Explication de la liberté religieuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Explication de la liberté religieuse.

Message  Louis le Lun 06 Fév 2017, 9:38 am

Roger Boivin a écrit:

Le pape Pie IX dit : liberté de conscience

et Montini dit : liberté religieuse

Est-ce la même chose ?


Le pape Pie IX dit : ont droit à la pleine liberté,

tandis que Montini dit : dans de juste limites.

L'un dit sans limite, l'autre dit limité.


Reprenons d’abord  le texte de l’Encyclique Quanta cura du Pape Pie IX :  

En effet, il vous est parfaitement connu, Vénérables Frères, qu'aujourd'hui il ne manque pas d’hommes qui, appliquant à la société civile l'impie et absurde principe du Naturalisme, comme ils l'appellent, osent enseigner que « la perfection des gouvernements et le progrès civil demandent impérieusement que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la religion que si elle n'existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie religion et les fausses. »

De plus, contrairement à la doctrine de l'Écriture, de l'Église et des saints Pères, ils ne craignent pas d'affirmer que « le meilleur gouvernement est celui où l'on ne reconnaît pas au pouvoir l'obligation de réprimer, par la sanction des peines, les violateurs de la religion catholique, si ce n'est lorsque la tranquillité publique le demande. »

En conséquence de cette idée absolument fausse du gouvernement social, ils n'hésitent pas à favoriser cette opinion erronée, on ne peut plus fatale à l'Église catholique et au salut des âmes, et que Notre Prédécesseur d'heureuse mémoire, Grégoire XVI, appelait un délire, savoir, que
« la liberté de conscience et des cultes est un droit propre à chaque homme, qui doit être proclamé par la loi et assuré dans tout État bien constitué; et que les citoyens ont droit à la pleine liberté de manifester hautement et publiquement leurs opinions, quelles qu'elles soient, par la parole, par l'impression ou autrement, sans que l'autorité ecclésiastique ou civile puisse la limiter. »

Disons tout d'abord que la liberté de conscience (for interne) a toujours été appuyée par l'Église catholique et que jamais on ne doit obliger la conscience de quelqu'un pour qu'il adhère à la religion catholique: comme on dit ici, on ne doit "tordre le bras" de personne ; il faut qu'il y ait une adhésion libre et volontaire.

Donc à la "liberté de conscience" (for interne) est ajoutée "et des cultes" (for externe), par lesquels (les deux for), nous sommes entraînés dans le délire (deliramentum) qui s’ensuit et la condamnation de l’Église.

Regardons maintenant le texte de Jean-Baptiste Montini (Alias Paul VI) dans « sa » Déclaration sur le liberté religieuse Dignitatis humanæ du 7 décembre 1965.

2. Objet et fondement de la liberté religieuse :

Ce Concile du Vatican déclare que la personne humaine a droit à la liberté religieuse. Cette liberté consiste en ce que tous les hommes doivent être exempts de toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience ni empêché d’agir, dans de justes limites, selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres. Il déclare, en outre, que le droit à la liberté religieuse a son fondement réel dans la dignité même de la personne humaine telle que l’ont fait connaître la Parole de Dieu et la raison elle-même [2]. Ce droit de la personne humaine à la liberté religieuse dans l’ordre juridique de la société doit être reconnu de telle manière qu’il constitue un droit civil.

Dans la première phrase, Montini parle de « liberté religieuse ». De quelle liberté religieuse parle-t-il ? Celle au for interne, au for externe ? Pour être sûr que l’on comprenne qu’il parle ici de la liberté religieuse au for interne, il prend la peine, dans la phrase suivante, de la définir :

Cette liberté consiste en ce que tous les hommes doivent être exempts de toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience…

Jusque là, je dirais que sa définition est catholique…Et que c’est ici que le talent de serpent de J. B. Montini s’exerce : Avec ce début de phrase qui rassure, les gens se disent : « il parle du for interne ! »; il hypnotise; et là,  devant son auditoire qui reste accroché à son début de phrase...il instille son venin en glissant sur la définition qu’il vient d’énoncer, il lui ajoute quelque chose et…par le fait même passe du for interne au for externe; il en fait même un DROIT civil. Il ne parle plus du tout de la même chose ! ...Tout cela passe, comme on dit ici,  " comme du beurre dans poêle " :

en privé comme en public, seul ou associé à d’autres. Etc…

Au début de ce commentaire, je me disais que J.B. Montini avec son "dans de justes limites" était allé moins loin que les hommes dénoncés par le Pape Pie IX ci-haut, mais tout compte fait il est allé dans le même sens que ce que Quanta Cura condamne vigoureusement :  

Pie IX, ci-haut a écrit: De plus, contrairement à la doctrine de l'Écriture, de l'Église et des saints Pères, ils ne craignent pas d'affirmer que « le meilleur gouvernement est celui où l'on ne reconnaît pas au pouvoir l'obligation de réprimer, par la sanction des peines, les violateurs de la religion catholique, si ce n'est lorsque la tranquillité publique le demande. »

De Libertate religiosa (Dignitatis Humanæ). a écrit: « Donc, le pouvoir public, qui ne peut juger des actes religieux internes, pareillement ne peut imposer ou empêcher l'exercice public de la religion si ce n’est quand l’ordre public l’exige »

On dirait en 2017,  dans le monde de l’informatique, que c’est presque du copier-coller !

Bien à vous.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10389
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explication de la liberté religieuse.

Message  Roger Boivin le Lun 06 Fév 2017, 1:33 pm


Merci beaucoup Louis ; excellent travail !

En relation directe :

LIBERTÉ RELIGIEUSE - Le Pape Pie IX ( Quanta Cura ) contre l'anti-pape Paul VI ( Dignitatis Humanae ) :

http://messe.forumactif.org/t5886-liberte-religieuse-le-pape-pie-ix-quanta-cura-contre-l-anti-pape-paul-vi-dignitatis-humanae
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10440
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explication de la liberté religieuse.

Message  Louis le Mar 07 Fév 2017, 8:05 am



Voici un exposé de Mgr de Ségur qui répondait aux objections populaires à propos de l’Encyclique Quanta Cura du Pape Pie IX. Ce qui suit concerne la liberté de conscience :

IX

Le  Pape condamne la liberté de conscience.

Vous voulez dire « la liberté de n'avoir pas de conscience ; » ou bien, ce qui revient à peu près au même, « la liberté d'empoisonner sa conscience ? » Vous avez bien raison : le Pape est l'ennemi mortel de cette affreuse liberté-là. Quel est le père qui donnerait à son fils la liberté de s'empoisonner?...

C'est le Protestantisme qui a inventé, et c'est la Révolution qui a perfectionné ce que les incrédules appellent aujourd'hui la liberté de conscience. Elle fait partie du progrès, de ce progrès antichrétien dont nous parlions tout à l'heure; et elle s'est insinuée dans les institutions modernes.

Laissons de côté ces belles théories et allons droit à la pratique.

En pratique, voici à quoi se réduit cette liberté de conscience : à ne tenir compte que des lois civiles, sans s'occuper en rien des lois religieuses ; à se moquer impunément de DIEU et de JÉSUS-CHRIST ; à pouvoir le dire et à pouvoir l'imprimer ; à se moquer du Pape et des Évêques; à vilipender le clergé, les Religieux, les institutions catholiques ; à violer tous les commandements de DIEUet de l'Église; à ne jamais prier, à ne respecter ni dimanches ni jours de fête ; à mépriser toutes les autorités religieuses et surtout à s'abandonner librement à toutes les honteuses passions condamnées par le sixième commandement, sauf certains excès, prévus par la loi civile et réprimés par les gendarmes; finalement, à mourir comme dès païens, comme des brutes.

Est-il vrai, oui ou non, qu'en pratique la fameuse liberté de conscience ne consiste pas à pouvoir faire tout cela impunément?... Et l'on voudrait que le Pape approuvât cette liberté, cette liberté de l'impiété? On voudrait qu'il sanctionnât les lois qui la protègent?... Mais il n'est pas nécessaire d'être Pape, il suffît d'être chrétien pour repousser avec indignation une liberté, je devrais dire une folie pareille. Elle suppose évidemment qu'il n'y a ni DIEU, ni ciel, ni enfer ; que JÉSUS-CHRIST n'est pas DIEU; qu'il n'y a pas de vraie religion ; que l'Église n'a aucune autorité divine sur la terre; et que, chez les peuples chrétiens, les lois humaines n'ont pas besoin d'être chrétiennes.

Voulez-vous savoir en quoi consiste la vraie liberté de la conscience, la liberté que le Pape réclame pour chacun de nous et que l'esprit moderne nous refuse tant qu'il peut? Elle consiste à pouvoir librement remplir tous nos devoirs de catholiques, d'enfants de DIEU. Or, pour cela, il faut que le Pape, Chef de l'Église, puisse librement correspondre avec les Évêques et leur transmettre ses enseignements et ses décrets souverains; il faut que les Évêques puissent librement correspondre avec le Pape, correspondre entre eux, et remplir vis-à-vis du clergé et des fidèles de leurs diocèses tout leur ministère pastoral ; il faut que les prêtres puissent librement prêcher toute la vérité catholique, administrer les sacrements, sauver et sanctifier les âmes; il faut enfin que chaque fidèle puisse, librement et sans entraves, écouter le prêtre, connaître le vrai DIEU, pratiquer la vraie foi, professer la vraie religion. Quand on a tout cela, on a la liberté delà conscience, la vraie, la bonne liberté delà conscience.

L'autre, la mauvaise, est condamnée par la foi et par le Pape, parce qu'elle n'est après tout que la liberté du mal,

La liberté de suivre sa conscience, même en se trompant, ne fait point partie de la liberté de conscience, condamnée par l'Encyclique : catholiques, protestants, juifs, nous sommes tous obligés d'obéir à notre conscience; tant qu'elle s'égare de bonne foi, ce n'est qu'un malheur ; et ce que demande l'Église, c'est que tout homme puisse éviter ce malheur, en ayant la pleine liberté d'embrasser la vérité dès qu'il l'aura connue.

En résumé, le Pape condamne la liberté de conscience, mais non pas la liberté de la conscience. C'est tout différent.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10389
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explication de la liberté religieuse.

Message  ROBERT. le Mar 07 Fév 2017, 10:19 am

Louis a écrit:
...En résumé, le Pape condamne la liberté de conscience, mais non pas la liberté de la conscience. C'est tout différent.

Exactement.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explication de la liberté religieuse.

Message  Roger Boivin le Mer 08 Fév 2017, 7:37 pm




Ce que c'est que la liberté religieuse ( Encyclique Immortale Dei - Léon XIII ) :

http://messe.forumactif.org/t5288-position-sedevacantiste#100864


avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10440
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Explication de la liberté religieuse.

Message  Roger Boivin le Mer 08 Fév 2017, 9:33 pm



L'UNION DES ÉGLISES ET L'UNITÉ DE L'ÉGLISE - 1919 - 24 Pages :

https://archive.org/stream/cihm_77790#page/n273/mode/2up



Sans les nommer, c'est en rapport avec la liberté religieuse et l'œcuménisme. C'est une historique sur ce mouvement de l'union des Églises. Ça nous montre d'où ça vient. On y voit la conception catholique de l'unité, et celle protestante, et moderniste. Et on y reconnait, par la ressemblance frappante, l'anti-concile moderniste vatican II comme son aboutissement logique.
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10440
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum