COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 25 Jan 2018, 10:08 am

.
.    

"ET VOUS SAVEZ BIEN CE QUI EMPÊCHE QU'IL NE VIENNE,

AFIN QU'IL PARAISSE EN SON TEMPS; CAR LE MYSTÈRE D'INIQUITÉ SE FORME DÈS À PRÉSENT:

IL FAUT SEULEMENT QUE CELUI QUI LE RETIENT MAINTENANT, LE RETIENNE ENCORE,

JUSQU'À CE QU'IL SOIT ÔTÉ DU MONDE, ET ALORS SE DÉCOUVRIRA L'IMPIE QUE LE SEIGNEUR JÉSUS

DÉTRUIRA PAR LE SOUFFLE DE SA BOUCHE, ET QU'IL PERDRA PAR L'ÉCLAT DE SA PRÉSENCE.

CET IMPIE QUI DOIT VENIR ACCOMPAGNÉ DE LA PUISSANCE DE SATAN."

(II Thessaloniciens II. v.6 ― II Thessaloniciens III, v.2)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Raisons de l'obscurité dont l'apôtre s'enveloppe en parlant de l'antéchrist.
— Pourquoi Dieu suscitera l'antéchrist.
2. De la sanctification qui conduit à la gloire. — De la foi due à la tradition de l'église.
— Contre les hérétiques qui prétendent que le Fils est moindre que le Père.
— Précepte d'humilité; tout est l'œuvre de Dieu.
3. De l'efficacité de la prière. — Paul a demandé aux fidèles de prier pour lui;
l'orateur de Constantinople veut suivre l'exemple de Paul;
lui aussi se recommande aux prières des fidèles,
mais qu'on ne t’accuse pas de prétendre se comparer à Paul.
4. Combien l'église est intéressée à prier pour son chef.
— Paroles touchantes du premier pasteur de l'église
de Constantinople sur l'égalité d'honneurs et de biens entre son peuple et lui.




4. (suite) J'ai les soucis, les fatigues, les inquiétudes, les douleurs que je ressens pour vous; mais rien de plus doux que cette douleur. Une mère souffrant pour son enfant, trouve des charmes dans cette souffrance; elle est inquiète pour ses enfants et elle se fait une joie de ses inquiétudes. C'est que, si l'inquiétude est par elle-même une chose amère, quand on l'éprouve pour ses enfants, on y trouve des délices. Il en est un grand nombre de vous que j'ai enfantés, et ensuite sont venues les douleurs de l'enfantement.


Qu'est-ce à dire ?  Chez les mères selon le corps, les douleurs commencent et l'enfantement arrive; chez nous, au contraire, les douleurs durent jusqu'au dernier soupir, dans la crainte que l'enfant ne devienne un avorton, et voilà ce qui cause nos alarmes; car, si la génération vient souvent d'un autre, je n'en suis pas moins déchiré de soucis. En effet, nous n'engendrons pas de nous-mêmes, c'est l'œuvre uniquement de la grâce de Dieu. Mais si nous sommes deux pour produire l'enfantement par l'Esprit, vous aurez raison de dire que mes enfants sont les enfants de celui qui coopère avec moi, et que les enfants de celui qui coopère avec moi sont mes enfants. Méditez sur toutes ces choses, et donnez-nous votre main pour être notre gloire, et pour que nous soyons la vôtre, au jour de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Puissions-nous tous le voir avec confiance, en Jésus-Christ Notre-Seigneur.


Nous ne devons ni nous reposer uniquement sur les prières…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 26 Jan 2018, 9:58 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. Nous ne devons ni nous reposer uniquement sur les prières des saints, en demeurant inactifs nous-mêmes, courant au vice et n'entreprenant aucune action vertueuse; ni, d'un autre côté, mépriser ce précieux secours tout en faisant le bien. Grande est la puissance, grande est l'efficacité de la prière que l'on fait pour nous, mais à la condition que nous agissions nous-mêmes. Voilà pourquoi Paul, en priant pour ceux de Thessalonique, leur inspire de la confiance par une promesse et leur dit: "Mais Dieu est fidèle, et il vous affermira et vous préservera du malin esprit". Car s'il vous a choisis pour le salut…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques
ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 26 Jan 2018, 10:00 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. (suite) Car s'il vous a choisis pour le salut, il ne mentira pas, il ne consentira pas à votre perte. Mais maintenant Paul veut prévenir la négligence qui s'endormirait, après avoir remis à Dieu tout le soin de cette affaire; et voyez comme il exige leur coopération, il leur dit: "Pour ce qui vous regarde, nous avons cette confiance en la bonté du Seigneur, que vous accomplissez, et que vous accomplirez à l'avenir ce que nous vous ordonnons". Dieu est fidèle, dit-il, et s'il promet de sauver, il sauvera, mais selon l'esprit de sa promesse. A quelles conditions, cette promesse ?...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 26 Jan 2018, 10:03 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. (suite) A quelles conditions, cette promesse ? Que nous ayons la bonne volonté , que nous écoutions sa voix: il ne nous sauvera pas d'une manière absolue, sans conditions pour nous, il ne sauvera pas des morceaux de bois, des pierres, des oisifs; c'est encore avec raison que l'apôtre dit: "Nous avons cette confiance en la bonté du Seigneur", c'est-à-dire, nous croyons à son amour pour les hommes.


Dans un autre ordre d'idées maintenant, il les rabaisse: tout dépend de Dieu. Si l'apôtre eût dit: Nous croyons en vous, c'eût été leur faire un grand éloge, mais il ne leur aurait pas enseigné qu'il faut tout rapporter à Dieu. Maintenant s'il leur avait dit…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 28 Jan 2018, 2:55 pm

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. (suite) Maintenant s'il leur avait dit: Nous avons confiance en la bonté du Seigneur qu'il vous gardera, sans ajouter: "Pour ce qui vous regarde"; sans ajouter: "Que vous accomplissez, et que vous accomplirez à l'avenir ce que nous vous ordonnons", il leur aurait enseigné le relâchement, en renvoyant tout à Dieu et à sa puissance. Car s'il faut tout renvoyer à Dieu, il faut, en même temps, agir nous-mêmes, accepter les fatigues et les combats. Et l'apôtre montre ici qu'alors même que la vertu seule suffirait pour nous sauver, encore faut-il qu'elle ne soit jamais interrompue, qu'elle nous accompagne jusqu'à notre dernier soupir. "Que le Seigneur vous donne un cœur droit, dans l'amour de Dieu et dans la patience de Jésus-Christ"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 28 Jan 2018, 2:57 pm

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. (suite) "Que le Seigneur vous donne un cœur droit, dans l'amour de Dieu et dans la patience de Jésus-Christ". Nouvel éloge qu'il leur adresse, avec une prière qui montre son intérêt pour eux. Il va les réprimander, il commence par les flatter, par disposer doucement leur cœur, en leur disant: J'ai confiance  que vous écouterez; en leur disant qu'il réclame d'eux des prières; en leur disant que, de son côté, il demande pour eux l'abondance de tous les biens. "Que le Seigneur vous donne un cœur droit, dans l'amour de Dieu".


Il y a bien des causes qui détournent de l'amour, bien des sentiers qui vous entraînent au loin; et d'abord la cupidité qui jette, pour ainsi dire, impudemment ses mains sur nos âmes; qui les saisit, en les déchirant, et violemment les entraîne en dépit de tout; ensuite la vaine gloire; et souvent les afflictions, les tentations nous poussent hors du droit chemin. Aussi avons-nous besoin, comme d'un souffle favorable…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Dim 28 Jan 2018, 2:59 pm

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. (suite) Aussi avons-nous besoin, comme d'un souffle favorable, du secours de Dieu; il faut qu'il remplisse notre voile et nous reporte vers l'amour divin. Et ne me dites pas: Je l'aime plus que moi-même, ce sont des mots; ce sont nos actions qui doivent montrer si vous l'aimez plus que vous-mêmes. Aimez-le plus que l'argent, et alors je croirai sans peine que vous l'aimez plus que vous-mêmes. Si vous ne méprisez pas les richesses à cause de Dieu, comment vous mépriserez-vous vous-mêmes ?  Mais, que dis-je, les richesses ?  Si vous ne méprisez pas l'avarice, ce que vous devriez faire, même en l'absence de toute prescription, de Dieu, comment vous mépriserez-vous vous-mêmes ?


— "Et dans la patience de Jésus-Christ", dit l'apôtre. Qu'est-ce que cela veut dire: "Dans la patience ?"


— Que nous souffrions avec patience ce qu'il a souffert; que nous fassions ce qu'il a fait, ou bien encore que nous l'attendions patiemment, c’est-à-dire que nous soyons prêts. Il a fait des promesses considérables; il vient lui-même juger les vivants et les morts; attendons-le, ayons patience. En disant: "Patience", l'apôtre donne à entendre l'affliction, car c'est aimer Dieu que de souffrir avec patience, et de ne pas se laisser troubler. "Nous vous ordonnons, mes frères, au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ…"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 29 Jan 2018, 10:35 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




1. (suite) "Nous vous ordonnons, mes frères, au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ, de vous retirer de tous ceux d'entre vos frères qui se conduisent d'une manière déréglée, et non selon la tradition qu'ils ont reçue de nous"(II Thessaloniciens III, v.6). Ce qui veut dire: Ce n'est pas nous qui vous disons ces choses, c'est le Christ. Voilà, en effet, ce que signifie: "Au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ", , paroles qui montrent combien l'ordre est redoutable; c'est par le Christ, dit-il, que nous vous ordonnons; nulle part le Christ ne nous autorise à l'inertie: "De vous retirer" , dit l'apôtre, "de tous ceux d'entre vos frères".


Ne me parlez ni de riches, ni de pauvres, ni de saints; tout cela n'a rien à voir avec l'ordre. "Qui marchent", dit-il; cela veut dire qui se conduisent "d'une manière déréglée et non selon la tradition qu'ils ont reçue de nous". Il parle de la tradition par les œuvres; c'est toujours là, au propre, la tradition qu'il entend. "Car vous savez vous-mêmes ce qu'il faut faire pour nous imiter, puisqu'il n'y a rien eu de déréglé dans la manière dont nous avons vécu parmi vous, et nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne" (II Thessaloniciens III, vv.7-8). Quand même je l'aurais mangé, je ne l'aurais…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 29 Jan 2018, 10:38 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.





1. (suite) Quand même je l'aurais mangé, je ne l'aurais pas mangé gratuitement. "Car celui qui travaille, mérite sa récompense". (Luc X, 7).  "Mais nous avons travaillé jour et nuit, avec peiné et avec fatigues, pour n'être à charge à aucun de vous; ce n'est pas que nous n'en eussions le pouvoir, mais c'est que nous avons voulu nous donner nous-mêmes pour modèles, afin que vous nous imitiez. Aussi, lorsque nous étions avec vous, nous vous déclarions que celui qui ne veut point travailler ne doit point manger" (II Thessaloniciens III, vv.9-10).  Voyez, dans la première épître…


SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques
ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Lun 29 Jan 2018, 10:39 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. Voyez, dans la première épître, comme il s'exprime avec plus de douceur à ce sujet, par exemple, quand il dit: "Je vous exhorte, mes frères, à vous avancer de plus en plus, et à vous appliquer". (I Thessaloniciens IV, 10;12).  On n'y trouve nulle part: Nous vous ordonnons; ni: Au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ; ce qui est redoutable et rempli de dangers; mais: "De vous avancer", dit-il, "et de vous appliquer"; ce qui était une exhortation à la vertu, comme le: "Afin que vous vous conduisiez honnêtement". (I Thessaloniciens IV, 11).  


Ici, au contraire, rien de pareil; mais: "Celui qui ne veut point travailler, ne doit point manger". C'est qu'en effet, si Paul, qui n'avait pas besoin de travailler, qui pouvait vivre en prenant des loisirs, s'était assujetti à un si grand labeur, travaillait, et non seulement travaillait, mais travaillait nuit et jour, afin de secourir les autres, à bien plus forte raison d'autres devaient-ils imiter son exemple. "Nous avons appris qu'il y en a parmi vous qui marchent d'une manière déréglée…"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mar 30 Jan 2018, 9:53 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. (suite) "Nous avons appris qu'il y en a parmi vous qui marchent d'une manière déréglée, ne travaillant point, se mêlant de ce qui ne les regarde pas (II Thessaloniciens III, v.11).  Ceci, dans l'épître qui nous occupe; dans la précédente, il y avait: "Afin que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux qui sont hors de l'Église". Pourquoi cette différence ? Peut-être n'y avait-il rien d'abord qui pût motiver une pareille observation; ailleurs aussi, il disait:  "C'est un plus grand bonheur de donner que de recevoir" (Actes XX, 35).  


Quant à cette expression:  "Que vous vous conduisiez honnêtement" , elle ne se rapporte pas à l'immodestie, à la dissolution des mœurs; aussi ajoute-t-il:  "Et que vous vous mettiez en état de n'avoir besoin de personne". Mais, dans l'épître qui nous occupe, il parle d'une autre nécessité de faire ce qui est honnête, de faire ce qui est bien auprès de tous; car en continuant, il leur dit: "Ne vous lassez point de faire ce qui est bien". Il est de toute nécessité que celui…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mar 30 Jan 2018, 9:55 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. (suite) Il est de toute nécessité que celui qui ne fait rien, et qui peut travailler, s'occupe de ce qui ne le regarde pas. Or, l'aumône ne se donne qu'à ceux qui ne peuvent pas trouver leur subsistance dans le travail de leurs mains, ou à ceux qui enseignent, et dont tous les instants sont absorbés par l'enseignement: "Vous ne lierez pas", dit l'Écriture,  "la bouche du bœuf qui broie le grain dans l'aire" (Deutéronome XV, 4); et: "Celui qui travaille; mérite sa récompense" (Matthieu  XI, 10). Celui qui travaille, reçoit son salaire; il est évident que celui-là n'est pas inactif, il travaille, et comme son travail est grand , il en reçoit le salaire.


Quant à celui qui ne fait rien, la prière et le jeûne ne lui tiennent pas lieu du travail des mains; car, par travail, l'apôtre entend le travail des mains. Et pour ôter toute incertitude, il ajoute: "Qui ne travaillent point, et qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas". "Or, nous ordonnons à ces personnes, et nous les conjurons, par Notre-Seigneur…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mar 30 Jan 2018, 9:57 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. (suite) "Or, nous ordonnons à ces personnes, et nous les conjurons, par Notre-Seigneur Jésus-Christ, de manger leur pain, en travaillant, en silence (II Thessaloniciens III, v.12).  Après les avoir rudement frappés, il prend un ton plus doux: "Par Notre-Seigneur Jésus-Christ"; c'est le ton de la persuasion, mêlé d'idées terribles:  "De manger leur pain, en travaillant, en silence".


Pourquoi ne dit-il pas: S'ils n'ont pas de mauvaises mœurs,  s'ils ne vivent pas dans la dissolution, nourrissez-les ?  Pourquoi cette double exigence, et du silence et du travail ? C'est qu'il veut que ces personnes-là gagnent leur vie par leur propre travail; c'est là le sens de cette expression: "De manger leur pain", c'est-à-dire ce qu'elles ont gagné par leur propre travail; non pas le pain d'autrui, non pas le pain mendié. "Et pour vous, mes frères, ne vous lassez point de faire ce qui est bien




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 31 Jan 2018, 11:22 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. (suite) "Et pour vous, mes frères, ne vous lassez point de faire ce qui est bien (II Thessaloniciens III, v. 13). Voyez tout de suite les entrailles paternelles qui s'émeuvent; il n'a pas pu pousser plus loin la réprimande; par un changement de sentiment, il cède à la pitié; mais voyez avec quelle prudence; il ne dit pas: Ayez pitié d'eux jusqu'à ce qu'ils se corrigent, mais que dit-il ? "Pour vous, ne vous lassez point de faire ce qui est bien". Retirez-vous, dit-il, loin des paresseux, et faites-leur des reproches. Cependant ne détournez pas les yeux, s'ils meurent de faim. Mais si, recevant de nous l'abondance…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 31 Jan 2018, 11:25 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. (suite) Mais si, recevant de nous l'abondance, le paresseux demeure dans l’oisiveté, l'apôtre indique, pour le guérir, un remède où il y a de la douceur. Que dit-il donc ? Si, recevant de nous l'abondance, il demeure dans l'oisiveté, eh bien, dit-il, je vous ai indiqué un remède paisible: "Retirez-vous du paresseux"; c'est-à-dire, ne lui permettez pas la confiance, la liberté de la parole auprès de vous; montrez que vous êtes en colère. Ce moyen n'est pas à dédaigner.


Voilà comment doit s'exercer, entre frères, la réprimande. Si nous avons vraiment le désir de corriger, nous ne pouvons pas dire que nous ignorons l'art de la réprimande. Répondez-moi, je vous en prie; je suppose que vous avez un frère selon la chair, le laisseriez-vous mourir de faim ? Non assurément, j'imagine. Et de plus vous sauriez le redresser. "Si quelqu'un n'obéit pas aux paroles de notre lettre




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Mer 31 Jan 2018, 11:28 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




2. (suite) "Si quelqu'un n'obéit pas aux paroles de notre lettre (II Thessaloniciens III, v.14). Voyez l'humilité de Paul; il ne dit pas: Celui qui désobéit, c'est à moi qu'il désobéit; mais il fait entendre doucement cette pensée:  "Notez-le", ce qu'il veut, c'est que la désobéissance ne soit pas cachée: "N'ayez point de commerce avec lui"; ce qui n'est pas un châtiment léger. Il continue: "Afin qu'il en ait de la confusion". Et il ne veut pas que l'on aille plus loin. De même qu'après avoir dit: "Celui qui ne veut point travailler, ne doit point manger", de peur que les paresseux ne mourussent de faim, il a ajouté: "Pour vous , ne vous lassez point de faire ce qui est bien".


De même, après avoir dit: "Retirez-vous", et: "N'ayez point de commerce avec lui" ; de peur que ce malheureux ne fût retranché de la fraternité des enfants de Dieu (car celui qui est ainsi abattu, périra bientôt, ne sachant plus à qui parler avec confiance), il ajoute ce qui suit: "Ne le considérez pas néanmoins comme un ennemi, mais reprenez-le comme votre frère" (II Thessaloniciens III, v.15); paroles qui montrent que la rigueur du châtiment qu'il lui inflige, consiste à le priver de la liberté qui s'exprime avec confiance. Car, si c'est une honte d'être au milieu…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 01 Fév 2018, 9:43 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. Car, si c'est une honte d'être au milieu d'un grand nombre d'hommes, uniquement pour recevoir ce qu'ils vous donnent, lorsque les dons sont accompagnés de réprimandes, lorsqu'on se retire loin de celui à qui l'on donne, quelle honte, quel aiguillon pour l'âme ! En effet, si le don tardif, ou accompagné de murmures, brûle ceux qui le reçois vent (ne m'objectez pas ici les mendiants sans pudeur, nous ne parlons que des pauvres fidèles); si la réprimande doit encore s'ajouter à la honte, que ne ferait-on pas pour ne pas mériter ce supplice ? Ce n'est pas dans cet esprit de sage réprimande, c'est avec la colère d'un affront reçu, que nous outrageons, nous, les mendiants, et que nous les repoussons.


Vous ne voulez pas donner: pourquoi tenez-vous à être blessant: "Avertissez", dit l'apôtre, "comme on s'avertit entre frères"; n'outragez pas les pauvres, comme si c'étaient des ennemis. Quand on avertit son frère, on ne le fait pas en public, on n'affiche pas l'outrage; on fait cela en particulier, avec beaucoup de circonspection, et l'on est affligé, tourmenté, on pleure, on gémit. Montrons-nous donc animés d'un fraternel amour…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 01 Fév 2018, 9:47 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite) Montrons-nous donc animés d'un fraternel amour, que la tendresse fraternelle dicte nos avertissements, ne soyons pas comme affligés de donner, mais comme affligés de voir que le pauvre agit contrairement à la loi. Quel profit pour vous de donner pour outrager ensuite ? Vous perdez le plaisir de donner. Et maintenant si vous refusez de donner, si vous infligez un outrage, quel mal ne faites-vous pas au malheureux, à l'infortuné ? Il s'est approché de vous dans la pensée de recevoir quelque don, et il vous quitte n'ayant reçu qu'une blessure mortelle, et ses larmes ont redoublé.

Car si c'est la pauvreté qui le force à mendier, et si cette nécessité de mendier le couvre de honte, voyez combien rigoureux sera le supplice de ceux qui redoublent sa honte. "Celui qui outrage le pauvre, irrite celui qui l'a fait" (Proverbes XIV, 21).  Car  enfin que pouvez-vous répondre ?...
 



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Jeu 01 Fév 2018, 9:49 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite) Car enfin que pouvez-vous répondre ? C'est à cause de vous que Dieu laisse le pauvre dans l'indigence, c'est afin que vous trouviez les moyens de vous guérir vous-mêmes, et vous outragez celui qui n'est pauvre qu'à cause de vous ? Quelle dépravation, quelle ingratitude ! "Avertissez", dit l’apôtre, "comme on s'avertit entre frères".


Il veut que, même après avoir donné, on ajoute l'avertissement; eh bien ! Nous qui, au contraire, ne donnons pas, et outrageons ensuite, quelle excuse pourrons-nous alléguer ? "Que le Seigneur de paix vous donne sa paix, en tout temps et en tout lieu"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 02 Fév 2018, 9:47 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite) Car enfin que pouvez-vous répondre ? C'est à cause de vous que Dieu laisse le pauvre dans l'indigence, c'est afin que vous trouviez les moyens de vous guérir vous-mêmes, et vous outragez celui qui n'est pauvre qu'à cause de vous ? Quelle dépravation, quelle ingratitude ! "Avertissez", dit l’apôtre, "comme on s'avertit entre frères".


Il veut que, même après avoir donné, on ajoute l'avertissement; eh bien ! Nous qui, au contraire, ne donnons pas, et outrageons ensuite, quelle excuse pourrons-nous alléguer ? "Que le Seigneur de paix vous donne sa paix, en tout temps et en tout lieu"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 02 Fév 2018, 9:49 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite)  "Que le Seigneur de paix vous donne sa paix, en tout temps et en tout lieu" (II Thessaloniciens III, v.16). Voyez: après avoir dit ce qu'il faut faire, il signe pour ainsi dire avec une prière; il appose son seing à ce qu'il vient de dire, et ce seing est une prière, une supplication: "Vous donne", dit-il,  "sa paix en tout lieu".


En effet, considérant les combats qui allaient résulter de la présente lettre probablement, les uns devant se montrer intraitables et les autres moins accommodants qu'on ne le voudrait, il a raison de faire cette prière: "Vous donne", dit-il, "sa paix en tout temps"; c'est là, en effet, ce qu'il cherche, à savoir qu'ils aient toujours la paix. Maintenant pourquoi:  "En tout lieu ?"


Il veut voir la paix partout, de telle sorte qu'il ne leur vienne d'aucun côté un sujet de dispute. Partout, en effet, c'est un grand bien que la paix, même auprès des gens du dehors. Ecoutez-le disant dans un autre endroit: "Vivez en paix, si cela se peut , et, autant qu'il est en vous, avec toutes sortes de personnes" (Romains XII, 18). Si nous voulons bien faire, rien n'est si utile que d'être pacifique, exempt de troubles, affranchi de toute haine, n'ayant aucun ennemi. "Que le Seigneur soit avec vous tous; je vous salue ici de ma propre main, moi Paul…"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Ven 02 Fév 2018, 9:51 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite) "Que le Seigneur soit avec vous tous; je vous salue ici de ma propre main, moi Paul; c'est là mon seing dans toutes mes lettres; j'écris ainsi; la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous. Ainsi soit-il". Il dit que c'est là ce qu'il écrit de sa main dans toutes ses lettres, afin qu'on ne puisse pas les falsifier, grâce à ces paroles, qui sont comme une grande signature.  "Je vous salue", désigne la prière qu'il fait entendre, montrant par là que tout alors était spirituel dans le commerce, et, quand il fallait saluer, on y regardait au profit des âmes, et le salut était une prière, et non simplement un symbole d'amitié. Et il terminait comme il avait commencé…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Sam 03 Fév 2018, 11:39 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite) Et il terminait comme il avait  commencé, les affermissant entre cette double muraille aux fondements solides et inébranlables; il achevait son ouvrage en le consolidant.  "La grâce", dit-il, "et la paix", en commençant; et, pour finir:  "La grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous. Ainsi soit-il".


C'est ce que le Christ disait de son côté à ses disciples: "Voici que je suis avec vous tous les jours jusqu'à la consommation des siècles" (Matthieu XXVIII, 20).  Mais cela n'arrive qu'autant que nous le voulons. Il ne sera pas du tout avec nous, si nous l'écartons au loin. Je serai, dit-il, avec vous toujours. Donc, n'éloignons pas la grâce.




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Sam 03 Fév 2018, 11:42 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




3. (suite) Donc, n'éloignons pas la grâce. Il veut que nous nous retirions de tous ceux d'entre les frères qui marchent d'une manière déréglée. C'était alors un grand malheur d'être séparé de la société des frères. Voilà donc le châtiment que l'apôtre inflige à tous. C'est dans le même esprit qu'il écrivait ailleurs aux Corinthiens: "Que vous ne mangiez pas même avec lui"  (I Corinthiens V, 11).  Mais aujourd'hui, ce n'est pas une grande punition pour bon nombre de personnes. Tout est confondu et perverti. C'est avec des adultères, des libertins, des avares, que nous consentons, sans y regarder de si près, à nous rencontrer confusément. S'il fallait autrefois se retirer loin des paresseux, combien davantage fallait-il fuir les autres coupables !


Et ce qui vous prouvera la terreur avec laquelle on se voyait séparé de l'assemblée des frères, le grand profit qu'on recueillait des réprimandes bien reçues, c'est l'histoire de ce pécheur, empoisonné dans l'âme, arrivé au terme de la plus détestable corruption, coupable d'une fornication inconnue aux gentils, et ne sentant même pas son mal (c'est là le dernier degré de la perversité). Eh bien ! Cet homme ainsi affecté fut touché, ramené, au point de faire dire à Paul:  "Il suffit pour cet homme qu'il ait subi la correction qui lui a été imposée par votre assemblée" (II Corinthiens  II, 6).  Par conséquent, raffermissez-vous dans la charité pour lui. En effet, à cette époque, un homme écarté de l'assemblée des frères était comme un membre violemment séparé du corps. Et maintenant, voici ce qui fait que ce châtiment…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME SUR II THESSALONICIENS DE L’APÔTRE SAINT PAUL.

Message  ROBERT. le Sam 03 Fév 2018, 11:46 am

.
.    

"MAIS DIEU EST FIDÈLE, ET IL VOUS AFFERMIRA ET VOUS PRÉSERVERA DU MALIN ESPRIT.

POUR CE QUI VOUS REGARDE, NOUS AVONS CETTE CONFIANCE, EN LA BONTÉ DU SEIGNEUR,

QUE VOUS ACCOMPLISSEZ ET QUE VOUS ACCOMPLIREZ À L'AVENIR CE QUE NOUS VOUS ORDONNONS.

QUE LE SEIGNEUR VOUS DONNE UN CŒUR DROIT, DANS L'AMOUR DE DIEU ET DANS LA PATIENCE DE JÉSUS-CHRIST.

(II Thessaloniciens III, vv.3-18)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Dieu veut que nous unissions la prière et les œuvres. — Besoin que nous avons du secours de Dieu.
— C'est par les œuvres que se prouve la sincérité de l'amour de Dieu.
— De la patience qui attend Dieu; de la patience qui supporte les afflictions.
2. Du travail: celui qui ne veut point travailler ne doit point manger.
— Besoin qu'éprouve saint Paul, après avoir prononcé des paroles sévères, d'en adoucir l'amertume.
— De la manière dont la réprimande doit s'exercer entre frères.
3. Contre la dureté envers les pauvres. — De la manière de s'avertir entre frères. — La paix est un grand bien.
— De la signature de saint Paul, c'est un souhait, c'est une prière.
— Du changement dans les mœurs:
c'était un grand malheur, autrefois, d'être séparé de la société des fidèles.
4. et 5. Il n'en est plus de même. — Du contact avec les corrompus de toute espèce.
— De la société chrétienne et de l'union des premiers fidèles:  Du refroidissement de la charité.
— Devoir des maîtres et des docteurs; devoir de tous.
— Chacun peut être le docteur d'un autre et son docteur à lui-même.
— De la vertu des esclaves, de l'édification produite par eux.
Vive exhortation à tous de travailler au salut de tous.
— Devoirs des pères de famille, des maris et des femmes.




4. Et maintenant, voici ce qui fait que ce châtiment était alors si terrible, c'est qu'on regardait comme un grand bien d'être réunis. Comme on voit unis ensemble les habitants d'une même maison, les enfants d'un même père, ceux qui participent à une même table, telle était la vie commune aux saints de chaque église. Être déchu d’une telle communauté d'affections, c'était un malheur incomparable.


Aujourd'hui au contraire on n'en fait aucun cas, parce qu'on ne fait aucun cas du bonheur d'être réunis. Autrefois, c'était un supplice, aujourd'hui la charité s'est refroidie et ce n'est plus un châtiment, et nous nous séparons sans y prendre garde, et cela vient du refroidissement des âmes, car la cause de tous les maux, c'est l'extinction de la charité. Voilà ce qui a ruiné, effacé tout ce qu'il y avait de vénérable, de gloire brillante dans l'Église, ce qui devrait faire sa parure et sa joie. Grande est la force du docteur…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN,
licencié ès-lettres professeur de Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur II THESSALONICIENS,  tome XI p.245-272. Guérin & Cie, éditeurs, 1865. Traduit par M. C. PORTELETTE.  

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33181
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum