COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 01 Jan 2018, 10:55 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) Dans la première épître, il dit que toutes les églises de la Macédoine et de l'Achaïe ont retenti du bruit de leur foi: "De telle sorte", dit-il, "qu'il n'est point nécessaire que nous en parlions, puisqu'ils racontent eux-mêmes de nous, quel a été le succès de notre arrivée parmi vous" (I Thessaloniciens I, 8- 9). Ici maintenant il dit: "De sorte que nous nous glorifions". Qu'est-ce que cela veut dire ?


Dans la première épître, il dit: Ils n'ont pas besoin de nos leçons; dans celle-ci, il ne dit pas: Nous leur apportons l'enseignement, mais: "Nous nous glorifions". Cela veut dire: Si, à cause de vous, nous rendons grâces à Dieu, si nous nous glorifions auprès des hommes, à bien plus forte raison vous convient-il de le faire pour les biens qui nous arrivent. Si, en effet, vos bonnes œuvres méritent…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 01 Jan 2018, 10:58 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) Si, en effet, vos bonnes œuvres méritent que d'autres se glorifient, comment seront-elles, pour nous, un sujet de lamentations ? On ne peut pas le dire: "De sorte que nous nous glorifions en vous dans les églises de Dieu, à cause de la patience et de la foi que vous montrez".


Il prouve ici que beaucoup de temps s'est passé, car la patience suppose beaucoup de temps, plus qu'une simple durée de deux ou trois jours. Et maintenant il ne dit pas seulement, la patience; il faut certes beaucoup de patience pour attendre, sans en jouir, des biens qui sont promis. Mais l'apôtre indique ici une plus grande patience. Quelle est-elle ? La patience au sein des persécutions…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 03 Jan 2018, 9:15 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )


Par Saint Jean Chrysostôme.


Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) La patience au sein des persécutions. Ce qui prouve que c'est là la patience qu'il indique, c'est ce qui suit: "Dans toutes les persécutions et les afflictions que vous supportez". En effet, ils étaient entourés d'ennemis, qui, de tous côtés, cherchaient à leur nuire, et la patience des fidèles, leur solidité était inébranlable.


Honte à ceux qui, pour s'assurer des protecteurs parmi les hommes, changent de croyances; aux premiers jours de la prédication, des pauvres, obligés, de travailler tous les jours pour gagner leur vie, bravèrent les inimitiés de ceux qui gouvernaient l'État, des plus hauts dignitaires, des plus grands potentats; on ne rencontrait pas un chrétien parmi les princes et les magistrats, et cependant ces premiers chrétiens supportaient une guerre implacable, et ne renonçaient pas à leur foi. "Qui sont les marques du juste jugement de Dieu"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 03 Jan 2018, 9:17 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) "Qui sont les marques du juste jugement de Dieu" (II Thessaloniciens I, 5).  Voyez la consolation que l'apôtre leur ménage. Il a dit: Nous rendons grâces à Dieu; il a dit: Nous nous glorifions auprès des hommes. Voilà de bonnes paroles; mais ce que recherche avant tout l'affligé, c'est d'être délivré de ses maux, c'est de voir punir ceux qui l'affligent. Voilà ce que l'âme faible désire avant tout. Quant au sage, il n'en est pas de même.


Que dit donc l'apôtre ?  "Qui sont les marques du juste jugement de Dieu". Il y a  là deux idées indiquées, à savoir: la punition des méchants et la récompense des bons. C'est comme s'il disait: Afin qu'en vous couronnant, afin qu'en les punissant, la justice de Dieu se manifeste. C'est en même temps une consolation…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 03 Jan 2018, 9:18 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) C'est en même temps une consolation qu'il leur adresse; il leur montre que les sueurs et les fatigues qu'ils souffrent, demandent, et qu'il est conforme à la justice qu'ils soient couronnés. L'apôtre leur parle d'abord de ce qui les concerne. En effet, quelque désireux qu'on soit de vengeance, ce sont d'abord les récompenses qu'on désire, voilà pourquoi il ajoute: "Et qui servent à vous rendre dignes du royaume de Dieu, pour lequel aussi vous souffrez". Ces persécutions ne sont donc pas un effet de la puissance supérieure des persécuteurs, mais de la nécessité d'entrer par cette voie dans le royaume de Dieu. "Car, c'est par beaucoup d'afflictions", dit l'Écriture, "que nous devons entrer dans le royaume de Dieu" (Actes XIV, 22). "Si vraiment il est juste devant Dieu, qu'il afflige à leur…"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques
ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 03 Jan 2018, 1:36 pm

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) C'est en même temps une consolation qu'il leur adresse; il leur montre que les sueurs et les fatigues qu'ils souffrent, demandent, et qu'il est conforme à la justice qu'ils soient couronnés. L'apôtre leur parle d'abord de ce qui les concerne. En effet, quelque désireux qu'on soit de vengeance, ce sont d'abord les récompenses qu'on désire, voilà pourquoi il ajoute: "Et qui servent à vous rendre dignes du royaume de Dieu, pour lequel aussi vous souffrez". Ces persécutions ne sont donc pas un effet de la puissance supérieure des persécuteurs, mais de la nécessité d'entrer par cette voie dans le royaume de Dieu. "Car, c'est par beaucoup d'afflictions", dit l'Écriture, "que nous devons entrer dans le royaume de Dieu" (Actes XIV, 22). "Si vraiment il est juste devant Dieu, qu'il afflige à leur…"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques
ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 03 Jan 2018, 1:38 pm

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




2. (suite) "Si vraiment il est juste devant Dieu, qu'il afflige à leur tour ceux qui vous affligent maintenant, et qu'il vous console avec nous, vous qui êtes dans l'affliction. Lorsque le Seigneur Jésus descendra du ciel avec les anges, qui sont les ministres de sa puissance" (II Thessaloniciens I, 6-7).  Ce "si vraiment", tient lieu ici, de parce que, expression que nous employons quand il s'agit d'une vérité incontestable qu'il est impossible de contredire; c'est donc pour, il est tout à fait juste. S'il est juste, dit-il, devant Dieu qu'il les punisse, n'en doutons pas, il les punira; c'est comme s'il disait: Si Dieu prend souci de ces choses, si Dieu s'en préoccupe.


Ce "si vraiment"a la même valeur que si la chose était incontestable, comme s'il disait :  Si Dieu déteste les méchants, pour forcer les auditeurs à dire que Dieu les déteste (ce sont là en effet des pensées sur lesquelles il n'y a pas le moindre doute); et de même ici, tout le monde est d'accord qu'il y a justice, car si cela est juste devant les hommes, à bien plus forte raison est-ce juste devant Dieu. "Qu'il afflige", dit-il, "ceux qui vous affligent, et qu'il vous console, vous qui êtes dans l'affliction". Eh quoi donc  ? Est-ce que la rétribution est égale ?...




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 03 Jan 2018, 1:42 pm

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3. Eh quoi donc ?  Est-ce que la rétribution est égale ? Nullement. Mais voyez comme il montre, par les paroles qui suivent, combien la rétribution est plus forte, combien la consolation dépasse les épreuves. Voyez, de plus, cette autre consolation: Partagez la rétribution, dit-il, avec ceux qui ont partagé l'affliction. C'est là en effet ce que signifie cet "avec nous". Il associe, au partage des couronnes, ceux qui ont fait peu de chose, et ceux dont les œuvres sont innombrables, incomparables. Ce n'est pas tout, il marque le temps, et il le décrit de manière à exalter les âmes; sa parole ouvre, pour ainsi dire, le ciel, et l'étale sous les yeux; montre l'armée des anges, et présente un admirable tableau plein de consolations pour les affligés.  


"Et qu'il vous console, avec nous, vous qui êtes dans l'affliction, lorsque le Seigneur Jésus descendra du ciel et paraîtra avec les anges, qui sont les ministres de sa puissance. Lorsqu'il viendra a au milieu des flammes se venger de ceux qui ne connaissent point Dieu et qui n'obéissent point à l'Évangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ" (II Thessaloniciens I, 8).  Si l'on est puni pour ne pas obéir à l'Évangile…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Jan 2018, 9:14 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3. (suite) Si l'on est puni pour ne pas obéir à l'Évangile, quel sera le sort de ceux qui, non seulement n'obéissent pas à l'Évangile, mais vous affligent ? A quels tourments ne sont-ils pas réservés ? Mais maintenant, remarquez la prudence de l'apôtre; il ne dit pas: Ceux qui vous affligent, mais: "ceux qui n'obéissent pas"; d'où il suit que, si ce n'est pas pour vous, c'est pour l'Évangile qu'il est nécessaire de les punir.


Cette parole, c'est pour prouver, avec plus de certitude, qu'il faut absolument les punir. Ce qui précède, c'est pour montrer qu'il faut que les fidèles soient honorés. La certitude du supplice qu'il annonce, les porte donc à la foi, et ce qui doit réjouir les fidèles, c'est que ces supplices sont la punition des maux qu'on leur a faits. Ces paroles s'adressaient à ceux de Thessalonique, mais elles nous conviennent à nous aussi. Donc, à l'heure des afflictions, méditons-les. Ne nous réjouissons pas du supplice des autres…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Jan 2018, 9:16 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3. (suite) Ne nous réjouissons pas du supplice des autres parce qu'il nous venge, réjouissons-nous d'être nous-mêmes affranchis de la  punition et du châtiment. Quel profit pour nous, lorsque les autres sont châtiés ? Ne souffrons pas, je vous en prie, dans nos âmes, de tels sentiments, mais que la royauté du ciel nous excite à la vertu. Sans doute, l'homme vraiment vertueux ne se décide ni par crainte, ni par amour de la royauté, mais par le seul amour du Christ; ainsi faisait Paul. Mais nous, méditons sur les biens du royaume céleste, sur les douleurs de l'enfer, et sachons, par ce moyen-là au moins, nous former, nous instruire, nous porter à notre devoir.


En présence de ce qui semble bon, de ce qui semble grand dans la vie présente, pensez à la royauté du ciel, et vous ne verrez plus qu'un néant ici-bas. En présence d'un objet terrible, pensez à l'enfer, et vous rirez; quand un désir charnel pénétrera en vous, pensez au feu éternel, méditez en même temps sur le plaisir même du péché, plaisir qui n'a rien de réel, plaisir qui n'est pas même un plaisir. Si les lois de ce monde sont assez terribles…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

soulignés et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 04 Jan 2018, 9:18 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3. (suite) Si les lois de ce monde sont assez terribles pour nous détourner des actions coupables, à bien plus forte raison faut-il le dire de la pensée des choses à venir, du châtiment immortel, de la peine éternelle. Si la crainte qu'inspire un roi de la terre nous écarte de tant d'actions mauvaises, à combien plus forte raison la crainte du Roi éternel.


Eh bien ! Comment pourrons-nous l'entretenir toujours en nous, cette crainte ? Écoutons souvent l'Écriture. Si l'aspect seul d'un mort fait que notre cœur se serre, à bien plus forte raison la géhenne et le feu inextinguible, à bien plus forte raison le ver qui ne meurt pas. Pensons toujours à la géhenne, nous ne serons pas près d'y tomber. Voilà pourquoi Dieu nous menace…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

soulignés et  
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 05 Jan 2018, 9:43 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3. (suite) Voilà pourquoi Dieu nous menace de ce supplice. Si la pensée de ce supplice n'était pas pour nous d'une grande utilité, Dieu ne nous en aurait pas menacés; mais cette pensée fait faire de grandes choses, et, comme un remède salutaire, la menace de Dieu l'applique à nos âmes. Ne méprisons pas l'utilité si grande qui en ressort pour nous; pensons-y sans cesse, dans les dîners, dans les soupers.


La conversation sur des sujets agréables n'est d'aucun profit pour l'âme, et ne fait que la rendre plus lâche; mais la conversation sur des sujets sévères et dont l'idée importune, retranche le luxe inutile des pensées superflues, prévient le relâchement de l'âme et en ramasse les forces. Les entretiens sur les théâtres et les acteurs…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 05 Jan 2018, 9:46 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3.  (suite) Les entretiens sur les théâtres et les acteurs ne servent de rien à l'âme, et ne font qu'ajouter à l'irréflexion, à la pétulance de la pensée. La curiosité qui recherche, qui fouille les actions d'autrui, jette souvent l'âme dans les périls; mais parler de la géhenne, c'est s'affranchir de tout péril, et rendre l'âme plus sage. Mais vomis redoutez les paroles de mauvais augure ?  Est-ce que votre silence éteindra la géhenne ?  Est-ce que votre parole l'allumera ?  Que vous parliez ou non, le feu s'embrasera. Ne cessons donc pas d'en parler, afin que vous n'y tombiez jamais. Il est impossible qu'une âme, inquiétée par la pensée de la géhenne, soit prompte à pécher. "Rappelez-vous votre dernière heure; et vous ne pécherez pas pour l'éternité" (Ecclésiastique XXVIII, 6).  Il est impossible qu'une âme, qui redoute les comptes à rendre un jour, n'ait pas de répugnance pour les prévarications.


La crainte, maîtrisant la pensée, n'y laisse rien entrer de mondain. Si les paroles qui rappellent l'enfer, abattent et répriment la pensée mauvaise, la raison qui a fait sa résidence dans les âmes, ne les purifie-t-elle pas plus encore que toutes les flammes ?  Ne pensons pas à la royauté du ciel autant qu'à la géhenne, car la crainte a plus de force que la promesse; et j'en sais un trop grand nombre qui dédaigneraient les biens incomparables, s'ils pouvaient s'affranchir de la punition. N'est-il pas vrai qu'il me suffit à moi-même de n'être pas puni, de n'être pas châtié ? Aucun de ceux qui ont la géhenne devant les yeux, ne tombera dans la géhenne; aucun de ceux qui méprisent la géhenne, n'échappera à la géhenne. De même que chez nous ceux qui redoutent les tribunaux…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

soulignés, italiques
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 05 Jan 2018, 9:51 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




3. (suite) De même que chez nous ceux qui redoutent les tribunaux, ne sont pas conduits devant les tribunaux, tandis que ceux qui les méprisent sont surtout ceux que l'on y traîne; de même pour la géhenne. Si les habitants de Ninive n'avaient pas redouté leur destruction, ils auraient été détruits; mais pour l'avoir redoutée, ils n'ont pas été détruits. Si les contemporains de Noé avaient redouté le déluge, ils n'auraient pas été engloutis. Si les Sodomites avaient redouté la flamme, ils n'auraient pas été dévorés parla flamme. C'est un grand malheur de mépriser les menaces;qui méprise les menaces, en éprouvera bien vite les effets.


Rien n'est aussi utile que de s'entretenir de la géhenne; voilà qui purifie les âmes, qui les rend plus blanches que l'argent le plus pur. Ecoutez les paroles du Prophète: "Vos jugements sont toujours devant moi" (Psaume XVII, 23).  Le Christ aussi en parle sans cesse; discours qui affligent l’auditeur, mais qui l'affligent pour sa plus grande utilité. Car il en est ainsi de tout ce qui nous est utile…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Sam 06 Jan 2018, 11:34 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. Car il en est ainsi de tout ce qui nous est utile. Ne vous en étonnez pas, les médicaments, les aliments répugnent d'abord au malade, et ils lui sont utiles. Si nous ne supportons pas la rigueur des paroles, il est évident que nous ne supporterons pas l'affliction réelle; si l'on ne supporte pas les discours sur la géhenne, évidemment quand la persécution viendra, l'on ne saura pas résister au feu et au glaive. Sachons donc habituer notre oreille à ces discours, préservons- nous, de la mollesse. Après les paroles, viendra pour nous la réalité. Habituons-nous à entendre des choses terribles pour nous habituer à supporter des choses terribles.


Si notre relâchement va jusqu'à ne pas pouvoir endurer des paroles, comment pourrons-nous tenir contre les rigueurs de la réalité ? Voyez quel mépris pour tous les mauvais traitements, pour les dangers survenant coup sur coup, manifeste le bienheureux Paul. C'est que ses méditations l'avaient porté jusqu'au mépris de l'enfer, pour se rendre agréable à Dieu. La réalité même de l'enfer lui paraissait…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Sam 06 Jan 2018, 11:37 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. (suite) La réalité même de l'enfer lui paraissait peu de chose, pour l'amour du Christ; et nous, en considération de nos intérêts, nous ne supportons même pas les paroles qui le rappellent. A peine avez-vous entendu quelques mots sur ce sujet, vite vous vous retirez. Je vous en prie, s'il y a en vous quelque charité, ne vous lassez pas de semblables entretiens. Ces méditations ne sauraient en rien vous nuire, supposé qu'elles ne vous servent pas; au contraire, je suis sûr qu'elles vous serviront, car l'âme se façonne selon les discours qu'elle entend.  "Les mauvais entretiens gâtent les bonnes mœurs", dit l'apôtre (I Corinthiens XV, 33).  


D'où il suit que les bons entretiens les améliorent: Les entretiens sur des sujets terribles inspirent la sagesse. L'âme est comme une cire: exposez-la au froid de certains discours, vous la pétrifiez, vous l'endurcissez. Au contraire, les discours fervents l'amollissent; et quand elle est amollie, vous lui donnez la forme que vous voulez, et vous y gravez la royale image. Donc, bouchons nos oreilles aux discours inconsidérés…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Sam 06 Jan 2018, 11:39 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. (suite) Donc, bouchons nos oreilles aux discours inconsidérés, redoutons ce mal, d'où proviennent tous les maux. Si l'attention de notre âme s'exerçait uniquement à entendre les divines paroles, elle ne ferait pas attention aux autres discours, et n'y faisant pas attention, elle ne se porterait pas aux actions mauvaises. Car la route qui conduit aux actions, c'est la parole; d'abord nous pensons, ensuite nous parlons , puis nous agissons. Grand nombre d'hommes, pleins de sagesse et de modération, ont commencé par les paroles honteuses pour arriver aux actions honteuses. Notre âme, en effet, n'est de sa nature ni bonne ni mauvaise; c'est le libre arbitre qui la met tantôt dans tel état, tantôt dans tel autre.


De même que la voile porte le navire partout où souffle le vent, ou plutôt, de même que le gouvernail transporte le navire, si le vent est favorable; de même la pensée, si les bonnes paroles sont portées par un vent favorable, naviguera sans péril. Dans le cas contraire, la pensée fera souvent naufrage; car, ce que sont les vents pour les navires, les paroles le sont pour les âmes; partout où vous voulez, vous transportez et tournez votre pensée; de là ce conseil de l’Écriture : ""Que toutes vos paroles soient conformes à la loi du Très-Haut " (Ecclésiastique IX, 23).  Aussi je vous en prie…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

soulignés, italiques
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 07 Jan 2018, 11:13 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. (suite) Aussi je vous en prie, quand les nourrices vous rendent vus enfants, ne les habituez pas à des contes de vieille femme; mais, dès l'âge le plus tendre, qu'ils apprennent ce que c'est que le jugement; gravons-leur dans l'âme ce que c'est que le supplice. Cette crainte, enracinée dans les cœurs, produit de grands biens. L'âme qui, dès les premières années de l'enfance, s'est pliée à cette attente, ne secouera pas facilement ce guide dont elle a peur; comme un cheval, docile au freins l'âme qui, sent peser sur elle la pensée de la géhenne, marche d'un pas bien réglé, et toutes ces paroles seront conformes à son utilité, et ni jeunesse, ni richesse, ni perte ou abandon, ou quoi que ce soit, ne pourra lui nuire, si elle a cette raison solide assez forte pour résister à tout.  Ces entretiens doivent être notre règle et notre frein…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

soulignés et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 07 Jan 2018, 11:16 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. (suite) Ces entretiens doivent être notre règle et notre frein, pour nous, pour nos femmes, nos esclaves, nos enfants, nos amis, et, s'il est possible, pour nos ennemis. Nous pouvons, avec ces entretiens, retrancher le grand nombre de nos péchés, et vivre, au milieu des afflictions, plus heureux qu'au sein de la prospérité, et je vais vous le prouver.  Répondez-moi:  Vous entrez dans une maison où se célèbre un mariage, et, pendant une heure, ce spectacle vous amuse, mais bientôt vous vous retirez, et le chagrin vous dessèche parce que vous n'êtes pas aussi riche; vous entrez, au contraire, dans une maison en deuil, et quelque riches qu'en soient les habitants, en vous retirant, vous vous sentez le cœur en repos, parce que ce que vous avez vu, ne vous a pas inspiré l'envie, mais vous a consolés de votre pauvreté. Vous le voyez, la réalité vous montre que…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 07 Jan 2018, 11:18 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. (suite) Vous le voyez, la réalité vous montre que la richesse n'est pas un bien, que la pauvreté n'est pas un mal; que ce sont choses indifférentes. Maintenant, parlez, je suppose, des plaisirs recherchés de la vie, vous heurtez l'homme qui n'a pas assez de ressources pour se les procurer; parlez, au contraire, contre les délices, et, si vous le voulez, de la géhenne, la conversation est de nature à vous intéresser vivement, car cette pensée que les plaisirs délicats n'auront servi absolument à rien pour préserver du feu à venir, vous empêchera de les rechercher. Ce n'est pas tout, la pensée que ces plaisirs ne servent d'ordinaire qu'à irriter ce feu, non seulement vous empêchera de les rechercher, mais vous portera encore à les haïr, à les repousser loin de vous.


Donc n'évitons pas les discours sur la géhenne, si nous voulons éviter la géhenne; n'évitons pas la pensée du châtiment, si nous voulons n'être pas châtiés. Si ce riche, bien connu, avait pensé au feu de l'enfer, il n'aurait pas péché. C'est pour n'y avoir jamais pensé, qu'il y est tombé d'une chute si terrible. Réponds-moi, ô homme, il te faudra comparaître devant le tribunal du Christ. Quel sujet d'entretien peux-tu préférer…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 07 Jan 2018, 11:21 am

.
.    

"PAUL, ET SILVAIN, ET TIMOTHÉE, À L'ÉGLISE DE THESSALONIQUE,

EN DIEU NOTRE PÈRE, ET EN JÉSUS-CHRIST, NOTRE SEIGNEUR.

QUE DIEU NOTRE PÈRE ET LE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, VOUS DONNENT LA GRÂCE ET LA PAIX."

(II Thessaloniciens I, vv.1- 8 )



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. La grâce divine, bien inestimable. — Joseph et la femme de Putiphar; Joseph comblé de la faveur de Dieu.
— La foi défie les tempêtes, les déluges ne l'engloutissent pas.
— Grande ressource, être bien uni, ne former qu'un corps.
2. De la charité. — De l'imperfection de l'amour qui n'est pas l'amour divin.
— De la patience dans les persécutions.
— Nécessité des afflictions pour entrer dans le royaume de Dieu.
— La rémunération future bien supérieure aux épreuves endurées.
3. Réjouissons-nous des récompenses à venir, mais non de la punition certaine des méchants.
— Sans perdre de vue, d'une part les châtiments, d'autre part, les récompenses, tout en méditant des vérités
qui doivent servir à nous fortifier, excitons-nous à la vertu, par le seul amour de Jésus-Christ.
— La crainte des châtiments, combien utile et salutaire.
4. Utilité des entretiens sévères; évitons les frivolités, les discours inutiles, la curiosité indiscrète, les médisances.
— Mollesse des âmes qui ne peuvent supporter les discours sur l'enfer. — Paul les méprisait. Pourquoi ?
— Les richesses ne sont pas des biens, la pauvreté n'est pas un mal, la pensée de l'avenir est tout.




4. (suite) Quel sujet d'entretien peux-tu préférer à celui-là ? Si tu as un procès auprès d'un juge, tu en parles, non seulement pendant la nuit, non seulement pendant le jour, non pas quelques instants seulement, non pas une heure seulement, mais toujours, mais sans cesse; tu ne parles que de ce procès; et quand il te faudra rendre compte de ta vie tout entière, et subir un jugement; tu ne peux pas même supporter ceux qui te rappellent ce jugement ?  


Eh bien, voilà pourquoi tout meurt, pourquoi tout est perdu, c'est que, pour avoir à nous présenter devant un tribunal humain pour des affaires de la vie présente, nous mettons tout en mouvement, nous adressons des prières à tout le monde, nous ne cessons pas un instant de nous inquiéter, de tout faire, en vue de ce procès; et nous, les mêmes hommes, nous qu'attend le tribunal du Christ, au bout d'un temps bien court, nous ne faisons rien, ni par nous, ni par les autres; nous n'adressons pas nos prières au juge, quoiqu'il nous donne assez de temps pour cela, quoiqu'il ne nous enlève pas du beau milieu de nos péchés, quoiqu'il nous permette, au contraire, de nous en dépouiller; quoiqu'il fasse, par lui-même, tout ce que lui inspirent et sa bonté et sa clémence.


Inutile sollicitude: et voilà pourquoi plus rigoureux est le châtiment. Mais loin de nous de le sentir par expérience. Aussi, je vous en conjure, revenons, maintenant du moins, à la sagesse; ayons toujours la géhenne devant les yeux; réfléchissons sur ces comptes à rendre de toute nécessité; et puissent ces pensées nous faire fuir le vice, nous porter à la vertu, nous mériter les biens promis à ceux qui l'aiment, par la grâce et par la bonté, etc.


Grand nombre d'hommes ont bon espoir…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 08 Jan 2018, 10:08 am

.
.    

"QUI SOUFFRIRONT LA PEINE D'UNE ÉTERNELLE DAMNATION,

ÉTANT CONFONDUS PAR LA FACE DU SEIGNEUR ET PAR LA GLOIRE DE SA PUISSANCE,

LORSQU'IL VIENDRA POUR ÊTRE GLORIFIÉ DANS SES SAINTS,

ET POUR SE FAIRE ADMIRER DANS TOUS CEUX QUI AURONT CRU EN LUI."

(II Thessaloniciens I, v.9 ― II Thessaloniciens II, v.5)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. L'enfer, la géhenne n'est pas un supplice temporaire mais éternel. — Comment Dieu sera glorifié par les élus.
— La gloire du fidèle, c'est l'affliction reçue à cause du Christ.
2. De l'avènement du Christ, et de notre réunion avec lui.
— Des imposteurs qui montraient des lettres supposées de saint Paul. — De l'antéchrist.
3. De la nécessité où les fidèles mettaient l'apôtre de leur répéter, par écrit, ses enseignements donnés de vive voix.
— L'effet de la prédication ne dépend pas uniquement des docteurs et des maîtres;
il faut l'attention de ceux qui reçoivent la parole et l'application de leur mémoire.
— Des passions qui s'opposent à l'effet de la prédication.
4. Contre l'avarice. — Les richesses et les épines; les riches et les chameaux.
— Il faut, par tous les moyens, extirper de nos âmes l'amour des richesses.
— Contre les riches qui viennent s'étaler dans les églises.
— Texte d'une verve admirable sur les riches qui croient faire grand honneur à Dieu.
— De la lecture de l'Écriture sainte.




1. Grand nombre d'hommes ont bon espoir; ce n'est pas qu'ils s'abstiennent du péché, mais c'est qu'ils regardent la géhenne comme moins rigoureuse qu'on ne le dit. Ils la croient plus douce que les menaces ne l'annoncent; temporaire, non éternelle, et ils font là-dessus beaucoup de dissertations. Quant à moi, non seulement je ne la crois pas plus douce que les menaces ne nous l'annoncent, mais je la crois beaucoup plus terrible, et j'en puis donner un grand nombre de preuves, et conclure ce qui en est, des paroles mêmes qui nous annoncent la géhenne. Toutefois, je n'en veux rien faire, quant à présent; il suffit de la crainte, inspirée par les seules paroles, quand même nous n'en expliquerions pas le sens. Non, l'enfer n'est pas temporaire…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 08 Jan 2018, 10:11 am

.
.    

"QUI SOUFFRIRONT LA PEINE D'UNE ÉTERNELLE DAMNATION,

ÉTANT CONFONDUS PAR LA FACE DU SEIGNEUR ET PAR LA GLOIRE DE SA PUISSANCE,

LORSQU'IL VIENDRA POUR ÊTRE GLORIFIÉ DANS SES SAINTS,

ET POUR SE FAIRE ADMIRER DANS TOUS CEUX QUI AURONT CRU EN LUI."

(II Thessaloniciens I, v.9 ― II Thessaloniciens II, v.5)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. L'enfer, la géhenne n'est pas un supplice temporaire mais éternel. — Comment Dieu sera glorifié par les élus.
— La gloire du fidèle, c'est l'affliction reçue à cause du Christ.
2. De l'avènement du Christ, et de notre réunion avec lui.
— Des imposteurs qui montraient des lettres supposées de saint Paul. — De l'antéchrist.
3. De la nécessité où les fidèles mettaient l'apôtre de leur répéter, par écrit, ses enseignements donnés de vive voix.
— L'effet de la prédication ne dépend pas uniquement des docteurs et des maîtres;
il faut l'attention de ceux qui reçoivent la parole et l'application de leur mémoire.
— Des passions qui s'opposent à l'effet de la prédication.
4. Contre l'avarice. — Les richesses et les épines; les riches et les chameaux.
— Il faut, par tous les moyens, extirper de nos âmes l'amour des richesses.
— Contre les riches qui viennent s'étaler dans les églises.
— Texte d'une verve admirable sur les riches qui croient faire grand honneur à Dieu.
— De la lecture de l'Écriture sainte.




1. (suite) Non, l'enfer n'est pas temporaire: écoutez ce que dit Paul de ceux qui ne veulent pas connaître Dieu, qui ne croient pas à l'Évangile. Ceux-là seront punis d'une mort éternelle. Ce qui est éternel peut-il être temporaire ? "Confondus", dit l'apôtre, "par la face du Seigneur. Il indique par là la promptitude irrésistible du supplice.Ces riches si orgueilleux, il ne faut pas, dit l'apôtre, déployer contre eux un grand effort : il suffit que Dieu se présente et se montre, et les voilà tous en proie aux châtiments, au supplice. La présence du Seigneur sera, pour les uns, la lumière; pour les autres, le supplice. "Et par la gloire", dit…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 08 Jan 2018, 10:15 am

.
.    

"QUI SOUFFRIRONT LA PEINE D'UNE ÉTERNELLE DAMNATION,

ÉTANT CONFONDUS PAR LA FACE DU SEIGNEUR ET PAR LA GLOIRE DE SA PUISSANCE,

LORSQU'IL VIENDRA POUR ÊTRE GLORIFIÉ DANS SES SAINTS,

ET POUR SE FAIRE ADMIRER DANS TOUS CEUX QUI AURONT CRU EN LUI."

(II Thessaloniciens I, v.9 ― II Thessaloniciens II, v.5)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. L'enfer, la géhenne n'est pas un supplice temporaire mais éternel. — Comment Dieu sera glorifié par les élus.
— La gloire du fidèle, c'est l'affliction reçue à cause du Christ.
2. De l'avènement du Christ, et de notre réunion avec lui.
— Des imposteurs qui montraient des lettres supposées de saint Paul. — De l'antéchrist.
3. De la nécessité où les fidèles mettaient l'apôtre de leur répéter, par écrit, ses enseignements donnés de vive voix.
— L'effet de la prédication ne dépend pas uniquement des docteurs et des maîtres;
il faut l'attention de ceux qui reçoivent la parole et l'application de leur mémoire.
— Des passions qui s'opposent à l'effet de la prédication.
4. Contre l'avarice. — Les richesses et les épines; les riches et les chameaux.
— Il faut, par tous les moyens, extirper de nos âmes l'amour des richesses.
— Contre les riches qui viennent s'étaler dans les églises.
— Texte d'une verve admirable sur les riches qui croient faire grand honneur à Dieu.
— De la lecture de l'Écriture sainte.




1. (suite) "Et par la gloire", dit l'apôtre, "de sa puissance, lorsqu'il viendra pour être glorifié dans ses saints, et pour se faire admirer dans tous ceux qui auront cru en lui". Que dites-vous ? Dieu sera glorifié ? Sans doute;  "dans tous ses saints", dit l'apôtre. Comment cela ? Quand ces orgueilleux, dit-il, verront ceux qu'ils frappaient, qu'ils méprisaient, qu'ils raillaient, se tenir auprès de Dieu, c'est alors qu'apparaîtra la gloire de Dieu, ou plutôt, et la gloire des élus, et la gloire de Dieu; du Dieu, qui ne les a pas abandonnés, qui les a rendus glorieux et illustres; et la gloire des élus, qui auront été jugés dignes d'un si grand honneur.


Comme ils composent sa richesse, parce qu'ils sont fidèles, de même ils sont sa gloire parce qu'ils vont entrer dans la possession de ses biens. La gloire du bien suprême, c'est de pouvoir se répandre et se communiquer.  "Et pour se faire admirer dans tous ceux qui auront cru en lui"; c'est-à-dire, par le moyen de ceux qui auront cru en lui. Voici encore une fois le mot  "dans", signifiant  "par le moyen de". C'est par le moyen de ces fidèles…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mar 09 Jan 2018, 9:28 am

.
.    

"QUI SOUFFRIRONT LA PEINE D'UNE ÉTERNELLE DAMNATION,

ÉTANT CONFONDUS PAR LA FACE DU SEIGNEUR ET PAR LA GLOIRE DE SA PUISSANCE,

LORSQU'IL VIENDRA POUR ÊTRE GLORIFIÉ DANS SES SAINTS,

ET POUR SE FAIRE ADMIRER DANS TOUS CEUX QUI AURONT CRU EN LUI."

(II Thessaloniciens I, v.9 ― II Thessaloniciens II, v.5)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. L'enfer, la géhenne n'est pas un supplice temporaire mais éternel. — Comment Dieu sera glorifié par les élus.
— La gloire du fidèle, c'est l'affliction reçue à cause du Christ.
2. De l'avènement du Christ, et de notre réunion avec lui.
— Des imposteurs qui montraient des lettres supposées de saint Paul. — De l'antéchrist.
3. De la nécessité où les fidèles mettaient l'apôtre de leur répéter, par écrit, ses enseignements donnés de vive voix.
— L'effet de la prédication ne dépend pas uniquement des docteurs et des maîtres;
il faut l'attention de ceux qui reçoivent la parole et l'application de leur mémoire.
— Des passions qui s'opposent à l'effet de la prédication.
4. Contre l'avarice. — Les richesses et les épines; les riches et les chameaux.
— Il faut, par tous les moyens, extirper de nos âmes l'amour des richesses.
— Contre les riches qui viennent s'étaler dans les églises.
— Texte d'une verve admirable sur les riches qui croient faire grand honneur à Dieu.
— De la lecture de l'Écriture sainte.




1. (suite) C'est par le moyen de ces fidèles que Dieu se rend admirable. En effet, quand ceux qui étaient dans la misère, dans l'abjection, éprouvés par des maux innombrables et qui ont gardé la foi, sont élevés par lui à une gloire si éclatante, c'est alors que sa puissance se montre. Ils paraissaient abandonnés, et les voilà dans la jouissance, dans la plénitude de la gloire. C'est alors surtout que se montre toute la gloire de Dieu et sa puissance. Comment cela maintenant ? Ecoutez les paroles qui suivent: "Puisque le témoignage que nous avons rendu à la parole a été reçu dans l'attente de ce jour-là. C'est pourquoi nous prions sans cesse pour vous". Ce qui veut dire:



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 34056
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum