COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Page 20 sur 25 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21 ... 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 13 Mai 2017, 10:03 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




2. (suite) "Il jeta encore du sang sur le tabernacle et sur tous les vases qui servaient au culte. Selon la loi, enfin, presque tout se purifie avec le sang, et les péchés ne sont pas remis sans effusion de sang (Hébreux IX, 21-22)". Pourquoi le mot "presque"? Pourquoi ce correctif ? Parce que la purification d'alors n'était point parfaite, non plus que la rémission des péchés; la justification était incomplète et pour une partie très peu considérable. Chez nous, au contraire, écoutez: "C'est le sang de la nouvelle alliance qui est répandu pour vous pour la rémission des péchés (Matthieu XXVI, 28)".



Le livre aujourd'hui est l'âme des chrétiens que Dieu purifie; les fidèles sont les livres de la nouvelle alliance. Quels sont les vases servant au culte ? Eux encore. Et le tabernacle ? Eux toujours. Car j'habiterai en eux", dit-il, "et je marcherai en eux". Mais on ne les aspergeait ni avec la laine ni avec l'hysope ? Pourquoi ? Parce que leur purification n'était plus corporelle, mais spirituelle; le sang même était spirituel ici. Comment ? Parce qu'il ne coula pas des veines d'animaux sans raison, mais d'un corps préparé par le Saint-Esprit. Voilà le sang dont Jésus-Christ




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 13 Mai 2017, 10:06 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




2. (suite) Voilà le sang dont Jésus-Christ, et non plus Moïse, nous arrosa par la parole déjà rapportée: "C'est le sang de la nouvelle alliance pour la rémission des péchés". Cette parole tenant lieu de l'hysope imprégnée de sang, nous a tous arrosés. Jadis le corps était purifié extérieurement, ce n'était qu'une purification matérielle. Mais ici la purification toute spirituelle pénètre l’âme et n'est pas une simple aspersion, c'est une source vive qui jaillit dans nos âmes: Ceux qui sont initiés aux saints mystères me comprennent. Moïse ne répandait l'aspersion que sur la surface, et après l'aspersion il fallait se laver de nouveau: on ne pouvait garder longtemps cette rosée de sang. Dans nos âmes il n'en va pas ainsi: le sang se mêle à leur nature ; il les rend fortes et chastes; il y produit une beauté que le langage humain ne peut expliquer. L'apôtre démontre encore que la mort du Sauveur…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 13 Mai 2017, 10:08 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




2.  (suite) L'apôtre démontre encore que la mort du Sauveur n'a pas seulement une vertu confirmative, mais une vertu purificative. La mort, en effet, qui paraissait une exécration, (malédiction) surtout celle qu'on subissait sur une croix, cette mort nous a purifiés, dit-il, et par une purification inappréciable, et pour des faits bien autrement graves. Si les sacrifices antiques ont précédé, c'est en vue de ce sang; ainsi s'explique l'immolation des agneaux, et tout ce qui s'est fait enfin. "Il était donc nécessaire que ce qui n'était que figure…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Dim 14 Mai 2017, 11:44 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




2. (suite) "Il était donc nécessaire que ce qui n'était que figure des choses célestes, fût purifié par le sang des animaux; mais que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des victimes plus excellentes que n'ont été les premières (Hébreux IX, 23)". Quelles sont ces figures des choses célestes ? Quelles sont les choses que l'apôtre nomme maintenant célestes ? Entend-il par là le ciel, les anges ? Non, il désigne ainsi ce que nous avons. Nos saints mystères sont donc dans le ciel, ils sont célestes, bien qu'ils se célèbrent sur la terre. Car les anges, bien que sur terre, sont appelés anges du ciel, et les chérubins sont célestes, bien qu'ayant apparu sur la terre. Apparu, que dis-je ?...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Dim 14 Mai 2017, 11:47 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




2. (suite) Apparu, que dis-je ? Ils vivent sur la terre, comme dans le paradis; mais cette circonstance ne fait rien; ils sont célestes par nature. "Et notre conversation à nous-mêmes est dans les cieux" (Philippiens III, 20), bien que nous habitions ici-bas.


—  Ainsi, "les choses célestes mêmes". C'est la sagesse que nous pratiquons, nous qui sommes appelés là-haut.


— "Par des victimes", ajoute-t-il,  "meilleures que les premières". Qui dit "meilleur", suppose la comparaison de supériorité avec "bon". Ainsi alors déjà il y avait des institutions bonnes et des copies de ce qui est au ciel; et les copies mêmes n'étaient pas un mal, car autrement vous déclarez mauvais les originaux eux-mêmes. Si donc nous sommes tout célestes, si nous sommes…
 



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Dim 14 Mai 2017, 11:50 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




3. Si donc nous sommes tout célestes, si nous sommes montés à cette haute nature, tremblons, et ne faisons plus de cette terre notre demeure. Car dès qu'on le veut sincèrement aujourd'hui, on peut n'être plus sur la terre.Pour y être et n'y pas être à la fois, nous avons un moyen sûr, une méthode certaine. Par exemple: on dit que Dieu est dans le ciel; comment ? Est-ce parce qu'il y est renfermé comme dans un lieu ? Arrière cette idée; mais sans que la terre soit déserte et privée de sa sublime présence, il garde une amitié, une familiarité, une union plus intime avec ses anges. Si donc nous sommes proches de Dieu, nous habitons le ciel. Eh ! Que me fait en effet le ciel même, quand je contemple le Seigneur du ciel, quand moi-même je serai devenu le ciel ? Or, dit Jésus-Christ, "nous viendrons, mon Père et moi, « et nous ferons en lui notre demeure". Ah ! Faisons de notre âme un ciel !...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 15 Mai 2017, 11:02 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




3. (suite) Ah ! Faisons de notre âme un ciel ! Le ciel, de sa nature, est si beau, si joyeux, que l'orage même ne peut l'assombrir; son aspect ne change pas en réalité; les nuages amoncelés ne font que le cacher. Le ciel possède le soleil; nous avons, nous aussi, le Soleil de justice.


J'ai dit qu'il nous est permis de devenir autant de cieux; et je vois même que nous pouvons surpasser le ciel en beauté, en éclat. Et comment ? Dès que nous posséderons le Dieu du ciel. Le ciel, dans toutes ses parties, est pur, sans tache; ni la saison mauvaise, ni la nuit ne peuvent l'altérer. Pour éviter aussi de tristes vicissitudes, veillons à ne subir aucune atteinte des afflictions qui nous frappent ou des démons qui nous attaquent: restons purs et sans tache. Le ciel est élevé; il est loin de la terre; imitons cette perfection, séparons-nous de la terre, élevons-nous à cette hauteur; et comment ainsi quitter la terre ? Par les pensées célestes….




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 15 Mai 2017, 11:06 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




3. (suite) Par les pensées célestes. Le ciel est au-dessus des pluies et des orages; rien ne le captive. Nous pouvons y si nous voulons, arriver là; et comme il semble souffrir de ces tempêtes, tout en restant en effet impassible, ainsi sachons ne point pâtir, alors même que nous paraissons souffrants. En effet, dans la mauvaise saison, le vulgaire, ignorant la beauté inaltérable de ce dôme céleste, s'imagine qu'il subit des changements; les philosophes au contraire savent qu'il n'en a point souffert; ainsi la patience peut nous rendre immuables jusque dans les souffrances. Plusieurs nous croiront changés et supposeront que la douleur nous a touchés au cœur; mais les sages sauront qu'elle n'a pu nous frapper. Encore une fois, devenons un ciel…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 15 Mai 2017, 11:08 am

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




3. (suite) Encore une fois, devenons un ciel: montons à cette hauteur, et de là nous verrons les hommes tout pareils à de pauvres fourmis; et nous jugerons ainsi les pauvres comme les riches, les grands, l'empereur même; nous ne distinguerons plus ni souverain, ni sujet; nous ne saurons plus ce que c'est que l'or ou l'argent, la soie ou la pourpre. Assis à cette hauteur, nous verrons tout comme des moucherons; pour nous, plus de tumulte, de révolution, de clameur.


Mais comment, direz-vous, comment peut s'élever si haut un mortel qui habite ce bas monde ? Je laisse les paroles pour vous répondre par les faits, et vous montrer des hommes qui ont su arriver à cette sublime élévation. Qui sont-ils ? Paul et ses disciples, qui même en habitant la terre; conversaient dans le ciel. Dans le ciel, que dis-je ? Plus haut que le ciel, dans un autre ciel que celui-ci; jusqu'à Dieu même ils montaient, ils arrivaient ! "Qui nous séparera", s'écrie-t-il,  "de l'amour de Jésus-Christ ? Sera-ce la tribulation ou l'angoisse, la faim ou la persécution, la nudité, le danger, le glaive ?" (Romains VIII, 35) Et ailleurs: "Nous ne contemplons point désormais les choses visibles, mais les invisibles". (II Corinthiens IV, 18) Remarquez-vous qu'il n'avait plus de regard pour les choses d'ici-bas ? Et pour vous prouver qu'il était plus élevé que les cieux, je vous citerai sa parole: "Je suis certain en effet que ta mort ni la vie, les choses présentes ni les futures, la hauteur ni la profondeur, qu'aucune créature enfin ne pourra nous séparer de l'amour de Jésus-Christ". Voyez-vous comment sa pensée s'élevant au-dessus…
 



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 16 Mai 2017, 1:29 pm

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




4. Voyez-vous comment sa pensée s'élevant au-dessus de tout, le rendait supérieur, non seulement à toute créature, non seulement à ce ciel visible, mais à tous les cieux qui peuvent exister ? Avez-vous compris cette élévation d'âme ? Avez-vous vu quel homme admirable était devenu ce faiseur de tentes, quand il l'a voulu, lui qui avait passé toute sa vie dans les rues et les places publiques ? Non, non; avec une ferme volonté rien ne peut arrêter notre vol sublime. Car si nous apprenons parfaitement, si nous pouvons exercer certaines professions dont les résultats étonnent et surpassent le vulgaire, bien plus est-il possible d'atteindre à une perfection qui demande moins de travail. Quoi de plus difficile, de plus pénible, par exemple, dites-moi, que de marcher sur une corde tendue, comme on le ferait sur un sol uni ; et, tout en se promenant dans le vide, de s'habiller et de se déshabiller comme si on était assis sur son lit ?


Ces expériences ne nous semblent-elles pas tellement effrayantes, que loin de vouloir les regarder, nous tremblons, nous avons le frisson rien qu'à les apercevoir? Dites-moi encore, quoi de plus pénible et de plus difficile que de se placer une perche en équilibre sur le front, et de porter sur la pointe un misérable enfant qui fait mille évolutions dangereuses pour l'amusement du public ? Quoi de plus pénible et de- plus difficile que de jouer à la paume sur des épées dressées ? Est-il rien de dangereux comme de fouiller en plongeant le fond des mers ? Vous me citeriez vous-mêmes mille autres professions périlleuses. Or, la vertu est plus aisée que tout cela…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 16 Mai 2017, 1:32 pm

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




4. (suite) Or, la vertu est plus aisée que tout cela, quand même une sainte ambition nous porterait à monter jusqu'au ciel. Ici, il ne s'agit que de vouloir, et tout s'ensuit. Il n'est pas permis de dire: Je ne saurais ! Ce serait accuser votre créateur; car s’il nous a faits trop faibles, et qu'il nous commande cependant, l'accusation retombe sur lui. Comment donc, direz-vous, tant d'hommes ne peuvent-ils pas arriver? C'est qu'ils ne veulent pas. Et pourquoi ne veulent-ils pas ? C'est lâcheté: s'ils voulaient, certainement ils pourraient. Paul n'a-t-il pas dit: "Je veux que tout homme soit comme moi-même" ?  (I Corinthiens VII, 7) II savait, en effet, que tous peuvent être comme lui: si la chose était impossible, il n'aurait pas écrit cette parole. Voulez-vous devenir vertueux ?...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 16 Mai 2017, 1:34 pm

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




4. (suite) Voulez-vous devenir vertueux ? Avant tout, commencez. Car, dites-moi, dans toute profession, dès qu'on veut savoir, suffit-il de vouloir, sans mettre la main à l'œuvre ? Par exemple, quelqu'un veut devenir pilote; il ne dit pas: Je le veux; c'est insuffisant, en effet; aussi, il commence. Veut-on devenir marchand ? On ne dit pas seulement: Je veux; on entreprend le commerce. Veut-on voyager au loin ? On ne dit pas seulement: Je veux; on se met en route. En toutes choses enfin, vouloir ne suffit pas; agir est nécessaire. Et quand vous voulez monter au ciel, vous vous contentez de dire: Je le veux. ! On m'objectera que je disais tout à l'heure…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 16 Mai 2017, 1:36 pm

.  
.  
 
"AUSSI EST-IL LE MÉDIATEUR D'UN NOUVEAU TESTAMENT, AFIN QUE SA MORT

INTERVENANT POUR LE RACHAT DES INIQUITÉS QUI SE COMMETTAIENT

SOUS LE PREMIER TESTAMENT, CEUX QUI SONT APPELÉS

DE DIEU REÇOIVENT L'HÉRITAGE QU'IL LEUR A PROMIS".

(Hébreux IX, vv.15-23)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Le nouveau Testament est un testament vrai: ses dispositions, ses lois, ses témoins; mort du testateur qui le rend définitif.
— La mort sanglante de notre testateur figurée par les hosties sanglantes immolées au moment où Dieu consacra le premier Testament.
Magnifique témoignage de la présence réelle. — Preuve du secret chez les premiers initiés ou premiers chrétiens.
— La vertu des anciens sacrifices sanglants venait du sang de Jésus-Christ.
3. et 4. La vertu fera de notre cœur un vrai ciel: magnifique comparaison.
— Exemples des saints arrivés, dès cette vie, à la hauteur des cieux et plus haut même encore.
— Les funambules et bien d'autres, dont la profession est rude et dangereuse, devraient nous faire rougir.
— Toujours vouloir et prouver notre volonté en mettant la main à l'œuvre: Dieu nous aidera.




4. (suite) On m'objectera que je disais tout à l'heure: Il suffit de vouloir ! Oui, de vouloir avec des actes, de commencer la grande affaire et les saints travaux. Car nous avons un Dieu qui nous seconde et nous aide. Seulement, prenons notre parti, mettons-nous à l'œuvre  comme à une chose sérieuse, soyons diligents, soyons appliqués et attentifs, et le reste se fera. Que si nous dormons, si nous attendons en plein sommeil que le ciel s'ouvre, quand donc pourrons-nous saisir ce sublime héritage ? De la volonté, donc, je vous en prie, de la volonté ! Pourquoi toujours traiter uniquement les affaires de cette vie que nous quitterons demain ? Ah! Plutôt, faisons choix de la vertu, qui nous suffira pour les siècles sans fin, où nous serons à tout jamais, où nous jouirons de biens impérissables ! Puissions-nous les gagner tous, par la grâce et la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, etc.


Un grand sujet d’orgueil pour les juifs, c’était leur temple et leur tabernacle…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mer 17 Mai 2017, 10:25 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




1. Un grand sujet d'orgueil pour les juifs, c'était leur temple et leur tabernacle. "Le temple du Seigneur", répétaient-ils, "le temple du Seigneur" (Jérémie VII, 5).  Et, en effet, jamais au monde ne fut construit temple pareil, au point de vue de la dépense et de la beauté; sous tout rapport, enfin. Dieu qui l'avait fait bâtir, avait voulu qu'on le construisit avec beaucoup de magnificence, parce que son peuple se laissait éprendre et attirer par les splendeurs matérielles. Les parois intérieures étaient donc revêtues de lames d'or, et si vous voulez savoir d'autres détails, consultez le second livre des Rois ou le prophète Ezéchiel , vous verrez quelle énorme quantité d'or y fut dépensée. Le second temple fut encore plus magnifique en beauté et sous bien d'autres rapports. Il n'était pas seulement splendide et vénérable…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mer 17 Mai 2017, 10:28 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




1. (suite) Il n'était pas seulement splendide et vénérable; il était encore unique, et ses splendeurs attiraient à lui le monde entier. On s'y rendait des confins de la terre habitée, de Babylone comme de l'Éthiopie. Saint Luc fait allusion à ce concours dans les Actes: "Il y avait", dit-il, "à Jérusalem des Parthes, des Mèdes, des Elamites, de ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée et la Cappadoce, le Pont  et l'Asie, la Phrygie et la Pamphylie, l'Égypte et la contrée de Libye qui est autour de Cyrène" (Actes II, 5).  Ainsi de toute la terre, on s'y était rendu; et le nom du temple était connu au loin.


Que va faire saint Paul ? Il va raisonner ici, comme il a fait à propos des sacrifices. Comme en face de ces immolations antiques il a placé la mort de Jésus-Christ, ainsi va-t-il au temple ancien opposer le ciel tout entier. Et non content de cette différence matérielle, il ajoutera que le prêtre de la nouvelle alliance s'est bien plus approché de Dieu.  "Jésus-Christ", dit-il, "n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, mais dans le ciel même, afin de se présenter maintenant pour nous devant la face de Dieu". Il déclare que Notre-Seigneur s'est présenté devant…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…


Dernière édition par ROBERT. le Jeu 18 Mai 2017, 12:12 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mer 17 Mai 2017, 10:31 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




1. (suite)  Il déclare que Notre-Seigneur s'est présenté devant la face de Dieu; il grandit ainsi la sacerdoce nouveau,non seulement à raison du ciel où il est, mais aussi pour cette entrée sublime du pontife, qui lui fait contempler non par symbole seulement, mais en face DIEU lui-même. Comprenez-vous maintenant que tout ce qu'il a dit d'humble au sujet de Jésus, il l'a dit par condescendance pour nous ? Serez-vous encore étonnés que le divin Sauveur intercède, puisque l'apôtre vous montre en lui le Pontife ?  "Non cependant qu'il s'offre souvent lui-même, comme ce grand prêtre qui entre dans le Saint des Saints tous les ans, en se couvrant du sang d'une victime étrangère (Hébreux IX, 25)"; car Jésus n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, qui n'était que la figure du véritable. Ainsi celui d'à présent est véritable; l'autre n'était que figuratif. Le temple était construit sur le modèle du ciel des cieux. Mais que dit l'apôtre ?...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Jeu 18 Mai 2017, 12:18 pm

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




1. (suite) Mais que dit l'apôtre ? Quoi ? S'il n'était pas entré au ciel, il n'aurait pas eu la claire vision de Celui qui est partout et emplit tout ? Vous voyez que c'est de Jésus-Christ comme homme que parle l’apôtre. Il dit que  "pour nous" il s'est présenté devant la face de Dieu. Qu'est-ce à dire, pour nous ?  Il est monté, nous dit-il, avec un sacrifice capable d'apaiser le Père.


— Mais pourquoi , dites-moi ? Était-il ennemi lui-même ?


— Les anges l'étaient, mais non pas lui; car pour ce qui regarde les anges, écoutez l'oracle de saint Paul: "Jésus a pacifié tout ce qui était sur la terre et tout ce qui était au ciel". (Colossiens I, 20) Il a donc raison de dire que Jésus est entré dans le ciel, afin de se présenter pour nous devant la face de Dieu. Il s'y présente, en effet, mais pour nous. "Et il n'y est pas ainsi entré pour s'offrir…"




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Jeu 18 Mai 2017, 12:20 pm

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




1. (suite) "Et il n'y est pas ainsi entré pour s'offrir lui-même souvent, comme le grand prêtre entre tous les ans dans le sanctuaire, en se couvrant d'un sang étranger". Vous voyez comme les différences sont nombreuses. Une fois, lui; l'autre, souvent; l'un entre avec son propre sang, l'autre avec un sang étranger. Grandes différences. — Jésus est donc à la fois sacrifice, prêtre et victime.  S'il n'était pas tout cela, s'il devait offrir plusieurs sacrifices, il faudrait qu'il fût plusieurs fois crucifié:  "Autrement" , dit-il, "il aurait fallu qu'il eût souffert plus d'une fois depuis la création du monde (Hébreux IX, 26)". Mais voici une parole profonde et mystérieuse…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Jeu 18 Mai 2017, 12:22 pm

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




1. (suite) Mais voici une parole profonde et mystérieuse:  "Au lieu", dit-il,  "qu'il n'a souffert qu'une fois vers la fin des siècles". Pourquoi: "Vers la fin des siècles?" Après de nombreux péchés commis dans le monde. Si tout s'était passé dès le commencement, personne ne l'aurait cru; et son incarnation avec tous ses dévouements devenaient inutiles; Jésus-Christ, en effet, n'aurait pu convenablement mourir deux fois. Mais après un long règne du péché, il convenait qu'il se montrât. C'est, au reste, ce qu'il dit ailleurs: "Où le péché a abondé, la grâce a surabondé". (Romains V, 20) "Et maintenant une seule fois vers la fin des siècles, il a souffert pour abolir le péché en s'offrant lui-même pour victime". "Et comme il est arrêté que tous les hommes meurent une fois…"



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Ven 19 Mai 2017, 10:14 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




2.  "Et comme il est arrêté que tous les hommes meurent une fois, et qu'ensuite ils soient jugés...(Hébreux IX, 27)". Après avoir prouvé que Jésus-Christ n'avait pas besoin de subir la mort plus d'une fois, saint Paul nous apprend pourquoi il dut mourir une fois. Il est établi, dit-il, pour tous les hommes de mourir une fois, voilà donc pourquoi il est mort une fois pour tous les hommes. Mais, dès lors, comment ? Est-ce que nous ne subissons plus la mort dont il s'agit ici ? Sans doute, oui, nous la subissons, mais non pour y demeure; et déjà ce n'est plus mourir. Car la tyrannie de la mort, sa terrible réalité existe tout entière quand le mort n'a plus pouvoir de revenir à la vie. Que s'il revit après le coup fatal, et surtout s'il retrouve une vie meilleure, non ce n'est plus une mort, c'est un sommeil. Or, comme nous étions condamnés à rester toujours captifs sous cette main de la mort, le Sauveur est mort précisément pour nous délivrer. "Ainsi Jésus-Christ a été offert une seule fois



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…


Dernière édition par ROBERT. le Ven 19 Mai 2017, 10:17 am, édité 1 fois (Raison : mise en forme.)
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Ven 19 Mai 2017, 10:16 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




2. (suite) "Ainsi Jésus-Christ a été offert une seule fois (Hébreux IX, 28)". Par qui, offert ? Par lui-même, ce qui montre en lui non seulement le prêtre, mais encore la victime et le sacrifice. Ensuite l'apôtre nous donne la raison de cette oblation:  "Offert une fois", dit-il, "pour effacer les péchés de plusieurs". Pourquoi de plusieurs et non pas de tous ? Parce que tous n'ont pas cru. Il est mort pour les sauver tous; il a fait, en ceci, tout son devoir. Cette mort divine équivalait à la mort de tous les hommes; mais elle n'a ni éteint, ni levé les péchés de tous les hommes, parce qu'eux-mêmes s'y sont refusés. Mais qu'est-ce que "lever les péchés"?  Cette expression rappelle notre prière à l'offertoire, alors que présentant nos péchés, nous disons: "Que nous ayons péché volontairement ou involontairement, Seigneur, pardonnez-nous". Ainsi les lever, c'est nous en souvenir…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Ven 19 Mai 2017, 10:19 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




2. (suite) Ainsi les lever, c'est nous en souvenir, et en implorer aussitôt le pardon. C'est exactement ce qui s'est fait par Notre-Seigneur. Et quand l'a-t-il fait ? Ecoutez sa réponse: "Pour eux, je me sanctifie moi-même" (Jean XVII, 19).  Il a enlevé aux hommes leurs péchés et les a offerts à son Père, non pour requérir contre eux, mais pour les leur remettre;  "Et la seconde fois il apparaîtra sans péché pour le salut de ceux qui l'attendent sans péché".


Qu'est-ce à dire ? C'est-à-dire qu'il ne viendra plus pour effacer nos péchés, pour anéantir nos iniquités, pour mourir de nouveau. Car s'il est mort, ce n'est pas qu'il dût ce tribut à la nature, ce n'est pas non plus qu'il eût péché. "Il apparaîtra", comment ? Comme vengeur, pouvait-il dire; mais laissant cette parole, il en prononce une bienheureuse et bien douce: "Il apparaîtra sans péché, pour le salut de ceux qui l'attendent", pour que désormais ils n'aient plus besoin de sacrifices; pour les sauver enfin, mais d'après leurs œuvres. "Car la loi n'ayant que l'ombre même des biens…"




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 20 Mai 2017, 11:23 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




2. (suite) "Car la loi n'ayant que l'ombre même des biens à venir et non l'image même des choses réelles", c'est-à-dire qu'elle n'en avait pas la vérité. Car jusqu'à ce qu'on pose les couleurs sur un tableau, ce n'est qu'une ébauche; mais quand le dessin a disparu sous la couleur, c'est un portrait. La loi, c'était quelque chose de pareil. Reprenons:


"Car la loi n'ayant que l'ombre des biens à venir et non la vérité même des choses (entendez le vrai sacrifice, la vraie rémission des péchés), malgré les mêmes victimes qu'on ne cesse d'offrir, elle ne peut rendre justes et parfaits ceux qui s'approchent de l'autel. Autrement on aurait cessé de les offrir, parce que ceux qui lui rendent ce culte n'auraient plus senti leur conscience chargée de péchés, en ayant été une fois purifiés. Et cependant on y fait mention de nouveau tous les ans des péchés. Car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte le péché. C'est pourquoi le Fils de Dieu entrant dans le monde, dit: Vous n'avez pas voulu d'hostie ni d'oblation; mais vous m'avez formé un corps. Vous n'avez point agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché. Alors j'ai dit: Me voici; il est écrit de moi à la tête du livre: Je viens, mon Dieu, pour faire votre volonté. Après avoir dit : Vous n'avez point voulu et vous n'avez point agréé les hosties, les oblations, les holocaustes et les sacrifices pour le péché, qui sont toutes choses qui s'offrent selon la loi; il ajoute ensuite: Me voici , je viens pour faire, ô Dieu, votre volonté. Il abolit ces premiers sacrifices, pour établir le second" (Hébreux X, X, 1-9).  Vous voyez quelle abondance de preuves. Notre victime est unique, dit-il; les vôtres nombreuses; et leur grand nombre même prouve leur impuissance. En effet, dites-moi, à quoi bon plusieurs victimes…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 20 Mai 2017, 11:27 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




3. En effet, dites-moi, à quoi bon plusieurs victimes, quand une seule suffît ? Leur nombre et leur offrande perpétuelle montrent que ceux qui les offrent ne sont pas purifiés. Quand un médicament est fort, capable de rendre la santé et de guérir entièrement la maladie, il suffit de le prescrire une fois pour qu'il opère tout son effet. Et si, prescrit une fois, il a opéré parfaitement, sa force est démontrée par cela seul qu'on ne l'ordonnera plus; son action est évidente, par cela même qu'on n'y fait plus appel. Au contraire, s'il faut le répéter toujours, c'est qu'évidemment il est sans vertu; car le propre d'un spécifique, c'est d'être prescrit une fois et non pas souvent. Appliquez ici cette comparaison…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 20 Mai 2017, 11:29 am

.  
.  
 
"CAR JÉSUS-CHRIST N'EST POINT ENTRÉ DANS CE SANCTUAIRE FAIT DE MAIN D'HOMME,

QUI N'ÉTAIT QUE LA FIGURE DU VÉRITABLE, MAIS IL EST ENTRÉ DANS LE CIEL MÊME,

AFIN DE SE PRÉSENTER MAINTENANT POUR NOUS DEVANT LA FACE DE DIEU".

(Hébreux IX, 24, ― Hébreux X, 7)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. Gloire du premier et du second temple juif. — Le ciel est le temple des chrétiens, et leur pontife y entre couvert de son propre sang.
— Cette entrée, ce sang, ce temple, cette oblation unique et suffisante, marquent assez la prééminence de Jésus-Christ et de son Testament.
2. Il nous a délivrés de la mort, simple sommeil, en attendant la résurrection. — Il est mort pour tous les hommes, et pour les anges mêmes, dit l'orateur.
3. Un seul sacrifice est désormais suffisant: la multiplicité des victimes chez les Juifs prouve leur impuissance. — Pourquoi la messe quotidienne cependant.
— Admirable doctrine dont le concile de Trente n'est que l'écho.
4. et 5. Le nombre des communions n'en fait pas le mérite, mais bien la préparation. — Celle de la sainte quarantaine ne suffit pas,
surtout si la communion est suivie de rechutes. — La sainteté est nécessaire. — Voix du diacre, voix du prêtre qui nous crie:
Les choses saintes sont pour les saints. — La sainteté consiste surtout à voir juste et à bien vivre. — Longue et belle métaphore tirée de l’œil humain.




3. (suite) Appliquez ici cette comparaison. Pourquoi enfin faut-il toujours  les mêmes victimes ? S'ils étaient délivrés de tous leurs péchés, pourquoi offrir chaque jour de nouveaux sacrifices ? En effet, il était établi qu'on sacrifierait pour le peuple entier tous les jours, chaque soir et même pendant ajournée. Cette pratique accusait les péchés des juifs et ne les remettait pas; elle avouait leur faiblesse et ne manifestait pas sa vertu. Une première immolation avait été impuissante: on en offrait une seconde; celle-ci ne produisait rien elle-même, il en fallait une troisième; c'était donc une déclaration sans réplique de leurs péchés. Le sacrifice était une preuve du péché, le sacrifice sans cesse réitéré était un aveu de l'impuissance du sacrifice. En Jésus-Christ, le contraire a lieu….



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31566
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 20 sur 25 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21 ... 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum