuestra disposición, gracias a Dios y a nuestro muy querido foro TE DEUM.

Voy a proceder a publicar los últimos mensajes de mi correspondencia con este funesto y siniestro manipulador. El final tenso y dramático que se avecina era prácticamente inevitable, pero la defensa del honor de la Iglesia y de mi Fe católica eran más importantes que cualquier respeto humano.

¡VIVA NUESTRA SANTA MADRE LA IGLESIA CATÓLICA!
avatar
Javier

Nombre de messages : 2040
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas Böhmler propage l'hérésie orthodoxe et méprise l'Église catholique.

Message  Monique le Jeu 06 Sep 2018, 11:39 am

Javier a écrit:Muchas gracias por insertar esos enlaces tan oportunos, mi querido Roger.

En efecto, en ellos tenemos la prueba y los argumentos suficientes para rebatir los sofismas y las falsedades de los heréticos ortodoxos. Confieso que cuando mantuve el intercambio de mensajes con Böhmler, yo aún no tenía a mi disposición todos esos argumentos tan sólidos y autorizados para hacer frente a la avalancha de barbaridades y afirmaciones erradas y erróneas que aquel astuto personaje me estaba enviando con el pérfido propósito de confundirme, pero ahora sí que los tenemos a nuestra disposición, gracias a Dios y a nuestro muy querido foro TE DEUM.

Voy a proceder a publicar los últimos mensajes de mi correspondencia con este funesto y siniestro manipulador. El final tenso y dramático que se avecina era prácticamente inevitable, pero la defensa del honor de la Iglesia y de mi Fe católica eran más importantes que cualquier respeto humano.

¡VIVA NUESTRA SANTA MADRE LA IGLESIA CATÓLICA!


Merci beaucoup d'avoir inséré des liens aussi opportuns, mon cher Roger.

En fait, en eux, nous avons la preuve et des arguments suffisants pour réfuter les sophismes et les mensonges des hérétiques orthodoxes. J'avoue que lorsque j'ai gardé l'échange de messages avec Böhmler, je n'avais toujours pas tous les arguments si solides et autorisés pour faire face à l'avalanche d'atrocités et de déclarations erronées que ce personnage rusé m'envoyait dans le but perfide de confondez-moi, mais maintenant nous les avons à notre disposition, grâce à Dieu et à notre très cher forum TE DEUM.

VIVRE NOTRE SAINTE MÈRE L'ÉGLISE CATHOLIQUE!
avatar
Monique

Nombre de messages : 6536
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum