Le festival de l’islamophobie

Aller en bas

Le festival de l’islamophobie

Message  Roger Boivin le Dim 7 Jan 2018 - 7:12



Le festival de l’islamophobie

Lise Ravary
Dimanche, 7 janvier 2018



Une semaine après la tuerie de Québec, des organismes islamiques, dont un certain lié à la structure islamiste des Frères musulmans, demandaient au Parlement de désigner le 29 janvier Journée nationale du souvenir et d’action contre l’islamophobie.

On ne manque pourtant pas de journées contre « l’islamophobie ». Les États-Unis manifestent contre « l’islamophobie » et la suprématie blanche les 4 et 5 février. En France, c’est le 10 décembre, en Europe, le 21 septembre.

Le choix du 29 janvier au Canada n’est pas innocent.

Culpabilité

Vendredi, le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), un autre organisme soupçonné d’accointances islamistes, demandait à son tour la création d’une journée contre « l’islamophobie » à cette date.

Quoi de plus efficace pour faire taire la critique que d’évoquer la soi-disant culpabilité collective des Québécois, année après année, dans cet attentat ?

Pour des gens qui nous mettent sans cesse en garde contre les amalgames, ce n’est pas très subtil.

Un confrère de CBC me rappelait que le 6 décembre est devenu la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Une journée qui divise les hommes et les femmes depuis 1989, en plus de fouetter les ardeurs du lobby des armes à feu.

Il y a des façons plus respectueuses de commémorer la mémoire des victimes que de l’exploiter à des fins politiques.

Désinformation

La première demande avait été présentée à Ottawa en février. Haroun Bouazzi de l’Association des musulmans et arabes pour la laïcité au Québec faisait partie des pétitionnaires.

Pour quelqu’un qui prêche le vivre-ensemble, Bouazzi détonne. En entrevue à Al Jazeera après l’attentat, il déclarait que « la liste des mosquées et des places d’affaires propriétés de musulmans au Québec visées par des crimes haineux pendant les trois dernières années est sans fin » (mes italiques).

En mai, à Paris, il déclarait que la situation était « catastrophique » pour les musulmans au Québec.

C’est ainsi qu’on transforme un des peuples les plus ouverts et généreux au monde en ramassis d’ordures intolérantes. Pourquoi ?

M–103

L’été dernier, Ottawa adoptait la motion 103 contre l’islamophobie. Pourquoi « l’islamophobie » a-t-elle eu droit à une mention alors que l’antisémitisme, la christianophobie et le racisme existent depuis plus longtemps au Canada ? Pourquoi ?

Selon M-103, parce qu’un « climat de haine et de peur s’installe dans la population. »

C’est bien la première fois qu’un pays s’autoaccuse faussement d’intolérance via une motion parlementaire !

En passant, Statistiques Canada nous apprend que les premières victimes de crimes racistes au Canada sont les Noirs, pas les Arabes, et que les Juifs arrivent au premier rang pour les crimes motivés par la haine d’une religion. Pas les musulmans.

La députée Hedi Fry, qui avait dû s’excuser en 2001 pour avoir menti en Chambre en affirmant que des résidents de Prince George en Colombie britannique faisaient brûler des croix sur leurs pelouses, à la manière du KKK, préside le comité des Communes qui présentera des recommandations pour concrétiser les objectifs de la motion.

Mélanie Joly est la ministre responsable.

Permettez-moi de craindre le pire.

http://www.journaldemontreal.com/2018/01/07/le-festival-de-lislamophobie


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le festival de l’islamophobie

Message  Roger Boivin le Sam 13 Jan 2018 - 20:50



Lettre aux orphelins de l’attentat de Québec


Fatima Houda-Pepin
Samedi, 13 janvier 2018 05:00 MISE à JOUR Samedi, 13 janvier 2018 05:00


Le 29 janvier 2017, un attentat horrible est survenu au Centre culturel islamique de Québec où s’étaient réunis une soixantaine de fidèles. Six de vos papas y ont été tués par un jeune homme, dont on ignore encore les mobiles. Un geste insensé qui vous a privés d’une présence si essentielle à un moment crucial de votre vie.

Un Québec exemplaire


Les Québécois vous ont manifesté, ainsi qu’à vos familles, une affection spontanée. Il faut s’en souvenir, car pour la plupart, vous êtes trop jeunes pour en saisir la portée et la signification.

Un jour viendra où vous pourrez faire la part des choses et vous constaterez que, malgré l’ampleur de la tragédie, la société québécoise, la vôtre, a eu une attitude digne et exemplaire.

Dans les écoles que vous fréquentez, une attention particulière vous a été accordée, des fonds publics ont été alloués à votre famille, notamment par le programme d’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) et le Régime des rentes du Québec.

Des dons du Québec et du Canada ont été recueillis en votre nom, des certificats de sélection pour motifs humanitaires ont été délivrés, expressément, pour permettre la réunification des familles en provenance des pays d’origine, etc.

Je ne connais pas un pays, musulman ou occidental, qui aurait fait plus ou mieux en pareilles circonstances pour vous soutenir, ainsi que votre famille, moralement et financièrement afin d’assurer votre protection et veiller à votre bien-être. Il faut en être reconnaissant.

Vous n’y êtes pour rien, car on ne vous a pas consultés, mais la commémoration de ce triste anniversaire qui s’annonce pour la fin janvier ne doit pas être instrumentalisée. Elle vous concerne ainsi que votre famille, au premier chef.

Or, des groupes, comme le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), autrefois CAIR-Canada, n’ont pas hésité à exploiter cette corde sensible à leur avantage.

C’est ainsi qu’ils se sont approprié la mort de vos êtres chers pour en faire un bouclier contre le « péché mortel » de l’islamophobie – lire ici mon article à ce sujet : bit.ly/2lMFV0O

Un détournement odieux

Ces éternels « leaders » autoproclamés ont réussi, au fil des ans, à se faire « crédibiliser » par des politiciens qui les prennent pour les « porte-parole des musulmans » sans jamais remettre en question leur représentativité.

Le constat a été fait lors des funérailles de février 2017 par des proches endeuillés qui estimaient que ces groupes avaient mobilisé la classe politique et les médias, à Québec et à Montréal, pendant deux jours pour se donner un maximum de visibilité.

Voici ce qu’en disait un membre de la famille d’un des défunts, Mohamed Said Abdalla, sur sa page Facebook, le 28 mars 2017. Il y a qualifié la mainmise de certains groupes sur l’organisation des funérailles de « hold-up funèbre ».

« D’emblée, j’affirme que nous, sa famille et ses proches, avons été exclus de tous les préparatifs de la cérémonie officielle des funérailles. [...] Notre surprise a été grande de découvrir que la cérémonie officielle a été prise en charge par les organismes liés à la mosquée El Badr de Montréal, qui ont occupé le devant de la scène. [...] Ni moi ni le frère du défunt n’avions eu le droit de décider ou de prendre la moindre initiative. »

« Qui a mis au point le programme des déclarations et a choisi les intervenants religieux ? » se demandait-il, qualifiant « la frénésie qui s’est emparée de ces animateurs religieux » de « choquante ». Un « show cérémonial » dont l’objectif est « de faire admettre, dans l’imaginaire collectif des Canadiens et des Québécois, que leur communauté est soumise à un harcèlement qui la rend vulnérable ».

Cette vulnérabilité qu’ils essaient de coller sur le front des musulmans porte un nom, c’est l’islamophobie.

Pour vous, les orphelins de l’attentat de Québec et votre famille, cette commémoration doit reprendre son véritable sens, celui d’un hommage aux défunts. C’est un devoir de mémoire pour célébrer leur vie et leurs réalisations.

Ne laissez personne faire de vous des victimes perpétuelles, à cause de votre origine ou de votre religion. Que cette épreuve vous donne la force de vous propulser vers l’avant et le courage de vous accomplir comme des Québécois à part entière. Votre papa en serait très fier.

________________________________________________________________________________________

In Memoriam : Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belcacemi, Abdelkrim Hassane, Azzeddine Soufiane et Aboubaker Thabti. ­


http://www.journaldemontreal.com/2018/01/13/lettre-aux-orphelins-de-lattentat-de-quebec


Je ne comprends pas cette phrase :

Cette vulnérabilité qu’ils essaient de coller sur le front des musulmans porte un nom, c’est l’islamophobie.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le festival de l’islamophobie

Message  Roger Boivin le Sam 13 Jan 2018 - 21:03


Je ne sais pas si c'est vraiment vrai, mais voici un commentaire d'un commentaire sous l'article de mme Fatima Houda-Pepin :


Albert Lévesque · Université Laval
Avant d'accuser, on doit attendre la conclusion du procès !
1: Les autorités policières n'ont pas classé cette tragédie comme un attentat terroriste.
2: Des témoignages de proches parlent d'un drame passionnel, causé par le refus de la communauté pour sa relation amoureuse homosexuelle avec un de leurs membres. Celui qui fut relaché le jour de la tragédie.


Donc ça changerait tout à fait la perspective du drame.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11113
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum