Les Prières Indulgenciées - Par le R. P. Frédéric William FABER.

Aller en bas

Les Prières Indulgenciées - Par le R. P. Frédéric William FABER.

Message  Roger Boivin le Ven 26 Jan 2018, 10:26 am


[ Pour faciliter la lecture, j'ai divisé en paragraphes, le texte en quelques endroits. ]


Pendant que nous sommes sur le chapitre de la prière vocale, il est encore un sujet qui doit appeler notre attention. Un homme adonné à la prière vocale est en grande partie à la merci de son livre d'Église. Le choix des dévotions favorites est donc une affaire de la plus haute importance ; et quelles dévotions pourrions-nous plus sûrement choisir que celles que l'Église a approuvées et celles qu'elle a indulgenciées ? Il y a de grands rapports entre les indulgences et la vie spirituelle, et l'usage des dévotions indulgenciées est la pierre de touche à laquelle on reconnaît presque infailliblement un bon catholique. Saint Alphonse dit que pour devenir un saint il suffit de gagner le plus d'indulgences possible, et le B. Léonard de Port-Maurice semble avoir partagé le même sentiment. Les révélations particulières et authentiques des saints jettent un grand jour sur cette question. Sainte Brigitte fut suscitée en grande partie, comme elle le dit elle-même, pour propager et mettre en honneur les indulgences ; et sainte Marie-Madeleine de Pazzi vit des âmes punies dans le purgatoire, uniquement pour les avoir méprisées.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11066
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Prières Indulgenciées - Par le R. P. Frédéric William FABER.

Message  Roger Boivin le Ven 26 Jan 2018, 10:29 am


Il y a dans la vie spirituelle ce que j'appellerai les huit béatitudes de l'indulgence :

1° Comme elles ont rapport au péché, à la justice de Dieu et à la peine temporelle due au péché, elles entretiennent en nous un ordre d'idées qui appartient à l'époque des épreuves et de la purification, et qui est très-salutaire pour nous, bien que nous cherchions continuellement et avec impatience à nous en débarrasser ;

2° les indulgences produisent sur nous l'heureux effet de nous détacher du monde ; elles nous entraînent dans une sphère, invisible ; elles nous entourent d'images qui reflètent un caractère surnaturel ; elles introduisent dans notre esprit un ordre d'idées qui nous détache des objets mondains et des plaisirs terrestres ;

3° les indulgences nous mettent sans cesse la pensée du purgatoire devant les yeux, et nous obligent ainsi à exercer constamment notre foi, en même temps qu'elles nous suggèrent des motifs propres à nous entretenir dans les sentiments d'une sainte frayeur ;

4° les indulgences nous font pratiquer envers les âmes des fidèles défunts une charité qui peut aisément devenir héroïque, une charité à la portée de ceux qui ne peuvent répandre d'autres aumônes, et produisant sur notre âme tous les effets qui accompagnent les œuvres de miséricorde ;

5° la gloire de Dieu est aussi intéressée dans les indulgences, et cela de deux manières : d'abord, parce qu'elles brisent la captivité des âmes du purgatoire et leur ouvrent plus tôt les portes du ciel ; ensuite, parce qu'elles font ressortir les perfections de Dieu, telles que sa pureté infinie, son horreur du péché, même du plus léger, et la rigueur de sa justice, avec laquelle il sait concilier la miséricorde la plus ingénieuse ;

6° les indulgences sont un hommage rendu aux satisfactions de Jésus ; elles sont à ses satisfactions ce qu'est à ses mérites la doctrine qui proclame que tout péché n'est pardonné qu'en son nom. S'il est permis de parler ainsi, elles épuisent tout ce qu'elles peuvent exprimer de lui, et font ainsi ressortir l'abondance de sa Rédemption. Elles honorent aussi les satisfactions de Marie et des saints, de telle manière que Jésus en reçoit un nouvel hommage ;

7° les indulgences nous inspirent une idée plus sérieuse du péché et nous en font concevoir plus d'horreur. En effet, elles nous rappellent constamment qu'un châtiment est dû même au péché pardonné, que ce châtiment est terrible, bien qu'il ne doive durer qu'un temps, et que les satisfactions de Jésus peuvent seules nous en délivrer ;

8° les indulgences nous maintiennent en harmonie avec l'esprit de l'Église, ce qui est d'une immense importance pour ceux qui s'efforcent de mener une vie dévote, et de se frayer un chemin à travers les difficultés de la sainteté intérieure et ascétique. En effet, le mépris des indulgences est un signe d'hérésie ; et la haine que les hérétiques ont toujours témoignée pour elles prouve à quel point le démon les abhorre, et en même temps jusqu'où va leur puissance sur Dieu, et combien elles sont agréables à ses yeux. Elles se trouvent mêlées à un si grand nombre des croyances de l'Église, depuis la juridiction du Saint-Siège, jusqu'à la doctrine du purgatoire, des bonnes œuvres, des saints et de la satisfaction, qu'elles sont en quelque sorte le cachet de notre orthodoxie ; et la malheureuse histoire des erreurs qui ont affligé l'Église nous montre que, pour être vraiment saint, il faut être vraiment catholique et vraiment catholique romain, car, hors de Rome, il ne peut y avoir ni catholicisme ni sainteté.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11066
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Prières Indulgenciées - Par le R. P. Frédéric William FABER.

Message  Roger Boivin le Ven 26 Jan 2018, 10:30 am


Puis, les dévotions indulgenciées prises en elles-mêmes ont un autre avantage. Nous sommes sûrs qu'elles sont approuvées par l'Église, car elles sont plus qu'approuvées. Nous savons qu'il y a dans le monde un grand nombre de saintes âmes qui en font usage tous les jours, et, en nous unissant à elles, nous entrons plus avant dans la communion des saints et dans la vie de l'Église qui est son unité. En vertu des mêmes raisons dont j'ai parlé plus haut, l'usage des indulgences spiritualise de plus en plus notre âme, et ravive notre foi. Elles nous amènent à prier de la manière que l'Église désire et pour les objets qu'elle nous propose elle-même ; et c'est ainsi que nous remplissons plusieurs fins à la fois.

En effet, dans un seul et même acte, nous faisons une fervente prière, nous rendons hommage aux chefs de l'Église, nous offrons à Jésus, à sa Mère et aux saints des honneurs légitimes, nous pouvons nous soustraire à la peine temporelle due à nos péchés, ou, ce qui est plus grand encore, arracher aux flammes du purgatoire les âmes des fidèles défunts, et ainsi glorifier Dieu. Enfin, comme on peut s'en convaincre en parcourant les dévotions que l'Église a indulgenciées, notre âme se pénètre ainsi, se sature en quelque sorte d'une aimable doctrine qui sert d'aliment à la prière mentale et aux affections d'un amour tendre mêlé de respect.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11066
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Prières Indulgenciées - Par le R. P. Frédéric William FABER.

Message  Roger Boivin le Ven 26 Jan 2018, 10:31 am


Prenons un exemple de ceci. Je ne puis concevoir qu'un homme ait fait des progrès dans la spiritualité, s'il n'a l'habitude de réciter le chapelet. On peut appeler cette pieuse pratique la reine des dévotions indulgenciées. Considérons d'abord l'importance du rosaire comme dévotion de l'Eglise, comme imprimant à l'âme un caractère particulièrement catholique, en nous rappelant sans cesse le souvenir de Jésus et de Marie ; enfin comme assurant en grande partie notre persévérance finale, si nous sommes fidèles à le réciter, ainsi que le prouvent plusieurs révélations. Considérons-le ensuite dans son origine, lorsque saint Dominique, instruit par une révélation, l'institua en 1214 pour combattre l'hérésie, et on sait avec quel succès.

La matière et la forme n'en sont pas moins remarquables. Quelle est la matière du rosaire ? L''Oraison Dominicale, la Salutation angélique et la Doxologie [le Gloria Patri] ; prières dont les auteurs sont Notre-Seigneur lui-même, saint Gabriel, sainte Élisabeth, le concile d'Éphèse et l'Église universelle, conduite en Occident par le pape saint Damase. Quant à la forme du rosaire, c'est un abrégé complet de l'Évangile, partagé en 15 décades, lesquels représentent autant de mystères, et exprimes les trois grandes phases de l’œuvre de la Rédemption ; la joie, la douleur et la gloire.

Le caractère particulier du Rosaire lui donne un grand attrait : il combine l'oraison mentale avec la prière vocale. C'est un abrégé de théologie rempli d'une douce dévotion, et une pratique efficace de la présence de Dieu. C'est l'un des principaux canaux à l'aide de lesquels les traditions de l'Incarnation se répandent parmi les fidèles. Le Rosaire montre la véritable nature de la dévotion à la sainte Vierge, et est un puissant moyen de réaliser la Communion des Saints.

Quelle fin se propose-t-on dans la récitation du Rosaire ? De témoigner son amour pour Jésus, de faire réparation à sa sainte humanité pour les outrages de l'hérésie, et de rendre à la très-sainte Trinité de brûlantes actions de grâces pour le bienfait de l'Incarnation. Cette dévotion a été sanctionnée par l'Église, par des indulgences, par des miracles, par des conversions, enfin par la pratique des saints.

Voyez encore tout ce que renferme la méthode seule de réciter le rosaire. Il faut d'abord nous représenter le mystère que nous nous proposons d'honorer, et toujours faire entrer la sainte Vierge dans le tableau que nous nous traçons ; car le rosaire est son apanage. A chaque mystère il faut associer quelque devoir ou quelque vertu, et choisir d'avance l'âme du purgatoire à qui nous voulons appliquer le trésor d'indulgences que nous allons gagner. Toutefois le rosaire n'exige pas une grande tension de l'esprit, et rejette les scrupules ; car c'est une véritable science que de bien le dire. Souvenons-nous, comme l'enseigne le Recueil des indulgences, que le 15e mystère est le Couronnement de Marie, la reine et la gloire des saints. Notre chapelet nous dépose et nous laisse aux pieds de Marie couronnée.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11066
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Prières Indulgenciées - Par le R. P. Frédéric William FABER.

Message  Roger Boivin le Ven 26 Jan 2018, 10:32 am


Je ne voudrais rien dire qui tendit à restreindre la dévotion des autres ; mais, toute chose bien considérée, pourquoi aurions-nous recours à d'autres prières vocales qu'à celles auxquelles l'Église a attaché des indulgences, maintenant surtout qu'elle les a indulgenciées en si grand nombre ?



____

Source :

PROGRÈS DE L'ÂME DANS LA VIE SPIRITUELLE - par le R. P. Frédéric William FABER - 18546 - [Extrait du Chapitre XV, sur La Prière - p. 258] :

https://books.google.fr/books?id=wsZ1Gex9fZMC&pg=PA61&dq=p%C3%A8re+faber+vie+spirituelle&hl=fr&sa=X&ei=Yp2AUoPlFKqG0AXA84HwDA&ved=0CEIQ6AEwAQ#v=onepage&q&f=false
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11066
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum