Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Aller en bas

Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Mar 06 Mar 2018, 5:15 pm

Bonjour à tous,

La question suivante a été tirée de la Somme de saint Thomas d’Aquin : Ia QUESTION XXXVI. DE LA PERSONNE DE L'ESPRIT-SAINT.
___________________________________________________________

Référence : La Somme Théologique de saint Thomas, par l’abbé Drioux, tome 2, Librairie Bélin, Paris, 1853, Paris.

Comme toujours, j’éditerai ce fil pour compléter ce message et y déposer des liens en vue de faciliter la consultation et pour ne pas surcharger le texte.  

Question XXXVI :

DE LA PERSONNE DE L'ESPRIT-SAINT.

Art.1. — Le nom d'Esprit-Saint est-il un nom propre a une personne divine?
Art.2. — L’Esprit-Saint procède-t-il du Fils ?
Art.3. — Le Saint-Esprit procède-t-il du Père par le Fils ?
Art.4. — Le Père et le Fils sont-ils un seul principe de la procession de l’Esprit-Saint ?


Bien à vous.  

Bonne et pieuse lecture à tous.


Dernière édition par Louis le Mer 14 Mar 2018, 7:53 am, édité 6 fois

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Mer 07 Mar 2018, 7:23 am

Ia

QUESTION XXXVI.

DE LA PERSONNE DE L'ESPRIT-SAINT.

Après avoir parlé du Père et du Fils, nous devons maintenant examiner ce qui regarde l'Esprit-Saint qui porte non-seulement ce nom, mais qui est encore appelé Amour et Don de Dieu. — A l'égard de l'Esprit on doit se faire quatre questions : 1º Le nom d'Esprit-Saint est-il un nom propre à une personne divine? —  2º Cette personne divine qu'on appelle Esprit-Saint procède-t-elle du Père et du Fils? — 3º Procède- t-elle du Père par le Fils? — 4° Le Père et le Fils sont-ils un seul et même principe de l'Esprit-Saint?



ARTICLE 1.— Le nom d'Esprit-Saint est-il un nom propre a une personne divine (1)?

DIFFICULTÉ: 1. Il semble que le nom d'Esprit-Saint ne soit pas un nom propre à une personne divine. Car tout nom qui est commun aux trois personnes n'est pas propre à l'une d'elles.

Or, le nom d’ Esprit-Saint est commun aux trois personnes. En effet, saint Hilaire prouve (De Trin. lib. VIII) que par Esprit de Dieu on entend dans les saintes Ecritures, tantôt le Père, comme dans ce passage où il est dit : L'Esprit du Seigneur est sur moi (Is. LXI, 1), tantôt le Fils, comme lorsque Jésus-Christ dit lui-même : Je chasse les démons par l'Esprit de Dieu (Matth. XII, 28), voulant montrer qu'il les chassait par la puissance de sa nature, tantôt l'Esprit-Saint, comme dans ces paroles : Je répandrai de mon Esprit sur toute chair (Joël, II, 28).

Donc le nom d'Esprit-Saint n'est pas un nom propre à l'une des personnes divines.

SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, que si l'on décompose le nom d'Esprit-Saint, et qu'on prenne à part chacun des mots dont il est formé, on trouvera qu'il est commun à la Trinité tout entière. En effet, le mot esprit signifie l'immatérialité de la substance divine. L'esprit corporel étant invisible, et ne renfermant presque pas de matière, nous nous sommes emparés de ce mot pour l'appliquer aux substances invisibles et immatérielles. Le mot saint exprime la pureté de la bonté divine. — Mais si on ne décompose pas ce nom, et qu'on en fasse, pour ainsi dire, un seul mot, l'Eglise a l'usage de signifier par là une des trois personnes divines, celle qui procède de l'amour pour les raisons que nous avons données (in corp. art.) (1).

DIFFICULTÉ: 2. . Les noms des personnes divines, dit Boëce (De Trin.), sont relatifs. Or, le nom d’Esprit-Saint n'est pas un nom relatif. Donc ce n'est pas un nom propre à une personne divine.

SOLUTION : 2. Il faut répondre au second, que, quoique le nom de l’Esprit-Saint ne soit pas un nom relatif, on le prend dans ce sens du moment où on lui fait signifier une personne qui n'est distincte des autres que par la relation. On peut cependant entendre ce nom dans un sens relatif, si par Esprit-Saint on entend la spiration passive (spiritus-spiratus).

DIFFICULTÉ: 3. Le nom de Fils étant le nom d'une personne divine, on ne peut pas dire qu'il est le Fils de celui-ci ou de celui-là. Or, on dit que l'Esprit appartient à tel ou tel individu. Car le Seigneur dit à Moïse : Je recevrai de votre esprit et je leur donnerai (Num. XI, 17). Et ailleurs : L'esprit d’Elie se reposa sur Élisée (IV. Reg. II, 15). Donc l'Esprit-Saint ne semble pas être le nom propre d'une personne divine.

SOLUTION : 3. Il faut répondre au troisième, que par le nom de Fils on ne comprend que la relation qu'il a avec son principe qui est le Père, tandis que par le nom de Père on désigne une relation de principe en général (2). De même par le nom d'Esprit-Saint on comprend une certaine force motrice. Or, la créature ne peut être principe par rapport à une personne divine (3), mais une personne divine peut être principe par rapport aux créatures. C'est pour cette raison que nous pouvons dire : Notre Père, notre Esprit; mais que nous ne pouvons pas dire : Notre Fils.

CEPENDANT, saint Jean dit : Il y en a trois qui rendent témoignage au ciel, le Père, le Verbe et l'Esprit-Saint (I. Joan. V, 7), et saint Augustin se demandant qu'est-ce que ces trois? Il répond que ce sont trois personnes (De Trin. lib. VII, cap. 4). Donc l'Esprit-Saint est le nom d'une personne divine.

CONCLUSION : …
_______________________________________________________________________

(1) Les hérétiques qui ont nié la divinité de l’Esprit-Saint, ce sont les saducéens, qui n’admettaient l’existence d’aucun esprit; Valentin, qui confondait l’Esprit-Saint avec les anges; les montanistes, qui prenaient Montan lui-même pour l’Esprit-Saint; les sabelliens qui niaient la trinité des personnes; Eunomius, le chef des anoméens, qui faisait de l’Esprit-Saint une créature; Macédonius, qui nia directement la troisième personne de la sainte Trinité, et qui fut expressément condamné dans le second concile œcuménique; enfin les sociniens qui n’ont pas voulu reconnaître dans l’Esprit-Saint une personne divine. (1) Le mot Spiritus Sanctus n’a pas toujours été exclusivement affecté à la troisième personne de la sainte Trinité. Les anciens Pères, et même quelques-uns de ceux qui ont vécu après le concile de Nicée, l’ont appliqué au Fils. C’est ce qu’ont fait saint Barnabé ( Epist. Num. 6), Hermas (lib. III, simil. 5), saint Ignace (Epist. Ad Smyrn.), saint Justin (Apolog. II, Tatien ( Orat. Ad Græc. I), Tertullien (Apolog. ch. 21), saint Cyprien (De idolor. vanit., Lactance ( liv IV, ch. 6 et 8 ), etc. On a même accusé plusieurs d’entre eux d’être tombés dans l’erreur à propos de la sainte Trinité, par suite de la confusion d’idée qui est résultée de cette confusion de mots. —   (2) Par conséquent on le considère non-seulement comme le principe du Fils, mais encore comme le principe de toutes les créatures. (3) C’est pour cela  que nous ne disons pas Notre Fils.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Jeu 08 Mar 2018, 7:00 am

ARTICLE 1. — Le nom d'Esprit-Saint est-il un nom propre a une personne divine (1)?

SUITE

CONCLUSION : — Le nom d'Esprit-Saint est le nom propre de la personne divine qui procède de l'amour.

Il faut répondre que dans la Trinité il y a deux processions, mais que l'une d'elles, celle qui procède de l'amour, n'a pas de nom propre, comme nous l'avons observé (quest. XXVII, art. 4 ad 3). Par conséquent les relations qui se rapportent à cette procession sont également restées sans nom, comme nous l'avons dit aussi (quest. XXVIII art. 4). Pour la même raison, la personne qui procède ainsi n'a pas de nom propre. Mais l'usage ayant consacré pour exprimer ces relations les noms de procession et de spiration, bien qu'ils paraissent plus propres pour exprimer des actes notionnels que des relations, il a également autorisé l'emploi du mot Esprit-Saint pour signifier la personne divine qui procède de l'amour, et il parait en cela fondé sur le texte même des saintes Ecritures.

Il y a d'ailleurs deux raisons pour justifier cet usage.

La première se déduit de ce que le Saint-Esprit est commun aux deux autres personnes. C'est saint Augustin qui la donne (De Trin. lib. v, cap. 11) : Le Saint-Esprit, dit-il, étant commun aux deux autres personnes, il peut donc prendre pour son nom propre ce qu'elles ont toutes deux de commun. Car le Père est Esprit et le Fils est Esprit; le Père est saint et le Fils est saint.

La seconde raison est prise de la signification propre du nom. En effet, le mot esprit (spiritus) paraît signifier dans le monde matériel un certain moteur qui donne l'impulsion. Ainsi, nous donnons ce nom au souffle et au vent. Or, le propre de l'amour est de mouvoir et de pousser la volonté de celui qui aime vers l'objet aimé. D'un autre côté, nous attribuons la sainteté à tout ce qui se rapporte à Dieu comme à sa fin. Il était donc convenable de donner le nom d'Esprit-Saint à la personne divine qui procède de l'amour par lequel Dieu s'aime.
_____________________________________________________________________

(1) Les hérétiques qui ont nié la divinité de l’Esprit-Saint, ce sont les saducéens, qui n’admettaient l’existence d’aucun esprit; Valentin, qui confondait l’Esprit-Saint avec les anges; les montanistes, qui prenaient Montan lui-même pour l’Esprit-Saint; les sabelliens qui niaient la trinité des personnes; Eunomius, le chef des anoméens, qui faisait de l’Esprit-Saint une créature; Macédonius, qui nia directement la troisième personne de la sainte Trinité, et qui fut expressément condamné dans le second concile œcuménique; enfin les sociniens qui n’ont pas voulu reconnaître dans l’Esprit-Saint une personne divine.  

A suivre :  Article 2.  L’Esprit-Saint procède-t-il du Fils ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Ven 09 Mar 2018, 7:00 am

ARTICLE 2.

L’Esprit-Saint procède-t-il du Fils (4)?

DIFFICULTÉ: 1. Il semble que l'Esprit-Saint ne procède pas du Fils. Car, d'après saint Denis, il ne faut pas avoir la témérité d'affirmer de la Divinité autre chose que ce qu'en disent les saintes Écritures (De div. nom. cap. 1). Or, dans les saintes Écritures il n'est pas dit que le Saint-Esprit procède du Fils, mais seulement du Père, comme on le voit dans ce passage de saint Jean : Je vous enverrai l'Esprit de vérité qui procède du Père (Joan. XV, 26). Donc l'Esprit-Saint ne procède pas du Fils.

SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, que nous ne devons affirmer de Dieu que ce que les Écritures nous en apprennent, non-seulement quant aux mots, mais encore quant au sens. Ainsi quoique l’Écriture ne nous dise pas littéralement que le Saint-Esprit procède du Fils, elle nous dit l'équivalent en d'autres termes, surtout dans ce passage de saint Jean où le Fils dit du Saint-Esprit : Il me glorifiera parce qu'il prendra de ce qui est à moi (Joan. XVI, 14).

D'ailleurs il faut avoir pour règle dans l'explication de la sainte Écriture d'entendre du Fils ce qui est dit du Père quand même il semblerait que le passage se rapporte exclusivement au Père. Il n'y a d'exception que pour ce qui les distingue l'un de l'autre suivant l'opposition de leurs relations. Par exemple, quand Notre-Seigneur dit : Personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père (Matth. XI, 27), il n'a pas voulu exclure le Fils comme s'il ne se connaissait pas lui-même. Ainsi donc, puisqu'il est dit que le Saint-Esprit procède du Père, quand même il y aurait qu'il ne procède que de lui seul, cette exclusion ne porterait pas sur le Fils, parce que, en tant que principe de l'Esprit-Saint, le Père et le Fils ne sont pas opposés. Il n'y a d'opposition entre eux que celle qui résulte de la relation de paternité et de filiation.

DIFFICULTÉ: 2. Dans le Symbole dressé au concile œcuménique de Constantinople, on lit (can.7) : Nous croyons au Saint-Esprit, Seigneur et vivifiant, qui procède du Père, et qu'on doit adorer et glorifier avec le Père et le Fils. On ne devait donc pas ajouter à notre Symbole qu'il procède aussi du Fils, et ceux qui ont fait cette addition paraissent mériter l'anathème.

SOLUTION : 2. Il faut répondre au second, que dans tout concile on a dressé un symbole contre l'erreur qu'on y a condamnée. Par conséquent le dernier concile ne faisait pas un autre symbole que le premier, mais il développait ce que celui-ci contenait implicitement et détruisait par quelques additions les subtilités des hérétiques.

Ainsi il est dit dans le concile de Chalcédoine que les évêques réunis au concile de Constantinople ont exposé la doctrine de l’Église sur l'Esprit-Saint, sans avoir la prétention de rien ajouter aux Pères de Nicée, mais uniquement pour faire connaître leur sentiment contre les hérétiques (1).

Comme à l'époque des premiers conciles, l'erreur de ceux qui soutiennent que le Saint-Esprit ne procède pas du Fils n'avait pas encore paru, il n'a pas été nécessaire d'exprimer explicitement ce point de foi. Mais plus tard cette erreur ayant été soutenue, le souverain pontife par l'autorité duquel les anciens conciles étaient convoqués et confirmés exprima le dogme d'une manière plus positive dans un concile qui se tint en Occident (2). Ce dogme était d'ailleurs implicitement contenu dans la profession de foi qui disait que l'Esprit-Saint procède du Père.

DIFFICULTÉ: 3. Saint Jean Damascène dit (De orth. fid. lib. I, cap. 11) : Nous disons que le Saint-Esprit vient du Père, et nous l'appelons l'Esprit du Père ; nous ne disons pas qu'il vient du Fils, mais nous l'appelons l'Esprit du Fils. Donc l'Esprit-Saint ne procède pas du Fils.

SOLUTION : 3. Il faut répondre au troisième, que les partisans de Nestorius ont nié les premiers que le Saint-Esprit procède du Fils (3), comme on peut s'en convaincre par un symbole des nestoriens condamné au concile d'Ephèse. Théodoret (4) le nestorien soutint cette erreur et après lui plusieurs autres l'embrassèrent. Saint Jean Damascène fut du nombre, c'est pourquoi on ne doit pas s'en rapporter à son sentiment. Cependant il y a des auteurs qui disent que si saint Jean Damascène ne reconnaît pas que le Saint-Esprit procède du Fils, il ne résulte pas non plus de ses paroles qu'il le nie.

DIFFICULTÉ: 4….
_______________________________________________________________________

(4) Cet article a pour but de réfuter l’erreur des Grecs et Arméniens, qui ne veulent pas que le Saint-Esprit procède du Fils, et qui font un reproche à l’Église romaine d’avoir ajouté à son symbole Filioque. — (1) (Vid. Conc. Chalced. art. 5). Il serait utile de comparer entre elles les décisions du concile de Nicée, de Constantinople, d’Éphèse et ce Chalcédoine, pour faire voir que toutes leurs décisions ne sont que le développement d’une même pensée. — (2) Bellarmin (De Christo, lib. II, cap. 20) et plusieurs autres auteurs ont pensé que l’addition du Filioque avait été faite vers le VIIe siècle, vers l’époque du sixième concile œcuménique. Saint Thomas paraît avoir été de ce sentiment, car il n’est pas facile de préciser de quel concile il veut parler. Mais il est certain que cette addition fut d’abord faite en Espagne vers le Ve siècle. Elle passa de l’Espagne dans les Gaules vers le VIIIe siècle. Elle n’était pas encore en usage à Rome au commencement du IXe siècle, mais elle y était admise sur la fin de ce même siècle. — (3) Pour bien Comprendre les passages des Pères sur cette question, il faut se rappeler que l’Église eut d’abord à prouver que le Saint-Esprit procède du Père contre Eunomius et les ariens, qui attaquaient le dogme de la Trinité. Les Pères du concile de Nicée mirent dans le Symbole Qui à Patre procedit sans autre explication, parce qu’ils ne songèrent qu’à condamner ces premiers hérétiques. Ce ne fut qu’au Ve qu’on mit en question si le Saint-Esprit procède aussi du Fils. — (4) Théodoret fut en effet le premier auteur de cette erreur, d’après Bellarmin. ( De, Christ. lib. UU, cap. 21), Pétau (De Trin. lib. III, cap. 1), Garnier (De fid. Theodoreti, dissert. III, cap. 1) et plusieurs autres érudits.


Dernière édition par Louis le Ven 09 Mar 2018, 12:53 pm, édité 1 fois

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Arthur le Ven 09 Mar 2018, 8:13 am

Bonjour à tous,
Dans l'article 1, on lit ceci : SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, que si l'on décompose le nom d'Esprit-Saint, et qu'on prenne à part chacun des mots dont il est formé, on trouvera qu'il est commun à la Trinité tout entière. En effet, le mot esprit signifie l'immatérialité de la substance divine. L'esprit corporel étant invisible, et ne renfermant presque pas de matière, nous nous sommes emparés de ce mot pour l'appliquer aux substances invisibles et immatérielles.

Notre âme renferme-t-elle un peu de matière ?

Arthur

Nombre de messages : 1539
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Roger Boivin le Ven 09 Mar 2018, 8:37 am

Arthur a écrit:Bonjour à tous,
Dans l'article 1, on lit ceci : SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, que si l'on décompose le nom d'Esprit-Saint, et qu'on prenne à part chacun des mots dont il est formé, on trouvera qu'il est commun à la Trinité tout entière. En effet, le mot esprit signifie l'immatérialité de la substance divine. L'esprit corporel étant invisible, et ne renfermant presque pas de matière, nous nous sommes emparés de ce mot pour l'appliquer aux substances invisibles et immatérielles.

Notre âme renferme-t-elle un peu de matière ?

La réponse doit être là :

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11175
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Sam 10 Mar 2018, 7:31 am

ARTICLE 2.

L’Esprit-Saint procède-t-il du Fils (4) ?

DIFFICULTÉ (SUITE)

DIFFICULTÉ: 4. Un être ne procède pas de l'être dans lequel il repose. Or, l'Esprit-Saint repose dans le Fils. Car il est dit dans la légende de saint André : Que la paix soit avec vous et avec tous ceux qui croient en un seul Dieu le Père et en son Fils unique, Notre-Seigneur Jésus-Christ, et en un seul Esprit-Saint qui procède du Père et qui réside dans le Fils. Donc l'Esprit-Saint ne procède pas du Fils.

SOLUTION : 4. Il faut répondre au quatrième, que de ce que le Saint-Esprit repose ou réside dans le Fils il ne s'ensuit pas qu'il ne procède pas de lui. Car on dit que le Fils réside dans le Père, bien qu'il en procède. On dit aussi que l'Esprit-Saint repose dans le Fils, soit comme l'amour de celui qui aime repose dans l'objet aimé, soit qu'il s'agisse de la nature humaine du Christ dont il est écrit : Celui sur qui vous verrez descendre et demeurer le Saint-Esprit, c'est celui qui baptise, etc. (Joan. I, 33).

DIFFICULTÉ: 5. Le Fils procède comme Verbe. Or, notre esprit ne semble pas procéder en nous de notre verbe. Donc l'Esprit-Saint ne procède pas du Fils.

SOLUTION : 5. Il faut répondre au cinquième, que dans la Trinité on n'assimile pas le Verbe à la parole matérielle de laquelle l'Esprit ne procède pas, parce que dans ce cas ce serait donner au mot Verbe un sens métaphorique ; on ne le compare qu'au Verbe que nous concevons dans notre esprit, duquel procède l'amour.

DIFFICULTÉ: 6.  L'Esprit-Saint procède parfaitement du Père. Donc il est inutile de dire qu'il procède du Fils.

SOLUTION : 6. Il faut répondre au sixième, que de ce que l'Esprit-Saint procède parfaitement du Père, il n'est pas inutile de dire qu'il procède aussi du Fils; c'est au contraire absolument nécessaire, parce que le Père et le Fils ont la même vertu. Ainsi tout ce qui vient du Père doit venir aussi du Fils; il n'y a d'exception que pour ce qui serait contraire à ce qui est propre au Fils, c'est-à-dire à la filiation. Ainsi par là même que le Fils procède du Père, il ne peut avoir comme le Père l'innascibilité et ne relever que de lui-même (1).

DIFFICULTÉ: 7. Dans ce qui est perpétuel, l'être et la possibilité ne diffèrent pas, comme le dit Aristote (Phys. lib. III, text. 32), à plus forte raison se confondent-ils quand il s'agit de la Divinité. Or, l'Esprit-Saint peut être distingué du Fils sans procéder de lui. Car saint Anselme dit dans son livre de la procession de l'Esprit-Saint : Le Fils et le Saint-Esprit reçoivent l'être l'un et l'autre du Père, mais de différente manière, l'un en naissant et l'autre en procédant, de telle sorte qu'ils sont par là même distincts l'un de l'autre. Et il ajoute plus loin : Que quand il n'y aurait pas autre chose pour établir une distinction entre le Fils et le Saint-Esprit, cela seul suffirait Donc l'Esprit-Saint est distinct du Fils, bien qu'il ne procède pas de lui.

SOLUTION : 7. Il faut répondre au septième, que l'Esprit-Saint se distingue personnellement du Fils en ce que l'origine de l'un se distingue de l'origine de l'autre. Or, cette différence d'origine repose sur ce que le Fils ne procède que du Père, tandis que l'Esprit-Saint procède du Père et du Fils. Car autrement leurs processions se confondraient, comme nous l'avons prouvé (in corp. art. et quest. XXVII).

CEPENDANT, nous lisons dans le Symbole de saint Athanase : Le Saint-Esprit est produit par le Père et le Fils ; il n'a été ni fait, ni créé, ni engendré, mais il procède.

CONCLUSION :…
______________________________________________________________________

(4) Cet article a pour but de réfuter l’erreur des Grecs et Arméniens, qui ne veulent pas que le Saint-Esprit procède du Fils, et qui font un reproche à l’Église romaine d’avoir ajouté à son symbole Filioque. —  (1) C’est-à-dire il n’est pas à se, mais il est ab alio.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  ROBERT. le Sam 10 Mar 2018, 11:49 am

Roger Boivin a écrit:
Spoiler:

Arthur a écrit:Bonjour à tous,
Dans l'article 1, on lit ceci : SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, que si l'on décompose le nom d'Esprit-Saint, et qu'on prenne à part chacun des mots dont il est formé, on trouvera qu'il est commun à la Trinité tout entière. En effet, le mot esprit signifie l'immatérialité de la substance divine. L'esprit corporel étant invisible, et ne renfermant presque pas de matière, nous nous sommes emparés de ce mot pour l'appliquer aux substances invisibles et immatérielles.

Notre âme renferme-t-elle un peu de matière ?

La réponse doit être là :


Bull's eye Roger !
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33493
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Dim 11 Mar 2018, 7:45 am

ARTICLE 2.

L’Esprit-Saint procède-t-il du Fils (4) ?

SUITE

CONCLUSION : Le Saint-Esprit procède du Fils, et il en procède si nécessairement que sans cela on ne le distinguerait pas de lui personnellement.

Il faut répondre que le Saint-Esprit doit nécessairement procéder du Fils. Car s'il n'en procédait pas, on ne pourrait pas l'en distinguer personnellement. Ce qui résulte évidemment de ce que nous avons dit (quest. XXVII, art. 3, et quest. XXX, art. 2).

En effet, on ne peut pas dire que les personnes divines se distinguent l'une de l'autre par quelque chose d'absolu; parce qu'il suivrait de là que les trois ne formeraient pas une seule et même essence. Car tout ce qu'il y a d'absolu en Dieu se rapporte à l'unité de l'essence. Il faut donc que les personnes divines soient seulement distinguées entre elles par leurs relations.

Or, les relations ne peuvent distinguer les personnes qu'autant qu'elles sont opposées. Ainsi, par exemple, le Père a deux relations, dont l'une se rapporte au Fils et l'autre au Saint-Esprit; ces relations ne constituent cependant pas deux personnes, parce qu'elles ne sont pas opposées, elles appartiennent à une seule et même personne qui est la personne du Père.

Si donc le Fils et le Saint-Esprit n'avaient que deux relations, qui les mettent l'un et l'autre en rapport avec le Père, ces relations ne seraient pas plus opposées entre elles que les deux relations par lesquelles le Père se rapporte à eux.

Par conséquent, comme la personne du Père est une, il suivrait de là que la personne du Fils et du Saint-Esprit serait aussi une seule et même personne qui aurait deux relations opposées aux deux relations du Père. Ce qui est hérétique, puisque le dogme de la Trinité serait par là même détruit (1). Il faut donc que le Fils et le Saint-Esprit se rapportent l'un à l'autre par deux relations opposées.

— Or, il ne peut y avoir en Dieu d'autres relations opposées que des relations d'origine, comme nous l'avons prouvé (quest. XXVIII, art. 4). Et les relations d'origine ne peuvent être opposées qu'en raison du principe qui produit et du terme qu'il produit. On est donc obligé de dire ou que le Fils procède de l'Esprit-Saint, ce que personne n'avance, ou que le Saint-Esprit procède du Fils, comme nous le prétendons, et comme la nature de la procession de l'un et de l'autre autorise à le croire.

— En effet, nous avons dit (quest. XXVII, art. 2 et 4, et quest. XXVIII, art. 4) que le Fils procède de l'intelligence, comme Verbe, et que le Saint-Esprit procède de la volonté, comme amour. Or, l'amour doit nécessairement procéder du Verbe. Car nous n'aimons une chose qu'autant que notre esprit en a la conception. D'où il est évident que l'Esprit-Saint procède du Fils.

— C'est encore ce que nous apprend l'ordre de la nature. Car nous ne voyons nulle part que plusieurs choses procèdent d'une seule sans qu'il y ait de rapport entre elles, sauf quand il s'agit d'objets qui diffèrent les uns des autres matériellement. Ainsi, un coutelier fabrique beaucoup de couteaux qui sont distincts les uns des autres matériellement, et qui, pour ce motif, n'ont point de rapports réciproques. Mais dans les choses qui ne sont pas ainsi matériellement distinctes, il y a toujours dans la pluralité des objets produits un rapport qui les ordonne les uns à l'égard des autres. C'est ce qui manifeste dans la création l'éclat de la divine sagesse.

Donc, s'il y a deux personnes qui procèdent du Père, le Fils et le Saint-Esprit, il faut qu'il y ait un rapport entre ces deux personnes. Et comme il ne peut y avoir d'autre rapport que la relation qui fait que l'un procède de l'autre, il n'est pas possible de ne pas admettre cette procession, et de dire que le Fils et le Saint-Esprit procèdent du Père, sans que l’un procède de l'autre. Car, en se refusant d'admettre cette relation, il faudrait, pour ne pas les confondre, avoir recours à une distinction matérielle, ce qui est impossible.

— Aussi les Grecs, tout en niant que le Saint-Esprit procède du Fils, ont-ils néanmoins voulu reconnaître qu'il avait avec le Fils un certain rapport. Car ils accordent que le Saint-Esprit est l'esprit du Fils, et qu'il vient du Père par le Fils. Quelques-uns d'entre eux admettent qu'il vient du Fils ou qu'il en découle, mais, par ignorance ou par entêtement, ils ne veulent pas qu'il en procède. Car, si on approfondit convenablement la question, on verra que le mot de procession est, de tous les mots qui expriment une relation quelconque, le plus commun, puisque nous l'employons pour exprimer une origine quelconque. Nous disons, par exemple, que la ligne procède du point, le rayon du soleil, le ruisseau de la source, et ainsi du reste. On peut donc dire de la même manière que le Saint-Esprit procède du Fils (2).
___________________________________________________________

(4) Cet article a pour but de réfuter l’erreur des Grecs et Arméniens, qui ne veulent pas que le Saint-Esprit procède du Fils, et qui font un reproche à l’Église romaine d’avoir ajouté à son symbole Filioque. (1) Cet argument démontre aux Grecs que leur erreur renverse le dogme de la sainte Trinité, est accepté par le plus grand nombre des théologiens. Il n’y a guère que Scot, qui a pris à tâche de contredire constamment saint Thomas, qui en infirme la valeur. (2) Entre les Grecs il s’agissait donc beaucoup moins d’une question de doctrine que d’une affaire d’amour-propre.


A suivre :  Article 3.  Le Saint-Esprit procède-t-il du Père par le Fils ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Lun 12 Mar 2018, 7:50 am

ARTICLE 3

Le Saint-Esprit procède-t-il du Père par le Fils ? (2)

DIFFICULTÉ: 1. Il semble que le Saint-Esprit ne procède pas du Père par le Fils. Car ce qui procède d'un être par un autre n'en procède pas immédiatement. Donc si le Saint-Esprit procède du Père par le Fils, il ne procède pas du Père immédiatement, ce qui paraît répugner.

SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, qu'en toute action il faut considérer deux choses, le suppôt qui agit et la vertu par laquelle il agit, comme le feu échauffe par la chaleur.

Si donc on considère dans le Père et le Fils la vertu par laquelle ils produisent l'Esprit-Saint, il n'y a là rien de médiat, puisque cette vertu est unique et qu'elle est la même dans l'un et l'autre (1).

Si on considère les personnes qui produisent l'Esprit-Saint, quoiqu'il procède du Père et du Fils comme d'un seul et même principe, cependant il procède immédiatement du Père et médiatement du Fils, et c'est pour ce motif qu'on dit qu'il procède du Père par le Fils. Ainsi Abel procède immédiatement d'Adam son père et médiatement d'Ève sa mère, parce que Ève procédait elle-même d'Adam. Bien que cet exemple de procession matérielle semble peu convenable pour exprimer la procession spirituelle des personnes divines.

DIFFICULTÉ: 2. Si l'Esprit-Saint procède du Père par le Fils, il ne procède du Fils qu'à cause du Père. Le Père est donc pour lui plus que le Fils, et par conséquent il procède plus du Père que du Fils.

SOLUTION : 2. Il faut répondre au second, que si le Fils recevait du Père une vertu numériquement différente de la sienne pour produire l'Esprit-Saint, il s'ensuivrait qu'il serait comme une cause seconde et instrumentale et que par conséquent l'Esprit procéderait du Père plutôt que du Fils. Mais la vertu qui produit l'Esprit-Saint est numériquement la même dans le Père et dans le Fils, elle est unique, et c'est pour cela que l'Esprit-Saint procède également de l'un et de l'autre. Cependant on dit quelquefois qu'il procède principalement et proprement du Père, parce que le Fils reçoit du Père la vertu de le produire.

DIFFICULTÉ: 3. Le Fils a l'être par voie de génération. Donc si l'Esprit-Saint procède du Père par le Fils, il suit de là que le Fils est d'abord engendré et qu'ensuite l'Esprit procède. Ce qui suppose que la procession de l'Esprit-Saint n'est pas éternelle ; ce qui est une hérésie.

SOLUTION : 3. Il faut répondre au troisième, que comme la génération du Fils est coéternelle au Père, de telle sorte que le Père n'a point été sans engendrer son Fils, de même la procession du Saint-Esprit est coéternelle à son principe. Par conséquent le Fils n'a point été engendré avant que l'Esprit-Saint ne procédât; ils sont l'un et l'autre éternels.

DIFFICULTÉ: 4. Quand on dit que quelqu'un agit par un autre, on peut retourner la proposition et dire que ce dernier agit par le premier. Ainsi comme nous disons que le roi agit par le bailli, nous pouvons dire aussi que le bailli agit par le roi. Or, nous ne disons pas que le Fils produit l'Esprit-Saint par le Père. Donc nous ne pouvons pas dire non plus que le Père produit l'Esprit-Saint par le Fils.

SOLUTION : 4. Il faut répondre au quatrième, que quand on dit que quelqu'un opère par une chose, il n'y a pas toujours lieu de retourner la proposition. Ainsi on ne dit pas que le marteau opère par l'ouvrier, mais on dit que le bailli opère par le roi, parce que le bailli agit lui-même et qu'il est maitre de ses actes, tandis que le marteau n'agit pas, mais il est seulement mis en action et n'est pour ce motif que cause instrumentale. Mais on dit que le bailli opère par le roi, quoique la proposition par indique quelque chose de médiat ; parce que plus le suppôt est élevé par rapport à l'action et plus sa vertu est immédiate par rapport à l'effet. Car c'est la vertu de la cause première qui joint la cause seconde à son effet.

C'est pour cette raison qu'on appelle immédiats les premiers principes dont on se sert dans les sciences de démonstration. Ainsi donc, dans l'ordre des suppôts qui agissent, le bailli est un agent médiat ou intermédiaire, et l'on dit que le roi opère par le bailli. Mais dans l'ordre des vertus ou de la puissance, le bailli opère par le roi, parce que c'est la vertu ou la puissance du roi qui fait que l'action du bailli produit son effet.

Or, du Père au Fils il n'y a pas d'ordre à établir quant à la vertu, puisqu'ils ont la même ; on ne peut établir d'ordre que quant aux suppôts, et c'est pourquoi l'on dit que le Père produit l'Esprit-Saint par le Fils et non réciproquement.

CEPENDANT, saint Hilaire dit (De Trin. lib.XII) : Je vous en prie, ô mon Dieu, conservez en moi la pureté de la foi, afin que je vous possède, vous le Père, que j'adore avec vous votre Fils et que je sois digne de l’Esprit-Saint qui procède de vous par votre Fils unique.

CONCLUSION :…
______________________________________________________________________________




(1) Il faudrait donc bien se garder de dire dans ce sens que le Saint-Esprit procède du Père médiatement et du Fils immédiatement, parce qu’alors on donnerait à penser que le Fils est l’instrument ou le ministre ou le serviteur du Père.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Mar 13 Mar 2018, 8:06 am

ARTICLE 3

Le Saint-Esprit procède-t-il du Père par le Fils ?(2)

SUITE

CONCLUSION : Puisque le Saint-Esprit ne procède du Fils que parce que le Fils a reçu l'être du Père, on dit qu'il procède du Père par le Fils.

Il faut répondre que toutes les fois qu'on dit que quelqu'un opère par un autre, la préposition par désigne dans celui qui opère la cause ou le principe de cet acte. Mais l'action tenant le milieu entre l'agent et le patient, quelquefois le principe causal auquel est jointe la préposition par est cause de l'action selon qu'elle sort de l'agent. Alors il est cause que l'agent agit, et il en est ou la cause finale, ou la cause formelle, ou la cause efficiente ou motrice.

II en est la cause finale, comme quand nous disons qu'un ouvrier opère par amour du gain.
Il en est la cause formelle, comme quand on dit qu'il opère par son art.
Il en est la cause motrice, comme quand on dit qu'il opère par l'ordre d'un autre.

Quelquefois aussi l'expression causale à laquelle est jointe la préposition par est cause de l'action selon qu'elle a pour terme la chose qui est produite; comme quand on dit que l'ouvrier opère par le marteau. Car on ne veut pas dire par là que le marteau est cause que l'ouvrier travaille, mais qu'il est cause que l'objet d'art procède de l'ouvrier et qu'il doit lui-même à l'ouvrier sa vertu. C'est ce que quelques auteurs expriment en disant que la préposition par marque quelquefois l'autorité directement, comme quand on dit : le roi opère par le bailli, et quelquefois indirectement quand on dit : le bailli opère par le roi. Le Fils tenant du Père que le Saint-Esprit procède de lui, on peut dire que le Père produit l'Esprit-Saint par le Fils, ou ce qui revient au même, que l'Esprit-Saint procède du Père par le Fils.
_________________________________________________________________



A suivre :  Article 4.  Le Père et le Fils sont-ils un seul principe de la procession de l’Esprit-Saint ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Mer 14 Mar 2018, 7:52 am

ARTICLE 4.

Le Père et le Fils sont-ils un seul principe de la procession de l’Esprit-Saint ? (1)

DIFFICULTÉ: 1. Il semble que le Père et le Fils ne soient pas un seul principe de l'Esprit-Saint. En effet, le Saint-Esprit ne semble pas procéder du Père et du Fils comme étant un dans leur nature, parce qu'alors il procéderait de lui-même, puisqu'il ne fait également avec eux qu'une seule nature. Il n'en procède pas non plus parce qu'ils ont une même propriété commune, parce qu'il semble que deux suppôts ne peuvent avoir la même propriété. Donc il procède du Père et du Fils comme étant plusieurs, et par conséquent le Père et le Fils ne sont pas pour lui un seul et même principe.

SOLUTION : 1. Il faut répondre au premier argument, que si l'on n'observe que la vertu activement productive de l'Esprit-Saint, il procède du Père et du Fils, suivant l'unité de cette vertu, qui désigne d'une certaine manière la nature avec la propriété, comme nous le dirons à la fin de cet article. Il n'y a pas de répugnance à admettre une propriété unique dans deux suppôts qui n'ont qu'une seule nature. Mais si on considère les suppôts qui produisent l'Esprit-Saint, alors l'Esprit procède du Père et du Fils, comme étant plusieurs ; car il en procède comme l'amour qui les unit tous les deux.

DIFFICULTÉ: 2. Quand on dit que le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, on ne peut désigner par cette unité une unité personnelle, parce qu'alors le Père et le Fils ne formeraient qu'une seule personne. On ne peut pas désigner davantage l'unité de propriété, parce que si en raison de l'unité de propriété le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, pour le même motif en raison de ses deux propriétés on pourra dire que le Père forme à lui seul deux principes, qu'il est le principe du Fils et le principe de l'Esprit; ce qui répugne. Donc le Père et le Fils ne sont pas un seul et même principe de l'Esprit-Saint.

SOLUTION : 2. Il faut répondre au second, que quand on dit : Le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, on ne désigne par là qu'une seule propriété, qui est la forme que ce mot exprime. Il ne suit cependant pas de là qu'en raison de la pluralité des propriétés du Père on puisse dire qu'il est plusieurs principes, parce que cette expression impliquerait une pluralité de suppôts.

DIFFICULTÉ: 3. Le Fils ne se rapporte pas plus intimement au Père que l'Esprit-Saint. Or, l'Esprit-Saint et le Père ne sont pas un seul principe par rapport à une personne divine. Donc le Père et le Fils ne le sont pas non plus.

SOLUTION : 3. Il faut répondre au troisième, que la ressemblance et la dissemblance ne se prennent pas pour les personnes divines de leurs propriétés relatives, mais de leur essence. Ainsi comme le Père n'est pas plus semblable à lui-même qu'au Fils, de même le Fils n'est pas plus semblable au Père que l'Esprit-Saint.

DIFFICULTÉ: 4. Si le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, l'unité retombera sur ce qu'est le Père ou sur ce qu'il n'est pas. Or, ni l'une ni l'autre de ces deux choses n'est admissible. Car si l'unité retombe sur ce qu'est le Père, il suit de là que le Fils est le Père; si elle tombe sur ce que n'est pas le Père il s'ensuivra que le Père n'est pas Père. Donc il ne faut pas dire que le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint.

SOLUTION : 4. Il faut répondre au quatrième, que ces deux propositions : le Père et le Fils sont un seul principe qui est le Père ou un seul principe qui n'est pas le Père, ne sont pas deux propositions contradictoires. On n'est donc pas obligé d'admettre l'une ou l'autre. Car quand nous disons : le Père et le Fils sont un seul principe, le mot principe ne se rapporte pas à un suppôt déterminé ; il a même un sens général par lequel il se rapporte aux deux personnes à la fois. Par conséquent l'objection est un sophisme qu'on appelle dans l'École : fallacia figuræ dictionis (1), puisqu'il conclut du général au particulier.

DIFFICULTÉ: 5….
___________________________________________________________

(1) Le pape Grégoire X a défini ainsi ce point de doctrine au concile général de Lyon (Decret. VI de Sum. trin. et fid. cath.) : Fideli ac devota professione fatemur quod Spiritus sanctus æternaliter ex Patre et Filio, non tanquam ex duobus principiis, des tanquam ex uno principio, non duabus spirationibus, sed unica spiratione procedit. le concile de Florence, sous le pape Eugène IV, a employé à peu près les mêmes expressions.(1) On appelle ainsi tout raisonnement qui joue sur l’ambiguïté des termes.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Jeu 15 Mar 2018, 7:47 am

ARTICLE 4.

Le Père et le Fils sont-ils un seul principe de la procession de l’Esprit-Saint ? (1)

DIFFICULTÉS (SUITE)

DIFFICULTÉ: 5. Si le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, il semble qu'on peut retourner la proposition et dire que le seul principe de l'Esprit-Saint est le Père et le Fils. Or, cette dernière proposition semble fausse, parce que par le mot principe il faut entendre ou la personne du Père ou la personne du Fils, et que dans l'un et l'autre cas la proposition est fausse. Donc il est également faux de dire que le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint.

SOLUTION : 5. Il faut répondre au cinquième, que cette proposition est vraie : le seul principe de l'Esprit-Saint est le Père et le Fils, parce que par le mot principe nous n'entendons pas une seule personne, mais nous entendons indistinctement les deux personnes, comme nous venons de le dire.

DIFFICULTÉ: 6. L'unité en substance produit le même. Si le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, il s'ensuit donc qu'ils sont le même principe identiquement ; ce qui est contraire au sentiment d'un grand nombre. Donc il ne faut pas admettre que le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint.

SOLUTION : 6. Il faut répondre au sixième, qu'on peut dire que le Père et le Fils sont un même principe, à condition que le mot principe exprime en général, sans distinction aucune, les deux personnes ensemble.

DIFFICULTÉ: 7. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne forment qu'un seul créateur, par ce qu'ils sont un seul principe des créatures. Or, le Père et le Fils ne forment pas un seul spirateur; la plupart en reconnaissent deux , ce qui est d'ailleurs tout à fait conforme au sentiment de saint Hilaire, qui dit (De Trin. lib. II) que le Saint-Esprit procède du Père et du Fils, ses auteurs. Donc le Père et le Fils ne sont pas un seul principe de l'Esprit-Saint.

SOLUTION : 7. Il faut répondre au septième, qu'à la vérité il y en a qui disent que le Père et le Fils, bien qu'ils soient un seul principe de l'Esprit-Saint, sont cependant deux spirateurs en raison de la distinction des suppôts, comme deux spirants, parce que les actes se rapportent aux suppôts. Le raisonnement tiré du mot créateur n'est pas ici applicable, parce que l'Esprit-Saint procède du Père et du Fils comme étant deux personnes distinctes, tandis que les créatures procèdent des trois personnes divines, non comme étant distinctes personnellement, mais comme étant unes dans leur essence. Mais le mot spirant étant un adjectif et le mot spirateur un substantif, il semble mieux de dire que le Père et le Fils sont deux spirants à cause de la pluralité des suppôts, mais non deux spirateurs parce qu'il n'y a qu'une spiration. Car les adjectifs s'accordent en nombre avec les suppôts auxquels ils se rapportent, tandis que les substantifs ne s'emploient au pluriel que selon la pluralité de la forme qu'ils expriment (2).

Ainsi quand saint Hilaire dit que le Saint-Esprit vient du Père et du Fils ses auteurs, il faut prendre ce dernier substantif adjectivement.

CEPENDANT, saint Augustin dit (De Trin. lib. v, cap. 14) que le Père et le Fils ne sont pas deux principes, mais un seul principe de l'Esprit-Saint.

CONCLUSION :…
__________________________________________________________

(1) Le pape Grégoire X a défini ainsi ce point de doctrine au concile général de Lyon (Decret. VI de Sum. trin. et fid. cath.): Fideli ac devota professione fatemur quod Spiritus sanctus æternaliter ex Patre et Filio, non tanquam ex duobus principiis, des tanquam ex uno principio, non duabus spirationibus, sed unica spiratione procedit. le concile de Florence, sous le pape Eugène IV, a employé à peu près les mêmes expressions.(2) Cette expression laisserait donc croire qu’il y a plusieurs opérations.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  Louis le Ven 16 Mar 2018, 7:29 am

ARTICLE 4.

Le Père et le Fils sont-ils un seul principe de la procession de l’Esprit-Saint ? (1)

SUITE

CONCLUSION : Le Père et le Fils se rapportant à l'Esprit-Saint, sans être distingués sous ce rapport par aucune opposition de relation, ils ne sont qu'un seul principe de l'Esprit-Saint.

Il faut répondre que le Père et le Fils sont un dans toutes les choses à l'égard desquelles il n'y a pas entre eux opposition de relation. Par conséquent, comme dans la production de l'Esprit-Saint il n'y a pas entre eux opposition de relation, il s'ensuit que le Père et le Fils ne sont qu'un seul principe par rapport à cet acte.

— Il y a cependant des théologiens qui disent que cette proposition est impropre : Le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint. Car, disent-ils, le mot principe pris au singulier ne signifiant pas la personne, mais la propriété, doit être entendu adjectivement, et comme un adjectif n'est pas déterminé par un adjectif, on ne peut pas dire que le Père et le Fils sont un seul principe de l'Esprit-Saint, à moins de donner au mot seul (unum) le sens d'un adverbe, ce qui signifiera alors qu'ils sont un seul principe, c'est-à-dire qu'ils le produisent d'une seule et même manière.

D'après le même raisonnement on pourrait dire que le Père est les deux principes du Fils et du Saint-Esprit, puisqu'il les produit de deux manières différentes.

— Il vaut donc mieux dire que quoique le mot principe signifie une propriété il l'exprime substantivement, comme les mots Père et Fils quand on les applique aux créatures. C'est donc à la forme que ce mot exprime à déterminer son nombre, comme il en est de tous les substantifs. Donc comme le Père et le Fils sont un seul Dieu en raison de l'unité de forme que le mot Dieu exprime, de même ils sont un seul principe de l'Esprit-Saint à cause de l'unité de propriété que le mot principe signifie (1).
_______________________________________________________________

(1) Le pape Grégoire X a défini ainsi ce point de doctrine au concile général de Lyon (Decret. VI de Sum. trin. et fid. cath.): Fideli ac devota professione fatemur quod Spiritus sanctus æternaliter ex Patre et Filio, non tanquam ex duobus principiis, des tanquam ex uno principio, non duabus spirationibus, sed unica spiratione procedit. le concile de Florence, sous le pape Eugène IV, a employé à peu près les mêmes expressions.(1)  Pour éviter toute équivoque, il faut distinguer deux sortes de principes avec certains théologiens : le principe quod, qui est le suppôt auquel l’action se rapporte, et le principe quo, qui est la forme par laquelle le suppôt agit. Dans la production de l’Esprit-Saint le principe quod est double, c’est-à-dire que la procession s’attribue à deux personnes, quoique ces deux personnes ne font qu’un seul et même acte; mais le principe quo est un, parce que le Saint-Esprit [ est produit ] par une seule et même aspiration. Cette confusion d’idées a été probablement la cause de toutes les discussions qui se sont élevées à ce sujet.  

FIN.


Dernière édition par Louis le Ven 16 Mar 2018, 12:53 pm, édité 2 fois (Raison : Ajout dans la note (1) de ce qui est en italique entre les 2 [ ].)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11810
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saint Thomas et la personne de l'Esprit-Saint.

Message  ROBERT. le Ven 16 Mar 2018, 10:45 am

avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33493
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum