" ..Elie se moque d'eux, comme il se moquait des prophètes de Baal,..

Aller en bas

" ..Elie se moque d'eux, comme il se moquait des prophètes de Baal,..

Message  Roger Boivin le Sam 18 Nov 2017, 10:17 pm


[..]

Le libéralisme est l'éclectisme de la politique.

Il veut faire la part à la Révolution, comme le bourgeois, en face d'un jeune homme, veut faire la part au feu. Mais le feu est jaloux. Le feu qui éclaire et le feu qui incendie sont tous deux intolérants ; ils n'admettent, ni l'un ni l'autre, le partage de la proie.

Il n'y a ici-bas qu'un problème, et il a été résolu sur le Mont-Sinaï ; c'est le problème de l'adoration.
La Religion adore Dieu, et la Révolution adore l'homme.
La Révolution adore la fureur de l'homme.
Le libéralisme adore la modération de l'homme.

Le jeune homme qui se dérègle s'adore lui-même dans ses passions.
Plus tard, s'il se range, sans se convertir, et s'adore dans ses habitudes égoïstes, qui sont les cadavres de ses passions pétrifiées.
Or, le libéralisme ressemble à la Révolution, comme les habitudes ressemblent aux passions.

Depuis bien des années, le problème social est posé devant le monde.
Les révolutionnaires essaient de le résoudre, au moyen de l'homme. Ils veulent sauver l'homme par l'homme. Il semble que Dieu leur laisse la parole et leur permette de faire une longue expérience. Elie disait aux prophètes de Baal : Invoquez le nom de vos dieux. Nous verrons si le feu du ciel descend sur votre holocauste ; je parlerai à mon tour, et j'invoquerai le nom de mon Dieu. Mais faites d'abord l'expérience. Facite primi.

Depuis cent ans, les adorateurs de l'homme font l'expérience des forces de leur Dieu. Depuis cent ans, ils crient vers lui ; depuis cent ans, Elie se moque d'eux, comme il se moquait des prophètes de Baal, et leur dit : Clamate voce majore : Deus enim est, et forsitan loquitur, aut in diversario est, aut in itinere, aut certe dormit, ut excitetur.

En eflet, il dort, le dieu de la Révolution, il dort, ce dieu qui s'appelle l'homme, et pendant que la Révolution l'adore, il bavarde, il voyage, il dort. Il fait exactement tout ce que faisait le dieu des faux prophètes, et les paroles d'Elie s'appliquent à lui avec une merveilleuse exactitude. Cependant, ses adorateurs crient plus haut, comme pour obéir à l'ironie du prophète. Ils crient plus haut, ils voudraient réveiller ce dieu endormi et impuissant ; ils ne peuvent pas.

L'expérience dure depuis longtemps ; elle est faite, elle est consommée. Chacun des prophètes de la Révolution a eu la parole. Leurs voix sont mortes dans le vide ; leur dieu ne s'est pas réveillé, le problème n'est pas résolu. Voici un fait historique qui résume toute l'histoire : L'homme n'a pas pu se sauver lui-même. L'expérience est faite.

Il est temps que Dieu se montre Dieu (Ostende hodie quia tu es Deus) et nous apprenne en nous sauvant, de quel côté vient le salut.



LE SIÈCLE, LES HOMMES ET LES IDÉES - Par Ernest hello : https://archive.org/stream/lesicleleshomm00hell#page/38/mode/2up


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 11220
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: " ..Elie se moque d'eux, comme il se moquait des prophètes de Baal,..

Message  ROBERT. le Dim 19 Nov 2017, 11:17 am

,
Le dieu Baal = le dieu de la révolution = le dieu de l'antipape Bergoglio = le même dieu.  


Dernière édition par ROBERT. le Dim 19 Nov 2017, 11:35 am, édité 1 fois (Raison : ajout du signe =)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 33661
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum