COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Page 16 sur 18 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 10 Avr 2017, 11:01 am

.  
.  
 
"CAR CE MELCHISÉDECH, ROI DE SALEM, PRÊTRE DU DIEU TRÈS-HAUT,

QUI VINT AU-DEVANT D'ABRAHAM LORSQUE CELUI-CI REVENAIT DE LA DÉFAITE DES ROIS, QUI LE BÉNIT,

À QUI ABRAHAM DONNA LA DÎME DE TOUT CE QU'IL AVAIT PRIS, QUI S'APPELLE, SELON L'INTERPRÉTATION DE SON NOM,

PREMIÈREMENT ROI DE JUSTICE, PUIS ROI DE SALEM, C'EST-À-DIRE ROI DE PAIX, QUI EST SANS PÈRE ET SANS MÈRE,

SANS GÉNÉALOGIE, QUI N'A NI COMMENCEMENT DE SES JOURS NI FIN DE SA VIE,

ÉTANT AINSI L'IMAGE DU FILS DE DIEU, DEMEURE PRÊTRE POUR TOUJOURS".  

(Hébreux VII, vv.1-10)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Résumé de l'épître aux Hébreux: comment s'échelonnent les raisonnements de saint Paul.
— Melchisédech, par le silence mystérieux de l'Ecriture sur sa naissance et sa mort, était la figure de Jésus comme Verbe éternel.
— Décimateur d'Abraham qu'il bénit, il est, à ce double titre, plus grand qu'Abraham; si telle est la figure, quelle sera la vérité ?
Lévi même a payé la dîme au roi de Salem, abaissant ainsi son pontificat devant lui: combien plus devant Jésus, dont Melchisédech n'est que la figure ?
3. et 4. Part de notre libre arbitre dans nos bonnes œuvres, de l'aveu des saintes Écritures.
— Mauvais usage de notre volonté, qui ne s'instruit pas à l'école du malheur d'autrui, et se profane par le péché.
— Saint usage de notre liberté par la conversion. — Retour à Dieu qui nous appelle, nous aide et nous purifiera.




4. (suite) Et c'est pourquoi il dit: Otez-les tels que je les vois. "Apprenez à faire le bien, cherchez la justice, rendez-la au petit et au pauvre, et puis venez et discutons ensemble, dit le Seigneur. Et quand vos péchés  seraient comme la pourpre, je vous blanchirai comme la neige; et quand même ils seraient comme l'écarlate, je vous rendrai blancs comme la laine" (Isaïe I, 17-18).  Vous voyez que nous devons commencer à nous purifier, et alors Dieu nous purifiera. Car après avoir dit d'abord: "Soyez purs", il ajoute: "Et moi je vous blanchirai".


Que nul donc, parmi ceux qui sont arrivés au faite du crime, ne désespère de lui-même. Car, dit le Seigneur, quand même vous auriez revêtu le vêtement et presque la nature même du vice, ne craignez pas. Il ne s'agit pas de couleurs fugitives et sans consistance, mais de celles qui font partie de l'essence même du corps; or, ceux qui en sont imprégnés peuvent retrouver un état tout contraire, car il ne parle pas seulement de les laver, mais de les blanchir comme la neige et comme la laine, afin de nous donner bon espoir. Quelle est donc la vertu de la pénitence…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 10 Avr 2017, 11:04 am

.  
.  
 
"CAR CE MELCHISÉDECH, ROI DE SALEM, PRÊTRE DU DIEU TRÈS-HAUT,

QUI VINT AU-DEVANT D'ABRAHAM LORSQUE CELUI-CI REVENAIT DE LA DÉFAITE DES ROIS, QUI LE BÉNIT,

À QUI ABRAHAM DONNA LA DÎME DE TOUT CE QU'IL AVAIT PRIS, QUI S'APPELLE, SELON L'INTERPRÉTATION DE SON NOM,

PREMIÈREMENT ROI DE JUSTICE, PUIS ROI DE SALEM, C'EST-À-DIRE ROI DE PAIX, QUI EST SANS PÈRE ET SANS MÈRE,

SANS GÉNÉALOGIE, QUI N'A NI COMMENCEMENT DE SES JOURS NI FIN DE SA VIE,

ÉTANT AINSI L'IMAGE DU FILS DE DIEU, DEMEURE PRÊTRE POUR TOUJOURS".  

(Hébreux VII, vv.1-10)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1. et 2. Résumé de l'épître aux Hébreux: comment s'échelonnent les raisonnements de saint Paul.
— Melchisédech, par le silence mystérieux de l'Ecriture sur sa naissance et sa mort, était la figure de Jésus comme Verbe éternel.
— Décimateur d'Abraham qu'il bénit, il est, à ce double titre, plus grand qu'Abraham; si telle est la figure, quelle sera la vérité ?
Lévi même a payé la dîme au roi de Salem, abaissant ainsi son pontificat devant lui: combien plus devant Jésus, dont Melchisédech n'est que la figure ?
3. et 4. Part de notre libre arbitre dans nos bonnes œuvres, de l'aveu des saintes Écritures.
— Mauvais usage de notre volonté, qui ne s'instruit pas à l'école du malheur d'autrui, et se profane par le péché.
— Saint usage de notre liberté par la conversion. — Retour à Dieu qui nous appelle, nous aide et nous purifiera.




4. (suite) Quelle est donc la vertu de la pénitence, puisqu'elle nous rend beaux comme la neige, blancs comme la laine, quand bien même le péché aurait déjà envahi et imprégné nos âmes ? Etudions-nous donc à devenir purs; Dieu n'a pas fait un commandement difficile: rendez justice à l'orphelin, et traitez la veuve selon le droit. Vous voyez comment Dieu tient compte partout et toujours de la miséricorde et de la protection donnée à ceux qui sont sous le poids de l'injustice. Abordons ces bonnes œuvres et nous pourrons obtenir aussi par la grâce de Dieu les biens à venir. Puissions-nous tous en devenir dignes en Jésus-Christ Notre-Seigneur ! Ainsi soit-il.


"Si donc la perfection était l’œuvre du sacerdoce lévitique"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques, gras et
soulignés ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 11 Avr 2017, 10:12 am

.
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. "Si donc la perfection était l'oeuvre du sacerdoce lévitique", dit l'apôtre, etc. Après avoir parlé de Melchisédech, et avoir montré qu'elle était sa prééminence sur Abraham, après avoir ainsi établi une grande différence, il continue à prouver la distance qui sépare les deux Testaments, dont l'un était imparfait, tandis que l'autre est la perfection même. Toutefois, il ne va pas au cœur même de son sujet; il ne raisonne et ne combat d'abord que par la comparaison du sacerdoce et de l'alliance; car pour les incrédules d'alois ces preuves étaient plus saisissables, puisque la démonstration allait porter sur le dépôt même qu'ils avaient reçu. Il a donc montré que Lévi et Abraham…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…


Dernière édition par ROBERT. le Mar 11 Avr 2017, 10:15 am, édité 1 fois
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 11 Avr 2017, 10:15 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) Il a donc montré que Lévi et Abraham restent bien en arrière de Melchisédech, lequel, même de leur aveu, a eu rang parmi les prêtres. Il part maintenant d'une autre preuve; et d'où ? Du sacerdoce chrétien comparé à celui des juifs. Et voyez: je vous prie, son incomparable habileté ! La raison même qui, selon toute vraisemblance, devait exclure du sacerdoce Melchisédech qui n'était pas de la race d'Aaron, lui sert au contraire à l'y maintenir et à détrôner les autres. Et pour arriver à cette conclusion, il se pose à lui-même un doute: Pourquoi n'est-il pas dit (prêtre) selon l'ordre d'Aaron ? Et voici la solution qu'il donne:  Et moi aussi, je me demande pourquoi il n'a…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 11 Avr 2017, 10:17 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.


1-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) Et moi aussi, je me demande pourquoi il n'a pas été selon l'ordre d'Aaron; car c'est ainsi qu'il faut entendre ce qu'il dit: "Si donc la perfection eût été l'œuvre du sacerdoce lévitique, etc.", et cette parole encore: "Pourquoi dès lors a-t-il été nécessaire, etc.", phrase extrêmement significative. En effet, si Jésus-Christ était venu d'abord selon la chair pour être prêtre selon l'ordre de Melchisédech, et qu'après lui fût survenue la loi avec le sacerdoce d'Aaron, on aurait eu raison de conclure que le second fait était un perfectionnement qui anéantissait le premier, puisqu'il lui succédait. Mais si Jésus-Christ, au contraire…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mer 12 Avr 2017, 2:30 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.



Analyse.

1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) Mais si Jésus-Christ, au contraire, est postérieur à la loi, s'il a adopté un autre type sacerdotal, il est évident que tout le lévitisme est imparfait; car supposons un instant, dit l'apôtre, que le sacerdoce antérieur à Jésus-Christ, celui d'Aaron, était parfait et ne laissait rien à désirer; pourquoi donc dès lors l'Ecriture nous parle-t-elle d'un prêtre selon l'ordre de Melchisédech et non selon l'ordre d'Aaron ? Pourquoi laisser Aaron et introduire un autre sacerdoce, à savoir, celui de Melchisédech, si la perfection se trouvait dans le sacerdoce lévitique, c'està-dire, si ce sacerdoce lévitique avait, au complet, toute la doctrine et de la foi et des mœurs ?


Et remarquez, comme sans dévier d'un pas, l'apôtre avance: Il avait dit: "selon l'ordre de Melchisédech" et avait montré que ce sacerdoce était le plus grand, parce que Melchisédech était plus grand qu'Abraham. Puis, il prouve encore la même chose par la considération du temps, en disant que, puisque le sacerdoce selon l’ordre de Melchisédech a paru après celui d'Aaron, c'est qu'il est plus grand. Mais que signifient ces paroles qui suivent…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mer 12 Avr 2017, 2:32 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) Mais que signifient ces paroles qui suivent immédiatement: "Sous lequel [sacerdoce] le peuple a reçu la loi ?" Que veut dire "sous lui ?" C'est que par lui le peuple marche, le peuple fait tout par lui: on ne peut dire qu'il ait été donné à d'autres qu'à lui. C'est sous lui que le peuple a reçu la loi, c'est-à-dire, grâce à son ministère. Et l'on ne peut dire que la loi était parfaite, mais non imposée au peuple. Le peuple,  dit l'apôtre, a reçu la loi sous lui, c'est-à-dire par son organe et intermédiaire. Qu'était-il donc besoin d'un autre sacerdoce, si celui-là était parfait ? "Car le sacerdoce étant transféré, il faut aussi que la loi le soit". Si donc un autre prêtre, ou plutôt…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mer 12 Avr 2017, 2:34 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) Si donc un autre prêtre, ou plutôt un autre sacerdoce est devenu nécessaire, il faut aussi nécessairement une autre loi. Ceci est à l'adresse de ceux qui disent: Qu'était-il besoin d'un Nouveau Testament ? Il aurait pu prouver ce besoin par les prophètes eux-mêmes: "Voici", disent-ils, "le testament, l'alliance que j'ai faite avec vos pères". Pour le moment, il n'argue que d'après le sacerdoce. Et voyez comme il brlûait d'arriver à cette conclusion. Il a dit: Selon l'ordre de Melchisédech: c'était rejeter déjà le sacerdoce d'Aaron. Car si un autre sacerdoce a été introduit depuis lors, il a bien fallu aussi qu'il vint un autre testament. Car il est impossible qu'un prêtre soit sans testament, ni lois, ni préceptes; ou qu'en recevant son sacerdoce, ii se serve de l'antique alliance. On pourrait lui objecter…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Jeu 13 Avr 2017, 10:25 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) On pourrait lui objecter: Comment fut donc prêtre celui qui n'était pas lévite ? Mais comme il a établi plus haut comme vérité fondamentale la maxime contraire, il ne veut pas même résoudre une telle objection, et ne lui jette qu'en passant cette réponse: Je vous ai dit que le sacerdoce a été transféré; donc aussi le testament; et Dieu ne l'a pas seulement changé dans son mode et dans ses règles, mais même dans la tribu. Comment ? C'est que le sacerdoce est transféré d'une tribu à une autre, de la tribu sacerdotale à la tribu royale, de sorte qu'à l'avenir elle réunit sacerdoce et royauté. Or, voyez le mystère. De royale qu'elle était d'abord, elle est maintenant devenue sacerdotale. Ainsi s'est-il fait en Jésus-Christ. Lui qui fut toujours roi, a été fait prêtre quand il prit notre chair, quand il offrit le sacrifice. Voyez-vous le changement ?...



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Jeu 13 Avr 2017, 10:27 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




1. (suite) Voyez-vous le changement ? Ce qu'on lui présentait comme une objection, l'apôtre l'établit précisément et par la seule logique des faits. "En effet, celui dont ces choses ont été prédites", nous dit-il, "est d'une autre tribu dont personne n'a jamais servi à l'autel; puisqu'il est manifeste que Notre-Seigneur est sorti de Juda, tribu à laquelle Moïse n'a jamais attribué le sacerdoce (Hébreux VII, 13-14)". L'apôtre dit donc équivalemment: Et moi aussi je sais qu'il n'a eu aucune part à votre sacerdoce; que nul de cette tribu ne l'a exercé, comme le montre évidemment cette affirmation: "Nul n'a jamais servi à l'autel". Tout est donc transféré. Ainsi était-il nécessaire que la loi ancienne et l'Ancien Testament fussent transférés, puisque la tribu [sacerdotale] elle-même a été changée. Or, voyez comme il va dévoiler une autre différence…  



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Jeu 13 Avr 2017, 10:29 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. Or, voyez comme il va dévoiler une autre différence que celle que lui fournit déjà ce changement de tribu. Il ne lui suffit pas de montrer la différence immense qui résulte de la tribu, de la personne, de la manière, du testament, mais il va la prouver par le personnage figuratif. "Lequel [Melchisédech] n'est point établi selon la disposition d'une loi charnelle, mais par la puissance de sa vie immortelle (Hébreux VII, 16)".


— Il a été fait prêtre, dit-il, non pas selon la disposition d'une loi charnelle; car cette loi, dans sa plus grande partie, n'était point légitime; et l'apôtre a raison de l'appeler une loi charnelle; car tous ses règlements étaient charnels. Car voici ce qu'elle commandait: Coupez votre chair, oignez votre chair, lavez votre chair, purifiez votre chair, tondez votre chair, liez votre chair, nourrissez votre chair, donnez le repos à votre chair; ne sont-ce pas, je vous prie, autant de lois charnelles ? Que si vous voulez savoir quels biens elle promettait, écoutez: Longue vie à votre chair, était-il dit, à votre chair lait et miel, paix à votre chair, plaisir à votre chair. C'est d'une telle loi qu'Aaron reçut le sacerdoce, mais non pas certes Melchisédech. "Et ceci parait encore plus clairement"




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Ven 14 Avr 2017, 11:44 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) "Et ceci parait encore plus clairement, en ce qu'il se lève un autre prêtre selon l'ordre de Melchisédech (Hébreux VII, 15)". Qu'est-ce qui parait clairement ? La différence qui est très grande entre les deux sacerdoces, et l'incontestable prééminence du personnage qui n'a pas été fait prêtre par la disposition d'une loi charnelle. Et qui est celui-ci ? Est-ce Melchisédech ?  Non, mais Jésus-Christ, qui l'est par la vertu de sa vie immortelle; ainsi que l'Écriture le déclare par ces mots:  "Vous êtes le Prêtre éternel selon l'ordre de Melchisédech (Hébreux VII, 17)", c'est-à-dire, non pour un temps, non pour finir, mais selon la vertu d'une vie immortelle. Par ces paroles, il nous montre que Jésus a été fait prêtre par sa vertu et par celle de son Père, par sa vie qui n'a point de fin. Toutefois, ceci ne s'ensuit pas logiquement…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Ven 14 Avr 2017, 11:46 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) Toutefois, ceci ne s'ensuit pas logiquement de ce qui a été dit plus haut: "il n'a pas été fait prêtre par la disposition d'une loi charnelle"; le raisonnement exigeait: Il l'a été par une loi spirituelle. Mais, par "charnel" l'apôtre entend plutôt temporel, comme quand il dit ailleurs: Ces lois ne devaient durer que jusqu'à un temps meilleur, elles n'étaient que des justifications charnelles, en attendant la vertu de la vie; c'est-à-dire, en attendant celui qui vit par sa propre vertu. Après avoir dit que la loi subit un changement, et montré la nature de ce changement, il en cherche la cause, satisfaisant ainsi l'esprit humain, qui aime à savoir la cause de tout, et gagnant d'ailleurs ainsi notre confiance, puisqu'il nous apprend la cause et la raison de cette mutation. "Car la première loi est réprouvée comme étant…"



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Ven 14 Avr 2017, 11:49 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) "Car la première loi est réprouvée comme étant impuissante et inutile (Hébreux VII, 18)". Ici les hérétiques s'élèvent contre nous et nous disent: Voilà Paul qui déclare la loi mauvaise ! Mais soyez attentifs et remarquez qu'il ne dit pas: Elle est rejetée comme vicieuse et dépravée, mais comme impuissante et inutile. Il a déjà montré ailleurs cette impuissance, quand il disait par exemple: "Dans cette loi on était infirme par la chair"; nous étions donc infirmes, et non pas la loi.


"Car la loi n'a rien conduit à la perfection (Hébreux VII, 19)". Qu'est-ce à dire, elle n'a rien conduit à la perfection ? Elle n'a rendu parfait aucun homme, parce qu'aucun ne lui obéit; et quand bien même on l'eut écoutée, elle n'aurait pu produire la perfection, la vraie vertu. Pour le moment, il n'affirme pas même cela, et se contente de dire qu'elle n'a pas eu de force. Et c'est' vrai; c'était la condition des lettres sacrées mêmes: Faites ceci, ne faites pas cela; elles ne pouvaient que proposer, sans apporter en même temps la force et le pouvoir d'accomplir le précepte. Telle n'est pas la véritable espérance…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 15 Avr 2017, 12:51 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) Telle n'est pas la véritable espérance. Pourquoi dit-il: "réprouvée"?  Comprenez: Rejetée. Et sur quoi porte ce rejet, il l'indique: "Sur la loi précédente", désignant ainsi la loi [mosaïque] qui a été rejetée à cause de son impuissance. La réprobation, c'est l'abrogation, la destruction de règles qui jusque-là avaient force et vigueur. C'est assez dire que la loi eut dans un temps vigueur et force, mais que plus tard elle fut vouée au mépris, pour n'avoir rien produit.



La loi n'a donc servi de rien ? Au contraire, elle eut son utilité, sa grande utilité même, mais elle ne servit aucunement à créer des hommes parfaits; car elle-même n'a rien perfectionné. L'apôtre dit que la loi n'a rien parfait, parce que sous son règne tout était figure, tout était vaine ombre, circoncision, sacrifice, sabbat. Ces institutions n'ont pu arriver jusqu'aux âmes, et partout elles cèdent et se retirent. "Mais voici que s'introduit une espérance meilleure par"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 15 Avr 2017, 12:53 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) "Mais voici que s'introduit une espérance meilleure par laquelle nous nous approchons de Dieu. Et de plus, ce sacerdoce n'est pas établi sans serment". Vous voyez qu'ici encore le serment a été nécessaire, et ceci vous explique pourquoi, précédemment, il a discuté avec tant de sagesse cette question du serment de Dieu, et la raison qui le détermine à jurer pour que notre conviction soit plus certaine et plus pleine.


— Voici "l'introduction d'une meilleure espérance":  qu'est-ce à dire ?  La loi aussi avait une espérance, mais non telle que celle-ci:  ses observateurs espéraient posséder la terre et ne pas trop souffrir. Et nous, nous espérons qu'en faisant la volonté de Dieu, nous posséderons non pas la terre, mais le ciel; que dis-je ? Nous espérons bien mieux encore: c'est que nous serons auprès de Dieu, que nous arriverons jusqu'à ce trône de notre Père, et que nous le servirons avec les anges. Car Paul disait plus haut: "Nous entrons jusqu'au-delà du voile"; mais ici: "Par elle nous approchons jusqu’à Dieu". "Et de plus, ce n'est pas sans un serment de sa part"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Sam 15 Avr 2017, 12:54 pm

.
.

"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) "Et de plus, ce n'est pas sans un serment de sa part". Qu'est-ce à dire: "Et de plus, ce n'est pas sans un serment ?" C'est cela même: non sans un serment; et voilà une autre différence; car nos promesses ne sont pas sans raison, dit-il. "Car au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l'a été avec serment, Dieu lui ayant dit: Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable: Vous êtes le Prêtre éternel selon l'ordre de Melchisédech; tant il est vrai que l'alliance dont Jésus est le médiateur est plus parfaite que la première; aussi y a-t-il eu autrefois successivement plusieurs prêtres, parce que la mort les empêchait de l'être toujours; mais comme celui-ci demeure éternellement, il possède un sacerdoce qui est éternel (Hébreux VII, 21-24)". L'apôtre établit deux différences le sacerdoce nouveau…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.

italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Dim 16 Avr 2017, 12:11 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




2. (suite) L'apôtre établit deux différences le sacerdoce nouveau, contrairement au sacerdoce légal, n'a pas de fin et s'appuie sur un serment. Il le prouve par Jésus-Christ qui le reçoit et en remplit les fonctions, en effet, selon la vertu d'une vie immortelle. Il démontre le second point par le serment qu'il cite et par la nature même du pontificat; le précédent a été rejeté pour cause d'impuissance; celui-ci reste et demeure parce qu'il est puissant et fort; le prêtre nouveau lui fournit aussi une preuve, et comment ? C'est qu'il est seul et unique; et il ne serait pas seul, s'il n'était immortel.


Car comme les prêtres ne sont nombreux que parce qu'ils sont sujets à la mort, ainsi dans le cas présent, le prêtre est unique parce qu'il est immortel. Et Jésus est devenu le garant d'une alliance d'autant meilleure, que Dieu lui a juré de le maintenir prêtre à jamais, serment qu'il n'est point fait, si Jésus n'était vivant. "C'est pourquoi il est toujours en état de sauver ceux qui…"




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Dim 16 Avr 2017, 12:13 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. "C'est pourquoi il est toujours en état de sauver ceux qui s'approchent de Dieu par son entremise, .étant toujours vivant afin d'intercéder pour nous (Hébreux VII, 25)". Vous voyez qu'en parlant; ainsi, Paul considère Jésus dans son humanité. En le montrant comme prêtre, il le déclaré aussitôt notre intercesseur. Nous affirmer qu'il intercède pour nous, c'est sous-entendre qu'alors il agit comme prêtre. Car de celui qui, à son gré, ressuscite les morts et qui donne la vie comme le Père, comment dit-on qu'il intercède, lorsqu'il devrait sauver ? Comment intercède Celui à qui appartient tout jugement ? Comment intercède Celui qui envoie les anges pour jeter ceux-ci dans la fournaise et sauver ceux-là ?


Aussi l'apôtre dit: "Il peut sauver", et il sauve, parce que lui-même ne meurt point. Et parce qu'il ne meurt pas et qu'il vit à jamais, il n'a pas, selon l'apôtre, de successeur. Et s'il n'a pas de successeur, c'est qu'il peut défendre tous les hommes. Car, en Israël, le pontife, bien…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Dim 16 Avr 2017, 12:15 pm

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. (suite) Car, en Israël, le pontife, bien qu'admirable, ne durait qu'autant que sa vie même; ainsi Samuel, ainsi tous ceux qui revêtirent cette dignité; ensuite, ils n'étaient  plus rien, puisqu'ils mouraient. Pour le nôtre, c'est l'opposé, il sauve à tout jamais. Qu'est-ce à dire: "A tout jamais?" Ceci donne à entendre quelque grand mystère. Ce n'est pas ici-bas seulement, nous répond saint Paul, c'est dans l'autre vie aussi qu'il sauve tous ceux qui par lui s'approchent de Dieu. Comment les sauve-t-il ? C'est qu'il est toujours vivant afin d'intercéder pour eux. Remarquez-vous l'humilité de sa très sainte humanité ? Car il ne dit pas qu'une fois par hasard il remplira ce rôle; mais toujours, mais tant qu'il sera besoin, il prie pour eux à tout jamais. Que signifie encore "à tout jamais?" Non seulement dans le temps présent, mais jusque dans la vie future.


Il a donc toujours besoin de prier ? Et par quelle convenance s'y soumet-il ? Souvent des justes, par une seule prière, ont tout obtenu: et lui doit toujours prier? Pourquoi donc est-il assis sur un trône ? Voyez-vous que c'est par condescendance que l'apôtre tient ce langage humble ? Voici ce que saint Paul veut nous faire comprendre: Ne craignez pas, dit-il; et ne dites pas: Certainement il nous aime, et il a toute liberté de parler à son Père, mais il ne peut pas toujours vivre. Au contraire, il vit toujours. "Car il était convenable que nous eussions un pontife comme celui-ci"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 17 Avr 2017, 11:25 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. (suite) "Car il était convenable que nous eussions un pontife comme celui-ci, saint, innocent, sans tache, séparé, des pécheurs (Hébreux VII, 26)". Vous voyez que tout cela est dit de son humanité. Mais quand je dis l'humanité, je parle d'une humanité qui possède la divinité; ne partageant pas Jésus, mais vous donnant facilité de mieux comprendre ce qui convient. Avez-vous vu la différence de pontifes ?  Il résume ce qu'il a dit plus haut. "Il a été éprouvé de toutes manières, sauf par le péché, pour nous ressembler". Tel convenait-il que fût notre pontife, saint, innocent.


Qu'est-ce à dire, "innocent ?" Ni méchant, ni trompeur; ce qu'un autre Prophète exprime ainsi: "Le mensonge n'a pas été trouvé sur ses lèvres". Qui parlerait  ainsi de Dieu, et ne rougirait de dire qu'un Dieu n'est ni menteur ni fourbe ? Mais de Jésus selon la chair il convient de déclarer qu'il est saint. "Sans tache": vous ne direz rien de pareil de Dieu, parce. que sa nature est telle quelle ne peut être souillée. "Séparé des pécheurs".  Ceci n'indique-t-il qu'une différence, et ne rappelle-t-il pas son sacrifice ? Oui, son sacrifice aussi, et comment ? "Qui ne fût point obligé, comme les autres prêtres, d'offrir"…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 17 Avr 2017, 11:26 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. (suite) "Qui ne fût point obligé, comme les autres prêtres, d'offrir tous les jours des victimes, premièrement pour ses péchés, et ensuite pour ceux du peuple; ce qu'il a fait une fois en s'offrant  lui-même (Hébreux VII, 27)". Ces paroles sont comme l'introduction à ce qu'il dira touchant l'excellence du sacrifice spirituel. Déjà il a marqué la différence de prêtre et la différence de testament. Il ne l'a pas traitée entièrement: mais il l'a indiquée déjà cependant. Ici, il donne en quelque sorte le prélude du sacrifice même. N'allez pas croire, quand vous entendez parler de Jésus comme prêtre, qu'il remplisse toujours la fonction du sacerdoce. Il a rempli cette charge de sacrificateur une fois, et maintenant il s'est assis pour toujours. Ne pensez pas que parmi les habitants de la cour céleste…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Lun 17 Avr 2017, 11:28 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. (suite) Ne pensez pas que parmi les habitants de la cour céleste, il soit debout, agissant comme ministre. C'est là l'oeuvre de l'incarnation. En devenant esclave, il devint aussi prêtre et ministre. Mais de même que devenu esclave, il n'est pas demeuré esclave; de même s'il s'est fait ministre, il n'est pas resté ministre: la marque du serviteur, en effet, ce n'est pas d'être assis, mais debout.  Ces paroles marquent donc la grandeur de son sacrifice qui, bien qu'unique, a suffi cependant; et bien qu'offert une seule fois, eut une valeur que n'ont pas eue tous les sacrifices du monde. Mais nous n'avons pas encore à traiter ce sujet. "Il l'a donc fait une fois"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 18 Avr 2017, 9:47 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. (suite) "Il l'a donc fait une fois", ce sacrifice, dit saint Paul. Lequel ? Le sacrifice "nécessaire", nous répond-il encore; il lui a fallu trouver une offrande aussi; "non pas pour lui-même": comment offrirait-il pour lui, étant impeccable ? Mais "pour le peuple". Que dites-vous, ô Paul ! Il n'a pas besoin d'offrir pour lui-même, et telle est sa puissance ? Certainement, nous répond-il. Car pour vous empêcher de croire que cette affirmation: "Il l’a fait une fois", s'applique aussi à lui, écoutez ce que l'apôtre ajoute:  "Car la loi établit pour pontifes des hommes faibles", c'est pourquoi ils offrent toujours pour eux-mêmes; mais celui-là, qui est si puissant, qui n'a pas même de péché, pourquoi offrirait-il pour lui-même ? Donc ce ne fut pas pour lui-même, mais pour le peuple qu'il offrit, et qu'il n'offrit qu'une fois. "Mais la parole de Dieu, confirmée par le serment qu'il a fait"…



SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques et
gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: COMMENTAIRES DE SAINT JEAN CHRYSOSTÔME DE L’ÉPÎTRE AUX HÉBREUX.

Message  ROBERT. le Mar 18 Avr 2017, 9:50 am

.  
.  
 
"SI LE SACERDOCE DE LÉVI, SOUS LEQUEL LE PEUPLE A REÇU LA LOI,

AVAIT PU RENDRE LES HOMMES PARFAITS, EUT-IL ÉTÉ BESOIN QU'IL PARUT UN AUTRE PRÊTRE,

APPELÉ PRÊTRE SELON L'ORDRE DE MELCHISÉDECH, ET NON PAS SELON L'ORDRE D'AARON ?"

(Hébreux VII, vv.11-28)



Par Saint Jean Chrysostôme.




Analyse.


1.-3. Le sacerdoce lévitique n'a rien perfectionné: aussi l'Ancien Testament lui-même annonçait un sacerdoce nouveau et éternel.
— La tribu de Juda est appelée au sacerdoce dans la personne de Jésus-Christ; elle se trouve désormais tribu royale et sacerdotale;
mais le pontificat n'a plus de succession charnelle. — La loi de crainte est abrogée et fait place à une loi de meilleure espérance.
— Nous n'avons qu'un pontife désormais; il est donc immortel et toujours prie pour nous.
— Nous n'avons qu'un seul sacrifice; encore Jésus ne l'a-t-il pas offert pour lui-même, puisqu'il était impeccable.
4. et 5. Beaucoup différaient de recevoir le baptême, et le retardaient jusqu'à leur mort:
conduite dangereuse, vrai mépris de la vertu en elle-même.
— En se sauvant à la dernière heure, on n'arrive qu'à la dernière place au ciel: quelle honte !
— Pourquoi tarder d'accomplir des commandements si doux, que souvent les vices contraires sont plus pénibles même à la nature ?




3. (suite) "Mais la parole de Dieu, confirmée par le serment qu'il a fait depuis la loi, établit pour pontife le Fils qui est parfait à jamais". Parfait, qu'est-ce à dire ? Paul n'établit pas d'antithèses rigoureuses. Il disait des autres prêtres qu'ils sont faibles, il ne dit pas que le Fils est puissant, mais "parfait", ce qui comprend la puissance; et vous pourriez ajouter: Voyez-vous que le nom de Fils est ici rappelé par opposition à esclave ? Par faiblesse, ici, il entend ou le péché ou la mort.


— Mais que veut dire: "A jamais parfait?"Inaccessible à tout péché, non-seulement maintenant, mais toujours. Si donc il est parfait, s'il ne pèche jamais, s'il est toujours vivant, pourquoi offrirait-il pour nous plusieurs sacrifices ? Mais il n'insiste pas sur ce point; il s'appesantit seulement sur cette vérité: qu'il n'offre pas pour lui-même.


Puis donc que nous avons un tel pontife, imitons-le, marchons sur ses traces. Plus d'autre sacrifice que le sien: un seul nous a purifiés; au delà, il n'y a plus que l'enfer et le feu. C'est pour cela que Paul remue ciel et terre pour nous répéter que nous n'avons qu'un prêtre, qu'un sacrifice; de peur que s'imaginant qu'il y en a plusieurs, quelqu'un ne pèche avec assurance. Nous tous donc qui avons été admis à la dignité…




SAINT JEAN CHRYSOSTÔME, ŒUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS
SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de
Rhétorique au collège de l’Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc. 1865,
Commentaires sur Épître aux Hébreux, Tome XI, pp. 451-599. PUBLIÉS APRÈS SA MORT,
D'APRÈS SES NOTES, PAR CONSTANTIN, PRÊTRE D'ANTIOCHE. Guérin & Cie, éditeurs, 1865

.
 
italiques, soulignés
et gras ajoutés.
à suivre…
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31142
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 18 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum