Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  ROBERT. le Jeu 20 Juil 2017, 10:07 am

.
Merci de vos dernières explications et suggestions, chouan. Wink


Dernière édition par ROBERT. le Jeu 20 Juil 2017, 1:23 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31839
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Jeu 20 Juil 2017, 12:56 pm

La juridiction plénière aux mains du Pape descend immédiatement du Jésus-Christ.Du pape,elle se répand sur les pasteurs subalternes,c'est-à-dire sur les évêques,comme un fleuve dérive de sa source.Ce fait encore est de droit divin,puisqu'il procède de l'institution de Jésus-Christ.Celui-ci,en effet,a voulu que sont Église fût gouvernée par des Évêques,quoique sous la dépendance d'un seul d'entre eux,puisque le souverain pontificat ne constitue pas un ordre différent de l'épiscopat,mais uniquement le suprême degré de la juridiction.

LE DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Traité du R.P Matteo LIBERATORE.De la Compagnie de Jésus.
Traduit de l’italien,avec l’autorisation spéciale de l’auteur,Par le R.P AUG.ONCLAIR. (1888)
RETAUX-BRAY,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.Chapitre.II.Des pouvoirs de l’Église,§ V.La juridiction de l’Église est organisée hiérarchiquement.p.97,a écrit :


Dans cette organisation,un seul point est de droit divin,parce qu’il a été établi par Jésus-Christ lui-même:c’est que l’Église doit être gouvernée par les évêques,et que ceux-ci doivent être tous sous la dépendance du successeur de saint Pierre,investi de la plénitude de l’autorité juridictionnelle sur toute les Églises.

Arrow

THEOLOGIE DOGMATIQUE OU EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE.PAR S. E.LE CARDINAL GOUSSET,ARCHEVEQUE DE REIMS, ETC.
TOME PREMIER,CONTENANT L'EXPOSITION DES PREUVES DE LA RELIGION CATHOLIQUE.p.716,a écrit:    


CHAPITRE V. L'institution des évêques appartient originairement au Pape.  

1177. La puissance spirituelle du pape et des évêques vient de Jésus-Christ; c'est l'Esprit-Saint qui a établi les évêques pour gouverner l'Église de Dieu. Mais , pour prendre part au gouvernement de l'Église , il ne suffit pas d'avoir reçu le caractère épiscopal ; outre le pouvoir d'ordre qui est inhérent à l'ordination, il faut une juridiction canonique, tant pour le for extérieur que pour le for intérieur. Cette juridiction est indispensablement nécessaire, sous peine de nullité, pour l'administration du sacrement de pénitence, ainsi que pour tous les actes du gouvernement spirituel. Quiconque s'ingère dans le ministère sacré sans y être appelé par la puissance ecclésiastique, ou sans avoir une institution canonique, ne peut être le ministre de la parole et des sacrements (l).

1181. Tel est l'enseignement des Pères, des conciles et des souverains pontifes. Tertullien, qui était si près de la tradition Apostolique, nous apprend que le Seigneur a donné les clefs à Pierre,et, par Pierre, à l'Église : Mémento claves Petro, et, permm,Ecclesiœ reliquisse (2); à l'Église, c'est-à-dire aux évêques,comme l'enseigne saint Grégoire de Nysse; per Petrum episcopn dédit Chrislus claves cœlestium honorum (3) ; ce qui s'accorde parfaitement avec ce que dit Saint Optat : « Le bienheureux Pierre a reçu seul les clefs du royaume des cieux, pour les communiquer aux autres : claves regni çœlorum communicandas cœteris soins accepit (4).


Les simples prêtres et à plus forte raison le clergé inférieur n’exercent pas de juridiction,si ce n’est par délégation du Pape ou de leur évêque.Le sujet propre et natif de la juridiction ecclésiastique est donc l’épiscopat ayant à sa tête le souverain pontife.Ainsi,il faut un fondement divin et infaillible ,une autorité qui vienne de Jésus-Christ,cette autorité réside en Pierre, et dans les éveques avec Pierre, parce qu'eux seuls l'ont reçue du Sauveur, et, en conséquence, sans les évêques, sans leur autorisation, les prêtres ne peuvent absolument rien faire de tout ce qui regarde le régime et les fonctions de l'Église.Ce qu'on dit de l'Église universelle, il faut le dire du gouvernement particulier de chaque diocèse.


Voici des erreurs qui s'éloignent de la vraie constitution de l'Eglise: Arrow

LES PRINCIPES DU DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Par R.P Camille TARQUINI,Cardinal-prêtre.Traduit sur la 12ème Édition Latine.Par R.P Aug. ONCLAIRE. (1891)
VICTOR RETAUX ET FILS,SUCCESSEUR.Livre Second.Chapitre II.Des principaux systèmes qui s’éloignent plus ou moins de la véritable constitution de l’Église.p.136,a écrit:


I. A la suite de Marsile,il attribue le pouvoir suprême dans l’Église à l’assemblée des fidèles.C’est à elle que les clés du royaume des Cieux ont été plus immédiatement et plus essentiellement confiées par Jésus-Christ.Par conséquent,aucune loi ecclésiastique n’existe avant d’avoir été confirmée par le peuple,c’est-à-dire,par l’assemblée des fidèles.

II.Le pouvoir ministériel,d’après lui,appartient à tout l’ordre hiérarchique,c’est-à-dire au Pontife Romain,aux Évêques ,qu’il regarde comme tenant la place des apôtres et aux prêtres,qu’il dit être les successeurs des disciples.Ce pouvoir leur a été conféré immédiatement par Jésus-Christ.Quoique à un degré différent.De cette façon,il fait dériver la juridiction des Évêques,des prêtres et des curés en particulier,non pas du Souverain Pontife ou de l’ordinaire,mais immédiatement de Jésus-Christ.

 

affraid

Car la Sainte Eglise Catholique est une société monarchique parfaite d'institution divine... Arrow

CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRÈS St THOMAS D’AQUIN,Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.
A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d'Avignon et Mgr l’Évêque d'Orléans,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.
NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.II.Chapitre.XX.§ II.La véritable Église de Jésus-Christ est l’Église Romaine.III.D’institution divine.pp.319-320,a écrit:

Que le gouvernement de l’Église est monarchique d’institution divine.Gerson,lui-même;malgré des préjugés qui rendent ses paroles plus remarquable,avoue que: Jésus-Christ a fondé son Église sur un seul monarque ecclésiastique suprême,le Pontife romain,en qui seul réside la puissance ecclésiastique dans sa plénitude.Ainsi,l’Église est une monarchie,et le Pape en est l’unique souverain,étant seul investi de la plénitude de la puissance;et c’est aussi la doctrine d’Almain,qu’on n’accusera pas plus que Gerson d’avoir voulu flatter Rome.Il avoue que Jésus-Christ a établi dans son Église un police royale et monarchique,de se sorte qu’en vertu de ce pouvoir monarchique,le Pape seul possède une autorité primitive qui lui soumet tous les autres,sans qu’il soit soumis à aucun.La puissance universelle de faire des canons obligatoires pour tout l’univers a été donnée à un seul,savoir,à Pierre et à ses successeurs,et elle n’a été donnée à nul autre.Un seul est investi de la puissance suprême,et l’Église n’est Une que par l’unité du chef;elle forme un corps mystique dont le Pape est le chef.Le pouvoir du Pape,dans les choses spirituelles,est un pouvoir souverain,et ce genre de gouvernement ne peut être changé;c’est-à-dire,observe Fénelon,qu’on ne peut en faire un gouvernement aristocratique ou démocratique.
 

Arrow

THÉOLOGIE DU CATÉCHISTE,DOCTRINE ET VIE CHRÉTIENNE.Par M. L'ABBÉ LECLERCQ PRÊTRE DE SAINT-SULPICE, DIRECTEUR AU GRAND SÉMINAIRE D'ORLÉANS.
APPROBATIONS,Mgr j-Louis, évêque de Rodez 1865.Mgr Jacques-Antoine, évêque d'Amiens 1865.LIBRAIRIE SAINT-JOSEPH TOLRA ET HATON, LIBRAIRES-ÉDITEURS.t.I.Première Partie.Chapitre XII.De L’Église.p.179,a écrit :

9. Quel est celui que Jésus-Christ choisit four être le chef des Apôtres ? C'est saint Pierre qui fut choisi pour être le chef des Apôtres.

Ce n'est pas une république que Jésus-Christ a fondée, mais une monarchie sacrée. Les douze Apôtres en sont le sénat auguste, mais il y a un chef parmi eux, un principe visible d'unité. L'Église est appelée un royaume, il y faut un roi ; elle est appelée un corps, il y faut une tête; un bercail, un temple, une maison, il y faut un père, un pontife, un pasteur suprême.  


Dernière édition par Martial le Mar 15 Aoû 2017, 5:51 am, édité 9 fois
avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Ven 21 Juil 2017, 7:52 am

LES PRINCIPES DU DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Par R.P Camille TARQUINI,Cardinal-prêtre.Traduit sur la 12ème Édition Latine.Par R.P Aug. ONCLAIRE. (1891)
VICTOR RETAUX ET FILS,SUCCESSEUR.Livre Premier.Chapitre I.Art.I.§ II.De la nature de l’Église et du pouvoir qu’elle possède en vertu de sa nature.p.54,a écrit:

L’Église de Jésus-Christ est une société instituée par le Christ-Dieu,dont la fin propre est de conduire à la vie éternelle,et cette fin lui est tellement propre qu’en dehors de son sein elle demeure absolument irréalisable.

Cette notion de l'Église est parmi les catholiques certaine de la certitude d'un article de foi divine.L'Église de Jésus-Christ,est de sa nature une société parfaite.Une société,qui,de sa nature,est une société suprême,et qui n'est ordonnée par rapport à une autre est de sa nature parfaite.

LES PRINCIPES DU DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Par R.P Camille TARQUINI,Cardinal-prêtre.Traduit sur la 12ème Édition Latine.Par R.P Aug. ONCLAIRE. (1891)
VICTOR RETAUX ET FILS,SUCCESSEUR.Notions générales sur le droit public de l’Église.p.2,a écrit:

2.Or,toute société pour se maintenir et atteindre sa fin doit:1) être composée de membres qui commandent et d’autres qui obéissent,et la démarcation entre ces deux catégorie doit être nettement tracé,elle doit en outre trouver en elle-même des ressources suffisantes pour se conserver,la société doit savoir les mettre en œuvre et s’en servir pour diriger chacun de ses membres,afin de leur faire atteindre le but proposé.ces notions élémentaires font voir,qu’il existe dans toute société un double système de lois,le premier qui détermine la constitution même de la société et s’appelle pour cette raison “droit public”,le second qui prend le nom de “droit privé”,parce qu’il comprend toutes les lois qui régissent les membres de la société et les conduisent à la fin que celle-ci a en vue.C’est donc à bon droit que nous affirmons l’existence dans l’Église de Jésus-Christ d’un double droit : le droit ecclésiastique public et le droit ecclésiastique privé.

3.Le droit public de l’Église est donc l’ensemble des lois qui déterminent la Constitution de l’Église.Nous appelons Constitution,toutes les lois qui règles le gouvernement d’une société,que ces lois regardent le pouvoir que possède la société pour atteindre sa fin ou les personnes en qui réside ce pouvoir.


Ainsi , l'Encyclique ( Mirari vos )  de S.S le Pape GRÉGOIRE XVI est compréhensible :
Pour les prêtres, il faut qu'ils soient soumis aux évêques et " qu'ils les honorent comme les pères de leurs âmes selon l'avis de saint Jérôme ; qu'ils n'oublient jamais qu'il leur est défendu, même par les anciens Canons, de rien faire dans le ministère qui leur a été confié, et de prendre sur eux la charge d'enseigner et de prêcher, " sans l'approbation de l'évêque, à qui le soin des fidèles a été remis et qui rendra compte de leurs âmes. " (Ex can. Ap. XXXVIII, apud Labb. tom. I, pag. 38, edit. Mansi)Qu'on tienne enfin pour une vérité certaine et incontestable, que tous ceux qui cherchent à troubler en quoi que ce soit cet ordre ainsi établi,  ébranlent autant qu'il est en eux la constitution de l'Église.


THÉOLOGIE DOGMATIQUE OU EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE.PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET.1857,t.I.p.562,a écrit:

Traité de l'église chapitre VIII.
Le pouvoir de juridiction n'est pas moins essentiel que le pouvoir d'ordre à l'apostolicité du ministère,et l'apostolicité du ministère n'est pas moins essentielle à l'église que l'apostolicité de la doctrine.L'écriture et la tradition nous représentent le ministère apostolique se perpétuant par la succession des évêques , comme une propriété de l'église de Dieu , et comme marque qui la distingue de toutes les société schismatiques.


Dernière édition par chouan le Mer 26 Juil 2017, 2:48 pm, édité 1 fois
avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Sam 22 Juil 2017, 5:49 pm

CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRÈS St THOMAS D’AQUIN,Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.
A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d'Avignon et Mgr l’Évêque d'Orléans,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.
NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.II.Chapitre.XX.§ III.Du Souverain Pontife et de ses privilèges dans l’Église Catholique.p.362,a écrit:


A ce triple pouvoir,inhérent au Saint-Siège Apostolique,s’unit une juridiction universelle,c’est-à-dire que l’Église tout entière,fidèles et pasteurs,sont soumis au Pape.L’ordination ou plutôt la consécration épiscopale donne sans doute à ceux qui la reçoivent un caractère particulier auquel sont essentiellement attaché certains privilèges,mais elle ne donne point la juridiction.De là,la nécessité de l’institution des évêques par la cour de Rome.Autrement,comme nous l’avons établi ailleurs dans cet ouvrage,c’est le schisme,c’est l’intrusion,c’est le rôle du loup dans la bergerie.

Bien que les peuples,soient distincts,à raison des différentes régions et des différents états,ils forment néanmoins une seule Eglise universelle et un seul peuple chrétien.Donc de meme qu'il faut que chaque peuple particulier appartenant à une Eglise particulière ait son éveque,la chrétienté tout entière doit,elle aussi,avoir un chef qui régisse l'Eglise universelle.Cet argument est fourni on le voit,par l'unité de l'Eglise.l'Eglise est une,donc il lui faut un seul chef.

LES PRINCIPES DU DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Par R.P Camille TARQUINI,Cardinal-prêtre.Traduit sur la 12ème Édition Latine.Par R.P Aug. ONCLAIRE. (1891)
VICTOR RETAUX ET FILS,SUCCESSEUR.Livre II.Chapitre II.Des principaux systèmes qui s’éloignent plus ou moins de la véritable constitution de l’Église.§ II.Réfutation des principes sur lesquels ils reposent.pp.158-159,a écrit:


2° Il faut remarquer encore:que le droit d’élire les magistrats,à moins que la constitution de la société n’en dispose autrement,est,de sa nature,un droit réservé au pouvoir souverain.car nul ne peut obliger le peuple à obéir à quelqu’un,si ce n’est celui auquel le peuple lui-même est soumis.Il suit de là:que l’élection des Évêques,à moins qu’il ne soit démontré que Jésus-Christ en a ordonné différemment,appartient au souverain Pontife,ce qui n’empêche pourtant pas que le droit d’élire les Évêques n’ait pu être déféré à d’autre,soit par une loi émanée du Pape,soit en vertu de son approbation ou de son consentement.Car ce qui se fait en vertu d’une loi ou du consentement de quelqu’un émane évidement de l’autorité de celui-ci.  

Or,que faut-il de plus,pour que le gouvernement de l'Eglise soit appelé et soit,en réalité,monarchique,en d'autre termes,le gouvernement d'un seul ?.Ce qui appartient à l'essence de l'Eglise ne peut avoir sa source que dans l'institution de Jésus-Christ.Or,telle est la forme de son gouvernement.L'organisation des pouvoirs est un élément essentiel de toute société.L'Eglise donc,si elle avait modifié la forme de son gouvernement,ne serait plus l'Eglise instituée par Jésus-Christ.A noter que la monarchie de l'Eglise est bien différente de celle des Etats politiques.Dans l'Eglise,le monarque est tel par délégation.Le monarque,le roi de ce royaume de l'Eglise est à proprement parler Jésus-Christ.

Mgr Louis PRUNEL, Vice-Directeur de L’Université CATHOLIQUE de PARIS.COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION.
Préface de Som Em. Le Cardinal BAUDRILLART , Ouvrage honoré d’une lettre de Son Em. le Cardinal GASPARRI 1920,Secrétaire d’Etat de S.S. Pie XI.Lettre de Mgr NEVEUX,évêque d’Arsinoé 1917,Mgr HALLE,évêque de Pergame,auxiliaire de Montpelier 1917, Mgr LANDRIEUX,évêque de DIJON 1916,Mgr GUILLIET,évêque de Limoge 1917,Mgr PECHENARD, évêque de Soissons 1918, Mgr LECOEUR,évêque de Saint-Flour 1916,Mgr DECHELETTE,évêque d’Evreux 1918,Mgr CHESNELONG ,Archev.de Sens 1916, Mgr GAUTHEY,Archev,de Besançon 1917,S.Em. le Cardinal Luçon,Archv,de Reims 1916,S.Em. le Cardinal AMETTE,Archv, de Paris 1917,S.Em.le Cardinal DUBOIS,Archv,de Rouan 1917.
(Imprimature,20 octobris 1916)-(Nihil obstat,15 octobris 1916 ),Ouvrage couronné par l’Académie française.


COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION. t.II. L’Église .p.253,254, institution des Évêques. a écrit:    

L’élection,c’est-à-dire le choix du sujet,appartient au Souverain Pontife,pasteur de l’Église universelle,Jésus élit ses apôtres,en les choisissant lui-même,tandis qu’ils jetaient leurs filets sur les bords du lac de Tibériade.(Suivez-moi,leur dit-il,je vous ferai pêcheurs d’hommes).Les Apôtres élurent Matthias à la place de Juda,Saint Paul institua Tite en Crète.Après la mort des apôtres, le pouvoir d’élire des évêques que tout les apôtres possédaient passa au successeur de Saint Pierre,car,nous l’avons vu,les prérogatives spéciales des apôtres disparurent avec eux,et le Pape seul hérita de leur pouvoir extraordinaire.Au cours des siècles,divers modes d’élection des évêques furent en vigueur,parfois la voix populaire unanime désigna certain sujets,et l’adage : vox populi,vox Dei,se vérifia,il en fut ainsi pour Saint Ambroise à Milan,en général lorsqu’une église devenait vacante,les évêques voisins et le clergé s’assemblaient et désignaient celui qu’ils jugeaient le plus digne,puis les Chapitres des églises cathédrales élurent des évêques,tout en soumettant la ratification de l’élection au Pape,ce mode d’élection est tout à fait conforme au droit canonique et existe encore dans certains pays ailleurs,par suite des concordats conclus entre le Pape et différent Etats,le chef de l’Etat eut le droit d’élection,avec la réserve que les candidats choisis devaient être agréés par le Pape,et pouvaient par suite être refusés,s’il le jugeait nécessaire.Aujourd’hui le Pape nomme directement les évêques et c’est certainement là le plus précieux avantage de la loi de Séparation.

pour maintenir l'unité de croyance parmi les fidèles,il faut l'autorité d'un seul qui soit supérieur à tous,en qualité de juge sans appel.Le concile général ne saurait parer à cette exigence.Jésus-Christ,qui en qualité de fondateur unique de cette société de l'Eglise,a pu lui donner la forme de gouvernement qu'il préferait.Mais,J-C ne devait pas rester sur la terre.En quittant celle-ci,il devait y laisser quelqu'un pour tenir sa place,le bercail du Christ ici bas est visible et un bercail visible requiert un pasteur visible.Quel est-il ? Celui,évidement,auquel il a dit,un peu avant son Ascension au ciel:Pais mes agneaux,pais mes brebis,c'est-à-dire Saint Pierre.

EXPLICATION HISTORIQUE,DOGMATIQUE,MORALE,LITURGIQUE ET CANONIQUE, DU CATÉCHISME.
PAR L'ABBÉ AMBROISE GUILLOIS.Ouvrage offert a S.S Pie IX,Honoré par elle d'un bref de remerciment et revêtu de l'Approbation de plusieurs Cardinaux, Archevêques et Évêques.
Dixième Édition.PARIS.H,VRAYET DE SURCY,ÉDITEUR, 1864.TOME PREMIER. p.409, a écrit
:

Les Évêques sont les successeurs des Apôtres,non pas en ce sens qu’ils aient hérité de tous les privilèges accordés par Jésus-Christ aux Apôtres:ils n’ont pas,comme eux,le don des langues et des miracles,ni le don de l’infaillibilité,ni le pouvoir de prêcher et de fonder des Église dans le monde entier,mais,en ce sens qu’ils sont revêtu du même caractère et qu’ils exercent la même autorité dans leurs diocèses respectifs,ils sont les chefs et les pasteurs des fidèles soumis à leur juridiction,et ils le sont de droit divin,c’est-à-dire que c’est Dieu lui-même qui a voulu qu’il y eût des évêques pour aider et seconder le pape dans le gouvernement de l’église universelle.Tel est le sens de ces paroles de Saint-Paul : le Saint-Esprit a établi les Évêques pour gouverner l’Église de Dieu.le Pape,par conséquent,n’aurait pas le pouvoir de ne s’associer que des vicaires apostoliques qui gouverneraient en son nom telles et telles parties du monde catholique,parce que,bien que l’établissement d’aucun diocèse en particulier ne soit de droit divin,l’institution des Évêques,en général,entre dans les intentions de Jésus-Christ et fait partie de la constitution de son Église.

En outre,Jésus-Christ attribue à saint Pierre la faculté absolue de lier et de délier quoi que ce soit,en d'autre termes,il lui confère le pouvoir d'obliger par des lois et de juger toute cause quelconque,ce qui entraine évidement le pouvoir législatif,judiciaire et exécutif.Saint Cyprien, les schismes n'ont surgi que parce qu'on n'a pas obéi au prêtre de Dieu.

LE DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Traité du R.P Matteo LIBERATORE.De la Compagnie de Jésus.Traduit de l’italien,avec l’autorisation spéciale de l’auteur,Par le R.P AUG.ONCLAIR. (1888)
RETAUX-BRAY,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.Chapitre.III.Art III.Du droit de l’Église de choisir ses ministres.§I.Le droit de choisir les évêques appartient au Pape.pp.214-215-216,a écrit :

La forme du Gouvernement dans l’Église est,comme nous l’avons démontré en son lieu,la monarchie pure et simple.Le pouvoir gouvernemental universel et complet s’étendant sur toute la société des fidèles est aux mains du Pape.C’est donc à lui et nul autre qu’appartient le droit de choisir et d’envoyer en divers lieux ceux qui,d’après la décision divine,doivent,sous sa dépendance,prendre part au Gouvernement de l’Église.C’est,sans contredit,au monarque qu’il appartient de choisir et d’envoyer dans les différentes province de l’État les gouverneurs ou les préfet chargés de les administrer.S’il en était autrement,c’est-à-dire si le chef de l’État n’était pas en droit d’exercer à lui seul ce pouvoir,s’il était,au contraire,obligé de s’en tenir aux suffrages d’autrui,son autorité serait par là même limité,il ne serait pas un monarque absolu,mais constitutionnel.Le Pape seul est,en vertu de l’institution de Jésus-Christ,le supérieur et le chef de quiconque entre dans l’Église,par son baptême.Lui seul est le Pasteur de tout le bercail de Jésus-Christ,c’est à lui seul que le divin Maitre a dit,en la personne de Pierre:pasce oves meas.Comment donc se pourrait-t'il faire,si ce n’est de par la volonté du Pape,qu’une portion donnée du bercail susdit soit soumise à l’obédience de tel ou tel autre pasteur déterminé ? Le chef seul de la communauté entière,qui a droit à l’obéissance de chacun des membres de celle-ci,peut faire que quelques-uns d’entre eux deviennent les sujets d’un supérieur qui auparavant n’avait sur eux aucune juridiction.Or,aucun Evêque particulier n’a,par lui-même,aucun titre pour se trouver à la tête du gouvernement de telle ou de telle partie de la communauté chrétienne.Le Pape seul,à qui cette communauté est intégralement soumise,peut en assujettir les différentes parties à des personnes qu’il choisit et qu’il destine à les gouverner.

190.- Votre raisonnement,pourra-t-on nous dire,démontre avec évidence que la juridiction sur telle ou telle autre partie de la communauté chrétienne doit être communiquée par le Pape,mais il ne prouve pas que la personne à laquelle cette juridiction sera communiquée doit être pareillement désignée par le Pape.La désignation ou l’élection de la personne pourrait se faire par d’autre,le Pape de son coté,pourrait ensuite confirmer l’élection et communiquer à l’élu la juridiction ou le pouvoir de gouverner.

Nous le demandons,une organisation pareille serait-elle,dans la pensée de ceux qui la proposent,l’effet d’une concession ou du consentement du Pape lui-même,ou bien serait-elle indépendante de lui ? Si on la faisait indépendante de lui,elle constituerait évidement une limitation de l’autorité Pontificale,et par suite,elle devrait provenir d’un ordre de Jésus-Christ de qui seul dépend la constitution de l’Église.Or,pour notre part,nous ne trouvons aucune trace de cette combinaison dans l’Église,nous y trouvons même tout le contraire,à savoir,que Jésus-Christ a conféré à Saint Pierre,le pouvoir de gouverner l’Église,sans condition restrictive d’aucune sorte.Il s’ensuit qu’en vertu de l’institution de Jésus-Christ le Pape possède,par rapport à l’Église,toute l’autorité d’un vrai monarque,or,comme nous l’avons vu précédemment,c’est au monarque qu’appartient le droit de choisir ceux à qui il confie le gouvernement des provinces.Si l’organisation dont on parle est présentée comme ayant sa source dans une concession ou un consentement du Pape lui-même,elle serait sans contredit admissible,au cas ou le bien de l’Église conseillerait d’y avoir recours,sous les restrictions toutefois qu’il plairait au Pape d’y apporter,et par une faveur librement révocable.
 

Arrow

LE DROIT PUBLIC DE L’ÉGLISE.Traité du R.P Matteo LIBERATORE.De la Compagnie de Jésus.Traduit de l’italien,avec l’autorisation spéciale de l’auteur,Par le R.P AUG.ONCLAIR. (1888)
RETAUX-BRAY,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.Chapitre.III.Art III.Du droit de l’Église de choisir ses ministres.§I.Le droit de choisir les évêques appartient au Pape.p.216,a écrit :


Le Pape,par là même qu’il a le droit de choisir les Évêques,a aussi celui de fixer une forme donnée pour leur élection.Mais,cette forme,par là même qu’elle dépend de la volonté du Pape n’est pas de droit divin,elle est de droit ecclésiastique.C’est le Pape qui l’établit,attendu que:Potest quis per alium,quod potest facere per se ipsum,selon le règle soixante-huitième du droit.Mais,comme c’est le Pape qui l’a établie,le Pape peut la modifier,dans la suite,et même l’abolir selon qu’il le juge plus avantageux pour l’Église.
 


Dernière édition par Martial le Lun 14 Aoû 2017, 5:29 am, édité 8 fois
avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Dim 23 Juil 2017, 7:25 am

Mgr Louis-Adolphe Paquet - Droit public de l'Église (Québec, J.-A. K.-Laflamme/Compagnie de l'Évènement/Laflamme & Proulx, 1912-1916)Tome I, Principes généraux.p.92,a écrit :

Les évêques ne sont pas de simples vicaires et délégués du Pontife romain, mais que, comme lui, sous lui et avec lui, ils jouent le rôle de véritables pasteurs préposés par Jésus-Christ au gouvernement des Eglises particulières. Sans étendre leur juridiction jusqu'aux intérêts généraux de l'Eglise,lesquels relèvent directement et uniquement de l'autorité suprême.
https://archive.org/details/droitpublicdelg00paqu

Arrow

P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Troisième Partie. Du Pouvoir de L’Église Chapitre .I .p.104 a écrit :

Nature et étendue de pouvoir de L’Église :

Triple pouvoir de l’Église. – Le pouvoir de Juridiction est le pouvoir de gouverner les sujets,de les diriger à la fin commune de la société,par suite de les obliger à coopérer par leur actes sociaux au bien commun.Toute société a essentiellement ce pouvoir,sans lui, en effet,elle ne saurait subsister.Donc l’Église,comme société,a le pouvoir de juridiction.

Ainsi , les choses sont claires ...

Mgr Louis-Adolphe Paquet - Droit public de l'Église (Québec, J.-A. K.-Laflamme/Compagnie de l'Évènement/Laflamme & Proulx, 1912-1916)Tome II, L'organisation religieuse et le pouvoir civil.p.98,99,a écrit :

Nous ne croyons pas qu'aucun catholique sincère ait jamais contesté au Saint-Siège le droit exclusif et inaliénable d'autoriser soit par lui-même, soit par ses délégués, le sacre de nouveaux évêques. https://archive.org/details/droitpublicdelgl00paqu

Arrow

Mgr Félix Dupanloup,Évêque d’Orléans.LA SOUVERAINETÉ PONTIFICALE SELON LE DROIT CATHOLIQUE ET LE DROIT EUROPÉEN.
Lecoffre & Cie,1860.Chapitre X.L’Europe et la Papauté.p.199,a écrit:


S’il n’y avait pas dans le monde l’Église catholique,dont le Pape est le chef et le lien,s’il n’y avait plus cette Église,dépositaire et conservatrice du vrai et total christianisme,avec sa foi,sa discipline,sa hiérarchie,son culte,l’idée chrétienne elle-même,déchirée en tous sens,s’éteindrait dans le monde,évidemment les sectes dissidentes n’ont pas ce qu’il faut pour la conserver.

Arrow

P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE Institution,Constitution,Pouvoir.Chapitre II. L’UNITÉ.p.21,a écrit :

3° La Raison:La nature même des choses exige cette unité.Notre-Seigneur avait rappelé ce principe naturel:Tout royaume divisé contre soi-même périra. Écoutons Léon XIII dans son Encyclique sue l’Unité de l’Église:Il est impossible d’imaginer une société humaine véritable et parfaite qui ne soit pas régie par un pouvoir suprême.Jésus-Christ a donc dû mettre à la tête de son Église une magistrature souveraine à qui obéirait et serait soumise toute la multitude des chrétiens.C’est pourquoi,de même qu’à l’unité de l’Église,assemblée de croyants,est nécessaire l’unité de foi,de même à l’unité de cette même Église,société instituée par Dieu,est nécessaire de droit divin l’unité de gouvernement qui produit et enferme l’unité de communion.
avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Lun 31 Juil 2017, 5:30 pm



Mgr Louis PRUNEL,Vice-Directeur de L’Université CATHOLIQUE de PARIS.
GABRIEL BEAUCHESNE ET SES FILS ÉDITEUR.(Imprimature,20 octobris 1916)-(Nihil obstat,15 octobris 1916 ),Ouvrage couronné par l’Académie française.
COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION. t.IV.La Grâce .Onzième Leçon.Chap.III. Rôle de la prière dans notre sanctification.pp.264-265,a écrit:


Il n’y a point de sacrement dont l’efficace et la vertu ne puisse être suppléée par les dispositions de la personne qui le désire de bonne foi,mais qui ne peut le recevoir;il y a point d’œuvre,ni méritoire ni satisfactoire,qu’une autre de pareil mérite et d’égale satisfaction ne puisse remplacer: la contrition pure et parfaite peut tenir lieu de la confession des péchés;l’aumône,selon la doctrine des Pères,peut,par l’acceptation de Dieu,être substituée au jeûne;mais rien ne peut à notre égard être le supplément de la prière,parce que,dans l’ordre du salut et de la justification,la prière,dit Saint Chrysostome,est comme la ressource des ressources même,comme le premier mobile qui doit donner le mouvement à tout le reste,et quand tout le reste viendrait à manquer,comme la dernière planche pour sauver du naufrage l’homme pécheur.Si je cesse de prier,je n’ai plus rien sur quoi je puisse faire fond,et par nul autre moyen je ne puis racheter ni réparer la perte que je fais en me privant du fruit de la prière.

avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Ven 04 Aoû 2017, 3:35 pm

DICTIONNAIRE DE THÉOLOGIE,PAR L'ABBÉ BERGIER,CHANOINE DE L'ÉGLISE DE PARIS,J. PETIT, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,1826.t.III.p.242,a écrit:

De ces passages il résulte que , par l'institution de Jésus-Christ,les évêques sont les successeurs des apôtres , les premiers pasteurs de l'Eglise ; qu'ils ont hérité des pouvoirs ,des fonctions, des privilèges du corps apostolique; qu'ils possèdent la plénitude du sacerdoce; que, de droit divin , ils ont un degré de prééminence et d'autorité sur les simples prêtres. Ainsi l'a décidé le Concile de Trente, sess. 23, can. 6 et 7.  

il nous reste à exposer la doctrine de la succession apostolique des éveques.Ce Dogme se dégage du fait meme de la constitution de l'Eglise et se trouve d'ailleurs formellement enseigné par les Pères.
DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.
Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de A.D’ALES,Professeur a l’institut Catholique de PARIS. ( 1911-1931 )
Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em.le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1783,a écrit :


Qui plus est,nous croyons l’institution divine clairement affirmée dans l’adresse de la lettre aux Philadelphiens: L’évêque,ses prêtres et les diacres désignés dans la pensée de Jésus-Christ,qui,selon sa volonté propre,les a établis et confirmés par l’Esprit-Saint.Ces ministres sont ordonnés conformément à la pensée du Christ,c’est-à-dire d’après son ordre,d’après la constitution qu’il donna à son Église.Voilà pourquoi l’évêque n’a obtenu sa charge “ni de lui-même,ni par les hommes... mais de la charité de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-ChristVoilà pourquoi cette hiérarchie appartient à l’essence même du christianisme,d’ou cette affirmation si énergique: Que tous vénèrent les diacres comme Jésus-Christ,aussi bien que l’évêque,car celui-ci est la figue du Père,et les prêtres comme le sénat de Dieu et le collège des Apôtres: en dehors d’eux il y a pas d’Église.La succession apostolique des évêques,si elle n’est pas énoncée,est à la base de toutes ses pensées.Car cette autorité supérieur des évêques,les Apôtres l’ont autrefois exercée,l’ayant reçue de Jésus-Christ.

Avant de mourir,les Apôtres prient des dispositions pour assurer la transmission régulière de leur autorité sur les églises fondées.

DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.
Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de A.D’ALES,Professeur a l’institut Catholique de PARIS. ( 1911-1931 )
Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em.le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1785,a écrit :

En résumé,les documents de la primitive Église prouvent que les Apôtres ont institué la dignité hiérarchique supérieur connue plus tard sous le nom d’épiscopat,en élevant certains disciples à la plénitude de l’Ordre et en leur communiquant,soit immédiatement soit avant de mourir,le pouvoir de juridiction ou la mission divine dont ils étaient dépositaire.D’entre ces évêques,les uns fondaient et organisaient de nouvelles églises exactement comme les Apôtres,les autres,coopérateurs et suivants de quelque Apôtres,étaient appelés à recueillir sa succession comme évêques régionnaires;d’autre encore étaient promus à un siège épiscopal et établis comme pasteur à la tête d’une église particulière.Les évêques sont donc institués pour continuer la mission et les pouvoirs dont Jésus-Christ,en vertu de sa puissance divine,avait investi le collège apostolique.Ils sont les successeurs des Apôtres.
L'origine de l'épiscopat prouve que le corps épiscopal est le dépositaire de la succession apostolique.Saint Irénée : il serait difficile d'exprimer plus clairement que l'illustre évêque de Lyon la succession apostolique des  évêques.Dans son admirable traité Adversus Haereses,il propose ce dogme comme un principe fondamental de l'Eglise du Christ. "Il faut chercher,dit-il,la tradition des Apôtres auprès des évêques.Nous pouvons produire la liste de ceux qui ont été institués évêques par les Apôtres et leurs successeurs jusqu'à nous...Ils voulaient que ceux qu'ils établissaient comme successeurs en leur transmettant leur propre fonction du magistère,fussent tout à fait parfaits.La successions apostolique des évêques c'est la substitution légitime,publique,nécessaire,continuelle et permanente du corps des évêques en lieu et place des Apôtres à la tête de l'Eglise,avec mission de la gouverner et de l'enseigner.En vertu de cette succession régulière et ininterrompue,l'épiscopat contemporain forme comme un seul corps moral avec les Apotres fondateurs et se trouve investi de leur pouvoir divin.Cette doctrine est l'attestation de l'enseignement de l'Eglise de sont temps aussi bien que de l'Eglise primitive,c'est la doctrine traditionnelle.

DICTIONNAIRE DE THÉOLOGIE,PAR L'ABBÉ BERGIER,CHANOINE DE L'ÉGLISE DE PARIS,J. PETIT, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,1826.t.III.p.244,a écrit:

111. Ajoutons que cette supériorité des évêques est nécessaire au gouvernement ecclésiastique.Car il faut un chef dans chaque Eglise particulière,avec l'autorité du commandement,pour réunir tout le clergé,et pour le diriger selon les mêmes vues.Qu'on rompe cette unité , il n'y a plus d'ordre.Saint Cyprien et saint Jérôme nous annoncent dès-lors le schisme et la confusion,parce qu’il n’y a plus subordination.
 
L'esprit humain n'a plus de frein dès que les évêques n'ont plus de juridiction !..
avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Mer 09 Aoû 2017, 4:45 am

Les uns disent que dans le cas d'un Pontife Romain hérétique,il pourrait etre déposé par l'Eglise,mais cela ne parait pas sérieux,le Pape ne peut etre déposé par ses inférieurs.
Mgr Louis PRUNEL, Vice-Directeur de L’Université CATHOLIQUE de PARIS.
Préface de Som Em. Le Cardinal BAUDRILLART , Ouvrage honoré d’une lettre de Son Em. le Cardinal GASPARRI 1920,Secrétaire d’Etat de S.S. Pie XI.Lettre de Mgr NEVEUX,évêque d’Arsinoé 1917,Mgr HALLE,évêque de Pergame,auxiliaire de Montpelier 1917, Mgr LANDRIEUX,évêque de DIJON 1916,Mgr GUILLIET,évêque de Limoge 1917,Mgr PECHENARD, évêque de Soissons 1918, Mgr LECOEUR,évêque de Saint-Flour 1916,Mgr DECHELETTE,évêque d’Evreux 1918,Mgr CHESNELONG ,Archev.de Sens 1916, Mgr GAUTHEY,Archev,de Besançon 1917,S.Em. le Cardinal Luçon,Archv,de Reims 1916,S.Em. le Cardinal AMETTE,Archv, de Paris 1917,S.Em.le Cardinal DUBOIS,Archv,de Rouan 1917.
(Imprimature,20 octobris 1916)-(Nihil obstat,15 octobris 1916 ),Ouvrage couronné par l’Académie française.

COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION.t.II.L'Eglise.Neuvième Leçon.Le Pape.Chap.IV.pp.215-216,a écrit:

Les autres déclarent que par le fait même qu’un Pape deviendrait hérétique,il ne serait plus Pape,et que,dès lors,une sentence de déposition serait inutile,et qu’il suffirait de déclarer le siège vacant.Ceci est plus exact théologiquement;du coup un Pape hérétique perdrait la puissance de diriger l’Église,puisque volontairement il sortirait de l’Église,il se retrancherait du corps de l’Église,et deviendrait infidèle.
 

Arrow

DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.J.-B. JAUGEY – Prêtre ,Docteur en Théologie .Troisième édition , Augmentée d'un supplément.
Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques , J-M-A.Vacant,Ch. DE HARLEZ &c..EDITIONS J. BRIGUET Librairie Delhomme PARIS/LYON.1889. Col .382,a écrit:


Pendant l’interrègne, le sacré collège n’est pas investi de la juridiction Pontifical,la primauté n’avant pas été promis à un corps moral,mais seulement à Pierre et à ceux à qui sont siège est dévolu après lui.Il ne peut donc rien innover dans la forme du gouvernement ecclésiastique,ni édicter des lois universelles,ni déroger aux saints canons,ni s’ingérer dans des affaires épineuses,ni conférer des bénéfices,ni modifier des décisions ou des mesures prises antérieurement.  


Dernière édition par Martial le Ven 11 Aoû 2017, 5:19 am, édité 1 fois
avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  ROBERT. le Mer 09 Aoû 2017, 10:48 am

chouan a écrit:
Spoiler:

DICTIONNAIRE DE THÉOLOGIE,PAR L'ABBÉ BERGIER,CHANOINE DE L'ÉGLISE DE PARIS,J. PETIT, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,1826.t.III.p.242,a écrit:

De ces passages il résulte que , par l'institution de Jésus-Christ,les évêques sont les successeurs des apôtres , les premiers pasteurs de l'Eglise ; qu'ils ont hérité des pouvoirs ,des fonctions, des privilèges du corps apostolique; qu'ils possèdent la plénitude du sacerdoce; que, de droit divin , ils ont un degré de prééminence et d'autorité sur les simples prêtres. Ainsi l'a décidé le Concile de Trente, sess. 23, can. 6 et 7.  

il nous reste à exposer la doctrine de la succession apostolique des éveques.Ce Dogme se dégage du fait meme de la constitution de l'Eglise et se trouve d'ailleurs formellement enseigné par les Pères.
DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.
Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de A.D’ALES,Professeur a l’institut Catholique de PARIS. ( 1911-1931 )
Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em.le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1783,a écrit :


Qui plus est,nous croyons l’institution divine clairement affirmée dans l’adresse de la lettre aux Philadelphiens: L’évêque,ses prêtres et les diacres désignés dans la pensée de Jésus-Christ,qui,selon sa volonté propre,les a établis et confirmés par l’Esprit-Saint.Ces ministres sont ordonnés conformément à la pensée du Christ,c’est-à-dire d’après son ordre,d’après la constitution qu’il donna à son Église.Voilà pourquoi l’évêque n’a obtenu sa charge “ni de lui-même,ni par les hommes... mais de la charité de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-ChristVoilà pourquoi cette hiérarchie appartient à l’essence même du christianisme,d’ou cette affirmation si énergique: Que tous vénèrent les diacres comme Jésus-Christ,aussi bien que l’évêque,car celui-ci est la figue du Père,et les prêtres comme le sénat de Dieu et le collège des Apôtres: en dehors d’eux il y a pas d’Église.La succession apostolique des évêques,si elle n’est pas énoncée,est à la base de toutes ses pensées.Car cette autorité supérieur des évêques,les Apôtres l’ont autrefois exercée,l’ayant reçue de Jésus-Christ.

Avant de mourir,les Apôtres prient des dispositions pour assurer la transmission régulière de leur autorité sur les églises fondées.

DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE.
Contenant les preuves de la Vérité de la Religion,sous la Direction de A.D’ALES,Professeur a l’institut Catholique de PARIS. ( 1911-1931 )
Avec la collaboration de grand nombre de Savants Catholiques.Lettre de Son Em.le Card. GASPARRI,Dal Vaticano 1929.Imprimatur 1909.GABRIEL BEAUCHESNE,ÉDITEUR.t.I.col:1785,a écrit :

En résumé,les documents de la primitive Église prouvent que les Apôtres ont institué la dignité hiérarchique supérieur connue plus tard sous le nom d’épiscopat,en élevant certains disciples à la plénitude de l’Ordre et en leur communiquant,soit immédiatement soit avant de mourir,le pouvoir de juridiction ou la mission divine dont ils étaient dépositaire.D’entre ces évêques,les uns fondaient et organisaient de nouvelles églises exactement comme les Apôtres,les autres,coopérateurs et suivants de quelque Apôtres,étaient appelés à recueillir sa succession comme évêques régionnaires;d’autre encore étaient promus à un siège épiscopal et établis comme pasteur à la tête d’une église particulière.Les évêques sont donc institués pour continuer la mission et les pouvoirs dont Jésus-Christ,en vertu de sa puissance divine,avait investi le collège apostolique.Ils sont les successeurs des Apôtres.
L'origine de l'épiscopat prouve que le corps épiscopal est le dépositaire de la succession apostolique.Saint Irénée : il serait difficile d'exprimer plus clairement que l'illustre évêque de Lyon la succession apostolique des  évêques.Dans son admirable traité Adversus Haereses,il propose ce dogme comme un principe fondamental de l'Eglise du Christ. "Il faut chercher,dit-il,la tradition des Apôtres auprès des évêques.Nous pouvons produire la liste de ceux qui ont été institués évêques par les Apôtres et leurs successeurs jusqu'à nous...Ils voulaient que ceux qu'ils établissaient comme successeurs en leur transmettant leur propre fonction du magistère,fussent tout à fait parfaits.La successions apostolique des évêques c'est la substitution légitime,publique,nécessaire,continuelle et permanente du corps des évêques en lieu et place des Apôtres à la tête de l'Eglise,avec mission de la gouverner et de l'enseigner.En vertu de cette succession régulière et ininterrompue,l'épiscopat contemporain forme comme un seul corps moral avec les Apotres fondateurs et se trouve investi de leur pouvoir divin.Cette doctrine est l'attestation de l'enseignement de l'Eglise de sont temps aussi bien que de l'Eglise primitive,c'est la doctrine traditionnelle.

DICTIONNAIRE DE THÉOLOGIE,PAR L'ABBÉ BERGIER,CHANOINE DE L'ÉGLISE DE PARIS,J. PETIT, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,1826.t.III.p.244,a écrit:

111. Ajoutons que cette supériorité des évêques est nécessaire au gouvernement ecclésiastique.Car il faut un chef dans chaque Eglise particulière,avec l'autorité du commandement,pour réunir tout le clergé,et pour le diriger selon les mêmes vues.Qu'on rompe cette unité , il n'y a plus d'ordre.Saint Cyprien et saint Jérôme nous annoncent dès-lors le schisme et la confusion,parce qu’il n’y a plus subordination.
 
L'esprit humain n'a plus de frein dès que les évêques n'ont plus de juridiction !..

Exactement. Où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie.

L'homme devient un loup pour l'homme, etc...

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31839
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pasteur Légitimes et Succession Formelle

Message  Martial le Lun 14 Aoû 2017, 5:19 pm

Que quelqu'un de ses membres ne veuille point observer ses lois,qu'il les viole par des actes gravement criminels qu'elle défendent,à qui doit-il s'en prendre si cette société le repousse de son sein ?
CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRÈS St THOMAS D’AQUIN.Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.
A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d'Avignon et Mgr l’Évêque d'Orléans,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.
NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.II.Chapitre.XX.§ IV.De l’Union avec l’Église.p.387,a écrit:


L’Église est une société,et comme toute société,elle ne peut exister sans lois.

Non -seulement la loi du Dieu,mais la lumière meme de la raison,démontrent également combien il est essentiel à l'Eglise de garder inviolable la libre faculté et le droit d'excommunier,c'est-à-dire de déclarer judiciairement ceux qui appartiennent ou non à son unité et à sa communion.Autrement,comment existerait-elle ? un corps qui ne peut retrancher ceux qui nuisent à sa pureté est dans l'anarchie et dans la dissolution.Sans le pouvoir d'excommunier,comment se vérifieront ces paroles : < Tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux,et tout ce que tu déliras sur la terre sera délié dans les cieux ? > dans  cet exercice du pouvoir des clefs,l'Eglise ne doit rendre de compte qu'à son divin chef.

CATÉCHISME DE RODEZ.Par l'Abbé M.Noël,Vicaire Général du Diocèse,Ancien Supérieur du petit Séminaire de Saint-Pierre-sous-Rodez.
Approbations:Mgr JEAN,Évêque de Rodez 1854,Mgr L’Évêque DE MENDE.PERISSE FRÈRE,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1856.t.II.Onzième Leçon.Sixième instruction.Unité de l’Église.pp.88-89,a écrit:

2°.Unité de ministère ou de gouvernement.

Elle consiste dans la soumission aux pasteurs légitimes,et spécialement au Pontife romain,qui occupe le premier rang dans la hiérarchie.Si le troupeau de Jésus-Christ eût été abandonné à lui-même,il se fût bientôt dispersé,et on l’aurait vu errant et vagabond dans toutes les voies du vice et de l’erreur,mais Jésus-Christ a établi des pasteurs pour le rassembler.Afin de maintenir,entre tant de peuple séparés par de grandes distances et différents de mœurs,de langage et de gouvernement,cette unité si précieuse et si indispensable à l’Église,il fallait un ministère divisé en plusieurs ordres,qui se correspondissent les uns aux autres,et qui tous allassent aboutir à un centre commun.Telle est,en effet,la constitution de l’Église.les évêques,successeurs des apôtres,ont à leurs ordres des pasteurs secondaires,sur lesquels ils se déchargent d’une partie de leur sollicitude,mais ils conservent la haute intendance sur toute la portion du troupeau de Jésus-Christ qui leur est confiée,et ils doivent,avec le plus grand soin,en éloigner les loups,c’est-à-dire les faux prophètes,et y maintenir l’union de la foi,et ne jamais laisser mêler l’ivraie avec le bon grain.Ces pasteurs,étant eux-même très-multipliés et répandus en des contrées fort distantes,auraient pu se diviser entre eux,ici enseigner des doctrines fausses ou dangereuses,là former des sectes particulières,et voilà pourquoi Jésus-Christ,pour cimenter en quelque sorte et resserrer encore davantage l’unité de son Église,a donné un chef au ministère ecclésiastique,en établissant un pasteur suprême dont les regards vigilants s’étendissent sur toute la chrétienté.

avatar
Martial

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum