L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Aller en bas

L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:48 pm



L'INTEGRALISME


Nous avons déjà signalé, en quelques phrases rapides, ce sujet d'actualité. Il nous paraît opportun d'y revenir, et de faire de cette erreur plus nouvelle peut-être par le nom que par la chose une étude spéciale, quoique succincte.

De tout temps, les esprits excessifs et impondérés se sont sentis à la gêne dans les cadres réguliers de la croyance ou de la croyance ou de la vérité catholique. Pour combattre de faux systèmes contraires aux doctrines orthodoxes, on s'est jeté en d'autres système également entachés d'erreurs. Eutychès, dans son souci de faire échec à l'idée nestorienne de deux personnes en Jésus-Christ, enfanta l'hérésie opposée qui mêle et confond la nature divine et la nature humaine du Sauveur. Le fatalisme n'a été que le contre-pied du pélagianisme. D'une réaction profonde contre l'idéalisme sont nées, dans l'âge moderne, les théories grossières d'un matérialisme varié et très répandu, et dont noua constatons chaque jour les ravages.

La tendance à élargir au delà des bornes permises le concept de la foi, et la tendance contraire à rétrécir injustement les limites du dogme catholique, se retrouvent au fond d'un grand nombre de systèmes anciens. Ces deux mentalités, ou mieux ces deux formes d'erreur portent aujourd'hui les noms de libéralisme et d'intégralisme. Le libéralisme, avec toutes ses nuances, fleurit particulièrement dans le monde laïque. L'intégralisme s'est fait des adeptes surtout dans le monde ecclésiastique. Le premier a été l'objet de censures nombreuses et de discussions approfondies auxquelles, dans plusieurs de nos études antérieures, nous avons nous-même accordé une très large place. Le second, récemment condamné par Benoît XV, est moins connu. Nous avons cru qu'il pouvait être utile et à la cause du vrai et à la cause du bien, d'exposer fidèlement ce système, et de l'examiner tout à la fois dans son essence et dans ses méthodes.

* * *

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:51 pm


On appelle intégralisme la doctrine de ceux qui pour marquer leur genre de foi, et le différencier de toute autre profession de foi religieuse, prennent pour enseigne le " catholicisme intégral ". Intégral : ce n'est qu'un mot sans doute 1 ; mais nous savons par l'histoire de l'Eglise, et par le récit de ses démêlés avec l'hérésie, que cette gardienne vigilante de la vérité n'a pas hésité à faire d un seul vocable qu'il fallait, ou maintenir, ou supprimer, l'enjeu des luttes les plus vives et le sujet des plus irrévocables décisions.

Depuis quelques années, un groupe d'hommes qui, selon l'antique formule, remerciaient Dieu de n être point comme les autres hommes, et se glorifiaient du nom de " catholiques intégraux " faisait en Europe et jusqu'en Amérique grand tapage. Si l'on refusait de s'enrégimenter dans la nouvelle école, on s'exposait à voir son nom couvert d'injures et sa foi mise en suspicion. Dès son accession au trône pontifical, Benoît XV perçut le danger de cette scission des âmes créée par une déviation des esprits, et c'est pourquoi, dans sa première encyclique au peuple chrétien 2, il dénonça les prétentions intégralistes comme "contraires à la vérité et à l'équité."

L'intégralisme repose sur une notion gravement erronée de la foi. C'est ce que le Pape démontre en quelques paroles sommaires et décisives :

La foi catholique, dit-iI 3, est d'une nature telle qu on ne peut rien lui ajouter, rien lui retrancher ; ou on la possède toute entière, ou on ne la possède pas du tout. " Telle est la foi catholique ; quiconque n'y croirait pas avec fidélité et fermeté, ne pourrait être sauvé " 4. Il n'est pas besoin de qualificatifs pour signifier la profession du catholicisme. A chacun il suffit de dire : " Chrétien " est mon nom, " catholique " mon prénom.


______



1, " Qu'on ne s'y méprenne pas. La question est plus haute qu'une simple question de vocabulaire. Elle intéresse la rectitude des idées dans un grand nombre d'esprits "(Etudes, t. CXLII, p.112).

2. EncycL Ad beatissimi apostolorum du 1er nov. 1814

3. Ibid.

4. Symbol. Athanas.


(Souligné par moi)


Dernière édition par Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 1:30 pm, édité 2 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:52 pm


Avec saint Thomas d'Aquin, pénétrons plus avant dans le concept théologique de la foi ; nous verrons mieux combien l'enseignement de Benoît XV s'accorde avec les principes les plus sûrs et les conclusions les plus rigoureuses de la doctrine catholique.

Saint Thomas distingue deux objets de la foi : l'objet matériel composé des choses mêmes que nous croyons ou de l'ensemble des vérités révélées par Dieu, et l'objet formel qui n'est autre que la vérité première ou l'autorité de Dieu révélant. Et si, du côté de son objet matériel, la foi peut admettre des sections et des partitions, l'objet formel de cette vertu, ce qui lui imprime son caractère essentiel et constitutif, n'en souffre pas, mais consiste dans un élément simple et une perfection indivisible. D'où l'angélique docteur conclut que, de même qu'un chrétien véritable doit croire tous les articles de foi (sans que, s'il les croit, il y ait place en lui pour une foi tronquée ou non intégrale), ainsi un véritable hérétique ne peut avoir le la vraie foi même la moindre parcelle. Citons le texte du saint docteur 5 :

L'hérétique qui refuse de croire un article de foi, n'a plus, par cela même, ni la foi formée, ni la foi informe, par la raison que l'espèce de toute habitude se prend de la raison formelle de son objet ; de telle sorte que, celle-ci étant détruite, l'habitude ne peut plus subsister. Or, l'objet formel de la foi est la vérité première, telle qu'elle est manifestée par les saintes Ecritures et par la doctrine de l'Eglise, qui émane de la vérité première elle-même. Par conséquent, quiconque n'embrasse pas, comme règle infaillible et divine de la foi, la doctrine de l'Eglise, émanant de la vérité première manifestée dans les saintes Ecritures, celui-là n'a pas l'habitude de la foi ; et, s'il y a en lui certaines choses du domaine de la foi, elles y sont autrement que par l'effet de cette vertu. C'est ainsi que quelqu'un qui aurait dans son esprit une conclusion, sans connaître le moyen qui sert à la démontrer, n'aurait pas la science de cette conclusion ; elle ne serait en lui qu'à l'état d'opinion. Or il est évident que celui qui adhère à la doctrine de l'Eglise comme à la règle infaillible de la foi, adhère, par le fait même, à toutes les vérités que l'Eglise enseigne ; et qu'au contraire en embrassant les unes et rejetant les autres comme bon lui semble, il adhère à sa propre volonté, et nullement à la doctrine de l'Eglise comme à la règle infaillible de la foi. Il est donc évident aussi que l'hérétique qui nie obstinément un article de foi, n'est pas disposé à se conformer en tout à l'enseignement de l'Eglise ; je dis obstinément, parce que, s'il n'y a pas d'obstination, il erre simplement, mais il n'est pas hérétique. Donc un hérétique qui me obstinément un article de foi, n'a pas la foi à l'égard des autres articles ; ils ne sont chez lui qu'une opinion à laquelle il lui plaît de s'arrêter.


______


5. Som. théol, II-II, Q. v, art. 3 (trad. Lachat).

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:53 pm


L'intégralisme, d'ailleurs, pour qui se rend bien compte de sa portée logique, entraîne des conséquences vraiment inadmissibles.

Il suivrait d'abord de cette théorie que les Papes, les conciles, les docteurs, aux yeux de qui l'épithète " catholique " a toujours suffi pour désigner la religion enseignée par le Christ et professée par son Eglise, n'auraient su proposer aux fidèles, comme marque distinctive habituelle, qu'une étiquette fautive ou une appellation incomplète.

Il résulterait de là également que la catholicité de l'Eglise (selon une juste remarque du chanoine Gaudeau 6), et même, ajouterons-nous, son apostolicité, seraient infirmées et en elles-mêmes et dans leur preuve. Les nouveautés de mots introduisent aisément des confusions et des innovations de doctrine. C'est par l'universalité, dans l'espace et dans le temps, d'une même société religieuse toujours identiquement dénommée, que les théologiens établissent les deux notes essentielles qui distinguent l'Eglise du Christ, catholique et apostolique, des Eglises purement humaines, et dépourvues de ce double caractère.


______


6. La Foi catholique, 25 mai 1914.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:56 pm


Une troisième conséquence de l'intégralisme, c'est que l'on pourrait être strictement et essentiellement catholique sans adhérer à toutes les définitions dogmatiques de l'Eglise, et sans accepter toutes les décisions rendues par elle du haut de son magistère ou de son tribunal suprême : ce qui répugne au sens commun, non moins qu'à la raison théologique.

L'argument de l'encyclique, font observer à bon droit les Etudes 7, s'a'pplique en premier lieu aux questions rigoureusement dogmatiques où la négation formelle d'un seul article de nos croyances est toujours une hérésie, essentiellement incompatible avec la foi catholique. Proportion gardée, le même argument s'appliquera aux vérités connexes avec le dogme qui sont imposées à notre adhésion par l'enseignement infaillible de l'Eglise sous peine d'erreur théologique. L'argument s'appliquera enfin aux décisions elles-mêmes d'ordre doctrinal ou disciplinaire, qui ne prétendent pas à l'infaillibilité, mais qui imposent à la conscience chrétienne, sous peine d'insubordination ou de témérité, un devoir plus ou moins strict d'obéissance à l'égard de l'autorité religieuse. — En toutes ces matières l'exacte obéissance au magistère de l'Eglise n'est pas seulement exigible des catholiques qui prennent le titre supplémentaire d'intégraux, mais de tous les croyants, quels qu'ils soient, qui veulent être en règle avec les devoirs que comporte et qu'impose le titre pur et simple de catholiques.


______


7. Tom. cit., p. 113.
* * *

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:57 pm


Contraire à la vérité par les notions qui en forment l'essence, l'intégralisme blesse en même temps, par les méthodes dont il use, l'équité et la charité, et il devient aisément, pour ne pas dire fatalement, une source de discordes et un principe de haines parmi les catholiques.

L'expérience ne l'a que trop prouvé. Et la haute personnalité catholique du comte de Mun contre lequel les intégraux se sont si odieusement acharnés, est un exemple illustre du degré d'injustice et de malveillance où peut aboutir une doctrine qui n'est point celle de l'Eglise. Les Etudes le notent très opportunément 8 : " Le résultat inévitable de l'adoption habituelle du titre de catholiques intégraux par un groupe déterminé de catholiques était de jeter, par le fait même, quelque suspicion de tiédeur sur l'orthodoxie et le loyalisme des autres catholiques qui ne jugeaient pas opportun de prendre pour eux-mêmes ce vocable d'origine toute récente. " On s'est servi de cette cocarde pour anathématiser d'excellents chrétiens qui ne la portaient pas.

Il est sans doute permis de discuter loyalement certaines opinions émises par des catholiques, que l'on juge fausses ou peu sûres, d'essayer même, s'il y a lieu, de montrer les liens logiques, plus ou moins vrais, et plus ou moins visibles, que ces opinions peuvent avoir avec l'hérésie ou l'erreur officiellement condamnée. C'est une des fonctions légitimes et nécessaires de l'apologétique chrétienne. Mais prendre occasion de ces opinions pour marquer d'une note infamante celui qui, en toute bonne foi, les professe, et témoigne par ses paroles et par ses actes de son esprit d'entière soumission envers l'Eglise, est un procédé inéquitable et que le Pape réprouve.


______


8. End. cit.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 12:58 pm


Que nul particulier, dit Benoît XV 9, par la publication de livres ou de journaux, ou par des discours publics, ne s'érige en maître dans l'Eglise. . . a l'égard des questions où, sans détriment de la foi ni de la discipline, on peut discuter le pour et le contre, parce que le Saint-Siège n'a encore rien décidé, il n'est interdit à personne d'émettre son opinion et de la défendre ; mais que dans ces discussions on s'abstienne de tout excès de langage qui pourrait offenser gravement la charité, que chacun soutienne son avis librement, mais qu'il le fasse avec modération et ne croie pas pouvoir décerner aux tenants d'une opinion contraire, rien que pour ce motif, le reproche de foi suspecte ou de manquement à la discipline.

Ces paroles de Benoît XV ne font que confirmer les règles déjà tracées par l'autorité religieuse aux écrivains catholiques, règles de charité et de loyauté, qui leur imposent le devoir de ne pas chercher systématiquement à restreindre le nombre des croyants, et à pousser hors de la frontière les fidèles qui n'ont pas perdu leur droit de cité dans l'Eglise. L'intransigeance sur les principes n'exclut ni la justice ni la bienveillance ; au contraire Rien n'est plus perfide ni plus vil que de s'embusquer derrière l'anonymat pour tirer sur des frères dans la foi. Dans une discussion avec des catholiques dont le dévouement à l'Eglise est connu et qui énoncent des propositions susceptibles d'être interprétées en bonne et en mauvaise part, l'Eglise demande que le sens favorable soit préféré ou, du moins, mis au crédit des contradicteurs. " Prendre en bonne part ce qui est ambigu, " tel est, d'après les Pères du Ve concile de Québec, l'un des devoirs de toute plume vraiment catholique. L'intégralisme pousse l'écrivain vers des procédés tout autres.


_______


9. Encycl. cit.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 1:01 pm


L'esprit intégraliste, par une pente naturelle, est exclusif et fauteur de coteries 10. Il fait celui qui en est imbu, inconsciemment peut-être, se replier sur lui-même et sur un groupe fermé de rares adeptes. Il tend à le rendre violent, déloyal, obstiné 11, haineux même et calomniateur 12.

Il le porte à rechercher jusque dans l'ombre des conventicules politiques des alliances secrètes et des sympathies fructueuses. 13 Il lui dicte parfois les audaces les plus traîtresses et les plus fallacieuses insolences. Il est tout l'opposé de l'esprit de Jésus-Christ qui s'attache à la doctrine pour la faire admirer et la faire aimer, qui s'emploie à rallier, au lieu de les diviser, les forces catholiques, qui se fait un scrupule d'élever au-dessus de la poussière des routes et de la boue des partis la frange même du vêtement sacré de l'Eglise, et qui ne montre de souci que pour l'extension du règne de Dieu et le triomphe des miséricordes divines dans les âmes.

L'intégralisme, comme doctrine, paraît mort ou rentré sous terre 14 ; mais, comme méthode, il subsiste et continue, en certains milieux, de s'afficher au grand jour. Puisse cet esprit outré, partial et, dans le fait, antichrétien, faire bientôt place à un esprit plus digne et à des procédés plus loyaux ! C'est le vœu que nous formons en terminant cette étude, et que nous mettons sous le patronage de l'éminent prince de l'Eglise dont les paroles suivantes, très fermes et très claires, résument et justifient nos propres remarques 15 :

Pour protéger l'âme de l'Eglise et pour maintenir l'union si nécessaire des esprits dans la même foi et des cœurs dans la même charité, le Saint-Père proscrit l'usage, récemment introduit dans la profession du catholicisme, de certaines nouveautés de mots, lesquelles entraînent des nouveautés de doctrine, faussent ou rétrécissent le concept de la foi, et sèment la division dans les rangs de l'armée catholique. Chrétien et catholique, que ce soit là notre nom et notre surnom : cela suffit. Et dès lors que nos frères croient ce que l'Eglise enseigne, et qu'ils réprouvent ce qu'elle condamne, et qu'ils observent ce qu'elle prescrit, personne n'a le droit, au nom de la foi catholique, ni dans les livres, ni dans les journaux, de suspecter leur orthodoxie et de mettre en doute leur obéissance.


______


10. Cf. Chan. Gaudeau, art. cit.

11. Après la condamnation de leur système par Benoît XV, on a vu des intégraux, — peu nombreux heureusement, — pousser l'effronterie jusqu'à tenter d'exploiter en leur faveur le langage du Pape qui les condamnait.

12. Voir (Circulaire au clergé, 29 janv. 1907, n. III) une juste et ferme protestation élevée par S. G. Mgr L.-N. Bégin, contre les propos dénigrants d'un prélat français à l'endroit du regretté Cardinal Taschereau. — Ce prélat est celui-là même qui eut un jour, nous l'avons dit plus haut, l'inqualifiable présomption de reprocher publiquement à Léon XIII l'acte le plus glorieux de son pontificat, la restauration des doctrine thomistes, lesquelles constituent, au témoignage des trois derniers Papes, la digue intellectuelle la plus forte contre le torrent des erreurs modernes. L'histoire verra là avec regret, tout à la fois, une manifestation malheureuse d'esprit intégraliste réfractaire aux directions doctrinales qui le contrarient, et un acte de libéralisme gallican et cartésien.

13. Chan. Gaudeau, ibid.

14. En réalité, il n'est pas mort tout à fait ; puisqu'un ouvrage publié eu France il y a quelques mois ose encore se présenter au public sous l'étiquette prohibée de " catholicisme intégral. " La marchandise, en maintes pages, vaut l'étiquette elle-même.

15. Card. Bégin, Mandement du 21 dé. 1914.


Source :

ÉTUDES ET APPRÉCIATIONS - FRAGMENTS APOLOGÉTIQUES - Mgr L.-A. Paquet - 1917 -

L'INTÉGRALISME : https://archive.org/stream/cihm_79584#page/n349/mode/2up


Dernière édition par Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 3:43 pm, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 1:33 pm

Roger Boivin a écrit:
Benoît XV perçut le danger de cette scission des âmes créée par une déviation des esprits, et c'est pourquoi, dans sa première encyclique au peuple chrétien 2, il dénonça les prétentions intégralistes comme "contraires à la vérité et à l'équité."

L'intégralisme repose sur une notion gravement erronée de la foi. C'est ce que le Pape démontre en quelques paroles sommaires et décisives :

La foi catholique, dit-iI 3, est d'une nature telle qu on ne peut rien lui ajouter, rien lui retrancher ; ou on la possède toute entière, ou on ne la possède pas du tout. " Telle est la foi catholique ; quiconque n'y croirait pas avec fidélité et fermeté, ne pourrait être sauvé " 4. Il n'est pas besoin de qualificatifs pour signifier la profession du catholicisme. A chacun il suffit de dire : " Chrétien " est mon nom, " catholique " mon prénom.


______



1, " Qu'on ne s'y méprenne pas. La question est plus haute qu'une simple question de vocabulaire. Elle intéresse la rectitude des idées dans un grand nombre d'esprits "(Etudes, t. CXLII, p.112).

2. EncycL Ad beatissimi apostolorum du 1er nov. 1814

3. Ibid.

4. Symbol. Athanas.

Si quelqu'un trouve cette Encyclique, ce serait bienvenue. Merci.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  ROBERT. le Dim 01 Avr 2018, 2:44 pm

.
Merci Roger.  Quelle est la différence entre intégralisme et intégrisme ?
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34019
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  Roger Boivin le Dim 01 Avr 2018, 4:36 pm

ROBERT. a écrit:.
Merci Roger.  Quelle est la différence entre intégralisme et intégrisme ?

Sais pas. Sans doute qu'en ce texte de Mgr Paquet, condamne-t-on le fait d'ajouter un qualificatif au mot catholique ; et surtout de s'en servir contre quiconque, sur ce qui n'est que du domaine de l'opinion, ne se rangeait pas de l'avis de ceux qui se disaient  catholiques intégralistes :


" Le résultat inévitable de l'adoption habituelle du titre de catholiques intégraux par un groupe déterminé de catholiques était de jeter, par le fait même, quelque suspicion de tiédeur sur l'orthodoxie et le loyalisme des autres catholiques qui ne jugeaient pas opportun de prendre pour eux-mêmes ce vocable d'origine toute récente. " On s'est servi de cette cocarde pour anathématiser d'excellents chrétiens qui ne la portaient pas.
http://messe.forumactif.org/t8137-l-integralisme-erreur-contraires-a-la-verite-et-a-l-equite-mgr-paquet-1917#144402
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11298
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'INTEGRALISME, erreur "contraires à la vérité et à l'équité." (Mgr Paquet - 1917)

Message  ROBERT. le Dim 01 Avr 2018, 4:56 pm

.
Merci Roger. Ça éclaire ma lanterne... sunny     Wink
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34019
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum