Pratique de la perfection Chrétienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Dim 02 Avr 2017, 11:48 am

R.P. Alphonse Rodriguez s.j. De la Compagnie de Jésus , extrait de "Pratique de la perfection chrétienne", tome II : part. II, traité.  VIII, chap. XXII, trad. par M. L'Abbé Regnier-Desmarais, Lille, L. Lefort , 1833


Lors de la convocation de la cinquième assemblée générale de l'ordre, qui eut lieu à Rome, sous le pontificat de S.S Pie V, fut-il désigné tout d'une voix pour faire partie de la députation espagnole .
il justifia ce choix en donnant à l'illustre Congrégation des preuves d'une vertu exemplaire et d'une rare prudence .
A sont retour , on l'envoya à Cordoue , ou il eut à remplir pendant douze ans l'office de préfet spirituel .





R.P Alphonse Rodriguez (1526-1616) - De la conformité que nous devons avoir à la volonté de Dieu , dans toutes les calamités publiques  Sad



Mais ce n'est pas seulement en ce qui ne regarde que nous , et dans nos afflictions particulières, que nous devons etre tout-à-fait soumis
à la volonté de Dieu, il faut l'etre aussi dans les calamités publiques , comme dans la famine , dans la guerre , dans la peste et dans tous
les autres fléaux de la vengeance divine .


Pour cet effet , il est nécessaire d'établir pour fondement , que comme lorsqu'un bon juge se voit obligé de condamner à mort un criminel,
la compassion naturelle, et les sentimens de l'amitié ne l'empechent pas de prononcer la sentence , et de vouloir effectivement qu'il meure,parce que la justice le commande , et que cela importe au bien général de la république, de meme la compassion que nous donnent les chatiments que Dieu envoie à son peuple, ne doit point nous empecher de nous conformer en cela à ce qui lui plait, puisque nous devons considérer qu'ils ne sont que l'effet de sa volonté, qui l'ordonne ainsi par un secret jugement, pour en tirer les avantages qu'il sait convenir le plus à sa gloire et à  son service, car , quoiqu'il soit vrai que la conformité qu'il veut que nous ayons à sa volonté en toutes ces chose, ne nous oblige pas à les aimer positivement , et qu'il suffise que nous les souffrions avec patience et sans murmurer contre les ordres de sa providence : il est certain néanmoins qu'il y a bien plus de perfection et de mérite d'aller jusqu'à les chérir en tant qu'elle sont l'effet de sa volonté et de sa justice , et qu'elles servent à sa plus grande gloire .



St Thomas dit : que c'est ainsi que les bienheureux se conforment en toutes choses à la volonté de Dieu , et St Anselme ajoute, que celle de Dieu et la notre seront conformes entre elles dans le ciel, comme les yeux le sont dans une meme corps.
C'est un meme mouvement qui gouverne les deux yeux, l'un ne peut rien regarder, que l'autre ne le regarde aussi, et quoiqu'il soient tous deux  attachés sur un objet, il ne s'en forme cependant qu'une seule image dans le cerveau .


Or , puisque la conformité des bienheureux à la volonté de Dieu va à n'envisager en toutes choses que ce que Dieu veut , et ce qui est
de sa plus grande gloire, à laquelle elles sont toutes dirigées, nous ne saurions mieux faire que de les imiter, en ne regardant aussi en toutes choses  que l'exécution des ordres de la providence, et l'accomplissement de la volonté divine . Ce ne saurait etre qu'un sentiment très-louable que de  vouloir ce que Dieu veut , et de le vouloir pour les memes fins et de la meme manière qu'il le veut . Possidius rapporte , dans la vie de Saint Augustin,que la ville d'Hippone , dont il était éveque, étant assiégée par les Vandales, qui désolaient toute l'Afrique , et la remplissaient de carnage, ce grand Saint s'en consolait par ces paroles d'un ancien : il n'est pas d'un grand homme de s'étonner , comme de quelque chose de grand, de voir tomber le bois et les pierres , et de voir mourir des hommes mortels .



Mais nous avons de quoi nous consoler encore plus justement de ces sortes de calamités , si nous considérons que tout vient de la main de Dieu , que telle est sa volonté , et que , quoique la cause pour laquelle il afflige  quelquefois les hommes,nous soit caché , elle ne peut pourtant jamais etre injuste . Les jugements de Dieu sont un abime, dit le Prophète royal . Il y aurait de la témérité de vouloir , avec un esprit aussi faible et aussi borné que le notre, en pénétrer les secrets et les raisons : car qui  est celui qui connait les desseins de Dieu , ou qui a été appelé à son conseil ?


Il faut révérer ses jugements avec une profonde humilité, et croire que, puisque nous sommes gouvernés par une sagesse infinie, comme
la sienne, il ne peut rien arriver qui soit pour notre plus grand avantage . Nous devons toujours compter là-dessus, et croire de sa bonté
et de sa miséricorde, qu'il ne permettait pas qu'il arrivat de semblables calamités , si ce n'était pour en tirer un plus grand bien .
Dieu veut conduire au ciel, par le chemin des souffrances, plusieurs ames qui se seraient perdues par une autre route .
Combien y a t'il de gens qui , dans les traverses et dans les afflictions , se convertissent à Dieu de tout leur coeur, et meurent avec
un véritable repentir de leurs péchés ?


Combien y en a t'il eu par-là de sauvés, qui auraient été damnés autrement ?
Ainsi , ce qui nous parait un fléau et un chatiment , est souvent une grace et une miséricorde insignes .


Dans le second livre des Machabées, l'auteur , après avoir raconté l'horrible persécution que les juifs souffrirent sous le roi Antiochus,
les massacres qui furent faits sans distinction d'agen de sexe, ni de dignité, le pillage et la profanation du temple , et les abominations
qui s'y commirent par l'ordre de ce prince impie : je conjure , ajoute-t'il , ceux qui liront ce livre , de ne point se laisser décourager
par tant  de calamités,mais de croire qu'elle ne sont tombées sur nous que pour nous chatier, et non pas pour nous exterminer entièrement .


Ce que la sangsue prétend, en suçant le sang du malade , dit Saint Grégoire , c'est de se souler, et de le tirer tout, si elle le pouvait,
jusqu'à la dernière goutte, mais l'intention du médecin n'est que d'oter par-là ce que le malade a de mauvais sang, et de le guérir par ce moyen.


Celle de Dieu est semblable dans les afflictions qu'il nous envoie: et comme un malade serait imprudent, qui regardant plutot l'avidité
de la sangsue , que la bonne intention du médecin, ne voudrait pas se laisser tirer ce qu'il aurait de sang corrompu ,
de meme , lorsqu'il nous arrive quelque chose de facheux, soit par le moyen des hommes, soit par quelque autre créature que ce puisse etre,il faut regarder en cela , non pas les hommes et les autre créatures , mais le souverain médecin, qui s'en sert comme de sangsue, pour nous purifier le sang, et pour nous rétablir dans une parfaite santé.


Nous devons donc etre persuadés qu'il ne nous envoie rien , que pour notre
plus grand avantage, et quand il n'y en aurait point d'autre que d'etre chatiés dès ce monde comme ses enfants, au lieu d'etre
réservé dans l'autre à une punition plus sévère, ce serait toujours une grande grace qu'il nous ferait, et une insigne obligation que nous lui aurions.


On raconte de Sainte Catherine de Sienne , qu'étant une fois extremement affligée,à causse de quelques médisances que l'on avait faites contre son honneur, le Sauveur du monde lui apparut,tenant en sa main droite une couronne d'or,enrichie de perle et de pierreries,et en sa main gauche une couronne d'épine,etlui dit : Sachez,ma chère fille,qu'il est nécessaire que vous soyez couronnée de ceux deux couronnes en divers temps.


C'est pourquoi,choisissez lequel vous aimez le mieux,ou d'etre couronnée de la couronne d'épine dans cette vie passagère,et que l'autre couronne vous soit réservée pour la vie éternelle,ou d'avoir maintenant la couronne d'or,pour etre couronnée de la couronne d'épines après votre mort . Il y a long-temps , Seigneur , repartit cette sainte vierge, que j'ai renoncé entièrement à ma volonté, pour ne suivre que la votre,et par conséquent il ne m'appartient pas de choisir, mais si vous voulez pourtant que je réponde, je dis que je choisirai toujours ce qui me rendra plus semblable à vous,et que pour vous imiter, j'embrasse de tout mon coeur les souffrances .


A ces mots elle prit des mains du Sauveur la couronne d'épines,et se la mettant sur la tete,elle l'y enfonça avec tant de violence,qu'il lui resta toujours depuis une très-grande douleur à la tete,des piqures que les pointes d'épines lui avaient faites .

[/center]
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Dim 02 Avr 2017, 11:51 am

R.P Alphonse Rodriguez - Que la vue et le regret de nos péchés sont un moyens très-propre pour nous aider à supporter avec une extreme résignation toutes les afflictions générales et particulières que Dieu nous envoie -


C'est un sentiment général de tout les Saints,confirmé par plusieurs passages de l'Ecriture, que d'ordinaire les calamités publiques sont envoyées de Dieu, pour le chatiment des péchés des hommes .
C'est pour nos péchés, Seigneur, disait Azarias dans la fournaise, que vous avez fait venir tous ces maux sur nous, car nous avons péché, nous avons mal fait en nous éloignant de vous,nous avons failli en toutes choses, nous n'avons ni écouté, ni observé vos préceptes,et nous n'avons rien fait de ce que vous nous aviez commandé  de faire pour etre heureux : c'est pourquoi nous avons bien mérité tous les malheurs que vous avez fait tomber sur nous, et généralement tout ce que vous avez fait.


Nous voyons par-là que Dieu chatiait son peuple, et qu'il le livrait entre les mains de ses ennemis, lorsqu'il l'avait offensé,comme nous lisons aussi en plusieurs endroit, qu'il le délivrait ensuite lorsque ce peuple, faisant pénitence de ses péchés,se convertissait à Dieu de tour son coeur.


C'est pourquoi Achior,général des Ammonites,après avoir dit à Holopherne,que Dieu prenait les enfants d'Israel sous sa protection,mais qu'il les chatiait lorsqu'ils s'écartaient de leur devoir,ajouta qu'avant que de les attaquer,il tachat de savoir s'ils n'avaient point alors offensé leur Dieu en quelque chose, parce qu'en ce cas-là il pouvait s'assurer de la victoire,mais que s'ils ne l'avaient point offensé, il abandonnat son entreprise,de peur qu'elle ne tournat à sa honte,d'autant que Dieu,à qui personne ne peut résister,combattrait infailliblement pour son peuple.


Lorsque Jésus-Christ guérit le paralytique,qui était malade depuis trente-huit ans : voilà,lui dit-il,que vous etre guéri,ne péchez plus,de peur qu'il ne vous arrive pir : et les saints docteurs observent que ces paroles du Sauveur marquent particulièrement cette vérité .


Suivant donc cette doctrine,un des moyens qui peuvent nous aider le plus à nous conformer à la volonté de Dieu dans toutes les adversités,tant générales que particulière,et à les supporter avec patience,c'est de rentrer aussitot en nous-meme,de faire réflexion sur nos péchés,et de songer combien justement nous méritons le chatiment que Dieu nous envoie .


Car de cette sorte,quoiqu'il nous arrive de facheux,nous le supporterons doucement,et nous croirons,qu'eu égard à la grandeur de nos fautes,la punition est encore moindre qu'elle ne devrait etre .


Saint Bernard et Saint Grégoire traitent parfaitement bien cette matière .
 cheers
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  gabrielle le Lun 03 Avr 2017, 7:44 am

Merci!
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17761
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  ROBERT. le Lun 03 Avr 2017, 10:16 am

.
Merci pour cette belle doctrine de l'Église prêchée par Saint Alphonse de Liguori.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Mar 11 Avr 2017, 11:36 am

R.P Alphonse Rodriguez - TOME TROISIEME , CHAPITRE II .  Combien la modestie est nécessaire pour notre perfection particulière .

c’est le sentiment commun de tous les Saints , que la modestie et le recueillement des sens sont un des principaux moyens que nous ayons pour notre progrès spirituel,parce qu’ils contribuent beaucoup au recueillement intérieur, et que comme nos sens sont les portes par où entre tout le mal dans notre cœur, il faut que ces portes soientbien gardées,afin que notre cœur soit dans une sureté entière .

Saint Jérôme écrivant sur ces paroles de Job : les portes de la mort ne vous ont-elle point été  ouverte ,et n’avez-vous point vu les portes des ténèbres ?
dit que nos sens sont les portes de la mort , parce que c’est par eux que la mort du péché entre dans notre âme , suivant ces paroles de Jérémie :
la mort est montée par nos fenêtres , et il ajoute , qu’ils sont appelés les portes des ténèbres du péché .

Saint Grégoire dit la même chose , et c’est une façon de parler ordinaire aux Saints , tirée de la philosophie ,
qui veut qu’il n’y ait rien dans l’entendement,qui n’ait passé auparavant par les sens.


Quand les portes d’une maison sont bien fermées et bien gardées,tout y est en sureté , mais si on les laisse ouvertes,que personne ne les garde,
et que tout les monde puisse entrer et sortir à tout heure,on ne sera point en assurance dans cette maison,ou du moins on n’y sera pas en repos,avec ces entrées et ces sorties si fréquentes.

il en est de même ici : ceux qui auront soin de bien garder les portes de leurs sens,vivront dans la piété et dans la douceur de la paix intérieure ,
mais ceux qui négligeront de les garder, n’auront ni paix ni repos dans le cœur : c’est pourquoi le sage nous avertit de garder notre cœur avec
toute sorte de soin , parce que c’est la source de la vie .

Or, le cœur se garde en gardant bien les portes des sens,suivant le sentiment de Saint Grégoire,qui dit que pour conserver la pureté de notre
cœur,il faut prendre garde de ne point laisser échapper nos sens au-dehors.

Accoutumez vos yeux,dit Saint Dorothée,à ne point se porter de coté et d’autre sur des choses vaines,et aux quelles vous n’avez point d’intérêt ,
car cela ne sert qu’à vous détourner de vos plus saintes occupations,et à les rendre infructueuses .

Si vous n’avez soin que les portes de vos sens soient bien gardées,tout ce que vous avez amassé en beaucoup de temps,et avec beaucoup de peine,
s’échappera aisément par-là,et vous vous trouverez les mains vides.

On perd bientôt  par la négligence ce que l’on a acquis par la grâce ,avec beaucoup de difficulté et de travail.

Evitez de parler trop,dit Saint Dorothée,parce que cela vous détourne de toutes vos saintes pensées,et étouffe entièrement
en vous toutes les inspirations du ciel.

Mais un silence continuel,dit Saint Bernard , et le repos dont on jouit quand on est absolument délivré du tumulte et
de l’embarras des choses du siècle,élèvent nécessairement notre cœur à la méditation des choses du ciel .

il dit encore en un autre endroit,que les yeux baissés vers la terre font élever le cœur au ciel,et certainement nous éprouvons
tous les jours,que quand nous tenons les yeux baissés par modestie , nous en sommes plus recueillis au-dedans,et plus touchés de dévotion.

C’est par cette raison que les anciens Pères du désert,au rapport de Cassien,disaient que celui qui voulait acquérir la perfection,
conserver la pureté de cœur,et demeurer dans le recueillement d’esprit,devait être aveugle,sourd et muet,perce que les portes
des sens étant ainsi fermées,son âme ne serait souillée de rien,et serait plus libre et plus dégagée pour converser avec Dieu.

Mais comment pourrons-nous,me dira quelqu’un,être sourds,muets et aveugles,nous qui avons tant de commerce avec le prochain,
et qui,par conséquence,sommes obligés que nous ne voudrions pas ?
Le remède est de les voir comme si on ne les voyait pas,et de les entendre comme si on ne ne les entendait point,
de n’y point laisser attacher son cœur,mais de les en chasser aussitôt,sans souffrir qu’elles s’y arrêtent un moment .

Saint Ephrem, raconte à ce sujet,qu’un solitaire demandait un jour à un ancien père ce qu’il devait  faire,
parce que son abbé lui commandait d’aller tous les jours au four,pour aider au boulanger,et que cependant il y venait
des jeunes gens de dehors,qui tenaient plusieurs discours licencieux,et qu’il ne lui était pas honnête d’entendre.

N’avez-vous jamais vu de jeunes enfants en classe,lui répondit le vieillard,et n’avez-vous pas pris garde au bruit qu’ils
font tous en répétant la leçon qu’ils doivent réciter à leur maitre .

Chacun songe à la sienne,sans se tourmenter de celle des autres,parce qu’il sait que ce n’est que la sienne qu’il doit rendre compte.
faites de même : ne vous inquiétez point de ce que font les autres,ni de ce qu’ils disent,songez seulement à faire votre devoir,car ce
n’est que de cela seul que vous rendez compte à Dieu .

On rapporte de Saint Bernard,qu’il avait le cœur tellement attaché à Dieu,qu’il voyait sans voir,et entendait sans entendre .
il semblait qu’il eut perdu l’usage des sens,au bout d’une année de noviciat,il ne savait si le plancher de sa cellule était de bois
ou de plâtre,il y avait trois ouvertures de vitres dans l’église,il ne s’aperçut jamais qu’il y en eut plus d’une,il avait marché presque tout
un jour le long d’un lac,avec quelques autres religieux,et lorsqu’ils lui parlèrent ensuite de ce lac,il leur demanda de quel lac ils voulaient parler,
il ne s’en était pas aperçu dans tout un jour .

On raconte de l’abbé Pallade,qu’il demeura vingt ans dans une même cellule,sans jamais lever les yeux au plancher.
de cette sorte,quelque commerce que nous ayons avec le monde pour le salut du prochain,nous serons sourds,muets et aveugles,


et rien de tout ce que nous pourrons voir ou entendre,n’empêchera notre progrès spirituel.
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Dim 28 Mai 2017, 10:24 am

R.P. Alphonse Rodriguez s.j. De la Compagnie de Jésus , extrait de "Pratique de la perfection chrétienne", tome V. Chapitre X . (pp.115,116)

C’est aussi un acte très-excellent d’amour du prochain,parce que de même que l’amour de Dieu consiste à se réjouir de tout ce qui tourne à la gloire de Dieu,et à s’affliger de tout ce qui l’offense,de même l’amour du prochain consiste à se réjouir du bien de son prochain,et à s’affliger de ses véritables maux,qui sont les péchés,et à les empêcher autant que l’on peut.
C’est pourquoi les Saints disent,que pour connaitre si on aime son prochain,il suffi d’examiner si on s’afflige des fautes de son prochain,et si on se réjouit de ses bonnes œuvres et de son progrès dans la vertu.
En effet,la véritable marque que vous aimez votre frère,est que vous ayez autant de joie de son bien que du vôtre,et autant de douleur de ses maux que des vôtres,c’est là véritablement aimer son prochain comme soi-même,et c’est ainsi qu’en usait l’Apôtre,quand il disait : Qui est celui d’entre vous qui devient faible,sans que je me rende faible avec lui ? Qui est celui qui souffre,sans que je souffre également ?
Qui est celui,dit la glose en cet endroit,qui devient faible à l’égard de la foi ou de quelque autre vertu,sans que je devienne faible avec lui,c’est-à-dire,sans que je m’en afflige,comme si c’était moi-même ? et à qui est-ce qu’il arrive quelque chose de fâcheux,sans que je me sente déchiré de tendresse et de compassion ?
Saint Chrysostome dit,que le zèle du salut des âmes est d’un si grand prix,que quand on donnerait tout son bien aux pauvres,et qu’on passerait toute sa vie dans l’exercice de toutes sortes d’austérités, ce ne serait encore rien en comparaison du zèle des âmes.
Autant que l’âme l’emporte par-dessus le corps,autant ceux qui remédient aux nécessités de l’âme,par la confession,par la prédication et par la pratique des autres œuvres spirituelles de miséricorde,l’emportent par-dessus ceux qui soulagent les besoins du corps par leur aumônes
.
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Jeu 01 Juin 2017, 1:35 pm

Dict. de THÉOLOGIE MORALE 1861. Par l’Abbé B. Philip . Chanoine Titulaire et vicaire général honoraire de PAMIERS et de PERPIGNAN .TOLBA ET HATON , Librairie éditeur .
Bref de N S.P Le Pape Pie IX, le 14 Septembre 1857 . Approbation de Mgr l’évêque de PERPIGNAN le 6 novembre 1857.
De Mgr l’évêque de PAMIERS le 17 octobre 1857. Lettre de Mgr l’évêque de NIMES le 23 décembre 1857
.

Amour du prochain,ou charité fraternelle. p.35 écrit :

Il faut préférer aux étranger nos parents,notre père,notre mère,nos amis,nos domestiques,nos concitoyens,à ceux qui ne le sont point.
Avant de terminer cet article,je crois qu’il est bon de faire observer que,si la charité est due à tout nos frères,il n’en est pas ainsi de l’amitié,qui établit entre ceux qu’elle unit des relation si intimes et qui sont si étendues.
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Mar 20 Juin 2017, 5:07 pm

EXPLICATION HISTORIQUE,DOGMATIQUE,MORALE,LITURGIQUE ET CANONIQUE, DU CATÉCHISME.
PAR L'ABBÉ AMBROISE GUILLOIS.Ouvrage offert a S.S Pie IX,Honoré par elle d'un bref de remercîment et revêtu de l'Approbation de plusieurs Cardinaux, Archevêques et Évêques.
Dixième Édition.PARIS.H,VRAYET DE SURCY,ÉDITEUR, 1864.TOME.III. p.570. (De La Prière En Général) a écrit :


D. Quel est,après les sacrements,le moyen par lequel nous pouvons encore obtenir la grâce de Dieu ? – R. Le moyen par lequel nous pouvons encore obtenir la grâce de Dieu,c’est la prière.

EXPLICATION: Les sacrements ne sont pas les seuls moyens d’obtenir la grâce,c’est-à-dire les secours dont nous avons besoin pour éviter le mal,pratiquer les vertus chrétienne et garder les commandements.Nous pouvons l’obtenir encore par la prière,qui,lorsqu’elle est bien faite,peut tout sur le cœur de Dieu et le porte à verser sur nous ses faveurs et ses dons.


Arrow

Mgr Louis PRUNEL,Vice-Directeur de L’Université CATHOLIQUE de PARIS.
GABRIEL BEAUCHESNE ET SES FILS ÉDITEUR.(Imprimature,20 octobris 1916)-(Nihil obstat,15 octobris 1916 ),Ouvrage couronné par l’Académie française.
COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION. t.IV.La Grâce .Onzième Leçon.Chap.III. Rôle de la prière dans notre sanctification.pp.264-265,a écrit:


Il n’y a point de sacrement dont l’efficace et la vertu ne puisse être suppléée par les dispositions de la personne qui le désire de bonne foi,mais qui ne peut le recevoir;il y a point d’œuvre,ni méritoire ni satisfactoire,qu’une autre de pareil mérite et d’égale satisfaction ne puisse remplacer: la contrition pure et parfaite peut tenir lieu de la confession des péchés;l’aumône,selon la doctrine des Pères,peut,par l’acceptation de Dieu,être substituée au jeûne;mais rien ne peut à notre égard être le supplément de la prière,parce que,dans l’ordre du salut et de la justification,la prière,dit Saint Chrysostome,est comme la ressource des ressources même,comme le premier mobile qui doit donner le mouvement à tout le reste,et quand tout le reste viendrait à manquer,comme la dernière planche pour sauver du naufrage l’homme pécheur.Si je cesse de prier,je n’ai plus rien sur quoi je puisse faire fond,et par nul autre moyen je ne puis racheter ni réparer la perte que je fais en me privant du fruit de la prière.


Dernière édition par chouan le Lun 31 Juil 2017, 5:37 pm, édité 1 fois
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Mar 11 Juil 2017, 2:57 pm

TRAITÉ SUR LA CONFIANCE EN DIEU.Par le R.P NICOLAS DU SAULT, De la Compagnie de Jésus.
PÉLAGAUD,LESNE et CROZET,IMPR. LIBR., 1837.pp.231.232.233, a écrit :

§ II. Digression sur les raisons pour lesquelles Dieu permets et souffre les péchés des hommes.

Dieu nous laisse tomber dans le péché pour punir notre orgueil et nos nonchalances,afin de nous humilier,et de nous rendre à l’avenir plus soigneux à conserver sa grâce.
Je l’ose dire,dit Saint Augustin,il est quelquefois expédient que ceux qui s’enorgueillissent de leur vertu tombent dans le péché,afin qu’ils soient humiliés en cela même dont ils prennent occasion de mépriser les autres.Le désordre du péché contribue à l’ordre de l’univers,pour donner plus d’éclat aux vertu qui leur sont contraires,et pour faire paraitre chaque chose à sa place,ce que le même docteur montre plus amplement dans sont Enchiridion.Les épines ne sont pas moins nécessaires au monde que les roses,et si toutes les plantes étaient roses,le printemps n’en serait pas si agréable,il en est de venimeuses,de désagréables à la vue,à l’odorat,qui nous servent autant que les plus belles et les plus odoriférantes.Un défaut en sa place ne parait pas un défaut,et l’on met quelquefois des mouches aux visages les mieux faits,pour y servir d’ornement et pour en rehausser l’éclat et la beauté.Enfin ,si Dieu n’empêche pas les péchés des hommes,c’est pour montrer sa sagesse infinie,puisque du péché même il tire sa gloire,ce que ne peut faire qu’un Dieu.
Jamais il ne permettrait aucun mal,s’il n’avait le dessein d’en tirer beaucoup plus de bien qu’il n’en résulterait de la privation du mal qu’il permet.Dieu a jugé plus à propos,dit Saint Augustin,de faire servir le mal au bien,que de ne souffrir aucun mal.Souverainement bon,il ne souffrirait quoi que ce soit de mauvais dans aucune de ses créatures,s’il n’était tout-puissant jusqu’à ce point de faire naitre le bien du mal.Ainsi,du plus grand de tous les crimes,le crucifiement de Jésus-Christ,il a tiré le salut du genre humain,qui est le plus grand de tous les biens,tellement que l’Église même semble louer le péché qui a été cause d’un si grand bonheur,dans les exclamations que chante le prêtre à la bénédiction du cierge pascal,applaudissant,pour ainsi dire,au péché d’Adam,qui nous a fait mériter le sang du Fils de Dieu. O péché d’Adam,devenu nécessaire ! o heureuse faute ! .

-Et pour conclure Saint Augustin sur les passages que j’ai cités,Il ne faut point douter,dit ce grand Saint,que Dieu ne fasse bien,lors même qu’il ne nous empêche pas de faire mal,car il est certain qu’il ne le fait qu’avec une justice et une sagesse souveraines.
 
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Jeu 17 Aoû 2017, 5:22 am

Martial a écrit:
EXPLICATION HISTORIQUE,DOGMATIQUE,MORALE,LITURGIQUE ET CANONIQUE, DU CATÉCHISME.
PAR L'ABBÉ AMBROISE GUILLOIS.Ouvrage offert a S.S Pie IX,Honoré par elle d'un bref de remercîment et revêtu de l'Approbation de plusieurs Cardinaux, Archevêques et Évêques.
Dixième Édition.PARIS.H,VRAYET DE SURCY,ÉDITEUR, 1864.TOME.III. p.570. (De La Prière En Général) a écrit :


D. Quel est,après les sacrements,le moyen par lequel nous pouvons encore obtenir la grâce de Dieu ? – R. Le moyen par lequel nous pouvons encore obtenir la grâce de Dieu,c’est la prière.

EXPLICATION: Les sacrements ne sont pas les seuls moyens d’obtenir la grâce,c’est-à-dire les secours dont nous avons besoin pour éviter le mal,pratiquer les vertus chrétienne et garder les commandements.Nous pouvons l’obtenir encore par la prière,qui,lorsqu’elle est bien faite,peut tout sur le cœur de Dieu et le porte à verser sur nous ses faveurs et ses dons.


Arrow

Mgr Louis PRUNEL,Vice-Directeur de L’Université CATHOLIQUE de PARIS.
GABRIEL BEAUCHESNE ET SES FILS ÉDITEUR.(Imprimature,20 octobris 1916)-(Nihil obstat,15 octobris 1916 ),Ouvrage couronné par l’Académie française.
COURS SUPÉRIEUR DE RELIGION. t.IV.La Grâce .Onzième Leçon.Chap.III. Rôle de la prière dans notre sanctification.pp.264-265,a écrit:


Il n’y a point de sacrement dont l’efficace et la vertu ne puisse être suppléée par les dispositions de la personne qui le désire de bonne foi,mais qui ne peut le recevoir;il y a point d’œuvre,ni méritoire ni satisfactoire,qu’une autre de pareil mérite et d’égale satisfaction ne puisse remplacer: la contrition pure et parfaite peut tenir lieu de la confession des péchés;l’aumône,selon la doctrine des Pères,peut,par l’acceptation de Dieu,être substituée au jeûne;mais rien ne peut à notre égard être le supplément de la prière,parce que,dans l’ordre du salut et de la justification,la prière,dit Saint Chrysostome,est comme la ressource des ressources même,comme le premier mobile qui doit donner le mouvement à tout le reste,et quand tout le reste viendrait à manquer,comme la dernière planche pour sauver du naufrage l’homme pécheur.Si je cesse de prier,je n’ai plus rien sur quoi je puisse faire fond,et par nul autre moyen je ne puis racheter ni réparer la perte que je fais en me privant du fruit de la prière.



CATÉCHISME DE RODEZ.Par l'Abbé M.Noël,Vicaire Général du Diocèse,Ancien Supérieur du petit Séminaire de Saint-Pierre-sous-Rodez.
Approbations:Mgr JEAN,Évêque de Rodez 1854,Mgr L’Évêque DE MENDE.PERISSE FRÈRE,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1856.t.V.Quatrième Partie.De la Grâce et des sacrements.Première Leçon.De la grâce.pp.151-152,a écrit:


1°.Par la prière.Le trésor des Grâces célestes est a notre dispositions;Dieu est toujours prêt à l’ouvrir et à le répandre sur nous;nous n’avons qu’à l’en prier.Demandez,nous dit-il,et il vous sera accordé;cherchez et vous trouverez;frappez et il vous sera ouvert.Quiconque demande,obtient,celui qui cherche,trouve,et on ouvre à celui qui frappe.Mon Père,du haut du ciel,donnera son excellent esprit à ceux qui le lui demanderont.La prière est donc un moyen certain d’obtenir la Grâce de Dieu.Nos humbles supplications,comme autrefois celles d’Elis,ouvrent le ciel,et en font descendre la rosé céleste.Adressons-nous donc avec confiance au trône de la miséricorde divine,et nous obtiendrons tous les secours qui nous sont nécessaires.  

Arrow

CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRÈS St THOMAS D’AQUIN.Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.
A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d'Avignon et Mgr l’Évêque d'Orléans,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.
NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.V.Explication de la Quatrième Partie du Catéchisme.Chapitre.II.De la Prière.§.I.Nécessité de la prière.p.120,a écrit:

La prière est le premier comme le dernier anneau de la chaine qui relie la création à son Créateur,et c’est par elle comme par un fil conducteur que descendent d’en haut tous les secours dont l’homme a si grand besoin durant son pèlerinage ici-bas.



CATÉCHISME CATHOLIQUE D’APRÈS St THOMAS D’AQUIN.Disposé suivant le plan du CATÉCHISME DU CONCILE DE TRENTE.
A l’Usage des Catéchismes,des institutions religieuses et des fidèles avec un choix de nombreux traits historiques.Par M.L’ABBÉ V. BULTEAU,Aumônier d’un Établissement Public.
Ouvrage approuvé par Mgr l’Archevêque de Tours,Mgr l’Archevêque d'Avignon et Mgr l’Évêque d'Orléans,M.l’Abbé Er. Bourret,professeur à la Sorbonne.
NOUVELLE LIBRAIRIE CATHOLIQUE.VICTOR SARLIT,LIBRAIRIE-ÉDITEUR.1866.t.V.Explication de la Quatrième Partie du Catéchisme.Chapitre.II.De la Prière.§.I.Nécessité de la prière.p.125,a écrit:


Par le secret et le sentier de la prière,dit Saint Augustin,l’homme peut transpercer les cieux,se frayer un chemin à travers les Saints,rompre la phalange des Esprits célestes,forcer la garde du grand et puissant Monarque du ciel et de la terre,parvenir jusqu’à son trône,lui ôter des mains la foudre près d’éclater,et que nos péchés avaient allumée,le désarmer ce Dieu,le faire descendre de la hauteur de sa majesté,de sa gloire infinie,jusqu’à notre infinie bassesse,et l’obliger à nous relever,à nous combler de ses miséricordes.
 



CATÉCHISME DE PERSÉVÉRANCE OU EXPOSÉ,Historique, dogmatique, moral, liturgique, apologétique, philosophique et social, DE LA RELIGION.PAR Mgr GAUME PROTONOTAIRE APOSTOLIQUE,DOCTEUR EN THÉOLOGIE.GAUME ET C", ÉDITEURS.1889.TOME TROISIÈME.XXIX LEÇON.pp.498-499,a écrit:

2°La prière est-elle nécessaire ?—La prière est nécessaire de droit naturel, de droit divin et de droit ecclésiastique. De droit naturel, c'est-à-dire que, dans l'ordre ordinaire de la Providence, nous ne pouvons obtenir la grâce nécessaire pour faire le bien et résister au mal, par conséquent opérer notre salut, sans la prière. Cette nécessité se déduit très-clairement des paroles de saint Paul aux Romains : Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ; mais comment invoquer celui auquel on ne croit pas *? L'Apôtre met sur la même ligne la foi et l'invocation du nom de Dieu. Si donc la foi est nécessaire, comme nul n'en saurait douter, la prière l'est également et d'une nécessité absolue. La même vérité se retrouve dans les paroles de Notre-Seigneur lui-même lorsqu'il dit : Demandez et vous recevrez 8 ; comme s'il disait : Si vous ne demandez pas, vous ne recevrez pas.  


Dernière édition par Martial le Mer 23 Aoû 2017, 1:44 pm, édité 4 fois
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Dim 20 Aoû 2017, 7:10 am

LE BRÉVIAIRE ROMAIN, mis a la portée des communautés et des personnes pieuses par une traduction annotée.
Approuvé par S.G Mgr l’Évêque de Saint-Claude et précédée d’une introduction du R.P Dom A. GRÉA,supérieur des Chanoines de l’Immaculée Conception.1894.t.II.p.368,a écrit:


Leçon . -  il appela ses disciples,dit le texte,et il choisit douze d’entre eux,qu’il destinait à procurer aux hommes le secours du salut dans tout l’univers,en y répandant la semence de la foi.Remarquez en même temps l’économie du plan céleste.Ce ne sont ni des savants,ni des riches,ni des nobles,mais des pécheurs et des publicains qu’il a choisis pour cette mission de peur qu’il ne semblât avoir usé auprès de quelques âmes,soit des artifices de la prudence pour les séduire,soit des richesses pour les acheter,soit de l’autorité du pouvoir et du prestige de la noblesse pour les amener à sa grâce:le Sauveur voulait que ce soit l’emprise de la vérité,et non la force de l’éloquence qui triomphât des esprits.  
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Mer 08 Nov 2017, 4:56 pm

LA DOCTRINE SPIRITUELLE DE St THOMAS D’AQUIN PAR LE R.P ÉLISÉE VINCENT MAUMUS DES FRÈRES PRÊCHEURS,LECTEUR EN THÉOLOGIE.
APPROBATION DE L’ORDRE: J.M MONSABRÉ,Maitre en sacrée Théologie.Fr ANTONIN VILLARD,Maitre en Sacrée Théologie.IMPRIMATUR Thomas FAUCILLON,Prieur Provincial.
BRAY ET RETAUX, LIBRAIRIE-ÉDITEURS.1885.Introduction.XXI-XXII,a écrit :


Par cette interprétation du texte sacré,Saint Thomas nous avertit que notre premier soin,dans le vie surnaturelle,est de nous instruire solidement de la doctrine chrétienne,si nous ne voulons pas construire l’édifice de notre perfection sur le sable mouvant d’un sentimentalisme déréglé et sur les rêves d’une imagination peu éclairée.La science théologique est indispensable,soit pour marcher soi-même dans la voie,soit pour y guider les autres.Combien n’y en a-t-il pas qui,par ignorance de la grande doctrine de l’Église,s’évanouissent dans leurs pensées,et de la meilleure foi du monde,se croient arrivés à une haute contemplation,tandis qu’ils ne se nourrissent que des vains songes d’une imagination trompeuse.  
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Jeu 09 Nov 2017, 2:50 pm

LA DOCTRINE SPIRITUELLE DE St THOMAS D’AQUIN PAR LE R.P ÉLISÉE VINCENT MAUMUS DES FRÈRES PRÊCHEURS,LECTEUR EN THÉOLOGIE.
APPROBATION DE L’ORDRE: R.P J.M MONSABRÉ,Maitre en sacrée Théologie.Fr ANTONIN VILLARD,Maitre en Sacrée Théologie.IMPRIMATUR R.P Thomas FAUCILLON,Prieur Provincial.
BRAY ET RETAUX, LIBRAIRIE-ÉDITEURS.1885.Première Partie.Chapitre.V.p.86,a écrit :


Quelle est donc la volonté de Dieu et comment pourrons-nous la connaitre ? Le moyen est bien simple.Comme règle générale de la manifestation de la volonté divine,nous avons les prescriptions de la sainte Église,et comme règle particulière tous les évènements qui nous arrivent et surtout les devoirs d’état.Un chrétien qui,pour plaire et se soumettre à Dieu,remplirait exactement tous les devoirs de son état,ne tarderait pas à arriver à la plus haute perfection,car toutes ses actions seraient ainsi marquées au coin de l’éternité.Au lieu d’aller chercher la vraie et solide piété dans des pratiques extraordinaires ( que du reste nous ne condamnons pas ) soyons scrupuleux à bien remplir nos devoirs d‘états.Il a a,j’en suis convaincu,bien des âmes qui se sont élevées très haut dans la vie intérieure et qui ne sont jamais fait remarquer par ces excès de ferveur sensible ou de mortification extérieure que l’on prend trop souvent pour la sainteté,mais qui simplement,humblement et avec amour,ont accompli tous leurs devoirs en union et en conformité avec la volonté de Dieu.
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Sam 11 Nov 2017, 3:37 pm

R.P. Claude de la Colombière, de la Compagnie de Jésus : contenant ses sermons prêchés devant S.A.R. Madame la duchesse d'Yorck, ses réflexions chrétiennes sur divers sujets de piété, ses méditations sur la passion, sa retraite, et ses lettres spirituelles.CLERMONT-FERRAND,THIBAUD-LANDRIOT , Imprimeur-Libraire.1834.t.VI.p.55,a écrit :

Pour perdre la foi,il n’est pas nécessaire de ne rien croire,il suffit de ne croire pas un seul article,c’est même assez d’en douter : hésitez-vous dans la croyance des indulgences ou du purgatoire ? quand vous donneriez votre vie pour toutes les autres vérités,vous mourriez infidèle,et vous ne seriez martyr que de vos propres sentiments.
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  ROBERT. le Sam 11 Nov 2017, 6:38 pm

Martial a écrit:
R.P. Claude de la Colombière, de la Compagnie de Jésus : contenant ses sermons prêchés devant S.A.R. Madame la duchesse d'Yorck, ses réflexions chrétiennes sur divers sujets de piété, ses méditations sur la passion, sa retraite, et ses lettres spirituelles.CLERMONT-FERRAND,THIBAUD-LANDRIOT , Imprimeur-Libraire.1834.t.VI.p.55,a écrit :

Pour perdre la foi, il n’est pas nécessaire de ne rien croire, il suffit de ne croire pas un seul article, c’est même assez d’en douter: hésitez-vous dans la croyance des indulgences ou du purgatoire ? quand vous donneriez votre vie pour toutes les autres vérités, vous mourriez infidèle, et vous ne seriez martyr que de vos propres sentiments.

Exact Martial. On voit par là que la ligne entre la foi et l'incroyance et l'infidélité est très mince...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32333
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pratique de la perfection Chrétienne

Message  Martial le Jeu 16 Nov 2017, 2:07 pm

LA DOCTRINE SPIRITUELLE DE St THOMAS D’AQUIN PAR LE R.P ÉLISÉE VINCENT MAUMUS DES FRÈRES PRÊCHEURS,LECTEUR EN THÉOLOGIE.
APPROBATION DE L’ORDRE: R.P J.M MONSABRÉ,Maitre en sacrée Théologie.Fr ANTONIN VILLARD,Maitre en Sacrée Théologie.IMPRIMATUR R.P Thomas FAUCILLON,Prieur Provincial.
BRAY ET RETAUX, LIBRAIRIE-ÉDITEURS.1885.Première Partie.Chapitre.IX.L’incarnation.pp.142-143,a écrit :


Il est ce vrai Samaritain,dont il est dit dans l’Évangile: Un homme allait de Jérusalem à Jéricho;il tomba entre les mains des voleurs qui le dépouillèrent,le couvrirent de plaies et le laissèrent presque mort.Il arriva qu’un prêtre passait sur la route,il le vit et s’en alla;un lévite fit de même.Mais un samaritain qui suivait le même chemin fut ému de pitié.Il lava et banda ses plaies,il y répandait de l’huile et du vin et,le prenant avec lui,il le conduit dans une hôtellerie,et,présentant deux deniers,il dit: ayez soin de lui et,à mon retour,je rembourserait tout ce qu’il aura dépensé.
La parabole est transparente: méditons-la en terminant ce chapitre.Cet homme qui sort de Jérusalem pour aller à Jéricho,c’est l’humanité qui,dans la personne d’Adam,a quitté Jérusalem,la cité de la paix.Elle est assaillie par des voleurs qui la dépouillent,c’est-à-dire par les péchés qui lui ravissent sa justice originelle,et qui la laissent couverte de plaies et presque morte,c’est-à-dire,blessée dans son intelligence obscurcie par l’ignorance et dans sa volonté affaiblie par la séduction du mal.Le prêtre et le lévite qui passent sans la secourir,sont l’image de la loi ancienne et des préceptes cérémoniaux qui ne peuvent rien pour elle;et le samaritain,on l’a reconnu,c’est Jésus-Christ se penchant avec amour ver l’humanité déchue.Il lave ses plaies dans les eaux du baptême,il y verse le vin,c’est-à-dire,son sang répandu pour le salut du monde et l’huile de la miséricorde et du pardon.Il la porte dans l’hôtellerie,c’est-à-dire dans l’Église,où elle recouvrera ses forces et il la confie aux pasteurs en disant: Je prend la dette pour moi.Oui,ô  Jésus,vous être le samaritain qui n’a pas eu horreur des plaies de l’humanité: si vous être venu sur cette route où elle gisait étendue,c’est parce que vous saviez que,sans vous,elle ne se relèverait jamais.Faites,par la tout-puissance de votre sang versé pour nous,que nous soyons miséricordieux envers tous ceux dont les blessures ne sont pas encore guéries,et puisque vous avez acquitté sur la croix la dette de l’humanité,faites que nous comprenions le prix de notre liberté reconquise,et que nous jouissions un jour avec vous des bienfaits de votre Incarnation
.  
avatar
Martial

Nombre de messages : 516
Date d'inscription : 02/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum