COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Sam 14 Oct 2017, 11:43 am

.
.  
 

COMMENTAIRE SUR L'ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

― AVERTISSEMENT. ―



Des contemporains de saint Chrysostome disaient que l'épître à Philémon était un écrit superflu composé pour un intérêt passager et pour un seul homme, Onésime. C'est avec une extrême vigueur que le saint Docteur les réfute. Il montre qu'il est très important pour notre instruction que nous ayons non seulement les grandes épîtres de l'apôtre, mais même la relation détaillée, de ses moindres actions. Cette épître est commentée avec un soin qu'on trouverait à peine dans ses autres ouvrages.


Quant à la question de savoir si ces trois homélies furent prononcées à Antioche ou à Constantinople, il est à peu près impossible de la résoudre, faute de données d'aucune sorte. Photius dit que les homélies prononcées à Constantinople sont moins soignées que les autres; mais c'est là, on le comprend facilement, une règle trop générale et trop vague pour être sûre et infaillible. Saint Chrysostome combat souvent les Marcionites, nous l'avons vu. Ici encore, dans la dernière homélie, il rapporte un argument qu’un homme de cette secte lui avait opposé, et il en donne une remarquable réfutation.




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.


gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Sam 14 Oct 2017, 11:58 am

.
.  
 
COMMENTAIRE SUR L'ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

― ARGUMENT. ―



Il faut d'abord dire quel est le sujet de cette épître, et quelles questions s'y rapportent. Quel en est donc le sujet? Philémon était un homme noble et distingué. Qu'il ait été distingué, voici un fait qui le prouve, c'est que, toute sa maison était fidèle et qu'elle était même appelée une église. C'est pourquoi saint Paul écrit ces mots: "Et à l'église qui est en ta maison". Il témoigne encore qu'on lui accordait une grande obéissance, il ajoute: "Tu as réjoui les entrailles des saints". De plus il l'avertit, dans cette même épître, qu'il doit lui préparer un logement. Il me semble donc pour toute sorte de raisons que sa maison était l'asile des saints. Cet homme si distingué avait un esclave du nom d'Onésime. Celui-ci, après avoir dérobé quelque chose à son maître, s'était sauvé. Son larcin nous est attesté par ces paroles: "S'il t'a fait quelque tort, ou s'il te doit quelque chose, je te le payerai". Comme il était venu à Rome vers saint Paul, qu'il l'avait trouvé dans les fers et qu'il avait entendu son enseignement, il y reçut le baptême. Ce qui prouve qu'il ya reçu le don du baptême, ce sont ces mots:  "Onésime que j'ai engendré dans mes liens"(Philémon, 2;7; 18;10).  L'apôtre écrit donc pour le recommander à son maître, afin que, pour toutes ces raisons, celui-ci ne lui fit subir aucun châtiment et qu'il le reprît comme un homme régénéré.

Mais quelques-uns prétendent qu'il était inutile d'insérer cette épître dans les saintes Écritures, comme traitant un trop mince sujet et ne concernant qu'un seul homme. Qu'ils sachent, ceux qui font ces reproches, qu'ils sachent qu'ils se rendent eux-mêmes dignes de mille reproches. Car, non seulement il fallait insérer une si petite lettre écrite sur un sujet si intime, mais bien plus puissions-nous trouver quelqu'un qui nous donne l'histoire des apôtres:  je ne dis pas sur ce qu'ils ont dit ou écrit, mais, encore sur toute leur manière de vivre.; qui nous apprenne ce qu'ils ont mangé et quand ils mangeaient, quand ils sont restés dans les villes, quand ils ont voyagé, ce qu'ils ont fait chaque jour, au milieu de quels hommes ils se sont trouvés, dans quelle maison ils sont entrés; qui enfin nous raconte exactement toute leur vie dans ses moindres détails, tant toutes leurs, actions sont pleines d'enseignements utiles pour nous !


Mais parce que beaucoup ne comprennent pas l'utilité qu'on peut retirer de là, ils se mettent à blâmer cette épître. Cependant, lorsque nous voyons seulement les lieux où ils ont vécu, où ils ont été enchaînés, bien que ces lieux soient inanimés, nous arrêtons souvent notre pensée sur eux, nous nous représentons leur vertu, et ainsi nous nous sentons encouragés, nous avons plus d'ardeur. Combien donc cet effet ne serait-il pas plus grand si nous entendions rapporter leurs paroles et toutes leurs actions ! Est-ce qu'on ne s'informe pas d'un ami, pour savoir où il vit, ce qu'il fait, où il va ? Et cela, dites-moi, il ne faudrait pas le savoir, lorsqu'il s'agit des docteurs qui ont enseigné toute la terre ! Lorsque quelqu'un vit de la vraie vie de la foi, sa tenue, sa démarche, ses paroles, ses actions, tout en lui est utile à ceux qui en entendent parler, et il n'y a aucun inconvénient à tout savoir. Maintenant il est bon de vous apprendre pourquoi… (à suivre…)




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Sam 14 Oct 2017, 12:04 pm

.
.  
 

COMMENTAIRE SUR L'ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

― ARGUMENT. Suite ―




(suite) Maintenant il est bon de vous apprendre pourquoi dans cette épître il est traité d'un sujet tout domestique. Voyez donc combien d'excellents enseignements nous sont donnés par là. L'un, et le premier de tous, c'est que nous devons être diligents sur toutes choses. Si en effet saint Paul a tant de sollicitude pour un fugitif, un larron, un voleur; s'il ne craint pas, s'il ne rougit pas de le renvoyer à son maître avec tant d'éloges, il nous convient bien moins encore d'être négligents dans des circonstances semblables. Le second enseignement, c'est qu'il ne faut pas désespérer des esclaves, même lorsqu'ils en sont arrivés à une extrême perversité. Or, si ce fugitif, ce voleur est devenu assez honnête pour que Paul voulût en faire son compagnon, et qu'il écrivît ceci: "Afin qu'il me servît à ta place", nous devons désespérer bien moins encore des hommes libres. Le troisième enseignement, c'est qu'il n'est pas bien d'enlever aux maîtres leurs esclaves.


Car si l'apôtre qui avait une telle confiance en Philémon, n'a pas voulu retenir sans l'aveu de son maître, Onésime qui pouvait lui rendre tant de services dans son ministère, il nous convient bien moins encore de faire ce qu'il n'a pas fait. Plus un esclave est vertueux et plus il est bon qu'il reste esclave, qu'il reconnaisse son maître afin qu'il soit utile à tous ceux qui sont dans la maison. Pourquoi ôter la lumière de dessus le chandelier pour la mettre sous le boisseau ? Plût à Dieu qu'on pût faire rentrer dans les villes tous les fugitifs ! Mais quoi, dira-t-on, et s'il devenait mauvais ?


—  Comment ? Dites-le-moi, je vous prie: est-ce parce qu'il est entré dans la ville ? Mais pensez-y; s'il était dehors, il serait encore pire. Car celui qui étant dans la ville devient mauvais; deviendrait bien pire, s'il était hors des murs. En effet, au dedans il est libre de toute inquiétude sur son sort, c'est son maître qui a tous les soucis; mais au dehors, les soins qu'il devrait prendre pour pourvoir à sa nourriture l'écarteraient davantage de ses devoirs les plus nécessaires, les plus spirituels. C'est même pour cela que saint Paul, leur donnant un excellent conseil, leur dit:  "Es-tu appelé à la foi étant esclave, ne t'en mets point en peine, mais quand même tu pourrais être mis en  liberté, fais plutôt un bon usage de ton état"  (I Corinthiens VII, 21), c'est-à-dire continue à être esclave. Car ce qu'il y a de plus nécessaire pour lui, c'est qu'il n'entende point blasphémer le nom de Dieu, comme le dit l'apôtre en ces termes: "Que tous les serviteurs, qui sont sous le joug, sachent qu'ils doivent à leurs maîtres toute sorte d'honneurs, afin qu'on ne blasphème point le nom de Dieu et sa doctrine" (I Timothée VI,1).  


Les gentils eux-mêmes devront dire qu'un esclave peut plaire à Dieu, sinon il faudra de toute nécessité qu'on blasphème et qu'on dise: Le christianisme a été introduit dans la vie pour tout renverser; si les esclaves sont enlevés à leurs maîtres, c'est là une grande violence. Que dirai-je de plus ? L'apôtre nous enseigne encore que nous ne devons pas rougir de vivre avec des esclaves, pourvu qu'ils soient honnêtes. Si en effet saint Paul, qui l'emportait sur tous les hommes, a dit tant de bien d'Onésime, à plus forte raison devons-nous agir comme lui. Puis donc qu'il y a dans cette épître tant d'utiles enseignements, bien que nous n'ayons pas encore tout dit, quelqu'un pourra-t-il croire qu'il était superflu de la mettre au nombre des Ecritures sacrées ? Un tel sentiment ne montrerait-il pas une extrême démence ? Prêtons donc toute notre attention, je vous prise, à la lettre écrite par l'apôtre. Déjà elle nous a été fort utile, elle le sera plus encore, si nous l'examinons de près.




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.


italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Dim 15 Oct 2017, 11:27 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




1. Cette épître a été écrite à un maître pour un esclave: dès le début saint Paul le rappelle à l'humilité; il ne veut pas le faire rougir, mais il éteint sa colère, en s'appelant prisonnier, il l'adoucit et le force à rentrer en lui-même, et il fait que les choses de ce monde ne lui paraissent être rien. Si en effet les liens qu'on porte pour le Christ, bien loin d’être une honte, sont une gloire, l'esclavage est beaucoup moins ignominieux. S'il parle ainsi, ce n'est pas pour se glorifier, il fait une œuvre utile, et il montre son autorité, non dans son intérêt, mais seulement pour que Philémon lui accorde plus facilement ce bienfait, que s'il disait, comme il l'a dit ailleurs: C'est pour vous que je suis chargé de ces chaînes. Dans ces dernières paroles il fait voir sa sollicitude, ici il montre son autorité. Il n'y a rien de plus grand qu'une telle gloire, c'est au point qu'il est appelé le stigmatisé de Jésus-Christ: Car, "dit-il, je porte le stigmate de Jésus-Christ" (Galates  VI, 17). "Prisonnier de Jésus-Christ"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques, et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Dim 15 Oct 2017, 11:30 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




1. (suite) "Prisonnier de Jésus-Christ". C'est en effet pour Jésus qu'il avait été lié. Qui ne serait plein de respect, qui ne serait adouci, en entendant parler des liens de Jésus-Christ ? Qui ne donnerait toute son âme bien loin de refuser un seul esclave ?


— "Et le frère Timothée". Il en prend un second avec lui, pour que Philémon, ébranlé par les prières de plusieurs, cède plus facilement et accorde le bienfait qu'on lui demande.


—  "A Philémon, notre bien-aimé et coopérateur". S'il est  son bien-aimé, il n'y a ni audace ni témérité à se confier en lui, c'est une singulière marque d'amitié. S'il est son coopérateur, il devait non seulement recevoir une telle prière, mais même en être reconnaissant, car c'est à lui-même qu'il rendra service, puisqu'il bâtit le même édifice que saint Paul. Ainsi, dit l'apôtre, laissons de côté ma prière, il y a une autre nécessité qui te forcera à accorder ce bienfait: car si Onésime est utile à l'Évangile, et que tu sois plein de zèle pour en propager la doctrine, il ne faut déjà plus qu'on te fasse cette demande, c'est toi-même qui dois la faire. "Et à Appie, notre bien-aimée"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’ Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques, et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Dim 15 Oct 2017, 11:33 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




1. (suite)  "Et à Appie, notre bien-aimée". C'était sans doute l'épouse de Philémon. Voyez l'humilité de saint Paul: il s'appuie sur Timothée pour faire sa demande, et il l'adresse non seulement au mari, mais encore à la femme et à un autre qui était sans doute un ami:  "Et à  Archippe, le compagnon de nos combats". Car il ne veut pas obtenir par un ordre ce qu'il désire, et il ne s'indigne pas, si on n'obéit pas immédiatement à ses exhortations: tout ce qu'un inconnu ferait pour lui, il les prie de le faire, de manière à ce qu'ils s'intéressent à sa demande. En effet il est bon qu'une prière soit non seulement appuyée par beaucoup de gens, mais encore adressée à beaucoup de personnes, pour qu'on obtienne ce qu'on réclame.


C'est pourquoi il dit: "Et à Archippe, le compagnon de nos combats". Si tu es son compagnon d'armes, voilà une occasion dans laquelle tu dois encore lui venir en aide. Et Archippe est celui dont il est dit dans l'épître aux Colossiens: "Dites à Archippe: prends garde à l'administration que tu as reçue en Notre-Seigneur, afin que tu l'accomplisses" (Colossiens IV, 17).  Il me semble qu'il a dû être encore un de ceux qui ont été appelés à exercer le saint ministère; il s'appuie sur lui pour faire sa demande, et il l'appelle son compagnon d'armes, pour que de toute manière il lui prête son secours.


— "Et à l'église qui est en ta maison"….




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’ Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques, et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Lun 16 Oct 2017, 11:46 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




1. (suite) — "Et à l'église qui est en ta maison". Il ne passe pas sous silence les esclaves, car il savait que souvent les paroles des serviteurs peuvent changer les sentiments d'un maître, surtout lorsqu'on demande quelque chose pour un esclave; du reste c'étaient peut-être eux qui excitaient le plus Philémon contre Onésime. Il ne veut donc pas qu'ils puissent avoir des sentiments de haine, et il daigne parler d'eux à côté de leur maître. Mais il ne veut pas non plus que le maître s'indigne. Or s'il les avait appelés par leurs noms, peut-être se serait-il indigné; s'il n'avait pas fait mention d'eux, peut-être eût-il été mécontent.


Voyez donc quelle prudence éclate dans la manière dont il en parle, lorsqu'il les juge dignes d'être mentionnés, sans cependant offenser Philémon. Le nom d'église qui leur est donné ne permet pas que les maîtres s'indignent s'ils sont comptés avec leurs esclaves. Car l'Église ne connaît pas la différence de l'esclave et du maître; c'est par leurs bonnes ou leurs mauvaises actions qu'elle fait une distinction entre eux. Si donc ils forment une église, ne t'indigne pas de ce que ton esclave est nommé à côté de toi. "En Jésus-Christ il n'y a ni esclave ni libre" (Galates III, 28). "Grâce et paix"..




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques, et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Lun 16 Oct 2017, 11:49 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




 1. (suite) "Grâce et paix". L'apôtre rappelle à Philémon ses péchés, en le faisant souvenir de la grâce. Pense, dit-il, combien de fautes Dieu t'a remises, et comment tu as été sauvé par la grâce: imite le Seigneur. Il demande aussi pour lui la paix, et avec raison. Car nous la possédons, lorsque nous imitons le Seigneur, lorsque la grâce reste en nous. Ainsi pour cet esclave qui était sans pitié pour son compagnon de servitude, tant qu'il ne lui redemanda pas les cent deniers, la grâce de Dieu resta en lui; mais lorsqu'il les réclama, elle lui fut enlevée, et il fut lui-même livré aux bourreaux. Pensant à cet exemple, soyons…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’ Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques, et
gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Lun 16 Oct 2017, 11:51 am

.
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




2. Pensant à cet exemple, soyons miséricordieux, et pardonnons facilement à ceux qui nous offensent. Les cent deniers, dont il est parlé dans la parabole, ce sont les offenses qu'on nous fait; mais les offenses que nous faisons à Dieu seraient des milliers de talents. Vous savez, en effet, qu'on juge aussi les fautes d'après la qualité des personnes que nous offensons. Par exemple, celui qui offense un simple citoyen, pèche, mais non pas comme celui qui insulte un prince. L'offense croît à proportion que celui qui l'a reçue est élevé en dignité. Si on offense le roi, la faute est beaucoup plus considérable encore. L'injure est la même, à la vérité, mais elle devient plus grave à cause de la dignité de la personne offensée. Mais si celui qui blesse un roi…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Mar 17 Oct 2017, 9:35 am

.
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




2. (suite) Mais si celui qui blesse un roi, est livré à un supplice intolérable à cause de la considération qui s'attache à la royauté, combien de talents ne devra pas à Dieu celui qui l'aura insulté ? C'est pourquoi, quand les péchés que nous commettons contre Dieu seraient les mêmes que ceux que nous commettons contre les hommes, ils ne seront cependant pas égaux; il y aura entre eux toute la différence qu'il y a entre l'homme et là divinité. Mais je trouve un plus grand nombre de fautes…


Mais je trouve un plus grand nombre de fautes encore qui sont très graves, non seulement par l'excellence de celui qu'elles blessent, mais par elles-mêmes. C'est une chose horrible que je vais dire, une chose vraiment terrible: il faut la dire cependant, pour qu'ainsi les âmes soient frappées et émues: oui, je vous montrerai que nous craignons les hommes beaucoup plus que Dieu, que nous honorons les hommes beaucoup plus que Dieu ! Faites attention en effet: celui qui commet un adultère sait que Dieu le voit, et il le méprise; mais si un homme le voit, il réprime sa concupiscence. Celui qui agit ainsi, celui-là non seulement estime les hommes plus que Dieu, non seulement fait une injure à Dieu, mais même, ce qui est plus grave, craint ses semblables et méprise le Seigneur. Car s'il voit un mortel, il éteint la flamme de sa passion, ou plutôt est-ce bien une flamme ? Non, c'est une insolence.




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon , tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Mar 17 Oct 2017, 9:39 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




2. (suite) Non, c'est une insolence. S'il n'était pas permis d'avoir un commerce avec une femme, on aurait droit de dire que c'est une flamme, mais maintenant c'est une insolence, une débauche; voit-il des hommes, sa démence tombe aussitôt, mais il se soucie moins de lasser la longanimité de Dieu. De même cet autre qui vole a conscience de son larcin, et il essaie de tromper les hommes, il se défend contre les accusateurs, il donne une apparence spécieuse à sa défense; mais pour Dieu qu'il ne peut pas tromper, il n'en a nul souci, il ne le craint pas, il ne l'honore pas. Si un roi nous ordonne de ne pas mettre la main sur l'argent d'autrui, ou même de donner nos propres richesses, nous les apportons aussitôt: et quand Dieu nous ordonne de ne pas ravir, de ne pas prendre les biens des autres, nous n'obéissons pas. Ne voyez-vous pas que nous avons plus d'estime pour les hommes que pour Dieu ? Ces mots vous sont pénibles et vous blessent, dites-vous ?...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

soulignés et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Mar 17 Oct 2017, 9:42 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




2. (suite)  Ces mots vous sont pénibles et vous blessent, dites-vous ?


— Montrez donc par les faits mêmes combien ils vous sont pénibles. Fuyez les péchés qu'ils désignent, car si vous ne fuyez pas ces péchés, comment pourrai-je vous croire lorsque vous direz: Les mots nous font peur et tu nous accables ?


— C'est vous qui vous accablez vous-mêmes par vos fautes; moi je me contente de dire la qualité des péchés que vous commettez, et vous vous indignez: n'est-ce pas déraisonnable ? Plaise à Dieu que tout ce que je dis soit faux ! J'aime mieux emporter la réputation d'avoir été injurieux en ce jour, comme vous ayant fait des reproches inutiles et nullement fondés, que de vous voir de ces péchés, accusés au tribunal redoutable.


— Maintenant non seulement vous préférez les hommes à Dieu, mais même vous forcez les autres à faire comme vous: beaucoup y forcent nombre d'esclaves et de serviteurs. On contraint les uns à se marier malgré eux, les autres à rendre des services criminels pour un amour impur, pour des vols, des fraudes et des violences. Ainsi c'est double crime, et ceux mêmes qui agissent malgré eux, ne peuvent pas obtenir le pardon en donnant cette excuse. Si vous faites une mauvaise action malgré vous, pour obéir au prince, l'ordre que vous avez reçu ne vous sera pas une défense suffisante; mais votre péché devient plus grand, lorsque vous forcez aussi les autres à mal faire.  Quelle grâce pourra donc être faite à un tel coupable ? Si j'ai dit ces choses, ce n'est pas que je veuille vous condamner; j'ai seulement voulu montrer combien nous sommes les débiteurs de Dieu. Car si, lors même que nous honorons Dieu autant que l'homme…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Mer 18 Oct 2017, 8:53 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




2. (suite) Car si, lors même que nous honorons Dieu autant que l'homme, nous faisons encore injure à Dieu, combien plus grande ne sera pas l'injure lorsque nous lui préférons les hommes ? Si les offenses que nous faisons aux hommes deviennent bien autrement graves lorsque nous les faisons à Dieu, combien ne sont-elles pas plus graves encore, lorsque par elles-mêmes elles sont déjà grandes et considérables ? Que chacun s'examine attentivement et il reconnaîtra qu'il fait tout pour les hommes. Nous serions bien heureux si nous faisions autant pour Dieu que pour les hommes, pour l'estime que nous attendons d'eux, pour la crainte ou le respect qu'ils nous inspirent.


Puis donc que nous avons tant et de si grandes dettes, nous devons mettre la plus grande ardeur à pardonner à ceux qui nous offensent et nous trompent, et à oublier les injures. Car pour se délivrer de ses fautes, il ne faut pas de rudes travaux, de grandes dépenses, ni rien de tel, mais seulement la volonté de l'âme; il n'est pas besoin d'entreprendre un voyage, de partir pour une autre contrée, d'affronter des dangers, de supporter des fatigues, il suffit de vouloir. Comment, dites-moi, obtiendrons-nous notre pardon pour…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’ Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

soulignés  et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Mer 18 Oct 2017, 8:56 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)


Par Saint Jean Chrysostôme.


Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




3. Comment, dites-moi, obtiendrons-nous notre pardon pour les fautes qu'il nous paraît difficile d'éviter, si nous ne faisons pas une petite chose qui a tant d'utilité et de profit, et qui n'exige aucun labeur ? Vous ne pouvez pas mépriser les richesses ? Vous ne pouvez pas donner vos biens aux pauvres ? Mais du moins ne pouvez-vous pas vouloir faire une bonne action ? Ne pouvez-vous pas pardonner à ceux qui vous ont offensé ? Quand vous n'auriez pas tant de dettes à payer et que Dieu vous ferait seulement un précepte du pardon, ne pardonneriez-vous pas ?  Et maintenant que vous avez tant de comptes à rendre, vous ne pardonnerez pas, et cela, lorsque vous savez qu'on vous demande raison des fautes que vous avez commises vous-même ! Je suppose que nous allions chez notre débiteur; celui-ci, le sachant, nous entoure de soins, nous reçoit, nous rend des honneurs et nous montre par sa libéralité les dispositions les plus bienveillantes: et cela, ce n'est pas lorsqu'il est débarrassé de sa dette, s'il agit ainsi, c'est pour nous rendre modérés dans nos réclamations: vous cependant, lorsque vous devez tant à Dieu et qu'on vous ordonne de remettre aux autres leurs péchés, pour que les vôtres vous soient remis, vous ne les remettez pas ! Pourquoi donc, je vous prie ? Hélas ! Quelle bonté Dieu a pour nous ! …



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’ Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Mer 18 Oct 2017, 9:19 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




3. (suite) Hélas ! Quelle bonté Dieu a pour nous ! Mais nous, quelle n'est pas notre malice ! Notre sommeil ! Notre paresse ! Combien la vertu est facile, et combien elle nous est avantageuse ! Combien la malice coûte de fatigues ! Nous cependant, nous fuyons une chose si légère pour en suivre une qui est plus lourde que le plomb. Il n'est pas besoin pour être vertueux d'avoir de la santé, des richesses, de l'argent, de la puissance, des amis, ni rien de semblable, mais il suffit de vouloir, et c'est tout. Quelqu'un vous a-t-il couvert d'injures et d'opprobres ? Pensez que vous-même vous avez beaucoup de pareilles offenses à vous reprocher envers les autres, même envers Dieu, et ainsi remettez-lui sa faute et pardonnez-lui; pensez que vous dites: "Remettez-nous nos dettes comme nous les remettons à nos débiteurs" (Matthieu VI, 13).  Pensez que si vous ne les remettez pas…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Jeu 19 Oct 2017, 9:07 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




3. (suite) Pensez que si vous ne les remettez pas, vous ne pouvez pas prononcer ces mots avec confiance; mais si vous les remettez, c'est une action dont vous pourrez demander qu'on vous tienne compte comme d'une dette que Dieu a envers vous, non qu'elle soit telle par sa nature, mais c'est la bonté de celui à qui nous devons tant, qui l'a rendue telle. Est-ce là de l'égalité ?  Comment ? Celui qui remet leurs dettes à ses compagnons d'esclavage obtiendra la rémission des péchés qu'il a commis envers le Seigneur ! Oui, nous jouissons d'une telle bonté, car il est riche en miséricorde et en pitié. Mais pour vous montrer qu'en dehors même de…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Jeu 19 Oct 2017, 9:28 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




3. (suite) Mais pour vous montrer qu'en dehors même de ces considérations, en dehors de cette rémission de vos fautes, par cela seul que vous remettez aux autres leurs péchés, vous retirez vous-même de là un grand profit: voyez combien celui qui agit ainsi a d'amis et comment son éloge est dans toutes les bouches. Ne dit-on pas: C'est un honnête homme, facile à apaiser, qui n'a pas la mémoire des injures et qui est aussi vite guéri que blessé ? Qu'un tel homme vienne à tomber dans quelque malheur, qui n'aura pitié de lui ? Qui ne lui pardonnera ses fautes ?


Qui ne l'exaucera, lorsqu'il demandera une faveur pour autrui ? Qui ne voudra être l'ami ou le serviteur d'un homme si bon ? Ah ! Je vous prie, agissons ainsi en toutes choses pour cette raison, non seulement envers nos amis et nos parents, mais même envers nos esclaves: car, dit l'apôtre: "Modérez vos menaces, sachant que le Seigneur et d'eux et de vous est au ciel" (Éphésiens VI, 9).  Si nous remettons au prochain ses offenses…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques, et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Jeu 19 Oct 2017, 9:30 am

.  
.  
 
"PAUL, PRISONNIER DE JÉSUS-CHRIST, ET LE FRÈRE TIMOTHÉE,

À PHILÉMON, NOTRE BIEN-AIMÉ ET COOPÉRATEUR, ET À APPIE, NOTRE BIEN-AIMÉE, ET À  ARCHIPPE,

LE COMPAGNON DE NOS COMBATS, ET À L'ÉGLISE QUI EST EN TA MAISON,

GRÂCE ET PAIX DE LA PART DE DIEU NOTRE PÈRE, ET DE LA PART DU SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv.1-3)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.



1. Toutes les expressions employées par l'apôtre dans le préambule de cette épître sont très propres à fléchir Philémon.
2. et 3. Le saint nous montre excellemment que nous devons pardonner à nos frères, et l'avantage qui nous revient
de cette charité, non-seulement devant Dieu, mais encore devant les hommes.
— Combien sont durs ceux qui ne veulent pas pardonner.




3. (suite) Si nous remettons au prochain ses offenses, les nôtres nous seront remises aussi; elles nous seront remises, si nous faisons l'aumône, si nous sommes humbles, car c'est ainsi encore que nous nous délivrons de nos péchés. En effet, si un publicain, pour avoir dit seulement: "Soyez-moi propice, moi qui suis pécheur"(Luc XVIII, 13), s'est retiré justifié, combien plus facilement n'obtiendrons-nous pas une grande bienveillance, si nous sommes humbles et contrits ? Confessons nos péchés, condamnons-nous nous-mêmes et nous effacerons urne grande partie de nos souillures. Car il y a beaucoup de voies pour se purifier.


Combattons donc partout le diable. Je n'ai rien dit qui fût difficile, qui fût pénible à faire. Pardonnez à celui qui vous a offensés, ayez pitié des pauvres, humiliez votre âme, et quand vous seriez de grands pécheurs, vous pourrez avoir votre part du royaume éternel, en vous purgeant ainsi de vos fautes, en effaçant ainsi vos taches. Puissions-nous tous, lavés ici-bas de toutes les souillures de nos péchés par le moyen de la confession, obtenir là-haut les biens promis en Jésus-Christ Notre-Seigneur, qui partage avec le Père; la gloire, la puissance, etc.


L'apôtre ne demande pas grâce pour Onésime…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Ven 20 Oct 2017, 11:43 am

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




1. L'apôtre ne demande pas grâce pour Onésime dès le début, il ne le fait qu'après avoir admiré et loué son maître pour ses bonnes œuvres, et lui avoir donné une grande marque de son affection pour lui, en lui disant qu'il se souvient toujours de lui dans ses prières, et que beaucoup d'entre les fidèles trouvaient en lui leur rafraîchissement, et qu'il obéit, qu'il cède aux désirs de tous. C'est alors qu'il arrive enfla à demander cette grâce et qu'il fait tout pour fléchir Philémon.


Si les autres obtiennent ce qu'ils demandent, combien plus ne doit pas l'obtenir saint Paul; s'il était digne d'être exaucé même en se présentant avant tous les autres, combien plus n'en était-il pas digne en venant après les autres, alors surtout qu'il ne demande rien pour lui-même. Ensuite, comme il ne veut point paraître écrire…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

à suivre…

.


Dernière édition par ROBERT. le Sam 21 Oct 2017, 12:41 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Ven 20 Oct 2017, 11:44 am

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




1. (suite) Ensuite, comme il ne veut point paraître écrire pour un seul, de peur qu'on ne pût dire que, sans Onésime, il n'aurait pas écrit, voyez comme il donne d'autres causes à son épître, d'abord en parlant de la vertu de Philémon, ensuite en l'invitant à lui préparer un logement: "Apprenant ta charité", dit-il cela est bien plus beau et bien plus grand que s'il en avait vu lui-même les effets. Car évidemment il fallait qu'elle fût bien supérieure pour qu'elle ait été si connue, et qu'elle fût arrivée jusqu'à lui malgré la grande distance qu'il y a entre Rome et la Phrygie.


C'est en effet en Phrygie que devait vivre Philémon; cela ressort, suivant moi, de ce qu'il est parlé d'Archippe; or les Colossiens sont Phrygiens, et dans l'épître qui leur est adressée, saint Paul dit: "Quand cette lettre aura été lue parmi vous, faites qu'elle soit lue aussi dans l'église des Laodicéens, et vous aussi lisez celle qui est venue de Laodicée" (Colossiens IV, 16) ; et Laodicée est une ville de Phrygie. "Je demande", dit-il,  "que la communication de ta foi montre son efficace". Remarquez-vous qu'il donne avant de…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques  soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…

.


Dernière édition par ROBERT. le Sam 21 Oct 2017, 12:41 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Ven 20 Oct 2017, 11:47 am

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




1. (suite) Remarquez-vous qu'il donne avant de recevoir, et qu'avant de demander un bienfait, il en accorde lui-même un bien plus grand ? "Afin que la communication de ta foi ait son efficace en se faisant connaître par tout le bien qui est en vous par Jésus-Christ". C'est-à-dire, afin que tu cultives toutes les vertus, afin que rien ne te fasse défaut. La foi en effet est efficace lorsqu'elle se révèle par les œuvres: "La foi qui est sans les œuvres est morte". L'apôtre ne dit pas: ta foi, mais: "La communication de ta foi"; par là il s'unit à lui, il montre qu'ils sont un seul corps, et c'était le meilleur moyen de le fléchir. Si tu es mon compagnon dans la foi, dit-il, tu dois l'être aussi dans les autres choses. "Car, mon frère, nous avons une grande…"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques,  soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…

.


Dernière édition par ROBERT. le Sam 21 Oct 2017, 12:40 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Sam 21 Oct 2017, 12:33 pm

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




 1. (suite) "Car, mon frère, nous avons une grande joie et une grande consolation de ta charité, en ce que tu as réjoui les entrailles des saints". Il n'y a de meilleur moyen de toucher les hommes que de leur rappeler leurs bonnes actions, surtout lorsqu'on a plus de droits qu'eux au respect. Il ne dit pas: Si tu fais cela pour d'autres, à plus forte raison le dois-tu faire pour moi, mais il le laisse entendre, seulement il s'y prend par une voie plus douce:  "Nous avons une grande joie", c'est-à-dire: Tu m'as inspiré de la confiance en toi par les services que tu as rendus aux autres.


"Et une grande consolation", c'est-à-dire, non seulement nous nous en réjouissons, mais même nous sommes consoles par là; car ces chrétiens, ce sont nos membres. Si donc il doit y avoir une telle concorde entre les fidèles, que ceux qui sont dans l'affliction se réjouissent par cela seul qu'ils voient les autres éprouver de la consolation, combien plus ne nous réjouirions-nous pas, si tu nous consolais nous-mêmes ? Et il ne dit point: Parce que tu obéis, parce que tu cèdes aux désirs des saints, mais: "Parce que tu as réjoui les entrailles des saints": ce sont des expressions plus fortes et plus énergiques, on croirait qu'il parle d'un enfant qui fait l'amour et la joie de ses parents. Cette tendresse, cette affection montre qu'il est aimé passionnément par eux. "C'est pourquoi, bien que j'aie une grande liberté en Jésus-Christ de te…"  




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques  soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Sam 21 Oct 2017, 12:36 pm

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




1. (suite) "C'est pourquoi, bien que j'aie une grande liberté en Jésus-Christ de te commander ce qui est de ton devoir...." Voyez comme il prend garde qu'aucune des choses qu'il disait même par l'effet de sa grande charité, ne puisse offenser Philémon et le rebuter. C'est pourquoi avant de dire: "De te commander" ce qui est grave, quoique cette parole, si elle est proférée par l'amour, puisse plutôt nous rendre bienveillants, il la corrige longuement, surabondamment par ces mots: "Bien que j'aie une grande liberté". Par là il montre que Philémon jouit d'une grande considération auprès de lui; c'est comme s'il disait: Tu nous as inspiré une grande confiance. Ce n'est pas tout, il ajoute encore…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques  et
gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Sam 21 Oct 2017, 12:38 pm

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




1. (suite) Ce n'est pas tout, il ajoute encore: "En Jésus-Christ", et par là il fait entendre que s'il peut lui commander, ce n'est point à cause de sa gloire ni de sa puissance dans le monde, mais en vertu de sa foi en Jésus-Christ. C'est alors qu'il écrit: "De te commander", mais cela ne le contente pas, il met encore:  "Ce qui est de ton devoir", c'est-à-dire une chose qui s'accorde avec la raison. Voyez sur combien de motifs il s'appuie: Tu rends des bienfaits aux autres, dit-il, rends-m'en à moi aussi, et parce que c'est pour le Christ, et parce que c'est une chose conforme à la raison, et parce que c'est là une grâce que la charité ne refuse pas. C'est pourquoi il ajoute…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques  et
gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE DE SAINT PAUL À PHILÉMON.

Message  ROBERT. le Dim 22 Oct 2017, 11:31 am

.  
.  
 
"JE RENDS GRÂCES À MON DIEU, FAISANT TOUJOURS MENTION DE TOI DANS MES PRIÈRES;

APPRENANT LA FOI QUE TU AS AU SEIGNEUR JÉSUS, ET TA CHARITÉ ENVERS TOUS LES SAINTS,

AFIN QUE LA COMMUNICATION DE TA FOI MONTRE SON EFFICACE EN SE FAISANT

CONNAÎTRE PAR TOUT LE BIEN QUI EST EN VOUS, PAR JÉSUS-CHRIST."

(Philémon, vv. 4-16)


Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Philémon ne peut refuser à Paul la consolation qu'il lui demande,
lui qui a l'habitude de consoler les cœurs de tous les fidèles.
— L'apôtre de Jésus-Christ pourrait user d'autorité, mais il préfère employer la prière.
2. Philémon n'avait perdu qu'un esclave inutile, et il recouvre un frère très utile.
3. et 4. De quelle manière un chrétien doit regarder ses serviteurs.
— Ne point tirer vanité de ses bonnes œuvres,
et particulièrement des actions d'humilité: ce qui néanmoins est fort à craindre.
— Considérez à fond l'humilité du Fils de Dieu. — De la bonté de Dieu à notre égard.
— Il ne méprise pas le peu de bien que nous faisons.




1. (suite) C'est pourquoi il ajoute: "L'amour que j'ai pour toi fait que j'aime mieux te supplier". C'est comme s'il disait: Je sais qu'en te commandant je ne ferais pas preuve en vain d'une grande autorité, car d'autres ont déjà obtenu de toi de telles faveurs; mais comme la chose que je te demande me tient fort au cœur, je te prie plutôt. Il montre ainsi deux choses à la fois, c'est qu'il a confiance en lui (du reste il lui a donné un ordre) et qu'il est grandement inquiet sur cette affaire, et c'est pour cela qu'il se sert de la prière. "Bien que je sois ce que je suis, savoir, Paul, le vieux Paul". Oh ! Que de raisons puissantes !...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur l’Épître à Philémon, tome XI, p. 436-451. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum